Version classiqueVersion mobile

Eternit et l’amiante 1922-2000

 | 
Odette Hardy-Hémery

Chapitre IX. De la fermeture des marchés à l’interdiction de l’amiante en France, 1975-1997

Texte intégral

Introduction. La fin d’un âge heureux

1Jusqu’alors, il semblerait qu’Eternit puisse tout oser. Mais, à partir de 1975, s’instaure une lente décrue de l’activité pour des raisons externes, conjonctuelles et des raisons internes à la branche, structurelles. La clientèle retrouve goût pour des matériaux que la firme avait évincés de longue date.

I. Les signes de reflux

  • 1 « Les plaques de sous-toiture en amiante-ciment dont la production et la vente ont été récemment dé (...)
  • 2 Ibid.

2L’exercice 1974 a été très bon. Bien que le marché potentiel du logement soit resté stable cette année-là par rapport à 1973, le groupe Eternit a couvert 9 000 000 de m2 de toitures en ardoises-ciment, tuiles béton ou bardeaux d’asphaltes, ce qui représente une progression de 18 % sur l’année précédente1. La société reste omniprésente dans les produits décoratifs amiante-ciment, dans les revêtements de sols, ces derniers fabriqués par la filiale Dalami. Dans l’équipement des logements et des bureaux, le conseil d’administration souligne la très bonne progression des revêtements anti-feu en amiante-ciment2

1. Des résultats en régression

3L’exercice 1975 est particulièrement mauvais. Pourtant, la société anonyme Eternit-Industries s’étend. Après avoir réintégré en son sein en 1973 Poissy-Triel auparavant filiale et l’avoir transformée en usine à part entière, la firme absorbe à nouveau deux filiales : Fibrociment et Sotra. Si le chiffre d’affaires augmente par rapport à 1974, passant à 728 000 000 de nouveaux francs courants (voir tableau 20), en fait, à structures comparables, il régresse de 6,8 % malgré les hausses de tarif autorisées. Le bénéfice net, dégagé après provisions et amortissements, n’est que de 3 800 000 nouveaux francs courants contre 19 en 1973. En 1976, cette décrue s’interrompt quelque peu, le bénéfice net déclaré retrouvant le niveau de 1974 avec 18 000 000 de nouveaux francs courants, le chiffre d’affaires stagnant. Au bilan, le matériel et l’outillage, évalués par l’entreprise à 150 000 000 de nouveaux francs courants, sont amortis au taux énorme de 69 %.

Tableau 20. — Société Eternit-Industries. Chiffres d’affaires et bénéfices nets comptables, 1959-2000.

Tableau 20. — Société Eternit-Industries. Chiffres d’affaires et bénéfices nets comptables, 1959-2000.
  • 3 Soit en euros 133 800 000 de chiffre d’affaires en 2000 et 4 887 000 de bénéfice net.
  • 4 Soit en euros 117 880 000 de chiffre d’affaires en 2001 et 2 742 000 de bénéfice net.

Note 33
Note 44
NB : Il s’agit le plus souvent des bénéfices nets comptables après provisions pour impôts et dotations aux réserves. Pour les trois exercices 1965, 1968, 1969, il s’agit du résultat d’exploitation, donnée plus satisfaisante. À partir de 1981, on ne dispose plus de l’indice des prix de gros permettant la conversion en nouveaux francs constants 1980, voir Annuaire statistique de la France, INSEE, 2000.

Sources : procès-verbaux de réunions du Comité central d’entreprise et bilan social de chaque exercice, source syndicale obtenue auprès des représentants ouvriers.

Tableau 21. — Effectif d’Eternit-Industries, 1972-2001.

Tableau 21. — Effectif d’Eternit-Industries, 1972-2001.
  • 5 Poursuite du chômage partiel, deuxième licenciement qui atteint plus de 800 personnes.
  • 6 Personnel dont le départ anticipé décidé en 1979 prendra effet en 1980. L’entreprise occupe un nomb (...)

Note 55
Note 66

Source : bilans d’Eternit-Industries de 1979 à 1982 avec données rétrospectives, CAMT, 1994 043 0043. Puis bilan social de chaque exercice, source syndicale obtenue auprès des représentants ouvriers.

4Mais, à partir de 1976, le personnel salarié de toutes les usines d’Eternit-Industries commence à diminuer, ne s’élevant qu’à 5 823 contre 6 085 en 1975 (voir tableau 21), signe de difficultés. À l’usine de Prouvy toujours la plus importante du groupe, la production d’amiante-ciment passe de 268 400 tonnes en 1974 à 183 234 en 1976, soit une baisse de 31,7 % (voir tableau 21). Le conseil d’administration, dans son rapport à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 16 juin 1977, note que

« les prix de revient ont continué à augmenter sensiblement sous l’effet des hausses de matières premières et de la sous-utilisation des capacités qui a d’ailleurs forcé à pratiquer à nouveau le chômage partiel pour la production d’amiante-ciment ».

51977 et 1978 sont des exercices médiocres : le bénéfice net après provisions et amortissement n’atteint que 4 000 000 de nouveaux francs courants, comme lors du mauvais exercice 1975, soit 0,56 et 0,49 % du chiffre d’affaires, ce dernier stagnant toujours autour de 800 000 à 900 000 000 nouveaux francs courants (voir tableau 20).

  • 7 Archives du CAMT.
  • 8 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 25 juin 1987.

6La récession est interrompue lors des deux exercices 1979 et 1980. Le bénéfice oscille de 34 à 49 000 000 de nouveaux francs courants, soit 3 à 4 % du chiffre d’affaires qui lui-même dépasse le milliard des mêmes francs. Au bilan de 1981, le matériel et l’outillage, estimés par l’entreprise à 302 000 000 de nouveaux francs courants, sont amortis à raison de 73 %, taux encore plus élevé qu’au bilan de 1976. Lors de l’exercice 19827, le bénéfice net comptable rechute à 17 000 000 de nouveaux francs courants, soit seulement 1,4 % du chiffre d’affaires inchangé depuis 1979. En 1986, le chiffre d’affaires d’Eternit-Industries stagne à 1 000 000 000 de nouveaux francs courants et le bénéfice net à 70 000 000 des mêmes francs8.

  • 9 Voir infra.
  • 10 Spécialiste des produits à l’exportation.
  • 11 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 septembre 1992.
  • 12 Ibid.
  • 13 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 juin 1994.
  • 14 À savoir Thiant, Vitry, Rennes et Albi-Terssac, Triel-Poissy ayant été progressivement fermée de 19 (...)

7Bien des changements sont intervenus dans la structure de l’entreprise : Caronte et Prouvy ont été fermées9, cette dernière étant recentrée sur Thiant avec une diminution considérable de l’effectif : 500 salariés en 1987 contre 1 254 à Prouvy-Thiant en 1981. L’usine de Thiant comporte en 1992 une machine tuyaux spécialisée dans les gros diamètres, une machine plaques ondulées produisant tous les formats, tous les coloris et la plaque FR, la plaque sécurité, une machine ardoises10 et un atelier d’usinage pour tous les accessoires tuyaux11. La gamme des produits est complétée en 1990-1992 par le tuyau Hobas pour lequel une unité de production est construite à Vitry-en-Charollais, par le microtunnelier et le Nidaplast développé à Induplast à Anzin et qui fait une percée dans le marché fluvial12. En juin 1994, Eternit-Thiant obtient le label de qualité AFAQ (Association Française pour l’Assurance Qualité) de conformité ISO 9002 pour ses produits et ses services13. Si en 1996 Thiant vient encore en tête des quatre usines françaises14 pour un effectif global considérablement réduit, il n’en va plus de même dès 1999.

Tableau 22. — Production et effectif de l’usine de Prouvy-Thiant d’Eternit, 1970-2001.

  • 15 Uniquement dans l’usine de Thiant, Prouvy étant fermée. Ce tonnage comporte 35 000 tonnes de produi (...)
  • 16 À partir de 1999, on dispose de la production en m2/5, soit 6 300 000 m2/5 en 1999, 7 103 000 en 20 (...)

Années

Tonnage produit (en tonnes)

Effectif

1970

264 500

2 360

1974

268 400

2 242

1975

176 114

2 102

1976

183 234

1 994

1977

180 167

1 873

1978

146 784

1 802

1979

173 000

1 398

1980

184 000

1 353

1981

148 000

1 254

1982

114 000

1 169

1983

95 000

972

1987

115 00015

500

1993

340

1996

298

1997

246

1998

215

1999

57 00016

119

2000

64 000

97

2001

54 000

89

NB : la production de 264 500 tonnes en 1970 correspond à 29 400 000 m2/5. Le tonnage de 1980 se décompose comme suit : produits plats : 141 000 tonnes pour une surface d’environ 13 000 000 m2 ; produits creux : 43 000 tonnes pour une longueur de tuyaux d’environ 2 500 km.

Source : procès-verbaux de réunions du Comité central d’entreprise d’Eternit et, pour les années 1981-1987, L’Arrondissement de Valenciennes en chiffres, annuaires édités par la chambre de commerce et d’industrie de Valenciennes. Puis, pour les années postérieures, bilan social de chaque exercice.

Tableau 23. — Licenciements annoncés pour chaque usine fin août 1978 par Eternit-Industries.

Usines

Nombre absolu

% de l’effectif

Prouvy-Thiant

431 sur 1 500(1)

27,5

Vitry

97 sur 1 000

10,4

Rennes

39 sur 650

6,3

Albi-Terssac

16 sur 250

6,6

Triel

230 sur 650

37,7

Caronte

125 sur 125(2)

100

Total

975 sur 5 050(3)

19,3 soit 1/5e de l’effectif

(1). Sur les 431 licenciés de Prouvy-Thiant, 110 sont âgés de 56 ans et 8 mois. Pour les autres, une sélection est à faire.
(2). À Caronte, en 1977, on a déjà compté 300 licenciements sur les 467 prononcés pour l’ensemble des usines d’Eternit.
(3). Sur les 975 licenciés au total, il y aurait 330 mises à la retraite.

Source : Liberté, 30 septembre 1978, L’Humanité, 30 août 1978.

2. Des coupes sombres dans les effectifs et les productions

Du chômage partiel aux licenciements

8De 1976 à 1982, l’effectif global des usines du groupe régresse chaque année : - 655 unités en 1977, c’est-à-dire - 11 % avec une grosse vague de licenciements en septembre qui touche toutes les usines et surtout Caronte sauf Albi et Rennes ; surtout - 878 unités en 1978 où se situe une seconde et énorme vague de mises à la porte, l’effectif étant réduit en fait de 17,8 % (voir tableau 23). Une analyse de la CGT dès septembre 1978 fait ressortir que, dans les années à venir, Prouvy sera supprimé au profit de l’usine de Kapelle (Belgique) :

  • 17 Liberté, 3 septembre 1978.

« Il apparaît que les projets d’Eternit visent à faire effectuer une part croissante de la production par des filiales étrangères (en Grèce, Tunisie, Portugal, Belgique par exemple)… Eternit s’appuierait sur quelques bases (Vitry, Rennes, Albi) servant à la diffusion et à la commercialisation de productions d’un groupe à caractère international »17.

9Une restructuration encore plus accentuée se poursuit ; des coupes continuent à être pratiquées dans l’effectif : - 2 % en 1980, - 7 % en 1981, - 6,5 % en 1982 (voir tableau 20). Entre le maximum de 1975 et 1982, l’effectif total est ramené de 6 085 salariés à 3 437, soit une réduction de 43,5 %.

  • 18 D’après les chiffres indiqués par la chambre de commerce et d’industries de Valenciennes. On remarq (...)

10Comment se répartit ce saccage selon les usines ? En comparant les données de 1976 et de 1981 (voir tableau II), on constate que seule une usine (hormis le siège de Vernouillet créé entre temps) voit son effectif s’élever : il s’agit d’Albi-Terssac mais cette unité est petite. En 5 ans, les usines perdent entre 20 et 60 % de leur effectif. Poissy-Triel est très touchée puis fermée en 1999, Hesdin vient ensuite avec - 41 %, établissement suivi par Prouvy, Paray-Vitry et Rennes perdant sur la période 27 à 31 % de leur personnel. Un site est rayé de la carte de 1978 à 1979 : Caronte, dépassant pourtant les 500 ouvriers en 1976. Au terme de cette hécatombe, Prouvy reste encore la plus importante18 usine du groupe (voir tableau II) mais l’effectif continue à perdre quelques centaines d’unités chaque année (voir tableau 22).

La restructuration des usines du Nord

  • 19 Liberté, 31 août 1978, doc. cit.
  • 20 Liberté, 25 juin 1977. Le marché de l’amiante-ciment est passé d’une consommation de 1 245 000 tonn (...)
  • 21 Il passe en effet de 672 000 anciens francs à 1 554 000 anciens francs, La Voix du Nord, édition de (...)

11Mais l’unité de production de Prouvy-Thiant subit de lourdes amputations de production et de personnel. La baisse des effectifs ici commence en 1975. En 1976, en deux ans, le personnel est divisé par 1,4, puis baisse régulièrement sauf en 1979 où il perd 404 unités : la résection, de 22 %, est encore plus sévère qu’au niveau de l’ensemble des établissements où elle est de 17,8 % (voir tableaux 21 et 22). En septembre 1978 sur les 1 000 licenciements annoncés pour les 5 usines du groupe soit 1/5e des effectifs, près de la moitié, 431, touchent Prouvy. Cette vague de renvois de 1978 a été très brutale et importante. À l’époque, les syndicats sont unanimes pour mettre en cause la vétusté des installations et le manque de débouchés dans une région qui ne s’équipe plus19. Déjà, en 1977, les usines du Nord ne tournent qu’à 75 % de leur capacité et, en juillet, elles connaissent leur vingt-quatrième semaine de chômage depuis 197420. Et pourtant, en 1979 le tonnage d’amiante-ciment produit par Prouvy-Thiant augmente, retrouvant le niveau de 1975 (voir tableau 21). La productivité par ouvrier s’élève, le bénéfice par salarié s’accroît de 123 % de 1975 à 197621.

  • 22 Liberté, 31 août 1978, doc. cit. ; La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 31 août 1978.
  • 23 Liberté, 19 septembre 1978.

12L’annonce des licenciements fin août 1978, avant même que le Comité central d’entreprise n’en soit informé, au retour de vacances des salariés, soulève une vague d’indignation. Le 30 août, un millier de travailleurs défile dans les rues de Prouvy ; un front intersyndical est mis sur pied par la CGT, la CFDT et la CGC22. Le 19 septembre, 350 salariés, venus de 9 des 10 usines du groupe, se réunissent à la Bourse du travail à Paris, accompagnés par les élus locaux. Une grève de 24 heures est observée à Prouvy avec délégations à la sous-préfecture et à l’inspection du travail23. Nouvelle manifestation de 200 salariés d’Eternit-Prouvy à Valenciennes le 24 octobre 1978 et entrevue de la CGT, de FO et de la CFDT, à la direction départementale du travail et de la main-d’œuvre. La lutte est inégale. Le pourcentage de licenciements prévu à Prouvy de 27,5 % n’est ramené qu’à 22,4 %.

  • 24 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 juin 1984.
  • 25 C’est en juillet 1985 que plusieurs services fonctionnels sont transférés de Prouvy au siège de Ver (...)
  • 26 Leur effectif baisse de 16 % la première de ces deux années.
  • 27 Assez souvent désignée par l’appellation Haulchin-Thiant, l’établissement s’étendant sur ces deux c (...)
  • 28 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 25 juin 1987, Eternit à Thiant. Portes ouvertes ou… le bo (...)
  • 29 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 juin 1993.

13En 1980, alors que le tonnage nordiste se relève légèrement, l’effectif est encore réduit. Mais, à partir de 1981, la production et le personnel d’Eternit dans le Nord s’amenuisent de façon irréversible (voir tableau 21). Petit à petit, l’on s’oriente vers la fin des établissements nordistes, berceau de la société. À partir de 1979, les installations de Prouvy sont regroupées sur le site de Thiant moyennant un investissement de 125 000 000 de nouveaux francs courants jusqu’en 1984, sur une zone de 170 000 m224, les bureaux centraux de Prouvy étant déménagés à Vernouillet25. Deux autres charrettes de licenciements ont encore lieu dans les usines de Prouvy-Thiant en 1983 et en 198426. En juillet 1987, Prouvy ferme définitivement, l’usine de Thiant27 reste la seule unité valenciennoise en activité ; elle produit alors 115 000 tonnes de matériaux en fibres-ciment et occupe 500 salariés28, le quart de l’effectif de 1975. Mais, de réduction en réduction, le personnel occupé à Thiant tombe à 340 unités en 199329.

3. Un cas extrême : la mort programmée de Caronte, 1977-1979

  • 30 Témoignage de Michel Salard, 14 mai 2001.
  • 31 Soit 300 renvois sur 467 pour l’ensemble d’Eternit-Industries.
  • 32 L’Humanité, 30 août 1978.

14Dès 1973, Eternit, ne parvenant plus à écouler tout son stock, oblige le personnel de Caronte, comme celui de la plupart de ses établissements, à chômer une semaine par mois, l’indemnisation étant compensée à 75 % du salaire, ceci jusqu’aux licenciements massifs opérés en décembre 1977 dans toutes les usines sauf à Albi-Terssac. Dès 1973 aussi, la direction générale s’emploie à réduire les aires de vente de l’usine de Caronte au profit de celle d’Albi-Terssac30 pour en arriver en 1977 à licencier les trois-quarts du personnel de Caronte31 : dans ce but est supprimée la fabrication des tuyaux et des moulages ; n’est conservée que la production des plaques supports de tuiles (PST). Fin 1977 ne subsistent à Caronte que 120 salariés, juste ce qu’il faut pour permettre à l’administration d’autoriser les 297 licenciements qui sont réalisés. Eternit s’était engagée auprès de la Direction départementale à conserver ces derniers emplois. En 1978, l’entreprise, reniant ses engagements, tente de liquider définitivement Caronte. L’inspecteur du Travail oppose un refus, le ministre du Travail de l’époque, Boulin, rejette la demande d’Eternit32.

  • 33 25 plaintes d’anciens salariés de Caronte sont jugées par le tribunal des affaires sociales de la S (...)

15C’est par une erreur de l’inspection du Travail qu’Eternit parvient à licencier encore 90 salariés non protégés. Au lieu de les avertir par pli recommandé du refus du ministre, elle le fait par fax. Comme le code du travail ne prévoit pas ce mode de communication, les 90 sur la sellette sont licenciés. Restent les 30 qui exigent l’accord de la direction départementale du Travail. La bataille dure presque un an. Le 9 décembre 1979, les derniers salariés signent un compromis de licenciement leur accordant quelques avantages. Au total, 120 des salariés obtiennent la préretraite, l’indemnité de licenciement est triplée. Quelques licenciés sont recasés dans les autres sites. Les anciens salariés forment en 1995 un comité de défense des victimes de l’amiante et déposent contre Eternit des plaintes pour faute inexcusable qui ont gain de cause à partir de 200033.

4. Le redéploiement mondial

  • 34 Le Monde diplomatique, juin 2000, « La stratégie criminelle des industriels de l’amiante ».

16En même temps qu’elle restreint ses effectifs en France et qu’elle ferme Caronte, la société Eternit développe ses investissements à l’étranger. Le groupe est présent dans 23 pays de tous les continents : Europe, Afrique, Asie, Amérique. La presse de 1978 signale que l’entreprise construit des usines en Tunisie et en Grèce. Au Guatémala, le tremblement de terre de 1976 permet à Duralit, filiale locale d’Eternit, de fournir des toitures en amiante-ciment financées avec l’argent des collectes de solidarité. En 1991, la multinationale belge ETEX, qui a une participation dans Eternit France, signe un protocole d’accord avec le Haut Commissariat aux réfugiés ; les premiers clients ne tardent pas : Croatie, Guatémala et Rwanda-Burundi34.

  • 35 Liberté, 19 et 21 septembre 1978 ; Lutte ouvrière, 20 septembre 1978.
  • 36 Le Monde diplomatique, doc. cit.

17L’investissement est poussé dans les pays du Tiers-Monde où l’amiante n’est pas interdit : Asie, Amérique latine, Inde. Ainsi Eternit est très implantée au Brésil35, cinquième producteur mondial d’amiante en 200036. En 1983, la société brésilienne, Eternit SA, annonce l’introduction dans ce pays d’un nouveau plâtre à base d’amiante pour les enduits intérieurs destinés aux maisons individuelles. Cet enduit s’appelle wall. Il est déjà interdit à l’époque en Suède, en Hollande et aux États-Unis depuis les années 1970. Au Brésil, la plupart des maisons ou immeubles ont des éviers ou des réservoirs d’eau à base de fibro-ciment :

  • 37 A. Thébaud-Mony, op. cit., p. 132.

« Au lieu de mesurer les effets sur la santé de l’amiante ainsi présent dans la vie quotidienne des familles, les deux grands groupes présents au Brésil, Eternit et Saint-Gobain – Pont-à-Mousson, ne cessent de lancer de nouveaux produits »37.

18À partir de 1980 où l’activité des usines françaises ne progresse plus, la recherche est développée par Eternit en France et même au Brésil pour mettre au point des substituts à l’amiante dans les fibrociments. Mais, dans sa politique internationale, la firme tient secret le fait que sa filiale du Costa-Rica, Ricalit, vend depuis des années des tuiles et des panneaux muraux de fibro-ciment sans amiante mais présentant les mêmes garanties que les produits à base d’amiante. Ricalit en effet constate que ces derniers ont un prix de revient 50 % plus élevé que celui des panneaux « nouvelle technologie » contenant des déchets de fibres de plantes locales.

  • 38 Ibid., p. 134.

19Mais au Brésil où l’amiante est peu coûteux, où les parts de marché doivent être préservées face aux autres producteurs dont les fabricants nationaux, les nouvelles technologies sans amiante n’ont aucune chance de l’emporter. Ainsi montre Annie Thébaut-Mony38, en 1986, devant l’Agence américaine de protection de l’environnement, Eternit SA, multinationale du Brésil, affirme que les seuls usages d’amiante en Amérique latine sont les tuyaux d’amiante-ciment.

  • 39 Ibid.

« Pourtant au même moment, Eternit SA faisait paraître une page entière de publicité pour ses nouveaux panneaux rouges de couverture de toit, dans un des plus grands hebdomadaires brésiliens »39.

20Si l’amiante-ciment devait finir par être banni au Brésil comme en Inde, le préjudice le plus grand ne serait pas pour Eternit qui maîtrise les technologies de substitution.

21La conception des affaires laisse peu de place aux dimensions éthiques. Comme le déclare Samerlaender, directeur d’Eternit-Brésil :

  • 40 Cité par A. Thébaud-Mony, op. cit., p. 138. Il est possible en effet que le Brésil décide l’interdi (...)

« qui sait si la question de l’amiante deviendra ou non brûlante en Amérique latine ?… Alors, nous pourrons laisser tomber l’amiante ! »40.

II. La vie ne va pas à reculons

1. Les raisons externes de récession

La morosité des marchés

22Déjà en 1974 existent des ombres pour l’avenir : l’endettement de la société, le déferlement non seulement de la concurrence des autres producteurs d’amiante-ciment mais de nouveaux produits. Ces tendances ne vont que s’accentuer au fil des ans.

  • 41 Liberté, 31 août 1978.
  • 42 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 septembre 1992.
  • 43 Intervention de René Delattre, secrétaire du syndicat CGT d’Eternit-Nord lors du meeting intersyndi (...)

23Le marché des maisons individuelles et des logements sociaux est en baisse constante. Ainsi, le nombre de logements en construction passe de 556 000 en 1973 à 430 000 en 1978, soit une chute de 30 %. Le marché collectif à la fin du premier semestre 1978, comparativement avec la même période de 1977, a reculé de 35 %41. En 1992, les chiffres n’offrent pas d’espoir de rétablissement42, même si Eternit s’est orientée vers la réhabilitation des bâtiments existants. Et pourtant, selon la commission parlementaire de la production et des échanges, les besoins en adduction d’eau en France ne cessent de s’accroître. En 1978, 6,5 % des Français, c’est-à-dire 3 500 000 personnes, ne disposent pas encore de l’eau courante43. 60 % des 110 000 km du réseau urbain d’adduction d’eau en France date d’avant-guerre. Les autres marchés sont également orientés à la baisse : la construction industrielle et, dans une moindre mesure, la construction agricole.

  • 44 Discours du directeur d’Eternit-Thiant lors de la remise des médailles du travail au personnel, La (...)

24À partir des années 1979-1980, la concurrence italienne se manifeste, de même celle de l’ardoise espagnole. Dans le domaine de la plaque ondulée, la tôle laquée supplante l’amiante-ciment au niveau des bardages dans les bâtiments industriels, ce produit apparaissant après 1980. Mais il est un domaine où l’amiante-ciment s’est bien défendu : il s’agit du marché agricole. La tôle laquée convient mal dans ces bâtiments à forte humidité car elle présente des problèmes d’oxydation : les condensations, non absorbées, restent sur la tôle puis retombent sur le bétail, ce qui est très nuisible. Il reste le marché tuyaux, assainissement et eau ; à l’orée des années quatre-vingt-dix, ce marché reste porteur, l’époque étant marquée selon la direction par une prise de conscience politique pour la préservation de l’environnement44.

La recherche d’une survie de la firme par rachat de sociétés

25Le développement d’axes nouveaux en relation avec le premier métier, le fibro-ciment, est exploré. Cette investigation est le fait d’ETEX, qui a pour participation majoritaire Eternit-Industries et elle s’opère par rachat en France de sociétés ne fabriquant pas de fibrociment. En 1980, ETEX prend une participation puis rachète totalement la Société Nicoll devenue spécialiste européen du raccord plastique pour le bâtiment. Dotée d’un catalogue de plus de 7 000 articles livrables en 72 heures, Nicoll bénéficie du réseau Eternit pour implanter son know-how en Italie, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Espagne, aux Pays-Bas, en Belgique, en Turquie, mais aussi au Canada, aux États-Unis, à Hong Kong, en Amérique du Sud et en Chine.

  • 45 Les tubes et raccords en PVC offrent une bonne résistance aux agressions chimiques et électrolytiqu (...)

26Dans d’autres spécialités, ETEX se développe à travers les Sociétés SAS, Jimiten et Riuvert en Espagne, Sanit en ex-Allemagne de l’Est, Soparco en France pour la production de conteneurs floraux et horticoles. En août 1984, la société anonyme financière Eternit on SAFE prend une participation importante dans Girpi, spécialisé dans la fabrication de tubes et raccords45 en matériaux de synthèse, PVC et CPVC. Le groupe est devenu avec d’autres filiales en France, en Europe et en Amérique du Nord, le no 1 mondial de ce type de raccord pour le bâtiment.

  • 46 Il existe une similitude de technologie entre les chaussures à semelle de plastique et l’injection (...)

27Le troisième volet est acquis lorsqu’en 1993 ETEX rachète au groupe des chaussures André sa branche « sécurité » de Jallatte et ses filiales. Jallatte est un groupe mondial qui a des usines dans plusieurs pays européens et des participations au Japon46. Le résultat obtenu à la fin de 1993 est le suivant : le groupe ETEX est présent dans 19 pays avec 39 sociétés et réalise, avec un effectif de 5 850 personnes, un chiffre d’affaires de 3,71 milliards de nouveaux francs courants dont 26 % en fibres-ciment, 57 % en produits plastiques, 14 % en protection individuelle et 3 % en divers. À partir de 1990, le poids d’Eternit-Industries dans le groupe ETEX tend à se réduire (voir graphique XVII) : son chiffre d’affaires représente en 1993 19 % de celui d’ETEX qui a triplé depuis 1980.

2. Les raisons internes, structurelles

La méfiance envers l’amiante-ciment

28Aux facteurs de récession s’ajoute une défiance s’installant progressivement envers l’Eternit et l’amiante-ciment. Au tournant des années soixante-dix, l’amiante est devenu un sujet de préoccupation pour une partie de l’opinion.

  • 47 R. Lenglet, op. cit., p. 48-49.

« En 1969, montre Roger Lenglet47, une rumeur circule en France : on dit que les fibres d’amiante sont dangereuses… Bientôt, on dit même que les poumons de tous les citadins en contiendraient ».

  • 48 Au rôle très influent, J. Champeix est dans les années soixante-dix secrétaire général de l’Associa (...)
  • 49 Ibid., p. 48.
  • 50 Supplément au tome 4, 1976, p. 51-62, cité par R. Lenglet, op. cit., p. 71.
  • 51 Formé au milieu des années soixante-dix.
  • 52 Le taux moyen autorisé par journée de travail est de 2 fibres par millilitre d’air, R. Lenglet, op. (...)

29Les journalistes se mobilisent… Les chercheurs répètent les analyses menées par le docteur J. Champeix48 et le docteur J. Avril, médecin du Travail chez Férodo49 et montrent que les poumons des citadins recèlent réellement des fibres ; cette conclusion est réaffirmée dans l’enquête menée de juillet 1974 à juillet 1975 par une équipe d’experts français sur « les pollutions atmosphériques urbaines par l’asbestose » et publiée dans la Revue française des maladies respiratoires50. C’est en 1977 que le collectif intersyndical de Jussieu51 publie Danger ! Amiante et mène la lutte en mobilisant en France pour amener le gouvernement à bouger. 1976 est l’année où l’opinion publique découvre le scandale Amisol, cette usine du Puy-de-Dôme où précisément le docteur Champeix a, pendant des années, minimisé les affections des employés et réduit les taux d’invalidité accordés. Champeix perd le procès qu’il intente pour diffamation au collectif Jussieu. En 1977, un arrêté interdit le flocage à base d’amiante dans les habitations et prescrit les mesures d’hygiène dans les établissements où le personnel est exposé aux poussières d’amiante52. Même si aucune mesure ne protège la population générale, l’opinion publique est très inquiète.

30Les architectes, enfin alertés par quelques spécialistes opiniâtres parvenant à percer le rideau de silence établi par les lobby de l’amiante-ciment, hésitent à employer le toit, les cloisons intérieures, les revêtements en Eternit. On revoit de plus en plus le toit en tuiles.

31Dans les archives internes de l’entreprise existent quelques traces de la méfiance des utilisateurs envers l’amiante-ciment. Pour la première fois, officiellement, dans son rapport à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 16 juin 1977, le conseil d’administration de la Société anonyme financière Eternit signale :

  • 53 Dossier Eternit, CAMT, 1994 043 0043.

« les attaques dont l’amiante, un composant essentiel de nos produits traditionnels, a fait l’objet. En réponse, nous avions, en commun avec les autres industries utilisant l’amiante, lancé une campagne d’information objective, ramenant le problème à ses dimensions réelles qui ne sont pas négligeables mais ne mettent pas en cause normalement l’utilisation de nos produits amiante-ciment… Dans nos usines de production,… nous poursuivons la réalisation du plan nous permettant d’être en conformité avec la réglementation officielle qui doit sortir »53.

32De même, Michel Salard, élu CGT au CCE d’entreprise, estime que, dans ces années 1973-1975, la direction devient plus sensible à l’amélioration des conditions de travail, à la mise en place de plans pour le dépoussiérage et la ventilation sur certains tours, à l’aspiration plus efficace aux broyeurs :

  • 54 Témoignage de Michel Salard recueilli le 14 mai 2001.

« Enfin, Eternit voulait regarder en face les problèmes d’empoussièrement et de détection des maladies liées à l’amiante… ce que les militants soulevaient concernant l’hygiène et la sécurité était l’objet d’une étude approfondie par la direction et assez souvent, on retenait nos suggestions. Mais, déjà, il était bien tard : on était en 1975 »54.

L’interdiction de l’amiante en France après 20 ans d’attente

  • 55 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 25 juin 1987.

33Eternit est prise dans une contradiction : continuer à produire mais en même temps reconnaître, par les précautions qu’elle commence à prendre, que la fabrication de ce matériau présente des risques. Ce risque au départ touche la fabrication mais il va inévitablement gagner l’utilisation. De l’extension de ce danger à tous ceux manipulant l’amiante-ciment, il n’y a qu’un pas que pourtant tous, législateurs, consommateurs, société, vont mettre plus de 20 ans à franchir. Même en 1987, La Voix du Nord, édition de Valenciennes, titre encore « Eternit à Thiant. Portes ouvertes ou… le bonheur retrouvé »55. À l’époque, l’usine nordiste lance des produits nouveaux, mais toujours en amiante-ciment : ainsi la plaque « superonde », ondulée à grande capacité d’évacuation destinée aux toits industriels à faible pente ; la « coloronde », plaque adaptée aux recherches architecturales nouvelles ; le système « interliss » qui permet la mise en place de réseau d’assainissement étanche avec des équipements réalisés sur mesure mais en grande série. Le journal conclut :

« ces résultats, alliés à ceux représentant les succès d’une usine devenue “propre” (ne restent à régénérer que les boues qui, aujourd’hui, partent en décharge), permettent à l’usine de Thiant d’afficher une image sereine et proche du bonheur retrouvé ».

  • 56 La Chronique, no 548, 18 juin 1994 ; La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 juin 1994 ; la Ch (...)

34Lors de la remise le 28 juin 1994 de la certification de qualité ISO 9002 par l’Association française pour l’assurance-qualité, la direction d’Eternit-Thiant annonce que son prochain objectif est de faire certifier son site au titre de l’assurance « qualité environnement »56.

  • 57 Les décisions gouvernementales : le 3 juillet 1996, le gouvernement annonce les mesures qui frappen (...)
  • 58 Dans l’Union européenne, seuls trois membres n’ont pas encore renoncé à l’amiante en 2000 : l’Espag (...)

35C’est le 3 juillet 1996 qu’à la suite d’un rapport de l’INSERM, une décision gouvernementale interdit la fabrication, la vente et l’utilisation de l’amiante en France à partir du 1er janvier 199757, cette fibre étant responsable de près de 2 000 morts sur le territoire national en 1996 et étant déjà proscrite dans de nombreux pays d’Europe dont la Belgique58. La France interdit la production et l’utilisation de l’amiante et de l’amiante-ciment avec un retard de vingt ans car cette décision aurait pu être prise en 1976 où le professeur Jean Bignon avait démontré que le risque de cancer était de 76 % chez les ouvriers de l’amiante ; dans cette foulée ne furent interdits que les flocages. Comme le montre Sylvie Deleule, dans le documentaire « la mort lente de l’amiante » diffusé le 30 novembre 2004 sur Arte, l’idée a longtemps prévalu que le dégât à la santé était le prix à payer pour le maintien du développement économique national. Les industriels de l’amiante font front. Le Conseil Permanent de l’Amiante ou CPA naît en 1982 et va déterminer la politique de l’État. Il est présidé par le directeur de l’Institut national de la Recherche scientifique et intègre le représentant du ministère français de l’Industrie, certains scientifiques qui se sont opposés à l’amiante et les membres de certains syndicats. Force Ouvrière refuse d’y participer. Les industriels financent l’édition des documents de l’INRS et parviennent à retarder l’interdiction de l’amiante en développant la prévention. À Bruxelles, on se heurte à un refus de l’interdiction de l’amiante mené par la France. Selon Annie Thébaud-Mony, en 1991, la France compte 600 à 900 décès annuels par mésothéliome, mais le CPA n’en annonce que 200 en 1994, de nombreux cas n’étant pas déclarés.

36C’est en juin 1994 que plusieurs veuves d’enseignants de Gérardmer décédés de l’amiante portent plainte. Le scandale explose car le mal atteint de nouvelles couches sociales et non plus seulement des ouvriers. L’enquête commandée par les pouvoirs publics en 1996 est décisive car elle montre que 120 professions sont atteintes, rappelle Sylvie Deleule. À cette époque, la sensibilisation de l’opinion française est très forte autour des crises sanitaires, celle de l’amiante s’ajoutant au scandale de la vache folle.

La loi appliquée

37Quinze entreprises représentant près de 3 500 salariés sont concernées. Eternit-Industries est du nombre, son chiffre d’affaires est alors de 1 milliard de nouveaux francs courants, son effectif de 1 200 personnes, l’usine d’Haulchin-Thiant en occupant 330 (voir tableau 24).

  • 59 Dans les Yvelines.
  • 60 Entreprise et Carrières, no 374, 11 au 17 février 1997.
  • 61 Les Échos, 7 avril 1997. Sur les 126 salariés de Triel, après les départs en « mesure d’âge » ou pa (...)
  • 62 Nord-Éclair, 8 novembre 1996. La Gazette, 5-6 août 1996. La Voix du Nord, édition de Valenciennes, (...)

38En 1996, dans le bâtiment et les travaux publics en France, l’amiante-ciment représente encore une consommation annuelle de 463 000 tonnes dans les plaques ondulées, les ardoises et les canalisations. En réponse à la décision d’interdiction de l’amiante, Eternit-Industries envisage la fermeture définitive de l’usine de Triel-sur-Seine59 en en licenciant les 126 salariés. Mais le tribunal de grande instance de Versailles annule au début de 1997 le plan social de la direction pour cet établissement60. Le plan social est autorisé par la cour d’appel de Versailles en avril 199761. À l’usine d’Haulchin-Thiant, sur 320 emplois, 93 disparaissent par départs en pré-retraites pour les personnels âgés au moins de 56 ans, les 54-55 ans obtenant des congés de conversion en attendant l’âge de la pré-retraite. Les 12 personnes dont le licenciement était annoncé pour la fin de 1996 sont conservées en sureffectif62.

Tableau 24. — Les entreprises concernées par la décision gouvernementale du 3 juillet 1996 interdisant l’amiante en France à dater du 1er janvier 1997.

Entreprise

Domaine d’activité

• CA (en Francs)
• Effectifs

Implantations en France

Solutions

• Eternit
(Étex)

B-TP (couverture et canalisations)

• 1 milliard
• 1 200 personnes

Cinq sites de production : Thiant (Nord), Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine), Terssac (Tarn), Vitry-en-Charolais (Saône-et-Loire), Vernouillet (Yvelines).

- Accélération du programme de conversion entamé par l’usine de Thiant.

• Éverite (Saint-Gobain)

B-TP (couverture)

• 405 millions
• 288 personnes

Un site de production : Descartes (Indre-et-Loire), un nouveau site de tuiles sans amiante à Dunkerque (Nord).

-Arrêt prochain de la production à Descartes et montée en puissance de Dunkerque.

• Pont-à-Mousson SA (Saint-Gobain)

B-TP (canalisations)

• 4 milliards (dont 75 millions pour les canalisations en fibre-ciment)
• 3 800 personnes

Un site de production : Andancette (Drôme, 72 personnes).

- Arrêt prochain de la production.

• Screg (Bouygues)

Extraction, production et pose de revêtement routier

• 6,5 milliards (dont 3 à 5 % pour les enrobés avec amiante)
• 8 000 personnes

Plusieurs dizaines de sites de production d’enrobés

- N’utilise déjà plus l’amiante depuis un an. Remplacement par des fibres végétales.

• Allied Signal

Garnitures de freins

• 675 millions
• 950 personnes

Un site de production : Condé-sur-Noireau (Calvados).

- Conversion déjà opérée à 95 % pour aboutir à 100 %, comme prévu, début 1997.

• Ferodo-Abex (TNN)

Garnitures de freins

• 550 millions
• 670 personnes

Un site de production : Noyon (Oise).

- Accélération de la conversion et plan social pour augmenter la productivité.

• Flertex

Garnitures de freins

• 90 millions
• 140 personnes

Un site de production : Saint-Florentin (Vienne).

- Interrogée, l’entreprise n’a pas souhaité répondre.

• Freix

Garnitures de freins

• 15 millions
• 35 personnes

Un site de production : Courbevoie (Hauts-de-Seine).

- N’utilisant l’amiante que pour les poids lourds, la firme bénéficie de la dérogation.

• Fertam

Textile

• 40 millions (dont 30 % pour les produits amiantés)
• 102 personnes

Un site de production : Les Vaux (Orne).

- Dépôt de bilan en juin suite à la chute des ventes de produits amiantés depuis le début de 1996.

• Porteret Beaulieu Industrie

Textile, isolation

• 48 millions
• 60 personnes

Un site de production : Mirebeau (Côte-d’Or)

- Interrogée, l’entreprise n’a pas souhaité répondre.

• Silitex

Textile

• 12 millions
• 20 personnes

Un site de production : Épouville. (Seine-Maritime)

- En quête de solutions de remplacement.

• Latty international et Sofajoint

Étanchéité

• 110 millions
• 200 personnes

Deux sites de production : Brou (Eure-et-Loir), Viry-Châtillon (Essonne)

- Mise en place prévue de solutions de substitution si des dérogations ne sont pas obtenues.

Source : L’Usine nouvelle, no 2557, 11 juillet 1996.

  • 63 L’Usine nouvelle, 1er juillet 1996, doc. cit.
  • 64 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 24 avril 1997.
  • 65 En fait, il s’agit d’un simple déménagement d’une filiale, Induplast, jusqu’alors située à Anzin.

39En juillet 1996, l’usine de Thiant est dotée de deux machines capables de fabriquer plaques et ardoises sans amiante, mais cette solution de substitution ne couvre que 20 % de la production. La Belgique ayant interdit le flocage des bâtiments depuis 1980, le groupe Eternit a mis au point un produit de substitution à base de polyvinyalcool (PVA) et de cellulose. Son coût de production dépasse de 30 % celui de l’amiante-ciment mais les produits concurrents comme l’acier laqué sont plus chers que les substituts de l’amiante63. Au même moment, 1996, pour les canalisations, Eternit développe une solution à base de polyester renforcé de fibre de verre. Puis, en 1997, la presse fait état de la fabrication en sous-traitance en Grande-Bretagne de tubes en polypropylène et d’hydrotubs à double paroi64. L’usine d’Haulchin-Thiant fabrique alors des produits de couverture et investit sur une chaîne pour le « nidaplast », blocs en polypropylène extrudé pour la récupération des eaux de pluie65. Le site de Thiant occupe 200 personnes en avril 1997 contre 330 un an plus tôt.

  • 66 Triel a été fermé complètement après 1996.
  • 67 Soit 21 000 000 m2/5 en 1999, 27 000 000 en 2000 et autant en 2001 contre 89 020 000 en 1974.

40Depuis 1998, Eternit-France a gardé quatre sites de production : Rennes, Paray-le-Monial ou Vitry-en-Charollais, Albi-Terssac et Thiant66. Quelques données permettent une comparaison dans le long terme. En 1996-1997, le chiffre d’affaires de ces quatre établissements se situe entre 700 et 775 000 000 de nouveaux francs courants (contre 1 000 000 000 en 1986) puis oscille autour de ce niveau de 1998 à 2001 (voir tableau 19). Le bénéfice net comptable, quand il ne fait pas place à une perte comme en 1996 et 1999, est au maximum de 2 à 3 % du chiffre d’affaires, comme lors des meilleurs exercices, bien rares, de 1975 à 1979. L’effectif total d’Eternit-France est passé de 5 823 personnes en 1976 à 1 152 vingt ans plus tard, se divisant par 5, pour encore se réduire de 1,9 fois en 2001 avec 601 salariés (voir tableau 20). La production totale d’Eternit dans ses 4 usines françaises avec 196 000 tonnes en 1999, 245 000 et 253 000 tonnes en 2000 et 200167, est de l’ordre de celle de 1950 (voir graphique III) mais représente à peine un tiers du niveau de 1974 (809 000 tonnes).

  • 68 La croissance du marché agricole ne se poursuit pas en raison de la baisse du nombre d’agriculteurs (...)
  • 69 Intervention du président d’Eternit lors du CCE du 23 mai 2000.
  • 70 Ou produit de bardage façade.
  • 71 CCE du 23 mai 2000.
  • 72 En 2001, la Société commercialise 263 000 tonnes d’articles en fibres-ciment dont 2,6 % de produits (...)
  • 73 La baisse du taux de marge (incorporant plus de données que le bénéfice net) est liée au renchériss (...)
  • 74 En 2000, Eternit enregistre + 33 % de gains de productivité et, en 2001, encore 18 % d’augmentation (...)

41Même si la France reste avec l’Italie le plus gros marché européen en plaques ondulées (50 % des ventes de plaques ondulées d’Eternit sont destinées au marché agricole68), il est évident que ce marché est en déclin : « l’entreprise n’a plus l’activité qu’elle a connue lors des Trente Glorieuses »69. Dans les toutes récentes années, Eternit envisage de développer le chiffre d’affaires en s’adjoignant de nouveaux produits, ainsi l’Éterclin introduit en 199970 et peut-être les ardoises naturelles. La part de l’ardoise fibres-ciment sur le marché des éléments de couverture s’est effondrée lors de l’abolition de l’amiante en 1997 et elle continue à se dégrader71. Lors de l’exercice 1999, les ventes sur le marché intérieur représentent 90 % des livraisons totales. Pour tout produit nouveau Eternit ou en fibres-ciment sans amiante, le démarrage est plus long qu’auparavant, demandant 5 ans pour s’affirmer. Le projet de l’entreprise pour les années à venir est de faire progresser les parts de marché sur le secteur de la couverture, des produits de façade et des produits plans72. En 2001, le taux de bénéfice a baissé mais la stratégie commerciale d’Eternit est de rester un acteur majeur en France pour résister aux concurrents et d’accepter une baisse à court terme de ses marges bénéficiaires, le contexte concurrentiel empêchant de répercuter sur le prix73 de vente l’élévation des coûts matière. Toutefois, l’entreprise était à 1 152 salariés en 1996, elle obtient à peu près le même volume de production en 2001 avec 601 personnes : le nombre de m2/5 par salarié est beaucoup plus important74.

  • 75 Où la fabrication atteint 76 000 tonnes à Rennes, 65 000 à Vitry, 58 000 à Albi et 54 000 à Thiant. (...)

42À Thiant, l’effectif régresse : 215 unités en 1998, 97 en 2000, 89 en 2001 (voir tableau 21). Au terme de la période, Thiant ne vient plus qu’au troisième rang des quatre usines françaises d’Eternit pour l’effectif en 1999 et au dernier pour la production en 200175. À la fin 2002, elle occupe 60 ouvriers et 23 employés, produit des plaques ondulées en fibrociment à base de cellulose. Les départs ne sont pas remplacés. L’agence commerciale de Thiant va être fermée au profit de celle d’Albi. Dans les locaux de Thiant tend à se développer Nidaplast rattachée au groupe ETEX et produisant des matériaux pour l’infiltration des eaux dans les autoroutes et pour les canalisations.

Conclusion. Une déroute mais limitée à l’Europe

  • 76 Trois ouvriers déposent plainte à Saint-Nazaire, d’autres actions sont engagées à Gérardmer, à Cler (...)
  • 77 Abrégé en TASS.
  • 78 Le Monde, 4 octobre 1996 ; La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 21 octobre 1996.
  • 79 Anciens salariés ou veuves et enfants d’anciens salariés d’Eternit-Thiant.
  • 80 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 15 décembre 1999 ; Nord-Éclair, 15 décembre 1999.
  • 81 Ce jugement n’est pas vraiment une première : Eternit a déjà été condamnée en 1997 pour faute inexc (...)
  • 82 Ces chiffres, donnés par Le Monde du 31 mai 1997, correspondent à peu près avec ceux communiqués pa (...)
  • 83 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 1er juillet 1999.

43Corrélativement à l’interdiction de l’amiante, les premières plaintes sont déposées en France76 et dans le Nord par les victimes de la fibre : en octobre 1996, 14 anciens salariés d’Eternit-Nord portent plainte contre Eternit pour « empoisonnement et atteinte à l’intégrité physique » auprès du tribunal des affaires sociales de la Sécurité sociale77 de Valenciennes78. À l’époque, 278 personnes sont reconnues en maladies professionnelles dues aux fibres d’amiante rien que pour l’arrondissement de Valenciennes. Le combat sera long, très long. Le 16 décembre 1997, le TASS de Valenciennes, invoquant le délai de prescription dépassé, déboute les plaignants qui portent l’affaire devant la cour d’appel de Douai. Le 30 juin 1999, cette dernière instance condamne Eternit à verser en tout 1,3 million de nouveaux francs courants de dommages et intérêts à 4 plaignants79, la prescription s’appliquant aux 11 autres cas. En décembre 1999, le TASS de Valenciennes suit la voie tracée par la cour d’appel de Douai en reconnaissant la faute inexcusable d’Eternit pour 52 nouveaux dossiers déposés devant sa juridiction80 : dans ce cadre, la somme est fixée de 120 000 à 150 000 nouveaux francs courants selon le cas et le pourcentage de maladie professionnelle reconnu lequel va de plus de 5 % à 20 %. Il aura fallu trois longues années de procédure pour qu’un coup soit porté directement au siège nordiste de la Société81. Dans les 5 sites d’Eternit-Industries en France, 543 cas de maladies professionnelles liées à l’amiante sont déclarés et indemnisés au 30 avril 1997 selon les syndicats. L’usine de Thiant est la plus touchée avec 351 cas82. René Delattre, président du Comité Amiante Prévenir, Réparer, souligne dès 1999 « cette belle avancée devant ce vaisseau amiral, premier producteur d’amiante en France »83. Enfin, à partir de la date fatidique de 1996, Eternit cesse d’être une affaire Cuvelier : la famille fondatrice revend alors ses parts dans l’entreprise française au groupe belge ETEX. Ce signe marque la fin d’une longue saga.

44Dans l’Union européenne, une directive d’interdiction du commerce et de l’usage de l’amiante, adoptée en juillet 1999, entre partout en application au 1er janvier 2005. Mais le minéral est toujours extrait et utilisé dans le reste du monde. Au Québec, où 6 mines sur 9 ont fermé, les défenseurs de la fibre mortelle sont toujours actifs, le pays exporte d’abord vers l’Asie. De même au Brésil, la grande mine de l’État de Goyaz est propriété d’Eternit qui l’exploite par le biais de la Société anonyme minière de l’Amiante, la SAMA. Cette exploitation, montre Sylvie Deleule, fait figure de mine-modèle avec port de masques, automatisation des postes de travail les plus exposés. 97 % des postes de travail recèlent moins de 0,1 fibre/cm3. Mais malgré cette faible teneur, 5 travailleurs sur 1 000 sont atteints de mésothéliome. Alors que Saint-Gobain a récemment renoncé à exploiter le « magic mineral », Eternit continue de fabriquer l’amiante-ciment au Brésil et, comme le souligne Sylvie Deleule « expédie son poison vers l’Asie, l’Amérique latine, l’Afrique ».

Notes

1 « Les plaques de sous-toiture en amiante-ciment dont la production et la vente ont été récemment démarrées se sont beaucoup développées. Malgré une régression du marché des canalisations enterrées en 1974, Eternit livre quand même cette année l’équivalent de 7 700 km de canalisation », Eternit-Industries, procès-verbal de l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 19 juin 1975 sur l’exercice 1974, archives Michel Salard.

2 Ibid.

3 Soit en euros 133 800 000 de chiffre d’affaires en 2000 et 4 887 000 de bénéfice net.

4 Soit en euros 117 880 000 de chiffre d’affaires en 2001 et 2 742 000 de bénéfice net.

5 Poursuite du chômage partiel, deuxième licenciement qui atteint plus de 800 personnes.

6 Personnel dont le départ anticipé décidé en 1979 prendra effet en 1980. L’entreprise occupe un nombre important d’intérimaires. L’effectif permanent à temps complet est de 806 en 1997, 744 en 1998, 536 en 1999, 448 en 2000 et 412 en 2001.

7 Archives du CAMT.

8 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 25 juin 1987.

9 Voir infra.

10 Spécialiste des produits à l’exportation.

11 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 septembre 1992.

12 Ibid.

13 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 juin 1994.

14 À savoir Thiant, Vitry, Rennes et Albi-Terssac, Triel-Poissy ayant été progressivement fermée de 1997 à 2000.

15 Uniquement dans l’usine de Thiant, Prouvy étant fermée. Ce tonnage comporte 35 000 tonnes de produits profilés, 30 000 tonnes d’ardoises en fibres-ciment, 30 000 tonnes de canalisation pour l’assainissement et l’adduction d’eau.

16 À partir de 1999, on dispose de la production en m2/5, soit 6 300 000 m2/5 en 1999, 7 103 000 en 2000, 5 897 000 en 2001. Comme 1 tonne équivaut à 101-123 m2/5, j’adopte l’équivalence de 110 retenue depuis 1974.

17 Liberté, 3 septembre 1978.

18 D’après les chiffres indiqués par la chambre de commerce et d’industries de Valenciennes. On remarque de légères variantes pour l’effectif de Prouvy entre les tableaux II et 21.

19 Liberté, 31 août 1978, doc. cit.

20 Liberté, 25 juin 1977. Le marché de l’amiante-ciment est passé d’une consommation de 1 245 000 tonnes en 1974 à 1 095 000 tonnes en 1976.

21 Il passe en effet de 672 000 anciens francs à 1 554 000 anciens francs, La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 23 août 1978, doc. cit.

22 Liberté, 31 août 1978, doc. cit. ; La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 31 août 1978.

23 Liberté, 19 septembre 1978.

24 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 juin 1984.

25 C’est en juillet 1985 que plusieurs services fonctionnels sont transférés de Prouvy au siège de Vernouillet, notamment la direction du personnel, l’informatique et le laboratoire, soit une soixantaine de personnes. Le reste des services de Prouvy est déménagé dans la région parisienne courant 1986, voir La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 4 février 1986.

26 Leur effectif baisse de 16 % la première de ces deux années.

27 Assez souvent désignée par l’appellation Haulchin-Thiant, l’établissement s’étendant sur ces deux communes limitrophes.

28 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 25 juin 1987, Eternit à Thiant. Portes ouvertes ou… le bonheur retrouvé !

29 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 juin 1993.

30 Témoignage de Michel Salard, 14 mai 2001.

31 Soit 300 renvois sur 467 pour l’ensemble d’Eternit-Industries.

32 L’Humanité, 30 août 1978.

33 25 plaintes d’anciens salariés de Caronte sont jugées par le tribunal des affaires sociales de la Sécurité sociale de Marseille en 2000, 11 autres en 2001, où il est donné raison aux plaignants à 100 %. Au printemps 2001, 60 autres plaintes attendaient d’être jugées, archives Michel Salard.

34 Le Monde diplomatique, juin 2000, « La stratégie criminelle des industriels de l’amiante ».

35 Liberté, 19 et 21 septembre 1978 ; Lutte ouvrière, 20 septembre 1978.

36 Le Monde diplomatique, doc. cit.

37 A. Thébaud-Mony, op. cit., p. 132.

38 Ibid., p. 134.

39 Ibid.

40 Cité par A. Thébaud-Mony, op. cit., p. 138. Il est possible en effet que le Brésil décide l’interdiction de l’amiante pour application effective en 2005, comme pour la directive européenne de juillet 1999. En effet, en 1997 s’est créée l’Association brésilienne des exposés à l’amiante, l’ABREA. Des centaines de travailleurs ou de familles de victimes décédées ont porté plainte. En 1998, Eternit SA est condamnée à indemniser un ancien salarié. Eternit et Brasilit proposent alors à leurs ex-salariés un accord à l’amiable aux termes duquel les ouvriers renoncent à toute poursuite en échange d’une éventuelle indemnisation forfaitaire en cas de maladie. Ces accords sont invalidés à deux reprises par la justice brésilienne. Eternit porte plainte pour diffamation, ce qui suscite un mouvement international de protestation et de solidarité. Eternit est déboutée et renonce à faire appel, Le Monde diplomatique, juin 2000, loc. cit.

41 Liberté, 31 août 1978.

42 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 septembre 1992.

43 Intervention de René Delattre, secrétaire du syndicat CGT d’Eternit-Nord lors du meeting intersyndical du 30 août 1978, Liberté, 31 août 1978, loc. cit.

44 Discours du directeur d’Eternit-Thiant lors de la remise des médailles du travail au personnel, La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 septembre 1992, loc. cit.

45 Les tubes et raccords en PVC offrent une bonne résistance aux agressions chimiques et électrolytiques internes et aux agressions externes de la condensation, une facilité et une rapidité de mise en œuvre grâce à la technique de la soudure par collage à froid, une étendue des diamètres permettant la réalisation de réseaux homogènes. Ces tubes sont employés pour le système pluvial, l’aération, le transport de l’eau froide et de liquides chauds (système HTA) sous pression, celui de l’air comprimé dans le bâtiment et l’industrie. La Société Girpi dispose actuellement en France de deux sites de production et de stockage à Honfleur et à Rognac, près de Marseille. Ses produits sont distribués dans l’hexagone par 800 négociants de matériaux pour le bâtiment et l’industrie représentant 1 100 points de vente. 1/5e du volume des ventes est expédié à l’exportation, documentation d’ETEX Gestion, Plastique et Sécurité.

46 Il existe une similitude de technologie entre les chaussures à semelle de plastique et l’injection plastique des raccords.

47 R. Lenglet, op. cit., p. 48-49.

48 Au rôle très influent, J. Champeix est dans les années soixante-dix secrétaire général de l’Association pour l’étude des effets biologiques de l’amiante, son trésorier étant le délégué de la Chambre patronale de l’amiante. Auparavant, il est médecin du travail chez Amisol, manufacture d’amiante de Clermont-Ferrand et a fait distinguer la silicose de l’asbestose dans la liste des maladies professionnelles de la Sécurité sociale. Mais il impose dans les textes l’obligation de réunir trois types de signes dans les tests de dépistage de la maladie : des signes fonctionnels (diminution de la capacité respiratoire), des signes radiologiques, des signes biologiques (présence de fibres dans les poumons), ces derniers n’apparaissant qu’à un stade très avancé de la maladie. Ces trois critères sont obligatoires dans la législation française jusqu’en 1976, mais ils ne le sont pas dans d’autres législations à l’étranger, R. Lenglet, op. cit., p. 43-44.

49 Ibid., p. 48.

50 Supplément au tome 4, 1976, p. 51-62, cité par R. Lenglet, op. cit., p. 71.

51 Formé au milieu des années soixante-dix.

52 Le taux moyen autorisé par journée de travail est de 2 fibres par millilitre d’air, R. Lenglet, op. cit., p. 87. Pour tout ceci, voir cet auteur, p. 77-87.

53 Dossier Eternit, CAMT, 1994 043 0043.

54 Témoignage de Michel Salard recueilli le 14 mai 2001.

55 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 25 juin 1987.

56 La Chronique, no 548, 18 juin 1994 ; La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 30 juin 1994 ; la Chronique des Travaux publics, 22 juillet 1994.

57 Les décisions gouvernementales : le 3 juillet 1996, le gouvernement annonce les mesures qui frappent les produits amiantés et qui prennent effet le 1er janvier 1997 :
Interdiction de fabriquer, d’importer et de mettre en vente les produits contenant de l’amiante, et notamment l’ amiante-ciment.
Dérogation de cette interdiction pour les garnitures de freins des poids lourds et les vêtements ignifugés.
Seuil d’exposition autorisé pour le travail du chrysotile : moins de 100 fibres par litre, contre 300 actuellement.
Extension des mesures de surveillance des flocages et calorifugeages aux matériaux semi-durs (faux plafonds, cloisons mobiles, cartons amiantés).
Création d’une habilitation pour les entreprises intervenant dans le déflocage.
Études des risques liés aux substituts de l’amiante et surveillance épidémiologique des tumeurs. Tiré de L’Usine nouvelle, no 2557, 11 juillet 1996.

58 Dans l’Union européenne, seuls trois membres n’ont pas encore renoncé à l’amiante en 2000 : l’Espagne, la Grèce et le Portugal, Le Monde diplomatique, juin 2000. Dès 1995, sept pays européens avaient procédé à l’interdiction totale de l’amiante : l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Italie, la Suisse, le Danemark, la Suède et la Norvège, Le Monde, 31 mai 1995. En 2002, l’Espagne a décidé de bannir l’amiante et de passer au TN. La fabrication des produits en amiante-ciment est autorisée jusqu’à mi-juin et la commercialisation jusqu’à mi-décembre, Eternit, procès-verbal de réunion du Comité central d’entreprise, 30 mai 2002.

59 Dans les Yvelines.

60 Entreprise et Carrières, no 374, 11 au 17 février 1997.

61 Les Échos, 7 avril 1997. Sur les 126 salariés de Triel, après les départs en « mesure d’âge » ou par mutation interne, on compte 60 licenciés.

62 Nord-Éclair, 8 novembre 1996. La Gazette, 5-6 août 1996. La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 18 octobre 1996.

63 L’Usine nouvelle, 1er juillet 1996, doc. cit.

64 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 24 avril 1997.

65 En fait, il s’agit d’un simple déménagement d’une filiale, Induplast, jusqu’alors située à Anzin.

66 Triel a été fermé complètement après 1996.

67 Soit 21 000 000 m2/5 en 1999, 27 000 000 en 2000 et autant en 2001 contre 89 020 000 en 1974.

68 La croissance du marché agricole ne se poursuit pas en raison de la baisse du nombre d’agriculteurs. Deux phénomènes jouent : l’élevage du gros bétail en stabulation se développe et consomme donc des produits de couverture, tandis que celui du porc et de la volaille s’est effondré, les exportations reculant en raison de la mise en concurrence de nouveaux producteurs, ainsi le Brésil.

69 Intervention du président d’Eternit lors du CCE du 23 mai 2000.

70 Ou produit de bardage façade.

71 CCE du 23 mai 2000.

72 En 2001, la Société commercialise 263 000 tonnes d’articles en fibres-ciment dont 2,6 % de produits plans.

73 La baisse du taux de marge (incorporant plus de données que le bénéfice net) est liée au renchérissement des coûts matière et à l’augmentation des livraisons aux sociétés du groupe, ces livraisons faisant l’objet de partages de marges.

74 En 2000, Eternit enregistre + 33 % de gains de productivité et, en 2001, encore 18 % d’augmentation, Eternit-Industries, procès-verbal de réunion du CCE du 30 mai 2002.

75 Où la fabrication atteint 76 000 tonnes à Rennes, 65 000 à Vitry, 58 000 à Albi et 54 000 à Thiant. À Albi a en effet été installée une machine très moderne, la société exportant de ce site vers l’Espagne qui vient d’interdire l’amiante en 2002.

76 Trois ouvriers déposent plainte à Saint-Nazaire, d’autres actions sont engagées à Gérardmer, à Clermont-Ferrand, à Chambéry et à Paris, ici par le Comité anti-amiante de Jussieu.

77 Abrégé en TASS.

78 Le Monde, 4 octobre 1996 ; La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 21 octobre 1996.

79 Anciens salariés ou veuves et enfants d’anciens salariés d’Eternit-Thiant.

80 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 15 décembre 1999 ; Nord-Éclair, 15 décembre 1999.

81 Ce jugement n’est pas vraiment une première : Eternit a déjà été condamnée en 1997 pour faute inexcusable par la cour d’appel de Dijon ainsi que la Société Éverite, du groupe de Saint-Gobain, condamnée en avril 1999 par le tribunal de Melun.

82 Ces chiffres, donnés par Le Monde du 31 mai 1997, correspondent à peu près avec ceux communiqués par la Caisse nationale d’assurances maladies des travailleurs salariés ou CNAMTS, voir tableau III et graphique XXI.

83 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 1er juillet 1999.

Table des illustrations

Titre Tableau 20. — Société Eternit-Industries. Chiffres d’affaires et bénéfices nets comptables, 1959-2000.
Légende Note 33 Note 44 NB : Il s’agit le plus souvent des bénéfices nets comptables après provisions pour impôts et dotations aux réserves. Pour les trois exercices 1965, 1968, 1969, il s’agit du résultat d’exploitation, donnée plus satisfaisante. À partir de 1981, on ne dispose plus de l’indice des prix de gros permettant la conversion en nouveaux francs constants 1980, voir Annuaire statistique de la France, INSEE, 2000.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Tableau 21. — Effectif d’Eternit-Industries, 1972-2001.
Légende Note 55 Note 66
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search