Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roubaix

 | 
Michel David
, 
Bruno Duriez
, 
Rémi Lefebvre
, 
et al.

Chapitre 1. La ville industrielle

Roubaix, une ville industrielle nourrie d’immigration belge

Chantal Petillon

Texte intégral

  • 1 « Parler de croissance champignon serait cependant exagéré : les villes de la Ruhr, par exemple, on (...)

1Roubaix est l’une des rares villes françaises à connaître, tout au long du XIXe siècle, une croissance d’une si forte ampleur que certains n’hésitent pas à employer le terme de ville-champignon1. C’est le moment où la transition se produit entre la phase proto-industrielle, celle de la manufacture dispersée, et la phase de concentration usinière.

  • 2 En raison de la taille de la ville au XIXe siècle, étudier la population à partir des familles fond (...)
  • 3 Voir Stengers (J.), « Émigration et immigration en Belgique aux XIXe et XXe siècles », Histoire et (...)

2La population, qui n’est encore que de huit mille habitants à l’aube du XIXe siècle, franchit le seuil des cent mille habitants dès 1886 et le maximum (124 661) est atteint en 1896. Par la suite, elle stagne aux environs de cent vingt mille habitants2. Cette hausse est loin d’être régulière : surtout concentrée pendant la seconde partie du XIXe siècle (graphique 1), elle est due à un apport notable de l’immigration venant de l’intérieur, mais aussi en provenance de la proche Belgique. Devenu, au XXe siècle, à l’instar de nombre d’États européens, terre d’immigration, ce pays voit partir nombre de ses enfants. Ce fut frère Orban qui répond à son roi, Léopold II : « Sire, une colonie, la Belgique n’en a pas besoin, d’ailleurs, elle a déjà une colonie : c’est la France3. » Au cœur de la région lilloise, Roubaix est, au XIXe siècle, l’une des villes les plus importantes de cette colonie même si les Roubaisiens ne sont sans doute pas conscients de vivre dans une ville belge, de la taille de Bruges, plus peuplée que Tournai ou Mons. Les Belges, souvent pour des raisons économiques, viennent travailler et vivre dans une ville qui manifeste pourtant parfois des réactions d’hostilité. Si les signes d’intégration existent et si l’assimilation est en marche, les frontaliers sont, à la fin du XIXe siècle, en butte à une hostilité vive dans un contexte de nationalisme accru et de protection du travail national.

La croissance d’une ville surtout nourrie par l’immigration belge

Une croissance vertigineuse

  • 4 Voir Dupeux (G.), Atlas historique de l’urbanisation de la France (1811-1975), Paris, 1981.

3La croissance fait de Roubaix une vraie ville, la hissant des profondeurs de la hiérarchie urbaine française (255e rang en 1811) aux toutes premières places (10e en 1891) pour la seule population agglomérée4. De 1806 à 1851, la population est multipliée par plus de trois, de même qu’entre 1851 et 1896 (3,86 entre 1806 et 1851 et 3,59 de 1851 à 1896).

4Accroissement naturel et solde migratoire jouent de concert dans la croissance, dans des proportions variables au fil des décennies. Malgré des atteintes épidémiques, le solde naturel par décennie est toujours positif. Mais, dès le début du siècle, le solde migratoire positif, nourri essentiellement par l’afflux de Belges, participe à la croissance : de 1814 à 1891, il représente 52,7 % de l’accroissement total et même jusqu’à près des trois quarts sous le second Empire.

  • 5 Voir Smague (N.), Les débuts de la machine à vapeur dans l’industrie du département du Nord 1817-18 (...)

5Avec le rétablissement de la frontière à la fin de l’Empire, débute une longue période de croissance exceptionnelle (plus de 8,3 % par an de 1814 à 1851), mais néanmoins irrégulière. Le solde naturel (graphique 2) est l’élément déterminant entre 1815 et 1826 (62 % de l’accroissement). À partir de 1827, sa part fléchit nettement (environ un tiers entre 1826 et 1846) alors même que l’accroissement annuel atteint des records : 7,7 % de 1826 à 1831, plus de 5 % entre 1836 et 1846. Roubaix est alors en pleine phase de mécanisation : la première machine à vapeur est installée, semble-t-il, en 1820 par Eugène Grimonprez et son usage se généralise dans les années 1830-18405.

Evolution de la population de Roubaix (1800-1911)

Evolution de la population de Roubaix (1800-1911)

Croissance de Roubaix 1815-1891 : solde naturel et solde migratoire

Croissance de Roubaix 1815-1891 : solde naturel et solde migratoire

6Entre 1846 et 1851, la croissance annuelle ralentit (2,5 % seulement), le solde naturel étant réduit de plus de la moitié par rapport à la période précédente, en raison des épidémies de typhus et de choléra. L’excédent migratoire diminue également, mais dans des proportions moindres, donc sa part dans l’accroissement total ne baisse pas (65,5 % en 1841-1846, 70 % en 1846-1851).

  • 6 Voir Gubin (E.), « L’industrie linière à domicile dans les Flandres en 1840-1850. Problèmes de méth (...)

7Même si Roubaix attire moins en période de crise démographique et économique, l’immigration ne cesse pas complètement. En effet, si la situation y est difficile, elle est bien plus dramatique en Flandre occidentale6. En outre, après les premiers incidents de 1846 et la grève d’octobre 1848, un autre mouvement éclate en septembre 1849, alors que les affaires reprennent, et les patrons remplacent les grévistes par des Belges arrivés dès le début du mois d’octobre.

  • 7 ADN, M 653/22 dossier no 4 de 1845

8La crise accélère le processus de concentration technique amorcé dès 1840 : ainsi la filature de laine Delannoy frères emploie, à elle seule, sept cents ouvriers (c’est l’une des quatre qui font travailler plus de deux cents ouvriers et absorbent plus de la moitié des ouvriers). La filature du coton est dominée par l’usine monstre Motte-Bossut : fondée en 1843 et équipée de métiers renvideurs self-acting, elle compte vingt mille broches ; après l’incendie de 1845, elle est reconstruite avec quarante mille broches. La tendance à la concentration est identique dans le tissage : en 1845, trois des cent cinquante-sept tissages emploient plus de cinq cents ouvriers : ce sont les tissages Lagache (500), Veuve Lefebvre (580) et surtout Wibaux-Florin (955)7.

  • 8 La signature de la convention franco-belge de 1852 qui facilite l’admission des ouvriers ayant un l (...)
  • 9 Le tissage mécanique commence aussi à se diffuser au milieu du siècle : du début à la fin du troisi (...)
  • 10 Il est rompu par la guerre de Sécession.

9Sous le second Empire, Roubaix, connaît de nouveau une croissance démographique particulièrement rapide entre 1856 et 1866 (+ 5,15 et 6,26 % par an). Le solde naturel reste positif et à peu près constant sauf en 1866, année de récurrence du choléra. Mais l’immigration joue alors un rôle accru, représentant plus de la moitié de la croissance et près de 70 % pour la fin de l’Empire. Ce poids de l’immigration résulte avant tout8 de la conjoncture économique florissante, malgré quelques moments difficiles comme en 1867. Il est vrai qu’à partir du milieu du siècle débute une période de croissance accélérée et que de nouvelles transformations opèrent une métamorphose du paysage industriel : la nouvelle phase de l’industrialisation du « Manchester français » se manifeste par une accélération de la mécanisation9 et de la concentration, par le retour de la laine au premier plan après un éphémère équilibre avec le coton10 et par l’affirmation de la dimension mondiale de la métropole lainière. Le parallélisme entre la forte immigration et la prospérité économique reflète la part de la population belge dans l’essor roubaisien.

10La croissance rapide se poursuit entre 1872 (près de 76 000 habitants) et 1891 (environ 115 000 habitants) avec des taux annuels rarement et de peu inférieurs à 2 %. Le solde naturel reste important, mais la ville attire moins d’immigrants : leur nombre, entre 1873 et 1881, est quatre fois inférieur à celui de la décennie précédente. La part de l’immigration diminue donc un peu, elle ne fournit plus qu’entre 27 % et 43 % de la croissance. Dans l’ensemble, il s’agit d’ailleurs d’une période moins faste d’un point de vue économique que le second Empire.

  • 11 ADN, 2151/1 à 2151/104.
  • 12 Le département compte 794 872 habitants en 1801 et 1 158 285 habitants en 1851 soit une croissance (...)

11Avec une telle croissance démographique, Roubaix devient la deuxième ville du département dès 1846, devançant tant les plus anciennes villes (Valenciennes ou Cambrai) que sa ville jumelle Tourcoing11. Dans un département dont la population augmente plus que la moyenne nationale12, dans un arrondissement qui progresse plus que l’ensemble du département, Roubaix marque sa différence par une augmentation encore plus exceptionnelle qui reflète l’attraction exercée par Roubaix sur les habitants des communes de son hinterland.

Croissance démographique de Roubaix et des villes textiles de 1811 À 1911

Croissance démographique de Roubaix et des villes textiles de 1811 À 1911
  • 13 Voir Le Mee (R.), « Les villes de France et leur population de 1806 à 1851 », Annales de démographi (...)

12Exceptionnelle par rapport au Nord, l’explosion démographique roubaisienne l’est également si on la compare avec l’ensemble des vil- les françaises. La croissance annuelle de la population urbaine en France, entre 1806 et 1911, est en moyenne de 1,22 %, contre 12,04 % à Roubaix13. Un tel rythme de progression la plaça en tête, loin devant toutes les autres villes textiles (cf. graphique 3), ainsi que devant les villes de la métallurgie, la rapprochant plutôt des villes belges, allemandes, voire britanniques.

13Gros bourg au milieu du XVIIIe siècle, Roubaix est donc devenue, en 1911, une véritable ville industrielle, et même l’une des plus importantes villes françaises. Certes les Roubaisiens, encore à l’aube de la IIIe République, sont particulièrement féconds, mais la ville n’eût jamais pu se développer aussi fortement sans l’arrivée massive de Belges. En effet, en raison de ses énormes besoins en main-d’œuvre, après avoir aspiré les excédents démographiques de son hinterland, la métropole lainière étend son aire de recrutement de plus en plus loin, essentiellement en terre belge.

Roubaix, colonie belge

14Les effectifs étrangers ne cessent de s’accroître à partir de 1815- 1820. Si, en 1851, les Français représentent encore 62 % des 34 698 habitants, en 1866 les étrangers constituent déjà une très forte minorité, 47,65 % des 64 706 personnes recensées. Les étrangers deviennent majoritaires dès le recensement de 1872 (55,4 %). Celui de 1886 fait encore état de plus de 54 % d’étrangers sur les 100 299 habitants mais avec presque autant d’étrangers nés à Roubaix que d’étrangers nés au-delà de la frontière. Ils sont Belges à 98,9 %.

15Après la loi du 26 juin 1889, qui rend plus facile la naturalisation, le nombre de Belges se réduit, certains deviennent Français, d’autres, en revanche, préfèrent regagner la Belgique. L’étude des 11 395 mariages célébrés à Roubaix entre 1740 et 1889 confirme les données des recensements et permet de connaître l’origine des 3 278 hommes et 2 796 femmes nés en Belgique et mariés à Roubaix pendant le siècle et demi observé. Elle met en évidence la faiblesse des effectifs au XVIIIe siècle et le poids fondamental des Belges au XIXe siècle puisque 68,5 % d’entre eux convolent pendant la seule période 1860-1889.

16Le Hainaut ainsi que les provinces de Flandre occidentale et orientale fournissent plus de 90 % (92 % pour les hommes et 93 % pour les femmes) des effectifs, mais des changements interviennent avec le temps. Pour les mariages célébrés de 1800 à 1829, le Courtraisis et le Tournaisis sont les meilleurs pourvoyeurs ; les populations de Flandre orientale, bien moins nombreuses, viennent alors presque exclusivement de Gand. Dans la période trentenaire suivante, l’importance de la Flandre orientale se renforce, en particulier l’axe Audenarde- Gand. Les Hennuyers cessent alors d’être majoritaires.

17Dans les trente dernières années (1860-1889), la croissance des effectifs est telle que peu d’entités de Flandre occidentale ne sont pas représentées et qu’un nombre plus grand de Brabançons se marient à Roubaix. On note, enfin, une augmentation significative de la région gantoise et l’apparition du foyer centré sur Saint-Nicolas. L’aire de recrutement se prolonge alors jusqu’à Anvers. Cet élargissement du bassin se retrouve dans la part croissante des Belges originaires de communes éloignées de Roubaix, avec l’allongement, au fil des décennies, des distances parcourues et se traduit aussi par l’homogénéisation du bassin démographique belge : entre 1860 et 1889, quatre conjoints sur dix, hommes comme femmes, sont nés à plus de cinquante kilomètres.

18L’extrême diversité des communes belges citées dans les actes de mariage est assez significative de l’absence de recrutement organisé. Roubaix, dynamique d’un point de vue économique, attire sur sa seule réputation. En règle générale, tout se passe comme si, le bouche-à-oreille fonctionnant à merveille, les industriels n’avaient pas besoin de mener de campagnes de publicité. Il y a cependant des liens privilégiés avec certaines villes qui se traduisent par d’importants flux migratoires.

19Gand a ainsi la particularité d’offrir, à la fois, ouvriers qualifiés, fileurs et même tisserands, en nombre élevé. À elle seule, la ville fournit, pour 1800-1889, environ un tiers des fileurs et des ouvriers qualifiés belges mariés à Roubaix (36,8 % et 27 %) mais seulement 8,8 % des tisserands. Au cours du siècle, on perçoit une légère régression de la quasi-domination de Gand chez les fileurs pour la période 1860- 1889 alors que la ville voit sa part augmenter notablement pour les deux autres professions.

20De plus, l’échantillon des époux nés à Gand est constitué à 52,9 % de tisserands et fileurs pour 1800-1889, ce qui représente 78,6 % pour la première période trentenaire et seulement 46 % pour la dernière. Mais la répartition s’est totalement renversée : il n’y a pas de tisserands pour 1800-1829, ils sont encore quasiment inexistants en 1830- 1859 (trois contre quarante fileurs) ; en revanche pour 1860-1889, il y a presque deux fois plus de tisserands que de fileurs (soixante et onze contre trente-huit).

21La précocité de la mécanisation de l’industrie gantoise lui permet, dès le début, d’envoyer des fileurs, puis des ouvriers qualifiés (14 % pour 1830-1859, 21,5 % pour 1860-1889) et enfin des tisserands, lorsque la mécanisation du tissage progresse à Roubaix. Conjonctures économique et technique dans les deux villes sont ainsi à l’origine des mutations du recrutement gantois. La filière gantoise existe bel et bien, mais elle connaît, en quelques décennies, une transformation radicale : pourvoyeuse de fileurs dans la première moitié du siècle, la ville envoie à Roubaix, à partir de 1860, majoritairement des tisserands, ainsi que des ouvriers qualifiés (même plus nombreux que les fileurs pour 1880-1889). La filière gantoise montre aussi la dualité de l’immigration belge : il ne s’agit pas seulement d’une main-d’œuvre non qualifiée, il faudrait également évoquer tous les artisans et ceux qui réussirent à quitter l’usine pour devenir cabaretier ou épicier.

  • 14 N’oublions pas la construction de certaines infrastructures (la voie ferrée, le canal) ou la volont (...)
  • 15 ADN, P 33/1134 pour 1828, ADN, P 33/1139 pour 1847 et ADN, P 33/1195 pour 1884-1885.

22Sous l’impact de la mécanisation, de l’industrialisation croissante et de la concentration usinière, la superficie agricole se réduit sans cesse au XIXe siècle14. La surface bâtie ne cesse de grignoter l’espace : de 46 hectares en 1828, elle passe à 95 hectares en 1847, en 1884, elle représente environ 350 hectares15.

  • 16 Voir Witte (E.) (coordination scientifique), Histoire de la Flandre des origines à nos jours, La Re (...)

23L’essor économique de la ville étant intense, le problème du logement est souvent résolu dans l’urgence par la construction de forts et de courées. En dépit de leur taille, de leur manque de lumière, d’aération, de commodités, etc., ces derniers sont cependant une agréable surprise pour les Belges qui quittent « de misérables chaumières, construites avec quelques morceaux de bois et du limon ; le chaume qui les couvre les garantit à peine de la pluie et du vent ; il n’y a ni plancher, ni pavement et il arrive souvent que le sol de ces habitations soit couvert d’une boue infecte qui exhale une odeur méphitique et rend ces tristes réduits d’autant plus insalubres qu’ils abritent tous des animaux domestiques qui appartiennent à la famille16. »

  • 17 Voir Lentacker (F.), La frontière franco-belge. Étude géographique sur les effets d’une frontière i (...)
  • 18 Le conseil municipal décide, en 1938, de la dénommer « Rue Édouard Anseele-l’Éveilleur des Flandres (...)
  • 19 La population est belge à 55 % en 1872, alors que vivaient 59 % de Belges dans l’échantillon de tre (...)

24Peut-on parler, dans une ville majoritairement belge, de ghettos belges ? Il existe quelques rues, de rares quartiers ou « réduits belges17 », en fait essentiellement flamands, le quartier de l’Épeule et surtout, symbole de cette présence, la rue des Longues Haies18. En 1876, après l’important flux migratoire du second Empire, si certaines rues comptent une forte majorité de Belges, aucune n’est homogène sur le plan de la nationalité. Dans les courées, la proportion des Belges n’est pas, en moyenne, supérieure à celle des Belges dans l’ensemble de la population19 : si, dans la moitié des courées étudiées, ils sont sous-représentés, dans d’autres, leur pourcentage peut atteindre 90 %, comme dans la courée Dhalluin qui ne compte, il est vrai, que quatre-vingt-trois habitants ! Cette tendance à la concentration n’est nullement due à des raisons ethniques mais bien socio-économiques : les personnes de même métier, de même condition sociale vivent dans les mêmes rues, quelle que soit leur nationalité. Ainsi, tisserands et autres ouvriers textiles, parmi lesquels les Belges sont nombreux, se côtoient dans les rues et courées dont quelques-unes peuvent faire figure d’enclaves belges. La distribution spatiale de la résidence résulte donc alors avant tout de l’appartenance sociale.

25L’habitat, surtout de type courée, propice à certaines formes de solidarités, à certaines sociabilités, pouvant favoriser les mariages mixtes, est un facteur réel d’intégration. Le voisinage dans les courées, la cohabitation dans les logements ne sont donc pas absents, mais il est impossible, faute d’études, de conclure à un brassage plus ou moins grand selon que les immigrés sont francophones ou néerlandophones. Au demeurant, la présence de ces derniers est visible dans les rues, à travers certaines enseignes ou par les affiches officielles placardées par la mairie.

L’immigrant intégré et le frontalier bouc émissaire

  • 20 Voir Dupâquier (J.), Kessler (D.) (dir.), La société française au XIXe siècle, Tradition, transitio (...)
  • 21 Voir Segalen (M.), Sociologie de la famille, Paris, Colin, 1981, p. 71.

26En petit nombre, les étrangers cherchent à se fondre dans la population ; plus nombreux, ils ont, au contraire, tendance à vivre entre eux20. Si, de surcroît, s’ajoutent des problèmes linguistiques, la solidarité de groupe peut aussi réduire, voire empêcher toute intégration. Le rôle de la famille dans ce processus est aussi bien connu21. L’évolution du rapport de masculinité belge entre 1866 et 1886 (114 et 99,9) apparaît donc comme un facteur favorable au processus d’intégration.

  • 22 Voir Stengers (J.), « Les mouvements migratoires en Belgique aux XIXe et XXe siècles », p. 188-189.

27« Pour une foule de Belges, la frontière entre les deux pays ne compte guère plus, psychologiquement, que les limites entre les provinces ; il y a simplement quelques douaniers en plus22. » La « symbiose morale » évoquée par Jean Stengers est sans aucun doute très forte entre le Hainaut et Roubaix. La question de l’intégration des Belges devrait donc surtout porter sur les néerlandophones qui peuvent, lors de difficultés, subir davantage l’animosité des Roubaisiens. Pourtant, tous, francophones comme néerlandophones, sont confrontés au regard du Roubaisien, au contact au quotidien, dans la ville, dans l’atelier, avec les populations indigènes dans cette colonie belge. Les Belges, chassés de leur pays par la crise et/ou attirés à Roubaix, sont-ils devenus de « vrais » Roubaisiens ?

  • 23 Voir Faidherbe (A.), « Étude statistique et critique sur le mouvement de la population de Roubaix ( (...)
  • 24 La pratique religieuse a, en cette fin de siècle, bien moins diminué dans l’agglomération de Roubai (...)

28« Depuis 1856 surtout, Roubaix a dû sa croissance rapide à l’arrivée en masse d’éléments étrangers qui, au lieu de s’assimiler, ont submergé la population primitive […]. Il en résulte que chacune des races qui se partagent Roubaix et y vivent côte à côte, garde son caractère, ses habitudes, sa langue, sans que la fusion se fasse ; seuls les enfants qui fréquentent les écoles apprennent à parler français, mais cette influence même est parfois insuffisante pour les faire tendre à une assimilation plus complète. Peut-être sera-t-elle obtenue plus facilement et plus profondément par le service militaire quand, à la suite des naturalisations et des réintégrations nombreuses des dernières années, les jeunes gens entreront dans les régiments […]. Quoi qu’il en soit, Roubaix est une ville aussi belge que française, qui doit son originalité particulière à une juxtaposition des races23. » Laissons de côté le vocabulaire du Dr Faidherbe, révélateur d’un mode de pensée répandu à la fin du XIXe siècle. Selon lui, Belges et Français ne se mélangent guère. Il oublie que l’église est un lieu de contact entre les deux communautés unies dans la foi catholique, ce qui facilite d’autant plus le mariage mixte, facteur d’intégration24. Or les registres d’état-civil démentent l’idée de simple juxtaposition des « races ».

  • 25 Le terme apparaît en 1928 avec l’institution de la carte frontalière.

29Y a-t-il refus du Belge par le Roubaisien ? Les manifestations qui rythment le siècle ne traduisent pas une réelle xénophobie. D’ailleurs, à la fin du siècle, malgré une montée de la xénophobie en France, comme en Europe, les signes d’intégration se multiplient à Roubaix, même si certains préfèrent tirer profit d’un retour au pays en devenant « frontaliers25 », subissant du même coup l’opprobre des Roubaisiens.

Des manifestations anti-belges, exutoire au mécontentement social ou expression de la xénophobie ?

30Malgré la symbiose morale et les contacts quotidiens, les natifs d’Outre-Quiévrain ont parfois à affronter des réactions d’hostilité. Une mauvaise conjoncture économique les transforme en boucs émissaires, alors même que leur précarité augmente : premiers touchés par la réduction de l’emploi, ils doivent, en outre, justifier de plusieurs années de présence dans la ville pour relever du Bureau de bienfaisance.

  • 26 AN, BB/18/993, F° 422, rapport du procureur général de la cour royale de Douai, 21 juillet 1819.
  • 27 AN, BB/18/993, F° 423, rapport du 26 juillet 1819.

31À plusieurs reprises, au cours du XIXe siècle, des incidents se produisent, les premiers dès 1819. Le 14 juillet et les jours suivants, s’opposent les « ouvriers français employés dans les manufactures du pays et les ouvriers étrangers qu’ils voulaient expulser, pour pouvoir ensuite faire hausser à leur gré le prix des salaires26. » L’effervescence se propage dans les communes voisines, où beaucoup d’ouvriers travaillant pour Roubaix sont directement concernés. En fait, les véritables causes de cette émotion populaire sont l’élévation du coût des loyers et des vivres et la réduction des salaires ; la xénophobie n’y a guère de part. Le calme revient vite et, quelques jours plus tard, le procureur peut écrire : « étrangers et Français se sont rapprochés et ont fraternisé entre eux en promettant non seulement de ne plus se quereller mais de s’aimer27. » Pourtant, quelques Flamands prennent peur et quittent leur emploi et la ville. Le nombre des départs ne peut être connu avec précision mais la croissance de la population entre la chute de l’Empire et 1820 laisse à penser qu’ils ne sont pas massifs.

  • 28 ADN, M 620/4, Lettre du maire de Roubaix au préfet du Nord, 16 décembre 1830, envoyée à l’occasion (...)
  • 29 ADN, M 605/3 doc. 75, pétition des ouvriers menuisiers et charpentiers de Roubaix au citoyen-préfet (...)

32Par la suite, en 1828, 1830, 1847-1848 et 1867, des difficultés économiques, une crise grave suscitent des réactions épidermiques : « Renvoyer chez eux les ouvriers étrangers […] afin de conserver le travail à ceux du pays28 », telle est la revendication, essentiellement économique, des Roubaisiens. Les cibles principales sont les ouvriers qui se livrent à des migrations pendulaires (des frontaliers avant l’heure) comme le montre la pétition adressée au préfet en 1848 par les menuisiers et charpentiers de Roubaix contre « ces ouvriers, la majeure partie propriétaires et cultivateurs, [qui] viennent le lundi avec leurs provisions de vivres pour la semaine, s’en retournant le samedi, emportant l’argent qu’ils ont gagné, de manière que, n’ayant que le logement à payer, ils peuvent travailler à meilleur marché et font tort non seulement à nous, mais à tous les commerçants. Si nous avions l’argent qu’ils emportent en Belgique, nous pourrions vivre et élever nos familles29. »

33L’augmentation du coût de la vie, le chômage sont donc toujours à l’origine des émotions populaires de ces décennies ; progressivement, cependant, d’autres attitudes teintées de xénophobie viennent s’ajouter à ce qui n’est qu’instinct de survie face à la misère croissante. Ce comportement qui se développe plutôt dans les dernières décennies du XIXe siècle est bien traduit par les expressions « les pots au burre » ou « pap’ gamelle » appliquées aux ouvriers belges arrivant avec la nourriture de la semaine, ce que n’apprécient ni les logeurs, ni le petit commerce local. C’est sous le titre « Les pots au burre ou la peste à Roubaix » qu’est lancé en 1897 un réquisitoire contre les Belges. Tuson Piloire, le chansonnier Louis Pontier, cite tous les griefs opposés aux travailleurs belges du Nord : être cause des bas salaires, se livrer à la contrebande, ni dépenser ni payer l’impôt en France, dénoncer leurs collègues de travail, prendre la place des jeunes Roubaisiens partis au service militaire.

  • 30 Ouvrier teinturier, né à Tourcoing en 1875, il est le fils d’une moulineuse de Mouscron et d’un cha (...)

34Il ne faudrait cependant pas généraliser ce comportement et imaginer une xénophobie triomphante : de nombreux Roubaisiens, eux-mêmes fils ou petits-fils de Belges, se sentant bien intégrés, attaquent les frontaliers, véritables boucs émissaires en cette fin de siècle. La chanson L’misère de l’Ouvri signée par Alfred Scurbecq traduit parfaitement ce sentiment anti-frontalier partagé par des enfants ou petits-enfants d’immigrés intégrés30.

  • 31 A.M. Tourcoing, I1 8350, f. 1899, no 4 lettre du commissaire central de Tourcoing au maire.

Y’a sur les frontires

Il y a sur les frontières

De Roubaix et Tourquo

De Roubaix et de Tourcoing

Che vrai chin qu’j’va dire

C’est vrai ce que je vais dire

Sur tous ces mouscronos

Sur tous ces Mouscronnois

Y vinte par ichi

Ils viennent par ici

Ouvré avec nous autes

Œuvrer avec nous autres

Pour nous déméprisi

Pour nous démépriser (dévaloriser)

Et nous faire foute a porte

Et nous faire mettre à la porte

Ont parle de les faire payi

On parle de les faire payer

Chetro une bonne affaire

Ce serait une bonne affaire

Y s’rotte po par ichi

Ils ne seraient pas par ici

Un arrot pu tant d’misère31

On aurait plus tant de misère

35Les chansons populaires traduisent souvent aussi cette volonté d’intégration. L’un des meilleurs exemples est la chanson de Victor Capart, Les enfants du Fort Bayard :

  • 32 Voir Marty (L.), Chanter pour survivre. Culture ouvrière, travail et techniques dans le textile. Ro (...)

Si la France avait besoin de nous
Que l’étranger de nous « voudrait rire » […]
On leur ferait voir à l’étranger
Et nous voilà partis aux frontières […]
Non ! Qu’on se laisse pas insulter
Et qu’on sait mourir pour la France32.

36Il y a donc à la fois volonté du Roubaisien de souche de s’affirmer comme Français face au frontalier et volonté de l’immigré de faire preuve de loyauté vis-à-vis de la France pour s’intégrer, quitte à attaquer le frontalier.

  • 33 Encore faut-il bien comprendre que les mineurs français n’agissent que contre les Belges qu’ont fai (...)
  • 34 L’Écho du Nord, 23 juin 1892.
  • 35 Voir Strikwerda (C.), » France and the Belgian Immigration of the Nineteenth Century », The Politic (...)

37Il convient donc de ne pas exagérer la gravité de la situation roubaisienne à la fin du siècle. On n’y connaît point de troubles aussi violents que ceux de Lens et de Liévin qui provoquent, en 1892, le retour de nombreuses familles en Belgique33. Le Journal de Roubaix, reproduit presque au jour le jour les dépêches concernant ces manifestations, citant les slogans « À bas les Belges » repris par les mineurs sans susciter de réaction du même ordre. D’ailleurs, la rixe sanglante survenue dans la nuit du 18 au 19 juin 1892 à l’entreprise Dillies n’est en rien xénophobe. L’Écho du Nord, après avoir rappelé que la filature de cardé recherche depuis longtemps le savoir-faire des ouvriers verviétois, présente ainsi les faits : « Les ouvriers verviétois furent accusés par leurs collègues roubaisiens […] de travailler à éliminer de l’usine les ouvriers français. Deux camps se formèrent et une première mêlée se produisit samedi à minuit, à la sortie des ouvriers composant l’équipe de nuit […]. De nombreux coups furent échangés entre Verviétois, d’une part, et de l’autre, Français et Belges. Car il faut remarquer que c’est aux Verviétois seuls qu’en veulent les ouvriers roubaisiens34. » Même si un ouvrier reçoit un coup de couteau et malgré de nouvelles bagarres, le calme revient très vite. Il est clair qu’il n’y a là aucune manifestation xénophobe – les Belges non verviétois sont aux côtés des Français – mais bel et bien un antagonisme économique. L’expérience roubaisienne du syndicaliste Alphonse Merrheim tendrait également à prouver cette absence d’hostilité : les relations entre Belges et Français lui auraient laissé imaginer une possible solidarité entre les ouvriers de nationalités différentes35.

  • 36 D’où la stagnation de la population à partir de 1896, puis la diminution (1906-1911) qui ne peuvent (...)

38À l’évidence, ceux qui font l’objet de critiques plus ou moins acerbes, ceux qui sont le plus victimes du climat de suspicion et d’attaques sont donc les frontaliers, ceux qui ont choisi le retour au pays après la loi de 1889 tout en continuant de travailler à Roubaix36, ceux qui, de fait, ne font pas le choix de l’intégration, de l’installation définitive, ni de la naturalisation.

  • 37 A.A.E.B. no 3289, citée par Firmin Lentacker, op. cit., p. 506. De 1894 à 1904 pour l’ensemble de l (...)
  • 38 Voir V. Aelbrecht, op. cit., p. 179.
  • 39 En 20 ans, Mouscron augmente de 63,6 %, atteignant 22 515 habitants en 1910.

39Une enquête du ministère belge des Affaires étrangères en 1888 estime à six mille le nombre d’ouvriers venant travailler quotidiennement dans l’agglomération de Roubaix-Tourcoing auxquels s’ajoutent quatre mille autres venant pour la semaine37. Pour Roubaix, en 1903, on compte 51 083 Belges fixés et 1 805 frontaliers quotidiens et 52 071 et 1 588 en 190438. Le travail frontalier, phénomène ancien, prend une importance fort notable dans les deux dernières décennies, comme le confirme la croissance démographique d’une ville comme Mouscron39.

  • 40 La loi du 9 avril 1898 sur l’indemnisation des accidents du travail ne reconnaît aucun droit au fro (...)

40Cet essor tient avant tout aux avantages de la situation : coût de la vie plus faible en Belgique (dû en partie au prix du logement), alors que les salaires français restent plus élevés, moindre durée et moindre pénibilité des conditions de travail de ce côté de la frontière, législation sur le travail pouvant inciter le patron à choisir le travailleur frontalier40. Le développement des transports publics et la diffusion de la bicyclette facilitent aussi les migrations pendulaires. Les attitudes xénophobes peuvent aussi jouer même si elles visent en priorité les frontaliers bien plus que les Belges vivant à Roubaix, qui participent pleinement à la vie économique de la cité.

  • 41 ADN, 79 J 62 Séance du 8 août 1900 de la Chambre de commerce de Roubaix sur la question des tramway (...)
  • 42 ADN, 79 J 66, f.1 réponse de la Chambre de commerce de Roubaix au questionnaire de la commission d’ (...)

41Dans un contexte de défense du travail national, cette attitude de rejet n’est d’ailleurs pas le seul fait des populations. La Chambre de commerce de Roubaix refuse la prolongation du tramway jusqu’à la frontière en se justifiant ainsi : « C’est une grande facilité qui va être donnée aux ouvriers belges pour venir concurrencer les ouvriers français sur notre territoire même. Ils pourront venir le matin avec tout ce qui leur est nécessaire et s’en retourner le soir sans laisser à nos compatriotes une parcelle de leur gain. Ces lignes sont donc contraires aux intérêts des ouvriers et du petit commerce de Roubaix, comme elles sont contraires à l’intérêt national41. » Il faut cependant noter que le patronat peut aussi faire entendre un discours plus ambigu. Le président de la Chambre de commerce défend ainsi l’ouvrier belge frontalier : « L’ouvrier étranger est pour notre région une main-d’œuvre indispensable, en même temps qu’il est pour l’industrie une facilité en temps de chômage ; l’ouvrier s’en retournant alors dans son pays et n’étant pas de ce fait à la charge de la commune, il ne fait pas concurrence à l’ouvrier à demeure fixe ; puis, quand le travail reprend, il revient à nouveau42. »

  • 43 Échapper au service militaire en cas de naturalisation en vertu de la loi de 1889 ou même volonté d (...)

42À la fin du siècle, certains Belges, quelle que soit leur motivation profonde43, repassent donc la frontière. Il est impossible de dire si la décision de rentrer au pays est le fait de familles installées depuis plusieurs années ou de célibataires sans attaches à Roubaix, mais il est clair qu’il s’agit plus d’opter pour la solution économique la plus avantageuse que d’échapper à la xénophobie.

Le Belge intégré

43Même si nombre de migrants du XIXe siècle n’envisagent sans doute pas un départ définitif, la migration se traduit souvent par une résidence prolongée à Roubaix ou dans les environs. Certes, il existe des familles dont on perd la trace sans que l’on sache si elles retournent vivre en Belgique ou si, restées en France, elles s’installent dans une commune proche, voire dans une autre région. Mais elles ne représentent que 21 % de l’ensemble des 11 395 familles. Les proportions un peu plus élevées pour les néerlandophones le sont encore plus pour les couples homogènes d’expression néerlandophone, ce type d’union traduisant également une moindre insertion dans la ville d’accueil. Le cas le plus fréquent est cependant une installation prolongée, voire définitive à Roubaix.

44Nombre de Belges mariés à Roubaix y font donc souche. La venue de jeunes couples est plus favorable : ils choisissent de faire leur vie à Roubaix, d’y fonder une famille. La scolarisation de leurs enfants renforce d’ailleurs l’intégration, que l’acquisition de la nationalité française transforme en une véritable assimilation. D’ailleurs, avant même de devenir Français, et donc de pouvoir voter, les Belges participent à l’éclosion du mouvement ouvrier à Roubaix.

  • 44 Le cas d’Halluin a été étudié par Michel Hastings, Halluin la rouge 1919-1939. Aspects d’un communi (...)
  • 45 Déclaration citée par F. Lentacker, op. cit., p. 520.

45Leur rôle dans le développement du socialisme, signe d’intégration politique, est connu pour la région44. Les ouvriers originaires de villes industrielles arrivent, au milieu du XIXe siècle, avec une solide tradition de grèves et d’activité syndicale ; lorsqu’une grève éclate à Gand, la police de Roubaix s’inquiète des risques de contagion. De même, les ouvriers flamands apparaissent comme meneurs de grèves, comme c’est le cas pour l’usine Desrousseaux en août 1855 ou pour l’entreprise Terninck en 1857. En 1880, la grève spontanée est ensuite très vite organisée par des meneurs belges et soutenue par les socialistes gantois. Le travail en profondeur développé par Édouard Anseele et Edmond Van Beveren contribue à l’essor du mouvement socialiste roubaisien, grâce aux efforts des travailleurs flamands de Roubaix ; Anseele le rappelle, en 1910, lorsqu’il est question de limiter l’immigration belge en France : « On veut atteindre l’immigration des Flamands. Eh bien, c’est la seule immigration révolutionnaire en France. Ce sont les socialistes gantois qui, par leur inlassable effort, ont créé, dans le Nord, le noyau de militants dont est sorti le Parti ouvrier français d’aujourd’hui45. » Le mouvement de naturalisation favorisé par la loi de 1889 est d’ailleurs l’une des raisons du succès socialiste aux élections municipales de 1892 et de l’élection, en 1893, de Jules Guesde comme député de Roubaix, parfois accusé d’« être le député des Belges naturalisés et non pas des véritables Français. »

46Souvent chassés par la misère, par la crise, les Belges participent à l’exceptionnelle croissance démographique de Roubaix au XIXe siècle, comme ils ont leur part dans l’essor de l’industrie textile qui fait sa fortune. La motivation économique, la recherche d’une meilleure situation matérielle semblent essentielles dans les départs vers Roubaix comme pour les retours au pays. Des incidents, davantage dus à des rivalités économiques qu’à une profonde xénophobie, n’ont ni empêché ni ralenti l’intégration. La coexistence des différentes communautés, comme la mixité des mariages, l’installation définitive et surtout la naturalisation, témoins d’une intégration en marche dès la deuxième moitié du siècle, sont les prémices d’une assimilation achevée à la veille de la première guerre mondiale et dont témoigne l’actuel maire de Roubaix, René Vandierendonck.

Notes

1 « Parler de croissance champignon serait cependant exagéré : les villes de la Ruhr, par exemple, ont connu des taux bien supérieurs » (Bruyelle (P.), Lille et sa communauté urbaine, Notes études et documents, 1976).

2 En raison de la taille de la ville au XIXe siècle, étudier la population à partir des familles fondées par mariage à Roubaix imposait de procéder par sondage, en choisissant comme échantillon alphabétique les lettres L, V et W, soit environ un quart des actes. Ce choix permettait de ne pas laisser de côté les populations belges, tant néerlandophones (V, W) que francophones (L), sans sous-représenter l’ensemble du territoire français. Les actes d’état civil ne mentionnant pas la nationalité et le lieu de naissance n’impliquant pas une nationalité, c’est par commodité que je qualifie de belges les immigrants nés dans les limites de l’actuelle Belgique, en sachant que, dans les années 1860-1889, nombre de natifs de Roubaix étaient en fait des Belges de la deuxième génération (Petillon (C.), La population de Roubaix 1740-1889 : une croissance exceptionnelle, thèse de doctorat, Lille 3, 1996).

3 Voir Stengers (J.), « Émigration et immigration en Belgique aux XIXe et XXe siècles », Histoire et Immigrés, colloque tenu à Esneux en 1981, Cahiers de Clio, no 71, 3ème trimestre 1982.

4 Voir Dupeux (G.), Atlas historique de l’urbanisation de la France (1811-1975), Paris, 1981.

5 Voir Smague (N.), Les débuts de la machine à vapeur dans l’industrie du département du Nord 1817-1843, mémoire de maîtrise, Valenciennes, 2000.

6 Voir Gubin (E.), « L’industrie linière à domicile dans les Flandres en 1840-1850. Problèmes de méthode », Revue belge d’histoire contemporaine, XIV, 1983..

7 ADN, M 653/22 dossier no 4 de 1845

8 La signature de la convention franco-belge de 1852 qui facilite l’admission des ouvriers ayant un livret ouvrier en règle encourage sans nul doute l’arrivée croissante des Belges.

9 Le tissage mécanique commence aussi à se diffuser au milieu du siècle : du début à la fin du troisième trimestre de l’année 1859, le nombre de tissages mécaniques installés à Roubaix passe de vingt-et-un à trente amenant le commentaire suivant : « Nous appelons l’attention de M. le Préfet sur l’accroissement des établissements de tissage mécanique et des ouvriers qui y sont occupés […]. Le moment viendra où le tissage automatique remplacera presque exclusivement le tissage à la main ; alors, et de nouveau, encore, on verra un grand nombre d’ouvriers se trouver forcés de quitter les campagnes pour venir travailler dans les villes et s’y fixer », ADN, Série M 653/27-51 rapport du commissaire de Roubaix, 3e trimestre 1859. Même si le nombre n’est plus que de vingt-neuf à la fin de l’année, le nombre des ouvriers employés dans ces établissements a néanmoins augmenté (2 481 contre 2 445 pour le trimestre précédent) ; au total, dans la seule année 1859, le nombre des ouvriers des tissages mécaniques progresse de 38 %.

10 Il est rompu par la guerre de Sécession.

11 ADN, 2151/1 à 2151/104.

12 Le département compte 794 872 habitants en 1801 et 1 158 285 habitants en 1851 soit une croissance de 45,72 % (ADN, Annuaire Statistique du Nord 2151/1 p. 4 et 2151/49 p. 209) alors que la population française augmente de 30,8 %. Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988, t. 3, p. 123.
De 1851 à 1911, la croissance est respectivement de 69,4 % pour le Nord et de 10,7 % pour la France (ADN, Ravet-Anceau, 1912, t. 1, p. 8.).

13 Voir Le Mee (R.), « Les villes de France et leur population de 1806 à 1851 », Annales de démographie historique, 1989, p. 326-327.

14 N’oublions pas la construction de certaines infrastructures (la voie ferrée, le canal) ou la volonté, apparue sous le second Empire, de doter la ville d’un jardin public, le parc Barbieux, établi dans un secteur alors encore fort agricole.

15 ADN, P 33/1134 pour 1828, ADN, P 33/1139 pour 1847 et ADN, P 33/1195 pour 1884-1885.

16 Voir Witte (E.) (coordination scientifique), Histoire de la Flandre des origines à nos jours, La Renaissance du Livre, 1983. La situation n’est guère plus favorable dans certains quartiers de Gand, selon C. Lis et H. Soly (Lis (C.) et Soly (H.), « Pauvreté et politique sociale dans les Pays-Bas méridionaux au cours des temps modernes et de la première moitié du XIXe siècle », La pauvreté du Moyen-Âge à nos jours, Bruxelles, 1991, Lieve de Mecheleer, p. 61).

17 Voir Lentacker (F.), La frontière franco-belge. Étude géographique sur les effets d’une frontière internationale sur la vie de relations, Lille, Morel et Corduant, 1973, p. 466.

18 Le conseil municipal décide, en 1938, de la dénommer « Rue Édouard Anseele-l’Éveilleur des Flandres », au lendemain du décès du socialiste gantois.

19 La population est belge à 55 % en 1872, alors que vivaient 59 % de Belges dans l’échantillon de trente-cinq courées. Voir Reardon (J.), Belgian Workers in Roubaix, France, in the Nineteenth Century, Ph. D., Université du Maryland, 1977, p. 240-242.

20 Voir Dupâquier (J.), Kessler (D.) (dir.), La société française au XIXe siècle, Tradition, transition, transformations, Paris, Fayard, 1992, p. 410.

21 Voir Segalen (M.), Sociologie de la famille, Paris, Colin, 1981, p. 71.

22 Voir Stengers (J.), « Les mouvements migratoires en Belgique aux XIXe et XXe siècles », p. 188-189.

23 Voir Faidherbe (A.), « Étude statistique et critique sur le mouvement de la population de Roubaix (1469-1744-1893) », Mémoires de la Société d’Émulation de Roubaix, 3ème série, t. II, 1894-1895, p. 172, 179-180.

24 La pratique religieuse a, en cette fin de siècle, bien moins diminué dans l’agglomération de Roubaix-Tourcoing que dans d’autres centres industriels français.

25 Le terme apparaît en 1928 avec l’institution de la carte frontalière.

26 AN, BB/18/993, F° 422, rapport du procureur général de la cour royale de Douai, 21 juillet 1819.

27 AN, BB/18/993, F° 423, rapport du 26 juillet 1819.

28 ADN, M 620/4, Lettre du maire de Roubaix au préfet du Nord, 16 décembre 1830, envoyée à l’occasion de troubles ouvriers.

29 ADN, M 605/3 doc. 75, pétition des ouvriers menuisiers et charpentiers de Roubaix au citoyen-préfet, 5 juin 1848.

30 Ouvrier teinturier, né à Tourcoing en 1875, il est le fils d’une moulineuse de Mouscron et d’un chauffeur de Tourcoing dont les parents étaient des peigneurs de laine hennuyers (Ellezelles et Frasnes-lez-Buissenal). Sans être anti-belge, il s’en prend bel et bien aux frontaliers. Voir Aelbrecht (V.), Les travailleurs belges à Tourcoing au XIXe siècle (1815-1890), Louvain-la-Neuve, mémoire de licence, 1987, 2 vol., p. 185-186.

31 A.M. Tourcoing, I1 8350, f. 1899, no 4 lettre du commissaire central de Tourcoing au maire.

32 Voir Marty (L.), Chanter pour survivre. Culture ouvrière, travail et techniques dans le textile. Roubaix (1850-1914), Lille, 1982, p. 183.

33 Encore faut-il bien comprendre que les mineurs français n’agissent que contre les Belges qu’ont fait venir les patrons pour remplacer à meilleur compte les Français. Voir Dantoing (A.), « Une manifestation de défense ouvrière contre le travail étranger dans les mines du Pas-de-Calais en 1892 », Revue belge d’histoire contemporaine, 4, 3-4, 1974, p. 427-445, p. 436 et Lentacker (F.), Bulletin historique et artistique du Calaisis (no 133-134-135), au XXXIIIe Congrès de la Fédération des sociétés savantes, 1992-1993.

34 L’Écho du Nord, 23 juin 1892.

35 Voir Strikwerda (C.), » France and the Belgian Immigration of the Nineteenth Century », The Politics of immigrant workers. Labor Activism and Migration in the World Economy since 1830, C. Guerin-Gonzales, C. Strikwerda Ed, New York, London, p. 116-117.

36 D’où la stagnation de la population à partir de 1896, puis la diminution (1906-1911) qui ne peuvent être expliquées par la seule réduction de la fécondité.

37 A.A.E.B. no 3289, citée par Firmin Lentacker, op. cit., p. 506. De 1894 à 1904 pour l’ensemble de la métropole, la part des frontaliers est d’environ 22 %, 26 % sont des migrants hebdomadaires ou des saisonniers, le reste étant admis à domicile, c’est-à-dire établis en territoire français.

38 Voir V. Aelbrecht, op. cit., p. 179.

39 En 20 ans, Mouscron augmente de 63,6 %, atteignant 22 515 habitants en 1910.

40 La loi du 9 avril 1898 sur l’indemnisation des accidents du travail ne reconnaît aucun droit au frontalier.

41 ADN, 79 J 62 Séance du 8 août 1900 de la Chambre de commerce de Roubaix sur la question des tramways.

42 ADN, 79 J 66, f.1 réponse de la Chambre de commerce de Roubaix au questionnaire de la commission d’enquête parlementaire de l’industrie textile, 1904.

43 Échapper au service militaire en cas de naturalisation en vertu de la loi de 1889 ou même volonté de rester « coulonneux » : en effet, dans le contexte de l’Affaire Dreyfus, la circulaire du 12 juillet 1897 interdit aux étrangers des départements frontières, « de détenir, d’élever et de recevoir des pigeons voyageurs », Collection des actes de la Préfecture du département du Nord, Lille, t. XCIII, 1897, p. 138-139.

44 Le cas d’Halluin a été étudié par Michel Hastings, Halluin la rouge 1919-1939. Aspects d’un communisme identitaire, Presses universitaires de Lille, 1991, p. 167-168. Sur le rôle des Belges dans l’organisation du mouvement syndical et socialiste dans le Nord. Voir aussi F. Lentacker, op. cit., p. 471-476, J.-A. Reardon, op. cit., p. 152-184.

45 Déclaration citée par F. Lentacker, op. cit., p. 520.

Table des illustrations

Titre Evolution de la population de Roubaix (1800-1911)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56169/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Croissance de Roubaix 1815-1891 : solde naturel et solde migratoire
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56169/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Croissance démographique de Roubaix et des villes textiles de 1811 À 1911
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/56169/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540