Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roubaix

 | 
Michel David
, 
Bruno Duriez
, 
Rémi Lefebvre
, 
et al.

Chapitre 1. La ville industrielle

Le développement urbain de Roubaix dans la première partie du XXe siècle

Thibault Tellier

Texte intégral

1Il est courant de prendre Roubaix comme symbole de l’extraordinaire croissance tant urbaine qu’industrielle que connaît la France au XIXe siècle, plus particulièrement à partir des années 1850- 1860. Roubaix est en effet emblématique de ce lien intime entre la ville et l’industrie, au point que, très tôt, la ville nordiste reçut le surnom de « ville-usine ».

2Rappelons les principales étapes de cette croissante démographique, qui connaît peu d’équivalent en France. La population est de 8 300 habitants en 1800, quadruple dans la première moitié du XIXe et réitère l’exploit entre 1850 et 1896.

3De 1800 à 1896, Roubaix enregistre un accroissement de 1380 %. Saint-Étienne, autre fief de l’industrie conquérante n’atteint que 830 % de croissance, Paris 450 %, Lyon 400 % et Lille 370 %.

4L’urbanisme roubaisien a dû s’adapter à cette croissance brutale. Le premier plan d’urbanisme n’est adopté qu’en 1819 sur l’initiative du Préfet et ce n’est qu’en 1838 qu’on délimite avec précision l’agglomération de Roubaix. La même année, on envisage aussi l’éventualité d’un chemin de fer allant de Paris à la Belgique via Lille avec une desserte à Roubaix. Roubaix semble alors entrer de plain-pied dans la modernité. Pourtant, c’est bien le manque total de règles communes qui préside aux destinées urbaines de la ville. Son développement n’est régi par aucun plan d’ensemble. Seule compte la spéculation privée. Le résultat est flagrant si l’on en juge par le développement des rues : quinze rues en 1820 ; cinquante-six en 1851 et, soixante ans plus tard, 410 rues publiques et 130 particulières, pour une longueur totale de 157 km.

5Aux côtés de l’urbanisme, se pose aussi et surtout la question du logement. Jusqu’aux années 1880, une chose est certaine : les pouvoirs municipaux n’ont eu que peu de prise sur cette évolution urbaine. Le service cadastral communal n’est créé qu’en 1884, c’est-à-dire l’année à partir de laquelle les maires vont être élus, ce qui va beaucoup modifier le cours des événements. Désormais, c’est la municipalité en place qui est chargée de veiller au développement, si possible harmonieux, de la cité. À lui aussi de jeter les bases de ce qu’on appellera un peu plus tard l’urbanisme régulateur.

6L’objet de cette communication est de présenter l’un des aspects essentiels de cette croissance urbaine : la question du logement. Notre problématique est de montrer en quoi, de manière progressive, le pouvoir municipal s’est rendu maître de la construction du logement ouvrier, alors largement aux mains de propriétaires privés et surtout du patronat local. Il s’agira de comprendre comment nous sommes parvenus, au cours de la première partie du XXe siècle, à une véritable municipalisation des politiques urbaines roubaisiennes par le biais en particulier de la construction d’habitations à bon marché.

7Il est vrai que cette question a été dans l’ensemble peu étudiée si l’on en juge surtout par l’historiographie roubaisienne. Ces logements se retrouvent chronologiquement coincés entre la construction des courées au XIXe siècle et le développement du CIL dans la seconde partie du XXe siècle. Il s’agit pourtant, de notre point de vue, d’une période essentielle dans la mesure où les HBM marquent, d’une part, la transition entre le type de construction incarné par les courées et celui porté par le CIL après 1945 et, d’autre part, parce qu’ils incarnent d’une certaine manière la municipalisation des politiques urbaines roubaisiennes au cours du XXe siècle.

8Nous aborderons d’abord l’évolution de la croissance urbaine et les prémices d’une politique urbaine dans les années qui précèdent le XXe siècle, avant d’étudier le développement du logement social par le biais des HBM. Enfin, nous nous interrogerons sur le degré de municipalisation des politiques urbaines et sociales roubaisiennes dans l’entre-deux-guerres.

Croissance urbaine et prémices d’une politique municipale au tournant du siècle

9Il convient ici aussi de rappeler quelques chiffres, car la croissance urbaine de Roubaix se poursuit au-delà de la chute de l’Empire de Napoléon III. En 1872, année de recensement, on dénombre à Roubaix 75 987 habitants. Le seuil symbolique des 100 000 est franchi bien avant le siècle nouveau, en réalité dès 1886. En 1901, il y a à Roubaix 124 365 habitants, soit une augmentation de plus de 62 % au cours du dernier quart du XIXe siècle. Pourtant, dès 1903, le solde est négatif : il n’y a plus que 120 000 habitants à Roubaix en 1908. Cela est dû en partie à un ralentissement de la part immigrée dans la croissance urbaine à partir de 1896.

10Du point de vue de l’urbanisme, c’est un sentiment d’entassement qui prévaut : encore en 1900, l’agglomération s’arrête aux boulevards de Mulhouse et de Reims. Au-delà ce sont des briqueteries. Des efforts sont entrepris ici et là pour percer de nouvelles rues et remettre un peu d’ordre dans le plan général. Il est également à noter qu’entre 1827 et 1884, on était passé de 44 ha à 349 ha de surface bâtie. Le manque d’emprise de la municipalité sur ces questions est flagrant.

11C’est alors que l’agglomération de Roubaix s’étend en partie vers l’est (Cartigny) ainsi que vers l’ouest (Fresnoy et Favreuil). Mais c’est en fait le développement vers le sud qui semble le plus prometteur : Petit Beaumont, Potennerie, Pile, Trois Ponts. L’amélioration des transports constitue l’explication la plus tangible de cette extension. Le centre demeure néanmoins le nœud vital.

12Cette extension marque un tournant dans l’évolution urbaine de Roubaix : en effet, jusque-là, l’accroissement démographique et industriel de la ville s’était fait sans développement spatial. L’état du logement est du coup particulièrement préoccupant.

13Il n’est pas utile de rappeler les grandes caractéristiques du logement roubaisien à la fin du XIXe siècle. La question des courées a été à maintes reprises étudiée. À titre d’exemple, on peut toutefois rappeler que la rue de l’Hommelet, avec ses seize courées, concentrait à elle seule pas moins de mille huit cents habitants sur un périmètre des plus restreints. Pour lutter contre l’insalubrité des logements, une commission municipale a été mise en place et organise des visites sur place. Parfois, elle procède à des interdictions pures et simples d’habiter certains logements. Ce ne sont pas seulement les courées et les forts qui sont visités. Des logements individuels sont également l’objet de sollicitations de la part des membres de la commission. En 1882, on relève quarante rapports ; en 1883, 120 ; en 1896, 236. En 1900, la commission fait 240 visites. Le nombre d’opérations de rénovation de logements réalisées par la ville passe de 465 en 1898 à 510 en 1899. Voilà qui témoigne de la montée en puissance de ces questions au niveau municipal. La commission disparaît en 1902, supplantée par une commission départementale d’hygiène. La même année, l’État promulgue un règlement sanitaire qui exige notamment que chaque pièce habitée fasse au moins 25 m2 et possède une surface vitrée de 2 m2 au moins par pièce. Trois volets sont retenus dans chaque étude : la question de la pauvreté, celle de la santé et, enfin, celle de l’instruction.

14Cela témoigne en tout cas de la mise en place d’une véritable politique municipale à la fin du XIXe siècle en matière de salubrité, qui va de pair avec une réelle volonté de maîtriser le développement urbain de la ville. Cela se traduit en particulier par le percement de quelques grandes artères ainsi que par la tentative de dissocier les zones d’habitation et les zones industrielles. Ce qui n’était pas le cas avant. C’est ainsi que les quartiers sud vont avoir tendance à devenir résidentiels. Aux abords immédiats du centre-ville, deux grandes artères sont créées : d’une part, l’avenue de la gare qui est ouverte en 1880 et, d’autre part, les boulevards de Paris et Gambetta (ce dernier suivant l’ancien tracé du canal comblé à la même époque). Dès 1880-1882, le premier réseau de tramways, rendu indispensable par l’extension de la ville, est constitué.

15La rivalité entre les nouveaux élus socialistes, qui entendent faire de Roubaix un laboratoire d’expérimentation pour le socialisme, et le patronat, qui entend préserver le capital industriel de la ville, va évidemment produire un modèle de développement tout à fait particulier.

16C’est donc durant la dernière partie du siècle que Roubaix devient, en matière d’urbanisme, plus soucieuse de maîtriser sa croissance en la rendant notamment plus rationnelle. Les projets politiques municipaux contribuent sans nul doute au développement de véritables politiques urbaines et sociales.

17Ainsi, la première municipalité socialiste élue, en 1892, et dirigée par Henri Carrette, insiste-t-elle sur l’aménagement urbain. Le pavage des rues, l’adjonction d’eau potable, ainsi que la réfection de certaines habitations insalubres, font l’objet d’un effort particulier des socialistes. Il en va aussi de même pour la construction d’écoles, même si ce qui avait été envisagé resta souvent à l’état de projet, faute d’argent.

18En 1902, c’est la grande figure du patronat local qui est élue maire de Roubaix : Eugène Motte. Lui aussi entend peser sur l’urbanisme local en multipliant les constructions. Étant donné le déficit en matière d’équipements hospitaliers, un second hôpital sera construit : celui de la Fraternité. Un nouvel hôtel de ville est aussi conçu. La pose de la première pierre a lieu en 1907 et, à cette occasion, Eugène Motte déclare « qu’il est intéressant d’avoir ici une maison communale digne de l’ampleur que la ville a prise au cours d’un siècle. Vous ne pouvez continuer à garder l’Hôtel de Ville construit quand Roubaix avait trente mille habitants, c’est-à-dire vers 1843-1844, sous Louis-Philippe, alors que l’on a su partout donner de l’ampleur, de l’extension à la ville, créant des boulevards, des jardins publics et paver cent trente rues. » Il veut également que la nouvelle mairie soit « un monument qui, à l’instar de la halle aux draps d’Ypres, des édifices de Bruges, soit le témoin vis-à-vis de la postérité de la période d’énorme activité et de succès d’une ville qui s’est faite elle-même. » Il fera aussi bâtir une chambre de commerce dans le même esprit.

19Une autre question émerge également au cours de cette période : celle du cadre de vie. Un premier projet de parc a lieu dès 1860 au hameau de Barbieux. Le décret impérial date du 30 juin 1860. Les premiers travaux démarrent en 1878. Le parc ne sera achevé qu’en 1906 avec encore toutefois quelques aménagements jusqu’en 1921.

20Symbole de cette puissance industrielle, l’exposition internationale a lieu à Roubaix en 1911. Ceci n’empêchera pas que, l’année suivante, Eugène Motte soit battu par le nouveau chef des socialistes locaux, Jean-Baptiste Lebas.

21Durant la période 1880-1914, on assiste à l’émergence d’une véritable politique municipale en matière d’urbanisme, qu’elle soit d’inspiration libérale avec Eugène Motte ou socialiste avec Henri Carrette. Cette émergence de politique publique peut aussi s’expliquer par le fait que, durant cette même période, la question sociale devient une question d’actualité au plan national, en particulier pour tout ce qui a trait au logement social. Sur le plan local, cela se vérifie à la lecture du Journal de Roubaix, dans lequel les enquêtes sur les logements sont reproduites. Une étude a montré que 129 articles y ont été publiés sur les logements et les jardins ouvriers entre 1891 et 1914. Il y a donc une corrélation très nette entre la prise de conscience qui s’opère chez certains dirigeants tant au plan national que local. En 1894, la Société des habitations à bon marché est créée sous la direction de Jules Siegfried, le maire du Havre. Dès le mois de mars 1895, on relève à Roubaix la création d’une société locale de HBM, « la Ruche roubaisienne ». Les besoins en logements sont, il est vrai, considérables : en 1912, on compte à Roubaix 1 324 courées qui rassemblent près de 48 % des habitants de la ville. La plupart de ces logements sont insalubres. Quant à la construction de nouveaux logements, la situation est également très critique : la moyenne de construction de maisons qui était de 456 maisons en 1900 est alors de 40

22Mais comme d’autres projets roubaisiens, si la création de logements sociaux est bel et bien envisagée dans les années 1890-1910, ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale qu’ils seront, en partie, réalisés. Une chose est en tout cas certaine : la question de la construction de HBM est bien à l’ordre du jour en 1918. Le développement du logement social à l’échelon local va également permettre à la municipalité d’approfondir son rôle dans le développement urbain et social de la ville.

Le logement social dans l’entre-deux-guerres : les Habitations à Bon Marché

23La fin de la Première Guerre mondiale marque un tournant. Mais si la question du logement social devient une question d’État, en particulier à partir du vote sur les assurances sociales en 1928, il ne faut pas non plus imaginer qu’au plan local, elle va trouver une résolution immédiate. L’élaboration de programmes de construction va notamment souffrir, à Roubaix comme ailleurs, de lenteur ainsi que de la faiblesse numérique des réalisations. On repère cela dit une évolution : c’est en 1934 que la dernière courée est construite à Roubaix, la Cité Duretête rue de Leers. Elle est en plus modeste puisqu’elle ne comprend que dix-neuf maisons.

24La construction d’habitations à bon marché demeure la principale innovation en matière d’urbanisme roubaisien durant l’entre-deux-guerres. En voici les traits principaux.

25Au plan national, la loi Siegfried du 30 novembre 1894 devait marquer la première intervention de l’État dans la construction privée. Quant à celle du 23 décembre 1912, elle apportait une innovation de taille puisqu’elle introduisait dans le droit français un nouveau type d’établissement public : l’office public des habitations à bon marché, organisme chargé d’accroître les constructions de logements sociaux grâce à de nouvelles dispositions réglementaires impliquant davantage les municipalités. Pour le législateur, il s’agissait surtout d’écarter l’État de la construction directe pour donner le rôle aux communes.

26Ce n’est véritablement qu’au lendemain de la Première Guerre mondiale que cette loi fut mise en application. Au 31 décembre 1918, on ne comptait en France que quatorze offices.

27Coïncidence qui aura néanmoins une forte incidence pour l’avenir, c’est la même année que la promulgation de la loi, en 1912, que Jean- Baptiste Lebas est élu maire de Roubaix.

28Dans une brochure publiée à l’occasion des élections municipales de 1959 par le successeur de Jean-Baptiste Lebas, Victor Provo, il est dit sans détours que « Roubaix, sans conteste, est devenue et reste la ville-pilote du progrès social, le laboratoire d’un monde plus fraternel et plus juste […] Ville pilote entre les deux guerres avec Jean-Baptiste Lebas, qui fit naître les habitations à bon marché, le parc des sports et la piscine. » En fait, la création à Roubaix de l’office public des habitations à bon marché ne s’est faite que deux ans après la fin de la Première Guerre mondiale, en octobre 1920, alors que les premiers offices sont nés avant la guerre : celui de La Rochelle en premier, puis celui de Nantes, et en janvier 1914, celui de Paris.

29À Roubaix, à la fin de la Première Guerre mondiale, on estime à environ trois mille le nombre de logements manquants. La loi de 1918 sur les loyers touche directement les petits propriétaires. L’une des conséquences est nette : la construction des courées s’arrête presque totalement, étant donné le peu de rentabilité désormais de ce type de placement financier. Quant à l’entretien du parc existant, celui-ci tend à devenir de plus en plus précaire toujours en raison du manque de rentabilité. Il importe donc que la ville intervienne au plus vite pour prendre le relais.

30Au cours de sa séance du 26 octobre 1920, le conseil municipal vote la création d’un office public des habitations à bon marché. Ce n’est pourtant que le 3 juin 1921 qu’intervient le décret portant création de cet organisme. Le conseil d’administration comporte alors six membres désignés par le conseil municipal, six par le préfet et six par plusieurs institutions. Ceux qui siègent au conseil d’administration sont le maire, des administrateurs du bureau de bienfaisance ainsi que des hospices, le vice-président de la Chambre de commerce de Roubaix ainsi que le vice-président de la société roubaisienne d’HBM. Un négociant de Roubaix et un ouvrier textile y figurent aussi. La composition témoigne en tout cas d’une certaine captation par les notables de cet outil. Mais si nous sommes encore loin de la gestion paritaire du logement, comme ce sera le cas après la Seconde Guerre mondiale avec le CIL, les HBM marquent toutefois la volonté des socialistes d’aboutir à un partage de la question du logement social avec le patronat local.

31Le conseil municipal vote une dotation de cent mille francs. L’office obtient alors un important terrain appartenant à la ville et situé au Nouveau Roubaix, entre les avenues Motte, Delory, Linné et la rue Léon Marlot. Le tout a une superficie de 21 ha. Le choix est clair : l’extension urbaine de Roubaix dans l’entre-deux-guerres se fera au sud.

32En plus de la ville, l’État, la Caisse des dépôts et consignations pour une majeure partie, ainsi que les ressources propres à l’office municipal, participeront au financement des programmes de constructions. Précisément, il est décidé la construction de 775 logements sociaux en trois tranches : 1923, 1927 et 1929. Le programme ne sera définitivement achevé qu’en 1932.

33La première tranche de réalisations n’est que partielle étant donné que le comité permanent du conseil supérieur des HBM, mis en présence du projet, ne veut pas s’engager au-delà d’une subvention de deux millions de francs. Le conseil d’administration de l’office décide de n’exécuter dans les années à venir qu’une partie du projet, soit deux cents logements : cent soixante collectifs et quarante individuels. L’adjudication des travaux a lieu en décembre 1923. Le conseil d’administration de l’office adopte le projet de cinq architectes pour vingt-trois millions de francs. Les premières locations démarrent le 1er octobre 1924. Environ un millier de personnes vont en bénéficier. En réalité, c’est beaucoup trop peu au regard des demandes enregistrées pour ce type de logements sur Roubaix.

34L’année 1927 voit la mise en place d’un projet de deux cents nouveaux logements et maisons individuelles. Mais l’État ajourne sa subvention. Seules quarante nouvelles maisons pourront être subventionnées par le comité permanent du conseil supérieur des HBM. En réalité, la stagnation des crédits alloués à la construction s’explique par la stagnation de la population roubaisienne elle-même : en 1931, on dénombrait 117 190 habitants contre 122 723 en 1911 et 113 265 dix ans plus tard. Il faut toutefois noter que dans le même temps, Lyon n’a construit que 217 habitations à bon marché.

35Grâce à la loi du 13 juillet 1928, l’office municipal des HBM peut même projeter de réaliser la dernière tranche du programme élaboré en 1923 et qui comportait 775 logements (240 seulement ont déjà été exécutés). Il reste 111 maisons individuelles et 424 appartements à bâtir. Afin de bien marquer son engagement, la ville de Roubaix apporte une contribution équivalente à 10 % du montant total des constructions et, d’autre part, elle s’engage à garantir les emprunts que l’office local des habitations à bon marché devra contracter auprès de la Caisse des dépôts et des consignations. À la chambre, Jean-Baptiste Lebas plaida en faveur de l’adoption d’une disposition permettant aux communes de lancer des emprunts auprès des établissements de crédit ou auprès du public par émission d’obligations. Une majorité de députés refusa cette proposition pourtant novatrice. Enfin, dans la délibération municipale, la ville s’engage aussi, « pour quel que motif que ce soit », à supplanter l’office au cas où ce dernier serait dans l’impossibilité d’honorer ses paiements auprès de l’organisme national de prêt. La ville de Roubaix pouvait aussi compter sur le concours de l’office départemental d’habitations à bon marché, puisque au cours de l’une des sessions de 1922, le conseil général du Nord avait décidé de consacrer les vingt-six millions de francs provenants des bénéfices du ravitaillement départemental à l’encouragement de constructions de logements ouvriers. À la fin de 1928, la participation financière de la ville aura été de 7,2 millions de francs. Ce qui témoigne de l’ampleur de l’engagement municipal sur le logement social.

36L’année 1930 verra la réalisation concrète de cette nouvelle tranche du programme. On espère alors qu’à la fin des travaux prévue au printemps 1932 trois mille personnes puissent en bénéficier. Elles auront ainsi, plaide la municipalité, « grâce à l’initiative de l’administration municipale, un abri sain, agréable et pourvu de tout le confort. »

37Les années 1931 et 1932 voient donc la poursuite de la construction des 775 logements le long du boulevard de Fourmies et de l’avenue Alfred Motte, deux voies ouvertes à la fin du siècle en direction de Hem et qui prendront ici toute leur importance avec le développement de ce qui allait bientôt devenir le Nouveau Roubaix.

38La municipalité se félicite bien sûr de cette nouvelle implantation. Il s’agit selon elle d’un « nouveau quartier, propre, bien aéré, qui, régulièrement desservi par une ligne de tramway, donne l’impression d’être situé à la campagne. » Environ trois mille personnes profiteront de ces constructions. Les immeubles seront en effet, comme le suggèrent les photographies prises à l’époque, de bonne qualité, construits en matériaux traditionnels et dotés du confort moderne. Le nouveau quartier roubaisien n’est pas, loin s’en faut, dépourvu d’activités industrielles, à commencer par la fabrique de velours Motte-Bossut, édifiée en 1902, et qui restera en activité jusqu’en 1982.

39En même temps que l’office municipal des HBM, d’autres sociétés anonymes ou coopératives se sont créées comme la Société anonyme roubaisienne d’habitations ouvrières. Une différence les sépare de l’office de la ville. Comme le dit l’élu chargé de ces questions, « ces sociétés s’adressent simplement aux ouvriers ou employés qui possèdent déjà un petit capital et dont le salaire est assez fort pour régler chaque mois un loyer relativement élevé. Leur activité est forcément restreinte et les projets qu’elles veulent réaliser sont des plus modestes. » Quant à l’office municipal, il aura avant tout pour tâche de construire un grand nombre de logements ouvriers qui seront, précise le collaborateur de Jean-Baptiste Lebas, loués de préférence à des familles nombreuses, « par conséquent à la catégorie la plus intéressante de la population. Seule, une entreprise de cette envergure est de nature à conjurer la crise du logement à Roubaix en apportant, à bref délai, des milliers de logements sur le marché de l’habitation », conclut-il. Ainsi l’office municipal se verra allouer à lui seul toutes les subventions qui seront versées à Roubaix, à commencer par les fonds départementaux. Si les sociétés privées d’HBM confirmeront néanmoins l’ancrage sudiste des constructions (65 maisons individuelles construites avenue Linné, 24 à la Justice, 6 rue Édouard Vaillant), le choix d’affectation sociale témoigne de la volonté de la municipalité de faire des habitations à bon marché une contribution importante à son projet politique pour Roubaix.

40Avant 1939, l’office aura effectivement construit 775 logements dont 191 individuels et 584 appartements collectifs. Ce qui fait, au final, peu par rapport aux besoins locaux qui avaient été estimés à la fin de la Première Guerre mondiale à trois mille logements. La crise de 1931 aura été un frein considérable à tout nouveau projet. Ces logements constituent indiscutablement un progrès notoire pour ceux qui y habitent : il y a l’eau courante, les WC, parfois une salle de bain. La différence est d’autant plus forte pour les familles qui vivaient auparavant en courée. Cela n’empêchera toutefois pas la surenchère politique. Pour la droite, mais aussi le Parti communiste, il s’agit ni plus ni moins des « casernes à Lebas. »

41Dans le même temps, la municipalité s’engage dans la lutte contre le logement insalubre. Les rapports annuels du maire au Préfet permettent de mieux resituer ce travail. En particulier, le recensement des forts et courées permet de voir en quoi ce type d’habitat demeure prépondérant à Roubaix durant l’entre-deux-guerres.

42Le plus vaste ensemble demeure le Fort Frasez, rues de l’Alma et Jacquard, avec un ensemble de cent quatre-vingt-cinq habitations (la moyenne de regroupement se situe habituellement entre dix et vingt maisons).

43Le recensement des procès-verbaux de la commission chargée à Roubaix de ces questions au cours de l’entre-deux-guerres confirme que l’insalubrité demeure un problème crucial. La propriétaire de ce que les instructeurs du dossier qualifient de « baraquement insalubre », écrit le 24 février 1931 au maire pour se plaindre de sa locataire : « J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que la dame Anna Lescouvez, habitant un baraquement situé sur notre terrain rue de Mascara no 1, tient celui-ci dans une saleté repoussante tant aux abords qu’à l’intérieur. Cette femme ne travaille jamais et se livre à la prostitution chez elle dans une place unique, bien souvent sans prendre garde à ses deux jeunes enfants. » Elle souhaite donc que le maire intervienne au moins pour la malpropreté, tout en réclamant que son nom ne soit pas cité afin d’éviter, dit-elle, « les disputes ».

44Une enquête de la ville est diligentée. Elle conclut qu’il n’existe aucune norme sanitaire dans ce logement : « malpropre sous tous rapports », conclut-il. Le front à rue sert en fait à un dépôt de boues graisseuses provenant du nettoyage des voies et aiguillages de la compagnie des tramways. Dans le fond de la parcelle, se trouve un WC rudimentaire en planches avec, comme fosse, une vieille cuvelle qui sert de récipient. Le rapport se prononce néanmoins pour une consolidation du baraquement. Il a d’ailleurs été noté en marge du document : « L’administration demande une grande tolérance pour les baraquements. »

45Ce document témoigne en tout cas du double aspect du logement social à Roubaix durant la période de l’entre-deux-guerres. D’une part, il évoque la mise en chantier d’expériences sociales dans le sud de la ville devant permettre un changement radical dans le mode d’habitation. D’autre part, il révèle un maintien évident de la plus extrême précarité dans le logement prolétaire dans le reste de la ville, et plus spécialement dans les quartiers jouxtant le centre-ville.

46Cet écart de plus en plus manifeste ne doit toutefois pas faire perdre de vue le fait que tout au long de notre période, la municipalité, sous la conduite de Jean-Baptiste Lebas, a déployé de nombreux moyens pour transformer la ville, tant pour l’urbain que pour le social. Tant et si bien qu’on doit se demander si ce n’est pas précisément au cours de l’entre-deux-guerres que s’opère la municipalisation de ces politiques ?

Une municipalisation des politiques urbaines et sociales roubaisiennes ?

47Jean-Baptiste Lebas, encore aujourd’hui, occupe une place centrale dans le panthéon politique local roubaisien. En plus des fonctions d’élu local qu’il occupa tout au long des années 1920-1930, il a aussi exercé des fonctions nationales, devenant ministre du Travail dans le gouvernement du Front populaire. Pour certains observateurs, nul doute que c’est l’expérience roubaisienne qui a servi de terreau à ce qu’il envisageait de faire au plan national aux côtés de Léon Blum.

48Il n’est pas dans notre but de retracer ici l’ensemble de la politique sociale mise en œuvre par la municipalité socialiste. Il importe en revanche de rappeler que pour cette dernière, l’urbain et le social sont intimement liés. On ne peut en effet développer une politique ambitieuse dans le domaine du logement si l’on ne se soucie guère de l’environnement social. Il faut rappeler également que la politique des habitations à bon marché va également se dérouler sur fond de crise sociale quasi permanente. Les premières grèves éclatent dès 1921. La plus importante d’entre elles, celle de 1931, sera d’ailleurs immortalisée par Maxence Van der Meersch dans le roman célèbre, Quand les sirènes se taisent.

  • 1 Lefebvre (R.), Le socialisme saisi par l’institution municipale (des années 1880 aux années 1980). (...)

49Pour Jean-Baptiste Lebas et l’équipe municipale socialiste, comme l’a montré Rémi Lefebvre dans sa thèse1, la politique du logement va de pair avec la construction du socialisme municipal à Roubaix : « Construire maison par maison la cité nouvelle n’est peut-être pas la plus mauvaise méthode pour faire crouler ou faire déserter la vieille bâtisse ruineuse du capitalisme. C’est cette méthode qu’offre le socialisme municipal », affirmait-il durant la conférence de la fédération des municipalités socialistes à Toulouse en octobre 1938.

50Dans sa campagne électorale pour les élections municipales de 1929, la SFIO met l’accent sur la nécessaire cohérence entre les efforts fournis en matière de logement sociaux d’une part, et d’autre part, ceux en direction des équipements. Il en va ainsi de la construction d’un parc des sports de 88 000 m2 qui sera inauguré le 24 mai 1931. « Roubaix possédera, sans conteste le plus complet, le plus joli parc municipal des sports en France », affirme la SFIO. Le fait qu’il soit implanté dans les nouveaux quartiers sud, outre l’emprise foncière, ne doit sans doute rien au hasard. Toujours dans le domaine sportif, mais aussi sanitaire, il est également fait mention d’une piscine à eau chaude : « À part que nous n’aurons pas l’eau de la mer, peut-on lire dans la brochure, et qu’il n’y aura pas la même clientèle de snobs, la piscine de Roubaix ne le cédera pas à celle de Dinard. Les Roubaisiens sont aussi beaux que les autres et les travailleurs ont autant que les privilégiés de la fortune, le droit de se baigner dans une piscine modèle », affirme la plaquette de propagande. La piscine sera inaugurée le 2 octobre 1932. Elle serait, affirme-t-on à l’époque, l’une des plus modernes d’Europe. Le même document annonce par ailleurs la mise en chantier de quatre-vingts maisons individuelles et cent soixante logements collectifs qui vont de pair avec cette politique de recherche de la salubrité publique.

51Dès les années 1920, Jean-Baptiste Lebas fait construire des écoles modernes, ce qui fait dire à la droite qu’on construit « des palais pour les enfants d’ouvriers. » La même année, la colonie scolaire est aussi réalisée, ainsi qu’une école de plein air l’année suivante, dotée d’un cinéma et d’un dortoir. Quant à l’hôpital de la fraternité dont la construction avait été décidée par Eugène Motte à la fin du XIXe siècle, Jean Baptiste Lebas décide d’y ajouter un pavillon de cure pour les tuberculeux et d’en agrandir la maternité.

52Une politique d’amélioration du cadre de vie, envisagée aussi comme le corollaire de la politique de logements, est mise en chantier. Elle poursuit en partie ce qui avait été entrepris par la première municipalité élue en 1892. En 1930, les élus votent en faveur de l’installation de canalisations d’eau potable, surtout dans des rues ouvrières de l’Espierre, du Hutin, Michel-Ange et Palissy. En juin 1933, le conseil municipal attribue également d’importantes sommes pour la construction d’égouts ainsi que pour la réfection des chaussées.

53À la fin des années 1930, Roubaix apparaît en effet comme un laboratoire des politiques tant sociales qu’urbaines. Le meilleur exemple en est qu’en 1939, quelques jours seulement avant la déclaration de la guerre, a lieu à Lille et à Roubaix l’exposition nationale du progrès social. Le parc Barbieux accueille le centre régional. L’exposition est officiellement inaugurée par le président de la République Albert Lebrun, le 4 juin 1939.

54Expo-39, le journal de l’exposition du progrès social affirme que « l’une des plus belles réussites : c’est le centre régional de Roubaix […] Les pavillons des départements du Nord et de l’Est, coquets et gracieux, principaux sujets d’une admirable décoration, transforment le parc Barbieux en un jardin de rêve. »

55Les réalisations des habitations à bon marché roubaisiennes figurent en bonne place. Il est question du Nouveau Roubaix. Le pavillon montre comment concilier confort, hygiène et embellissement. Il est aussi question d’un concours organisé entre les différentes sociétés et offices HBM des quatorze départements du Nord et de l’Est afin de pouvoir déterminer quelles sont les constructions qui répondent le mieux aux conditions demandées, c’est-à-dire très souvent les plus avantageuses en rapport qualité-prix. Les meilleurs projets seraient réalisés sur place.

56La guerre allait néanmoins interrompre pour cinq ans cette recherche de la modernité urbaine, entreprise avec plus ou moins de réussite, à Roubaix comme ailleurs en France.

Conclusion : d’une guerre à l’autre

57Sans nul doute, la construction des habitations à bon marché a eu un impact très limité sur le logement social roubaisien. En tout, moins de mille logements construits, alors qu’en 1923, il était question de milliers d’habitations. La première opération des 775 logements n’allait occuper que sept des dix-huit hectares acquis par la ville. D’autres programmes étaient donc possibles, mais la crise économique puis la guerre, allaient mettre un terme définitif à cette espérance sociale.

58Toutefois, l’expérience demeure importante dans la mesure où elle a servi d’expérimentation à la mise en place d’une véritable politique publique en matière de logement social.

59La mise en chantier de ces opérations immobilières d’un type nouveau a permis à la ville de confirmer son rôle en matière de politiques urbaines. Désormais, les patrons doivent contribuer aux charges sociales, perdant ainsi un moyen de contrôle certain sur la main-d’œuvre. Cela n’empêchera pas les stratégies d’évitement, comme la prime dite de fidélité mise en place par le Consortium textile et qui déclenchera la grande grève de 1931. La construction des HBM marque en tout cas le passage de la construction de logements pour le peuple par des propriétaires privés à une organisation publique initiée et concrétisée par la ville avec le concours de l’État. L’expérience entamée dans l’entre-deux-guerres aura ainsi tout le loisir d’être développée à plus grande échelle après la Seconde Guerre mondiale avec le CIL. En effet, les rapports entre les élus socialistes et le patronat local se nouent dans l’entre-deux-guerres autour de la question des HBM.

  • 2 Cornuel (D.), Duriez (B.), Le mirage urbain. Histoire du logement à Roubaix, Anthropos, 1983.

60La mise en place des HBM a aussi valeur de test politique. On peut ici évoquer, à la suite de Bruno Duriez et de Didier Cornuel2, un désir d’émancipation de la classe ouvrière à l’égard du patronat local. C’est désormais la ville qui va jouer le rôle d’animateur principal en matière de constructions de logements sociaux. La municipalité de Jean- Baptiste Lebas a rapidement mis en sommeil la référence guesdiste pour lui préférer une gestion plus souple, notamment en jouant en matière de logement social la carte de la complémentarité avec la bourgeoisie locale. En cela, ce qui allait devenir le Nouveau Roubaix devait apparaître comme une cité nouvelle, témoin du socialisme municipal moderne. Ces nouveaux modes de gestion annoncent en fait la création du CIL et de son fonctionnement paritaire mis en œuvre quelques années plus tard par Victor Provo, le successeur de Jean- Baptiste Lebas à la mairie, et par l’industriel Albert Prouvost.

61En 1945, c’est la reconstruction qui est à l’ordre du jour en France. Pour cela, le ministère de la Reconstruction demande à chaque ville de lui produire un rapport d’enquête sur sa propre situation. Celui de Roubaix présente à la fois l’héritage urbain de la ville ainsi que les nouvelles perspectives dont la cité a besoin pour son développement futur.

62Les questions d’aménagement comme celles des équipements sont évoquées. La question de l’habitat demeure centrale pour Roubaix. Il est notamment dit qu’en termes de logement, « nous sommes encore loin du compte. » Les enjeux sont très clairement posés : d’une part, selon le document, le nordiste et le Roubaisien en particulier ont une préférence très marquée pour la maison individuelle. Mais, d’autre part, cela requiert des superficies dont la ville ne dispose pas. Même avec la place laissée par la destruction des taudis, il est nécessaire pour Roubaix d’agrandir son territoire, selon l’étude, de cinq cents hectares. C’est vers Hem (Les Trois Baudets) et vers Croix (partie comprise entre Hem et le grand boulevard Lille-Roubaix) que doit avoir lieu ce développement par le biais d’annexions territoriales sur ces deux villes. Pour les constructions, on pourra compter sur le CIL. Mais faute d’accord avec ces deux communes pour qu’elles cèdent une partie de leurs territoires, le texte prévoit que Roubaix construira sur son propre territoire. Les logements seront alors de type collectif étant donné le manque de place disponible.

63La conclusion de ce document d’intention est claire : « Ce problème du relogement à Roubaix et de l’extension du territoire conditionne la vie future de la cité et, par conséquent, les réalisations d’urbanisme prévues au plan. » Ainsi, l’année 1945 marque-t-elle effectivement l’émergence d’une nouvelle période de transformations urbaines et de mutations sociales dont la période de l’entre-deux-guerres, étudiée ici, en constitue effectivement la préfiguration.

Notes

1 Lefebvre (R.), Le socialisme saisi par l’institution municipale (des années 1880 aux années 1980). Jeux d’échelles, thèse de science politique, Lille 2, 2001.

2 Cornuel (D.), Duriez (B.), Le mirage urbain. Histoire du logement à Roubaix, Anthropos, 1983.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540