Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu'est-ce que la philosophie présocratique ?

 | 
André Laks
, 
Claire Louguet

B. Problèmes de cosmologie archaïque

La lumière de la lune dans la pensée grecque archaïque

Daniel W. Graham
Traduction de Létitia Mouze

Texte intégral

La traductrice remercie Mélinda Rappoport de son aide.

« Thalès a dit le premier que [la lune] est éclairée par le soleil ; Pythagore et Parménide de même. » (Aétius II, 28, 5)
« [Anaximandre dit que] la lune brille d’une lumière empruntée, éclairée par le soleil. » (Diogène Laërce II, 1)
« Eudème rapporte dans son Astronomie qu’Œnopide a le premier découvert le cercle du zodiaque et le cycle de la Grande Année ; Thalès, l’éclipse du soleil et l’époque des solstices, et qu’ils ne paraissent pas toujours au même moment ; Anaximandre, que la terre est suspendue et se meut autour du centre du monde ; Anaximène, que la lune reçoit sa lumière du soleil, et de quelle manière elle a une éclipse. » (Théon de Smyrne, CXCVIII, 14-CXCIX, 2)

1Qui a découvert le premier la source de la lumière de la lune ? Les notices doxographiques citées ci-dessus reflètent les mauvaises informations accumulées dans l’Antiquité sur le prétendu Premier Découvreur. Pour un lecteur moderne, le problème de la lumière de la lune peut sembler si élémentaire, et sa solution si évidente, que la question du premier découvreur est, d’un côté oiseuse, et de l’autre indéterminable. J’essaierai de montrer, au contraire, que le problème astronomique était en son temps important ; qu’il est possible d’identifier avec une certitude raisonnable celui qui a découvert la solution correcte ; et que l’enquête a des implications importantes pour l’histoire de l’astronomie grecque archaïque, et même pour la science grecque en général.

I. L’astronomie ionienne

2Je soutiendrai ici qu’aucun Ionien de l’époque archaïque n’a compris la source de la lumière de la lune. J’utilise le terme « archaïque » en référence au VIe av. J.C., et « Ionien » pour désigner, non seulement les Milésiens et Héraclite, mais aussi Pythagore et Xénophane, qui étaient tous deux, naturellement, originaires d’Ionie, même s’ils passèrent leurs années de maturité en Italie ou en Sicile.

A. Thalès

  • 1 I, 74 ; voir Pline HNII, 53.
  • 2 « Selon certains [Thalès] semble avoir été le premier astronome et avoir prédit des éclipses solair (...)
  • 3 Déjà bien établi au temps de Tannery 1880. Pour une défense plus récente de la date particulière av (...)

3Le cas le plus controversé, et par conséquent celui sur lequel nous devons passer le plus de temps, est celui de Thalès. D’après Hérodote, source autorisée1, on dit que Thalès a prédit une éclipse solaire qui se produisit durant une bataille. La renommée qui résulta de son exploit a sans doute abouti à son inclusion parmi les Sept Sages de la Grèce archaïque, et lui a assuré l’admiration des générations ultérieures2. L’éclipse en général est habituellement identifiée à celle du 28 mai 585 av. J.-C., comme l’ont déterminé des calculs scientifiques modernes3.

  • 4 L’EAE est une collection de textes astronomiques (plus précisément : astrologiques) classiques remo (...)

4Mais comment Thalès aurait-il réellement pu avoir fait une telle prédiction ? La recherche dans le domaine de l’astronomie – ou, plus exactement, de l’astrologie – mésopotamienne a fourni la base d’une explication. Les Enuma Anu Enlil (EAE), une série de textes dont les originaux remontent au second millénaire av. J.-C., prédisent les conséquences qui s’ensuivront si certains prodiges célestes sont observés, y compris les éclipses. Si les tablettes EAE ne permettent pas par elles-mêmes de prédire des éclipses, elles marquent le commencement d’un registre systématique qui conserve les observations célestes, lequel allait finalement fournir une base de données pour l’étude des éclipses4. Sur la base des éclipses enregistrées, des modèles d’éclipses récurrentes furent ultérieurement identifiés, de sorte que des éclipses pouvaient être anticipées. Il y a cependant des problèmes : si les éclipses de lune peuvent être observées de n’importe quel endroit de la terre se trouvant tourné vers la pleine lune (c’est-à-dire tout point de la terre qui n’est pas éclairé par le soleil), les éclipses de soleil ne peuvent être vues que le long d’un étroit couloir sur terre, là où se projette l’ombre de la lune. Donc les éclipses solaires ne sont pas toujours observables d’un point donné de la terre, même si elles ont été correctement prédites. De plus, les registres d’éclipses à partir d’un point d’observation, par exemple Babylone, ne sont pas valides pour d’autres points, par exemple Milet. Pour avoir quelque espoir de faire une prédiction correcte, un observateur devait disposer d’un registre des éclipses à partir de son propre point d’observation qui s’étende sur un siècle ou plus. En outre, les prédictions se fondent sur le nombre de mois écoulés. Mais les cités grecques en ce temps n’avaient pas de système régulier de mois intercalaires pour compenser l’incommensurabilité des cycles du soleil et de la lune. Donc un observateur grec (ou un institut de recherche) devait noter non seulement les éclipses mais encore les mois écoulés. Il y a d’autres questions, sur la manière dont étaient faites, en Mésopotamie, les prédictions cycliques d’éclipses, quand et comment elles peuvent avoir été transmises aux Grecs, et comment les Mésopotamiens comprenaient les phénomènes qu’ils prédisaient.

  • 5 Neugebauer 1975, II, 602 ; « Cette théorie vague mais pratique s’écroule face à la connaissance act (...)
  • 6 Cf. Dicks 1959, 1966, et les sections de 1970 concernant ce sujet.
  • 7 Ceux qui soutiennent la prédiction de Thalès : Tannery 1880 ; Kirk-Raven 1957, 80 ; Guthrie 1962, 4 (...)

5Sur la base de tels problèmes, l’un des principaux spécialistes des sciences du Moyen Orient, Otto Neugebauer, a conclu qu’il était presque impossible que Thalès ait prédit une éclipse de soleil5. L’autorité principale en astronomie grecque, D. R. Dicks, a de la même façon rejeté la prétendue prédiction de Thalès comme un anachronisme grossier6. Malgré ces objections, d’autres érudits ont proposé des moyens de rendre possible la prédiction de Thalès. Ainsi, ces dernières années, se sont développées deux traditions concurrentes d’érudition, apparemment isolées l’une de l’autre, l’une qui rejette totalement la prédiction de Thalès, l’autre qui la défend7. Ce qui est en jeu est la question de savoir comment les premiers penseurs grecs comprenaient le ciel.

  • 8 Panchenko 1994, avec l’article à paraître en 2001, dont l’auteur m’a gentiment laissé voir les épre (...)

6Je me concentrerai ici sur la défense la plus récente de la prédiction de Thalès, qui fait écho à nombre d’arguments et de suppositions maintenant classiques de la part de ceux qui acceptent les sources anciennes, – et qui tire des conclusions définitives quant à la source de la lumière de la lune : celle de Dmitri Panchenko8. Les fondements de l’argument semblent être les suivants : (i) L’évidence historique pour la prédiction de Thalès est excellente : elle remonte à Eudème, le disciple d’Aristote, dont l’Histoire de l’Astronomie pose les fondements des témoignages doxographiques ultérieurs sur les conceptions astronomiques anciennes. Eudème se fonderait sur les témoignages plausibles d’Hérodote, de Xénophane et d’Héraclite, qui connaissaient la prédiction de Thalès. (ii) Les progrès de l’astronomie babylonienne, dont Thalès doit avoir eu connaissance en Egypte, rendent possible une prédiction sur la base des cycles qui se répètent. (iii) De façon cohérente avec sa compréhension des éclipses, Thalès a correctement identifié la source de la lumière de la lune, développée plus tard par Anaxagore : « Dans le cas des éclipses de soleil, [Anaxagore] a supprimé la difficulté qui résidait dans la méthode d’explication fondamentalement correcte déjà avancée par Thalès » (2001, 175).

7Qu’est-ce qui nous assure que Thalès avait compris la source de la lumière de la lune ? Il y a sans doute, derrière l’inférence qu’il a faite une déduction comme celle-ci :

PE. Thalès a prédit une éclipse solaire. [Prédiction de l’Eclipse]

8Donc :

EE. Thalès comprenait et était capable d’expliquer les véritables causes d’une éclipse solaire. [Explication de l’Eclipse]

9Donc :

EL. : Thalès comprenait et était capable d’expliquer la source de la lumière de la lune. [Explication de la Lumière de la lune]

10En d’autres termes, la capacité de Thalès à prédire une éclipse (PE) présuppose sa capacité à expliquer une éclipse solaire (EE), ce qui à son tour présuppose sa capacité à expliquer la source de la lumière de la lune (EL). Ou, en d’autres termes, PE implique EE, qui implique EL, ou encore en d’autres termes, EE et EL sont des conditions nécessaires pour PE. Dans cette reconstruction, l’unique preuve pour EE et EL est PE.

  • 9 APo. II, 8.

11Mais il y a un problème pour parvenir de cette manière à EL. Selon Panchenko et la plupart des autres érudits qui croient dans la prédiction, Thalès était parvenu à sa prédiction uniquement en considérant une liste d’occurrences répétées. Cette méthode cependant ne présuppose pas une théorie particulière des éclipses, et elle pourrait effectivement être déployée par un observateur qui n’a aucune théorie sur la nature des éclipses solaires. De cette même manière on pourrait apprendre à prédire le solstice d’été sur la base d’un décompte des jours à partir du dernier solstice sans comprendre ce qui fait que le solstice se produit. En termes aristotéliciens, on pourrait avoir une conscience accidentelle sans avoir de connaissance scientifique9. On aurait uniquement besoin, dans le cas d’une éclipse, de la capacité à reconnaître le phénomène que nous appelons éclipse solaire, d’un registre des occurrences antérieures, et de la capacité à compter. Ainsi (ii) ci-dessus – une méthode empirique pour prédire les éclipses – n’implique pas (iii) le fait de comprendre la source de la lumière de la lune.

  • 10 Cf. n. 2.
  • 11 Ainsi Lebedev 1990, 79, n. 6.
  • 12 P Ony. LIII 3710, col. II, 36-43, reproduit et discuté par Lebedev 1990. Il discute la possibilité (...)

12En ce qui regarde (i), Eudème semble accepter le témoignage d’Hérodote, apparemment confirmé par les réactions de Xénophane et Héraclite, selon lequel Thalès a prédit une éclipse. Mais que fait-il précisément de ce témoignage ? Il dit que Thalès a « découvert » l’éclipse solaire10. Mais apparemment, il ne dit pas que Thalès a expliqué les éclipses, encore moins qu’il a compris que le soleil est la source de la lumière de la lune – cette découverte, il la réserve à « Anaximène », ainsi que celle de la compréhension des éclipses lunaires. Cela suggère qu’Eudème ne trouvait pas de preuve d’une explication – ou d’une explication correcte – chez Thalès11. Un texte papyrologique publié récemment nous apprend qu’Aristarque de Samos attribuait l’explication correcte à Thalès, sur la base d’une étude de la nouvelle lune12. Nous devons donc nous demander ce que savait Aristarque, et qu’Eudème ne savait pas. Aristarque peut avoir fait la déduction que n’a pas faite Eudème, et avoir conclu à partir de la prédiction de l’éclipse par Thalès que celui-ci avait compris son mécanisme.

13J’ai supposé jusqu’ici que Thalès avait effectivement utilisé une méthode de prédiction fondée sur les méthodes babyloniennes, ou du moins inspirée d’elles. Mais quelle preuve y a-t-il en faveur de cette affirmation ? Quelque chose comme l’argument suivant semble l’appuyer :

PE. Thalès a prédit une éclipse solaire [Prédiction de l’Eclipse].
MP. L’unique méthode au moyen de laquelle on peut prédire une éclipse au temps de Thalès était la méthode babylonienne des occurrences répétées [Méthode de Prédiction].

14Donc :

MT. Thalès a utilisé la méthode babylonienne (ou quelque autre semblable) pour prédire une éclipse solaire [Méthode de Thalès].

  • 13 Sur la vaste propagation des textes EAE, cf. Rochberg-Halton 1988, ch. 3 ; sur les découvertes en A (...)
  • 14 « Il reste une autre hypothèse vague [sur la manière dont Thalès a prédit une éclipse] ; la prédict (...)

15Cet argument a le mérite de faire appel à une méthode historiquement possible pour expliquer la prédiction de Thalès. Une méthode empirique était utilisée au temps de Thalès. Et une certaine connaissance de l’astrologie babylonienne était largement répandue. De fait, des textes de EAE ont été trouvés en Asie Mineure, de sorte qu’il n’est point besoin de supposer que Thalès a voyagé en Egypte pour rencontrer la science babylonienne13. Et même s’il avait une connaissance de la méthode, Thalès n’avait pas de données pour l’utiliser14. Dans tous les cas, l’argument dépendra d’une simple affirmation (MP), s’il n’y a pas de preuve qui confirme l’utilisation de la méthode par Thalès. Le problème est qu’aucun de ses successeurs (Anaximandre son élève, ou Anaximène, l’élève d’Anaximandre) ne manifeste la connaissance d’une telle méthode, sans parler d’une compréhension correcte de l’éclipse (cf. infra). Quelques admirateurs de Thalès donnent les raisons de cette lacune dans la tradition :

« [Thalès] a eu la satisfaction de voir sa prévision confirmée, mais il a appris en même temps que les choses étaient plus compliquées qu’il n’avait cru. C’est probablement pour cette raison qu’il n’a jamais parlé à personne, pas même à ses amis ou disciples les plus proches, de sa méthode et de son échec... » (Hartner 1969, 69s.).

16Selon Hartner, « l’échec » de Thalès résultait du fait que l’éclipse avait eu lieu des mois avant ce qu’il avait réellement prévu. Hartner a décrit Thalès comme plongé sur des registres d’éclipses, tel un savant moderne à la recherche de corrélations. Mais s’il a les instincts d’un chercheur moderne, pourquoi est-il si facilement découragé, et pourquoi ne cherche-t-il pas de collaboration pour le travail complexe qu’il a sous la main ? Le pire, dans de telles conjectures, est qu’elles rendent irréfutable et incontrôlable l’hypothèse que Thalès utilisait des méthodes babyloniennes. Si Thalès n’a pas communiqué sa méthode à ses disciples, comment peut-on attendre des historiens aristotéliciens des sciences du IVe siècle av. J.-C. qu’ils sachent ce qu’il a compris ? Ainsi, bien que l’affirmation selon laquelle Thalès utilisait des méthodes babyloniennes soit historiquement et géographiquement tenable, elle ne peut pas prétendre être plus qu’une inférence à partir de circonstances générales ; il n’y a pas de confirmation historique pour cette assertion.

17Jusqu’ici, j’ai supposé que Thalès a prédit une éclipse. Mais cette assertion peut être considérée au mieux comme un on-dit, même si c’est un on-dit ancien. Mais, pourrait dire un défenseur, comment un événement aussi fameux aurait-il pu être inventé ? Nous ferons une comparaison avec un événement tout aussi fameux qui se produisit au Ve siècle av. J.-C.

« Les Grecs rapportent qu’Anaxagore de Clazomènes, la deuxième année de la 78e Olympiade [467/6], avait prédit, grâce à sa connaissance des écrits astronomiques, à quelle période une pierre tomberait du soleil, ce qui arriva en plein jour dans une région de Thrace proche d’Aegos Potamos. La pierre est encore exposée, elle a environ la taille d’une charrette, couleur de brûlé, et elle est tombée à une période où on voyait une comète brûler chaque nuit. » (Pline, Histoire Naturelle II, 149 = 59A11)

  • 15 Nous pourrions être tenté de supposer qu’Anaxagore a prédit le météore sur la base de la comète qui (...)
  • 16 Pour une thèse plausible et très positive sur la contribution de Thalès comme astronome, cf. White (...)

18Ici, nous avons l’information précise et datée d’une prédiction d’Anaxagore qui fut confirmée par les faits. Mais comme nous savons que l’on ne peut pas prédire les météores, nous ne prenons pas ce témoignage au pied de la lettre15. De façon claire, le nom d’Anaxagore était lié à un événement remarquable qui se produisit une année déterminée, mais il est tout aussi évident qu’il ne peut pas avoir prédit cet événement. Voici une reconstruction possible : Anaxagore a développé une théorie selon laquelle il y a des pierres qui tournent autour de la terre dans le ciel (y compris, comme nous le savons, les principaux corps célestes). Un météore a frappé la terre en laissant derrière lui un gros météorite, ce qui a paru confirmer cette théorie aux connaisseurs. Ils saluèrent l’événement comme une confirmation de la théorie d’Anaxagore ; plus tard, dans l’esprit populaire, Anaxagore fut crédité de la prédiction de l’événement. Si ce genre de conclusion a pu se produire au Ve siècle, il a pu se produire au VIe ; tout ce que nous avons besoin de supposer est que Thalès avait d’une manière ou d’une autre fourni une certaine explication d’une éclipse solaire, qui sembla remarquable, et qu’il en résulta que son nom fut associé à l’éclipse suivante qui fut observée. Tout cela est évidemment pure conjecture, mais ne me paraît pas moins probable, comme explication de la réputation de Thalès en tant qu’astronome, que la conjecture qui lui attribue le pouvoir de prédire une éclipse. Le témoignage sur Anaxagore montre qu’en astronomie, une preuve fondée sur un ancien on-dit est faillible. Et cela érode par conséquent notre confiance dans les témoignages concernant la prouesse astronomique de Thalès16.

B. Anaximandre

  • 17 Cf. Kahn I960 pour une reconstruction générale de la cosmologie d’Anaximandre, et pp. 59-61 sur la (...)

19Selon Diogène Laërce, Anaximandre est celui qui a découvert la source de la lumière de la lune. Malheureusement, tout ce que nous savons d’Anaximandre contredit cela. Selon Anaximandre, le soleil et la lune sont des anneaux de feu enfermés dans la brume, avec une ouverture à travers laquelle le feu est visible. La lune ne reçoit pas sa lumière du soleil, et les éclipses ne sont pas expliquées par une quelconque relation entre le soleil et la lune. Les phases de la lune et les éclipses sont expliquées par une obstruction du trou de respiration. La tradition doxographique ne corrobore pas l’attribution à Anaximandre par Diogène de l’explication correcte17.

C. Anaximène

  • 18 De utilitate mathematicae CXCVIII, 9-13.
  • 19 Le compte-rendu de Théon est accepté par McKirahan (1994, 58), qui ne prend pas en considération ce (...)
  • 20 Aétius II, 14, 3s. donne les deux hypothèses ; en II, 22, 1 il fait le soleil plat. Hippolyte Réf I (...)
  • 21 Hippol. Réf I, 7, 6. McKirahan 1994, 57 explique le passage comme posant un hémisphère en rotation (...)
  • 22 Hippol. Réf. I, 7, 6 = 13A7 ; A14, A15, A20.

20Eudème, comme le rapporte Théon (par l’intermédiaire de Dercyllide)18, attribue à Anaximène la découverte de la source de la lumière de la lune. Mais ce témoignage pose de sérieux problèmes19. La théorie du ciel d’Anaximène n’est pas absolument claire. D’un côté, les corps célestes sont dits semblables à des feuilles, des surfaces plates, poussées par des vents célestes. D’un autre côté, ils sont comme des clous fixés sur un hémisphère cristallin20. Le ciel tourne comme un bonnet de feutre21. Le soleil ne descend pas sous terre, mais il est caché par de hautes montagnes au nord22. Quels que soient les détails précis du modèle d’Anaximène, la lune elle-même est plate. Mais le soleil ne peut pas projeter sur une surface plate une ombre qui est alternativement un croissant, un demi-cercle, une forme gibbeuse, et un cercle plein. La théorie peut expliquer la présence ou l’absence d’ombre mais pas les formes successives correspondant à la distance angulaire entre le soleil et la lune. De plus, le croissant près de l’horizon est tourné vers le bas, indiquant l’emplacement du soleil au-dessous de l’horizon à l’Ouest, lorsqu’il s’agit du premier quartier, ou bien à l’Est lorsque c’est le dernier quartier, signe manifeste que le soleil se trouve au-dessous de la terre, et non pas horizontalement opposé à elle. En d’autres termes, la connaissance de la source de la lumière de la lune tendrait à ébranler la théorie d’Anaximène sur le mouvement du soleil.

  • 23 Bicknell 1969, 62-5 donne une explication plausible de la théorie des éclipses d’Anaximène.

21En outre, il est difficile de voir comment, sur la base de cette théorie, Anaximène peut donner l’explication des éclipses de lune qu’Eudème, à ce qu’on dit, lui attribue aussi. Si le soleil ne se trouve pas au-dessous de la terre, mais tourne autour d’elle, la seule manière pour que l’ombre de la terre se projette sur la lune est qu’il y ait quelque pic montagneux ou quelque proéminence qui fasse obstacle aux rayons du soleil. Cependant, cela n’explique pas la forme circulaire de l’ombre qui recouvre la lune23.

  • 24 Panchenko 2001, 171, 176 ; suggéré auparavant par Bicknell 1969, 59, et, il y a longtemps, par Tann (...)
  • 25 Bien sûr, des erreurs de compréhension peuvent s’être glissées dans la transmission de l’explicatio (...)

22Voyant qu’il n’était pas plausible de faire d’Anaximène le découvreur de l’explication correcte de la lumière de la lune, Panchenko a provisoirement suggéré que le texte devait être corrigé, et qu’il fallait lire « Anaxagore », en référence à un penseur qui détenait sûrement quelque chose comme une explication correcte de la lumière de la lune et des éclipses (cf. infra)24. Bien que cette correction soit à première vue séduisante, il faut noter que le nom d’Anaximène apparaît dans un exposé dans lequel il suit immédiatement ceux de Thalès et d’Anaximandre – nous donnant ainsi la succession classique des philosophes Milésiens. Ainsi, il semble que, dans le cas de Dercyllide au moins, la succession soit parfaitement naturelle, et que le nom du plus tardif pluraliste ne doive pas être avancé25.

D. Pythagore

  • 26 Cf. Huffman 1993, 231 ss.

23Pythagore a été longtemps considéré comme le second grand astronome de l’Antiquité, après Thalès, et, selon Aétius, il a adopté l’explication de la lumière lunaire et des éclipses donnée par Thalès. Mais la reconstruction critique de Burkert (1962/1972, 299-350) a montré de façon convaincante que les théories astronomiques qui lui sont attribuées sont plus exactement celles de Philolaos – à la fin du Ve siècle26. La seule thèse attribuée de façon certaine à Pythagore par les sources anciennes est celle de la transmigration des âmes : nous n’avons pas d’information contemporaine fiable qui fasse de lui un astronome ou un cosmologiste.

E. Xénophane

  • 27 Aétius II, 20, 3 [= 21A40] associé à Lucrèce V, 660-5, D. S. XVII, 7, 5-7, Pomponius Mela I, 94s. L (...)
  • 28 Aét. II, 24, 9 = A41a
  • 29 Aét. II, 25, 4 = 21A43. Bien que DK ait seulement « nuage condensé », Runia 1989 note qu’« ardent » (...)
  • 30 Aét. II, 24, 9 = A4 la, correctement expliqué par Bicknell 1967.
  • 31 Aét. II, 24, 4 avec des corrections dans A41 ; cf. Aét. II. 13, 14 sur les étoiles, et II, 29, 5 su (...)

24Bien que la compréhension de la lumière lunaire ne soit attribuée ni à Xénophane ni à Héraclite, nous examinerons brièvement leurs systèmes astronomiques dans notre passage en revue de la théorie ionienne, pour être exhaustif. Xénophane a une théorie complexe des corps célestes, sur laquelle nous avons beaucoup de détails qui nécessitent une importante reconstitution. Ce que nous pouvons dire est que sa théorie n’est pas compatible avec l’explication correcte de la lumière lunaire et des éclipses. Il soutient que le soleil est constitué à partir du rassemblement de nombreuses étincelles ou petits feux chaque matin27 ; qu’il se déplace en ligne droite, parallèlement à une terre plate ; et qu’il y a de multiples soleils pour différentes régions (de la surface apparemment infinie) de la terre28. La lune est un « nuage condensé ardent » qui engendre sa propre lumière et disparaît à la nouvelle lune parce qu’il est éteint29. Les éclipses solaires surviennent lorsque le soleil traverse une région désolée et, « comme s’il ne marchait sur rien » il s’éteint, sans doute à cause du manque de combustible30. Dans cette explication, le soleil et la lune n’ont pas de relation spéciale l’un avec l’autre, les phases de la lune résultent de phénomènes à l’intérieur de la lune, et les éclipses solaires sont le résultat de conditions atmosphériques qui privent le soleil de l’humidité qu’il utilise comme combustible. Parce que le soleil s’éteint la nuit (apparemment)31, et qu’il se déplace en ligne droite parallèlement à une terre plate, il ne peut pas éclairer la lune après qu’on l’a vu se coucher. Xénophane, clairement, n’a pas compris la lumière lunaire, ni l’interaction du soleil et de la lune dans les éclipses.

F. Héraclite

  • 32 P. Oxy. LIII 3710 ii (b) 43-7 et iii. 7-11, pas dans DK.
  • 33 Aét. II, 28, 6, ibid. 24, 3 = 22A12 ; DL IX, 9-10.
  • 34 DL IX, 9-11, en particulier 11.

25Nous savons, grâce à un papyrus d’Oxyrhynchus, qu’Héraclite avait observé de près les phases de la lune32. Nous connaissons sa théorie du soleil et de la lune uniquement par de brèves notices dans Diogène Laërce et Aétius33. Le soleil et la lune sont des coques de feu qui subissent une éclipse lorsque leur côté extérieur se tourne vers la terre. Les phases de la lune sont causées par une rotation graduelle de la coque de la lune. Le soleil est nouveau chaque jour (22B6), apparemment parce que le combustible est rassemblé à nouveau chaque matin, et enflammé34. En tout cas, les phases de la lune ne sont pas relatives à la position ou à l’activité du soleil, et la lune possède sa propre source de lumière.

 

26Nous voyons donc que les conjectures astronomiques des Ioniens archaïques révèlent une incompréhension du rôle du soleil dans l’éclairage de la lune, ou de l’interaction du soleil et de la lune dans les éclipses. A la lumière de la seule évidence historique raisonnablement fiable dont nous disposions, il s’avère que les Ioniens archaïques étaient ignorants en physique céleste. Et si sa progéniture spirituelle était ignorante, il est raisonnable de supposer que Thalès, en tant que fondateur de la lignée, l’était aussi. Il est historiquement possible qu’il ait été familier de quelque méthode empirique de prédiction des éclipses – une méthode qui ne présuppose pas la compréhension de leur mécanisme – mais nous ne trouvons pas la confirmation de cette possibilité, et cette méthode n’est pas non plus mentionnée par les sources anciennes. S’il a eu quelque méthode empirique, il ne l’a pas transmise, ce qui rend improbable qu’il ait eu une telle méthode. En tout cas, le VIe siècle avant J.-C. présente quelques théories ingénieuses en matière de corps célestes, mais pas d’explication correcte de la physique de la lumière lunaire ou des éclipses solaires ou lunaires.

II. Eclairage à partir de Parménide

27Le dernier personnage, auquel il est fait allusion dans notre liste des prétendus découvreurs de la source de la lumière de la lune, est Parménide. Et cette fois, il existe une preuve positive en faveur de cette allégation. La compréhension de Parménide est attestée dans deux brefs fragments :

  • 35 Ou bien : « brillant comme la nuit », d’après Coxon 1986, 245s.
  • 36 L’expression άλλότριον ϕῶς est un jeu de mot qui évoque l’άλλότριον ϕῶς, l’« homme étranger » d’Hom (...)
  • 37 Bien qu’il n’y ait pas de preuve que ces vers soient liés, Os aident à s’expliquer mutuellement, et (...)

νυκτιϕαὲς περί γαῖαν άλώμενον άλλότριον ϕῶς (28Β14)
αἰεὶ παπταίνουσα πρός αύγὰς ἠελίοιο (Β15)
[la lune est un corps] qui brille la nuit35, errant autour de la terre avec une lumière empruntée36,
jetant sans cesse un regard vers les rayons du soleil37.

  • 38 Cf. Tarán 1965, 245, n. 40, O’Brien 1968b, 120-3 – une thèse complexe, Vlastos 1975, 104, Kirk dans (...)
  • 39 Cf. Tarán, ibid. (note précédente), Coxon 1986, 245. Guthrie, ibid. (note précédente) accorde beauc (...)

28Les deux idées principales dans ces fragments sont le fait que la lune reçoit sa lumière d’autre chose, et qu’elle fait toujours face aux rayons du soleil. Au lecteur non averti, les observations de Parménide sembleront complètement triviales. Mais si nous avons en tête le fait qu’aucune de ces observations n’a, à notre connaissance, jamais été faite avant – en tout cas pas dans la littérature grecque que nous avons conservée – nous commençons à voir dans ces lignes la reconnaissance de quelque chose d’important. Puisque nous avons disqualifié les prétendants anciens, il nous reste comme premier découvreur Parménide, ce qui est confirmé par ses propres paroles. De fait, les érudits admettent en général comme fiable l’assertion selon laquelle Parménide a le premier proclamé que la lune dépend du soleil pour ce qui est de sa lumière38. Avant Parménide, nous ne pouvons pas citer de théorie qui suggère ou implique que la lune reçoit sa lumière du soleil. Après Parménide, Platon rapporte cette thèse comme étant d’Anaxagore (Crat. 409a11-b1), ce qui est confirmé par un fragment (59B18). Si cela indique que Platon voyait en Anaxagore le découvreur de cette thèse, cela n’implique pas qu’il le soit effectivement39. Et nous devons aussi nous rappeler qu’Anaxagore enseignait à Athènes au temps de Cratyle et Socrate, plutôt qu’outre-mer.

  • 40 O’Brien rejette cela (121) parce que cela n’explique pas la nature ardente de la lune (cf. paragrap (...)
  • 41 Nic. 23 = Anaxagore Al8. Le fait qu’Empédocle, qui a une thèse similaire sur les éclipses, ne soit (...)

29Il y a cependant une thèse de compromis, qui soutient que si Parménide attribuait à la lune une lumière dérivée du soleil, la lumière de la lune n’était pas une lumière reflétée. En essayant de concilier les témoignages qui attribuent à Parménide la doctrine selon laquelle la lune reçoit sa lumière du soleil et ceux qui attribuent à Anaxagore la théorie de l’éclairage de la lune, O’Brien (1968b, 118-24), s’appuyant sur certaines explications de la nature ardente de la lune chez Parménide, soutient la thèse que Parménide et Anaxagore ont des théories fondamentalement différentes sur la lumière de la lune. Pour Parménide, le feu inné de la lune est allumé par la lumière du soleil, tandis que pour Anaxagore, la lumière du soleil est simplement reflétée par la lune. Cette dernière théorie permet à Anaxagore d’identifier l’explication correcte des éclipses de lune. Bien que l’explication d’O’Brien soit intéressante, et bien que la possibilité que Parménide, et peut-être d’autres philosophes anciens, ait eu de la lumière de la lune une explication plus complexe qu’un simple phénomène de réflexion, soit très séduisante, l’ensemble de l’explication ne paraît pas nécessaire. Car, quoi que puisse être la physique de la lumière de la lune, il s’avère que l’éclairage de la surface de la lune par le soleil est toujours une condition nécessaire pour que la lune émette de la lumière. Pour cette raison, les deux théories semblent identiques dans leurs prédictions, quelles que soient les différences théoriques qu’elles puissent avoir en ce qui concerne la physique de la lumière de la lune. Il est plus vraisemblable que la distinction réelle entre Parménide et Anaxagore soit que, tandis que le premier a découvert que le soleil était la source de la lumière de la lune, le second a exploité la découverte pour expliquer les éclipses40. Il y a une allusion dans les témoignages doxographiques au fait qu’Anaxagore disait clairement ce que Parménide disait de manière seulement obscure et, peut-on ajouter, poétique : comme Plutarque le souligne, « Anaxagore est le premier à avoir couché par écrit en termes très clairs et audacieux une théorie concernant l’éclairage de la lune »41. Ce qui peut avoir été présenté comme une intuition renversante, mais isolée, de Parménide, semble avoir été tissé dans un tableau cohérent de connexions causales chez Anaxagore.

  • 42 « On a pensé, à tort ou à raison, que la lumière dérivée impliquait l’explication correcte d’une éc (...)
  • 43 Attestée dans Aét. II, 7,1 – 28A37, ibid. II, 25, 3 = A42.
  • 44 Il faut noter qu’Anaxagore, aussi bien que Parménide, semble avoir eu une thèse plus complexe sur l (...)

30O’Brien semble troublé par le fait que Parménide, pour autant qu’on sache, n’a pas utilisé sa découverte pour expliquer les éclipses42. Mais sa théorie, en l’absence d’autres postulats, n’implique pas une explication correcte des éclipses ; et même si c’était le cas, il n’est pas garanti qu’il eût dû faire cette inférence. Sa propre découverte est présentée à juste titre comme une explication des phases de la lune pour elles-mêmes. En comparaison du cycle lunaire mensuel, les éclipses sont des phénomènes rares, et cela représente un saut théorique supplémentaire que de voir qu’une explication correcte du premier peut fournir une explication pour les secondes. Quant à la nature ardente de la lune43, elle aurait pu être avancée pour expliquer l’un ou l’autre des deux phénomènes suivants, ou les deux : l’éclat rougeâtre de la lune durant une éclipse lunaire, et la visibilité du disque obscur de la lune lorsque la lune est en croissant, un phénomène maintenant expliqué par « le clair de terre », éclairage de la surface de la lune par les rayons reflétés par la surface de la terre (qui présente un aspect gibbeux à la lune)44.

  • 45 Ex. : Tannery, 1887/1930, 238-42 (qui considère que la théorie est confirmée par les Pythagoriciens (...)

31On peut émettre une objection contre l’attribution à Parménide de la compréhension de la lumière de la lune. Selon lui, le ciel consiste en στεϕάναι (couronnes ou anneaux) (28B12 et A37). Cela suggère une structure semblable aux anneaux d’Anaximandre, et ne laisse pas de place pour des corps sphériques gravitant autour de la terre. Bien que la compréhension de la structure du ciel de Parménide pose un sérieux problème, il n’y a pas à ce jour d’interprétation largement acceptée des στέϕάνοι. S’agit-il des anneaux d’Anaximandre, de coquilles, de trajectoires, ou de régions du ciel ? Tant de réponses diverses ont été données que nous ne pouvons même pas indiquer un type de réponse que les interprètes partagent45. Mais compte tenu du fait que nous disposons des propres paroles de Parménide sur la relation du soleil et de la lune, nous devrions exiger que toute explication conjecturale s’accorde non seulement avec B12, mais aussi avec B14 et B15. Il serait pervers de rejeter le témoignage de fragments compréhensibles en faveur de témoignages dont le sens est pour le moins obscur.

  • 46 Cf. West 1971, 223 n. 1 sur Parménide : « La lune reflète la lumière du soleil (B 14-15) : on n’a p (...)

32Devrions-nous dire alors que Parménide a découvert la source de la lumière de la lune ? Peut-être ne fait-il que rapporter l’observation de quelque autre46. Mais de qui rapporte-t-il l’observation ? D’aucun des plus importants Présocratiques, dont nous avons passé les thèses en revue. En outre, pourquoi devrions-nous soutenir que, quand Anaximandre ou Xénophane font part d’une thèse en astronomie, il s’agit de la leur propre, tandis que quand Parménide fait de même, ce n’est pas la sienne propre ? Est-ce parce que Parménide est stupide ? Parce qu’il n’est pas un « scientifique » ? Sa cosmogonie et sa cosmologie ne sont-elles pas l’égal de celles de ses prédécesseurs ? Parce qu’il n’est pas un observateur du ciel ? Comment pouvons-nous le savoir ? Si nous disons que Parménide n’a pas fait la découverte, c’est comme si nous nous mettions dans la position de celui qui demanderait qui a écrit les pièces de Shakespeare. La réponse la plus simple, selon le critère d’Ockham, est de dire que Parménide est l’auteur de la découverte.

  • 47 Au moins onze siècles – cf. n. 4. Comme le fait observer Neugebauer 1975, I, 550.
    « Notre connaissan (...)

33Il faut noter ici quelque chose d’évident : la découverte de Parménide ne requiert pas d’équipement scientifique spécial, de compétence mathématique, ou de sophistication théorique. Elle présuppose seulement de comprendre que le ciel est constitué de corps physiques, et d’observer les phases de la lune en corrélation avec sa position par rapport au soleil. La découverte semble si simple, si évidente. Pourtant, dans les annales de toutes les recherches humaines de toutes les cultures antérieures à cette époque, il ne reste aucune allusion au fait que l’on faisait le rapport entre les phases de la lune et la distance angulaire de la lune par rapport au soleil – pas même dans la théorie babylonienne, qui a observé les phénomènes célestes pendant des siècles47. Peut-être que, tant que le soleil et la lune étaient considérés comme des divinités circulant le long de la voûte céleste, il n’y avait pas de raison de considérer leur rapport. Mais, au moins depuis l’essor de la spéculation philosophique, la possibilité de faire le rapport a existé. Cependant, aucun penseur Présocratique ancien n’a effectué le saut conceptuel qui consiste à considérer le soleil comme la source de l’éclairage de la lune.

34Une fois que le rapport entre la lumière du soleil et la lumière de la lune eut été établi, on pouvait tirer plusieurs conclusions dont les conséquences allaient être de grande portée pour la compréhension du cosmos. Il n’est pas nécessaire que ces conclusions aient été formulées immédiatement. En effet, les astronomes peuvent avoir besoin de plusieurs générations pour les tirer, comme dans le cas des implications potentielles de la théorie copernicienne. Mais le simple fait que l’on pouvait observer le ciel nuit après nuit et jour après jour, et voir l’intuition confirmée par les phénomènes, offrait une motivation puissante pour explorer les conséquences de la théorie. Certaines conséquences potentielles sont les suivantes :

  1. Les corps célestes sont sphériques. Les phases de la lune, comprises comme causées par le changement de position de la lune par rapport au soleil, suggèrent que la lune est une sphère sur laquelle le soleil projette sa lumière. Lorsque le soleil avance jusqu’à faire un angle plat avec la lune, vu de la terre – quand ils sont en opposition – les ombres s’éloignent jusqu’à ce que l’ensemble de l’hémisphère qui fait face à la terre soit éclairé. Lorsque le soleil commence à approcher la lune par l’autre partie de leurs orbites, il commence à projeter une ombre croissante sur la lune jusqu’à ce que, lorsqu’il est en conjonction avec elle et au-dessus d’elle, la face de la lune soit complètement dans l’ombre, de sorte qu’elle est invisible de la terre. Bien entendu, ce que nous apprenons réellement de cette découverte est uniquement que la lune est sphérique. Mais le fait qu’un corps céleste est sphérique suggère la forme de tous les corps célestes. Par exemple, Héraclite donne apparemment la même description du soleil et de la lune : des coques creuses remplies de feu. Si nous effectuons une généralisation inductive à partir de l’unique corps céleste que nous connaissons, nous inférerons que le soleil est sphérique. Et de fait, s’il y a des planètes, elles pourraient être sphériques. Et peut-être même la terre, qui est pourtant sui generis, non pas un corps céleste, mais un centre de mouvements célestes, pourrait aussi être considérée comme sphérique.

    • 48 Par exemple, Anaximandre place la roue du soleil à l’extérieur de la roue de la lune, mais pas pour (...)

    L’orbite du soleil est au-dessus de celle de la lune. Cela suit du fait que la face de la lune est dans l’ombre lorsque les deux corps sont en conjonction. C’est confirmé par la théorie des éclipses : la lune fait réellement obstacle au soleil dans une éclipse solaire. Ce fait aide au moins à fixer les positions relatives des deux orbites célestes, lesquelles ne peuvent être déterminées autrement que par des conjectures48,

    • 49 Xénophane : Hippol. Réf. I, 14, 3 ; Héraclite 22B6. Cf. la discussion de la section ci-dessus.

    Les corps célestes ont une existence continue. Pour un chercheur moderne, le fait est si évident qu’il n’a pas besoin d’être mentionné. Mais la continuité des corps célestes faisait l’objet de beaucoup de discussions avant Parménide. Xénophane et Héraclite semblent avoir tous deux soutenu que le soleil est nouveau chaque jour49. Etant donné que l’on pensait que le soleil brûlait grâce à un combustible fourni par les exhalaisons de la terre, on aurait pu raisonnablement penser que les brouillards nocturnes sont une condition nécessaire pour la production du feu solaire. Mais maintenant il devient évident que cette explication était fausse. Car vers le milieu du mois lunaire, la lune est visible longtemps après le coucher du soleil, et longtemps avant que le soleil se lève à nouveau. Avec l’intuition de Parménide, nous pouvons inférer l’existence du soleil même quand il n’est pas visible. En effet, nous pouvons déduire son emplacement – ce qui sera important pour des implications ultérieures. Bien sûr, il s’ensuit de l’explication de l’éclairage de la lune que la lune continue à exister quand elle est invisible, durant la phase de la nouvelle lune. Et son existence continue est confirmée par les éclipses solaires.

    • 50 Comme Anaximène semble l’avoir soutenu : Hippol. Réf. I, 7, 6 = 13A7, Aristote Mété. 354a27-32.
    • 51 L’air principiel peut avoir été considéré comme impénétrable : O’Brien 1963b, 116.

    Les trajectoires des corps célestes sont des cercles qui passent sous la terre. Une fois de plus, cette remarque semble, d’un point de vue moderne, superflue, mais dans le contexte de la théorie antique, elle est importante. A côté du modèle dominant de la terre comme un disque entouré par les cieux, au-dessus et en-dessous, il y avait un modèle alternatif, utilisé apparemment par Thalès et presque certainement par Xénophane, dans lequel le cosmos consistait en une surface infinie, limitant le ciel au-dessus et les corps principiels en-dessous. Pour Thalès apparemment le corps principiel était l’eau, avec un petit morceau de terre flottant dessus tel un radeau. Pour Xénophane, le corps premier était la terre, avec une large mer qui en recouvre certaines parties. Mais si nous suivons la trajectoire du soleil lorsqu’il éclaire la lune à certaines périodes du mois, nous pouvons déterminer qu’il se déplace selon une trajectoire (à peu près) circulaire autour de la terre, et, de fait, en-dessous. Le fait qu’une orbite passe sous l’horizon contredit la thèse d’un corps premier constituant une surface infinie. De plus, le fait que l’orbite du soleil passe sous l’horizon contredit la thèse selon laquelle il est caché par les plus hautes parties de la terre50. Cela peut renverser la théorie selon laquelle la terre est portée par un coussin d’air, comme chez Anaximène – si cette théorie est censée requérir que l’air sous la terre est d’une certaine manière isolé de l’air qui se trouve au-dessus de la terre51.

    • 52 Anaximandre, selon Hippol. Réf I, 6, 4s., dit que les éclipses comme les phases de la lune résulten (...)

    Les corps célestes ont une interaction causale. Cette remarque est extrêmement générale et extrêmement évidente, mais elle est néanmoins importante. Les modèles anciens ne postulaient pas d’interactions étroites entre les corps célestes. On pensait que les vapeurs et les vents soutenaient et dirigeaient les corps célestes, mais la plupart des théories pré-parménidiennes n’expliquaient pas les phénomènes célestes par des interactions entre les corps célestes. Les phases de la lune étaient expliquées par des changements dans la lune elle-même, les éclipses étaient gouvernées par le milieu ou par des changements dans le corps lui-même52. La découverte de Parménide suggère la possibilité que des corps célestes causent des changements, ou des changements apparents, dans d’autres corps célestes. Nous pouvons penser à la loi de la gravité comme à l’ultime accomplissement de cette manière de penser. Dans l’Antiquité, les effets de la lune sur les marées, c’est-à-dire sur un phénomène lié à la terre, furent peut-être la découverte la plus subtile de cette sorte.

    • 53 La terre projette une ombre circulaire sur la lune ; une terre en forme de disque pourrait projeter (...)

    La découverte permet au chercheur d’expliquer les éclipses correctement. Si le soleil est la source de la lumière de la lune, alors, lorsque la lune est interposée entre le soleil et la terre juste au bon endroit, la lumière du soleil est obstruée. De même, lorsque la terre se trouve entre le soleil et la pleine lune, elle projette son ombre sur la lune. Assurément, certaines autres conditions doivent avoir été obtenues pour que l’explication soit valide. Par exemple, il faut que le soleil et la lune aient une existence continue même lorsqu’on ne les voit pas ; il faut que la lune ait un corps solide, opaque ; il faut que la terre soit idéalement sphérique53. Mais ces conditions sont suggérées par la découverte qui suggère elle-même une nouvelle explication des éclipses.

35Tout bien considéré, la découverte de Parménide fournit un outil conceptuel qui permet de reconsidérer le ciel. D’un seul coup, toutes les théories sont devenues obsolètes. Reconnaître que la lune reçoit sa lumière du soleil fournit des données pour les investigations ultérieures, et pour l’explication des phénomènes célestes.

III. Parménide le cosmologiste

  • 54 Sur les étoiles du matin et du soir, Aét. II, 15, 4 = 28A40a ; sur la terre, DL IX, 21 = AI.
  • 55 La tablette 63 d’EAE donne les augures associés à Vénus, fondés sur les apparitions de la planète à (...)
  • 56 Soutenu par Vlastos 1975, 44s. et n. 56. Il note : « A ma connaissance, on n’a jamais donné de bonn (...)
  • 57 Dicks 1966, 30 ; 1970, 33, 47, 58 ; Vlastos 1975, 43-7.
  • 58 Les cinq planètes visibles sont identifiées pour la première fois, autant que nous sachions, dans l (...)

36Ce que cela montre en dernière instance est que Parménide était un formidable cosmologiste. Il n’a pas seulement critiqué les présupposés de la cosmologie : il a observé le ciel de près, et il a vu des relations que des générations – et même des générations d’astronomes – n’avaient jamais remarquées. Ou tout au moins n’avaient jamais transformées en explication causale. Jusque-là, nous avons parlé d’une seule découverte. Mais on le crédite de deux autres découvertes plus importantes encore : il fut le premier à identifier l’étoile du matin et l’étoile du soir, et il fut le premier à poser que la terre est ronde54. J’ai mis l’accent sur sa description de la lune non seulement à cause de son caractère significatif, mais parce que c’est la seule de ses découvertes putatives qui soit attestée par ses propres paroles. Les autres découvertes que l’on rapporte deviennent plus plausibles dès lors que nous voyons en Parménide un cosmologiste compétent, plein de perspicacité. Etant donné que l’identité de l’étoile du soir et de celle du matin était connue des astronomes babyloniens, nous ne pouvons pas le créditer d’être le premier au monde à avoir découvert cette identité55. Mais si le témoignage est correct, il semble avoir été le premier des Grecs à avoir pris conscience de cette identité56. Et cette découverte suggère que, sans doute pour la première fois dans l’histoire de l’astronomie grecque, il a porté son attention sur les planètes qui, pour autant que nous sachions, étaient ignorées par les théoriciens et observateurs anciens57. Au cinquième siècle, des philosophes ont commencé à noter la situation spéciale des planètes – des « vagabondes » qui se mouvaient relativement aux étoiles fixes58. Par la suite, cela devint un problème de l’astronomie scientifique d’expliquer pourquoi elles se mouvaient selon une trajectoire différente et à une vitesse différente des étoiles, auxquelles, sous d’autres rapports, elles ressemblent. On ne peut rien dire de plus sur ce sujet car nous avons très peu de témoignages sur les théories archaïques concernant les planètes.

  • 59 DL VIII, 48.
  • 60 Cf. Burkert 1972, 304. Morrison 1955, 64, a rejeté cette lecture. En tout cas, DL semble comprendre (...)
  • 61 Aét. III, 15, 7, Jamb. Theologoumena arithmeticae (De Falco-Klein 6) = Parménide A44.
  • 62 Strabon II, 2, 2, cf. Aét, III, 11,1= A44a.
  • 63 Reinhardt 1916, 147 n. 1, cf. Dicks 1960, 23-5, Tarán 1965, 246 n. 44. Coxon 1986, 238s. accepte pr (...)
  • 64 Burkert 1972, 305s. trouve là une raison de soutenir Posidonius.

37En ce qui regarde la sphéricité de la terre, les témoignages ne sont pas parfaitement clairs. Il s’avère que Théophraste disait que Parménide était le premier à avoir appelé le ciel cosmos et à avoir dit que la terre est « ronde »59. Etant donné que le terme στρογγύλoς est ambigu, et oscille entre « circulaire » (une figure à deux dimensions) et « sphérique » (une de trois dimensions), la proposition de Théophraste est rien moins que décisive. Mais Théophraste est une autorité ancienne à propos de la philosophie grecque archaïque, et comme il savait assurément que les philosophes plus anciens, comme Anaximandre, avaient posé que la terre a la forme d’un disque, nous sommes justifiés de comprendre qu’il attribue à Parménide une terre sphérique60. Plus tard, les anciennes autorités nous disent que, à cause de sa symétrie radicale, elle reste immobile, ce qui est une confirmation manifeste61. Enfin, Posidonius fait de Parménide celui qui est à l’origine de la division de la terre en cinq zones : arctique et antarctique, deux zones tempérées, et une région tropicale62. Reinhardt rejette ce témoignage comme grossièrement anachronique, car il implique une connaissance bien développée des cercles célestes qui sont projetés sur la terre63. De fait, déduire de la sphéricité de la terre une appréciation sur les zones climatiques créées sur terre par les mouvements du soleil relativement à elle constitue un saut conceptuel prodigieux. Nous pouvons suspecter Posidonius d’avoir confondu quelque remarque de Parménide sur les « couronnes » (στεϕάναι) avec un propos sur les zones terrestres64. Son témoignage doit être considéré avec prudence. Néanmoins, plusieurs témoignages indiquant que Parménide a posé une terre sphérique demeurent.

  • 65 Neugebauer 1975, II, 576 fait l’hypothèse que la découverte puisse avoir résulté d’observations de (...)
  • 66 Anaxagore, Empédocle, et les atomistes semblent tous avoir considéré la terre comme plate. Sur les (...)
  • 67 Cf. Heath 1913, 339s.
  • 68 Aristote DC 293a 18ss., Aét. II, 7, 7 = 44A16.

38Acceptons donc le témoignage selon lequel Parménide a posé une terre sphérique. Nous pouvons le voir effectuant de nouveau un saut conceptuel hardi en cosmologie : chacun de ses prédécesseurs avait considéré la terre, soit comme un disque plat, soit comme une surface plate. Parménide seul a fait la terre sphérique – et il a raison. Cette perspicacité, cependant, n’a pas la solide qualité scientifique de sa découverte concernant la lune. Car, pour autant que nous sachions, elle n’est pas fondée sur l’observation – tout au moins sur rien d’immédiatement significatif65. Sa thèse n’a pas non plus été reprise par ses successeurs immédiats en cosmologie66. Néanmoins, au IVe siècle, nous retrouvons sa thèse devenue standard, et au IIIe siècle, Eratosthène mesure réellement la terre avec un degré acceptable de précision67. Certaines observations scientifiques semblent avoir confirmé l’hypothèse d’une terre sphérique à la fin du Ve siècle ou au IVe siècle. Dans la dernière partie du Ve siècle, la thèse semble avoir été reprise par Philolaos et avoir fourni la base de sa cosmologie hétérodoxe, dans laquelle la terre devient une planète tournant autour d’un feu central68. Ainsi les conjectures de Parménide étaient destinées à acquérir un appui philosophique croissant et, en fin de compte, une confirmation scientifique. De cette manière, une thèse qui a commencé de toute évidence comme une conjecture audacieuse devait être à la fin justifiée comme une vérité scientifique.

  • 69 Furley 1987, 53-6. « Si j’ai raison de voir dans ces lignes de Parménide [B8.42-9] le début de la t (...)
  • 70 Ce qui, selon certains, a été la peinture du ciel dans Hésiode ; c’était au moins Symétrique : Th. (...)
  • 71 Cf. Popper 1998, dans lequel trois articles liés, les essais 3-5, argumentent sur ce point.
  • 72 Hippol. Réf. I, 7, 6, Aristote Mété. 354a27-32.
  • 73 Hippol. Réf. I, 7, 4 ; mais il y a une certaine confusion sur les corps célestes d’Anaximène : Aét. (...)

39Qu’est-ce qui a conduit Parménide à voir la terre comme une sphère ? David Furley a suggéré qu’il a appliqué sa thèse métaphysique de l’étant sphérique au problème cosmologique69. C’est bien sûr possible, mais pas nécessaire. Car le cosmos en lui-même était considéré comme sphérique, à peu près du moins, par les cosmologistes anciens : pourquoi ne pas appliquer la condition de la sphéricité au cosmos, c’est-à-dire au ciel uniquement70 ? D’un autre côté, Karl Popper a suggéré que Parménide a généralisé sa découverte de la sphéricité de la lune à la terre71. Cela attribue au moins à Parménide une déduction appropriée à l’explication physique. Selon cette explication, Parménide effectue un saut inductif de la sphéricité d’un corps à la sphéricité de tous les corps célestes – même le corps central du cosmos (voir point 1, p. 368). L’inférence n’est pas déductivement valide, mais elle nous permet de voir que Parménide utilise sa compréhension de la forme de la lune pour en dériver une hypothèse générale. Et il semble agir de manière cohérente avec les cosmologistes du temps en faisant cette généralisation : Anaximandre pose des roues de feu pour tous les corps célestes, Anaximène des disques plats72, Héraclite des coques renversées. Il n’est pas habituel de considérer la terre comme ayant la même structure que les corps qui décrivent des cercles autour d’elle – seul Anaximène, peut-être, a suivi ce modèle73. Le saut incarne au moins une procédure rationnelle de généralisation hypothétique d’intuitions. En tout cas, il est possible que Parménide ait eu des raisons physiques aussi bien que métaphysiques d’assigner une forme sphérique à la terre. Et, dans la mesure où nous voyons en Parménide un cosmologiste, nous pouvons considérer sa compréhension de la lune comme fondamentale, et sa compréhension de la forme de la terre comme dérivée.

40Nous voyons, à partir des considérations qui précèdent, que Parménide n’était pas un simple critique des cosmologies. Bien que son attitude vis-à-vis du projet d’expliquer le cosmos ait été dédaigneuse, ou au mieux sceptique, il a produit une cosmologie qui peut se proclamer supérieure à celle de n’importe lequel de ses prédécesseurs en pouvoir explicatif, et fondée sur des observations plus sensées que jusqu’alors. Il a correctement discerné la source de la lumière de la lune, déduit sa relation au soleil, probablement déduit sa forme, et la forme des autres corps célestes. Il a peut-être compris l’identité de l’étoile du matin et de celle du soir, et probablement posé la forme correcte de la terre. Aucun cosmologiste antique ne peut faire état de résultats comparables pour ses conjectures sur le ciel. Parménide n’était évidemment pas un astronome de salon, et il n’était pas non plus négligent dans ses observations ni ne faisait ses déductions au hasard. Il était peut-être le plus fin théoricien de l’astronomie de la période présocratique. Comme le lui a annoncé sa déesse, sa cosmologie trompeuse a surpassé les efforts de ses collègues les plus crédules (B8.60-1).

41Son succès se reflète dans l’œuvre de la génération suivante de cosmologistes. Bien que les détails de l’astronomie d’Empédocle ne soient pas clairs, il soutient que la lune reçoit sa lumière du soleil (31B43, B45, B47). De fait, la généalogie de sa doctrine apparaît clairement en B45 :

κυκλοτερὲς περί γαῖαν ελίσσεται άλλότριον ϕῶς
[sc. la lune est un corps] circulaire, tournant autour de la terre avec une lumière empruntée,

  • 74 Tannery 1887/1930, 216, affirme que Parménide B14-15 ont été fabriqués à l’imitation de fragments d (...)
  • 75 Selon Aét. II, 20, 13 ; Eus. PEI, 8, 10 ; A56, A30, le soleil est une sorte de lentille qui réfract (...)
  • 76 Selon Furley 1987, 94 ; cf. Heath 1913, 91. Wright 1981, 200, affirme que la terre est sphérique, e (...)

42ce qui est une imitation évidente de Parménide B1474. La lune gravite tout près de la terre (B46) avec le soleil au-dessus ; lorsque la lune fait obstacle à la lumière du soleil, elle projette son ombre sur la terre (B42). Le soleil est la cause du jour grâce à sa lumière ; la nuit vient lorsqu’il passe sous la terre75. Selon la thèse d’Empédocle, la lune et probablement le soleil sont des corps célestes qui ont la forme de lentilles plutôt qu’ils ne sont sphériques, et qui sont solides et permanents (A60). La terre est plus vraisemblablement plate76.

43De même, Anaxagore suit les innovations astronomiques de Parménide. Comme en témoigne Hippolyte, il soutient que :

[3] Le soleil, la lune, et les autres étoiles sont des pierres enflammées [cf. 1] transportées par la révolution de l’éther... [2] la lune est sous le soleil et plus près de nous. Le soleil est de taille supérieure au Péloponnèse. [LL, 5] La lune n’a pas de lumière propre, mais elle la reçoit du soleil. [4] La révolution des étoiles les porte sous la terre. [6] la lune a une éclipse lorsque la terre fait obstacle à la lumière du soleil... et le soleil a une éclipse lorsque la lune fait obstacle à sa lumière au moment de la nouvelle lune... [3] Et il a dit que la lune est faite de terre et comporte des plaines et des montagnes. (Réf. 1.8.6-10 = 59A42, en partie).

  • 77 Un texte d’Aristote indique une terre sphérique pour Anaxagore : Mété. 365a23-5 – mais dans le cont (...)

44J’ai ici inséré entre crochets l’intuition clef sur la lumière de la lune [LL] et le nombre de conséquences potentielles qui suivent de l’acceptation de la découverte de Parménide. LL est confirmé par 59B18 : « Le soleil étend sur la lune son éclat. » Toutes les conséquences sont tirées explicitement, sauf [1] celle selon laquelle les corps célestes sont sphériques et [5] celle selon laquelle les corps célestes agissent les uns sur les autres. Mais la première conséquence est implicitement contenue dans l’assertion selon laquelle les corps célestes sont des pierres, et la seconde dans le fait de reconnaître que la lune est éclairée par le soleil. Anaxagore échoue à généraliser à la forme de la terre, dont il maintient qu’elle est plate (Hippolyte, ibid., 3)77. Ici, la vision parménidienne du cosmos, moins la terre sphérique, semble avoir été présentée à l’examen des futures générations sous une forme claire et facilement reconnaissable. Si loin que Parménide soit allé dans la construction de sa théorie, les conséquences en ont été clarifiées par un successeur dans la série des cosmologistes. Parménide était un cosmologiste formidable, ainsi que ses successeurs l’ont reconnu lorsqu’ils ont adopté son intuition fondamentale et l’ont exploitée pour en dériver un modèle des corps célestes physiquement puissant. La conception d’une terre sphérique semble avoir été trop avant-gardiste pour les pluralistes ; mais les autres caractéristiques suggérées par sa théorie se sont rapidement répandues dans ce qui était destiné à devenir le modèle standard du cosmos – après avoir été modifié par Platon et Aristote.

  • 78 Tout le monde n’a pas accepté la théorie que la lune est éclairée par le soleil. Lucrèce (V, 705-50 (...)
  • 79 Aristote APo. II, 8 et passim.
  • 80 C’est la ligne adoptée par Dicks 1966, 38-40.

45L’intuition de Parménide n’était pas une impasse scientifique. Elle était fructueuse dans le développement d’un modèle puissant du ciel. Et à son niveau, elle a fait avancer la recherche scientifique78. En effet, l’explication des éclipses qu’Anaxagore a construite sur la base de l’intuition de Parménide en vint à être considérée elle-même comme le paradigme d’une explication scientifique79. On pourrait, certes, soutenir que le modèle ne requiert pas d’interprétation mathématique, et ainsi n’a pas de lien avec l’astronomie scientifique du IVe siècle av. J.-C., et au-delà80 Mais une telle objection fait preuve de myopie : car elle suppose qu’il ne pouvait pas y avoir d’astronomie mathématique avant que n’apparaisse un modèle physique comprenant des structures physiques constantes évoluant en mouvements réguliers. Si la théorie astronomique la plus ancienne, celle d’Anaximandre, avait ces caractéristiques, ce ne fut pas le cas des théories ioniennes ultérieures. L’intuition de Parménide fournissait à la fois les raisons des mouvements célestes réguliers et la possibilité qu’elle soit confirmée par des preuves empiriques – dans les ombres de la lune. L’astronomie mathématique était possible uniquement sur la base de l’hypothèse d’une régularité physique. Les observations de la lune par Parménide montraient que le mystérieux mouvement de croissance et de décroissance de la lune avait une explication élégante et simple. Les phénomènes étaient un jeu de lumière et d’ombre engendré par les changements de position du soleil et de la lune, comme une lampe céleste qui éclairerait une boule opaque. Deux corps célestes se mouvant sur une orbite régulière, l’un qui brille, l’autre qui reflète, l’un au-dessus, l’autre en-dessous, expliquent tous les phénomènes du cycle lunaire, tout en suggérant aussi une solution à l’énigme des éclipses. Corps physiques permanents, géométrie et mouvement fournissent ce qui est nécessaire pour l’explication. Demeuraient des problèmes non résolus : comment décrire les mouvements réguliers et comment expliquer l’impulsion qui produit le mouvement ? Parménide et ses successeurs au Ve siècle ne donnèrent pas de réponse au problème mathématique, et des réponses seulement grossières au problème physique. Mais sans le modèle inspiré par l’intuition de Parménide, il n’y aurait pas eu de raison de chercher des explications mathématiques.

 

  • 81 Swerdlow 1998, 27s., Lloyd 1979, 230.
  • 82 J’ai lu une version de cet article à Lille en octobre 2000 et une version révisée à l’Atelier de Ph (...)

46Voir que la lune est un corps solide, opaque, sphérique, tournant autour de la terre sous le soleil, représente un (peut-être le) moment décisif de l’astronomie grecque archaïque. Les Babyloniens étaient loin devant les Grecs sur la piste des mouvements célestes et dans la reconnaissance des irrégularités des planètes. Mais ils n’ont jamais considéré les corps célestes comme des feuilles, des coques ou des pierres. Et ils n’ont jamais découvert que la lune était un corps terreux brillant d’une lumière empruntée. Dépourvu de modèle physique du cosmos, ils n’ont jamais cherché un modèle mathématique81. De notre point de vue moderne, nous courons le risque de déprécier les réalisations de la Grèce archaïque car elles n’étaient pas de nature particulièrement mathématique, et de les mépriser parce que leurs résultats paraissent d’une évidence manifeste, ou d’une fantaisie absurde. Mais la découverte la plus grande de toutes peut être une vision de ce qui est évident, et que personne n’a aperçu. Et le plus grand critique de la cosmologie peut se révéler son plus grand bienfaiteur82.

Bibliographie

Aaboe, A., 1972, « Remarks on the theoretical treatment of eclipses in antiquity », Journal for the History of Astronomy, 3, 105-18.

Bicknell, P. J., 1967, « Xenophanes’ account of solar eclipses », Eranos, 65, 73-7.

Bicknell, P. J., 1969, « Anaximenes’ astronomy », Acta Classica, 12, 53-85.

Blanche, L., 1968, « L’éclipse de Thalès et ses problèmes », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 158, 153-99.

Bollack, J., 1990, « La cosmologie parménidéenne de Parménide », in : R.. Brague et J.-F. Courtine, éds., Herméneutique et ontologie. Hommage à Pierre Aubenque, Paris, 19-53.

Burkert, W., 1962/1972, Lore and science in ancient Pythagoreanism, tr. E. L. Minar, Jr., Cambridge, Mass.

Burkert, W., 1992, The orientalizing revolution. Near Eastern influence on Greek culture in the early archaic age, tr. Μ. E. Pinder and W. Burkert, Cambridge, Mass.

Coxon, A. H., 1986, The fragments of Parmenides, Assen.

Diels, H., 1897, Parmenides Lehrgedicht, Berlin.

Dicks, D. R., 1959, « Thales », Classical Quarterly, N.S. 9, 294-309.

Dicks, D. R., 1960, The geographical fragments of Hipparchus. Londres.

Dicks, D. R., 1966, « Solstices, equinoxes, and the Presocratics », Journal of Hellenic Studies, 86, 26-40.

Dicks, D. R., 1970, Early Greek astronomy to Aristotle. Ithaca, N.Y.

Furley, D., 1987, The Greek cosmologists, vol. 1, Cambridge.

Gigon, O., 1968, Der Ursprung der griechischen Philosophie, 2e ed., Bâle.

Guthrie, W. H. C., 1962, A history of Greek philosophy, vol. 1, Cambridge.

Guthrie, W. H. C., 1965, A history of Greek philosophy, vol. 2, Cambridge.

Hahn, R., 2001, Anaximander and the Architects, Albany, N.Y.

Hartner, W., 1969, « Eclipse periods and Thales’ prediction of an eclipse : Historic truth and modern myth », Centaurus, 14, 60-71.

Heath, T., 1912, Aristarchus of Samos, Oxford.

Huffman, C. A., 1993, Philolaus of Croton, Cambridge.

Jacoby, F., 1958, Die Fragmente der griechischen Historiker, 3C, Leyde.

Kahn, C. H., 1960, Anaximander and the origins of Greek cosmology. New York.

Kahn, C. H., 1970, « On Early Greek Astronomy », Journal of Hellenic Studies, 90, 99-116.

Keyser, P.-T., 1992, « Xenophanes’ Sun », Mnemosyne, 45, 299-311.

Kirk, G.S., J. E. Raven [and M. Schofield] [= KRS] (1957/1983) The Presocratic philosophers. Cambridge.

Lebedev, A. V., 1990, « Aristarchus of Samos on Thales’ theory of eclipses », Apeiron, 23, 77-85.

Lesher, J. H., 1992, Xenophanes of Colophon. Fragments, Toronto.

Lloyd, G. E. R., 1979, Magic, reason and experience, Cambridge.

Martin, Th.-M., 1864, « Sur quelques prédictions d’éclipses mentionnées par des auteurs anciens », Revue archéologique, 9.

Mckirahan, R. D., 1994, Philosophy before Socrates, Indianapolis.

Morrison, J. S., 1955, « Parmenides and Er », Journal of Hellenic Studies, 75, 59-68.

Mosshammer, A. A., 1981, « Thales’ eclipse », Transactions of the American Philological Association, 111, 145-55.

Neugebauer, O., 1957, The exact sciences in antiquity, Providence, R.I.

Neugebauer, O., 1975, A history of ancient mathematical astronomy, 3 vols., Berlin.

O’brien, D., 1968a, « The relation of Anaxagoras and Empedocles », Journal of Hellenic Studies, 88, 93-113.

O’brien, D., 1968b, « Derived light and eclipses in the fifth century », Journal of Hellenic Studies, 88, 114-27.

Panchenko, D., 1994, « Thales’s prediction of a solar eclipse », Journal for the History of Astronomy, 25, 275-88.

Panchenko, D., 2001, « Eudemus Fr, 145 Wehrli and the ancient theories of lunar light », in : I. M. Bodnar and W. W. Fortenbaugh, eds., Eudemus of Rhodes, New Brunswick, N. J., Rutgers University Studies in Classical Humanities, vol. 11, 170-82.

Patin, A., 1899, Parmenides im Kampfe gegen Heraklit, Leipzig.

Pellikaan-Engel, Μ. E., 1974, Hesiod and Parmenides. A new view on their cosmologies and on Parmenides proem, Amsterdam.

Popper, K. R., 1998, The World of Parmenides, ed. E. F. Petersen, Londres.

Reiner, E. and D. Pingree, 1975, Babylonian planetary omens. Part 1 : Enuma Anu Enlil, tablet 63, Bibliotheca Mesopotamica 2.1, Malibu.

Reinhardt, K., 1916, Parmenides und die Geschichte der griechischen Philosophie, Bonn.

Rochberg-Halton, F., 1988, Aspects of Babylonian celestial divination. The lunar eclipse tablets of Enuma Anu Enlil, Archiv für Orien t forschung Beiheft 22. Horn, Autriche.

Roller, D. W., 1983, « Some toughts on Thales’ eclipse », Liverpool Classical Monthly, 8, 58s.

Runia, D. T., 1989, « Xenophanes on the moon, A doxographicum in Aëtius », Phronesis, 35, 245-69.

Swerdlow, N. M., 1998, The Babylonian theory of the planets, Princeton.

Tannery, P., 1880, « Thalès et ses emprunts à l’Egypte », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 9, 299-318.

Tannery, P., 1887/1930, Pour l’histoire de la science hellène, 2e ed., ed. A. Diès, Paris.

Tarán, L., 1965, Parmenides, Princeton.

Vlastos, G., 1975, Plato’s universe, Seattle.

West, M. L., 1971, Early Greek philosophy and the orient, Oxford.

White, S., 2002, « Thales and the stars », in : V. Caston and D. W. Graham, eds., Presocratic philosophy : Essays in honour of Alexander Mourelatos, Aldershot.

Wöhrle, G., 1993, Anaximenes aus Milet. Stuttgart.

Wöhrle, G., 1995, « Wer entdeckte die Quelle des Mondlichts ? », Hermes, 123, 244-7.

Wright, M. R., 1981, Empedocles. The extant fragments. New Haven.

Wright, M. R., 1995, Cosmology in antiquity, Londres.

Notes

1 I, 74 ; voir Pline HNII, 53.

2 « Selon certains [Thalès] semble avoir été le premier astronome et avoir prédit des éclipses solaires et des solstices, comme le dit Eudème dans son Histoire de l’Astronomie, raison pour laquelle Xénophane et Hérodote l’admirent ; Héraclite et Démocrite ont donné des preuves de cela » (DL I, 23.)

3 Déjà bien établi au temps de Tannery 1880. Pour une défense plus récente de la date particulière avec une réponse au problème historique sur la date de la bataille, cf. Blanche 1968 ; pour une thèse sceptique sur la datation, cf. Roller 1983.

4 L’EAE est une collection de textes astronomiques (plus précisément : astrologiques) classiques remontant au règne d’Ammisaduqa (1702-1681 av. J.-C. !) de la première dynastie babylonienne. Des fragments de plusieurs copies ultérieures de ce texte ont été trouvés, qui font partie d’une pratique suivie de l’astrologie, et dans lesquels des observations régulières du ciel furent notées à partir du règne de Nabonassar (747-33 av. J.-C.) jusqu’à la période hellénistique dans les agendas astronomiques (Swerdlow 1998, 16). Pour une discussion générale de l’astronomie babylonienne, cf, Neugebauer 1957, ch. 5. Les tablettes 15-22 en particulier contiennent des augures lunaires, y compris les éclipses lunaires ; elles sont publiées dans Rochberg-Halton 1988. Parmi les points de repère utilisés par les augures, se trouvent les quarts de cercle de la lune pendant lesquels les éclipses commencent et finissent ; puisque la lune circule d’Ouest en Est, l’ombre sur la lune circulera toujours d’Est en Ouest. Les augures prennent en compte des directions de mouvement et des périodes impossibles pour la lune (les prédictions sont basées sur un mois lunaire qui commence à la première apparition de la nouvelle lune ; les éclipses lunaires peuvent se produire uniquement durant la pleine lune, au milieu du mois lunaire), ce qui montre que, au moins dans les stades anciens des observations astrologiques, les Babyloniens n’avaient pas compris le mécanisme des éclipses. Cf. Rochberg-Plalton 1988, 51-5 pour la direction des éclipses de lune, et 38-40 pour les jours du mois des éclipses de lune.

5 Neugebauer 1975, II, 602 ; « Cette théorie vague mais pratique s’écroule face à la connaissance actuelle sur la chronologie de l’astronomie babylonienne en général et de la théorie lunaire en particulier. Il est maintenant évident que même trois siècles après Thalès on ne pouvait prédire de voir aucune éclipse de soleil en Asie Mineure – de fait, pas même à Babylone ». Cf. Neugebauer 1957, 143 : « Je ne vois pas un seul élément fiable dans l’une quelconque de ces histoires [sur Thalès] ».

6 Cf. Dicks 1959, 1966, et les sections de 1970 concernant ce sujet.

7 Ceux qui soutiennent la prédiction de Thalès : Tannery 1880 ; Kirk-Raven 1957, 80 ; Guthrie 1962, 46-9 ; Blanche 1968 ; Hartner 1969 ; Aaboe 1972 ; Kirk-Raven Schofield 1983, 82 – cidessous ‘KRS’ ; Lesher 1992, 120-4 – soulignant que c’était un coup de chance ; McKirahan 1994, 24s. ; Panchenko 1994 ; 2001 ; ceux qui la rejettent : Martin 1864 ; Neugebauer 1957, 142s., 1975 ; Dicks 1959, 1966 ; Mosshammer 1981. Lebedev 1990 pense que Thalès a donné l’explication correcte (ou tout au moins l’époque correcte : à la nouvelle lune) sans faire de prédiction.

8 Panchenko 1994, avec l’article à paraître en 2001, dont l’auteur m’a gentiment laissé voir les épreuves.

9 APo. II, 8.

10 Cf. n. 2.

11 Ainsi Lebedev 1990, 79, n. 6.

12 P Ony. LIII 3710, col. II, 36-43, reproduit et discuté par Lebedev 1990. Il discute la possibilité que Démocrite soit une source pour Aristarque, et que Diodore d’Alexandrie soit un intermédiaire entre Aristarque et les Placita. Il parvient à une conclusion différente de la mienne.

13 Sur la vaste propagation des textes EAE, cf. Rochberg-Halton 1988, ch. 3 ; sur les découvertes en Asie Mineure, cf. en particulier pp. 33s. Panchenko 1996, 279s. discute le fait que l’Egypte soit l’endroit où Thalès aurait peut-être acquis sa connaissance des méthodes orientales. L’étude classique sur ce point est celle de Tannery 1880.

14 « Il reste une autre hypothèse vague [sur la manière dont Thalès a prédit une éclipse] ; la prédiction au moyen de cycles... Mais malheureusement, il n’existe pas de cycle historiquement utilisable des éclipses solaires visibles d’un lieu donné, et toute tentative pour établir un cycle nécessite l’accès à des siècles de données » (Neugebauer 1975, II, 604). Hartner 1969, 65-7, par exemple, fait l’hypothèse que Thalès possède des témoignages à partir de 711 av. J.-C., avec lesquels il travaille. Mais Mosshammer 1981, 1947, objecte que Milet n’a pas commencé à conserver une liste de ses principaux magistrats avant 525 av. J.-C.

15 Nous pourrions être tenté de supposer qu’Anaxagore a prédit le météore sur la base de la comète qui était visible en ce temps : il s’est attendu à ce qu’une pierre tombe de la comète. Mais selon Anaxagore, une comète n’est pas une pierre prête à s’enflammer, mais elle résulte au contraire d’une conjonction de planètes (DL II, 9, Aristote Mété. 342b27-9, Aét. III, 2, 2). Aristote comprend la conjonction comme un contact apparent, et non comme une collision réelle.

16 Pour une thèse plausible et très positive sur la contribution de Thalès comme astronome, cf. White 2002.

17 Cf. Kahn I960 pour une reconstruction générale de la cosmologie d’Anaximandre, et pp. 59-61 sur la lumière de la lune, et cf, Diels 1897, 111. La seule objection réelle à la reconstruction standard d’Anaximandre est la thèse très sceptique de Dicks 1966 sur l’ensemble de la tradition doxographique. S’en prenant à la reconstruction de Kahn, il dit que « L’explication des éclipses attribuée à Anaximandre dans [un] passage d’Aétius est rejetée comme « corrompue » parce que, dans l’opinion de Kahn, elle ne s’accorde pas avec une autre explication que donne Aétius un peu avant. Les deux explications sont également grotesques et aucune ne mérite d’être sérieusement prise en considération – pourquoi l’une devrait être considérée comme plus « corrompue » que l’autre ? » (35). Le point principal de son raisonnement contre la doxographie est qu’elle attribue à Anaximandre la capacité à déterminer les équinoxes. Selon Dicks, « La connaissance de ces phénomènes [c’est-à-dire les solstices] requiert uniquement une simple observation et un horizon clair avec des points de repère reconnaissables grâce auxquels on puisse juger de la position du soleil à son lever et à son coucher – elle n’implique aucune théorie astronomique que ce soit... Le cas des équinoxes est très différent... De fait, les équinoxes ne peuvent pas être déterminés par simple observation... » (31s. ; c’est Dicks qui souligne).
Dicks a absolument tort sur ce point : un équinoxe peut être identifié par l’observation du jour où le soleil se lève en plein Est et se couche en plein Ouest par rapport à l’observateur ; ou, inversement, lorsqu’il fait, en se levant et en se couchant, un angle plat avec l’observateur – comme on le savait dans l’Antiquité (sur le lever et coucher du soleil à l’Est et à l’Ouest, cf. Aristote Mété. 363a34-b4 ; sur la ligne droite du lever et du coucher, cf. Pline HNII, 176). Dicks présente une espèce de dilemme pour la reconstruction des thèses d’Anaximandre ou de tout ancien théoricien : soit la thèse en question s’appuie sur des méthodes ultérieures, et par conséquent est anachronique ; soit ce n’est pas le cas, et alors elle est « grotesque ». Mais il y a souvent des méthodes moins sophistiquées pour déterminer des phénomènes comme les équinoxes, d’une part’, et les explications sont grotesques uniquement par rapport aux croyances qui les excluent. Dans le cas d’Anaximandre, un tableau cohérent peut être construit qui, pour son temps, n’est pas grotesque. Cf. la réponse de Kahn à Dicks en 1970.

18 De utilitate mathematicae CXCVIII, 9-13.

19 Le compte-rendu de Théon est accepté par McKirahan (1994, 58), qui ne prend pas en considération certains problèmes, et avant par Gigon (1968, 108, 109). Bicknell 1969, 59 fournit une preuve tirée des témoignages que la lune engendre sa propre lumière, preuve appuyée et amplifiée par Wöhrle 1993, 76,78.

20 Aétius II, 14, 3s. donne les deux hypothèses ; en II, 22, 1 il fait le soleil plat. Hippolyte Réf I, 7, 4 fait du soleil, de la lune et des « autres corps célestes » des figures plates qui flottent sur l’air. Les deux thèses peuvent être vraies si les étoiles fixes sont semblables à des clous, les planètes (mais seuls le soleil et la lune pourraient être pris en considération par Anaximène) semblables à des feuilles (comme dans Bicknell 1969), mais le modèle de la sphère cristalline peut être une confusion avec la thèse d’Empédocle (KRS 155s.).

21 Hippol. Réf I, 7, 6. McKirahan 1994, 57 explique le passage comme posant un hémisphère en rotation sur un axe incliné et passant sous un horizon plat ; mais cela semble contredire l’affirmation selon laquelle le soleil semble se coucher parce que la terre est plus haute au nord (pour les références, cf. la note suivante).

22 Hippol. Réf. I, 7, 6 = 13A7 ; A14, A15, A20.

23 Bicknell 1969, 62-5 donne une explication plausible de la théorie des éclipses d’Anaximène.

24 Panchenko 2001, 171, 176 ; suggéré auparavant par Bicknell 1969, 59, et, il y a longtemps, par Tannery 1887/1930, 157.

25 Bien sûr, des erreurs de compréhension peuvent s’être glissées dans la transmission de l’explication d’Eudème, et je n’exclus pas la possibilité que le nom d’Anaximène puisse avoir remplacé celui d’Anaxagore. Le fait qu’Œnopide soit mentionné en premier, bien qu’il soit du Ve siècle, montre que la liste n’est pas simplement chronologique.

26 Cf. Huffman 1993, 231 ss.

27 Aétius II, 20, 3 [= 21A40] associé à Lucrèce V, 660-5, D. S. XVII, 7, 5-7, Pomponius Mela I, 94s. La pertinence de ces trois dernières références est soulignée par Keyser 1992.

28 Aét. II, 24, 9 = A41a

29 Aét. II, 25, 4 = 21A43. Bien que DK ait seulement « nuage condensé », Runia 1989 note qu’« ardent » est une importante variante textuelle et argumente en disant qu’Aétius avait à l’origine les deux adjectifs.

30 Aét. II, 24, 9 = A4 la, correctement expliqué par Bicknell 1967.

31 Aét. II, 24, 4 avec des corrections dans A41 ; cf. Aét. II. 13, 14 sur les étoiles, et II, 29, 5 sur la nouvelle lune.

32 P. Oxy. LIII 3710 ii (b) 43-7 et iii. 7-11, pas dans DK.

33 Aét. II, 28, 6, ibid. 24, 3 = 22A12 ; DL IX, 9-10.

34 DL IX, 9-11, en particulier 11.

35 Ou bien : « brillant comme la nuit », d’après Coxon 1986, 245s.

36 L’expression άλλότριον ϕῶς est un jeu de mot qui évoque l’άλλότριον ϕῶς, l’« homme étranger » d’Hom. II. V, 214 (= Od. XVI, 102), Od. XVIII, 219, et imité dans Empédocle 31B45, confirmant l’interprétation des paroles de Parménide (cf. Coxon 1986, 245).

37 Bien qu’il n’y ait pas de preuve que ces vers soient liés, Os aident à s’expliquer mutuellement, et par commodité je les relie. (Puisque le sujet sous-entendu de la première ligne est neutre, et celui de la seconde féminin – σελήνη, « la lune » est un féminin – il doit y avoir quelque transition entre elles.) Le sens du fragment est appuyé par Aét. II, 26, 2, cf. II, 28, 5 = 28A42.

38 Cf. Tarán 1965, 245, n. 40, O’Brien 1968b, 120-3 – une thèse complexe, Vlastos 1975, 104, Kirk dans KRS, 156 n., Coxon 1986, 245, Wöhrle 1995, Wright 1995, 43s. Que Parménide soutienne que la lune était éclairée par le soleil est nié par Tannery 1887/1930, 216, Diels 1897, 110-2, et Heath 1913, 75-7. Guthrie, alors qu’il rejette les prétendues contributions des penseurs anciens 1962, 286, est sceptique sur les contributions de Parménide (1965, 66).

39 Cf. Tarán, ibid. (note précédente), Coxon 1986, 245. Guthrie, ibid. (note précédente) accorde beaucoup de poids au témoignage de Platon.

40 O’Brien rejette cela (121) parce que cela n’explique pas la nature ardente de la lune (cf. paragraphe suivant à ce sujet), et parce que cela ne s’accorde pas avec certains témoignages.

41 Nic. 23 = Anaxagore Al8. Le fait qu’Empédocle, qui a une thèse similaire sur les éclipses, ne soit pas mentionné en premier (et cf. Hippol. I, 8, 10) s’explique peut-être par le fait que l’on pensait qu’Anaxagore avait écrit avant : O’Brien 1968a.

42 « On a pensé, à tort ou à raison, que la lumière dérivée impliquait l’explication correcte d’une éclipse » (121).

43 Attestée dans Aét. II, 7,1 – 28A37, ibid. II, 25, 3 = A42.

44 Il faut noter qu’Anaxagore, aussi bien que Parménide, semble avoir eu une thèse plus complexe sur la lumière de la lune qu’une simple réflexion. Le passage du Cratyle mentionné ci-dessus (409a-b) implique que non seulement la lune reçoit la lumière présente du soleil, mais encore qu’elle en conserve aussi la lumière passée. Il se peut donc qu’il pense qu’en absorbant l’excès de lumière, la lune a une espèce de radiation résiduelle.

45 Ex. : Tannery, 1887/1930, 238-42 (qui considère que la théorie est confirmée par les Pythagoriciens), Patin 1889, 598-626, Morrison 1955. Tarán 1965, 232-46, Pellikaan-Engel 1974, 87-99, Bollack 1990.

46 Cf. West 1971, 223 n. 1 sur Parménide : « La lune reflète la lumière du soleil (B 14-15) : on n’a pas de certitude sur le découvreur, mais il n’est pas vraisemblable que ce soit Parménide ».

47 Au moins onze siècles – cf. n. 4. Comme le fait observer Neugebauer 1975, I, 550.
« Notre connaissance concernant les concepts et techniques théoriques généraux (des Mésopotamiens) relatifs aux éclipses est très défectueuse... Nous ne savons pas non plus si les Babyloniens « expliquaient » les éclipses. Le problème est peut-être plus simple pour les éclipses de soleil. La théorie du mouvement solaire et lunaire indique que, pour une éclipse de soleil, les positions du soleil et de la lune coïncident, ou coïncident presque, à la fois en longitude et en latitude. Cela suggère facilement que c’est le « disque » de la lune qui obscurcit le « disque » du soleil. Expliquer ce qui cause l’éclipse de lune est une autre paire de manches. Introduire le concept de l’ombre circulaire de la terre est primordial [sic] pour postuler la sphéricité de la terre, un concept qui par ailleurs faisait complètement défaut dans l’astronomie babylonienne... Nous ne connaissons pas même d’explication babylonienne pour les phases de la lune ».
Mais il faut noter que, même dans le cas des éclipses du soleil, d’autres explications que l’obstruction de la lumière du soleil sont possibles ; dans un contexte religieux, l’influence d’une divinité peut prévaloir sur une autre.
Une confirmation possible du fait que les Babyloniens n’étaient pas parvenus à une compréhension correcte de la lumière de la lune se trouve dans Aét. II, 28, 1 = 12A22 : « Anaximandre, Xénophane, Bérose disent que [la lune] a sa propre lumière ». Bérose, un prêtre de Baal de la fin du IVe siècle et du début du IIIe av. J.-C., était formé dans la tradition babylonienne, qu’il a transmise au monde hellénistique. Cf. les fragments dans Jacoby 1958, 680. Mais les fragments sur l’astronomie FF. 15-22 sont douteux, et sont peut-être une contrefaçon tardive. Pour une explication supplémentaire des phases de la lune selon (le Pseudo ?-) Bérose, cf. Vitr. IX, 2, 162, pour qui la moitié de la lune qui est ardente de manière innée est toujours tournée vers le soleil ; cela ressemble à une explication influencée par la théorie de Parménide. (Cf. Neugebauer, ibid. : « Les absurdités à propos d’un hémisphère translucide de la lune présentées par Bérose (vers 300 av. J.-C.) à un public grec peut être une concession au goût pour les spéculations philosophiques grecques »).

48 Par exemple, Anaximandre place la roue du soleil à l’extérieur de la roue de la lune, mais pas pour des raisons empiriques que nous puissions discerner ; Hippol. Réf. I, 6, 4-5 = 12 A11 ; Aét. II, 20, 1 = A21 ; II, 25, 1 = A22 ; cf. KRS 137. La croyance en un tourbillon peut fournir une raison : la lune échoue à suivre le soleil dans ses révolutions car elle n’est pas soumise à la pleine force du tourbillon, étant plus bas. Cette thèse est attestée pour Démocrite (Luc. V, 621-36), et il se peut qu’elle soit suggérée pour Anaxagore par DL 11,12. En tout cas, une théorie de l’éclairage et une théorie astrophysique fondée sur le tourbillon pourraient se confirmer l’une l’autre.

49 Xénophane : Hippol. Réf. I, 14, 3 ; Héraclite 22B6. Cf. la discussion de la section ci-dessus.

50 Comme Anaximène semble l’avoir soutenu : Hippol. Réf. I, 7, 6 = 13A7, Aristote Mété. 354a27-32.

51 L’air principiel peut avoir été considéré comme impénétrable : O’Brien 1963b, 116.

52 Anaximandre, selon Hippol. Réf I, 6, 4s., dit que les éclipses comme les phases de la lune résultent d’une obstruction des trous de respiration dans ses roues. Xénophane (Aét. II, 24, 9) explique les éclipses comme le résultat du fait que les corps célestes « ne marchent sur rien ». Cf. la discussion dans la section I ci-dessus.

53 La terre projette une ombre circulaire sur la lune ; une terre en forme de disque pourrait projeter une ombre de ce genre, mais seulement si le soleil se trouvait presque directement sous elle, ce qui se produirait seulement si l’éclipse avait lieu lorsque la lune se trouve à peu près au-dessus (cf. note précédente). Anaxagore peut apparemment accepter cette restriction : cf. Hippol. Réf. I, 8, 3 et 9 = 59A42. Il a une solution pour les éclipses lunaires qui se produisent lorsque la lune n’est pas au-dessus : certains corps obscurs tournent autour de la terre sous la lune, i.e. les astéroïdes ; Hippol. ibid. 6 et 9.

54 Sur les étoiles du matin et du soir, Aét. II, 15, 4 = 28A40a ; sur la terre, DL IX, 21 = AI.

55 La tablette 63 d’EAE donne les augures associés à Vénus, fondés sur les apparitions de la planète à l’Est (comme étoile du matin) et à l’Ouest (comme étoile du soir) ; publié dans Reiner et Pingree 1975.
Si les témoignages sur Parménide sont justes (cf. note précédente), nous pouvons en déduire que la plupart des philosophes avant Parménide ne connaissaient pas l’astronomie babylonienne (cf. Lloyd 1979, 176s,). Il est possible (mais pas nécessaire) que les Milésiens aient pu avoir connu l’astronomie babylonienne (ou, pour être plus précis, l’astrologie) mais si c’est le cas, cette connaissance ne semble pas avoir été transmise. Burkert 1962/1972, 312, 315s. suggère qu’il y a une influence babylonienne sur l’astronomie grecque à partir du Ve siècle (après les guerres médiques), mais Lloyd 1979,176-180, montre que l’influence babylonienne (ou « égyptienne ») n’apparaît de manière sûre qu’au milieu du IVe siècle (cf. West 1971, 237-9). Kahn 1970, 111, pose trois vagues de l’influence babylonienne. Neugebauer 1975, 604, conclut : « Ainsi, il n’y a pas de raison de considérer l’histoire de ‘l’éclipse de Thalès’ comme une preuve de l’influence babylonienne sur la toute première astronomie grecque. Toutes les sources disponibles indiquent que de tels contacts n’ont pas eu lieu avant trois siècles plus tard ».
Récemment, Burkert 1992 a présenté de bons arguments en faveur de la thèse d’une influence orientale sur la Grèce à l’époque archaïque. Mais les contacts qu’il note sont le plus souvent engendrés par des artisans ambulants (y compris les médecins et les poètes) ; il n’a pas montré que les traditions astronomiques communiquaient. Auparavant, West 1971 a donné des arguments en faveur d’une influence orientale, surtout sur les conceptions religieuses, à partir de sources iraniennes, principalement dans la période 550-480 (202 ss.), excluant la théorie astronomique (237-9). Récemment, Hahn 2001 a donné un bon argument en faveur des emprunts architecturaux à l’Egypte pendant cette période.
Il faut noter que Parménide écrivait au temps des Guerres Médiques au début du Ve siècle, au temps où la communication entre les Grecs et l’Empire Perse était particulièrement difficile. (Cf. West 226s. ; mais West parle de la Guerre Médique (au singulier) et semble, d’après sa datation, avoir en tête uniquement l’invasion perse de la Grèce, 480-479, alors que les relations entre la Perse et la Grèce continentale étaient mauvaises, puisque les Athéniens avaient soutenu les Ioniens, qui s’étaient révoltés en 498). Et bien sûr l’Elée native de Parménide en Italie est géographiquement très éloignée du Moyen Orient. De tous les philosophes grecs antiques, c’est celui pour lequel il est le moins vraisemblable qu’il ait eu des contacts directs avec la science mésopotamienne.

56 Soutenu par Vlastos 1975, 44s. et n. 56. Il note : « A ma connaissance, on n’a jamais donné de bonne raison de la rejeter [la découverte par Parménide que l’étoile du matin et l’étoile du soir soient la même] » (n. 56). Kahn 1970, 105 affirme que cette connaissance vient de Babylone, probablement par l’intermédiaire de Milet, peut-être transmise par Pythagore de Samos, comme Tannery l’a dit il y a longtemps (1887/1930, 236s.). Il ne prend pas en compte la possibilité que Parménide ait fait la découverte par lui-même.

57 Dicks 1966, 30 ; 1970, 33, 47, 58 ; Vlastos 1975, 43-7.

58 Les cinq planètes visibles sont identifiées pour la première fois, autant que nous sachions, dans le système de Philolaos, à la fin du Ve siècle. Cf. Lloyd 1979, 173s.

59 DL VIII, 48.

60 Cf. Burkert 1972, 304. Morrison 1955, 64, a rejeté cette lecture. En tout cas, DL semble comprendre « circulaire » comme sphérique, car il dit ailleurs, IX, 21, sans révéler sa source, « Parménide a le premier déclaré que la terre est sphérique [σϕαιροειδής], et qu’elle se trouve au centre ».

61 Aét. III, 15, 7, Jamb. Theologoumena arithmeticae (De Falco-Klein 6) = Parménide A44.

62 Strabon II, 2, 2, cf. Aét, III, 11,1= A44a.

63 Reinhardt 1916, 147 n. 1, cf. Dicks 1960, 23-5, Tarán 1965, 246 n. 44. Coxon 1986, 238s. accepte provisoirement l’attribution des zones célestes et terrestres.

64 Burkert 1972, 305s. trouve là une raison de soutenir Posidonius.

65 Neugebauer 1975, II, 576 fait l’hypothèse que la découverte puisse avoir résulté d’observations de voyageurs sur les changements d’altitudes des étoiles à différentes latitudes. Mais l’idée originale peut aussi avoir résulté d’une théorisation a priori.

66 Anaxagore, Empédocle, et les atomistes semblent tous avoir considéré la terre comme plate. Sur les deux premiers, cf. infra.

67 Cf. Heath 1913, 339s.

68 Aristote DC 293a 18ss., Aét. II, 7, 7 = 44A16.

69 Furley 1987, 53-6. « Si j’ai raison de voir dans ces lignes de Parménide [B8.42-9] le début de la théorie centrifocale, nous avons un exemple frappant d’une thèse sur le monde physique émergeant de spéculations métaphysiques » (56). Selon la théorie centrifocale de Furley, il y a un centre pour un univers sphérique fini ; la théorie de Parménide anticipe la cosmologie de Platon et d’Aristote. L’origine de cette conception peut très bien provenir de Parménide, mais nous pouvons la faire dériver avec plus de sûreté de sa théorie de la terre que de sa théorie de l’être.

70 Ce qui, selon certains, a été la peinture du ciel dans Hésiode ; c’était au moins Symétrique : Th. 720-5. Cf. la reconstitution dans McKirahan 1994, 12s.

71 Cf. Popper 1998, dans lequel trois articles liés, les essais 3-5, argumentent sur ce point.

72 Hippol. Réf. I, 7, 6, Aristote Mété. 354a27-32.

73 Hippol. Réf. I, 7, 4 ; mais il y a une certaine confusion sur les corps célestes d’Anaximène : Aét. II, 14, 3s. = 13A14.

74 Tannery 1887/1930, 216, affirme que Parménide B14-15 ont été fabriqués à l’imitation de fragments d’Empédocle. Mais Empédocle est profondément redevable à Parménide, à la fois sur le plan littéraire et sur le plan philosophique, dans bien d’autres passages.

75 Selon Aét. II, 20, 13 ; Eus. PEI, 8, 10 ; A56, A30, le soleil est une sorte de lentille qui réfracte la lumière à partir d’une sphère de feu. Mais cette explication se heurte aux fragments originaux, en particulier B41, B44. Apparemment le soleil en forme de lentille accumule du feu et le dirige sur la terre. Cf. Wright 1981, 201s.

76 Selon Furley 1987, 94 ; cf. Heath 1913, 91. Wright 1981, 200, affirme que la terre est sphérique, en se référant à B42 et B48, et quelques témoignages mais elle n’argumente pas en détail.

77 Un texte d’Aristote indique une terre sphérique pour Anaxagore : Mété. 365a23-5 – mais dans le contexte d’une explication qui suggère une terre plate (a 19 ss.). D’un autre côté, une terre plate est affirmée par DL II, 8, et il se peut que Platon décrive sa théorie dans le Phédon 99c8. Cf. Dicks 1970, 58.

78 Tout le monde n’a pas accepté la théorie que la lune est éclairée par le soleil. Lucrèce (V, 705-50) considère cette thèse comme la première parmi plusieurs hypothèses en concurrence. Mais c’est une conséquence d’une thèse quelque peu perverse d’Epicure, selon laquelle il ne faut pas essayer de trier les hypothèses physiques rivales tant qu’elles fournissent conjointement une explication acceptable : Ep. II, 85-8. A la période romaine, la thèse que la lune est éclairée par le soleil était généralement acceptée ; Cic. Rep. VI, 17, Pline HNII, 45s. Vitruve De Arch. IX, 2, 3s. considère encore la théorie telle qu’elle est énoncée beaucoup plus tard dans Aristarque de Samos comme un progrès capital.

79 Aristote APo. II, 8 et passim.

80 C’est la ligne adoptée par Dicks 1966, 38-40.

81 Swerdlow 1998, 27s., Lloyd 1979, 230.

82 J’ai lu une version de cet article à Lille en octobre 2000 et une version révisée à l’Atelier de Philosophie Ancienne qui s’est tenu à l’Université d’Etat de Floride, Tallahassee, Fl., en Avril 2001. Je suis reconnaissant aux participants de ces programmes qui m’ont fait de précieuses remarques. En particulier, je voudrais remercier Dmitri Panchenko, Alexandre Mourelatos, Stephen White, István Bodnár et Joël Mann.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540