Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La population de Roubaix

 | 
Chantal Petillon

Chapitre V. Une population « prolifique »

Texte intégral

1Dans une France tôt engagée dans la transition démographique, Roubaix fit longtemps figure d’exception avec des taux de natalité et de fécondité supérieurs à la moyenne nationale. La ville était donc pleine d’enfants. Pourtant, ses habitants finirent par modifier leur comportement sans toutefois le faire d’une façon aussi rapide et aussi radicale que d’autres : il faut, en effet, attendre les années 1870 pour que les indices de fécondité traduisent une plus grande maîtrise. Tardif, le malthusianisme des Roubaisiens resta également timide et les familles nombreuses dominaient encore à la fin du siècle. Pourquoi tant d’enfants ? Les populations non-natives, belges en particulier, étaient-elles les seules responsables de cette propension à enfanter ? Jouèrent-elles un rôle dans le changement de comportement ?

I. La multiplication des berceaux

2Si, au cours du xixe siècle, la croissance roubaisienne résulta largement des migrations, le mouvement naturel y contribua également par la persistance d’une natalité toujours forte alors que la mortalité, tout en se maintenant à un niveau élevé, eut tendance à diminuer un peu plus tôt. L’évolution du nombre de naissances (cf. Graphique V.1 et Graphique V.2), suit presque parfaitement, sauf dans la dernière décennie, la croissance de la population. Les années 1740-1815 se singularisent par une grande stabilité, malgré des variations dans le court terme, consécutives aux crises : accident frumentaire de 1740-1741, difficultés des années révolutionnaires, en particulier 1793-1796, ou encore 1812, après le rude hiver 1811. Dans une seconde phase, de 1815 au milieu du siècle, l’augmentation fut réelle mais modérée, interrompue en 1832, par le choléra, en 1847-1849, par la crise. Le Second Empire fut, en revanche, caractérisé par un accroissement nettement plus rapide et important. Enfin, à partir de 1872-1873, s’amorça une phase de stagnation des naissances.

Graphique V.1. Évolution des moyennes quinquennales des naissances et des décès

Graphique V.1. Évolution des moyennes quinquennales des naissances et des décès

Graphique V.2. Comparaison de l’évolution des naissances, des décès et de la population de Roubaix

Graphique V.2. Comparaison de l’évolution des naissances, des décès et de la population de Roubaix

Des femmes souvent grosses

  • 1 J’ai calculé les moyennes quinquennales et, afin de comparer avec le Nord, des moyennes triennales, (...)
  • 2 Cela ne peut résulter d’une sous-estimation de la population : en effet, le taux de mortalité ne se (...)
  • 3 Dr. A. Faidherbe, 1894-1895.

3Calculé à partir du dénombrement de 1764, le taux de natalité apparaît comme très important (plus de 37 ‰), caractéristique de la phase pré-transitionnelle, et il le resta jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et augmenta encore au xixe siècle1. De l’ordre de 37 ‰ pendant les années napoléoniennes, il connut, avec le retour au calme, un essor exceptionnel (66,86 ‰ pour la seule année 1826 ! et une moyenne de 61,24 ‰ pour les années 1825-18292). Jusqu’en 1879, sauf cas de crise, il ne fut jamais inférieur à 40 ‰ et dépassa même 46 ‰ pendant les années 1860. Ce n’est qu’au cours de la dernière décennie que la natalité fléchit légèrement, retrouvant à peu près le niveau de la deuxième moitié du xviiie siècle. Il n’est pas possible de comprendre de tels taux, et en particulier ceux du début de la Restauration, sans faire référence, en dehors de la fécondité élevée, à la structure par âges de la population, caractérisée par sa jeunesse, conséquence de l’immigration en hausse dès la mise en place de la frontière en 1814-1815. En effet, en 1820, 31 % des Roubaisiens avaient entre 20 et 39 ans, ce qui peut expliquer les taux de natalité remarquables de la période. La réduction du taux à la fin de la période étudiée, à propos de laquelle Faidherbe écrivait : il semble que, de temps en temps, l’énergie procréatrice subisse une impression passagère de fatigue3, résulta, quant à elle, d’une double évolution : tendance au vieillissement, liée au ralentissement des migrations vers Roubaix (cf. Graphique II.3), tendance au contrôle de la fécondité puisque l’âge moyen au premier mariage de la femme diminua plutôt dans les dernières décennies.

Graphique V.3. Taux de natalité à Roubaix, dans l’arrondissement de Lille et dans le Nord

Graphique V.3. Taux de natalité à Roubaix, dans l’arrondissement de Lille et dans le Nord
  • 4 M.-P. Buriez, 1970.

4Le caractère exceptionnel de la natalité roubaisienne ressort davantage encore de la comparaison avec l’ensemble du pays (cf. Annexe V.1). A partir des années 1820, l’écart à la moyenne nationale fut le plus souvent supérieur à 15 points au profit de Roubaix et il ne diminua pas avant la dernière décennie. Les taux roubaisiens dépassèrent, au long du siècle, ceux de l’arrondissement de Lille et du département4, eux-mêmes pourtant supérieurs aux taux français (cf. Graphique V.3).

  • 5 R. Deniel, L. Henry, 1965.
  • 6 E. Le Roy Ladurie, 1965.
  • 7 F. Barbier, 1983.

5Comparer Roubaix à Sainghin-en-Mélantois ne peut se faire sans insister sur la différence de taille, Sainghin n’étant qu’une petite communauté villageoise mais la proximité géographique peut rendre le parallèle intéressant5. Pour le xviiie siècle, le taux est estimé à 30 ‰ et à 32,9 ‰ pour la première moitié du xixe siècle, soit à un niveau bien inférieur à celui de Roubaix mais l’âge moyen au premier mariage y était plus élevé. Dans la « généralité prolifique de Valenciennes », le taux de natalité était situé entre 37 et 43 ‰ de 1774 à 17876. La comparaison confirme, pour le siècle suivant, la forte natalité roubaisienne (43,2 ‰ contre 29,4 ‰ à Valenciennes pour la période 1851-1855 et pour les années 1876-1880, respectivement 42,3 et 27,0 ‰7). Cette supériorité roubaisienne dans le département montre que le modèle régional n’est pas le seul facteur explicatif de cette forte natalité ; les variables économiques et socio-culturelles avaient également leur part dans ce comportement « prolifique ».

Des saisons pour naître

  • 8 Nous avons calculé la distribution des conceptions par année réelle : celle pour la période 1740-17 (...)

6Pour obtenir la meilleure représentation possible de la distribution mensuelle des conceptions, du moins celles ayant abouti à une naissance, les seules dont on puisse juger, l’étude est réalisée à partir de la totalité des naissances enregistrées à Roubaix de 1740 à 18898. Tout au long de la période et quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle, les naissances, rares en juillet-août, survenaient essentiellement de novembre à avril, avec des maxima plutôt en février, mars, voire janvier, ce qui correspond au modèle nord-ouest européen. Il y avait donc un rythme binaire des conceptions : d’août à janvier, des indices inférieurs à la moyenne avec un minimum marqué en octobre et, de février à juillet, au contraire, des indices supérieurs à la moyenne, même pour le mois de mars, cependant en retrait par rapport aux autres mois.

  • 9 Toutefois, quand il est constaté en milieu urbain, ce creux peut être expliqué par la morbidité est (...)

7La comparaison des distributions mensuelles des conceptions à Roubaix et dans la France urbaine (cf. Graphique V.4) montre qu’il n’y avait pas réellement de creux estival à Roubaix ; même si les indices de juillet et d’août n’étaient pas très élevés, ceux de l’automne étaient encore plus faibles. Cette situation, même au milieu du xviiie siècle, dans une paroisse où les travaux agricoles étaient loin de concerner la totalité des habitants, ne doit cependant pas surprendre9.

Graphique V.4. Comparaison de la distribution mensuelle des conceptions à Roubaix et dans la France urbaine

Graphique V.4. Comparaison de la distribution mensuelle des conceptions à Roubaix et dans la France urbaine
  • 10 J’ai repris le critère, proposé par Jean-Pierre Bardet (1983), d’années où seulement l’un des deux (...)
  • 11 P. Chaunu, 1971 et 1974.

8L’autre intérêt de la comparaison concerne le mois de mars : le creux, s’il existait à Roubaix, était fort peu marqué sous l’Ancien Régime et cela resta vrai au xixe siècle. L’observance de l’abstinence en période de Carême n’aurait donc pas été la règle chez les catholiques qui, pourtant, respectèrent longtemps les interdits en matière de nuptialité. Avant 1792 comme après, il n’existe guère de différences significatives dans les distributions selon que février et avril sont ou non en période de Carême10. Toutefois, l’abstinence sexuelle lors du Carême, appartenant plutôt à l’ascétique médiévale, aurait été abandonnée dès le xvie siècle11 : son non-respect à Roubaix ne prouve donc pas que le catholicisme y fût seulement de façade. Il faut aussi faire la part des premières conceptions et les mettre en relation avec le mouvement des mariages. Pour les unions célébrées au xviiie siècle, le creux de mars est plus marqué pour les premières conceptions, mais totalement inexistant pour les naissances de rang 2. L’activité sexuelle était plus intense au début du mariage : les plus forts indices se concentraient dans les trois ou quatre premiers mois. Avant 1793, pour les couples anticipant le temps clos, les conceptions étaient fréquentes dans les deux premiers mois, donc même en mars. Le creux de mars pour les accouchements de rang 1 est donc simplement la conséquence du respect du temps clos pascal. Mais le poids relativement réduit des premiers accouchements (de 15 à 20 %) dans l’ensemble des naissances fait que le déficit des conceptions en mars est assez limité.

9Quel que soit le mois de naissance, la saison de l’année, on naissait beaucoup et surtout dans des familles qui seraient aujourd’hui qualifiées de nombreuses.

Cinq naissances par mariage

10Le nombre annuel de naissances rapporté aux mariages permet également de se faire une idée de la fécondité d’une population. Pour la période 1740-1889, le rapport s’élève à 4,87. La tendance à la baisse, régulière mais fort lente, ressort bien, avec cependant un palier pendant la première moitié du xixe siècle. L’évolution intra-décennale révèle des variations fort importantes, symptomatiques de la conjoncture démographique, économique voire politique. Ainsi, la crise démographique de 1812 eut moins d’effet sur l’indicateur (4,74) que la conscription et les événements militaires de 1813 : le nombre de mariages doubla et le rapport de cette année constitua donc le minimum de la décennie (2,64) suivi, en 1814, du maximum (6,35), résultat du double effet « mécanique » de l’augmentation des naissances et du retour à la normale pour les mariages. A l’exception de l’année 1870, les trois dernières décennies furent marquées par une réduction de ces variations, par une tendance à l’homogénéisation des résultats à l’échelle de la décennie.

11Taux de natalité élevé, nombre important de naissances par mariage sont donc caractéristiques de Roubaix pendant près d’un siècle et demi ; même s’ils ne traduisent que partiellement les comportements des populations, ils montrent cependant des Roubaisiens particulièrement « prolifiques », alors que certaines régions avaient adopté, de manière précoce, les « funestes secrets ».

II. Une fécondité « naturelle » ?

Des multitudes d’enfants

  • 12 Il s’agit bien sûr des seuls enfants nés à Roubaix.
  • 13 Mais est-ce bien le mot puisqu’il s’agit de familles de tisserands !

12Symboliser la forte fécondité roubaisienne sur un siècle et demi à travers un exemple de famille ne pose guère de problème : en 1748, Pierre Leplat, 33 ans, laboureur, épousa Marie Desplancque de 10 ans sa cadette et ils fondèrent une « dynastie » de 10 enfants. Si, à la deuxième génération, on peut croire à une certaine réduction de la fécondité (18 descendants12 seulement pour les 5 enfants qui se marièrent à Roubaix), les espoirs de distinguer le moindre indice de contrôle des naissances sont vite déçus : la progéniture des 8 petits-enfants dont on peut connaître l’histoire fut particulièrement nombreuse, 70 ! Ce n’est pas davantage à la quatrième génération que le malthusianisme l’emporta (si Appoline Duquennoy-Leplat qui épousa en 1855 Adolphe Leplat n’eut pas d’enfant, elle faisait véritablement figure d’exception et l’on ne saura jamais si cela est dû à une quelconque lointaine parenté), ni même en vérité à la cinquième où les 4 descendants de la branche Leplat-Dathenies eurent encore 21 « héritiers »13. Cette descendance déjà impressionnante fut en fait encore bien plus nombreuse puisque nous échappent, en général, les enfants des filles, les enfants illégitimes (Marie Ursule Leplat-Deschamps – 3e génération – en eut 4) et qu’une bonne partie de la cinquième génération n’était pas encore mariée en 1889.

  • 14 Voir aussi J.-P. Hirsch, 1991 ; P. Pouchain, 1998.

13Certes, cette famille ne représente qu’elle-même, qu’une série de destins familiaux particuliers, mais néanmoins exemplaires ; certes, il s’agit ici d’ouvriers textiles, mais les descendances nombreuses du patronat catholique roubaisien sont aussi bien connues14 : 492 enfants sur 3 générations pour les descendants de Jean-François Motte et d’Ursule Clarisse ! Il est vrai aussi qu’au sein d’une même famille, la grande fécondité d’une branche pouvait trancher avec le contrôle des naissances d’une autre. Ainsi Désiré Wibaux et Marie Barbe Lepers (cf. Figure 6) eurent-ils 4 enfants dont Désiré et Floris qui épousèrent les 2 filles Florin-Dutoit. La descendance de Désiré et Félicité fut plus prolifique que celle de Floris et Sophie : Félicité donna naissance à 11 enfants dont 7 mariés ; à la deuxième génération, on ne dénombrait pas moins de 41 descendants pour les 6 enfants dont on peut suivre l’histoire. En revanche, Floris et Sophie eurent 7 enfants dont 3 fils mariés à Roubaix : l’aîné Hippolyte n’eut qu’un fils, légitimé lors du mariage, à son tour père de 2 enfants seulement, ayant perdu sa femme au bout de 8 ans de mariage. Le second, Floris, ne fut pas favorisé par la vie : son union ne dura que 7 mois et sa fille, née après 4 mois de mariage, ne vécut pas. Enfin, Alphonse, le benjamin, marié en 1869, eut 2 fils en 2 ans et s’y tint !

14Au-delà de ces cas individuels, l’analyse quantitative s’avère indispensable pour connaître la fécondité roubaisienne. Encore considérable au xixe siècle, elle contribua également à la croissance exceptionnelle de la population, en particulier après le Second Empire lorsque la part de l’immigration se réduisit.

15Si le nombre moyen d’enfants par famille (cf. Graphique V.5) baissa dans la deuxième moitié du xviiie siècle, surtout en raison de la difficile conjoncture révolutionnaire, au début du siècle suivant, le retour à l’ordre et à une certaine prospérité annihila l’évolution précédente : les mariages célébrés entre 1810 et 1819 profitèrent du développement de l’activité roubaisienne ; de même, ces raisons, ainsi que la jeunesse de la population, expliquent, pour la décennie suivante, le nombre de 5,53 enfants par famille, à rapprocher du record de 5,51 naissances par mariage et du taux de natalité exceptionnel. Le xixe siècle fut ensuite caractérisé par une diminution, nette pour les mariages célébrés à partir de 1830. Pour ceux célébrés de 1860 à 1889, les résultats sont fortement influencés par le poids des seules unions des années 1880-1889 pour lesquelles la durée d’observation est insuffisante.

Graphique V.5. Évolution de la taille moyenne des familles MF

Graphique V.5. Évolution de la taille moyenne des familles MF

Graphique V.6. Répartition des familles unies en 1740-1769 et 1830-1859 selon le nombre d’enfants

Graphique V.6. Répartition des familles unies en 1740-1769 et 1830-1859 selon le nombre d’enfants

16Les familles mariées à partir de 1830 eurent un nombre d’enfants plus réduit que toutes celles mariées auparavant (cf. Graphique V.6). Ce changement résulta de deux évolutions concomitantes : d’une part, l’augmentation du pourcentage des familles stériles (12,2 % en 1800-1829, 15,7 % pour 1830-1859), d’autre part, la réduction du pourcentage des familles de 6 enfants et plus qui, toutefois, resta élevé même au milieu du xixe siècle.

Une descendance moyenne à la « Roubaisienne »

  • 15 L’analyse longitudinale de la fécondité est faite par cohorte de mariage ou par cohorte de naissanc (...)

17Cette impression de forte fécondité qui ressort de l’étude de la taille des familles est confortée par les données sur la descendance moyenne des femmes, calculée par périodes décennales ou trentenaires15 (cf. Graphique V.7 et annexe V.2). Pour les familles MF1, la descendance des femmes nées entre 1830 et 1859 était de 5,4 enfants contre 6,21 pour leurs aïeules nées entre 1710 et 1739. Bien qu’en régression, signe de nouveaux comportements, elle restait élevée.

18La confrontation des résultats des analyses longitudinale (qui traduit le comportement individuel de la femme appartenant à une génération) et transversale (qui met en évidence au contraire les comportements collectifs des femmes à un moment donné sous l’effet de la « mode ») confirme la forte fécondité des Roubaisiennes. La fécondité du moment, calculée sur des périodes plus courtes, montre une évolution en quatre temps (cf. Graphique V.8) et prouve également une grande sensibilité des comportements à la conjoncture (économique ou épidémique).

19Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la descendance pondérée, jamais inférieure à 6, dépassa même à plusieurs reprises 7 enfants par femme, par exemple en 1764-1765 avec 7,58 (cf. Graphique V.9 et Annexe V.3). La période révolutionnaire fut plus heurtée mais ne laisse nullement apparaître, contrairement à d’autres régions de France, de rupture dans les comportements démographiques roubaisiens, en raison d’un catholicisme fervent dont fit preuve la ville. En effet, si la fécondité fut relativement plus basse pendant la période 1799-1815, il fallait plutôt y voir la trace des malheurs du temps, familles pauvres connaissant des difficultés croissantes pour se nourrir, familles séparées par la conscription, puisque, dès le retour à la paix et à l’ordre, avec la chute de Napoléon Ier, la fécondité du moment retrouva des niveaux proches de 6,5. Était-ce lié à la bonne conjoncture économique, ou plus particulièrement à l’arrivée des premiers immigrants de la partie belge du royaume des Pays-Bas ? De toute façon, les indices ne furent jamais inférieurs à 6 avant 1845. Le tournant du siècle fut une période charnière, ouvrant sur un nouveau palier de trente ans durant lesquels les indices oscillèrent entre 6 et 5,5. Ce n’est qu’ensuite que l’on peut évoquer une fécondité en passe d’être maîtrisée, avec une descendance pondérée inférieure à 5 dès 1882 et qui, dès lors, baissa rapidement.

Graphique V.7. Analyse longitudinale de la fécondité des femmes mariées à Roubaix. Descendance pondérée

Graphique V.7. Analyse longitudinale de la fécondité des femmes mariées à Roubaix. Descendance pondérée

Graphique V.8. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée

Graphique V.8. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée
  • 16 Il est impossible de calculer la fécondité du moment avant 1760 et donc de voir l’impact de la prof (...)

20Les variations de la fécondité roubaisienne semblent donc d’abord traduire, ce que laissait déjà entrevoir l’étude de la taille des familles, une grande sensibilité à la conjoncture économique mais aussi aux épidémies. On connaît ce lien pour les crises du xviiie siècle et l’étude, seulement possible à partir des années 176016, peut être prolongée jusqu’à la fin du xixe siècle. Le parallélisme entre baisse de la fécondité et crise est patent pour les crises de 1763, 1769, 1773, 1794 ou 1812-1813.

Graphique V.9. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée

Graphique V.9. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée

21La réduction de la fécondité de la fin des années 1820 et du début de la décennie suivante trouve son origine dans la double conjoncture économique et épidémique. En effet, le choléra survint dans une ville en crise, en raison des difficultés de l’industrie cotonnière et de la hausse des prix des produits alimentaires. Seul le calcul par année permet de distinguer les effets de la maladie : l’indice de 4,88 pour 1832 fut nettement plus faible que celui de 1831 (6,11). L’indice de 1833 (7,73) refléta, au contraire, la victoire de la vie.

  • 17 L’effondrement du nombre des mariages est un autre indice de l’intensité de la crise : 261 et 228 e (...)

22Pour le tournant amorcé par la fécondité en 1845-1849, le parallélisme entre conjoncture économique et fécondité du moment est patent : 1847, année noire, et 1848, encore difficile pour l’économie et la santé, furent marquées par une réduction du nombre moyen d’enfants (5,97 en 1847 mais 5,02 en 1848)17. La reprise économique de 1849 occulta en quelque sorte les effets du choléra sur la fécondité : les populations se marièrent en plus grand nombre et surtout redoutèrent moins de donner la vie (5,85 enfants). La prospérité retrouvée ne s’accompagna cependant pas d’une forte reprise de la fécondité puisque la diminution de 0,5 ne fut jamais plus compensée.

23Dans une conjoncture satisfaisante, le choléra de 1854 n’affecta que modérément la fécondité. Dix ans plus tard, après des atteintes de petite vérole et de choléra en 1865, la ville subit une nouvelle épidémie de choléra, bien plus grave que les précédentes mais dans un contexte différent : la période, sans être particulièrement prospère, ne fut difficile qu’en 1867, comme le prouve également l’évolution du nombre des mariages. En conséquence, la fécondité du moment fut moins perturbée. La guerre de 1870-1871 se lit également sur la courbe et le sursaut de 1872 ne fut qu’éphémère dans une population qui pratiquait alors plus largement le contrôle des naissances.

24Nonobstant une forte sensibilité à la conjoncture économique ou épidémique, la fécondité roubaisienne resta donc élevée pendant la plus grande partie du xixe siècle. Il faut alors tenter de cerner les comportements à l’origine de telles familles, de rechercher les populations responsables de cette forte fécondité et d’en mieux comprendre les causes.

Des Belges très fécondes ?

  • 18 Dr A. Faidherbe, 1895-1896.

25A la fin du xixe siècle, le Dr Faidherbe attribuait la réduction de la natalité, moindre à Roubaix qu’ailleurs, à la population d’origine étrangère qui contribue à maintenir une situation relativement favorable18.

  • 19 A Rouen, les migrants avaient, comme les natifs, la même tendance à limiter la taille de leur famil (...)

26La quête des responsables passe donc d’abord par une étude différentielle des femmes selon leur origine géographique. Il s’agit ici de voir le rôle joué par les migrantes dans une situation de fécondité qui restait élevée. Dans l’hypothèse d’un modèle belge ou d’un modèle régional19, peut-on dire de la fécondité des Belges installées à Roubaix qu’elle s’apparentait à celle de leur région d’origine ou au contraire à celle de leur milieu d’accueil ? Y eut-il acculturation au modèle roubaisien de fécondité ?

  • 20 Il est vrai que bon nombre de non-natives étaient originaires des communes voisines et avaient donc (...)

27Toutes les femmes mariées à Roubaix, quelle que soit leur origine, étaient particulièrement fécondes. Les natives avaient une descendance qui ne se distinguait en général guère de celle des migrantes, quoique le plus souvent supérieure20. La moindre fécondité de ces dernières, qui semble antinomique avec les écrits de Faidherbe, était simplement la résultante de l’âge moyen au premier mariage un peu plus élevé des non-natives. Les seules différences qui ressortent de l’étude comparative concernent les femmes nées en Belgique. La descendance finale des néerlandophones se révèle en effet supérieure à celle des francophones dont la descendance finale était d’ailleurs inférieure à celle du corpus (cf. Graphique V.10).

  • 21 Inutile de rappeler l’importance de l’époux compte tenu des pratiques anticonceptionnelles encore a (...)

28Comment interpréter cet écart, maximal lors de la dernière période trentenaire, entre les descendances des deux groupes ? L’explication ne tient pas essentiellement à l’âge au mariage puisque celui de la néerlandophone se réduisit pour être comparable à celui de la francophone. La fécondité légitime étant aussi fonction du couple, l’explication tient peut-être alors à l’origine géographique de l’homme21. Quand l’homme était néerlandophone, son épouse, quelle que fût son origine, avait entre 0,5 et 1,7 enfant de plus que lorsqu’il était francophone, avec une différence particulièrement accentuée pour les années 1860-1889.

Graphique V.10. Analyse longitudinale de la descendance selon l’origine de la femme (MF)

Graphique V.10. Analyse longitudinale de la descendance selon l’origine de la femme (MF)
  • 22 C. Vandenbroeke, 1977.

29Pour affiner, l’étude a également porté sur les couples homogènes : couples constitués de deux natifs, de deux Belges néerlandophones ou de deux francophones. Malheureusement, dans ce cas, les couples étaient fort peu nombreux, même après 1850. Du moins, pour les mariages célébrés entre 1830 et 1859, la fécondité des couples néerlandophones était plus forte que celle des couples francophones et l’écart s’accentua à la fin du siècle (+ 2). Les résultats sont donc concordants : dans les années 1830-1859, lorsqu’un seul des conjoints était néerlandophone, l’écart avec le ou la francophone est de l’ordre de 0,5 ; en revanche, lorsque le couple était homogène, la différence est presque double. Les Flamands étaient donc aussi désireux, sinon plus, que leurs épouses d’avoir une nombreuse famille, respectant en cela les préceptes de la religion catholique. Or, comme parmi les néerlandophones, 57 % des hommes et 75 % des femmes choisissaient un conjoint de même expression, ils participaient d’autant plus à la forte fécondité de Roubaix. Il est vrai qu’en Flandre, la fécondité était forte au xviiie siècle, plus forte qu’en Wallonie, et qu’elle augmenta encore pendant le premier quart du xixe siècle. Journaliers et ouvriers salariés du textile s’y caractérisaient même par « un attachement à la fécondité naturelle »22. Le modèle régional de fécondité semble donc fournir une première interprétation.

30A condition sociale identique, la fécondité était la même pour les épouses, francophones et néerlandophones, d’ouvriers textiles que pour l’ensemble des femmes d’ouvriers du textile mariées de 1830 à 1859. Donc l’écart constaté pour l’ensemble des femmes d’origine belge provient aussi d’une différence de composition sociale des communautés, venant se juxtaposer à l’influence du comportement d’origine et la minimisant, au moins pour les ouvriers textiles.

31Pour aller plus loin dans la recherche des acteurs de la forte fécondité, il faut aussi vérifier la corrélation entre fécondité élevée et médiocre niveau socioculturel de la population. Qu’ils fussent alphabétisés ou non, les couples unis de 1740 à 1769 avaient un même niveau de fécondité ; les comportements divergèrent avec les familles fondées à partir de 1830 ; pour 1860-1889, le nombre moyen d’enfants n’était plus que de 3,97 pour les couples alphabétisés. Il y a donc un lien entre le niveau culturel, tel qu’il est schématiquement appréhendé par la signature de l’acte de mariage, et la fécondité. La même conclusion ressort de la comparaison des différents groupes socioprofessionnels. Les classes moyennes mariées de 1830 à 1859 eurent une descendance inférieure à celles mariées dans la période précédente, et également à celle de l’ensemble des ouvriers, en particulier des ouvriers textiles.

  • 23 En 1856, 94,5 % des classes populaires mouraient dans une situation proche de l’indigence, sans lai (...)
  • 24 E. Zola, 1993.
  • 25 A. Burguière, Ch. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend (dir.) 1988.
  • 26 D’ailleurs, l’espérance de vie réduite des ouvriers rendait vain tout devoir de gérontotrophie.
  • 27 E. Zola, 1993.

32L’explication de la forte fécondité roubaisienne ne tient donc pas seulement à la composante belge de la population, elle est également socioéconomique. La grande pauvreté des classes populaires23 avec, en conséquence, la passivité devant la vie comme devant la mort en est un autre facteur : ça ne faisait ni chaud ni froid, d’avoir sur les bras plus ou moins d’enfants ; ça aidait même, d’en avoir beaucoup24. De fait, l’enfant représentait d’abord une source de revenus, faibles, complémentaires mais surtout indispensables : il rapportait tôt. La famille nombreuse était naturellement la solution adoptée pour tenter de survivre au mieux, pour répondre à la prolétarisation25. L’enfant ne serait donc pas tant un « bâton de vieillesse » qu’une source quasi immédiate de revenus pour les familles ouvrières26 et à Roubaix aussi les enfants ne poussaient jamais en plus grand nombre que sur le fumier de la misère27.

33Si la pauvreté réglait le quotidien de la majorité de la population, à l’inverse l’existence d’une classe dirigeante, d’une élite elle-même très féconde, montre clairement qu’à l’instar du facteur géographique, le substrat économique ne peut constituer à lui seul une explication. D’autres réalités y contribuaient : ainsi les croyances religieuses partagées par les patrons roubaisiens et les tisserands flamands.

34Au-delà de la diversité des comportements, les conditions démographiques d’une forte fécondité étaient réunies à Roubaix où, encore au milieu du xixe siècle, la famille de 6 enfants et plus n’était pas rare : d’abord la forte proportion de femmes fécondes mariées et l’âge moyen au mariage, le nombre de conceptions prénuptiales qui, en augmentant, contrebalançait une éventuelle réduction de la fécondité légitime et enfin les intervalles protogénésiques et intergénésiques assez courts, preuve de l’absence d’une volonté de contrôler les naissances en les espaçant.

35L’âge relativement bas de la femme au mariage allongeait la période de fécondité, d’où le fait que la native qui se mariait plus jeune encore avait toujours un plus grand nombre d’enfants que la non-native. De même, les écarts d’âge au mariage entre les divers groupes socio-professionnels pouvaient conduire à des familles de taille différente (cf. Graphique V.11) : si les femmes des classes moyennes unies entre 1830 et 1859 avaient en moyenne « seulement » 3,85 enfants contre 4,82 pour les épouses des ouvriers textiles, c’est aussi un effet de l’âge au mariage puisque ces dernières étaient environ un an plus jeunes que les premières.

36En revanche, l’augmentation de l’âge moyen au mariage de 0,5 an n’est pas suffisante pour expliquer la diminution de la taille de la famille des classes moyennes entre 1800-1829 et la période suivante ; il y aurait donc eu changement de comportement, changement d’autant plus net que la réduction d’un enfant en une génération est assez forte. C’est la diminution des très grandes familles, sans doute voulue, qui en est à l’origine. L’évolution de l’âge moyen au premier mariage n’est donc qu’un facteur parmi d’autres dans la taille de la famille.

Graphique V.11. Dimension des familles selon le groupe socioprofessionnel

Graphique V.11. Dimension des familles selon le groupe socioprofessionnel
  • 28 Les Roubaisiens, gens de la ville, se révélaient bien moins sages que les mulquiniers et les tisseu (...)

37L’évolution des conceptions prénuptiales est un autre paramètre de la fécondité roubaisienne. Pour l’ensemble de la période et la totalité des familles, le taux de conception prénuptiale fut de 30 % mais cette moyenne masque une évolution très marquée : de marginal au milieu du xviiie siècle, le phénomène se développa pour atteindre environ un quart des premières naissances à la fin du siècle ; après une nouvelle augmentation, au début du siècle suivant, le taux se stabilisa à environ 40 %28. Dès le milieu du xviiie siècle, parmi les femmes enceintes au mariage, la proportion de celles qui se mariaient alors que « leur faute » avait pris corps, avec ce « fatal embonpoint » (au-delà de quatre mois de grossesse), était supérieure à 40 % ; elle oscilla tout au long du siècle suivant entre 50 et 70 %.

  • 29 Il était parfois consécutif à la volonté de vérifier la fécondité de la promise, cf. supra, p. 172.
  • 30 Robespierre, paraphrasant Moheau, évoquait les crimes secrets de ceux qui connaissaient l’horrible (...)

38Oubliée l’abstinence, les relations sexuelles avant le mariage étaient bel et bien entrées dans les mœurs des Roubaisiens ; il est évident que leur catholicisme s’accommodait fort bien de cet irrespect29. Le décalage entre la morale religieuse et la morale populaire qui laissait faire, à partir du moment où le mariage permettait de régulariser la situation, fut de plus en plus grand au xixe siècle, ce qui traduit bien une des limites à la christianisation des mœurs. Il y avait, en la matière, une certaine « hérédité » : en effet, lorsque le phénomène était rare, les fils avaient plus tendance que les filles encore à reproduire le comportement. Lorsque les conceptions prénuptiales devinrent plus fréquentes, un pourcentage de plus en plus notable de jeunes hommes dont les parents avaient fait preuve de sagesse ou de grande expérience, anticipaient cependant le mariage, sans juger utile de déconcerter la nature30.

39En outre, les conceptions prénuptiales étaient plus répandues dans les couches inférieures de la société : au milieu du xixe siècle, lorsque ce comportement était pourtant plus fréquent, parmi les couples dont les deux conjoints signaient l’acte de mariage, il n’y eut au maximum qu’un tiers de conceptions prénuptiales contre 40 à 50 % pour les couples qui ne signaient pas. De même, parmi les ouvriers textiles, plus enclins à cette pratique, le taux était de 43 %, alors qu’il était de 27 % pour les classes moyennes et ne dépassait pas 10 % pour l’élite dans la dernière période trentenaire.

  • 31 Les pourcentages roubaisiens sont en-deçà de ceux rencontrés dans certaines paroisses anglaises ou (...)

40Si la propension aux relations sexuelles avant le mariage était plus l’apanage de jeunes gens impatients, cela expliquerait davantage la taille importante des familles roubaisiennes ; aussi faut-il évaluer l’importance des conceptions prénuptiales selon l’âge au mariage. Sous l’Ancien Régime, se marier enceinte caractérisait plutôt les jeunes femmes, mariées avant 25 ans, ce qui laisserait penser qu’il s’agissait d’un accident qu’il fallait alors réparer, « accident » qui n’était que la conséquence de l’inexpérience de jeunes gens ou de la volonté de forcer le mariage31. Au xixe siècle, cette conduite se répandit également chez les fiancés qui se mariaient plus âgés. Les femmes qui convolaient entre 25 et 29 ans, alors qu’elles étaient enceintes, étaient de plus en plus nombreuses. Cette évolution traduit bien, sinon la généralisation, du moins une meilleure acceptation des relations sexuelles avant le mariage et confirme d’ailleurs ce que nous enseigne l’étude de l’illégitimité et du concubinage.

  • 32 Dans la région de Liège, environ un tiers des couples attendait un enfant lors du mariage, ibidem. (...)

41Enfin, si l’on aborde les conceptions prénuptiales du point de vue des origines géographiques de la femme, la principale différence concerne les femmes nées en Belgique. La comparaison faite à partir de 1830 met en évidence des taux un peu plus élevés pour les Flamandes, ce qui peut a priori surprendre de la part de femmes réputées plus catholiques que leurs sœurs wallonnes. Mais en fait, il s’agit de la conséquence du déracinement et de la condition de ces femmes, déjà constatés dans l’étude de l’illégitimité. Il est vrai, de toute façon, que se marier enceinte devient de plus en plus commun en milieu ouvrier au xixe siècle32.

  • 33 Le calcul de l’intervalle protogénésique exclut les conceptions prénuptiales et ne prend en compte (...)

42Ces conceptions prénuptiales traduisent une « certaine hâte à consommer » que l’on retrouve également dans les intervalles protogénésiques qui restèrent réduits malgré une tendance à la hausse33. Pourtant, de légères nuances apparaissent en fonction de l’origine de la mère avec surtout un allongement chez les néerlandophones (cf. Graphique V.12). La hausse du pourcentage des très longs intervalles protogénésiques parmi les conceptions postnuptiales fut le fait de non-natives mariées de 30 à 34 ans mais surtout des femmes francophones et néerlandophones mariées de 20 à 24 ans. Si la physiologie peut expliquer ce délai pour les femmes de plus de trente ans, en revanche cette attitude, au demeurant marginale, suscite des interrogations pour les femmes mariées de 20 à 24 ans : s’agissait-il de femmes mariées jeunes qui, soumises à des fatigues excessives dans leur travail, faisaient une fausse couche, ou qui, pour continuer à travailler, refusaient une grossesse, par contraception ou par avortement ?

Graphique V.12. Intervalle protogénésique moyen selon l’origine de la femme

Graphique V.12. Intervalle protogénésique moyen selon l’origine de la femme
  • 34 Dans le village proto-industriel de Quiévy, au milieu du xixe siècle, les intervalles étaient nette (...)

43L’appartenance socioprofessionnelle ne fait ressortir que d’infimes nuances si l’on ne prend pas en compte les intervalles supérieurs à 36 mois. Pour les classes moyennes et les ouvriers, il est possible de discerner une évolution chronologique. Au xixe siècle, on constate un allongement marqué de l’intervalle protogénésique pour les épouses des ouvriers non textiles, pour celles des ouvriers textiles, une augmentation seulement dans la dernière période trentenaire34. Si l’on inclut les très longs intervalles, pour les années 1860-1889, les épouses d’ouvriers (textiles ou non) furent proportionnellement plus nombreuses à accoucher trois ans après leur mariage que celles unies trente ans auparavant. Parmi les femmes d’ouvriers, certaines travaillaient également, ce qui donne plus de poids à l’hypothèse précédemment exposée.

44Les intervalles intergénésiques assez courts participent donc également à l’explication de la forte fécondité. Nombre de familles roubaisiennes, pendant la plus grande partie de la période étudiée, ne jugeaient donc pas utile ou étaient incapables de limiter la taille de leur famille ! Pourtant, certains couples donnaient déjà l’impression de modifier leur comportement au tournant du siècle. Il fallut cependant attendre la IIIe République pour que le contrôle des naissances se répandît plus largement.

III. Un malthusianisme tardif et limité

45Comprendre comment se déroula, à Roubaix, la phase de transition vers la fécondité contrôlée, implique, avant d’établir les modalités de ce changement, d’en déterminer les responsables en terme d’origine géographique et surtout d’appartenance sociale, de rechercher les « innovateurs » et les « suiveurs », tous ceux qui, pour des raisons sans doute différentes, finirent par adopter un nouveau comportement reproducteur.

Le décalage des comportements

46L’analyse transversale traduit bien la baisse fort tardive et au demeurant assez faible de la fécondité roubaisienne. Ce ne fut, en effet, qu’à partir de 1845 que l’on vit apparaître les premiers signes d’un certain changement qui ne se confirma qu’après 1870, lorsque le contrôle des naissances se développa, avec retard par rapport aux pratiques françaises, ce qui rapprochait plutôt les Roubaisiens de leurs voisins d’Outre-Quiévrain.

  • 35 Pour l’ensemble de la période, la descendance pondérée pour un homme marié avant 20 ans était de 6, (...)

47La descendance pondérée pour l’ensemble des femmes (Graphique V.9, p. 231) ne fut inférieure à 6 enfants par femme qu’à partir de 1846 mais ce n’est qu’à la fin de la période que la baisse fut plus rapide et plus nette (moins de 4 pour les dernières années). L’existence d’une volonté contraceptive à Roubaix, à la fin de la période, est, d’ailleurs, corroborée par l’évolution de la distribution des hommes qui épousaient des femmes de moins de 35 ans. L’étude de la descendance selon l’âge au mariage des deux époux met, en effet, en évidence une plus grande fécondité lorsque l’homme se mariait jeune35. Or, à partir de 1830, le pourcentage des hommes mariés entre 20 et 29 ans progressa au détriment surtout des deux groupes voisins, en particulier, celui des 30-39 ans. Il y eut donc un certain rajeunissement au mariage de l’homme qui épousait une femme de moins de 35 ans. Ce renforcement du poids des hommes pour lesquels la descendance est la plus importante aurait dû se traduire par une augmentation de la descendance ; or, il n’en fut rien, preuve d’un comportement contraceptif. En outre, si la descendance pondérée pour les hommes de 20 à 29 ans régressa au cours du xixe siècle, le pourcentage de réduction fut cependant inférieur à celui calculé tous âges confondus. Les hommes pour lesquels le pourcentage de réduction fut supérieur à la moyenne étaient ceux mariés de 30 à 39 ans ; comme ils étaient proportionnellement moins nombreux dans les trente dernières années, la réduction de la fécondité roubaisienne resta limitée.

48L’étude en fonction des origines géographiques a déjà laissé apparaître un comportement différent des francophones dans la dernière période trentenaire. Elles ne furent pas les seules responsables du changement : si la descendance finale des Wallonnes mariées entre 1860 et 1889 n’était que de 3,73 (soit nettement moins que celles mariées trente ans auparavant), celle des Roubaisiennes diminua également, mais dans des proportions bien moindres (de 5,82 à 5,14). En revanche, les Flamandes, les plus nombreuses parmi les Belges de Roubaix, se singularisèrent par un maintien de leur fécondité, or le nombre de mariages de femmes néerlandophones augmenta bien plus que celui de francophones dans la décennie 1860-1869. Le même écart transparaît entre la Wallonne et la Flamande, épouses d’ouvrier textile : 3,2 enfants en moyenne contre 5,75. Il y eut donc bien, à niveau social égal, une modification nette du comportement des femmes francophones. La plus forte fécondité flamande est aussi confirmée lorsque l’on compare les attitudes des couples homogènes francophones et néerlandophones, même si être en couple homogène accroissait la fécondité de la femme, francophone comme néerlandophone.

  • 36 C. Vandenbroeke, 1977.
  • 37 Au même moment, la baisse de la fécondité s’amorçait dans la région de Liège, R. Leboutte, 1988.

49L’étude de la fécondité du moment confirme également des différences entre les natives et les femmes nées en Belgique mais montre des évolutions contrastées. Jusqu’en 1860, les indices de descendance pondérée pour les femmes nées dans la partie francophone du pays étaient conformes à ceux des natives. Par la suite, la fécondité du moment des premières fut sensiblement inférieure à celle des natives mais aussi à celle des Belges néerlandophones. L’évolution de la fécondité néerlandophone fut fort contrastée : dans la période 1840-1865, leur descendance était nettement inférieure à celle de leurs compatriotes francophones. Malgré leur installation à Roubaix, dans une ville où la situation économique est bien plus satisfaisante qu’en Flandre, leur comportement semblait encore influencé par ce qu’elles avaient vécu dans leur milieu d’origine : en effet, dans les deux provinces de Flandre, la fécondité baissa pendant le deuxième quart du siècle, et en particulier pendant les années de crise de 1845-1848 en Flandre orientale36. A partir de 1866, la situation s’inversa37 et l’indice de descendance fut désormais toujours supérieur à 6 jusqu’en 1876-1877 pour les femmes néerlandophones quand il était inférieur à 5 pour les francophones qui, au fil des années, réduisirent de plus en plus la taille de leur famille. Ce ne fut qu’à l’extrême fin de la période que la descendance des Flamandes devint légèrement inférieure à 5.

50L’étude par couples homogènes conforte les analyses précédentes. En effet, à partir de 1860, la fécondité des couples néerlandophones fut toujours supérieure à celle des francophones. Les différences s’accentuèrent même à partir de 1880-1884 : il n’y eut pas de réduction significative de la fécondité des néerlandophones qui continuèrent à avoir plus de 5 enfants alors que les francophones n’étaient plus qu’à 3,9 enfants (et 3,7 pour 1885-1889), ce qui était un peu moins que les couples roubaisiens (4,23 en 1885-1889).

  • 38 Comme dans le cas des Serésiennes, M. Oris, 1993 et 1995.

51Cette analyse confirme également le rôle de l’homme : en effet, la différence de fécondité entre couples néerlandophones et francophones s’accentua à partir de 1880, alors qu’il n’en est rien si on ne prend en compte que l’origine de la femme. Par ailleurs, l’étude comparative de la fécondité des femmes belges néerlandophones mariées à un compatriote et de l’ensemble des femmes néerlandophones, quelle que soit l’origine de leur mari, montre que le taux était toujours supérieur quand l’homme était aussi néerlandophone, plus catholique et moins prompt à réduire sa fécondité. Dans le cas de la femme francophone, la tendance est moins évidente. Peut-être, faut-il y voir la conséquence des attitudes divergentes de la femme et de l’homme : « le souci des femmes d’espacer les naissances s’oppose au désir des hommes d’avoir beaucoup d’enfants »38.

  • 39 Le déclin de la natalité en Belgique date de 1880, alors que la fécondité légitime commence à décro (...)
  • 40 Sur le rôle de l’appartenance linguistique, Michel Oris (1993) rappelle les résultats obtenus par E (...)
  • 41 R. Leboutte, 1987. Voir aussi S. Pasleau, 1988, T. Eggerickx, octobre-décembre 2002.
  • 42 Dans les campagnes de Wallonie, en cette fin du xixe siècle, les indices de fécondité légitime étai (...)

52Tout confirme donc une fécondité supérieure des populations nées dans la partie néerlandophone. Or, ceci correspond à ce que l’on sait par ailleurs de la fécondité en Belgique où la chute n’intervint qu’après 189039 mais avec des variations régionales prononcées : la baisse se produisit en Wallonie bien plus précocement, entre 1866 et 1880 pour l’ensemble de la partie francophone, trente ans plus tard pour le reste du pays40. Dans les classes populaires de Basse-Meuse, la limitation des naissances commença entre 1870-1874 et 1875-1879, en période de dépression41, parmi les couples mariés en 1860-1869. Ces différences, plus importantes que celles qui existent entre le monde rural et le monde urbain belge, confirment l’existence d’un modèle régional42.

  • 43 Le pourcentage de réduction de la descendance des femmes francophones fut de 31 % entre l’avant-der (...)

53Ces « modèles » régionaux confirmeraient le rôle joué par les populations des provinces néerlandophones dans la fécondité élevée de Roubaix, même si nombre d’entre elles venaient de villes moins fécondes que les campagnes flamandes. Cette persistance d’une forte fécondité flamande à Roubaix se comprend d’autant mieux que ces migrants catholiques furent, à partir de 1857, encadrés par un clergé de même expression, ce qui put ralentir le mouvement de déchristianisation de la communauté. L’arrivée massive, dans la deuxième moitié du siècle, des hommes et femmes nés dans les provinces du nord de la Belgique contribua donc à retarder et ralentir le déclin de la fécondité jusqu’à la fin de notre période. L’idée d’un modèle régional de fécondité semble se confirmer : les néerlandophones restèrent plus féconds comme ils l’étaient en Flandre tout comme les francophones furent plus prompts à limiter la taille de leur famille et l’on retrouve, reproduite à Roubaix, l’opposition Flandre/Wallonie. Il est cependant impossible de mesurer le délai nécessaire à l’adoption des coutumes démographiques dans ce domaine, car les néerlandophones n’avaient, en 1889, qu’entamé le processus de réduction des naissances. Ne faudrait-il pas même inverser la problématique et évoquer le délai d’adoption par les natives d’une pratique de contrôle initiée par les francophones43 ? Il est vrai que, parmi les natives, certaines naquirent dans des familles néerlandophones et étaient encore partiellement influencées par les traditions familiales.

54Au-delà du contrôle pratiqué par les francophones, toutes les habitantes de Roubaix, à des degrés moindres, et de manière diverse selon leur âge au mariage, tendirent cependant à réduire la taille de leur famille. Si le tournant se situe entre les couples unis de 1820 à 1829 et ceux unis pendant la décennie suivante, c’est plutôt parmi les couples unis à partir de 1860, que le contrôle des naissances devint plus général, lorsque les taux roubaisiens approchèrent de ceux enregistrés dans d’autres régions à la veille de la Révolution française, soit donc avec plus d’un demi-siècle de retard.

Graphique V.13. Fécondité légitime des femmes natives mariées de 20 à 24 ans (MF1)

Graphique V.13. Fécondité légitime des femmes natives mariées de 20 à 24 ans (MF1)
  • 44 Peut-être le meilleur état sanitaire des femmes a-t-il également joué, cf. Graphique V.13 à Graphiq (...)

55Si entre le milieu du xviiie siècle et le milieu du siècle suivant, la descendance des femmes mariées de 20 à 24 ans avait diminué en moyenne d’un enfant, la même « perte » affecta les femmes mariées dans la décennie suivante. La comparaison des taux de fécondité de deux cohortes de femmes mariées à 20-24 et 25-29 ans selon l’âge actuel de la femme, à plus d’un siècle d’intervalle, fait apparaître une évolution claire. Au milieu du xviiie siècle, les populations étaient non-malthusiennes comme l’indique la forme de la courbe plutôt convexe, l’âge de la femme déterminant la fécondité ; un siècle plus tard, la courbe est plus concave, la fécondité dépend alors de la durée de l’union. Cependant, si les taux de fécondité à 20-24 ans, pour les femmes mariées à 20-24 ans, et à 25-29 ans, pour celles mariées à cet âge, augmentèrent, ce n’était que la conséquence de la croissance du nombre des conceptions prénuptiales44.

Graphique V.14. Fécondité légitime des femmes belges mariées de 20 à 24 ans

Graphique V.14. Fécondité légitime des femmes belges mariées de 20 à 24 ans

Graphique V.15. Fécondité légitime des femmes belges mariées de 20 à 24 ans

Graphique V.15. Fécondité légitime des femmes belges mariées de 20 à 24 ans

56A l’échelle de la décennie de mariage, les pourcentages de réduction selon la durée d’union eurent tendance à augmenter à partir des unions de 1830-1839, en particulier pour les femmes mariées de 25 à 29 ans, dès 5 ans de mariage. Le pourcentage de réduction était d’environ 33 % pour les femmes mariées à 25-29 ans de 1860 à 1869 et de 25 % pour les femmes mariées à 20-24 ans. Quelle que fût leur origine géographique, les femmes mariées de 20 à 24 ans de 1860 à 1889, sauf celles nées en Flandre, réduisaient leur fécondité d’environ 25 % après cinq années de mariage (cf. Graphique V.16), pour celles mariées de 25 à 29 ans, la diminution était encore plus forte (environ 37 %). Lorsqu’elles avaient acquis une certaine expérience, lorsqu’elles avaient accumulé un certain nombre d’années de mariage, et aussi un certain nombre d’enfants !, les femmes du xixe siècle avaient une fécondité plus réduite, plus maîtrisée.

Graphique V.16. Fécondité légitime des femmes mariées de 20 à 24 ans

Graphique V.16. Fécondité légitime des femmes mariées de 20 à 24 ans

57La diminution de la fécondité intervint à des moments différents selon les groupes socioprofessionnels, faisant apparaître une relative précocité des classes moyennes. Pour celles-ci et pour les ouvriers textiles, le changement se dessina avec les mariages célébrés à partir de 1830. Pour le premier groupe, d’une descendance pondérée de 6,38 enfants pour les couples unis de 1800 à 1829, le nombre moyen d’enfants passa à 5,1 pour ceux unis pendant les soixante dernières années. Pour le deuxième groupe, malgré la réduction, la descendance restait encore importante (près de 6 enfants pour 1830-1859 et 5,25 pour 1860-1889). En ce qui concerne les autres ouvriers, la descendance des mariages célébrés au xixe siècle diminua régulièrement tout en restant encore élevée (moins un enfant en l’espace de deux générations).

58Enfin, si l’on observe plus précisément les femmes selon leur âge au mariage, la conclusion qui vaut pour ces trois groupes socioprofessionnels est une réduction de la fécondité à partir d’un certain nombre d’années de mariage (10 ans pour les femmes mariées de 20 à 24 ans à des ouvriers non textiles, 15 ans pour les épouses d’ouvriers textiles, signe d’un contrôle moindre). Mais surtout, si la réduction entre les deux dernières périodes est moindre pour les classes moyennes que pour les autres, c’est seulement parce qu’elle avait déjà été importante pour les couples unis de 1830 à 1859 par rapport à ceux unis dans la période précédente, et c’est encore plus net pour celles mariées de 25 à 29 ans.

Tableau V.1 Indice de fécondité légitime Ig (Familles MF observées jusqu’à 45 ans)

Tableau V.1 Indice de fécondité légitime Ig (Familles MF observées jusqu’à 45 ans)

( ) Pour des effectifs inférieurs à 20 familles

  • 45 Il représente le rapport des naissances légitimes aux naissances obtenues si toutes les femmes mari (...)
  • 46 L’indice de 648 pour la catégorie des ouvriers non-textiles tient à l’hétérogénéité du groupe.

59L’indice de fécondité légitime Ig45 met en évidence une évolution très lente, avec une réduction tardivement amorcée mais différente selon les groupes (cf. Tableau V.1). Les Belges francophones, mariées dans la dernière période, se distinguaient par l’indice le plus faible de l’ensemble des non-natives ; les couples constitués de conjoints alphabétisés et ceux appartenant aux classes moyennes contrôlaient le plus leur fécondité46.

60Le calcul de l’indice de contraception, à partir de la comparaison de deux cohortes de mariage, modulé en fonction de l’âge de la femme au mariage (cf. Tableau V.2) fait effectivement apparaître pour le xixe siècle un comportement contraceptif, toutefois limité : si le nombre moyen d’enfants mis au monde par les femmes mariées de 20 à 24 ans diminua d’un point entre le début et la fin du xixe siècle, l’indice contraceptif pour ces femmes reste néanmoins inférieur à celui des femmes mariées entre 30 et 39 ans. Les moins jeunes auraient été plus sensibles au changement des mentalités. L’indice de contraception se révèle cependant relativement peu élevé et le nombre moyen d’enfants témoigne de la lenteur des changements comportementaux.

Tableau V.2. Comparaison de deux cohortes de mariage (Familles MF1 et MF2) Nombre moyen d’enfants

Tableau V.2. Comparaison de deux cohortes de mariage (Familles MF1 et MF2) Nombre moyen d’enfants

Indice contraceptif (pour 1000)

Indice contraceptif (pour 1000)
  • 47 Il mesure la déviation du niveau de fécondité de la population observée par rapport à l’échelle-typ (...)
  • 48 L’indice relatif à l’ensemble des non-natives est également influencé par les femmes originaires de (...)

61Le paramètre m, défini par Coale et Trussel47, corrobore la faible diffusion du contrôle des naissances dans l’ensemble de la population ainsi que la spécificité, parmi les non-natives, des femmes belges francophones48.

Stratégies conjugales

62Même si le changement fut tardif et limité, il faut néanmoins en déterminer les modalités. Si les Roubaisiens ne semblent pas avoir renoncé à mettre des enfants au monde, du moins cherchèrent-ils à en limiter le nombre. La réduction de la fécondité après cinq voire dix ans de mariage semble indiquer une tendance à l’arrêt plutôt qu’à l’allongement des intervalles, pour contrôler les naissances.

Tableau V.3. Indice m de Coale et Trussel (Familles MF observées jusqu’à 45 ans)

Tableau V.3. Indice m de Coale et Trussel (Familles MF observées jusqu’à 45 ans)

63Le refus délibéré de l’enfant se traduirait par une augmentation du nombre des familles stériles. Sachant qu’il existe une stérilité pathologique incompressible variant de 3 % à 11 % selon l’âge des femmes, force est de constater l’absence de la moindre trace de refus, au sein des familles roubaisiennes : certes, le pourcentage de femmes stériles, pour les seules femmes mariées avant 30 ans pendant les années 1860-1889, fut supérieur à celui enregistré un siècle plus tôt, mais la différence était bien légère. La même étude pour les classes moyennes et les groupes ouvriers confirme cette absence de refus de l’enfant. J’ai également comparé les couples qui signèrent leur acte de mariage à ceux qui ne le firent pas. Il est clair que les couples mariés entre 1740 et 1769 qui signaient appartenaient aux catégories supérieures de la société et le pourcentage de familles stériles de 8,98 % était nettement supérieur à celui des couples non alphabétisés (3,23 %). Pourtant, la situation s’inversa pour les couples unis de 1770 à 1799, période des plus difficiles, la part des familles stériles parmi les couples qui signaient diminua de plus de moitié et fut même inférieure à celle des non-alphabétisés. Cette comparaison tendrait à mettre en évidence une tendance à l’augmentation de la proportion des couples stériles parmi les non-alphabétisés lorsque la conjoncture était plus difficile (1770-1799 mais surtout 1830-1859), que la stérilité fût voulue ou seulement physiologique. Certes, pour les couples unis entre 1860 et 1889, signer n’était plus un signe d’appartenance aux plus hautes sphères de la société ; cependant, en période de prospérité, le pourcentage de couples stériles est bien plus grand dans cette catégorie et un pourcentage de 9,78 peut laisser augurer un comportement contraceptif.

64Tout donc porte à croire qu’il y eut, à Roubaix, avant la fin du xixe siècle, non pas refus massif de la maternité, mais seulement volonté de réduire la taille de la famille. Le malthusianisme passait-il alors par une contraception d’arrêt, visible dans la diminution de l’âge à la dernière naissance pour les familles complètes ?

Tableau V.4. Age moyen à la dernière naissance (Familles MF1 et MF2)

Tableau V.4. Age moyen à la dernière naissance (Familles MF1 et MF2)

65L’âge moyen à la dernière naissance resta fort élevé, à Roubaix, du moins y eut-il diminution au fil du temps (cf. Tableau V.4). Le groupe des femmes mariées entre 20 et 29 ans se singularisa par le changement de comportement le plus sensible : une réduction de l’âge moyen de 2,4 ans pour les femmes mariées entre 25 et 29 ans et surtout une chute de presque quatre ans, pour celles mariées de 20 à 24 ans, en raison de la baisse enregistrée dans la dernière période trentenaire. On retrouve d’ailleurs la différence entre francophones et néerlandophones : pour les premières, 36,25 ans à la dernière maternité pour les femmes mariées de 20 à 24 ans et 37,5 pour celles mariées de 25 à 29 ans, alors que, pour les Flamandes, l’âge était respectivement de 38,09 et 38,89 ans. Mariées à 20-24 ans, les Roubaisiennes, quant à elles, accouchaient pour la dernière fois en moyenne à 36,94 ans, contre 39,18 si elles se mariaient entre 25 et 29 ans ; il est vrai que les francophones se mariaient alors environ deux ans plus âgées que les natives, preuve supplémentaire d’une volonté des premières d’arrêter de procréer, une fois atteint le nombre d’enfants désirés. La contraception d’arrêt pratiquée par les femmes mariées entre 20 et 29 ans est donc un fait avéré, que corrobore la proportion croissante de femmes mariées avant 30 ans ayant leur dernière maternité avant leur trente-cinquième anniversaire (cf. Graphique V.17 et Graphique V.18).

Graphique V.17. Pourcentage de femmes mariées avant 30 ans ayant leur dernière maternité avant leur 35e anniversaire selon l’origine

Graphique V.17. Pourcentage de femmes mariées avant 30 ans ayant leur dernière maternité avant leur 35e anniversaire selon l’origine

Graphique V.18. Pourcentage de femmes mariées avant 30 ans ayant leur dernière maternité avant leur 35e anniversaire selon le groupe socioprofessionnel

Graphique V.18. Pourcentage de femmes mariées avant 30 ans ayant leur dernière maternité avant leur 35e anniversaire selon le groupe socioprofessionnel

66En effet, dans les trente dernières années du siècle, le pourcentage doubla presque pour les femmes mariées de 20 à 24 ans, et l’augmentation fut de l’ordre de 70 % pour celles mariées de 25 à 29 ans. Elles eurent donc un rôle majeur dans l’évolution des comportements, dans l’apparition et la diffusion d’un certain malthusianisme. L’origine géographique, l’appartenance sociale de ces femmes permettent d’introduire des nuances. Les francophones se démarquèrent encore une fois par un pourcentage supérieur (33 %) à la moyenne roubaisienne (28 %). La hausse de la proportion des femmes qui cessèrent d’enfanter avant leur trente-cinquième anniversaire est générale dans les trois groupes socioprofessionnels avec des pourcentages presque toujours supérieurs pour les couples des classes moyennes. Si l’on compare les couples signant aux autres couples, les pourcentages augmentèrent, surtout pendant la dernière période, et l’écart entre les deux catégories se creusa.

67Comme il n’y eut pas rajeunissement significatif de l’âge au mariage pour les seules femmes mariées entre 20 et 29 ans, le changement de la fécondité ne pouvait donc émaner que d’une volonté contraceptive qui permit de réduire la descendance, en particulier, celle des femmes mariées de 20 à 24 ans : celles unies dans les trente dernières années eurent en moyenne 6,1 enfants contre 7,28 pour celles mariées entre 1830 et 1859.

68Un âge à la dernière maternité encore élevé, comme celui constaté à la fin du xixe siècle, à moins qu’il ne fût la conséquence d’échecs répétés dans la contraception d’arrêt, pourrait laisser également supposer une pratique d’espacement des naissances que confirmerait un allongement des intervalles intergénésiques. Or l’étude montre au contraire leur réduction. L’intervalle intergénésique moyen pour les quatre premiers accouchements, étudié pour les femmes mariées entre 15 et 29 ans et ayant accouché au moins six fois, et l’intervalle moyen pour les trois derniers accouchements connurent la même évolution : une légère augmentation entre 1740-1769 et 1830-1859 (21,66 à 22,65 et 29,8 à 30,6), puis une diminution pour la période 1860-1889, plus accentuée pour les trois derniers intervalles (27,6 contre 20,95 pour la moyenne des quatre premiers). Il n’y eut donc pas volonté d’espacer les naissances, et la diminution fut peut-être aussi l’effet de l’aggravation de la mortalité infantile constatée à partir de 1860. L’autre hypothèse pour interpréter cette évolution est la réduction de la proportion des dernières grossesses qui ne résultaient que de l’échec de la contraception d’arrêt, preuve d’une meilleure maîtrise.

69Si la conclusion qui s’impose pour l’ensemble des familles est qu’il n’y eut pas de volonté d’espacement des naissances, du moins peut-être existait-elle dans certains groupes sociaux, en particulier dans les classes moyennes ou dans les plus hautes sphères de la société. Certes, la durée moyenne des trois derniers intervalles, calculée pour les couples de l’élite unis de 1860 à 1889, fut supérieure à la moyenne roubaisienne, encore faut-il relativiser en raison du nombre de femmes concernées. Pour les classes moyennes, comme d’ailleurs pour les deux autres catégories sociales, rien ne laisse supposer une contraception d’espacement, bien au contraire en raison de la baisse de la durée moyenne de l’intervalle à partir de 1830.

  • 49 Sauf pour 0-4 ans de mariage en raison de l’augmentation des conceptions prénuptiales qui a sans do (...)

70L’évolution du nombre moyen de naissances en cinq ans de mariage confirme également le non-recours à la contraception d’espacement. En effet, la comparaison de deux cohortes de femmes mariées en 1740-1769 et 1830-1859 fait apparaître une diminution49 ; il en va de même pour les cohortes 1830-1859 et 1860-1889. Mais il reste à expliquer certaines exceptions et surtout à voir pour quelle période la baisse fut la plus importante.

71A partir de 1830, les résultats pour les classes moyennes peuvent laisser penser à un contrôle, au-delà des cinq premières années d’union ; la diminution est également assez nette pour les autres ouvriers. En revanche, elle fut moindre pour les ouvriers textiles. La comparaison des résultats pour les deux premières périodes trentenaires du siècle montre de nouveau une antériorité de la réduction chez les classes moyennes. Ce choix de la contraception d’arrêt fut encore plus marqué pour les femmes francophones puisque le nombre moyen de naissances enregistré de 5 à 9 ans de mariage baissa de 20 % entre 1830-1859 et 1860-1889 ; la réduction était encore plus nette pour 10 à 14 ans de mariage (– 42,25 %) contre une diminution de 11,2 % pour les femmes néerlandophones, qui se rapprochaient bien plus des natives que de leurs compatriotes.

Tableau V.5. Indicateurs de limitation des naissances

Tableau V.5. Indicateurs de limitation des naissances

72En matière de limitation des naissances, les initiatrices furent donc les femmes belges francophones et les épouses des classes moyennes, mariées jeunes, qui, avec quelque avance sur les natives, les néerlandophones et les femmes d’ouvriers, choisirent, au bout d’un certain nombre d’années de mariage, la contraception d’arrêt. Au total, la pratique contraceptive demeura restreinte même dans la dernière période trentenaire qui, cependant, se distingue par une convergence des indicateurs de la limitation des naissances (cf. Tableau V.5).

Les raisons d’un choix

73Même modérée, la baisse de la fécondité roubaisienne apparaît donc dans les chiffres et sur les graphiques ; plus difficile fut de cerner les initiateurs de cette réduction lente, plus difficile encore est d’en appréhender les causes. De multiples hypothèses ont déjà été avancées : raisons économiques, culturelles, d’ailleurs non exclusives.

  • 50 Dr A. Faidherbe, 1895-1896.

74Il ne faut sans doute pas faire une grande place aux explications médicales, impuissance, stérilité, avortement et mortinatalité, actions des intoxications alcoolique ou syphilitique, largement développées par le docteur Faidherbe. Il n’est guère imaginable, en effet, que l’impuissance et la stérilité aient pu croître autant en l’espace de quelques décennies. En revanche, le travail des femmes, se développant, pouvait sans doute contribuer à la réduction « naturelle » de la natalité puisque des avortements étaient dus à la fatigue exagérée et à la nécessité d’entreprendre de lourds ouvrages […] l’influence pernicieuse de cet excès de fatigues se fait souvent sentir et provoque de nombreux avortements50.

  • 51 P. Chaunu, 1966.
  • 52 A. Perrenoud, 1991.

75« La révolution malthusienne n’est que bien accessoirement révolution des moyens – ils n’ont jamais réellement manqué – elle est une révolution des vouloirs »51. Longtemps encore au xixe siècle, les Roubaisiens semblent avoir manqué de motifs. Le déclin de la fécondité, constaté dans la deuxième moitié du siècle, serait alors un ajustement à des contraintes socio-économiques et démographiques nouvelles au moyen de méthodes contraceptives déjà connues, ce qu’avait constaté Alfred Perrenoud pour Genève : « Le contrôle des naissances intervient simplement lorsque l’équilibre démographique est rompu, lorsque le nombre d’enfants s’écarte trop d’une certaine norme et, dépassant ce que les couples souhaitent, va à l’encontre des intérêts de la famille. Le déséquilibre peut résulter soit d’une baisse de la mortalité, soit d’un accroissement de la fécondité, lié à l’abandon de pratiques sociales restrictives, délibérées ou non, ou encore d’une nuptialité plus ou moins précoce »52. A Roubaix, ce n’était peut-être pas tant de la réduction de la mortalité que de longues décennies de forte fécondité et/ou d’une diminution de l’âge au mariage que naquit le déséquilibre.

  • 53 P. Spagnoli, 1977.

76Une autre hypothèse fréquemment développée est de lier déclin de la fécondité et déclin de l’expansion économique : c’est ce que fait Paul Spagnoli pour l’ensemble de l’arrondissement de Lille où la baisse de la fécondité date de 187553. Pourtant, si la conjoncture à Roubaix fut parfois difficile, comme en 1878-1879, globalement le dynamisme économique n’avait pas disparu de la ville. La paupérisation des classes moyennes ou du moins l’aggravation de leur situation fut également peut-être à l’origine des fluctuations de leur fécondité. P. Spagnoli montrait cependant les limites du paramètre économique en soulignant que, dans certaines communes, fécondité légitime élevée et stagnation économique allaient de pair tandis que, dans d’autres, l’expansion économique s’accompagnait d’une fécondité légitime plus basse. Le rôle de la conjoncture ne peut cependant être exclusif ; le contrôle des naissances est, en effet, aussi largement fonction de l’appartenance sociale ; or les familles de l’élite urbaine, en particulier fabricants et patrons du textile, furent moins touchées par la crise. Qu’advint-il de ces « couches nouvelles » de l’administration qui pâtissaient moins en période de crise, et dont on peut penser qu’elles contrôlaient leur descendance, avant tout, par souci de promotion sociale ? Faute d’effectifs suffisants, il est impossible de connaître leur fécondité.

  • 54 B. Craig, 1992.
  • 55 L. Tilly, 1978.

77Certains travaux ont proposé comme hypothèse explicative de la réduction du travail féminin l’augmentation relative du niveau de vie dans la seconde moitié du xixe siècle54. En effet, avant celle-ci, les femmes se devaient d’être « à la fois productrices et reproductrices »55 en attendant que les enfants mis au monde pussent leur permettre de quitter l’atelier. La comparaison des épouses de tisserands et de fileurs qui se disaient ménagères et celles qui se disaient tisserandes et fileuses lors du mariage montre que les premières étaient moins prolifiques (plus de familles stériles et bien moins de familles de plus de 6 enfants). Or si l’on imagine une hausse du pouvoir d’achat et une réduction corrélative du travail féminin, la fécondité roubaisienne aurait dû non pas diminuer mais bien augmenter. En conséquence, d’autres paramètres durent jouer. La loi de 1874 sur le travail des enfants, qui, en le retardant, repoussait également le moment où ils devenaient « rentables » modifia l’équilibre précaire entre nombre de bras et nombre de bouches à nourrir. Même s’il y eut un fossé entre le vote de la législation et son application, ce progrès eut sans doute sa part dans la transformation des comportements. De même, l’obligation scolaire, dont il est difficile de voir toutes les conséquences puisque notre étude s’arrête en 1889, contribua également à la mise en œuvre de nouveaux équilibres.

  • 56 C’est la théorie de la capillarité sociale développée par Arsène Dumont (1890) : Quand on vient de (...)
  • 57 Les résultats de la fécondité du moment pour ce dernier, établis à partir d’effectifs relativement (...)

78Rien ne nous permet de savoir, faute de sources qualitatives, si cette réduction relève plus d’une recherche de promotion sociale56 que d’une prise de conscience du moindre intérêt financier que représentait l’enfant. Même si les ouvriers étaient avant tout fils d’ouvriers et si la reproduction sociale l’emportait, l’approche quantitative de la transmission du comportement à partir de la fécondité différentielle de groupes en ascension sociale, en stagnation ou en régression57 permet cependant de lier réduction de la fécondité et progrès social (cf. Tableau V.6). La fécondité de l’ensemble des familles en progression était, sauf pour la période 1810-1829, toujours inférieure à celle du groupe en stagnation mais les différences tendirent à se réduire à la fin de notre période (cf. Tableau V.7).

Tableau V.6 Fécondité du moment de la génération 2. Descendance pondérée

Tableau V.6 Fécondité du moment de la génération 2. Descendance pondérée

Tableau V.7 Fécondité du moment et promotion sociale. Descendance pondérée

Périodes

Ascension

Stagnation

Régression

1750-1769

6,56

7,00

7,60

1770-1789

6,64

7,09

5,80

1790-1809

5,80

6,64

5,75

1810-1829

6,21

6,22

6,53

1830-1849

6,02

6,08

4,98

1850-1869

5,55

6,16

7,68

1870-1889

5,35

5,48

6,16

79Cela semblerait confirmer la thèse d’Arsène Dumont, selon laquelle certains pouvaient considérer qu’un grand nombre d’enfants était incompatible avec leur propre promotion sociale. Pour vérifier la validité du lien entre ascension et fécondité un peu plus basse, j’ai également repris les sous-groupes établis à partir des deuxième, troisième et même quatrième mention professionnelle, qui isolent ainsi les ouvriers textiles ou les familles des classes moyennes en ascension. Les ouvriers textiles qui connurent une promotion eurent une fécondité du moment presque toujours inférieure à celle de l’ensemble du groupe (cf. Graphique V.19). Pour les classes moyennes, en dépit de fortes variations chronologiques et d’effectifs réduits, la tendance à la réduction est nettement plus marquée pour les couples en ascension que pour l’ensemble, alors que la fécondité de ceux en régression fut plutôt stagnante (cf. Graphique V.20).

Graphique V.19. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée des ouvriers textiles et des ouvriers textiles en ascension

Graphique V.19. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée des ouvriers textiles et des ouvriers textiles en ascension

Graphique V.20. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée des classes moyennes en ascension, en régression et des classes moyennes

Graphique V.20. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée des classes moyennes en ascension, en régression et des classes moyennes
  • 58 M. Oris, 1992.
  • 59 O. Hardy-Hémery, 1985.

80La fécondité des couples alphabétisés, bien plus faible que celle des couples qui ne signaient pas leur acte de mariage, laisserait supposer l’existence d’un lien entre instruction et basse fécondité. Pourtant, l’analyse multivariée faite pour Bruxelles et la Wallonie n’aboutit qu’à une corrélation modeste entre l’indice de fécondité légitime et les taux d’alphabétisation masculin et féminin en 191058. Comme le paramètre de l’instruction, celui de la déchristianisation, souvent associé au déclin de la fécondité, doit être considéré avec circonspection : en effet, il semble difficile d’expliquer la réduction de la fécondité par les progrès de la déchristianisation, en raison de l’absence de concomitance chronologique entre les deux faits et en raison de la persistance d’un sentiment religieux profond dans la communauté flamande en particulier. Sans avoir la possibilité de le confirmer par une étude statistique pour Roubaix, on peut penser qu’à l’instar du Valenciennois au début du xixe siècle, la motivation politique n’a pas non plus joué le rôle principal59.

 

81Pas plus que pour la nuptialité, la période révolutionnaire n’engendra de bouleversement en matière de fécondité : les Roubaisiennes, au milieu du xixe siècle étaient à peine moins fécondes que celles du milieu du xviiie siècle, contribuant ainsi à la croissance exceptionnelle de la population, en particulier après le Second Empire lorsque se réduisit la part de l’immigration.

  • 60 Il en allait de même chez les mineurs anglais et gallois (D. Friedlander, 1973) ou dans les villes (...)

82Dans une France généralement présentée comme précocement acquise au malthusianisme, Roubaix faisait ainsi figure d’exception. Comme nombre d’autres cités industrielles60, elle se caractérisait donc par une fécondité supérieure. Cela résultait de la conjonction de plusieurs facteurs : le poids de la classe ouvrière, textile en particulier, le niveau socioculturel médiocre, la grande pauvreté des classes populaires avec, en conséquence, la passivité devant la vie comme devant la mort. Un enfant représentait d’abord une source de revenus, faibles certes mais néanmoins indispensables. Mais la classe dirigeante était elle-même très féconde, le substrat économique ne pouvait donc, à lui seul, expliquer les taux élevés. Les croyances religieuses partagées par les patrons roubaisiens et les tisserands flamands n’y étaient pas étrangères. Faidherbe avait donc parfaitement observé la situation, à la fin du siècle : les femmes originaires des provinces de Flandre orientale et occidentale, transplantées à Roubaix, étaient bien plus fécondes que leurs sœurs wallonnes et que les Roubaisiennes. L’arrivée massive des Flamandes, en dépit d’une certaine acculturation, a clairement contribué à retarder le déclin ou du moins à en réduire l’intensité. Dans quelle mesure même, ne peut-on pas penser que ce furent les femmes nées à Roubaix qui, en adoptant un comportement plus malthusien, tendirent à se rapprocher des Wallonnes ?

83La transition de la fécondité dont les origines, multiples, sont difficiles à hiérarchiser, fut donc tardive dans la ville où la surmortalité continua pendant de longues années à menacer le quotidien des populations.

Annexe V.1. Comparaison des taux bruts de natalité à Roubaix et en France au xixe siècle

Moyennes quinquennales taux pour mille

periodes

roubaix

france

periodes

1805-1809

37,45

32,38

1806-1810

32,80

1811-1815

33,03

1816-1820

1820-1824

51,37

32,11

1821-1825

1825-1829

61,24

31,13

1826-1830

1830-1834

40,09

30,15

1831-1835

1835-1839

45,89

28,92

1836-1840

1840-1844

43,20

28,77

1841-1845

1845-1849

37,53

27,07

1846-1850

1850-1854

43,16

26,52

1851-1855

1855-1859

45,10

27,12

1856-1860

1860-1864

46,37

27,05

1861-1865

1865-1869

46,09

26,39

1866-1870

1870-1874

43,16

26,23

1871-1875

1875-1879

42,32

26,02

1876-1880

1880-1884

38,38

25,24

1881-1885

1885-1889

36,60

23,53

1886-1890

Annexe V.2. Analyse longitudinale et transversale de la fécondité

Annexe V.3. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée

périodes

ensemble des femmes

périodes

ensemble des femmes

1760-1761

6,39

1826-1827

6,76

1762-1763

6,16

1828-1829

5,96

1764-1765

7,58

1830-1831

5,59

1766-1767

6,32

1832-1833

6,13

1768-1769

6,12

1834-1835

7,17

1770-1771

6,05

1836-1837

6,35

1772-1773

6,12

1838-1839

6,70

1774-1775

7,08

1840-1841

6,45

1776-1777

6,76

1842-1843

6,53

1778-1779

7,02

1844-1845

6,29

1780-1781

6,56

1846-1847

5,72

1782-1783

6,83

1848-1849

5,35

1784-1785

6,34

1850-1851

5,84

1786-1787

7,09

1852-1853

5,57

1788-1789

6,18

1854-1855

5,49

1790-1791

6,60

1856-1857

5,90

1792-1793

6,09

1858-1859

5,98

1794-1795

5,01

1860-1861

5,80

1796-1797

5,95

1862-1863

5,80

1798-1799

6,67

1864-1865

5,97

1800-1801

6,17

1866-1867

5,85

1802-1803

5,90

1868-1869

5,49

1804-1805

6,53

1870-1871

5,37

1806-1807

6,07

1872-1873

5,91

1808-1809

6,16

1874-1875

5,54

1810-1811

5,93

1876-1877

5,32

1812-1813

5,37

1878-1879

5,06

1814-1815

6,28

1880-1881

5,12

1816-1817

6,19

1882-1883

4,79

1818-1819

6,81

1884-1885

4,56

1820-1821

6,06

1886-1887

4,43

1822-1823

6,54

1888-1889

3,61

1824-1825

6,52

Notes

1 J’ai calculé les moyennes quinquennales et, afin de comparer avec le Nord, des moyennes triennales, centrées sur l’année du recensement.

2 Cela ne peut résulter d’une sous-estimation de la population : en effet, le taux de mortalité ne semble pas en désaccord avec les autres valeurs de ce début de siècle : 37,79 ‰ pour 1824-1828 et 36,66 pour 1829-1833.

3 Dr. A. Faidherbe, 1894-1895.

4 M.-P. Buriez, 1970.

5 R. Deniel, L. Henry, 1965.

6 E. Le Roy Ladurie, 1965.

7 F. Barbier, 1983.

8 Nous avons calculé la distribution des conceptions par année réelle : celle pour la période 1740-1749 correspond donc à des naissances intervenues d’octobre 1740 à septembre 1750.

9 Toutefois, quand il est constaté en milieu urbain, ce creux peut être expliqué par la morbidité estivale, J.-P. Bardet, 1983.

10 J’ai repris le critère, proposé par Jean-Pierre Bardet (1983), d’années où seulement l’un des deux mois est concerné, pendant 19 jours au moins, soit treize ans de 1740 à 1792 et trente de 1793 à 1889.

11 P. Chaunu, 1971 et 1974.

12 Il s’agit bien sûr des seuls enfants nés à Roubaix.

13 Mais est-ce bien le mot puisqu’il s’agit de familles de tisserands !

14 Voir aussi J.-P. Hirsch, 1991 ; P. Pouchain, 1998.

15 L’analyse longitudinale de la fécondité est faite par cohorte de mariage ou par cohorte de naissance des femmes des familles complètes, les femmes mariées de 15 à 49 ans étant observées jusqu’à 45 ans, pour perdre le moins de familles complètes. Il s’agit d’une descendance pondérée selon la distribution par âge au mariage.

16 Il est impossible de calculer la fécondité du moment avant 1760 et donc de voir l’impact de la profonde crise des années 1740. Pour calculer la descendance des femmes, il convient, en effet, de pouvoir les étudier sur toute la durée de leur union féconde (30-34 ans au maximum pour les femmes mariées avant 20 ans).

17 L’effondrement du nombre des mariages est un autre indice de l’intensité de la crise : 261 et 228 en 1845 et 1846 mais seulement 156 et 155 en 1847 et 1848.

18 Dr A. Faidherbe, 1895-1896.

19 A Rouen, les migrants avaient, comme les natifs, la même tendance à limiter la taille de leur famille, en raison de la prédominance du modèle régional. Ils constituaient même un groupe particulier dont le comportement vis-à-vis de la contraception était différent de celui qu’ils avaient quitté.

20 Il est vrai que bon nombre de non-natives étaient originaires des communes voisines et avaient donc le même comportement.

21 Inutile de rappeler l’importance de l’époux compte tenu des pratiques anticonceptionnelles encore alors majoritairement utilisées.

22 C. Vandenbroeke, 1977.

23 En 1856, 94,5 % des classes populaires mouraient dans une situation proche de l’indigence, sans laisser de patrimoine. En 1873, 92 % des Roubaisiens mouraient sans succession et 97 % connaissaient la misère, J.-C. Bonnier, 1977.

24 E. Zola, 1993.

25 A. Burguière, Ch. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend (dir.) 1988.

26 D’ailleurs, l’espérance de vie réduite des ouvriers rendait vain tout devoir de gérontotrophie.

27 E. Zola, 1993.

28 Les Roubaisiens, gens de la ville, se révélaient bien moins sages que les mulquiniers et les tisseurs de Quiévy où le taux, pour les années 1825-1859, était de 23,56 %, D. Terrier, 1996.

29 Il était parfois consécutif à la volonté de vérifier la fécondité de la promise, cf. supra, p. 172.

30 Robespierre, paraphrasant Moheau, évoquait les crimes secrets de ceux qui connaissaient l’horrible secret de déconcerter la nature, Discours sur les Droits et l’état des bâtards prononcé à l’Académie d’Arras en 1786. Pour les parents mariés en 1830-1859, 40 % des fils et 41,7 % des filles reproduisaient le comportement de leurs parents, c’est-à-dire la conception prénuptiale, mais les pourcentages étaient respectivement de 37,5 % et 36,8 % pour les enfants « fautifs » de parents « sages ».

31 Les pourcentages roubaisiens sont en-deçà de ceux rencontrés dans certaines paroisses anglaises ou belges : ainsi à Colyton, 46,2 % des femmes étaient enceintes (P. Laslett, 1965) ; de même à Wandre, on comptait, à la fin du xviiie siècle, 40 % de conceptions prénuptiales (R. Leboutte, 1988).

32 Dans la région de Liège, environ un tiers des couples attendait un enfant lors du mariage, ibidem. Ce comportement était répandu également dans les autres régions industrielles du pays.

33 Le calcul de l’intervalle protogénésique exclut les conceptions prénuptiales et ne prend en compte que les familles ayant duré cinq ans au moins. Cette augmentation est d’autant plus accentuée si l’on inclut les intervalles supérieurs à trente-six mois.

34 Dans le village proto-industriel de Quiévy, au milieu du xixe siècle, les intervalles étaient nettement plus longs pour les épouses de mulquiniers et de tisseurs : plus de 46 mois pour celles mariées entre 20 et 24 ans, D. Terrier, 1996.

35 Pour l’ensemble de la période, la descendance pondérée pour un homme marié avant 20 ans était de 6,84, de 6,18 pour celui marié de 20 à 29 ans ; pour ceux mariés de 30 à 39 ans, elle n’était plus que de 5,27, le nombre diminuant bien pour ceux mariés au-delà de 40 ans (3,62 puis 2,89). Le même constat a été fait pour Rouen, J.-P. Bardet, 1983.

36 C. Vandenbroeke, 1977.

37 Au même moment, la baisse de la fécondité s’amorçait dans la région de Liège, R. Leboutte, 1988.

38 Comme dans le cas des Serésiennes, M. Oris, 1993 et 1995.

39 Le déclin de la natalité en Belgique date de 1880, alors que la fécondité légitime commence à décroître entre 1865 et 1880, tout en restant plus élevée que la fécondité française, R. Lesthaeghe, 1977.

40 Sur le rôle de l’appartenance linguistique, Michel Oris (1993) rappelle les résultats obtenus par E. Van Hyfte, 1976 : l’étude de 70 paires de localités francophones et néerlandophones distantes de moins de 5 kilomètres a confirmé « la constance des écarts dans les niveaux de départ, la précocité et l’intensité du déclin entre Flamands et Wallons, même dans des communautés voisines entretenant des rapports fréquents ».

41 R. Leboutte, 1987. Voir aussi S. Pasleau, 1988, T. Eggerickx, octobre-décembre 2002.

42 Dans les campagnes de Wallonie, en cette fin du xixe siècle, les indices de fécondité légitime étaient comparables au niveau des grandes villes de Flandre comme Anvers ou Gand. Dès le second quart du xixe siècle même, le déclin de la fécondité toucha les zones rurales de l’Entre-Sambre-et-Meuse, avant même les villes wallonnes, T. Eggerickx, 1995. Ceci confirme la primauté du modèle régional par rapport au modèle citadin.

43 Le pourcentage de réduction de la descendance des femmes francophones fut de 31 % entre l’avant-dernière et la dernière période trentenaire, contre 11,4 % seulement pour les natives.

44 Peut-être le meilleur état sanitaire des femmes a-t-il également joué, cf. Graphique V.13 à Graphique V.15.

45 Il représente le rapport des naissances légitimes aux naissances obtenues si toutes les femmes mariées suivaient la « loi-type » (c’est-à-dire celle des Huttérites), A. J. Coale, 1965. Inférieur à 700, l’indice témoigne d’un réel contrôle des naissances.

46 L’indice de 648 pour la catégorie des ouvriers non-textiles tient à l’hétérogénéité du groupe.

47 Il mesure la déviation du niveau de fécondité de la population observée par rapport à l’échelle-type ; un indice m supérieur à 0,3 est considéré comme le signe d’une pratique contraceptive d’arrêt.

48 L’indice relatif à l’ensemble des non-natives est également influencé par les femmes originaires de l’arrondissement de Lille, cf. Tableau V.3.

49 Sauf pour 0-4 ans de mariage en raison de l’augmentation des conceptions prénuptiales qui a sans doute plus joué qu’une éventuelle modification des habitudes en matière d’allaitement de l’enfant.

50 Dr A. Faidherbe, 1895-1896.

51 P. Chaunu, 1966.

52 A. Perrenoud, 1991.

53 P. Spagnoli, 1977.

54 B. Craig, 1992.

55 L. Tilly, 1978.

56 C’est la théorie de la capillarité sociale développée par Arsène Dumont (1890) : Quand on vient de bas et que l’on vise haut, il faut, pour arriver, courir vite et ne point s’embarrasser de bagages encombrants. […] Pour l’homme qui a mis son but en lui-même, [les enfants] sont donc toujours un obstacle à son développement individuel.

57 Les résultats de la fécondité du moment pour ce dernier, établis à partir d’effectifs relativement restreints, doivent être interprétés avec précaution.

58 M. Oris, 1992.

59 O. Hardy-Hémery, 1985.

60 Il en allait de même chez les mineurs anglais et gallois (D. Friedlander, 1973) ou dans les villes industrielles de Wallonie où la fécondité légitime était supérieure à celle des villes anciennes (R. Leboutte, 1988).

Table des illustrations

Titre Graphique V.1. Évolution des moyennes quinquennales des naissances et des décès
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique V.2. Comparaison de l’évolution des naissances, des décès et de la population de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique V.3. Taux de natalité à Roubaix, dans l’arrondissement de Lille et dans le Nord
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique V.4. Comparaison de la distribution mensuelle des conceptions à Roubaix et dans la France urbaine
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique V.5. Évolution de la taille moyenne des familles MF
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique V.6. Répartition des familles unies en 1740-1769 et 1830-1859 selon le nombre d’enfants
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique V.7. Analyse longitudinale de la fécondité des femmes mariées à Roubaix. Descendance pondérée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique V.8. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique V.9. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique V.10. Analyse longitudinale de la descendance selon l’origine de la femme (MF)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique V.11. Dimension des familles selon le groupe socioprofessionnel
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique V.12. Intervalle protogénésique moyen selon l’origine de la femme
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique V.13. Fécondité légitime des femmes natives mariées de 20 à 24 ans (MF1)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique V.14. Fécondité légitime des femmes belges mariées de 20 à 24 ans
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique V.15. Fécondité légitime des femmes belges mariées de 20 à 24 ans
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique V.16. Fécondité légitime des femmes mariées de 20 à 24 ans
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau V.1 Indice de fécondité légitime Ig (Familles MF observées jusqu’à 45 ans)
Légende ( ) Pour des effectifs inférieurs à 20 familles
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau V.2. Comparaison de deux cohortes de mariage (Familles MF1 et MF2) Nombre moyen d’enfants
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Indice contraceptif (pour 1000)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau V.3. Indice m de Coale et Trussel (Familles MF observées jusqu’à 45 ans)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau V.4. Age moyen à la dernière naissance (Familles MF1 et MF2)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique V.17. Pourcentage de femmes mariées avant 30 ans ayant leur dernière maternité avant leur 35e anniversaire selon l’origine
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique V.18. Pourcentage de femmes mariées avant 30 ans ayant leur dernière maternité avant leur 35e anniversaire selon le groupe socioprofessionnel
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau V.5. Indicateurs de limitation des naissances
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau V.6 Fécondité du moment de la génération 2. Descendance pondérée
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique V.19. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée des ouvriers textiles et des ouvriers textiles en ascension
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique V.20. Analyse transversale de la fécondité. Descendance pondérée des classes moyennes en ascension, en régression et des classes moyennes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55965/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540