Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La population de Roubaix

 | 
Chantal Petillon

Conclusion

Texte intégral

  • 1 La question des relations entre croissance économique et mouvements démographiques a été au centre (...)

1Dans une Europe du Nord-Ouest où la pression démographique fut, pendant longtemps, la norme, Roubaix n’éprouva jamais de difficultés à recruter une main-d’œuvre qui, en définitive, était à sa porte. Dans un premier temps, les campagnes environnantes, de part et d’autre de la frontière, suffirent amplement aux demandes d’une industrie encore naissante. Dans un deuxième temps, si l’industrialisation à marche forcée donna à la question du recrutement de la main-d’œuvre une acuité singulière, il fallut, pour y faire face, changer d’échelle en repoussant simplement les limites du bassin de recrutement. Au fil du temps, celui-ci s’agrandit sans que rien ne vienne modifier fondamentalement sa structure. Par sa position géographique (« un regard vers la Lys et un autre vers l’Escaut »), par les liens profonds tissés au fil des siècles au sein de l’espace régional, par la complémentarité entre la nature ou le rythme de son expansion propre et les transformations qui affectèrent l’économie de part et d’autre de la frontière dans son ensemble, Roubaix représentait, aux yeux d’une population en quête d’un travail, une solution évidente : la ville, plus souvent qu’à son tour, manquait de main-d’œuvre alors même que le travail se faisait rare ailleurs. Séduits par le dynamisme économique qui, indépendamment des soubresauts de la conjoncture, ne se démentit guère au long du xixe siècle, des hommes et des femmes de la France du Nord et de Belgique furent donc naturellement conduits à venir travailler dans le « Manchester » roubaisien1. D’ailleurs, la dissymétrie des aires de recrutement, telle qu’il est possible de l’apprécier au travers de l’inégale intensité des flux dessinés par les remues d’hommes au sein de cet espace, illustre à quel point tout était affaire de complémentarité entre villes et campagnes, entre lin, laine et coton au sein d’un véritable système spatial où Roubaix disposait d’une capacité d’attraction hors norme.

  • 2 Voir aussi J.-C. Farcy, A. Faure, 2003.

2Compte tenu de l’importance des courants migratoires en jeu dans une ville dont la croissance, faut-il le rappeler, fut exceptionnelle, les distances parcourues par les ouvriers qui migraient à Roubaix ne furent de fait jamais véritablement importantes. Même au plus fort de l’appel de main-d’œuvre, ceux qui s’installaient à Roubaix n’avaient jamais entrepris, pour ce faire, un voyage fort long. C’était là une évidence pour tous ceux qui avaient procédé par bonds successifs et qui avaient de la sorte multiplié les formes de transition avant de s’établir, durablement ou non, dans la capitale de la laine. C’était là une évidence aussi pour tous ceux qui arrivèrent directement à Roubaix y compris, le cas échéant, depuis les zones les plus reculées de la Flandre orientale : quel qu’ait pu être leur moyen de transport, l’espace-temps dans lequel ils se mouvaient était toujours affaire de jours plus que de semaine (s). Enfin, comme la logique des filières mettait en jeu, dans bien des cas, des relations familiales ou amicales, il est raisonnable d’affirmer que, la plupart du temps, Roubaix était, pour la majorité des étrangers, un monde jamais tout à fait inconnu2. Cette accumulation de main-d’œuvre, en vagues successives, se réalisa donc sur le mode du fondu-enchaîné, tant natifs et migrants, quelles qu’aient pu être leurs différences initiales, participèrent au fond à la substitution graduelle d’une image de la ville à une autre.

  • 3 J.-P. Bardet, 1983.
  • 4 En cela, les Roubaisiens apparaissent en net décalage vis-à-vis des choix opérés par d’autres popu (...)

3Au demeurant, les comportements démographiques des Roubaisiens laissent surtout transparaître des attitudes qui, peu ou prou, constituèrent, dans leurs grandes lignes, la norme pour tous. En dépit de l’apparition du concubinage et de l’illégitimité, le mariage fut toujours, pour la majorité d’entre eux, un passage obligé. Qui plus est, quelles qu’aient pu être l’ampleur de l’industrialisation et la profusion des emplois, l’entrée dans la vie conjugale se fit fort longtemps tardivement. Quand elle apparut, la réduction de l’âge au mariage, caractéristique surtout de la dernière période trentenaire, plus particulièrement s’agissant des femmes et des ouvriers textiles, demeura modeste. Enfin, les Roubaisiennes restèrent, tout au long de la période étudiée, remarquablement fécondes en ayant en moyenne près de cinq enfants pour chacune d’entre-elles. La descendance des femmes mariées avant la fin du Second Empire était encore supérieure à ce chiffre. Ce ne fut que dans les deux dernières décennies qu’une tendance à la restriction des naissances commença à se dessiner tout en ne concernant qu’un cinquième de la population, ce qui reste très marginal et, surtout, ce qui est bien tardif par rapport à d’autres milieux de vie engagés depuis plus d’un siècle sur le « toboggan contraceptif »3. Il est vrai que le poids de la classe ouvrière encore fort catholique, en particulier dans sa composante flamande, est l’une des explications du maintien de la forte fécondité. Il n’y eut donc point, à Roubaix, de triomphe du malthusianisme ; si la fécondité baissa, ce ne fut point par refus massif de la maternité, mais seulement par volonté de réduire la taille de la famille. Ni la phase de fécondité « naturelle », ni la timide et tardive amorce contraceptive de la fin de la période observée ne traduisent l’expression plus ou moins consciente d’une quelconque auto-régulation. A Roubaix, les familles ouvrières n’adoptèrent pas un comportement malthusien qui, en réduisant considérablement le nombre des naissances, aurait témoigné d’une volonté d’améliorer leur sort4. Gaspillage de la vie ? La mortalité des enfants, toujours dramatiquement élevée même si elle frappait de manière fort inégale les uns et les autres, favorisa mécaniquement les naissances rapprochées dans les familles les plus pauvres. Ce refus de maîtriser la fécondité était le fruit d’existences où la désespérance au quotidien excluait la volonté de mieux régenter le cours individuel de la vie. Il était aussi l’expression de conduites imprégnées de normes religieuses dont la vigueur est surprenante, notamment à la fin du siècle où la montée des revendications ouvrières et le durcissement des luttes sociales, sur fond de diffusion des idées socialistes, prirent un tour spectaculaire. Certes, le respect des principes religieux n’était plus total ; mais l’émergence des idées nouvelles, pas plus que l’affirmation, un siècle plus tôt, des manières de se conduire héritées des Lumières n’avait, en la matière, nullement signifié rupture : tout au plus avait-elle amené certains à prendre leurs distances à l’égard de la religion.

4En revanche, s’il est un domaine démographique dans lequel, de toute évidence, l’industrialisation et l’urbanisation eurent des conséquences, c’est bien celui de la mortalité, même si, en la matière, les estimations sont plus dépendantes de la qualité des sources. Certes, la récurrence des crises démographiques qu’avaient connues les populations des xviie et xviiie siècles avait disparu, mais la mort demeurait constamment présente par la suite, surtout lorsque frappait le choléra. A la fin du xixe siècle, le combat engagé contre la mortalité infantile n’était toujours pas victorieux : les mentalités autant que les mauvaises conditions de vie, la dureté du labeur pour la femme dans l’atelier menaient au tombeau encore un enfant sur cinq à la fin de notre période et les femmes épuisées par les grossesses successives ne pouvaient, pas plus que leurs compagnons usés par le travail, atteints par la tuberculose, minés par l’alcool, espérer vivre très longtemps, rarement beaucoup plus de quarante ans. Certes, la mort commença à reculer dans les années 1880 : c’était bien le moins qu’elle puisse faire quand on considère à quel point elle était omniprésente jusque-là !

5Compte tenu de sa croissance exceptionnelle et de ses caractères démographiques – maintien tardif d’une forte fécondité jusqu’au début de la IIIe République et diffusion limitée, même dans les catégories supérieures de la société, d’attitudes malthusiennes –, la population de Roubaix se révèle atypique dans l’espace français. Est-ce que la réalité roubaisienne se serait conformée à un modèle de la transition démographique des contrées septentrionales du pays ? Natalité et mortalité furent cependant plus élevées à Roubaix que dans l’ensemble du département du Nord, pourtant lui aussi marqué par des taux plus élevés que les taux français. Tout se serait donc passé comme si, dans la capitale de la laine, on se serait accommodé fort longtemps d’un nombre tout aussi élevé de berceaux que de cercueils dans des proportions qui, au sein de l’Europe du Nord-Ouest, n’avaient pas leur égal. Aussi peut-on affirmer, sans forcer le trait outre mesure, qu’entre 1750 et 1880, hommes et femmes de Roubaix ne maîtrisèrent que bien peu de choses dans le cours individuel et familial de leur existence, comme s’ils étaient broyés par le caractère massif d’une industrialisation qui s’immisçait dans leur quotidien au point d’être maîtresse de leur vie. Ici le territoire s’imposait à ceux qui l’occupaient au point de leur assigner, bien plus qu’à d’autres, des destins sociaux en quelque sorte écrits d’avance. A Roubaix, tout était grisaille tant la majeure partie de la population, otage du temps, restait dans l’incapacité de se projeter au-delà du lendemain pour dessiner enfin les couleurs de la vie.

Notes

1 La question des relations entre croissance économique et mouvements démographiques a été au centre d’un colloque organisé par la Société de Démographie Historique et l’Association Française des Historiens Economistes (D. Barjot et O. Faron, 2002). Les liens entre migrations et économie, les notions de cycle de vie familial, socioprofessionnel et familial, la question des marchés et des structures du travail sont au cœur des interrogations actuelles des chercheurs, qu’ils soient économistes ou démographes. La mobilité des populations a rarement été prise en considération comme composante à part entière du système démographique, dans ses relations à la nuptialité, la fécondité, la mortalité en particulier mais aussi dans son rôle de régulateur démographique (voir T. Eggerickx, 2002).

2 Voir aussi J.-C. Farcy, A. Faure, 2003.

3 J.-P. Bardet, 1983.

4 En cela, les Roubaisiens apparaissent en net décalage vis-à-vis des choix opérés par d’autres populations industrielles, comme celles du bassin industriel de Charleroi par exemple (T. Eggerickx, octobre-décembre 2002).

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540