Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La population de Roubaix

 | 
Chantal Petillon

Chapitre IV. Se marier ou non

Texte intégral

  • 1 J. Matras, 1965.

1Si l’explosion démographique de Roubaix résulta largement au xixe siècle des migrations, l’accroissement naturel y contribua également dans la mesure où la fécondité resta bien élevée encore pendant de longues décennies tandis que la mortalité diminuait et alors même que ne pas passer devant le maire ne signifiait nullement ne pas procréer. En effet, si la Révolution française ne modifia guère les habitudes en termes de calendrier de la nuptialité, le réel changement concerne la montée de la cohabitation prénuptiale et le concubinage. La majorité des habitants continuaient cependant à convoler. A quel comportement les Roubaisiens se rattachaient-ils ? Y eut-il passage d’un mariage tardif avec fécondité non contrôlée à un mariage précoce avec fécondité contrôlée ; la baisse de l’âge au mariage précéda-t-elle la maîtrise de la fécondité1 ?

I. Le poids des traditions

2Le nombre moyen des mariages stagna pendant les soixante-dix premières années, puis, après une phase de hausse modérée de 1810 à 1849, l’augmentation s’accéléra très fortement du fait de l’essor démographique de la ville. Toutefois, certaines années de crise furent marquées par une réduction notable des unions. L’évolution est liée aux modifications de la structure par âges des adultes : ainsi, les années exceptionnelles de 1820-1829, caractérisées par des taux de natalité et de nuptialité très élevés (cf. Graphique IV.1) et, au contraire, par le pourcentage de remariages le plus faible des cent cinquante ans étudiés, s’expliquent par le rajeunissement de la population lié aux migrations.

Graphique IV.1. Natalité, nuptialité et mortalité, moyennes quinquennales

Graphique IV.1. Natalité, nuptialité et mortalité, moyennes quinquennales
  • 2 Les mariables sont les célibataires, veufs et divorcés, âgés de 15 ans et plus, cf. Annexe IV.1.

Tableau IV.1 Mariages pour 1 000 mariables âgés de 15 ans et plus2

Périodes

Hommes

Femmes

1818-1822

60,78

52,55

1849-1853

57,09

56,62

1854-1858

53,97

52,65

1859-1863

54,43

53,85

1864-1868

53,91

64,29

1870-1874

48,85

56,61

1874-1878

52,05

56,97

1879-1883

52,64

55,17

1884-1888

51,72

48,54

3Des différences apparaissent dans la comparaison des taux de nuptialité masculin et féminin (cf. Tableau IV.1). De la Restauration à 1861 et de nouveau en 1886, l’intensité de la nuptialité masculine est de peu supérieurs à celle des femmes. Le rapport de masculinité pour l’ensemble des 15-64 ans est assez stable pendant toutes ces années (cf. Tableau IV.2). Globalement les effectifs masculins et féminins furent donc plutôt équivalents jusqu’en 1861 puis, de nouveau, au milieu des années 1880. En revanche, à partir de 1866, on compte entre 1 200 et 2 000 hommes célibataires de 20 à 50 ans de plus que les femmes. Le taux de nuptialité des femmes est alors plus élevé que celui des hommes.

  • 3 Les résultats de 1881 fort déconcertants ne peuvent être pris en compte.
  • 4 Dans l’arrondissement de Lille, les taux de 1861 sont identiques (19,2 % et 16 % pour les hommes et (...)

4Le taux de célibat définitif est soumis à des variations conjoncturelles assez fortes (cf. Tableau IV.2)3. Il est en hausse pour les générations masculines et particulièrement élevé pour celles nées entre 1806 et 1815. Cela correspond d’ailleurs à un taux de nuptialité réduit de la fin des années 1830. Par la suite, le taux masculin est toujours supérieur à celui des femmes, qui reste stable à l’exception de 18614.

Tableau IV.2. Évolution des taux de célibat à 50 ans et de masculinité

Tableau IV.2. Évolution des taux de célibat à 50 ans et de masculinité
  • 5 Pierre Pierrard (1965) liait immigration et faible taux de nuptialité à la difficulté qu’avaient le (...)
  • 6 R. André, J. Pereira-Roque, 1974.

5Cela résulte-t-il de la présence d’une communauté étrangère importante, comme l’ont suggéré P. Pierrard et P. Spagnoli5 ? Il faut cependant noter que l’article de Spagnoli est essentiellement basé sur la seule année 1861 ; or, cinq ans plus tard, les taux de célibat définitif sont plus faibles alors que la communauté belge s’est accrue ; de même, par la suite, l’équilibre entre les sexes pour les populations étrangères fut nettement moins grand (1866-1872) et les étrangers nettement plus nombreux. Il est donc impensable que le modèle familial flamand, évoqué par Spagnoli, ait disparu en l’espace de cinq ans, compte tenu de la lenteur de l’évolution des mentalités. Plutôt que la seule présence de Belges, il faut introduire, pour comprendre le taux exceptionnel de 1861, d’autres facteurs explicatifs, en particulier, la faible intensité des nuptialités roubaisienne dans les années 1836-1841 et belge de 1846-18506.

  • 7 Toujours un peu supérieurs aux taux français, en particulier sous le Second Empire, les taux roubai (...)

6Au total, les migrations importantes influencèrent directement à la fois la nuptialité roubaisienne, plus élevée que la moyenne française7, du fait de la jeunesse de la population, ainsi que le taux de célibat roubaisien, également un peu plus élevé que celui rencontré dans l’ensemble du pays, essentiellement en raison de certains déséquilibres des sexes.

II. Un temps pour se marier

7Les Roubaisiens, par ailleurs si atypiques, se mariaient-ils comme leurs compatriotes de France ? Modifièrent-ils, au long de la période, leurs habitudes en adoptant un nouveau calendrier ?

Le printemps des amours

  • 8 L’inégalité des mois est corrigée selon le modèle proposé par L. Henry, 1980.

8Les comportements n’évoluèrent guère entre 1740-1769 et 1860-18898 : le mariage en avril-mai, après le temps clos pascal, et avant le temps clos de l’Avent, se retrouve également à la fin du xixe siècle, avec les indices élevés pour novembre en particulier, signe d’un meilleur respect de l’Avent. En réalité, le changement le plus net est plutôt, à partir des années 1840, le glissement des indices élevés d’avril-mai, avant le creux estival, à un minimum secondaire de mai à juillet avant la reprise d’août-septembre. Avec des indices qui restent forts pour avril-mai au xviiie siècle, Roubaix se distingue un peu du modèle européen catholique caractérisé par une longue basse saison de nuptialité de juin à septembre, conséquence de l’intense activité agricole et reflet de la raréfaction des denrées alimentaires, donc de la hausse des prix en général, conditions peu propices à la célébration d’une telle cérémonie ; en effet, les indices roubaisiens de juin ne sont pas toujours inférieurs à la moyenne et surtout la nuptialité reprenait dès le mois de septembre.

  • 9 J. Dupâquier, (dir.) 1988.
  • 10 Mai aurait été dévolu plutôt aux rapports de courtoisie, N. Belmont, 1973. Le mois de Marie n’était (...)

9Si, dans les campagnes de l’ancienne France, on se mariait plutôt en novembre, janvier et février (amputé du temps clos), période de temps mort et d’abondance, en revanche, à Roubaix comme dans le nord du pays en général, on ne se mariait guère en hiver et jamais le mois de janvier ne fut particulièrement riche en épousailles9. Deux autres différences renforcent le particularisme de la ville : mai, en raison de croyances populaires, et août, à cause des récoltes et du développement du culte marial au xixe siècle, étaient peu choisis en France10. Or à Roubaix, l’indice de mai élevé au xviiie siècle (162) ne baissa que lentement (99 en 1860-1889) et le mois d’août était marqué par la reprise des mariages (et ce, pour l’ensemble du xixe siècle).

10La distribution pour les années 1860-1889 est, en outre, particulièrement irrégulière, surtout de septembre à mars : il est vrai que Roubaix est alors une ville aux activités assez diversifiées, aux variations saisonnières moins marquées que dans l’agriculture ; les contraintes imposées par les activités textiles étaient moindres.

Graphique IV.2. Évolution du mouvement mensuel des mariages à Roubaix selon les groupes socioprofessionnels

Graphique IV.2. Évolution du mouvement mensuel des mariages à Roubaix selon les groupes socioprofessionnels

11Il ressort, de la comparaison des distributions mensuelles, pour tous les groupes socioprofessionnels, des minima fort accentués pour les périodes pénitentielles, avec anticipation de l’Avent et report des mariages en avril-mai (cf. Graphique IV.2). Cependant, quelques différences apparaissent, liées au type d’activités, mais peut-être aussi à l’évolution de l’importance du groupe dans le temps.

12La répartition des mariages des paysans présente un rythme fort irrégulier, avec une anticipation des temps prohibés, même pour le Carême, et une grande sensibilité au travail de la terre avec un minimum très accentué pour les mois d’été. L’ensemble des ouvriers, qui anticipaient l’Avent et retardaient le mariage après Pâques, délaissaient les mois d’été, sans doute du fait de la possibilité de s’employer encore plus en été, et choisissaient souvent septembre. Pour les classes moyennes, les variations sont réduites entre le maximum d’avril et les deux pointes de septembre et de novembre. Comme les ouvriers, elles anticipaient nettement l’Avent et retardaient les mariages après Pâques. La belle saison était peu choisie et la distribution générale, plus proche de celle des catégories inférieures de la société.

13Pour les élites, la distribution était assez équilibrée de juin à novembre et le respect des temps clos s’accompagnait d’un report des mariages en janvier et d’une anticipation pour le Carême : l’activité ne justifiant en rien cette préférence pour l’hiver, faut-il y voir une volonté de se singulariser du reste de la société ?

  • 11 Si les ouvriers n’éprouvent ni chômage, ni diminution dans leurs heures de travail, c’est qu’un ass (...)

14Si les rythmes saisonniers de l’activité pouvaient influencer les mariages, la conjoncture économique ne jouait guère : une réduction de l’activité industrielle ne paraît pas se répercuter sur les variations mensuelles. En effet, du moins dans les ateliers et les usines, les patrons semblaient chercher, même en cas de difficulté, à maintenir l’emploi. De plus, lorsque celui-ci languissait dans les ateliers, les ouvriers roubaisiens gardaient la ressource de s’employer dans les campagnes11. En définitive, une conjoncture difficile, sans modifier la répartition mensuelle, provoquait une diminution du nombre des célébrations, comme ce fut le cas en 1847-1848 ; il semble que ce soit bien plus la situation économique, avec le ralentissement de l’immigration qui en est l’une des conséquences, qui est à l’origine de cette réduction et non pas les épidémies de fièvre typhoïde puis de choléra en 1849, car le nombre des unions semble alors « normal ».

Le jour des noces

  • 12 Le mariage en temps clos n’était pas formellement interdit, le concile de Trente l’acceptant à cond (...)

15Le choix du jour et le respect ou non des temps clos sont des indices du degré de religiosité des populations12. Au xviiie siècle, les mariages étaient principalement célébrés le mardi, jour considéré comme heureux et commode car on avait tout loisir de préparer la noce le lundi, de faire la fête le mardi, le mercredi, voire le jeudi, sans risque pour le devoir d’abstinence du vendredi. De plus, depuis 1646, l’Église avait interdit les mariages le dimanche, pour ne pas le profaner par les divertissements et la débauche ; enfin, on se mariait peu du mercredi – mercredi des Cendres – jusqu’à la fin de la semaine en souvenir de la Semaine Sainte. De 1740 à 1792, le mardi qui, en plus, était, à Roubaix, le jour de marché, fut choisi par 86 % des couples.

  • 13 En raison de la loi du 13 fructidor an VI, appliquée du 1er vendémiaire an VII au 28 pluviose an VI (...)

16De 1793 à 179713, le dimanche progressa, dépassant de peu le mardi ; les Roubaisiens semblaient toujours éprouver quelque réticence à se marier à la fin de la semaine, en particulier le vendredi (2,6 % des cas). Les mariages de la seule année 1793 permirent la remontée du dimanche : peut-on y voir le sentiment de libération de certains ou, au contraire, une volonté de se démarquer des pratiques traditionnelles afin de ne pas être considéré comme suspect ?

  • 14 Le changement se produisit à partir de mai 1803. Il fallut donc au prêtre toute une année pour modi (...)
  • 15 Nombre d’ouvriers, dont certains travaillaient le dimanche matin, prolongeaient de plusieurs heures (...)

17Au xixe siècle, les usages changèrent. Pendant les trois premières décennies, on se mariait le plus souvent le mercredi (73,6 %)14 ; à partir de 1830-1839, c’est le lundi qui arrivait en tête (74,2 % pour 1830-1859 et 65,4 % pour 1860-1889). Ce choix n’est pas surprenant puisque le lundi à Roubaix, le « saint-lundi », était plutôt un jour de fête pour les ouvriers15. Dès le début de la IIIe République, le samedi arrivait en deuxième position, là aussi en rapport avec le repos dominical. C’est donc à cette époque que l’on vit naître à Roubaix ce comportement, de plus en plus fréquent au fil des décennies, qui consiste à se marier le samedi. Il est toutefois impossible de dire quel groupe social fut à l’origine du changement : tous se mariaient le mardi au xviiie siècle, tous préférèrent ensuite le mercredi puis optèrent pour le lundi ; il y eut réellement simultanéité dans l’évolution des comportements.

  • 16 N. Bonneuil, 1992.

18Roubaix semble donc se distinguer assez sensiblement de l’ensemble de la France : en effet, dès les années 1850, le samedi l’emporta dans les villes, dépassant le mercredi et le lundi : le choix du samedi et sa « très forte connotation populaire »16 n’a donc pas encore totalement atteint la ville manufacturière qui, de fait, se trouve dans une région qui n’adopta ce comportement qu’à partir de 1870-1880. Faut-il, pour autant, accepter l’analyse de Noël Bonneuil pour lequel ce décalage serait la traduction d’un retard en matière d’urbanisation ?

Le temps clos

19Observer l’attitude des Roubaisiens par rapport au temps clos permet de juger de leur qualité de « bons catholiques », de leur degré de religiosité. Toutefois, si cette étude ne pose pas de problème jusqu’en 1792, il est clair que, compte tenu des sources, il n’est pas possible de savoir, pour le siècle suivant, si ces mariages civils furent accompagnés d’une cérémonie religieuse. Les calculs de la distribution mensuelle peuvent, cependant, révéler la pérennité de certains comportements. En effet, s’il y avait mariage religieux, il était probablement célébré, sinon le même jour, du moins dans les jours qui suivaient, aucune des raisons qui justifient aujourd’hui un mariage civil « anticipé » ou un mariage religieux « retardé » n’existant au xixe siècle. Dans ce cas, et en supposant que bon nombre des mariages durent être bénis par l’Église, on obtient une indication confirmant ou infirmant la persistance de certaines traditions.

20Au xviiie siècle, l’observance du temps clos était quasi totale, presque aucun mariage n’étant alors célébré. La répartition mensuelle fait apparaître, tout au long du xixe siècle, une évolution fort lente vers un moindre respect des interdits religieux du Carême et de l’Avent. Il s’agira donc de voir si l’épisode révolutionnaire influença réellement et profondément le comportement des Roubaisiens ; il importe de dissocier d’abord la période de laïcisation de l’état-civil pour voir si l’année 1792 marqua une rupture.

21Pour les années 1740-1792, la distribution mensuelle est très claire : les indices sont à peu près nuls (8 en mars et 4 en décembre). Sur les 2 651 unions célébrées, 26 seulement le furent pendant ces deux mois : ces quelques mariages célébrés en mars (18) et décembre (8) s’expliquent par la variation de la date de Pâques et donc du début et de la fin des périodes pénitentielles. Seuls quatre couples furent unis pendant le temps clos ; trois avaient obtenu une dispense, le quatrième se maria le mardi 17 décembre 1766 à neuf heures du soir – selon la mention du prêtre –, la dispense de deux bans obtenue ayant permis de faire naître en légitime mariage leur enfant, le 19 du même mois. De même, une dispense de temps clos permit la célébration, le 2 mars 1789 quelques jours après le début du Carême, du mariage de Simon Picavet et de Reine Leclercq : il est vrai que leur premier enfant vit le jour le 4 avril, huit jours avant le dimanche de Pâques et un mois après le mariage de ses parents !

22Il faut ajouter quatre mariages célébrés dans les jours d’avril relevant du temps prohibé, mais seuls deux actes mentionnent une dispense de temps clos. Pour la période 1740-1792, le nombre total de mariages en temps prohibé fut donc particulièrement réduit (dix si l’on compte les deux du 24 décembre 1792, soit 0,38 %).

  • 17 Comme on se mariait peu en janvier, le mariage aurait été célébré après Pâques.

23Si les mariages avec dispense représentent environ un dixième du total, presque toutes les dispenses concernaient la publication des bans, dans la plupart des cas pour des couples nullement concernés par les périodes pénitentielles. Mais, dans certains cas, elles permettaient aux futurs d’éviter le temps clos : en réduisant le délai de publication, les fiancés pouvaient espérer gagner près de deux mois (54 jours de temps clos pour Pâques et environ 6 semaines pour Noël) ; ils échappaient ainsi à l’interdit religieux mais pas aux démarches puisque cette dispense, comme celle de temps clos, était octroyée par l’évêque de Tournai. Grâce à ces dispenses de bans, les Roubaisiens anticipèrent-ils réellement le temps clos ? Il y avait, pour Pâques, très nettement un report de la date, ce qui est d’autant plus logique que choisir le mardi gras pour se marier réduisait à l’extrême les possibilités de festoyer. En revanche, pour l’Avent, la majorité anticipait le mariage, les dispenses accordées pour des unions en novembre permirent, dans deux tiers des cas environ, d’échapper au temps clos et donc d’éviter de décaler le mariage de quatre mois17.

24La dispense permettait-elle à l’enfant de naître en légitime mariage, avait-elle pour but d’échapper à l’opprobre pesant sur les filles-mères et leurs enfants ou s’agissait-il seulement de cacher la conception prénuptiale, par ailleurs peu fréquente à Roubaix au xviiie siècle ? En réalité, les rares mariages célébrés en période de temps clos n’étaient pas toujours dus à une volonté de « régulariser » : deux des dix mariages seulement précédèrent de peu la naissance, trois couples restèrent stériles et les autres ne se marièrent pas pour cause de grossesse. De plus, le taux de conception prénuptiale pour les familles mariées avec dispense n’était pas sensiblement différent de ce qu’il était pour l’ensemble des couples.

  • 18 R. Deniel, L. Henry, 1965. Dans certaines régions agricoles du Pas-de-Calais, au milieu du XIXe siè (...)

25Lorsque le projet de mariage était évident, une tradition locale autorisait-elle les relations sexuelles, le projet de mariage ou les fiançailles valant mariage ? Dans ce cas, la dispense accélérait la concrétisation du mariage. Cette attitude n’était pas exceptionnelle : dans une fraction de la population de Sainghin-en-Mélantois, les couples attendaient que la femme fût enceinte pour faire consacrer leur union18. Si les relations prénuptiales étaient admises, la demande de dispense ne s’expliquerait que par la volonté de pouvoir plus vite vivre ensemble et/ou de faire naître son enfant en légitime mariage. Ainsi Pierre Delcroix, né le 25 février 1781, n’était légitime que parce que ses parents, Jean-Baptiste Delcroix et Marie Lebrun, ayant obtenu une dispense de deux bans, s’étaient mariés cinq jours plus tôt.

26Au total, jusqu’en 1792, le respect des règles religieuses en matière de nuptialité était profond chez les Roubaisiens, comme chez nombre d’autres populations. La laïcisation de l’état civil, la politique des révolutionnaires, la persécution antireligieuse modifièrent-elles ce comportement ?

27De 1793 à 1797, la variation mensuelle traduit une modification, en particulier pour l’Avent : 52 des 312 mariages célébrés (17 %) le furent pendant les périodes pénitentielles (23 en Carême et 29 pendant l’Avent). Si le changement intervint et dans des proportions qui peuvent paraître non négligeables, du moins n’eut-il point l’ampleur ni le caractère irréversible observés en d’autres lieux. Même pendant les années révolutionnaires, lorsque la politique de déchristianisation se développa en France, elle ne fit guère d’émules à Roubaix : certes, des mariages furent célébrés pendant le temps clos mais les indices de mars et de décembre restèrent cependant les plus faibles. L’attitude des Roubaisiens à l’égard de la politique de déchristianisation, leur rejet du clergé constitutionnel faisaient d’eux de « bons catholiques ».

  • 19 P. Pierrard (dir.), 1978. En 1867, Les Rédemptoristes décrivaient Roubaix comme une ville où il y a (...)

28D’ailleurs, dès la première décennie du nouveau siècle, le « retour à la normale » s’amorça : les mariages de mars et de décembre s’effondrèrent avec 2,7 % des unions célébrées pendant ces deux mois pour les années 1800-1809 et si, par la suite, le pourcentage augmenta, ce ne fut que fort lentement et dans une faible proportion, restant inférieur à 5 % jusqu’en 1869. Malgré une orientation plus évidente à la hausse dans les deux dernières décennies (presque 10 % pour les années 1880-1889), globalement, le comportement traditionnel se maintint en raison de la particularité du monde ouvrier de Roubaix-Tourcoing en matière de pratique religieuse : 30 % de pascalisants à Roubaix en 1867 et des ouvriers textiles, encore à la fin du siècle, bien plus pratiquants que ceux d’autres secteurs industriels de la région19. Diverses raisons concourent à expliquer ce particularisme : les populations étaient issues d’un bassin de recrutement proche, constitué des régions rurales et des provinces de Flandre belge où sentiment religieux et pratique étaient encore fort développés ; l’autre hypothèse concerne la formation d’une classe ouvrière sans qualification, pauvre, généralement peu instruite et fortement féminisée. Enfin, bienfaisance et assistance, aux mains du clergé et du patronat catholique, furent également à l’origine du maintien tardif d’une grande vitalité religieuse qui influençait encore, à la fin du siècle, le rythme des mariages comme elle intervenait dans la fécondité des Roubaisiens.

  • 20 A partir de 1792, et c’est très clair jusqu’en 1829, les mariages célébrés pendant le Carême l’étai (...)
  • 21 La pratique variait d’une région à l’autre : en Blayais, le Carême était peu respecté alors que c’é (...)
  • 22 17,6 % des mariages célébrés en temps clos à Wasmes et Warquignies de 1859 à 1870 alors qu’à Roubai (...)

29Toutefois, il faut distinguer Carême et Avent. En effet, 10 % environ des mariages célébrés entre 1800 et 1829 le furent pendant le Carême moins respecté que par le passé alors que l’Avent résistait nettement mieux (de 4,8 % des mariages entre 1800 et 1809 à 2,7 % pour les deux décennies suivantes)20. Les années 1830-1869 semblent marquer un progrès indéniable de l’observance du temps clos : ceux qui se marièrent alors étaient à peine moins respectueux que ceux qui s’étaient unis avant la Révolution (2 à 4 % des couples). Si seules les deux dernières décennies furent caractérisées par une certaine prise de distance, les pourcentages restèrent néanmoins inférieurs à ceux de la période révolutionnaire. Au xixe siècle, le temps clos de l’Avent se maintint mieux que celui du Carême, sauf pour la dernière décennie. Cette différence n’est pas originale21 ; en revanche, les Roubaisiens restèrent plus longtemps et plus nettement respectueux que les Wallons22.

30Il reste à expliquer l’augmentation relative des pourcentages pendant les années révolutionnaires et le temps mis pour retrouver des taux réduits. Ceux qui choisirent de rester à Roubaix et de s’y marier quand même, optèrent-ils pour une attitude de façade afin d’échapper au soupçon de menées antirévolutionnaires ? Peut-être, le clergé dut-il attendre l’arrivée à l’âge du mariage de générations élevées après la décennie révolutionnaire pour que s’améliorât le respect des périodes pénitentielles et que grandît la ferveur religieuse, peut-être à l’origine de l’augmentation de la fécondité dans les années 1830. Il est vrai que cette tendance au non-respect du temps clos s’accompagna d’une certaine augmentation des conceptions prénuptiales et de l’illégitimité, elle aussi révélatrice d’un éloignement par rapport à la religion, à l’inverse de ce qui se passait avant 1789.

31La comparaison des xviiie et xixe siècles prouve donc le maintien, au xixe siècle, de faibles indices pour mars et décembre. Les croyances des Roubaisiens mariés de 1860 à 1889 n’avaient que peu changé. La venue de nombreux immigrants n’avait donc pas totalement modifié la distribution mensuelle des mariages ; pourtant, leur comportement, en particulier pour l’âge au mariage, pouvait se distinguer de celui des natifs.

III. Un âge pour se marier

Des noces sur le tard ?

  • 23 Selon l’enquête TRA, dans le Nord, au xixe siècle, l’âge au mariage de l’homme (rural ou urbain) es (...)

32Il s’agit d’un élément essentiel pour l’évolution de la famille, sa taille étant en partie commandée par la précocité ou le retard de l’âge au mariage. Pour l’ensemble des 11 395 couples, l’âge exact au premier mariage est en moyenne de 27,68 ans pour les hommes et de 25,67 ans pour les femmes23.

Graphique IV.3. Age moyen au premier mariage

Graphique IV.3. Age moyen au premier mariage
  • 24 De même, un certain nombre de baptêmes furent alors célébrés ailleurs pour échapper à ce problème d (...)
  • 25 En Flandre et Brabant, les années 1850-1859 correspondent à des maxima absolus (29,7 ans comme âge (...)
  • 26 En 1880-1889, il est de 27,51 ans pour les hommes et de 24,73 ans pour les femmes.

33Une double tendance se dégage des coupes décennales (cf. Graphique IV.3) : élévation à la fin du xviiie siècle et réduction pendant la dernière période. Les difficultés économiques puis la guerre (et l’occupation en 1792, avec l’angoisse de l’avenir) n’étaient vraisemblablement pas seules responsables de la hausse de la période révolutionnaire. La persécution religieuse incita sans doute certains Roubaisiens à renoncer, pour n’avoir pas à s’unir devant le maire, ni surtout à recevoir le sacrement du mariage d’un prêtre constitutionnel24. Le reflux s’opéra dès 1800-1809 avec un retour à la situation antérieure. Pour les hommes, la décennie 1820-1829 correspond à l’âge minimum, signe de la très forte nuptialité générale de cette période, mais le déséquilibre des sexes explique que l’âge moyen de la femme n’ait pas été touché, ce qui se retrouve également dans la moins grande intensité de la nuptialité féminine. Après les années 1850-1859 marquées par un maximum, du moins pour les hommes25, les âges ne cessèrent de baisser26.

  • 27 N. Bonneuil, 1992.

34L’âge moyen au premier mariage d’un immigrant était plus élevé que celui d’un natif : 28 ans contre 26,93 sur l’ensemble de la période, mais, pour les femmes, l’écart était moindre (25,69 et 25,03). Tout comme l’époux de la non-native était un peu plus jeune que le non-natif, l’épouse de l’immigrant était un peu plus jeune que l’immigrante, mais un peu plus âgée que la femme du Roubaisien ; l’immigrant, le plus souvent, épousait une native, ce qui faisait baisser l’âge moyen de l’épouse du non-natif. La situation était inversée en France : les femmes qui épousaient un homme d’un autre département que le leur étaient significativement plus jeunes que celles qui épousaient un homme de leur propre département27.

35La comparaison pour les deux dernières périodes (les seules où les effectifs belges sont réellement suffisants) révèle que les hommes néerlandophones se mariaient à un âge un peu plus avancé que les francophones, principalement pour les années 1830-1859 ; si les femmes néerlandophones mariées de 1830 à 1859 étaient légèrement plus âgées, en revanche, la tendance s’inversa pour la dernière période trentenaire, du fait de la composition sociale des deux communautés. La comparaison des couples homogènes (deux natifs de Roubaix, deux Belges francophones et deux Belges néerlandophones) confirme cette disparité. Cet écart d’âge entre natifs et immigrés se retrouvait lors du remariage surtout dans les cas des veuves (34,23 ans pour la Roubaisienne se remariant avec un célibataire, 37,82 ans pour la non-native et 38,41 ans pour la néerlandophone).

36Que les migrants se marient à un âge plus avancé que les natifs n’est pas pour surprendre. La migration retarde un peu le mariage : dans un premier temps, la préoccupation économique qui sous-tend la migration prime la préoccupation amoureuse. Certains migrants laissaient leur fiancée dans leur village ou leur ville et ne la faisaient venir à Roubaix qu’au bout de quelques années, après avoir acquis une certaine stabilité, lorsqu’ils étaient sûrs aussi de pouvoir loger la future famille.

  • 28 L’âge moyen des Belges restés au pays était plus élevé encore : 30,5 et 28,6 ans pour les hommes et (...)

37D’autres facteurs, comme le modèle familial belge avec le mariage tardif28, contribuaient à cette différence. S’ajoutaient aussi les difficultés, surtout pécuniaires, pour obtenir les papiers nécessaires ; le retard de l’âge au mariage, le développement du concubinage et de l’illégitimité en seraient, dès lors, la conséquence touchant surtout des immigrés qui échappaient en partie au contrôle familial, à la pression de la communauté, comme l’étaient les nombreux ouvriers textiles belges de Roubaix. Surtout, l’arrivée dans une ville, dans un environnement industriel, dans un milieu étranger et les problèmes d’adaptation, d’intégration, aggravés par l’obstacle linguistique, rendaient plus longue, plus difficile la quête du futur conjoint. A contrario, pour le veuf néerlandophone, installé depuis plus longtemps à Roubaix, et donc intégré, le remariage n’était pas plus difficile que pour le natif veuf : la fréquence de remariage est même un peu supérieure pour le premier ; quant à l’intervalle moyen entre le veuvage et le remariage, il était de 3,41 années pour le néerlandophone et de 4 ans pour le Roubaisien. Les différences étaient plus fortes pour les femmes : la fréquence de remariage atteignait 379 ‰ pour la néerlandophone contre 263 pour la Roubaisienne qui se remariait en moyenne 2,54 ans après son veuvage contre 1,89 pour la néerlandophone. L’âge plus élevé au remariage n’est donc que la conséquence de l’âge plus avancé au premier mariage et non le signe d’une plus grande difficulté pour trouver une seconde épouse ; en revanche, cette plus grande propension au remariage n’est peut-être que la traduction du modèle familial flamand.

38De la mise en parallèle des variations du pourcentage des natifs dans les mariés et de la comparaison de l’âge moyen au premier mariage selon l’origine, ressort donc l’une des causes de l’évolution de ce dernier au xixe siècle. Ainsi, l’augmentation de l’âge moyen de l’homme dès les années 1840-1849 est-elle due, avant tout, alors que l’âge du natif reste stable, à un accroissement notable dans les unions de la part des non-natifs dont, en outre, l’âge augmente. Cela explique d’ailleurs le décalage entre les hommes et les femmes puisque le nombre des non-natives n’augmenta réellement qu’à partir de 1855-1859. Les unions célébrées de 1850 à 1859 furent marquées par un âge moyen au premier mariage légèrement supérieur à celui des deux décennies environnantes, conséquence d’une conjoncture défavorable. Cette hausse trouve ses origines dans le report des mariages, après les années noires de la fin de la décennie précédente, comme en témoigne l’élévation du taux brut de nuptialité pendant les années 1850-1859, ainsi que dans la récurrence, pendant cette décennie de croissance économique, de moments difficiles, de crises alimentaires et d’épidémies qui contribuèrent à réduire le nombre de mariages (ainsi en 1854-1855) et également, de manière ponctuelle, à en élever l’âge.

39A contrario, la réduction importante dans les années 1860-1869, quelle que soit l’origine géographique, illustre bien le rôle de la bonne conjoncture économique qui attira beaucoup de jeunes gens – le rapport de masculinité était, en 1866, très déséquilibré pour les 25-29 ans (118,2) et 30-34 ans (131,8) –, ce qui peut être à l’origine de l’âge plus bas des natives mais également des migrantes.

40Par la suite, l’âge moyen des populations migrantes eut tendance à se maintenir au même niveau jusqu’en 1889, contrairement à celui des conjoints natifs. La baisse finale de l’âge moyen s’explique par la diminution du poids des non-natifs, en particulier des Belges, parmi les couples mariés dans les deux dernières décennies, en raison de la conjoncture qui réduisit notablement la part du solde migratoire, à partir de 1873-1876 (cf. Graphique III.2). Cette évolution, plus accentuée pour les femmes que pour les hommes, explique la réduction plus forte de l’âge au mariage des femmes alors que celui de l’homme se stabilisa durant les vingt dernières années.

  • 29 E. Van De Walle, 1972.

41Cette baisse à partir de 1860-1869 traduit un changement de comportement plus important à l’égard du mariage et de la famille : en effet, cette réduction s’accompagna d’une diminution accentuée de la fécondité seulement à partir de 1870, ce qui est l’indice d’une certaine maîtrise de celle-ci. L’analyse de Spengler, selon laquelle l’efficacité du contrôle de la fécondité dans le mariage fut, en France, à l’origine de la réduction de l’âge au mariage, ne serait donc pas vérifiée à Roubaix, qui ferait également dans ce domaine figure d’exception29.

42D’autres paramètres sont à prendre en compte dans l’analyse comme les structures sociales dont la modification put entraîner des variations de l’âge ; ainsi la réduction du nombre des paysans, par exemple, intervint-elle dans la diminution de l’âge moyen.

Age au mariage et statut socioprofessionnel

  • 30 J. R. Lehning, 1983. L’enquête TRA va dans le même sens, au moins quant au maintien de petits propr (...)
  • 31 R. Leboutte, 1988. De même, dans le Cambrésis et le Saint-Quentinois, la proto-industrialisation n’ (...)
  • 32 D. Terrier, Ph. Toutain, 1979.
  • 33 P. Delsalle, 1989. Des constats semblables ont été faits pour Tilburg, A. Janssens, 1993. Pour les (...)

43L’âge au mariage est fonction de la place occupée dans la hiérarchie sociale. L’hypothèse première de Franklin Mendels concernant la proto-industrialisation, confirmée par d’autres études, était que la manufacture dispersée, offrant des revenus aux jeunes gens, leur permettait de se marier plus tôt ; cela provoquait aussi une natalité, légitime ou non, supérieure. A l’inverse, J. R. Lehning trouvait, dans les zones industrielles, un âge au mariage significativement plus élevé et suggérait que la proto-industrie n’aurait pas rompu les liens à la terre et pourrait même les avoir renforcés30. Au demeurant, l’hypothèse de Franklin Mendels doit être nuancée en fonction de la nature et de l’ancienneté des industries rurales31. A Comines, à la fin du xviiie siècle, l’âge moyen au premier mariage, tardif pour les ruraux, était réduit pour les travailleurs textiles qui se mariaient trois ans plus jeunes que les paysans32. A Tourcoing, au xviiie siècle, il en allait de même : l’âge du mariage pour les hommes du textile était de 26,5 ans, celui de leur épouse de 24,7 en moyenne, plus de quatre hommes et six femmes sur dix convolaient avant d’atteindre 25 ans33. Ce type de comportement se retrouve-t-il quand on étudie le cœur de la Manufacture dispersée ? Le fait que nombre des non-natifs mariés à Roubaix étaient issus du bassin proto-industriel de la ville accentua-t-il ce phénomène ? La même question peut d’ailleurs être posée pour les populations nées en Flandre occidentale, autre région proto-industrielle.

44Les effectifs trop réduits des ouvriers du textile, pour la première période trentenaire, et des hommes de la terre, pour les deux dernières, imposent de limiter la comparaison aux années 1770-1829 sauf si, pour le milieu du xviiie siècle, on renforce le groupe textile, en y incluant les journaliers-ouvriers textiles c’est-à-dire des hommes qui se disaient, lors de leur mariage, journaliers et qui déclaraient par la suite des professions textiles, comme tisserands ou retordeurs (cf. Tableau IV.3).

Tableau IV.3. Comparaison de l’âge moyen au premier mariage des paysans et des ouvriers textiles

Tableau IV.3. Comparaison de l’âge moyen au premier mariage des paysans et des ouvriers textiles

45L’exemple roubaisien confirme donc bien, mais de façon plus accentuée, la différence entre les hommes du groupe de la terre et ceux du groupe textile, déjà constatée dans d’autres paroisses de la région. Sur l’ensemble de la période, l’écart est bien plus important pour les hommes (supérieur à 5 ans, alors qu’il est de l’ordre de deux ans et demi pour les épouses). Les autres ouvriers étaient un peu plus âgés que ceux du textile (environ un an, pour les hommes comme pour leurs épouses).

  • 34 Dr L. Villermé, 1840.
  • 35 AN, C 3019/1, Enquête parlementaire sur la situation des classes ouvrières en France 1872-1875, rép (...)

46Pour les ouvriers qui composaient la majorité de la population roubaisienne du xixe siècle, cette relation entre l’activité professionnelle et l’âge moyen au premier mariage passait par la participation financière des jeunes gens au budget familial. Villermé avait ainsi expliqué les mariages hâtifs des Roubaisiens par leur désir de jouir de la totalité de leurs salaires, qu’ils apportent presque entiers à leurs parents, pour les besoins communs de la famille ; et, à partir de l’âge de 20 ou de 21 ans, ce désir est d’autant plus grand que c’est l’époque de la vie où le salaire est à peu près à son maximum34. Trente ans plus tard, cela était toujours mis en avant par les observateurs. En 1873, l’industriel Lefebvre-Ducatteau indiquait que les enfants de 13 à 17 ans gagnaient 1,5 à 2,5 F par jour qu’ils donnaient à leurs parents ; passé cet âge, ils gagnent le salaire moyen de tout ouvrier, généralement la plus forte partie en rentre dans le ménage de leurs parents. La Chambre de Commerce de Lille donnait quelques précisions supplémentaires : dès l’âge de 12 ans, les enfants gagnaient suffisamment pour venir en aide à leur famille et, à l’âge de 18-20 ans, ils quittaient généralement leur parents afin de vivre indépendamment35. Il est clair que le mariage privait la famille de revenus nécessaires pour boucler le budget, mais en même temps réduisait le nombre de bouches à nourrir.

  • 36 L’enquête TRA montre que l’activité retarde l’âge au mariage des femmes, à l’inverse de l’instructi (...)

47En revanche, les catégories où le mariage est conditionné par le patrimoine à conserver et/ou à transmettre se mariaient plus tard, les paysans différant encore plus le mariage que les marchands-fabricants et autres notables roubaisiens, soit qu’ils fussent propriétaires soit que, fermiers, ils dussent attendre la possibilité de s’installer. Mais si l’épouse du paysan convolait à un âge avancé (27,17 ans), la femme qui épousait un homme appartenant à l’élite roubaisienne le faisait bien plus jeune (24,15). Sur ce point, au moins Roubaix suit l’exemple français36.

48Par leur âge au mariage, les conjoints des classes moyennes étaient dans une position médiane. Dans la dernière période trentenaire cependant, la réduction de l’écart entre classes moyennes et ouvriers textiles est due à la diminution de l’âge des hommes des classes moyennes et de leurs épouses.

  • 37 L’écart peu élevé, 2 ans environ, caractérise la famille occidentale, J.-L. Flandrin, R. Wall, 1978
  • 38 L’écart moyen est inférieur à un an lorsque le mari est âgé de 20 à 29 ans et dépasse 11 ans pour l (...)

49Les écarts calculés pour les unions de deux célibataires tendent à s’accroître à partir du minimum enregistré pour la décennie 1820-1829 (de 0,65 à 2,74 ans en 1880-1889)37. Quel que soit son âge, l’homme préfère une jeune femme, donc plus l’âge moyen au premier mariage de l’homme s’accroît, plus l’écart augmente38 et ce comportement est particulièrement accentué chez les hommes de l’élite (de 8 ans et demi, lorsqu’ils se mariaient entre 30 et 39 ans, l’écart était d’environ 5 ans pour tous les autres hommes). La comparaison des écarts d’âges entre les deux conjoints selon les catégories socioprofessionnelles met en effet en évidence la spécificité de certains groupes, celui de l’élite mais également celui des paysans. Les pourcentages de conjoints où il y avait identité d’âge y sont les plus faibles (moins de 5 %) et, dans plus des trois quarts des couples, l’homme était le plus âgé. Ce comportement était encore plus fréquent au xixe siècle. Pour les autres groupes, la répartition eut tendance à s’homogénéiser au long de la période étudiée.

Unions brisées et nouveaux départs

  • 39 L’un des 5 divorces enregistrés pendant la période révolutionnaire n’était en fait qu’un « divorce (...)

50Étant donné la législation, la cause fondamentale de rupture des unions était le décès de l’un des conjoints39. La mort donnait parfois l’impression de s’acharner sur un homme en lui enlevant ses épouses successives. Marié en 1816 avec Catherine Courier, mère de ses 8 premiers enfants, Jean-Baptiste Laes, devenu veuf en novembre 1832, se remariait en juillet de l’année suivante avec Marie Catherine Desurmont, elle-même veuve. Le deuxième accouchement la mena au tombeau en octobre 1835 ; en avril 1839, 2 mois après avoir marié sa fille aînée, Jean-Baptiste se remariait avec une veuve, Julie Delerue, qui lui donnait 3 enfants avant de disparaître en 1849. A cause de ses 5 enfants à charge ou découragé, il resta dans cet état de veuvage jusqu’à sa mort en 1882. Dans certains cas, le remariage semblait inscrit dans le destin de la famille : ainsi, Pierre Leleu convola successivement avec Sophie Lemahieu en 1844, avec Rose Disere en 1867 et en 1869 avec Sophie Brelle. Son fils Emile, marié une première fois avec Constance Dutertre en 1876, épousa, 6 mois après le décès de celle-ci, Léonie Delfosse de 10 ans sa cadette ; leur union dura 7 ans et, après 13 mois de veuvage, il épousa, grâce à une dispense, Rosalie Delfosse, demisœur de sa défunte femme.

51Tous les couples ne furent pas aussi tourmentés par la mort : le nombre de veuves (3 249) est à peine supérieur à celui des veufs (3 228). En revanche, certaines différences apparaissent en ce qui concerne la structure des âges : en raison de la surmortalité des femmes en couches, les hommes de moins de 40 ans étaient plus nombreux à être touchés par le veuvage. A partir de 50-59 ans, la situation s’inverse, la surmortalité étant alors masculine. Le pourcentage de remariages est fort variable, 24 % pour les années 1740-1749 ou 1790-1799, mais 12 % pour la décennie 1820. Pour la première décennie, le pourcentage tient avant tout à la succession des crises avec leur cortège de remariages : ainsi en 1743, 40 % des hommes et 17 % des femmes qui se marièrent étaient veufs ; en 1744, les pourcentages étaient encore de 28 % et de 21 %. La situation difficile de la décennie révolutionnaire est également à l’origine du pourcentage élevé.

52Le cas le plus fréquent était le remariage avec un (e) célibataire, les unions de deux veufs ne représentent que 4 % des mariages. Le veuf avait en moyenne 8 ans de plus que son épouse célibataire, mais le jeune homme convolant avec une veuve était de 4 ans son cadet, l’écart entre deux veufs étant un peu moins élevé. A partir de 1830-1839, les écarts eurent tendance à se réduire notablement (de 6,75 ans en 1820-1829 à 2 à 3 ans par la suite). En revanche, pour les unions entre célibataires et veufs, il n’est pas possible de discerner de réelles tendances.

53Sauf pour les périodes 1740-1769 et 1860-1889, l’intervalle moyen entre veuvage et remariage était toujours supérieur pour la femme à ce qu’il était pour l’homme. Il n’évolua guère avant 1860 pour les hommes (entre 2,25 et 2,89 ans mais 3,55 entre 1860 et 1889). Pour les femmes, la durée moyenne, après une forte augmentation pendant les années 1830-1859 (4,7), baissa nettement, passant même sous son niveau antérieur (2,27 contre 2,77 pour les années 1800-1829).

  • 40 La relative faiblesse des taux de remariage pour les veufs sans enfant s’explique par l’absence de (...)

54Bien plus qu’en fonction du nombre d’enfants, la fréquence et donc la probabilité de remariage varient en fonction de l’âge au veuvage du conjoint survivant (et donc de ses enfants) : la fréquence augmente, en effet, parallèlement à la croissance de la taille de la famille jusqu’à 5 enfants pour les hommes et 3 pour les femmes40. En revanche, à nombre d’enfants égal, la femme ou l’homme ayant moins de 30 ans lors de la perte de son conjoint cherchait plus à se remarier (et y parvenait) qu’après 30 ans : pour les veufs avec 3 enfants et âgés de moins de 30 ans, la fréquence de remariage est de 727 ‰ (650 pour une femme) contre 400 pour le même père de famille devenu veuf entre 30 et 44 ans (406 s’il s’agit d’une femme) ; au-delà de 45 ans, les taux sont encore nettement plus faibles (105 ‰ pour les hommes et 45 ‰ pour les femmes), il est vrai que les enfants avaient alors moins besoin d’un parent de substitution.

  • 41 Les fréquences réduites pour ces groupes résultent, avant tout, de la taille restreinte des échanti (...)

55Il y avait peu d’inégalité sociale en matière de remariage. Pour les groupes socioprofessionnels autres que élite et terre41, sur l’ensemble de la période, la fréquence de remariage était supérieure pour le veuf et elle était toujours plus importante pour l’ouvrier textile, sauf dans la période 1860-1889. Se remarier plus fréquemment n’impliquait cependant pas de le faire plus vite : en effet, le souvenir de l’être aimé pouvait repousser la fondation d’un nouveau foyer et parfois la rencontre de l’âme sœur ne se produisait qu’après de longues années de solitude.

56S’il n’y avait pas de différence entre les durées de veuvage des hommes et des femmes du groupe ouvrier, ni même pour ceux des classes moyennes (2,31 années pour l’homme contre 2,44 pour la femme), en revanche, la veuve d’un ouvrier textile se remariait sensiblement plus vite que l’ouvrier textile lui-même (2,9 années contre 3,31) et cela est particulièrement net pour les veuvages survenus dans les trente dernières années étudiées.

57Qu’il s’agisse d’une première union ou d’un remariage, se marier est une forme de stabilisation, d’installation dans la vie.

IV. Trouver chaussure à son pied

58Le choix du conjoint est aussi un facteur d’insertion du migrant dans la ville ; souvent, il s’opère dans un environnement proche, géographique, social mais aussi familial.

Épouser sa payse

59L’endogamie étant la règle avant la Révolution industrielle, y eut-il diversification du bassin matrimonial parallèlement à l’extension de l’aire de recrutement ? Les Roubaisiens de souche comme les « nouveaux » reproduisirent-ils, au contraire, les comportements passés, en choisissant leur conjoint parmi les membres de leur communauté d’origine ? Pour mieux appréhender ce phénomène, il faut d’abord voir le poids des unions formées par deux Roubaisiens, par deux Belges dans l’ensemble des mariages, décennie après décennie, puis étudier les variations dans le choix du conjoint en fonction de l’origine géographique.

60Au xviiie siècle, les unions de deux natifs représentaient entre 30 % en 1740-1749 et 59 % des cas en 1780-1789. A partir de la Révolution, la mobilité augmentant, le pourcentage se réduisit, et même nettement à partir de 1820, jusqu’à ne constituer qu’un quart des mariages célébrés de 1820 à 1839. Avec la croissance rapide de la population par migration, il ne représentait plus qu’à peine un cinquième des unions de 1840 à 1879, soit moins que celles entre deux Belges, mais la tendance s’inversa pendant la dernière décennie : 22 % des mariages unirent des Belges entre eux contre 23 % pour les Roubaisiens alors que le nombre des natifs parmi les mariés était en augmentation (cf. Graphique III.2).

61Le pourcentage de Roubaisiens qui épousaient des natives fut toujours supérieur à celui des Roubaisiennes s’unissant à des natifs, en raison de la tradition du mariage dans la paroisse de la fiancée qui perdurait donc au xixe siècle. Entre 1740 et 1749, parmi l’ensemble des conjoints natifs de Roubaix, 72 % des hommes épousaient une native et 54 % des femmes, un natif ; ces pourcentages s’élèvent à 78 % et 64 %, si l’on exclut les origines indéterminées (cf. Graphique IV.4 à Graphique IV.7). S’ils eurent tendance à augmenter jusqu’à la fin du siècle, par la suite, la baisse fut modérée, puisque, à la fin du xixe siècle, les taux étaient encore respectivement de 61 % pour les hommes et de 50 % pour les femmes. Ce comportement resta donc toujours majoritaire parmi les hommes ; en revanche, à partir de 1820-1829, les femmes étaient plus partagées, environ la moitié choisissait un non-natif.

62Le choix du conjoint, avant la Révolution, était avant tout limité au marché matrimonial roubaisien ; aussi, les immigrants, quand ils ne venaient pas simplement pour épouser une Roubaisienne, étaient-ils « obligés » de succomber aux charmes des natives ce qui permettait aussi à l’« étranger » de mieux s’établir, de s’insérer dans la société. Ainsi, si 25 % des natifs du Nord épousaient une femme de même origine, 51 % convolaient avec une Roubaisienne. En revanche, les choix des femmes du Nord étaient moins tranchés : 39 % se décidaient pour un homme du même département alors que 43 % préféraient un Roubaisien. Des effectifs beaucoup plus réduits, comme pour les natifs du Pas-de-Calais ou de Belgique, accentuaient encore la difficulté à trouver un conjoint de même provenance, sauf à venir en couple.

63Au siècle suivant, les migrations menant à Roubaix de plus en plus de célibataires, le marché matrimonial se diversifia, s’enrichit de sang neuf, vivier dans lequel même les natifs n’hésitaient pas à puiser : ainsi, entre 1830 et 1839, les époux des Roubaisiennes furent pour moitié des natifs et pour moitié des immigrants.

64Une différence de comportement se dégage nettement selon le sexe. Les Roubaisiennes, même au xixe siècle, épousaient moins souvent un natif que l’inverse ; de la même manière, le Nordiste optait plus pour une Roubaisienne que la Nordiste pour un Roubaisien et, de même, un natif de Wallonie épousait plus fréquemment une Roubaisienne que la francophone, un natif de Roubaix. Est-ce un signe de moindre intégration des migrantes, se conjuguant avec la pratique du mariage dans la commune de la fiancée ? Il y eut donc diversification géographique dans le choix du conjoint. En fut-il de même en matière d’homogamie ?

Graphique IV.4. Distribution selon l’origine géographique des hommes mariés de 1740 à 1749

Graphique IV.4. Distribution selon l’origine géographique des hommes mariés de 1740 à 1749

Graphique IV.5. Distribution selon l’origine géographique des femmes mariées de 1740 à 1749

Graphique IV.5. Distribution selon l’origine géographique des femmes mariées de 1740 à 1749

Graphique IV.6. Distribution selon l’origine géographique des hommes mariés de 1880 à 1889

Graphique IV.6. Distribution selon l’origine géographique des hommes mariés de 1880 à 1889

Graphique IV.7. Distribution selon l’origine géographique des femmes mariées de 1880 à 1889

Graphique IV.7. Distribution selon l’origine géographique des femmes mariées de 1880 à 1889

Épouser son égale

  • 42 M. Segalen, A. Jacquard, 1971.

65Le mariage avait une fonction précise. « Canal de transmission des avoirs »42, comme pour les paysans ou les fabricants au xviiie siècle, il s’inscrivait dans le cadre d’une stratégie matrimoniale de gestion du patrimoine et l’homogamie était alors la règle. Il pouvait, aussi, être la mise en commun d’une force de travail et d’un bien de production, quand il était le fait de deux tisserands. Mais le mariage pouvait, et il s’agit d’une évolution notable au xixe siècle, n’être que le choix de deux individus de vivre ensemble quand il n’y avait aucun patrimoine à transmettre. Pour les ouvriers, le salaire acquis très tôt était le gage d’une indépendance économique qui permettait de se marier jeunes, en donnant au sentiment la première place. Dans ce cas, l’homogamie n’était pas justifiée par l’intérêt économique mais la réalité sociale, surtout dans une ville, aboutissait au même résultat : le cloisonnement social perdurait et le mariage n’était alors que la conséquence du partage au quotidien d’un même labeur, d’une même pauvreté, d’une même courée.

66A Roubaix, comme ailleurs, l’homogamie semble prédominer, quels que soient le moment et le milieu. En 1786, le perruquier Louis Boutelie épousait Aimée Lardemer, dont le père était perruquier (cf. supra, p. 125) ; un siècle plus tard, en 1887, Emile Leclercq, fils de négociants de meubles d’Orchies choisissait Jeanne Neirynck, fille d’un fabricant et d’une marchande de meubles de Roubaix (cf. supra, p. 125)… innombrables sont les exemples d’homogamie. Elle peut être poussée à l’extrême lorsque le mariage unit deux enfants d’industriels, de surcroît tous deux chevaliers de la légion d’honneur, dans le cas de Camille Delattre-Bossut, fille de l’industriel Jules Delattre, épousant Albert Louis, fils de Louis Florentin Lefebvre.

67Le mariage se révéla parfois être un moyen de promotion sociale et l’hypergamie n’est pas totalement absente. Quand Pierre Martin Parent, fils et petit-fils de journalier, épousa, le 28 septembre 1808, Rosalie Florin, fille d’un boulanger, il était fabricant, sans doute l’un des très nombreux petits fabricants roubaisiens ; huit mois après le décès de Rosalie, il entrait par son mariage avec Marie Catherine, de dix ans sa cadette, dans une famille de marchands fabricants, les Dazin-Duforest. Cette promotion sociale est confirmée par les conjoints de leurs enfants : Pauline fut mariée, en 1836, à François Lepoutre, fabricant ; tandis que Clétine avait épousé, en 1840, Henri Flament-Dazin, son cousin germain, sa soeur Marie Catherine épousait, en 1845, Henri Wibaux-Florin. Les enfants de François Lepoutre et de Pauline Parent furent unis à des fabricants et deux de leurs petites-filles firent également de brillants mariages : Clémence devint en 1882 l’épouse d’Albert Motte (fils d’Alfred) et sa sœur Jeanne épousa, en 1887, Augustin, fils de l’industriel et député du Nord Auguste Louis Lepoutre. L’insertion dans l’élite, l’acceptation par les membres de ce groupe étaient prouvées, affirmées aux yeux de tous par la conclusion d’un mariage.

68L’employé qui épousait la fille de son patron, le compagnon qui épousait la veuve de son maître bénéficiaient également d’une certaine promotion, à travers un mariage qui était, peut-être surtout, le moyen de préserver le patrimoine. Ainsi, Bernardin Evrard, né à Mons, recensé en 1777 comme garçon chaudronnier chez Hermenegilde Bonnave, épousa, en 1780, la fille de celui-ci, Augustine âgée de 17 ans, ce qui permit d’ailleurs de légitimer leur enfant. De même, Félicité Verdonck, âgée de 34 ans, veuve depuis un an de Charles Ottevaere, marchand-boulanger, épousa, en 1849, Désiré Lava, de dix ans son cadet, garçon boulanger qui prit ainsi la « succession » de Charles Ottevaere.

69Au-delà de ces quelques exemples, l’étude statistique est nécessaire pour mieux cerner l’importance de l’homogamie. La comparaison des statuts de l’époux et de son beau-père met en évidence l’importance de l’homogamie qui s’accompagnait d’ailleurs d’une forte reproduction sociale qui ressort, quant à elle, de la mise en parallèle des statuts socioprofessionnels du père et du fils. Ce genre d’évaluation pose le problème de la différence d’âge et donc de moments dans la vie professionnelle : l’époux est en général au début, les beaux-pères et père, plutôt au sommet. Outre la relative pauvreté et la stabilité des mentions, les registres de catholicité sont aussi pour le moins muets en ce qui concerne les métiers des parents, mais d’autres sources, comme certains rôles de contribution, ont permis de combler quelques lacunes. La déchéance sociale ou, au contraire, la promotion peuvent ainsi être mises en relation avec le mariage, avec l’appartenance sociale du père du mari ou de celui de l’épouse.

  • 43 La reproduction (81,5 % des mariés de 1740 à 1889 appartenaient à la même catégorie que leur père) (...)

70L’homogamie était la plus forte parmi le groupe des travailleurs de la terre : 71 % des beaux-pères appartenaient au même groupe43 (cf. Graphique IV.8). Mais la réduction considérable des effectifs au xixe siècle contraignait de plus en plus le paysan à prendre épouse hors de son milieu. Le fait que leur choix se portait fort peu sur les filles d’ouvriers textiles traduit-il une réticence à se marier dans le groupe le plus pauvre, le moins bien considéré et composé de nombreux Flamands ?

  • 44 La reproduction sociale y était également un peu moins forte (57 %) ; il y eut toujours entre un qu (...)

71Contrairement à ce que l’on pouvait attendre, le groupe de l’élite, aux effectifs également réduits, était un petit peu plus ouvert (cf. Graphique IV.9), même si les mariages consanguins y étaient fréquents : ces hommes prenaient pour épouses presque aussi souvent des jeunes filles des classes moyennes que de leur propre milieu44. L’homogamie, comme la conservation sociale, également très forte chez les artisans, boutiquiers et autres membres des classes moyennes, ne cessa de se réduire, au fil des décennies, au profit des fils et filles d’ouvriers qui, de plus en plus nombreux, accédaient à ce monde (cf. Graphique IV.10).

Graphique IV.8. Distribution des hommes du groupe terre selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père

Graphique IV.8. Distribution des hommes du groupe terre selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père

Graphique IV.9. Distribution des hommes du groupe élite selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père

Graphique IV.9. Distribution des hommes du groupe élite selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père

Graphique IV.10. Distribution des hommes des classes moyennes selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père

Graphique IV.10. Distribution des hommes des classes moyennes selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père
  • 45 Félix-Paul Codaccioni (1976) a bien montré cette « quête d’évasion sociale » pour l’ouvrier plus ou (...)

72Les catégories les plus humbles n’échappaient pas à l’homogamie : seuls 20 % des ouvriers textiles (cf. Graphique IV.11) avaient un beau-père non-ouvrier ; la proportion était d’un quart pour les autres ouvriers (cf. Graphique IV.12). Si les pourcentages restèrent stables au long du xixe siècle pour les travailleurs textiles, ils augmentèrent, en revanche, notablement pour l’autre catégorie, passant de 19 % en 1800-1829 à 31 % pour les années 1860-1889. La reproduction sociale présente d’ailleurs la même tendance : 80 % des hommes du groupe ouvriers et divers, mariés de 1740 à 1799, étaient fils d’ouvriers. Cependant, ce pourcentage baissa au siècle suivant, à la fois en raison d’une certaine porosité entre le groupe des ouvriers textiles et celui des autres ouvriers mais aussi parce que plus d’ouvriers étaient issus des classes moyennes (28 % de ceux mariés de 1860 à 1889). S’agissait-il d’un déclassement social de fils des classes moyennes ou était-ce la conséquence de la différence d’âge ? En effet, lorsque les jeunes gens se mariaient, leurs pères avaient déjà progressé dans la hiérarchie socioprofessionnelle en devenant, par exemple, cabaretier ou épicier45. Il y eut toujours nettement moins de fils des classes moyennes déclarant à leur mariage la profession d’ouvrier textile que celle d’ouvrier dans d’autres domaines d’activités, comme si le fils d’un boulanger ou d’un cordonnier pouvait sans trop « déchoir » devenir ouvrier, mais pas dans une usine textile, à moins que les pères, parvenus au faîte de leur carrière et entrés dans les classes moyennes, eussent été moins nombreux parmi les ouvriers textiles que parmi les autres ouvriers.

Graphique IV.11. Distribution des ouvriers textiles selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père

Graphique IV.11. Distribution des ouvriers textiles selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père

Graphique IV.12. Distribution des autres ouvriers selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père

Graphique IV.12. Distribution des autres ouvriers selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père

73Les beaux-pères appartenant aux classes moyennes étaient aussi moins nombreux à avoir un gendre ouvrier textile qu’un gendre ouvrier. Les ouvriers textiles constitueraient donc un ensemble distinct des autres ouvriers, du moins dans ce domaine de la nuptialité. Ceci corrobore ce que l’on sait des mécanismes de la reproduction sociale dans le textile, devenue majoritaire seulement à partir de 1830.

  • 46 J’ai réuni ici les deux groupes ouvriers du textile et autres.

74Les maris des classes moyennes dont le beau-père ou le père était ouvrier46 étant proportionnellement plus nombreux que les maris ouvriers dont le beau-père ou le père appartenait aux classes moyennes, le progrès, l’ascension sociale sont donc plus fréquents que la régression, ce qui laisse supposer que la question des différences d’âge joue moins qu’on ne pouvait le craindre a priori puisque, en général, lorsqu’ils mariaient leurs fils, les hommes étaient plutôt au sommet de leur carrière.

  • 47 Les groupes ont été constitués à partir de la comparaison de la première mention professionnelle au (...)

75Partir des individus en ascension ou en régression sociale47 et étudier l’appartenance socioprofessionnelle de leur père et beau-père permet également de discerner le rôle du mariage dans l’évolution. Pour les hommes issus des classes moyennes qui ont connu un parcours social en ascension (cf. Graphique IV.13), le pourcentage des pères qui appartenaient à ce groupe est plus élevé que celui calculé pour l’ensemble des hommes des classes moyennes. Se marier avec une fille qui appartenait au même milieu était également un facteur qui favorisait l’ascension mais, surtout, on comptait trois fois plus de beaux-pères appartenant à l’élite dans ce groupe que pour l’ensemble des classes moyennes. En revanche, pour ceux dont le parcours social se traduisit par une régression, le pourcentage des pères et des beaux-pères issus des classes moyennes ou de l’élite était nettement inférieur. La promotion sociale était donc favorisée par l’hypergamie mais aussi par un certain ancrage dans les classes intermédiaires.

Graphique IV.13. Statut socioprofessionnel des père et beau-père des classes moyennes

Graphique IV.13. Statut socioprofessionnel des père et beau-père des classes moyennes

Graphique IV.14. Statut socioprofessionnel des père et beau-père des ouvriers et de ceux en ascension sociale

Graphique IV.14. Statut socioprofessionnel des père et beau-père des ouvriers et de ceux en ascension sociale
  • 48 Plus nombreux étaient les jeunes gens qui, parce qu’ils étaient à l’aube de leur vie professionnell (...)

76Il faut toutefois se garder de généraliser étant donné la taille des échantillons après segmentation : ainsi, rares sont les exemples d’hommes qui relevaient, lors de leur mariage, des classes moyennes et dont le beau-père (mais non le père) était dans la catégorie supérieure (situation classique d’hypergamie)48. Lorsque Jean-Baptiste Cheval s’unit en 1819 à Flore Castel-Dujardin, il entra, lui, le fils de petit fabricant, dans l’élite roubaisienne ; à sa mort, il avait le statut de propriétaire, comme cet autre petit fabricant, Jean-Baptiste Cocheteux qui avait, en 1818, épousé Anne Castel, sœur de Flore. De toute façon, il fallait plusieurs générations pour que se fît l’insertion dans le groupe de l’élite : amasser la fortune ne suffisait pas, il fallait également adopter le mode de vie de la haute société mais surtout il fallait y être admis et le mariage constituait un excellent moyen.

Graphique IV.15. Statut socioprofessionnel des père et beau-père des ouvriers textiles et de ceux en ascension sociale

Graphique IV.15. Statut socioprofessionnel des père et beau-père des ouvriers textiles et de ceux en ascension sociale

77Le rôle joué par les père et beau-père dans l’ascension sociale est également confirmé pour les ouvriers autres que textiles (cf. Graphique IV.14) : 34,7 % des pères et 34,8 % des beaux-pères faisaient déjà partie des classes moyennes contre respectivement 19,9 % et 19,7 % pour l’ensemble du groupe. Le constat est identique, pour les ouvriers textiles qui progressent (cf. Graphique IV.15) : le pourcentage de ceux dont les pères et beaux-pères appartenaient aux classes moyennes était un peu plus élevé que pour l’ensemble (respectivement 21,2 % contre 15 % pour les pères et 23,6 % contre 17,5 % pour les beaux-pères).

78Parmi les jeunes gens qui se marièrent alors que leur formation n’était pas encore achevée, certains profitèrent également de leur mariage : Edouard Vandekerckhove, fils de jardinier, était garçon-boucher lors de son union, en 1865, avec Elise Carbonnelle, fille d’un maître paveur ; après avoir été boucher dès 1866, il devint maître paveur puis entrepreneur (son beau-père était-il mort entre-temps ?)

79De même, parmi les ouvriers du textile qui connurent une ascension sociale, certains (13,12 %) bénéficièrent plus clairement encore de leur mariage : Louis Vanlaton, fileur comme son père, épousa, en 1845, la fille d’un marchand-cabaretier, Rosine Busch et, dès la naissance de leur fille unique, il était cabaretier ; âgé de 53 ans à son décès, en 1871, il était rentier.

  • 49 Ad. Van Der Woude, 1993.

80L’hypergamie n’était pas le seul facteur de promotion sociale ; l’étude de l’alphabétisation met en évidence que les couples ouvriers (textiles ou non) en ascension sociale étaient notablement plus alphabétisés que l’ensemble des couples ouvriers. C’est encore plus évident pour les classes moyennes : le pourcentage est de 63 % pour l’ensemble ; il s’élève à 88 % pour ceux en ascension contre seulement 43 % pour le groupe en régression. Ce critère témoigne aussi d’une très forte homogamie culturelle49.

81La propension à l’homogamie était encore renforcée dans certains milieux par des préoccupations économiques qui pouvaient conduire à la consanguinité. « Se marier entre soi » relevait, dans les groupes de l’élite roubaisienne, d’une véritable stratégie. Dans la société des marchands-fabricants du xviiie siècle, puis dans celle des manufacturiers industriels du siècle suivant, on se mariait entre gens du même monde mais le marché matrimonial s’étendait aux autres familles du milieu, comme il pouvait se restreindre à la seule famille.

  • 50 J.-P. Hirsch, 1991.

82Certaines familles choisirent plutôt les unions consanguines, d’autres préférèrent le renouvellement par des mariages « ouverts »50. A défaut d’étude statistique, il est clair que le choix matrimonial répondait à une stratégie économique et qu’il variait au gré des circonstances sans doute autant qu’en fonction du sexe des enfants. Ainsi un Liévin Defrenne-Prouvost pouvait marier deux de ses filles à des « étrangers » : Aimée et Pierre Vernier, négociant lillois, se marièrent en 1780, alors que Marie Angélique épousait en 1795 un négociant de Valenciennes, Guillaume Duquesne. Il pouvait aussi s’allier à d’autres familles roubaisiennes, les Delebecque-Florin (en 1779 et 1789), les Florin-Bacon (en 1795), les Gruart-Delos (en 1801) mais il pouvait également resserrer les liens familiaux en mariant sa fille Ursule avec le fils de sa sœur Geneviève (cf. Figure 2, p. 198).

83Il était donc possible pour un « étranger » de s’insérer dans le monde de la Fabrique roubaisienne par mariage : ainsi, Philippe Dazin, un marchand-fabricant, âgé de 26 ans, natif de Gommegnies entra-t-il dans l’élite par son mariage, en 1782, avec Marie Anne Duforest, de 8 ans sa cadette (cf. supra, p. 127).

Épouser sa cousine

  • 51 Ibidem.

84Ces quelques exemples de mariages ouverts ne doivent pas occulter ces « extraordinaires proliférations de cousinages accumulés »51 que furent les grandes familles industrielles du xixe siècle. Cette réalité existait déjà au siècle précédent. Sans doute, seules les familles les plus riches pouvaient-elles entreprendre les démarches pour obtenir des dispenses de consanguinité, seules y avaient-elles également intérêt.

  • 52 P. Deyon, 1979 ; J.-P. Hirsch, 1991 ; P. Pouchain, 1998.
  • 53 Il existait cependant des exceptions au moins sur une génération, peut-être motivées par le désir d (...)
  • 54 Pauline Grimonprez, mère d’Adèle Bossut, et Eugénie Grimonprez, épouse de Jean-Baptiste Cavrois, ét (...)
  • 55 Les 5 principaux maîtres, à la tête de la Manufacture en 1761, étaient Louis Delebecque, Constantin (...)

85Le mariage comme canal de transmission des avoirs, particulièrement important dans le milieu des marchands-fabricants et dans celui de la marchandise se traduisit en effet par d’intéressantes stratégies matrimoniales52. Il s’agissait déjà au xviiie siècle, alors que triomphait la famille nombreuse, de conserver le patrimoine ; au siècle suivant, alors même que les couples restaient particulièrement féconds53 et que, depuis la loi du 20 septembre 1792, confirmée par les articles 161-163 du Code civil, l’union de cousins n’était plus interdite et connaissait un véritable succès, vint s’ajouter la volonté de constituer des sociétés au sein de la famille, comme la société en nom collectif constituée en février 1843 par Louis Motte-Bossut avec son beau-frère Louis Wattine-Bossut et l’oncle de son épouse, Jean-Baptiste Cavrois-Grimonprez54. Quelques exemples, choisis dans les familles Defrenne, Delaoutre, Delebecque, Destombes ou Florin55, suffisent à prouver la réalité d’alliances consanguines, même si, en général, elles ne concernaient, chez les marchands-fabricants du xviiie siècle, que des mariages entre petits-cousins.

  • 56 Floris avait précédemment épousé, le 3 mai 1774, Marie Bulteau-Guelton, grâce à une dispense du tro (...)

86Liévin Defrenne-Roussel épousa, le 23 juin 1749, Augustine Dujardin grâce à une dispense du troisième au quatrième degré de parenté (cf. Figure 1) ; si de ce côté, les unions consanguines apparurent seulement parmi les arrière-petits-enfants, ce ne fut pas le cas avec les enfants de la seconde union. En effet, Liévin Defrenne se remaria, le 21 septembre 1755, avec Augustine Prouvost-Delebecq, fille de fermier, grâce à une dispense d’affinité. Parmi les 8 enfants mariés, Ursule épousa, en 1781, son cousin germain, Floris Delaoutre-Defrenne, grâce à une dispense octroyée par le pape Pie VI du deuxième degré de consanguinité égal et à une dispense tant du quatrième degré égal que du troisième au quatrième degré d’affinité56. De leur union, naquit Théodore qui, en 1807, épousa Hyacinthe Defrenne-Delebecque, sa cousine germaine. Les parents de Floris, Jean-Baptiste Delaoutre et Geneviève Defrenne, s’étaient unis le 1er septembre 1749, grâce à une dispense du troisième degré égal de parenté puisque cousins issus de germains, tous deux étant les arrière-petits-enfants de Jacques Roussel et d’Elizabeth Lecomte. Ils n’avaient d’ailleurs fait que suivre l’exemple de leurs frère et sœur : Jean Charles Delaoutre et Marie Henriette Defrenne unis le 30 janvier 1747 (avec dispense du troisième degré de parenté). Les deux autres enfants de Jean-Baptiste Delaoutre et Geneviève Defrenne, Marie Henriette et Pierre, se marièrent à Roubaix dans les mêmes conditions. Grâce à une dispense du troisième degré égal et du quatrième degré égal, Pierre, épousa, le 2 septembre 1788, Aimée Delebecque-Roussel, qui était également l’arrière-petite-fille de Pierre Roussel et de Jeanne Castel. Marie Henriette, quant à elle, épousa, en 1777, Jean Dominique Destombes-Castel, avec une dispense du troisième au quatrième degré de consanguinité ; une de leurs filles, Henriette, épousa, en 1806, Augustin Prouvost-Destombes son cousin germain (fils de Marie Henriette Destombes-Castel et de Pierre Constantin Prouvost-Florin).

  • 57 Une de leurs filles, également prénommée Florine, épousa Eugène Bulteau-Florin, frère de l’époux de (...)

87L’union de deux frères avec deux sœurs pouvait également aboutir à la deuxième génération à des mariages entre doubles cousins germains. Jean-Baptiste et Floris Defrenne-Prouvost (cf. Figure 2) épousèrent, respectivement en 1779 et 1789, Martine et Hyacinthe Delebecque-Florin dont les père et mère étaient eux-mêmes parents. En 1810, Constantin Defrenne, épousa Florine, sa cousine57. Une sœur de Constantin, Hyacinthe, épousa, en 1807, Théodore Delaoutre, son cousin germain.

88Ce type d’unions se retrouve également parmi les petits-enfants de Jean-Baptiste Defrenne et de Martine Delebecque, en particulier pour les trois enfants de Martine Defrenne et de Charles Henri Florin : Carlos et Louise Defrenne-Delebecque mariés en 1833, Stéphanie et Basile Bulteau-Florin en 1827 et Charlotte et Hyppolite Defrenne-Delebecque, son petit-cousin, en 1822. Liévin Defrenne, dernier fils de Floris Defrenne et de Hyacinthe Delebecque, quant à lui, choisit également une de ses cousines : Elise Defrenne-Gruart.

  • 58 De leurs deux enfants, seule Louise vécut assez pour se marier, ce qu’elle fit en 1833 en épousant (...)

89Ce fut également au nom d’une stratégie matrimoniale bien pensée qu’en 1816, Marie Louise Delebecque-Bulteau, veuve de Joseph Defrenne-Delebecque58, épousa le double cousin germain de son défunt mari, Bonami Defrenne-Delebecque, propriétaire d’un atelier assez conséquent. Leurs deux fils, Bonaventure et Louis Hyacinthe, épousèrent leurs cousines Defrenne-Defrenne et leur fille Eugénie, jumelle de Bonaventure, s’unit, sans doute selon son cœur, à Jean Louis Vaneerdewegh, le directeur de l’école primaire supérieure, né à Diest (Brabant) ; devenu, vingt ans plus tard, directeur de l’école de commerce, il pouvait marier leur fille unique, Eugénie, avec Paul Lamy, un négociant rémois.

90Outre Martine et Hyacinthe, Pierre Delebecque et Constance Florin, unis le 17 avril 1757 grâce à une dispense de parenté du troisième au quatrième degré, avaient deux autres filles Adélaïde et Victoire qui épousa, en 1788, Philippe Constantin Florin-Bacon, leur bisaïeul commun Antoine Florin imposant l’obtention d’une dispense de troisième degré de parenté égal.

91Exceptionnellement, le mariage entre cousins échappait à la raison pour ne relever que du cœur : ainsi, lorsqu’Alexandre Dujardin-Delebecque épousa, en 1797, sa cousine germaine, Euphémie Castel-Dujardin, ils avaient déjà eu, en 1793, une petite Alexandrine, décédée en 1796.

Figure 1 Familles DEFRENNE et DELAOUTRE

Figure 1 Familles DEFRENNE et DELAOUTRE

Figure 2 Familles DEFRENNE-PROUVOST

Figure 2 Familles DEFRENNE-PROUVOST

Figure 3 Famille BREDART-DESAINT

Figure 3 Famille BREDART-DESAINT

Figure 4 Familles MOTTE-CLARISSE et GRIMONPREZ-BUISINE

Figure 4 Familles MOTTE-CLARISSE et GRIMONPREZ-BUISINE

Figure 5 Famille WATTINNE-DEWAVRIN

Figure 5 Famille WATTINNE-DEWAVRIN

Figure 6 Familles WIBAUX-LEPERS et PARENT-SAZIN

Figure 6 Familles WIBAUX-LEPERS et PARENT-SAZIN

92Les exemples d’alliance entre cousins, petits et arrière-petits-cousins furent innombrables au xixe siècle, l’intérêt bien compris de la famille brisant les réticences inspirées par la foi.

93Louis Bredart (adjoint au maire 1808-1816) et Julie Henriette Desaint (cf. Figure 3, p. 199), unis en 1783, marièrent quatre filles sans trace de consanguinité apparente. Mais quatre de leurs petits-enfants se marièrent entre eux : Clément Dazin et Adèle Motte en 1837 et Jean Georges Duhamel et Julie Wattinne en 1840. En outre, d’autres épousèrent des cousins de branches différentes : le 24 août 1845, Jules Dazin s’unissait à sa cousine Joséphine Cuvru-Dazin, Louis François Motte épousait, en 1841, Adèle Bossut-Grimonprez (cf. Figure 4, p. 200) – qui était la petite-cousine de sa tante par alliance ! –, ses deux frères, Etienne et Alfred, s’unissaient à deux sœurs qui étaient également leurs cousines germaines : Catherine et Louise Desurmont-Motte ; après le décès de Louise, Alfred se remaria avec Léonie Elise Grimonprez qui était, par ailleurs, la cousine germaine d’Adèle Bossut-Grimonprez, sa belle-sœur.

94Une incursion dans la famille de Pierre Francois Wattinne, architecte, et d’Euphroisine Dewavrin (cf. Figure 5, p. 201), de Tourcoing donne le vertige : deux de leurs brus, Florine Dazin-Duforest et Julie Henriette Bredart-Desaint étaient déjà alliées puisque Julie était la belle-sœur de Philippe Dazin, frère de Florine (cf. Figure 3, p. 199). A la génération suivante, tandis que Julie Wattinne-Bredart prenait comme époux son cousin Jean Georges Duhamel-Bredart, Hortense Wattinne-Dazin épousait également son cousin germain, en la personne d’Henri Fidèle Adolphe Agapit Wattinne-Prouvost. Leur fils Henri Ernest épousa, le 22 août 1883, son arrière-petite-cousine, Adèle Toulemonde-Dazin, Henri comme sa petite-cousine – devenue sa belle-mère ! – étaient tous deux issus de mariages entre cousins germains. La tradition familiale était encore vivace au début du siècle suivant puisqu’un de leurs enfants, Henri Jules, en épousant le 18 septembre 1907 Antoinette Dazin-Eloy, devint le mari de la cousine germaine de sa mère ! La surprise vient plutôt du mariage d’Augustin Philippe Wattinne-Prouvost avec Clémence Watine-Wattinne puisqu’aucune consanguinité n’apparaît jusqu’à la quatrième génération. Que penser des motivations qui aboutirent à l’union, le 1er septembre 1839, de la cousine de Clémence, Marie Flore Watine-Meurisse, âgée de 20 ans avec Julien Watine-Ferfaille, fabricant roubaisien, son aîné de 13 ans et cousin de son père ?

95Ce qui semble coutumier dans le milieu des manufacturiers était relativement exceptionnel parmi les laboureurs et cultivateurs : il leur importait avant tout de placer les enfants en les mariant à des descendants de fermiers et laboureurs et peu importait que le mariage obligeât au départ. L’union de Jean-Baptiste Spriet-Agache avec Alexandrine Spriet-Loridan, célébrée le 25 septembre 1781, avec une dispense du troisième degré de consanguinité, fait figure d’exception, tout comme celle, en 1805, de Pierre François Cornille-Chombart et Julie Chombart-Leuridan ou encore celle, en 1861, de Louis Leuridan-Defrennes et de Marie Désirée Devernay-Leuridan.

96Par ailleurs, une autre stratégie matrimoniale fréquente reposait sur les unions de deux frères avec deux sœurs ou croisées (frère épousant la belle-sœur de sa sœur) : outre celles déjà citées, on peut évoquer le mariage en janvier 1788 d’Eugène François Bulteau-Legru avec une Lilloise, Séraphine Wacrenier-Defretin, de 7 ans sa cadette, 7 mois avant le mariage de sa sœur Félicité avec Constantin, frère de Séraphine. L’union d’Adolphe Lepoutre-Parent avec Catherine Pollet, le 24 février 1862, précédait de peu celle de sa sœur Justine avec César Pollet, le 11 août 1862 (cf. Figure 6, p. 202).

97Ce fut un type d’alliance également fort pratiqué dans la famille Wibaux : deux frères, Désiré Hippolyte et Floris, épousèrent deux sœurs Florin, Félicité et Sophie. Le premier couple s’allia aux Motte-Roussel, filateurs de lin à Tourcoing, par le mariage de leurs enfants, Willebaud et Elise, avec Stéphanie et Philippe Etienne Motte. Quelques décennies plus tard, les petits-fils du fondateur de l’entreprise Wibaux-Florin choisirent de préférence des Anglaises : Jean-Baptiste Wibaux-Parent s’unissait le 21 décembre 1884, à Hong-Kong, en l’église catholique de l’Immaculée Conception, à Béatrice Rollings, comme un de ses cousins, Pierre Achille Wibaux-Vernier, qui, quelques mois plus tôt, avait convolé, en l’église catholique de Saint-Paul dans le district de Douvres, avec Mary Ellen Cooper. Toutefois, ces deux mariages ne doivent pas forcément être interprétés comme le signe d’une stratégie matrimoniale internationale, visant à renforcer la puissance de l’entreprise puisque Pierre Achille avait déclaré la profession d’éleveur de bestiaux.

98Les unions de deux frères avec des cousines germaines n’étaient pas rares non plus : au xviiie siècle, Philippe et Adrien Dazin avaient épousé respectivement Marie-Anne Duforest-Lafrise et Victoire Lafrise-Cailliez ; au siècle suivant, outre Louis François et Alfred Motte-Bredart alliés à Adèle Bossut-Grimonprez et Léonie Grimonprez-Delaoutre (cf. Figure 3, p. 199), on peut citer le cas des frères Vernier-Delaoutre qui se marièrent avec Emma Delerue-Coustenoble (en 1856) et Clémence Delerue-Dazin (en 1864) dont l’un des oncles, Edmond Delerue, avait pris pour femme une nièce de la première épouse de son père.

  • 59 Ce type d’alliance n’était cependant pas réservé aux seuls notables. Le choix d’un conjoint parmi l (...)

99Ne pas être lié par le sang n’empêchait pas d’appartenir au même environnement familial ; cela favorisa sans doute l’union de deux neveux d’Henri Wibaux, Pierre François Lepoutre-Parent, fils de sa belle-sœur et Jeanne Théodosie Wibaux-Bulteau, fille de son frère (cf. Figure 6, p. 202)59.

100L’homogamie était donc fort pratiquée, encore plus peut-être, en raison d’évidents intérêts économiques, dans les hautes sphères de la société où le mariage resta la règle tout au long du xixe siècle. Dans d’autres milieux, au contraire, de nouveaux comportements firent de plus en plus d’émules, au fil des décennies.

V. La « plus effrayante » de « toutes les plaies qui rongent le corps social »60

  • 60 De toutes les plaies qui rongent le corps social depuis la fin du siècle dernier, il n’en est point (...)

101Certains, de plus en plus nombreux, choisirent de ne pas se marier : le concubinage, indissociable de l’illégitimité, appartient à l’image du monde ouvrier du xixe siècle comme en témoigne le discours de Théodore Leuridan, parfait représentant des très catholiques notables locaux, qui, après avoir dressé un tableau des avantages de l’industrie, poursuivait : mais ces avantages […] sont achetés bien cher au prix des inconvénients qu’elle entraîne à sa suite. Il est triste de le dire, mais au point de vue moral, la somme des maux l’emporte sur celle des biens.

102En effet, les habitudes de l’atelier détruisent peu à peu celles de la famille. Au calme et à la simplicité du foyer domestique succède l’agitation d’une existence sans cesse secouée comme le mouvement des machines auxquelles elle est fixée ; à la modération des désirs succède, dans le cœur de l’ouvrier, une cupidité brutale ; à la pudeur qui fait baisser les yeux à la jeune fille succède l’effronterie du regard, signe trop certain du désordre de la pensée.

  • 61 Th. Leuridan, 1862. Nombre d’enquêtes et la littérature du xixe siècle véhiculaient souvent ce genr (...)

103Mais il est un mal qui semble spécialement attaché à l’industrie de notre ville. […] Nos fabriques attirent un grand nombre d’ouvriers belges ; un séjour prolongé parmi nous occasionne des relations avec nos compatriotes, et de ces relations naissent des projets de mariage. Mais ici un obstacle se présente : il faut produire des pièces pour se marier, et, pour les étrangers les formalités à remplir sont multipliées et coûteuses. Ils sont pauvres, ils vivent au jour le jour, donc le mariage est impossible, donc ils reculeront… ou plutôt ils ne reculeront pas. La passion les poussera en avant, endormira leur conscience à l’aide de sérieux prétextes et les fixera dans le concubinage61.

  • 62 ADN, M 222/373.
  • 63 La loi du 3 juillet 1846, qui dispensait les indigents des droits de timbre et d’enregistrement, ne (...)

104Quelle qu’en fût son importance, son existence était reconnue et généralement expliquée par la misère et le coût élevé du mariage, donc d’accès difficile à un grand nombre de malheureux si la charité ne venait à leur aide62. Si le mariage était onéreux, il l’était encore plus pour les étrangers qui devaient payer pour obtenir les actes indispensables63 et les frais de déplacement ou de correspondance étaient tels que, faute de moyens, ils préféraient la solution la plus simple et la moins chère, le concubinage.

  • 64 La société lilloise, créée en septembre 1839, patronna « son » premier mariage, célébré le 12 janvi (...)

105Que les catholiques aient alors cherché à remettre les ouvriers dans le droit chemin, celui qui les conduisait devant monsieur le maire – et surtout à l’autel – ne surprend donc pas. Une société charitable, l’œuvre de Saint François-Régis, succursale de celle de Lille, fut ainsi fondée à Roubaix, le 27 juin 1841, pour lutter contre le concubinage et donc faciliter le mariage en procurant gratuitement aux étrangers indigents tous les documents nécessaires64. Du début de son activité jusqu’à ce qu’elle devînt indépendante de l’œuvre de Lille, elle contribua en moyenne à 122 mariages par an (soit environ 40 % des mariages célébrés jusqu’à la fin de 1858). Cela nous laisse pressentir le niveau atteint par le concubinage et nous montre, par ailleurs, la vivacité de ce catholicisme et sa profonde détermination à faire œuvre de charité envers les pauvres, alors si nombreux dans la ville. Ces efforts ne firent pas disparaître le concubinage et l’illégitimité : pour les 2 186 unions célébrées, combien de couples restés en dehors du mariage et ayant un ou plusieurs enfants naturels ! A l’évidence d’ailleurs, le concubinage n’était pas le fait des seuls ouvriers étrangers : les Français, eux non plus, ne se pressaient pas forcément à la mairie pour régulariser une union avant la naissance du premier enfant, voire des suivants. Les témoignages s’accordaient donc sur l’existence du phénomène et sur son analyse mais restaient fort évasifs, voire silencieux, sur son ampleur réelle.

Traquer les amours illégitimes

  • 65 C’était le cas en particulier au début du xixe siècle, lorsque le concubinage était mal vu.
  • 66 L’exiguïté du logement et la promiscuité qui en découlait pouvaient aussi transformer en concubin l (...)

106L’absence de sources spécifiques interdit toute évaluation précise. Les recensements ne sont pas sûrs, les couples pouvant se dire mariés sans l’être65. De plus, un jeune homme, présent au domicile d’une famille comptant des filles nubiles, peut être un pensionnaire, un sous-locataire ou le concubin de l’une d’elles66.

  • 67 Pour certains contemporains, il y avait adéquation entre les deux phénomènes : La moyenne des naiss (...)
  • 68 Selon la loi, l’enfant illégitime est un enfant adultérin ou incestueux, alors que l’enfant naturel (...)

107La seule approche possible est donc l’illégitimité67 : seront qualifiés d’illégitimes les enfants dont seul le nom de la mère apparaît dans l’acte de naissance, par opposition aux enfants naturels reconnus, c’est-à-dire illégitimes reconnus à la naissance par leur père68. La principale réserve à formuler est que l’illégitimité exclut de fait les concubins sans enfant, qu’il s’agisse de couples stériles, ayant recours à la contraception ou encore à l’avortement.

108L’enfant illégitime était-il la marque d’une mise en ménage ou au contraire seulement la conséquence d’une anticipation du mariage ? Sans doute, nombre d’enfants nés peu avant le mariage de leurs parents étaient-ils le fruit de la pratique de plus en plus répandue de relations prénuptiales, à moins que le souci de respectabilité et la volonté de préserver les droits de l’enfant ne l’aient emporté. Le désir, réel dans certains milieux terriens, de vérifier la fécondabilité de la promise existait-il réellement dans la classe ouvrière roubaisienne, la plus concernée par ce comportement ?

  • 69 C’est ce que font, pour Paris, L. Chevalier (1958) ou M. Frey (1978).

109Si l’on s’en tient à la notion de durée et de stabilité qu’implique le concubinage, la naissance exceptionnelle, « accident » qui n’avait pu être réparé, ne peut être prise en compte. Faut-il donc se limiter aux femmes qui eurent plusieurs enfants illégitimes ? Il y eut peut-être autant de pères que d’enfants ! Sont habituellement retenus comme indices de concubinage la reconnaissance, l’accouchement au domicile de la mère ; s’y ajoute celui de la récidive dans certains cas. Peut-on réellement considérer comme étant le fruit d’un concubinage stable, la naissance, au domicile de sa mère, d’un enfant illégitime non reconnu69, dans une ville comme Roubaix où la sous-location était fort répandue ?

  • 70 Pour les accouchements à l’hôpital dont la fréquence augmente, la reconnaissance est la seule possi (...)

110Certes, la reconnaissance d’enfants, qu’ils soient nés à domicile ou à l’hôpital70, qu’elle intervienne à la naissance ou ultérieurement, surtout si le délai est très long, peut effectivement traduire la stabilité du concubinage : ainsi, en 1871, une couturière née à Orroir (Hainaut), Marie Leblanc, accoucha d’une petite Louise, chez Léon Belot, un sabotier de 49 ans qui avait déclaré la naissance. En 1875, le second enfant, à l’inverse de ses quatre cadets, fut reconnu dès sa naissance par ce même Léon Belot. Ce n’est qu’en octobre 1888 que les parents reconnurent leurs enfants. On serait dans ce cas-là en présence d’un réel choix de mode de vie.

  • 71 La mortalité infantile des enfants illégitimes n’était sans doute pas beaucoup plus élevée étant do (...)
  • 72 Annuaire statistique de la ville de Paris, 1880, cité par L. Chevalier, 1958.
  • 73 Faisant figure d’exception dans l’élite, l’illégitimité existait pourtant (cf. les cousins Alexandr (...)

111Cependant s’en tenir aux seuls enfants naturels reconnus réduirait considérablement le phénomène. En outre, si les enfants reconnus à la naissance sont quantifiables, tous ne furent pas légitimés tandis que des enfants illégitimes étaient reconnus plus tard par leur mère et/ou légitimés par le mariage de leur mère et « père ». Certains enfants, pourtant nés d’un concubinage, ne furent jamais reconnus, ni même légitimés, en raison de leur décès71 ou de la séparation de leurs parents. Mais Bertillon évoquait, à propos de Paris en 1880, d’autres causes qui, à l’évidence, valent aussi pour Roubaix : beaucoup de concubins, quoique élevant régulièrement leurs enfants, ne les reconnaissent pas, le plus grand nombre par négligence, d’autres parce que, voulant légitimer l’enfant par un mariage subséquent […], regardent cette formalité comme inutile ; d’autres enfin ne les reconnaissent pas par excès de zèle, pour éviter les duretés de la loi française actuelle envers les enfants naturels qui, reconnus, ne peuvent plus hériter que d’une minime fraction de la fortune de leurs parents72. Rejeter systématiquement le concubinage pour cause de non-reconnaissance serait donc une erreur. Il est avéré dans le cas de Philomème Lombart, une Hennuyère rattacheuse de son état, et de Jean-Baptiste Decottignies, fileur, de 14 ans son aîné : de 1874 à 1890, 7 enfants non reconnus naquirent au domicile de Decottignies, où 4 moururent aussi. En 1881, qualifiés de « père » et « mère », Jean-Baptiste et Philomème furent recensés ensemble, avec 4 enfants Lombart. En revanche, dans certains milieux, en particulier dans les plus hautes sphères de la société, tous les enfants naturels reconnus n’étaient pas le fruit d’un concubinage73 : ainsi Floris Wibaux et Sophie Florin (cf. Figure 6) légitimèrent lors de leur mariage en 1823 leur fille née en 1819 ; or, en 1820, Sophie vivait avec celle-ci chez ses parents.

112La répétition de naissances d’enfants naturels reconnus, même sans mariage ultérieur, peut apparaître comme un bon indice de concubinage. Deux Roubaisiens, Agathon Bayart qui était tisserand et Marie Désirée Desreux, veuve et cabaretière, se marièrent en 1810. Leur vie commune fut de courte durée puisque, dès juillet 1813, Jean-Baptiste Vanhoucke, qui était veuf, reconnaissait une fille mise au monde par Marie Désirée et que la nouvelle compagne d’Agathon, Félicité Monnet, lui donna un fils en décembre 1815. Au moins 16 enfants naquirent de ces 2 couples illégitimes dont 12 chez les Bayart-Monnet. Pourtant, au décès de Bayart et de Desreux, rien ne mentionnait leur séparation ; d’ailleurs, en raison de la législation, l’enfant né en 1825 de Marie Désirée Desreux fut même déclaré sous le nom de Bayart. Michel Mathieu, fileur du Vaucluse, et Victoire Leclercq, ouvrière en coton de Tourcoing, n’eurent pas moins de 7 enfants nés à Roubaix à leur domicile, auquel il faut au moins en ajouter un autre, né à Tourcoing avant que la famille ne vînt s’installer à Roubaix, en 1824. Point de doute dans ces deux cas.

113En revanche, pour les enfants illégitimes, la récidive en tant que telle n’est pas forcément synonyme de concubinage. Clémence Gonce eut ainsi, de 1856 à 1877, 11 enfants, tous nés chez leurs grands-parents où d’ailleurs la plupart moururent ; 2 des rares survivants furent reconnus par leur mère. Il est impossible de savoir s’il s’agit d’un choix délibéré ou si un premier « accident » ayant entraîné l’opprobre, la fille-mère avait dès lors considéré que l’honneur était perdu, rien ne pouvant désormais effacer la « tache », elle continua à procréer dans le péché, selon l’interprétation des « bien-pensants » de la bourgeoisie roubaisienne, à moins que cette faute n’ayant guère suscité de désapprobation dans l’entourage, elle ait persévéré !

114La présomption de concubinage, en cas de récidive, ne peut, alors, provenir que de la présence d’indices complémentaires : aveu du nom du père, témoin récurrent, légitimation, choix du prénom, accouchement au domicile de la mère ou des parents.

115Il ne faut pas conclure à une vie commune quand, au xviiie siècle, une mère, dans les douleurs de l’enfantement, déclarait que son enfant provenait des œuvres de : ainsi Floribonne Fauvarque déclara que ses fils Charles, né en 1791, et Jean-Baptiste, né en 1795, étaient respectivement de Louis Roger et de Jean-Baptiste Notte ; pourtant, elle finit par épouser, après la mort de ses enfants, Jean-Baptiste Parent, en 1797.

116Penser qu’un nombre élevé d’enfants illégitimes apporte une preuve d’un concubinage de longue durée se justifie pleinement si, d’acte en acte, on retrouve le « père » ou si un mariage vient légitimer les enfants. Lorsque l’un des témoins à la déclaration de naissance épouse la mère de l’enfant qu’en outre il reconnaît, on peut supposer que le mariage conclut un concubinage fécond comme dans le cas de Marie Lasou. Cette jeune Courtraisienne avait 18 ans lorsqu’elle mit au monde le premier de ses 9 enfants illégitimes, un enfant né sans vie ; les témoins étaient son père, chez qui elle avait accouché, et un « voisin » Charles Bouten que l’on retrouve toujours comme voisin soit dans les actes de décès soit, à partir de 1877, dans ceux de naissance. Mais, à partir de 1880, les décès et les accouchements se produisirent chez ce Bouten. Le mariage Bouten-Lasou qui légitima 4 enfants eut « enfin » lieu en 1897, après 17 ans de concubinage et une très mûre réflexion ! Cependant, la présence répétée d’un témoin peut être un indice trompeur, lorsque la fille-mère finissait par épouser un autre individu, d’autant qu’il n’était pas rare que le « père » n’apparût point dès la première naissance.

117La légitimation par le mariage de plusieurs illégitimes vient également corroborer le concubinage. A partir de 1875, le couple formé par Henri Rasson, teinturier de Wattrelos, et Marie Delaforterie, peigneuse née à Leupegem, donna naissance à 7 enfants : même si seuls les 2 premiers furent reconnus à la naissance et si le lieu de l’accouchement ne prouve pas le concubinage, du moins le nombre et surtout la légitimation des 3 survivants par le mariage de leurs parents en 1889 constituent une forte présomption de vie commune.

118Le choix du prénom de l’enfant peut a posteriori indiquer un concubinage, si d’autres signes viennent le confirmer. Le premier enfant de Louise Verfaillie, elle-même deuxième des 4 enfants naturels d’Amélie, couturière de Rollegem, né en 1867, fut prénommé Richard ; or Richard Willem, apparu seulement à la troisième naissance en 1875, se révéla, par la suite, être le concubin de Louise : ils furent recensés ensemble en 1881 sous la mention non-mariés et Richard reconnut sa fille Laurette, moins de 2 mois après la mort de Louise.

119La pertinence du critère du domicile comme lieu d’accouchements successifs s’impose-t-elle dans tous les cas ? S’il s’agit du domicile des parents d’un naturel reconnu, le doute n’est pas permis, mais les situations ne sont pas toujours aussi claires, en particulier en raison de la mobilité résidentielle et de la sous-location, fréquentes à Roubaix. Marie Louise Defoort, une journalière de Courtrai, accoucha d’abord chez Joseph Popelier, en 1879 et 1883, puis, en 1887 et 1889, chez Jean Balcan ; or, les 2 derniers enfants furent légitimés par son mariage avec Sébastien Bailleu, « témoin » en 1887. Avait-elle changé de concubin ou simplement de domicile ?

120La récidive de naissances illégitimes peut, en effet, cacher une autre réalité, celle de concubinages successifs encore plus insaisissables, pouvant résulter de la mort du premier concubin/père. Seul le hasard permet de repérer des partenaires différents reconnaissant les enfants. Georgina Margry, née dans la Somme, reconnut en 1900 Georges Valentin qu’elle avait eu en 1888 et qui avait été, lors de sa naissance, reconnu par son père Joseph Valentin, un mécanicien venu de Haute-Savoie mais elle avait déjà eu de Victor Mulliez, un boulanger de Roubaix, trois enfants en 1883 et 1886, qu’elle reconnut d’ailleurs en même temps que leur demi-frère cadet. Sauf cas d’homonymie, la tâche est un peu plus simple pour les pères : lorsqu’un Albert Arsène Douvrandelle, tourneur en fer, natif de Rouen, âgé de 26 ans reconnaît en 1874 un fils né de Philomène Hanselin (21 ans) et que, 12 ans plus tard, un Albert Arsène Douvrandelle, tourneur en fer de Rouen, 38 ans, reconnaît Geneviève née d’Irma Fourmanoir (19 ans) puis la légitime par son mariage en mars 1887, il n’y a point de doute sur l’identité du personnage. La situation est aussi claire lorsqu’un mariage intervient assez tardivement par rapport aux premières naissances illégitimes et que, de surcroît, le mari ne reconnaît et légitime que certains des enfants survivants : ainsi Alphonse Willemin, lors de son union en 1893 avec Philomène Vancranphout, une bobineuse de Tourcoing, ne légitima qu’Estelle née en 1891, alors qu’il avait pourtant déclaré la naissance de Mireille en 1890 ; celle-ci fut simplement reconnue par sa mère en 1904, comme son aînée Fernande.

121De cette multitude de situations particulières ressort toute la difficulté à quantifier le concubinage : seule l’étude micro-historique, cas par cas, des mères d’enfants illégitimes, permet de déterminer le concubinage à l’aide des indices cités plus haut. Deux échantillons de 44 et 42 mères (L, V, W pour le premier et autres initiales pour le second) qui avaient eu au moins 4 enfants illégitimes révèlent une présomption de concubinage dans la moitié des cas. La solution la plus sage consiste donc à partir de l’ensemble des naissances illégitimes et à observer, de manière un peu plus approfondie, les enfants naturels reconnus qui représentaient environ 15 % de ces naissances. Outre une estimation minimale du concubinage à partir des seuls enfants naturels reconnus, il est possible de mieux connaître les concubins, leurs origines, leur activité professionnelle, leur âge à la naissance de l’enfant. Y avait-il des familles « à risque », des familles où ce comportement était sinon admis, du moins fréquent, y eut-il reproduction sur une, deux ou trois générations de cette attitude ? Certaines familles étaient-elles plus promptes à tomber dans l’« immoralité » comme le murmuraient les « bien-pensants » ? Leurs conditions de vie, leur appartenance sociale faisaient-elles du concubinage la conséquence d’un environnement socio-économique particulier ? Était-ce plutôt une question de modèle comportemental, un certain laxisme dans l’éducation qui, de toute manière, recoupait le niveau socio-économique et les conditions de logement ? Faut-il dès lors interpréter le mariage suivant un concubinage comme révélateur d’un souci d’honorabilité allant de pair avec la reconnaissance et la légitimation des enfants, traduisant un refus de la passivité, de la « déchéance », une volonté même de promotion sociale de la part des ouvriers ?

122La légère baisse du taux de nuptialité dans les deux dernières décennies est incompatible avec une généralisation du concubinage, en tant qu’« union stable » qui remplacerait le mariage dans le milieu ouvrier. De même, réduction de l’âge au mariage et large pratique d’un concubinage de longue durée qui précéderait le mariage sont antinomiques. Dans la plupart des cas donc, les concubins, qui restaient minoritaires dans la ville, choisissaient de se marier, dans des délais plutôt brefs.

Combien de mariages à la parisienne74 ?

  • 74 C’est ainsi qu’à Mulhouse, les ouvriers textiles désignaient le concubinage, Dr L. Villermé, 1840.
  • 75 Les naissances hors mariage représentaient en 1788 environ 12,5 % des naissances lilloises, (A. Lot (...)

123Toutes les naissances d’enfants illégitimes et naturels reconnus à la naissance ont été relevées. Au xviiie siècle, comme le concubinage, l’illégitimité resta toujours un phénomène très marginal à Roubaix. Avec la croissance urbaine et l’industrialisation, le nombre d’enfants nés hors mariage augmenta, sans toutefois atteindre les proportions rencontrées, dès le xviiie siècle, dans les grandes villes françaises75.

  • 76 A Sainghin-en-Mélantois, le pourcentage, sur l’ensemble du xviiie siècle, ne dépassa 1 % que pour l (...)
  • 77 L’acte de la première naissance en 1818 ne faisait même pas mention de l’illégitimité et, en 1820, (...)

124Avant 1790 et encore au début du siècle suivant, les naissances illégitimes étaient fort rares (0,5 % de 1740 à 1789). Peut-être un certain nombre de ces grossesses, perçues comme honteuses, donnèrent-elles lieu à un accouchement à Lille. Même durant la période révolutionnaire et les années napoléoniennes, elles ne représentèrent qu’environ 2 % des naissances76. Ce constat confirme que les troubles révolutionnaires n’eurent pas, à Roubaix, d’influence délétère, quant à la morale chrétienne en matière de comportements sexuels, comme cela a déjà été observé pour le respect du temps clos. Les mères récidivistes étaient alors rarissimes, comme les concubinages accompagnés de la naissance de plusieurs enfants avant le mariage : l’un des rares cas est celui d’un serrurier du Pas-de-Calais, Augustin Legrand, en ménage à Roubaix, au moins dès 1818, avec Adélaïde Théry qui lui donna 3 enfants avant leur mariage en 1823, mariage par lequel 2 enfants survivants furent d’ailleurs légitimés77. De même, Jean-Baptiste Bonte et Angélique Favorelle eurent ensemble au moins 10 enfants, dont 7 vivants furent légitimés lors de leur mariage en 1822 : certains furent d’ailleurs enregistrés comme légitimes par l’officier d’état civil et, dans le dénombrement de 1820, la famille apparaît comme parfaitement légitime.

Tableau IV.4. Évolution de l’illégitimité à Roubaix

Tableau IV.4. Évolution de l’illégitimité à Roubaix
  • 78 Cl-H. Dewaepenaere, 1972.
  • 79 F. Barbier, 1983.
  • 80 P. Pierrard, 1965.
  • 81 P. Pierrard, 1975.

125A partir de 1820, la situation changea radicalement ; la part des illégitimes fut presque multipliée par deux en l’espace d’un demi-siècle pour atteindre 15 % dans la dernière décennie (cf. Tableau IV.4). Cette hausse se retrouve dans l’ensemble du département mais selon des rythmes différents : après avoir baissé de 10,2 % en 1815 à 7,9 % en 1843, le taux augmenta fortement dans la deuxième moitié du siècle, passant de 9 % en 1861 à 12,3 % en 1896. L’arrondissement de Lille se singularisait par des taux encore supérieurs : 10,6 % en 1825, 13,6 % en 1885 et 14,4 % en 189578. Dans certaines villes, ce comportement était encore un peu plus répandu. A Valenciennes, le taux, particulièrement élevé au début de la période (31,7 % en 1825), diminua par la suite progressivement (25,4 % en 1835) avant de s’effondrer (11,9 % en 1853) puis de connaître une certaine reprise (14,3 % en 1860), ce qui place Valenciennes alors à peu près au même niveau que Roubaix. Mais Valenciennes était une ville de garnison, où naissaient également nombre d’enfants illégitimes du platpays et où l’immigration pouvait être très importante79 : or, les années de forte immigration correspondaient à celles où le taux était élevé. Il y aurait donc là une nette corrélation entre le poids de l’immigration et celui de l’illégitimité. A Lille, le pourcentage des naissances illégitimes, au milieu du siècle, était en moyenne de 20,6 % ; dans le quartier ouvrier de Saint-Sauveur, il était même de 24 %80. Pourtant, le taux était plus faible dans les quartiers de Wazemmes et de Moulins-Lille, de l’ordre de 15 %, alors que les conditions d’habitat étaient équivalentes à celles du vieux quartier de Saint-Sauveur. La différence résulterait de la disparité de peuplement, des scrupules religieux de la population flamande, qui « encadrée par ses prêtres et religieux venus de Belgique, recule davantage devant l’“immoralité” »81.

126Comment expliquer la faiblesse relative des taux roubaisiens en regard de ceux de Lille alors même que la pauvreté, l’importance de la classe laborieuse pouvaient susciter une plus grande tendance à la passivité, à la « déchéance » sociale ? L’explication selon P. Pierrard serait donc d’ordre culturel : le catholicisme des populations du Nord, peut-être renforcé, revivifié par la présence des Flamands. Seule l’étude des origines géographiques des parents d’enfants illégitimes permettra d’apporter une réponse.

  • 82 Peter Laslett voyait dans l’augmentation de l’illégitimité, la conséquence de l’existence d’un grou (...)
  • 83 Parallèlement, de 22 % pour 1770-1799, le taux de conception prénuptiale passa à 31 % pour la pério (...)

127De plus, il s’opéra au fil du siècle un changement notable : si, dans la décennie 1820-1829, les enfants naturels reconnus représentaient 40,1 % des enfants nés hors mariage, par la suite, l’écart se creusa entre ces derniers dont le nombre n’augmenta guère avant la période 1870-1879 et les enfants illégitimes dont le nombre fut multiplié par huit de 1820-1829 à 1860-1869, jusqu’à représenter 91 % des naissances hors mariage. Il n’y aurait donc pas triomphe du concubinage mais plutôt de l’illégitimité82. Les enfants naturels reconnus des années 1820 seraient le fruit des relations hors mariage de plus en plus nombreuses83, la « fréquentation » prénuptiale se prolongeant de plus en plus au-delà de la naissance, à l’inverse de ce qui se passait même pendant les années révolutionnaires ; l’annonce de la grossesse ne poussait plus les jeunes gens à se marier avant la naissance, il leur suffisait de se marier et de légitimer l’enfant pour retrouver la « normalité ».

  • 84 AMR, Rapports sur l’administration et la situation des affaires de la ville de Roubaix, de 1868 à 1 (...)

128Pour quantifier le concubinage au xixe siècle, il faut partir du nombre d’enfants illégitimes d’une mère ou d’un « couple ». Le cas le plus fréquent est celui de l’enfant unique, qu’il fût illégitime (53,6 % des cas) ou naturel reconnu (73 %, voire 81 % pour les familles L, V, W du fichier). Un tiers seulement des illégitimes appartenaient à des fratries de deux ou trois enfants. Si l’on admet que tous étaient le fruit d’un concubinage, de tels pourcentages indiquent bien que le comportement le plus fréquent était le mariage dans des délais relativement brefs ; le concubinage n’était donc bien généralement qu’un état temporaire, ce que confirment les légitimations : de 1868 à 1889, le nombre moyen d’enfants oscille de 1,1 à 1,3 alors que la part des mariages comportant légitimation varie de 16 à 27 %84.

  • 85 Il est vrai que le pourcentage d’enfants morts est supérieur dans le cas d’enfants illégitimes (37  (...)

129Si l’on affine l’étude en comparant les légitimations d’enfants illégitimes et d’enfants naturels reconnus, le taux est nettement moins élevé pour les premiers que pour les seconds. En effet, un quart seulement des enfants nés à Roubaix hors corpus, fut légitimé85 ; pour ceux du fichier, le pourcentage est d’environ 44 %. Mais le fait que l’approche est ici le mariage surestime le poids des légitimations. Au contraire, la légitimation de naturels était plus répandue : environ 65 % des enfants pour les familles du fichier et 42 % pour les autres. Pour ces derniers, le mariage survint dans l’année qui suivit la naissance dans environ trois cinquièmes des cas (58,9 %) et dans les deux ans pour plus d’un quart des enfants (26,09 %), preuve supplémentaire du caractère provisoire du concubinage.

  • 86 La mortalité générale des illégitimes restait stable (entre 18 et 26 % selon les décennies).

130La légitimation des enfants naturels reconnus devint nettement plus fréquente dans la deuxième moitié du siècle. Cette progression, qui ne peut s’expliquer par une réduction de la mortalité86, traduirait le développement du concubinage, qu’il fût réellement choisi, qu’il fût le fait de Belges, de plus en plus nombreux, contraints à retarder quelque peu la légalisation de l’union, en raison des difficultés à obtenir leurs papiers.

Belge, ouvrière, jeune : la fille-mère

  • 87 Dr A. Faidherbe, 1894-1895.

131A défaut de résultats chiffrés plus précis sur l’importance du concubinage, du moins peut-on déterminer les groupes les plus concernés par ce comportement. Tandis que le coefficient de natalité baisse par rapport à la population générale, le rapport des naissances naturelles à l’ensemble des naissances augmente d’une manière continue et il est maintenant à peu près le double de ce qu’il était au commencement de la période 1844-1893. Chose remarquable, c’est de 1861 à 1866, c’est-à-dire pendant la période où la population belge a commencé à affluer en beaucoup plus grand nombre dans notre ville, que le chiffre des naissances naturelles s’est mis le plus à croître87. Pour le docteur Faidherbe, comme pour d’autres notables locaux, la cause était entendue ; les responsables de cette « immoralité » étaient les Belges et les ouvriers. Leur analyse des groupes à risque n’était pas totalement erronée, du moins à propos de l’appartenance sociale.

  • 88 Rapport sur l’administration et la situation des affaires de la ville de Roubaix présenté par le ma (...)
  • 89 Le taux moyen pour l’ensemble des nationalités était de 13,98 %, ADN, M 475/152 à 156.
  • 90 Une fois et demie plus fort qu’en Belgique, Cl.-H. Dewaepenaere, 1972.

132Pour comparer la « sagesse » respective des Belges et des Françaises, la première approche purement statistique prend en compte la seule nationalité. En 1861, le pourcentage de naissances illégitimes pour l’ensemble du département était de 8,44 % contre 8,84 % pour la seule ville de Roubaix ; la municipalité trouvait le résultat très favorable […], si l’on considère les éléments dont se compose la majeure partie de sa population et elle ajoutait que les 194 illégitimes étaient nés de filles belges88, généralisation sans doute hâtive. La comparaison avec Lille permet de confirmer que les taux roubaisiens n’étaient pas particulièrement élevés. Nous disposons également d’un document établi de 1888 à 1892 pour chacun des arrondissements du Nord et d’un récapitulatif départemental par nationalité : pour l’ensemble du département, le taux d’illégitimité pour les Françaises est de 11,55 % et celui des Belges de 13,98 %, mais, pour le seul arrondissement de Lille, les proportions étaient respectivement de 14,18 % pour les Françaises et de 13,31 % pour les Belges, ce qui ne traduit pas de grandes différences de comportement, ni déficit de moralité chez les Françaises ni plus grand respect des préceptes moraux ou religieux chez les Belges89. Il faut cependant ajouter que le taux d’illégitimité pour les Belges du département était très nettement plus élevé que ce qu’il était en Belgique à la même époque, en raison des difficultés éprouvées pour obtenir les papiers nécessaires au mariage90.

  • 91 On retrouve d’ailleurs les principaux foyers de Flandre orientale, Flandre occidentale et du Hainau (...)

133Pour mieux connaître les concubins roubaisiens, il faut d’abord identifier leurs origines géographiques. Environ 43 % des pères et mères de naturels reconnus étaient Belges, 24 % Roubaisiens et 18 % originaires du reste du département91. Ces résultats donnent à penser que le concubinage n’était pas une conduite spécifique aux Belges. Peut-être avaient-ils tendance à reconnaître plus souvent leurs enfants parce qu’ils subissaient plus le concubinage qu’ils ne le choisissaient.

134Une étude chronologique permet de nuancer ces résultats : dans la première moitié du siècle, le concubin natif (seulement 8,6 % pour 1840-1849) est bien plus rare, comme si ce mode de vie avait été importé à Roubaix par les Belges surtout flamands. Pour les mères, au contraire, les natives sont bien plus concernées dès la première moitié du siècle, sans toutefois constituer le bataillon le plus nombreux. De plus, il est difficile de dire que les Flamandes furent toujours proportionnellement plus nombreuses que les wallonnes ; en réalité, cela varia énormément au fil des décennies alors que les concubins flamands furent toujours plus nombreux que les wallons. Faut-il y voir le maintien de la ferveur profonde des Flamandes, alors que les hommes s’éloignaient déjà de la religion ? En fait, les rythmes semblent assez bien suivre les différentes vagues migratoires, un contingent important de Hennuyères et de populations originaires de Flandre occidentale précédant celles de Flandre orientale venant un peu plus tard, au tournant du siècle.

  • 92 Si l’on oppose toutes les Nordistes aux Belges, les pourcentages sont respectivement de 49,6 % et d (...)

135Les mères d’enfants illégitimes (cf. Graphique IV.16) étaient pour un tiers environ originaires de Roubaix92, les Belges francophones ne constituaient qu’environ 15 % des mères et les néerlandophones un tiers, ce qui correspond à la répartition déjà constatée pour les mères d’enfants naturels reconnus. Si, pendant les premières décennies, les Roubaisiennes étaient sur-représentées parmi les mères d’illégitimes, c’est avant tout dû au fait que les femmes belges étaient encore peu nombreuses ; à mesure que l’illégitimité se diffusait et que l’essor économique attirait les migrants, la tendance s’inversa et les néerlandophones furent sur-représentées.

136Dans le premier xixe siècle, le pourcentage élevé des femmes du Nord traduit peut-être le maintien du comportement, traditionnel au siècle précédent, qui poussait la paysanne séduite à venir accoucher dans la ville la plus proche, comportement qui concernerait également les Belges francophones, fort nombreuses à accoucher à Roubaix ? Pour les trente dernières années de l’étude, les Belges néerlandophones sont sur-représentées (35,3 % des mères illégitimes appartenaient à cette catégorie contre 28,15 % pour l’ensemble des conjointes), surtout à cause des femmes originaires de Flandre orientale, à l’inverse des Roubaisiennes, plus sages.

137Si, enfin, l’on calcule la proportion des femmes mariées qui eurent un enfant illégitime, soit avant leur mariage soit après le décès de leur mari, on constate que les Belges, en particulier les néerlandophones, étaient plus nombreuses que les Roubaisiennes : en effet, pour les années 1830-1859, le pourcentage est de 13,7 % pour les natives et 15,7 % pour les Belges francophones, mais il est de 19 % pour les néerlandophones. Pour les trente dernières années, environ un cinquième des Roubaisiennes qui se mariaient avaient déjà enfanté, tandis que 30,4 % des néerlandophones et 26,8 % des francophones étaient dans la même situation. Cela tendrait à démontrer que les Belges étaient un peu moins sages que les Roubaisiennes.

138Quelle que soit la façon d’aborder la pesée de l’illégitimité, il est donc difficile de conclure à une grande différence de conduite entre des Françaises qui seraient plus « immorales » et des Flamandes qui seraient plus respectueuses de la loi de l’Eglise. Toutes, connaissant les dures conditions de l’ouvrière roubaisienne, ne parvenaient pas toujours à échapper à la tentation !

Graphique IV.16. Distribution des mères d’enfants illégitimes selon leur lieu de naissance

Graphique IV.16. Distribution des mères d’enfants illégitimes selon leur lieu de naissance
  • 93 A. Faidherbe, 1874.

139Au début de la IIIe République, l’instituteur Alexandre Faidherbe dressait, de fait, un tableau dramatique : Quand on considère, en effet, les désordres qui se produisent souvent, dans certains ateliers, entre les ouvriers de sexes différents, les excitations à l’ivrognerie, au vice, à la débauche résultant tout au moins de conversations obscènes ou de tenues indécentes ; quand on sait que parfois des contre-maîtres, des employés et même des patrons, abusent de leur position pour transformer les ateliers en espèces de harems, on se demande ce que peut faire la loi, si elle est dépourvue de sanction pénale93.

140Pour les mères d’enfants illégitimes, les métiers les plus fréquents sont ceux de journalière (27,1 %), de soigneuse (14,1 %), tisserande (10,8 %), puis ceux de couturière (6,8 %) et de rattacheuse (6,2 %) ; les seules servantes ne représentaient que 4,5 % des mentions professionnelles. 95 % des mères exerçaient une profession qui les situait dans la classe populaire. Seulement 4,3 % des mères se déclaraient ménagères. Ces calculs confirment bien les analyses des contemporains qui faisaient de l’illégitimité et du concubinage un « mal » ouvrier.

141Avérés dans le milieu ouvrier, ces comportements n’étaient cependant pas généralisés. Il est clair que certaines familles étaient préservées par leur morale ou leur foi tandis que, dans d’autres, ce mode de vie pouvait se transmettre sur plusieurs générations. Une fille-mère pouvait voir sa fille ou ses filles reproduire la même conduite. Marie Augustine Debeuf, soigneuse âgée de 21 ans et sa sœur Clémence, redoubleuse de trois ans sa cadette, accouchèrent à six mois d’intervalle en 1888 ; toutes deux étaient les filles illégitimes de Sophie, une Roncquoise, qui, au total, eut cinq enfants, sans trace de concubinage. La mère puis deux de ses filles semblent avoir ignoré quelques règles (morales ou physiologiques !).

142Le concubinage pouvait aussi se diffuser au sein de la fratrie. La famille Lapauw-Desmet, fondée en 1853 par deux Flamands, Constantin Lapauw, garçon brasseur puis fondeur, et Rosalie Desmet, s’agrandit par la naissance à Roubaix de onze enfants dont cinq moururent en bas âge. L’aîné Constant, tisserand, épousa, en février 1876, une Brugeoise Thérèse Vandewalle qui, en décembre 1875, lui avait donné un enfant que Constantin avait reconnu mais qui disparut à l’âge d’un mois. Le mariage, en 1879, du deuxième fils Lapauw-Desmet, Adolphe, également tisserand, avec Philomène Vandewalle (cousine de Thérèse), permit de légitimer leur fille née en 1878 et reconnue alors par son père. Le cinquième, Alfred, lisseur, épousa en 1883 Maria Deroo, rattacheuse, native de Roubaix mais sans doute belge de la deuxième génération. Mais, dès 1882, Alfred avait été témoin pour la déclaration de naissance du premier fils de Maria, prénommé Alfred, et il le fut encore en juin 1883 pour la naissance d’une fille qui fut d’ailleurs reconnue et légitimée lors du mariage. Selon toute vraisemblance, comme souvent, le témoin n’était autre que le père et l’on peut penser que, s’il n’y avait pas concubinage en 1882, puisque la mère vivait chez ses parents, il y a une réelle présomption pour la période qui suit. Ainsi, trois des enfants Lapauw-Desmet eurent-ils quatre enfants naturels dont deux reconnus par leurs pères, dès la naissance.

  • 94 Il est vrai que, sur les 9 enfants, 3 moururent avant l’âge de 2 ans.

143Dans la famille Lorthioir-Leloup (cf. supra, chapitre III, p. 126), trois filles eurent cinq enfants naturels reconnus puis légitimés. Le comportement des deux garçons fut identique : Henri reconnut, lors de son mariage en 1856, le fils naturel de son épouse, Charlotte Catteau ; lorsque, à son tour, en 1877, celui-ci se maria, il légitima la fille qu’il avait déjà reconnue à la naissance, huit mois auparavant. Parmi les neuf enfants94 nés en légitime mariage du couple Lorthioir-Catteau, Clémence, avec une fille naturelle légitimée lors du mariage et Malvina, avec un enfant naturel reconnu puis légitimé, respectèrent en quelque sorte la tradition familiale. Quant à André Lorthioir, si l’acte de mariage du 7 janvier 1867 ne contient aucune légitimation, c’est seulement parce que l’enfant, fruit de son concubinage avec Pauline Veevaert, sa future épouse, était mort deux mois auparavant. Parmi les quatre enfants de ce couple, Marie la seule survivante, âgée de 17 ans et 3 mois, accoucha d’une fille naturelle. Voilà donc, sur deux générations nées entre 1830 et 1875, la reproduction d’un même comportement.

  • 95 Le même phénomène de rajeunissement, avec des âges moyens équivalents, a été constaté pour Huy par (...)

144Accoucher à 17 ans n’était pas exceptionnel. En effet, les exemples de très jeunes filles accouchant dès l’âge de 15 ou 16 ans ne manquent pas : en 1874, Louise Lecomte, une tisserande née à Bruges, eut, à l’âge de 15 ans 7 mois, un garçon. Marie Leclercq, une journalière de 16 ans, accoucha en 1856 d’un petit Jules. En moyenne, cependant, les mères étaient un peu plus âgées : 43 % environ des mères avaient entre 20 et 24 ans. On note cependant une tendance au rajeunissement : pour les naissances intervenues à partir de 1850-1859, le poids des mères ayant entre 20 et 24 ans ne cessa de croître, passant de 33 % en 1840-1849 à 47 % pour 1880-1889, et surtout, celles de moins de 20 ans qui n’étaient que 5 % dans la décennie 1840-1849 représentaient, quarante ans plus tard, un cinquième des mères célibataires. L’âge moyen était de 28,6 ans pour la première décennie ; à partir de 1840, il diminua régulièrement pour être de 24,2 ans pour la dernière décennie95.

  • 96 L. Chevalier (1958) parle de « détérioration sociale » à l’origine du taux élevé d’illégitimité par (...)

145Tous ces exemples en fait témoignent de la réalité de la misère de certaines couches de la société roubaisienne. Globalement, toutes les familles d’ouvriers étaient menacées : les origines géographiques, avec leur cortège de différences culturelles, étant en quelque sorte largement occultées par la vie au quotidien, dans l’atelier, dans la courée. Si elle est avérée, l’immoralité dont parlait Th. Leuridan, était plutôt la conséquence de l’appartenance sociale, des problèmes de logement, de l’entassement urbain. Hommes et femmes travaillaient parfois dans les mêmes ateliers mais surtout ils vivaient souvent (littéralement) les uns sur les autres. Est-ce à dire qu’il faut interpréter la montée de l’illégitimité et du concubinage comme la conséquence directe de la révolution industrielle qui aurait été à l’origine d’une certaine démoralisation de la classe ouvrière96 ? Si les notables catholiques restaient soucieux de leur réputation et critiques vis-à-vis de la misère morale des ouvriers, la multiplication de naissances hors mariage influença l’attitude de la masse : l’opprobre touchant l’enfant illégitime n’était plus le même qu’au début du siècle, l’enfant né hors mariage était plus facilement accepté, considéré comme plus « normal » par l’autre, le légitime.

 

146Alors que, dans certaines régions, la révolution politique fut synonyme de révolution démographique, rien de tel ne se produisit à Roubaix en ce qui concerne la nuptialité. Endogamie comme homogamie, sociale ou culturelle, prédominaient, une stratégie matrimoniale fondée sur des préoccupations économiques conduisait à la consanguinité pour les familles de l’élite roubaisienne. Illégitimité et concubinage, plus répandus que dans le reste de la France, restaient cependant limités. Si certains contemporains y voyaient une conduite essentiellement caractéristique des populations immigrées, flamandes en particulier, il est difficile, au vu des chiffres, d’opposer des Françaises plus « immorales » à des Flamandes plus respectueuses de la loi de l’Église. Surtout, le concubinage de longue durée n’était que marginal. Oubliée l’abstinence, les relations sexuelles avant le mariage étaient bel et bien entrées dans les comportements des Roubaisiens ; il est évident que leur catholicisme s’accommodait fort bien de cet irrespect. Le décalage entre la morale religieuse et la morale populaire qui laissait faire, à partir du moment où le mariage permettait de régulariser la situation, fut de plus en plus grand au xixe siècle, ce qui traduit bien une des limites à la christianisation des mœurs. Légitimes ou non, les couples continuèrent jusqu’à la fin du siècle à se révéler particulièrement féconds.

Annexes

Annexe IV.1 Proportion de femmes mariées pour 100 femmes de 15 à 49 ans

Notes

1 J. Matras, 1965.

2 Les mariables sont les célibataires, veufs et divorcés, âgés de 15 ans et plus, cf. Annexe IV.1.

3 Les résultats de 1881 fort déconcertants ne peuvent être pris en compte.

4 Dans l’arrondissement de Lille, les taux de 1861 sont identiques (19,2 % et 16 % pour les hommes et femmes) ; en revanche, les taux français sont nettement inférieurs (10,9 % et 13 %), Bureau de la Statistique Générale, Statistique de la France, 2nde série, XIII, Résultats du dénombrement de 1861, Strasbourg 1864, cité par P. G. Spagnoli, 1977 a.

5 Pierre Pierrard (1965) liait immigration et faible taux de nuptialité à la difficulté qu’avaient les Belges pour obtenir les papiers pour se marier ; cf. infra l’œuvre de Saint François-Régis.

6 R. André, J. Pereira-Roque, 1974.

7 Toujours un peu supérieurs aux taux français, en particulier sous le Second Empire, les taux roubaisiens le sont aussi par rapport aux taux belges, ibidem.

8 L’inégalité des mois est corrigée selon le modèle proposé par L. Henry, 1980.

9 J. Dupâquier, (dir.) 1988.

10 Mai aurait été dévolu plutôt aux rapports de courtoisie, N. Belmont, 1973. Le mois de Marie n’était pas jugé favorable à la consommation d’un mariage, J. Houdaille, 1978.

11 Si les ouvriers n’éprouvent ni chômage, ni diminution dans leurs heures de travail, c’est qu’un assez grand nombre, dans cette saison de l’année, ont pu trouver à s’occuper dans les campagnes, AN, F/1cIII/Nord/8, rapport du Préfet du Nord, 2 juillet 1856.

12 Le mariage en temps clos n’était pas formellement interdit, le concile de Trente l’acceptant à condition de le célébrer sans cérémonie ; dans le diocèse de Tournai, depuis 1574, il fallait obtenir l’autorisation de l’évêque pour se marier pendant l’Avent et le Carême et une dispense de temps clos pour solenniser le mariage, J. -P. Bougard, 1981. Cette obligation de dispense peut conduire à penser que seules les familles les plus riches la sollicitaient d’autant qu’il fallait payer pour l’obtenir.

13 En raison de la loi du 13 fructidor an VI, appliquée du 1er vendémiaire an VII au 28 pluviose an VIII, la distribution dépendit alors du jour où tombait le décadi, ce qui impose de limiter les calculs à l’année 1797.

14 Le changement se produisit à partir de mai 1803. Il fallut donc au prêtre toute une année pour modifier les habitudes puisque le Concordat fut solennellement publié, en l’église paroissiale, le 1er mai 1802.

15 Nombre d’ouvriers, dont certains travaillaient le dimanche matin, prolongeaient de plusieurs heures, voire d’une journée, le repos dominical.

16 N. Bonneuil, 1992.

17 Comme on se mariait peu en janvier, le mariage aurait été célébré après Pâques.

18 R. Deniel, L. Henry, 1965. Dans certaines régions agricoles du Pas-de-Calais, au milieu du XIXe siècle, les rapports sexuels prénuptiaux étaient même jugés nécessaires puisque la femme devait prouver sa capacité à engendrer des héritiers ; les filles se laissaient d’autant plus séduire que c’était pour elles un moyen sûr de se marier, Y.-M. Hilaire, 1977. Le test de la fécondité ou « mariage à l’essai » est d’ailleurs repris par P. Laslett dans sa typologie des conceptions prénuptiales, 1980.

19 P. Pierrard (dir.), 1978. En 1867, Les Rédemptoristes décrivaient Roubaix comme une ville où il y a encore un grand fonds de foi, où l’on est avide de la parole de Dieu, cité par Robert Leduc, 1969 ; Y.-M. Hilaire, 1966.

20 A partir de 1792, et c’est très clair jusqu’en 1829, les mariages célébrés pendant le Carême l’étaient plutôt pendant la dernière semaine, celle qui suit la fête de Pâques, peut être considérée comme moins sacrée. A partir de 1860, le nombre des unions redevint assez grand pour discerner une préférence pour la dernière semaine qui resta fort prisée par les conjoints. L’évolution pour l’Avent est bien plus surprenante puisque ces six semaines furent fort peu l’occasion de mariages avant 1870. De plus, il n’est guère possible de distinguer de tendance dans la répartition dans le temps, même si à partir de 1850, le choix se portait plutôt sur les deux premières semaines du temps clos.

21 La pratique variait d’une région à l’autre : en Blayais, le Carême était peu respecté alors que c’était l’Avent en Vexin (P. Bourdelais, J.-Y. Raulot, 1978). Dans les bassins industriels en aval de Liège, le temps clos du Carême était moins bien respecté et celui de l’Avent ne l’était plus du tout (R. Leboutte, 1988) ; en revanche, dans le Borinage, à partir de 1848, le nombre des mariages en temps clos augmenta, de manière nette à partir de 1858, mais les mariages en Carême furent plus nombreux que ceux célébrés pendant l’Avent (J.-P. Bougard, 1981).

22 17,6 % des mariages célébrés en temps clos à Wasmes et Warquignies de 1859 à 1870 alors qu’à Roubaix pour la décennie 1860-1869, le pourcentage est de 4,1 %. Il est vrai que, dans le Borinage, il s’agit de mariages religieux et que je ne peux juger que des mariages civils.

23 Selon l’enquête TRA, dans le Nord, au xixe siècle, l’âge au mariage de l’homme (rural ou urbain) est situé dans le groupe 28,2 à 29 ans et celui de la femme dans le groupe 25 à 25,5 ans (N. Bonneuil, 1992).

24 De même, un certain nombre de baptêmes furent alors célébrés ailleurs pour échapper à ce problème de conscience.

25 En Flandre et Brabant, les années 1850-1859 correspondent à des maxima absolus (29,7 ans comme âge moyen), C. Vandenbroeke, 1977.

26 En 1880-1889, il est de 27,51 ans pour les hommes et de 24,73 ans pour les femmes.

27 N. Bonneuil, 1992.

28 L’âge moyen des Belges restés au pays était plus élevé encore : 30,5 et 28,6 ans pour les hommes et les femmes unis de 1852 à 1856 et respectivement 28,6 et 26,7 en 1886-1890, R. André, J. Pereira-Roque, 1974.

29 E. Van De Walle, 1972.

30 J. R. Lehning, 1983. L’enquête TRA va dans le même sens, au moins quant au maintien de petits propriétaires, N. Bonneuil, 1992.

31 R. Leboutte, 1988. De même, dans le Cambrésis et le Saint-Quentinois, la proto-industrialisation n’était pas toujours source d’abaissement relatif de l’âge au mariage, D. Terrier, 1996.

32 D. Terrier, Ph. Toutain, 1979.

33 P. Delsalle, 1989. Des constats semblables ont été faits pour Tilburg, A. Janssens, 1993. Pour les ouvriers du textile de Rumbeke, en Flandre orientale, l’âge au premier mariage pour les hommes entre 1815 et 1889 était de 29,5 ans et de 27,8 pour les femmes, l’écart avec les laboureurs étant respectivement de 3,4 et de 1,2 ans, C. Vandenbroeke, 1977.

34 Dr L. Villermé, 1840.

35 AN, C 3019/1, Enquête parlementaire sur la situation des classes ouvrières en France 1872-1875, réponses de Lefebvre-Ducatteau, fabricant de tissus à Roubaix, pièce 38, F° 4 ; réponses de la Chambre de Commerce de Lille, pièce 76, F° 2.

36 L’enquête TRA montre que l’activité retarde l’âge au mariage des femmes, à l’inverse de l’instruction qui l’avance, N. Bonneuil, 1992. En revanche, à Roubaix, la signature au mariage n’apparaît pas comme un facteur discriminant en matière d’âge au mariage.

37 L’écart peu élevé, 2 ans environ, caractérise la famille occidentale, J.-L. Flandrin, R. Wall, 1978.

38 L’écart moyen est inférieur à un an lorsque le mari est âgé de 20 à 29 ans et dépasse 11 ans pour les hommes mariés de 40 à 49 ans. L’écart d’âge varie également en fonction de l’âge moyen de la femme : si, mariée entre 20 et 29 ans, elle était de 2 ans et demi la cadette de son époux, elle était plus âgée que lui quand elle se mariait à 30 ans et plus (plus d’un an d’écart pour les femmes mariées entre 30 et 39 ans et plus de 4 pour celles mariées entre 40 et 49 ans).

39 L’un des 5 divorces enregistrés pendant la période révolutionnaire n’était en fait qu’un « divorce politique » : François Ernest Destombes, fabricant, avait épousé en 1791 Sabine Wacrenier-Castel ; le divorce fut prononcé le 2 novembre 1794 à la requête de l’épouse, l’époux étant actuellement émigré. Or, en août 1797, Sabine mettait au monde une fille qu’elle déclarait provenir des œuvres dudit François Ernest et deux autres naissances suivirent. En 1806, la famille au complet vivait à Roubaix, considérant que ce divorce était sans aucune valeur devant Dieu puisqu’aucun autre mariage n’était venu renouveler le premier engagement ; Sabine à son décès fut d’ailleurs déclarée divorcée. La loi Naquet n’eut guère de succès à Roubaix avant 1889, comme dans l’ensemble du département (le nombre des divorces y resta inférieur à la moyenne nationale jusqu’à la fin du siècle). Les divorces ouvriers étaient moins nombreux que ce que l’on pouvait penser pour plusieurs raisons : choix du concubinage, rupture de fait du mariage sans dissolution légale pour échapper aux tracas judiciaires, enfin coût financier et impossibilité d’obtenir une pension alimentaire qui faisaient reculer nombre d’ouvrières maintenant « leur union comme un pis-aller », N. Dombrowski-Keerle, 1972. D’autres facteurs concourent à expliquer la faiblesse des taux comme l’influence religieuse vivace.

40 La relative faiblesse des taux de remariage pour les veufs sans enfant s’explique par l’absence de nécessité de retrouver un époux pouvant subvenir aux besoins de la famille ou une épouse pour l’entretien de la maison.

41 Les fréquences réduites pour ces groupes résultent, avant tout, de la taille restreinte des échantillons.

42 M. Segalen, A. Jacquard, 1971.

43 La reproduction (81,5 % des mariés de 1740 à 1889 appartenaient à la même catégorie que leur père) est maximale dans ce groupe.

44 La reproduction sociale y était également un peu moins forte (57 %) ; il y eut toujours entre un quart et deux cinquièmes des mariés dont le père appartenait aux classes moyennes.

45 Félix-Paul Codaccioni (1976) a bien montré cette « quête d’évasion sociale » pour l’ouvrier plus ou moins qualifié au contact quasi quotidien de l’artisan de la production.

46 J’ai réuni ici les deux groupes ouvriers du textile et autres.

47 Les groupes ont été constitués à partir de la comparaison de la première mention professionnelle aux suivantes.

48 Plus nombreux étaient les jeunes gens qui, parce qu’ils étaient à l’aube de leur vie professionnelle, appartenaient aux classes moyennes en ascension et étaient en situation d’hypergamie apparente.

49 Ad. Van Der Woude, 1993.

50 J.-P. Hirsch, 1991.

51 Ibidem.

52 P. Deyon, 1979 ; J.-P. Hirsch, 1991 ; P. Pouchain, 1998.

53 Il existait cependant des exceptions au moins sur une génération, peut-être motivées par le désir de promotion ; une fois les objectifs atteints, la génération suivante renouait avec le catholicisme et la famille nombreuse : ainsi les familles Gruart-Delos ou Lagache-Segard.

54 Pauline Grimonprez, mère d’Adèle Bossut, et Eugénie Grimonprez, épouse de Jean-Baptiste Cavrois, étaient deux des filles de Pierre Alexandre Grimonprez et de Hyacinthe Victoire Bulteau.

55 Les 5 principaux maîtres, à la tête de la Manufacture en 1761, étaient Louis Delebecque, Constantin Florin, Liévin Defrenne, ainsi que la veuve de Pierre Delebecque et Jacques Dujardin. Les 3 premiers appartenaient à des familles pratiquant les unions consanguines plus ou moins régulièrement.

56 Floris avait précédemment épousé, le 3 mai 1774, Marie Bulteau-Guelton, grâce à une dispense du troisième au quatrième degré de consanguinité.

57 Une de leurs filles, également prénommée Florine, épousa Eugène Bulteau-Florin, frère de l’époux de sa cousine germaine.

58 De leurs deux enfants, seule Louise vécut assez pour se marier, ce qu’elle fit en 1833 en épousant son cousin germain Carlos Florin.

59 Ce type d’alliance n’était cependant pas réservé aux seuls notables. Le choix d’un conjoint parmi les relations familiales résultait alors simplement d’une longue fréquentation. Elevés sous le même toit, les enfants de deux veufs remariés ensemble s’unissaient à leur tour : ainsi Jean-Baptiste Laes, tisserand, épousa-t-il, en 1844, Florine Gauquié, la fille de la seconde épouse de son père (cf. supra, p. 181). Joseph Waegemacker, ouvrier serrurier, se maria, en 1836, avec Sophie Bernard-Lemahieu ; sa soeur, Joséphine Waegemacker, épousa, en 1848, Henri Lemahieu-Bourgois, neveu de sa belle-sœur. En fait, le père d’Henri était un enfant naturel que la mère de Sophie avait eu avant son mariage et qui, sans avoir été reconnu, fut élevé par le couple Bernard-Lemahieu.

60 De toutes les plaies qui rongent le corps social depuis la fin du siècle dernier, il n’en est point de plus effrayante que celle du concubinage dans les classes inférieures, Notice sur l’établissement de la Société de Saint-François-Régis de Lille, 1839, cité par Th. Leuridan, 1860.

61 Th. Leuridan, 1862. Nombre d’enquêtes et la littérature du xixe siècle véhiculaient souvent ce genre de discours à propos des « classes dangereuses ». C’est à partir de l’analyse de ces sources que Louis Chevalier (1958) écrit que « le concubinage n’est pas seulement le fait d’importants effectifs ouvriers, mais qu’il est une habitude ouvrière », « une des formes de la civilisation populaire ».

62 ADN, M 222/373.

63 La loi du 3 juillet 1846, qui dispensait les indigents des droits de timbre et d’enregistrement, ne s’appliquait qu’aux actes français.

64 La société lilloise, créée en septembre 1839, patronna « son » premier mariage, célébré le 12 janvier 1840, P. Pierrard, 1965. Sur le rôle de cette société à Paris, voir M. Frey, 1978.

65 C’était le cas en particulier au début du xixe siècle, lorsque le concubinage était mal vu.

66 L’exiguïté du logement et la promiscuité qui en découlait pouvaient aussi transformer en concubin le sous-locataire qui ne disposait que d’un seul matelas, à l’abri d’un rideau.

67 Pour certains contemporains, il y avait adéquation entre les deux phénomènes : La moyenne des naissances illégitimes est d’environ 10 %. On peut en conclure à une moyenne à peu près égale d’unions irrégulières, AN, C 3019/1, Enquête parlementaire sur les conditions de travail en France, réponses de Lefebvre-Ducatteau, fabricants de tissus à Roubaix, pièce 38, F° 4.

68 Selon la loi, l’enfant illégitime est un enfant adultérin ou incestueux, alors que l’enfant naturel, lui, est né de parents non mariés.

69 C’est ce que font, pour Paris, L. Chevalier (1958) ou M. Frey (1978).

70 Pour les accouchements à l’hôpital dont la fréquence augmente, la reconnaissance est la seule possibilité d’isoler le concubinage.

71 La mortalité infantile des enfants illégitimes n’était sans doute pas beaucoup plus élevée étant donné que les accouchements avaient lieu en présence d’une sage-femme (c’était elle qui déclarait l’enfant) ce qui n’était pas forcément le cas pour les autres femmes ; en outre, ce furent les mères célibataires qui les premières, à partir des années 1880, eurent plus fréquemment recours à l’hôpital pour mettre leur enfant au monde. P. Pierrard (1975) l’a aussi constaté à Lille, sous le Second Empire. Or une naissance à l’hôpital n’entraînait qu’indirectement, pour l’enfant, un risque supérieur, au contraire de la mère, du moins avant la révolution de l’asepsie.

72 Annuaire statistique de la ville de Paris, 1880, cité par L. Chevalier, 1958.

73 Faisant figure d’exception dans l’élite, l’illégitimité existait pourtant (cf. les cousins Alexandre Dujardin et Euphémie Castel, p. 196).

74 C’est ainsi qu’à Mulhouse, les ouvriers textiles désignaient le concubinage, Dr L. Villermé, 1840.

75 Les naissances hors mariage représentaient en 1788 environ 12,5 % des naissances lilloises, (A. Lottin, 1970), mais 25 % à Toulouse et 19 % à Bordeaux, à la veille de la Révolution. Un demi siècle plus tard, en 1839-1843, le pourcentage bordelais atteignait 35,7 %. Pour l’ensemble de la France, voir Y. Blayo, 1975. A Gand, les naissances illégitimes passèrent de 7 %, à la fin de l’Ancien Régime, à 18 % dans les années 1820-1830, K. Van Der Plaetse, G. Verbeurgt, 1990.

76 A Sainghin-en-Mélantois, le pourcentage, sur l’ensemble du xviiie siècle, ne dépassa 1 % que pour la dernière décennie (1,7 %) mais il s’éleva à 6,3 % dans la décennie suivante ; l’augmentation fut ensuite du même ordre que celle enregistrée à Roubaix, 10 % pour 1840-1849 contre 9,2 % à Roubaix, R. Deniel, L. Henry, 1965.

77 L’acte de la première naissance en 1818 ne faisait même pas mention de l’illégitimité et, en 1820, dans le dénombrement, Augustin et Adélaïde apparaissaient comme mariés.

78 Cl-H. Dewaepenaere, 1972.

79 F. Barbier, 1983.

80 P. Pierrard, 1965.

81 P. Pierrard, 1975.

82 Peter Laslett voyait dans l’augmentation de l’illégitimité, la conséquence de l’existence d’un groupe marginal sexuellement plus libre où la pauvreté, plusieurs enfants illégitimes et la prostitution iraient de pair.

83 Parallèlement, de 22 % pour 1770-1799, le taux de conception prénuptiale passa à 31 % pour la période suivante et 44 % pour 1830-1859, stagnant à 38 % par la suite.

84 AMR, Rapports sur l’administration et la situation des affaires de la ville de Roubaix, de 1868 à 1889.

85 Il est vrai que le pourcentage d’enfants morts est supérieur dans le cas d’enfants illégitimes (37 % pour l’ensemble de la période) ; le lien entre cette surmortalité et le fait qu’ils n’étaient pas reconnus par leur père semble évident car, quelle que soit la décennie, cette différence se retrouve. Elle existe également pour les enfants nés sans vie qui, à l’exception des années 1820-1829, sont toujours proportionnellement bien plus nombreux parmi les illégitimes, soit du fait de plus médiocres conditions de vie, soit du fait de tentatives d’avortement.

86 La mortalité générale des illégitimes restait stable (entre 18 et 26 % selon les décennies).

87 Dr A. Faidherbe, 1894-1895.

88 Rapport sur l’administration et la situation des affaires de la ville de Roubaix présenté par le maire en conseil municipal dans la séance de mai 1862, AMR, F V 5/189.

89 Le taux moyen pour l’ensemble des nationalités était de 13,98 %, ADN, M 475/152 à 156.

90 Une fois et demie plus fort qu’en Belgique, Cl.-H. Dewaepenaere, 1972.

91 On retrouve d’ailleurs les principaux foyers de Flandre orientale, Flandre occidentale et du Hainaut.

92 Si l’on oppose toutes les Nordistes aux Belges, les pourcentages sont respectivement de 49,6 % et de 46,85 %.

93 A. Faidherbe, 1874.

94 Il est vrai que, sur les 9 enfants, 3 moururent avant l’âge de 2 ans.

95 Le même phénomène de rajeunissement, avec des âges moyens équivalents, a été constaté pour Huy par M. Oris, 1985.

96 L. Chevalier (1958) parle de « détérioration sociale » à l’origine du taux élevé d’illégitimité parisien.

Table des illustrations

Titre Graphique IV.1. Natalité, nuptialité et mortalité, moyennes quinquennales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau IV.2. Évolution des taux de célibat à 50 ans et de masculinité
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique IV.2. Évolution du mouvement mensuel des mariages à Roubaix selon les groupes socioprofessionnels
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique IV.3. Age moyen au premier mariage
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau IV.3. Comparaison de l’âge moyen au premier mariage des paysans et des ouvriers textiles
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique IV.4. Distribution selon l’origine géographique des hommes mariés de 1740 à 1749
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique IV.5. Distribution selon l’origine géographique des femmes mariées de 1740 à 1749
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique IV.6. Distribution selon l’origine géographique des hommes mariés de 1880 à 1889
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique IV.7. Distribution selon l’origine géographique des femmes mariées de 1880 à 1889
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique IV.8. Distribution des hommes du groupe terre selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique IV.9. Distribution des hommes du groupe élite selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique IV.10. Distribution des hommes des classes moyennes selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique IV.11. Distribution des ouvriers textiles selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique IV.12. Distribution des autres ouvriers selon leur statut socioprofessionnel et celui de leur père et beau-père
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique IV.13. Statut socioprofessionnel des père et beau-père des classes moyennes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique IV.14. Statut socioprofessionnel des père et beau-père des ouvriers et de ceux en ascension sociale
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique IV.15. Statut socioprofessionnel des père et beau-père des ouvriers textiles et de ceux en ascension sociale
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 1 Familles DEFRENNE et DELAOUTRE
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 2 Familles DEFRENNE-PROUVOST
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 3 Famille BREDART-DESAINT
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 4 Familles MOTTE-CLARISSE et GRIMONPREZ-BUISINE
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 5 Famille WATTINNE-DEWAVRIN
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 6 Familles WIBAUX-LEPERS et PARENT-SAZIN
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau IV.4. Évolution de l’illégitimité à Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique IV.16. Distribution des mères d’enfants illégitimes selon leur lieu de naissance
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55962/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540