Version classiqueVersion mobile

Hawks, cinéaste du retrait

 | 
Jean-Michel Durafour

Deuxième partie. Récit de retraites

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1L’esthétique cinématographique hawksienne se prolonge, diégétiquement, par une attitude de retrait de personnages cherchant à se soustraire au monde (naturel ou social) tout en continuant, nécessairement, d’y appartenir. L’homme, au monde, veut se tenir, chez Hawks dans un intérieur qui serait comme un dehors exclu dans le dedans. Pour reprendre une association d’idées à Jacques Derrida : il veut être sauf dans le monde, à la fois sauvegardé, protégé, « sain et sauf », et à part, « ailleurs », excepté, au titre d’exception. L’identité de son être-homme est à ce prix. Pour aborder cette structure complexe, il faudra examiner successivement la nature essentielle du retranchement du héros hawksien (ainsi que ses illustrations et avatars dans plusieurs films précis), puis, dans deux dernières parties, les vecteurs qui permettent à l’homme de se retirer dans les conditions les plus optimales (l’animal, l’intuition et le jeu), pour enfin s’intéresser à la définition de l’homme et de la femme hawksiens en tant qu’ils ont réussi leur retrait – ce qui nous donnera également l’occasion de rencontrer dans la filmographie de Hawks quelques cas de retrait raté.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search