Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médiation et coercition. Pour une lecture des Lois de Platon

 | 
André Laks

Exergue : La marionnette (Lois I, 644b6-645b3)

Texte intégral

1(L’Athénien) : - Nous venons à l’instant de reconnaître que bons sont ceux qui sont capables de se gouverner eux-mêmes, mauvais ceux qui ne le sont pas.

2(Clinias) : - Tu parles on ne peut plus correctement.

3- Revenons donc encore plus clairement sur ce que nous voulons précisément dire. Et permettez que ce soit au moyen d’une image que je vous montre cela, pour autant que j’en sois capable.

4- Parle seulement.

5- Ne posons-nous pas que chacun de nous-mêmes est un ?

6- Si.

7- Mais qu’il possède en lui deux conseillers contraires et insensés, que nous appelons plaisir et douleur ?

8- Il en va ainsi.

9- Et outre ces deux-là, nous possédons aussi des opinions sur les choses à venir, dont le nom générique est « attente », et le nom particulier, « peur » pour ce qui est de l’attente de la douleur, et « confiance » pour ce qui est de l’attente du contraire ; et en plus de tout cela, il y a le raisonnement sur ce qui, d’entre eux, est meilleur ou pire : devenu opinion commune de la cité, il reçoit le nom de « loi ».

10- J’ai quelque difficulté à suivre ; néanmoins, dis ce qui vient ensuite comme si je te suivais.

11(Megillos) : - J’éprouve quant à moi exactement le même sentiment.

12(L’Athénien) : - Réfléchissons à ce propos de la manière que voici. Pensons que chacun de nous, qui sommes des êtres vivants, est une marionnette divine — qu’elle ait été construite pour leur servir de divertissement ou avec un certain sérieux, car cela, nous le savons évidemment pas. Ce que nous savons en revanche, c’est que ces états intérieurs, qui sont en nous comme des tendons ou des sortes de cordes, nous tirent et exercent leurs tractions en direction d’actions opposées, en résistant les unes aux autres, contraires qu’elles sont entre elles. Et c’est justement là que se trouve la ligne de partage entre la vertu et le vice. Car l’argument dit que chacun doit toujours suivre une seule de ces tractions et ne jamais l’abandonner, mais résister à la traction des autres tendons, et que c’est là la direction, faite d’or et sacrée, du raisonnement, appelée loi commune de la cité, les autres étant rigides et dures comme fer, tandis que la première est tendre, parce que faite d’or, les autres étant semblables à de multiples espèces. Il faut donc toujours collaborer avec la direction la plus belle, celle de la loi. Car le raisonnement, s’il est beau, est doux et non violent, et a donc, pour pouvoir diriger, besoin d’auxiliaires, afin qu’en nous la race d’or emporte la victoire sur les autres races. Et ainsi c’est en tant que nous sommes des marionnettes que le principe de la vertu pourrait être sauvé, et ce que signifie « être supérieur » ou « inférieur à soi » être clarifié en quelque façon…

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540