Version classiqueVersion mobile

Eternit et l’amiante 1922-2000

 | 
Odette Hardy-Hémery

Chapitre V. La traversée de la guerre et ses lendemains

Texte intégral

Introduction. Eternit à l’heure allemande

  • 1 Journal de Joseph Cuvelier, doc. cit.

« Pour la seconde fois dans mon existence, écrit Joseph Cuvelier dans son journal, l’invasion allemande de 1940 vient ébranler jusque dans ses fondements le travail de notre génération »1.

1Néanmoins, après les bonnes affaires de l’immédiat avant-guerre, la société conserve une activité non négligeable : la lutte pour la survie est à cette époque intense.

I. L’occupation : une situation de pénurie

2Dès la fin de 1939, Eternit est affectée à outrance aux besoins de la Défense nationale. C’est ainsi qu’

« en dépit de la mobilisation de 40 % de notre personnel et en recrutant des femmes, des vieillards et des jeunes gens, notre production a pu être portée et maintenue à un niveau égal à 180 % de celle du temps de paix »,

  • 2 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 mai 1940.

3note le conseil d’administration à propos de la marche du 1er trimestre 19402.

4Les trois premiers mois de guerre, septembre à novembre 1939, sont marqués par un recul très important de la fabrication de tuyaux, alors que les ondulés grand format, normalement utilisés pour construire des hangars, battent leur record absolu (voir graphique IV).

1. La dépendance pour l’approvisionnement en matière première : l’éphémère société Minière de l’Amiante

  • 3 Journal de Joseph Cuvelier, doc. cit.
  • 4 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 29 août 1940.
  • 5 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 septembre 1940.

5Rapidement, la société voit son stock d’amiante mis en coupe réglée par les Allemands : sur 4 000 tonnes en réserve, 3 500 sont réquisitionnées3. Dès le 29 août 1940, l’inspecteur allemand de l’amiante-ciment, Litz, vient à Prouvy4 et une réunion est tenue le 6 septembre à Paris avec les autorités d’occupation5. Eternit va exiger le paiement du stock saisi :

  • 6 Ibid.

« le prix à payer par les Allemands pour les amiantes enlevés a été fixé sur la base du prix de revient rendu usine ou ports des derniers lots rentrés, majoré de 4 %. Toutefois, les Allemands font des difficultés pour payer les lots enlevés dans les ports »6.

  • 7 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 août 1941. Cette installation à (...)
  • 8 Ibid., procès-verbaux de réunion du conseil d’administration du 31 décembre 1940 et du 16 janvier 1 (...)
  • 9 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 mars 1941.

6La recherche de l’amiante devient un souci majeur. Deux idées sont émises par le conseil d’administration du 8 août 1940 : entrer en relation avec les Russes, étudier la récupération du minéral dans les déchets. En août 1941, il est projeté de développer une exploitation d’amiante en Yougoslavie7. À partir de 1939, Eternit tente de constituer sa propre source de matière première : elle commence la mise en exploitation d’une carrière d’amiante en Corse dans laquelle sont investis au 31 décembre 1940 4 436 000 nouveaux francs constants 1980. Juridiquement, c’est en 1941 qu’Eternit crée la société Minière de l’Amiante à laquelle elle apporte l’actif corse, gonflant son portefeuille de cette prise de participation8. 2 000 tonnes seraient reversées à Prouvy. Le capital prévu est de 17 000 000 francs courants avec mise en route de l’usine en août – septembre 1941. La production annuelle doit être portée de 2 000 à 10 000 tonnes au second semestre 1941 grâce à une augmentation de capital de 25 à 30 000 000 francs. Les participations seraient réservées aux consommateurs d’amiante français, belges et suisses, la majorité devant être française selon les directives du gouvernement français9. Peu après, le secrétaire général à la production donne son accord verbal pour autoriser un amortissement accéléré, la constitution de réserves spéciales et l’étude d’un prêt de l’État.

  • 10 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 juillet 1941.
  • 11 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 novembre 1941.

7Dès juillet, il apparaît cependant qu’Eternit ne recevra pas comme prévu d’amiante corse en septembre10. Pour permettre la soudure, le conseil suggère de faire une proposition générale ramenant momentanément à 15 % le pourcentage d’activité de l’industrie de l’amiante-ciment. L’assemblée générale de la société Minière de l’Amiante, tenue le 10 novembre 1941, nomme le premier conseil, lequel désigne comme président Joseph Cuvelier. Il est décidé de porter le capital à 30 000 000 francs courants et de construire deux usines de 4 000 tonnes11. Un prêt de l’État de 30 000 000 francs courants est en cours de négociation en décembre 1941.

  • 12 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 avril 1942.
  • 13 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 juin 1942.
  • 14 Abréviations de Société Minière de l’Amiante.

8Nouveau retournement : en avril 1942, le conseil d’administration d’Eternit est informé d’une communication du répartiteur de l’amiante suivant laquelle il est question de réserver la totalité de la production corse aux industries de l’amiante autres que l’amiante-ciment. Le répartiteur, M. Perret, « a repoussé cette prétention mais devra attribuer une large part de Corse aux industries diverses et s’attend à de nouvelles pressions allemandes dans ce sens »12. La menace est réitérée en mai 1942 où le même répartiteur prévient la société « d’une pression allemande pour supprimer toute attribution d’amiante à l’amiante-ciment »13. En juin 1942, la mine de Corse produit 50 tonnes par mois dont 38 pour Eternit et un premier prêt de 13 000 000 francs courants a été accordé par l’État. À cette époque, 33 000 000 francs courants de travaux sont décidés par le conseil de SMA14 pour Canari I et Canari II, la société de Corse disposant de 24 000 000 francs courants pour y faire face. Eternit approuve ce programme sous plusieurs réserves : que soit possible l’achat de matériel allemand sans monnaie – matière, que SMA se procure du mark à cours réduit, que l’État complète à 30 000 000 francs courants le prêt accordé.

  • 15 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 août 1942. La société française (...)

9En janvier 1943, des négociations sont menées en vue de la construction d’une seconde usine à Canari et de l’attribution à Eternit de 20 tonnes d’amiante sur les 50 produites mensuellement en Corse. Mais, en août 1942, Eternit s’est désengagée de la société Minière de l’Amiante en se faisant rembourser sa participation, ses apports gisements et en abandonnant le solde de matériel non compris dans les apports15.

  • 16 Ceci après l’arrestation de Mussolini par les Italiens opposés à la poursuite de la guerre. L’armée (...)
  • 17 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 août 1943.
  • 18 Ibid., rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 13 (...)
  • 19 Eternit, statistiques mensuelles et annuelles de consommation de matières premières par m2/5, 1922- (...)

10Surtout, à partir d’avril 1943 interviennent les évènements militaires. Jusqu’alors, la Corse appartenait à la zone libre relevant de Vichy. Après le débarquement américain en Afrique du Nord, les Allemands s’emparent de l’île en novembre 1942 en même temps qu’ils envahissent la zone libre. La Corse est libérée du 8 septembre au 5 octobre 1943 après le débarquement des Américains appuyés par les Forces Françaises Libres et une importante résistance intérieure16. Le conseil d’administration d’Eternit décide de suspendre les travaux des deux usines de Canari, d’annuler les commandes de matériel pour la mine voisine d’Olmeta, de suspendre l’exploitation de Canari I. Ces choix seront motivés auprès des pouvoirs publics par la carence de monnaies-matières. Néanmoins, des mesures conservatoires sont envisagées pour l’avenir : un inventaire des travaux finis, engagés et en cours sera dressé, ainsi que des commandes remises, les cadres seront conservés et l’étude de la seconde usine de Canari sera mise au point17. En 1947, la société Minière redevenue filiale ne produit encore que 600 tonnes de fibres18, ce qui, comparé à la consommation annuelle d’amiante d’Eternit en 1939 (7 877 tonnes)19 montre le degré de dépendance de la société-mère. D’autres projets sont suivis sous l’Occupation, notamment au Maroc.

2. L’incertain projet marocain

11Dès août 1940, Eternit est avisée que le gouvernement du Maroc l’autorise à constituer une usine d’amiante-ciment dans le pays. C’est à la réunion du 4 février 1942 que le conseil d’administration décide de créer la société Eternit marocaine au capital de 5 000 000 francs courants, la participation de la société-mère étant de 60 % minimum. L’objet social est la fabrication et la vente de matériaux de construction en amiante-ciment, la recherche et l’exploitation de minerai.

12Une étude est menée avec de nombreuses recommandations : ne pas admettre de négociants de matériaux ou d’entrepreneurs dans le conseil marocain, étudier s’il y a intérêt à proposer une participation aux cimentiers marocains, désintéresser le principal concurrent sur la place, Dolbeau, par un paiement cash, se renseigner sur l’avenir du Maroc dans les différentes hypothèses.

  • 20 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 février 1942.

« L’action de la mission devra prouver au gouvernement marocain et à Dolbeau notre esprit réalisateur, mais ne pas nous engager avant le rapport de notre chargé de mission »20.

  • 21 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 avril 1942.
  • 22 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 août 1942.

13Deux mois plus tard, Eternit approuve le principe d’une société au capital de 20 000 000 francs courants dont le quart sera appelé à la formation et dans laquelle la firme sera majoritaire de manière à rester maîtresse de l’appel des trois autres quarts : « une affaire industrielle ne devra pas être réalisée sans un monopole ou un accord »21. Une étude est engagée afin de juger du meilleur emplacement de l’usine pour desservir l’Afrique du Nord : Casablanca ou Alger ou Port-Saint-Louis. La concurrence sur le marché marocain reste très vive avec Dolbeau, cette société ayant réussi en août 1942 « par une manœuvre » à se faire attribuer pour la vente au Maroc le coefficient correspondant aux importations Eternit en 1938 : 80 %22. Eternit lance une action de redressement. Sur le rapport de ses experts, la firme juge finalement

  • 23 Ibid.

« qu’une affaire industrielle au Maroc ne sera viable que si le protectorat devient plus protectionniste après-guerre. Dans l’impossibilité où nous sommes de prévoir le futur statut politique du Maroc, le conseil suggère la prudence »23.

  • 24 À Fedhala.
  • 25 L’admission d’actionnaires marocains ou étrangers est ajournée jusqu’à la décision définitive de co (...)
  • 26 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 février 1943.

14Dans l’immédiat, pour éviter la déchéance de l’autorisation obtenue le 25 janvier 1942, l’entreprise décide d’acheter un terrain24, de constituer une société industrielle et commerciale Eternit au Maroc, d’en souscrire pratiquement 100 % du capital appelé25. La firme suit le projet marocain, accentue sa propagande contre l’action de son concurrent Dolbeau auprès de la clientèle et des administrations ; elle prévoit de détenir lors de la réalisation au stade industriel 90 % du capital, en laissant 10 % au groupe franco-marocain. L’achèvement du projet marocain est suspendu en 1943 par les évènements politiques et militaires. Tout en achetant le terrain au nom d’Eternit26, la décision est prise de classer cette affaire jusqu’après la guerre, quitte à subir à cette époque un temps de concurrence.

II. Durer à tout prix

1. Une création en pleine occupation : Paray-Le-Monial

  • 27 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 15 décembre 1941.

15Alors que les usines de Prouvy et de Thiant sont remises en route progressivement à partir du 5 août 1940, Eternit entreprend et achève, à la demande du ministère de la Défense nationale qui considère les installations du Nord comme trop vulnérables, un établissement de repli à Paray-Le-Monial sur des terrains achetés en 1938. Au début mars 1941 y sont prévus des essais de la grande machine à tuyaux27.

16L’investissement a en effet très fortement repris à cette société de 1939 à 1942 où il atteint 25 430 000 nouveaux francs constants 1980, soit 30 % du total injecté de 1924 à 1950 (voir graphique XV). La majeure partie est absorbée par la création de la nouvelle usine qui commence à produire au printemps 1944.

2. Des produits de substitution : le panolith, le norelith, l’élith

  • 28 « D’après les renseignements fournis par le répartiteur », ibid., procès-verbal de réunion du conse (...)

17Les difficultés d’approvisionnement en amiante durent pendant toute l’Occupation. L’année 1942 est marquée par d’incessantes pressions allemandes pour supprimer les allocations de minerai28 tandis que celles de ciment sont fortement réduites.

  • 29 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 octobre 1942.

« En juillet et août 1942, la consommation mensuelle de ciment est de 1 400 tonnes par mois environ contre 4 900 par mois en 1937 ; les attributions ne sont plus que de 800 tonnes »29.

  • 30 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 novembre 1942.
  • 31 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 janvier 1943.

18En novembre de la même année, « toute répartition d’amiante à notre industrie est supprimée jusqu’à nouvel ordre »30. En janvier 1943, les dotations fermes de ciment ne couvrent la société que pour 12 000 tonnes, « des pourparlers sont en cours pour s’assurer 5 000 à 6 000 tonnes supplémentaires »31. En fait une partie de ce supplément est obtenue, la consommation totale de la firme en 1943 étant de 15 000 tonnes de ciment.

  • 32 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 novembre 1940.
  • 33 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 janvier 1941.

19La société contourne très vite le manque d’amiante par la mise au point de produits de remplacement. Dès novembre 1940, Joseph Cuvelier propose au conseil d’administration deux matériaux de ce type : l’un à base de cellulose pour suppléer la menuiserite, l’autre à base de cellulose imprégnée comme produit de couverture32. Le bureau d’étude de Prouvy examine les fabrications de substitution à base de paille et de ciment en veillant « à ce que ces produits soient employés à l’abri de l’humidité »33. Les recherches aboutissent rapidement puisque, dès la réunion du 24 mai 1941, le conseil d’administration vote « une gratification supplémentaire de 50 000 francs aux quatre ingénieurs et chimistes qui ont facilité la mise au point et la fabrication de matériaux de remplacement » On recourt également aux fagnes de pommes de terre.

  • 34 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 août 1941.
  • 35 . Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 novembre 1941.
  • 36 Le montage de deux nouvelles lessiveuses est prévu en janvier 1942 chez De Naeyer, ibid., procès-ve (...)
  • 37 Eternit, statistiques annuelles de consommation par m2/5 d’amiante-ciment, années 1938 et 1943, arc (...)
  • 38 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 août 1943.
  • 39 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 février 1943.

20Mais la principale matière première utilisée à la place de l’amiante est la cellulose de paille pour la mise au point de laquelle Eternit entre en pourparlers en août 194134 avec la papeterie De Naeyer de Prouvy. Eternit finance la mise en route de cette fabrication qui lui est réservée, cette firme acceptant de travailler en régie pour sa voisine en novembre 194135. Un mois plus tard, l’utilisation de cellulose marche de façon satisfaisante à Eternit36. On se sert des propriétés fibreuses de cette matière pour remplacer l’amiante, le ciment jouant le rôle traditionnel de liant. La cellulose avait été expérimentée mais à très faible dose depuis 1932. Pendant la guerre, elle remplace pratiquement l’amiante. Alors qu’on consomme avant-guerre, ainsi en 1938, 800 grammes en moyenne d’amiante au m2/5, la société n’en utilise plus en 1943 que 23 grammes37. Inversement, alors qu’elle recourt avant-guerre à 12 grammes de cellulose par m2/5, elle en emploie en 1943 512 grammes (voir graphique XIII). La part de l’amiante et du ciment dans le prix de revient du m2/5 s’effondre de 1940 à 1942 (voir graphique XIII). En août 1943, les accords avec De Naeyer sont révisés en vue d’obtenir une cellulose meilleure et plus abondante et une augmentation de production de 15 à 20 % est envisagée38. Déjà, au début de la même année, l’approvisionnement d’Eternit en cellulose est assuré pour 3 000 à 3 500 tonnes, ce qui couvre les besoins jusqu’à une fourniture de 4 000 000 de m2/539. Le produit obtenu à partir de la fibre de bois et du ciment est dénommé Norelith : utilisé pour les cloisonnements et parfois pour les couvertures, il est vraiment de qualité très inférieure même si les consommations au m2/5 sont très élevées. Il en va de même pour les autres ingrédients entrant dans l’Eternit : alors que l’entreprise emploie du ciment pur avant-guerre, elle y ajoute sous l’Occupation du laitier de haut fourneau.

  • 40 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 octobre 1942.
  • 41 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 janvier 1941.
  • 42 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 18 mai 1943. Les frais d’installatio (...)

21À mesure que les disponibilités en matières premières classiques diminuent, le type de fabrications y recourrant le moins possible est prôné « pourvu qu’elles permettent de réaliser le plus gros chiffre : moulages, panolith, etc. »40. Dès août 1940, Eternit s’intéresse au panolith, nouveau matériau qui a pris de l’extension en Allemagne et en Autriche ; une première exploitation en est envisagée à Prouvy dès janvier 194141, puis à l’usine de Paray-Le-Monial à Vitry en mai 194342.

  • 43 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 janvier 1941 : « les plaques plan (...)
  • 44 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 janvier 1943.

22La fabrication de tuyaux a mieux résisté que celle de plaques pendant les trois premières années d’occupation, 1941 à 1943 inclus (voir graphique IV). Dès janvier 194143, la société prévoit de réaliser 80 % de ses livraisons en tuyaux. En 1944, les proportions s’inversent et la fourniture des tuyaux représente moins de 20 % des maxima atteints avant-guerre. C’est en fait au cours de 194344 que les mesures prises par le répartiteur visant à priver d’amiante cette industrie empêchent la firme de fabriquer des tuyaux de canalisations sous pression : « de ce fait, une source importante de bénéfice disparaît ».

  • 45 Elles s’élèvent en juin 1942 à 100 000 francs courants au sujet des plaques Élith-ex livrées au déb (...)
  • 46 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 octobre 1942.

23Quelques réclamations sont enregistrées à propos de ces produits nouveaux45 : elles sont au total minimes ; en octobre 1942, pour les marques Élith-ex et Élith-in, elles se chiffrent à 210 553 francs courants depuis septembre 1940 soit 0,40 % de leur chiffre global de vente46.

  • 47 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 mai 1941.
  • 48 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 juin 1942.
  • 49 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 février 1943.
  • 50 « La majoration de 97 % autorisée sur nos prix de 1939 vient d’être portée à 125 % à partir du 5 ja (...)

24Pour compenser les hausses de salaires qu’elle applique, la société réclame et obtient des relèvements de prix. La loi du 23 mai 1941 majorant les rémunérations d’environ 12 %, l’entreprise parvient à se faire accorder par le comité de surveillance des prix instauré en 1937 une majoration de 27 %, soit 50 % au total depuis septembre 193947. En juin 1942, une nouvelle augmentation de 50 % est demandée48. Le comité de surveillance des tarifs semble avoir été assez large avec Eternit puisque c’est en 1941 et 1942 que le prix de vente au m2/5 exprimé en nouveaux francs constants 1980 atteint ses maxima : 13,42 et 11,59. En février 1943, « le conseil d’administration prévoit de présenter un nouveau dossier de majoration des prix par des personnes très bien introduites auprès des autorités compétentes »49. En janvier 1945, les prix de 1939 sont majorés de 125 %, les salaires ont été portés à trois fois ceux de 193950.

  • 51 Soit 8 954 000 m2/5.
  • 52 Année moins bonne que 1939.

25Au total, si l’Occupation voit une importante réduction de la production de la firme (voir graphique III), le recul du chiffre d’affaires est relativement moins important : il oscille de 39 à 50 millions de nouveaux francs constants 1980, soit 45 à 52 % de celui des excellents exercices 1937-1939 (voir graphique V). Ce taux est loin d’être négligeable. Pendant la seconde guerre mondiale, l’entreprise a pu bénéficier de l’état de pénurie pour fixer des prix de vente au m2 /5 très élevés. De 1941 à 1943, Eternit vend en moyenne 3 559 000 m2/5, soit 39,7 % du tonnage écoulé en 193951. Joseph Cuvelier est au-dessous de la vérité quand il évoque dans son journal « une activité pendant presque toute la guerre de 30 % par rapport à 1938 ». Le taux moyen des ventes pendant la guerre comparé à 193852 est en réalité de 44,79 %. Le taux de bénéfice par rapport au chiffre d’affaires se réduit à partir de 1942 (voir graphique IX), ce qui est imputable au recul de production et aux difficultés d’approvisionnement, en amiante notamment. Les produits de remplacement sont chers et de mauvaise qualité. Mais un signe ne trompe pas : c’est de 1940 à 1942 que le bénéfice par m2/5 atteint, avec 8,18 et 9,26 nouveaux francs constants 1980, le maximum depuis la création de la société, le prix de vente unitaire culminant alors que le coût de production ne progresse que légèrement (voir graphique XIV). Le bénéfice unitaire atteint et même dépasse, pendant ces années de pénurie, le très haut niveau des exercices 1934-1935 : il bat ses records en 1941 à 26,6 % au-dessus du seuil de 1935.

3. Nouveaux pourparlers avec Pont-à-Mousson : « des phrases plutôt que des coefficients »

26Un plan d’équipement technique pour augmenter la capacité de production de tuyaux étant inapplicable, la direction d’Eternit décide dès août 1941 de reprendre les négociations avec Pont-à-Mousson pour renouveler les accords antérieurs. La politique à suivre est ainsi définie en août 1942 :

  • 53 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 août 1942.

« réduire à deux catégories les divisions des tuyaux par diamètre : plus de 500 mm et moins de 500 mm ; n’indiquer qu’un coefficient unique, la spécialisation dans tel ou tel diamètre ou domaine d’application étant indiquée par une phrase plutôt que par des coefficients ; demander plus pour l’assainissement et l’irrigation sous pression et moins pour l’eau potable ; s’appuyer le plus possible sur la convention passée en Belgique au même sujet »53.

  • 54 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 18 mai 1943.

27Finalement, en mai 1943, les deux parties sont d’accord pour les coefficients suivants : eau potable, gaz : Eternit, 10 % du marché ; assainissement et irrigation sous pression : Eternit, 30 %54. Les tuyaux d’un diamètre supérieur à 450 ne seraient pas compris dans l’accord. Pont-à-Mousson se réserve de retirer de la convention plaques ardoises les tuyaux de bâtiment au bout de cinq ans et, dans ce cas, le moulage et les revêtements deviendraient libres. D’une façon générale,

  • 55 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 6 juillet 1943.

« il faut essayer de réduire à cinq ou six ans la durée de l’accord puisque Pont-à-Mousson limite à ce temps la convention pour les tuyaux du bâtiment »55.

28L’entente se fait en août 1943 et est signée en décembre.

4. Préserver la main-d’œuvre

  • 56 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 octobre 1943.

29Le problème de la main-d’œuvre est soigneusement suivi. En octobre 1943, prévoyant un ralentissement de production du fait de la baisse des attributions de matières et des difficultés de transport, le conseil d’administration décide de réduire progressivement la fabrication et de « placer si possible le personnel par équipes dans des usines voisines »56. En mars 1944, des mesures de sauvegarde sont prises :

  • 57 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 23 mai 1944.

« dans les cas exceptionnels où nous voudrions conserver un personnel que nous ne pourrions plus utiliser à l’usine, le conseil serait d’avis que nous le placions en culture en participant dans le salaire versé par l’agriculteur à l’ouvrier afin d’affirmer notre droit d’embauchage »57.

30Sous l’Occupation, l’effectif ouvrier est ramené avec 590 ouvriers environ à la moitié de son niveau de 1936-1937.

  • 58 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 8 février 1944.

31Comme de nombreuses entreprises, Eternit applique la charte du travail. À la fin de 1943, des démarches sont menées auprès des pouvoirs publics pour créer une association professionnelle mixte qui aurait les prérogatives d’un comité social local. Il est projeté en 1944 de monter aux usines de Prouvy et de Thiant un centre d’apprentissage susceptible de former 40 jeunes par an58.

5. Un regard vers l’avenir : les matières plastiques

  • 59 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration des 8 février et 21 mars 1944.

32C’est en 1944 qu’Eternit s’intéresse à l’application des matières plastiques aux accessoires de bâtiment, pour les toitures, les revêtements et les canalisations. En mars de la même année, la société entreprend avec Ferrettite un programme d’étude pour créer une division matières plastiques en vue de fabriquer en bakélite des raccords et joints pour tuyaux, des châssis ouvrants59.

III. Lendemain de guerre : un marché explosif

33À la Libération, la demande en amiante-ciment est énorme pour la reconstruction et ce haut niveau va se maintenir jusqu’aux années 1955. L’arrêt de la fabrication de cellulose par la papeterie De Naeyer est programmé pour juillet 1945. Dès le second semestre de la même année, Eternit prévoit de porter à 80 % d’amiante les mélanges d’Élith et d’arrêter la fabrication de cellulose de paille.

1. Une pénurie prolongée de matière première

  • 60 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 octobre 1946.
  • 61 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 30 janvier 1946.
  • 62 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 30 juillet 1946.
  • 63 La SMA a alors un capital de 297 000 000 francs courants, ibid., procès-verbal de réunion du consei (...)
  • 64 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 mars 1951.

34C’est sans compter avec le prolongement des restrictions. En 1944, la consommation d’amiante s’effondre à 38 tonnes contre 7 800 en 1939. L’insuffisant approvisionnement en électricité impose fin 1948 un arrêt de la production de tuyaux et des installations de traitement du laitier et de la cellulose. Le manque d’amiante sévit en vérité de 1946 à 1948 et au-delà60. Dès janvier 1946, la société détermine la cadence de production des usines en divisant par 15 mois la quantité globale de minerai disponible pour constituer un stock de sécurité assurant la soudure en 1946-194761. De 1948 à août 1949, la consommation mensuelle d’amiante est limitée à 865 tonnes. Les liens sont resserrés avec la Société Minière de l’Amiante fournissant le minerai. En juillet 1946, Eternit lui accorde une aide financière de 5 000 000 francs courants62. En août 1948, la firme se porte caution auprès du Crédit national pour un emprunt de la même SMA et s’engage à compléter son augmentation de capital de 100 000 000 francs courants63. Deux ans plus tard64, le doublement de production de la filiale corse est prévu ; il nécessite une nouvelle augmentation de capital de 200 000 000 francs courants où la part d’Eternit sera de 60 % et un emprunt du même montant.

  • 65 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 18 janvier 1949.

35Malgré ces efforts, la quantité réservée à Eternit par le groupement des utilisateurs n’est en 1949 que de 14 000 tonnes annuelles, la même qu’en 194865. Le prix de l’amiante s’élève : de 1936 à 1947-1948, les coefficients d’augmentation dépassent ceux des produits industriels d’environ 20 %, alors que, pour le ciment, ces coefficients ne sont supérieurs que de 10 % à la même référence.

  • 66 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 21 mai 1951.
  • 67 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 22 mai et 20 novembre 1950. En 19 (...)

36Les difficultés d’approvisionnement perdurent jusqu’en novembre 1952. En février 1951 encore66, un arrêt de production de huit jours a lieu dans les usines du Nord par manque d’amiante. Jusqu’en 1950, ce sont les fibres longues qui sont les plus difficiles à obtenir, leur manque compromet le maintien de la qualité67.

  • 68 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 mars 1952.
  • 69 Les établissements G. Leroy et les établissements E. et M. Lamoit fils, ibid., procès-verbal de réu (...)
  • 70 À la constitution de la SAB, Eternit apporte 6 800 000 francs courants de matériel et une somme en (...)

37Depuis 1946, la société d’Étude et d’Exploitation Industrielle ou Étex gère le portefeuille d’Eternit et de nombre de ses filiales, ainsi la société anonyme Dalami, la société anonyme Chokier. Or, en mars 1952, Etex prend une participation de 5 000 000 francs courants, un tiers du capital projeté, dans une société d’Afrique du Sud, l’Union and Basic Products, filiale en fait de Schmerder, qui a pour objet l’achat et la vente d’amiante68. Eternit se couvre également en cellulose dont elle relance la consommation en s’associant avec deux firmes69 pour créer à la fin de 1951 la Société Auxiliaire du Bois ou SAB devant exploiter à Vitry-Le-François une usine de déchets de bois et de végétaux70. La cellulose a remplacé l’amiante, mais son prix de revient égale très rapidement celui du minerai à qualité fort inférieure. La société ne tient donc pas dans cette période un des éléments essentiels de son prix de revient.

2. Le lancement de produits à faible taux d’amiante

  • 71 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 30 juillet 1946 et 13 mars 1948.

38Temps de pénurie, temps d’ersatz : il en va ainsi pour tous les producteurs d’amiante-ciment. La fabrication de Norelith est donc poursuivie et accélérée : elle passe de 100 000 à 200 000 m2 /5 par mois en mars 1948, atteignant pour l’année 1 800 000 m2/5 soit 12 % de la production totale. La vente, jusqu’alors réservée au nord de la Loire, est étendue à toute la France. De même, la fourniture de menuiserite est doublée de 1946 à 194871. Dans ces domaines, le marché atteint son point de saturation.

  • 72 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 mars 1948.
  • 73 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 juillet 1948.
  • 74 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 15 janvier 1949.
  • 75 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 14 mai 1949.
  • 76 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 novembre 1952.

39En effet, les produits concurrents comme Isorel et Placoplâtre se vendent à un prix inférieur de 70 % à celui d’Eternit72, d’où un effort commercial et publicitaire. En juillet 1948, une baisse de prix de 10 à 15 % est étudiée sur le Norelith73. La fourniture étant encore insuffisante et la qualité inférieure à la concurrence, Eternit met au point au début 1949 un complexe Norelith-Menuiserite une face qu’elle dénomme le Monorelith74. Ce succédané rencontre un grand succès, d’autant qu’une prime de 10 francs au m2/5 est instituée peu après75, le service commercial étant autorisé à accorder un rabais de 5 % pour les grosses affaires concurrencées. Ces mesures doivent être amplifiées, la publicité est intensifiée : son programme pour 1953 se monte à 35 000 000 francs courants soit 24 % du programme technique et 62 % du budget social du même exercice76. De nouveaux inspecteurs sont recrutés, l’équipe de choc des commerciaux qui avait été abandonnée en 1939 est remise en route.

  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 20 novembre 1950.
  • 79 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 décembre 1957.

40À la mi-1949, l’entrée en service de nouvelles usines d’Isorel et de Placoplâtre rend difficile l’écoulement de la menuiserite. En effet, ces matériaux se vendent encore à la fin de 1949 à des prix inférieurs de 40 % à ceux de la menuiserite77. Même la fabrication de ce succédané, bien qu’en développement, est limitée par la pénurie de cellulose78. En 1952-1954, avec la baisse du prix de cette matière première et une amélioration technique, le prix de la menuiserite est réduit de 40 % ; sa production en 1,50 m de large démarre en 1954 à Paray-Le-Monial. Cette spécialité n’est abandonnée qu’en 1957 car déficitaire, mais la décision d’arrêter la Norelith est abrogée la même année79.

3. Une affaire de bon rapport malgré des profits fragilisés

  • 80 La production de plaques MB ondulées et colorées passe de 500 par jour à 2 000 dans l’été 1953 grâc (...)

41Malgré ces difficultés, la société double pratiquement dès 1946, avec 14 000 000 m2/5, sa production annuelle par rapport aux bonnes années d’avant-guerre (voir graphique III). Ce niveau élevé n’est dépassé que de très peu de 1947 à 1951 où la croissance fait place à la stagnation. Les plaques80 avec plus de 70 % de la fabrication l’emportent de loin sur les tuyaux et les moulages, même si les « autres produits » prennent de l’importance (10 % du total), suivant en cela une tendance amorcée en 1941 (voir graphique IV). L’usine de Paray-Le-Monial est alors bien secondaire : elle fournit en 1951 17,8 % de la production, les établissements de Prouvy-Thiant y participant pour 82 %.

  • 81 Banque de France, agence de Valenciennes, rapport économique mensuel du directeur au gouverneur sur (...)

42La reprise d’activité émerveille les observateurs économiques contemporains. Le rapport économique de la Banque de France, agence de Valenciennes, prévoit qu’« en 1949, le rythme de fabrication de la société Eternit lui permettra un chiffre d’affaires d’environ 2 000 000 francs contre 1 000 000 en 1948 »81. Ces prévisions sont au-dessous de la réalité, le chiffre d’affaires atteignant en 1949 3 000 000 francs courants et 2 000 000 des mêmes francs en 1948 (voir graphique V). Un examen plus attentif montre qu’exprimé en francs constants le chiffre d’affaires de la société a augmenté un peu moins vite que les quantités produites du moins jusqu’en 1948. Il est vrai qu’à cette époque la fabrication de Norelith et de Monorelith tend à diminuer la qualité des produits vendus. En outre, en 1949-1950, le prix unitaire de vente est alors approximativement au niveau d’avant-guerre : 12 nouveaux francs constants 1980 le m2/5 en 1950 contre 12,34 au maximum en 1935 où la société parvient à rassembler un bas prix d’entrée-matière (3 nouveaux francs constants 1980 au m2/5) et un haut prix de vente, d’où un bénéfice en valeur absolue et relative quasiment au maximum pour toute la durée 1925-1950. Le minimum du prix de vente a été atteint en 1925 avec 6,03 nouveaux francs constants 1980. Les années 1949-1950 apparaissent donc comme moyennes sur le plan des tarifs de vente. L’utilisation des ersatz a sans doute donné une mauvaise image de marque au m2/5, ce qui explique au moins partiellement la chute de ces prix à partir de 1944.

  • 82 En 1952 encore, le chiffre d’affaires augmente de 40 % par rapport à 1951, le bénéfice de 12 %, Ete (...)

43Si l’on tient compte des pourcentages d’entrée-matière « dans l’utilisation du produit des ventes », on obtient en 1949 et 1950 comme prix des matières premières (surtout amiante et ciment) 4,39 et 4,76 nouveaux francs constants 1980 au m2/5 d’Eternit. Ceci constitue un des plus hauts prix de revient-matière de l’histoire de l’entreprise. À ceci s’ajoutent des salaires relativement élevés à l’unité : 2,52 nouveaux francs constants 1980 en 1950 contre 1,25 des mêmes francs au maximum en 1939. On relève enfin de lourds frais d’entretien et frais généraux, ce qui n’intervenait pas avant-guerre dans cette usine neuve. Malgré les larges débouchés offerts par la reconstruction et les records de production enregistrés dès 1946, les taux de profit sont en très forte régression : pratiquement, le bénéfice avant amortissement par rapport au chiffre d’affaires n’est plus que de 6,7 % en 1947, 5 % les deux exercices suivants et 6,6 % en 1950 (voir graphique IX)82. La distribution globale retrouve en 1946-1947 les hauts niveaux de 1933-1934 pour se réduire un peu ensuite. Eternit reste, avec un taux de dividende réel de 11 à 22 % de 1945 à 1949, une affaire intéressante, même si la rémunération globale des actions n’atteint qu’à peine la moitié des maxima exceptionnels de 1933-1937.

44Dès 1946, Eternit assure à elle seule 72 % de la production française d’amiante-ciment (voir tableau 4) et pourtant les profits sont loin de connaître cette ascension.

Tableau 4. — Production comparée d’amiante-ciment à Eternit et en France, 1934-1946.

  • 83 En effet, 1 tonne équivaut à 110,16 m2/5.

1934

1938

1946

France

10 245 000 m2/5 soit 93 000 t83

13 131 225 m2/5 soit 119 200 t

19 828 800 m2/5 soit 180 000 t

Eternit

6 451 318 m2/5 soit 62,97 % de la production française

7 843 652 m2/5 soit 59,73 % de la production française

14 278 000 m2/5 soit 72 % de la production française

  • 84 A. Baudant, op. cit.

45Les raisons profondes de cette distorsion sont sans doute multiples. En plus de celles déjà évoquées, on signalera que les brevets concernant la fabrication de l’amiante-ciment sont tombés dans le domaine public depuis 1940-194184. La pénurie mondiale d’amiante est très importante dans l’immédiat après-guerre. La cherté de cette matière première explique elle aussi pour une part la limitation du profit d’autant que, dans tous les domaines d’application de l’amiante-ciment, il existe des produits rivaux et que, en dehors de toute réglementation, le relèvement des prix rencontre un obstacle : la nécessité pour l’amiante-ciment de tarifs avantageux par rapport aux concurrents. Comment est compensée dans cette industrie la majoration des salaires ?

4. Accélérer les cadences

  • 85 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 juillet 1947.

46Eternit se conforme aux arrêtés réglementant les salaires et veille à les aligner sur ceux de la métallurgie environnante tout en accélérant la production. C’est par le biais de primes d’ancienneté et d’assiduité qu’elle rattrape les rémunérations de la métallurgie. La prime de production représente en 1947 5 à 15 % du salaire brut85. En 1954,

  • 86 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 novembre 1954.

« afin de renforcer les liens de collaboration unissant le personnel à la société Eternit et de soutenir l’influence favorable que développent les “anciens de l’usine” pour la productivité et la qualité des produits, le conseil est d’accord pour améliorer de 2 % l’échelle des primes d’ancienneté des ouvriers et des employés »86.

  • 87 Ces chiffres sont obtenus en divisant le total des ventes par l’effectif ouvriers- employés.

47La productivité retrouve ses bons niveaux d’avant 1939 dans l’après-guerre avec 7 900 m2/5 par ouvrier-employé en 1947, 8 700 et 8 800 en 1948 et 195087.

48Lors de la visite de l’usine de Prouvy le 17 décembre 1946, le directeur administratif déclare au journaliste de Nord Matin : « l’entreprise essaimera sans doute en Afrique du Nord, nous sommes au stade des projets ». C’est bien de cette époque que datent les pourparlers vers cet espace.

5. L’apparition hors de l’hexagone

  • 88 Par exemple la boulonnerie.
  • 89 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 juin 1946.
  • 90 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 29 mars 1947.

49Comme dans de nombreuses branches88, l’installation en Afrique du Nord est à l’ordre du jour. Dès janvier 1946, il est prévu de créer au Maroc une société Eternit au capital de 5 000 000 francs courants pour consolider les positions d’avant-guerre et pour lutter commercialement contre la Dimatit marocaine (société Dolbeau). Eternit espère même pouvoir absorber ce concurrent89. La société marocaine est créée le 11 février 1947, 99 % de ses titres sont aux mains de l’Eternit française et de Fibrociment90.

  • 91 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 30 juillet 1946.
  • 92 Dont 20 % au maximum, c’est-à-dire 8 000 000, seront offerts à des groupes financiers algériens.
  • 93 Le troisième étant de 35 000 000 francs courants, ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’admi (...)

50Parallèlement, l’implantation en Algérie est poussée dès juin 194691 « étant donnée la résolution inébranlable du Gouvernement général de provoquer la création d’une usine d’amiante-ciment ». Le capital, fixé en juillet 1947 à 40 000 000 francs courants92, est porté à 65 puis à 90 en juillet 1949, trois emprunts93 étant garantis par le Gouvernement général. Dès la fin 1949, l’usine est prête à fonctionner. Elle est appelée à se développer.

51Tout laisse à penser que la situation du monde du travail s’est améliorée. Les salaires sont relevés. Peut-être est-ce en raison de l’euphorie de la Libération que pas le moindre doute n’est émis sur les risques du travail dans cette industrie.

Conclusion. « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes »

52Pour les journalistes visitant l’usine de Prouvy dans l’immédiat après-guerre, l’admiration est de rigueur. Voici comment Nord Matin décrit l’établissement le 17 novembre 1946 :

« la blancheur reposante est assez inattendue dans l’enceinte d’une entreprise. Le directeur administratif nous renseigne sur la marche des usines : “nous sommes à 120 ou 130 % de la production de 1938 et, n’était le manque de matière première, nous pourrions largement dépasser cette norme. L’amiante, qui nous vient du Canada, de l’Oural et de l’Union sud-africaine, n’arrive qu’en quantités limitées. L’Oural, l’un de nos plus gros producteurs, n’en expédie plus. Le ciment est encore plus difficile à obtenir, les cimenteries françaises sont réduites à une production restreinte par le manque de charbon. Les difficultés que nous rencontrons pour la fabrication, nous les ressentons aussi pour la répartition. Nous sommes débordés tout à fait par la demande. Nous sommes obligés de la répartir selon un ordre qui n’aurait jamais été le nôtre. Actuellement, 1 400 ouvriers et employés sont occupés mais l’entreprise a essaimé depuis 1940 à Paray-Le-Monial. Question : quel est le coefficient d’augmentation de nos prix par rapport à 1939 ? 5 à 6 selon les catégories. Le coefficient est nettement inférieur à celui établi dans la plupart des autres branches du commerce” ».

53La description continue :

« on pénètre dans l’établissement où les machines de fabrication sont alignées parallèlement. Les ouvriers, pour la plupart en sabots, s’activent à leurs tâches. L’un d’eux, armé d’un immense couteau, coupe la pâte molle, lorsque celle-ci, collée au cylindre, a atteint une épaisseur suffisante. Plus loin, d’autres travailleurs font marcher “un gabarit” qui, d’un rythme égal, tranche pour la rendre rectangulaire la feuille qui se place sur une tôle, poussée par un manœuvre, tandis qu’un autre recueille les déchets dans une brouette. Le directeur technique nous explique le mécanisme de la fabrication : sur un plan plus élevé qu’il nous désigne sont amenés, au moyen d’aspirateurs, le ciment et l’amiante ; le mélange, lorsqu’il est fait, arrive dans des tamis où, sans arrêt, coulent des flots liquides. L’eau traverse le tamis et s’écoule tandis que la matière s’amalgame pour être laminée et entraînée ensuite sur des tapis roulants.

De la fabrication proprement dite, il ressort deux choses : procédé simple, personnel réduit. Mais il est une chose à signaler : la propreté du lieu. On ne trouve sur le sol aucune trace de ciment… À Eternit comme ailleurs, le travail des ouvriers est souvent monotone, ce sont toujours les mêmes gestes, qu’il faut répéter mille et mille fois à la manière d’une mécanique bien réglée. Cependant, l’ambiance de l’usine anime les ouvriers par la satisfaction qu’ils ont d’être à leur aise dans un cadre, sinon agréable, du moins satisfaisant ».

54Comme on le voit, les seules insuffisances selon Nord Matin concernent l’approvisionnement. Le travail humain, lui, ne laisse guère à désirer.

Notes

1 Journal de Joseph Cuvelier, doc. cit.

2 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 mai 1940.

3 Journal de Joseph Cuvelier, doc. cit.

4 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 29 août 1940.

5 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 septembre 1940.

6 Ibid.

7 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 août 1941. Cette installation à l’origine devrait fournir 6 000 tonnes dans un mois et passer à 15 000 dans un an.

8 Ibid., procès-verbaux de réunion du conseil d’administration du 31 décembre 1940 et du 16 janvier 1941.

9 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 mars 1941.

10 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 juillet 1941.

11 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 novembre 1941.

12 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 avril 1942.

13 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 juin 1942.

14 Abréviations de Société Minière de l’Amiante.

15 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 août 1942. La société française retire de l’opération 4 000 000 francs courants.

16 Ceci après l’arrestation de Mussolini par les Italiens opposés à la poursuite de la guerre. L’armée italienne présente en Corse n’oppose qu’une faible résistance aux forces de libération.

17 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 août 1943.

18 Ibid., rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 13 mars 1948 sur l’exercice 1947.

19 Eternit, statistiques mensuelles et annuelles de consommation de matières premières par m2/5, 1922-1944, archives privées de la firme.

20 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 février 1942.

21 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 avril 1942.

22 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 août 1942.

23 Ibid.

24 À Fedhala.

25 L’admission d’actionnaires marocains ou étrangers est ajournée jusqu’à la décision définitive de construction d’une usine.

26 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 février 1943.

27 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 15 décembre 1941.

28 « D’après les renseignements fournis par le répartiteur », ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 juin 1942. Voir également supra.

29 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 octobre 1942.

30 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 novembre 1942.

31 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 janvier 1943.

32 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 novembre 1940.

33 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 janvier 1941.

34 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 août 1941.

35 . Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 novembre 1941.

36 Le montage de deux nouvelles lessiveuses est prévu en janvier 1942 chez De Naeyer, ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 15 décembre 1941.

37 Eternit, statistiques annuelles de consommation par m2/5 d’amiante-ciment, années 1938 et 1943, archives privées de la firme.

38 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 août 1943.

39 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 février 1943.

40 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 octobre 1942.

41 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 janvier 1941.

42 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 18 mai 1943. Les frais d’installation à Vitry s’élèveront à 350 000 francs courants pour une production de 350 000 m2/5 par an.

43 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 janvier 1941 : « les plaques planes et ondulées pourront continuer à être livrées en produits de remplacement ».

44 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 janvier 1943.

45 Elles s’élèvent en juin 1942 à 100 000 francs courants au sujet des plaques Élith-ex livrées au début de 1941, ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 juin 1942.

46 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 octobre 1942.

47 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 mai 1941.

48 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 juin 1942.

49 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 février 1943.

50 « La majoration de 97 % autorisée sur nos prix de 1939 vient d’être portée à 125 % à partir du 5 janvier 1945 », ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 23 janvier 1945.

51 Soit 8 954 000 m2/5.

52 Année moins bonne que 1939.

53 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 août 1942.

54 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 18 mai 1943.

55 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 6 juillet 1943.

56 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 octobre 1943.

57 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 23 mai 1944.

58 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 8 février 1944.

59 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration des 8 février et 21 mars 1944.

60 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 octobre 1946.

61 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 30 janvier 1946.

62 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 30 juillet 1946.

63 La SMA a alors un capital de 297 000 000 francs courants, ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 14 août 1948.

64 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 mars 1951.

65 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 18 janvier 1949.

66 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 21 mai 1951.

67 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 22 mai et 20 novembre 1950. En 1950, la quantité globale d’amiante pour Eternit et Fibrociment porte sur 20 000 tonnes.

68 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 mars 1952.

69 Les établissements G. Leroy et les établissements E. et M. Lamoit fils, ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 mars 1951.

70 À la constitution de la SAB, Eternit apporte 6 800 000 francs courants de matériel et une somme en espèces de 3 160 000 francs courants correspondant à une participation de 10 000 000 francs représentant le tiers du capital, ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 novembre 1951.

71 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 30 juillet 1946 et 13 mars 1948.

72 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 mars 1948.

73 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 juillet 1948.

74 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 15 janvier 1949.

75 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 14 mai 1949.

76 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 novembre 1952.

77 Ibid.

78 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 20 novembre 1950.

79 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 décembre 1957.

80 La production de plaques MB ondulées et colorées passe de 500 par jour à 2 000 dans l’été 1953 grâce à un crédit de 40 000 000 francs courants, Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 29 mai 1953.

81 Banque de France, agence de Valenciennes, rapport économique mensuel du directeur au gouverneur sur le mois de février 1949 en date du 9 mars 1949, archives de la Banque de France.

82 En 1952 encore, le chiffre d’affaires augmente de 40 % par rapport à 1951, le bénéfice de 12 %, Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 mars 1953.

83 En effet, 1 tonne équivaut à 110,16 m2/5.

84 A. Baudant, op. cit.

85 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 juillet 1947.

86 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 novembre 1954.

87 Ces chiffres sont obtenus en divisant le total des ventes par l’effectif ouvriers- employés.

88 Par exemple la boulonnerie.

89 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 juin 1946.

90 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 29 mars 1947.

91 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 30 juillet 1946.

92 Dont 20 % au maximum, c’est-à-dire 8 000 000, seront offerts à des groupes financiers algériens.

93 Le troisième étant de 35 000 000 francs courants, ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 juillet 1949.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search