Version classiqueVersion mobile

Eternit et l’amiante 1922-2000

 | 
Odette Hardy-Hémery

Conclusion. Coût humain d’une prospérité

Texte intégral

1La trajectoire d’Eternit est singulière. Il s’agit d’une petite affaire familiale qui se crée dans l’urgence au lendemain de la première guerre mondiale afin de « profiter », au sens générique du terme, des besoins gigantesques de la reconstruction. Son objectif est d’inventer et de promouvoir des matériaux de couverture « bon marché » et en grande série. Le fondateur, Joseph Cuvelier, est un bricoleur, un touche-à-tout à la fois inventif et laborieux, guidé par la volonté de profit dans un secteur quasiment neuf en France. Il n’est pas un homme hautement instruit, mais il n’est pas non plus un modeste artisan. Il est d’une ancienne bourgeoisie nordiste, propriétaire terrienne, à laquelle se sont alliées récemment des familles issues du textile roubaisien et de la banque locale (les Piérard). Son père, fabricant de sucre, président de la société des Ciments de Dannes et négociant en vins, est déjà un industriel d’envergure. Joseph Cuvelier et ses six frères doivent diversifier l’engagement industriel.

2Notre entrepreneur s’allie par mariage à la grande famille des D’Haussy, lesquels ont bâti leur fortune sur le sucre. Joseph Cuvelier a fondé son action sur une première expérience différente de l’amiante-ciment, la sucrerie, mais réussie. Dans le monde des affaires, il n’est pas un inconnu. Cet expérimentateur, à la recherche d’une affaire florissante, essaie d’abord de produire du carton bitumé puis, au cours d’un voyage d’étude dans de nombreux pays, rassemble une documentation essentielle sur l’industrie du fibrociment. Il s’agit du brevet de Ludwig Hatschek déposé en France en 1900 sous le nom d’Eternit. Contact est pris avec les détenteurs de brevets belges d’amiante-ciment, les Emsens, qui vont constamment faire partie du conseil d’administration de l’Eternit française. Celle-ci tirera de sa participation au club des Eternit comme l’appelle Roger Martin les avantages habituels : assistance technique, traitement privilégié de la part des fournisseurs d’amiante. Joseph Cuvelier va parvenir en très peu de temps à faire de ce matériau une industrie à grande échelle car la réussite d’un produit nouveau exige un succès rapide.

3Pour gagner le pari, il faut surmonter la défiance, voire le mépris que suscite dans les années vingt l’amiante-ciment, cette « camelote » comme l’appellent certains industriels qui se sentent menacés. Pour réussir, Joseph Cuvelier est protégé par son rang social. Il bénéficie d’un environnement porteur et d’un réseau de soutiens familiaux, financiers et techniques. Lui-même et son équipe comprennent qu’il faut créer rapidement, grâce à une publicité agressive et un réseau de représentants, grâce à une présence incessante sur les lieux de reconnaissance et de consécration que sont les foires et expositions, grâce au contact entretenu avec les consommateurs, un engouement pour le nouveau matériau.

4La maîtrise technique est rapidement atteinte, les besoins financiers sont couverts par une utilisation judicieuse des dommages de guerre concernant des usines et des immeubles non reconstruits et par l’autofinancement. Les types de produits sont multipliés, plusieurs concurrents sont absorbés, des marchés entiers sont progressivement conquis (produits de bâtiment, canalisations et tuyaux notamment d’assainissement, débouchés agricoles). Car il n’était pas garanti que l’amiante-ciment, dont la vogue avait été liée à la reconstruction, puisse survivre à son achèvement : il fallait prolonger et faire durer la demande.

5L’examen des comptes de l’Eternit française laisse entrevoir la rapide croissance des profits et bientôt une exceptionnelle prospérité. La firme traverse aisément la crise des années trente, atteignant des taux de profit de 100 à 120 % excepté en 1933. Les taux de dividende nominal et réel battent alors leurs records depuis la création de la société. Sous la seconde occupation, période relativement courte, Eternit continue de produire les matériaux d’avant-guerre dans un contexte de pénurie de matières premières, notamment d’amiante, obligeant à recourir à des succédanés. L’aviation alliée n’atteint pas les usines nordistes, permettant une vigoureuse reprise d’activité après 1945.

6Dans les années euphoriques 1955-1975, l’entreprise change de taille : trois nouvelles usines sont construites, une tous les sept ans, pour quadriller le marché national. La société se consolide outre-mer et pénètre dans le tiers-monde pour répondre à une demande effrénée parallèle à celle du bâtiment. Cette demande est largement suscitée par l’action de la direction communication auprès d’innombrables consommateurs et décideurs, notamment les architectes. Des personnalités très médiatisées, de Gaulle, l’abbé Pierre, sont sollicitées. Le chiffre d’affaires de l’entreprise quadruple de 1950 à 1962 pour à nouveau doubler les dix exercices suivants. L’amiante-ciment irrigue le tissu industriel français et étranger.

  • 1 La Société Anonyme Financière Eternit, la SAFE, rachète une société au Canada, une aux États-Unis, (...)

7Après 1975 commencent les difficultés. La troisième génération des Cuvelier, celle qu’incarne le second petit-fils du fondateur, mène une stratégie de diversification et de déploiement mondial. Après l’absorption de la société Nicoll puis de Girpi dans les années 1980, la firme se lance dans le rachat de sociétés à l’étranger1. La société Étex, majoritaire dans Eternit, repose sur trois piliers : le fibrociment, les raccords en plastique pour l’assainissement, les chaussures de sécurité, cette troisième branche ayant elle-même un rayonnement mondial. Des pans entiers de l’activité primitive d’Eternit ont disparu : ainsi le tuyau de bâtiment concurrencé victorieusement par celui de plastique. Les mauvais résultats d’une branche peuvent être ainsi compensés par ceux d’une autre. En outre, depuis 1997, du fait de l’interdiction de l’amiante, on a remplacé dans la fabrication du fibrociment l’amiante par la cellulose, substitution à laquelle s’était préparée la firme dès 1990. Eternit a ainsi longtemps vécu des temps heureux. Mais une ombre tragique gâche le tableau aux heures fastes : la société détruit le capital humain qui est à la base de sa prospérité : celle-ci est fondée sur un matériau dont la dangerosité est suspectée dès la mise en route de la production.

8Les Hommes au travail sont exposés à des dangers qu’ils ne connaissent pas toujours. Un exemple : les ouvriers interviewés par Sciences et Avenir (juin 1995) déclarent que, lorsqu’ils vidaient les sacs d’amiante, « ils s’amusaient comme des fous » car, jusqu’aux années 1977-1980, ils n’avaient pas conscience du danger ; ils travaillaient dans un nuage duveteux où l’on ne voyait pas à un mètre. Quant à la prévention, il ne faut pas sous-estimer le lobby qu’exercent dans ce domaine nombre d’employeurs, créant tout à fait légalement leurs propres instituts de prévoyance pour les contrôler en y enrôlant des scientifiques de renom en général, mais non indépendants. Protéger la santé ou la vie du salarié expose à un certain danger, exige des efforts, de la réflexion et entraîne des frais. Il faut surmonter entre autres des résistances d’ordre psychologique : l’appréhension de tout travail supplémentaire pousse l’employeur à adopter la solution la plus facile et la plus « bon marché ». Un raisonnement très fréquent des supérieurs auprès de leurs ouvriers est le suivant : « ce matériau ou ce type de travail ne présente pas de dangers : vos ancêtres ont fait avant vous ce que l’on vous demande… on a toujours travaillé ainsi », leitmotiv à Eternit. Longtemps, les constructeurs livrent aux entreprises des machines sans protection non prévue au cahier des charges. Solution la plus courante : l’entreprise adopte ensuite, par bricolage dans son atelier d’entretien, un système de protection inefficace.

9Les agressions du milieu du travail sont nombreuses et variées. La vie est intenable dans certains ateliers de métallurgie et de sidérurgie, voire de textile ; de même dans les bureaux. Interviennent toutes les nuisances d’ambiance ; froid l’hiver, chaleur pire l’été, visibilité, éclairage, poussières et ventilation, bruits, vibrations. Rien que le type de travail expose à des accidents ou à des nuisances. Jouent l’exposition aux gaz, aux vapeurs, à la fumée, aux poisons liquides et solides provoquant des maladies pulmonaires (amiantose, silicose, saturnisme, pneumoconiose, maladie du coton), aux fermentations. Le salarié est exposé à l’effondrement des bâtiments, aux chutes lors des travaux d’entretien, de nettoyage ou de démontage, lors aussi des opérations de production. Ici, le travail imposé par l’employeur au personnel, ses cadrages d’espace et de temps portent atteinte précocement au potentiel physique des salariés. D’où la présence d’une main-d’œuvre usée précocement dont on devrait réaménager le travail.

10Les solutions idéales en ergonomie, en vue de l’adaptation réciproque de l’homme et du travail, ne sont adoptées que si l’espérance de gain que l’employeur peut en tirer est supérieure à leur coût. Chaque fois qu’une innovation technique est envisagée, l’entreprise calcule le gain de prix de revient à en attendre, mais jamais l’économie d’effort et le gain de salaire à espérer pour l’ouvrier. Une attitude très fréquente des entreprises est de licencier leurs salariés de 50 ans atteints de maladies professionnelles parce que plus assez « rentables » : il arrive que des solidarités s’ébauchent. Cette attitude des employeurs est plus vraie que jamais de nos jours.

11Des enquêtes ont été menées sur le comportement de l’Homme au travail ; il se structure autour de deux motivations 1) la sécurité, 2) l’économie de temps et/ou d’énergie. Les comportements et leurs variations sont parfaitement rationnels. Chez les ouvriers expérimentés, l’adoption d’un comportement dangereux ne manifeste pas une ignorance du risque mais extériorise l’existence d’une situation conflictuelle dans laquelle le comportement le plus sûr est trop coûteux en temps ou en efforts pour pouvoir s’imposer durablement. On retrouve à ce propos l’éternel dilemme entre sécurité et exigence de productivité.

  • 2 Actuellement, Eternit-France a comme président du conseil d’administration Jean Beckman. La firme (...)
  • 3 Témoignage cité par les avocats de la défense au TASS de Valenciennes sur les conditions de travai (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Ibid.

12En France, alors que le nombre de maladies professionnelles reconnues (30 127) a augmenté de 24 % en 2000 par rapport à 1999, les décès provoqués par ces maladies ont connu, pour la seconde année consécutive, une forte hausse : 46 %. « Les problèmes liés à l’intensité du travail sont toujours très présents, voire structurels » selon le « Bilan 2002 » du Conseil supérieur de la prévention des risques professionnels. Les troubles musculosquelettiques, comportant les lombalgies, représentent les 3/4 des pathologies reconnues, alors que les maladies liées à l’amiante représentent 12 % des dossiers reconnus, mais 60 % du coût total des indemnités versées : l’amiante-ciment a bien été une industrie du risque. Sous la pression de l’opinion et des scientifiques, Eternit s’est reconvertie, traversant de façon relativement heureuse les conjonctures d’une économie capitaliste de plus en plus mondialisée2. De nos jours, on approche quelque peu les dégâts humains de cette industrie mais pendant la période ancienne, 1925-1945, combien de morts l’entreprise a-t-elle à son actif ? Combien sont disparus parmi ces « hommes blancs » ainsi surnommés parce que leur bleu de travail changeait de couleur sous la couche de poussière d’amiante ? Personne ne le saura jamais. Pour eux, l’alerte n’a jamais été donnée. Aucun poste de travail, même la maintenance qui intervenait dans tous les ateliers, n’a été épargné. Quand l’amiante était entreposé dans « des lieux extrêmement empoussiérés »3 ou arrivait par péniches via l’Escaut, les manutentionnaires devaient sortir de temps à autre des cales des péniches pour « reprendre l’air ». Situation corroborée par un inspecteur de Caisse d’assurance maladie qui, en visite un jour à l’usine de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire, décrivit dans un rapport une impression de « tempête de neige »4 pour traduire l’atmosphère qu’il avait rencontrée dans ces cales. Lors des plaidoiries d’octobre 1999 en faveur des victimes de l’amiante devant le TASS de Valenciennes est cité le témoignage d’un ancien gardien d’Eternit-Thiant : « l’usine dégageait tellement de poussières que, certains jours, les voitures garées sur le parking étaient blanches »5. Finalement, si l’on songe au nombre de victimes de la maladie d’Eternit accumulées dans la longue durée, l’entreprise aura bien peu indemnisé les lourds préjudices dont elle porte la responsabilité.

  • 6 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 1er et 5 juillet 2003.

13Désormais, cette tragédie est inscrite en lettres d’or sur le marbre. Le samedi 30 juin 2003, trois ans après, jour pour jour, la reconnaissance par la cour d’appel de Douai de « la faute inexcusable de la société Eternit », une stèle en mémoire des victimes de l’amiante a été inaugurée à Thiant6, longtemps siège social de l’entreprise. Chacun, chaque jour, en passant, pourra se souvenir. La cérémonie s’est déroulée dans une atmosphère aussi intense que remplie d’émotion, toute contenue, devant de nombreuses familles de victimes. Des malades, sans doute aussi. Le responsable du Comité Amiante Prévenir et Réparer a martelé :

« Nous irons jusqu’au bout. Il s’agit de prendre l’histoire à témoin. D’ici 2020, ce sont dix mille victimes qui vont décéder prématurément. On savait, tout le monde savait, mais, ni les industriels ni les pouvoirs publics n’ont pris les mesures nécessaires… Nous ne demandons pas vengeance, mais que les industriels de l’amiante, qui connaissaient les dangers, soient jugés ».

14En Europe de l’Ouest, selon certains experts, l’utilisation de l’amiante dans les matériaux pendant des décennies provoquera plus de 500 000 morts. En France, ce sont déjà plus de 3 000 décès par cancer. « Le travail doit servir à construire une vie, un projet de vie. On ne doit pas mourir à cause du travail », a lancé un élu. Pourtant, à Thiant, un morceau de marbre et une dédicace disent le contraire :

« Souvenir
à vous
dont l’amiante avez respiré
dont l’amiante vous a empoisonné
dont le danger a été caché
qui après de terribles souffrances
prématurément
vous nous avez quittés
à jamais ces souvenirs
nous ne devrons oublier ».

  • 7 Ou Fiva.
  • 8 Ou Andeva.
  • 9 Un arrêté du 3 décembre 2001, paru au Journal Officiel, ouvre le droit à la cessation anticipée d’ (...)

15La maladie d’Eternit n’a pas fini de faire parler d’elle car la question de l’indemnisation des victimes, sans cesse relancée par l’actualité, est aujourd’hui loin d’être équitablement réglée. Le Fonds d’indemnisation des victimes de l’amiante7, créé en décembre 2000, n’a vu son décret d’application publié qu’en octobre 2001 et il a fallu attendre mars 2002 pour que soit pris l’arrêté portant nomination des membres de son conseil d’administration après interventions de l’Association nationale des victimes de l’amiante8. Il devrait permettre à toutes les victimes, que leur contamination soit professionnelle ou non, d’obtenir une réparation de leurs préjudices sans procédure judiciaire. Mais l’on doit constater qu’à la fin 2001, le niveau des indemnisations varie de 1 à 5 pour des cas comparables selon les tribunaux et nombre de salariés ne peuvent bénéficier de la cessation anticipée d’activité autorisée en décembre 2001 sous certaines conditions9.

  • 10 Le Canard enchaîné, 31 décembre 2002.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.
  • 13 Le Canard enchaîné, 25 juin 2003.

16Récemment, le gouvernement a trouvé une nouvelle recette pour soulager les finances de la Sécurité sociale : retarder et réduire sévèrement l’indemnisation des victimes de l’amiante, ce qu’un responsable d’association résume par cette formule choc : « jouer la montre avec les malades et les mourants est toujours payant »10. Or, avec environ 2 000 nouveaux cas déclarés chaque année, ce sont des milliards qui sont en jeu11. François Fillon, lorsqu’il était ministre des Affaires sociales, a fait plus : en décembre 2002, il a nommé deux nouveaux membres au conseil d’administration du Fiva : un représentant du Medef et un autre de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises, « autrement dit, conclut Le Canard enchaîné, deux personnalités favorables à des indemnisations minimum puisque les employeurs financent le Fiva à hauteur de 75 %, l’État assurant le complément »12. Cette double nomination est contraire aux statuts dudit fonds et la justice a été saisie par plusieurs associations pour invalider la décision. Les médecins-conseils du Fiva ont, en juin 2003, abaissé les taux d’incapacité que la Sécu attribue aux malades, taux auxquels sont liés les dédommagements accordés par le Fiva13. Cette mesure réduit dans la même proportion le montant des réparations, la rente d’invalidité restant inchangée. Si ces décisions sont contestables devant la justice, pour le malade, le temps est compté. Déjà, certains tribunaux, faute de références, ont tendance à s’aligner sur le barème du Fiva.

  • 14 Contre 15 000 à 150 000 € selon les procédures des tribunaux.
  • 15 Ce barème, présenté par le président du Fiva, a reçu le soutien des représentants de l’État, de ce (...)

17En outre, les demandes d’indemnisation sont traitées au compte-gouttes. Les employeurs ne sont pas pressés de payer alors que les malades ont un faible délai de survie. Fin octobre 2002, selon Libération, sur 1 969 demandes de malades reconnus, seules 370 ont reçu une réponse favorable et seulement 6,1 millions d’euros (soit 16 500 € en moyenne par dossier)14 ont été versés alors que le Fiva dispose d’un budget de 550 millions d’euros. Depuis le début novembre 2001, les propositions des administrateurs proches du patronat pour l’indemnisation du mésothéliome ont été divisées par trois. Comme les associations de défense des malades s’opposent à cette baisse, les versements sont bloqués. Le conseil d’administration du Fiva, reporté depuis le 16 décembre 2002 pour être enfin réuni le 21 janvier 2003, a fixé des montants d’indemnisation votés par 11 voix contre 1015 très insuffisants pour les victimes de l’amiante estiment le 24 janvier suivant les Mutuelles de Provence. Son secrétaire général, Michel Vialle, écrit :

  • 16 Dépêche AFP du 24 janvier 2003 : Mutuelles de Provence : indemnisation « très insuffisante » des v (...)

« L’État et les employeurs, qui portent une très grande responsabilité dans les ravages causés par l’amiante, accablent à nouveau les victimes en fixant un barème correspondant à la moitié des indemnisations moyennes obtenues devant les tribunaux en France. C’est même souvent le quart des indemnités obtenues devant le tribunal des Affaires de la Sécurité sociale de Marseille16. Pour les victimes, le choix risque de se poser dans les termes suivants : accepter de recevoir rapidement les indemnités, au rabais, du Fiva ou continuer à engager de longues et pénibles procédures devant le tribunal pour obtenir de plus justes indemnisations ».

  • 17 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 21 janvier 2004.
  • 18 Ibid.
  • 19 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 31 janvier 2004.
  • 20 Témoignage présenté à FR3 Nord–Pas-de-Calais le 23 janvier 2003.

18Tout récemment, en janvier 200417, une directive du gouvernement vise à ne plus intégrer de nouvelles entreprises dans le dispositif du Fiva. Ainsi, dès décembre 2003, les soixante-dix dossiers des entreprises candidates pour bénéficier de l’allocation de cessation anticipée d’activité ont tous été rejetés. Dans le lot, des entreprises parfois liquidées (Metaleurop, Comilog, Stein) mais dont les anciens salariés subissent les méfaits de l’amiante. « Il faudra désormais être très malade pour être indemnisé » déclare un représentant de l’Union des syndicats des travailleurs de la métallurgie CGT de Valenciennes18. À la suite d’une manifestation en février 2004 de 3 000 salariés exposés à l’amiante venus principalement du Nord—Pas-de-Calais mais aussi de l’Ardèche, de Caen et de la région parisienne au Medef et au ministère des Affaires sociales, le gouvernement a promis de réexaminer les dossiers. Pour le Nord—Pas-de-Calais et la Picardie, on compte au début 2004 4 916 allocataires de ce qui ressemble à une « préretraite amiante », mais sur ce nombre, 73 sont décédés depuis 3 ans et 551 sont désormais retraités. Dans la France entière, on approche à la même date 30 000 dossiers pour 24 181 demandes acceptées19. Louis Beffa, patron de Saint-Gobain, a qualifié le risque amiante d’« épine dans le pied » de sa société. Épine bien moins douloureuse que les milliards de fibres incrustées dans les poumons des victimes. Concluons avec Pierre Boitel20, de l’Oise, qui a manipulé l’amiante à main nue : « les assassins doivent payer. Ce n’est pas une question d’argent mais d’humanité ».

Notes

1 La Société Anonyme Financière Eternit, la SAFE, rachète une société au Canada, une aux États-Unis, deux en Italie couvrant plus de 50 % du marché italien. Les achats les plus récents se situent en 1990 en Espagne, en Allemagne de l’Est et en Angleterre.

2 Actuellement, Eternit-France a comme président du conseil d’administration Jean Beckman. La firme est une filiale à 99 % de Double E (créée en 1994, dirigeants Piérard, De Vogüe), elle-même filiale d’Étex Group Bruxelles. Eternit a gardé en France, pour la fabrication de matériaux de construction en fibre ciment, quatre établissements dont Thiant. Étex Plastique, holding dans le domaine des raccords plastique, dispose à la fin de 2001 d’un capital de 93 000 000 nouveaux francs courants et d’intérêts dans 23 filiales dont Nicoll Ingenierie, la Société d’Exploitation des Adhésifs et Girpi.

3 Témoignage cité par les avocats de la défense au TASS de Valenciennes sur les conditions de travail à Eternit-Nord, La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 28 octobre 1999.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 1er et 5 juillet 2003.

7 Ou Fiva.

8 Ou Andeva.

9 Un arrêté du 3 décembre 2001, paru au Journal Officiel, ouvre le droit à la cessation anticipée d’activité à partir de 50 ans à toutes les victimes de l’amiante reconnues en maladie professionnelle dans le cadre du régime général, quelle que soit leur pathologie, L’Observateur du Valenciennois, 14 décembre 2001. L’allocation correspondant à ce droit représente en moyenne 70 % du salaire antérieur (1 300 € par mois en moyenne). Elle cesse d’être versée quand le bénéficiaire remplit les conditions pour basculer dans le régime de la retraite classique. L’allocation ne peut être cumulée avec le salaire d’une autre activité. Le dispositif de l’allocation amiante présente des lacunes : les travailleurs du BTP, pourtant gros utilisateur d’amiante, en sont exclus ainsi que les intérimaires et les précaires. Les salariés qui jugent l’indemnisation insuffisante doivent agir en justice auprès du tribunal des affaires de sécurité sociale (TAAS).

10 Le Canard enchaîné, 31 décembre 2002.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Le Canard enchaîné, 25 juin 2003.

14 Contre 15 000 à 150 000 € selon les procédures des tribunaux.

15 Ce barème, présenté par le président du Fiva, a reçu le soutien des représentants de l’État, de ceux des employeurs et de la Caisse nationale d’assurance maladie.

16 Dépêche AFP du 24 janvier 2003 : Mutuelles de Provence : indemnisation « très insuffisante » des victimes de l’amiante. Un exemple vient conforter ce propos : selon l’émission FR3 Nord– Pas-de-Calais du 27 janvier 2003, le tribunal des Affaires sociales de Dunkerque a accordé 251 000 € aux ayants droits d’une victime de l’amiante ayant travaillé dans les chantiers navals.

17 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 21 janvier 2004.

18 Ibid.

19 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 31 janvier 2004.

20 Témoignage présenté à FR3 Nord–Pas-de-Calais le 23 janvier 2003.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search