Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roubaix

 | 
Michel David
, 
Bruno Duriez
, 
Rémi Lefebvre
, 
et al.

Chapitre 1. La ville industrielle

Municipalité, patronat et organisations ouvrières : le compromis historique autour du logement et de la ville

Bruno Duriez

Texte intégral

1Dans les années 1940, une forme nouvelle d’intervention des entreprises dans la construction de logements pour leurs salariés est créée à Roubaix : le comité interprofessionnel du logement. Celui-ci collecte une cotisation salariale, le fameux 1 %, et est géré paritairement par des représentants des syndicats patronaux et de salariés. Le CIL et son activité ont marqué durablement la commune de Roubaix et son agglomération.

  • 1 Cette contribution s’inscrit dans la suite de travaux menés en collaboration avec Didier Cornuel. (...)

2La naissance du CIL s’inscrit dans une tradition patronale déjà longue de gestion collective de la main-d’œuvre locale, mais elle rompt avec certaines pratiques de l’entre-deux-guerres. Elle se produit dans le contexte très particulier de l’occupation allemande et du régime de Vichy. La capacité financière et le mode de gestion du nouvel organisme vont lui donner un poids prépondérant dans l’urbanisation roubaisienne pendant plusieurs décennies1.

Classe contre classe : patrons et ouvriers dans l’entre-deux-guerres

  • 2 Voir notamment Funffrock (G.), Les grèves ouvrières dans le Nord (1931-1935). Conjoncture économiq (...)

3Les relations entre le patronat de l’agglomération et les organisations ouvrières sont marquées durant l’entre-deux-guerres par des conflits importants2.

  • 3 Talmy (R.), L’Association catholique des patrons du Nord, 1884-1895, Lille, Facultés catholiques, (...)

4L’organisation professionnelle patronale de l’industrie textile, qui domine directement ou indirectement l’activité économique de l’agglomération, se situe dans la suite des tentatives initiées à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, notamment lors de la création de syndicats mixtes à Roubaix et à Tourcoing, sous le modèle de la corporation, à l’initiative de l’Association catholique des patrons du Nord (qui survécut jusqu’en 1933). Ces syndicats exprimaient à la fois le refus de l’intervention de l’État et de l’action autonome des organisations ouvrières. Ils furent condamnés à la fois par la justice et par l’Église (l’encyclique Rerum novarum venait de reconnaître la légitimité des organisations ouvrières)3.

5Après la Grande Guerre, la Familia est créée en 1919 pour mettre sur pied des allocations familiales. Celles-ci sont réservées aux salariés des entreprises cotisant à une caisse de compensation. Elle donne naissance rapidement au Consortium de l’industrie textile de Roubaix-Tourcoing, créé en 1920, qui assure la gestion de l’ensemble des œuvres du patronat textile. Par ailleurs, les salaires sont négociés par la commission intersyndicale de l’industrie textile. Les deux organismes sont dirigés par le même homme, Désiré Ley, qui devient l’interlocuteur unique des syndicats ouvriers.

  • 4 Voir notamment la notice biographique d’Eugène Mathon par André Caudron (Lille-Flandres. Dictionna (...)
  • 5 Voir Savoye (A.), Kalaora (B.), Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines (...)
  • 6 Ces liens sont enregistrés et glorifiés à la fois dans l’Annuaire des familles, créé par Achille G (...)
  • 7 Eugène Motte se démarquera nettement de la politique menée par le Consortium. Une altercation publ (...)

6Le président de la Familia puis du Consortium est Eugène Mathon, industriel lainier. Cette figure domine la politique patronale de l’entre-deux-guerres4. Soucieux de collaboration entre ouvriers, employés et patrons, il crée ou dirige plusieurs organisations professionnelles locales et nationales. Comme d’autres patrons roubaisiens, il est marqué par le réformisme social de Frédéric Le Play5 et par René de La Tour du Pin. Il sera un temps fort lié à Georges Valois et au Faisceau dont il finance le journal. En cela, il est représentatif d’un patronat local fortement uni par de nombreux liens de parenté6. Lui-même est le beau-frère d’Eugène Motte, ancien maire de Roubaix, battu par Jules Guesde en 19087.

  • 8 La Confédération générale du travail unitaire est née de la scission qui fait suite au Congrès de (...)

7L’autre figure du patronat local est le délégué du Consortium, Désiré Ley, lui-même d’origine ouvrière. Son intransigeance et son refus du syndicalisme ouvrier, à laquelle s’affronte le radicalisme de la CGTU8, seront à l’origine d’une série de conflits longs et violents, et de grèves partielles ou générales, en particulier en 1921 et en 1931 où les syndicats ouvriers, CGT, CGTU, CFTC, souvent divisés, se trouvent cette fois réunis face à des mesures prises unilatéralement par les organisations patronales.

8Dans la conception patronale des rapports sociaux, le catholicisme est déterminant. La naissance (création de la CFTC en 1919) puis le développement du syndicalisme chrétien met en cause la légitimité du combat patronal qui s’estime investi d’une mission face aux syndicats ouvriers socialistes, puis socialistes et communistes, CGT et CGTU. Eugène Mathon fera plusieurs démarches auprès du Vatican, en vue d’obtenir la mise en cause de l’existence même des syndicats chrétiens, eux-mêmes soutenus par l’évêque de Lille, Achille Liénart. Celui-ci sera approuvé par Rome et nommé cardinal en juin 1930.

9C’est aussi dans les milieux catholiques que l’opposition au Consortium prendra naissance au sein du patronat local. Dès 1925, Maurice Olivier et la chambre syndicale de la métallurgie font sécession. Il crée sa propre caisse d’allocations. Plusieurs entreprises textiles font dissidence avec le Consortium lors de la grève de 1931, qui fait elle-même suite à la grève de 1930 sur la prime de fidélité (créée par le Consortium à la suite de la loi du 1er juillet 1930 qui instituait les assurances sociales). Elles rejoignent le Groupement patronal interprofessionnel de Roubaix-Tourcoing (GPI) créé en 1935 par la chambre syndicale de la métallurgie et Maurice Olivier.

  • 9 Sur la Bourgeoisie chrétienne, voir Trimouille (P.), « La bourgeoisie chrétienne du Nord (1930-195 (...)
  • 10 L’écrivain Maxence Van der Meersch exprime bien l’état d’esprit de ce patronat. En particulier dan (...)

10L’action de cette fraction du patronat local prend appui dans un mouvement né en 1929 sous la responsabilité de Pierre Bayart, avocat et professeur aux facultés catholiques de Lille, et du père Gabriel Ranson, jésuite à la maison du Hautmont à Mouvaux : la Bourgeoisie chrétienne9. Plusieurs des membres de ce groupe ont été marqués par la pensée de Charles Maurras et certains demeurent des maurrassiens convaincus malgré la condamnation de l’Action française par le pape en 1926. La réflexion de ce groupe fait suite à la mise en cause de la politique du Consortium par les autorités religieuses, en particulier par le cardinal Achille Liénart, évêque de Lille. Elle s’appuie notamment sur l’encyclique de Pie XI Quadragesimo anno, publiée en 1931 à l’occasion du quarantième anniversaire de Rerum novarum, source du courant du catholicisme social dont l’un des aspects est la reconnaissance de la nécessité de syndicats ouvriers autonomes. La prise de conscience de ces patrons s’inscrit aussi dans le mouvement des Semaines sociales dont Eugène Duthoit, lui aussi professeur de droit aux facultés catholiques de Lille, est devenu l’animateur10.

  • 11 Il s’agit d’un projet de dix cités dans les communes de banlieue de Roubaix et Toucoing. Informati (...)

11Les entreprises roubaisiennes, sauf quelques-unes qui s’efforcent de fixer certaines catégories particulières de personnel, s’occupent peu alors du logement de leurs salariés. Celui-ci est assuré massivement par la promotion immobilière privée, grâce à laquelle les courées ont été construites. Mais la construction s’est très fortement ralentie. La population roubaisienne a atteint son sommet au début du siècle. Il ne sera plus jamais dépassé. Le ralentissement de la construction est imputé à la loi sur les loyers de 1919 qui oppose les locataires aux propriétaires, mais il était déjà très sensible depuis le début du siècle. Quelques sociétés de HBM ont été créées, mais leur activité n’est globalement pas très importante. Elles ne construisent pratiquement plus à partir de 1932. Le Consortium a bien eu en 1930 un projet de construction de cinq mille logements, mais celui-ci n’a pas été mis en œuvre11. En revanche, le nouvel office municipal de Roubaix, créé en 1921 par Jean-Baptiste Lebas, construit un ensemble de 775 HBM au Nouveau Roubaix. La politique municipale de construction se situe dans l’optique du soutien des travailleurs, face aux organisations patronales. Dans le même esprit, c’est notamment la construction de bains à côté de la piscine pour une population dont les logements ne disposent pas de l’eau courante. Les syndicats ouvriers expriment des revendications en matière salariale ou réagissent aux restrictions imposées sur les rétributions sur-salariales, comme les allocations familiales, mais on ne les voit guère s’exprimer sur les questions de logement.

12Le manque d’entretien du logement ouvrier roubaisien, lié aux faibles revenus de la population ouvrière roubaisienne, a contribué à sa dégradation. Dans les années 1940, la vétusté du patrimoine roubaisien va justifier la politique active de construction initiée par la nouvelle organisation patronale textile. Dès lors, l’expression « Roubaix ville sinistrée par la vétusté » fera florès.

La prise en charge du logement par la « Profession »

  • 12 Sur la création du Syndicat patronal textile voir Dumortier (J.), Le Syndicat patronal textile de (...)
  • 13 Bernard d’Halluin (1895-1974) restera président du SPT jusqu’en 1954. Il sera également le préside (...)
  • 14 Mais le Syndicat patronal textile ne prend pas les statuts prévus par la Charte du travail Il adop (...)

13Un des aboutissements de la démarche des organismes en rupture avec la politique du Consortium est la création, en 1942, du Syndicat patronal textile12. Celle-ci fait suite à la dissolution de la commission intersyndicale le 23 septembre 1938 et à la création, en octobre de la même année, de l’Union syndicale de Roubaix-Tourcoing par deux membres de la Bourgeoisie chrétienne. Ce groupe de patrons, souvent jeunes, veut instaurer des rapports avec les ouvriers qui ne soient plus marqués par les conflits qui mettent en difficulté les entreprises. Ils choisissent comme président Bernard d’Halluin, responsable de l’Action française, qui restera toujours marqué par ses convictions corporatives et qui, dès les débuts, affirme ses orientations paritaires13. Peu après la publication de la Charte du travail en octobre 1941, dont « la paix sociale est le but suprême », un comité d’étude se crée à Roubaix pour l’application de la Charte dans le textile, en vue de créer un syndicat unique. Le Syndicat patronal textile se constitue le 1er juillet 1942 par fusion de l’Union syndicale de Roubaix-Tourcoing, de l’Union des fabricants de tissus, robes et draperies et de la section textile du GPI14.

  • 15 Les sports sont ensuite confiés à Robert Motte, fils d’Eugène, et aussi oncle d’Albert Prouvost. L (...)
  • 16 La CGT est alors réunifiée. Les syndicalistes qui s’engagent dans cette démarche sont ceux qui, lo (...)
  • 17 Dans ses mémoires, Albert Prouvost évoque ces liens noués dans la Résistance. Voir Prouvost (A.), (...)

14Au sein du nouveau syndicat patronal, plusieurs commissions sont créées, dont celle du logement (et des sports) dont la présidence est confiée à Albert Prouvost15. Cette commission est à l’origine du premier CIL. Des liens créés dans la Résistance permettent à Albert Prouvost et à des syndicalistes CGT16 d’entrer en contact avec le maire socialiste de Roubaix17. Celui-ci donne sa bénédiction à la création du nouvel organisme. Victor Provo, maire nommé par délégation de Vichy après le départ en déportation de Jean-Baptiste Lebas, se glorifiera d’avoir donné son aval à ce projet de gestion paritaire, mal- gré les réticences des socialistes. Cette insistance a posteriori sur les liens noués dans la Résistance ne saurait, comme telle, être mise en question, mais elle met au second plan la perspective corporative de plusieurs de ces projets alors mis en œuvre et leurs accointances avec la Charte du travail promulguée par Vichy.

  • 18 Ce sera le cas en Italie (loi Fanfani, 1952). Il y a eu une hésitation à ce sujet. L’idée de l’épo (...)
  • 19 Il est clairement affirmé que la part du budget consacrée par les ouvriers à leur logement doit po (...)

15Les premiers statuts du CIL sont écrits en 1943. Ils associent le patronat et la municipalité. Les entreprises commencent aussitôt à lui verser 1 % de leur masse salariale. Bientôt ce sera 2 %. Il est prévu une commission consultative tripartite associant la municipalité mais, à la Libération, le CIL est constitué sous la forme d’une association 1901 à gestion paritaire, réunissant les représentants des seuls syndicats ouvriers et patronaux. Il n’est pas prévu de cotisation ouvrière18 et l’on pourra dès lors parler de contribution patronale à l’effort de construction. Dès 1941, une allocation logement voit le jour. Elle sera ensuite généralisée le 1er janvier 1944. Elle est destinée à améliorer la rentabilité du logement en compensant les augmentations de loyers souhaitées par les propriétaires bailleurs19.

  • 20 « Si le contrôle et la gestion des institutions sociales d’une entreprise isolée sont du domaine d (...)

16Ce qui deviendra après guerre officiellement le premier CIL n’est pas le seul organisme à gestion paritaire mis en place sous l’occupation. Le syndicat patronal textile crée également, en juillet 1942, le comité interprofessionnel d’apprentissage, au départ à gestion tripartite, employeurs, ouvriers et cadres, sous la responsabilité de Jean-Baptiste Pennel (0,25 % des salaires). Il crée aussi un organisme pour l’orientation professionnelle, un autre pour l’éducation physique, un autre enfin pour la formation des cadres et la promotion ouvrière. Comme pour le logement, le syndicat patronal et, semble-t-il, les syndicats ouvriers estiment que ce n’est pas à l’échelle de l’entreprise, mais à celle de l’agglomération et de l’ensemble des entreprises que ces problèmes doivent être traités20. Ce mode d’organisation donne aux organismes professionnels une grande force et une puissante légitimité qui vont assurer leur hégémonie dans plusieurs domaines. C’est le cas du logement dans l’agglomération.

  • 21 On peut comprendre cependant les affirmations d’Albert Prouvost par le fait que son entreprise, La (...)

17La création du CIL est présentée par ses initiateurs comme une rupture avec le logement d’entreprise qui, liant contrat de travail et attribution de logement, attache le salarié à son entreprise (et inversement). Certes, mais celui-ci était peu répandu dans l’agglomération21. En revanche l’initiative patronale est bien de prendre en charge collectivement la construction des logements des salariés. Il s’agit par là d’assurer la venue de salariés tout en laissant possible la mobilité de la main-d’œuvre entre les entreprises de l’agglomération. L’attribution de logements est réservée aux entreprises cotisantes qui, grâce au mécanisme du financement HLM et au 1 %, peuvent loger à meilleur compte leurs salariés que si elles construisaient elles-mêmes. En cela, mais sur un terrain nouveau, il y a bien continuité avec la politique antérieure d’avantages sur-salariaux fournis au personnel de l’ensemble des entreprises de la localité.

18Le CIL, c’est la mise en œuvre de deux moyens : le financement par les entreprises et la gestion paritaire. Grâce à cela, il peut se penser comme « promoteur financier, promoteur technique et comme promoteur politique ».

  • 22 En cela, la création du CIL se situe bien dans la continuité de la politique du Consortium durant (...)

19La force de frappe que constitue la cotisation volontaire des entreprises de 1 % de la masse salariale (davantage pendant quelques années) s’impose au patronat. Elle est associée à la cotisation syndicale. Le financement du logement par une cotisation salariale ouvre le droit aux entreprises d’octroyer des logements à leurs seuls salariés22. Seules quelques entreprises, qui ont des établissements en dehors de l’agglomération ou qui ont d’autres moyens d’attirer leur main d’œuvre, pourront s’abstenir de payer. Dès 1944, 90 % des entreprises de l’agglomération de Roubaix-Tourcoing versent le 1 %.

20La force du CIL s’impose également à l’ensemble des organismes de logement social existants. C’est le financement complémentaire au financement de la caisse des prêts HBM – bientôt HLM – fourni à bon compte grâce au 1 % qui assure la prééminence des choix du CIL sur ceux des conseils d’administration des sociétés d’HLM. Il en est de même pour les sociétés coopératives et l’accession à la propriété. Certes, tel directeur de société peut se targuer d’avoir refusé de construire les Hauts Champs mais pour contourner les résistances des sociétés, le CIL crée une nouvelle société d’HLM, le Toit familial, elle aussi à gestion paritaire. Avec cette organisation, on signifie qu’« il ne faut pas attendre de l’État qu’il résolve nos problèmes » mais, plus encore, grâce au foisonnement du 1 %, c’est la destination des moyens fournis par l’État qui est maîtrisée par l’organisation professionnelle. D’ailleurs dans le langage courant des habitants, on ne dit plus une HLM mais un CIL pour désigner les logements. Progressivement les sociétés HLM extérieures au CIL s’étiolent. Les sociétés sous égide du CIL se regroupent progressivement, dans le GIL d’abord, puis dans Logicil (1970) et, en se rapprochant des sociétés lilloises en 1989, dans la Compagnie métropolitaine de l’habitat (CMH).

21Si le CIL s’impose comme le principal constructeur à Roubaix, c’est aussi par l’absence de tout autre investisseur privé. Roubaix est une ville ouvrière, dont la population a des revenus peu élevés. C’est dans les communes avoisinantes que les autres catégories de population, plus fortunées, trouveront à se loger, y compris avec l’aide du CIL, qui crée l’Union mutuelle immobilière de crédit (UMIC) qui assurera la promotion de plusieurs résidences de cadres. C’est aussi parce que le CIL peut intervenir dans toutes les communes de l’agglomération qu’il peut supplanter les offices publics, dont la compétence est alors réduite au territoire communal.

  • 23 « Le syndicat libre dans la profession organisée ». Mais la CFTC est opposée à la Charte du travai (...)

22Le second moyen d’action du CIL est sa gestion paritaire et interprofessionnelle. Le contexte fourni par Vichy y est favorable. Le modèle corporatiste de l’organisation du travail, promu par la Charte du travail, trouve des soutiens dans une partie du patronat réformateur qui entend laisser place à l’expression des salariés, et chez des syndicalistes, notamment à la CFTC23. D’ailleurs, durant ces années, les syndicats ouvriers n’ont plus droit de cité. Ce sont quelques personnalités, CFTC et CGT, qui sont associées à la création du nouvel organisme. À leurs yeux, le logement est un terrain sur lequel l’entente est possible puisqu’il ne rentre pas dans les objets habituels de confrontation.

  • 24 « Nous ne sommes pas partisans en effet de faire appel aux pouvoirs publics, comme le réclame l’Un (...)
  • 25 Roubaix, le 27 mars 1954, à l’occasion de la venue de Joseph Laniel, président du Conseil.

23La gestion paritaire de l’organisme le légitime aux yeux des salariés. Les représentants des salariés participent à l’attribution des logements. Gabriel Tétaert, CGT-FO, sera président de du Centre paritaire du logement, organisme national qui regroupe les CIL paritaires. Ce mode de gestion est présenté comme une rupture avec le paternalisme patronal. La gestion paritaire est aussi un moyen de pression à l’égard des entreprises : quel employeur peut, vis-à-vis de ses salariés, se placer en dehors ? Le 1 % logement est présenté comme un salaire différé. Sa gestion paritaire protège le CIL des tentatives réitérées d’annexion du 1 % par l’État24. Elle offre aussi des gages aux responsables politiques, en particulier auprès des maires qui n’ont d’ailleurs pas les moyens financiers d’une telle politique. Victor Provo, maire de Roubaix, répétera régulièrement en quoi le paritarisme était pour lui la garantie que le CIL et les sociétés affiliées œuvraient dans l’intérêt des travailleurs : « À nos yeux, si le CIL n’était pas paritaire, il perdrait tout son intérêt25. »

  • 26 Voir Bernard d’Halluin, premier président du Syndicat patronal textile (CIL, quinze ans d’efforts (...)
  • 27 Gabriel Tetaert in CIL : quinze ans d’efforts au service de la construction à Roubaix-Tourcoing. 1 (...)

24Au point de vue patronal : « Dans la nuit de l’occupation, dans le sacrifice individuel et collectif qu’imposait la présence de l’ennemi du moment, nous avons réalisé la leçon de l’épreuve et nous avons rêvé d’une cité meilleure. Dans le malheur de la Patrie – et la patrie est le bien de tous -, dans le partage de l’héritage matériel et moral que des siècles d’histoire ont forgé pour tous, nous avons rêvé d’une cité fraternelle d’où seraient bannis, autant qu’il est possible, le malheur et la misère, où seraient exaltés le travail, la famille, la Nation26 », fait écho celui du syndicaliste : « Depuis un certain temps, les organisations syndicales ouvrières considéraient qu’à côté du point de vue revendicatif, il y a la question constructive et la participation toujours plus grande de l’ensemble des catégories formant la nation à sa gestion. Nous avons transformé le champ de bataille en un champ de culture. […] L’ouvrier éprouve un complexe d’infériorité mais n’a pas en compensation uniquement la haine. Au lieu de transformer ce complexe d’infériorité en haine et en vengeance, il faut le transformer en volonté de faire régner la justice sociale à l’intérieur, de l’entreprise27. » Ces propos tenus, plus de dix ans après la création du CIL, indiquent la continuité de l’état d’esprit des partenaires du CIL. Dans ce concert, seuls les communistes refusent de jouer la partition. La CGT, lors de la scission de Force ouvrière en 1948, refuse de siéger dans les organismes paritaires. Mais elle finira par rejoindre le CIL à la fin des années soixante.

  • 28 Dès 1945, le Syndicat patronal textile de Roubaix-Tourcoing en défend le principe : « Tous les élé (...)

25La gestion paritaire du logement, de la formation professionnelle et d’autres domaines encore a conduit les syndicats patronaux et ouvriers à aller plus loin dans la gestion des rapports sociaux et dans la conduite de la restructuration industrielle28. Dès 1945, le Syndicat patronal textile propose à l’Union des industries textiles (UIT) que la convention collective prévoie la gestion paritaire des institutions sociales. Cette proposition ne sera pas suivie, mais les œuvres paritaires de Roubaix-Tourcoing ont quand même préparé le terrain. Ce sera le cas pour la convention collective de l’industrie textile (1er février 1951) et pour les accords de 1953 sur la restructuration de l’industrie textile. Trois ans plus tard, Victor Provo, le maire socialiste de Roubaix remarque que « les accords textiles de 1953 n’auraient pas été possibles si notre centre textile n’en avait établi le climat ».

26C’est ainsi la « profession organisée » qui prend en charge la construction du logement et, pour une grande part, le devenir de la ville.

L’urbanisation concédée

27Les moyens que s’est donnés le CIL lui donnent la maîtrise du développement de la ville. Il est bien un « promoteur financier, technique et politique ».

28Dès 1943, la commission logement du Syndicat patronal textile crée un bureau d’études en accord avec les municipalités de Roubaix et de Tourcoing. L’inspecteur d’urbanisme du département en est le conseiller technique. Son objectif est à la fois architectural, technique et urbanistique. Le responsable en est René Magnan puis Guy Lapchin.

29Une exposition « logement » est organisée au printemps 1945. Des projets de maisons familiales y sont présentés. D’autres expositions auront lieu dans les décennies suivantes à la visite desquelles les ministres se succéderont, en 1952 notamment. En 1946 la cité expérimentale du Congo est construite à Mouvaux (vingt-neuf maisons). Celles-ci possèdent le chauffage central, une salle de bains et une salle d’eau. Le public est invité à les visiter. Il s’agit de tester l’innovation dans des logements destinés à des familles ouvrières. Il s’agit aussi d’améliorer la productivité de la construction. Les concours lancés par l’État iront dans le même sens, mais conduiront le CIL à limiter ses visées. Le plan Courant (1953), par exemple, prévoit « la construction de maisonnettes standardisées construites rapidement et à bas prix ». L’organisation du CIL et des sociétés HLM permet de répondre rapidement à de telles sollicitations. Dès le milieu des années cinquante, il construit environ mille logements par an.

  • 29 « Posséder sa maison c’est vraiment enraciner la famille : lui donner au sens plein du terme une d (...)

30Il s’agit de construire des logements HLM, en location donc, mais aussi des logements en accession à la propriété. Le modèle qui prévaut est celui de la propriété d’une maison individuelle avec jardin. Les discours tenus se situent bien dans la continuité des propos sur le logement des classes populaires depuis la fin du XIXe siècle29. Mais la visée du fondateur du CIL est bien d’abord aussi de favoriser la reprise du logement locatif. De surcroît, le poids du foncier et les contraintes imposées par l’État conduisent le CIL à construire de plus en plus de logements collectifs. Dans les débuts, quatre cinquièmes des logements construits sont des logements individuels. Au début des années soixante, les trois quarts sont des logements dans des immeubles collectifs. Dès l’année 1956, la moitié du patrimoine est constituée de logements collectifs, les deux tiers dix ans plus tard.

31Les statuts du CIL prévoient qu’un des objectifs premiers est de remplacer les courées par des logements modernes et confortables. Les réalisations seront limitées. Le fort Mulliez est détruit en février 1954 et donne lieu à la construction du square des Mulliez. Le fort Despretz est acheté en 1955 à son propriétaire unique avant d’être détruit. Il devient le square des Près. Peu d’opérations de ce type sont engagées. Même dans une ville comme Roubaix, le prix du foncier est trop important pour permettre la construction d’HLM. Les sociétés construisent plutôt sur des espaces libres, grandes propriétés (Galon d’Eau) ou friches industrielles et jardins (Résidence du Parc). C’est à la périphérie de Roubaix, au Nouveau Roubaix notamment, et dans les communes avoisinantes que les sociétés d’HLM construisent la plupart des immeubles.

32Très rapidement les responsables prennent conscience que les logements neufs, même HLM, ne sont pas accessibles à une partie de la population ouvrière dont les salaires sont trop bas. Plusieurs initiatives sont prises par le CIL pour améliorer l’état de confort des logements anciens tout en maintenant un niveau bas de loyer. En 1949, il crée en son sein une commission d’amélioration de l’habitat (CAH). Ignace Mulliez en assure la responsabilité. Il achète le fort Frasez en 1952 et le rénove. Puis il crée l’Association pour la conservation et l’amélioration de l’habitat (ACAH) qui assure la gestion de maisons anciennes pour le compte de propriétaires privés qui ont ainsi un accès plus aisé au Fonds national d’amélioration de l’habitat. Au même moment est créée, comme à Lyon, l’association Propagande et action contre le taudis (PACT) au sein de laquelle des bénévoles assurent la restauration de logements, pour les personnes âgées, les handicapés ou les chômeurs. La CAH et le PACT fusionnent en 1960 sous le seul nom de PACT. Une action sociale d’accompagnement est créée dans le but d’assurer la promotion de ces populations vers les logements plus récents.

  • 30 Il faudrait ajouter que si la construction d’HLM a permis le maintien d’une main-d’œuvre à proximi (...)

33Le marché du logement se segmente ainsi entre logements neufs destinés aux ouvriers pouvant payer un loyer, certes modéré mais inaccessible à certaines catégories, et logements anciens à la gestion desquels le CIL participe lui-même directement ou indirectement. Les courées, libérées par les populations ouvrières accédant aux HLM du CIL, permettent ainsi aux immigrés étrangers appelés par l’industrie textile de trouver un logement à Roubaix. La concentration de population étrangère et de populations à très faibles revenus s’accroît progressivement dans les courées, plutôt au centre de la commune, alors que les populations plus aisées sont logées à la périphérie et dans les communes voisines. C’est au moment où les entreprises textiles souhaiteront se dégager et, de fait, disparaîtront de l’agglomération que la présence de ces logements vétustes sera de nouveau mise en question30.

34Mais le CIL se donne aussi les moyens d’accueillir les dirigeants, les cadres et les agents de maîtrise des entreprises, avec une politique de prêts à l’accession à la propriété, en particulier via l’UMIC. Mais il le fait à l’extérieur de la commune de Roubaix, dans des secteurs jugés plus agréables pour ces catégories de population disposant de moyens personnels de transport.

  • 31 Guy Lapchin, architecte en chef du CIL de Roubaix-Tourcoing, CIL-Logement, 1956. « Il est nécessai (...)

35C’est ainsi que, pendant des années, le CIL assure l’urbanisation nouvelle de l’agglomération de Roubaix. Ce sont des quartiers entiers qui sont construits : « L’implantation de nouveaux groupes, dans la région de Roubaix-Tourcoing, modifie profondément l’aspect de nos villes, les groupes tendant à se rejoindre par un plan concerté de notre part31. »

36Le 1 % permet à l’organisme de se constituer des réserves foncières (trente hectares dès 1947, deux cent cinquante hectares disponibles fin 1954) : propriétés bourgeoises, friches industrielles dans la ville, terres agricoles à la périphérie. La municipalité de Roubaix cède une partie de ses réserves foncières. Les municipalités offrent leur garantie pour les emprunts. En cas de difficultés, elles exproprient les terrains pour le compte des sociétés d’HLM. Il arrive que des mouvements inverses se produisent : des échanges de terrains sont effectués. Les municipalités obtiennent des sociétés du CIL l’attribution d’un quota de logements.

  • 32 Chez nous, 18 novembre 1952.

37Ce sont les services techniques du CIL qui assurent les plans masses des ensembles nouveaux : immeubles, voiries, espaces verts. Une société est créée dans le but de construire les centres commerciaux (1959). Il s’agit enfin d’assurer la construction et la gestion de centres sociaux afin d’assurer le suivi social et médical des populations des quartiers nouveaux (enseignement ménager, consultations médicales, loisirs des enfants, salles de réunion, etc.) : « Moralité : à logements nouveaux, mœurs nouvelles32 ». La première Maison de l’enfance ouvre aux Trois Baudets en 1950. L’épouse du président du CIL est la présidente de l’association des Maisons de l’enfance, mais c’est à des habitants des quartiers qu’est confiée la responsabilité de chaque maison. Le modèle est inspiré des États-Unis et des fonds américains s’ajoutent au financement de la caisse d’allocations familiales pour la construction des premières maisons.

  • 33 « Chez nous perdrait l’essentiel de la tâche qu’il s’est assignée si les locataires […] constituai (...)

38L’urbanisation est en quelque sorte concédée par la municipalité à l’organisme professionnel. Une revue, Chez nous, est éditée et distribuée dans les quartiers-CIL. Il s’agit de renforcer un esprit commun tout en donnant des conseils pratiques pour l’utilisation des logements, des jardins et des espaces communs. La création d’amicales de locataires est suscitée33. Des concours de jardins sont organisés, etc. C’est l’ensemble de la vie de ces nouveaux quartiers qui est ainsi conçue et organisée : « Bâtir, améliorer sont sans doute les impératifs de la cité nouvelle dont nous avons à bâtir les assises » (avril 1952).

39Avec la rénovation urbaine, décidée par la municipalité de Roubaix en 1957, c’est celle-ci qui reprend la main sur l’aménagement urbain. Elle porte son choix d’abord sur le secteur de la rue des Longues-Haies, quartier central où dominent les courées, mais qui est aussi un lieu d’accueil de la population d’origine algérienne. C’est une société mixte, filiale de la Caisse des dépôts et consignations qui est chargée de l’aménagement de la zone. Le CIL en fait partie ainsi que l’Office public d’HLM. Celui-ci construit la plus grande part des immeubles ; la SCIC est partie prenante également. Mais un grand immeuble (dit « Os à moelle ») est confié à une société HLM du CIL. La ZUP des Trois Ponts est construite à la même époque en plein tissu urbain. Elle est initialement prévue pour l’Office ; une partie en est cependant confiée à une société du CIL.

40Avec la résorption des courées, le CIL reprend la main. S’appuyant sur le consensus créé en 1969 par le colloque sur les courées (« Du Syndicat patronal textile à la CGT » titre la presse), il obtient de l’État l’extension de la loi bidonvilles aux courées de Roubaix, puis le vote en 1971 de la loi sur la résorption de l’habitat insalubre qui permet de dépasser l’obstacle foncier à la rénovation urbaine. Dans le nouvel organisme à vocation maintenant métropolitaine, l’Organisation pour la supession des courées de la Métropole Nord (ORSUCOMN), les CIL ont la suprématie et assurent le montage technique et financier des opérations.

41Mais l’efficacité même de l’entreprise banalise le CIL aux yeux des entreprises. Il n’est plus besoin de cotiser pour assurer le logement de ses salariés, car le marché s’est distendu. La main mise progressive de l’État sur une partie du 1 % réduit ses marges de manœuvre. Sans connaître l’évolution des CIL d’autres agglomérations, l’organisme tend aussi à s’autonomiser vis-à-vis de la gestion paritaire, patronale et ouvrière. Les regroupements à l’échelle métropolitaine lui donnent des moyens nouveaux mais tendent à l’éloigner des entreprises locales. Cependant la puissance foncière et financière de l’organisme lui donne un poids sans équivalent dans l’aménagement de l’agglomération.

Notes

1 Cette contribution s’inscrit dans la suite de travaux menés en collaboration avec Didier Cornuel. Ceux-ci ont donné lieu à plusieurs publications. Cornuel (D.), Duriez (B.), Le mirage urbain. Histoire du logement à Roubaix, Anthropos, 1983.

2 Voir notamment Funffrock (G.), Les grèves ouvrières dans le Nord (1931-1935). Conjoncture économique, catégories ouvrières, organisation syndicales et partisanes, Edires, Roubaix, 1988.

3 Talmy (R.), L’Association catholique des patrons du Nord, 1884-1895, Lille, Facultés catholiques, 1962.

4 Voir notamment la notice biographique d’Eugène Mathon par André Caudron (Lille-Flandres. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Beauchesne - Centre d’histoire de la région du Nord et de l’Europe du Nord-ouest, 1990). Eugène Mathon meurt en 1935.

5 Voir Savoye (A.), Kalaora (B.), Les inventeurs oubliés. Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Champ Vallon, 1989

6 Ces liens sont enregistrés et glorifiés à la fois dans l’Annuaire des familles, créé par Achille Glorieux en 1913. Voir Duriez (B.), « La bourgeoise répertoriée : le Livre des Familles du Nord », Ethnologie française, 1990-1.

7 Eugène Motte se démarquera nettement de la politique menée par le Consortium. Une altercation publique, devenue célèbre, l’opposera à Désiré Ley, délégué général du Consortium, sur le quai de la gare de Roubaix en août 1930.

8 La Confédération générale du travail unitaire est née de la scission qui fait suite au Congrès de Tours. (1920). La CGT est alors majoritaire dans l’industrie textile. Dans l’agglomération, la CGTU est majoritaire dans d’autres branches et dans certaines communes, à Halluin notamment (voir Michel Hastings, op. cit.).

9 Sur la Bourgeoisie chrétienne, voir Trimouille (P.), « La bourgeoisie chrétienne du Nord (1930-1950) », Revue du Nord, Cent ans de catholicisme social dans la région du Nord, LXXIII, no 290-291, avril-septembre 1991.

10 L’écrivain Maxence Van der Meersch exprime bien l’état d’esprit de ce patronat. En particulier dans Quand les sirènes se taisent (1933) qui retrace les grèves de 1930-1931. Il a lui-même été étudiant aux facultés catholiques et y a connu plusieurs de ces patrons et de leurs professeurs.

11 Il s’agit d’un projet de dix cités dans les communes de banlieue de Roubaix et Toucoing. Information recueillie par Anne Langlet, « Les usines de Georges Forest : un modèle d’intégration sociale au début du XXe siècle à Tourcoing » in Guignet (Ph.) (dir.), Le peuple des villes dans l’Europe du nord-ouest, vol 1, Centre de recherches sur l’histoire de l’Europe du nord-ouest, 2002.

12 Sur la création du Syndicat patronal textile voir Dumortier (J.), Le Syndicat patronal textile de Roubaix-Tourcoing, Lille, 1974. Jacques Dumortier fut secrétaire général de ce syndicat de sa fondation à 1972. Il est décédé en 1996.

13 Bernard d’Halluin (1895-1974) restera président du SPT jusqu’en 1954. Il sera également le président de l’Union des industries textiles.

14 Mais le Syndicat patronal textile ne prend pas les statuts prévus par la Charte du travail Il adopte le régime de la loi de 1884.

15 Les sports sont ensuite confiés à Robert Motte, fils d’Eugène, et aussi oncle d’Albert Prouvost. Les liens professionnels sont aussi des liens de parenté.

16 La CGT est alors réunifiée. Les syndicalistes qui s’engagent dans cette démarche sont ceux qui, lors de la scission de 1948, fonderont Force ouvrière.

17 Dans ses mémoires, Albert Prouvost évoque ces liens noués dans la Résistance. Voir Prouvost (A.), Toujours plus loin, La Voix du Nord, 1992.

18 Ce sera le cas en Italie (loi Fanfani, 1952). Il y a eu une hésitation à ce sujet. L’idée de l’époque, sur laquelle insiste Albert Prouvost, est à la fois de favoriser l’accession à la propriété des ouvriers sur le modèle des Building societies britanniques et d’améliorer la rentabilité de la location de logements pour inciter les propriétaires à construire. Maxence Van der Meersch s’était fait lui-même le chantre d’une formule équivalente : « Des maisons avec jardins, de la lumière et de l’air à bon marché et sans exiger en retour de l’ouvrier l’abdication de sa liberté. Une cotisation bilatérale du patron et de l’ouvrier par laquelle celui-ci paierait en vingt ans sa maison en serait propriétaire tout de suite : avec la garantie des industriels, une caisse fonctionnant suivant ce principe trouverait aisément des capitaux à long terme » (Invasion 14, 1934).

19 Il est clairement affirmé que la part du budget consacrée par les ouvriers à leur logement doit pouvoir augmenter. Mais la faiblesse de leurs salaires y fait obstacle. C’est à la fois l’aide à la personne (allocation) et l’aide à la pierre (le 1 %) qui doivent permettre une meilleure rentabilité du logement sans aggraver la pression sur les salaires.

20 « Si le contrôle et la gestion des institutions sociales d’une entreprise isolée sont du domaine du comité d’entreprise, la gestion des services ou d’institutions réalisés sur le plan local ou régional par des organismes interentreprises ou interprofessionnels et le contrôle des sommes affectées par voie de compensation à des oeuvres d’intérêt général ou à des compléments de salaires, doivent être réalisés par des associations constituées sous le régime de la loi de 1901 sur le plan local, régional ou même national » (Syndicat patronal textile de Roubaix-Tourcoing, Projet de « Déclaration de principes pour une convention collective nationale », 1945).

21 On peut comprendre cependant les affirmations d’Albert Prouvost par le fait que son entreprise, La Lainière, avait construit plusieurs cités, Amédée Prouvost dans les années 1860, puis ses successeurs, dont Albert Prouvost, le père du créateur du CIL, qui construisit la cité Amédée Prouvost.

22 En cela, la création du CIL se situe bien dans la continuité de la politique du Consortium durant l’entre-deux-guerres : l’octroi d’avantages sur-salariaux est réservé aux salariés des entreprises cotisant à une caisse inter-entreprises, allocations familiales durant l’entre-deux-guerres, logement après 1945. La mobilité des salariés entre les entreprises cotisantes n’est pas entravée tandis que le marché de la main-d’œuvre continue d’être contrôlé par les entreprises locales.

23 « Le syndicat libre dans la profession organisée ». Mais la CFTC est opposée à la Charte du travail qui fait disparaître les confédérations syndicales. Voir Launay (M.), La CFTC : origines et développement 1919-1940, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986.

24 « Nous ne sommes pas partisans en effet de faire appel aux pouvoirs publics, comme le réclame l’Union nationale (des organismes d’HLM). […] Nous préférons un accord contractuel à une institution étatique. […] le 1 % étant une cotisation sociale et à ce titre du salaire différé, les représentants des syndicats ouvriers ont leur mot à dire à propos de la collecte et de l’emploi du 1 %. Or, pour l’instant seuls les CIL paritaires nous donnent cette participation à cette gestion du 1 % qui devrait être de droit comme l’est celle des œuvres sociales des entreprises. » M. Lagauche, CGT-FO, Logement CIL, 169, mars 1965.

25 Roubaix, le 27 mars 1954, à l’occasion de la venue de Joseph Laniel, président du Conseil.

26 Voir Bernard d’Halluin, premier président du Syndicat patronal textile (CIL, quinze ans d’efforts au service de la construction à Roubaix-Tourcoing. 1942-1957, Roubaix, février 1958).

27 Gabriel Tetaert in CIL : quinze ans d’efforts au service de la construction à Roubaix-Tourcoing. 1942-1957, op. cit.

28 Dès 1945, le Syndicat patronal textile de Roubaix-Tourcoing en défend le principe : « Tous les éléments de la profession étant directement intéressés à une économie saine et prospère, il en résulte que les représentants des ouvriers et des cadres doivent participer à une gestion des organismes qui régissent l’économie de leur profession » (Projet de déclaration de principes pour une convention collective nationale établi en 1945 par le Syndicat patronal textile).

29 « Posséder sa maison c’est vraiment enraciner la famille : lui donner au sens plein du terme une demeure. Rien de meilleur, rien de plus sain, pour cette institution qu’est la cellule de base de la société » (vice-président du CIL, novembre 1951).

30 Il faudrait ajouter que si la construction d’HLM a permis le maintien d’une main-d’œuvre à proximité des entreprises, une grande part de la main-d’œuvre vient quotidiennement travailler du bassin minier ou d’autres secteurs de la région.

31 Guy Lapchin, architecte en chef du CIL de Roubaix-Tourcoing, CIL-Logement, 1956. « Il est nécessaire que ces groupes constituent des cellules complètes et ne soient pas simplement des cités-dortoir, dotées seulement de quelques groupes scolaires ou de quelques rares commerces d’alimentation ».

32 Chez nous, 18 novembre 1952.

33 « Chez nous perdrait l’essentiel de la tâche qu’il s’est assignée si les locataires […] constituaient des groupes de protestataires et gênaient en conséquence le bon fonctionnement des institutions. Au contraire, notre bulletin gagnerait si chacun s’efforçait de rechercher ce qui unit et repoussait ce qui divise » (Chez nous, mars 1955). Quand, à partir des années soixante, les Associations populaires familiales (APF) organiseront la contestation des locataires, elles se verront opposer la gestion paritaire de l’organisme comme garante de l’intérêt des résidents.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540