Version classiqueVersion mobile

Eternit et l’amiante 1922-2000

 | 
Odette Hardy-Hémery

Tableaux hors texte

Texte intégral

Tableau I. — Société Eternit. Capital et nominal de l’action en nouveaux francs constants 1980 (1922-1950).

Années

Capital Nouveaux francs constants 1980

Nominal de l’action Nouveaux francs constants 1980

1922

8 135 000

2 033

1923-1928

9 736 000

1 946

1929

10 923 000

1 985

1930

12 528 000

1 870

1931-1939

18 453 600

1 836

1940-1950

21 823 000

271

Tableau II. — Effectif des usines d’amiante-ciment et de tubes plastiques d’Eternit-Industries en 1976 et 1981.

Usines

Effectif total en 1976

Spécialité

Effectif total en 1981

Baisse de 1976 à 1981 en %

- Prouvy et Thiant (Nord)

1 800

Amiante-ciment

1 301 (1)

– 27,7

- Paray-Le-Monial ou Vitry-en-Charollais (Saône-et-Loire)

1 100

Amiante-ciment

768

– 30

- Rennes – Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine)

760

Amiante-ciment

517

– 31,9

- Caronte (Bouches-du-Rhône)

550

Amiante-ciment

0(2)

– 100

- Poissy-Triel (Yvelines)

1 000

Amiante-ciment

352

– 64,8

- Hesdin (Pas-de-Calais)

200

Tubes plastiques

108

– 46

- Saint-Rambert d’Albon (Drôme)

120

Tubes plastiques

96

– 20

- Albi-Terssac (Tarn)

135

Amiante-ciment

219

+ 62

-Siège Vernouillet

Néant

316

+ 100

Total

5 665

3 677

– 35

(1) Dont 365 pour le siège et 936 à l’usine de Prouvy. À partir de 1979, l’usine de Prouvy est progressivement regroupée sur celle de Thiant.
(2) Les effectifs de l’usine de Caronte passent de 550 en 1976 à 120 en 1978 et 30 en 1979 où l’établissement est définitivement fermé, archives Michel Salard.
NB : Lors de la restructuration de 1973, la filiale de Poissy-Triel entre dans Eternit-Industries en tant qu’usine à part entière.

Sources : Eternit-Industries, bilan social de 1981 pour les chiffres de cet exercice, CAMT, dossier Eternit, 1994, 043 0043.

 

Tableau III. — Eternit France. Nombre, par usine, de maladies professionnelles reconnues au tableau 30 de 1987 à 1997.

NB : Il s’agit du nombre de cas reconnus. Il manque dans ce tableau l’usine de Caronte-Port-de-Bouc. Par ailleurs, l’usine de Prouvy est arrêtée depuis 1987. Une autre source donne pour 1997 des chiffres voisins avec leur décomposition. Selon les syndicats, 543 cas de maladies professionnelles liées à l’amiante ont été déclarés et indemnisés au 30 avril 1997. L’usine de Thiant est la plus touchée selon Le Monde avec 351 cas (dont 203 de lésions pleurales, 83 asbestoses et 43 mésothéliomes). Suivent celles de Vitry-en-Charollais avec 129 cas (dont 29 mésothéliomes et 26 asbestoses), de Triel (38 cas dont 19 asbestoses), de Rennes (14 cas) et d’Albi (11 cas). En 10 ans, compte-tenu des délais d’apparition des pathologies dues à l’amiante, la progression est spectaculaire : 148 maladies professionnelles liées à l’amiante avaient été reconnues en 1987 chez Eternit-France, 193 en 1988, 206 en 1989, 239 en 1990, 253 en 1991, 330 en 1992, 372 en 1993, 415 en 1994, 458 en 1995 et 516 en 1996. Officiellement Eternit déplore « en moyenne six cancers professionnels par an chez ses salariés ou anciens salariés », Le Monde, 31 mai 1997.

Source : statistique communiquée par la Caisse nationale d’assurances maladies des travailleurs salariés ou CNAMTS.

Table des illustrations

Légende NB : Il s’agit du nombre de cas reconnus. Il manque dans ce tableau l’usine de Caronte-Port-de-Bouc. Par ailleurs, l’usine de Prouvy est arrêtée depuis 1987. Une autre source donne pour 1997 des chiffres voisins avec leur décomposition. Selon les syndicats, 543 cas de maladies professionnelles liées à l’amiante ont été déclarés et indemnisés au 30 avril 1997. L’usine de Thiant est la plus touchée selon Le Monde avec 351 cas (dont 203 de lésions pleurales, 83 asbestoses et 43 mésothéliomes). Suivent celles de Vitry-en-Charollais avec 129 cas (dont 29 mésothéliomes et 26 asbestoses), de Triel (38 cas dont 19 asbestoses), de Rennes (14 cas) et d’Albi (11 cas). En 10 ans, compte-tenu des délais d’apparition des pathologies dues à l’amiante, la progression est spectaculaire : 148 maladies professionnelles liées à l’amiante avaient été reconnues en 1987 chez Eternit-France, 193 en 1988, 206 en 1989, 239 en 1990, 253 en 1991, 330 en 1992, 372 en 1993, 415 en 1994, 458 en 1995 et 516 en 1996. Officiellement Eternit déplore « en moyenne six cancers professionnels par an chez ses salariés ou anciens salariés », Le Monde, 31 mai 1997.
Crédits Source : statistique communiquée par la Caisse nationale d’assurances maladies des travailleurs salariés ou CNAMTS.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55526/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search