Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La population de Roubaix

 | 
Chantal Petillon

Chapitre VII. Une intégration laborieuse

Texte intégral

  • 1 P. Bruyelle, 1976.
  • 2 L’acceptation devait d’abord être administrative puisque la présence à Roubaix dépendait de l’« adm (...)

1La région lilloise est jusqu’en 1914 « un puissant pôle d’appel, où l’apport belge s’amalgame aux éléments venus de toute la région du Nord »1. L’étude de cette fusion met en œuvre une problématique complexe : l’intégration ne peut être immédiate et passe par le regard de l’« autre », le regard des Roubaisiens sur le non-natif, en particulier sur le Belge et le regard porté par les Belges sur les Français ; il faut qu’il y ait volonté d’intégration de la part du migrant mais aussi acceptation de l’autre par le natif2. Y eut-il, au xixe siècle, refus du Belge par le Roubaisien ? Les manifestations anti-Belges qui rythmèrent le siècle ne traduisaient sans doute pas une réelle xénophobie des populations. D’ailleurs, dans les dernières décennies du siècle, malgré un nationalisme exacerbé et une montée de la xénophobie en France, comme en Europe, les signes d’intégration se multiplièrent à Roubaix.

  • 3 F. Meunier-Vonne, 1985, J. Dupâquier et F. Vejarano, 1992.
  • 4 Pour le xixe siècle, c’est bien d’intégration qu’il s’agit car, aujourd’hui, il est clair que les d (...)
  • 5 Il s’agit du changement, au cours de la vie, dû le plus souvent à l’abandon de la langue maternelle (...)
  • 6 Les étrangers se retrouvaient dans toutes les professions ou presque ce qui favorisait l’intégratio (...)
  • 7 Sur le rôle positif de la famille, voir M. Segalen, 1981. L’évolution du rapport de masculinité bel (...)
  • 8 W. Kollmann, 1971.

2L’étude des seuls Belges s’impose pour plusieurs raisons : les effectifs des autres communautés étaient insuffisants pour faire la moindre analyse ; on sait en outre que des étrangers en petit nombre cherchent à se fondre dans la population locale, à l’inverse plus nombreux, ils tendent à se regrouper, à vivre entre eux3. Il est donc particulièrement essentiel de voir ce qu’il en fut à Roubaix. Une approche de l’intégration4 pourrait être menée dans de nombreuses directions : alphabétisation et transfert linguistique5, cohabitation, contact sur le lieu du travail, dans l’atelier, dans l’usine6, où, cependant, en cas de crise économique, les tensions pouvaient être très vives, promotion sociale, mariage mixte, résidence prolongée, demande de naturalisation, participation à l’action syndicale et à la vie politique. Certains migrants, ceux qui vinrent en famille, étaient sans doute plus disposés à s’insérer dans leur ville d’accueil7. Mais la solidarité de groupe peut aussi réduire voire empêcher toute intégration : lorsque la migration était collective, le voyage étant organisé par l’employeur, les ouvriers étant logés près du lieu de travail, sans grand contact avec la population locale et surtout quand venaient s’ajouter des problèmes linguistiques comme ce fut le cas des migrants de Prusse orientale venus travailler en Westphalie et en Rhénanie8, l’intégration ne se faisait absolument pas.

  • 9 F. Lentacker, 1973.
  • 10 Le conseil municipal décida, en 1938, à l’unanimité de la dénommer « Rue Edouard Anseele-l’Eveilleu (...)
  • 11 Jusqu’à 82 % pour les rues populaires de la Paix, des Anges et Jacquart, ibidem.
  • 12 La population était belge à 55 % en 1872, alors que vivaient 59 % de Belges dans l’échantillon de 3 (...)
  • 13 Il resterait à s’interroger sur l’origine, la formation de ces enclaves ou réduits (quelle part fai (...)
  • 14 Au milieu du xixe siècle, il n’y avait pas de ségrégation spatiale : même si certaines rues étaient (...)

3Peut-on évoquer l’existence de ghettos dans une ville majoritairement belge ? Il existait quelques rues, de rares quartiers ou « réduits belges »9, en fait essentiellement flamands, le quartier de l’Epeule et surtout, symbole de cette présence, la rue des Longues Haies10. En 1876, après l’important mouvement migratoire du Second Empire, si certaines rues comptaient une forte majorité de Belges11, aucune n’était homogène sur le plan de la nationalité. Dans les courées, la proportion des Belges n’était pas, en moyenne, supérieure à celle dans l’ensemble de la population12 : si, dans la moitié des courées étudiées, ils étaient sous-représentés, dans d’autres, le pourcentage pouvait atteindre 90 % comme dans la courée Dhalluin qui ne comptait, il est vrai, que 83 habitants ! Cette tendance à la concentration n’était pas due à des raisons « ethniques » mais bien socio-économiques : les personnes de même métier ou de même condition sociale vivaient dans les mêmes rues, quelle que fût leur nationalité. Ainsi, les tisserands et autres ouvriers textiles se côtoyaient dans les rues et courées dont quelques-unes faisaient figure d’« enclaves » belges13. La distribution spatiale de la résidence résultait donc alors avant tout de l’appartenance sociale, ce qui n’avait pas toujours été le cas14.

4L’habitat, en particulier de type courée, était a priori propice à certaines formes de solidarités, à certaines sociabilités. Les logeurs qui louaient une pièce aux jeunes gens immigrés, sans être toujours de leurs compatriotes, facilitaient également l’insertion du migrant dans sa ville d’accueil. Le voisinage dans les rues, dans les courées, la cohabitation dans les logements n’étaient donc pas absents mais il est impossible, faute d’études, de conclure à un brassage plus ou moins grand selon que les immigrés étaient francophones ou néerlandophones.

  • 15 Cf. Halluin étudié par M. Hastings, 1991.
  • 16 Le commissaire de police de Roubaix-est, dépêché sur place, ne put que constater l’animation qui ré (...)
  • 17 ADN, M 620/22, Rapport du commissaire central de Roubaix au Préfet, 17 mars 1859. Le lendemain, le (...)
  • 18 ADN, M 620/20, 31 décembre 1857.
  • 19 Sur le rôle des Belges dans l’organisation du mouvement syndical et socialiste dans le Nord, voir a (...)

5Le rôle joué par les Belges dans le développement du socialisme, signe éminent d’intégration politique, est connu pour notre région15. Les ouvriers belges, originaires de villes industrielles, comme Gand, arrivaient à Roubaix avec une solide tradition de grèves et d’activité syndicale : ainsi, le 17 août 1855, le travail fut interrompu à l’usine Desrousseaux, sous l’action d’ouvriers flamands qui réclamaient une augmentation des salaires16. De même, lorsqu’une grève éclatait à Gand, la police de Roubaix s’inquiétait des risques de contagion par la venue de Gantois17. A l’occasion d’une grève survenue dans l’entreprise Terninck, le tribunal de Lille écrivait au Préfet : Les coalitions d’ouvriers, qui sont très rares en France, sont très fréquentes en Belgique, pendant tout le cours de l’année 1857 les tisserands de la ville de Gand ont été presque continuellement en grève, il peut donc y avoir quelque utilité à ne pas laisser se propager en France de semblables habitudes ; après avoir rappelé la condamnation à un mois d’emprisonnement des trois meneurs belges, le tribunal demandait au Préfet de vouloir bien examiner s’il n’y aurait pas lieu de prendre un arrêté d’expulsion contre ces condamnés pour qu’à l’expiration de leur peine, ils soient reconduits à la frontière18. En 1880, la grève spontanée fut également très rapidement organisée, dirigée par des meneurs belges et soutenue par les socialistes gantois19.

  • 20 Déclaration citée par F. Lentacker, 1973.
  • 21 Il était parfois accusé d’être le député des Belges naturalisés et non pas des véritables Français.

6Le travail en profondeur développé par les socialistes gantois, comme Edouard Anseele et Edmond Van Beveren, contribua ainsi à l’essor du mouvement socialiste roubaisien, grâce aux efforts d’organisation des travailleurs flamands de Roubaix ; Edouard Anseele le rappelait en 1910 lorsqu’il était question de limiter l’immigration belge en France : On veut atteindre l’immigration des Flamands. Eh bien, c’est la seule immigration révolutionnaire en France. Ce sont les socialistes gantois qui, par leur inlassable effort, ont créé, dans le Nord, le noyau de militants dont est sorti le Parti Ouvrier Français d’aujourd’hui20. Le mouvement de naturalisations favorisé par la loi de 1889 fut d’ailleurs l’une des raisons du succès socialiste aux municipales de 1892 et de l’élection de Jules Guesde comme député de Roubaix en 189321.

  • 22 Le mariage à Roubaix est déjà une marque d’enracinement, D. Barjot et O. Faron, 2002.
  • 23 Cette réalité nous pousse à nuancer quelque peu ce qu’écrivait Jean Stengers (1982) lorsqu’il parla (...)
  • 24 L’étude des prénoms, digne d’intérêt avec d’autres communautés étrangères, est ici sans objet pour (...)
  • 25 J. Stengers, 1980.

7Mariages mixtes22, résidence prolongée23 et choix de la naturalisation, qui permirent, in fine, l’assimilation, aujourd’hui effective, de la communauté belge, sont les champs d’investigation que nous imposent nos sources, essentiellement démographiques24. Les « Belges, qui à cette époque partent pour la France pour s’y établir de manière durable, sont-ils considérés et se regardent-ils eux-mêmes comme des « émigrants » ? […] Pour une foule de Belges, la frontière entre les deux pays ne compte guère plus, psychologiquement, que les limites entre les provinces ; il y a simplement quelques douaniers en plus »25. La « symbiose morale » évoquée par J. Stengers était sans nul doute très forte entre le proche Hainaut et Roubaix. La question de l’intégration doit donc surtout porter sur les néerlandophones, qui, en raison de leur langue, se distinguaient du reste de la population et pouvaient donc, lors de difficultés, subir davantage l’animosité des Roubaisiens.

I. Quel rejet de l’autre ?

  • 26 En 1849, le maire de Roubaix proposait au Préfet d’expulser les ouvriers belges sans travail ; ce d (...)

8Malgré la « symbiose morale » et les contacts quotidiens, les natifs d’Outre-Quiévrain eurent parfois à affronter des réactions d’hostilité avant d’être acceptés et de devenir de « vrais » Roubaisiens. Une mauvaise conjoncture économique transformait les immigrés en boucs émissaires, alors même que leur précarité augmentait : premiers touchés par la réduction de l’emploi, ils devaient, en outre, justifier de plusieurs années de présence dans la ville pour relever du Bureau de Bienfaisance26. De fait, assez tôt, les Belges subirent l’hostilité des Français qui se teinta, à la fin du siècle, d’une certaine xénophobie.

« Conserver le travail à ceux du pays »27

  • 27 ADN, M 620/4, Lettre du maire de Roubaix au Préfet du Nord, 16 décembre 1830, envoyée à l’occasion (...)
  • 28 AN, BB/18/993, f° 422, 21 juillet 1819.
  • 29 AN, F/7/3744, minutes des bulletins de police, bulletin du 19 juillet 1819.
  • 30 AN, F/7/3744, bulletin du 22 juillet 1819.

9Le 14 juillet 1819 et les jours suivants, s’opposèrent les ouvriers français employés dans les manufactures du pays et les ouvriers étrangers qu’ils voulaient expulser, pour pouvoir ensuite faire hausser à leur gré le prix des salaires. 3 000 ouvriers flamands et 7 à 8 mille ouvriers français également irrités les uns contre les autres28 s’étaient affrontés avec violence : un rassemblement de 4 à 5 cents personnes de Roubaix s’est formé, sur les 9 heures du soir, menaçant d’attaquer les ouvriers étrangers employés dans les atteliers ; […] le lendemain un nouvel attroupement a été aussi dispersé par 3 gendarmes : un seul ouvrier a été blessé d’un coup de pierre en fuyant. Ces rassemblemens ont pour but de chasser les ouvriers des Pays-Bas qui viennent dans le pays chercher du travail, afin de forcer ensuite les propriétaires de manufactures d’en augmenter le salaire29. Malgré les mesures prises (envoi de patrouilles, arrestations), certains effrayés des menaces préférèrent partir au grand mécontentement des manufacturiers, qui les regrettent pour leur activité et leur intelligence30.

  • 31 Souligné dans le texte, AN, BB/18/993, f° 420, 19 juillet 1819.
  • 32 Souligné dans le texte, AN, BB/18/993, f° 421, 20 juillet 1819.

10L’effervescence se propagea alentour : Mouveaux, Wasquehal, Wattrelos renferment un grand nombre d’ouvriers qui travaillent pour Roubaix, et qui, par conséquent ont le même intérêt que ceux de cette dernière ville à éloigner les ouvriers étrangers. Les forces de gendarmerie découvrirent un véritable complot anti-ouvriers flamands : Le 17, la gendarmerie parcourut les environs de Roubaix, sur la frontière ; on y apprit qu’un coup devait être monté pour le dimanche 18 et le lundi 19 ; que des as de cœur (usage du pays pour exciter des rassemblemens) avaient été envoyés par des ouvriers de Roubaix à ceux des communes rurales à effet de venir le dimanche faire main basse sur les flamands31. Dans son rapport du 20 juillet, le procureur tendait à minimiser le danger et surtout expliquait que l’ouvrier flamand, blessé, avait en quelque sorte provoqué les Français puisque se voyant protégé par un gendarme, cet étourdi s’écria : Personne n’oserait me faire aucun mal ; nous sommes les maîtres à présent, et ce ne sera point un cochon de français qui me battra aujourd’hui32.

  • 33 ADN, M 135/35 et P. Reboul, 1954.
  • 34 AN, BB/18/993, f° 423, 26 juillet 1819.

11En réalité, les véritables causes de cette émotion populaire étaient analysées par le maire Roussel-Grimonprez, lui-même fabricant : élévation du coût des vivres et des loyers et réduction des salaires dues aux Belges. Il répondait point par point aux griefs avancés : pour la cherté des vivres, on peut l’attribuer autant à l’aisance dont jouit l’ouvrier qu’au nombre d’étrangers descendus dans la ville ; l’affluence d’ouvriers courageux et industrieux a beaucoup contribué à augmenter le prix des loyers du fait de la crise du logement ; quant à la baisse des salaires, elle était due au peu de demande dans nos articles […] et l’immense quantité qu’il s’en fabrique occasionnera sans doute encore une légère baisse33. La xénophobie n’eut donc guère de part dans cette émeute. Le calme revint vite et, quelques jours plus tard, le procureur pouvait écrire : étrangers et français se sont rapprochés et ont fraternisé entre eux en promettant non seulement de ne plus se quereller mais de s’aimer34 !

  • 35 AMR, 1F3.

12Pourtant, quelques Flamands prirent peur et quittèrent leur emploi et la ville. Le nombre de départs ne peut être connu avec précision mais la croissance de la population entre la chute de l’Empire et 1820 laisse à penser qu’ils ne furent pas massifs ; de plus, les statistiques d’entrées et de sorties de population pour 1819 ne font état que de 59 sorties contre 786 entrées35. Si l’on ne peut garantir l’entière exactitude de ces relevés, du moins est-il possible de comparer avec les années voisines : or, en 1818, 271 entrées et 19 sorties furent enregistrées et, en 1820, 316 entrées et 81 sorties.

13De nouveaux troubles survinrent le 4 février 1828 ; les patrons durent finalement s’engager le 31 mai suivant à employer plutôt des tisserands de Roubaix. Vingt ans plus tard, en pleine crise économique, le 13 mars 1848, des ouvriers roubaisiens, rassemblés devant l’Hôtel de ville, réclamèrent le renvoi de tous les étrangers au chômage, avec des slogans tels que A bas les Belges. Le 5 juin, des menuisiers et charpentiers adressèrent au préfet du Nord une pétition contre les Belges encore maintenant occupés tandis que nous Français et habitants de l’endroit n’avons pas de travail.

14Ces ouvriers, la majeure partie propriétaires et cultivateurs viennent le lundi avec leurs provisions de vivres pour la semaine, s’en retournant le samedi, emportant l’argent qu’ils ont gagné, de manière que n’ayant que le logement à payer, ils peuvent travailler à meilleur marché, et font tort non seulement à nous, mais à tous les commerçants.

  • 36 ADN, M 605/3 pièce 75, pétition des ouvriers menuisiers et charpentiers de Roubaix au citoyen-préfe (...)

15Si nous avions l’argent qu’ils emportent en Belgique, nous pourrions vivre et élever nos familles […]. Nous lui [maire de Roubaix] demandons qu’il engage les patrons et qu’il leur ordonne s’il y a lieu de n’employer ces ouvriers qu’autant que nous aurons tous de l’ouvrage36.

  • 37 L. Reybaud, 1867, Cl. Fohlen, 1953. Les études menées actuellement par Didier Terrier sur la délinq (...)

16De même, lors de la crise de 1867, marquée par la réduction de plus de 6 000 emplois, et alors que, pour réduire les coûts, les industriels choisirent de faire travailler les tisserands sur deux métiers au lieu d’un, les premiers incidents éclatèrent le 22 février et une véritable émeute se développa entre le 16 et le 22 mars, contre la vie chère et la menace du chômage mais les troubles n’eurent pas de connotation anti-belge même si, finalement, 1 500 Belges quittèrent Roubaix au cours de l’année, chassés par le chômage, bien plus que par une hostilité ouverte des ouvriers français à leur endroit37.

  • 38 M. Perrot, 1975.

17Aggravation du coût de la vie, chômage furent donc toujours à l’origine des réactions épidermiques de ces décennies ; progressivement, cependant, d’autres motifs vinrent s’ajouter à ce qui n’était qu’instinct de survie face à la misère : La crise, en aiguisant les rivalités, a donc été un facteur de renforcement d’un nationalisme en plein essor38.

Une fin de siècle xénophobe ?

18Ce comportement qui se développa plutôt dans la deuxième moitié du xixe siècle est bien traduit par les expressions les pots au burre ou pap’gamelle appliquées aux ouvriers belges arrivant avec la nourriture de la semaine, au grand dam des logeurs et du petit commerce local. C’est sous le titre Les pots au burre que fut lancé en 1897 un réquisitoire contre les Belges (cf. Document VII.1).

19Il ne faudrait cependant pas généraliser et imaginer une xénophobie triomphante : de nombreux Roubaisiens étaient eux-mêmes fils ou petits-fils de Belges. Souvent les chansons populaires traduisaient moins un sentiment xénophobe qu’une volonté d’intégration, ainsi celle de Victor Capart, Les enfants du Fort Bayard :

  • 39 L. Marty, 1982.

Si la France avait besoin de nous
Que l’étranger de nous « voudrait rire » […]
On leur ferait voir à l’étranger
Et nous voilà partis aux frontières […]
Non ! Qu’on se laisse pas insulter
Et qu’on sait mourir pour la France
39.

Document VII.1. Les POTS au BURRE

Document VII.1. Les POTS au BURRE

Source ADN, M 154/172

Document VII.2. A la France, Les Belges Reconnaissants

Document VII.2. A la France, Les Belges Reconnaissants

Source ADN, M 162/2

20Il y avait donc à la fois volonté du « Roubaisien de souche » de s’affirmer comme Français face au Belge et volonté de l’immigré de faire preuve de loyauté vis-à-vis de la France pour s’intégrer, ce qui transparaissait aussi dans son comportement envers la République (cf. Document VII.2).

  • 40 Encore faut-il comprendre que les mineurs français n’agissaient que contre les Belges qu’avaient fa (...)
  • 41 L’Echo du Nord, 23 juin 1892.
  • 42 ADN, M 610/16.
  • 43 C. Strikwerda, 1993.

21Il convient donc de ne pas exagérer la gravité de la situation roubaisienne à la fin du siècle. On n’y connut point de troubles aussi violents que ceux de Lens et de Liévin qui provoquèrent, en 1892, le retour de nombreuses familles en Belgique40. Le Journal de Roubaix, publia, presque au jour le jour, les dépêches concernant ces manifestations, citant les slogans « A bas les Belges » repris par les mineurs du Pas-de-Calais, sans susciter de réactions du même ordre à Roubaix. D’ailleurs, la rixe sanglante survenue dans la nuit du 18 au 19 juin 1892 à l’entreprise Dillies, n’était en rien xénophobe. L’Echo du Nord, après avoir rappelé que la filature de cardé recherchait depuis longtemps le savoir-faire des ouvriers verviétois, présentait ainsi les faits : Les fileurs et rattacheurs du pays ne se montraient nullement hostiles aux Verviétois parce que ceux-ci étaient Belges, mais, […] les ouvriers verviétois furent accusés par leurs collègues roubaisiens […] de travailler à éliminer de l’usine les ouvriers français. Deux camps se formèrent et une première mêlée se produisit samedi à minuit, à la sortie des ouvriers composant l’équipe de nuit […]. De nombreux coups furent échangés entre Verviétois, d’une part, et de l’autre, Français et Belges41. Un ouvrier fut blessé d’un coup de couteau et, après de nouvelles bagarres, le calme revint très vite. Il est clair qu’il n’y avait là aucune manifestation xénophobe, mais bel et bien un antagonisme économique. Le Commissaire central de police de Roubaix, en 1893, indiquait au Préfet : jusqu’alors aucun incident de nature à révéler le moindre antagonisme entre les ouvriers français et belges ne s’est produit. La situation actuelle ne me paraît pas comporter de mesures préventives parce qu’elles pourraient faire croire aux ouvriers français qu’ils peuvent se débarrasser d’une concurrence étrangère et être considérées par les belges comme une provocation à leur égard42. L’expérience roubaisienne du syndicaliste Alphonse Merrheim tendrait également à prouver cette absence d’hostilité : les relations entretenues par les Belges et les Français lui auraient laissé imaginer une possible solidarité entre ouvriers de différentes nationalités43.

22Dans un contexte national et international de nationalisme exacerbé, l’essor de la xénophobie à la fin du siècle fut peut-être moins influencé par l’augmentation du nombre des Belges dans la ville (leur part se réduisit d’ailleurs et l’hostilité de plus en plus dirigée vers les travailleurs frontaliers) que par l’évolution de leur comportement matrimonial, la diminution des mariages mixtes pouvant être interprétée par les Français comme une volonté de repli sur soi, même si cela n’entrait pas le moins du monde dans la psychologie belge.

II. Le mariage, un trait d’union

23Depuis 1856 surtout, Roubaix a dû sa croissance rapide à l’arrivée en masse d’éléments étrangers qui, au lieu de s’assimiler, ont submergé la population primitive […]. Cette accumulation d’étrangers […] tend à modifier les caractères propres des races : toutefois il faut remarquer que le mélange des races s’y fait à un degré moindre qu’on ne serait tenté de le croire a priori. Les étrangers, immigrés dans notre ville, tendent, ainsi qu’il arrive toujours dans un endroit où sont rassemblés de nombreux individus de même origine, à vivre entre eux et à former des groupes distincts : aussi l’assimilation est-elle, sinon nulle, du moins assez faible.

24Il en résulte que chacune des races qui se partagent Roubaix et y vivent côte à côte, garde son caractère, ses habitudes, sa langue, sans que la fusion se fasse ; seuls les enfants qui fréquentent les écoles apprennent à parler français, mais cette influence même est parfois insuffisante pour les faire tendre à une assimilation plus complète.

25Peut-être sera-t-elle obtenue plus facilement et plus profondément par le service militaire quand, à la suite des naturalisations et des réintégrations nombreuses des dernières années, les jeunes gens entreront dans les régiments […].

  • 44 Dr A. Faidherbe, 1894-1895.

26Quoiqu’il en soit, Roubaix est une ville aussi belge que française, qui doit son originalité particulière à une juxtaposition des races et qu’on ne peut comparer exactement à aucune autre ville de France44. Laissons de côté le vocabulaire du Dr Faidherbe, révélateur d’un mode de pensée xénophobe répandu à la fin de xixe siècle. Selon lui, Belges et Français ne se mélangeaient guère en dehors de l’école ou du travail. Il oublie également que, malgré quelques tentatives d’établir des paroisses belges, comme celle des Récollets qui fonctionna de 1857 jusqu’au décret de 1880 l’obligeant à disparaître, l’église était un lieu de contact entre les deux communautés unies dans la même foi, ce qui facilitait d’autant plus le mariage mixte, facteur d’intégration. Or les registres d’état civil démentent l’idée de simple juxtaposition des races.

  • 45 Au xixe siècle, les actes indiquent en principe le lieu de résidence, mais rarement la durée de cel (...)
  • 46 Le constat est le même pour Versailles, C. Levy-Vroelant (1988).

27Le fait même de se marier à Roubaix plutôt que dans son village natal était aussi un signe d’enracinement dans la ville, indice de liens distendus avec le milieu d’origine, à l’opposé du comportement traditionnel qui poussait à s’unir dans le village de la fiancée. Toutefois, il n’est pas toujours possible de savoir si la jeune fille née à Ath ou à Audenarde venait à Roubaix pour se marier ou si elle y vivait déjà45, si la migration était la conséquence du projet de mariage ou si, au contraire, elle résultait de la volonté, personnelle ou familiale, de trouver un travail. Pour le jeune célibataire qui avait migré seul, les relations de voisinage pouvaient aussi constituer un substitut à sa famille et être source de concubinage et de mariage mixte46.

Du poids des mariages mixtes

  • 47 C’est une contrainte toute relative puisqu’il avait aussi toute latitude de retourner dans sa commu (...)
  • 48 80 % des Belges épousaient des filles de Roubaix et même 87,3 % de ceux qui avaient parcouru moins (...)

28Au début du xixe siècle, quand les Belges étaient peu nombreux (respectivement, 10 et 3 % d’hommes et de femmes parmi les conjoints de 1800-1809), l’homme, bien plus que la femme, était « contraint »47 d’épouser une native de Roubaix48 ou du Nord : si presque un quart des femmes belges, qui avaient peut-être suivi ou rejoint un fiancé à Roubaix, se mariaient avec un compatriote, le pourcentage tombait à moins de 7 % pour les hommes.

29Dans la deuxième moitié du siècle, la présence belge se renforçant nettement, les comportements matrimoniaux évoluèrent, ce qui pourrait induire une moindre intégration, moindre volonté d’intégration, surtout pour les Flamands, ou moindre acceptation des Belges de la part des Roubaisiens. Ce changement résultait, en fait, de la possibilité élargie de choisir un compatriote. 69,7 % des hommes et 81,7 % des femmes belges mariés de 1860 à 1869 choisirent un conjoint de même origine. Pour la décennie 1880-1889, les mariages entre Belges constituaient encore la majorité des unions : 55 % des hommes et 66 % des femmes. Pourtant, un Belge francophone épousait plus fréquemment une Roubaisienne ou plus généralement une Française qu’une Belge (cf. Graphique VII.1) ; il en allait de même pour les femmes francophones (cf. Graphique VII.2). En revanche, un néerlandophone épousait plus souvent une Belge qu’une Française et même bien plus une néerlandophone qu’une francophone (cf. Graphique VII.3).

  • 49 Ces proportions ne sont que des minima, car établies en prenant comme seul critère le lieu de naiss (...)

30Si la communauté linguistique entre le migrant et la population indigène peut apparaître comme un facteur favorisant l’intégration, la langue peut au contraire être un facteur d’isolement pour les étrangers d’expression néerlandophone et donc accroître la part des mariages unilingues. Si l’on pose le problème en terme linguistique, et non en terme de nationalité, il apparaît que, sur 100 néerlandophones, 52 épousaient une femme de même expression49. La tendance était encore plus accentuée pour la femme néerlandophone qui épousait un compatriote dans 76 % des cas, et dans 69 % des cas, il s’agit d’un homme de même expression (Graphique VII.4).

Graphique VII.1. Évolution de l’origine géographique des épouses des hommes belges francophones

Graphique VII.1. Évolution de l’origine géographique des épouses des hommes belges francophones

Graphique VII.2. Évolution de l’origine géographique des époux des femmes belges francophones

Graphique VII.2. Évolution de l’origine géographique des époux des femmes belges francophones

Graphique VII.3. Évolution de l’origine géographique des épouses des hommes belges néerlandophones

Graphique VII.3. Évolution de l’origine géographique des épouses des hommes belges néerlandophones

Graphique VII.4. Évolution de l’origine géographique des époux des femmes belges néerlandophones

Graphique VII.4. Évolution de l’origine géographique des époux des femmes belges néerlandophones

31L’importance du critère linguistique se trouve confirmée par l’étude de l’union des quelques ressortissants des Pays-Bas du corpus (32 hommes et 26 femmes). Le marché matrimonial néerlandais à Roubaix était réduit ce qui explique que 6 mariages seulement unirent 2 compatriotes ; mais plus de la moitié des hommes et près des trois quarts des femmes choisirent un conjoint belge néerlandophone ; même si les effectifs ne sont pas très importants, on peut cependant penser que cette différence était due à une implication plus grande des hommes dans l’activité économique qui leur permettait de mieux se faire comprendre des francophones, de fréquenter des familles de Roubaisiens, ce qui élargissait leur choix.

  • 50 Les unions d’habitants de Haarlem, qui fournit le plus gros contingent, sont fort minoritaires : 3 (...)

32Le critère linguistique est donc une des composantes du choix matrimonial car, de toute évidence, étant donné la grande diversité des origines géographiques, tous les couples n’étaient pas constitués avant la migration. Point n’est donc besoin de venir du même village, de la même ville50, du même pays, il faut avant tout parler la même langue, se comprendre pour se marier.

  • 51 Au milieu du xixe siècle, cette vision n’était d’ailleurs pas limitée au peuple, J. Pirotte, 1982.

33Au-delà de la question de l’isolement linguistique, intervenait également celle des rapports qu’entretenaient Wallons et Flamands, le regard porté sur l’autre jouant aussi à l’intérieur du groupe national. Les réalités politico-administratives de la Belgique, la francisation de la Flandre influençaient l’image des Wallons que pouvaient avoir les Flamands. De même, la tradition populaire wallonne véhiculait une image négative du Flamand, dépeint comme pauvre, d’origine rurale, sans qualification technique et ignorant le français51. Retrouvait-on, chez les immigrés, cette attitude, sinon de rejet, du moins condescendante, qui les conduisait à préférer un conjoint français, l’antipathie venant s’ajouter à la différence linguistique ?

34Le nombre et le pourcentage de mariages de Wallons avec une néerlandophone allèrent croissant au fil des décennies (de 5 % en 1830-1839 à 18 % en 1880-1889), au fur et à mesure de l’arrivée des femmes belges. Il ne semble donc pas là y avoir de trace de rejet, même si ce type d’union restait très minoritaire. A l’inverse, si, au début, environ un cinquième des néerlandophones choisissait une Wallonne, cette proportion diminua pour n’être plus que de 8 % à la fin de la période lorsque le « contingent matrimonial » des Flamandes s’était accru. Il n’y eut donc pas rejet absolu mais l’image du Flamand alors colportée en Wallonie vint s’ajouter à la différence linguistique.

Les frontières de l’union

  • 52 Pour F. Lentacker (1973), le particularisme linguistique des Flamands ne pouvait être un obstacle s (...)

35Si l’obstacle de la langue put retarder l’intégration, du moins l’école réduisit-elle progressivement le fossé. La diglossie était inéluctable : par le contact au quotidien dans l’atelier, dans l’usine, dans la rue où ils côtoyaient des francophones, par les enfants aussi. Toutefois, il s’agissait d’user du patois roubaisien bien plus que du français. In fine, la francisation s’imposa et permit l’intégration d’autant que, jamais, le gouvernement du royaume ne réussit à obtenir l’implantation d’écoles belges52.

  • 53 L’écart était également plus grand lorsque le choix de l’homme se portait sur une francophone (9,7 (...)

36Appartenance linguistique et alphabétisation doivent aussi être mises en parallèle pour mieux comprendre les attitudes matrimoniales des uns et des autres (cf. Tableau VII.1). Il apparaît qu’un Belge d’expression néerlandophone alphabétisé épousait deux fois plus souvent une Roubaisienne ou une Française que celui qui ne signait pas l’acte de mariage ; le constat est identique pour les Flamandes53. Au contraire, alphabétisés ou non, les francophones convolaient aussi souvent avec des conjoints roubaisiens ou français. La langue semble donc bien être un obstacle à l’intégration par le mariage. Cependant, un autre facteur intervient : en effet, un néerlandophone qui signait l’acte de mariage épousait bien moins souvent une femme de même niveau culturel que ne le faisait le francophone (cf. Tableau VII.2). De fait, celui-ci disposait d’un marché matrimonial plus large : pour 100 hommes, on comptait 73 femmes francophones alphabétisées alors que le rapport était de 43 femmes pour 100 hommes néerlandophones. Le néerlandophone alphabétisé « devait » donc, s’il voulait une femme de niveau équivalent, se tourner davantage vers les Roubaisiennes ou les Françaises. Mais il est difficile de faire la part des choses : dire si la volonté d’intégration était plus forte pour les catégories supérieures de la société, si elle était facilitée par l’attitude des Roubaisiens de ce même milieu ou si le choix d’une épouse roubaisienne relevait d’une volonté d’homogamie sociale, sans oublier la part du sentiment.

37Ceux qui arrivaient alphabétisés avaient donc plus de chances de s’intégrer au sein de la société roubaisienne ; pour les autres, l’école (de jour ou du soir) fut également un facteur favorable.

  • 54 41 % des hommes nés dans un rayon de 10 kilomètres, mais 9 % de ceux nés à 50 kilomètres et plus, é (...)

38Comme le niveau socio-culturel, la distance entre Roubaix et la commune de naissance du migrant influençait la fréquence des mariages mixtes. La proportion des unions de deux Belges augmentait en fonction de la distance : un tiers d’hommes belges nés à moins de 10 kilomètres avaient épousé une Belge mais ce pourcentage s’élevait à 84 % pour ceux nés à 50 kilomètres et plus54. Les communes les plus éloignées étant, avant tout, situées en terre flamande, on comprend mieux encore pourquoi 75,65 % des hommes et femmes néerlandophones unis entre 1860 et 1869 épousèrent une personne de même expression.

Tableau VII.1 Alphabétisation et exogamie

Tableau VII.1 Alphabétisation et exogamie
  • 55 Sauf au début de la période lorsque les effectifs sont trop faibles pour être significatifs.
  • 56 L’éloignement plus important, sans parler des solidarités professionnelles, put contribuer à mainte (...)

39La distance comme variable analytique ressort également de l’étude des populations qui constituaient les plus gros bataillons de conjoints belges, les Brugeois, Courtraisiens, Gantois et Tournaisiens. La distance renforce ou limite le facteur linguistique. Jamais, le mariage de Gantois et de Brugeois avec un (e) Roubaisien (ne) ne fut majoritaire55, ils se mariaient davantage entre eux56. En revanche, les voisins néerlandophones que sont les Courtraisiens étaient les plus nombreux à épouser un (e) Roubaisien (ne) plutôt qu’une personne de leur ville natale (sauf pour les femmes mariées entre 1880 et 1889).

Tableau VII.2 Homogamie sociale et exogamie

Tableau VII.2 Homogamie sociale et exogamie

40Ce comportement matrimonial des Courtraisiens, qui s’explique par la proximité géographique, se retrouve chez les Tournaisiens, mais de manière amplifiée, en raison de l’absence de barrière linguistique. Les unions entre un Tournaisien et une femme née à Roubaix représentaient environ la moitié des mariages ; la tendance était la même pour les natives de Tournai, avec toutefois des pourcentages un peu moins élevés. La communauté linguistique et la courte distance purent inciter certaines Tournaisiennes à quitter seules leur ville pour venir travailler à Roubaix ; elles étaient donc, à tous points de vue, celles qui pouvaient le plus facilement, et donc le plus souvent, épouser un Roubaisien, signe sinon d’une volonté, du moins d’une plus grande faculté d’intégration.

41Le critère linguistique, modulé par le niveau socio-culturel et la distance, intervenait donc dans le choix du conjoint. Surtout, l’intégration par le mariage était facilitée par un marché matrimonial favorable, lorsque le déséquilibre des sexes chez les migrants leur imposait, s’ils ne voulaient pas rester célibataires, de choisir un conjoint parmi les natifs ; à l’inverse, la disponibilité de partenaires de même nationalité, et surtout de même expression, tendait à réduire nettement le pourcentage de mariages mixtes.

42Toutefois, l’intégration est trop lente pour que l’étude puisse se faire sur une seule génération, s’en tenir aux seuls individus nés en Belgique masque donc une partie de la réalité. Ainsi, en 1889, les noces d’Henri Voedts et de Marie Philomène Lefevere, tous deux nés à Roubaix, respectivement en 1860 et 1865, consacraient en fait l’union d’une Belge (son père était né à Tiegem, sa mère à Ingooigem, deux communes de Flandre occidentale) avec un Français naturalisé au lendemain de son vingt et unième anniversaire, dont les père et mère étaient nés à Roubaix, mais le grand-père paternel était néerlandais, natif de Kasterlee, et la grand-mère, native de Tournai. Il serait donc intéressant de connaître, pour l’ensemble du corpus, les conjoints des Belges de la deuxième génération ; l’étude menée pour les seuls Gantois épousant des Roubaisiennes montre une préférence pour les femmes d’origine flamande, ce qui donne une indication sur le rythme de l’intégration très progressive de la communauté flamande de Roubaix, la seconde génération conservant les habitudes matrimoniales des parents.

III. Faire demeure

43Il est impossible de pénétrer les esprits, mais nombre de migrants du xixe siècle n’envisageaient sans doute pas, lorsqu’ils quittaient Tournai, Gand ou Saint-Nicolas, une migration définitive. Pourtant, comme souvent de nos jours, la migration se traduisait par une résidence prolongée à Roubaix ou dans les environs.

La part des va-et-vient

44Certes, on perd la trace de familles, sans que l’on sache si elles retournèrent vivre Outre-Quiévrain ou si, restées en France, elles s’installèrent dans une commune proche, voire dans une autre région. C’est le cas de la famille fondée en 1795 par Jean Vanhecque, épicier né à Bruges, et Marie Séraphine Delebecque née à Roubaix, qui « disparaît » après la naissance du quatrième enfant en 1808. Mais ces familles ne représentent que 21 % du corpus ; c’est dire que le cas le plus fréquent était une installation prolongée, voire définitive à Roubaix.

  • 57 Les effectifs sont cependant fort réduits : 32 des 95 hommes francophones et 9 des 16 Flamandes mar (...)

45Les familles mobiles représentent, pour les années 1740-1799, entre un tiers (pour le francophone) et plus de la moitié (pour la néerlandophone) des mariages, ce qui reflète la mobilité déjà constatée57. Pour 1830-1859, environ 13 % des unions sont concernées. La remontée du pourcentage dans la dernière période (27 % pour la francophone à 32 % pour le néerlandophone) ne tient pas tant à une émigration plus forte qu’au moins grand nombre de fiches fermées à l’aide des recensements ou par décès pour les mariages célébrés de 1880 à 1889 en particulier. Les proportions, un peu plus élevées pour les néerlandophones, l’étaient encore plus pour les couples homogènes d’expression néerlandophone, ce type d’union traduisant également une moindre insertion dans la ville d’accueil.

Prendre racine

  • 58 Trois moururent en bas âge avant un an et une fille décéda célibataire à l’âge de 60 ans.

46Nombre des familles étudiées firent souche à Roubaix, sur trois, quatre et même cinq générations. Il en est ainsi de la famille fondée en 1746 par Josse Willem, un manouvrier, né à Tournai, et Marie Séraphine Pollet et qui compta 13 enfants dont 858 se marièrent à Roubaix entre 1775 et 1797 (parmi les beaux-enfants, une bru n’était pas née à Roubaix mais à Marcqen-Barœul). Seule parmi les 27 enfants de la troisième génération unis à Roubaix, une petite-fille Willem-Desobrie épousa un Belge natif de Massemen-Westrem (Flandre orientale) : ils eurent 8 enfants dont 5 moururent en bas âge et une seule fille se maria à Roubaix avec un Roubaisien. A la quatrième génération, le choix du conjoint se fit presque toujours parmi les natifs, rarement parmi les personnes nées en Belgique. Il est vrai que le fondateur de la famille, quoique né dans les Pays-Bas autrichiens, n’avait sans doute pas conscience d’être étranger et qu’en outre ses enfants étaient français en vertu du jus soli appliqué sous l’Ancien Régime. La famille Willem-Pollet est donc assez exemplaire en matière de durée de résidence et donc d’intégration tant par la longévité que par les mariages contractés avec les natifs de la ville, même s’il est clair que, durant cette période comme au début du xixe siècle, le marché matrimonial était tel qu’il limitait le choix pour la première, voire pour la seconde génération.

  • 59 Un décéda célibataire à 32 ans alors que tous les autres enfants étaient morts en bas âge.

47Dans ce cas, les origines géographiques proches traduisent une « immigration de contiguïté » ; la « symbiose morale » a incontestablement favorisé l’installation durable de ces populations hennuyères. Toutefois, si l’immigration la plus ancienne caractérisait plutôt des populations originaires de régions frontalières, il est également aisé de trouver des familles venant d’horizons plus lointains et de communautés linguistiques différentes. La famille Vanmullem-Lepere fondée en 1809 par Augustin, né en 1787 à Saint-Denis-Westrem (Flandre orientale), et par Anne Marie, née à Werken (Flandre occidentale) la même année, illustre bien cet enracinement ; des 15 enfants nés dans cette famille d’ouvriers, 4 garçons se marièrent à Roubaix59 où étaient nées 3 des belles-filles, la dernière étant native d’Avelgem. A la troisième génération, les petits-enfants prirent comme conjoints 2 Roubaisiennes, une native du Nord, des immigrés de l’intérieur et 2 Belges nés à moins de 20 kilomètres. Les 2 arrière-petits-enfants mariés à Roubaix avant 1890 trouvèrent aussi l’élue de leur cœur à Roubaix et à Tourcoing.

  • 60 Elle y est encore recensée en 1851 ; les parents allèrent ensuite vivre à Wattrelos.

48Des familles arrivées déjà constituées choisirent Roubaix comme lieu de résidence définitive, suivies en cela par leurs descendants. Ainsi, une première mention prouve la présence de la famille Vandaele-Nyffle en 1820 ; le père, né à Passendale (Flandre occidentale) et la mère à Warcoing (Hainaut) formaient donc un couple mixte sur le plan linguistique ; la famille vite agrandie par la naissance de 11 enfants entre 1820 et 1837, était bien installée à Roubaix60. Les trois fils survivants, unis à des Roubaisiennes, firent souche ; les mariages des petits-enfants furent également célébrés à Roubaix, les enfants du dernier fils épousant aussi des Roubaisiennes.

  • 61 C’était alors un gage de stabilité, S. Pasleau, 1993.

49Ce type d’immigration de jeunes couples était plus favorable à l’intégration : ils choisissaient de s’installer, de faire leur vie à Roubaix, d’y fonder une famille, l’intégration étant renforcée par la scolarisation des enfants. Sans doute ceux qui arrivèrent jeunes, en famille, réussirent-ils le plus facilement à s’intégrer dans leur ville d’adoption. De toute évidence, il était moins facile de tenter l’aventure de la migration pour une famille, surtout avec des enfants en bas âge61, que pour un jeune homme célibataire, pour lequel la migration pouvait n’être que temporaire, ou saisonnière.

50La résidence prolongée était signe d’une profonde intégration, que l’acquisition de la nationalité française transformait en une véritable assimilation, démarche que certains de la deuxième, voire troisième, génération, hésitèrent à accomplir.

IV. Être ou ne pas être français

51L’examen de l’attitude des populations belges face à la législation, surtout celle de 1889, et l’étude de la naturalisation permettent une approche de l’intégration. A l’évidence, un individu, né en France d’un étranger qui lui-même y était né, qui revendiquait, à sa majorité, sa nationalité étrangère ne faisait pas le même choix que celui qui, né à l’étranger, ayant épousé une Française demandait sa naturalisation, ou encore que celui qui, aussi né à l’étranger, était naturalisé parce qu’il pouvait justifier d’une résidence ininterrompue de dix ans. Si l’intégration n’est possible que si l’étranger est « accueilli », si elle ne dépend pas seulement de sa propre décision, en revanche le choix de la nationalité relève uniquement de la conscience individuelle et traduit davantage encore la volonté de s’assimiler.

52La législation, en raison de sa complexité et des changements intervenus, n’était pas toujours comprise par les contemporains, certains semblant ignorer leur propre nationalité. Louise Michel fit, en 1929, une demande pour retrouver sa nationalité perdue par suite de son mariage avec un Belge, Emmanuel Lams. Née à Roubaix, de parents nés en Belgique, elle s’était mariée avec un natif de Roubaix dont le père était Brugeois et la mère née à Bailleul (Nord). L’administration lui expliqua l’inanité de cette demande : son mari n’ayant pas excipé lors de sa majorité de son extranéité dans les conditions prévues (loi du 7 février 1851) était lui-même Français et qu’en conséquence elle est devenue française par suite de son mariage avec un Français. Parfois, même l’administration s’y perdait : ainsi Pierre Van Mansart, né le 18 janvier 1839 à Leers-Nord (Belgique), marié en 1865 à Roubaix, avait déposé un dossier en 1908. Il n’avait pas revendiqué sa nationalité belge à sa majorité, il avait pourtant été reconnu étranger par une décision du préfet en date du 5 janvier 1860 (soit 13 jours avant sa majorité). Le maire rappelait qu’en vertu de l’arrêt de la cour de cassation du 7 décembre 1883, il aurait dû être considéré comme français ! La demande de réintégration de son épouse, française née en France de père français, fut donc déclarée sans objet.

Jus soli et jus sanguinis

53Sous l’Ancien Régime, le lieu de naissance déterminait la nationalité : toute personne née en France, même de parents étrangers, était Française. Cela restait vrai au xixe siècle : il y avait présomption de nationalité française jusqu’à preuve du contraire pour tout enfant né en France et ce malgré la loi du 8 mars 1803 et le Code civil de 1804 qui introduisirent comme critère premier la filiation, le jus soli étant relégué au second plan. Pendant la première moitié du xixe siècle, tout individu né en France d’un parent étranger était étranger sauf s’il faisait en mairie une déclaration exprimant sa volonté de devenir français.

  • 62 Code Civil des Français, Livre 1er, Titre 1er, Chapitre 1er, articles 9 et 10.
  • 63 Bulletin des Lois, no 45, loi no 355. De par les traités de 1814-1815, ils disposaient en outre d’u (...)

54Deux articles du Code Civil concernaient les Roubaisiens. L’article 9 permettait à tout individu né en France, d’un étranger, dans l’année qui suivait sa majorité, de réclamer la qualité de Français à la condition de fixer son domicile en France. Par ailleurs, l’article 10 précisait que tout enfant né d’un Français, en pays étranger, est Français. Tout enfant né, en pays étranger, d’un Français qui aurait perdu la qualité de français, pourra toujours recouvrer cette qualité, en remplissant les formalités prescrites par l’article 962. De plus, la loi du 14 octobre 1814 fut votée pour faciliter la naturalisation des « Habitans des Départements qui avaient été réunis à la France depuis 1791 » qui étaient venus résider en France63.

  • 64 Bulletin des Lois de la République française, no 139, loi no 1 214.

55L’article 9 du Code civil fut modifié par la loi du 22 mars 1849, la déclaration pouvant être faite même après l’année qui suivra l’époque de sa majorité, dans deux cas : servir ou avoir servi dans l’armée ou avoir satisfait à la loi du recrutement sans exciper de son extranéité64.

56La loi du 7 février 1851 indiquait, quant à elle : Art. 1er. Est Français tout individu né en France d’un étranger qui lui-même y est né, à moins que, dans l’année qui suivra sa majorité telle qu’elle est fixée par la loi française, il ne réclame la qualité d’étranger par une déclaration […].

57Art. 2. L’article 9 du Code civil est applicable aux enfants de l’étranger naturalisé, quoique nés en pays étranger, s’ils étaient mineurs lors de la naturalisation.

  • 65 Bulletin des Lois de la République française, no 352, loi no 2 730. La loi du 16 décembre 1874 exig (...)

58A l’égard des enfants nés en France ou à l’étranger, qui étaient majeurs à cette même époque, l’article 9 du Code civil leur est applicable dans l’année qui suivra celle de la dite naturalisation65.

  • 66 Le tribunal avait été saisi par un dénommé Fromeau, originaire de Hérinnes (Hainaut), dont le père (...)
  • 67 Bulletin des Lois de la République française, no 1247, loi no 20 748. De plus, la loi du 22 juillet (...)

59Cette loi concernait d’autant plus les Belges du milieu du xixe siècle que, de 1795 à 1814, l’actuelle Belgique vécut sous le régime français. Il fallut cependant attendre que l’arrêt de la Cour de cassation du 7 décembre 1883 ouvrît le droit à la citoyenneté française à quiconque était né en France d’un père né dans un territoire occupé par la France sous l’Empire et qu’il fût appliqué aux personnes nées après le 17 février 1829, d’un père né en Belgique, entre le 17 octobre 1797 et le 30 avril 1814. Le tribunal civil de Lille, par un arrêt du 21 avril 1887, admit la possible naturalisation des fils de parents nés en Belgique sous le régime français, même s’ils étaient nés en Belgique66. Ces deux arrêts furent à l’origine de nombre de naturalisations « automatiques », la procédure étant assez simple : il suffisait de fournir, sur papier libre, l’acte de naissance et de mariage du père, l’acte de naissance du postulant et de signer la demande de naturalisation lors de la remise des pièces au Bureau militaire. Ce dispositif fut complété par la loi du 26 juin 188967. L’article 8 alinéa 3 (Tout individu né en France d’un étranger qui lui-même y est né) était essentiel pour les « Belges » de la troisième génération, particulièrement nombreux à Roubaix, et qui étaient donc Français. L’article 10 (Tout individu né en France ou à l’étranger de parents dont l’un a perdu la qualité de Français pourra réclamer cette qualité à tout âge, aux conditions fixées par l’article 9, à moins que domicilié en France et appelé sous les drapeaux lors de sa majorité, il n’ait revendiqué la qualité d’étranger) était aussi très important puisqu’il concernait les nombreux enfants nés de l’union d’un Belge et d’une Française qui avait perdu sa qualité par mariage.

60En outre, en vertu de l’article 4, tout enfant né en France après le 29 juin 1868 de parents étrangers domiciliés en France devenait automatiquement français s’il ne déclinait pas cette nationalité dans l’année suivant sa majorité.

61Il devint donc plus facile d’acquérir la nationalité française, et aussi bien moins coûteux pour les familles les plus modestes, en raison des exonérations complètes ou partielles, souvent proposées par la municipalité. L’étude des dossiers des Belges des deuxième, troisième ou quatrième générations qui préférèrent rester Belges ou qui, au contraire, sollicitèrent l’obtention de la nationalité française au lendemain de leur majorité permet de cerner le processus et le degré d’intégration par la naturalisation.

Une question fort personnelle

  • 68 AMR, E II, III, IV, la série E III contenant les dossiers à partir de 1865 est malheureusement inco (...)

62N’ont été dépouillés que les dossiers de demandes de naturalisation et de réintégration (pour les Françaises veuves ou divorcées de Belges) qui correspondaient à l’échantillon alphabétique68. Il est donc impossible d’apporter une réponse quantitative à ces questions : qui demandait la naturalisation et au bout de combien d’années de résidence, sinon à Roubaix, du moins en France ? Ces demandes émanaient-elles plus fréquemment de personnes qui avaient réussi socialement ? Francophones et néerlandophones avaient-ils le même comportement ? Surtout, les dossiers ne laissent qu’imaginer les motivations profondes du choix.

  • 69 A moins que cela ne soit dû au hasard de la conservation des archives.
  • 70 Il en allait de même de sa grand-mère maternelle alors que son grand-père Cornil appartenait à une (...)

63Au lendemain de la loi de 1851 qui fit des enfants de Belges nés en France des citoyens français à part entière, on assista, semble-t-il, à une recrudescence des enregistrements de la qualité de Français69. Parmi ceux qui pouvaient bénéficier « automatiquement » de la nationalité, certains s’empressaient d’agir pour être reconnus comme Français au plus vite après leur vingt et unième anniversaire : parmi les descendants de la famille Voedts-Lengle, Pierre Voedts-Houillé, né le 28 août 1858 à Roubaix d’un étranger qui y était également né en 1825, fut reconnu français le 25 septembre 1879. Son cousin Henri Louis Voedts-Baiseur, né le 11 janvier 1860, s’empressa de faire la même démarche dès le 14 janvier 1881, mais le record appartient à Henri Désiré Voedts-Stalens, né le 15 janvier 1858, dont l’acte porte la date du 16 janvier 1879. Un tel délai doit être interprété comme indicateur d’une bonne intégration ou à tout le moins d’une détermination à s’intégrer. Dans d’autres cas, le temps de réflexion était plus long : Emile Larivière, né à Roubaix le 5 avril 1853 de parents nés à Roubaix et dont les grands-parents paternels étaient nés à Wervik et Alveringem pendant la période française70, fit sa déclaration seulement le 1er mars 1875 ; quant à Henri, l’un de ses frères, né le 16 février 1864, il entreprit la démarche le 24 septembre 1886.

  • 71 Si la loi du 3 décembre 1849 imposait, pour une naturalisation, un délai de 10 ans après l’admissio (...)

64Avant même le vote de la loi de 1889, des dossiers furent, en vertu de la jurisprudence de l’arrêt de 1883, déposés par des Belges nés en Belgique qui résidaient depuis nombre d’années à Roubaix71. D’autres prirent du temps, même après 1889, pour faire cette démarche : ainsi Léon Laroy, né en 1838 à Machelen, dont le père était né à Deinze en 1807, marié à Roubaix en 1868, ne déposa son dossier que le 3 février 1894 et obtint satisfaction dès le 28 février. La loi de 1889 intéressa des familles installées depuis fort longtemps à Roubaix et souvent, ce fut la troisième génération qui fut concernée simplement parce que les enfants de l’immigrant étaient morts trop tôt.

65Le choix de la naturalisation est une décision fort individuelle et, au sein d’une même famille, il n’y a pas toujours unité de comportement. Ainsi, les deux fils de Denis Lambaere, né à Rekkem (Flandre occidentale) en 1811, et de Marie Rose Lebrun, née à Blandain (Hainaut), firent des choix opposés : Achille, né en 1843, excipa de son extranéité tandis que son frère Victor, né en 1858, devint Français, tous deux se présentant à la mairie avant même leur vingt et unième anniversaire.

66Même au sein de familles résidant depuis fort longtemps, le choix de la naturalisation, signe supplémentaire d’intégration, restait personnel comme dans le cas de la troisième génération de la famille Wille-Leplat. Je n’ai trouvé aucun dossier concernant le fils du premier lit, en revanche du second mariage naquirent une fille et deux garçons ; le cadet, marbrier lors de son mariage en 1885 et entrepreneur dès 1889, sollicita en 1893, et obtint l’année suivante, sa naturalisation. Comment expliquer que, tous ayant épousé des Françaises, un seul ait choisi de devenir Français ? Faut-il rapprocher cela de sa réussite ? Si son frère et son demi-frère appartenaient aussi à la bourgeoisie, ils brillaient un peu moins socialement : le premier, employé de commerce lors de son mariage, apparut ensuite comme représentant de commerce et fabricant de savons, le second était principal clerc de notaire. Dans le cas de la famille Vanmullem-Lepere, les 4 fils décédés entre 1857 et 1883 auraient pu, en vertu de l’article 9 du Code civil réclamer leur qualité de Français ; seul un petit-fils, Edmond né en 1854, la revendiqua au lendemain de sa majorité. Sans doute faut-il y voir de sa part la confirmation qu’il se sentait bien plus Français que son père, ses oncles ou ses cousins.

  • 72 Certaines des lois votées à la fin du siècle en réservaient le bénéfice aux Français, ainsi celle s (...)
  • 73 Il n’y a aucune trace concernant le dernier.

67Quant aux motivations profondes de demandes déposées par des personnes d’âge fort avancé, le doute n’est guère permis dans certains cas : il s’agissait non de mourir Français mais bien de tirer quelque secours de la naturalisation72. Louis Lapaille, né à Celles (Hainaut) en 1835 de parents inconnus, épousa, à Roubaix en 1858, Joséphine Coupé de Tournai. Ils eurent 4 fils dont seul Pierre, le troisième, n’était pas Roubaisien puisque né en 1868 à Saint-Nicolas (Flandre orientale). En vertu de l’article 9 du Code civil, l’aîné Désiré, né en 1861, devint Français 9 jours après son vingt et unième anniversaire ; le deuxième, Jean-Baptiste, fit le même choix 6 jours après sa majorité ; Pierre fut naturalisé en 190573. Mais ce ne fut qu’en décembre 1907, alors qu’il était hospitalisé à l’Hospice Barbieux, que le père déposa une demande, acceptée d’ailleurs en février 1908, peut-être parce que ses fils étaient Français.

68La présence de la famille Lannoy-Lequeux à Roubaix est avérée par une naissance en 1862 : le père, Auguste, naquit en 1830 à Pecq (Hainaut), son fils qui portait le même prénom, né à Roubaix, ne revendiqua pas sa « belgitude » et devint Français à vingt et un ans et un jour, quelques mois avant de se marier en 1886 avec une native de Metz. Or, ce ne fut qu’en mars 1888 que le père déposa une demande de naturalisation. L’exemple du fils poussa-t-il le père à entreprendre la même démarche ? S’agit-il d’une reconnaissance profonde que la migration était définitive, que l’intégration était réussie ou faut-il y voir, plus prosaïquement, le désir de profiter d’une aide quelconque ? En revanche, point de doute sur les motivations réelles d’un Pierre Landuyt, né en 1842 à Eeklo (Flandre orientale), marié à Roubaix en 1879, veuf sans enfant qui sollicita – et obtint – en avril 1912 de devenir Français alors que son frère l’avait fait à l’âge de 30 ans dès 1888. Le père d’Emile et Henri Larivière, sans profession, incurable, essuya, quant à lui, un refus en 1909. Certaines personnes, très âgées lors du dépôt du dossier, mouraient avant que leur cas ne fût tranché : Victor Landrieux, né à Tournai en 1845, marié en 1869 à une Hennuyère, native de Pipaix, qui sollicita sa naturalisation en juin 1910, passa de vie à trépas le 31 octobre 1910.

  • 74 Les coulonneux n’eurent d’autre alternative, après la circulaire du 12 juillet 1897, que de retourn (...)

69Certaines demandes répondaient sans doute à de nobles sentiments, d’autres l’étaient moins, certaines reflétaient la conscience d’une assimilation presque achevée, d’autres la volonté de profiter du statut de Français74. La crainte de l’expulsion, le souci d’échapper aux tracasseries de l’administration poussèrent certains immigrants à entreprendre les démarches. Le choix résultait parfois, en particulier à la fin du xixe siècle, de la pression morale exercée par les campagnes d’opinion pour le vote d’une législation protégeant le travail national ; les patrons purent aussi pousser les ouvriers à la naturalisation lorsque se posa la question de la taxation du patronat employant des étrangers. La tâche des autorités n’en était que plus compliquée mais elles disposaient, pour faire la part des choses, de dossiers de plus en plus complets.

Ne devient pas Français qui veut !

  • 75 Le décret Crémieux en date du 26 octobre 1870 avait déjà facilité la naturalisation des étrangers q (...)

70Les dossiers les plus récents, établis au xxe siècle, apportent souvent des commentaires du maire sur la condition du postulant : qu’il s’agisse de sa condition économique et sociale (profession des époux voire des enfants, salaires, loyers), de sa situation politique et militaire. A travers ces remarques, on comprend mieux les éléments qui, au centre de l’examen de la demande, déterminaient la décision prise par l’administration. De même que le fait d’exciper de son extranéité pour échapper au service militaire obligatoire en France était, avant même la guerre, un facteur non négligeable dans la prise de la décision, de même l’attitude du requérant pendant la guerre75, celle de ses enfants et de sa famille en général, devinrent un élément qui semblait, sinon essentiel, du moins particulièrement important pour les dossiers constitués après la Première Guerre Mondiale (cf. Document VII.3).

71Ainsi, parmi les descendants de la famille Vanmullem-Lepere, déjà citée, la demande déposée en 1907 par Jules Vanmullem-Delreux (3ème génération) fut rejetée parce qu’il a excipé de son extranéité pour ne pas faire de service militaire. Quant à Louis Lamant-Pollet, né à Roubaix le 11 mai 1846 de parents eux aussi nés à Roubaix mais dont le grand-père paternel était né à Froidmont en 1795, il avait au lendemain de sa majorité, le 5 décembre 1867, revendiqué la nationalité belge ; il déposa, en 1888, une demande de naturalisation qui fut rejetée ; sans se décourager, il renouvela sa requête en mai 1899. On peut alors lire les commentaires suivants : s’est soustrait aux obligations militaires en excipant de sa qualité de Belge donc la demande devrait être repoussée, mais il faut tenir compte de son attitude en 1870-1871. Il s’était engagé pour la durée de la guerre et a servi au titre d’étranger dans les rangs de l’armée française. Il est à regretter pour lui qu’il ait attendu si longtemps pour réclamer le bénéfice de la naturalisation. On ignore tout du sort de cette nouvelle demande.

Document VII.3. Demande de naturalisation de Laevens-Vanhauter

Document VII.3. Demande de naturalisation de Laevens-Vanhauter

72Souvent la décision passait par la prise en compte de l’attitude de toute la famille, comme pour le ménage Lambrecht-Stassinon de Flandre occidentale (le père était né à Thielt, la mère à Bruges) dont la présence à Roubaix est avérée par le mariage ou par une demande de naturalisation de nombre de ses enfants qui étaient tous nés à Bruges, sauf Marie Louise née à Roubaix en 1873. Le dossier d’Isidore, né en 1853, marié en 1881 à une Brugeoise, Stéphanie Vanhauter, nous apprend que, après avoir vécu au moins 10 ans en France au lendemain de son mariage, il était retourné quelque temps en Belgique, avant de revenir en France en 1896 et que, lors du dépôt du dossier, l’un de ses fils faisait son service militaire à Lunéville. Sans doute cela fut-il pris en compte pour lui accorder, en 1912, la naturalisation. La demande de Charles, qui, à 21 ans, avait épousé en 1889, Victorine Vannuffel, native d’Alost (Flandre orientale) fut acceptée en 1914, après avis favorable du maire, ainsi motivé : les époux habitaient à Roubaix depuis 1870, la famille faisait preuve de bonne conduite et d’une bonne moralité et leur fils effectuait son service militaire en France. Joseph, quant à lui, né en 1858 et marié depuis 1883 à Marie Stéphanie Hallaert, aussi Brugeoise, n’entreprit la démarche qu’en 1920 et obtint une réponse positive en raison des observations des autorités : les époux habitaient en France depuis 1871, la famille était de bonnes conduite et moralité ; le dossier précisait également que Joseph avait 4 frères et 2 sœurs, tous habitant Roubaix, 3 ayant été déjà naturalisés avec cette précision leur attitude a été correcte pendant la guerre. L’une des sœurs, veuve d’un Gantois, fut d’ailleurs elle aussi naturalisée en 1926.

73Les remarques des autorités prenaient parfois des allures de marchandage : ainsi, lorsque, en 1911, Joseph Lebrun né à Izegem en 1862, marié depuis 1888 à Mélanie Hernou, née à Roubaix en 1863 mais de nationalité belge, sollicita sa naturalisation, les arguments du maire pour justifier son avis favorable étaient qu’il résidait en France depuis plus de 10 ans, que sa femme était née à Roubaix ; mais le premier magistrat ajoutait que, eu égard à sa situation d’indigence, il était possible de lui accorder une remise des droits à acquitter, à condition qu’il fît naturaliser ses enfants.

  • 76 Le dossier ne mentionne pas toujours cette décision finale.

74A contrario, d’autres demandes reçurent une réponse négative ou laissaient supposer une fin de non-recevoir76, en raison de commentaires défavorables : ainsi, pour Fidèle Lampe, né à Dottignies (Hainaut) en 1841, habitant depuis 1853 à Roubaix où il s’était marié en 1871, veuf de Léonie Poulain depuis 1895, la demande ne semble avoir d’autre but que de faire profiter à l’intéressé des avantages accordés par la loi d’assistance. L’« intéressé » étant mort quelques semaines plus tard, point ne fut besoin de statuer !

75La volonté d’échapper au service militaire, la décision de devenir Français prise tardivement, après de longues années de résidence, le soupçon de vouloir tirer profit de la naturalisation motivaient souvent le rejet.

 

  • 77 Cela aurait pu aussi être un frein à une parfaite assimilation, allant jusqu’à la francisation. Les (...)
  • 78 Ibidem.

76L’étude de l’intégration n’est qu’à peine esquissée en raison des sources et du fait que l’arrivée massive des populations belges n’intervint que dans la deuxième moitié du xixe siècle alors que l’intégration est un phénomène très progressif qui ne peut donc être analysé que sur la longue durée. Pourtant, la parfaite assimilation actuelle des descendants d’immigrés belges, même flamands, ne laisse aucun doute. Certains atouts jouaient en sa faveur, la proximité, le voisinage77, la communauté de foi et la culture ouvrière partagée, le seul obstacle potentiel étant la langue flamande. Des incidents, souvent bien plus dus à des rivalités économiques qu’à une profonde xénophobie, n’empêchèrent, ni ne ralentirent, l’intégration. La coexistence des différentes communautés dans les quartiers, à l’usine, à l’école, comme la mixité des mariages, l’installation définitive et surtout la naturalisation, témoins d’une intégration en marche dès la deuxième moitié du siècle, furent les prémices d’une assimilation, accélérée par les « impératifs de la vie quotidienne »78 surtout à la fin du siècle et achevée à la veille de la première guerre mondiale.

Notes

1 P. Bruyelle, 1976.

2 L’acceptation devait d’abord être administrative puisque la présence à Roubaix dépendait de l’« admission à résidence ».

3 F. Meunier-Vonne, 1985, J. Dupâquier et F. Vejarano, 1992.

4 Pour le xixe siècle, c’est bien d’intégration qu’il s’agit car, aujourd’hui, il est clair que les descendants des immigrés, arrivés il y a 100 ou 150 ans, sont réellement assimilés, l’assimilation étant la forme ultime et complète de l’intégration : René Vandierendonck qui avait succédé à André Diligent, le 28 mai 1994, à la tête de la municipalité roubaisienne, fut réélu maire, à la suite des scrutins de juin 1995 et de mars 2001.

5 Il s’agit du changement, au cours de la vie, dû le plus souvent à l’abandon de la langue maternelle pour une langue d’usage autre, R. Pressat, 1975. Toutefois, pendant de longues années jusqu’avant la seconde guerre mondiale, les affiches, les règlements pouvaient être bilingues. La pratique du français est évidemment essentielle dans le processus d’assimilation : « Parler français à son conjoint mais surtout à ses enfants, même avec difficulté, a valeur symbolique et montre une volonté de composer avec la société d’accueil », M. Triballat, 1995.

6 Les étrangers se retrouvaient dans toutes les professions ou presque ce qui favorisait l’intégration. Le travail est souvent considéré comme un élément assimilateur, la culture ouvrière des immigrés étant également celle des autochtones, ibidem.

7 Sur le rôle positif de la famille, voir M. Segalen, 1981. L’évolution du rapport de masculinité belge entre 1866 et 1886 (114 et 99,9) apparaît donc comme un facteur favorable au processus d’intégration

8 W. Kollmann, 1971.

9 F. Lentacker, 1973.

10 Le conseil municipal décida, en 1938, à l’unanimité de la dénommer « Rue Edouard Anseele-l’Eveilleur des Flandres », au lendemain du décès du socialiste gantois. A partir d’un sondage à travers les recensements de 1851, 1861, 1866 et 1872, Jean-Michel Carrette (1983) a comparé la croissance du nombre des Belges et des Français de cette rue : pour un indice 100 en 1851, l’indice des premiers était de 8 068 en 1872 alors que celui des seconds n’était que de 1 568.

11 Jusqu’à 82 % pour les rues populaires de la Paix, des Anges et Jacquart, ibidem.

12 La population était belge à 55 % en 1872, alors que vivaient 59 % de Belges dans l’échantillon de 35 courées étudié par Judy Reardon, (1977).

13 Il resterait à s’interroger sur l’origine, la formation de ces enclaves ou réduits (quelle part faire au désir des Belges de se regrouper et au souci des Français d’éviter la cohabitation ?) et sur leur fonction. Selon Louis Wirth (1980), « la fonction du ghetto est d’assurer une transition entre les deux mondes que constituent le pays d’origine et le pays d’accueil afin d’atténuer le choc de la transplantation ».

14 Au milieu du xixe siècle, il n’y avait pas de ségrégation spatiale : même si certaines rues étaient plus marquées socialement, celles du centre par exemple, on trouvait plutôt dans l’ensemble de la ville une certaine mixité sociale, ouvriers et patron vivant près de « leur » usine. L’essor de la mécanisation modifia, en partie, le paysage urbain ; les premiers peignages furent installés à la périphérie du bourg, par souci d’attirer une main-d’œuvre tourquennoise spécialisée dès l’Ancien Régime dans cette activité. Dans la crainte de réactions ouvrières, certains patrons choisirent à dessein, après 1867, de s’établir loin du centre populeux : 7 entreprises avaient été incendiées lors des grèves de mars.

15 Cf. Halluin étudié par M. Hastings, 1991.

16 Le commissaire de police de Roubaix-est, dépêché sur place, ne put que constater l’animation qui régnait dans l’atelier : Ayant vu un nombre de trente ouvriers environ […] qui paraissaient très animés dans leur conversation, que nous n’avons pu comprendre, vu qu’ils parlaient la langue flamande, ne pouvant distinguer les principaux récalcitrants, j’ai fait sommation à ceux qui avaient des réclamations à faire de passer à la droite de l’atelier ; l’enquête mit en évidence la responsabilité de 5 ouvriers flamands, ADN, M 620/12.

17 ADN, M 620/22, Rapport du commissaire central de Roubaix au Préfet, 17 mars 1859. Le lendemain, le Préfet avertissait le Ministre du risque de voir arriver 5 à 600 ouvriers à Roubaix où le travail est abondant et le salaire élevé.

18 ADN, M 620/20, 31 décembre 1857.

19 Sur le rôle des Belges dans l’organisation du mouvement syndical et socialiste dans le Nord, voir aussi F. Lentacker, 1973, J. A. Reardon, 1977, J. Marseille, M. Sassier, 1982, C. Strikwerda, 1984 et C. Strikwerda, 1993.

20 Déclaration citée par F. Lentacker, 1973.

21 Il était parfois accusé d’être le député des Belges naturalisés et non pas des véritables Français.

22 Le mariage à Roubaix est déjà une marque d’enracinement, D. Barjot et O. Faron, 2002.

23 Cette réalité nous pousse à nuancer quelque peu ce qu’écrivait Jean Stengers (1982) lorsqu’il parlait de circulation de main-d’œuvre sans intention réelle d’immigrer ; la vie en décidait souvent autrement et des Belges, pas seulement des francophones, firent souche à Roubaix, dès le xixe siècle.

24 L’étude des prénoms, digne d’intérêt avec d’autres communautés étrangères, est ici sans objet pour les prénoms masculins (les Carlos du corpus étaient d’« authentiques » Français, appartenant même plutôt aux familles de la bourgeoisie) ; on pourrait imaginer une recherche qui porterait, par exemple, sur la préférence de Maria ou de Marie, Anna en lieu et place d’Anne, en fonction de l’origine. Cependant, par expérience, il me semble que, même au sein de familles de la première génération, les prénoms à consonance flamande étaient loin d’être majoritaires.

25 J. Stengers, 1980.

26 En 1849, le maire de Roubaix proposait au Préfet d’expulser les ouvriers belges sans travail ; ce dernier suggéra de refuser les services du Bureau de Bienfaisance aux étrangers qui n’auraient point acquis leur domicile en France, ADN, M 620/16, 17 et 20 septembre 1849.

27 ADN, M 620/4, Lettre du maire de Roubaix au Préfet du Nord, 16 décembre 1830, envoyée à l’occasion de troubles ouvriers pour demander de renvoyer chez eux les ouvriers étrangers […] afin de conserver le travail à ceux du pays.

28 AN, BB/18/993, f° 422, 21 juillet 1819.

29 AN, F/7/3744, minutes des bulletins de police, bulletin du 19 juillet 1819.

30 AN, F/7/3744, bulletin du 22 juillet 1819.

31 Souligné dans le texte, AN, BB/18/993, f° 420, 19 juillet 1819.

32 Souligné dans le texte, AN, BB/18/993, f° 421, 20 juillet 1819.

33 ADN, M 135/35 et P. Reboul, 1954.

34 AN, BB/18/993, f° 423, 26 juillet 1819.

35 AMR, 1F3.

36 ADN, M 605/3 pièce 75, pétition des ouvriers menuisiers et charpentiers de Roubaix au citoyen-préfet, 5 juin 1848.

37 L. Reybaud, 1867, Cl. Fohlen, 1953. Les études menées actuellement par Didier Terrier sur la délinquance montrent une sur-représentation des Belges parmi les délinquants de Roubaix pendant cette période ; cela put aussi contribuer à accroître les tensions entre les communautés, N. Dhordain, D. Terrier, 2002.

38 M. Perrot, 1975.

39 L. Marty, 1982.

40 Encore faut-il comprendre que les mineurs français n’agissaient que contre les Belges qu’avaient fait venir les patrons pour remplacer à meilleur compte les Français congédiés pour action syndicale, A. Dantoing, 1974.

41 L’Echo du Nord, 23 juin 1892.

42 ADN, M 610/16.

43 C. Strikwerda, 1993.

44 Dr A. Faidherbe, 1894-1895.

45 Au xixe siècle, les actes indiquent en principe le lieu de résidence, mais rarement la durée de celle-ci.

46 Le constat est le même pour Versailles, C. Levy-Vroelant (1988).

47 C’est une contrainte toute relative puisqu’il avait aussi toute latitude de retourner dans sa commune d’origine pour s’y marier ou pour y choisir une fiancée qu’il épousait ensuite à Roubaix, comme le faisaient les hommes de Prusse orientale venus travailler en Rhénanie et en Westphalie au xixe siècle, W. Köllmann, 1971.

48 80 % des Belges épousaient des filles de Roubaix et même 87,3 % de ceux qui avaient parcouru moins de 20 kilomètres pour venir à Roubaix. En France, le nombre de mariages d’étrangers avec des Françaises est toujours supérieur à celui des Français avec des étrangères, en raison du taux de masculinité de la population immigrée, G. Noiriel, 1988. L’enquête TRA montre également une plus grande exogamie des hommes, J. Dupâquier et M-Ch. Vouloir-Morales, 1992.

49 Ces proportions ne sont que des minima, car établies en prenant comme seul critère le lieu de naissance ; or, parmi les conjoints natifs de Roubaix, il y avait aussi des Belges de la deuxième génération qui étaient, sinon d’expression néerlandophone, du moins bilingues. L’évolution était la même à Tourcoing, V. Aelbrecht, 1991.

50 Les unions d’habitants de Haarlem, qui fournit le plus gros contingent, sont fort minoritaires : 3 cas sur 11 femmes et 15 hommes nés dans cette ville.

51 Au milieu du xixe siècle, cette vision n’était d’ailleurs pas limitée au peuple, J. Pirotte, 1982.

52 Pour F. Lentacker (1973), le particularisme linguistique des Flamands ne pouvait être un obstacle sérieux à l’assimilation, en raison du niveau fort bas des immigrés entre 1850 et 1880. L’école française constitua pour cette population, les enfants et même les adultes, le facteur le plus efficace de francisation.

53 L’écart était également plus grand lorsque le choix de l’homme se portait sur une francophone (9,7 contre 1,9 %) que lorsque une néerlandophone choisissait un francophone (8,2 contre 6,2 %).

54 41 % des hommes nés dans un rayon de 10 kilomètres, mais 9 % de ceux nés à 50 kilomètres et plus, épousaient une Roubaisienne.

55 Sauf au début de la période lorsque les effectifs sont trop faibles pour être significatifs.

56 L’éloignement plus important, sans parler des solidarités professionnelles, put contribuer à maintenir une plus grande cohésion entre eux. A cet égard, la faiblesse du pourcentage des Gantoises épousant un Roubaisien traduit sans doute autant l’isolement linguistique que le fait que certaines avaient simplement suivi un fiancé, épousé après quelque temps de résidence : sur les 95 couples constitués par 2 Gantois, seule une femme résidait à Gand lors du mariage. La proportion est du même ordre pour les hommes : 7 déclarèrent résider à Gand, 3 à Tourcoing, tous les autres à Roubaix.

57 Les effectifs sont cependant fort réduits : 32 des 95 hommes francophones et 9 des 16 Flamandes mariés à Roubaix appartiennent à cette catégorie.

58 Trois moururent en bas âge avant un an et une fille décéda célibataire à l’âge de 60 ans.

59 Un décéda célibataire à 32 ans alors que tous les autres enfants étaient morts en bas âge.

60 Elle y est encore recensée en 1851 ; les parents allèrent ensuite vivre à Wattrelos.

61 C’était alors un gage de stabilité, S. Pasleau, 1993.

62 Code Civil des Français, Livre 1er, Titre 1er, Chapitre 1er, articles 9 et 10.

63 Bulletin des Lois, no 45, loi no 355. De par les traités de 1814-1815, ils disposaient en outre d’un délai de 6 ans pour choisir leur pays et déposer un dossier.

64 Bulletin des Lois de la République française, no 139, loi no 1 214.

65 Bulletin des Lois de la République française, no 352, loi no 2 730. La loi du 16 décembre 1874 exigeait en outre pour celui qui excipait de son extranéité qu’il justifie avoir conservé sa nationalité d’origine par une attestation en due forme de son gouvernement, Bulletin des Lois de la République française, no 239, loi no 3 703.

66 Le tribunal avait été saisi par un dénommé Fromeau, originaire de Hérinnes (Hainaut), dont le père y était lui-même né en 1813, qui revendiquait la nationalité française en vertu de l’article 10 du Code civil. La situation était d’autant plus particulière que Fromeau avait accompli son service militaire en Belgique. Le tribunal considéra que, malgré ce point, le réquérant était fondé à réclamer la qualité de Français, Le cri du Travailleur, 2° année, no 14, du 31 mars au 7 avril 1888.

67 Bulletin des Lois de la République française, no 1247, loi no 20 748. De plus, la loi du 22 juillet 1893 supprima la distinction entre père et mère ; dorénavant une mère étrangère née en France transmettait également la nationalité française, Bulletin des Lois de la République française, no 1 574, loi no 26 888.

68 AMR, E II, III, IV, la série E III contenant les dossiers à partir de 1865 est malheureusement incomplète. La moyenne était de 300 dossiers de naturalisation par an pour Roubaix de 1890 à 1900 selon F. Lentacker (1973) qui cite aussi le nombre de 4 211 Belges naturalisés dans le Nord de 1890 à 1901.

69 A moins que cela ne soit dû au hasard de la conservation des archives.

70 Il en allait de même de sa grand-mère maternelle alors que son grand-père Cornil appartenait à une vieille famille roubaisienne.

71 Si la loi du 3 décembre 1849 imposait, pour une naturalisation, un délai de 10 ans après l’admission à domicile, celle du 29 juin 1867 réduisit à 3 ans la durée de résidence.

72 Certaines des lois votées à la fin du siècle en réservaient le bénéfice aux Français, ainsi celle sur l’assitance médicale gratuite, votée en 1893 et précisée par l’arrêt du Conseil d’Etat du 25 février 1897 qui interdit l’hospitalisation des étrangers ; la même discrimination se retrouvait dans la loi de 1905 sur les vieillards et infirmes. Voir G. Noiriel, 1988.

73 Il n’y a aucune trace concernant le dernier.

74 Les coulonneux n’eurent d’autre alternative, après la circulaire du 12 juillet 1897, que de retourner en Belgique ou de devenir Français. Pour G. Noiriel (1988), c’était l’intérêt qui primait « sur les états d’âme », le souci de préserver ou d’acquérir un avantage en matière d’emploi.

75 Le décret Crémieux en date du 26 octobre 1870 avait déjà facilité la naturalisation des étrangers qui prirent part à la guerre actuelle pour la défense de la France.

76 Le dossier ne mentionne pas toujours cette décision finale.

77 Cela aurait pu aussi être un frein à une parfaite assimilation, allant jusqu’à la francisation. Les liens familiaux, les retours périodiques en Belgique, l’attachement au pays et la virtualité d’un retour définitif à la fin de l’existence, bien des raisons tendaient à faire hésiter les Belges de France devant une naturalisation qui, malgré tout, consacre une rupture, F. Lentacker 1973.

78 Ibidem.

Table des illustrations

Titre Document VII.1. Les POTS au BURRE
Crédits Source ADN, M 154/172
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Document VII.2. A la France, Les Belges Reconnaissants
Crédits Source ADN, M 162/2
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Graphique VII.1. Évolution de l’origine géographique des épouses des hommes belges francophones
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique VII.2. Évolution de l’origine géographique des époux des femmes belges francophones
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique VII.3. Évolution de l’origine géographique des épouses des hommes belges néerlandophones
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique VII.4. Évolution de l’origine géographique des époux des femmes belges néerlandophones
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau VII.1 Alphabétisation et exogamie
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau VII.2 Homogamie sociale et exogamie
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Document VII.3. Demande de naturalisation de Laevens-Vanhauter
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55971/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540