Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médiation et coercition. Pour une lecture des Lois de Platon

 | 
André Laks

Avant-propos

Texte intégral

1Cet essai consacré aux Lois de Platon, exergue et colophon mis à part, se compose de deux parties.

2La première (« Clefs pour une lecture ») offre une présentation générale des Lois dont l’ambition est à la fois de faciliter l’appropriation par le lecteur d’une œuvre longue et labyrinthique, et d’articuler une interprétation d’ensemble. La seconde (« Tyrannie, lois et préambules : quelques textes ») analyse, sur un mode plus ou moins paraphrastique, quelques-uns des passages sur lesquels j’ai cru pouvoir m’appuyer pour avancer cette interprétation. Entre les deux parties, il y a quelques recoupements, dont j’espère qu’ils ne gêneront pas, et pourront même se révéler utiles. Il ne s’agissait pas seulement d’illustrer le propos plus abstrait de la première partie, et de fournir quelques explications supplémentaires, mais aussi de donner une idée du type de texte que sont les Lois, et du genre d’attention qu’elles requièrent. Bien d’autres passages auraient pu être mobilisés, par exemple ceux dont la traduction ouvre et ferme ce livre : mais les extraits que j’ai retenus tournent tous autour des notions connexes de « persuasion » et de « préambule », qui sont au centre de cette présentation.

3Bien que Platon présente l’usage du préambule comme la grande nouveauté de sa législation (722e1-4), on peut se demander s’il fournit un point de départ pertinent à une interprétation des Lois, s’il est vrai que le problème auquel il répond est de nature formelle (la forme en question étant celle de la loi), plutôt que substantiel (le contenu en tant que tel n’est pas d’emblée en jeu). Pourtant, la question ultime de la politique platonicienne (et pas seulement de la politique platonicienne) est bien une question de forme : il ne s’agit rien moins que de savoir quel rapport le rationnel peut entretenir avec l’irrationnel. A l’horizon de cette problématique, il y a la question de la psychologie. Celle-ci n’est pas plus ici traitée pour elle-même que bien d’autres sujets, qu’une étude plus complète des Lois, dont la matière est abondante, devrait aborder. J’ai néanmoins tenu à dire brièvement, en appendice à la première partie, pourquoi la thèse défendue à ce propos par C. Bobonich dans son important livre Plato’s Utopia Recast (2002), ne m’a pas convaincu.

4Appendice excepté, le livre repose sur une série de travaux antérieurs.

5L’essentiel de la première partie est constitué par une version traduite et révisée d’un chapitre originellement rédigé pour The Cambridge History of Greek and Roman Political Thought, éditée par C. Rowe et M. Schofield, Cambridge 2000, 258-292, dont certaines sections ont été publiées en français sous le titre « Prodige et médiation : esquisse d’une lecture des Lois » dans : D’une cité possible. Sur les Lois de Platon (sous la direction de J.-F. Balaudé), Paris, 1995, p. 11-28 (=le Temps philosophique, Publications du Département de Philosophie Paris X-Nanterre, 1). J’y ai ajouté la substance de deux développements figurant dans le chapitre « Platon » de l’Histoire de la pensée politique éditée par A. Renaut, vol. 1 (La liberté des Anciens), Paris, Calmann-Lévy, 1999, p. 57-125.

6La seconde partie provient d’un doctorat d’Etat défendu en Sorbonne en 1988 (Loi et persuasion. Sur la structure de la pensée politique de Platon), que ses nombreuses imperfections m’ont retenu de publier, mais qui contient une série d’analyses que j’estime pertinentes, et sur laquelle mes articles antérieurs sur le sujet sont fondés.

7Les thèses que j’ai développées sur les Lois depuis une quinzaine d’années ont suscité quelques réactions, notamment de la part de L. Brisson et de C. Bobonich, qui récusent pour des raisons différentes et à vrai dire opposées entre elles l’usage que je fais de la notion d’utopie législative (Brisson 2000, Bobonich 2002, 109ss.), ainsi que de F. Lisi, qui conteste l’analyse que je donne de la relation entre les Lois et la République (Lisi 2004). Ce n’est pas ici le lieu de formuler des réponses détaillées, qui mobiliseraient à la fois des analyses philologiques et des considérations méthodologiques auxquelles je n’ai pratiquement accordé aucune place dans le cadre de cet essai, qui garde un caractère introductif. Du moins j’espère, s’agissant des préambules, avoir clarifié ma position. Quant à la question du rapport entre les Lois et la République, ma démarche vise moins à défendre telle ou telle thèse sur la question de savoir si Platon a ou non changé d’opinion entre la République et les Lois que de rendre les Lois (et la République) à la complexité de la réflexion qui les sous-tend. Je compte néanmoins revenir à une autre occasion sur les divergences herméneutiques en jeu dans cette discussion, qui est importante, puisqu’il ne s’agit de rien moins que de la « question platonicienne ». Il est fascinant de constater que les arguments réputés décisifs, une fois parcouru un certain chemin, tiennent souvent à l’interprétation d’une poignée de phrases, voire d’un simple mot, dont le sens demanderait à être problématisé plutôt qu’unilatéralement tranché. La démarche ici suivie prend résolument le parti de la complexité, dans l’idée qu’il n’y a pas de grande pensée philosophique, comme pas de grande littérature non plus, qui ne soit le fruit d’un certain nombre de tensions conceptuelles. Un foyer majeur de tension, s’agissant des Lois et de leur rapport à la République, réside dans la notion de possibilité, dont ces pages soulignent la spécificité et explorent quelques effets. L’étape suivante consisterait à examiner de manière systématique le concept platonicien d’éducation ou paideia, tel qu’il est articulé dans les Lois. L’analyse des préambules la prépare, mais ne la recouvre pas.

8Ma présentation est ponctuée de références assez nombreuses, mais qui ne visent pas à l’exhaustivité : l’apparat aurait été démesuré. Elles sont donc souvent données exempli gratia.

9Les circonstances ont voulu que je rédige ces pages en un lieu où l’accès aux livres n’est pas des plus aisés. Je n’ai donc pas cherché à systématiquement informer ou à prendre position, et en particulier pas par rapport aux publications les plus récentes, quand elles ne m’étaient pas connues. Je compte sur l’indulgence des auteurs que je n’ai pas pu citer, là où cela aurait été pertinent. L. Brisson et F. Lisi m’ont néanmoins aidé à combler quelques lacunes en mettant à ma disposition certains de leurs travaux par voie électronique. Je les en remercie d’autant plus qu’ils sont en désaccord avec les thèses ici défendues.

10Mes remerciements vont également à Alain Lernould et Letitia Mouze pour leur relecture, à Caroline Taillez pour son aide, et enfin à Nicolas Delargillière et Patricia Verdier pour leur efficacité dans la difficile confection à distance du présent ouvrage.

11Mexico, 27 Juillet-7 Septembre 2005

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540