Version classiqueVersion mobile

Eternit et l’amiante 1922-2000

 | 
Odette Hardy-Hémery

Chapitre VI. Les années 1955-1975 : vers l’euphorie

Texte intégral

Introduction. À la recherche d’une exclusivité nationale

  • 1 La seule raison pour laquelle Paray-Le-Monial a démarré petitement est le manque de matière premièr (...)
  • 2 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 mai 1961.

1Au lendemain de la guerre, la demande est énorme, sa pression ne cessera de croître. Il semble même que l’unité de Paray-Le-Monial, projetée en 1938, aît été édifiée en prévision des besoins de l’après-guerre1. L’après 1945 voit, outre la reconstruction, le lancement de programmes immobiliers beaucoup plus vastes que dans l’entre-deux guerres. Les plans de construction d’habitations à loyers modérés atteignent des records en France au début des années 1960. À la même époque, les moyennes et petites communes s’équipent en eau potable, alors que seules les grandes villes en étaient pourvues avant 1939. L’urbanisation, la relance des travaux publics, la réfection et le développement des routes avec de l’asphalte comportant de l’amiante, l’aménagement du logement, du crédit public et privé, la hausse du niveau de vie ouvrent des perspectives illimitées. Déjà, en 1961, l’amiante-ciment occupe la première place comme matériau de couverture sur le marché français2.

  • 3 Moyenne établie par Marc Hindry, mathématicien, vice-président du comité anti-amiante de Jussieu, c (...)

2La France importe massivement l’amiante du continent américain et d’URSS. Le montant atteint 167 000 tonnes pour la seule année 1970. Entre le début et la fin des Trente Glorieuses, le volume des importations annuelles quintuple. De 1945 à 1975, le stock d’amiante accumulé sur le territoire national représente une moyenne de 73 kg par habitant3, chiffre auquel il faut ajouter les importations d’avant-guerre.

  • 4 Ibid.

« L’association de l’amiante et du ciment connaît alors un fantastique engouement. Notamment le fibrociment, qui intègre 10 à 15 % de fibres. Il est aisément maniable, on peut le découper, le percer, le limer… »4.

  • 5 Eternit, procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 13 septembre 1955 et du 20 avri (...)
  • 6 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 novembre 1954.
  • 7 Qui s’élève à 6 357 000 nouveaux francs constants 1980 (voir graphique XV).

3Eternit Nord et l’usine de Paray-Le-Monial sont incapables de fournir l’ensemble du marché français. Dans les années 1950-1975, tout ce que fabrique Eternit se vend et, plus la firme fournit de matériaux, plus elle en écoule. Comme les délais sont à respecter, l’entreprise manque de produit. Malgré le culmen d’activité dans l’après-guerre, le conseil d’administration d’Eternit prend conscience en 1955 et en 1956 de l’insuffisance de capacité de production de la société5 au regard du dynamisme commercial. En effet, jusqu’en 1954, les travaux neufs à Eternit restent stationnaires. Pour l’exercice 1954, ils atteignent dans les deux usines de Prouvy-Thiant et de Paray-Le-Monial 241 000 000 francs courants6, soit 10 000 000 nouveaux francs constants 1980, un peu plus que la moyenne annuelle de 1939 à 19427.

4Deux impératifs se font jour : la construction d’unités de production nouvelles et la recherche de productivité sur les machines existantes. Un autre mobile anime la direction : se rapprocher des marchés et bénéficier de coûts de transport plus faibles. En quinze ans, trois nouvelles usines vont être créées, portant le total à cinq, rien que pour l’amiante-ciment.

I. La multiplication d’usines dernier cri, 1956-1971

1. Un amortissement de base tous les six ans

5Les nouvelles usines ont pour objectif de répondre à la demande mais aussi de quadriller l’espace commercial. Il est certain que le fait de produire de l’amiante-ciment ailleurs que dans le Nord a fait se développer les marchés. La construction de nouvelles unités n’a pas réduit l’activité de Prouvy-Thiant qui s’est développée en fonction des autres centres de production. Ainsi, les plus fortes années de marche de Prouvy-Thiant sont 1973-1974, c’est-à-dire les meilleures de toutes les usines et de tous les producteurs.

  • 8 La capacité totale de production de ladite usine étant de 264 500 tonnes.

6Un autre point est à souligner : les quatre usines nouvelles de Caronte, Rennes, Albi et bien sûr Paray-Le-Monial n’ont pas pris le pas sur celle de Prouvy-Thiant qui est toujours restée la plus puissante. En 1975, la production de Prouvy, Thiant étant fermée, atteint 176 114 tonnes8 pour un total de 809 200 tonnes soit 21,7 %.

7Un dernier trait fait l’unité de ces nouvelles usines : elles sont toutes modernisées dès leur création. On construit tout de suite des unités de production up to date, avec les meilleurs techniques que l’on connaisse à l’époque. La mécanisation qui s’opère dans les années 1960 a immédiatement bénéficié aux établissements récents avant de se répercuter à Prouvy-Thiant pour une raison simple : on ne peut arrêter longtemps les machines du Nord ; on n’en a pas le temps car on a besoin de produire pour vendre. Si l’on modernise une machine, il faut en suspendre la marche un ou deux mois. Cet impératif forcené de production a joué sur la rationalisation de Prouvy.

  • 9 Sur cette technique du séchoir, voir infra.

8Ainsi, à Paray-Le-Monial, est ajoutée en 1964 l’usine haute dotée d’une machine et d’un atelier de moulage, puis d’une machine pour plaques profilées V80 : cette dernière est pour longtemps la plus performante d’Europe. Bien que construite après celle de Caronte qui date de 1956, elle est très vite la machine-phare : plus rapide que les autres au niveau du feutre, elle est munie d’une onduleuse, d’une démouleuse et d’un séchoir9, tandis qu’à Prouvy ces perfectionnements ne sont introduits que par la suite. La délégation ouvrière exclusivement CGT au Comité central d’entreprise voit juste quand elle souligne l’archaïsme de l’établissement de Prouvy lors de la visite qu’elle en fait à la mi-novembre 1958 :

  • 10 Témoignage de Michel Salard, syndicaliste CGT de l’usine Eternit de Caronte, membre du Comité centr (...)

« dès notre arrivée dans l’usine à plaques, nous constatâmes que l’atmosphère était presque irrespirable, remplie de vapeur d’huile et de poussière ; les conditions de travail étaient effroyables : les ouvriers travaillaient dans peu d’espace, au bout de machines en mouvement, couverts d’huile, risquant à tout moment de se couper un membre. Ils travaillaient tous à mains nues, sans gants ; certains avaient un morceau de toile pour protéger leurs paumes et c’était tout. La visite au hollander fut de même : de la poussière en quantité, de l’amiante parsemé à terre. Nous sortîmes de là épouvantés de ce que nous venions de voir »10.

2. La construction de Caronte, 1954-1956 : la troisième usine

  • 11 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 novembre 1954.
  • 12 Le budget de travaux neufs pour 1956 est de 600 000 000 francs courants soit 24 266 000 nouveaux fr (...)
  • 13 Par l’ajout d’une machine tuyaux de 4 ms et de frais supplémentaires. Puis le conseil d’administrat (...)
  • 14 Dès mars 1957, les travaux et commandes engagés à Caronte s’élèvent à 33 660 000 nouveaux francs co (...)

9C’est en novembre 195411 qu’il est décidé de créer dans le midi à Caronte une nouvelle usine devant entrer en production en 1956. Un emprunt à moyen terme de 400 000 000 francs courants est négocié dans cet objectif12. La construction de Caronte, se montant primitivement à 700 000 000 francs courants, est finalement portée13 à 1 000 000 000 soit 40 443 000 nouveaux francs constants 1980. Cet investissement doit permettre une nouvelle capacité de production de 7 000 000 m2/5 par an14.

  • 15 Témoignage de Michel Salard.

10Le site, couvrant un terrain de 211 000 m2, est implanté non pas sur la commune de Port-de-Bouc, mais sur celle de Martigues, au bord du canal naturel (voir graphique XVIII). Il est distant de 3 km du centre de cette localité et de 2 km de Port-de-Bouc. L’établissement profite ainsi du port et de la voie ferrée qui se situent juste en face15. Il dispose de deux machines plaques et de deux machines tuyaux dont l’une de 6 m et l’autre de 4 m de long. La première machine plaques automatique construite par Eternit a été en 1956 celle de Caronte alors que l’usine démarre en 1958. La machine tuyaux de 6 m est la première au monde de cette longueur ; elle bénéficie des premières tables d’alimentation automatique en mandrins. Dès avril 1958, l’usine de Caronte marche normalement à deux machines sur quatre.

Tableau 5. — Évolution des effectifs totaux de l’usine de Caronte.

Années

Effectif

Années

Effectif

Fin 1958

300

1975

500

1960

560

1976

400

1965

719

1978

120

1968

650

1979

30

1972

600

1974

550

Source : procès-verbaux des réunions du Comité central d’entreprise d’Eternit communiqués par Michel Salard.

3. Une quatrième usine : Rennes, 1963

  • 16 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 décembre 1960.

11Après un marasme des affaires fin 1959, la demande intérieure reprend16. La construction d’une nouvelle usine à Rennes où existe un important marché local est entreprise sur le terrain de Saint-Grégoire en réponse à la concurrence de la société SPIE qui monte à La Flèche en 1957 un établissement de tuyaux à haute pression (voir graphique XVIII).

  • 17 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 février 1963.

12Le coût de l’usine plaques de Rennes est de 8 000 000 nouveaux francs courants auquel s’ajoute une machine tuyaux de 9 000 000 des mêmes francs17. Le total équivaut à 52 000 000 nouveaux francs constants 1980. L’ordre de grandeur de l’investissement est le même à Caronte et à Rennes : 40 000 à 50 000 000 nouveaux francs constants 1980.

  • 18 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 juin 1963.

13L’usine de Rennes est inaugurée le 18 mai 196318. Elle connaît elle aussi des extensions. En avril 1971 y démarre la ligne tuyaux et en 1975 est montée la machine à plaques ondulées R50 qui marque l’ultime étape du développement de cet établissement. Deux applications nouvelles de l’époque se retrouvent à Rennes : la couverture double isolée et le système pour l’évacuation des eaux intérieures. Rennes est une usine polyvalente fournissant plaques, ardoises, tuyaux, c’est-à-dire les gros produits de base.

4. L’usine d’Albi – Terssac, 1971

  • 19 . Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 décembre 1963.
  • 20 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 juin 1964.
  • 21 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 juin 1965.

14Étant donnée l’importance des besoins à venir détectée dès décembre 196319, le principe de la création d’une nouvelle usine dans les trois prochaines années est approuvé. Elle sera localisée soit dans le Sud-Ouest, soit dans l’Est, une étude devant le déterminer. L’implantation est prévue à Albi en juin 196420. En même temps, un terrain est acheté dans l’Est, dans la région de Pagny-sur-Meuse, afin d’y prendre position mais la construction d’une sixième usine est mise en réserve. En réalité, compte-tenu de l’augmentation de capacité des machines, le projet d’Albi est retardé d’un an en juin 196521 : on prévoit de la mettre en route en 1968.

  • 22 Une certaine inquiétude se manifeste parmi les représentants ouvriers élus au Comité central d’entr (...)

15En fait, l’établissement est inauguré en 197122 et emploie au maximum 200 personnes. Il n’est doté que d’une machine tuyaux d’1,60 m de diamètre. Déjà, la société commence à limiter la gamme des produits qu’elle y réalise.

Tableau 6. — Répartition de la capacité des usines Eternit en 1970.

Prouvy Nord

Paray-Le-Monial Seine-et-Loire

Caronte Bouches-du-Rhône

Rennes Ile-et-Vilaine

Effectif

2 360

1 182

668

724

Capacité totale

m2/5 29 400 000

20 200 000

8 000 000

14 600 000

Production

Tonnes 264 500

182 000

72 000

131 300

Principales fabrications : Plaques

Planes et ondulées, menuiserite

Planes et ondulées, menuiserite

Ondulées

Ondulées et planes, menuiserite

Tuyaux

Bâtiment et canalisation

Bâtiment et canalisation

Bâtiment et canalisation

Bâtiment et canalisation

Moulages

Raccords couverture et tuyaux, produits moulés divers

Raccords couverture et tuyaux, produits moulés divers

Raccords couverture et tuyaux, produits moulés divers

Raccords couverture et tuyaux, produits moulés divers

Superficie bâtie

88 232 m2

43 723 m2

30 326 m2

27 120 m2

Superficie non bâtie

337 338 m2

309 974 m2

210 524 m2

193 609 m2

Source : Note d’information mise à la disposition du public à l’occasion de l’emprunt obligataire de 1970, Archives historiques du Crédit Lyonnais, dossier Eternit, 69 AH 26.

5. Le quintuplement de la production d’amiante-ciment

  • 23 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 15 décembre 1964.

16La multiplication des usines d’amiante-ciment n’est pas le seul fait d’Eternit. À la même époque, en 1964, Éveritube, filiale de Pont-à-Mousson-Saint-Gobain, élève une troisième usine à La Haye-Descartes, puis une quatrième à Andancette dans la vallée du Rhône23. De même, la société SETRIM a un projet d’usine d’amiante-ciment par l’intermédiaire de la société SERPAC dans la région de Grenoble et une société italienne nourrit une autre perspective d’implantation dans la région de Cannes.

  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 juin 1965, doc. cit.

17La production accompagne toute cette programmation. Pour 1965, les contrats d’approvisionnement à Eternit portent sur 70 000 tonnes24 dont 20 000 pour les sociétés affiliées. On est très loin des 14 000 ou 15 000 tonnes consommées annuellement au lendemain de la seconde guerre mondiale. La pénurie de matière première a disparu. La mine corse de la Société Minière de l’Amiante est arrêtée en juin 196525.

18Entre 1950 et 1974, la production totale d’Eternit passe de 15 903 000 m2/5 à 89 020 000 m2/5, soit une multiplication par 5,6. Déjà, en 1969, la production de la firme représente 3,8 fois celle de 1950. Elle comporte essentiellement, à 90 %, des matériaux en amiante-ciment. Ces derniers se répartissent en trois catégories (voir tableau 7). Les plaques (64 à 70 % des livraisons de 1966 à 1969) : plaques ondulées, plaques planes, ardoises et menuiserite destinées selon le cas à la couverture ou au bardage des bâtiments ou des maisons d’habitation. En particulier, l’ardoise TS, créée en 1969, se développe fortement jusqu’en 1982. Fleuron des produits Eternit, elle est utilisée dans tous les types de bâtiments : en monuments historiques, en hôtels de montagne, en stades ; celui de Liévin est le plus grand stade couvert français en ardoises 60 x 30 Eternit noires.

19Seconde catégorie : les tuyaux, soit 23 à 29 % des livraisons des mêmes années ; il s’agit de tuyaux enterrés servant pour l’assainissement ou l’adduction d’eau, de tuyaux bâtiment utilisés à la surface pour les descentes d’eaux pluviales, de conduites d’air, de fumées etc. Enfin, troisième catégorie : les moulages, 6 % des fournitures d’amiante-ciment par la firme de 1966 à 1969. On entend par là les accessoires pour couvertures, ainsi les faîtières, les accessoires pour tuyaux tels les emboîtements et en dernier lieu les moulages divers pour l’horticulture, la décoration et diverses utilisations spéciales dans le bâtiment ou l’industrie : gaines de ventilation ou de conditionnement d’air, vide-ordures etc. Conçu à l’origine pour la fabrication des accessoires aux produits de base, le moulage développe rapidement des marchés spécifiques, notamment pour le bâtiment.

  • 26 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 mars 1952.
  • 27 Témoignage de techniciens d’Eternit recueilli en avril 2000.

20L’énorme croissance des consommations et des productions tient aussi à l’élévation de la productivité grâce à la modernisation qui touche véritablement l’usine de Prouvy-Thiant en dernier. Certes, quelques aménagements ont eu lieu dès les années 1950. Deux machines tuyaux nouvelles sont montées à la fin de la guerre, puis une machine tuyaux de 2 m en 1953 pour une mise en marche fin 1953, enfin deux machines tuyaux de 4 m construites en 1958. À Paray-Le-Monial, une machine de 3 m installée en 1952 est mise en route début 1953 en s’assurant en réserve une machine de 4 m26. Paray-Le-Monial se voit dotée d’une usine sud entre 1955 et 1971. Mais il est typique que tous les travaux réalisés sur les machines de Prouvy-Thiant interviennent pendant les mois d’août et les congés. La tête de la machine à tuyaux de 5 ms est modernisée en 1971 à Thiant alors que l’on avait démarré des appareils neufs à Rennes, à Paray-Le-Monial et à Albi. Les aménagements dans les usines du Nord ont été menés en août 1971 puis pendant cinq week-end successifs. « La machine tourne à moitié terminée. À l’époque, il y avait vraiment des besoins »27.

Tableau 7. — Volume des livraisons d’amiante-ciment par la société Eternit de 1966 à 1969.

Tableau 7. — Volume des livraisons d’amiante-ciment par la société Eternit de 1966 à 1969.

N.B. : L’unité dans la profession est pour tous produits le m2/5.

Source : Note d’information mise à la disposition du public à l’occasion de l’emprunt obligataire de 1970, Archives historiques du Crédit lyonnais, dossier Eternit, DEEF 69 AH 26, doc. cit.

21Poursuivant une tendance ancienne, Eternit participe à la création d’usines hors des frontières.

6. Outre-mer et à l’étranger, des établissements d’importance secondaire

22Le développement à l’extérieur est poussé. En 1946 commence la construction de l’usine algérienne de Kouba près d’Alger, équipée de deux machines plaques et de deux machines tuyaux. Elle est inaugurée le 8 novembre 1950 en présence de Naegelen, gouverneur général de l’Algérie. L’entreprise met au point un procédé de préparation intégrale utilisant des plaques planes et ondulées Eternit ; des maisons « Proplac » sont construites pour le désert. Ce procédé a un succès retentissant auprès des sociétés pétrolières du Sahara. L’établissement d’Alger est nationalisé en 1968.

  • 28 La société Dimatit fournit des plaques, tuyaux, moulages, tubes et drains annelés en PVC.
  • 29 Polyvalente avec des plaques, tuyaux, moulages.

23L’usine Dimatit au Maroc est un second exemple. La société, créée en 1928 et implantée près de Casablanca, produit et commercialise les produits Eternit. Elle fonctionne en 1943 et la société Eternit française y prend une participation en 194928. Elle fait de même en 1961 dans la société SICOAC à Tunis29.

  • 30 Eternit, procès-verbal de réunion de conseil d’administration du 15 mars 1960.
  • 31 La société Eternit-Vietnam livre des produits en amiante-ciment (plaques, tuyaux, moulages) et en p (...)

24Depuis 1957, il est question de créer une usine d’amiante-ciment au Vietnam. L’étude est reprise en 196030. Installé près de Saïgon, l’établissement est mis en route en 196331. De nos jours, il est nationalisé.

  • 32 Il s’agit de la société SENAC ou société sénégalaise de l’amiante-ciment alimentant le marché en pl (...)
  • 33 Cette entreprise adjoint aux produits en amiante-ciment (plaques, tuyaux, moulages) des tubes en PV (...)

25L’unité de production de Sébikotane près de Dakar32 au Sénégal est inaugurée le 27 avril 1966 en présence du président Senghor. Dès 1965, une filiale d’Eternit fonctionne en Grèce sous le nom de société Hellenit33.

  • 34 Note d’information mise à la disposition du public à l’occasion de l’emprunt obligataire de 1970, d (...)
  • 35 La Compagnie financière Eternit de Belgique, la société suisse Eternit A.G.

26Le régime juridique de ces usines varie. L’unité algérienne est une filiale directe de l’Eternit française. Au Maroc, Eternit opère une reprise de part majoritaire. L’usine tunisienne correspond à une joint-venture avec le gouvernement tunisien, 40 % du capital revenant à l’Eternit française. En Grèce, au Sénégal et au Vietnam, il s’agit d’établissements dont la société française Eternit a un leadership de gestion et d’exploitation mais pour le compte d’un groupement de fabricants mondiaux réunis au sein de la société TEAM comportant34 le groupe américain John’s Manville International Corporation, la firme anglaise de Manchester Turners Asbestos, les sociétés Eternit européennes35 et Pont-à-Mousson. Les gouvernements n’interviennent pas dans ces exploitations. Par la suite, plusieurs des associés dont Pont-à-Mousson quittent TEAM, ces parts sont rachetées par les sociétés Eternit de France, de Suisse et de Belgique.

  • 36 Interview de techniciens et cadres d’Eternit, avril 2000.

27Toutes ces usines extérieures sont beaucoup moins importantes que leurs homologues françaises : l’établissement du Sénégal est équipé de deux machines plaques tournant à un ou deux postes. Sauf en Grèce, ces unités ne sont pas mécanisées en raison de l’étroitesse du marché et surtout du faible coût de la main-d’œuvre qui permet à l’exploitant d’embaucher un peu plus de monde. Au Vietnam et au Sénégal notamment, le niveau technique des installations ne dépasse pas celui atteint vingt ans auparavant en France36.

7. La pénétration dans le Tiers-Monde

  • 37 La première mine d’amiante a commencé à fonctionner au Brésil en 1937-1940 dans le Nord-Est de l’Ét (...)
  • 38 Pour l’implantation d’Eternit au Brésil, voir A. Thébaut-Mony, L’envers des sociétés industrielles,(...)
  • 39 Le holding suisses Anova holding A.G. (CH) détient 22 % des parts d’Eternit SA, la firme belge, Ete (...)

28Il n’en va pas de même dans le Tiers-Monde. Retenons deux exemples : le Brésil et l’Inde. Au Brésil, Eternit et Saint-Gobain exploitent le minéral depuis 1937. L’installation d’une grande industrie d’amiante-ciment au Brésil dans les années 1967-1970 est inévitable. En 1967, dans l’État de Goyaz, à Canabrava s’ouvre une gigantesque mine d’amiante, la plus grande du pays actuellement, sous l’égide de la Société Minière de l’Amiante, la SAMA37. La consommation nationale d’amiante passe au Brésil de 21 415 tonnes en 1967 à 145 000 tonnes en 1982. Deux sociétés, Eternit SA et Brasilit SA, détiennent chacune 50 % des parts de la mine de la SAMA38. Toutes deux sont des filiales de firmes étrangères39, Brasilit SA relevant de Pont-à-Mousson.

  • 40 Le reste est réparti entre une douzaine de petites sociétés brésiliennes qui exploitent 17 autres m (...)

29Au Brésil, 80 % de l’amiante sont consacrés à la production de fibro-ciment. Eternit et Brasilit produisent, dans les années 1970-1980, près des deux-tiers de l’amiante-ciment vendu au Brésil40. Selon les informations patronales, un tiers des maisons neuves construites au Brésil et deux tiers des usines de construction récente ont des couvertures à base d’amiante. Les deux firmes multinationales disposent de douze sites de production dans tout le Brésil et Eternit-Brésil possède à elle seule 5 000 points de vente dans le pays. De 1980 à 1990, les deux plus grands producteurs d’amiante-ciment au Brésil ont supprimé le mot amiante de leur vocabulaire commercial ;

  • 41 A. Thébaud-Mony, op. cit., p. 131.

« dans la phraséologie technico-commerciale, de nombreuses images montrent des familles heureuses dans leur maison d’amiante-ciment ou des travailleurs sciant murs et panneaux de fibro-ciment sans aucune protection respiratoire… Il est même possible de voir acheter de l’amiante pur en poudre au comptoir par des plombiers ou des chauffagistes, sans aucun avertissement concernant les risques pour la santé »41.

  • 42 L’usine nouvelle, no 2753, 26 octobre 2000. Le directeur général de la filiale d’Inde est nommé à c (...)

30À la même époque, Eternit a une filiale au Costa-Rica, Ricalit, qui d’ailleurs développe bien avant 1990 des produits de fibro-ciment sans amiante moins coûteux. Ce programme n’est pas adopté au Brésil qui dispose d’amiante peu onéreux et abondant. Dans les mêmes années 1970, Eternit France monte en liaison avec son homologue belge une filiale en Inde, Eternit Everest, qui fonctionne toujours en 200042. Tous les produits mis au point en France et en Europe, panneaux colorés pour les toits, tuyaux et nouveaux produits en amiante-ciment sont diffusés dans ces immenses marchés.

II. La recherche appliquée

1. De nouvelles applications

31Afin de promouvoir les recherches notamment sur les usages de l’amiante-ciment, la firme crée en 1954 la société Eternit de Recherches Techniques ou SERT à Vernouillet (Yvelines) qui emploie en 1970 48 personnes. Des développements sont alors en cours pour la mise au point de procédés de fabrication et de matériaux nouveaux. En 1969, le budget de la SERT est majoré de 60 % et l’année suivante est prévu un nouvel accroissement pour la mise en service d’un deuxième laboratoire et la construction d’un nouveau hall d’essais.

32En 1956, la création du service des applications nouvelles a un double objectif : codifier les caractéristiques techniques des produits et leurs règles de mise en œuvre, ce qui permet de leur conférer le statut de matériaux traditionnels ; ensuite, rechercher des utilisations nouvelles pour les matériaux existants et mettre en place une documentation technique élaborée destinée aux auteurs de projets (architectes) et aux entrepreneurs.

33Parmi ces applications nouvelles figurent, avec des produits plans, des sous-toitures isolantes, des plafonds acoustiques également isolants, des bâtiments scolaires, des murs rideaux. En 1969 est lancée la Bardénit, plaque de couleur utilisée pour le bardage des bâtiments. En 1970 est créée la sous-tuile vendue dans les pays du sud pour la pose de tuiles canal. Même en 2000, ce produit, parti de peu, est toujours vendu dans le Sud-Ouest, l’Est et le Sud. Dans la revue CIMUR de 1965, on peut lire que 38 % des panneaux de façade en France sont en amiante-ciment.

34Les applications nouvelles concernent aussi les tuyaux : ainsi, les joints Univit pour canalisation sous pression mis au point en 1960 ; la même année sont conçus les joints Interliss et les raccords collés ; ils permettent à la firme de lancer sur le marché le concept de canalisation d’assainissement étanche et d’assurer un développement rapide du tuyau d’assainissement. Sont encore à citer des réfrigérants pour centrales thermiques EDF, des systèmes complets de descente sanitaire. Enfin, pour le marché agricole où la firme offrait traditionnellement du matériau de couverture, l’originalité est de trouver des applications spécifiques pour les bâtiments d’élevage (étables, bergeries, porcheries, poulaillers) telles que des panneaux de mur isolants, des plafonds, des cloisons de cases à porc, des auges. Énormément d’applications nouvelles ont été réalisées pour ce marché en collaboration avec l’Institut national de la Recherche agricole ou INRA et différents pré-fabricants. Toutes ces spécialités ont gonflé le chiffre d’affaires d’Eternit. Ce marché se prête bien au produit proposé. Les bâtiments agricoles sont à très forte humidité : présence d’eau, des bêtes, de vapeurs un peu agressives. Or, l’amiante-ciment dispose en la matière de ses avantages traditionnels : ce matériau absorbe l’humidité et évite les ruissellements et condensations nuisibles au bétail.

2. Le développement des produits complémentaires de l’amiante-ciment

35Toute une gamme de produits apparentés au métier d’Eternit est déployée après 1950. En 1948 est fondée à Poissy la société Dalami pour fabriquer sous licence américaine au départ des dalles thermoplastiques en bitume armé d’amiante, le Dalami, seul point commun avec Eternit au niveau des matières premières. En 1953, pour diversifier la gamme des coloris, sont lancées des dalles de résine vinylique armées d’amiante : Daflex pour le sol, Flexomur pour le revêtement mural. En 1957, le succès du produit amène Dalami à construire une nouvelle usine à Vernouillet (Yvelines) pour y transférer et multiplier ses spécialités consistant en revêtements de sols et de murs. En 1961, une seconde usine voit le jour à Saint-Rambert d’Albon (Drôme) pour la fabrication d’un tapis enduit, Dalamifeutre. Cette première diversification se rattache au métier d’Eternit par l’emploi d’amiante. Les bandes Daflex sont entre autres utilisées pour le revêtement des sols, ainsi de restaurants d’entreprises. Dalami se développe rapidement et son chiffre d’affaires avoisine 200 000 000 francs en 1974 soit 310 000 000 nouveaux francs constants 1980.

36En 1956, Dalami et Eternit fondent la Société d’Exploitation des Adhésifs ou SEA 1 pour la fourniture de colles, de mastics, d’adhésifs et de peintures. D’abord établie à Bobigny, la SEA 1 s’installe définitivement à Vernon dans l’Eure en 1961 et étoffe ultérieurement son propre réseau de vente. Eternit s’est également intéressée aux asphalt-shingles en 1970 et aux tuiles en béton, créant dès 1969 la société anonyme Bétopan en association avec le comptoir tuilier du Nord. Trois usines relèvent de cette entreprise, dont celle de Vagney dans les Vosges, construite en 1970. Toutes ces fabrications correspondent à l’arrivée sur le marché de matériaux nouveaux.

  • 43 Il s’agit de l’ancienne usine de la société du Fibrociment implantée depuis 1903 à Poissy et absorb (...)

37Le glasal est l’apanage de la société du Fibrociment dont relèvent les panneaux décoratifs en amiante-ciment avec revêtement. Déjà, en 1914, avaient été lancés les premiers lambris. Le successeur prestigieux de ces produits est le glasal, fabriqué dès 1958 dans la nouvelle usine Fibrociment de Triel. En effet, la société Fibrociment de Poissy43, profitant de sa synergie avec la firme Dalami à Vernouillet (revêtements de sols et de murs), s’installe en 1957 sur la commune de Triel dans les Yvelines et y développe ses spécialités : les moulages, le glasal et les produits décoratifs. Le glasal est une plaque silico-calcaire comprimée et revêtue d’un émail minéral. Utilisé au départ en mobilier et en décoration intérieure, il s’impose comme matériau de façade, en particulier dans la technique des murs-rideaux entre 1960 et 1975. Ensuite, il est à l’origine des techniques d’isolation pour l’extérieur des bâtiments en rénovation. Ce produit de mode va longtemps perdurer grâce au renouvellement constant de sa gamme de coloris Si des intérieurs d’églises avaient été réalisés en granipole dès l’avant-guerre, le glasal connaît une vogue sans précédent : il est utilisé en ameublement et en décoration intérieure, en meubles de cuisine, en cloisons et en étagères pour bureaux, en plafonds phoniques, en séparation et en mobilier pour salles de réunions et salles de restaurant. On l’emploie enfin en murs rideaux, ainsi au collège technique du Mans, dans les HLM de Châtellerault, dans des maisons familiales, ainsi celle de Chamrousse dans la chaîne de Belledone en Isère, dans la salle omnisports de Cannes. Un matériau de réhabilitation d’immeuble, l’Etercolor, est lancé en 1978.

3. L’orientation accrue vers les plastiques

  • 44 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 septembre 1955.
  • 45 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 mars 1958.
  • 46 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 février 1962.
  • 47 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 11 décembre 1962 et 13 juin 1963. (...)
  • 48 Note d’information mise à la disposition du public…, doc. cit.

38Eternit a d’abord commercialisé divers matériaux en chlorure de polyvinyl (PVC) achetés à l’extérieur. Dès 1955 sont réalisés des tuyaux en plastique armé44. Trois ans plus tard, l’entreprise décide de fabriquer des plaques ondulées en polyester à Creil dans les locaux de la société Ferrettite45. En 1962, des articles nouveaux en plastique sont mis au point et lancés l’année suivante46. La division plastique fournit des plaques PES et PVC en 1961. Au premier trimestre 1963 débute chez Dalami, dans l’usine de cette société à Saint-Rambert d’Albon, la production de tuyaux plastiques dont Eternit assure la vente exclusive47. En 1967, Eternit construit sa propre usine à Saint-Rambert d’Albon pour la fabrication des tubes PVC. Enfin, elle prend en 1969 une participation de 69,6 % dans la Société de Transformations Chimiques et Plastiques (SOTRA) laquelle reçoit en apport en 1970 l’usine de Saint-Rambert d’Albon : la participation d’Eternit se trouve ainsi portée de 69,6 % à 92,2 %48. Ces tuyaux PVC sont vendus sous la marque Eternit.

  • 49 Chiffres établis à l’aide du même document.

39La société commercialise également divers matériaux provenant de l’extérieur et généralement complémentaires de ceux en amiante-ciment comme les joints pour tuyaux, les plaques polyester pour la couverture, les accessoires de pose etc. On ne peut, en raison de la diversité de ces produits, donner leur volume total mais en valeur, dans les années 1970, ils représentent approximativement 1/10e de l’ensemble du chiffre d’affaires. Les livraisons tuyaux PVC passent de 1 700 tonnes en 1967 à 2 593 en 1968 et à 3 634 tonnes en 1969, soit 2,9 puis 4,9 et 6,3 % des livraisons amiante-ciment49.

III. Normalisation, mécanisation, automatisation, communication

1. La méthode d’évaluation et la normalisation des produits

40Dans la première période de l’entreprise, le concept de qualité met en étroite relation la résistance des produits et les proportions de mélanges d’amiante qui sont de la responsabilité du laboratoire. Par la suite, en plus de cette première approche, la notion de qualité s’attache à d’autres critères d’aptitude à l’emploi du produit tels que dimensions, aspect, couleur, durabilité, etc. Puis, les méthodes d’évaluation des amiantes-ciments sont codifiées en une série très complète de normes nationales (Afnor et CSTB) et internationales (International Standardisation Organisation ou ISO) auxquelles Eternit a souvent contribué comme leader. À la fin de la période, tous les pays producteurs d’amiante-ciment dans le monde font référence à l’ISO.

41Cette recherche et ce contrôle permanent ont abouti à une méthode d’évaluation définie au début des années 1950. Auparavant, l’on procède à des mélanges d’amiante en se basant sur l’expérience, alors qu’après 1950, quand un nouvel amiante se présente sur le marché, il est testé en laboratoire, c’est-à-dire qu’est évaluée sa « valeur technique ». On en fait un échantillonnage, puis l’on procède à la préparation de galettes avec des temps de mûrissement. Ensuite, on les casse par flexion : ce mode opératoire est parfaitement défini.

42L’opérateur compare les résultats obtenus à la valeur attribuée à une éprouvette-témoin. Par exemple, par rapport à la valeur 100 pour le témoin, l’amiante testé révèle une valeur 50, ou 70 ou 120. À partir de cette comparaison, on compose des mélanges. On sait que l’éprouvette témoin valeur 100 donne une résistance de 220 kg par cm2 de flexion. Si l’on veut obtenir une plus forte résistance, on connaît la proportion dans laquelle il faut augmenter la quantité d’amiante par rapport au ciment. Lorsque l’on dispose d’amiantes de valeurs techniques différentes, on établit un rapport des différents amiantes introduits dans le mélange pour obtenir la valeur technique de la composition ; connaissant cette valeur, on procède à un prorata de poids entre le témoin et le mélange. Il a fallu plus de vingt ans de recherche permanente de laboratoire pour trouver une formule utilisée universellement jusqu’en 1995. Au cours de toutes ces années, cette démarche, normalisée, sert de référence entre les producteurs d’amiante et les acheteurs pour définir la valeur technique du produit. L’existence de cette procédure a été un atout économique énorme.

43Les contrôles de qualité sont très nombreux : essais en flexion de plaques ondulées et de tuyaux d’assainissement, essais d’écrasement des tuyaux, épreuves d’étanchéité des mêmes tuyaux, des joints et des raccords destinés à l’assainissement. La politique de certification engageant Eternit dans la normalisation nationale et internationale a contribué à faire de cette industrie l’une des pionnières dans le domaine des matériaux de construction.

  • 50 Interview de techniciens d’Eternit, avril 2000.

44Une autre innovation est introduite dans les années 1960. Quand on augmente vraiment la capacité des machines, on scinde les deux fonctions, d’une part, de défibrage de l’amiante et d’autre part, de mélange avec le ciment. L’entreprise utilise des appareils Avortex pour faire gonfler l’amiante dans l’eau et ensuite des mélangeurs simples, Avortex également, pour amalgamer le ciment. Ce dédoublement permet de faire en un temps suivi d’une part le mélange et la distribution de pâte sur la machine et, d’autre part, le gonflage de l’amiante sans jamais d’arrêt50. En menant simultanément les deux manœuvres, on diminue considérablement les temps opératoires. Si les procédés d’origine subsistent au niveau de la fabrication proprement dite, la préparation des mélanges se modernise avec l’apparition de raffineurs en remplacement des hollanders.

2. Vers l’automatisation

  • 51 Exposition Eternit Industries, avril-mai 1995, doc. cit.
  • 52 Des emboîtements par injection se font sur la machine R23 de Rennes.

45L’époque est à la modernisation de l’industrie. Il est difficile de savoir si elle est plus rapide dans l’amiante-ciment que dans les autres branches. On notera cependant le développement de la mécanisation dans les années 1960. Par exemple, après l’utilisation d’ateliers de moulage à main à Prouvy, Paray, Caronte et Rennes pour les gaines, les raccords de tuyaux, la seconde voie pour faire face à la demande est la recherche de procédés mécanisés. Deux techniques sont utilisées. Le procédé MG ou Marchioli et Grémigni, du nom de ses inventeurs : il recourt comme le moulage à main à la plaque de base dont on enveloppe un noyau de caoutchouc gonflable. La soudure se fait par compression de la plaque-mère entre parois étanche d’un côté, filtrante de l’autre. Les premières machines MG sont installées en 1958, ainsi pour les raccords de tuyaux. Le second procédé est l’injection, inventée par Grémigni dont Eternit achète le brevet et le dépose dans de nombreux pays. Il consiste en injection de matière liquide entre deux parois d’un moule profilé et essorage sous pression ou encore extrusion à travers une filière appropriée à la section de la pièce à produire51. Les premières presses à injection sont mises en place en 196252. Eternit a été à l’avant-garde de la génération de ces procédés nouveaux.

  • 53 À savoir par le service entretien qui occupe à Prouvy plus de 100 personnes dans ces années : ce se (...)
  • 54 On fait retomber la pâte qui a été ramassée par le tamis dans le bac. Pendant que le tuyau fabriqué (...)

46Au-delà des années 1970, l’entreprise passe à la conception de lignes automatisées. La table automatique pour alimenter en mandrins la machine tuyaux est mise au point dans l’usine de Prouvy par le service technique interne53. Puis ce prototype est confié à un constructeur avec lequel la firme a des contrats de confidentialité afin qu’il industrialise cette machine. Comme souvent, Eternit imagine un système et s’en remet à quelques constructeurs pour le perfectionner mécaniquement et le reproduire à partir d’une idée testée et valable. Auparavant, dans les machines tuyaux dites manuelles, on plaçait les mandrins sur des rampes, on démarrait la machine puis, l’opération achevée, on arrêtait l’appareil, on sortait le mandrin et on prenait le tuyau ; on replaçait un autre mandrin à la main, la machine repartait. La table automatique d’alimentation avec équipages pneumatiques permet de sortir le tuyau fabriqué automatiquement et de le remplacer tout de suite par un mandrin, sans intervention humaine. Au lieu de s’arrêter à chaque déchargement de tuyau, la machine peut tourner en non-stop. Au temps de la machine manuelle, pendant le changement de mandrin, on créait un blanc sur le feutre entre deux tuyaux successifs ; il se produisait des décantations dans le bac et, le temps que la machine redémarre, l’opérateur perdait beaucoup de matière au ramassage. Le système automatique a amélioré à la fois la productivité de la machine et la qualité du produit : cette dernière est perfectionnée par le fait qu’il ne survient plus de décantation et par une toute petite invention mais qui amène un gain considérable : le lavage du tamis54. Cette opération, inventée sur place dans l’usine de Prouvy lors des années 1960, permet de tripler la production des machines. La table automatique s’accompagne du calandrage électrolytique : la calandre permet, une fois le tuyau fabriqué, de le décoller du mandrin. Pour la mettre au point, Eternit reprend un brevet américain qui en était resté aux essais.

  • 55 En 1963 sont installés les séchoirs à rouleaux sur la machine tuyaux de 5 ms de Prouvy. Les séchoir (...)
  • 56 Les premières démouleuses et onduleuses sont construites sur la machine P40 de Caronte en 1958. En (...)

47Le rythme des progrès est soutenu : année après année, la fabrication se modernise. L’automatisme apparaît en premier en 1970-1973 dans la fabrication des tuyaux55. Ces progrès permettent à la société de prendre la tête dans ce domaine de fabrication en ligne. Puis commence le perfectionnement des machines plaques avec onduleuses, démouleuses, empileuses56.

48Le conditionnement des produits se généralise à partir de 1965. Le palettage est à la mode dans le bâtiment et toutes ses formes sont employées par Eternit. Les tuyaux sont bottelés, les ardoises, les plaques profilées et les pièces moulées sont mises sur palettes. Le calandrage électrolytique, le mûrissement des tuyaux en séchoirs, puis le conditionnement permettent de mettre sur parc, après sept heures de fabrication, des tuyaux prêts à l’expédition.

49En 1975, l’introduction des automates programmables conduit à l’automatisation complète des lignes de production. Auparavant, on utilise des appareils à relais ; or, tous les relayages électromécaniques créaient de nombreux problèmes d’entretien. Les automates programmables ont demandé une reconversion complète des électriciens mais ont ouvert une possibilité de modernisation énorme.

  • 57 Dans les années 1960, l’ardoise NC présente dix coloris, six dimensions, trois formes types et la p (...)

50L’automatisation touche également la coloration des produits de couverture ; cette décoration constitue depuis tous temps un besoin commercial. Les ardoises sont teintées depuis 1934 : il s’agit des ardoises NC57. En début de période, cette coloration NC des ardoises se modifie mais reste une intervention de surface. C’est en 1969 qu’est conçue l’ardoise TS à coloration minérale par semis complétée par une finition de peinture. La technique de la coloration n’est appliquée aux plaques ondulées qu’en 1950. En 1955 est mis au point pour ce matériau le procédé MB à base de caoutchouc chloré appliqué par chaîne électrostatique. La plaque Bardénit de couleur, lancée en 1969, relève de cette technique ; ce qui est nouveau dans ce dernier type de plaque est la forme adoptée pour le recouvrement. Sa peinture est à base de caoutchouc chloré mais sa durabilité est améliorée. La chaîne de peinture est mise en route à l’usine de Prouvy en 1969 avec contrôle d’aspect et palettisation automatique. Ce type d’opération n’est pas encore la peinture acrylique telle qu’on la pratique de nos jours. Le progrès technique, mécanisation puis automatisation, mené dans les usines entre 1960 et 1975, a conduit à une amélioration de la productivité.

3. Aperçu sur la productivité

  • 58 En effet, un salarié produit en moyenne 6 000 m2/5 par an en 1923, 10 000 en 1930, 7 800 en 1946, 7 (...)

51Certaines machines ont multiplié par trois leur production et cela en réduisant les effectifs. À la fin des années 1970, une machine plaques occupe 6 ouvriers contre 38 avant guerre. Une ligne de peinture des ardoises à Paray-Le-Monial mobilise à la même époque 6 hommes contre 12 auparavant. Deux autres lignes identiques sont installées à Rennes et à Thiant. L’aménagement des méthodes de moulage manuel et la conception des moules permettent de doubler la production par ouvrier de 1975 à 1978. La productivité moyenne en m2/5 par an et par ouvrier-employé a doublé entre 1947 et 1974, passant de 7 900 à 15 70058. L’augmentation du rendement, pour importante qu’elle soit, reste modeste avec un gain de 50 % en 27 ans, par rapport à celle d’autres industries : sidérurgie, industrie extractive, automobile.

4. L’inflexion vers les techniques de la vente et la mobilisation des notoriétés

52Certes, les actions commerciales précédentes sont poursuivies, les documents de liaison avec les concessionnaires sont maintenus, mais la vente des produits subit une inflexion technique liée au marché lui-même. Les produits existant depuis l’origine deviennent « traditionnels » et sont consacrés par des normes AFNOR ou ISO sur lesquelles s’appuient des certifications et marques de qualité. Les produits nouveaux subissent les épreuves de l’Agrément ou de l’Avis Technique des organismes officiels.

53Une documentation technique très complète, régulièrement mise à jour, est adressée à tous les intervenants de la construction ou du génie civil. Un service d’assistance technique aide les entrepreneurs sur les chantiers. À l’organisation de vente traditionnelle s’ajoute une structure technico-commerciale démultipliée en centres régionaux d’information technique qui amènent la même décentralisation pour les commerciaux purs eux-mêmes répartis en régions de vente. Le service des devis en clientèle est très développé après la guerre pour réaliser les projets des architectes et des entrepreneurs. L’objectif du service après-vente est la formation de poseurs dans les entreprises. Les démonstrations d’installation de couverture double, d’albanit, de nervurit en sous-toiture sont multipliées. À partir de 1953, les notices « informations commerciales Eternit » sont réservées aux négociants agréés de la marque. La firme recherche les commandes et les opérations de prestige. Ainsi les déplacements à l’étranger sont intensifiés au bénéfice des architectes français afin de leur faire connaître les réalisations Eternit. L’un des plus célèbres de ces voyages, très médiatisé, est celui managé en Finlande, notamment à Tapiola, pour 65 architectes parisiens. Le prétexte du périple est de vulgariser les réalisations effectuées dans ce pays. Un lot des personnalités de l’architecture française est retenu, parmi lesquelles on dénombre huit grands prix de Rome.

  • 59 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 20 juillet 1996.

54Eternit non seulement se donne les moyens d’une emprise d’envergure sur le milieu des architectes mais accentue sa politique de communication. En décembre 1954, l’abbé Pierre, qui lui-même tend à devenir une personnalité, cherche à attirer l’attention sur les mal logés. Outre l’action médiatique qu’il mène, il recherche des industriels pouvant l’aider à amorcer la construction de logements préfabriqués pour une raison d’économie. La direction d’Eternit engage le personnel à donner une heure de travail pour cette réalisation. Pour appuyer médiatiquement cette initiative, la firme popularise la venue de l’abbé Pierre à Prouvy le 9 décembre 1954. Les effets seront relativement modestes puisqu’on ne compte que 70 pavillons employant le matériau Eternit construits dans la région parisienne59.

55La campagne auprès des médias est soignée. Lors de l’élection présidentielle de 1965, deux présentateurs célèbres, Léon Zitrone et Maurice Werther interviennent dans le studio ORTF sur fond de gaines Eternit. Les stands de l’entreprise sont visités par des célébrités. En 1966, le général de Gaulle y manifeste de l’intérêt lors de l’inauguration de la foire de Lille. À Paray-Le-Monial, en 1986, le pape dit la messe sous un toit Eternit et devant une décoration florale Eternit. En 1967, le ministre de l’équipement, Xavier Ortoli, visite le stand de la société, accompagné de Guillaume Cuvelier. À l’occasion du salon d’automne de 1963, le même Guillaume Cuvelier reçoit la grande médaille d’argent de la ville de Paris des mains de M. Auburtin, président du conseil de Paris. Au gré des expositions, on remarque quantité de bassins moulés Eternit et même un jeu d’échec géant en moulage du même matériau imaginé par André Cozic. Les théâtres de Badgad et de Madagascar sont couverts de plaques ondulées grand format, tous leurs revêtements intérieurs et leurs plafonds sont en plaques planes Eternit. L’art est recherché comme support idéal pour les utilisations de matériaux.

56L’expansion se poursuit. En septembre 1970, la société lance un emprunt obligataire de 25 000 000 nouveaux francs courants pour permettre la réalisation d’un programme d’investissements évalué à 66 000 000 des mêmes francs soit 154 000 000 nouveaux francs constants 1980. Il comporte la construction de la première chaîne de fabrication de la nouvelle usine d’Albi-Terssac et l’extension de l’établissement de Rennes. Ce projet doit accroître d’environ 10 % la capacité de production totale de l’entreprise. Comment a évolué depuis 1955 la situation financière ?

IV. Eternit, placement de premier ordre

1. Évaluation comptable et valeur économique : une disparité

  • 60 L’Humanité, « Champ de mines boursier », 28 juin 2001.
  • 61 Ibid.

57Les commentaires ici proposés ne sont qu’une appréciation portée à partir des seuls documents comptables classiques ; bilans, comptes d’exploitation, comptes de profits et pertes que la firme veut bien communiquer à ses actionnaires. Les évènements récents ont montré combien ces pièces sont peu fiables. La société Worldcom n’a-t-elle pas gonflé ses bénéfices de 4 000 000 000 de dollars depuis 2001, les autorités boursières américaines (SEC) reconnaissant que « les révélations de Worldcom confirment que des irrégularités comptables d’une ampleur sans précédent ont été commises »60. De même, Enron, après avoir annoncé fin 2001 des pertes exceptionnelles de 618 000 000 de dollars, avait déclaré une perte sèche de capital de 1,2 milliard de dollars du fait d’opérations douteuses61. Il ne faut donc prendre les observations qui suivent qu’avec les précautions nécessaires.

  • 62 Dossier Eternit, CAMT, 184 AQ 165.

58Le journal L’opinion économique et financière du 13 février 196462 souligne à propos du bilan d’Eternit de 1962 la sous-estimation des immobilisations et émet de fortes réserves sur le chiffre d’affaires annoncé pour le même exercice. En effet

« aux quatre usines de Prouvy, Vitry-en-Charollais, Caronte et Rennes, leur superficie totale étant de 145 000 m2, il faut ajouter les filiales d’Eternit française, notamment l’usine de Triel de sa filiale à 99 %, Fibrociment de Poissy, la mine d’amiante de la filiale de Canari à 60 %, la Société Minière de l’Amiante et les usines de l’Eternit algérienne, de Ferrettite et de Dimatit. En outre, comme filiale fiscale de la Société d’Étude et d’Exploitation industrielle ou ETEX, l’Eternit française est étroitement liée aux autres filiales d’ETEX notamment à la société anonyme Dalami, spécialiste des revêtements de sols, à la société Proplac SEP et à la société anonyme Chokier » (voir graphique XIX).

  • 63 La SAFE subsistant jusqu’en 1983. En janvier 1975 sont désignés par l’assemblée générale mixte de l (...)

59Un tel enchevêtrement d’entreprises est propice à tous les transferts de capitaux. À partir de décembre 1970, la Société anonyme financière Eternit ou SAFE gère à la place d’ETEX créée en 1946 les différentes sociétés du groupe dont Eternit Industrie est la plus importante63. En outre, poursuit L’opinion économique et financière,

  • 64 L’opinion économique et financière, 13 février 1964, doc. cit.

« la société française Eternit vient de créer des firmes productrices d’amiante-ciment dans divers pays en voie de développement dont les besoins en matériaux légers de construction sont importants… Aussi, en raison des très nombreuses filiales du groupe français, on doit tenir pour purement indicatif le montant du chiffre d’affaires annuel de la société française Eternit qui, à 242 000 000 nouveaux francs courants pour l’exercice 1962, ne représente que le produit de ses activités directes »64.

2. 1959-1962 : l’une des rares sociétés françaises dont les bénéfices nets annuels dépassent le milliard d’anciens francs

  • 65 Ces chiffres correspondent à 153 800 000 nouveaux francs courants en 1959 et à 242 500 000 nouveaux (...)

60De 1959 à 1962, le chiffre d’affaires donc produit des activités directes augmente régulièrement, passant de 503 588 000 nouveaux francs constants 1980, soit 3,7 fois celui de 1950, à 788 250 000 nouveaux francs constants 198065, soit 5,5 fois la valeur de 1950. De 1959 à 1962, le chiffre d’affaires a progressé globalement de 58 %, marquant une croissance annuelle de 15 %.

61Pendant cette même période, les amortissements passent de 3 300 000 nouveaux francs courants à 6 600 000 et le bénéfice net après provision pour impôts de 5 400 000 à 10 500 000 nouveaux francs courants. Le bénéfice en nouveaux francs constants 1980 s’est multiplié par 2 entre 1950 et 1959 et par 4 de 1950 à 1962.

62Ce bénéfice est lui-même très sous-estimé. Le journal L’opinion économique et financière déjà cité souligne que, pour l’exercice 1962, le bénéfice avant amortissement et impôt, annoncé à 37 800 000 nouveaux francs courants, est d’un montant comptable presque identique à la valeur comptable nette des immobilisations (37 888 000 nouveaux francs courants). Cette comparaison

« montre sans peine, ajoute le journal, que l’évaluation comptable de l’actif industriel Eternit marque, par rapport à sa rentabilité, une disparité très nette avec sa valeur économique ».

  • 66 En 1963, la société incorpore au capital 8 040 000 nouveaux francs courants de réserves par élévati (...)

63Pour en terminer avec les bénéfices, si l’on tient compte des dotations effectuées aux réserves par prélèvement au compte d’exploitation, ces retenues ont atteint 7,5 et 5 millions de nouveaux francs courants en 1961 et 1962 en sorte que les bénéfices nets se sont en réalité élevés à 17 000 000 de nouveaux francs courants en 1961 et 15 000 000 en 1962. L’opinion économique et financière conclut : « Eternit est l’une des rares sociétés françaises dont les bénéfices nets annuels dépassent très nettement le milliard d’anciens francs ». Le bénéfice net réel de 1962 représente 6,3 % du chiffre d’affaires et 4,75 % de la capitalisation boursière, « taux particulièrement remarquable pour une entreprise de cette dimension ». En effet, les 643 000 actions de 1 000 nouveaux francs courants66 qui se négocient depuis le 24 octobre 1963 au marché officiel de Paris, capitalisent la société française Eternit à 330 000 000 de nouveaux francs courants, soit quatre fois l’actif net comptable.

  • 67 2,8 % du chiffre d’affaires en 1960 et 3 % en 1961.
  • 68 En effet, le dividende net de 35 nouveaux francs servi par action ancienne de 350 nouveaux francs c (...)

64Pour l’exercice 1959, Eternit verse aux actions un dividende brut global de 4 679 000 nouveaux francs courants, soit 15 320 000 nouveaux francs constants 1980, puis en 1962 7 377 000 nouveaux francs courants, soit 22 458 000 nouveaux francs constants 1980. Pour ces deux exercices, la distribution atteint 3 % du chiffre d’affaires67 mais elle progresse en trois ans de 57,6 %, croissance de même ordre que celle du chiffre d’affaires. Entre 1950 et 1962, la distribution globale comme le chiffre d’affaires a plus que quintuplé. Le taux de dividende net par actions est élevé : 15 % en 1956, 16 % en 1957 puis 10,7 % en 1958, 11 % en 1959, 10,4 % en 1960. Ensuite, il amorce une décrue avec 9 % en 1961 puis 8,75 % en 196268. En regard, pour un dividende de 8,75 % nouveaux francs courants par action de 100 nouveaux francs courants, les bénéfices mis en réserve représentent 12 nouveaux francs courants par action du même nominal.

  • 69 En effet, pour l’exercice 1959, l’amortissement cumulé depuis l’origine atteint 31 000 000 nouveaux (...)
  • 70 Ces taux sont des moyennes car un bâtiment n’est pas amorti à 30 % l’année suivant sa construction. (...)

65La société suramortit pour ne pas déclarer de bénéfice lequel est imposable. En 1959, l’amortissement cumulé depuis l’origine représente 57 % des immobilisations brutes69 et ce taux se stabilise à ce niveau jusqu’en 1962. Il s’agit d’un taux élevé car cette moyenne porte sur des éléments inégalement amortissables : l’amortissement des bâtiments est de 30 % depuis leur construction alors que celui du matériel et de l’outillage atteint un taux beaucoup plus important pouvant aller jusqu’à 80 % depuis son achat70.

66Pour l’exercice 1962, le journal L’opinion économique et financière remarque que le bilan, du fait du haut degré d’amortissement des actifs industriels ou de l’évaluation modique que comportent ses éléments incorporels ou participations, est très loin de représenter la valeur intrinsèque des actifs sociaux :

  • 71 L’opinion économique et financière, 13 février 1964, doc. cit.

« Ainsi, pour cet exercice 1962, les immobilisations des quatre usines, les marques et brevets ne sont évalués qu’à 37 000 000 de nouveaux francs courants, déduction faite de 50 000 000 des mêmes francs d’amortissements appliqués aux différents éléments amortissables, soit une dépréciation comptable de 60 % des valeurs d’acquisition. Or, les investissements des trois derniers exercices, 1960, 1961, 1962, forment un total de 27 860 000 nouveaux francs courants, alors qu’ils s’appliquent essentiellement à l’usine de Rennes. C’est dire que la valeur des trois autres usines est très réduite. De même, les immobilisations incorporelles, estimées à 1 084 000 nouveaux francs courants seulement pour l’exercice 1962, sont sans rapport avec la valeur des brevets et d’une marque aussi appréciée qu’Eternit »71.

67Par conséquent, au total, ce sont 3 % du chiffre d’affaires qui sont distribués alors que, sur la base des résultats de 1962, les sommes réintégrées à titre d’amortissements ou de réserves représentent 5,8 % du même chiffre d’affaires.

3. 1963-1974 : une expansion liée à l’explosion de l’industrie du bâtiment

68Le matériel et l’outillage continuent à subir un amortissement relativement élevé. L’endettement reste faible. Les clients doivent plus à la société (33 000 000 de nouveaux francs courants) qu’elle ne doit à ses fournisseurs (21 000 000 des mêmes francs). La trésorerie liquide est relativement importante sans oublier que la firme déclare ce qui lui semble bon : auprès des banques et des chèques postaux, Eternit dispose de 2 400 000 nouveaux francs courants, ce qui est assez conséquent. Au niveau des bénéfices, la société annonce en 1964 un résultat d’exploitation de 16 000 000 nouveaux francs courants et de 17 000 000 en incluant les revenus mobiliers. De ce total subsiste quand même, après les provisions notamment celle pour dépréciation des titres Eternit Algérie, un bénéfice net de 12 000 000 de nouveaux francs courants, soit un montant du même ordre qu’en 1962.

69Les bilans des exercices 1965 à 1974 ne fournissent que les immobilisations nettes après amortissement. Ce dernier est tellement accéléré que le poste matériel et outillage diminue de 31 000 000 de nouveaux francs courants en 1967 à 28 000 000 en 1969, ce qui signifie que les investissements opérés seraient inférieurs à l’amortissement. En fait, l’investissement réalisé par exercice oscille de 1965 à 1969 entre 18 000 000 et 23 000 000 de nouveaux francs courants, sauf en 1968 où il n’est que de 13 000 000. En revanche, entre les mêmes exercices, le poste matériel et outillage amortis ne s’élève qu’à 26 000 000 de nouveaux francs courants minimum et 31 000 000 maximum. Inversement à l’évolution parfois négative des immobilisations nettes, l’augmentation du réalisable à court terme et du disponible, passant de 63 000 000 de nouveaux francs courants en 1965 à 75 000 000 des mêmes francs en 1969, atteste un développement de l’activité ; c’est cette dernière évolution qu’il faut croire. En particulier, les dettes des clients Eternit s’élèvent entre ces mêmes exercices de 32 000 000 de nouveaux francs courants à 50 000 000.

  • 72 Soit 26 000 000 de nouveaux francs courants en 1965, l’emprunt considéré correspond à une facilité (...)

70Au passif, des emprunts se font jour. En 1967, la société transforme un crédit à moyen terme en emprunt du crédit national avantageux72. Eternit a émis des obligations en 1946 à 6 %, opération très intéressante car le remboursement non réévalué est annulé par l’inflation ; elle en émet de nouveau en 1944, puis en 1948. Aucune nouvelle émission d’emprunt obligataire n’a lieu avant 1960, le temps que le public, qui auparavant avait beaucoup perdu pour avoir placé à taux fixe en pleine période d’inflation, retrouve confiance et souscrive.

71Les résultats d’exploitation avoués de 1965 à 1969 sont plutôt en légère baisse, passant en nouveaux francs courants de 22 000 000 en 1965 à 21 000 000 en 1968 et 15 000 000 en 1969. Lors de ce dernier exercice, la baisse du résultat d’exploitation s’explique par un redressement de 8 000 000 de nouveaux francs courants, sans lequel le résultat se serait maintenu. Le taux de bénéfice par rapport au chiffre d’affaires n’est plus que de 3,9 % en 1969 (voir tableau 20, infra).

  • 73 S’élevant de 503 588 000 à 971 421 000, voir tableau 20, infra.

72Le chiffre d’affaires de 1965 à 1969 progresse en moyenne de 10 % par an avec une baisse en 1968. Il passe en nouveaux francs courants de 291 000 000 en 1965 à 381 000 000 en 1969, marquant une progression correcte. En dix ans, le chiffre d’affaires exprimé en nouveaux francs constants 1980 a doublé73. Les stocks sont comptés en début d’exercice mais on ignore s’ils sont évalués au prix de revient ou au prix de vente futur ou s’ils comportent des invendables. Leur mode de comptabilisation qui reste inconnu change profondément les choses.

73Dans toutes ces années, les actions sont bien cotées, celle de 100 francs étant cotée trois ou quatre fois son nominal. La rémunération globale des actions est importante, elle représente toujours 3 à 4 % du chiffre d’affaires.

  • 74 Le bénéfice d’exploitation progresse quant à lui de 18 000 000 de nouveaux francs courants en 1973 (...)

74Les exercices 1973 et 1974 clôturant la période sont bons, particulièrement celui de 1973 où le bénéfice net après provisions passe de 3 à près de 9 000 000 de nouveaux francs courants. Les dettes à long et moyen terme évoluent en diminution, de 85 000 000 de nouveaux francs courants en 1972 à 80 000 000 en 1973. L’euphorie continue. Les bénéfices nets comptables exprimés en nouveaux francs courants se sont encore multipliés par deux en un an, passant de 9 000 000 en 1973 à 19 000 000 en 197474. La production d’amiante-ciment de toutes les usines d’Eternit atteint 89 000 000 m2/5 contre 15 900 000 m2/5 en 1950 ; elle fait plus que quintupler. Le chiffre d’affaires quant à lui est passé en nouveaux francs constants 1980 de 133 631 000 à 1 003 500 000 en 1974, se multipliant par sept en 24 ans.

  • 75 65 000 000 de nouveaux francs courants d’amortissement pour des immobilisations brutes en matériel (...)

75Les amortissements suivent toujours un rythme très important, surtout pour le matériel et l’outillage. Ce poste s’élève en 1973 à 92 000 000 de nouveaux francs courants et subit un amortissement de 50 000 000 de francs, soit un taux de 54 %. Lors de l’exercice suivant, le taux est encore supérieur : 61 %75 : le suramortissement précédemment souligné continue ; il est particulièrement net au niveau de l’achat des machines. En 1974, la société achète 13 000 000 de nouveaux francs courants en matériel et outillage et elle pratique sur ce poste 16 000 000 d’amortissement des mêmes francs : l’opération équivaut à une disparition de matériel.

Conclusion. Le poids des hommes

76Cette deuxième période se caractérise par un développement considérable : développement des usines, mais aussi des innovations techniques, des applications nouvelles, de la communication avec la clientèle sans cesse élargie. Le record de production et de vente est atteint en 1974 avec 1 000 000 000 de nouveaux francs constants 1980 de chiffre d’affaires, puisque l’ensemble des établissements produit plus de 800 000 tonnes d’amiante-ciment représentant environ 63 % du chiffre d’affaires consolidé du groupe Eternit Industries (voir graphique XVIII).

  • 76 Parmi eux, Auguste Blary, Jean Morgant, Robert Claparède, André Guillet. Blary, sorti du rang, est (...)

77En vingt ans, trois contraintes ont poussé les techniciens à faire évoluer le matériel : l’augmentation des quantités produites pour répondre au marché ; la suppression des opérations manuelles lentes ; l’amélioration de la qualité par suite de l’automatisation. Ces progrès importants ont été initiés par quelques « hommes d’usine » inventifs76, sortant chaque jour une idée nouvelle et épaulés par un bureau d’études motivé et quelques constructeurs spécialisés. Ces « inventeurs » s’appuient sur une main-d’œuvre en moyenne peu qualifiée mais qui a l’immense mérite d’assumer cette progression.

Notes

1 La seule raison pour laquelle Paray-Le-Monial a démarré petitement est le manque de matière première sous l’Occupation.

2 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 mai 1961.

3 Moyenne établie par Marc Hindry, mathématicien, vice-président du comité anti-amiante de Jussieu, cité par R. Lenglet, op. cit., p. 37.

4 Ibid.

5 Eternit, procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 13 septembre 1955 et du 20 avril 1956.

6 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 novembre 1954.

7 Qui s’élève à 6 357 000 nouveaux francs constants 1980 (voir graphique XV).

8 La capacité totale de production de ladite usine étant de 264 500 tonnes.

9 Sur cette technique du séchoir, voir infra.

10 Témoignage de Michel Salard, syndicaliste CGT de l’usine Eternit de Caronte, membre du Comité central d’entreprise dont il devient secrétaire de 1972 à 1979, représentant des salariés auprès du conseil d’administration, témoignage recueilli le 14 mai 2001.

11 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 novembre 1954.

12 Le budget de travaux neufs pour 1956 est de 600 000 000 francs courants soit 24 266 000 nouveaux francs constants 1980 non comprise l’édification de Caronte.

13 Par l’ajout d’une machine tuyaux de 4 ms et de frais supplémentaires. Puis le conseil d’administration du 4 décembre 1956 convient d’adjoindre une seconde machine plaques de 70 000 000 francs courants.

14 Dès mars 1957, les travaux et commandes engagés à Caronte s’élèvent à 33 660 000 nouveaux francs constants 1980, d’après le procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 mars 1957.

15 Témoignage de Michel Salard.

16 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 décembre 1960.

17 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 février 1963.

18 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 juin 1963.

19 . Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 décembre 1963.

20 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 juin 1964.

21 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 juin 1965.

22 Une certaine inquiétude se manifeste parmi les représentants ouvriers élus au Comité central d’entreprise d’Eternit lors des séances de 1969. Ces délégués estiment qu’Albi concurrence Caronte.

23 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 15 décembre 1964.

24 Ibid.

25 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 juin 1965, doc. cit.

26 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 mars 1952.

27 Témoignage de techniciens d’Eternit recueilli en avril 2000.

28 La société Dimatit fournit des plaques, tuyaux, moulages, tubes et drains annelés en PVC.

29 Polyvalente avec des plaques, tuyaux, moulages.

30 Eternit, procès-verbal de réunion de conseil d’administration du 15 mars 1960.

31 La société Eternit-Vietnam livre des produits en amiante-ciment (plaques, tuyaux, moulages) et en polyester.

32 Il s’agit de la société SENAC ou société sénégalaise de l’amiante-ciment alimentant le marché en plaques, tuyaux, moulages.

33 Cette entreprise adjoint aux produits en amiante-ciment (plaques, tuyaux, moulages) des tubes en PVC.

34 Note d’information mise à la disposition du public à l’occasion de l’emprunt obligataire de 1970, doc. cit.

35 La Compagnie financière Eternit de Belgique, la société suisse Eternit A.G.

36 Interview de techniciens et cadres d’Eternit, avril 2000.

37 La première mine d’amiante a commencé à fonctionner au Brésil en 1937-1940 dans le Nord-Est de l’État de Bahia. Sa production excédait rarement 3 000 tonnes annuelles.

38 Pour l’implantation d’Eternit au Brésil, voir A. Thébaut-Mony, L’envers des sociétés industrielles, L’harmattan, Paris, 1990, 204 p., p. 130 et suivantes.

39 Le holding suisses Anova holding A.G. (CH) détient 22 % des parts d’Eternit SA, la firme belge, Eter outremer (dont le capital appartient à raison de 20 % à Stephan Smidheiny) détient 12 % du capital Eternit SA. Quant à la firme française Saint-Gobain Pont-à-Mousson, elle possède 86 % des parts de Brasilit SA.

40 Le reste est réparti entre une douzaine de petites sociétés brésiliennes qui exploitent 17 autres mines d’amiante dans le pays.

41 A. Thébaud-Mony, op. cit., p. 131.

42 L’usine nouvelle, no 2753, 26 octobre 2000. Le directeur général de la filiale d’Inde est nommé à cette date directeur général d’Eternit France.

43 Il s’agit de l’ancienne usine de la société du Fibrociment implantée depuis 1903 à Poissy et absorbée par Eternit avant 1939.

44 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 septembre 1955.

45 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 mars 1958.

46 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 février 1962.

47 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 11 décembre 1962 et 13 juin 1963. Pendant les cinq premiers mois de 1963, les ventes de tuyaux plastiques et de PVC sont en progression par rapport à la période similaire de 1962.

48 Note d’information mise à la disposition du public…, doc. cit.

49 Chiffres établis à l’aide du même document.

50 Interview de techniciens d’Eternit, avril 2000.

51 Exposition Eternit Industries, avril-mai 1995, doc. cit.

52 Des emboîtements par injection se font sur la machine R23 de Rennes.

53 À savoir par le service entretien qui occupe à Prouvy plus de 100 personnes dans ces années : ce service construit des éléments de machines neufs qu’on ajoute aux appareils existants.

54 On fait retomber la pâte qui a été ramassée par le tamis dans le bac. Pendant que le tuyau fabriqué est sorti, l’opérateur met en place un mandrin neuf qui bobine le tuyau suivant quand la pâte arrive.

55 En 1963 sont installés les séchoirs à rouleaux sur la machine tuyaux de 5 ms de Prouvy. Les séchoirs sont considérablement perfectionnés au niveau des suceurs pour éviter les défauts des fissurations, car toute mécanisation crée des défauts que l’on doit ensuite corriger.

56 Les premières démouleuses et onduleuses sont construites sur la machine P40 de Caronte en 1958. En quelques années, toutes les machines en sont équipées. La machine tuyaux de 5 ms de Prouvy est entièrement automatisée en 1970 après une série d’expériences. Elle est complétée en 1978 par un second séchoir et par un processus d’accélération de prise du ciment.

57 Dans les années 1960, l’ardoise NC présente dix coloris, six dimensions, trois formes types et la possibilité de couvrir un large échelonnement de pentes, CAMT, dossier Eternit, brochure sur les toitures, 1962, 65 AQ S 441, doc. cit.

58 En effet, un salarié produit en moyenne 6 000 m2/5 par an en 1923, 10 000 en 1930, 7 800 en 1946, 7 900 en 1947. En 1974, Eternit-Industrie fournit 809 280 tonnes d’amiante-ciment soit 89 020 800 m2/5 et 20 000 m2/5 de revêtements de sol, soit un total de 89 040 800 m2/5 qui, rapportés à l’effectif global de 5 665 ouvriers-employés, donnent un ordre de grandeur de 15 700 m2/5 par ouvrier-employé. Une tonne de production équivaut selon les années à 101-123 m2/5.

59 La Voix du Nord, édition de Valenciennes, 20 juillet 1996.

60 L’Humanité, « Champ de mines boursier », 28 juin 2001.

61 Ibid.

62 Dossier Eternit, CAMT, 184 AQ 165.

63 La SAFE subsistant jusqu’en 1983. En janvier 1975 sont désignés par l’assemblée générale mixte de la SAFE un conseil de surveillance et un directoire.

64 L’opinion économique et financière, 13 février 1964, doc. cit.

65 Ces chiffres correspondent à 153 800 000 nouveaux francs courants en 1959 et à 242 500 000 nouveaux francs courants en 1962.

66 En 1963, la société incorpore au capital 8 040 000 nouveaux francs courants de réserves par élévation de la valeur du nominal des titres de 350 à 400 francs, puis elle divise ceux-ci en actions de 100 francs.

67 2,8 % du chiffre d’affaires en 1960 et 3 % en 1961.

68 En effet, le dividende net de 35 nouveaux francs servi par action ancienne de 350 nouveaux francs correspond à 8,75 nouveaux francs pour l’action nouvelle de 100 francs de nominal, l’action de 350 francs ayant vu son nominal porté à 400 francs puis divisé en actions de 100 francs, Eternit, procès-verbal de réunion de l’assemblée générale extraordinaire du 24 septembre 1963.

69 En effet, pour l’exercice 1959, l’amortissement cumulé depuis l’origine atteint 31 000 000 nouveaux francs courants et il reste à la société 23 281 000 nouveaux francs courants d’immobilisations amorties, notice SEF de la société Eternit, bilans comparés au 31 décembre de 1959 à 1962, CAMT, 184 AQ 165.

70 Ces taux sont des moyennes car un bâtiment n’est pas amorti à 30 % l’année suivant sa construction. De même l’outillage n’est pas amorti à 80 % juste après son achat.

71 L’opinion économique et financière, 13 février 1964, doc. cit.

72 Soit 26 000 000 de nouveaux francs courants en 1965, l’emprunt considéré correspond à une facilité offerte par l’État.

73 S’élevant de 503 588 000 à 971 421 000, voir tableau 20, infra.

74 Le bénéfice d’exploitation progresse quant à lui de 18 000 000 de nouveaux francs courants en 1973 à 41 000 000 en 1974.

75 65 000 000 de nouveaux francs courants d’amortissement pour des immobilisations brutes en matériel et outillage de 105 000 000 des mêmes francs.

76 Parmi eux, Auguste Blary, Jean Morgant, Robert Claparède, André Guillet. Blary, sorti du rang, est électricien de formation ; avec un brevet d’électricien, il a commencé à l’entretien comme ouvrier. Son successeur, Jean Morgant, est ingénieur Arts et Métiers : tous deux s’apparentent aux inventeurs. De même, M. Demaret à l’usine plaques a mis en place sur les machines les premiers éléments permettant une automatisation électrique et ceci bien avant 1973, interview de techniciens d’Eternit, avril 2000.

Table des illustrations

Titre Tableau 7. — Volume des livraisons d’amiante-ciment par la société Eternit de 1966 à 1969.
Légende N.B. : L’unité dans la profession est pour tous produits le m2/5.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search