Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La population de Roubaix

 | 
Chantal Petillon

Chapitre I. Le « Manchester français »

Texte intégral

  • 1 Th. Leuridan, 1863.

1En résumé, depuis le milieu du xve siècle jusqu’à la Révolution française, Roubaix a suivi, sous le rapport de la population une progression constante et déjà bien remarquable. […] Sans doute, depuis un demi-siècle surtout, la ville est entrée dans une phase nouvelle de progrès et de grandeur ; elle a pris un développement dont l’histoire des villes de France n’offre guère d’exemples, et c’est sur le prodige de ce développement que l’on s’appuie pour lui trouver un point de départ infime et répéter sur tous les tons : IL Y A CINQUANTE ANS, ROUBAIX N’ÉTAIT QU’UN PETIT VILLAGE. On amoindrit ainsi le passé au profit de la prospérité présente et du contraste qu’on veut faire naître de leur rapprochement ; autant vaudrait dire d’un fleuve débordé, ayant pris tout à coup l’aspect d’une vaste mer, qu’il n’était auparavant qu’un ruisseau1. Alors, Roubaix « ruisseau » ou « fleuve » dès le xviiie siècle ? « Vaste mer » voire océan à la fin du xixe siècle ?

  • 2 F. Delgrange-Vancomerbeke, 1955.

2Peut-on même la qualifier de ville avant le xixe siècle ? Certes, la fonction industrielle existait déjà ; pourtant, Roubaix garda fort longtemps l’aspect d’un gros bourg rural. Peut-être faut-il même attendre 1880 pour la considérer comme ville en raison de la disparition de son aspect rural et de l’existence de services municipaux tels que ceux de la voirie, de l’eau, du gaz2.

3L’activité textile, qui fit de Roubaix une ville « champignon », était très ancienne, se confondant presque avec son histoire. Toutefois, la fabrique dut attendre la seconde moitié du xviiie siècle pour prendre réellement son essor, en échappant à la tutelle de Lille. Au siècle suivant, à l’évidence, Roubaix devint une capitale textile, un de ces « Manchester » qui fleurirent un peu partout en Europe. La ville naquit d’une ruée d’hommes et de métiers.

I. À l’ombre de Lille

Une bourgade du plat pays

  • 3 R. de Hesseln, 1770, t. V. L’abbé d’Expilly (1770) ajoutait La commodité qu’ont ses habitants de jo (...)
  • 4 Selon certains, l’étymologie de Roubaix est à mettre en relation avec ce site, le nom venant des mo (...)

4Petite ville de Flandre wallonne, sur un ruisseau à deux lieux au levant d’été de Lille, intendance et subdélégation de cette ville, diocèse de Tournai, parlement de Douai. On y compte 7 000 habitants. Il s’y fabrique beaucoup d’étoffes mêlées de soie et de laine3. Tel est le site initial de la paroisse, une cuvette parcourue par un ruisseau, le Trichon4, qui se jette dans l’Espierre, sous-affluent de l’Escaut, et sur la rive gauche duquel s’installèrent les premiers habitants.

  • 5 Il fit aussi ériger un château avec une double enceinte de fossés et construire les chapelles du Sa (...)
  • 6 Dénombrement fait en 1469 et dénombrement fait suivant les lettres patentes de Mgr Maximilien d’Aut (...)
  • 7 La châtellenie de Lille comprenait aussi le Mélantois, le Carembault, la Pévèle, le Weppes.
  • 8 AMR, BB-16/22, questionnaire de 1726. La « carte des environs de Lille » fut « levée pendant les an (...)

5C’est là, au cœur de son fief, que Pierre de Roubaix fonda, au xve siècle, le bourg5. En 1498, à sa mort, la paroisse comptait 260 feux contre 104 en 14696, en raison d’une première immigration. Ce noyau primitif, entouré de haies, était surtout habité par des artisans textiles mais aussi par des bouchers, des charrons etc. La seigneurie et marquisat de Roubaix, qui relevait du diocèse de Tournai faisait partie de la châtellenie de Lille et plus précisément du pays de Ferrain7 limité au nord par la Lys, au sud par la Marque, par le Tournaisis à l’est et à l’ouest par la Deûle. Entourée par les paroisses de Tourcoing, Wattrelos, Leers, Lys-lez-Lannoy, Hem, Croix et Wasquehal, Roubaix était à deux heures de chemin de Lille, trois de la ville de Menin quattre de courtray quattre de tournay, une heure de la petite ville de Lannoy, un quart d’heure de Tourcoin8.

Roubaix-bourg et Roubaix-campagne

  • 9 AMR, HH-15/20, BB-16/22.

6Française depuis le traité d’Aix-la-Chapelle de 1668, Roubaix était devenue un gros bourg, qualifié de ville dans nombre de documents9. Divisée en Roubaix-bourg et Roubaix-campagne, elle s’étendait sur plus de 1 200 hectares. Ce dualisme, fréquent dans le monde rural, persistait encore au xixe siècle alors que la ville approchait, dans la seconde moitié du siècle, les 100 000 habitants.

Carte I.1 Carte de la châtellenie 1766 détail Plan de Lille 404 4FI.27741

Carte I.1 Carte de la châtellenie 1766 détail Plan de Lille 404 4FI.27741

photo J.-Y. Populu, Collection Archives départementales du Nord

Carte I.2 Carte du bourg de Roubaix 1726-1727

Carte I.2 Carte du bourg de Roubaix 1726-1727

Source AN, N/II/Nord/III détail

  • 10 ADN, L 8272.

7Roubaix-campagne, à la veille de la Révolution, comportait 23 hameaux, regroupant environ 700 maisons10. La Fosse-aux-Chênes, l’Hommelet, le Pile, Mullier-Favroeul, le Tilleul, le Fontenoy-Masure, la Potennerie, le Hupisre et Pévèle et Blanchemaille étaient les plus importants ; tous furent progressivement urbanisés, envahis par la ville et l’industrie au siècle suivant.

  • 11 Le quartier A compris les rues Neuve, Saint-Georges, du Bois, du Grand Chemin ; le quartier B, les (...)
  • 12 ADN, L 8272.

8Le bourg, dès 1629, comprenait 9 rues : la Grand-Rue, les rues Pottière (l’actuelle rue Pellart), Pauvrette ou Poivrée (Pauvrée), de la Cure (du Curé), de la Coutrerie (du Pays), de l’Abreuvoir ou Bestiart (du Vieil-Abreuvoir), Nain, Dorée (de l’Hospice), rue Saint-Georges (du général Sarrail). En 1682, s’ajoutèrent les rues du Château, de la Brasserie, du Bois, Neuve, du Galon d’Eau et de la Fosse-aux-Chênes. L’essor du bourg se poursuivant, le Magistrat, en 1766, jugea nécessaire de le diviser en 4 quartiers et d’en numéroter les 800 maisons11. A la veille de la Révolution, 1 023 habitations étaient sises dans le chef-lieu12.

  • 13 Texte imprimé du 17 mars 1676, AMR, FF-16/1, /2 et /3.
  • 14 AMR, FF-16/18.
  • 15 AMR, GG-292/27, 1771 et BB-6 /folio 13V, 11 février 1777.
  • 16 AMR, GG-292/37.

9Force est donc de constater que la population qui arrivait préférait le bourg malgré les édits réitérés. En 1676, déjà, une ordonnance du Magistrat interdisait à tous estrangers de s’y establir, et aux habitans de les recevoir sans permission de Monsieur le Bailly13. Le même refus, au début du xviiie siècle, empêcha que ne vinssent gonfler un peu plus la population du bourg ceux qui avaient quitté Roubaix pendant les temps mauvais (1684 et 1693) ou d’autres, surtout les journaliers contraints de quitter la campagne. A l’origine de cette prohibition pesait la menace de la pauvreté14. Après un recensement en 1771, de nouveau, en 1777, le Magistrat décida de procéder à un denombrement exacte de tous les étrangers indistinctement qui habitent cette paroisse15. Par une ordonnance, en date du 23 février 1773, il avait d’ailleurs rappelé l’obligation pour les étrangers de fournir un certificat de bonnes vies et mœurs (incluant leur foi catholique) qui devait également préciser quils ont une proffession, metier ou vaccation capable de les entretenir et leur famille, justifiant ainsi ce rappel : depuis nombre d’années il sest introduit et sintroduit encore journellement beaucoup d’Etrangers sans biens, sans aveus, et sans proffessions qui tombent dans la plus affreuse misere et comme ils n’ont pas le droit de participper a la table des pauvres de la paroisse, ils sont obligés de mandier contre les ordonnances du Roy, de participper autant quils peuvent a préjudice des pauvres de la paroisse aux charitées secrettes et particulieres qu’on ne peut leurs refuser sans inhumanitée ou enfin d’employer des voyes encore moins legitimes pour subsister16.

  • 17 AMR, DD-11/1.

10Malgré la croissance démographique, Roubaix, à la fin du xviie siècle et au début du siècle suivant, gardait une allure qui n’évoque guère la ville : toutes les rues et advenues de ce bourg sont si fangeuses que les passans s’embourbent jusques au-dessus des souliers, d’où proviendroient de grands desordres pour ce que plusieurs paroissiens n’osans entreprendre d’ÿ passer s’absentent les festes et dimanches de la messe et autres offices divins, comme aussy les peres et meres laissent leurs enfans chez eux sans les faire catheciser ny instruire ès escholes publiques pour le péril quil y a quilz soient noÿez, mesme le sup (plian) t ne scait sortir ny rentrer dans led (it) bourg pour administrer les s (ain) ts sacremens aux malades et vacquer aux autres fonctions de sa charge, de quoy il se seroit souvent plaint aux Bailly et Eschevins d’iceluÿ, mais sans effect, s’excusans sur ce quilz ne seroient assez authorisez pour y remedier. Par cette requête, le prêtre Jean Prus obtint du souverain espagnol que le Magistrat fît construire des chaussées en briques bouillies de 4 pieds de large, le long des maisons dans les rues et aux 2 principaux chemins menant du bourg à la chapelle du Saint-Sépulcre et au jardin des religieuses de l’hôpital Sainte-Elisabeth pour servir tant aux gens de pied qu’aux voituriers menans leurs denrees et marchandises pour les vendre audit bourg ou les conduire de la vers la ville de Lille et autres lieux voisins17.

Un enclavement certain

  • 18 La ville fut autorisée, par un arrêt du Conseil d’Etat du 7 avril 1682, à emprunter 20 000 florins (...)

11La paroisse, à l’écart des grandes routes, était assez mal située, cela ne semblait pourtant pas nuire à son activité proto-industrielle d’autant que le Magistrat se préoccupait d’entretenir et d’améliorer le réseau, au demeurant médiocre, des chaussées reliant le bourg à Lannoy, Tourcoing, Croix et Wattrelos18.

  • 19 Les 4 chemins, 3 sentiers, 2 routes et 6 rues (situées dans le bourg) reliaient Roubaix à Wattrelos (...)
  • 20 AMR, BB-6.
  • 21 AMR, BB-16/22.

12Ainsi, à la fin du xviiie siècle, il n’existait entre Roubaix et les paroisses voisines que 15 « rues »19 : il ne s’agissait souvent que de simples chemins comme celui dallé en son milieu de pierres plates sur une largeur de 66 cm et qui menait à travers champs jusqu’à l’église Saint-Christophe de Tourcoing, accessible aux seuls piétons et brouettes20 ; les voitures devaient donc faire le détour par la route pavée de Mouvaux ce qui triplait la distance. Même si le réseau routier laissait à désirer, il existait, entre Roubaix et la capitale des Flandres, un service régulier de diligences qui fonctionnait les lundi, mercredi, vendredi et samedi. De plus, les mardi et samedi, un messager prenait à Lille les lettres destinées à Roubaix21. Par ailleurs, contrairement à la plupart des villes du textile de l’Ancien régime, nées d’un fleuve ou d’une rivière, la ville ne disposa d’une voie navigable, le canal, qu’au milieu du xixe siècle. C’est dans ce cadre que la population prit son essor. Après les crises de la fin du xviie siècle, il fallut attendre quelques années pour que triomphât la vie.

Un temps de récupération

  • 22 AMR, GG-279/4.
  • 23 Rolle de tous les chefs de famille avec le nombre des personnes qu’ils ont avec eux audit Roubaix ( (...)
  • 24 Cette liste des noms des particuliers pauvres de la paroisse de Roubaix a qui le greffier a donnez (...)
  • 25 AMR, BB-16/18 à 21, 2 septembre 1716.

13En 1705, la pétition envoyée par le Magistrat et les notables à la princesse d’Epinoy, dans le but d’obtenir l’établissement d’une communauté de Jésuites, traduit la reprise démographique : D’ailleurs il est de notoiriété publique que le nombre de vos sujets s’est acru a un tel point malgre la guerre depuis huit a neuf ans que les manufactures y ont attirés de tout part, que les plus aisés de ce bourg sont comme forcés de batir quantite de maisons pour les travailleurs22. En 1709, Roubaix, touchée par la disette, comptait 4 532 habitants23 et le Magistrat autorisait, en 1710, le départ de 154 pauvres pour la Flandre et la Hollande24. Enfin, en 1716, un dénombrement comptait 4 715 habitants (dont 1 787 de moins de 16 ans)25.

  • 26 AMR, BB-5/2.

14Par ailleurs, en 1720, le Magistrat envoya à l’évêque de Tournai une requête exposant que le nombre des paroissiens avait augmenté par l’accroissement des manufactures de calemandes et autres en telle sorte quil y a presentement plus de quatre mille communians26. Cette récupération confirme ce que l’on sait de la mobilité géographique de ces populations.

  • 27 AMR, GG-232/9, la seule indication de date est « après 1724 ».
  • 28 J. Legroux, 1714.
  • 29 Panckoucke, 1733.
  • 30 Piganiol de la Force, 1722, t. VII, p. 243.
  • 31 La nombreuse paroisse dud(it) Roubaix composée de plus de dix mil bouches, dont les sept huitieme n (...)

15Pourtant, à en croire une requête des échevins adressée au prince de Soubise, marquis de Roubaix, afin de solliciter sa générosité envers les pauvres petits ouvriers dud (it) Roubaix qui sont en tres grande nécessité, dans cette nombreuse paroisse composee de plus de dix mil personnes il ny en a pas un mil qui soient en estat de vivre et subsister sans le proffit du travail de leurs mains dans la manufacture, la labour, de maniere que dans l’occurrence de l’hiver present tres rigoureux tous les travaux cessent absolument parmy les journaliers27. Ce chiffre de 10 000 personnes correspond-il à la réalité ou s’agit-il seulement de toucher le prince pour obtenir plus de subsides ? D’autres sources semblent le confirmer. Selon le curé Jacques Legroux, le bourg de Roubaix est considérable et ancien ; ses manufactures le rendent célèbre plus que bien des grandes villes en France, en Espagne et ailleurs28. Panckoucke affirmait, en 1733, il y a beaucoup de villes qui ne valent pas ce bourg tant dans la beauté des maisons du lieu que dans le nombre des habitants29. Piganiol de la Force écrivait quant à lui : Outre les villes de la châtellenie de Lille, il y a des bourgs qui sont aussi considérables que des villes ; Tourcoing et Roubaix sont de ce nombre et ne contiennent pas moins de douze mille âmes chacun30. C’est aussi le chiffre de plus de dix mil bouches qui fut repris en 1742 dans une requête adressée, cette fois, à l’intendant de Flandre, Bidé de la Grandville31.

Plan de Roubaix en 1804, ADN, P30 305

Plan de Roubaix en 1804, ADN, P30 305

Photo J.-L. Thieffry, collection Archives départementales du Nord.

16Or, en 1740, il y eut à Roubaix 179 naissances et 175 décès, soit des taux de natalité (17,9 ‰) et de mortalité (17,5 ‰) bien trop faibles. On peut alors penser que la population devait plutôt être de l’ordre de 5 000 habitants (soit des taux d’environ 35 ‰) ce qui n’est pas incompatible, d’une part, avec le nombre de 7 415 habitants de 1764 et, d’autre part, avec le croît naturel d’environ 1 000 personnes observé de 1740 à 1764. La majoration de la population résulterait donc soit de la nature des documents, requêtes adressées à l’autorité, soit d’une impression de grand nombre laissée par le fort peuplement caractéristique de nos régions. Roubaix, au milieu du XVIIIe siècle, comptait donc 5 à 6 000 habitants, résultat d’une croissance, certes réelle, mais encore lente.

II. L’émancipation de la manufacture

** Il est peu de maisons où il n’y ait un ou plusieurs métiers battans. Les coups répétés du tisserand qui bat sa toile, les murmures des rouets, des dévidoirs et de la navette, donnent, aux voyageurs qui entrent dans cette commune, l’idée d’une unique et immense manufacture
Préfet Dieudonné, 1804.

** C’est à Roubaix que j’ai pu me rendre compte de la prodigieuse extension qu’a prise notre industrie dans le Nord. Le bruit des machines, des mécaniques, des moulins vous rompt ici la tête ; il n’y a de coin si reculé de grenier, de cave que l’industrie n’occupe
Etienne de Jouy, 1821.

17La devise de Roubaix « probitas industria » impose à l’historien, avant d’analyser l’évolution démographique, de laisser l’industrie entrer dans la ville et l’envahir. L’activité textile, qui fit de Roubaix une ville « champignon », se confond presque avec son histoire.

  • 32 AMR, l’original en papier sous verre sous la cote CP-1/4.
  • 33 En 1534, Charles Quint accorda à Lille le monopole de la sayetterie dans la châtellenie, L. Trenard (...)

18L’histoire de la manufacture débute officiellement au xve siècle, quand Pierre de Roubaix voulut obtenir de son souverain, Charles le Téméraire, la reconnaissance de l’activité existante : le premier novembre 1469, le duc octroya aux habitants de licitement drapper et faire draps de toutes laines32. Cet accord, qui semble ne pas avoir été confirmé par les lettres patentes promises, fut officiellement proclamé le 15 novembre 1469. Commencèrent alors la croissance et le différend séculaire entre Roubaix et d’autres cités drapantes, Lille en particulier33, irritées par le privilège octroyé.

  • 34 AMR, HH-31/15 à 24.

19Au milieu du xviiie siècle, la fabrique de Roubaix, qui restait sous la tutelle de Lille quant à la commercialisation, engagea un procès contre le Magistrat de Lille devant le Parlement de Flandre qui refusa de trancher34. En représailles, les Lillois firent saisir des pièces non munies du plomb de la teinture de Lille. Ce litige ne semblait pouvoir trouver d’issue dans le cadre de la réglementation traditionnelle mais le contexte fut modifié en 1762.

Le temps des marchands-fabricants (1762-1786)

  • 35 AMR, HH-33/1, Arrêt du Conseil d’Etat du Roi du 7 septembre 1762.

20C’est en effet une nouvelle page de l’histoire du textile qui s’ouvrait à Roubaix quand, dans un climat devenu favorable à la liberté économique, Louis xv, par un arrêt du 7 septembre 1762, permit à tous les habitants de la campagne et à ceux des lieux où il n’y a pas de communautés de filer toutes espèces de matières, et de fabriquer toutes sortes d’étoffes, et de leur donner tous les apprêts en se conformant aux règlemens, sans être inquiétés par les fabricants en communauté35.

  • 36 ADN, C-130, document no 2, Observations sur l’arrêt du Conseil du 7 septembre 1762.

21Mais Roubaix dut encore attendre cette liberté industrielle, en raison de l’hostilité lilloise : de nouveau, à en croire les manufacturiers lillois, la ruine menaçait leur ville36. Une fois encore, les Roubaisiens ripostèrent, dénonçant les privilèges de leur concurrente et revendiquant déjà le droit de travailler au pays : N’est ce point a cette cause, qui tenant tousjours ces fabricans lillois endormis par la confiance que jamais aucun habitant de la campagne n’auroit la liberté de faire les mesmes etoffes qu’eux, les a fait insensiblement tomber dans l’indifference sur la perfection de leurs ouvrages ? De là le dechet dans leurs etoffes, de là le defaut d’emulation a les perfectionner et l’indolence a en imaginer d’autres, de là enfin le peu d’empressement a chercher les moÿens d’imiter et meme de surpasser les manufactures etrangeres, persuadés qu’ils etoient, que tant et si longtemps que subsisteroient leurs privileges exclusifs, ils auroient toujours assez d’ouvrages pour s’occuper […].

  • 37 AMR, HH-33/8, daté vers 1765.

22Sans toutes ses tracasseries, le fabriquant campagnard ne songeroit point a transferer ses talens son industrie, ses connoissances en fait de manufactures chez l’etranger ; paisible dans le lieu de sa naissance, il y travailleroit avec succès, il y conserveroit sa famille qui deviendroit le berçeau de plusieurs autres, ce qui procureroit l’accroissement de la population et consequement l’augmentation des richesses de l’Etat37.

  • 38 L. Trenard, 1969.
  • 39 AMR, HH-32/10 et AN, E 1379/a, Arrêt extrait des registres du Conseil d’Etat tenu à Compiègne le 12 (...)

23L’arrêt ne fut publié en Flandre que deux ans plus tard, le 3 septembre 1764, deux années pendant lesquelles Lillois et Roubaisiens multiplièrent les démarches auprès des plus hautes autorités du royaume38. Les interventions de ces derniers ne furent d’ailleurs pas complètement vaines, puisqu’ils obtinrent par un arrêt du 12 juillet 1763 la faculté de teindre toutes les étoffes qu’ils fabriqueront et de leur donner tous les apprêts qu’ils jugeront nécessaire sans aucune exception39. A partir de septembre 1764 et pendant un an, les manufacturiers tirèrent profit de cette nouvelle liberté pour confectionner des étoffes jusqu’alors interdites, pour installer des métiers, pour faire des essais en imitant des tissus qu’ils avaient fait venir d’Angleterre et aussi pour former des ouvriers. Les Lillois, ne désarmant pas, continuèrent d’insister sur le risque de dépeuplement provoqué par l’exode des ouvriers vers les Pays-Bas autrichiens.

  • 40 AMR, HH-41 f° 164 rv 165 r.
  • 41 ADN, C-130, f° 8v 9r, Observations sur l’arrêt du Conseil du 7 septembre 1762.
  • 42 AMR, HH-33/38 et HH-41 f° 167 v.

24Certes le roi, par lettres patentes du 13 février 1765, confirma la décision de 1762, mais un arrêt de surséance, le 2 juillet 176540, en suspendit l’application pour toute la province de manière à ce que la Chambre de Commerce de Lille pût trancher le conflit en vérifiant le bien-fondé des arguments respectifs. Une tentative de conciliation menée par un subdélégué de l’intendance échoua41. Pour ne léser ni les uns ni les autres, il proposa donc un compromis en trois points : pour Lille, le privilège de la fabrication des camelots et pour le reste de la châtellenie, la fabrication de toutes les autres étoffes, ensuite une chambre de commerce pour regrouper les représentants de la ville et du plat pays, enfin la réunion de la bourgeterie et de la sayetterie en un seul corps de métier. Le Magistrat et les manufacturiers de Roubaix en appelèrent dès avril 1766 devant le Parlement de Flandre, qui décida, le 16 juillet 1767, de renvoyer les parties devant le roi42 ; la procédure dura près d’une décennie.

  • 43 AN, E 1525/b, arrêt du Conseil d’Etat, rendu sur avis favorable de Turgot.
  • 44 AMR, HH-41 f° 190 v.

25Il fallut attendre la nomination de Turgot comme Contrôleur général des Finances pour que la liberté de fabrication fût enfin reconnue : l’édit royal du 23 février 1776 supprima les corps et communautés de marchands et d’artisans, les maîtrises et jurandes avec leurs privilèges et l’arrêté confirmant celui de 1762 fut publié le 30 avril 177643, mais enregistré seulement le 27 novembre 1777 par le Parlement de Flandre. Le combat de la liberté s’acheva (enfin !) lorsque Louis xvi, à l’instigation de Necker, signa les lettres patentes le 5 mai 1779 qui supprimèrent tout ce qui pouvait circonscrire l’imagination et le génie d’un homme industrieux44. La fabrication était désormais libérée des contraintes.

26Toutefois, puisque les lettres patentes permettaient a tous les fabricans et manufacturiers, ou de suivre dans la fabrication de leurs etoffes, telles dimensions ou combinaisons qu’ils jugeront à propos, ou de s’assujettir à l’execution des reglemens, le Magistrat de Roubaix, dans la crainte de voir les produits de la manufacture concurrencés par ceux de moindre qualité et de moindre prix fabriqués librement, fit connaître sa préférence pour le maintien des règlements, gages d’étoffes de bonne qualité et donc de croissance économique : C’est une verité incontestable que les fabriques les mieux surveillees, ont dans tous les temps éprouvé des accroissemens que n’ont jamais connues les fabriques, ou les regles de fabrication etoient arbitraires […].

27Le bourg de Roubaix aujourd’huy plus florissant qu’un grand nombre des villes de france, […] fut réduit jusqu’en 1777 à la dure nécessité de ne pouvoir faire fabriquer qu’un très petit nombre d’étoffes.

  • 45 AN, F/12/657/11, Mémoire du magistrat portant réclamation des fabricants de Roubaix contre les lett (...)

28Les fabricans dont l’industrie étoit ainsy circonscrite, n’eurent d’autre ressource que de travailler à acquérir une superiorité sur les autres fabriques, pour les étoffes dont la fabrication leur étoit permise. […] En conséquence, on s’attacha à Roubaix à chercher les regles qui paroissoient les plus propres à assurer la perfection des étoffes qu’on pouvoit y fabriquer et le Magistrat d’opposer la prospérité de Roubaix au déclin de Tournai qui fabriquait sans règlement45.

29Malgré le retard dans l’application de l’arrêt de 1762 et la mévente qui sévissait depuis 1768, la manufacture, au début des années 1770, représentait déjà un ensemble fort imposant par son territoire, par la population qu’elle employait et par sa production, comme en témoigne le Mémoire rédigé à l’intention du subdélégué général de l’intendant de Flandre, D’Haffrengues d’Hellemmes : 8 200 demeurant dans le districque de la Manufacture, composé du bourg de Roubaix dans letendue duquel il en reste plus des trois quarts, et des villages de Croix Wasquehal, Flers, Hem et Mouvaux. […] six cens detricheurs et peigneurs de laine dont la plus grande partye d’iceulx demeurent a Roubaix et dans son districq le surplus dans la chastelenye et nottament a Tourcoing

  • 46 AMR, HH-34/39. Ce Mémoire sur la Fabrique fut rédigé en octobre 1771 pour convaincre de l’impérieus (...)
  • 47 A Sedan, la valeur produite en 1771 avec 614 métiers battants était de 5 200 000 livres et, en 1782 (...)

30Plus trente milles filleuses en artois […] au moins quinze cens filleuses de fil de lin demeurantes touttes dans la chastellenye et en partye dans le distrique de Roubaix »46. Ces quelque 40 500 personnes fabriquaient 38 000 pièces par an (8 000 pièces de callemandes larges de différente qualité, 1 500 pièces de bouras, 18 500 pièces de callemandes rayées, damas damassés, 10 000 pièces de futaines) ; il fallait donc 1 200 000 livres de laine écrue (la moitié venant des Pays-Bas autrichiens et de Hollande, l’autre étant fournie par des régions proches, Artois, Cambrésis, Hainaut français et Flandre française). La production de fils de sayette dépassant largement les besoins, les excédents étaient vendus aux fabricants étrangers et aux bonnetiers français. La valeur de la fabrique s’élevait à 2 390 000 florins ce qui fait argent de France 2 987 500 livres. Le tiers de cette somme était consacré à l’achat des matières premières de sorte qu’il ne reste pour les intérêts des fonds et la main d’œuvre qu’environ quinze cent quatre-vingt-treize milles florins ce qui ne fait pas quarante florins ou cinquante francs par an pour chaque personne lune dans l’autre qui travaillent a la manufacture, somme modicque et hors detat de subvenir aux besoins de chacun en particulier47.

  • 48 A. Lottin, 1979, P. Deyon, 1967, G. Gayot, 1998, Cl. Desama, 1985.

31En 1781, plus de 1 500 métiers battaient dans la seule paroisse, soit trois fois plus qu’en 1670. La fabrique rurale régnait alors sur 23 hameaux autour du bourg, sans compter les paroisses de son district d’où arrivaient déjà nombre de « nouveaux Roubaisiens », vendait en France, en Europe et dans le monde colonial ; la proto-industrie caractérisait bien le textile roubaisien qui avait opté pour la production de peigné comme Lille, Amiens et Reims à la différence de Sedan, Verviers, Elbeuf et Abbeville48.

  • 49 Th. Leuridan, 1863.
  • 50 Elle fut nommée casteline par Mrs du Bureau de Roubaix, AMR, HH-38/1 ; il s’agissait d’un nouveau g (...)
  • 51 Elle fut rejetée, AMR, HH-38/1, 7 mars 1778.

32Le dynamisme de la fabrique apparaît aussi dans sa volonté d’améliorer la qualité et dans sa capacité à innover. Trois noms illustrent ce dynamisme : Nicolas Dannoeulin, Louis Parent et Louis Castel. Le premier mit au point en 1773 une machine, en quelque sorte précurseur du métier Jacquard, mais c’est Lille qui lui passa commande de deux métiers et lui assura une pension de 600 L. Louis Parent, quant à lui, créa une nouvelle étoffe : partant du raz de Gênes uni, fabriqué avec trois lames et trois marches49, il imagina d’y ajouter trois lames pour réaliser un raz de Gênes cannelé ce qui lui valut d’être, en 1773, au cœur d’un procès avec les sayetteurs lillois sous le prétexte qu’il s’agissait en réalité d’un basin, étoffe qu’ils étaient les seuls à pouvoir produire. Le fabricant Louis Castel inventa, en 1770, une nouvelle étoffe, la castelline50 ; fort avisé, il envoya aux grands baillis de la châtellenie de Lille une requête sollicitant, pour prix des services rendus à la fabrique de Roubaix et à la province, l’exemption des droits d’octroi sur le vin, bière et l’eau-de-vie de sa consommation51. Encore un produit nouveau, encore un produit non autorisé, mais encore un succès puisque, lorsque ces castellines furent autorisées en 1778, quelque 200 métiers étaient déjà en activité à Roubaix. Grâce à ces inventeurs, la production roubaisienne était donc d’une infinie diversité.

De la laine au coton puis du coton à la laine (1786-1830)

  • 52 ADN, C-3997, Mémoire concernant les manufactures d’étoffes établies dans la Flandre et dans l’Artoi (...)
  • 53 Quant à notre fabrique [...], elle va bien mal.[...] Nous ne pouvons soutenir la concurrence des an (...)
  • 54 M.-F. Rousseau, 1969.

33La crise frappa durement une manufacture en pleine effervescence. En effet, certaines techniques étaient encore celles du temps passé et les étoffes étaient moins fines52 que celles produites à moindre coût par l’Angleterre d’où le marasme survenu au lendemain du traité de commerce de 178653 : après le maximum de 1787 (52 466 pièces), la production s’effondra (la baisse fut de 36 % de 1787 à 1789)54. Cette crise était aussi due à la fermeture des frontières espagnoles, hollandaises et portugaises. Les manufacturiers, une nouvelle fois, décidèrent de réagir : en la circonstance, pour s’adapter à l’évolution du marché, ils adoptèrent les machines mises au point Outre-Manche.

  • 55 La délibération des représentants du Tiers-Etat du bourg de Roubaix visait d’abord à obtenir une «  (...)
  • 56 Il a disparu mais le Magistrat se rendit à Tourcoing pour conférer avec le corps municipal les 15 e (...)

34La Révolution survint donc dans une ville en pleine crise économique même si la délibération des habitants du bourg de Roubaix55, pour des raisons évidentes, n’en laissait rien paraître : les fabricants […] y sont au nombre de trois cent, ils occupent non seulement les habitants de tout le district mais qu’en totalité, ils fournissent le travail et la subsistance à plus de 60 000 individus. Le cahier des doléances devait être plus clair56.

  • 57 La Chambre Consultative naquit le 1er février 1805 et le Conseil des Prud’hommes fut établi par déc (...)
  • 58 J.-P. HIRSCH, 1991.

35Face à la crise, Roubaix dut s’adapter : les fabricants changèrent d’attitude et de fibre. Comme en 1779, ces hommes, fort soucieux de qualité, qui s’étaient tant battus pour la liberté de fabrication, réagirent lorsque la loi d’Allarde supprima les maîtrises, jurandes et tous privilèges de profession et proclama que toute personne serait libre de faire tel ou tel négoce, d’exercer telle ou telle profession (à charge de payer patente) ; ils tirèrent vite argument de l’article VII de la loi qui réservait à l’autorité le droit de maintenir les anciens règlements ou d’en faire de nouveaux. Ils obtinrent du directoire du département, par un arrêté du 3 août 1791, que tous les règlements rendus pour la fabrication et la police de la manufacture du bourg de Roubaix continueraient d’être exécutés, afin de préserver une production de qualité. De même, quand la constitution de l’an III décida de rendre complète la liberté de l’industrie, les notables poursuivirent le combat pour le maintien des règlements pour la fabrication des tissus et c’est aussi dans ce sens qu’agirent la Chambre Consultative des manufactures, fabriques, arts et métiers et le nouveau Conseil des Prud’hommes57. Mais tous les efforts déployés auprès des différents gouvernements restèrent vains ; c’est donc la Chambre Consultative qui proposa la signature le 27 août 1821 – et ce malgré l’opposition du gouvernement – d’un contrat d’union58. Ce texte, signé par presque tous les fabricants de Roubaix et de Tourcoing, institua des règles fort strictes, en fixant les longueurs et les laizes, en mettant en place des contrôles et des amendes. Renouvelé en 1825, il ne fut pas appliqué car beaucoup de fabricants refusèrent alors de le signer.

  • 59 Extrait d’une lettre de Liévin Defrenne, en date du 3 juillet 1791, adressée à Mrs Veuve Paul Durie (...)
  • 60 Cf. l’analyse faite par le préfet Dieudonné, AMR, Chambre Consultative II, no 4. Tissu de coton lég (...)
  • 61 Un roselier ou fabricant de ros produit le peigne placé sur le battant du métier, entre les dents d (...)
  • 62 Dans sa lettre au Ministre de l’Intérieur, le préfet du Nord, en 1809, dressait un tableau des fabr (...)
  • 63 AMR, F V 1.

36Poussés par la crise, les fabricants choisirent le coton. Dès 1791, l’activité avait repris mais sur un rythme encore peu soutenu ; le chômage n’avait pas totalement disparu, mais comme l’expliquait un fabricant : nos ouvriers ont […] beaucoup d’ouvrages, mais ce n’est pas dans l’emploi de nos laines mais bien dans les cotons et la soye59. La clientèle ne portant plus les étoffes anciennes, Roubaix devint un centre de production de nankins60 sous l’impulsion d’Alexandre Decrème (1763-1825), ancien fabricant rotier61. Une dizaine d’entreprises proto-industrielles fabriquaient aussi des gilets de coton, de coton et soie, des nankins de couleur jaune62 sans pouvoir encore rivaliser avec les nankins de Norwich. La production augmenta fort vite : 1 200 pièces de nankins sortirent de Roubaix en 1789, 78 400 pièces en l’an IX63. Certes, la mode jouait mais il y avait aussi des stocks de coton brut, accumulés après le traité de 1786, qui pouvaient donc facilement être utilisés.

  • 64 AMR, F V 1.

37Les parts respectives de la laine et du coton évoluèrent donc pendant cette période puisqu’une statistique municipale de l’an X faisait état de 50 filatures de coton (avec 150 ouvriers), de 280 filatures de nankin et coton (employant 9 000 ouvriers) mais seulement de 20 filatures de laine (avec 720 ouvriers)64. Toutefois, la fragilité de la branche cotonnière persistait : la grande spécialisation dans le nankin rendait l’activité textile fort sensible aux aléas de la conjoncture et le tissage restait manuel et dispersé en milieu rural (seuls apprêt et teinture étaient faits à Roubaix). La conversion industrielle exigeait un accompagnement technique.

  • 65 AMR, F V 1/109, Statistique industrielle et manufacturière, établie le 23 décembre 1824.
  • 66 Sans cesse à la pointe de la modernité, il importa la première machine à vapeur jamais installée à (...)

38La filature progressa grâce à des mécaniques anglaises simples, introduites à Roubaix et baptisées « Jeannette » : il s’agissait de métiers composés d’une cinquantaine de broches qui nécessitaient trois ouvriers (un cardeur, un fileur et un aide). Cependant, ces jennies pouvaient parfaitement être installées au domicile du fileur et la dispersion de la filature prévalut encore pendant quelques années. La Statistique industrielle et manufacturière date de 1804 l’époque de l’introduction des mécaniques dans la filature de coton65. Eugène Grimonprez fut, semble-t-il, le premier, à l’aube du xixe siècle, à importer – en fraude – une mule-jenny66 ; il fut imité ensuite par les frères Réquillart. Ces grandes mécaniques (l’engin importé par Grimonprez comptait 216 broches avec 8 fuseaux se déroulant simultanément) furent donc à l’origine de la concentration industrielle : avec leur multiplication, on vit naître de grands ateliers de filature. Le tissage suivit et se développa (100 000 pièces en 1803) sans pouvoir toutefois résister à la concurrence anglaise.

  • 67 ADN, M 557/6. Les états de la situation des fabriques de draps et autres étoffes de laine dressés d (...)

39Roubaix fut touchée, en 1806, par sa première crise de surproduction dans le tissage du coton (d’où une baisse de 21 % de la production et de 25 % du nombre des métiers à bras et des tisserands). Mais les décrets protectionnistes de 1806 permirent le redémarrage et même un véritable boom cotonnier : de 1806 à 1808, la production augmenta de 40 % ce qui, selon le maire, fit disparaître l’industrie lainière de la ville67.

  • 68 Dû à l’augmentation du prix du coton à cause de la taxation des importations et de l’embargo améric (...)
  • 69 F V 1/146, Etat de situation des fabriques et manufactures de coton pendant les premier et deuxième (...)
  • 70 AN F/12/1581, lettre du Préfet du Nord au Ministre des manufactures et du Commerce, 14 mars 1812.
  • 71 Un état des ouvriers employés à Roubaix établi le 12 février 1811 indique pour les ouvriers tisseur (...)

40Dans les années qui suivirent l’accident conjoncturel de 180868, se succédèrent des périodes de très grosses difficultés et de très belles reprises, touchant diversement la filature, à la croissance plus heurtée, et le tissage, en légère progression et résistant mieux aux crises. Ainsi, la filature de coton fut particulièrement touchée en 1810-1811 : le nombre de broches (– 77,8 %), la production (– 71,6 %) et la main-d’œuvre (– 77,9 %) s’effondrèrent69. La reprise se fit dès le premier trimestre 1812, après l’interdiction de l’importation des marchandises anglaises70. Par la suite, la progression fut très irrégulière, années difficiles (1817-1818) et plus favorables (de 1819 à l’apogée de 1823-1826) se succédant. En revanche, si, en 1810-1811, la production de tissus, les effectifs et l’outillage diminuèrent très fortement71, les années suivantes furent celles de la croissance qui permit au tissage de retrouver son niveau antérieur en 1821.

  • 72 En 1806, 8 établissements représentaient moins de 100 ouvriers et 11 500 broches soit une moyenne d (...)

41La filature de laine disparut des statistiques jusqu’en 1833, laissant le coton dominer l’activité textile et ce pour plusieurs raisons : l’augmentation de la productivité de la filature en parallèle avec une élévation de la taille des entreprises72, la baisse des prix du tissu, le choix de la clientèle et le maintien du protectionnisme.

  • 73 Dans un contexte de hausse des prix alimentaires, cette crise fut profonde : les estimations de l’é (...)
  • 74 Il s’agit d’étoffes légères de laine peignée pour vêtements féminins.
  • 75 ADN, M 547/2-60, lettre de Mimerel au préfet, 16 septembre 1832.
  • 76 Selon J. Piat (1968), Pierre Degrendel introduisit la technique en 1824 ; il donne la date de 1831 (...)
  • 77 L’abaissement, cette même année, des droits sur la laine étrangère de 33 % à 22 % ad valorem contri (...)

42La croissance se poursuivit jusqu’en 1827, nonobstant les ralentissements de 1820 et 1823. A partir du premier trimestre de 1827 jusqu’au deuxième trimestre de 1831, la production de filés de coton s’effondra (- 94 %) ; le tissage, quant à lui, malgré quelques difficultés dès 1825, résista jusqu’en 1831, avec même un record de production en 1828. Les conséquences de cette crise cotonnière, due à l’atténuation de la mode des tissus de coton, furent multiples73 : en effet, sous la menace toujours vive de la concurrence anglaise et stimulée par l’adoption, en 1828, par Prus-Grimonprez du métier Jacquard pour la production des gilets, des stoffs74 et des damassés pour meubles et tentures, la fabrique opéra un retour vers la laine75 (en 1830, Ernoult et Dubois créèrent la première filature de laine cardée, mais son essor ne data que de 1840 et Pollet fonda la première filature de laine peignée avec métier de mule-jenny de 200 broches)76 et s’engagea, à partir de 183477, dans la diversification des étoffes (tissus fantaisie et tissus mélangés dont la technique venait d’être mise au point par Mimerel) aux dépens des nankins.

III. Croissance et puissance : l’onde roubaisienne

  • 78 Elle était située à l’écart des routes, l’absence d’eau constituait un réel handicap ; les premiers (...)
  • 79 M. Battiau, 1976.

43Si Roubaix, contre toute attente78, se développa si bien, c’est que la ville, comme d’ailleurs l’ensemble de la région, bénéficia d’un certain nombre de facteurs favorables, géographiques et humains79. Au lendemain du Congrès de Vienne, Roubaix se retrouva au cœur de la grande région textile du nord-ouest européen (de l’Angleterre à la Rhénanie et de la Hollande à la Normandie), nourrie, vivifiée déjà par le grand marché européen à l’époque de l’Empire.

44Le voisinage avec la Grande-Bretagne présentait un double avantage. D’abord, c’était un pays d’inventions techniques, où étaient construites les meilleures machines que les industriels, du fait de la proximité, importèrent en fraude, en dépit des prohibitions anglaises d’exportation, au début du xixe siècle. Ensuite, s’y trouvaient de grandes places de commercialisation des matières premières, tout particulièrement les laines d’Australie ou d’Argentine.

  • 80 Sans elle, l’industrie cotonnière gantoise eût été un réel concurrent.
  • 81 P. Lefevre, 1983. Ce n’est qu’après 1885 que le charbon local fut à même de concurrencer le charbon (...)

45Tout autant que la Grande-Bretagne, la Belgique offrait nombre d’atouts : l’industrie roubaisienne se développa à l’abri de la frontière depuis 181480. Surtout, les bassins houillers du Borinage et de Mons procuraient à une industrie lainière mécanisée, qui se développait grâce à la vapeur, le charbon que ne pouvait fournir le bassin minier de notre région, moins vite exploité81. Lieu de passage traditionnel pour les marchandises importées et exportées, la Belgique permettait aussi de faire jouer la concurrence entre Dunkerque et Anvers. Mais surtout la Belgique offrit ses hommes à l’industrie roubaisienne.

  • 82 Cette tradition impliquait aussi l’existence d’une catégorie de négociants, de marchands-fabricants (...)
  • 83 M. Battiau, 1976.

46Enfin, le Nord-Pas-de-Calais était riche d’hommes, héritiers d’un savoir-faire ancestral82. En revanche, Paris, guère éloignée, n’a pourtant joué de rôle que comme marché de consommation et de commercialisation et comme créateur de la mode. Aussi, l’essor de l’industrie textile dans le Nord-Pas-de-Calais au dix-neuvième siècle s’explique en bonne partie par un concours de circonstances […] La région du Nord-Pas-de-Calais n’avait pas une vocation « naturelle » à être une grande région textile. Ce sont des événements contingents qui ont redonné un lustre particulier à cette activité83.

Les hésitations de la croissance 1830-1850

  • 84 AN, F/12/6876, Statistique industrielle de la ville de Roubaix établie par Mimerel pour aider l’adm (...)

47En 1833, il y avait 9 filatures de laine peignée comprenant 78 métiers en fin de 216 broches soit 16 848 broches pour un chiffre d’affaires de plus de 1 638 000 francs et 51 filatures de coton, avec 738 métiers de 216 broches également soit 159 408 broches (parmi lesquelles les établissements Vernier-Delaoutre, Paul Defrenne, Mimerel et P. Wacrenier dont les produits en fils simples étaient les plus remarquables) qui faisaient un chiffre d’affaires de 6 248 400 francs. Sur les 60 filatures, 26 (avec 97 848 broches) étaient mues par des machines à vapeur, les autres l’étaient par manèges et à bras d’hommes. Au total, la filature employait 3 651 ouvriers84.

  • 85 Le chiffre d’affaires du tissage (laine et coton), selon Mimerel, s’élevait à 16 560 000 francs.

48Le tissage lui aussi progressait85 même si le tissage à la main résistait fort bien grâce à l’adaptation de la navette volante. Cet essor du tissage à bras se fit à la fois dans le cadre d’ateliers urbains et grâce aux métiers dispersés dans les campagnes. Dans son rapport de 1833, Mimerel écrivait : Roubaix compte 142 fabricants de tissus. Ils emploient ensemble 11 435 tisserands disséminés dans les campagnes 541 réunis dans les ateliers et exercent leur industrie sur des métiers à la Jacquart. […] Les ouvriers disséminés et qui ne quittent pas le foyer domestique, sont aux ouvriers enfermés dans les ateliers dans le rapport de 4 1/2 à 1.

49Le salaire des ouvriers disséminés est d’un tiers moins élevé que celui des ouvriers d’ateliers.

50Et cependant ces derniers manquent toujours et ne se recrutent que par les étrangers, tandis que les autres, quoique moins salariés sont toujours abondans.

51Chez les uns on ne rencontre que désordre et ignorance ; chez les autres, beaucoup plus de mœurs, plus d’instruction, surtout plus de désir d’en acquérir.

  • 86 AN. F/12/6876.

52Remarque consolante, puisqu’elle prouve le prix que l’homme attache à la liberté, et surtout aux bonnes mœurs de la famille que la nature lui a confiée86.

  • 87 Selon G. Teneul (1962), il ne restait que 10 filatures de coton en 1840. Cela se traduisit par une (...)

53Vers 1840, le nombre des tisserands à bras à Roubaix et dans sa banlieue était encore de l’ordre de 10 000. En 1839, la ville fabriqua entre 5 et 6 millions de mètres de tissus de coton et autant de tissus de laine pure ou de laine mélangée. De 1839 à 1842, la transformation de certaines filatures de coton en filatures de laine longue peignée87 se poursuivit parallèlement à une amélioration technique des autres. Après les ralentissements de 1837 et de 1839, la prospérité éclaira de nouveau la cité textile qui désormais évitait une trop grande spécialisation. Au total, la croissance de la production fut donc continue.

  • 88 Nous avons vu nos magasins s’encombrer et nos acheteurs habituels nous dire qu’ils attendaient de s (...)
  • 89 Ainsi l’Association pour la liberté des échanges, J.-P. Hirsch, 1991.

54La crise du milieu du siècle, crise de structure, fut donc d’autant plus sensible à Roubaix. Depuis 1846, les fabricants vivaient dans la crainte d’une crise de surproduction et en rendaient responsables la concurrence étrangère (l’« ennemi » britannique étant bien sûr le premier visé)88 et les partisans très actifs du libre-échange89. Pour combattre la mise en œuvre de ce système, ils créèrent très vite un comité roubaisien qui travailla en étroite relation avec le comité national de l’Association pour la défense de la production nationale et vota une contribution fixée à 5 % de la patente pour aider à la lutte. Sauvés du libre-échange par la Révolution de février 1848, les industriels de Roubaix n’échappèrent pas à la grande crise de sous-consommation des années 1846-1848.

  • 90 Mimerel, Exposé de la situation manufacturière de Roubaix, juin 1848, copie ADN, M 547/6.
  • 91 AMR, F V 2/35 et/37, M. Raman (1968) et Léon Machu (1956).

55Le ralentissement de la production de tissus en 1846 fut sans commune mesure avec l’année calamiteuse de 184790 : sur les 13 000 ouvriers textiles de la ville et des communes environnantes, 4 800 chômèrent dès février, 8 000 début mai 1847 ; pour les autres, la crise se traduisit par une réduction du temps de travail (les fileurs travaillèrent 4 jours en moyenne par semaine), une diminution généralisée des salaires moyens qui ne toucha d’ailleurs pas la seule activité textile : la baisse put atteindre, entre 1843 et 1847, 50 % comme par exemple pour les tisserands91.

  • 92 A l’origine du marasme se trouvaient l’hiver peu rigoureux qui ne permit guère d’écouler les stocks (...)

56Dans un contexte de crise généralisée en Europe, la situation de la ville en 1848 ne fut pas meilleure et 3 100 familles, soit la moitié des 30 000 habitants, furent secourues. Le tissage fut particulièrement touché : les contemporains en eurent une conscience d’autant plus aiguë que le nombre d’entreprises, et donc de chômeurs, était grand. Après une certaine reprise en 1849, un nouveau ralentissement fut constaté en 1850, annonciateur de la dépression du début 185192 ; le retour à l’ordre intérieur permit la reprise générale des affaires.

  • 93 ADN, M 547/6.

57Il y eut donc, au milieu du siècle, une crise industrielle, due surtout à la hausse des matières premières, aggravée par la crise agricole apparue avant même le début des difficultés politiques qui eurent raison de Louis-Philippe, une crise de structure qui toucha tout spécialement le secteur du tissage encore fort rural, plus dispersé. Pourtant, l’analyse qu’en fit le Président de la Chambre Consultative de Roubaix était un peu différente, nettement plus politique : selon Mimerel, en effet, le coupable c’était l’ouvrier qui après un long désœuvrement, préfère trop souvent le pain de la pitié, acquis gratuitement, à la vie aisée que le travail lui procurait autrefois. L’occupation qu’on lui présente, on le voit souvent la refuser. Vivre pauvrement et dans la fainéantise paraît un droit aussi incontestable et plus pratique que le droit au travail resté sans sanction. Face à une telle interprétation, il ne faut donc pas s’étonner des solutions proposées : ne plus exciter l’ouvrier contre ses chefs, laisser se rétablir une hiérarchie paternelle et tutélaire qui est dans la nature des choses et établir un protectionnisme rigoureux93.

  • 94 ADN, M 653/22 dossier no 4 de 1845.
  • 95 L’incendie ayant aussi totalement détruit la filature de Paul Bossut, située de l’autre côté de la (...)

58Cette crise accéléra le processus de concentration technique amorcé dès 1840 (cf. Tableau I.1) : ainsi, la filature de laine Delannoy frères employait, à elle seule, 700 ouvriers94. Quant à la filature du coton, elle était dominée par l’« usine-monstre » Motte-Bossut : fondée en 1843 et équipée de métiers renvideurs self-acting dotés chacun de 700 broches, elle comptait 20 000 broches ; reconstruite après l’incendie de 1845, elle avait 40 000 broches l’année suivante, 70 000 en 1862, soit alors environ 40 % de la capacité de la filature de coton de la cité, et 120 000 en 1863. Lors de l’incendie de 1866, le préfet écrivit : En peu d’instants, cet atelier appelé l’atelier monstre qui ne comptait pas moins de 80 000 broches était envahi par les flammes95.

Tableau I.1. Filatures à Roubaix au milieu du XIXe siècle

Tableau I.1. Filatures à Roubaix au milieu du XIXe siècle
  • 96 ADN, M 653/22.

59La tendance à la concentration était identique dans le tissage et ce, avant même la crise. Un état de 1845 permet de connaître 146 des 157 tissages roubaisiens (cf. Tableau I.2) ; 3 comptaient plus de 500 ouvriers : c’étaient les tissages Lagache (500), Veuve Lefebvre (580) et surtout Wibaux-Florin (955)96.

60Le tissage l’emporta même sur la filature de laine par les effectifs ouvriers (24 786), par le pourcentage d’établissements de plus de 200 ouvriers mais le nombre moyen d’ouvriers de tissage n’était que 158 contre 175 pour la filature.

  • 97 Due autant à la spéculation internationale sur les matières premières qu’à la surproduction, elle p (...)

61C’est donc une croissance réelle rythmée par quelques crises caractéristiques de l’économie libérale du xixe siècle que connut la cité textile ; ces crises cycliques (1808, 1811, 1827, 1847), crises de croissance, furent d’autant plus sévères qu’elles touchèrent, comme celles de 1811 et des années 1840, à la fois la filature et le tissage dont la progression fut cependant plus régulière. Celle de 1847 qui eut aussi des origines politiques fut la première grande crise internationale97.

  • 98 AMR, F Ia/9. Pour les problèmes posés par les non-actifs, voir Yves Lequin, 1977.
  • 99 Dans le Rhône, ils représentent 15,32 % des actifs masculins, ibidem. Il est vrai qu’il s’agit là d (...)
  • 100 F.-P. Codaccioni, 1956.

62La répartition de la main-d’œuvre par grandes catégories (agriculture, grande industrie, petite industrie ou marchands, professions libérales, domesticité et divers) figure dans le recensement de 185198. Dans l’ensemble, les résultats montrent le poids de la grande industrie : les ouvriers de sexe masculin représentaient 19 % de la population totale et 49,3 % de la population masculine active, pourcentage très élevé par rapport à la moyenne nationale (5,19 %), mais aussi bien plus fort que dans certains départements industrialisés99. A Lille, pour une population estimée en 1846 à 75 430 habitants, il y avait, en 1848, environ 20 000 hommes et femmes travaillant dans le textile, soit plus du quart de la population totale100 ; l’importance de ce secteur était encore plus grande à Roubaix puisque, en 1851, l’ensemble des ouvriers textiles constituait plus du tiers de la population totale et 56 % des actifs.

Tableau I.2 Tissages à Roubaix au milieu du XIXe siècle

Tableau I.2 Tissages à Roubaix au milieu du XIXe siècle

L’âge d’or 1851-1913

** A la ville natale
Dans le triste décor de tes murailles noires,
Sous cet épais brouillard de suie où ton ciel meurt,
Et qu’emplit le travail d’une longue rumeur,
Tu frémis, volontaire et promise à la gloire.
Ville énorme, grand corps aux vertèbres de fer,
Ton sol, pareil aux durs rochers que bat la mer,
Tremble au trépidement des machines brutales ;
O cité, ton renom s’étend à l’univers, Et je veux exalter ta grandeur en mes vers,
Ville des artisans, ô ma ville natale !
extrait du poème composé par l’industriel Amédée Prouvost
(1877-1909).

63A la croissance modérée succéda, à partir du milieu du siècle, une croissance accélérée et de nouvelles transformations opérèrent une métamorphose du paysage industriel roubaisien : la nouvelle phase de l’industrialisation du « Manchester français » se manifesta par une accélération de la mécanisation et de la concentration, par le retour de la laine au premier plan après un éphémère équilibre avec le coton et par l’affirmation de la dimension mondiale de la métropole lainière.

1851-1872, à la conquête des marchés

  • 101 AMR, F Ia/9.
  • 102 ADN, Annuaire Ravet-Anceau, 1853, p. 71.

64Le recensement de 1851 répertoriait à la rubrique grande industrie ou manufacture (fabrication des tissus de coton, de soie, de laine, de lin et chanvre, de poils et de crins) 702 entreprises employant 12 562 ouvriers101. Roubaix, en 1853, se targuait de ces monstrueuses filatures, de ces nombreuses teintureries, ces remarquables fabriques de tissus […] qui rivalisaient avec les produits de tissage des centres les plus renommés ; enfin de ces grandes maisons de commission qui répandent dans le monde entier les articles de la fabrique roubaisienne, ses riches étoffes de laine, ses belles tentures, ses châles, ses nouveautés si gracieuses et si recherchées, ses gilets et robes d’un point si exquis, voire même ses pantalons de coton que leur bon marché rend accessibles à toutes les bourses102.

  • 103 En même temps que les Alsaciens Heilman et Hubner, Isaac Holden mit au point une peigneuse mécaniqu (...)
  • 104 Selon ses affirmations, il fut le premier à introduire, en 1851, le peignage mécanique à Roubaix ; (...)
  • 105 K. Honeyman, 1985.
  • 106 Du début à la fin du troisième trimestre de l’année 1859, le nombre de tissages mécaniques passa de (...)
  • 107 Ce nombre est à rapprocher du combat mené par la Chambre Consultative de Roubaix pour le creusement (...)

65Une vague de perfectionnements techniques déferla à partir de 1850 : la mise au point de la peigneuse mécanique103 (utilisée à Tourcoing dès 1847) assura le retour définitif de la laine. En peu d’années, la machine, qui permettait de peigner les laines fines à fibres courtes comme le mérinos, fut adoptée par plusieurs industriels : Allart-Rousseau, Amédée Prouvost qui développa cette technique sur une grande échelle104 ou Isaac Holden qui installa, en 1852, son peignage à Croix105. Louis Scrépel, le premier, dans sa filature de laine, en 1860, remplaça ses mule-jennies par les premiers renvideurs. Le tissage mécanique commença aussi à se diffuser au milieu du siècle106 ; le traité de Libre-Echange contraignit d’ailleurs largement les industriels à adopter cette innovation, même s’il fallut attendre les années 1870 pour observer une concentration des ouvriers dans les usines de tissage. La reprise favorisa donc le renouvellement de l’outillage et la généralisation de la machine à vapeur (la presque totalité des 30 machines à vapeur en activité à Roubaix se trouvait dans la filature)107.

  • 108 Fondée en 1811, elle créa, en 1821, une filature de coton qui, en 1846, remplaçait son ancien matér (...)

66La mécanisation du peignage impliquait aussi la nécessité pour le tissage d’accroître sa productivité ; elle eut pour conséquence une concentration et une intégration des entreprises (exemple la firme Dillies Frères qui, avec 800 ouvriers, accomplissait le cycle complet du travail de la laine) à Roubaix et aux alentours. C’était pourtant dans la filature que la concentration était la plus forte, par exemple la firme Wibaux-Florin108.

  • 109 ADN, M 653/24.
  • 110 Journal d’Amiens, 6 août 1865.

67La réputation des productions de Roubaix en fit la capitale incontestée des tissus façonnés, la plaçant loin devant les autres villes textiles qu’étaient Sedan, Reims ou Rouen et lui permettant, en 1856, de faire travailler 70 000 ouvriers depuis Saint-Quentin jusqu’à Bailleul109. Dix ans plus tard, on pouvait lire dans le Journal d’Amiens, un article de Vulfran-Mollet évoquant les nombreux métiers que les manufacturiers de Roubaix viennent louer et faire marcher pour eux jusque dans la banlieue d’Amiens110.

  • 111 Pour la décennie 1850-1859, Claude Fohlen (1956) utilise même le terme de « Belle Epoque » pour Rou (...)
  • 112 ADN, M 653/27 et M. Raman, 1968.

68Au cours de cette période de croissance, la cité échappa à la crise de 1857 (le ralentissement fut circonscrit au seul quatrième trimestre). Malgré toutes les craintes suscitées par la conjoncture politique internationale, c’est bien d’essor dont il faut parler pour ces années du Second Empire111 : sur la base 100 des années 1810-1833, l’indice de la production de pièces de tissus passa de 372 en 1850 à 1 360 en 1861 du fait de l’extension rapide du métier mécanique qui remplaça le métier à bras et le chiffre d’affaires de la fabrique de laine qui était de 50 millions en 1850 s’élevait à 125 millions en 1869112.

  • 113 Mimerel, industriel, sénateur et président de l’Association pour la défense de la production nation (...)

69Le combat du libre-échange s’inscrivit dans ce contexte de prospérité générale mais l’Empereur resta sourd aux appels de la Chambre Consultative qui lui adressa, en 1857, une prière éloquente : Sire, vous nous avez débarrassé de la lèpre républicaine. Délivrez-nous de cette autre lèpre appelée libre-échange et socialisme. La nouvelle du traité de commerce franco-anglais de 1860 jeta la consternation dans les rangs du patronat, d’autant plus surpris qu’il avait cru l’avoir emporté l’année précédente, lorsque Rouher avait écrit à la Chambre de commerce de Lille pour l’informer de ce que le gouvernement ajournait l’enquête et par cela même la solution de la question de retrait de la prohibition113.

  • 114 Elle fut d’autant plus vive que Roubaix accusait un réel retard en matière de tissage ; la mécanisa (...)
  • 115 Th. Leuridan, 1863.

70En face de ce « coup d’état commercial », il ne restait donc aux industriels roubaisiens qu’à affronter la concurrence anglaise114 et, pour s’y préparer, ils firent voter par le conseil municipal une aide qui permit à la Chambre Consultative de Roubaix de se procurer pour les étudier 82 coupes de tissus anglais (des orléans noirs et fantaisie), 15 coupes de tissus belges (brésiliennes, orléans façonnés, gros de Berlin, russell-cords et gros grains achetés à Bruxelles)115.

  • 116 Certains patrons avaient, quant à eux, choisi de faire travailler les tisserands sur deux métiers, (...)
  • 117 ADN, M 547/14.
  • 118 Tous n’avaient d’ailleurs pas réagi de la même façon, certains avaient choisi le libre-échange, J.- (...)

71En dépit de cette saine réaction, les industriels se plaignirent de la conjoncture et, en 1862, ils imitèrent l’industriel Mazure-Mazure qui, le premier, avait diminué les salaires116. Pourtant, un état statistique des chômeurs indiquait, à la date du 6 février 1862, 226 chômeurs sur 23 222 ouvriers117. D’autres statistiques prouvent que, s’il y eut ralentissement en 1862, il fut de toute manière compensé – et largement – par le boom de l’année suivante, résultant surtout de la hausse de la fabrication de tissus. L’alarme de 1860118 était en fait sans fondement. Ainsi, le peignage poursuivit sa croissance passant d’une entreprise employant 180 ouvriers en 1856 à 9 établissements pour 1 800 ouvriers en 1869.

  • 119 Les plus grandes entreprises cotonnières en fait résistèrent assez bien à la crise grâce à leur équ (...)

72La laine se sortit d’autant mieux de ce moment délicat que le secteur cotonnier connut quelques difficultés pendant la « famine du coton »119, ce qui permit, à terme, un rééquilibrage du nombre de broches des deux secteurs.

  • 120 Ce fut d’abord la faillite frauduleuse de la banque Joire en juillet 1866 puis au mois de janvier s (...)
  • 121 ADN, M 655/11, 13 avril 1867.
  • 122 Il ne cessa de réclamer des crédits supplémentaires à la municipalité : ainsi lors de la séance du (...)

731867 fut une nouvelle année difficile : le prix de la matière première baissa, le marché américain se ferma, une grande crise de surproduction d’étoffes de coton s’abattit sur le monde industrialisé, de mauvaises récoltes furent enregistrées en 1866 et 1867 sans compter quelques faillites de banques lilloises qui menacèrent certaines entreprises roubaisiennes120. La crise fut profonde : 1 500 ouvriers quittèrent la ville pendant le premier trimestre 1867121 ; environ 5 000 des 20 000 ouvriers se trouvaient au chômage et le Bureau de Bienfaisance n’était plus capable, dès la fin de juillet, de distribuer les secours nécessaires122.

  • 123 L’industrie de la filature de la laine est dans un état d’extrême souffrance, 25 novembre 1867, rap (...)
  • 124 Le nombre des métiers baissa de 28 % entre le dernier trimestre 1866 et le deuxième trimestre 1867.
  • 125 Patrons et ouvriers, réunis à la mairie le 18 mars, conclurent un accord qui offrait à l’ouvrier le (...)
  • 126 Cette baisse se fit en deux temps : une réduction de plus de 63 millions pour l’année 1866 due à un (...)

74La filature, surtout, fut atteinte123 ; le tissage mécanique subit lui aussi un ralentissement124 : plutôt que de fermer une partie de leurs ateliers ou de baisser les salaires, certains fabricants imaginèrent de faire travailler les tisserands sur deux métiers ce qui provoqua un premier incident le 22 février 1867 puis une véritable émeute le 16 mars125. Dans le même temps, le tissage à main connut lui aussi une réduction de l’ordre de 13 %, d’autant plus sensible qu’elle faisait suite à la baisse intervenue sous le Second Empire. La Chambre Consultative faisait état d’un chiffre d’affaires de 83 millions seulement pour 1867, soit une perte de 107 millions par rapport à 1865126.

  • 127 ADN, M 653/34.
  • 128 Enquête parlementaire sur le régime économique, p. 313.
  • 129 Lettre de la Chambre Consultative des Arts et Manufactures de Roubaix, décembre 1867, AN, 45/AP/23.

75Pourtant, dès février 1868, la reprise s’amorçait : les patrons réembauchaient et les tisserands revendiquaient des augmentations de salaires en se fondant sur la reprise des affaires et sur ce qu’on avait depuis cinq à six mois baissé le prix des façons sous le prétexte que les affaires n’allaient pas127. Toutefois, la fabrique roubaisienne de tissus mélangés, paralysée par la concurrence des articles de Bradford était en état de détresse128. Les patrons optèrent donc pour les tissus de pure laine tout en réclamant l’abolition du traité de 1860. La lettre envoyée par la Chambre Consultative des Arts et Manufactures au Ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics ne disait pas autre chose : Nous voyons se produire à Roubaix un fait très significatif et qui accuse des difficultés réelles, c’est que le nombre des industriels qui ont liquidé leurs affaires depuis 1861 est de 67 dont 34 depuis un an les uns y ont laissé leur fortune ; les autres ont réalisé ce qu’ils possédaient abandonnant ainsi la lutte129.

  • 130 Rapport sur la fabrique de Roubaix par la Chambre de Commerce de Lille, ibidem.
  • 131 Copie de la pétition, adressée par le préfet au Ministre, ibidem.
  • 132 Lettre de la Chambre Consultative des Arts et Manufactures de Roubaix, décembre 1867, ibidem.

76Dans ces conditions, les filateurs tant en leur nom qu’en celui des tisseurs et d’une foule d’autres fabricants et ouvriers exprimaient le vœu que ne fût pas renouvelé, en 1870, le traité avec l’Angleterre : les effets de ce traité, s’il est renouvelé dans les mêmes conditions, menacent de devenir désastreux pour la France, au point de vue de sa richesse, c’est-à-dire de sa puissance, et aussi au point de vue du bonheur d’une grande partie des ouvriers130. Une pétition demandant à l’Empereur l’abrogation du traité fut d’ailleurs signée par les ouvriers de Roubaix131. La Chambre Consultative demandait également la dénonciation en temps utile du traité132.

  • 133 La demande en avait été faite dès 1865 par la Chambre Consultative pour faciliter l’escompte commer (...)

77Depuis le 11 décembre 1871, Roubaix disposait d’une succursale de la Banque de France133 qui symbolisait bien l’entrée du textile roubaisien dans un cycle dominé par la spéculation autant que par la production et traduisait la moindre méfiance du patronat vis-à-vis du système bancaire auquel il avait dû, il est vrai, recourir pour faire face aux investissements rendus nécessaires par le traité de 1860.

78Quand s’acheva ce premier mouvement cyclique (1851-1872), la physionomie de la fabrique s’était bel et bien affirmée : avec l’essor du peignage mécanique, son éventail d’activités était complété ; la filature de laine, s’orientant de plus en plus vers les tissus de pure laine, domaine dans lequel elle était mieux à même de rivaliser avec l’Angleterre, participait pleinement à la modernisation générale (à côté de la mule-jenny pour les laines fines et courtes se développa l’usage du nouveau métier continu pour les laines longues et brillantes). Roubaix était donc une ville en pleine transformation, elle était devenue une ville industrielle avec ses cheminées d’usines, son habitat ouvrier, mais aussi ses manifestations ouvrières. Il lui restait à devenir « la » métropole lainière française.

1872-1892 la consolidation des acquis

  • 134 G. Teneul, 1962. Voir J.-C. Daumas, 2000.
  • 135 On peut ajouter la naissance en 1892 de la Société industrielle et commerciale de Roubaix, annexe d (...)

79Roubaix échappa en grande partie à la grande dépression comme elle échappa aux conséquences néfastes de la guerre de 1870-1871. L’activité reprit dès 1872, resta florissante jusqu’en 1876 et, après les mauvaises années 1878-1879, les affaires retrouvèrent leur dynamisme. Au cours de cette fin de siècle, Roubaix devint à la fois un grand marché de laines peignées, une place de tissage mécanique et une ville industrielle moderne où, promu par l’intégration verticale, surgit, après 1870, l’« industriel peigneur-filateur-tisseur-teinturier »134. Enfin, la ville se dota d’instruments adaptés à sa domination. L’année 1872 fut marquée par la création (aussi symptomatique d’une certaine façon que l’installation de la succursale de la Banque de France) de la Chambre de Commerce à la place de la Chambre Consultative des Arts et Manufactures135. Il fallut attendre 1876 pour que fût fondée la Bourse de Commerce et 1883 pour la création d’un marché à terme de laines peignées, le seul de France, qui rivalisa très vite avec ceux de Londres et d’Anvers.

  • 136 43 filatures soit 257 930 broches à filer et 28 730 à retordre (AMR, F V 6/230) ou 42 filatures (so (...)
  • 137 AMR, F V 7/60, 1873, Rapport annuel, titre 20, section 1. Industrie et Commerce.

80La ville comptait, en 1872, une quarantaine de filatures de laine136. Le tissage des étoffes a été la cause première, on pourrait dire unique, de la prospérité de notre ville. C’est le tissage qui a porté le nom de Roubaix dans les contrées les plus reculées du globe ; c’est lui qui a donné naissance à toutes les industries qui en sont la conséquence naturelle et notamment à ces immenses filatures, à ces ateliers de teinture, d’apprêts, etc., qui sont la gloire de notre cité. […] Les tisseurs étaient, en 1873, au nombre de 147. Ils possédaient ensemble 32 293 métiers dont 8 960 travaillant mécaniquement et 23 333 travaillant à la main. Ces puissants moyens de production donnaient la vie à 11 principales filatures de coton, possédant ensemble près de 350 000 broches et à 41 principales filatures de laine possédant 256 500 broches à filer et 284 000 broches à retordre. On comptait, en outre, un certain nombre de filatures de lin, de soie ou de coton et de laine annexées à d’autres établissements137.

  • 138 AMR, Rapport du Maire 1892, p. 359.

81En 1878, s’installa à Roubaix la première fabrique sur métier mécanique d’un tissu de pure laine. Dès 1880, la ville régnait, en maître incontesté, sur le peigné léger et les draperies genre anglais, rendant ainsi la qualité pure laine accessible au plus grand nombre. Le peignage poursuivit son essor : le nombre des métiers augmenta de 27 % entre 1878 et 1892. La modernisation de la filature de laine s’acheva avec l’adoption du métier continu ; en 1892, Roubaix comptait 5 filatures de laine cardée en plus des 28 filatures de laine peignée138.

  • 139 94 tisseurs à la main, 53 tisseurs mécaniques dont 8 tissant aussi à la main, 7 travaillant à façon (...)
  • 140 Le rapport du Maire de 1892 (AMR, Rapport du Maire 1892, p. 359) indique : 59 fabricants faisant ti (...)
  • 141 Les conséquences furent aussi importantes pour les populations des communes qui travaillaient à faç (...)

82Lentement, le tissage continua son développement surtout grâce au tissage mécanique : en 1873, le tissage à bras représentait les deux tiers de métiers139 ; en 1884, sur les 95 tissages (tant de laine, coton ou soie) que comptait la ville, plus de la moitié étaient encore uniquement à bras ; le tissage manuel n’avait pas complètement disparu à la fin du siècle140. Ce mode de tissage n’en finit donc pas de décliner, entraînant surtout la disparition progressive du tissage saisonnier à la main qui concernait avant 1850 jusqu’à 11 000 tisserands à la morte saison141.

  • 142 M. Raman, 1968.
  • 143 AMR, F V 8/106.
  • 144 ADN, M 572/17, rapport du commissaire central de Roubaix au Préfet, 20 janvier 1891.

83Dans le même temps, le coton qui avait dû, à cause du succès des peignés légers, s’orienter vers de nouveaux tissus (le velours par exemple), continua sa régression, avec une baisse de 42 % du volume d’outillage et de 49 % du volume produit de 1874 à 1890142. En 1889, 6 601 fileurs (dont 70 % pour la seule laine), 3 638 peigneurs et 10 780 tisserands étaient employés par la fabrique de Roubaix143. Le nombre moyen d’ouvriers par entreprise, indice des besoins en main-d’œuvre, progressait alors même que le travail sur 2 métiers, malgré l’opposition des ouvriers, était en train de l’emporter. Les nouvelles grèves de 1890 n’empêchèrent nullement la belle prospérité affichée la même année144.

  • 145 ADN, 79 J, Archives de la Chambre de Commerce, séance du 11 décembre 1872, t. 4. Les membres de la (...)

84Roubaix devint aussi le grand centre international du négoce de la laine : la modernisation technique se traduisit, en effet, très vite par la progression des besoins en matières premières. Si, jusqu’en 1850, la production métropolitaine garda une grande place, la tendance se renversa par la suite ; les laines importées restèrent, jusqu’en 1855, surtout européennes (hollandaises, irlandaises ou anglaises). Il fallut ensuite étendre les zones d’approvisionnement. De nouveaux producteurs de laine étaient apparus au milieu du siècle : le Moyen-Orient, l’Argentine (les premières laines en provenance de La Plata arrivèrent en 1855 chez Toulemonde-Destombes et en 1856 chez Amédée Prouvost), l’Afrique du Sud, l’Australie (les premières chez Toulemonde-Destombes en 1851 et en 1858 chez A. Prouvost, mais l’essor fut surtout consécutif à l’ouverture du canal de Suez). Masurel Fils importa même des laines du Maroc en 1854. Cette multiplication des producteurs permit une diminution des cours dont profita le secteur lainier. La Chambre de Commerce notait que la ville est en première ligne une place de production, mais elle tend à devenir autant ville d’entrepôt que de production145.

  • 146 Ces liens tissés avec l’étranger sont tels que plusieurs pays installèrent des délégations consulai (...)
  • 147 Voir J.-P. Daviet, 1987.
  • 148 Il s’agit du récépissé (mentionnant la nature, le poids, l’origine de la marchandise) fourni à l’in (...)

85Roubaix traita directement avec les pays producteurs à partir de 1866 quand la firme Jules Desurmont fonda à Buenos-Aires la maison d’achat de laines destinées à Roubaix-Tourcoing146. Pour éviter l’immobilisation des capitaux – il fallait en effet payer en quelques semaines la tonte de l’année –, les marchés à terme furent développés147, puis, en 1888, le patronat créa la Caisse de Liquidation et de Garantie des opérations à terme sur les marchandises de Roubaix-Tourcoing. La ville se dota aussi de Magasins Généraux pour entreposer les marchandises ce qui permit aux industriels d’augmenter la surface utile de leurs usines ; en outre, les marchandises purent dès lors être achetées et les produits vendus en fonction de la conjoncture des prix. Les Magasins Généraux fournirent, en plus, une facilité commerciale et financière grâce au warrant148. La métropole lainière disposait donc de tous les atouts pour affronter la fin de siècle.

1892-1913, les incertitudes de la fin de siècle

  • 149 La crise se traduisit aussi par une chute du chiffre d’affaires des tissages : 345 millions de fran (...)
  • 150 25 % dans le peignage, 19 dans le tissage et 13 dans la filature de laine, ADN, M 572/21, Etat de l (...)

86La grande dépression passée sans dommages, Roubaix eut pourtant à souffrir de crises lainières, en 1892, 1897 et 1900, dues au climat d’incertitude, néfaste aux affaires. Les origines de ces crises furent multiples : la qualité de la laine n’était plus la même alors que l’élevage des moutons s’orientait vers la boucherie ; la spéculation s’intensifia, entraînant la fluctuation et même, en 1900, la suppression des cours du peigné149. De plus, le protectionnisme triomphant restreignit les marchés. Roubaix était également plutôt spécialisée dans les laines fines, alors que les consommateurs recherchaient avant tout des tissus faits de laines croisées communes et cardées. Dès lors, le chômage réapparut dans la cité, touchant, peu ou prou, tous les secteurs mais plus particulièrement le peignage150.

  • 151 Avec 29 141,7 tonnes exportées en 1889 et 46 737 en 1899, l’indice de l’expédition des tissus passa (...)
  • 152 Il y avait, outre quelques signes d’essoufflement, des problèmes structurels : concentration insuff (...)

87En revanche, la production des tissus restait fort impressionnante151 même si, après 1899, année exceptionnelle, le rythme se ralentit. La croissance annuelle du peignage et du tissage fut presque nulle : en 1892, 33 658 tonnes de tissus furent expédiées, en 1913 le tonnage s’élevait à 42 267 (soit plus 1,2 % par an de 1892 à 1913), le conditionnement des laines peignées progressant alors d’un peu plus de 1,5 % par an. La prospérité fut cependant entamée par la récession de 1908 et par les difficultés passagères de 1911152 alors que les années 1912-1913 furent de nouveau florissantes. La Belle Époque, à Roubaix, fut plutôt marquée par un palier dans la croissance.

  • 153 G. Sayet, 1911.
  • 154 Elle est aussi illustrée par la longue liste des entreprises roubaisiennes installées à l’étranger  (...)
  • 155 Situation industrielle et commerciale de la circonscription de la Chambre de Commerce de Roubaix, s (...)

88On fait, à Roubaix, à peu près tout en matières de tissus : draperie, nouveautés et fantaisies, de tous genres, en pure laine, en tout coton ou en laine et coton mélangés, pour hommes, femmes et enfants. Articles de coton en tous genres, teints, écrus, spécialités pour pantalons et gilets, satins de Chine, noirs ou en couleurs, flanelle, doublures, pachas, tartans, articles de confection pour hommes et pour femmes, robe classique et fantaisies nouveautés ; étoffes pour chaussures ; velours, velvets, guipures, reps et cretonnes moulinées ; tissus pour ameublement, tapisseries, soieries, velours, tapis de pieds, tapis de table en jute, coton et soie, portières, couvertures de laine et de coton, bonneterie, toiles à bâche et sacs, toile d’emballage, feutres, tissus tout coton en toile et croisé spécialement destinés aux colonies françaises153. Rien ne peut mieux traduire l’exceptionnelle réussite textile de Roubaix154 que ce tableau dressé, en 1911, lorsque la ville accueillit l’Exposition Universelle du Nord de la France, symbole de son expansion passée et présente. 5 peignages, 18 filatures de laine peignée, 6 filatures de laine cardée, 13 filatures de coton, des fabriques de tissus... et quelque 48 000 ouvriers de l’industrie textile et de ses annexes : tel est, en 1913, au cœur d’une région industrielle, le textile roubaisien155.

IV. L’accompagnement économique

Une campagne résiduelle

  • 156 Roubaix se trouve dans la zone du bonnier de Lille dont la valeur est 1,4176 ha, Cl. Petillon, A. D (...)
  • 157 Selon le plan dressé en 1871, Roubaix devait céder à Croix 67 ha 65 a en échange de 53 ha 22 a, de (...)
  • 158 ADN, P 33/1134 cadastre de 1828, P 33/1139 cadastre de 1847, AMR, F V/196 pour 1862, F V6/137 pour (...)
  • 159 ADN, P 33/1134, P 33/1139 et P 33/1195.

89Penser à Roubaix autrement qu’en terme de ville industrielle peut surprendre et pourtant, au xixe siècle, l’agriculture n’avait pas totalement disparu. La distinction Roubaix-bourg Roubaix-campagne était au xviiie siècle inscrite dans le paysage. Selon le Magistrat, l’ensemble de la paroisse s’étendait, en 1750, sur 888 bonniers 12 cents soit 1 259 hectares156. Au xixe siècle, la superficie totale ne fut pas immuable du fait des échanges de portions du territoire communal, par exemple avec Croix157. Mais la superficie agricole, stable au xviiie siècle, se réduisit comme peau de chagrin au siècle suivant (de 1 170 ha en 1828 à 645 ha en 1892)158 à cause de l’urbanisation, de la concentration usinière ainsi que de la construction de certaines infrastructures (voie ferrée, canal) ou de la volonté, apparue sous le Second Empire, de doter la ville d’un jardin public, le parc Barbieux, établi à la limite sud de la ville, dans un secteur alors encore fort agricole. La surface bâtie ne cessa de grignoter l’espace : 46 hectares bâtis en 1828, 95 en 1847 et environ 350 en 1884159.

  • 160 Ces fermes, propriétés de la princesse de Guemenée, sont bien connues par le document établi lors d (...)
  • 161 AMR, F V 9/18, p. 18.

90On connaît la taille de la centaine d’exploitations qui existaient sous l’Ancien Régime : les plus grandes dépassaient 15 bonniers (22 pour la cense de la Grande Vigne, 20 pour la ferme et brasserie du Seigneur, 19 pour la cense de Beaurewaert, 18 pour la cense du Fontenoy)160. Il s’agissait d’exceptions, le morcellement des exploitations l’emportait puisque la très grande majorité des fermes avaient entre 2 et 6 hectares. Un siècle plus tard, la réduction de leur nombre n’avait pas modifié la situation : en 1892, 40 % des 32 exploitations avaient moins de 5 hectares, la plus grande ne dépassait pas 31 hectares161.

  • 162 Sans doute étaient-ils des travailleurs textiles à temps partiel : les ouvriers hors du bourg, ceux (...)
  • 163 AMR, H 1 f° 5 r 6 r.
  • 164 N’ont été considérés comme professions de la terre que cultivateur, censier, fermier, horticulteur, (...)
  • 165 Le fabricant était seulement imposé sur la superficie de terrain sur laquelle était bâtie son entre (...)

91Quant à la population agricole, la difficulté majeure pour l’évaluer, au xviiie siècle, tient à la catégorie des « journaliers » dont on ne peut savoir de manière certaine s’ils étaient essentiellement des travailleurs de l’agriculture, ou avant tout des ouvriers textiles162. Le dénombrement de 1764 recense 7 ménages de fermiers, 10 de censiers et 110 d’occupeurs, soit 10 % des mentions professionnelles précisées. Le questionnaire de l’an VI fournit la liste des 96 cultivateurs163. Pour les années 1740-1819, les mariages des hommes appartenant au monde de l’agriculture164 représentaient 8 % des unions, mais 10 % en 1740-1769 et seulement 6 % pour les années 1800-1819. Dès le xviiie siècle donc, les paysans ne constituaient plus qu’une minorité de la population active alors même qu’ils étaient surchargés fiscalement. Ils ne cessaient d’ailleurs de se plaindre d’avoir à assumer à eux seuls la plus grande part des charges fiscales calculées sur la terre165, alors que, dans le même temps, ils ne profitaient pas des dépenses qui ne concernaient que le bourg : les carillonneur, organiste, horloger… de l’église Saint-Martin rétribués par la ville représentaient, à leurs yeux, des dépenses superflues puisqu’ils n’assistaient pas forcément à la messe dans cette église ; payer pour le crieur de nuit – qui ne sortait pas du bourg – était aussi inutile que de financer le logement du maître d’école puisqu’ils versaient déjà l’écolage pour leurs enfants. Les paysans prétendaient aussi que les crises de la fabrique privaient de pain les ouvriers du bourg et que, dans ces conditions, l’aide aux pauvres devait relever de la seule manufacture.

  • 166 AMR, BB-3/1, CC-12/28 3 r à 5 r et CC-123/12, taille de 1770 : les trois quarts sur les occuppeurs (...)

92Certes, le 26 janvier 1674, un terrain d’entente avait été trouvé entre les censiers et laboureurs de Roubaix et les marchands, négociants, manufacturiers et bien aisés concernant l’assiette des tailles ; cet accord, imposé par l’échevinage, laissait cependant à la charge des paysans une grande part des tailles tant ordinaires qu’extraordinaires, même s’il prenait en compte la faculté et la puissance166. Seule l’institution du vingtième d’industrie par l’édit de mai 1749 répartit un peu mieux le poids de la fiscalité sans pour autant faire cesser les récriminations des laboureurs.

  • 167 AMR, F Ia/9. Aucune distinction n’étant faite pour l’ensemble des enfants en bas âge à la charge de (...)

93Au xixe siècle, le poids des paysans se réduisit. En 1851, la ville comptait 18 propriétaires-cultivateurs, 251 fermiers, 275 fermiers-propriétaires, 88 fermiers faisant en même temps un autre état, 307 journaliers, 109 journaliers-propriétaires, 448 domestiques ainsi que 13 bûcherons et charbonniers, donc 1 509 personnes recensées comme travaillant dans l’agriculture, soit 7 % de la population active, ce qui n’est pas forcément attendu dans une cité qu’on ne connaît que comme ville textile (cf. annexe I.1)167.

  • 168 AMR, F Ia/12.
  • 169 AMR, F Ia/16.

94Tous ou presque étaient appelés à disparaître dans la deuxième moitié du siècle : le recensement de 1866168 répertoriait 286 actifs pour 68 exploitations qui faisaient vivre, directement ou non, seulement 597 personnes : 68 fermiers (340 personnes avec leur famille) et 201 journaliers et ouvriers agricoles (employés temporairement) plus 8 bûcherons et charbonniers, 2 jardiniers-pépiniéristes, 6 jardiniers-fleuristes ainsi qu’un géomètre arpenteur. Ils ne représentaient pas 1 % de la population de Roubaix (0,92 %) et moins encore par rapport à la population active (0,88 %, cf. Annexe I.2). Vingt ans plus tard169, furent recensés 31 chefs d’exploitation cultivant exclusivement leurs terres, 3 fermiers, 11 horticulteurs, pépiniéristes, maraîchers, 42 bûcherons, charbonniers travaillant avec 15 employés, 424 ouvriers et 45 domestiques, soit, en comptant les familles, 1 787 personnes vivant de l’agriculture ; l’ensemble des actifs de l’agriculture ne constituait que 1,26 % de la population active et 1,78 % de la population totale. L’agriculture ne voulait pas rendre les armes mais elle en était bel et bien réduite à n’être plus là qu’à titre de vestige à l’inverse des activités artisanales et de services qui ne cessaient de croître.

Une offre d’emplois en voie de diversification

95Roubaix, ville industrielle, n’était pas une ville seulement textile ; bien d’autres secteurs, sans parler du commerce, s’y étaient implantés, pour la plupart en relation avec le textile. Déjà au xviiie siècle mais plus encore à la fin du xixe siècle, l’activité y présentait une réelle diversité.

  • 170 AMR, CC-98/1.

96Pour l’Ancien Régime, les sources fiscales complètent les registres paroissiaux et les dénombrements. Le rôle de la Capitation de 1750 montre que 42 % des imposables ne travaillaient pas dans le textile et donne un aperçu de la multitude des métiers : barbier-perruquier, boucher, boulanger, boutiquier mercier, cabaretier et brasseur, charpentier, charron, cordonnier, maçon et couvreur, marchand manufacturier d’étoffes, marchand peigneur de laine, maréchal et serrurier, sellier, tailleur d’habits, tanneur, teinturier et tonnelier170.

  • 171 AMR, HH-82/1 et HH-82/3.

97En 1764, il y avait 165 ménages d’artisans : menuisiers, charpentiers, charrons, maréchaux-ferrants comme dans un gros bourg rural mais aussi, cabaretiers, bouchers, boulangers, graissiers, chapeliers, perruquiers et barbiers comme dans une vraie ville. Les archives de Roubaix conservent la trace d’une autorisation d’y établir une manufacture de potteries, pannes, carreaux thuille ainsi que de l’activité des gantiers et tanneurs171.

  • 172 AMR, GI-7, recensement des marchands patentés de Roubaix pour l’an V et l’an VI, GI-24, rôle des co (...)
  • 173 AMR, F V 1/109, Statistique industrielle et manufacturière de 1824.
  • 174 Un moulin à huile, un à écorce et trois à farine, ADN, P 33/1134.
  • 175 ADN, P 33/1139, cadastre de 1847 : outre les 12 ateliers dont l’activité n’est pas précisée, il y a (...)

98Les rôles des contributions laissent voir un monde artisanal assez diversifié même si les effectifs concernés n’étaient pas très nombreux : 264 marchands patentés en l’an V et en l’an VI172. Dans la première moitié du xixe siècle, se développèrent des emplois industriels non textiles pour la seule consommation locale173. Ainsi en 1828, la ville comptait 3 brasseries et 1 genièvrerie, 5 moulins à vent, 2 tanneries, 2 ateliers de serrurerie et 1 de construction, 2 magasins, 1 clouterie, 8 teintureries, 1 amidonnerie et 69 filatures174. Vingt ans plus tard, le secteur textile n’était pas le seul à s’être étoffé175 : 11 magasins, 3 brasseries et 1 sucrerie, 2 corderies, 1 fabrique de colle, 1 de parchemin et 2 fabriques de pannes, 2 fonderies de fer et 1 forge ainsi que 2 tanneries, 4 moulins et 8 ateliers de construction.

  • 176 AMR, F Ia/12.
  • 177 Toutefois, dans ces diverses catégories, apparaissaient des professions qui ne seraient plus répert (...)
  • 178 59 vivant des professions judiciaires, 207 des professions médicales, 97 de l’enseignement, 112 des (...)

99Le recensement de 1866 fournit un récapitulatif fort détaillé, belle image de la variété des activités qui régnait alors dans le « Manchester français » (cf. Graphique I.1)176. A l’évidence, l’activité majeure était l’industrie qui employait 83,4 % de la population active ; certes, avec 60 % de l’ensemble des actifs, le textile dominait mais toutes les rubriques professionnelles proposées au niveau national177, à l’exception des industries extractives et de guerre, étaient représentées. Il en allait de même pour les diverses professions du commerce qui ne représentaient cependant que 5 % des emplois. On comptait aussi 833 personnes vivant directement ou indirectement de professions libérales178 ainsi que 104 membres du clergé et 42 personnes (14 parents et 28 domestiques) qui en dépendaient.

  • 179 Les 640 cabarets, soit un cabaret pour 119 habitants, seraient sans doute moins nombreux dans une v (...)
  • 180 AMR, F Ia/16.

100Les activités non textiles se pratiquaient en général dans le cadre d’entreprises de petite taille, le plus souvent inférieures à 10 ouvriers ou employés. A l’aube de la IIIe République, deux tiers des établissements ne relevaient pas directement du textile179. Cependant, les 959 entreprises de ce secteur pesaient assurément bien plus en matière d’emplois. En 1886, l’industrie textile faisait encore travailler plus de la moitié de la population active de la cité (51,8 %), l’ensemble du secteur industriel employait 71,7 % de la population active mais le secteur commercial avait nettement progressé : 14,76 % des actifs contre 5 % en 1866 auxquels il faut ajouter les professions du transport (0,96 %) qui, en 1866, étaient intégrées dans le secteur commercial180. Les professions libérales avaient connu le même essor : 1,29 % en 1866 mais 2,64 % en 1886. Cela résultait avant tout de la législation scolaire de la IIIe République : le nombre d’habitants travaillant dans l’enseignement passa en effet de 88 en 1866 à 415 en 1886.

101Roubaix devint donc, au xixe siècle, une vraie ville avec toutes les catégories sociales qui en sont le symbole : ses fonctionnaires, ses employés de l’usine de gaz ou du chemin de fer, ses fonctionnaires de police. Observée dans toute ville ayant atteint une certaine taille, cette diversification des activités offrait des possibilités d’ascension sociale et engendrait aussi une extension du bassin de recrutement.

  • 181 L’usine Kuhlmann de Wattrelos produisait du chlorure de calcium, des acides chlorydrique, azotique (...)

102A la veille de la guerre, d’autres secteurs étaient présents dans la ville : l’industrie chimique y avait tout naturellement trouvé sa place en relation avec le textile. La chimie traditionnelle existait à Roubaix et à Wattrelos181, la moderne (vernis, laques, couleurs minérales ou produits pharmaceutiques) dans des communes limitrophes (Wasquehal et Croix) et elle traversait des moments difficiles à cause de la concurrence allemande. Une importante industrie mécanique et électrique se développa aussi, représentée par la fonderie de fer, la construction de charpentes et de cloisons métalliques, de grues, de garnitures et de joints variés, d’éclisses, de rivets et d’engrenages. Ces petites entreprises, qui employaient près de 4 000 personnes à la veille de la guerre, travaillaient parfois en sous-traitance pour des usines plus importantes de Lille ou Paris.

Graphique I.1. Population active de Roubaix : 1866, 1872, 1876, 1881 et 1886

Graphique I.1. Population active de Roubaix : 1866, 1872, 1876, 1881 et 1886

Les ouvriers et les autres

103Cette diversité d’activités se retrouve au sein de la société roubaisienne. Pour classer l’ensemble des couples du corpus, le choix entre segmentation socioprofessionnelle et sociale n’était pas aisé. La difficulté venait aussi du fait que la segmentation serait établie à partir de la première mention professionnelle de chaque mari ; or les changements professionnels, voire sociaux, sont possibles au long d’une vie. La segmentation sociale est à retenir en priorité étant donné que, dans une même profession, des niveaux sociaux, fort différents, peuvent coexister : ainsi, il n’y a guère de points ou de comportements communs, à la fin du xixe siècle, entre un entrepreneur de menuiserie et un ouvrier menuisier. Même si le critère social reste premier, il a, parfois, été nécessaire d’introduire d’autres éléments de sélection, notamment professionnels.

  • 182 F.-P. Codaccioni (1976) distinguait la haute société (propriétaires, industriels, négociants, profe (...)

104A partir de deux modèles182, j’ai choisi de diviser le corpus en 5 groupes (hélas très inégaux dans le temps). Le premier, baptisé « élite », est fondé sur le niveau de fortune mais aussi sur la place dans la société : grand fabricant, grand marchand-fabricant, négociant du xviiie siècle comme industriel du xixe siècle. Sous l’Ancien Régime, notaire, licencié en droit, médecin et chirurgien appartenaient à l’élite, même si la fortune n’était pas leur apanage. La dénomination de rentier et de propriétaire au xixe siècle induit aussi l’appartenance à ce groupe.

105Un deuxième ensemble, également peu représenté, surtout au xixe siècle, réunit ceux dont l’activité est liée au seul travail de la terre : censiers, laboureurs, fermiers et cultivateurs. Cependant, au xviiie siècle, suivant les familles et les niveaux de richesse, les paysans se transformaient en ouvriers textiles selon le moment ou les besoins. Sont donc volontairement exclus de ce groupe les journaliers qui, de fait, à Roubaix, étaient plus ouvriers que paysans. Donc, le deuxième groupe est plutôt constitué de familles qui étaient, d’abord et avant tout, des familles de cultivateurs, ayant donc une certaine assise sociale.

106La troisième catégorie, fort hétérogène, réunit, sous le terme générique de classes moyennes, les artisans, marchands et boutiquiers ainsi que des employés divers et les fonctionnaires ou assimilés (personnel de police, des douanes, des impôts, enseignants). En font également partie des hommes impliqués dans l’industrie, textile en particulier, mais qui occupaient des fonctions mieux rémunérées que les simples ouvriers (contre-maîtres).

107Enfin, les catégories inférieures de la société ont été divisées en « ouvriers textiles » et « autres ouvriers ». Regrouper tous les ouvriers du textile, avec des niveaux de « spécialisation » plus ou moins grande, s’imposait dans une ville comme Roubaix. Le dernier groupe, qui rassemble en fait tous ceux qui n’ont pu être classés ailleurs, est constitué en majorité d’ouvriers autres que ceux du textile ; il comprend aussi des professions diverses (militaires non gradés) et petits métiers (tels que bûcheron ou cribleur de grains, porte-faix, débardeur…), les domestiques, ainsi que les pauvres et les indigents. On y trouve surtout les journaliers, qui posent le plus de problèmes (cf. supra, p. 55). On ne sait précisément ce que recouvre réellement cette notion car, au xviiie siècle en particulier, les dénominations étaient fort fluctuantes : un cabaretier sur le rôle du vingtième pouvait être journalier sur celui de la capitation. Le terme d’ouvrier était davantage utilisé dans le dénombrement, celui de journalier dans les registres de capitation ; dans ceux de catholicité, jusque vers 1750, les hommes travaillant dans le textile étaient des ouvriers de la manufacture ou dits occupés à la manufacture, mais, à la fin du siècle, la dénomination de journalier l’emportait. Avec circonspection, nous avons constitué une sous-segmentation pour les seuls journaliers, afin de regrouper pour certaines études, quand cela était possible grâce à la deuxième mention professionnelle, journaliers et ouvriers textiles.

Graphique I.2. Évolution du nombre de mariés par groupes socioprofessionnels 1740-1819

Graphique I.2. Évolution du nombre de mariés par groupes socioprofessionnels 1740-1819

Graphique I.3. Évolution du nombre de mariés par groupes socioprofessionnels 1820-1889

Graphique I.3. Évolution du nombre de mariés par groupes socioprofessionnels 1820-1889
  • 183 J’y ai inclus toutes les professions de l’amont (extraction de la pierre) à la pose de la plomberie

108Ces choix, qui peuvent sembler un peu arbitraires, présentent l’avantage de ne pas trop réduire les ensembles et de conjuguer situation professionnelle et statut social. D’autres segmentations apparurent parfois nécessaires, dans les classes moyennes par exemple : ainsi le sous-groupe de ceux qui produisent et vendent ou fournissent un service (comme le voiturier). Ce groupe, baptisé « artisans et marchands », réunit donc ceux qui appartiennent au monde artisanal (artisans de la production, alimentation, commerçants divers). Il était aussi intéressant de constituer un groupe bâtiment-travaux publics183, étant donné l’importance de la construction au xixe siècle, avant tout pour cerner l’origine géographique de ces populations. L’évolution numérique de ces 5 catégories socio-professionnelles reflète la diversification des activités mais surtout la révolution qui fit de Roubaix « la » métropole textile (cf. Graphique I.2 et Graphique I.3).

 

109A la fin du xixe siècle, la ville ne ressemblait plus guère au gros bourg rural de la fin du siècle précédent : l’espace agricole avait été grignoté par les usines et l’habitat ouvrier, surtout le « Manchester français » avait surpassé les autres centres textiles. A l’évidence, l’extraordinaire destin industriel de la cité était indissociable de la croissance exceptionnelle de la population. L’essor économique nécessitait un apport de main-d’œuvre qu’il fallait chercher de plus en plus loin.

Annexes

Annexe I.1. Population active de Roubaix en 1851

Secteurs d’activité

effectifs

 %

Agriculture

1 509

7,12

Industrie

13 022

61,41

Petite industrie

3 881

18,30

Professions diverses du commerce

1 297

6,12

Professions liberales

508

2,40

Clergé

18

0,08

Domesticité

685

3,23

Divers

285

1,34

Total

21 205

100,00

Annexe I.2. Évolution de la population active de Roubaix de 1866 à 1886

Notes

1 Th. Leuridan, 1863.

2 F. Delgrange-Vancomerbeke, 1955.

3 R. de Hesseln, 1770, t. V. L’abbé d’Expilly (1770) ajoutait La commodité qu’ont ses habitants de joindre le labeur des terres au travail de leur métier, les fait subsister plus aisément que dans les villes, et cela ne contribue pas peu à y faire fleurir les manufactures. En revanche, il est difficile d’accepter son estimation de 675 feux.

4 Selon certains, l’étymologie de Roubaix est à mettre en relation avec ce site, le nom venant des mots tudesques : ros (ross) « la plaine marécageuse ou verdoyante » et bach (bais) « ruisseau » ; Roubaix serait donc « ruisseau dans la plaine », interprétation reprise par Théodore Leuridan (1862). Pour d’autres, comme E. Mannier (1861), le nom signifierait plutôt « marais aux roseaux » du roman bais (baix) « marais » et ros abréviation de rosel le « roseau », s’il est d’origine romane, ou ruisseau de la Roselière, si le nom est d’origine germanique.

5 Il fit aussi ériger un château avec une double enceinte de fossés et construire les chapelles du Saint-Sépulcre (1463) et Saint-Georges ainsi que l’église Saint-Martin (1471). Il laissa alors la possibilité aux tisserands de continuer à travailler dans la campagne et cela resta licite jusqu’en 1554 quand obligation fut faite aux nouveaux maîtres de s’installer dans le bourg.

6 Dénombrement fait en 1469 et dénombrement fait suivant les lettres patentes de Mgr Maximilien d’Autriche en 1497, AMR, BB-16/1.

7 La châtellenie de Lille comprenait aussi le Mélantois, le Carembault, la Pévèle, le Weppes.

8 AMR, BB-16/22, questionnaire de 1726. La « carte des environs de Lille » fut « levée pendant les années 1726 et 1727 », cf. carte II 1, AN, N/II/Nord/III détail.

9 AMR, HH-15/20, BB-16/22.

10 ADN, L 8272.

11 Le quartier A compris les rues Neuve, Saint-Georges, du Bois, du Grand Chemin ; le quartier B, les rues des Orphelins, Nain, de l’Abreuvoir et le contour du Curé ; le quartier C, les rues de la Cure, de la Coutrerie, de la Fosse-aux-Chênes, Pottière, Pauvrette ; le quartier D, la Grand-Place, la Grand’rue, les rues du Château, de la Brasserie et du Galon d’Eau, soit deux rues et une place supplémentaires. AMR, DD-18/73 et 74 et Abbé Th. Leuridan, 1914.

12 ADN, L 8272.

13 Texte imprimé du 17 mars 1676, AMR, FF-16/1, /2 et /3.

14 AMR, FF-16/18.

15 AMR, GG-292/27, 1771 et BB-6 /folio 13V, 11 février 1777.

16 AMR, GG-292/37.

17 AMR, DD-11/1.

18 La ville fut autorisée, par un arrêt du Conseil d’Etat du 7 avril 1682, à emprunter 20 000 florins pour paver les principales rues et les abords du bourg et à lever un droit de 10 patars sur chaque tonne de forte bière, 2 patars sur chaque lot d’eau-de-vie et un patar sur chaque lot de vin, débités par les cabaretiers et hôteliers de Roubaix (AMR, CC-189). Les travaux publics (paver les rues en grès) furent aussi financés par des droits de péage et de chausséage (AMR, AA-3). Tout au long du xviiie siècle, les mêmes sources de financement furent employées pour l’entretien et la construction de routes (AMR, CC-192 à 197, CC-204, CC-229).

19 Les 4 chemins, 3 sentiers, 2 routes et 6 rues (situées dans le bourg) reliaient Roubaix à Wattrelos, Croix, Tourcoing et Mouvaux.

20 AMR, BB-6.

21 AMR, BB-16/22.

22 AMR, GG-279/4.

23 Rolle de tous les chefs de famille avec le nombre des personnes qu’ils ont avec eux audit Roubaix (AMR, HH-1/16), dénombrement demandé par le contrôleur général, Desmarets, le 14 juin 1709, suite au « Grand Hyver ».

24 Cette liste des noms des particuliers pauvres de la paroisse de Roubaix a qui le greffier a donnez des billets certifiez de leur habitation pour aller chercher de quoy vivre dans les paÿs etrangers précise dans certains cas que le départ se fait en famille et concerne aussi parfois des femmes seules, AMR, CC-253/96.

25 AMR, BB-16/18 à 21, 2 septembre 1716.

26 AMR, BB-5/2.

27 AMR, GG-232/9, la seule indication de date est « après 1724 ».

28 J. Legroux, 1714.

29 Panckoucke, 1733.

30 Piganiol de la Force, 1722, t. VII, p. 243.

31 La nombreuse paroisse dud(it) Roubaix composée de plus de dix mil bouches, dont les sept huitieme ne sont que journaliers. Il faut préciser que le texte comporte nombre de ratures, la première version évoquait les petits particuliers journaliers dud(it) Roubaix, le greffier a rayé dud(it) Roubaix pour ajouter de la nombreuse paroisse dud(it) Roubaix, AMR, FF-18/10.

32 AMR, l’original en papier sous verre sous la cote CP-1/4.

33 En 1534, Charles Quint accorda à Lille le monopole de la sayetterie dans la châtellenie, L. Trenard, 1969.

34 AMR, HH-31/15 à 24.

35 AMR, HH-33/1, Arrêt du Conseil d’Etat du Roi du 7 septembre 1762.

36 ADN, C-130, document no 2, Observations sur l’arrêt du Conseil du 7 septembre 1762.

37 AMR, HH-33/8, daté vers 1765.

38 L. Trenard, 1969.

39 AMR, HH-32/10 et AN, E 1379/a, Arrêt extrait des registres du Conseil d’Etat tenu à Compiègne le 12 juillet 1763, texte imprimé.

40 AMR, HH-41 f° 164 rv 165 r.

41 ADN, C-130, f° 8v 9r, Observations sur l’arrêt du Conseil du 7 septembre 1762.

42 AMR, HH-33/38 et HH-41 f° 167 v.

43 AN, E 1525/b, arrêt du Conseil d’Etat, rendu sur avis favorable de Turgot.

44 AMR, HH-41 f° 190 v.

45 AN, F/12/657/11, Mémoire du magistrat portant réclamation des fabricants de Roubaix contre les lettres patentes du 5 mai 1779.

46 AMR, HH-34/39. Ce Mémoire sur la Fabrique fut rédigé en octobre 1771 pour convaincre de l’impérieuse nécessité de l’application du texte de 1762 suite à toute une série de difficultés (forte augmentation de la main-d’œuvre, hausse du prix des matières premières et surtout des laines - les droits de sortie des laines brutes en provenance des Pays-Bas autrichiens avaient été majorés en 1756 -, obligation pour la ville de fabriquer des étoffes de plus en plus fines qui demandaient beaucoup de temps de travail si elle voulait répondre à la nouvelle demande qui se développait dans cette phase d’anglomanie).

47 A Sedan, la valeur produite en 1771 avec 614 métiers battants était de 5 200 000 livres et, en 1782, avec 900 métiers battants, elle était de 9 300 000 livres, (G. Gayot, 1998), la comparaison pour Roubaix donne un résultat dix fois inférieur en raison des qualités respectives des draps.

48 A. Lottin, 1979, P. Deyon, 1967, G. Gayot, 1998, Cl. Desama, 1985.

49 Th. Leuridan, 1863.

50 Elle fut nommée casteline par Mrs du Bureau de Roubaix, AMR, HH-38/1 ; il s’agissait d’un nouveau genre de callemande large, mouchetée. Les mouches s’obtenaient au moyen d’une petite chaîne flottante sur la supérieure, Th. Leuridan, 1863.

51 Elle fut rejetée, AMR, HH-38/1, 7 mars 1778.

52 ADN, C-3997, Mémoire concernant les manufactures d’étoffes établies dans la Flandre et dans l’Artois. Le Magistrat se plaignait aussi du handicap que constituait pour la Flandre le fait d’être province réputée étrangère, ADN, C-201, Mémoire des bailli, échevins et fabricants de Roubaix, 4 décembre 1787.

53 Quant à notre fabrique [...], elle va bien mal.[...] Nous ne pouvons soutenir la concurrence des anglois qui fabriquent mieux et à meilleur compte que nous, lettre de Liévin Defrenne, en date du 4 décembre 1785, adressée à Vanbeurden de Leyden, reproduite par Henry-Louis Dubly, 1925 et ADN, C-3999, rapport du subdélégué de Lille à l’intendant daté du 14 mars 1788.

54 M.-F. Rousseau, 1969.

55 La délibération des représentants du Tiers-Etat du bourg de Roubaix visait d’abord à obtenir une « représentation qui leur est due aux Etats provinciaux de la Flandre wallonne et aux Etats Généraux », 15 février 1789, ADN, placard 8351/16.

56 Il a disparu mais le Magistrat se rendit à Tourcoing pour conférer avec le corps municipal les 15 et 16 mars avant de le rédiger le 21 (AMR, D II/1). La première demande de Tourcoing, aussi touchée par la crise, – et donc aussi de Roubaix – était la rupture ou la réformation du Traité de commerce avec l’Angleterre [...] ce traité a déjà presque détruit toutes les fabriques de France dans lesquelles on travaille la laine et ces fabriques sont menacées d’un anéantissement presque total, aussi prochain qu’inévitable si l’on ne s’empresse pas d’arrêter les effets désastreux d’une concurrence que plusieurs raisons nous mettent hors d’état de soutenir.

57 La Chambre Consultative naquit le 1er février 1805 et le Conseil des Prud’hommes fut établi par décret impérial le 7 août 1810.

58 J.-P. HIRSCH, 1991.

59 Extrait d’une lettre de Liévin Defrenne, en date du 3 juillet 1791, adressée à Mrs Veuve Paul Durieu et Fils à Leyden, H.-L. Dubly, 1925.

60 Cf. l’analyse faite par le préfet Dieudonné, AMR, Chambre Consultative II, no 4. Tissu de coton léger, facile à travailler, le nankin se vendait bien pour les vêtements d’été malgré le peu de solidité du coloris car le prix était faible, M. Raman, 1973.

61 Un roselier ou fabricant de ros produit le peigne placé sur le battant du métier, entre les dents duquel on place un ou plusieurs fils de chaîne ; le ros assure un écartement constant entre les fils de chaîne et sert à fixer la largeur du métier sur le tissu, M.-F. Rousseau, 1969.

62 Dans sa lettre au Ministre de l’Intérieur, le préfet du Nord, en 1809, dressait un tableau des fabriques de tissus de coton : à Roubaix, en 1787 (date de leur établissement), la fabrique de coton ne comptait que 12 à 14 entrepreneurs : on y fabriquait des gilets coton et laine, gilets tout coton, nankins jaune uni ; en 1808, la liste s’était étoffée satins, prunelles, reps unis et croisés, tricotines doubles, veloutinnes, napoléonnes, satinades, creponis, nankins unis et en couleurs, gilets, almines, turquoises, AN, F/12/1561.

63 AMR, F V 1.

64 AMR, F V 1.

65 AMR, F V 1/109, Statistique industrielle et manufacturière, établie le 23 décembre 1824.

66 Sans cesse à la pointe de la modernité, il importa la première machine à vapeur jamais installée à Roubaix. Il s’équipa aussi, en 1828, des premiers métiers à tisser Jacquard surtout pour la fabrication de gilets, de tissus d’ameublement et d’étoffes légères pour robes (G. Teneul, 1962) ; J. Piat (1968) cite le nom de François Prus-Grimonprez pour le premier métier Jacquard.

67 ADN, M 557/6. Les états de la situation des fabriques de draps et autres étoffes de laine dressés de 1810 à 1818 traduisent aussi cette quasi-disparition.

68 Dû à l’augmentation du prix du coton à cause de la taxation des importations et de l’embargo américain de 1807, il fut au demeurant peu important (M. Raman, 1973). Selon le préfet (ADN, M 655/2, Etat comparatif des filatures de coton établies dans la commune de Roubaix aux 1er mai et 1er novembre 1808, lettre au Ministre de l’Intérieur, 13 avril 1809 et AN, F/12/1561), la diminution du nombre des ouvriers fileurs au 1e 9bre étoit dans la proportion de 4 sur 11.
Celle des ouvriers tisserands d’environ 1/6
e.
La masse des produits présente une diminution plus frappante encore à la dernière époque, puisqu’elle est près de moitié.
Les causes de cette diminution sont pour la filature la rareté et la chereté des cotons en laine, et pour le produit de la filature spécialement la différence du nombre des heures de travail qui forment la journée
au 1
er mai, elle étoit de 10 à 12 heures
au 1
er novembre de 8 heures seulement parce qu’on n’a pas veillé.
Pour le tissage, la cause de la diminution de la fabrication est d’une part le soin qu’a eu le fabricant d’économiser les matières premières, de crainte de s’en trouver tout à fait dépourvu et d’une autre le défaut de proportion entre le taux de la vente des tissus et celui d’achat du fil de coton.
Pour les 215 fabricants de Roubaix, le nombre de métiers à tisser passa de 5 500 à 3 000 (- 45 %) et la quantité de pièces produites par jour de 2 000 à 1 300 (- 35 %) en l’espace de six mois.

69 F V 1/146, Etat de situation des fabriques et manufactures de coton pendant les premier et deuxième semestres 1810 et le premier semestre 1811, 11 novembre 1811.

70 AN F/12/1581, lettre du Préfet du Nord au Ministre des manufactures et du Commerce, 14 mars 1812.

71 Un état des ouvriers employés à Roubaix établi le 12 février 1811 indique pour les ouvriers tisseurs en coton 6 000 il y a deux mois aujourd’hui 4 000 et pour les ouvriers fileurs de coton 188 il y a deux mois aujourd’hui 64 (AMR, F V 1/10 repris dans le tableau des communes où on fabrique des articles de Saint-Quentin fait le 12 septembre 1811, AN, F/12/1581). Le coton occupait, à la fin 1810, 6 000 ouvriers tisseurs ; en février 1811, ce nombre était tombé à 4 600 (AMR, F V 1/10). L’Etat de la situation de la fabrique et Manufactures de coton pendant le 1er semestre 1810, le 2e semestre de la même année et le 1er semestre 1811 indiquait une réduction des ouvriers tisserands (6 700 pour le 1er semestre 1810, puis 5 300 et seulement 2 100), AMR, F V 1/146.

72 En 1806, 8 établissements représentaient moins de 100 ouvriers et 11 500 broches soit une moyenne de 12 ouvriers et de 1 438 broches par atelier (ADN, M 655/2) ; en 1808, pour 19 établissements, il y avait 188 ouvriers et 39 948 broches soit en moyenne 10 ouvriers et 2 044 broches (ADN, M 655/2 et AN, F/12/1561) ; en 1818, on comptait 1 516 ouvriers dans 31 établissements soit 49 ouvriers en moyenne (AMR, F V 1/79 qui ne donne pas le nombre de broches) ; le plus important, à cette date, celui de Delaoutre-Florin, employait « habituellement » 225 ouvriers contre 10 en 1808 (AN, F/12/1561).

73 Dans un contexte de hausse des prix alimentaires, cette crise fut profonde : les estimations de l’été 1831 faisaient état de 8 000 indigents contre 310 en 1826 (AMR, F V 1/11) ; les effectifs des ouvriers du textile se réduisirent considérablement entre 1828 et 1831 (entre 70 et 75 % de baisse selon les branches).

74 Il s’agit d’étoffes légères de laine peignée pour vêtements féminins.

75 ADN, M 547/2-60, lettre de Mimerel au préfet, 16 septembre 1832.

76 Selon J. Piat (1968), Pierre Degrendel introduisit la technique en 1824 ; il donne la date de 1831 pour la première usine de Joseph Pollet tournant avec la mule-jenny de 200 broches. La mécanisation de la filature de la laine peignée fut à l’origine, heureuse, de l’utilisation des laines fines mérinos « que les Anglais ne savaient guère filer », G. Teneul, 1962.

77 L’abaissement, cette même année, des droits sur la laine étrangère de 33 % à 22 % ad valorem contribua aussi à cette renaissance de la laine.

78 Elle était située à l’écart des routes, l’absence d’eau constituait un réel handicap ; les premiers forages (1826) furent vite insuffisants. Mimerel, en 1832, se plaignait déjà que le canal qui devait être livré à la navigation le 1er janvier 1829 ne fût point encore achevé ce qui augmentait le prix du charbon, ADN, M 547/2-60.

79 M. Battiau, 1976.

80 Sans elle, l’industrie cotonnière gantoise eût été un réel concurrent.

81 P. Lefevre, 1983. Ce n’est qu’après 1885 que le charbon local fut à même de concurrencer le charbon belge.

82 Cette tradition impliquait aussi l’existence d’une catégorie de négociants, de marchands-fabricants, véritable vivier pour les entrepreneurs du xixe siècle, J.-P. Hirsch, 1991.

83 M. Battiau, 1976.

84 AN, F/12/6876, Statistique industrielle de la ville de Roubaix établie par Mimerel pour aider l’administration dans la recherche de la richesse nationale. Les ouvriers étaient ainsi répartis : 50 contremaîtres, 100 serruriers pour la réparation des machines, 2 035 ouvriers pour servir les 8 916 métiers en fin et 650 pour servir les 200 métiers en gros, enfin 816 ouvriers de carderie et dévideuses. Au total, l’industrie textile fournissait du travail à 30 591 ouvriers dont certains seulement pendant huit mois de l’année.

85 Le chiffre d’affaires du tissage (laine et coton), selon Mimerel, s’élevait à 16 560 000 francs.

86 AN. F/12/6876.

87 Selon G. Teneul (1962), il ne restait que 10 filatures de coton en 1840. Cela se traduisit par une réduction de la production des tissus de coton, 5 752 168 mètres en 1839 à 4 397 235 mètres en 1843 alors que celle des tissus de laine augmentait de 59 % (4 637 181 mètres en 1839 et 7 391 835 mètres en 1843) ; dans le même temps, le métrage de tissus de laine et coton s’accrut de 63 % (3 681 857 mètres en 1839 contre 6 000 540 en 1843), J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, 1984.

88 Nous avons vu nos magasins s’encombrer et nos acheteurs habituels nous dire qu’ils attendaient de savoir si les marchandises anglaises libres à l’entrée, ne se présenteraient pas plus avantageusement que les nôtres sur le marché. Par la suite de cet état de choses, tous nos ouvriers ne sont plus occupés, Archives de la Chambre de Commerce de Roubaix 11 (B).

89 Ainsi l’Association pour la liberté des échanges, J.-P. Hirsch, 1991.

90 Mimerel, Exposé de la situation manufacturière de Roubaix, juin 1848, copie ADN, M 547/6.

91 AMR, F V 2/35 et/37, M. Raman (1968) et Léon Machu (1956).

92 A l’origine du marasme se trouvaient l’hiver peu rigoureux qui ne permit guère d’écouler les stocks et l’incertitude politique liée à la question de la révision de la constitution.

93 ADN, M 547/6.

94 ADN, M 653/22 dossier no 4 de 1845.

95 L’incendie ayant aussi totalement détruit la filature de Paul Bossut, située de l’autre côté de la rue, ce furent 1 000 ouvriers qui se retrouvèrent momentanément inoccupés, AN, F/12/4477/B, courrier du préfet au Ministre de l’Agriculture et de l’Industrie, 9 décembre 1866.

96 ADN, M 653/22.

97 Due autant à la spéculation internationale sur les matières premières qu’à la surproduction, elle provoqua aussi, par son caractère mondial, des migrations dont Roubaix bénéficia.

98 AMR, F Ia/9. Pour les problèmes posés par les non-actifs, voir Yves Lequin, 1977.

99 Dans le Rhône, ils représentent 15,32 % des actifs masculins, ibidem. Il est vrai qu’il s’agit là de l’ensemble du département ; mais on sait que l’on compte, dans la seule agglomération de Lyon, 35 % des salariés de la grande industrie textile du département.

100 F.-P. Codaccioni, 1956.

101 AMR, F Ia/9.

102 ADN, Annuaire Ravet-Anceau, 1853, p. 71.

103 En même temps que les Alsaciens Heilman et Hubner, Isaac Holden mit au point une peigneuse mécanique.

104 Selon ses affirmations, il fut le premier à introduire, en 1851, le peignage mécanique à Roubaix ; de plus il acheta le brevet français pour la peigneuse Rawson, importée dès 1860, et en fit construire pour sa propre entreprise mais aussi pour la vendre, AN, F/12/5245.

105 K. Honeyman, 1985.

106 Du début à la fin du troisième trimestre de l’année 1859, le nombre de tissages mécaniques passa de 21 à 30 amenant le commentaire suivant : Nous appelons l’attention de M. le Préfet sur l’accroissement des établissements de tissage mécanique et des ouvriers qui y sont occupés [...]. Le moment viendra où le tissage automatique remplacera presque exclusivement le tissage à la main ; alors, et de nouveau, encore, on verra un grand nombre d’ouvriers se trouver forcés de quitter les campagnes pour venir travailler dans les villes et s’y fixer, ADN, M 653/27-51 rapport du commissaire de Roubaix, 3e trimestre 1859. Même si le nombre n’était plus que de 29 à la fin de l’année, le nombre des ouvriers avait néanmoins augmenté (2 481 contre 2 445 pour le trimestre précédent) ; au total dans la seule année 1859, ce nombre progressa de 38 %.

107 Ce nombre est à rapprocher du combat mené par la Chambre Consultative de Roubaix pour le creusement du canal entre la Deûle et l’Escaut, un canal achevé, après bien des péripéties, en 1877.

108 Fondée en 1811, elle créa, en 1821, une filature de coton qui, en 1846, remplaçait son ancien matériel par 20 000 broches de métiers renvideurs mécaniques de 500 broches ; elle comportait aussi, depuis 1844, un tissage mécanique d’étoffes façonnées, outre un atelier d’ourdissage et une teinturerie soit 4 usines occupant de 1 500 à 2 000 ouvriers selon Wibaux lui-même, lors de sa demande de prêt, en 1861, AN, F/12/4645, dossier Wibaux-Florin.

109 ADN, M 653/24.

110 Journal d’Amiens, 6 août 1865.

111 Pour la décennie 1850-1859, Claude Fohlen (1956) utilise même le terme de « Belle Epoque » pour Roubaix et Tourcoing.

112 ADN, M 653/27 et M. Raman, 1968.

113 Mimerel, industriel, sénateur et président de l’Association pour la défense de la production nationale (il se battait contre le libre-échange depuis 1827), auteur d’une brochure intitulée Du paupérisme et de ses rapports avec l’industrie en France et en Angleterre avait, en 1859, reçu en hommage de la Chambre Consultative de Roubaix, à laquelle se joignirent nombre d’industriels de la ville, une médaille en or portant témoignage de reconnaissance pour l’ajournement de la réforme douanière. Il ne changea d’avis qu’en 1865.

114 Elle fut d’autant plus vive que Roubaix accusait un réel retard en matière de tissage ; la mécanisation était, en effet, nettement plus développée à Bradford.

115 Th. Leuridan, 1863.

116 Certains patrons avaient, quant à eux, choisi de faire travailler les tisserands sur deux métiers, suscitant de graves incidents.

117 ADN, M 547/14.

118 Tous n’avaient d’ailleurs pas réagi de la même façon, certains avaient choisi le libre-échange, J.-P. Hirsch, 1991.

119 Les plus grandes entreprises cotonnières en fait résistèrent assez bien à la crise grâce à leur équipement de qualité, beaucoup mieux que certains concurrents de France (normands et alsaciens) (C. Fohlen, 1956) et surtout de Belgique (la crise, particulièrement grave à Gand, fut à l’origine d’un flux migratoire vers Roubaix). A Roubaix, les industriels du coton se limitèrent à attendre le retour à la normale, advenu dès 1864, mais la crise toucha plus les communes alentour comme Hem où l’on tissait pour Roubaix.

120 Ce fut d’abord la faillite frauduleuse de la banque Joire en juillet 1866 puis au mois de janvier suivant celle de la banque Pollet qui avait commandité de nombreuses firmes roubaisiennes, enfin la faillite d’Ecrepont-Brame en avril 1867, C. Fohlen, 1953 et 1956.

121 ADN, M 655/11, 13 avril 1867.

122 Il ne cessa de réclamer des crédits supplémentaires à la municipalité : ainsi lors de la séance du 7 août 1867 alors que 88 297,91 francs avaient été dépensés depuis le 1er janvier, il demanda un subside de 50 000 francs environ pour faire face aux dépenses des cinq derniers mois de l’exercice 1867, AMR, Q Ib2 Bureau de Bienfaisance. Une supplique fut même envoyée à l’Empereur en novembre alors qu’il fallait encore 50 000 francs, ibidem, séance du 16 novembre 1867.

123 L’industrie de la filature de la laine est dans un état d’extrême souffrance, 25 novembre 1867, rapport sur la filature de laine par la Chambre de Commerce de Lille, AN, 45/AP/23, Papiers Rouher.

124 Le nombre des métiers baissa de 28 % entre le dernier trimestre 1866 et le deuxième trimestre 1867.

125 Patrons et ouvriers, réunis à la mairie le 18 mars, conclurent un accord qui offrait à l’ouvrier le choix de travailler sur un ou deux métiers et qui devait permettre la reprise du travail aux anciennes conditions jusqu’à l’établissement du nouveau règlement relatif aux amendes. Cependant, la grève se poursuivit avec des revendications fluctuantes : les ouvriers ne parlent plus du tissage sur deux métiers au lieu d’un, mais veulent une augmentation des salaires, rapport du préfet au Ministre de l’Intérieur 19 mars 1867 ; La question d’augmentation de salaire semble avoir disparu. Celle du travail sur un métier continue d’être la pierre d’achoppement, rapport du 20 mars 1867, AN, F/1cIII/Nord/16. Peu à peu, le mouvement finit pourtant par se résorber : de 2 131 ouvriers qui s’abstiennent le 21 mars à dix heures du matin, on passa à 1 054 le lendemain matin, puis 371 dans la matinée du 25, 129 le 30 mars, ADN, M 619/1.

126 Cette baisse se fit en deux temps : une réduction de plus de 63 millions pour l’année 1866 due à une diminution d’un tiers du travail, puis une nouvelle baisse de 43 millions en 1867 parce que la valeur des tissus avait aussi chuté d’un tiers, si l’on suit l’analyse faite par la Chambre Consultative, citée par Michel Raman, 1968. Mimerel, devant l’Empereur et l’Impératrice, en visite à Roubaix en 1867, tenait le même genre de propos : La fortune de Roubaix s’est amoindrie de plus de cent millions. Beaucoup de fortunes particulières sont anéanties et, c’est tout au plus si quelques manufactures produisant des genres spéciaux ont trouvé grâce devant la crise.[...] La classe ouvrière est en grande souffrance, cité par Georges Teneul, 1962.

127 ADN, M 653/34.

128 Enquête parlementaire sur le régime économique, p. 313.

129 Lettre de la Chambre Consultative des Arts et Manufactures de Roubaix, décembre 1867, AN, 45/AP/23.

130 Rapport sur la fabrique de Roubaix par la Chambre de Commerce de Lille, ibidem.

131 Copie de la pétition, adressée par le préfet au Ministre, ibidem.

132 Lettre de la Chambre Consultative des Arts et Manufactures de Roubaix, décembre 1867, ibidem.

133 La demande en avait été faite dès 1865 par la Chambre Consultative pour faciliter l’escompte commercial et la diffusion de la monnaie divisionnaire. Des comptoirs de banque privée existaient d’ailleurs déjà : la Banque Perot et Cie, la Caisse Commerciale de Roubaix, la Banque Pollet, la Société de Crédit industriel et de dépôt du Nord, (G. Franchomme (1969) cite aussi la banque Scalbert fondée en 1837, en 1860 s’établissent à Roubaix les succursales de trois banques lilloises, la caisse commerciale de Roubaix, la caisse d’escompte de Lille et la banque Louis Pollet-Aîné ; en 1867, est installée une succursale du Crédit du Nord).

134 G. Teneul, 1962. Voir J.-C. Daumas, 2000.

135 On peut ajouter la naissance en 1892 de la Société industrielle et commerciale de Roubaix, annexe de la Chambre de Commerce, fondée par une assemblée générale des industriels et négociants en laine pour défendre et animer les intérêts de l’industrie et du commerce dans l’ensemble du canton

136 43 filatures soit 257 930 broches à filer et 28 730 à retordre (AMR, F V 6/230) ou 42 filatures (soit 238 802 broches à filer) auxquelles il convient d’ajouter 28 730 broches à retordre et 19 128 broches continues (AMR, F V 6/270).

137 AMR, F V 7/60, 1873, Rapport annuel, titre 20, section 1. Industrie et Commerce.

138 AMR, Rapport du Maire 1892, p. 359.

139 94 tisseurs à la main, 53 tisseurs mécaniques dont 8 tissant aussi à la main, 7 travaillant à façon, 6 situés en dehors de Roubaix, AMR, F V 7/51.

140 Le rapport du Maire de 1892 (AMR, Rapport du Maire 1892, p. 359) indique : 59 fabricants faisant tisser à la main seulement, 57 faisant tisser à la mécanique seulement, 20 fabricants faisant tisser à la main et à la mécanique, 5 tisseurs à la mécanique travaillant à façon. En 1900, il en restait 37 sur les 130 fabriques de tissus de la ville, G. Teneul, 1962.

141 Les conséquences furent aussi importantes pour les populations des communes qui travaillaient à façon pour Roubaix depuis des siècles ; la concentration des métiers mécaniques se traduisit par une forme d’exode rural et, pour certains villages assez proches, par des migrations pendulaires.

142 M. Raman, 1968.

143 AMR, F V 8/106.

144 ADN, M 572/17, rapport du commissaire central de Roubaix au Préfet, 20 janvier 1891.

145 ADN, 79 J, Archives de la Chambre de Commerce, séance du 11 décembre 1872, t. 4. Les membres de la Chambre de Commerce présentaient la ville comme étant devenue en vingt ans en dehors de son industrie, un marché européen, les transactions qui ont lieu entre négociants se font sur une grande échelle.

146 Ces liens tissés avec l’étranger sont tels que plusieurs pays installèrent des délégations consulaires qu’ils confièrent, en général, à des notables du textile : ainsi, en 1884, Léon Allart était consul de Belgique, César Piat, des Etats-Unis, Albert Prouvost, d’Espagne ; Auguste Lepoutre représentait les Pays-Bas et Jules Morel la Perse, Bulletin de la Société d’Emulation de Roubaix, 1993.

147 Voir J.-P. Daviet, 1987.

148 Il s’agit du récépissé (mentionnant la nature, le poids, l’origine de la marchandise) fourni à l’industriel qui entreposait sa marchandise ; ce document pouvait être utilisé dans les opérations bancaires puisque la banque prêtait sur warrant ; de plus, le négociant pouvait vendre la marchandise sur simple échantillon par transfert du warrant, G. Franchomme, 1969.

149 La crise se traduisit aussi par une chute du chiffre d’affaires des tissages : 345 millions de francs en 1899, 300 millions en 1900 et seulement 243 millions en 1901.

150 25 % dans le peignage, 19 dans le tissage et 13 dans la filature de laine, ADN, M 572/21, Etat de la situation de l’industrie textile de Roubaix au 21 septembre 1897.

151 Avec 29 141,7 tonnes exportées en 1889 et 46 737 en 1899, l’indice de l’expédition des tissus passa de 108 à 173, M. Raman, 1968.

152 Il y avait, outre quelques signes d’essoufflement, des problèmes structurels : concentration insuffisante, dans le tissage en particulier, production anarchique et polyvalente, inorganisation des marchés et immobilisme des mentalités patronales, M. Raman, 1968. L’enquête allemande dans les territoires occupés insistait aussi sur l’importance des peignages à façon et sur le nombre relativement faible des peignages annexés à des filatures.

153 G. Sayet, 1911.

154 Elle est aussi illustrée par la longue liste des entreprises roubaisiennes installées à l’étranger : en Belgique, bien sûr, mais surtout en Europe centrale et orientale : un peignage-filature de laine (Motte et Desurmont) et une filature de laine peignée (Allart-Rousseau) à Łódź et, près de cette ville, une entreprise de filature-tissage-teinture de coton (Motte et Meillassoux) ; à Częstochowa, une usine intégrée de laine-peignage-filature-tissage-teinture (Motte et Meillassoux et Caulliez-Delaoutre) ; la famille Motte contrôlait aussi une filature de laine à Lublinic (Haute-Silésie) et en Russie, une filature et un tissage de jute à Odessa et, dans la région de Moscou, un tissage de laine intégré, une teinturerie et une filature de coton (en association avec Desurmont et Meillassoux). Roubaix comme Tourcoing avaient donc une stratégie mondiale, M. Battiau, 1976.

155 Situation industrielle et commerciale de la circonscription de la Chambre de Commerce de Roubaix, séance du 8 mai 1914, ACR, vol. 1914-1918, p. 81-94.

156 Roubaix se trouve dans la zone du bonnier de Lille dont la valeur est 1,4176 ha, Cl. Petillon, A. Derville, B. Garnier, 1991. Le maire en l’an XII indiquait 849 bonniers 1 cent 64 verges, AMR, G I 18, 13 frimaire XII.

157 Selon le plan dressé en 1871, Roubaix devait céder à Croix 67 ha 65 a en échange de 53 ha 22 a, de manière à faire coïncider la limite avec la future route départementale de Roubaix à Lannoy (AMR, D III) ; l’échange se réalisa en 1880 mais Croix ne céda que 2 ha 66 a 28 ca en échange de 3 ha 20 a 92 ca (AMR, D III).

158 ADN, P 33/1134 cadastre de 1828, P 33/1139 cadastre de 1847, AMR, F V/196 pour 1862, F V6/137 pour 1869, F V7/111 pour 1876, ADN, P 33/1195 matrice cadastrale de 1884-1885 et AMR, F V9/18 pour 1892.

159 ADN, P 33/1134, P 33/1139 et P 33/1195.

160 Ces fermes, propriétés de la princesse de Guemenée, sont bien connues par le document établi lors de leur vente (ans IV et VI), tous les biens de la succession Rohan-Soubise ayant été déclarés biens nationaux, AMR, G II c.

161 AMR, F V 9/18, p. 18.

162 Sans doute étaient-ils des travailleurs textiles à temps partiel : les ouvriers hors du bourg, ceux du districque, de la chastellenye et dartois ny sont employés qu’une partye de lannée dans la morte saison, et soccupent de lagriculture dans les tems convenables, ce qui fait fleurir lun sans prejudice a lautre (Mémoire de 1771). Le flou de certaines mentions professionnelles, leur fluctuation ainsi que la précision croissante à la fin du xviiie siècle qui en fait des tisserands ou des fileurs laissent penser qu’ils étaient bien engagés dans le travail textile.

163 AMR, H 1 f° 5 r 6 r.

164 N’ont été considérés comme professions de la terre que cultivateur, censier, fermier, horticulteur, jardinier, laboureur.

165 Le fabricant était seulement imposé sur la superficie de terrain sur laquelle était bâtie son entreprise, soit fort peu de choses dans le cadre de la manufacture dispersée.

166 AMR, BB-3/1, CC-12/28 3 r à 5 r et CC-123/12, taille de 1770 : les trois quarts sur les occuppeurs tant forains qu’intrans des lieux manoirs jardins, prairies, labours, bois moulins et dismes et l’autre quart sur la faculté et puissance et les feux des habitans intrans et par une repartition particuliere. Ces dispositions furent maintenues chaque année.

167 AMR, F Ia/9. Aucune distinction n’étant faite pour l’ensemble des enfants en bas âge à la charge de leurs parents, il est impossible d’estimer le nombre total de personnes vivant de l’agriculture.

168 AMR, F Ia/12.

169 AMR, F Ia/16.

170 AMR, CC-98/1.

171 AMR, HH-82/1 et HH-82/3.

172 AMR, GI-7, recensement des marchands patentés de Roubaix pour l’an V et l’an VI, GI-24, rôle des contributions foncière, somptuaire, mobilière et des portes et fenêtres pour l’an XIV. La même diversification apparaît dans un tableau des professions et métiers, réalisé en l’an IX, qui donnait également les effectifs pour 1789, F V 1/21 et 22.

173 AMR, F V 1/109, Statistique industrielle et manufacturière de 1824.

174 Un moulin à huile, un à écorce et trois à farine, ADN, P 33/1134.

175 ADN, P 33/1139, cadastre de 1847 : outre les 12 ateliers dont l’activité n’est pas précisée, il y avait 24 ateliers jacquart et 1 atelier d’apprêts, 2 fabriques d’apprêts, 52 filatures, 4 retorderies et 11 teintureries ; la ville comptait alors 52 machines à vapeur.

176 AMR, F Ia/12.

177 Toutefois, dans ces diverses catégories, apparaissaient des professions qui ne seraient plus répertoriées comme industrielles : ainsi les boulangers ou les aubergistes.

178 59 vivant des professions judiciaires, 207 des professions médicales, 97 de l’enseignement, 112 des professions de la catégorie sciences, lettres et arts, 81 de professions relevant de la force publique, 277 du secteur gouvernement et administration publique.

179 Les 640 cabarets, soit un cabaret pour 119 habitants, seraient sans doute moins nombreux dans une ville de services, AMR, F V 7/60, Rapport annuel, titre 20, section 1. Industrie et Commerce.

180 AMR, F Ia/16.

181 L’usine Kuhlmann de Wattrelos produisait du chlorure de calcium, des acides chlorydrique, azotique et sulfurique.

182 F.-P. Codaccioni (1976) distinguait la haute société (propriétaires, industriels, négociants, professions libérales, cadres et fonctionnaires supérieurs et un groupe de divers), le groupe très diversifié des classes moyennes (artisans, employés et fonctionnaires moyens ou petits ou assimilés ainsi qu’une catégorie englobant cultivateurs et religieux) et enfin le monde populaire (ouvriers, sans profession, domestiques et soldats), entité, elle aussi, fort hétérogène. J.-C. Bonnier (1977) différenciait les catégories dirigeantes, les classes moyennes et l’ensemble des éléments populaires, soit tous ceux qui ne participaient pas au contrôle de la production.

183 J’y ai inclus toutes les professions de l’amont (extraction de la pierre) à la pose de la plomberie.

Table des illustrations

Titre Carte I.1 Carte de la châtellenie 1766 détail Plan de Lille 404 4FI.27741
Crédits photo J.-Y. Populu, Collection Archives départementales du Nord
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Carte I.2 Carte du bourg de Roubaix 1726-1727
Crédits Source AN, N/II/Nord/III détail
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Plan de Roubaix en 1804, ADN, P30 305
Crédits Photo J.-L. Thieffry, collection Archives départementales du Nord.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Tableau I.1. Filatures à Roubaix au milieu du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau I.2 Tissages à Roubaix au milieu du XIXe siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique I.1. Population active de Roubaix : 1866, 1872, 1876, 1881 et 1886
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique I.2. Évolution du nombre de mariés par groupes socioprofessionnels 1740-1819
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique I.3. Évolution du nombre de mariés par groupes socioprofessionnels 1820-1889
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55953/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540