Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La population de Roubaix

 | 
Chantal Petillon

Chapitre III. Une ruée d’hommes

Texte intégral

  • 1 E. Verhaeren.

Et de partout on vient vers elle,
Les uns des bourgs et les autres des champs,
Depuis toujours, du fond des loins
1.

1Etudier la formation de la population roubaisienne, entre 1740 et 1889, et donc les migrations qui sont, pour une large part, à la base de l’essor de la ville, nous conduit aussi à mieux cerner ces populations, en tentant de comprendre les raisons de leur venue à Roubaix. Il s’agit ici avant tout d’une pesée et d’une analyse de l’immigration, même si certaines remarques se rapportent à l’émigration, plus difficile à préciser.

2Le vocable « immigrant » pour toute personne née à l’étranger convient mieux que celui d’« étranger » étant donné la législation de la nationalité et en raison de la perception qu’en avaient les hommes de l’époque : au xviiie siècle, les « étrangers », tous ceux nés hors de la paroisse, rarement fort loin ou au-delà de la frontière, étaient donc plus souvent des immigrants de l’intérieur. Jusqu’au milieu du xixe siècle, des Belges, installés depuis de longues années et parfaitement intégrés, étaient, comme leurs enfants, étrangers, alors que, à partir de la réforme de 1851, des Belges, arrivés récemment mais nés pendant le régime français, pouvaient en fait être parents d’enfants nés en France qui étaient automatiquement français, sauf à revendiquer leur qualité d’étranger dans l’année qui suivait leur majorité. Parmi les natifs de Roubaix, il y avait également des Belges. Dès lors, c’est bien la notion de non-natifs ou d’immigrants qui s’impose car le lieu de naissance n’implique pas une nationalité.

I. De toutes parts le travail appelle une population nouvelle et plus nombreuse2

  • 2 AN, F12/6876, réponse d’Auguste Mimerel au Ministre du Commerce, le 4 septembre 1833.

3Qu’était-ce donc qu’un « Roubaisien » ? Quel était son âge, son sexe, son état matrimonial ? La qualité variable des sources ne permet pas toujours de répondre à toutes les questions, d’autant que les flux d’émigration ne sont pas directement saisissables. L’approche choisie repose principalement sur l’étude des lieux de naissance des 22 790 mariés du corpus. La répartition pour l’ensemble de la période fait apparaître le poids des natifs (près de 50 %) qui, cependant, ne cessa de régresser au xixe siècle. L’immigration jouant donc un rôle important, il fallait opposer, même pour l’étude de la structure de la population, élaborée à partir des dénombrements et recensements, le temps de la croissance lente, avec des migrations réduites, à celui de la croissance vertigineuse.

Au xviiie siècle, une majorité de sédentaires

  • 3 Ce rajeunissement au xixe siècle se retrouve dans les régions en aval de Liège, alors que l’indice (...)

4Malgré certaines imprécisions, il faut partir du dénombrement de 1764 pour mieux connaître les habitants de Roubaix sous le règne de Louis XV, la quasi-totalité des personnes dénombrées ayant déclaré un âge. L’indice de vieillissement ou de sénilité, c’est-à-dire le rapport des 65 ans et plus aux moins de 14 ans, est de 12, soit plus que ce que l’on trouve un siècle plus tard (cf. Tableau III.1)3. Cette distorsion résulte de la faiblesse relative des migrations sous l’Ancien Régime, à l’inverse du Second Empire. Cela se traduit aussi par une structure par âges où la part des habitants âgés de 60 ans et plus (cf. Graphique III.1) est plus grande qu’au siècle suivant.

Tableau III.1 Evolution de l’indice de vieillissement à Roubaix

Tableau III.1 Evolution de l’indice de vieillissement à Roubaix
  • 4 D’autres facteurs interviennent car la jeunesse de la population se retrouve également de l’autre c (...)
  • 5 AMR, BB-17 pour 1764, F Ib/59 pour 1803, F Ia/3 pour 1806, /4 pour 1820.

5La structure par âges au début du xixe siècle reste assez stable, même si, en 1820, la part renforcée des jeunes adultes (les 20-39 ans représentaient un quart de la population en 1801, 28,1 % en 1806 mais 31 % en 1820) traduit la venue de jeunes gens, amorcée après Waterloo4. Le rapport de masculinité reste stable : 98 en 1764, 98,6 en 1803, 99,7 en 1806 et 98,3 en 18205 ce qui ne traduit pas un grand déséquilibre.

  • 6 AMR, GG-292/27, Procès-verbal de retrouve des étrangers établis dans le bourg et paroisse de Roubai (...)
  • 7 Le seul migrant venu de la France lointaine arrivait de Faycelles, diocèse de Capdenac ; il était t (...)
  • 8 J.-P. Poussou, 1970.

6Le dénombrement de 1764 étant muet sur les origines géographiques, il faut partir des déclarations, parfois imprécises, faites au clergé ainsi que des recensements d’étrangers. Celui organisé en 17716 fait apparaître un recrutement essentiellement local, dans la région de la fabrique : 5 des 7 paroisses limitrophes fournirent, à elles seules, 25 des 66 chefs de famille. Ceux-ci, en majorité, avaient parcouru moins de 10 kilomètres7 et, sur les 17 originaires des Pays-Bas autrichiens, la plupart étaient nés à proximité : 7 dans des paroisses hennuyères, situées à moins de 10 kilomètres et 4 seulement à plus de 20 kilomètres. « Micro-déplacement » ou « micro-migration »8 ? Difficile d’apporter une réponse mais nul doute que le changement de domicile n’engendrait ni changement de vie radical, ni déracinement.

Graphique III.1. Répartition de la population par groupes d’âges

Graphique III.1. Répartition de la population par groupes d’âges

7Il est difficile d’estimer la part des migrants dans la population : en effet, tous ne se mariaient pas à Roubaix ; par ailleurs, si la composition du ménage est indiquée, il n’y a aucune précision quant au lieu de naissance de la femme et des enfants. Si l’on considère que ces familles étaient entièrement composées de migrants, le pourcentage de la population ayant migré serait au mieux de 3,3 % ; mais bon nombre des enfants en bas âge naquirent, sans doute, à Roubaix, comme ceux des familles que j’ai pu repérer.

  • 9 AMR, GG-292/50, Procès-verbal de rétrouve des étrangers établis dans le bourg et paroisse de Roubai (...)
  • 10 Il est inconnu pour 12 personnes, surtout journaliers et garçons boulangers.

8L’opération de recensement fut renouvelée en 17779 : sur les 311 étrangers dont le lieu de naissance est connu10, 165 sont nés dans les 7 paroisses limitrophes. Cela confirme donc l’importance du bassin de recrutement proche, comme l’attestent également les unions célébrées à Roubaix pendant cette période. En revanche, le poids de la population « étrangère » aurait, a priori, beaucoup augmenté, atteignant, au maximum, environ 17 % des habitants. Mais la durée de présence à Roubaix, qui est parfois précisée, laisse à penser que le poids réel des non-natifs devait être moindre, étant donné l’existence de familles installées depuis longtemps, plusieurs années ou 5, 10 voire même plus de 20 ans à Roubaix (39 ans pour Louis Lefebvre, natif de Tourcoing), ce qui impliquait que leurs enfants, du moins les plus jeunes, y étaient nés.

9Passer de 3 % à plus de 10 % semble quand même surprenant d’autant qu’entre 1764 et 1789, le solde migratoire n’intervint pas dans la croissance de la population. En fait, la raison majeure tient à un certain sous-enregistrement en 1771 : en effet, on ne retrouve que fort rarement les familles qui, d’après le procès-verbal de 1777, étaient déjà installées lors du premier relevé. Ainsi lorsqu’il se maria en février 1771, Michel Delcambre, né à Marchiennes, déclara résider à Roubaix depuis 13 mois, il fut d’ailleurs enregistré en 1777 mais il ne figurait pas dans le document du 13 mars 1771.

  • 11 AMR, F Ia/3, 1806 et F Ia/4, 1820.
  • 12 V. Aelbrecht, 1987.

10Les dénombrements du début du xixe siècle11 (cf. Tableau III.2) confirment également le poids des natifs et un bassin de recrutement relativement limité : seuls 3,4 % de la population en 1806 et 8,8 % en 1820 déclaraient un lieu de naissance hors de France. En 1820, 8,5 % de la population étaient nés en Belgique, le pourcentage étant comparable à Tourcoing, 7,4 %12. Mais Roubaix était alors seulement à l’aube de la phase d’immigration massive.

Tableau III.2 Origine des populations dénombrées à Roubaix en 1806 et 1820 selon leur déclaration (%)

Tableau III.2 Origine des populations dénombrées à Roubaix en 1806 et 1820 selon leur déclaration (%)

Graphique III.2. Evolution de la part des natifs dans les mariages

Graphique III.2. Evolution de la part des natifs dans les mariages
  • 13 78 mariages furent célébrés en cette année de récupération contre une moyenne annuelle de 45 pendan (...)

11L’étude des lieux de naissance des conjoints permet de mieux cerner l’aire de recrutement de la population roubaisienne (cf. annexe III.1). Au xviiie siècle, l’immigration ne se révèle pas décisive dans le renouvellement des habitants, comme elle peut l’être pour certaines grandes villes. Les natifs demeurent majoritaires (cf. Graphique III.2). Pourtant, les années 1740-1744 paraissent se singulariser par un très faible pourcentage de natifs ; l’immigration, sans être nulle, ne fut pas massive, d’autant que cette période fut marquée, à Roubaix, comme ailleurs, par une crise démographique, peu propice aux migrations. Même si quelques conjoints sont de fait des non-natifs, venus à Roubaix en 174313 pour se marier (ou se remarier), la raison majeure de cette distorsion est le poids anormalement élevé, par rapport aux autres périodes, des lieux de naissance inconnus : plus de 80 % des « x » de l’ensemble de la décennie (qui est, elle-même, celle où l’on en enregistre le plus), datent des années 1740-1744. L’on est donc confronté à la qualité des sources : en effet, la formule couramment utilisée dans les actes est de cette paroisse sans qu’il soit précisé s’il s’agit du lieu de naissance et/ou de résidence ; beaucoup résidaient à Roubaix, lors de leur mariage, et l’on peut donc penser qu’un certain nombre était, en fait, né à Roubaix mais ils ont été codés « x » car cela n’a pu être prouvé. En les défalquant, la part des natifs est alors 46 % pour les hommes et 68 % pour les femmes unis de 1740 à 1744, et 63 et 74 % pour les cinq années suivantes, résultats plus conformes à ceux des périodes ultérieures.

  • 14 J.-P. Poussou, 1984.
  • 15 J-P. Bardet, 1983 et M. Garden, 1970.

12Ces proportions sont voisines de celles de certaines grandes villes. Bien que Roubaix ne fût pas, alors, une « vraie » ville, avec tout ce que cela implique de capacité d’attraction, les résultats bordelais et roubaisiens sont, en effet, curieusement proches : alors qu’à Bordeaux, 39,4 % des hommes et 25,5 % des femmes mariés de 1737 à 1791 étaient des immigrants14, les non-natifs mariés à Roubaix de 1740 à 1789, représentent 37,4 % des hommes et 27,3 % des femmes. En revanche, à Rouen, au xviiie siècle, la moitié des mariés étaient des immigrants et, à Lyon, les pourcentages étaient sensiblement du même ordre : 60,3 % des hommes et 52,8 % des femmes unis entre 1749 et 1751 étaient des non-natifs et ils étaient encore respectivement 57,8 % et 53 % à la veille de la Révolution15.

13Au xviiie siècle, le Roubaisien était donc avant tout un adulte (55 % des habitants avaient entre 15 et 54 ans), natif du bourg proto-industriel, ce qui ne fut plus vrai au lendemain de la chute de l’Empire.

Les vagues migratoires du xixe siècle

  • 16 Toutes ces estimations sont, cependant, à prendre avec précaution, étant donné les problèmes posés (...)
  • 17 AMR, F Ia/16, 1886. Au 31 décembre 1889, 23 375 étrangers avaient fait une déclaration d’identité e (...)
  • 18 R. André et J. Pereira-Roque, 1974, J. Stengers, 1982.

14A partir de 1820, état civil et récapitulatifs des recensements ont été exploités. L’état civil reste la source essentielle, en particulier en ce qui concerne le poids respectif des natifs et des migrants. L’exploitation conjointe de ces sources permet de voir se constituer la population, se dessiner le portrait-robot du migrant, de cerner les apports migratoires des différentes tranches d’âges, dans la deuxième moitié du siècle. Les effectifs des étrangers ne cessèrent de s’accroître à partir de 1815-1820. Si, en 1851, les Français d’origine et naturalisés représentaient encore 62 % des 34 698 habitants, en 1866, les étrangers constituaient déjà une très forte minorité, 47,65 % (47,1 % de Belges) des 64 706 personnes recensées16. Par la suite, les effectifs belges augmentèrent encore pour devenir majoritaires. Le recensement de 1886, le dernier avant la modification de la loi sur la nationalité, faisait état de plus de 54 % d’étrangers sur les 100 299 habitants17 mais avec presque autant d’étrangers nés à Roubaix (preuve, sinon d’une certaine intégration, du moins d’une résidence prolongée à Roubaix), qu’au-delà de la frontière. 98,9 % étaient de nationalité belge, ce qui doit être rapproché des bilans migratoires de ce pays négatifs à partir de 184718.

  • 19 Y. Lequin, 1977.

15L’étude des mariages confirme le renforcement du poids des migrants. La part des natifs, déjà diminuée pendant la période révolutionnaire, se réduisit nettement après la fin de l’Empire, au point que les non-natifs devinrent majoritaires ; le même phénomène s’observe pour les femmes, mais avec un décalage de 10 ans. Au milieu du siècle, les immigrants étaient de plus en plus nombreux : ainsi, dans la décennie 1850-1859, 67 % des époux et 62 % des épouses étaient originaires d’autres communes, proportions proches de celles trouvées, à la même époque, pour les seuls ouvriers de la région lyonnaise19. Le poids maximum des non-natifs fut atteint dans la période 1860-1889. Toutefois, le pourcentage des natifs augmenta, légèrement, à la fin de la période étudiée ; beaucoup, parmi eux, appartenaient à des familles arrivées sous le Second Empire, lors de la prospérité.

  • 20 Cl. Desama (1985) fournit une estimation de 35,9 % d’immigrants en 1806 mais parmi les seuls adulte (...)
  • 21 Cl. Desama, 1985, M. ORIS, 1994.
  • 22 R. Leboutte, 1988.
  • 23 M. Oris, 1994.

16Au cœur des régions septentrionales, Roubaix apparaît particulièrement attractive, bien plus que certaines villes industrielles belges. S’il est difficile de comparer Roubaix et Verviers, à l’aube du xixe siècle20, cela devient possible par la suite : en 1846, on comptait environ 49,3 % d’immigrants parmi les adultes verviétois, pour l’ensemble de la population, le pourcentage était de 43 % en 1846 et, en 1910, de 46 %21. A Roubaix, les mariés de la décennie 1840-1849 sont non-natifs à 70 % pour les hommes et à 60 % pour les femmes : Roubaix attirait donc bien plus que Verviers. Le recrutement des bassins industriels en aval de Liège22 était également assez différent : pour le xixe siècle, 70 à 75 % des habitants étaient natifs des communes recensées, les autres étant surtout originaires de Belgique, le maximum de population née à l’étranger, pourtant tout proche, étant de 5,2 % pour la Basse-Meuse, lors du recensement de 1846. Les populations non-natives n’augmentèrent pas avant 1880. Les migrations se faisaient dans un périmètre restreint (moins de 10 kilomètres). Quant aux villes de Wallonie, centres manufacturiers importants qui comptaient les plus fortes proportions de non-natifs, les pourcentages (Limbourg 33 % en 1846, Liège 36 % en 1846 et 45 % en 1910)23 restent en général inférieurs à ceux de Roubaix.

17La comparaison des différents recensements permet aussi de comprendre les fluctuations du poids des natifs et non-natifs dans les mariages et, en particulier, la réduction de ces derniers à la fin de la période étudiée, tendance qui résulte, en fait, de réalités fort complexes. Pour tous les recensements, le nombre des hommes mariés est toujours supérieur à celui des femmes, l’écart pouvant même se révéler important : ainsi, en 1876, 495 hommes de trop soit 3,5 % de différence ; des hommes mariés migraient, en effet, sans toujours faire venir leur famille, constituant ces groupes de « solitaires » que l’on retrouve dans nombre de villes de l’industrie.

  • 24 Pour 1866-1872 et 1872-1876, la comparaison est impossible en raison de l’absence de rythme quinque (...)
  • 25 La comparaison de la proportion des mariés montre d’ailleurs une croissance de la part des hommes m (...)

18La population, au milieu du siècle, est particulièrement jeune : l’indice de vieillissement s’abaisse même à 7 en 1866 (cf. Tableau III.1). L’analyse de la structure par âges jusqu’en 1866 révèle aussi une augmentation significative des effectifs pour la tranche d’âges 0-4 ans et, dans une moindre mesure des 5-9 ans, à l’exception de 186624. Cela correspond à l’arrivée massive de jeunes adultes25, avec des enfants, à l’origine de l’important solde migratoire constaté sous le Second Empire, confirmant le caractère économique de la migration. En outre, dans la période 1856-1861, la migration se révéla nettement familiale puisque l’on observe même une croissance des personnes âgées de 55 à 59 ans en 1856 de 23 % pour les hommes et de 1,4 % pour les femmes alors que, pour les autres périodes, l’évolution était toujours négative.

  • 26 Dès 1880, commença une longue phase de dépression des prix agricoles et textiles et l’émigration re (...)

19Un autre phénomène majeur est l’augmentation systématique des effectifs féminins de 15 à 19 ans en raison de la venue de nombreuses jeunes filles, des domestiques en particulier. Parfois, cette migration concerne également l’ensemble de la famille et un accroissement non négligeable caractérise, alors aussi, les effectifs masculins de 15 à 19 ans, ainsi entre 1876 et 1881. Dans cette phase, le groupe des 45-49 ans de 1876 connut une croissance (plus 12,7 % pour les hommes et plus 24,1 % pour les femmes) plus rare, étant donné l’âge des migrants (50-54 ans en 1881) ; il en alla de même pour le groupe d’âges suivant, certes avec des pourcentages plus réduits (respectivement plus 3,4 % et plus 4,4 %). La conséquence, le vieillissement de la population, est bien sûr visible sur la structure par âges : 21,2 % pour la tranche des 40-59 ans en 1881 contre 18,4 % en 1876 et en 1886. S’agit-il de populations déjà actives depuis longtemps qui, en ce début des années 1880, auraient été attirées, avec leurs familles (dont des enfants de 20-24 ans), par la reprise de l’activité à Roubaix ? Il est d’ailleurs impossible de dire s’il s’agit de « vrais » migrants ou si ce sont des natifs, revenant à Roubaix à la fin de leur vie, dans un contexte économique particulier, Roubaix apparaissant comme un îlot de prospérité relative26. Il est vrai que cette période intercensitaire s’avère exceptionnelle dans la mesure où le groupe des 0-9 ans de 1876 baissa, pour les deux sexes, parce que la mortalité infantile et juvénile ne fut pas alors compensée par l’apport migratoire ; peut-être y eut-il même quelques départs (la période est marquée par l’excédent migratoire le plus réduit de toute la deuxième moitié du siècle). Toutefois, les groupes de jeunes adultes (25-34 ans en 1876) ne laissent pas présager de départs massifs.

  • 27 Si la population étrangère augmente moins vite que la française, cela peut également résulter des p (...)

20Les recensements de 1881 et 1886 permettent également d’estimer le poids des natifs dans la population et donc dans les mariages (cf. Tableau III.3 à Tableau III.5). La comparaison, partiellement possible, traduit néanmoins une évolution considérable pour une période aussi courte, évolution qui vient confirmer la croissance des natifs parmi les mariés et qui résulte de phénomènes complexes. La population comptabilisée a augmenté de 10,6 % entre les deux dates. En revanche, le nombre de non-natifs a diminué de 20 %, mais le nombre des individus de nationalité étrangère s’est accru de 8,98 %27 ; nombre d’entre eux sont donc bien nés à Roubaix.

21La réduction du poids du solde migratoire enregistrée à la fin de l’Empire et dans les premières années de la IIIe République intervient également : depuis 1872, en effet, le solde naturel ne représente pas moins de 70 % de l’augmentation de la population. Le solde migratoire, réduit de moitié en chiffres bruts entre 1867-1872 et 1876-1881, diminua encore de 1882 à 1886 : les migrants, a priori moins nombreux à arriver, le furent aussi à se marier.

Tableau III.3 Répartition de la population recensée en 1881 d’après le lieu de naissance (%)

Lieu de naissance

Homme

Femme

Roubaix

35,6

35,8

Autre commune du département

11,1

10,8

Autre département

3,8

5,1

Etranger

49,5

48,3

Total

100

100

Tableau III.4 Répartition de la population recensée en 1886 d’après le lieu de naissance (%)

Lieu de naissance

Français

Etranger

Roubaix

64,5

44,5

Autre commune du département

24,7

6,8

Autre département

7,6

1,4

Etranger

3,2

47,3

Total

100

100

22Les structures par âges peuvent aussi fournir quelques pistes pour mieux cerner les composantes de l’évolution du solde migratoire, faute de source quantitative sur l’émigration et l’immigration. En 1881, on comptait 9 835 enfants de moins de 5 ans, lors du recensement suivant, ils étaient 11 530, soit une augmentation de 17,2 % ; une partie d’entre eux naquirent à Roubaix, dans les familles arrivées juste après le mariage au début des années 1880 et ils contribuent donc à la croissance du nombre et de la part des natifs dans la population. Les trois premiers groupes d’âges de 1881 sont étoffés en 1886, ce qui ne peut se comprendre que par un apport migratoire de couples, attirés par le « mirage » roubaisien, venus avec des enfants jeunes, d’autant que la natalité brute commence à régresser. Etant donné l’âge de ces enfants, (les 5-9 ans et encore plus les 10-14 ans de 1886), leurs parents ne peuvent guère se trouver dans la classe d’âges des 25-29 ans, ils appartiennent surtout à la suivante qui, elle, augmente légèrement.

Tableau III.5 Evolution de la répartition selon le lieu de naissance

Lieu de naissance

1881

 %

1886

 %

Roubaix

32 314

35,7

53 764

53,7

Autre commune du département

9 946

11,0

14999

15,0

Autre département

4 006

4,4

4241

4,2

Etranger

44 306

48,9

27175

27,1

Total

90 572

100

100 179

100

23L’analyse de la structure par âges confirme le léger rajeunissement de la population : la part des jeunes non-nubiles des deux sexes passe de 28,5 à 32,9 % et, pour ce qui concerne les 0-19 ans, de 38,4 à 42,9 %. Ce rajeunissement ne peut s’expliquer que par l’arrivée, avec de jeunes enfants, de couples qui en eurent d’autres encore à Roubaix, ce qui confirme l’hypothèse précédente. En revanche, en 1886, les classes 20-29 ans sont moins nombreuses que les 15-24 ans de 1881 (cf. Tableau III.6) et ce, en dépit de l’afflux des filles âgées de 15-19 ans, souvent domestiques. Ces dernières, qui n’ont guère de chance de se marier à Roubaix, contribuent aussi à la diminution de la part des non-natives dans les mariées de 1885-1889, en baisse significative par rapport à 1881-1884.

Tableau III.6 Evolution des classes d’âges entre 1881 et 1886

Tableau III.6 Evolution des classes d’âges entre 1881 et 1886
  • 28 Pour la classe appelée en 1886, 472 des 622 inscrits furent déclarés aptes, les effectifs et les po (...)
  • 29 Si l’on peut penser que, dans la classe 15-19 ans de 1886, certains sont venus seuls pour trouver d (...)

24Si pour les hommes âgés de 20 à 24 ans en 1886, la conjugaison mortalité (maladies ou accidents du travail) et départ au service militaire28 explique la réduction des effectifs, en revanche, cela n’est pas plausible pour le groupe des 25-29 ans d’autant que le service militaire ne concernait ni les étrangers, ni les jeunes filles. La croissance par immigration des jeunes enfants29, qu’on n’ose imaginer abandonnés par leurs parents ( !), implique également que ceux qui partent sont des jeunes hommes célibataires. La comparaison des effectifs bruts et par statut matrimonial ainsi que le très faible rapport de masculinité (77,6 pour les 20-24 ans en 1886, contre 107,7 cinq ans plus tôt) l’attestent également. Or ce déséquilibre ne peut en aucun cas provenir de l’arrivée massive de jeunes filles, ni d’un plus grand nombre de départs de jeunes Français au service militaire ; il ne reste qu’une seule explication (outre des chiffres qui seraient erronés !) possible : la migration « économique » des jeunes hommes. Même si l’activité économique reprit à Roubaix au début des années 80, la prospérité n’était peut-être pas suffisante pour offrir du travail à toute la jeunesse présente, les progrès de la productivité pouvaient également commencer à réduire les besoins en main-d’œuvre. Se loger à Roubaix n’était pas aisé et, dans ces conditions, il peut aussi s’agir d’un phénomène de mobilité résidentielle, au profit des villes voisines. Les migrations quotidiennes ou hebdomadaires frontalières eurent également tendance à se développer à la fin de notre période, et l’on peut penser que ces « frontaliers » étaient plus enclins à se marier en Belgique, ce qui contribue aussi à la réduction de la part des non-natifs parmi les mariés, pour les années 1885-1889 surtout.

  • 30 D’autres villes, comme Halluin ou celles des bassins industriels en aval de Liège (R. Leboutte, 198 (...)

25Peut-être la diminution des effectifs nés à l’étranger s’explique-t-elle aussi par l’essor d’une certaine xénophobie qui toucherait davantage les Belges arrivés récemment que les familles établies depuis plus longtemps, dont les enfants, nés à Roubaix, côtoyaient à l’école leurs camarades français et qui, pour nombre d’entre elles, en particulier celles originaires de Wallonie, devaient souvent être considérées comme françaises par leurs voisins, surtout lorsque leur installation remontait à deux ou trois générations. Roubaix, entre 1881 et 1886, connut donc à la fois un départ de jeunes hommes célibataires surtout âgés de 25 à 29 ans et, en parallèle, une arrivée de couples âgés de 30-34 ans avec des enfants. Les migrations, à l’origine de la forte croissance ainsi que du renouvellement de la population, furent également responsables de sa jeunesse30.

  • 31 W. Köllmann, 1974 et Cl. Desama, 1985.

26L’analyse des structures de la population révèle donc une grande mobilité : comme toutes les villes qui connurent une industrialisation massive, Roubaix fut le théâtre d’une réelle transciency (turbulence)31. Cette rapide approche à travers les données censitaires ne permet cependant pas de connaître de manière précise les origines des hommes et des femmes qui vécurent et choisirent de se marier à Roubaix. L’étude de la formation de la population reste donc centrée sur l’analyse des origines des 11 395 couples unis à Roubaix, de 1740 à 1889, et dont les lieux de naissance ont été cartographiés.

II. La frontière gommée

La carte, mode d’emploi

  • 32 Par les réformes entreprises entre 1964 et 1983, le nombre des communes a été ramené de plus de 2 6 (...)

27Les cartes ont été construites à plusieurs niveaux : international, national, régional avec les départements du Nord et du Pas-de-Calais et enfin local pour le seul arrondissement de Lille. Le cadre communal a été retenu : en cas de regroupement récent (comme Ascq, Flers et Annappes devenues en 1970 Villeneuve d’Ascq), j’ai pris en compte la situation du xixe siècle. Pour la Belgique, il fallait choisir entre communes anciennes et nouvelles entités32 : pour respecter la réalité de la période étudiée, pour gagner en précision, nous avons indiqué, à l’intérieur des limites des entités, les points représentant les natifs de chacune des communes.

  • 33 « Sur la délimitation des langues française et flamande dans le département du Nord et du Pas-de-Ca (...)
  • 34 Voir la carte De la délimitation du flamand et du français dans le nord de la France en 1856, dress (...)
  • 35 Les filles, destinées à rester au pays, pouvaient se contenter du flamand à l’inverse des garçons p (...)
  • 36 P.-F. Barbault-Royer, 1989.
  • 37 Bruxelles, ville flamande, fut francisée dès le xviie siècle. La loi du 8 novembre 1962 la considèr (...)
  • 38 A une enquête sur l’usage des langues, le gouverneur de Flandre occidentale, le baron de Loen, répo (...)
  • 39 Même si l’on trouve parmi les natifs de Wallonie des patronymes en V et W du fait des migrations in (...)

28Il importait aussi de tenir compte des particularismes linguistiques pour les provinces belges mais aussi pour certaines régions françaises : la quasi-totalité de l’arrondissement de Dunkerque et quelques secteurs du Pas-de-Calais étaient terre d’expression flamande au début du siècle. Un demi-siècle plus tard, la langue flamande tend par une marche assez rapide à se retirer devant la langue française33. Peu à peu, l’école primaire se développant avec la loi Guizot, le français devint un peu moins « étranger » pour les habitants de Winnezeele, Houtkerque ou de Sainte-Marie-Cappel… ; dans les villes, Bailleul, Steenvoorde ou Dunkerque, l’influence française était plus présente. Toutefois, l’obligation d’enseigner en français ne fit pas disparaître tout de suite le flamand : sortis de l’école, les enfants vivaient dans un univers totalement flamand34. Encore faudrait-il établir des distinctions entre les garçons et les filles35. En pratique, l’appartenance sociale se révélait aussi fort discriminante et la remarque faite par un citoyen, originaire de l’île de Saint-Domingue, n’est pas pour surprendre : Le peuple ne parle, à Bailleul, ni français ni flamand ; c’est un langage composé de tout ce qu’il y a de plus mauvais dans les deux langues36. Cela n’empêchait cependant pas la compréhension du français. C’est pourquoi aucune limite linguistique n’apparaît sur les cartes dans la partie française, contrairement à la partie belge où le critère linguistique se révèle plus important de par ses conséquences. Les actes ne contenant aucune information sur l’appartenance linguistique, c’est le lieu de naissance qui a été retenu : sont considérés comme wallons les conjoints nés dans les provinces du Hainaut, de Namur, du Luxembourg, de Liège, du Brabant wallon, de la ville de Bruxelles et des communes qui l’entourent37 ; les quelques zones germanophones sont fort éloignées et aucun natif de ces régions n’appartient au corpus étudié. Les Belges qualifiés de néerlandophones sont nés dans la partie nord du pays actuel, à savoir la Flandre occidentale et la Flandre orientale, la province d’Anvers, le Limbourg et le Brabant flamand. Dans certaines zones, pourtant, l’appartenance à telle ou telle province n’était pas forcément signe absolu de pratique de telle ou telle langue38. De toute façon, la sélection des lettres L (plutôt francophones), V et W (plutôt néerlandophones) préserve la représentativité des deux ensembles39.

  • 40 Un Espagnol, une Luxembourgeoise, une Autrichienne, un Américain et un homme et une femme pour les (...)

29Pour les étrangers nés ailleurs qu’en Belgique, la faiblesse des effectifs de l’échantillon (46 hommes et 47 femmes originaires de 8 pays) interdit toute cartographie. Pays-Bas, Allemagne mais aussi Grande-Bretagne, Espagne, Suisse, Luxembourg, Autriche et Etats-Unis virent aussi partir quelques-uns de leurs ressortissants pour Roubaix40. D’ailleurs, il ne s’agit pas toujours réellement d’étrangers car l’« Américain » s’appelait Lecler et une « Allemande » était née à Nieuberg parce que ses parents (la famille Florin-Crombecq) « voyagèrent » beaucoup pendant la période révolutionnaire. Un autre exemple de Français nés à l’étranger est fourni par les fils de Guillaume Laine et de Barbe Pauwels, nés pendant la période française en Belgique ou aux Pays-Bas : l’aîné à Turnhout (province d’Anvers) en 1809, deux fils aux Pays-Bas en 1811 et 1813, le plus jeune en 1815, à Cobrieux (Nord) ; ces divers lieux correspondent bien aux fluctuations de frontières de la période, puisque Guillaume Laine, né à Craon (Mayenne) et marié à une Belge, née à Aarschot (Brabant flamand), était douanier.

Une aire de recrutement franco-belge

  • 41 En 1861, Roubaix était une des rares villes du Nord à compter, parmi ses habitants, plus de 5 % de (...)

30Le poids de la France (cf. Carte III.1 et Carte III.2), en dehors des départements du Nord et du Pas-de-Calais, est fort faible41.

Au nord de la Seine

  • 42 Un homme né en Martinique et une femme à Miliana en Algérie n’ont pas été cartographiés.

31Pour les hommes, 54 départements et colonies et seulement 35 pour les femmes sont représentés par au moins une personne42. Fort logiquement, ceux de la moitié nord du pays sont plus nombreux. Les effectifs diminuent avec la distance : la Somme, l’Aisne, les Ardennes et même la capitale figurent en bonne place ; c’étaient, avant tout, la zone au nord d’une ligne Amiens-Charleville qui « nourrissait » Roubaix. Pour les hommes, l’ouest est cependant nettement moins représenté que l’est, surtout en raison de la défaite de 1871. En revanche, des départements plus lointains ne fournirent souvent qu’un ou quelques mariés, surtout s’ils sont situés dans la moitié sud du pays.

32Avec de tels effectifs, il est impossible d’espérer faire une analyse approfondie. Mesurer la distance moyenne parcourue est vain : le calcul serait faussé par le poids en kilomètres de la Martinique ; ce qui ne signifie pas, pour autant, renoncer à évaluer les distances. De toute façon, naître dans un département autre que le Nord ou le Pas-de-Calais et se marier à Roubaix implique d’avoir parcouru plus de 50 kilomètres.

33C’est donc un bassin de recrutement qui s’étendait surtout dans le quart nord-est du pays qui alimentait Roubaix en sang neuf français. Les migrations qui l’emportaient étaient celles pratiquées sur les distances les plus courtes et concernaient donc d’abord le département du Nord et, dans une moindre mesure, le Pas-de-Calais (cf. Carte III.3 à Carte III.6).

Nord et Pas-de-Calais

  • 43 Il fournit 91,8 % des époux et 89 % des épouses nés dans le département.
  • 44 R. Blanchard, 1906.

34Si le département du Nord constitue bien, pour la France, le plus important fournisseur de candidats au mariage (2 543 hommes et 1 956 femmes sans compter les Roubaisiens), devançant son voisin, en fait il ne s’agit pas tant de l’ensemble du département que du seul arrondissement de Lille43 et surtout le versant nord-est. En dehors de cette zone très proche, les mariés de Roubaix étaient, avant tout, nés dans les villes les plus importantes, dans les sous-préfectures et dans les communes de la vallée de la Lys, sises dans l’arrondissement de Dunkerque. Ce n’est vraiment qu’à partir du xixe siècle, et surtout dans la dernière période trentenaire, que l’on constate une diversification des communes d’origine des conjoints, certaines étant, d’ailleurs, marquées par une dépopulation, ainsi Sainte-Marie-Cappel ou Larouillies, communes rurales qui perdirent respectivement 51 et 56 % de leur population entre 1804 et 191144.

35En revanche, le Pas-de-Calais peut surprendre par le petit nombre de ses ressortissants (118 hommes et 100 femmes). Cela ne peut tenir à la composition de l’échantillon alphabétique dont la représentativité a été vérifiée. Il faudra donc s’attacher à comprendre la contribution relativement faible du département, en dehors de quelques zones. Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, les migrants qui se mariaient à Roubaix, parcouraient, sauf exception, des distances relativement faibles (cf. Carte III.7 à Carte III.10). La très forte concentration autour de Roubaix correspond à la zone dans laquelle s’exerçaient les activités de la fabrique. Pour les années 1740-1769, le recrutement est essentiellement issu des paroisses proches qui constituent une véritable couronne autour de Roubaix alors que, dans la période suivante, s’ajoutent quelques paroisses un peu plus éloignées, de la moitié sud de l’arrondissement.

36Pour l’actuel département du Pas-de-Calais, les effectifs sont peu nombreux (8 hommes pour la période 1740-1769 et autant pour 1770-1799 et respectivement 9 et 6 femmes) et dispersés. Il faut, pour comprendre cette rareté de l’Artésien, prendre en compte la situation économique d’une région où le travail textile était fort ancien et qui ne comptait, au xviiie siècle, que deux grandes villes, Arras et Saint-Omer avec un peu plus de 22 000 habitants, mais nombre de petites villes.

Carte III.1 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion du Nord*

Carte III.1 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion du Nord*

Carte III.2 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion du Nord

*Conception et recherche des cartes III.1 à III.26 : C. Petillon. Réalisation cartographique : J.-F. Ghékière

Carte III.3 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.3 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.4 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.4 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.5 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance : arrondissement de Lille à l’exclusion de Roubaix

Carte III.5 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance : arrondissement de Lille à l’exclusion de Roubaix

Carte III.6 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance : arrondissement de Lille à l’exclusion de Roubaix

Carte III.6 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance : arrondissement de Lille à l’exclusion de Roubaix

Carte III.7 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1769 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.7 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1769 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.8 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1769 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.8 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1769 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.9 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1770 à 1799 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.9 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1770 à 1799 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.10 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1770 à 1799 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.10 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1770 à 1799 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

37Alors que se poursuivait l’essor de l’activité textile de Roubaix, son bassin de recrutement à l’échelle régionale s’élargit et se renforça au xixe siècle. A l’intérieur même de l’arrondissement de Lille, les communes plus lointaines sont, entre 1860 et 1889, plus nombreuses à fournir des mariés sans que ne se réduise pour autant le poids du versant nord-est. Quant aux femmes, c’est essentiellement pour la dernière période trentenaire que l’aire de recrutement s’étendit presqu’à l’ensemble de l’arrondissement.

38A l’extérieur de l’arrondissement (cf. Carte III.11 à Carte III.16), les effectifs sont de plus en plus nombreux de 1800 à 1859 ; bien que l’on restât dans un espace proche, le territoire dans lequel la ville opérait son recrutement s’étendait et se densifiait même pour les communes du sud de l’arrondissement de Dunkerque et du nord de celui de Valenciennes. La carte des hommes mariés de 1860 à 1889 (cf. Carte III.15) fait ressortir une représentation de plus en plus importante des communes de la vallée de la Lys, du canton de Bailleul, des arrondissements de Cambrai, Valenciennes et même d’Avesnes. Dans celui de Cambrai, outre le chef­lieu et quelques communes de ses cantons, c’est surtout le Cateau­Cambrésis qui se singularise par « ses » 7 hommes. Les femmes, quant à elles, sont essentiellement originaires des arrondissements de Dunkerque, Valenciennes et Cambrai. Le département contribua donc largement à la constitution de la population roubaisienne sans que cela ait nui pour autant à sa propre croissance.

39Dans la première moitié du siècle, les ressortissants du Pas-de-Calais restent peu nombreux : en 1800-1829, 28 hommes et 14 femmes et ensuite 19 hommes et 23 femmes. A la fin du xixe siècle, ce n’est pas tant l’augmentation des effectifs (55 et 48) qui apparaît, que la multiplication des communes d’origine : pour les maris, 35 communes et 28 pour les épouses, contre respectivement 16 et 20 dans la période précédente. L’importance des effectifs du Nord-Pas-de-Calais ne doit cependant pas occulter le fait que le premier bassin démographique était la Belgique, conséquence du poids de la géographie et de l’histoire.

Roubaix, colonie belge45

  • 45 C’est Frère-Orban qui répondit à son roi, Léopold II : Sire, une colonie, la Belgique n’en a pas be (...)
  • 46 J. Stengers, 1980.

40L’étude des mariages, confirmant l’apport des recensements, permet de connaître l’origine de ces Belges et met en évidence l’opposition entre la faiblesse des effectifs au xviiie siècle et le poids démographique des Belges au xixe siècle (cf. Graphique III.3 et annexe III.2), révélant la force de ce que Jean Stengers qualifie d’émigration par contiguïté, le passage d’une frontière qui, pratiquement n’en est pas une, qui n’existe guère sur le plan psychologique […]46.

Carte III.11 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.11 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.12 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.12 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.13 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.13 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte IIl.14 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte IIl.14 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.15 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.15 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.16 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.16 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Graphique III.3 Distribution des époux belges selon la province d’origine1740-1889

Graphique III.3 Distribution des époux belges selon la province d’origine1740-1889

Provinces néerlandophones

Provinces francophones

ANV

Anvers

BTF

Brabant wallon

BBT

Brabant flamand

BRX

Bruxelles

FOC

Flandre occidentale

HAI

Hainaut

FOR

Flandre orientale

LIE

Liège

LIM

Limbourg

LUX

Luxembourg

NAM

Namur

41Trois provinces ressortent nettement (cf. Graphique III.3, Carte III.17 et Carte III.18) : le Hainaut ainsi que les deux provinces de Flandre occidentale et orientale fournirent plus de 90 % (92 % pour les hommes et 93 pour les femmes) des effectifs. Cela caractérise d’ailleurs l’ensemble de l’émigration belge vers la France ou même vers le Nouveau-Monde. Mais des changements intervinrent avec le temps et c’est dans la deuxième moitié du xixe siècle surtout que la totalité de la Belgique, ou presque, fut représentée à Roubaix, même si les effectifs issus du Limbourg, du Luxembourg ou des provinces de Liège et de Namur restèrent fort réduits.

42Pour les trente premières années (cf. Carte III.19 et Carte III.20), les régions les meilleures pourvoyeuses sont celles de Courtrai et Tournai ; les populations de Flandre orientale, moins nombreuses, sont alors presque exclusivement originaires de Gand. Si le poids du Courtraisis et du Tournaisis ne disparaît pas dans la période suivante (cf. Carte III.21 et Carte III.22), l’importance de la Flandre orientale, particulièrement l’axe Audenarde-Gand, se renforce et ce, pour les deux sexes. Les Hennuyers cessèrent alors d’être majoritaires et il y eut rééquilibrage au profit des Flandres. Dans les trente dernières années (cf. Carte III.23 et Carte III.24), la croissance des effectifs est telle que peu d’entités de Flandre occidentale sont vides sur les cartes et qu’un nombre plus grand de Brabançons se marient à Roubaix. Mais on note, également, une augmentation significative de la région gantoise et l’apparition du foyer centré sur Saint-Nicolas. L’aire de recrutement de Roubaix se prolonge alors jusqu’à Anvers.

43Les mariés de Roubaix étaient donc, au xixe siècle comme déjà au siècle passé, avant tout des hommes et des femmes du nord, nord de la France et nord de la Belgique attirés par l’essor de l’activité textile du « Manchester français ».

Carte III.17 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.17 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.18 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.18 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.19 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.19 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.20 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.20 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.21 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.21 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.22 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III.22 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III. 23 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III. 23 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III. 24 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique

Carte III. 24 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique

III. Stratégies migratoires

44Les similitudes de part et d’autre de la frontière sont telles que l’analyse des migrations doit, de manière synthétique, prendre en compte comme éléments d’interprétation le poids de la géographie et différents facteurs économiques et culturels.

Choisir de migrer

La variété des trajectoires

  • 47 Ceci était vrai, par exemple, pour les ouvriers mariés en 1851 à Lyon, Y. Lequin, 1977.

45Si, en principe, les hommes migraient plus et sur de plus longues distances que les femmes47, cela ne se vérifie pas toujours à Roubaix. Il est vrai que l’on compta, de 1740 à 1889, 44 natifs sur 100 maris contre 55 natives pour 100 épouses mais les distances parcourues ne diffèrent guère. En outre, si les trajets courts l’emportèrent au xviiie siècle, la situation évolua par la suite.

  • 48 La distance est calculée à vol d’oiseau ce qui, étant donné l’absence de grand relief, ne déforme c (...)

46L’étude globale des origines pour l’ensemble des non-natifs unis à Roubaix, quel que soit le pays, met en effet en évidence le poids du cercle proche (cf. Carte III.25 et Carte III.26) : ce sont entre 75 et 80 % des conjoints du xviiie siècle qui étaient nés dans les paroisses situées à moins de 10 kilomètres48. Au début du siècle suivant, ces communes fournissaient encore la moitié environ des mariés, mais un cinquième seulement dans les années 1860-1889 ; dans le même temps, les hommes et femmes nés à 50 kilomètres et plus de Roubaix représentaient 35 % des mariés (cf. Tableau III.7 et Tableau III.8).

47Au xviiie siècle, le migrant restait dans un environnement connu, familier, il ne perdait pas contact avec sa famille. Plus des quatre cinquièmes des mariés des années 1740-1799, parmi les seuls hommes et femmes nés dans le Nord, venaient des paroisses situées à moins de 10 kilomètres du centre de Roubaix, trajet aisément réalisable à pied. Cette tendance perdura d’ailleurs au xixe siècle, même si son poids se réduisit un peu (62 % pour les années 1860-1889). Cela reflète donc la prépondérance de l’arrondissement de Lille, et surtout celle des paroisses limitrophes dans les immigrants de l’intérieur. Entre 8 et 9 hommes ou femmes du Nord sur 10 étaient nés à moins de 20 kilomètres de Roubaix, et ce, quel que soit le moment où l’on se situe.

  • 49 R. Leboutte, 1988. Cette typologie fut proposée en son temps par G. Levi (1971) et par Ch. Tilly (1 (...)

48René Leboutte, évoquant ce type de migration du xviiie siècle qui se poursuit pendant la première moitié du siècle suivant, le qualifie de migration circulaire, formée de nombreux déplacements sur de courtes distances qui n’entament pas l’équilibre entre entrées et sorties49. Ce modèle s’applique bien à Roubaix.

Carte III.25 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.25 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.26 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Carte III.26 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix

Tableau III.7 Distribution des époux non-natifs selon la distance de leur commune d’origine

Tableau III.7 Distribution des époux non-natifs selon la distance de leur commune d’origine
  • 50 Fleurbaix, Sailly-sur-la-Lys et Laventie, du canton de Laventie, plus une dizaine dans le canton de (...)

49La distance est également à l’origine de la faiblesse relative des natifs du Pas-de-Calais : en effet, aucune commune ne se trouve à moins de 20 kilomètres de Roubaix et peu d’entre elles se situent dans un rayon de 20 à 29 kilomètres50 ; la majeure partie de ce département étant à plus de 50 kilomètres de notre ville, la plupart (75 % des hommes et 68 % des femmes unis de 1740 à 1889) en étaient donc originaires.

  • 51 Aalbeke, Rekkem, Rollegem en Flandre occidentale, Dottignies, Estaimbourg, Estaimpuis, Evregnies, H (...)

50L’étude de la distribution des conjoints nés en Belgique confirme le rôle joué par la distance. Les distances les plus courtes l’emportaient, au xviiie siècle. 15 paroisses belges seulement, qui toutes ont fourni des mariés, sont situées dans le premier cercle51. De 1740 à 1799, 75 et 90 % des conjoints venaient de moins de 20 kilomètres, cette distance englobait alors bien le versant belge du bassin de recrutement de Roubaix.

51Au xviiie siècle, l’aire d’attraction comprenait donc, en terre française, surtout les paroisses situées dans un rayon de moins de 10 kilomètres alors qu’elle s’étendait jusqu’à 20 kilomètres en terre autrichienne.

Tableau III.8 Distribution des épouses non-natives selon la distance de leur commune d’origine

Tableau III.8 Distribution des épouses non-natives selon la distance de leur commune d’origine

52Avec l’essor de l’industrie, l’histoire des migrations entre dans une deuxième phase caractérisée par l’intensification des flux migratoires vers la ville industrielle en plein essor ; en même temps, avec la révolution des transports, d’autres possibilités apparaissent, en particulier, en matière de migrations pendulaires. Avec le temps, les trajets effectués s’allongèrent aussi de part et d’autre de la frontière.

53Pour l’ensemble de la France, les effectifs sont en hausse, surtout pour les années 1860-1889 : sur 10 hommes et femmes nés en France qui se marièrent à Roubaix entre 1740 et 1889, respectivement 6 hommes et 8 femmes le firent pendant les trente dernières années.

54Pour le Nord, le poids de la zone la plus proche diminua, en particulier, dans la dernière période ; en effet, si 87 % des hommes du Nord étaient nés dans un rayon de moins de 10 kilomètres pour les années 1740-1769, ils n’étaient plus que 65 % en 1860-1889 ; il en va de même pour les femmes (86 % en 1740-1769 mais 60 % en 1860-1889). Ce changement se fit surtout au profit des communes les plus éloignées : les hommes nés à plus de 50 kilomètres étaient 0,52 % pour les trente premières années, ils sont 7,76 % à la fin de notre étude et le phénomène est identique pour les femmes (0,74 % contre 6,93 %). Cela correspond surtout à la hausse du nombre des conjoints originaires des autres arrondissements.

55Quant à la Belgique, à partir de 1830, ceux et celles qui étaient nés à plus de 20 kilomètres l’emportèrent et, dans les dernières années étudiées, les conjoints nés à moins de 20 kilomètres ne représentaient plus qu’un quart du corpus (25 % pour les hommes et 28 % pour les femmes). Les plus nombreux étaient ceux qui avaient parcouru plus de 50 kilomètres pour s’installer à Roubaix, y travailler et s’y marier. Les pourcentages doublèrent entre le début du xixe siècle et 1860-1889 jusqu’à atteindre 42,6 % pour les hommes et 40,2 % pour les femmes.

  • 52 A l’inverse d’Abel Chatelain (1977), Paul Hohenberg (1974) doute de ce rôle. Pour P. Guillaume (197 (...)
  • 53 J. Pitié, 1971. Voir Martin Nadaud, sur le rôle du chemin de fer qui, rendant le voyage de la Creus (...)

56En cent cinquante ans, la tendance se renversa donc complètement et le fait est d’autant plus significatif que les effectifs étaient de plus en plus nombreux. En raison de ses énormes besoins en main-d’œuvre, Roubaix, après avoir aspiré les excédents démographiques des régions proches, dut étendre son aire de recrutement de plus en plus loin. Cet allongement des distances fut facilité par la révolution des transports. Certes, le rôle du chemin de fer est fort controversé52. L’on sait bien que le chemin de fer est tout au plus un facteur favorisant les migrations, à prendre en compte parmi beaucoup d’autres53. En revanche, peut-être plus encore que d’autres moyens de transports, il permit l’apparition puis la croissance importante, dans les dernières décennies, du groupe des frontaliers. Les coupons de semaine à prix réduit rendirent le chemin de fer belge plus accessible et facilitèrent les migrations hebdomadaires voire quotidiennes.

  • 54 Elle est possible grâce au remarquable travail de Vincent Aelbrecht (1987) qui utilise comme source (...)

57Cet élargissement de l’aire de recrutement de Roubaix qu’imposa l’essor économique ne se retrouve pourtant pas dans le cas de Tourcoing qui connut, elle aussi, une croissance démographique importante au xixe siècle mais fut assez vite distancée par sa jumelle roubaisienne. Cette comparaison avec Tourcoing s’impose tant les deux villes étaient proches et pas seulement d’un point de vue géographique54. Au début du siècle, les résultats sont nettement différents : quand, à Tourcoing, près des deux tiers des hommes et des femmes (59,2 % et 62,4 %) sont nés dans des communes situées à moins de 10 kilomètres, le pourcentage correspondant pour Roubaix est respectivement de 42,3 % et de 32,6 %. Les communes belges situées entre 10 et 19 kilomètres fournirent 18,8 et 20,4 % des immigrants à Tourcoing soit sensiblement moins qu’à Roubaix (27,4 et 35,7 %), différence qui résulte du poids de Tournai, située dans cette catégorie pour Roubaix. La part des hommes nés à Tournai et mariés à Roubaix soit 5,5 % des mariages est deux fois plus élevée que celle des Tournaisiens dénombrés à Tourcoing (2,5 %) ; la différence est encore plus accentuée pour les femmes (3,2 % à Tourcoing mais 15,3 % à Roubaix).

58Dès le début du siècle – et cela reste vrai tout au long de la période – il existe aussi une nette différence pour les Belges nés à 30 kilomètres et plus : ils étaient près d’un quart à Roubaix, mais un dixième seulement à Tourcoing. Comment expliquer cette disparité, alors même que, en ce début de siècle, Roubaix, pas très bien desservie par les voies de communication, était à l’écart de la grande voie qui menait en Belgique via Roncq et Halluin et que Tourcoing était plus peuplée ? Faut-il y voir l’influence de la crise agricole et industrielle qui toucha Tourcoing en 1817-1818 ? Est-ce à mettre en relation avec un développement du textile, plus important à Roubaix ?

59A la fin du premier xixe siècle, pour les deux villes, on note un net essor des distances intermédiaires, entre 20 et 29 kilomètres, qui progressent le plus avec des communes de Flandre occidentale et orientale, sises dans les vallées de la Lys et de l’Escaut.

60En 1886, les femmes mariées à Tourcoing étaient issues de régions tout aussi lointaines (20 kilomètres et plus) que les hommes, le poids des distances égales ou supérieures à 30 kilomètres augmentant vraiment (28 % des hommes et 23,3 % des femmes). Mais, à Roubaix, les mariages qui concernent ces personnes sont alors majoritaires. La différence avec Tourcoing est donc confirmée : le bassin de recrutement de Roubaix était sinon plus étendu, du moins les régions les plus éloignées y étaient-elles davantage représentées.

  • 55 Ce recrutement différencié eut des répercussions en matière de délinquance, N. Dhordain et D. Terri (...)

61Les plus gros effectifs d’immigrants tourquennois venaient de Mouscron, Courtrai et de la zone proche, puis, dans une moindre mesure, de Tournai et Bruges. Mais majoritairement, l’origine était rurale, les immigrants étant chassés de leurs villages par la misère. A Roubaix, en revanche, des villes comme Gand sont nettement plus pourvoyeuses d’hommes. Les enfants des villages frontaliers qui entretenaient des relations séculaires avec Tourcoing allaient, de préférence, y travailler ; Roubaix était donc obligée de recourir à un bassin démographique plus vaste. De plus, la plus forte croissance démographique de Roubaix explique également qu’il lui fallait trouver plus loin les travailleurs dont elle se nourrissait55.

  • 56 O. Hardy-Hémery, 1992. Voir aussi C. Labre (2000 et 2001) qui, cependant, n’utilise pas le paramètr (...)
  • 57 P. Bourdelais, M. Demonet, 1993.
  • 58 M. Anderson, 1971.
  • 59 R. Leboutte, 1988.
  • 60 Sauf dans le cas de Liège voire de Malmédy, Cl. Desama, 1985.
  • 61 P. Kriedte, 1992.

62D’autres comparaisons sont possibles avec des villes industrielles européennes. Au milieu du xixe siècle, l’attraction de Fourmies s’étendait déjà au-delà de la zone des 10 kilomètres ; pour la période 1876-1880, le Hainaut, le Nord au-delà de la couronne proche et la France fournissaient plus de 60 % des époux56. Même si des différences d’échelle et de localisation incitent à nuancer l’analyse, la confrontation de Roubaix avec le Creusot reste intéressante57. Les auteurs ont, pour les mariages célébrés de 1846 à 1876, distingué le Creusot, un cercle de 20 kilomètres, le reste de la Saône-et-Loire, les autres départements en fonction de leur éloignement et l’ensemble des origines étrangères. A Roubaix, pour les mariages célébrés de 1840 à 1879, 29,9 % des hommes et 37,4 % des femmes étaient des natifs ; quant à ceux nés dans un rayon de moins de 20 kilomètres, ils représentaient 28,6 % des hommes et 26,3 % des femmes alors qu’au Creusot, les pourcentages étaient respectivement de 14,9 % et 31,3 % de natifs et 38,8 % et 40,6 % pour les hommes et femmes nés dans le cercle proche. La différence majeure provient donc de la part plus importante des femmes nées au-delà de 20 kilomètres (elles étaient 36,3 % à Roubaix contre 28,1 % au Creusot). De plus, à l’inverse de Roubaix, il n’y eut pas, en trente ans, de réduction des écarts entre les hommes et les femmes au Creusot. Dans le cas de la ville cotonnière de Preston (Lancashire)58, les migrations concernaient 52 % de la population en 1851, et se faisaient essentiellement sur des distances moyennes : 15 % de un à 8 kilomètres, 27 % de 8 à 16 kilomètres, 28 % de 16 à 48 kilomètres et 30 % au-delà. Quant à la Basse-Meuse et au bassin en aval de Liège, R. Leboutte met aussi l’accent sur la part des mouvements migratoires à courte distance59. Pour Verviers, la comparaison n’est possible que pour la première moitié du xixe siècle. En outre, les reliefs plus élevés de la région purent avoir des incidences sur les trajets. Ils étaient, en moyenne, relativement courts puisque, en 1806, près de la moitié des migrants étaient originaires de la région économique de Verviers, dans un rayon de 8 kilomètres et la proportion atteignait 70 % dans un rayon de 20 kilomètres ; quarante ans plus tard, ces pourcentages étaient respectivement de 60 % et de 80 %. Le champ migratoire de Verviers ne s’étendit pas dans cette première moitié du siècle, simplement les pourcentages augmentèrent dans une aire d’attraction qui ne dépassait pas les 15 kilomètres60. A Roubaix, au contraire, le champ migratoire s’élargit et surtout se diversifia de manière très significative : la liste des communes s’allongea et les effectifs se firent plus nombreux. La différence entre les deux villes tient sans doute, outre la période étudiée, aux disparités de dynamisme économique et de relief environnant, mais également à la répartition des migrants par sexe. A Krefeld, également, les migrations qui concernaient près de la moitié des mariés de 1838-1840 se faisaient sur des distances plutôt réduites : la part de ceux nés à moins de 25 kilomètres n’était que de 26,8 % pour les hommes et 32,8 % pour les femmes ; mais au-delà de 50 kilomètres, le pourcentage était faible, 9,5 % des hommes et 2,9 % des femmes61.

63En définitive, les migrations vers Roubaix furent avant tout marquées par le poids de moins en moins lourd du cercle proche et la diversification du bassin de recrutement. C’est par cet élargissement du champ migratoire que notre ville se distingue le plus des autres villes industrielles et en premier lieu de Tourcoing.

64Les effectifs globaux confirment la moindre propension des femmes à migrer mais la situation évolua tant du point de vue du nombre que de la distance parcourue. En effet, sur les 11395 couples du fichier, 5 055 hommes et 6 257 femmes sont nés à Roubaix, soit respectivement 44 et 55 %, mais, pour les deux dernières périodes, l’écart se réduisit (40 % de natives contre 33 % pour les hommes) ; la part des migrantes augmenta donc dans le second xixe siècle, sauf lors de la dernière décennie.

65L’évolution du rapport de masculinité par nationalité fait apparaître une réduction du déséquilibre après 1866 (cf. Tableau III.9). A Roubaix, en 1881, les pourcentages de non-natifs étaient respectivement de 64,45 et de 64,2 % pour les hommes et les femmes, soit un poids élevé de non-natifs par rapport à d’autres villes industrielles et surtout une absence de déséquilibre hommes-femmes.

Tableau III.9 Indice de masculinité selon la nationalité

Tableau III.9 Indice de masculinité selon la nationalité

66Pour la France méridionale, le nombre de départements et l’éloignement étaient bien plus réduits pour les femmes : 11 (10,5 %) seulement naquirent dans 7 départements situés au sud d’une ligne Nantes-Besançon ou en Algérie contre 36 hommes (19,5 %) originaires de 24 départements du sud (soit 285 hommes pour 100 femmes). Même si l’on raisonne ici sur de petits effectifs, la différence est assez significative. Pour les conjoints natifs du Nord et du Pas-de-Calais, mariés à Roubaix de 1740 à 1889, le rapport est de 129 hommes pour 100 femmes quand il est de 176 hommes pour 100 femmes pour ceux du reste de la France. Le constat est d’ailleurs identique pour la Belgique : les femmes belges représentaient 24,5 % des mariées contre 28,8 % pour les hommes, soit 135 hommes pour 100 femmes.

67L’exemple roubaisien corrobore donc nombre d’études sur les migrations féminines, à savoir que les femmes sont moins mobiles et proviennent d’une aire de recrutement plus réduite que les hommes. Quant à expliquer cette différence, le phénomène est complexe et l’interprétation ancienne, qui accorde au service militaire un certain rôle, ne vaut de toute façon que pour une partie du corpus étudié.

68Pour cerner l’évolution dans le temps, il convient de dissocier les migrants nés en France et ceux nés en Belgique. En premier lieu, on constate, entre la fin de l’Ancien Régime et la fin du siècle suivant, une augmentation très nette du nombre des conjoints nés en France (à l’exclusion du Nord-Pas-de-Calais), mais, alors que le pourcentage d’accroissement entre 1740-1799 et 1860-1889 est de 395 % pour les hommes, il est de 1 283 % pour les femmes. En second lieu, 81 % de ces femmes se marièrent dans les trente dernières années, contre 59 % des hommes.

69De manière à avoir un aperçu plus complet de la situation à la fin du xixe siècle, nous avons analysé l’ensemble des mariages célébrés à Roubaix, entre 1880 et 1889. L’étude ne fait ressortir aucune différence significative pour la zone de recrutement : les départements les plus lointains restent fort peu représentés. Toutefois, le déséquilibre entre hommes et femmes semble plutôt se renforcer, non au niveau du poids respectif des hommes (2,96 % sur les 8 027 mariages) et des femmes (2,27 %), mais pour ce qui est de l’éloignement : 10 départements du sud ont envoyé au moins une femme contre 26 pour les hommes. A l’exception du nord-est, le recrutement des femmes ne s’étendait guère au sud de la Seine. En revanche, pour les hommes, sans qu’il y ait d’effectifs importants, de nombreux départements sont représentés et s’il fallait trouver une ligne de partage, elle s’étendrait de Cherbourg à Marseille.

70Le bassin démographique de Roubaix tel qu’il s’est développé, à la fin du xixe siècle, était donc bien plus étendu pour les hommes que pour les femmes ; un peu moins nombreuses à migrer, les femmes, nées en France, venaient surtout de nettement moins loin.

71En ce qui concerne les natifs du Nord et du Pas-de-Calais, l’augmentation des effectifs féminins entre la première et la dernière période trentenaire est moins accentuée que pour les autres groupes, même si la croissance des femmes est de 176 % contre 124 % pour les hommes. En outre, les résultats en matière de distance surprennent quelque peu : en effet, même si les différences restent minimes, les hommes sont toujours proportionnellement plus nombreux que les femmes à être nés à moins de 20 kilomètres de Roubaix, mais c’est l’inverse au-delà. Sans doute, la raison majeure de cette « anomalie » tient-elle au poids nettement plus élevé des Tourquennois et Wattrelosiens : ils sont 35,7 % à en être originaires contre 31,7 % des femmes. Les autres raisons proviennent sans doute des possibilités d’emplois masculins dans d’autres secteurs du département.

72Outre-Quiévrain, les hommes apparaissent comme de meilleurs migrants : ainsi, 54 % des Belges mariés à Roubaix sont des hommes, toutefois, les différences sont moindres. Les effectifs féminins augmentent plus : on passe de 300 hommes mariés entre 1800 et 1829 à 2 210 pour les années 1860-1889 soit 7 fois plus alors que le nombre des femmes est alors multiplié par 11, passant de 168 à 1 951 (cf. Annexe III.2). En outre, sur l’ensemble de la période, le nombre de communes situées entre 20 et 39 kilomètres est un peu plus grand pour les femmes alors que c’est l’inverse pour celles situées au-delà de 40 kilomètres. De plus, la répartition des hommes et femmes, selon la distance, traduit l’homogénéisation du bassin démographique belge : 4 conjoints sur 10 sont nés à plus de 50 kilomètres entre 1860 et 1889. Il y eut donc un rapprochement notable des effectifs et des aires de recrutement pour les deux sexes de 1830-1859 à 1860-1889.

  • 62 Sauf exception (à Gand, au milieu du xixe siècle), l’émigration belge est d’ailleurs parfaitement i (...)

73Un recrutement organisé se traduit, par des départs plus nombreux, voire massifs, d’une seule localité ; or c’est la situation inverse qui prévaut à Roubaix. L’extrême diversité des communes belges citées dans les actes de mariage, pour le seul échantillon alphabétique, est assez significatif : 464 localités apparaissent pour les époux et 456 pour les femmes. Roubaix était une ville dynamique économiquement parlant, qui attirait, sur sa seule réputation, sans avoir besoin de mener de véritables opérations de recrutement. Tout se passait plutôt comme si, le bouche à oreille fonctionnant à merveille, les industriels n’avaient pas besoin de mener de campagnes de publicité pour attirer62. L’étude de l’ensemble des conjoints nés en Belgique et mariés entre 1880 et 1889 montre également la similitude des aires de recrutement et l’extrême diversité des communes de naissance : 455 pour les hommes et 430 pour les femmes.

74A la fin du xixe siècle, il n’y avait donc guère de différence entre hommes et femmes, pour les distances moyennes, au-delà de 40 kilomètres, les femmes avaient bel et bien comblé leur retard. En revanche, lorsque les distances s’allongent réellement (plus de 500 kilomètres), la plus grande mobilité masculine reste vraie.

  • 63 J.-P. Poussou, 1984.
  • 64 Ch. Piette, B. M. Ratcliffe, 1993.
  • 65 M. Garden, 1971.

75Roubaix se rapproche donc de certaines villes françaises. La prépondérance masculine (30 femmes pour 70 hommes) caractérisait Bordeaux avec cependant une réduction du déséquilibre dans le courant du xviiie siècle63. A Paris, en 1820, le pourcentage des migrantes était inférieur à celui des migrants ; cependant, les écarts eurent tendance à se réduire et les bassins de recrutement se rapprochèrent, par modification des migrations féminines64. La nature des villes semble cependant jouer puisqu’au xviiie siècle, l’attraction de Lyon touchait autant les femmes que les hommes65 ; il s’agit d’une grande ville avec tout ce que cela implique de migrations de domestiques et d’une ville de la soie qui exige une main-d’œuvre féminine considérable. Mais, comme à Roubaix, l’aire de recrutement des femmes était moins étendue.

  • 66 Ils avaient des difficultés d’intégration (immigration en groupe, conditions de logement, problèmes (...)

76La comparaison avec l’étranger confirme aussi l’analyse roubaisienne. Pour la Rhénanie et la Westphalie, à la fin du xixe siècle, il y avait, en règle générale, un excédent des migrants masculins ; cependant, lorsqu’il s’agissait de migrations de provinces proches, les effectifs étaient plus équilibrés ainsi que dans des cas très particuliers, par exemple pour les migrants venus de Prusse orientale66. En revanche, l’hypothèse de W. Köllmann, selon laquelle le migrant célibataire, disponible sur le marché matrimonial, contribue à renforcer, sur de courtes distances, la mobilité des femmes, demanderait à être vérifiée à Roubaix ; nous savons seulement que 71,25 % des natifs du Nord sont nés dans un rayon inférieur à 10 kilomètres contre 68,05 % pour les femmes.

  • 67 R. Leboutte, 1988.
  • 68 Cl. Desama, 1985.
  • 69 M. Oris, 1994.

77La Belgique, en revanche, laisse apparaître des situations plus différenciées. Dans la région de Liège, les immigrés étaient majoritairement des hommes de 25 à 40 ans67. A Verviers, au contraire, les grands flux migratoires entre 1816 et 1846 comportaient une majorité féminine, employée par l’industrie textile, – c’est également l’une des raisons de la faiblesse du champ migratoire verviétois – alors que l’immigration à la fin du xviiie siècle et sous le Régime français se caractérisait par une nette prédominance des hommes (sauf pour les 15-24 ans)68. Plus généralement, pour la Wallonie, Michel Oris constate que, au cours de la deuxième moitié du siècle, la proportion de non-natifs est plus forte parmi les femmes que parmi les hommes. En 1846, l’écart est peu marqué, voire inversé dans des centres importants comme Liège et Verviers. Il s’accroît nettement par la suite et se rencontre dans toutes les localités urbaines69.

78Il ressort donc que, si les hommes migrent plus, du moins les femmes tiennent-elles, au xixe siècle, une place de plus en plus importante au sein des migrants. Surtout, cette proposition n’est vraie que sur de très longues distances : en effet, à l’échelle du Nord-Pas-de-Calais et de la Belgique, les différences apparaissent comme relativement minimes.

  • 70 Botrange, point culminant des Ardennes belges, a une altitude de 694 mètres. Il est vrai que la pro (...)
  • 71 Les vallées conduisaient également les populations vers d’autres régions, cf. infra sur la concurre (...)

79Compte tenu du relief de nos régions septentrionales, il n’y a pas d’obstacles naturels réellement infranchissables même si le pays n’est pas toujours aussi « plat » qu’en Flandre70. La répartition des lieux de naissance des conjoints laisse cependant apparaître le rôle (mais il s’agit d’un facteur favorisant et non déterminant la migration) joué par les grands axes de communication et surtout les vallées suivies par les routes puis les voies ferrées, qui expliquent en partie la présence de très nombreux natifs des communes situées sur la Lys (ainsi Sailly-sur-la-Lys qui fournit 6 hommes alors que seulement 8 Audomarois se sont mariés à Roubaix) et sur l’Escaut (déjà en aval de Tournai, mais surtout en Flandre orientale et cela même au-delà de Gand jusqu’à Anvers). Même si les effectifs sont moindres, ce constat est aussi valable pour les vallées de la Sambre et de la Meuse : les rares natifs de ces régions venaient le plus souvent de communes situées dans une vallée71.

  • 72 P. Hohenberg, 1974.

80Paul Hohenberg pense que l’aisance des communications semble n’avoir guère d’effet sur l’émigration et il démontre que, pour la France rurale, les axes fluviaux ont plutôt tendance à retenir les populations alors que les terrains accidentés du Massif central sont terres d’émigration72. Dans notre cas, ces axes semblent déterminants, plus déterminants peut-être même que la distance (à distance égale, les communes des vallées fournissaient plus de migrants que celles qui n’y se trouvent pas) : ainsi, les différentes régions des Flandres n’attirent pas de la même façon. En même temps, les rivières étaient aussi à l’origine de l’essor du textile : ainsi, la vallée de la Lys dont la qualité des eaux permettait le rouissage du lin, devint, très tôt, une région linière, s’étendant de la Flandre gallicante aux Pays-Bas espagnols.

  • 73 M. Garden, 1971 ; J.-P. Poussou, 1984.
  • 74 S. Pasleau, 1990.

81A Lyon, Bordeaux, comme à Roubaix, les axes intervenaient dans les migrations73 ; de même, à la fin du xixe siècle, l’axe mosan, ainsi que les lignes de chemin de fer, apparaissaient comme éléments explicatifs des migrations de la région industrielle de Liège74. A contrario, les itinéraires des voies ferrées dans le Pas-de-Calais favorisèrent plutôt, pour les habitants du Boulonnais, les migrations vers Amiens et Paris.

82Toutes ces routes menèrent donc nombre de migrants vers Roubaix. Si l’on connaît les origines, les itinéraires, il est, en revanche, plus difficile de savoir si l’installation à Roubaix fut le résultat d’une migration par étapes.

Roubaix, ultime étape ?

  • 75 Cette hypothèse de Ravenstein fut reprise par A. Redford pour qui les migrations se font en plusieu (...)

83Les études sur les migrations font apparaître un modèle général : la tendance à migrer vers des communes de plus en plus grandes75. Peut-être existait-il une plus grande propension à migrer des villes qui ont une certaine activité industrielle (exemple Bailleul) vers Roubaix plutôt que directement des villages vers Roubaix. Sans doute le « Manchester français » fut-il pour nombre de migrants leur ultime demeure, comme pour la famille Looten-Bovyn. La première mention de Médard Looten, menuisier de Leisele, et de son épouse Amélie Bovyn, d’Alveringem (communes de Flandre occidentale) fut, en 1861, la déclaration de naissance de César alors que les parents avaient respectivement 47 et 38 ans ; 2 autres naissances suivirent. Mais on sait par ailleurs qu’une fille était née, vers 1845, à Izenberge (entité d’Alveringem) et qu’à la fin de 1853 et en 1857 la famille vivait à Poperinghe. C’est à Roubaix qu’ils achevèrent leur voyage et leur vie.

84Plus généralement, la confrontation des lieux de naissance et de résidence des époux (et éventuellement celui de résidence de leurs parents) montre que, dans la quasi-totalité des cas, l’arrivée à Roubaix a précédé le mariage ; il n’est donc pas aisé de savoir s’il y avait eu passage dans une autre ville de plus petite taille, sorte de relais dans la migration. En outre, il est d’autant plus difficile d’affirmer que Roubaix fut la dernière étape que, pour la fin du xixe siècle, il faudrait plutôt parler de l’agglomération de Roubaix-Tourcoing en raison de la mobilité résidentielle. Elle existait d’ailleurs bien avant la fin du siècle comme le prouve la famille Lecocq-Maret. Louis, natif de Wasquehal, y résidait lors de son mariage, en 1804, avec Adelaïde Maret, née à Esquermes ; les 3 premiers enfants du couple virent le jour à Roubaix, le quatrième à Wasquehal, le cinquième à Croix, les 5 suivants à Tourcoing et le onzième et dernier marqua le retour, semble-t-il définitif, à Roubaix. Or la profession de Louis Lecocq, cordonnier, n’imposait en rien de tels déplacements.

  • 76 Leur fils Aimé s’allia avec la famille Prouvost-Destombes, en épousant, en 1804, Albertine, la fill (...)

85En outre, la migration ne se faisait pas toujours vers une ville de plus en plus grande : certains résidèrent, en effet, quelque temps à Lille, avant de venir vivre à Roubaix. Ainsi Ambroise Lecocq, tailleur d’habits, et son épouse étaient originaires d’Orchies où au moins 2 de leurs enfants naquirent : Jean, en 1821, mort à Oran en 1847 et Joséphine Julie, née en 1823 qui se maria à Roubaix en 1846. Après avoir séjourné à Lille, en 1833, où étaient nés Jean-Baptiste et Jules, tous deux décédés à Roubaix, la famille s’installa définitivement dans cette commune où la naissance de Juliette, en octobre 1835, fut le premier témoignage de leur présence. Des familles originaires de Lille même s’établirent à Roubaix : ainsi, Amand Lardemer, perruquier, et son épouse, Marie Marguerite Mauroy, vécurent, à partir de 1756, à Roubaix, où ils eurent plusieurs enfants dont deux filles, Henriette, en 1760 et Aimée, en 1765. Cela est vrai aussi dans les familles de fabricants : ainsi, le Lillois Aimé Gruart, marchand, s’installa définitivement à Roubaix lors de son mariage, en 1777, avec Victoire Delos, née en 1747 à Roubaix où naquirent et se marièrent leurs enfants76.

86On pourrait penser que, plus on s’éloigne de Roubaix, plus les populations seraient, comme à Bordeaux, originaires de villes ; or le corpus ne laisse rien présumer de tel. Les Français, nés au loin, qui s’installèrent à Roubaix, venaient autant des villes que des petits villages. Les effectifs sont si faibles qu’aucune tendance nette ne se dégage : il y avait un Toulousain mais le Girondin était un rural ; des deux natifs des Bouches-du-Rhône, l’un venait d’Arles, l’autre d’un petit village près de Gardanne alors que les deux du Cantal étaient des ruraux comme les deux du Doubs ; pour le Rhône, deux étaient Lyonnais mais le troisième naquit à Poleymieux au Mont d’Or. Au total, on ne trouve rien de très significatif : si 56 % des hommes venaient de la campagne, au contraire 55 % des femmes venaient de la ville et la distance n’est pas un facteur discriminant sur ce plan.

  • 77 Ch. Piette, B. M. Ratcliffe, 1993.

87La comparaison en fonction du degré d’urbanisation des départements ne donne pas non plus de résultats très probants. Pour le Paris du xixe siècle, les départements dont le taux d’urbanisation était élevé (entre 25 et 50 %) envoyaient dans la capitale des pourcentages variables de ruraux et d’urbains, mais tous envoyaient bien plus d’urbains que leur taux d’urbanisation, alors que les départements ruraux à plus de 80 % envoyaient autant ou plus de ruraux que leur niveau de ruralité77. Il est bien difficile de conclure à la validité de ce critère à Roubaix du fait des effectifs étudiés : un quart des hommes et un cinquième des femmes naquirent dans des départements dont la population urbaine était supérieure à 50 % en 1911 (Nord et Pas-de-Calais sont exclus de ces calculs). Mais s’il est clair que les femmes de ces départements étaient nettement plus urbaines que rurales (20 contre 4 sans même tenir compte des 15 Parisiennes), il n’en allait pas de même pour les hommes (12 contre 15 en laissant de côté les 20 Parisiens).

  • 78 M. Garden, 1971 : pour le Rhône, à la fin de l’Ancien Régime il est vrai, 22 % des migrants lyonnai (...)

88Enfin, pour tenter de vérifier le rôle des petites villes, la part des immigrants fournie par des chefs-lieux de canton peut s’avérer utile : pour le département du Nord, ce pourcentage est de 31,8 % sans Lille (38,5 % avec les Lillois) ; en revanche, pour le Pas-de-Calais, alors que les distances augmentent, les chefs-lieux de canton fournirent, à eux seuls, 42,2 % des émigrants du département78. Les effectifs interdisent toute étude au-delà de ces deux départements. Il n’est donc pas possible de trancher : Roubaix, incontestablement fut, pour nombre de migrants, le dernier séjour. Le rôle de la famille fut sans doute essentiel dans le choix du type de migration (par étapes ou directe).

Parcours familiaux

  • 79 Cf. le cas de Paris (D. Roche, 1979) ou des Flamands qui allèrent en Wallonie. (M. Poulain et M. Fo (...)
  • 80 J. Stengers, 1980.

89Des liens familiaux, le bouche à oreille expliquent également les migrations79. Rien ne prouve que l’émigration par contacts avec l’extérieur, dans laquelle la majorité des émigrants vont rejoindre des parents ou des amis déjà établis à l’étranger, évoquée par Jean Stengers à propos des Belges vers les Etats-Unis, n’ait pas concerné Roubaix80 ; sans même évoquer la jeune fille qui suivit ou rejoignit son fiancé à Roubaix, pourquoi, en dehors de la proximité, certains Belges n’auraient-ils pas, en effet, choisi Roubaix, plutôt que Lille ou Tourcoing, voire Paris, attirés par leur parentèle. Mon échantillon alphabétique aurait sans doute tendance à accroître la corrélation positive par les similitudes patronymiques. Pourtant, pour le xviiie siècle, alors que tous les mariages sont étudiés, ce genre de phénomènes existe dans le Nord et dans le Pas-de-Calais où, étant donné la faiblesse des effectifs, il ne peut s’agir de simple coïncidence. Plusieurs personnes vinrent de villages comme Ecoivres, Simencourt ou Saint-Léger. Des liens familiaux ne sont pas forcément faciles à déterminer ; pourtant, dans quelques cas, on trouve les mêmes noms, exemple les Desgardins d’Ecoivres et les Petit de Simencourt.

90Le bouche à oreille n’intervient pas seulement dans les migrations de travail mais aussi dans une circonstance plus particulière, lors des « migrations matrimoniales » qui concernaient surtout l’homme dont le déplacement avait pour seul but le mariage. Ce genre de mobilité, plus fréquente au xviiie siècle, mais qui existe au siècle suivant, est d’ailleurs l’occasion pour l’historien d’être confronté à l’incapacité de sonder les cœurs. Comment, en effet, expliquer la « migration » d’Auguste Delcambre, né à Marchiennes vers 1761 ? L’on sait qu’il épousa en 1792 Henriette Lardemer-Mauroy, fille d’un perruquier (cf. supra, p. 123) ; l’acte de mariage ne fournit aucune mention professionnelle pour les époux, ni lieux de résidence. Or Aimée, sœur d’Henriette, avait épousé, en 1786, un perruquier, Louis Boutelie, lui aussi natif de Marchiennes. Delcambre vint-il à Roubaix parce que Michel Delcambre, de Marchiennes, un parent ( ?), y vivait depuis 1770 ? Est-ce parce que Boutelie connaissait Delcambre qu’il le fit venir à Roubaix ? Boutelie, rencontrant à Roubaix un Marchiennois, le présenta-t-il à sa belle-sœur ? De toute façon, il est difficile de parler de « filière » pour Marchiennes à la fin au xviiie siècle (les 3 hommes originaires de cette paroisse se marièrent en 1771, 1786 et 1792) alors que les 7 natives de cette ville se marièrent au siècle suivant.

91Encore, au xixe siècle, on continue à venir à Roubaix seulement pour se marier : ainsi, Emile Leclercq-Dussart, âgé de 22 ans, sans profession, né et demeurant à Orchies, épousa, en octobre 1887, Jeanne Neirynck-Dewolf, âgée de 18 ans, sans profession, née à Roubaix ; il est vrai que les parents d’Emile étaient négociants en meubles et ceux de Jeanne étaient respectivement fabricant et marchande de meubles !

  • 81 AMR, CC-253/96.

92Par ailleurs, le caractère familial de certaines migrations, fussent-elles motivées par la situation socio-économique, est attesté par un document du début du xviiie siècle qui concerne l’émigration des particuliers pauvres. Il fournit la liste intégrale de ceux qui partirent chercher de quoy vivre dans les paÿs etrangers : les Noel et Jean Pollet sont indiqués ensemble, Pierre Quesnoy précède Jean Quesnoy ; il en est de même pour Cornil Lepers et Marie Barbe Lepers…81.

  • 82 Le calcul concerne les hommes et femmes non-natifs, âgés de moins de 30 ans et dont les parents éta (...)
  • 83 J. Dupâquier et M-C. Vouloir-Morales, 1992.
  • 84 Sur la migration en famille, voir J. Rainhorn, 2002.

93Sans qu’il soit possible de faire une étude statistique certaine, on peut dire que, dès le début du xixe siècle, les migrations avaient cette connotation familiale : dans 51 % des cas pour les hommes et 67 % pour les femmes, mariés de 1820 à 1889, les parents résidaient à Roubaix, lors du mariage82. Les migrations familiales l’emportaient donc mais les différences entre hommes et femmes sont nettement moindres que celles obtenues par J. Dupâquier et M.-C. Vouloir-Morales83. Les migrations familiales, de Belges comme de migrants de l’intérieur, apparaissent sous trois formes au moins84.

94En premier lieu, migraient des familles récemment constituées et dont la taille augmentait avec les années jusqu’au moment où les enfants, nés à Roubaix, s’y mariaient. Ainsi, un exemple parmi d’autres est celui la famille Libouton-Carré mentionnée pour la première fois en 1816 : Jean-François, originaire de Fleurus (Hainaut), avait environ 27 ans, son épouse Angélique Carré, quant à elle, était née à Condé-sur-l’Escaut, 20 ans auparavant. Au total, ce débourreur et son épouse eurent 12 enfants, de 1816 à 1841 (5 morts en bas âge, 3 mariés à Roubaix).

  • 85 Certaines familles, sans enfant marié par la suite, à Roubaix, peuvent relever de ce genre de migra (...)

95Les migrations familiales concernaient aussi les familles constituées depuis bien plus longtemps, arrivant avec des enfants déjà en âge de travailler et presque de se marier85 : ainsi, la famille wallonne Lambert-Mourette, apparue, pour la première fois, dans le registre des naissances de 1862 (les parents déclarèrent être âgés de 39 et 33 ans), une autre naissance intervint, en 1863, ainsi que des décès ; puis se marièrent, en 1873, Louis, né en 1849 à Velaines (Hainaut), et, en 1883, Jean-Baptiste, né en 1856 dans la même commune.

96Les migrations familiales ne se pratiquent pas seulement sur de courtes distances. Lorsqu’ils arrivèrent à Roubaix, François Lorthioir, journalier, de Saint-Amand-les-Eaux et Rosalie Leloup, de Nivelles (Brabant wallon), avaient déjà eu, à Saint-Amand, au moins 6 enfants : Charles Henri, né vers 1827, Rosalie, née en 1830, mariée en 1851, Augustine, née en 1832, mariée en 1855, Henri, né en 1834, marié en 1856, André, né en 1839 et marié en 1867 et Jules décédé, en 1845, à Roubaix, à l’âge de 2 ans et 10 mois ; 4 autres naissances intervinrent à Roubaix entre septembre 1845 et décembre 1850.

97A la fin du siècle, ce type de migration familiale n’a pas disparu. La première mention de la famille Vandeweghe-Menschaert date de 1872. Mélanie Menschaert, 46 ans, et Charles Louis Vandeweghe, un sabotier de 59 ans, originaire de Sint-Goriks-Oudenhove (Flandre orientale), eurent alors la première de leurs 2 filles nées à Roubaix, 4 mois après que leur fille de 18 ans, Clémentine, eut accouché d’un enfant naturel. Le mariage de Clémentine, en 1875, fut suivi, entre 1878 et 1885, de ceux de ses 4 frères, nés entre 1852 et 1863. Un premier fils, également né à Sint-Goriks-Oudenhove, en 1849, apparaît, lui aussi, mais comme marié en dehors de Roubaix.

98Il est cependant difficile de dire qui fut à l’origine de la migration, qui, dans la famille, en prit l’initiative : lorsque les parents arrivaient assez jeunes encore, avec des enfants d’une quinzaine d’années au maximum, la réponse est claire. En revanche, dans certains cas, c’était la migration de l’enfant qui entraînait celle de ses « vieux » parents. Ainsi, Romain Wareille, né à Péruwelz (Hainaut), entrepreneur de pavage, épousa, en 1878, à l’âge de 34 ans, Célina Bomart ; ses parents résidaient alors à Roubaix, son père, maître paveur, n’était sans doute plus actif (il mourut 3 ans plus tard, à l’âge de 72 ans). Qui eut l’idée de venir à Roubaix, profiter de l’essor urbain ? Pour d’autres familles, la réponse ne fait guère de doute : Auguste Loens, de Bruges, se maria à Roubaix, en 1867 ; ses parents (Bernard, cordonnier, âgé de 58 ans et Mélanie Willaert, d’un an sa cadette) vivaient alors à Bruges. En revanche, lorsque leur fille Alphonsine épousa, en 1874, François Van Bers, ils résidaient à Roubaix ; c’est donc âgés d’une soixantaine d’années qu’ils vinrent s’y installer.

99Les Néerlandais migraient aussi en famille : ainsi les Vannorden de Haarlem. Veuf de Marie Vanvliet dont il avait eu Jean et Gérard, nés, en 1845 et 1849, à Haarlem, Jean Vannorden se remaria avec Marie Wieland qui lui donna un fils Léonard, né à Haarlem en 1861 ; le second enfant du couple naquit, en 1867, après l’arrivée de la famille à Roubaix. Les fils du premier lit se marièrent respectivement en 1874 avec une Courtraisienne et en 1884 avec une « Roubaisienne », Anne Vaneeden issue d’une famille mobile ; Léonard, quant à lui, semble avoir épousé une « vraie » Roubaisienne, Eugénie Delcroix-Damman.

  • 86 Ce genre de migration existe également dans le cas des Italiens ou des Polonais, Y. Lequin, 1988.

100Il y avait aussi les migrations de fratries : frères, sœurs, voire cousins qui se marièrent ou s’installèrent à Roubaix86. Dès le xviiie siècle, l’on en trouve trace : lorsque Philippe Dazin-Delehouque, âgé de 26 ans, se maria, en 1782, avec Marie-Anne Duforest-Lafrise, il déclara résider à Roubaix depuis 4 ans ; Adrien, son frère, épousa en 1793 Victoire Lafrise-Cailliez. La famille venait de Gommegnies, près de Bavay. Or, en 1803, Guislain Dazin est parrain d’un enfant Dazin-Lafrise et son acte de mariage, en 1811, nous apprend qu’il était aussi né à Gommegnies, en 1774 ; il était le neveu d’Adrien et de Philippe.

101Au siècle suivant, le premier exemple de migration, sur une relativement courte distance, concerne au moins 3 des enfants de Louis Lamant et de Cecile Staes, de Froidmont (Hainaut), qui vécurent à Roubaix (le quatrième, Feuillant, ne fit qu’un bref passage à Roubaix, en 1837, où il lui naquit un fils) : respectivement nés en 1795, 1797 et 1799, ils se marièrent, le premier, en 1823, avec une Croisienne, le deuxième, en 1824, avec une fille de Sailly-lez-Lannoy et le dernier, en 1828, avec une Roubaisienne. On constate d’ailleurs, sans qu’il faille généraliser, que, dans ce cas de migration du début du xixe siècle, il n’y a pas de trace d’arrivée de fille.

102Il est impossible de dire si les migrations de fratries étaient encore plus accentuées pour les populations originaires de Belgique, ou si elles augmentaient en même temps que la distance. Toujours est-il que ce phénomène survenait dans des conditions qui laissent à penser que le départ de l’un influait sur l’autre : ainsi les enfants Vandaele-Debackere, d’Izegem (Flandre occidentale). Lorsqu’Auguste François, né en 1829, épousa, en 1863, une native de Lestrem (Pas-de-Calais), l’acte indique qu’il résidait à Roubaix depuis 2 mois ; Isidore, né en 1833, se maria, en 1864, avec une native d’Izegem ; Auguste Aloïs, né en 1832, qui convola, en 1865, avec une Cominoise, résidait à Roubaix depuis 3 mois, après avoir vécu à Lannoy ; leur sœur, née en 1835, choisit également, comme conjoint, un natif d’Izegem mais l’acte de mariage en 1866 mentionne qu’elle habitait avec ses parents à Izegem ; le cadet, né en 1840, se maria en 1875 avec une Tourquennoise, Belge aussi sans doute, d’après le nom de sa mère, Vanoverschelde.

103Dans certains cas, l’existence de fratries migrantes peut, à elle seule, expliquer le nombre de natifs d’une commune. Un exemple est fourni par la commune de Villers-Sire-Nicole (arrondissement d’Avesnes) : sur les 3 femmes, natives de ce village et mariées à Roubaix entre 1843 et 1865, 2 étaient sœurs, Adèle, – qui n’avait pas choisi l’anonymat de la ville pour accoucher d’un illégitime, puisque ce fut dans son village qu’elle mit au monde cet enfant légitimé lors du mariage – et Marie Lechien-Baudry. Cette « filière » de Villers-Sire-Nicole et/ou Lechien-Baudry se traduit aussi par la présence à Roubaix, à partir de 1858, d’une autre sœur, Désirée, épouse d’Antoine Lemaitre, originaire de la même commune. Dans le cas de Vieux-Berquin, sur les 6 hommes et 2 femmes mariés à Roubaix, on compte 2 frères Lagersie-Rattel et 4 frères et sœur Lesaffre-Dezitter.

  • 87 A partir de 1870, la population commença à baisser ; Denain, Valenciennes et Trith-Saint-Léger en p (...)

104Parfois, des fratries migrantes sont à l’origine d’effectifs tels que l’on peut penser à l’existence d’une véritable « filière » : ainsi, Haspres située à plus de 50 kilomètres de Roubaix, dans le canton de Bouchain, dont sont originaires 10 hommes et 10 femmes, mariés essentiellement dans la dernière période 1860-188987. Pourquoi Haspres ? De tels chiffres ne peuvent qu’éveiller la curiosité, alors qu’une ville comme Valenciennes ne fournit que 2 hommes et 9 femmes ! Trois fratries sont à l’origine de cette particularité. La première est formée par 3 enfants Lemaire-Meresse : Hyacinthe, né en 1843 et qui résidait à Roubaix depuis 5 mois, quand il s’y maria en avril 1875, Philomène, née en 1850, mariée à Haspres en 1873 avec Philibert Lefebvre-Mériaux, qui mit au monde un enfant, en 1875, à Roubaix et s’y remaria en 1877 et Léopold, né en 1854 qui convola en 1885. La deuxième fratrie est constituée par les frères, Cyrille et Benoît Lempereur-Morelle qui furent les seuls, respectivement en 1873 et 1871, à épouser des Haspriennes, dont les familles avaient également migré (le beau-père de Benoît était mort à Roubaix, en 1868). L’épouse de Cyrille, Hermance Colin-Lefebvre, était la nièce de Hugues Lefebvre vivant à Roubaix, en 1891, lors du décès de son épouse Caroline Duquesne-Mériaux, également originaires de Haspres. Enfin, François Leveau-Boucly, né en 1838 et son cadet Jean-Baptiste, né en 1845, se marièrent à Roubaix, en 1872, avec des jeunes filles de Belgique.

  • 88 Les Mériaux, Méresse, Mer, Mercier, Lemaire et autres Lefebvre peuplent l’état civil hasprien. Ains (...)
  • 89 ADN, Annuaire Statistique du département du Nord, 2151/59 et 2151/89 et G. Morelle, 1982.

105L’exploration de l’état civil de Haspres ne permet pas de déterminer si les autres familles présentes à Roubaix (les Mériaux-Hallier, Mériaux-Flahaut et Béra-Mériaux ainsi que les Duquesne-Mériaux et Lefebvre-Mériaux…)88 étaient apparentées et, donc, s’il s’agissait de migrations familiales au sens large, ou s’il y eut véritablement une « filière » hasprienne fournissant Roubaix en tisserands, profession déclarée par la très grande majorité des conjoints. Or Haspres était un de ces villages proto-industriels peuplés de mulquiniers dont les enfants ne changèrent guère d’activités à Roubaix. De plus, dans ce gros bourg qui ne dépassa guère les 3 300 habitants tout au long du xixe siècle89, tous se connaissaient. Lorsque, transplantés à Roubaix, ces couples déclaraient une naissance, un décès ou se mariaient, ils se présentaient avec des témoins originaires de Haspres. Il resterait à savoir si ces liens tissés par l’origine commune allèrent jusqu’à faire naître une rue ou un « quartier hasprien » au cœur de Roubaix. Un autre indice confirme l’existence de cette filière : dans l’ensemble des unions célébrées dans la dernière décennie, on trouve au total 15 Haspriens.

106Enfin, il existe des familles particulièrement mobiles, sans que la profession en soit la cause directe : la migration familiale ne peut se repérer, dans ce cas, qu’au patronyme et non à la similitude des lieux de naissance. Ainsi Joseph Vannieuwenhuyse, boulanger, né à Bissegem (entité de Courtrai) épousa Françoise Vanaverbeke de Gullegem (entité de Wevelgem) ; ils étaient, avec leurs enfants, dès 1846 présents à Roubaix (naissance d’un fils illégitime chez leur fille Sophie) où ils décédèrent respectivement en 1848 et en 1853. Sophie, née en 1821 à Lendelede (Flandre occidentale), se maria à Roubaix, en 1855, avec son cousin germain ; un garçon, Charles Louis, naquit à Heule (entité de Courtrai) en 1822. La famille revint à Lendelede où Constantin Romain vit le jour, en 1827.

107Un autre exemple, sur une bien plus grande échelle, est constitué par la famille fondée par Adrien Verbeke, fileur, et Agnès Devogelaere : on la suit de Gand en 1831 (naissance de Léopold) et 1838 (naissance de Jean-Baptiste), à Lille en 1841 (naissance de Richard), à Roubaix en 1842 (naissance de Ferdinand) ; les parents étaient à Saint-Quentin, en 1853, lorsque Léopold se maria à Roubaix, puis à Gand en 1859, lors du mariage à Roubaix de Jean-Baptiste ; si le père vivait encore à Gand en 1863 (il y mourut), la mère, quant à elle, résidait à Roubaix où elle décéda en 1866, mais, en 1869, Richard qui se maria à Roubaix, résidait à Gand.

  • 90 W. Köllmann, 1971.

108L’hypothèse intéressante de la réduction des migrations familiales avec l’éloignement, proposée par W. Köllmann90, reste, pour l’instant, statistiquement, invérifiable à Roubaix en raison de l’approche choisie : en effet, s’il est vrai que la propension au mariage est plus grande pour un individu arrivé jeune avec sa famille que pour un jeune adulte qui migre seul, nous ne pouvons savoir, étudiant les seuls mariages, si la migration familiale diminue effectivement avec la distance. Ce qui est certain, c’est qu’il y eut, même sur de longues distances, des migrations de familles déjà constituées tout comme des migrations individuelles sur de petites distances !

  • 91 Au-delà, la probabilité de la mort des parents est bien plus grande.

109Un autre facteur familial peut influencer la migration : il s’agit de la mort de l’un ou des deux parents du migrant. Pour en juger, natifs et non-natifs ont été segmentés en fonction du destin des parents et de l’âge au mariage. Il ressort que, pour les hommes et femmes mariés avant 35 ans91, le pourcentage de ceux dont les 2 parents sont décédés est plus élevé parmi les migrants. La migration semble donc être « favorisée » par la mort des parents. Est-ce à dire qu’elle intervient forcément après le décès ? Nos sources nous interdisent de l’affirmer ; mais cette disparité de résultats tendrait à prouver que ce n’est pas tant le mariage qui est fonction du destin des parents que la migration, puis le mariage à Roubaix.

Des départs obligés ?

110Facteurs géographiques et humains s’unissent également pour inciter les hommes à migrer. Le rôle de la pression démographique n’est guère facile à mettre en évidence étant donné l’étendue des régions concernées. Pourtant, on peut penser que, dans certaines zones rurales, structure de la propriété et fécondité étaient telles qu’il n’y avait d’autre solution pour les jeunes que de migrer vers la ville (de manière temporaire pour se constituer un pécule ou de manière définitive, le temporaire se révélant, d’ailleurs, parfois définitif).

  • 92 Une lieue carrée correspond environ à 19,75 km2 soit une densité de 90 habitants par km2.
  • 93 Préfet Ch. Dieudonné, 1804.

111La population de la Flandre au xviiie siècle était fort nombreuse : un rapport de 1788 notait : La Flandre est incontestablement la portion la plus peuplée du royaume […] ; elle contient jusqu’à 1 772 habitants par lieue carrée92, soit presque le double de la moyenne du royaume. Le préfet Dieudonné, quant à lui, estimait la population du Nord à 794 872 en 1801, soit une densité de 2 709 par lieue2 (137 habitants au km2) alors que la France était alors à environ 50 habitants au km2 ; en 1804, la densité moyenne était d’environ 143 habitants au km293.

  • 94 Comines comptait, en 1801, 285 habitants au km2, D. Terrier, Ph. Toutain, 1979. Les 418 habitants d (...)

112L’arrondissement de Lille, tout particulièrement, permet de vérifier le lien entre densité et migration : on y trouvait, en effet, les densités les plus élevées (en 1801, 250 hab/km2 et 265 hab/km2, en 1804)94, de toute évidence bien supérieures à celles de la France et du département. Cette tendance, qui résulte avant tout de la concentration lilloise, se maintient tout au long du siècle. L’écart entre l’arrondissement et le département d’une part et la France d’autre part ne cessa de s’accroître : l’arrondissement avait, en 1911, une densité moyenne environ 13 fois plus élevée que celle de la France.

  • 95 Toutes les communes de l’arrondissement sont à moins de 30 kilomètres de Roubaix, à l’exception de (...)

113Comparer le poids respectif de chaque arrondissement dans le total de la population du Nord et le pourcentage de migrants issus de chaque arrondissement, parmi les conjoints natifs du Nord, prouve aussi que la proximité est le facteur prépondérant95. En effet, l’arrondissement de Lille représentait 28,8 % de la population départementale en 1804 et 43,5 % en 1901. Or dans notre fichier, 92 hommes et 89 femmes sur 100 conjoints nés dans le Nord le sont dans cet arrondissement, les Roubaisiens n’étant pas pris en compte. Pour les années 1860-1889, alors qu’on assiste à une réelle diversification des origines géographiques nordistes, 85 % des conjoints sont encore issus de cet arrondissement.

  • 96 Création et remaniements de cantons et, surtout, annexion par Lille, en 1858, de communes qui, en 1 (...)

114Pour le xixe siècle, le calcul des densités par cantons, tels qu’ils ont été constitués en 1790, est possible, mais délicat en raison des modifications successives96. Les cantons du nord de l’arrondissement sont les plus densément peuplés, car déjà fort industrieux (industrie linière de la vallée de la Lys). Les cantons dont la densité est inférieure ou égale à la moyenne départementale sont ceux de Seclin et de Templeuve. Pourtant, la comparaison des densités par canton avec les communes particulièrement pourvoyeuses n’aboutit à rien de très convaincant : ainsi, dans le canton de Templeuve, les communes dont les densités sont nettement plus élevées que la moyenne du canton et même de l’arrondissement (Louvil et Péronne-en-Mélantois) ne figurent pas dans le corpus étudié, les ressources locales permettant alors de nourrir ces populations.

  • 97 Y.-M. Hilaire, 1977.
  • 98 P. Roucoux, 1972.

115L’hypothèse du lien entre la pression démographique et les migrations vaut, en revanche, pour le Pas-de-Calais : les cantons dont la densité était la plus élevée au milieu du siècle étaient ceux de Béthune et de Laventie ainsi que les cantons urbains d’Arras, Boulogne et Saint-Omer97. Les cantons ruraux de Laventie (qui détenait le record du département avec 217 habitants ruraux au km2 en 1846) et Béthune, aussi parmi les moins éloignés, étaient ceux qui envoyaient des populations à Roubaix. Même avant le début de l’exploitation du bassin houiller, l’arrondissement de Béthune était le plus densément peuplé, 117 habitants au km2 en 1801 et il resta le premier tout au long du xixe siècle98.

  • 99 R. André, J. Pereira-Roque, 1974 et J. Dupâquier, 1988.
  • 100 B. Verhaegen, 1961.
  • 101 Ch. Vandenbroeke, 1987.

116D’autre part, à cette époque, il existait un différentiel de pression démographique entre la France et la Belgique. Le royaume comptait 3 785 814 habitants en 1831 et 6 693 548 en 1900, soit un taux d’accroissement de 76,8 % alors que, dans le même temps, la population française, estimée pour le territoire actuel, n’augmentait que de 21,1 %99. Pour la seule période 1831-1886, la population belge s’accrut de 54 % contre 20 % pour la France, d’où un vivier d’émigrants potentiels. De plus, les deux provinces de Flandre connurent aussi, de 1801 à 1845, une forte hausse de population (40 % pour la province occidentale et 41 % pour la partie orientale)100. Pourtant, avant même que ne commençât cette phase de croissance rapide, la région était densément peuplée. Déjà, au xviiie siècle, les densités par hectare de surface cultivée étaient particulièrement élevées101 : ainsi, en Flandre occidentale, l’arrondissement de Courtrai comptait 355 habitants, celui de Roulers, 331 et celui de Bruges, 241. Il en allait de même dans les campagnes de Flandre orientale : 456 habitants dans l’arrondissement de Gand, 392 dans celui de Termonde, 329 dans celui d’Audenarde et 318 dans celui de Saint-Nicolas.

  • 102 M. Poulain et M. Foulon, 1981.
  • 103 La deuxième position du Brabant était due à la ville de Bruxelles, B. Verhaegen, 1961.

117Cette caractéristique perdurait au milieu du siècle suivant102 : ainsi, la densité globale en Flandre occidentale est estimée à 351 dans l’arrondissement de Courtrai, 286 dans celui de Roulers et 182 dans celui de Bruges. La Flandre orientale connaissait la même situation dans les arrondissements de Gand (302 habitants au km2), de Termonde (284), d’Audenarde (258) et de Saint-Nicolas (247). En 1846, la province de Flandre orientale, avec 265 habitants au km2, avait la densité moyenne la plus élevée. La Flandre occidentale était, quant à elle, en troisième position, avec 199 habitants au km2103 ; suivait le Hainaut, avec 192 habitants au km2. Il est vrai que les provinces dont la densité était la moins forte sont par ailleurs éloignées de Roubaix : Limbourg (77 hab/km2), Namur (72 hab/km2) et Luxembourg (42 hab/km2).

  • 104 E. Witte, 1983.

118Les deux provinces de Flandre avaient en outre, en 1846, un très fort taux d’activité : elles représentaient 41,5 % de la population productive du royaume, mais seulement 32,2 % de la population totale, et ce surtout en raison d’un fort taux d’activité féminin. Ce que l’on sait de la structure de la propriété dans la province de Flandre occidentale va dans le même sens : en 1846, 84 % des exploitations agricoles ne dépassaient pas 5 hectares104. On comprend bien, suite à un contexte économique difficile, le départ et donc la forte présence d’immigrants flamands parmi les Belges de Roubaix.

119Il est évident que l’importance de l’arrondissement de Courtrai (64 % des hommes et 68 % des femmes nés en Flandre occidentale) est renforcée par la proximité : toutes les communes sont à moins de 30 kilomètres. La pression démographique doit pourtant bien intervenir, concomitamment avec d’autres facteurs, dans le cas de l’arrondissement de Gand (52 % des hommes et 55 % des femmes originaires de la province) : en effet, même s’il est vaste, les distances sont ici importantes (nombre de communes se trouvent à plus de 50 kilomètres de Roubaix, les plus proches, peu nombreuses, sont au minimum à 35 kilomètres). Pourtant, l’arrondissement de Bruges, aussi éloigné de Roubaix mais un peu moins densément peuplé que celui de Gand, a un poids, dans l’ensemble des mariés nés en Flandre occidentale, bien moindre : seulement 8 % des hommes et 4 % des femmes.

  • 105 E. Hélin, 1990 a.

120A partir du milieu du siècle, les provinces flamandes, avec un nombre insuffisant d’emplois, étaient donc condamnées à voir partir leurs enfants, étant donné la dégradation du rapport ressources/nombre de bouches à nourrir ou du rapport entre le nombre d’emplois et le nombre d’actifs potentiels105. Au-delà de ces facteurs géographiques et humains, il ne faut pas oublier qu’il s’agit avant tout de migrations de travail, les facteurs économiques jouent donc un rôle important pour la compréhension de la formation de la population roubaisienne.

L’appel des sirènes

121Parmi les facteurs économiques qui influencent les migrations, outre les liens, l’évolution comparée des conjonctures, la politique patronale, il faut aussi compter avec la concurrence des autres bassins démographiques. Certains métiers prédisposaient aussi davantage aux migrations.

Migration de petits, migration de puissants

  • 106 Il n’est pas question ici d’évoquer des professions telles que douanier qui ont imposé, surtout pen (...)
  • 107 Selon D. Reher (1990), les groupes les plus mobiles se trouvaient aux extrêmités de l’échelle socia (...)

122Certaines professions, plus que d’autres, étaient-elles plus propices à une mobilité ?106 Retrouve-t-on, à Roubaix, la relation entre profession, origine géographique et distance parcourue ?107 Y avait-t-il, en dehors des ouvriers du textile, assez connus – nul n’est surpris de voir que la majorité des Gantois qui se marièrent à Roubaix, entre 1850 et 1889, étaient fileurs ou tisserands –, des axes géographiques nets pour certaines professions, celles de l’alimentation ou du bâtiment ? Que faisaient tous les Belges qui n’étaient pas engagés dans l’industrie textile ?

  • 108 J’ai calculé un « indice de représentation » pour les différents groupes socioprofessionnels en com (...)

123La segmentation sociale couplée à l’étude des origines géographiques des populations mariées à Roubaix entre 1740 et 1889 permet de mieux cerner professionnellement les migrants (cf. Graphique III.4). L’impression générale qui prévaut est la présence des non-natifs dans toutes les branches ou presque de l’activité roubaisienne108. Pourtant, certains groupes sociaux sont majoritairement constitués de Roubaisiens (ainsi les ouvriers et les ouvriers du textile où les natifs restèrent toujours les plus nombreux) tandis que le groupe pour lequel le recrutement extérieur – et donc le renouvellement – est le plus important est celui des artisans, boutiquiers et classes moyennes.

124On se gardera d’échafauder des hypothèses explicatives pour les paysans au xixe siècle, les effectifs sont bien trop réduits. Sur l’ensemble de la période, on note une sur-représentation des Nordistes (indice 228) et des Belges présents mais sous-représentés (indice 49), même si leur part est un peu plus élevée au début du xixe siècle. Pour le seul xviiie siècle, l’indice est de 201 pour les natifs du Nord et de 236 pour les ressortissants des Pays-Bas autrichiens, résultat des mariages entre enfants de paysans, installés de part et d’autre d’une frontière qui n’existait pas dans les esprits, mariages d’intérêt ( ?) unissant des patrimoines. Ainsi lorsque Pierre Antoine Wattel, né à Tourcoing, et Marie Gonse de Roubaix, laboureurs à Roubaix, qui avaient eu 7 enfants, se trouvèrent confrontés à l’absence d’héritier mâle, ils marièrent leurs filles à des laboureurs : le premier était né à Herseaux (Hainaut) et y habitait, le deuxième était né et demeurait à Tourcoing, le troisième natif de Mouscron (Hainaut) s’installa à Roubaix, après son mariage en 1780. Quant à Eléonore et Pierre, enfants des Germain-Lecocq, laboureurs à Néchin (Hainaut), ils épousèrent respectivement Jean Delporte, laboureur à Roubaix, en 1759 et Prudence Cornil, fille de laboureur à Roubaix, en 1769.

Graphique III.4. Origines des groupes socioprofessionnels (1740-1889)

Graphique III.4. Origines des groupes socioprofessionnels (1740-1889)

GROUPES SOCIOPROFESSIONNELS

  • 109 Ce pourcentage peut être dépassé dans certains sous-groupes (employés, fonctionnaires et assimilés
  • 110 J.-A. Roy et J.-L. Dansette, 1955, 1957, 1958 et 1959.
  • 111 Certains, illustres (Auguste Mimerel, né à Amiens en 1786, marié à Paris en 1809 et qui établit une (...)
  • 112 J.-A. Roy et J.-L. Dansette, 1958.
  • 113 J.-P. Hirsch, 1991.

125Pour les élites, si le poids des Roubaisiens reste identique à sa part dans l’ensemble de l’échantillon jusqu’en 1829, il n’en va plus de même par la suite (indices 38 pour 1830-1859 et 78 pour 1860-1889). Mais il est vrai que c’est sans doute pour ce groupe – comme pour celui des paysans – que les effectifs réduits dans la société le sont encore plus par le jeu de l’échantillon alphabétique. Le deuxième constat qui s’impose est le petit nombre des Belges (indices 57 pour 1740-1829, 22 pour 1830-1859 et 36 pour 1860-1889). Le pourcentage moyen sur l’ensemble de la période (8,9 %) reflète cependant mal l’augmentation constatée, particulièrement, à la fin de la période : il passe de 6,8 % en 1740-1769 à 16,9 % en 1860-1889. Au xixe siècle, ces hommes venaient essentiellement du Nord mais aussi du reste du pays ; c’est en effet dans ce groupe109 que les pourcentages d’individus originaires de départements autres que le Nord et le Pas-de-Calais sont les plus importants. L’indice 450 pour l’ensemble de la période traduit l’évidente sur-représentation française : 7,3 % des hommes de l’élite étaient nés dans le reste de la France (contre 1,65 % dans l’ensemble du fichier) et même plus de 10 % à partir de 1830. Aux anciennes familles, s’ajoutèrent des éléments nouveaux110 ; les provinces françaises contribuèrent largement au renouvellement : la Somme111, voire d’autres départements plus lointains. J.-A. Roy et J.-L. Dansette font état de 38 % d’immigration pour les familles patronales au xixe siècle, à Roubaix et Tourcoing112. Bien sûr, le groupe élite est plus large que les seules familles patronales, toutefois les phénomènes semblent convergents. En revanche, Jean-Pierre Hirsch, dans son étude des lieux de naissance des « commerçants notables » de l’arrondissement de Lille en 1833, a établi que 73,75 % résidaient dans leur commune natale, 8,75 % étaient nés dans une autre commune de l’arrondissement, 2,5 % dans un autre district du Nord, 13,75 % dans un autre département et 1,25 % à l’étranger113.

  • 114 C’est le second modèle migratoire proposé par Claude Bruneel (1990) pour l’attraction d’Anvers sur (...)

126Alors que, pour la majorité des nouveaux Roubaisiens, la migration était quasi-forcée, rendue nécessaire par l’obligation de trouver un emploi, elle avait, dans le cas des élites, lieu dans une perspective d’ascension sociale : elles espéraient profiter de l’essor économique de la ville114. Une même motivation attirait les artisans et tous ceux qui, dans les classes moyennes, possédaient un certain savoir-faire, une certaine qualification.

127Plus étoffé, ce groupe est celui pour lequel le renouvellement par migration fut le plus important : les natifs sont sous-représentés (indice 78) alors que la Belgique (indice 121), le Pas-de-Calais (indice 158) et surtout la France (indice 213) procurèrent à Roubaix nombre d’artisans, boutiquiers et autres membres des classes moyennes. Dès le xviiie siècle, le recrutement s’étendait dans un bassin plus large que pour les ouvriers puisque Nord, Pas-de-Calais et France y sont davantage représentés. Cette tendance se maintint au siècle suivant : la France fournit alors 3 à 4 % des classes moyennes tandis que le Nord-Pas-de-Calais vit sa part se réduire. A partir de 1800, la Belgique donna le quart des artisans mariés à Roubaix (ils étaient francophones à 58 %), puis, après 1830, près de la moitié, (les trois quarts étant néerlandophones).

128En raison de l’hétérogénéité des classes moyennes, nous avons constitué des sous-groupes : des métiers requièrent un certain savoir (instituteur, professeur, clerc de notaire), d’autres sont liés à l’essor de nouvelles activités (chef de gare, facteur, employé des postes, des tramways…), en relation avec l’administration (agent de police, douanier), ou situent leurs titulaires dans les classes moyennes, ainsi les sous-officiers. Il est clair (et c’est particulièrement vrai pour le xixe siècle, à Roubaix comme ailleurs) que les employés, fonctionnaires et assimilés étaient sur-représentés parmi les immigrants de l’intérieur : indices 116 pour le Nord, 225 pour le Pas-de-Calais et 500 pour le reste de la France. On trouve, en particulier, dans la dernière décennie des unions célébrées entre instituteurs, ainsi le mariage Lonfils-Jouniaux : Louis était originaire de Wattignies et Estelle, elle aussi institutrice, de Choisies (arrondissement d’Avesnes).

129Artisans et marchands, tous ceux qui produisent, vendent et fournissent des services, constituent également un sous-groupe marqué par une sous-représentation des Roubaisiens (indice 76 pour l’ensemble de la période) au profit des Belges (indice 131), des hommes du Pas-de-Calais (indice 139) et du reste de la France (indice 132). Les natifs majoritaires au xviiie siècle furent supplantés par des hommes originaires de Belgique, surtout de la partie néerlandophone.

  • 115 En outre, une native de cette ville, fille de cordonnier, épousa un cordonnier roubaisien ; il faut (...)

130Certaines filières géographiques se dessinent : ainsi Izegem bien représentée, parmi les mariés de Roubaix, par ses 19 cordonniers115 soit 40 % des natifs de cette ville connue pour son industrie de la chaussure. La présence belge est aussi notable parmi les tailleurs : 8 sur 10 tailleurs mariés entre 1860 et 1889 étaient nés Outre-Quiévrain, la quasi-totalité étant néerlandophone.

  • 116 Comme Taintignies et Guignies, V. Aelbrecht, 1991.

131D’autres professions spécialisées sont également caractérisées par une certaine mobilité : ainsi, à Tourcoing, maçons et charpentiers arrivaient des villages du Tournaisis116. Si, à Roubaix, un seul des 4 individus originaires de Guignies exerçait un emploi dans le bâtiment puisqu’il était menuisier alors que les autres étaient tailleur, cocher et chauffeur mécanicien, en revanche, les 4 de Taintignies appartenaient à ce secteur : 2 étaient maçons et 2 menuisiers. Il est vrai que les hommes nés dans ces communes étaient peu nombreux dans le corpus, sans doute parce que, les migrations saisonnières étant plus développées dans ce type d’activité, maçons, charpentiers ou autres menuisiers retournaient se marier chez eux. Toutefois, d’autres communes de la même région fournirent aussi des ouvriers du bâtiment : Antoing ou Rumes, des menuisiers, Willemeau ou Orcq, des maçons. Ces Tournaisiens illustrent la sur-représentation de la Belgique pour les charpentiers-menuisiers (indice 173) que l’on constate également pour l’ensemble du secteur du bâtiment (indice 200) et leur part fort importante dans la deuxième moitié du xixe siècle (63,4 % pour les seuls charpentiers-menuisiers et 66,2 % pour l’ensemble du secteur dans les années 1860-1889). Tous ne venaient d’ailleurs pas de la partie francophone du pays, la majorité étant néerlandophone. Ce secteur connut une véritable révolution en matière de recrutement : si, sous l’Ancien Régime, un peu plus de la moitié des ouvriers du bâtiment (55,5 %) étaient Roubaisiens, leur part s’effondra pour ne plus représenter que 19,4 % de 1860 à 1889.

132Le secteur où les Belges étaient les plus nombreux est bien évidemment celui des ouvriers du textile : 38,6 % des hommes ayant une profession déclarée de 1740 à 1889, mais la moitié des hommes pour le seul xixe siècle. Alors qu’au début du siècle, 70 % étaient nés à Roubaix, suite à une forte régression de 1830 à 1859, ils n’étaient plus que 37,5 % dans la dernière période trentenaire. Ils furent remplacés par les natifs de Belgique : 10,6 % en 1800-1829 mais 43,7 % en 1860-1889. Ceci se traduit par une sous-représentation des immigrants de l’intérieur et une légère sur-représentation des Belges pour les cent cinquante ans. Toutefois, le seul groupe constamment sur-représenté reste celui des Roubaisiens. En outre, la répartition des Belges selon leur province de naissance fait apparaître une nette sur-représentation de la Flandre orientale dont les mariés sont à 60,9 % des travailleurs du textile, loin devant toutes les autres provinces, y compris la Flandre occidentale (36,8 %). Il est vrai que, sur les 329 natifs de Gand, 215 relevaient du groupe textile soit 65,3 %, comme 77,7 % des natifs de Saint-Nicolas ; il en est de même, avec des effectifs un peu moindres, à Lokeren, Eeklo, Tamise.

  • 117 Les tisserands constituent la majorité du fichier textile (60,3 %), loin devant les fileurs (17,3 % (...)

133Pour mieux connaître ces hommes, il faut étudier l’ensemble des métiers les moins qualifiés du textile. L’agrégation des journaliers-fileurs, journaliers-tisserands, fileurs et tisserands117 montre le poids des Roubaisiens (45,2 %) et des Belges (33,15 %). Cependant, pour ces métiers les plus faiblement rémunérés, les Belges devinrent majoritaires, à partir de 1860, et les natifs de Roubaix (dont certains de nationalité belge) ne représentaient désormais qu’un peu moins d’un tiers.

134Pour l’ensemble de la période, la moitié des tisserands étaient nés à Roubaix, les immigrants de l’intérieur étant largement sous-représentés ; toutefois, une rupture apparaît nettement dans le courant du xixe siècle. Lorsqu’il y avait relativement peu d’étrangers, au début du siècle, 4 tisserands sur 5 (et il s’agit de tisserands à domicile) étaient nés à Roubaix ; avec l’essor de l’activité textile, il devint nécessaire de recourir à l’immigration pour faire face aux besoins en main-d’œuvre, la part des natifs diminua alors considérablement (26 %).

135De 1740 à 1889, les fileurs roubaisiens (36 % du groupe) étaient globalement sous-représentés (indice 80), au contraire des Nordistes (24,6 % et indice 108) ; en revanche, les natifs d’Outre-Quiévrain qui constituaient 36,1 % de l’effectif étaient sur-représentés (indice 124). En outre, l’évolution dans le siècle est radicalement différente de celle des tisserands : le pourcentage de Roubaisiens fileurs mariés dans les trente dernières années est presque deux fois plus élevé que celui des années 1830-1859 mais ce doublement ne se fait que partiellement aux dépens des Belges (moins 5 points seulement). Cette réduction provient-elle des Belges de la deuxième génération ? Sur les 161 fileurs, nés à Roubaix et mariés entre 1860 et 1889, environ 70 % sont nés d’un père né en France, ils pourraient donc, au mieux, appartenir à la troisième génération belge, les autres ayant un père né, dans la quasi-totalité des cas, en Belgique.

  • 118 Pour les différences de bassins de recrutement selon les niveaux de qualification, voir S. Defroyen (...)
  • 119 En 1851, un tisserand gagnait 2 F par jour, un fileur 3 F (ADN, Annuaire Statistique du département (...)
  • 120 Pour les populations autochtones, le passage de l’atelier à l’usine fut vécu comme une déchéance et (...)

136Pour comprendre la différence entre fileurs et tisserands (50 % des fileurs et 26 % des tisserands roubaisiens, d’une part, et, d’autre part, 31 % des fileurs et 55 % des tisserands nés en Belgique pour 1860-1889), il faut se référer à la réalité économique mais aussi aux sentiments des populations118. Les tisserands étaient moins bien payés que les fileurs119. Ce métier était, pour cette raison, considéré par la population comme un métier d’immigrant, surtout pour ceux qui l’exerçaient dans les usines, c’est-à-dire les tisseurs : les Français, assez réservés face à cette mécanisation, préféraient donc garder leur pratique antérieure (tisserands à domicile ou dans de petits ateliers)120 alors que les Belges travaillaient dans les usines où la rémunération était moindre. Les Roubaisiens ne se situaient pas tout à fait aussi bas dans l’échelle sociale que les Belges, les plus récemment arrivés, et ils dédaignaient ce type d’activité.

137Le dernier groupe fort hétérogène est composé par le reste des travailleurs (3 895 individus dont 2 752 journaliers). Sur les cent cinquante ans, en quasi-totalité, ils étaient originaires de trois secteurs : Roubaix (50,6 %), la Belgique (25,2 %) et le Nord (22,1 %). Mais la situation s’inversa totalement au xixe siècle : trois quarts de Roubaisiens au xviiie siècle, un quart de 1860 à 1889. La sur-représentation roubaisienne des journaliers (indice 135) provient essentiellement du fait que cette dénomination était plus fréquente au xviiie siècle, lorsque les natifs étaient majoritaires. Les autres métiers sont très divers et comportent des effectifs assez restreints. Certains ont été intégrés dans d’autres sous-groupes, ainsi ceux du bâtiment.

138On peut, cependant, évoquer le recrutement des 157 mécaniciens et ajusteurs-mécaniciens. Sur les 146 mariés de 1860 à 1889, on comptait 40 Roubaisiens et 70 Belges dont 21 Gantois, déjà formés dans l’industrie flamande. Dans ce siècle de l’industrialisation, nul doute que ces hommes étaient particulièrement recherchés et donc souvent amenés à se déplacer. Ainsi Apolidore Lecocq, né à Lille et époux de Mathilde Massart, originaire de Senzeille (province de Namur), vécut à Roubaix, avec sa famille, au moins à partir de 1865 : son itinéraire l’avait déjà conduit à Namur où une fille lui était née en 1853 et à Charleroi (Hainaut) où était né, en 1864, Frédéric dont le décès à Roubaix en mai 1865 constitua la première trace de la présence de la famille, qui s’agrandit encore par la naissance d’enfants en 1866 et en 1869, le décès de Mathilde en 1882 attestant la présence de la famille à cette date. La seconde famille est encore plus exemplaire : Rodolphe Wourlod, né à Bex (Suisse) et Marie Catherine Dupire, de Leuze (Hainaut), eurent 7 enfants, nés successivement à Tournai (1819), Leuze (1821), Gand (1824, 1826, 1830 et 1833) et Roubaix (1836) où ils se marièrent en 1844 ; Rodolphe qui apparaît dans les registres d’abord comme journalier, était chauffeur-mécanicien en 1854 et déclaré comme ingénieur-mécanicien, à sa mort, en 1856.

139Pour les femmes, la segmentation sociale est beaucoup plus limitée, en raison de l’absence ou de l’imprécision des mentions professionnelles. Sur les 11 395 mariées, 1 853 ne fournirent aucune mention, soit 16,3 %. En outre, on compte 3 696 journalières (32,4 % de l’ensemble et 38,7 % des femmes qui ont fait une déclaration). Il est clair qu’une femme (ou d’ailleurs un homme) qui se déclarait sans profession lors du mariage appartenait soit à une classe d’âge trop élevé soit, et c’était plus souvent le cas, appartenait aux catégories supérieures de la société (enfants de fabricant, de négociant). De plus, environ 5 % des épouses se disaient ménagères. L’agrégation des sans mention, des sans profession, des ménagères, des domestiques, des journalières et des femmes travaillant dans le textile représente 92 % de l’ensemble des femmes mariées de 1740 à 1889.

140Les journalières étaient majoritairement roubaisiennes (59,3 %, pour toute la période) mais leur part ne cessa de diminuer (79,5 % au xviiie siècle mais 30,6 % de 1860 à 1889). Toutefois, il n’y a ni forte sur-représentation ni forte sous-représentation, sauf pour les années 1860-1889 où Roubaix a un indice de 75 et la Belgique de 131, les principales provinces pourvoyeuses étant le Hainaut et les Flandres.

  • 121 Ont été prises en compte, outre les servantes et domestiques, les cuisinières, femmes de chambre, l (...)
  • 122 C’est nettement plus que pour les hommes (36,8 %). Les écarts sont moindres pour les 2 autres provi (...)

141Celles qui étaient domestiques (440 soit 4,61 % des femmes ayant fait une déclaration)121 et celles qui exerçaient un métier textile (3 442 soit 36,1 % des femmes ayant fait une déclaration) ont aussi fait l’objet d’une étude. Pour les ouvrières du textile, on retrouve les mêmes tendances que pour les hommes mais un peu plus accentuées : 43,6 % des femmes étaient nées à Roubaix, 37,9 % en Belgique. Tout oppose les deux siècles : 83 % de Roubaisiennes de 1740 à 1799 mais 42 % de 1860 à 1889 ; en revanche, les Belges, absentes au xviiie siècle, constituaient 40,7 % des ouvrières du textile mariées de 1860 à 1889, les effectifs étant multipliés par 8 de 1830-1859 à 1860-1889. Les ouvrières belges, nettement sur-représentées (indice 153) pour les cent cinquante ans étudiés, étaient essentiellement originaires de Flandre occidentale (34,6 %) et orientale (31,8 %), le Hainaut en fournissant un quart. Mais 56,5 % des natives de Flandre orientale et 49,9 % de Flandre occidentale122 mariées à Roubaix travaillaient dans ce secteur. Il est vrai que des villes comme Saint-Nicolas (91,9 % d’ouvrières textiles parmi les femmes de cette ville), Lokeren (77,8 %), Tamise (58,3 %), Eeklo (55,6 %), Gand (53,2 %) ont largement contribué à envoyer des ouvrières du textile à Roubaix.

142L’origine géographique des domestiques est un peu plus originale. Certes, la Belgique est globalement sur-représentée (indice 210 et 52 % des domestiques), mais le Nord voire le Pas-de-Calais et la France le sont aussi. Le Hainaut est le principal pourvoyeur avec 55 % des domestiques mariées de 1800 à 1889, les Flandres étant largement distancées avec 29,7 pour la partie occidentale et 11,4 % pour la partie orientale. La principale explication de cette originalité est sans doute linguistique : les employeurs préféraient se faire comprendre facilement. Il est vrai que, le recrutement se faisant dans un rayon relativement restreint, les communes du Hainaut étaient les principales pourvoyeuses. Peut-on parler de filière pour la commune d’Escanaffles qui se distingue avec 14 domestiques sur 37 femmes et qui, en outre, est située à plus de 20 kilomètres de Roubaix ? Rien de significatif ne se dégage de l’étude si ce n’est de possibles cousinages et le fait que l’on compte, sur ces 14 femmes, 6 cuisinières et 3 filles naturelles !

143Quant aux rares femmes dont le métier exigeait un certain niveau d’études, il est impossible de dire si, pour les « filles de bureau », la migration était professionnelle ou si le mariage à Roubaix était consécutif à une migration familiale : ainsi, Augustine Clouet, née en 1833 à Saméon, épousa Théodore Wangermée en 1872, mais son père était mort à Roubaix depuis 15 ans et sa mère y résidait lors du mariage ; il est fort probable qu’il s’agisse d’une migration familiale. En revanche, dans le cas des institutrices, la mutation était à l’origine de la migration comme pour leurs collègues masculins.

144Enfin, il faut noter que les trois quarts des étrangers non-belges appartenaient au monde ouvrier, la majorité travaillant dans le textile : 43,5 % étaient tisserands, néerlandais pour la très grande majorité (85 %), surtout originaires de Haarlem.

145Si autant d’immigrants de l’intérieur et de Belgique vinrent à Roubaix, c’est également parce que, dans leur région d’origine, la même activité textile leur avait permis d’acquérir un savoir-faire.

Itinéraires professionnels

  • 123 AMR, HH-34/39.
  • 124 ADN, C-3997.

146Comment ne pas prendre en compte, en premier lieu, les liens tissés par le travail proto-industriel dans le cadre de la manufacture dispersée, même si la proximité fut à la base de la constitution de ce bassin proto-industriel ? Le mémoire, rédigé en 1771, à l’intention de D’Haffrengues d’Hellemmes, témoignait déjà de l’importance démographique et économique du bassin proto-industriel roubaisien123. Dans tous les villages ou presque, les paysans possédaient des métiers qui leur apportaient sinon l’aisance, du moins des ressources complémentaires : dans la châtellenie de Lille […], les habitans trouvent dans leur industrie les moyens de subsistance qui pourroient leur manquer, tout paysan a une propriété fonciere plus ou moins considerable, il la cultive avec soin, et quand il a cultivé son champ, il assure son aisance et celle de sa famille en fabriquant la toile nécessaire à son usage, souvent meme, il en fabrique assés pour que la vente quil en fait lui procure de grands avantages. Ces fabriques isolées et éparses […] font vivre des familles entieres et en plus grand nombre124. Les paysans proto-industriels étaient ainsi en relation avec la ville et cela permettait également à leurs enfants d’acquérir une certaine pratique, favorisant ensuite une migration.

  • 125 ADN, Annuaire Statistique du Nord, 2151/27, 1830.

147Au début du xixe siècle, nombre de communes de l’arrondissement de Lille étaient encore engagées dans l’activité textile : Mouchin, Genech, Cobrieux, Bachy, Bourghelles, Bouvines, Sainghin-en-Mélantois, plus Cysoing et Templeuve où les habitants travaillaient aussi dans la bonneterie. On retrouve leurs ressortissants parmi ceux qui vinrent travailler à Roubaix. En 1830, Anstaing, Baisieux, Camphin-en-Pévèle, Chéreng, Gruson, Tressin et Willems étaient encore réputées travailler pour la fabrique de Roubaix125. Roubaix faisait aussi filer et tisser à Croix, Wasquehal, Hem, Forest, Flers. Lorsque la mécanisation s’intensifia, nombre de ces travailleurs à domicile devinrent ouvriers dans des usines roubaisiennes. Comme les femmes étaient fort impliquées dans ce travail proto-industriel, on comprend que les femmes étaient parfois plus nombreuses que les hommes, ainsi pour Baisieux (10 hommes et 15 femmes), Sainghin-en-Mélantois (2 et 8) ou Willems (9 et 18). On retrouve ici l’opposition constatée sur la carte de l’arrondissement de Lille ; de plus, dans des communes du sud-ouest de l’arrondissement comme Fâches, Ronchin, Lezennes, Lesquin, Templemars, Vendeville ou Wattignies, l’activité principale étant l’exploitation de carrières, les hommes étaient le plus souvent charpentiers, maçons, couvreurs, tailleurs de pierre et trouvaient plutôt à s’employer à Lille.

  • 126 Au début du xviie siècle, la vallée de la Lys se tourna résolument vers la culture du lin travaillé (...)
  • 127 ADN, C-3999, Rapport du subdélégué de Lille à l’intendant sur le commerce et l’industrie, 14 mars 1 (...)

148Les communes de la vallée de la Lys, en amont126 comme en aval d’Armentières, étaient également engagées dans cette activité textile. En 1788, Armentières commerçait en dentelles, en bonneterie, en toilles a carreaux et de couleurs et à Comines, il y avait des manufactures de toilles de couleurs, de linge de table, de rubans de fils, de chapeaux. Un demi-siècle plus tard, cette industrie s’était développée et diversifiée127.

  • 128 Il y avait à Merville une manufacture de linge de table, établie en 1761, et à Bailleul, plusieurs (...)

149Mais, l’industrie textile n’était pas limitée à l’arrondissement de Lille ; un peu partout, cette activité s’était maintenue, voire développée. Certaines petites villes de Flandre se livraient aussi à la fabrication des étoffes ; on peut ainsi comprendre la présence à Roubaix de personnes, nées à Merville ou à Bailleul128 dont près de la moitié appartiennent aux groupes des ouvriers textiles.

  • 129 ADN, Annuaire Statistique du Nord, 2151/30, 1833.
  • 130 D. Terrier, 1996.
  • 131 ADN, Annuaire Statistique du Nord, 2151/29, 1832.

150Dans l’arrondissement de Cambrai, nombre de communes vivaient du travail proto-industriel autour du Cateau et de Solesmes, ainsi dans les cantons de Clary, Carnières, Le Cateau et Solesmes129. Le déclin apparut dans les dernières années du Second Empire130 ; ces travailleurs ruraux proto-industriels dépossédés de toute possibilité d’existence se dirigèrent alors vers des villes comme Caudry, vers Fourmies mais aussi vers le bassin houiller ou la métallurgie de la Haute-Sambre tandis que certains prirent la route de Roubaix : ainsi quelques hommes et femmes nés à Béthencourt, Bévillers, Quiévy et Rieux-en-Cambrésis, Saint-Souplet, Esnes et Wallincourt, Bantouzelle et Villers-Guislain, Saint-Python, Saint-Vaast-en-Cambrésis et Viesly. Les mulquiniers étaient nombreux également dans l’arrondissement de Valenciennes : ainsi à Haspres, un certain nombre d’habitants sont employés au tissage. Il y existe en outre […] une filature de coton131.

  • 132 ADN, C-3997. D. Rosselle (1987) cite le rapport du subdélégué de Saint-Omer qui évoque la ruine des(...)
  • 133 AMR, HH-34/39.

151En Artois, le travail textile était fort ancien. Avec la nouvelle liberté de fabrication, instaurée en 1762, les ateliers ruraux se multiplièrent, permettant une relance de l’activité lainière, sauf dans les manufactures des grandes villes. A Béthune, Bapaume, Hesdin, régnait la prospérité pour la fabrication des toiles alors que, pour les grandes villes, le bilan était beaucoup moins positif, en particulier à Saint-Omer et Saint-Pol132. Le Mémoire sur la Manufacture de 1771 citait 30 000 fileuses qui, en Artois, œuvraient pour la Fabrique de Roubaix133. Mais il fallut attendre la concentration usinière du xixe siècle pour les voir apparaître à Roubaix.

  • 134 ADN, M 653/24.

152Il ne faut pas non plus s’étonner du poids des départements situés au nord de Paris car il existait des liens économiques avec l’Aisne et la ville de Saint-Quentin, en particulier. L’aire économique de Roubaix, c’est-à-dire l’ensemble des régions qui travaillaient pour le textile roubaisien, concernait encore, au milieu du xixe siècle, quelque 70 000 ouvriers de Saint-Quentin jusqu’à Bailleul134. Quelques natifs de l’Aisne venaient ainsi de villages proto-industriels (Etaves et Bocquiaux ou Montbrehain) ou de centres industriels secondaires (Bohain). Lorsque, dans les années 1860, le tissage fut mécanisé, ceux qui, dans les campagnes environnantes ou plus lointaines, produisaient autrefois pour Roubaix, vinrent s’y établir.

153Cette communauté d’activités vaut également dans le cas des immigrants flamands (ceux de Flandre occidentale, en particulier ceux nés dans les vallées de la Lys et l’Escaut) ou pour les Wallons du Tournaisis, par exemple. Aalbeke, Rekkem en Flandre occidentale, Dottignies, Herseaux, Luingne et surtout Mouscron en Hainaut, au début du xixe siècle encore, avaient des activités textiles fondées sur une tradition fort ancienne de relations avec Roubaix dans le cadre de la manufacture dispersée. Dans ces conditions, on comprend aussi que le poids des Belges se mariant à Roubaix, au xviiie siècle, était fort réduit ; en revanche, au siècle suivant, tout changea et les liens anciens et la communauté d’activités prédisposèrent aux migrations : la quasi-totalité des mariages avec des natifs de ces communes eurent lieu au xixe siècle.

  • 135 Voir H. Coppejans-Desmedt, 1994. Près de la moitié de la population vivait au moins partiellement d (...)
  • 136 Saint-Nicolas est à environ 85 kilomètres de Roubaix.
  • 137 La terre nourrissait une population peu dense, au prix d’un travail qui ne lui laissait guère la po (...)

154En Flandre, l’industrie rurale du lin était, au début du xixe siècle, concentrée entre Gand, Bruges, Thielt, Courtrai, Audenarde, Renaix et Alost135 ; déjà quelques migrants originaires de cette zone vinrent travailler à Roubaix. Mais ce fut encore plus net dans le courant du siècle lorsque l’activité de cette région évolua. La similitude d’activités joua également pour les Belges déjà habitués au travail dans un secteur mécanisé. La seule véritable industrie cotonnière flamande se situait à Gand avec une extension jusqu’à Saint-Nicolas d’où le grand nombre d’ouvriers textiles originaires de cette région, pourtant assez éloignée136 : 77,7 % des natifs de Saint-Nicolas, 88,6 % de ceux natifs de Lokeren et 88,9 % de ceux de Tamise. Pour les ouvrières du textile, les pourcentages étaient du même ordre (cf. supra, p. 141). Renaix connut aussi, surtout dans la seconde moitié du siècle, une mécanisation du tissage du coton : or, dans notre échantillon, 61,7 % des hommes et 56,9 % des femmes natifs de cette ville se déclarèrent ouvriers textiles lors de leur mariage. Pour les villes cotonnières de Flandre occidentale, les pourcentages sont moins élevés pour les hommes : 43,65 % à Courtrai, 30 % à Bruges, 27,8 % à Thielt et seulement 10,7 % à Ypres. En revanche, la zone côtière, où la proto-industrie était absente137, est moins représentée que des régions plus lointaines de Flandre orientale ou même de la province d’Anvers. Pourtant, une forte mobilité existait dans l’arrondissement d’Ostende, par exemple, où les entreprises agricoles avaient grand besoin de personnel et de journaliers : non seulement elles retenaient leur population mais en attiraient aussi d’autres.

  • 138 M. Anderson, 1971.

155Michael Anderson étudiant Preston, cité cotonnière du Lancashire, avait mis en évidence le fait que, parmi les migrants, une grande proportion venait d’autres villes et particulièrement de villes du coton138. Il en était donc de même à Roubaix pour les principales zones de l’aire de recrutement. Au-delà de la communauté d’activités, d’autres facteurs interviennent pour pousser hommes et femmes sur les routes.

L’attrait du salaire

156Il n’est pas possible, en effet, de comprendre les migrations sans évoquer le rôle de celui qui offre le travail, en particulier son attitude en matière salariale. Si les salaires urbains étaient supérieurs à ceux des campagnes, si certaines villes offraient de meilleures rétributions, et si cela se savait, d’aucuns pouvaient être tentés par la migration. Mais il faudrait mettre le niveau des salaires en rapport avec le coût de la vie, pour mieux apprécier l’incidence de ce facteur.

  • 139 ADN, M 653/7.
  • 140 ADN, Annuaire Statistique du Nord, 2151/51, 1854.

157Les fileurs de laine de Cysoing, Genech ou Templeuve gagnaient 0,5 F par jour en 1814 quand le fileur de coton roubaisien recevait 1,65 F. Toutefois, travailler à Roubaix n’était pas toujours plus avantageux : ainsi les ouvriers teinturiers de Seclin touchaient 2 F contre 1,75 F pour les Roubaisiens139. Le différentiel pouvait parfois jouer en faveur de Roubaix au détriment des grandes villes voisines : en 1854, un fileur touchait 3 F à Roubaix, 2,75 F à Lille et à Tourcoing ; un tisserand roubaisien percevait 2 F par jour, il n’aurait eu que 1,75 F à Tourcoing et 1,25 F à Lille ; une brodeuse était payée 0,75 F à Roubaix, ses collègues de Lille ou de Tourcoing ne gagnaient que 0,6 F140.

  • 141 Ch. Vandenbroeke, 1984.
  • 142 A. Chanut, 1956.

158Une partie de la population rurale française, en particulier la jeunesse, semble avoir, au xixe siècle, préféré le travail industriel aux travaux des champs, car, en période de prospérité, les salaires de l’industrie étaient plus élevés. Ils étaient aussi, dans les campagnes du Nord, confrontés à la concurrence des journaliers flamands qui acceptaient des paies de misère : pendant la première moitié du siècle, la baisse du salaire du tisserand rural fut d’environ 80 %141 ; lors de la crise du milieu du siècle, la situation en Flandre belge était telle que certains se proposèrent même de travailler en échange de la seule nourriture142.

159Le facteur salarial joua un rôle évident dans la migration des Belges en France au xixe siècle. Le différentiel de salaires entre les deux pays était reconnu par tous : en 1861, le préfet du Nord, dans une note sur les possibles conséquences du traité de commerce avec la Belgique, mettait en évidence les 3 principaux points sur lesquels, selon les manufacturiers, la concurrence belge serait plus sérieuse que l’anglaise : un point qui effraie nos manufacturiers, c’est la différence de main-d’œuvre qui existe entre la France et la Belgique. Déjà les Belges ont, à meilleur compte, les usines, le charbon, la construction, ils ne paient que d’insignifiantes contributions pour le foncier et la patente ; il n’y a plus d’octroi, et indépendamment de cela, ils ont une main-d’œuvre qui est de moitié de celle qui se paie à Roubaix et à Tourcoing.

  • 143 A.N., F/1cIII/Nord/15, rapport hebdomadaire du préfet du Nord au ministre, 27 mai 1861, 1 V.
  • 144 A.N., F/1cIII/Nord/15, Situation de la fabrique de Roubaix au 31 janvier 1862, note d’un manufactur (...)

160S’il n’en était pas ainsi, on ne verrait pas cette émigration continuelle d’habitans ou de la Flandre ou du hainaut, venir s’implanter dans nos villes où les attendent les loyers excessifs et une existence beaucoup plus dispendieuse143. On retrouve le même constat dans une note de 1862 : depuis 20 à 25 ans, les salaires avaient constamment progressé de telle sorte qu’ils étaient au moins doubles de ceux de tous les pays environnants144.

  • 145 ADN, M 176/1, lettre de Motte-Bossut au Préfet du Nord du 24 juillet 1852, en vue d’obtenir une adm (...)

161En plein essor, le textile souffrait parfois de pénurie de main-d’œuvre, le patronat se tournait alors vers le pays voisin, comme Motte-Bossut en 1852 : L’industrie manufacturière prend dans notre ville de tels développements que les bras pour soigner les nombreuses machines qui s’y montent font défaut. Nous venons d’ajouter à notre filature de coton un assortiment et n’avons pu trouver sur place assez de femmes pour les faire marcher force nous fut donc d’en appeler de Gand. Les ouvrières dont quelques-unes sont accompagnées de leurs frères ou de leurs maris […] n’ont qu’un livret revêtu d’un acquit de congé régulier […]. Monsieur, les femmes toutes occupées dans notre filature ne sauraient être dangereuses à la sécurité publique puisqu’elles ont un travail assuré, nous osons donc compter que vous accueillerez favorablement notre demande. La rejeter serait nous forcer à faire faire à nos ouvrières un voyage coûteux et nous exposer à les perdre […]. La pénurie d’ouvriers que nous éprouvons est déjà nuisible à nos intérêts que sera-ce donc dans six mois, quand les peignages, les tissages, les filatures en construction réclameront leur contingent de bras ? Il nous faudra 2 000 ouvriers de plus […]. Il faut que nous les appelions de la Belgique par l’élévation de nos salaires145.

  • 146 A.N., F/1cIII/Nord/8, rapport du Préfet au Ministre de l’Intérieur, pour le mois d’août 1858, fait (...)
  • 147 A.N., F/1cIII/Nord/8, rapport du Préfet au Ministre de l’Intérieur, pour le quatrième trimestre 185 (...)

162De fait, en période de prospérité, telle qu’on en connut à Roubaix sous le Second Empire, les patrons n’hésitaient pas à attirer les ouvriers qui leur manquaient, en jouant sur la rémunération : Les filateurs sont tellement pressés qu’ils cherchent partout des ouvriers et reçoivent tous ceux qui se présentent ; ils offrent et donnent jusqu’à 2 francs par jour aux rattacheurs qui ne gagnent ordinairement que de 1,25 à 1,50 par jour et ils ont de la peine à s’en procurer, même au prix de 2 francs146. Il fallait parfois être encore plus persuasif : les salaires des ouvriers ont augmenté. Les bras manquent. Plusieurs filateurs importants de l’arrondissement de Lille font même venir de Belgique et d’Irlande des ouvriers à qui ils paient, à leur entrée dans l’atelier, une prime de 25 Francs147.

  • 148 F. Lentacker, 1974.

163Mais le patronat saisit parfois l’occasion de la présence de cette abondante main-d’œuvre belge, pour lui offrir des rémunérations inférieures et exercer une pression sur l’ensemble des salaires, surtout à l’occasion de la crise des années 40. Il était d’ailleurs tenté d’employer des Belges pour maintes raisons : du fait de leur statut d’étrangers, ils étaient plus faciles à mener, à dominer, à contrôler et ils eurent, un temps, la réputation d’être plus dociles (peut-être en raison de l’influence de l’Eglise catholique). En outre, la question du service militaire ne se posait pas pour eux ; enfin, la législation sociale française votée à la fin de notre période eut les mêmes effets. Un manufacturier de Tourcoing, Leurent, en 1869, illustrait l’intérêt qu’il y avait à employer un Belge, en partant d’une analyse des obligations militaires : En Belgique, le conscrit entre au service à 19 ans, reste deux ans sous les drapeaux puis retourne à sa famille pour faire quelques périodes par la suite ; il ne perd jamais de vue ni son clocher, ni sa profession. Le soldat français part au service, lui, à plus de 20 ans et pour cinq ans au moins. Au retour, il a contracté de nouvelles habitudes ; la discipline des ateliers, les durs travaux agricoles l’effraient et il cherche des emplois dans les chemins de fer, la police, la douane afin de continuer ses habitudes de flânerie ; en tout cas, il a cessé d’être un ouvrier et il redevient un apprenti. Ce patron mettait aussi l’accent sur les conséquences démographiques qui, selon lui, découlaient de cette situation : Le service militaire en France nuit au développement de la population ; nos soldats ne peuvent se marier qu’après 27 ans, tandis qu’en Belgique, malgré des émigrations considérables vers la France, la population suit toujours une progression rapide. […] cette colonie (de Belges de Lille-Roubaix-Tourcoing) n’est astreinte à aucun service militaire ; les jeunes gens se marient dès l’âge de 20 ans et cette population augmente dans une proportion incroyable si on la compare à la population française qui vit à côté et dans d’autres conditions148. Le patronat français semblait donc avoir tout intérêt à recourir à ces jeunes Belges, plus stables.

164Même si c’était l’ensemble des conditions de vie qui incitait certaines personnes à quitter leur milieu d’origine, pour tenter l’expérience de la migration, dans le cas de Roubaix, la motivation première était sans doute le travail et/ou le salaire et cela occultait le reste, c’est-à-dire la pénibilité des conditions de travail et de vie dans les courées, par exemple. Les Belges furent donc attirés par les rétributions supérieures mais aussi par l’opportunité de trouver aisément un emploi, surtout lorsque la crise était fort profonde chez eux, comme ce fut le cas au milieu du xixe siècle.

Le push and pull

165La conjoncture économique, locale mais aussi internationale, intervint seule ou en relation avec d’autres paramètres spécifiquement économiques ou politiques.

  • 149 D. Rosselle, 1987.

166La mauvaise conjoncture en Artois ne fut pas sans conséquence au XIXe siècle. L’activité traditionnelle de fabrication des bas de fil, autour de Montreuil connut, au début du siècle, une situation peu brillante. Ce marasme textile, qui était la règle pour l’ensemble du sud du département, caractérisait également l’arrondissement de Saint-Omer. En revanche, dans le Béthunois, la production de toiles de lin se poursuivait mais, alors que dans le sud de l’arrondissement on continuait à travailler plutôt la laine, la vallée de la Lys se consacrait exclusivement au lin149. Pour la période 1800-1829, la moitié des migrants nés dans ce département, mariés à Roubaix, étaient des ouvriers du textile, nés à Saint-Omer, Saint-Pol-sur-Ternoise ou dans des communes de l’Arrageois ainsi que dans les villages de la vallée de la Lys et du Béthunois (Laventie, Lorgies). Quant aux 14 femmes, 2 étaient ouvrières du textile nées à Marœuil (Arras) et à Saint-Venant (vallée de la Lys) et 8 journalières plutôt issues de villes (Boulogne, Montreuil, Saint-Pol-sur-Ternoise). Pour les années 1830-1859, 8 des 21 mariés étaient des ouvriers textiles venant des mêmes communes textiles de la vallée de la Lys, de Saint-Omer, mais aussi de communes plus éloignées. De même, 23 femmes se marièrent à Roubaix dont 9 ouvrières du textile et 10 journalières. La période 1860-1889 connut une hausse notable des conjoints originaires du Pas-de-Calais : 55 hommes (dont un quart d’ouvriers textiles, parmi lesquels 5 tisserands de Givenchy-en-Gohelle et de Sailly-sur-la-Lys) et 48 femmes (dont 18 ouvrières textiles et 10 journalières), mais leurs origines sont plus diversifiées.

  • 150 R. Leclercq, 1958 ; P. Rolland, 1956.
  • 151 P. Lebrun, 1972.

167La conjoncture belge fut, à plusieurs reprises, à l’origine de migrations vers Roubaix. Lorsqu’au début du régime hollandais, le Tournaisis, importante région textile au xviiie siècle, traversa une crise (déclin de la bonneterie, décadence des toiles de Tournai et d’Ath), ouvriers, mais aussi négociants et fabricants de ces villes ainsi que ceux de Leuze, furent enclins à partir pour la France, là même où ils vendaient leurs produits avant 1815150. La croissance différentielle des villes belges151 est à cet égard significative des flux migratoires de Belgique vers notre région : une ville ancienne comme Tournai connut de 1846 à 1896 une croissance quasi nulle (inférieure à 5 %) car l’industrie n’était plus guère attractive.

  • 152 Cf. « L’émigration, industrie des pays pauvres », titre du chapitre VI du livre Les Transformations (...)
  • 153 E. Witte, 1983.
  • 154 E. Gubin, 1983. Voir aussi G. Jacquemyns, 1929, J. De Béthune, 1960 et E. Sabbe, 1975, fort critiqu (...)

168La Flandre occidentale, abandonnée par nombre de ses enfants, au xixe siècle, connut véritablement « une migration de la misère »152. L’industrie rurale du lin était ancienne dans la région de la Lys, les femmes filant alors que les hommes tissaient : dans les campagnes, densément peuplées, un travailleur sur deux se livrait au travail du lin à domicile ; dans les arrondissements de Courtrai, Roulers ou Thielt comme dans celui d’Audenarde, en Flandre orientale, le pourcentage atteignait même 100 %153. Or la conjoncture fut pour le moins catastrophique154 : misère en Flandre intérieure, crise de l’industrie linière à cause de l’invasion, à partir de 1837, des produits anglais moins chers et de qualité supérieure, de la concurrence du lin russe, des tarifs français et espagnols, sans oublier la substitution du coton au lin, comme produit de consommation courante. De 1845 à 1850, les campagnes furent aussi touchées par la crise agricole de longue durée, due à la rouille du seigle qui réduisit de moitié la récolte et à la maladie de la pomme de terre, en 1846, qui entraîna une baisse de 90 % de la production. De 1840 à 1846, la production de lin en Belgique diminua de 20 % environ et, de 1840 à 1843, le nombre des fileurs et tisserands de lin baissa dans les mêmes proportions.

  • 155 Ces infortunés séjournent dans de misérables chaumières, construites avec quelques morceaux de bois (...)
  • 156 Pour ceux qui ne refluèrent pas vers l’activité agricole au sens strict du terme (B. Verhaegen, 196 (...)
  • 157 Bien sûr, Roubaix n’était pas seule concernée par ces flux migratoires ; pour les fileurs de lin de (...)
  • 158 Curieusement, 2 seulement sur les 144 se dirent dentellières lors de leur mariage. Cela tient au fa (...)
  • 159 En effet, l’âge moyen au premier mariage des Brugeoises qui se marièrent de 1880 à 1889 était de 24 (...)

169Pour ces travailleurs proto-industriels tombés dans la misère155, accablés par la faim et les épidémies de typhus puis de choléra, la seule solution pour échapper à l’enfer fut le départ, la migration156, l’émigration vers Roubaix157 : le gouvernement belge encouragea d’ailleurs le mouvement, en prenant en charge les frais de passage de la frontière française en 1842, d’où le départ de nombreux ouvriers flamands et, par exemple, de nombreuses ouvrières de Bruges158. Cette migration fut, sans doute, surtout le fait de familles entières car, dans les mariages, le nombre de Brugeoises n’augmente réellement que dans la période 1860-1869. Les effectifs pour les années 1880-1889 traduisent d’ailleurs un maintien des flux migratoires au-delà de la crise du milieu du siècle, au moins jusqu’au milieu des années 60159. Les travailleurs ruraux du lin de Flandre occidentale étaient moins accoutumés aux formes les plus sophistiquées de l’industrie mécanisée que leurs compatriotes gantois qui arrivèrent dans cette période, mais leur longue expérience dans le travail du lin ne les désavantagea pas trop pour la confection.

170Le cas gantois met en évidence, à plusieurs reprises au long du siècle, le parallélisme entre conjoncture économique et migration vers Roubaix, comme au lendemain de Waterloo, lors de la crise des années 1829-1835, entre 1846-1851, dans les années 1850 et 1860.

  • 160 F. Lentacker, 1974, J. Voortman, 1940, J. Dhondt, 1955.

171Après la crise de 1810-1811, Gand, comme toute la Belgique après 1815, connut une baisse brutale des salaires, à l’origine d’une tentative de grève sévèrement réprimée, et le textile gantois manqua de dynamisme jusqu’à la fin de la décennie ; les ouvriers particulièrement qualifiés n’eurent aucune difficulté à trouver du travail dans l’agglomération lilloise, à Roubaix en particulier, dans des ateliers que des entreprises gantoises installèrent pour pénétrer le marché français160.

  • 161 Vers 1850, on comptait environ 41 % d’indigents dans la ville, C. Lis et H. Soly, 1991.

172A partir de 1829, l’émigration reprit à l’occasion d’une baisse des salaires, les départs restèrent nombreux en 1831-1832 et la crise dura jusqu’en 1835, touchant surtout le coton. Il y avait alors environ 30 000 sans-emploi dans une cité où l’industrie déclinait sérieusement et les départs furent aussi nombreux. Pourtant les conjoints gantois étaient encore relativement rares et ce principalement pour deux raisons : soit la migration se fit en familles constituées, soit l’ouvrier célibataire préféra retourner en Flandre pour se marier. Une autre vague importante de départs intervint entre 1846-1851161, qui s’accompagne, cette fois, d’une augmentation du nombre des Gantois dans le corpus.

  • 162 Cf. supra, p. 146.
  • 163 ADN, M 620/22, 17 mars 1859.

173En outre, alors qu’à Gand, les patrons modernisaient leurs entreprises et réajustaient les salaires, à Roubaix, une nouvelle phase de mécanisation accrut les besoins de main-d’œuvre. Or, les industriels roubaisiens avaient d’autant plus de difficultés à s’en procurer que les ouvriers locaux, préférant garder leur pratique antérieure, étaient assez réservés face à cette mécanisation. Il y avait ainsi, d’une part, des ouvriers gantois peu satisfaits des nouvelles conditions qui leur étaient offertes dans leur ville et, d’autre part, des patrons roubaisiens qui, ne trouvant pas sur place les bras nécessaires, comprirent vite, à l’instar de Motte-Bossut162, qu’ils pouvaient les trouver à Gand. Un fort courant migratoire se développa donc vers Roubaix, d’autant que les patrons gantois décidèrent, en 1859, d’une réduction de la durée du travail et des salaires. Les tisserands réclamèrent alors leur livret et obtinrent leur visa pour Roubaix. Le commissaire de police de Roubaix avertit d’ailleurs le Préfet qu’un grand nombre de ces ouvriers vont arriver à Roubaix où le travail est abondant et les salaires élevés163. Le changement est spectaculaire pour les mariages de la décennie 1850 : le nombre des conjoints nés à Gand fut multiplié par 3 pour les hommes et par 5 pour les femmes.

  • 164 H. Galle, 1967.
  • 165 F. Lentacker, 1987.

174De nouveau, à l’occasion de la famine de coton de 1862-1863164 et alors que la conjoncture roubaisienne restait favorable, un nouveau flux migratoire se dirigea vers Roubaix, encouragé par l’administration communale gantoise : la moitié des 11 000 ouvriers du coton étant sans travail, elle prit, par crainte de troubles, des contacts directs avec les industriels de l’agglomération lilloise et fit en sorte que le Bureau de Bienfaisance réglât frais de voyage et de déménagement. Selon le Commissaire de police de Gand, 952 ouvriers firent viser leur livret pour aller gagner leur vie ailleurs ; au total, pour les années 1862-1864, 2 000 ouvriers gantois passèrent en France165.

175Comment dès lors s’étonner que, dans notre échantillon, les effectifs augmentèrent nettement à partir des années 1850-1859 tant pour les hommes que pour les femmes, même si, pour ces dernières, le nombre stagna pour les deux dernières décennies, les hommes trouvant aussi sur place des épouses issues de familles d’origine gantoise ? Sur les 64 Roubaisiennes qui épousèrent un Gantois, on en trouve plus de la moitié dont le nom ou celui de leur mère traduit une origine étrangère : pour une Monnier-Glorieux, combien de Drubbels-Debaveye et autre Dewyndt-Devreese. Il est possible d’affiner l’analyse et d’estimer la part des Roubaisiennes choisies comme épouses parce qu’elles appartenaient à la communauté flamande, au moins pour les 20 femmes issues de familles du fichier : 14 sont des Belges de la seconde génération (13 pères flamands dont 5 gantois), les épouses d’origine française étant plutôt choisies par les premiers Gantois arrivés. C’est aussi cette croissance du nombre des Gantois qui explique que, pour la dernière période, la Flandre orientale devint le premier fournisseur de Belges de notre échantillon, les conjoints gantois représentant alors 29 % des mariés originaires de cette province.

176Il y avait donc, entre la capitale de la Flandre orientale et l’agglomération lilloise, Roubaix en particulier, des liens ancestraux qui n’avaient pas disparu en ce second xixe siècle, des liens renforcés par les aléas de la conjoncture, des liens à l’origine de la présence d’une communauté néerlandophone nombreuse, venue de Gand et de toute sa région, côtoyant dans les ateliers et usines des compatriotes de Flandre occidentale.

177Au-delà de ces facteurs, d’autres réalités économiques, « détournant » les hommes de Roubaix ou du moins limitant leurs migrations, permettent d’analyser le bassin démographique de Roubaix, de comprendre la sous-représentation, voire l’absence de certaines régions.

« Chaque grande ville a sa clientèle, chacune son territoire »166

  • 166 H. Le Bras, E. Todd, 1981.

178A l’évidence, dans le département et même dans le seul arrondissement de Lille, la capitale des Flandres exerçait une attraction sur la partie occidentale de l’arrondissement qui fournit moins de migrants à Roubaix. De plus, un autre foyer dynamique, les houillères du Pas-de-Calais, attira, au xixe siècle, la population de certaines communes du sud-ouest de l’arrondissement (Annœullin, Bauvin, Moncheaux, Provin et Wahagnies).

179L’influence de Roubaix était bien bloquée vers l’ouest et le sud de l’arrondissement alors qu’il ne semble pas qu’elle ait eu à pâtir de l’essor de sa voisine tourquennoise. La croissance économique et humaine y fut aussi fort rapide au xixe siècle et, pourtant, il n’y eut guère de concurrence quant à leur bassin de recrutement, mais plutôt, au sein d’une véritable agglomération en formation, mobilité et complémentarité.

180Dans d’autres secteurs du département, les arrondissements d’Avesnes et Valenciennes, par exemple, la concurrence joua au détriment de Roubaix. La métallurgie des bords de Sambre, entre Berlaimont et la frontière, qui se développa dans la seconde moitié du xixe siècle, retint les populations du pays d’Avesnes. De même, l’attrait des ports, Dunkerque mais aussi Calais, peut expliquer la faiblesse relative des effectifs venus de Flandre intérieure et maritime.

  • 167 A. Fortin, 1969. Pour cette migration à caractère professionnel marqué, voir aussi F. Lentacker, 19 (...)

181La sous-représentation du Pas-de-Calais doit être en partie interprétée comme la conséquence de l’attraction exercée, surtout dans le second xixe siècle, par le bassin houiller ainsi que par la capitale. Pour le bassin houiller, l’arrondissement de Béthune connut ainsi, entre 1851 et 1872, un excédent de 26,8 %, soit plus de la moitié de l’ensemble de l’excédent du département. Toutefois, il est vrai que le métier de mineur n’attirait guère, au début, les autochtones et que les compagnies durent faire appel à des migrants venus de France, du Nord par exemple, ou de l’étranger (à la fin du Second Empire, le premier groupe était constitué par les mineurs venus de Belgique)167.

  • 168 A. Chatelain, 1970.
  • 169 G. Dupeux, 1974.

182A la fin du xixe siècle, Paris était nourrie principalement par deux régions, une au sud et sud-est et l’autre qui couvrait les départements situés au nord de la capitale, de l’Oise au Nord qui venait au deuxième rang par les effectifs recensés dans l’agglomération parisienne, le Pas-de-Calais étant au treizième rang ; mais si l’on prend les taux de migrants de chaque département, les pourcentages sont équivalents, 31,5 % pour le Nord et 30,7 % pour le Pas-de-Calais168. Si Paris attirait les populations septentrionales, l’attraction du « Far West des Français »169, se révéla, évidemment, bien plus forte que celle de Roubaix à l’échelle nationale, d’où la faiblesse des effectifs nés dans l’hexagone, parmi les couples unis à Roubaix. Ainsi, les immigrants de l’intérieur venaient rarement du centre du pays. Le Massif central semblait peu porté à laisser partir ses enfants vers Roubaix ; il est vrai que l’attraction des grandes villes, voire de l’Espagne, jouait à plein et les maçons de Roubaix venaient plutôt de Belgique que de la Creuse.

  • 170 F. Meunier-Vonne, 1985.

183Surtout, la faiblesse des effectifs nés au sud de la Loire s’explique par l’existence de grandes villes industrielles (Lyon) ou commerciales (Bordeaux) qui avaient des bassins démographiques fort étendus, ainsi que par l’existence d’une autre ville-champignon plus apte à drainer les excédents démographiques des campagnes du centre et du sud du pays, Saint-Etienne, Le Creusot ou Montceau-les-Mines jouant le même rôle mais à un niveau moindre170. La France du Sud était donc globalement peu représentée à Roubaix, de multiples autres possibilités de migrations s’offrant aux méridionaux.

  • 171 J. Stengers, 1982, A. Morelli, 1988.
  • 172 M. De Metsenaere, 1990.

184Mais, du fait de la localisation de Roubaix, la concurrence ne fut pas seulement nationale et le « Manchester français », dans sa quête de bras, eut parfois à affronter la concurrence des Etats-Unis171. Les hommes du Brabant oriental, tant francophone que néerlandophone, étaient moins nombreux, à Roubaix, que ceux de la partie occidentale ; pourtant, les distances ne sont guère différentes et on se situe déjà, dans les deux cas, au-delà des 50 kilomètres. L’élément qui déterminait cette disparité était l’attraction exercée par Louvain mais surtout par la capitale belge dont près de la moitié de la population était composée d’immigrants au milieu du xixe siècle172. L’influence bruxelloise pesait aussi sur le Limbourg, guère représenté à Roubaix.

  • 173 C. Dumont, 1989 et 1994. Voir aussi M. Poulain et M. Foulon, 1981 et J. Stengers, 1980.

185Roubaix, entrait, également, en concurrence avec les centres industriels belges. Le poids de l’immigration masculine hennuyère se réduisit à partir de 1830 (un tiers de conjoints belges pour les années 1830-1859 contre plus de la moitié pour toutes les décennies précédentes) alors même que se développaient l’exploitation houillère dans le Borinage et la sidérurgie dans la vallée de la Sambre. Si de très nombreux Flamands parcoururent parfois bien plus de 50 kilomètres pour venir travailler à Roubaix (Anvers est à environ 100 kilomètres), les Wallons nés au-delà de 50 kilomètres, c’est-à-dire au-delà de Mons (La Louvière est à un peu plus de 60 kilomètres de Roubaix, Charleroi est à moins de 100 kilomètres) étaient nettement moins nombreux à Roubaix. Le développement économique du Hainaut, l’essor de l’activité houillère et de la sidérurgie offraient, en effet, des débouchés aux habitants des communes hennuyères situées à plus de 20 kilomètres de Roubaix. En fait, l’attraction du Borinage s’étendit à toute la Belgique : à partir de 1846, la Flandre orientale fit également partie du bassin de recrutement de Charleroi173.

  • 174 Après 1869, le chemin de fer rendu moins onéreux par les abonnements ouvriers, amena même des Limbo (...)
  • 175 J. Dupâquier, 1991 et 1988.
  • 176 Des ouvriers et artisans de Liège et de Spa étaient présents à Berlin en 1815, K. Obermann, 1971.
  • 177 E. Hélin, 1990 b.
  • 178 H. Seeling, 1983.

186Les habitants des provinces de Liège et de Namur, absorbés par l’industrie textile verviétoise, par les bassins industriels de Sambre-Meuse174, pouvaient aussi, pour ceux du sud, être attirés soit par les Ardennes soit par Paris, voire, en suivant la vallée de la Meuse, par l’industrie lorraine. Les cartes de la répartition des Belges en France en 1891 et des étrangers en France en 1911175 montrent en effet une présence belge importante – en dehors de notre région – dans la capitale et dans le nord-est : outre le rôle joué par la vallée de la Meuse, les liens anciens tissés par le voisinage et par l’exercice de mêmes activités métallurgiques, expliquent la troisième place des Ardennes pour le nombre de Belges, à la fin du xixe siècle. L’Allemagne, la Rhénanie en particulier toute proche des provinces de Liège et de Limbourg, était aussi une de leurs destinations176. Le tissu industriel des régions orientales de la Belgique pâtit de la mise en place de la frontière allemande et la main-d’œuvre prit la route des bassins industriels de Rhénanie et de Meuse177. Il est vrai qu’à la proximité et au développement industriel, s’ajoute le rôle de l’axe mosan178.

187En revanche, aucune ville n’exerça un tel attrait en Flandre occidentale : c’est pourquoi les ressortissants de cette province, nés à plus de 20 kilomètres de Roubaix, augmentèrent sensiblement à partir de 1840, dépassant même nettement ceux nés à moins de 20 kilomètres. Ce constat s’impose d’ailleurs tant pour les hommes que pour les femmes qui suivaient leurs parents, un fiancé (ou un concubin) ou qui venaient elles aussi chercher du travail dans la capitale textile. A vol d’oiseau, Bruges est un peu plus proche de Roubaix que ne l’est Mons ; or, non seulement la ville n’attirait pas les jeunes actifs de sa province, mais elle ne savait même pas retenir toute sa jeunesse qui venait travailler à Roubaix.

188Le facteur économique se révèle donc essentiel comme motivation pour le migrant, à tel point que l’espoir d’un meilleur salaire, ou tout simplement d’un travail, pouvait même abolir l’obstacle que constituait la distance, surtout au-delà de 50 kilomètres. Si les facteurs économiques sont donc fondamentaux, ils ne sont pas les seuls : conjoncture politique mais aussi facteurs culturels doivent, également, être considérés.

Autres facteurs

Politique et migrations

  • 179 Bachy, Baisieux, Bourghelles, Camphin-en-Pévèle, Halluin, Lannoy, Leers, Lys-lez-Lannoy, Mouchin, N (...)
  • 180 ADN, 79 J/35.

189Les facteurs économiques sont fondamentaux, mais non exclusifs : la conjoncture politique intervint de façon évidente en 1814-1815, en 1830-1831 et 1870-1871. A la fin de l’Empire, la frontière, non seulement géographique mais aussi économique, réapparut entre la France et l’actuelle Belgique, avec un double effet : interdiction d’installer des ateliers dans des communes françaises, jugées trop proches de la frontière et interdiction, pour les marchands-fabricants de Roubaix, de faire tisser dans les provinces belges des Pays-Bas. La conséquence en fut l’augmentation fort sensible du solde migratoire pour les années 1815-1820. La « zone interdite » englobait un territoire parallèle à la frontière, de 2 à 3 kilomètres de large, comptant un certain nombre de communes largement représentées à Roubaix à travers les mariages179. Cette situation nouvelle explique également que l’est de l’arrondissement de Lille, nonobstant la proximité et la communauté d’activités, fut bien plus pourvoyeur d’hommes que l’ouest. La frontière joua aussi un rôle important pour les populations proches redevenues étrangères. Dès octobre 1814, les fabricants de Roubaix envoyèrent au Ministre du commerce une lettre, en forme de cri d’alarme, afin d’obtenir une réduction significative des formalités de douane : La fabrique de Roubaix employe, au tissage seulement, 5 à 6 000 ouvriers, tant dans la Ville que dans les communes environnantes [….]. Elle en comptoit, à peu près 2 mille dans les villages de Mouscron, Luingnes, Herseaux, Estaimpuis, Evregnies, Dottignies, Saint-Léger, Leers-Nord et Néchin qui maintenant ne font plus partie de la France. […] La fabrique est privée du tiers de ses tisserands et cette portion qu’elle perd est la plus docile, la plus industrieuse, celle qui se plie le plus facilement aux changements que le fabricant invente dans les tissus pour satisfaire aux goûts variés du consommateur. Les ouvriers de l’intérieur, se prévalant du manque de bras, deviennent intraitables, ils ne soignent plus leur ouvrage, et quittent leur maître sous le plus léger prétexte, bien sûrs d’être accueillis par un autre. Les fabricants eux-mêmes se trouvent réduits à la dure nécessité, pour se procurer des ouvriers ou même pour conserver ceux qu’ils ont depuis long tems, d’accorder une augmentation de salaire qui se trouvant hors de proportion avec le prix de vente, devient nécessairement ruineuse180.

  • 181 AN, F/12/638, tableau de l’industrie du département du Nord, 15 février 1815.

190La simultanéité de la conjoncture politique et du développement manufacturier entraîna l’arrivée de populations belges qui furent en partie à l’origine de l’essor rapide de la ville : 3 000 ouvriers faisant partis des habitants de la Belgique, sont venus depuis huit mois augmenter la population de cette cité toute manufacturière181 qui passa de 8 500 à 12 187 habitants entre 1814 et 1820. Plus nombreux furent les Belges issus des communes hennuyères redevenues frontalières (Mouscron, Luingne, Dottignies, Estaimpuis, Evregnies, Herseaux) qui vinrent en effet s’installer à Roubaix pour travailler sur place puisque la frontière leur ôtait une possibilité de s’employer en gardant leur domicile belge alors qu’au même moment l’industrie « belge » ne pouvait absorber cette main-d’œuvre.

191Toutefois, les natifs des communes frontalières ne furent pas les seuls à venir à Roubaix. Les deux Flandres étaient aussi représentées. L’étude des mariages célébrés à Roubaix, entre 1810 et 1819, impliquant des Belges révèle que 65 % le furent à partir de 1815. La mise en place de la frontière semble avoir bien davantage influencé les populations flamandes, encore plus attirées par Roubaix, que les Hennuyers qui, simplement, furent encore un peu plus nombreux à se marier à Roubaix que pendant l’Empire. L’hypothèse du rôle joué par la frontière est confirmée par le fait que, si l’on compare 1810-1814 et 1815-1819, le nombre des conjoints originaires de moins de 20 kilomètres s’est accru de 97 % contre 56 % seulement pour ceux nés à plus de 50 kilomètres.

192Peut-être, sommes-nous également en présence d’une migration réellement politique : des populations qui, pendant plus de 10 ans, même 20 ans pour certaines, avaient vécu sous administration française ne se sentaient pas forcément prêtes à devenir sujets du roi des Pays-Bas, Guillaume Ier.

193Cela montre bien que, si la conjoncture politique intervient, elle joue parallèlement à d’autres facteurs, surtout économiques. La Révolution de 1830 et la naissance d’un royaume indépendant eurent aussi des implications économiques (réduction de moitié du marché intérieur, diminution du marché colonial) qui se répercutèrent sur l’industrie de Flandre orientale, par exemple, ce que l’on retrouve dans les migrations.

  • 182 10 Mulhousiens mais aussi 7 natifs de Sainte-Marie-aux-Mines où se trouvait une fabrique de coton.
  • 183 A. Wahl, 1974.

194De nouveau, en 1870-1871, des migrations, sur des distances alors bien plus importantes, furent provoquées par la conjoncture internationale. Nombre d’hommes et de femmes de l’Est choisirent de rester français et vinrent s’installer dans le Nord, en particulier ceux qui étaient déjà impliqués dans l’industrie textile, autour de Mulhouse ; les cartes (cf. Cartes III.1 et III.2) ne laissaient, cependant, rien supposer de tel. Pourtant, les migrations eurent lieu, mais impliquant aussi des familles déjà constituées dont les enfants n’étaient pas en âge de se marier avant 1889. De plus, la carte établie à partir des seuls patronymes commençant par L, V et W sous-estime le poids de ces Alsaciens-Lorrains. Ils furent plus nombreux à venir se marier à Roubaix ; d’ailleurs, la carte des femmes, qui prend en compte n’importe quel nom à partir du moment où la femme épousait un homme L, V, W, laisse apparaître une représentation plus forte pour le Haut-Rhin. L’étude de l’ensemble des conjoints des années 1880-1889 révèle d’ailleurs l’importance réelle des populations originaires des territoires perdus en 1871. Le poids des Alsaciens y est plus important que dans notre échantillon, mais la différence est sensible surtout pour les hommes du Haut-Rhin : l’activité textile mulhousienne explique la présence de nombreux natifs de ce département même si les 36 hommes nés dans le sud de l’Alsace n’étaient pas tous Mulhousiens182. Cette disparité entre les régions constituant l’Alsace-Lorraine tient aussi au fait que, si 10,3 % des Alsaciens-Lorrains optèrent pour la nationalité française, seulement 5,8 % le firent en Lorraine et 6,5 % en Basse-Alsace ; en revanche, ils furent 20,3 % en Haute-Alsace (80 % environ de tous ceux qui optèrent partirent)183 et cela constitue une explication supplémentaire du poids du sud de l’Alsace. Au lendemain de Sedan, comme après Waterloo, les industriels accueillirent donc de nouveaux bras, qui contribuèrent à la réussite économique de Roubaix.

Langue maternelle et migrations

195On pourrait s’attendre à ce que le barrage de la langue limitât les migrations. Or les cartes de Belgique montrent bien le poids des populations néerlandophones. Si l’on considère la migration comme une forme d’aventure, réservée aux plus hardis, plutôt réservée aux hommes, l’aventure était encore plus grande quand se posait le problème de la langue ; cela pourrait donc se traduire par un déséquilibre accru des sexes, chez les Belges installés à Roubaix. Or, l’examen des effectifs et des pourcentages de répartition des Belges selon la province d’origine ne permet pas d’être aussi catégorique : sur les cent cinquante ans de l’étude, 69 % des hommes nés en Belgique étaient originaires de provinces néerlandophones, et 62 % des femmes.

  • 184 C’est la partie à l’ouest de la ligne de partage entre le picard et le wallon (J. Haust, 1986) qui (...)
  • 185 Il ne peut s’agir d’une question de qualification professionnelle : en effet, si les femmes de Flan (...)

196Il apparaît un net déséquilibre en valeurs absolues mais aussi en pourcentages entre hommes et femmes nés en Flandre orientale (cf. Tableau III.10). Cette distorsion est inversée pour le Hainaut : les distances étant plus réduites et l’obstacle linguistique n’existant pas184, les femmes étaient donc plus nombreuses. En revanche, pour la Flandre occidentale, aussi proche de Roubaix que le Hainaut, les pourcentages sont équivalents pour les deux sexes. Il semble donc que, pour la Flandre orientale, la langue et la distance se conjuguant furent à l’origine de la disparité entre les sexes alors que, dans le cas de la Flandre occidentale, le critère linguistique était annulé par la plus faible distance, les hommes et les femmes y étant aussi nombreux en pourcentage. S’il est impossible de déterminer, en toute certitude, ce qui entraîne la différence des effectifs, il semble cependant que c’est bien parce qu’elles ne parlaient pas le français que les habitantes de Bruges, de Damme ou d’Ypres étaient moins nombreuses que les hommes à venir se marier à Roubaix. C’est bien le handicap linguistique qui explique la moindre présence des Flamandes car, à distance égale, les femmes du Hainaut sont plus nombreuses que les hommes185.

Tableau III.10 Distribution des conjoints belges originaires des trois provinces principales

Tableau III.10 Distribution des conjoints belges originaires des trois provinces principales

Alphabétisation et migrations

  • 186 D. Julia, H. Bertrand, S. Bonin, A. Laclau, 1987.
  • 187 D. Terrier, 1979.

197Il existerait un lien entre niveau d’alphabétisation et migration, l’état d’alphabétisé favorisant la migration. Cette hypothèse doit d’ailleurs être mise en relation avec la théorie de la migration par étapes, selon laquelle les ruraux migrent d’abord vers une petite ville, avant d’en gagner une grande. Toutefois, cela n’est pas forcément vrai, ainsi dans la France méridionale, moins alphabétisée, surtout lorsque les migrants sont essentiellement des artisans ou des domestiques186. De même, dans les petites villes de Flandre maritime, les immigrants n’étaient pas toujours plus instruits que les natifs187.

  • 188 F. Furet et J. Ozouf, 1976.

198Pour apprécier la validité de ce critère pour Roubaix, il faut comparer les effectifs des natifs qui signent leur acte de mariage avec ceux des non-natifs, tout en tenant compte aussi de l’évolution du réseau scolaire entre le début de notre période et la fin du xixe siècle ; or, si cela est possible pour les populations françaises, cela est plus aléatoire pour celles nées à l’étranger. Le résultat doit aussi être analysé avec précaution pour plusieurs raisons : en premier lieu, la présence d’une communauté flamande dont les enfants, nés à Roubaix, se marièrent avant 1889, mais qui, malgré une résidence prolongée, ne parlaient pas forcément le français. A contrario, la non-pratique de la langue française n’est pas, a priori, un critère de non-alphabétisation. En outre, des enfants, nés à Roubaix dans des familles néerlandophones, n’eurent sans doute pas, avant l’obligation scolaire, les mêmes possibilités que leurs camarades francophones de fréquenter l’école ou, du moins, eurent-ils plus de difficultés pour apprendre la langue. Enfin, la structure professionnelle du fichier et de la population en général ne peut être négligée : la prépondérance des ouvriers ne favorise guère les résultats élevés de signatures au mariage, d’autant que l’industrialisation ne créait pas de demande de travailleurs qualifiés et tendait même à réduire le taux d’alphabétisation188.

199La comparaison des Roubaisiens aux non-natifs semble confirmer que les migrants hommes étaient plus alphabétisés que les natifs, contrairement aux femmes où les natives l’emportèrent toujours, sauf en 1800-1809. Il faut cependant préciser l’évolution chronologique. En effet, si les natifs étaient moins capables de signer jusque 1840-1849, à partir de la décennie suivante, ils devancèrent nettement les migrants. Faut-il y voir le reflet de l’importance croissante des néerlandophones parmi les migrants ?

200Pour les années 1740-1889, et en ce qui concerne le sexe masculin, les différences entre les natifs et ceux nés en Belgique ne sont guère importantes : le pourcentage était de 42 % pour les hommes nés à Roubaix, 49 % pour les francophones et 45 % pour les néerlandophones. Toutefois, pour la dernière période, les néerlandophones étaient nettement plus nombreux à ne pas signer que les francophones ou les hommes nés à Roubaix (cf. Graphique III.5 et Graphique III.6).

Graphique III.5. Pourcentage des mariés qui signent

Graphique III.5. Pourcentage des mariés qui signent

Graphique III.6. Pourcentage des mariées qui signent

Graphique III.6. Pourcentage des mariées qui signent

201Par ailleurs, les femmes néerlandophones signaient nettement moins que leurs sœurs francophones (25 % contre 35 %) qui étaient aussi alphabétisées que les natives (36 %). Moins alphabétisées, les Néerlandophones étaient pourtant plus nombreuses à Roubaix, ce qui semble infirmer le lien entre alphabétisation et migration. Toutefois, la composition sociale des migrantes explique, en partie, cette absence de corrélation. En effet, sur les 2 796 femmes néerlandophones, 87,5 % appartenaient aux catégories de journalières, ouvrières du textile et domestiques, alors que, pour les francophones, le pourcentage était de 77,8 %. Sans doute, parce qu’une partie de ces jeunes néerlandophones vint en famille ou pour épouser un fiancé, la migration de la femme n’était alors nullement liée à son niveau d’alphabétisation.

  • 189 Ad. Van Der Woude, 1993. L’indice 100 correspond à une alphabétisation complète et l’indice 0 à une (...)

202Le calcul de l’indice d’alphabétisation matrimoniale, selon le modèle proposé par Ad. Van der Woude189, pour l’ensemble de la période met aussi en évidence une plus faible alphabétisation pour les couples dont l’un des conjoints était d’expression néerlandophone (cf. Tableau III.11). Si l’indice est également faible lorsque l’homme est né à Roubaix, cela est dû aux variations chronologiques, l’indice étant assez bas pour le début de la période.

Tableau III.11 Indice d’alphabétisation matrimoniale - (Tous états matrimoniaux confondus)

Tableau III.11 Indice d’alphabétisation matrimoniale - (Tous états matrimoniaux confondus)

203La tendance est encore plus nette pour les dernières décennies : les couples néerlandophones avaient un indice bien plus faible que celui de leurs homologues francophones et la différence est encore plus accentuée avec les couples comportant un ou une Roubaisienne. Pour les années 1850-1859, comme dans la décennie précédente, les couples impliquant des francophones et des néerlandophones ont des indices proches. En revanche, à partir de 1860, les indices des francophones augmentent bien plus vite que ceux des néerlandophones. Ce pourrait être le signe d’un progrès plus grand de l’alphabétisation en Wallonie. C’est surtout la traduction d’une immigration socialement différenciée : les hommes néerlandophones qui arrivèrent alors étaient plus défavorisés que les francophones, proportionnellement plus nombreux dans les classes moyennes (32 % contre 25 %). Pour ceux qui étaient originaires des départements français, les indices calculés pour l’ensemble de la période sont plus élevés que ceux des natifs et que ceux des Belges.

204Si en raison de leur composition sociale, les migrants de l’intérieur apparaissent comme plus alphabétisés que les natifs, cela est moins vrai dans le cas des immigrants, surtout s’ils sont néerlandophones ou femmes, a fortiori quand il s’agit de femmes néerlandophones, infirmant l’idée du lien entre alphabétisation et migration.

 

205En plein essor économique, Roubaix tirait donc sa richesse de sa population jeune, essentiellement originaire du Nord, des Flandres et du Hainaut belges. Dans l’analyse de ces flux migratoires, la distance, la concurrence d’autres villes attractives, les relations économiques, la conjoncture et bon nombre d’autres facteurs permettent de mieux comprendre les mobilités géographiques au xixe siècle. Mettre en évidence un seul critère, même pour une seule région est impossible : ainsi, pour la Flandre occidentale proche, la distance faible était un élément incitatif, surtout dans une région de tradition textile. Toutefois, cette communauté d’activité ne pourrait expliquer, à elle seule, la présence de ces populations à Roubaix, sans la crise économique d’une extrême gravité qu’elle connut, au milieu du xixe siècle.

  • 190 H. Hasquin, R. Van Uyten, J-M. Duvosquel (éd.), 1980.

206Tenter même d’isoler le facteur explicatif prépondérant est impossible : à distance égale, à population équivalente, à activité semblable, deux villes peuvent, pourtant, être diversement représentées parmi les mariés. Ainsi 10 époux sont originaires de Termonde et 59 d’Eeklo, centres urbains essentiellement textiles comptant respectivement 8 366 et 8 927 habitants en 1846190 sans qu’il soit possible d’expliquer la différence. Un même critère peut intervenir pour limiter les migrations et il peut aussi, dans certaines circonstances, être annihilé : ainsi le facteur linguistique. Que d’incertitudes mais aussi que de problèmes restés en suspens : ainsi, on ne peut malheureusement savoir, avec certitude, si les femmes vinrent à Roubaix pour travailler, si elles suivirent leurs parents, si elles rejoignirent un fiancé.

207L’analyse des mobilités à l’origine de la constitution de la population roubaisienne est l’élément indispensable pour ensuite cerner l’insertion, l’intégration des non-Roubaisiens dans la population de cette ville où ils « choisirent » de venir travailler mais, avant tout, pour voir en quoi cette diversité d’origines influença les comportements démographiques.

Annexes

Annexe III.1 Evolution de la répartition des hommes et des femmes mariés à Roubaix selon leur lieu de naissance

Annexe III.2 (1) Distribution des époux belges selon leur province d’origine

Annexe III.2 (2) Distribution des épouses belges selon leur province d’origine

Notes

1 E. Verhaeren.

2 AN, F12/6876, réponse d’Auguste Mimerel au Ministre du Commerce, le 4 septembre 1833.

3 Ce rajeunissement au xixe siècle se retrouve dans les régions en aval de Liège, alors que l’indice au xviiie siècle y était nettement plus élevé qu’à Roubaix, R. Leboutte (1988).

4 D’autres facteurs interviennent car la jeunesse de la population se retrouve également de l’autre côté de la Mer du Nord : en 1826, les 0-14 ans représentaient 39,5 %, les 15-59 ans, 63,9 % et les 60 ans et plus, 6,5 %, E. A. Wrigley, R. S. Schofield, 1981.

5 AMR, BB-17 pour 1764, F Ib/59 pour 1803, F Ia/3 pour 1806, /4 pour 1820.

6 AMR, GG-292/27, Procès-verbal de retrouve des étrangers établis dans le bourg et paroisse de Roubaix du 13 mars 1771, exécuté en vertu de l’ordonnance du Magistrat de Roubaix concernant les étrangers, 12 février 1771, AMR, GG-292/26.

7 Le seul migrant venu de la France lointaine arrivait de Faycelles, diocèse de Capdenac ; il était tailleur et grand voyageur, comme le prouve une lettre envoyée au Magistrat de Roubaix en réponse à la demande du nommé Antoine Estival [...] pour passer à Cayenne avec sa famille et plusieurs autres personnes, AMR, GG-292/7.

8 J.-P. Poussou, 1970.

9 AMR, GG-292/50, Procès-verbal de rétrouve des étrangers établis dans le bourg et paroisse de Roubaix fait le 14 de mars 1777 et jours suivants.

10 Il est inconnu pour 12 personnes, surtout journaliers et garçons boulangers.

11 AMR, F Ia/3, 1806 et F Ia/4, 1820.

12 V. Aelbrecht, 1987.

13 78 mariages furent célébrés en cette année de récupération contre une moyenne annuelle de 45 pendant la décennie.

14 J.-P. Poussou, 1984.

15 J-P. Bardet, 1983 et M. Garden, 1970.

16 Toutes ces estimations sont, cependant, à prendre avec précaution, étant donné les problèmes posés par la notion de nationalité, AMR, F Ia/9, 1851 et F Ia/12, 1866.

17 AMR, F Ia/16, 1886. Au 31 décembre 1889, 23 375 étrangers avaient fait une déclaration d’identité et de nationalité pour eux-mêmes et leur famille, en vertu du décret du 2 octobre 1888.

18 R. André et J. Pereira-Roque, 1974, J. Stengers, 1982.

19 Y. Lequin, 1977.

20 Cl. Desama (1985) fournit une estimation de 35,9 % d’immigrants en 1806 mais parmi les seuls adultes ; or les 19,6 % de non-natifs dénombrés à Roubaix en 1806 prennent en compte la totalité de la population.

21 Cl. Desama, 1985, M. ORIS, 1994.

22 R. Leboutte, 1988.

23 M. Oris, 1994.

24 Pour 1866-1872 et 1872-1876, la comparaison est impossible en raison de l’absence de rythme quinquennal. Le recensement est daté du 7 novembre 1866 alors que l’épidémie de choléra s’étendit du 9 juillet au 1er novembre 1866 ; les ravages sont donc visibles dans ce groupe d’âges, mais la mortalité infantile et épidémique laissa cependant moins de traces qu’en 1876-1881, justement parce que de nombreux enfants arrivèrent avec leurs parents.

25 La comparaison de la proportion des mariés montre d’ailleurs une croissance de la part des hommes mariés âgés de 25 à 29 ans : 42 et 43 % pour les recensements de 1851 et 1856 mais 57,1 et 50,7 % pour ceux de 1861 et 1866 ; le phénomène pour les femmes est très marqué seulement à partir de 1856-1861.

26 Dès 1880, commença une longue phase de dépression des prix agricoles et textiles et l’émigration redevint forte en Belgique, B. Verhaegen, 1961.

27 Si la population étrangère augmente moins vite que la française, cela peut également résulter des premières naturalisations d’autant que les étrangers, parents d’enfants nés à Roubaix, étaient, peut-être, plus enclins à faire ce choix.

28 Pour la classe appelée en 1886, 472 des 622 inscrits furent déclarés aptes, les effectifs et les pourcentages ne variant guère d’une année à l’autre, AMR, H 1b et Rapports sur l’administration de la ville de Roubaix.

29 Si l’on peut penser que, dans la classe 15-19 ans de 1886, certains sont venus seuls pour trouver du travail à Roubaix, en particulier les filles qui se plaçaient assez jeunes comme domestiques, cela semble exclu pour le groupe des 5-9 ans de 1886.

30 D’autres villes, comme Halluin ou celles des bassins industriels en aval de Liège (R. Leboutte, 1988), sont aussi caractérisées par un gonflement des groupes de jeunes adultes, même si les pourcentages sont plus élevés à Roubaix qu’à Halluin (M. Hastings, 1991).

31 W. Köllmann, 1974 et Cl. Desama, 1985.

32 Par les réformes entreprises entre 1964 et 1983, le nombre des communes a été ramené de plus de 2 600 à 589. En raison des nombreux changements intervenus sous les différents régimes, les limites et les dénominations des provinces sont celles actuellement en vigueur.

33 « Sur la délimitation des langues française et flamande dans le département du Nord et du Pas-de-Calais », L’instituteur du Nord et du Pas-de-Calais, 1845.

34 Voir la carte De la délimitation du flamand et du français dans le nord de la France en 1856, dressée par M. Bocave, 1856-1857. Pour plus de détails, voir R. Hémeryck, 1992.

35 Les filles, destinées à rester au pays, pouvaient se contenter du flamand à l’inverse des garçons pour lesquels le français semblait plus nécessaire dans la mesure où ils pouvaient être en relation avec les régions d’expression française.

36 P.-F. Barbault-Royer, 1989.

37 Bruxelles, ville flamande, fut francisée dès le xviie siècle. La loi du 8 novembre 1962 la considère, ainsi que son arrondissement, comme bilingue.

38 A une enquête sur l’usage des langues, le gouverneur de Flandre occidentale, le baron de Loen, répondait, le 8 mai 1822 : je me suis assuré par moi-même, que dans les communes de Bas-Warneton, Dottignies, Herseaux, Luingne, Mouscron, Reckem, Espierre et Helchin, la langue flamande est absolument inconnue, cité par V. Aelbrecht (1987). Or, si, depuis le 1er septembre 1963, les villes de Mouscron et de Comines sont rattachées au Hainaut, Espierre, Helchin et Rekkem se trouvent aujourd’hui en Flandre occidentale.

39 Même si l’on trouve parmi les natifs de Wallonie des patronymes en V et W du fait des migrations internes, M. Poulain, M. Foulon, 1981.

40 Un Espagnol, une Luxembourgeoise, une Autrichienne, un Américain et un homme et une femme pour les autres pays.

41 En 1861, Roubaix était une des rares villes du Nord à compter, parmi ses habitants, plus de 5 % de natifs d’autres départements. Les autres communes de l’arrondissement de Lille comptant entre 5 et 10 % de natifs d’autres régions se trouvaient essentiellement localisées dans l’ouest de l’arrondissement, en bordure du Pas-de-Calais, tout comme celles où le pourcentage dépassait les 10 %. Dans cette dernière catégorie, on trouvait également Lille et Loos (siège de la maison d’arrêt).

42 Un homme né en Martinique et une femme à Miliana en Algérie n’ont pas été cartographiés.

43 Il fournit 91,8 % des époux et 89 % des épouses nés dans le département.

44 R. Blanchard, 1906.

45 C’est Frère-Orban qui répondit à son roi, Léopold II : Sire, une colonie, la Belgique n’en a pas besoin, d’ailleurs, elle a déjà une colonie : c’est la France, cité par J. Stengers, 1982.

46 J. Stengers, 1980.

47 Ceci était vrai, par exemple, pour les ouvriers mariés en 1851 à Lyon, Y. Lequin, 1977.

48 La distance est calculée à vol d’oiseau ce qui, étant donné l’absence de grand relief, ne déforme cependant pas trop la réalité des kilomètres à parcourir sur le terrain.

49 R. Leboutte, 1988. Cette typologie fut proposée en son temps par G. Levi (1971) et par Ch. Tilly (1978).

50 Fleurbaix, Sailly-sur-la-Lys et Laventie, du canton de Laventie, plus une dizaine dans le canton de Carvin. Mais seules sont représentées Carvin, Fleurbaix, Laventie et Sailly-sur-la-Lys.

51 Aalbeke, Rekkem, Rollegem en Flandre occidentale, Dottignies, Estaimbourg, Estaimpuis, Evregnies, Herseaux, Leers-Nord, Luingne, Mouscron, Néchin, Ramegnies-Chin, Saint-Léger, Templeuve en Hainaut.

52 A l’inverse d’Abel Chatelain (1977), Paul Hohenberg (1974) doute de ce rôle. Pour P. Guillaume (1972), la réduction de l’aire de recrutement de Bordeaux au xixe siècle coïncide avec l’apparition du chemin de fer. Pour la Wallonie, M. Poulain et M. Foulon (1981) qualifient aussi de facteur non négligeable favorisant cette immigration flamande [...] l’amélioration des moyens de transports et en l’occurrence, l’ouverture des lignes de chemin de fer.

53 J. Pitié, 1971. Voir Martin Nadaud, sur le rôle du chemin de fer qui, rendant le voyage de la Creuse à Paris plus facile, plus rapide, permit à plus d’hommes de partir.

54 Elle est possible grâce au remarquable travail de Vincent Aelbrecht (1987) qui utilise comme source privilégiée les recensements. Confronter les bassins de formation exige cependant quelques précautions : retirer, des effectifs de Belges présents à Tourcoing, les populations nées en France, pour les années 1820 et 1835 comptabilisées par V. Aelbrecht et tenir compte de l’éloignement des 2 centres urbains (près de 3 kilomètres), ce qui implique que les zones définies par la distance n’englobent pas toujours les mêmes localités : Dottignies et Estaimbourg, par exemple, se trouvent à moins de 10 kilomètres de Roubaix mais dans la catégorie supérieure pour Tourcoing ; Tournai est à moins de 20 kilomètres de Roubaix mais à plus de 20 de Tourcoing. Or les effectifs originaires de ces communes sont très nombreux.

55 Ce recrutement différencié eut des répercussions en matière de délinquance, N. Dhordain et D. Terrier, 2002.

56 O. Hardy-Hémery, 1992. Voir aussi C. Labre (2000 et 2001) qui, cependant, n’utilise pas le paramètre distance.

57 P. Bourdelais, M. Demonet, 1993.

58 M. Anderson, 1971.

59 R. Leboutte, 1988.

60 Sauf dans le cas de Liège voire de Malmédy, Cl. Desama, 1985.

61 P. Kriedte, 1992.

62 Sauf exception (à Gand, au milieu du xixe siècle), l’émigration belge est d’ailleurs parfaitement inorganisée de l’autre côté de la frontière, J. Stengers, 1978.

63 J.-P. Poussou, 1984.

64 Ch. Piette, B. M. Ratcliffe, 1993.

65 M. Garden, 1971.

66 Ils avaient des difficultés d’intégration (immigration en groupe, conditions de logement, problèmes linguistiques) ; lorsqu’ils se mariaient, ils le faisaient avec une fiancée de même origine soit qu’ils la trouvaient sur place soit qu’ils retournaient la chercher en Prusse orientale, W. Köllmann, 1971.

67 R. Leboutte, 1988.

68 Cl. Desama, 1985.

69 M. Oris, 1994.

70 Botrange, point culminant des Ardennes belges, a une altitude de 694 mètres. Il est vrai que la province de Luxembourg, la région la plus éloignée de Roubaix mais aussi la plus haute, n’est représentée que par une seule femme, née à Selange.

71 Les vallées conduisaient également les populations vers d’autres régions, cf. infra sur la concurrence des bassins démographiques.

72 P. Hohenberg, 1974.

73 M. Garden, 1971 ; J.-P. Poussou, 1984.

74 S. Pasleau, 1990.

75 Cette hypothèse de Ravenstein fut reprise par A. Redford pour qui les migrations se font en plusieurs temps, des petites agglomérations vers les grands centres industriels (A. Redford, 1986). J. A. Agnew et K. R. Cox (1979) citent comme facteurs concrets qui font de la distance un obstacle les villes intermédiaires qui interceptent les migrants.

76 Leur fils Aimé s’allia avec la famille Prouvost-Destombes, en épousant, en 1804, Albertine, la fille de Pierre Constantin, qui fut maire de Roubaix. Leur fille Victoire épousa Louis Defrenne-Prouvost, filateur (cf. Figure 2).

77 Ch. Piette, B. M. Ratcliffe, 1993.

78 M. Garden, 1971 : pour le Rhône, à la fin de l’Ancien Régime il est vrai, 22 % des migrants lyonnais provenaient des chefs-lieux de cantons ; dans les autres départements de la région, c’était le quart, mais ce pourcentage augmentait à mesure que l’on s’éloignait de la ville.

79 Cf. le cas de Paris (D. Roche, 1979) ou des Flamands qui allèrent en Wallonie. (M. Poulain et M. Foulon, 1981).

80 J. Stengers, 1980.

81 AMR, CC-253/96.

82 Le calcul concerne les hommes et femmes non-natifs, âgés de moins de 30 ans et dont les parents étaient vivants au mariage ; en cas de résidence des parents à Roubaix, nous avons considéré qu’il y avait eu migration familiale. Toutefois, rien ne prouve que certains n’étaient pas venus à Roubaix avec leurs parents et que ceux-ci étaient repartis avant le mariage. Inversement, venus seuls, des jeunes gens purent ensuite être rejoints par leurs parents.

83 J. Dupâquier et M-C. Vouloir-Morales, 1992.

84 Sur la migration en famille, voir J. Rainhorn, 2002.

85 Certaines familles, sans enfant marié par la suite, à Roubaix, peuvent relever de ce genre de migration, étant donné la gravité de la mortalité.

86 Ce genre de migration existe également dans le cas des Italiens ou des Polonais, Y. Lequin, 1988.

87 A partir de 1870, la population commença à baisser ; Denain, Valenciennes et Trith-Saint-Léger en plein essor auraient pu être les seules à attirer les natifs d’Haspres. Or, c’est la décennie 1870-1879 qui vit le plus de conjoints de cette commune se marier à Roubaix, 5 hommes et 7 femmes. Il fallut attendre 1885 pour que fût entreprise la construction de la gare et ouverte la ligne de chemin de fer Le Cateau-Valenciennes, G. Morelle 1982.
Lorsque les distances sont aussi importantes et les nombres élevés, supposer l’existence d’une filière est une hypothèse séduisante qui serait confirmée par l’étude de l’ensemble des familles arrivant à Roubaix déjà constituées ; par exemple, on retrouve 3 Haspriens chez les Largillier, on trouve aussi des Vérin-Mercier implantés à Roubaix, 2 de leurs filles y mettant au monde des enfants naturels.

88 Les Mériaux, Méresse, Mer, Mercier, Lemaire et autres Lefebvre peuplent l’état civil hasprien. Ainsi Robertine Duquesne-Mériaux épousa Jean-Baptiste Mériaux-Taisnes, né de Adrien Mériaux-Lecerf et de Marie Catherine Taisnes-Mériaux ! Pourtant, dans quelques cas, ces liens familiaux sont avérés parmi ceux qui migrèrent à Roubaix : ainsi les familles de Charles Lagouge et de Sophie Decornet, à Roubaix à partir de 1865, et d’Aimable Béra et d’Omérine Mériaux puisque Sophie et Aimable étaient cousins germains.

89 ADN, Annuaire Statistique du département du Nord, 2151/59 et 2151/89 et G. Morelle, 1982.

90 W. Köllmann, 1971.

91 Au-delà, la probabilité de la mort des parents est bien plus grande.

92 Une lieue carrée correspond environ à 19,75 km2 soit une densité de 90 habitants par km2.

93 Préfet Ch. Dieudonné, 1804.

94 Comines comptait, en 1801, 285 habitants au km2, D. Terrier, Ph. Toutain, 1979. Les 418 habitants de Lannoy vivaient sur 14 hectares !

95 Toutes les communes de l’arrondissement sont à moins de 30 kilomètres de Roubaix, à l’exception de La Bassée qui appartient à la catégorie supérieure. Les communes situées à moins de 10 kilomètres, à elles seules, représentent entre 60 et 65 % des conjoints nés dans le département.

96 Création et remaniements de cantons et, surtout, annexion par Lille, en 1858, de communes qui, en 1790, étaient dispersées dans d’autres cantons : Esquermes et Wazemmes (canton d’Haubourdin) et Fives (canton de Lannoy).

97 Y.-M. Hilaire, 1977.

98 P. Roucoux, 1972.

99 R. André, J. Pereira-Roque, 1974 et J. Dupâquier, 1988.

100 B. Verhaegen, 1961.

101 Ch. Vandenbroeke, 1987.

102 M. Poulain et M. Foulon, 1981.

103 La deuxième position du Brabant était due à la ville de Bruxelles, B. Verhaegen, 1961.

104 E. Witte, 1983.

105 E. Hélin, 1990 a.

106 Il n’est pas question ici d’évoquer des professions telles que douanier qui ont imposé, surtout pendant la période napoléonienne, des migrations importantes pour ces hommes et leurs familles.

107 Selon D. Reher (1990), les groupes les plus mobiles se trouvaient aux extrêmités de l’échelle sociale, les classes supérieures se caractérisant par une forte propension à migrer vers les villes les plus éloignées alors que les journaliers le faisaient sur de plus courtes distances ; R. Lawton, 1986. Cela est vérifié à Seraing, pour les journaliers qui, entre 1877 et 1887, étaient surtout originaires des arrondissements proches alors que les commerçants venaient de plus loin (S. Pasleau, 1990).

108 J’ai calculé un « indice de représentation » pour les différents groupes socioprofessionnels en comparant leur poids réel dans le corpus étudié à leur poids attendu si la répartition des origines était homogène et indifférente aux professions exercées (les origines indéterminées ont été exclues, comme pour les calculs de pourcentages). L’indice 100 signifie qu’il y a proportionnellement autant de natifs dans le groupe étudié que dans l’ensemble des hommes du fichier.

109 Ce pourcentage peut être dépassé dans certains sous-groupes (employés, fonctionnaires et assimilés

110 J.-A. Roy et J.-L. Dansette, 1955, 1957, 1958 et 1959.

111 Certains, illustres (Auguste Mimerel, né à Amiens en 1786, marié à Paris en 1809 et qui établit une filature de coton à Roubaix, en 1816), d’autres, moins, ainsi la famille d’Anthime Lefebvre, né à Oresmaux, et Angélique Esther Vasseur, née à Amiens.

112 J.-A. Roy et J.-L. Dansette, 1958.

113 J.-P. Hirsch, 1991.

114 C’est le second modèle migratoire proposé par Claude Bruneel (1990) pour l’attraction d’Anvers sur la Campine de 1595 à 1795. Denis Morsa (1993) oppose cette migration ciblée, calculée à la migration mécanique, ou de subsistance.

115 En outre, une native de cette ville, fille de cordonnier, épousa un cordonnier roubaisien ; il faut ajouter qu’à côté de ceux unis à Roubaix, on retrouve des frères, également cordonniers, parmi les autres familles.

116 Comme Taintignies et Guignies, V. Aelbrecht, 1991.

117 Les tisserands constituent la majorité du fichier textile (60,3 %), loin devant les fileurs (17,3 %). Pour les années 1800-1889, journaliers-fileurs et journaliers-tisserands ont été isolés à partir de la deuxième mention professionnelle.

118 Pour les différences de bassins de recrutement selon les niveaux de qualification, voir S. Defroyenne, 1999 et Ch. Petillon, 2002.

119 En 1851, un tisserand gagnait 2 F par jour, un fileur 3 F (ADN, Annuaire Statistique du département du Nord, 2151/51, 1854) ; en 1866, le fileur gagnait de 3,3 à 5 F contre 1,75 à 3 F pour un tisserand mécanique et 2 à 4 F pour un tisserand à la main (AMR, Rapport du maire pour l’année 1866, 1867).

120 Pour les populations autochtones, le passage de l’atelier à l’usine fut vécu comme une déchéance et cela se conçoit aisément si l’on prend en compte l’ensemble des paramètres (horaire, discipline). Dans un rapport de 1833, A. Mimerel faisait état d’une différence d’environ un tiers pour les salaires et il ajoutait que, malgré ce salaire plus élevé, les ouvriers d’atelier manquent toujours et ne se recrutent que par les étrangers, AN, F/12/6876.

121 Ont été prises en compte, outre les servantes et domestiques, les cuisinières, femmes de chambre, lingères, gouvernantes, demoiselles de confiance et de magasin. Sur les problèmes de délimitation de la profession, voir A. Chatelain, 1969. Le pourcentage relativement bas est dû surtout à la faible nuptialité de la domesticité.

122 C’est nettement plus que pour les hommes (36,8 %). Les écarts sont moindres pour les 2 autres provinces : 60,9 % des hommes et 56,5 % des femmes de Flandre orientale et respectivement 31,45 % et 34,1 % pour les natifs du Hainaut.

123 AMR, HH-34/39.

124 ADN, C-3997.

125 ADN, Annuaire Statistique du Nord, 2151/27, 1830.

126 Au début du xviie siècle, la vallée de la Lys se tourna résolument vers la culture du lin travaillé par de nombreux artisans (fileurs et tisserands) du pays de Lallœu.

127 ADN, C-3999, Rapport du subdélégué de Lille à l’intendant sur le commerce et l’industrie, 14 mars 1788 et Annuaire Statistique du Nord, 2151/27, 1830.

128 Il y avait à Merville une manufacture de linge de table, établie en 1761, et à Bailleul, plusieurs établissements destinés à filer et à retordre les fils, ADN, C-3997.

129 ADN, Annuaire Statistique du Nord, 2151/30, 1833.

130 D. Terrier, 1996.

131 ADN, Annuaire Statistique du Nord, 2151/29, 1832.

132 ADN, C-3997. D. Rosselle (1987) cite le rapport du subdélégué de Saint-Omer qui évoque la ruine des métiers à usage de draperie de laine.

133 AMR, HH-34/39.

134 ADN, M 653/24.

135 Voir H. Coppejans-Desmedt, 1994. Près de la moitié de la population vivait au moins partiellement de l’industrie linière, Ch. Vandenbroeke, 1981.

136 Saint-Nicolas est à environ 85 kilomètres de Roubaix.

137 La terre nourrissait une population peu dense, au prix d’un travail qui ne lui laissait guère la possibilité de se livrer à des activités proto-industrielles. Dans les arrondissements d’Ostende et de Furnes, seulement 8 et 2 % des populations rurales étaient occupés dans l’industrie linière en 1840-1843, G. Jacquemyns, 1929.

138 M. Anderson, 1971.

139 ADN, M 653/7.

140 ADN, Annuaire Statistique du Nord, 2151/51, 1854.

141 Ch. Vandenbroeke, 1984.

142 A. Chanut, 1956.

143 A.N., F/1cIII/Nord/15, rapport hebdomadaire du préfet du Nord au ministre, 27 mai 1861, 1 V.

144 A.N., F/1cIII/Nord/15, Situation de la fabrique de Roubaix au 31 janvier 1862, note d’un manufacturier roubaisien, favorable au Libre-Echange, transmise par le préfet.

145 ADN, M 176/1, lettre de Motte-Bossut au Préfet du Nord du 24 juillet 1852, en vue d’obtenir une admission à résidence pour ces ouvrières arrivées sans passeport visé par le consul de France (la réponse fut négative).

146 A.N., F/1cIII/Nord/8, rapport du Préfet au Ministre de l’Intérieur, pour le mois d’août 1858, fait à Lille le 6 septembre 1858.

147 A.N., F/1cIII/Nord/8, rapport du Préfet au Ministre de l’Intérieur, pour le quatrième trimestre 1858, fait à Lille le 10 janvier 1859.

148 F. Lentacker, 1974.

149 D. Rosselle, 1987.

150 R. Leclercq, 1958 ; P. Rolland, 1956.

151 P. Lebrun, 1972.

152 Cf. « L’émigration, industrie des pays pauvres », titre du chapitre VI du livre Les Transformations d’une société rurale : la Maurienne, P. Rambaud et M. Vincienne ; la Flandre occidentale du milieu du siècle illustre parfaitement ce modèle.

153 E. Witte, 1983.

154 E. Gubin, 1983. Voir aussi G. Jacquemyns, 1929, J. De Béthune, 1960 et E. Sabbe, 1975, fort critiqué.

155 Ces infortunés séjournent dans de misérables chaumières, construites avec quelques morceaux de bois et du limon ; la chaume qui les couvre les garantit à peine de la pluie et du vent ; il n’y a ni plancher, ni pavement et il arrive souvent que le sol de ces habitations soit couvert d’une boue infecte qui exhale une odeur méphitique et rend ces tristes réduits d’autant plus insalubres qu’ils abritent tous des animaux domestiques qui appartiennent à la famille, enquête officielle citée par E. Witte (1983). La situation n’était guère plus favorable dans certains quartiers de Gand, dans la venelle « Batavia », par exemple, cf. C. Lis et H. Soly, 1991. L’installation dans un fort ou une courée leur parut sans doute un progrès.

156 Pour ceux qui ne refluèrent pas vers l’activité agricole au sens strict du terme (B. Verhaegen, 1961), la migration intérieure conduit en Wallonie, M. Poulain, M. Foulon, 1981.

157 Bien sûr, Roubaix n’était pas seule concernée par ces flux migratoires ; pour les fileurs de lin devenus saisonniers en France, voir L. Scheppens, 1973. B. Verhaegen (1961) met en lumière le fait que, si les ouvriers textiles ruraux eurent plutôt tendance à choisir les migrations saisonnières, en revanche l’émigration définitive fut le fait des ouvriers textiles urbains.

158 Curieusement, 2 seulement sur les 144 se dirent dentellières lors de leur mariage. Cela tient au fait que la migration, se traduisant par la fin de leur activité, elles déclarèrent la profession exercée de fait à Roubaix, soit une profession textile dans 68,75 % des cas.

159 En effet, l’âge moyen au premier mariage des Brugeoises qui se marièrent de 1880 à 1889 était de 24,79 ans, ce qui prouve que leurs familles quittèrent la ville au plus tôt au milieu des années 1860.

160 F. Lentacker, 1974, J. Voortman, 1940, J. Dhondt, 1955.

161 Vers 1850, on comptait environ 41 % d’indigents dans la ville, C. Lis et H. Soly, 1991.

162 Cf. supra, p. 146.

163 ADN, M 620/22, 17 mars 1859.

164 H. Galle, 1967.

165 F. Lentacker, 1987.

166 H. Le Bras, E. Todd, 1981.

167 A. Fortin, 1969. Pour cette migration à caractère professionnel marqué, voir aussi F. Lentacker, 1974.

168 A. Chatelain, 1970.

169 G. Dupeux, 1974.

170 F. Meunier-Vonne, 1985.

171 J. Stengers, 1982, A. Morelli, 1988.

172 M. De Metsenaere, 1990.

173 C. Dumont, 1989 et 1994. Voir aussi M. Poulain et M. Foulon, 1981 et J. Stengers, 1980.

174 Après 1869, le chemin de fer rendu moins onéreux par les abonnements ouvriers, amena même des Limbourgeois dans la région de Liège, R. Leboutte, 1988. Voir aussi S. Pasleau, 1998.

175 J. Dupâquier, 1991 et 1988.

176 Des ouvriers et artisans de Liège et de Spa étaient présents à Berlin en 1815, K. Obermann, 1971.

177 E. Hélin, 1990 b.

178 H. Seeling, 1983.

179 Bachy, Baisieux, Bourghelles, Camphin-en-Pévèle, Halluin, Lannoy, Leers, Lys-lez-Lannoy, Mouchin, Neuville-en-Ferrain, Rumegies, Sailly-Lez-Lannoy, Toufflers, Wannehain, Wattrelos et Willems ; seules Wannehain et Rumegies ne fournirent aucun conjoint.

180 ADN, 79 J/35.

181 AN, F/12/638, tableau de l’industrie du département du Nord, 15 février 1815.

182 10 Mulhousiens mais aussi 7 natifs de Sainte-Marie-aux-Mines où se trouvait une fabrique de coton.

183 A. Wahl, 1974.

184 C’est la partie à l’ouest de la ligne de partage entre le picard et le wallon (J. Haust, 1986) qui fournit l’essentiel des migrants vers Roubaix.

185 Il ne peut s’agir d’une question de qualification professionnelle : en effet, si les femmes de Flandre occidentale étaient ouvrières du textile à 49,9 %, les hommes ne l’étaient qu’à 36,8 % ; en revanche, 34,1 % des femmes originaires du Hainaut travaillaient dans le textile contre 31,45 % des hommes de cette province.

186 D. Julia, H. Bertrand, S. Bonin, A. Laclau, 1987.

187 D. Terrier, 1979.

188 F. Furet et J. Ozouf, 1976.

189 Ad. Van Der Woude, 1993. L’indice 100 correspond à une alphabétisation complète et l’indice 0 à une alphabétisation nulle.

190 H. Hasquin, R. Van Uyten, J-M. Duvosquel (éd.), 1980.

Table des illustrations

Titre Tableau III.1 Evolution de l’indice de vieillissement à Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Graphique III.1. Répartition de la population par groupes d’âges
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau III.2 Origine des populations dénombrées à Roubaix en 1806 et 1820 selon leur déclaration (%)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Graphique III.2. Evolution de la part des natifs dans les mariages
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Tableau III.6 Evolution des classes d’âges entre 1881 et 1886
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Carte III.1 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion du Nord*
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Carte III.3 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Carte III.4 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Carte III.5 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance : arrondissement de Lille à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Carte III.6 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance : arrondissement de Lille à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Carte III.7 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1769 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Carte III.8 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1769 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Carte III.9 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1770 à 1799 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Carte III.10 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1770 à 1799 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Carte III.11 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Carte III.12 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Carte III.13 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Carte IIl.14 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Carte III.15 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Carte III.16 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Graphique III.3 Distribution des époux belges selon la province d’origine1740-1889
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Carte III.17 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Carte III.18 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte III.19 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance en Belgique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte III.20 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1800 à 1829 selon leur lieu de naissance en Belgique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Carte III.21 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance en Belgique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Carte III.22 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1830 à 1859 selon leur lieu de naissance en Belgique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Carte III. 23 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Carte III. 24 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1860 à 1889 selon leur lieu de naissance en Belgique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte III.25 Distribution des hommes mariés à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Carte III.26 Distribution des femmes mariées à Roubaix de 1740 à 1889 selon leur lieu de naissance à l’exclusion de Roubaix
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau III.7 Distribution des époux non-natifs selon la distance de leur commune d’origine
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau III.8 Distribution des épouses non-natives selon la distance de leur commune d’origine
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Tableau III.9 Indice de masculinité selon la nationalité
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Graphique III.4. Origines des groupes socioprofessionnels (1740-1889)
Légende GROUPES SOCIOPROFESSIONNELS
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Tableau III.10 Distribution des conjoints belges originaires des trois provinces principales
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Graphique III.5. Pourcentage des mariés qui signent
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Graphique III.6. Pourcentage des mariées qui signent
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tableau III.11 Indice d’alphabétisation matrimoniale - (Tous états matrimoniaux confondus)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55959/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540