Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médiation et coercition. Pour une lecture des Lois de Platon

 | 
André Laks

Remarque conclusive

Texte intégral

  • 1 Fr. 3 Heinze (dans Plutarque, Sur la vertu morale, 7, 446d).

Seuls les philosophes accomplissent volontairement ce que le reste des hommes font contre leur gré, à cause de la loi.
Xénocrate1

  • 2 Cf. supra, p. 19, 74s. et 125.
  • 3 Cf. supra, p. 142, n 24.
  • 4 C’est l’option retenue, par exemple, par Brisson 2004.
  • 5 Cf. Silverthorne 1973.

1Les Lois peuvent donner lieu, et ont donné lieu, à des lectures contradictoires, qu’il s’agisse de l’ensemble de l’œuvre, ou de certains de ses passages : trahissent-elles le modèle socratique, ou en sont-elles une expression particulièrement puissante ? Promeuvent-elles la rationalité des citoyens, ou l’entreprise est-elle rhétorique ? Sont-elles fondamentalement éducatives, ou fondamentalement répressives ? Optimistes, ou pessimistes ?2 A mon sens, ces alternatives ne peuvent et ne doivent pas être tranchées, parce que, à vouloir le faire, on perd justement ce que les Lois disent, qui n’est pas de l’ordre de l’« ou bien… ou bien… », mais du « non seulement… mais encore ». Deux cas de figure peuvent à cet égard être distingués. Il arrive qu’une alternative de ce type, ou l’une de ses spécifications, ne puisse être tranchée que par référence à des principes de niveau supérieur, que le texte de Platon n’articule pas, mais à lumière duquel il est parfaitement légitime de l’interpréter ou de l’interroger. La question de savoir si la dénonciation aux magistrats, dans le cadre d’une doctrine de la diffusion de la vertu, doit être considérée comme une délation, ou au contraire comme une manifestation d’esprit public, est sans doute paradigmatique à cet égard : elle est l’une ou l’autre, selon le point de vue considéré, et le problème ne se pose pas moins à nous qu’à Platon3. Il serait intéressant de repérer, dans les Lois, les propositions ou développements qui relèvent de cette configuration, quitte à reconnaître que les choses ne sont pas toujours claires. Ainsi à l’interprétation quasi républicaine que j’ai donnée de la constitution comme prodige, dans le sillage d’une interprétation « optimiste » de la marionnette humaine, il est possible d’opposer une vision beaucoup plus sombre des mécanismes institutionnels, qui les rapproche plutôt de Sparte, et plus généralement des régimes totalitaires, que d’une Athènes idéalisée4. L’ombre de Rousseau (qui avait lu les Lois non moins que la République5) plane sur la manière dont nous lisons nous-mêmes les Lois. Mais si les alternatives comme celles que j’ai énumérées ci-dessus sont herméneutiquement indécidables, ce n’est souvent pas parce que le texte même de Platon ne donne pas prise, mais bien parce que le projet même des Lois, en dépit de son caractère résolument scalaire, est dans l’articulation de polarités en fin de compte irréductibles, comme la violence et l’argumentation. S’agissant notamment de la question de savoir si les préambules présentent ou non un caractère rationnel, le contresens n’est pas moins grand à le nier qu’à l’affirmer. Dans l’usage que j’en fais, la notion d’utopie législative permet précisément d’échapper au dilemme, même si elle rencontre, sur son chemin, la très difficile question de la possibilité.

  • 6 Représentées de manière exemplaire par Bobonich 1992 et 2002 d’une part, Brisson 2000 d’autre part
  • 7 Voir supra, p. 131 et 151.
  • 8 Voir supra, p. 123-125.

2Si je me suis arrêté, dans la seconde partie de cet ouvrage, aussi bien sur les deux passages des livres IV et IX qui livrent quelque chose comme une théorie du préambule que sur différents exemples de préambules, c’est parce qu’on ne peut traiter de la question de la rationalité des préambules qu’en acceptant de ne sacrifier aucun des éléments qui se dégagent de cette série, dont le trait le plus remarquable est l’hétérogénéité. Or les lectures opposées que l’on a données de la théorie platonicienne des préambules6 reposent chaque fois sur une mise entre parenthèse arbitraire de l’un ou l’autre de ces éléments. Dans leur très grande majorité, les préambules relèvent de l’ordre de la rhétorique, conformément aux indications programmatiques du Politique, qui fait de « la partie de l’art de la parole (rhetoreia) qui participe de l’art royal » (304a1) un des trois principaux auxiliaires du politique. Ils fournissent des exemples, différenciés par l’objet, les circonstances ou la nature du public principalement visé, de la diversité des ressources de cet art, au point qu’on peut lire une grande partie des Lois comme un traité de rhétorique appliquée7. Il semble d’autant plus mal inspiré de vouloir minimiser la part qui revient, dans le modèle législatif platonicien, à ce niveau de discours, que, d’une part, la seule argumentation rationnelle que Platon déploie dans le cadre d’un prélude, au livre X des Lois, pour longue et décisive qu’elle soit, n’est fournie qu’à défaut d’une adhésion spontanée aux croyances traditionnelles, et que, d’autre part et surtout, il ressort de nombreux passages des Lois, dont l’image de la marionnette est emblématique, que le consentement dépend de la régulation d’instances irrationnelles : si la paideia s’étend dans les Lois au-delà de l’enfance, c’est parce que l’homme des Lois demeure, fondamentalement, un enfant. Inversement, il serait tout aussi erroné de sous-estimer la part de rationalité qui est à l’œuvre dans la rhétorique législative, non seulement à s’en tenir aux formes les plus hautes de cette rhétorique, qu’embrassent les termes d’hommage, d’éloge et de blâme, mais jusque dans les formes les moins « rationnelles » que sont les mythes, voire le mensonge. Il n’est naturellement pas question ici d’argumentation rationnelle : par hypothèse ou définition, toute rhétorique se tient en deçà d’une argumentation de ce type. L’important est cependant qu’il y ait conformité entre les recommandations imparties sous forme d’hommage, d’éloge ou de mythe et les exigences de la raison. Non seulement la persuasion ne pourrait jamais être efficace (et il est suggéré, en dépit de tout, qu’elle l’est largement) si une forme de rationalité ne pouvait habiter l’irrationalité elle-même, mais son efficacité même suggère que le discours rhétorique pourrait en principe se prolonger par une argumentation rationnelle qui en fournirait la justification ultime. Que ceci n’advienne généralement pas dans les Lois, sauf dans un cas trop exceptionnel pour faire vraiment exception (le préambule du livre X), est aussi significatif que le fait que la possibilité en soit principiellement envisagée, pour contournée qu’en soit la manière, dans le passage du livre IX auquel j’attribue une si grande importance8. L’existence d’un point de fuite où un enseignement qui ne serait pas imposé par les circonstances (comme il l’est dans le cas des athées) se substituerait à la loi donne son sens à la rationalisation de l’entreprise législative qui se dégage de l’échelle même des différents types de persuasion. Évidemment, l’enseignement en tant que tel, pour rare ou élitaire qu’il soit, n’est pas une utopie dans la cité des Lois plus que dans la République, puisqu’elle est le milieu même de l’éducation des membres du Collège de veille, dont l’enseignement prodigué aux athées est la projection paradoxale. Mais il constitue bien une utopie législative, dans la mesure où il ne peut constituer que l’horizon de la persuasion que la législation platonicienne prend résolument en charge. Si je vois bien, c’est le sens de l’affirmation de Xénocrate placée en exergue de cette conclusion : une cité ne peut être faite de philosophes. Ceci n’empêche pas, mais au contraire permet les approximations. Je ne verrais aucun inconvénient, si cela pouvait clarifier les choses, à parler d’idéal législatif, plutôt que d’utopie.

3Entre l’optimisme et le pessimisme, il y a un optimisme de principe et un pessimisme de fait. Les Lois ne peuvent être lues qu’en tenant l’un et l’autre des extrêmes, et en assumant l’inévitable tension qui résulte de leur maintien, au-delà du travail de la médiation, et dans ce travail même.

Notes

1 Fr. 3 Heinze (dans Plutarque, Sur la vertu morale, 7, 446d).

2 Cf. supra, p. 19, 74s. et 125.

3 Cf. supra, p. 142, n 24.

4 C’est l’option retenue, par exemple, par Brisson 2004.

5 Cf. Silverthorne 1973.

6 Représentées de manière exemplaire par Bobonich 1992 et 2002 d’une part, Brisson 2000 d’autre part.

7 Voir supra, p. 131 et 151.

8 Voir supra, p. 123-125.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540