Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hawks, cinéaste du retrait

 | 
Jean-Michel Durafour

Préface

Giusy Pisano

Texte intégral

  • 1 Permettez-moi de remercier Jean-Loup Bourget, Reynold Humphries, Laurent Mannoni et Michel Marie q (...)

1Cet ouvrage, Hawks, cinéaste du retrait, inaugure la collection Arts du spectacle, « Images et Sons », des Presses Universitaires du Septentrion1. Cette collection a pour ambition de placer le cinéma au cœur d’une histoire du regard et de l’écoute par laquelle les images et les sons sont envisagés en termes d’expérience et de mémoire, mais également de connaissances et de techniques. La double articulation entre pensées et techniques invite à appréhender les images et les sons sur un mode interdisciplinaire et ouvert à une temporalité qui prend à son compte la double histoire de leur production : matérielle et mentale.

2Les approches s’interrogeant sur les formes de la représentation en rapport avec l’expérience du regard et les usages sociaux ; sur « l’œil et l’ouïe esthétiques » en termes de « modèles » pouvant se chevaucher, resurgir, interférer avec d’autres ; sur l’interdépendance des phénomènes culturels ; ou encore sur les tensions entre art et technique par l’introduction des nouvelles technologies (des ombres projetées à l’image numérique, du son acoustique au son numérique) trouveront dans cette collection un espace de publication et de débat privilégié.

3Toute représentation se prête à de possibles interprétations. L’ouvrage de Jean-Michel Durafour montre que l’œuvre est et demeure ouverte. L’approche philosophique, esthétique et thématique des films de Howard Hawks nous révèle d’autres aspects insoupçonnés dans l’œuvre d’un cinéaste pourtant maintes fois étudiée et analysée. Howard Hawks est l'un des plus importants réalisateurs du cinéma « classique » hollywoodien à la fois apprécié par le grand public – tout spectateur de cinéma a au moins vu, un jour, l'un de ses films – et par la critique. Cinéaste de référence de la « politique des auteurs » défendue par les Cahiers du cinéma dans les années cinquante, il suscita alors les écrits les plus élogieux par lesquels son œuvre était qualifiée des attributs parfois les plus contradictoires Plusieurs livres, ceux de Jean-Claude Missiaen (1966) et de Jean Gili (1971) notamment, furent autant de dates qui vinrent ponctuer cette « grâce critique », pendant qu’aux États-Unis de nombreux travaux, après les articles de James Agee ou de Manny Farber, commencèrent de s'intéresser à Hawks : ceux de Peter Wollen, Robin Wood ou Joseph McBride. Peu de temps après la mort de Hawks, deux ouvrages, tous deux parus en 1982, prolongèrent la réflexion et ont fait date : Howard Hawks, Storyteller de Gerald Mast et Howard Hawks de Leland A. Poague. Depuis, mis à part des rééditions d'articles ou l'excellente biographie critique de Todd McCarthy (1997), la théorie du cinéma a délaissé Hawks, peut-être trop marqué par la « politique des auteurs » dont on est revenu.

4Le livre de Jean-Michel Durafour propose, dans une première partie introductive, de revenir à la doxa critique de Hawks, notamment celle autour du groupe des « hitchcocko-hawksiens ». En démêlant ces contradictions pour en révéler les continuités et les ruptures entre la critique des années cinquante et l’actuelle ; en rétablissant le parcours de la réception critique de Hawks ; en restituant le rôle précurseur de certains critiques ; en abordant la question épineuse qui a tant animé le débat des années soixante sur la notion et le statut de « l’auteur » ; mais avant tout en mettant en lumière ce qui est en définitive à la base du cinéma de Howard Hawks – son rapport au monde –, Jean-Michel Durafour retire Howard Hawks non seulement du carcan de la « politique des auteurs » mais il nous permet aussi de mieux accéder à l’originalité, à la réflexion théorique de ce cinéaste pourtant si réfractaire aux arguments discursifs. Il parvient, en définitive, à convaincre jusqu’aux plus réticents que le talent du réalisateur fait la différence malgré les sujets conventionnels, les clichés et les stéréotypes hollywoodiens. J’étais moi-même parmi ses spectateurs lointains, car tout en appréciant les films de Hawks, l’engouement des « hitchcocko-hawksiens » m’a toujours semblé quelque peu exagéré ou en tout cas non justifié par rapport à d’autres cinéastes « classiques » hollywoodiens assez délaissés par la cinéphilie (Billy Wilder, par exemple). Tout « spectateur ordinaire » est sous l’influence de la critique qui nous invite à tort ou à raison – peu importe – à voir au-delà des apparences. Or, dans mon pays d’origine – l’Italie – Hawks n’a pas bénéficié d’une cinéphilie aussi influente qu’en France. C’est seulement après les échos venus des Cahiers du cinéma que la critique italienne a commencé à voir chez ce réalisateur autre chose qu’un habile faiseur, autre chose que de la « sécheresse stylistique ». À cela, il faut ajouter l’agacement de l’intellectualisme, voire du snobisme existant autour de Hawks ; la défense, à outrance même, de ses films les moins réussis.

5Cet ouvrage sobre, loin des querelles cinéphiliques – même si l’auteur ne cache pas dès son introduction son admiration et sa passion pour le cinéma de Hawks – permet de mieux comprendre ce qui fait différence chez ce cinéaste. Nous le savons, Howard Hawks a fait de la transparence de la caméra – esthétique dominante dans le système hollywoodien – la base de son style et pourtant les analyses filmiques précises et détaillées (notamment d’Allez coucher ailleurs, de La Terre des pharaons, des Hommes préfèrent les blondes, de La Captive aux yeux clairs ou de L’Impossible Monsieur Bébé), offertes ici au lecteur, montrent qu’il n’y a pas une seule séquence où – malgré l’absence de tout indice directement subjectif – on ne peut découvrir d’imperceptibles signes, dans le jeu des acteurs, dans les décors, dans les choix des plans, dans le montage, d’un « éloignement » aussi bien de la transparence que de l’habitus réaliste.

6Après avoir interrogé les discours critiques qui ont bâti les modèles de réception depuis les années cinquante sur cet auteur, l’ouvrage s’attache à une démonstration minutieuse de cette idée – analyse filmique à l’appui des films de Hawks, y compris les films muets généralement délaissés par la critique – pour en conclure que ce retrait du monde et du système hollywoodien est non seulement l’essence, à la fois esthétique et narrative, du cinéma hawksien, mais surtout du cinéma classique lui-même.

Notes

1 Permettez-moi de remercier Jean-Loup Bourget, Reynold Humphries, Laurent Mannoni et Michel Marie qui, par leur enseignement et leur soutien indéfectible, ont permis à cette collection d’exister, ainsi que tous les autres spécialistes qui ont accepté de faire partie du comité scientifique : François Albera, Nicole Brenez, Georges Didi-Huberman, André Gaudreault, Gilles Menegaldo, Geneviève Sellier, Carlo Severi.

© Presses universitaires du Septentrion, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540