Version classiqueVersion mobile

Eternit et l’amiante 1922-2000

 | 
Odette Hardy-Hémery

Chapitre IV. Marché et rentabilité dans l’entre-deux-guerres

Texte intégral

Introduction. Penser le futur

1Si l’on cherche une entreprise ayant connu une croissance impétueuse depuis ses débuts, de 1922 à 1927, Eternit est l’exemple parfait, occupant même une place de vedette. Produit nouveau implanté dans un territoire où les besoins étaient immenses, l’Eternit a réussi une remarquable percée. À partir de ces données, la société organise son développement à venir. L’habileté des managers à promouvoir un matériau inédit, de qualité peut-être discutable par rapport aux fabrications traditionnelles, a joué un grand rôle ; elle a parfois procédé de ce qu’on appelle aujourd’hui le marketing.

I. Un produit neuf doit inventer son marché

1. Une stratégie commerciale agressive

2La destinée de l’industrie de l’amiante-ciment est exemplaire dans la mesure où, en application de la plus pure théorie économique libérale, ce produit neuf a dû inventer son marché. Dans cet objectif, Joseph Cuvelier et son équipe prospectent toutes les possibilités. La question de la formation et de l’entretien d’une clientèle, de son élargissement sont au cœur de leurs préoccupations. Tous les efforts sont faits pour varier et multiplier les usages de l’Eternit. Les méthodes commerciales de la firme, précocement mises au point, s’appuient sur des campagnes de publicité, un dense réseau d’agents, une présence assidue sur les lieux de valorisation des produits et de confrontation avec les concurrents, sur des publications et un bureau commercial.

Une publicité pionnière

3Joseph Cuvelier est un véritable précurseur en matière de marketing. En l’espace de quatre ans, de 1923 à 1926, la société quintuple sa production (voir graphique II). Pour écouler de telles quantités, l’entreprise lance de grandes campagnes de publicité, d’un coût annuel de 5 000 à 600 000 francs courants, correspondant à 3 % du chiffre d’affaires des quatre premiers exercices. Le principe en est adopté lors de la réunion du conseil d’administration du 8 novembre 1924 :

« cette démarche a pour objet d’aider à trouver les débouchés des 3 000 000 de m2/5 supplémentaires à produire en 1925 et se résume ainsi :

- création d’un bureau de publicité

32 400 francs courants

- dépenses de ce bureau

2 600 francs courants

- journée du concessionnaire

105 000 francs courants

- plaques du concessionnaire

10 000 francs courants

- revue Eternit

24 000 francs courants

- foires commerciales

65 000 francs courants

- journaux professionnels

50 000 francs courants

- quotidiens

211 000 francs courants

Total

500 000 francs courants ».

  • 1 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 7 août 1926.
  • 2 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 octobre 1930.

4Un budget de publicité du même montant est prévu en 1926, soit le quart des travaux neufs programmés pour cet exercice dans l’usine de Prouvy1. En 1931, le montant passe pour Eternit Prouvy à 800 000 francs courants, il est de 300 000 pour la filiale de Fibrociment et de 180 000 pour celle d’Ouralithe, soit un total de 1 280 000 des mêmes francs. « Chaque société, décide le conseil, utilisera au moins 8 % de son budget pour le développement de la vente de ses spécialités »2. En 1932, le conseil d’administration enquête sur l’importance des frais de vente de la société du Fibrociment et des Revêtements Élo, 10 francs courants par m2/5 :

  • 3 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 juin 1932.

« ils pourraient être réduits à condition de réduire la prospection. Le conseil est d’avis de continuer cette prospection et de l’étendre dans les administrations de l’État qui ont un gros programme de construction à l’étude »3.

  • 4 Avec celui de la société du Fibrociment, il atteint 1 700 000 francs courants.
  • 5 Eternit, procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 7 novembre et 24 décembre 1932.

5En 1933, en pleine crise, outre son propre budget de publicité d’un montant de 900 000 francs courants4, la direction vote un crédit supplémentaire de 60 000 francs pour la création d’un concours mensuel doté de 5 000 francs courants de prix par mois5. À partir de 1935, le même budget d’Eternit est arrêté à un peu plus d’un million de francs courants et celui de l’usine de Poissy à 300 000 francs.

La politique de la communication : foires, expositions, documentation professionnelle et technique

6Le budget publicité couvre les frais de participation aux expositions internationales et aux foires annuelles, lieux privilégiés de prestige et de communication. Eternit présente un pavillon de l’amiante-ciment à l’exposition de Barcelone en 1927 et un stand à la foire de Paris en 1934. Le journal de l’exposition écrit à ce sujet :

  • 6 Exposition « Eternit-Industries. Évolution économique, technique et sociale » présentée au Musée Th (...)

« le stand n’a subi que de légères transformations sur celui de l’an dernier. Il souligne l’intérêt de l’emploi de l’amiante-ciment sous toutes ses formes pour l’édification de constructions légères et mobiles donnant toutefois l’apparence de constructions définitives. Eternit, cette année encore, nous présente des fabrications nouvelles. La vedette de l’année est l’ardoise N.C. puis c’est la gaine carrée »6.

7La société publie ensuite des livres avec gravures sur les pavillons proposés au public.

8Les foires sont l’occasion de promouvoir les produits. L’ardoise Eternit est ainsi décrite à la foire de Paris :

« elle présente un ensemble de qualités tel qu’aucun autre produit n’a pu le réaliser jusqu’aujourd’hui. Les ardoises Eternit sont inaltérables, leur composition et la haute compression à laquelle elles ont été soumises leur assurent une durée indéfinie. À l’inverse de beaucoup de matériaux, la résistance de l’Eternit augmente avec le temps. Les ardoises Eternit, très résistantes malgré leur faible épaisseur, sont légères. Cette qualité permet de réduire les frais d’établissement de la charpente. Leur faible poids diminue la fatigue des ouvriers et réduit le temps consacré à la montée des matériaux ».

  • 7 Brochures sur les toitures Eternit, Centre des Archives du Monde du Travail abrégé en CAMT, 65AQ S (...)
  • 8 Notice sur les tuyaux et gaines Eternit en ciment armé d’amiante pour canalisations sous pression, (...)

9Le budget publicité qui ne cesse de s’élever alimente des publications ciblées et très illustrées. En 1931, une plaquette est éditée lors du dixième anniversaire de la création de la firme et présentée à l’occasion d’une réunion de concessionnaires à Prouvy. Dans les années 1930, un ouvrage de luxe conçu par Draeger évoque les différentes formes et applications du matériau Eternit. Des notices de pose paraissent dès 1935. De même, la société publie deux recueils historiques, l’un des documentations de pose couvrant les années 1935 à 1953, l’autre des documentations commerciales de 1928 à 1950. En outre sont publiées des brochures sur les toitures en ardoises N.C.7, sur les tuyaux et gaines Eternit pour canalisations sous pression8 ou autres. Les premières précisent le format en relation avec la pente du toit et les conditions climatiques, le budget, le style et l’esthétique, le mode de fixation, les coloris et les assortiments possibles avec les revêtements muraux. Les secondes exposent toutes les caractéristiques des tuyaux série bâtiment, série assainissement et ventilation, les spécificités des gaines et accessoires ; deux autres chapitres se rapportent à la pose de tuyaux, puis aux prescriptions d’emploi, aux schémas de conduite, à la pose de colliers, joints, tampons et raccords, à des conseils pour la peinture. Ces notices sont de véritables modes d’emploi dont les plans et la minutieuse précision permettent la mise en œuvre par les utilisateurs. Les produits peuvent être ainsi largement diffusés auprès des particuliers. Enfin, ces initiatives se complètent par la publication d’une documentation technique régulière : la revue Amiante-ciment est éditée depuis le début de 1930 et exploite systématiquement les bonnes références.

Le réseau d’agents

10La vente des produits Eternit s’appuie sur un très important réseau d’agents au nombre de 1 500 en 1939, 1 568 en 1945 et 1 638 en 1947. Dès l’origine, la société crée un corps d’inspecteurs commerciaux qu’elle rémunère. Ces inspecteurs recrutent les concessionnaires, puis les visitent régulièrement, leur font acheter les produits, leur proposent des idées de développement et d’utilisation. Pour leur embauche, les inspecteurs vont voir les marchands de matériaux qui, s’ils adoptent le fibrociment ou l’éverite, ne peuvent représenter une autre marque. Le concessionnaire a un rayon géographique ne dépassant pas quelques cantons, parfois moins, pour diffuser les produits au maximum. L’amiante-ciment est à l’époque l’un des matériaux les plus rémunérateurs pour les intermédiaires.

  • 9 Ainsi, lorsqu’Eternit met au point les maisons en préfabriqué, les montants sont en bois mais la so (...)

11La firme choie les concessionnaires, organisant chaque année des trains spéciaux amenant les meilleurs de ses représentants à l’usine. Elle motive et aide ses agents commerciaux à participer aux foires-expositions régionales, elle les réunit annuellement et, pour leur permettre d’accompagner la vente technique au niveau du terrain, elle conçoit pour leurs fils des séminaires de formation. La collaboration avec les représentants va jusqu’à la mise au point des produits : de nombreuses visites d’usine leur permettent de se familiariser avec les matériaux. Par exemple, un concessionnaire de chez Wagner met au point la fixation des ondulés et les systèmes de fixation sur charpentes métalliques. L’objectif du service commercial est de travailler avec les fabricants auxquels il livre les matériaux et qui, eux, procèdent à la mise en œuvre9.

  • 10 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 28 juin 1927.
  • 11 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 8 décembre 1934.

12La société attribue des primes à la vente. Ainsi, en juin 1927, elle décide d’une prime de fin d’année à accorder aux concessionnaires. Cette somme est constituée de quatre lots, respectivement de 25 000, 15 000, 10 000 et 5 000 francs courants : « ces lots seront payés lors de la Foire de Paris à ceux de nos concessionnaires qui auront vendu le plus d’Eternit par tête d’habitant »10. En 1934 est créée une équipe de super vendeurs11.

13Au-delà de la vente par les concessionnaires, Eternit cherche à atteindre les auteurs de projets : architectes, bureaux d’études et entreprises. Bénéficiant des relations établies avec des architectes internationaux dans le cadre de la revue Amiante-ciment, l’entreprise met sur pied des voyages d’études spécialisés destinés à montrer à des architectes français les réalisations Eternit de leurs confrères étrangers : des séjours sont organisés à Berlin et en Suisse.

Le bureau commercial

  • 12 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 janvier 1925.

14Outre le bureau de publicité de Paris dont bénéficie l’Eternit belge en participant aux frais pour 50 %12, l’entreprise remplace en 1935 la concession dans la région parisienne par la création d’un bureau commercial couvrant la Seine, la Seine et Oise et la Seine et Marne afin d’accroître le rendement des ventes dans cette zone.

  • 13 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 23 mars 1935.

« Le bureau commercial aura comme fonction 1) l’inspection des concessionnaires des trois départements en vue d’augmenter leur rendement ; 2) la prospection de la clientèle de Paris, Architectes, Entreprises, Industrie, Affaires d’exportation, Administrations. Les concessionnaires locaux de cette région bénéficieront d’une remise de 34 % au lieu de 33 % actuellement. Le bureau commercial de Paris sera doté de la différence entre 34 % et la remise de 38 % dont bénéficiait le concessionnaire précédemment désigné. L’organisation sera équilibrée 1) en vue d’une augmentation du rendement de cette région, 2) de manière que cette différence de remise de 4 % suffise pour couvrir les frais de ce bureau »13.

15Cet activisme dans la capture de la clientèle se double d’un jeu sur les prix.

2. Dumping et mise au point de produits inédits

Jouer sur les prix

16Eternit n’hésite pas à diminuer ses tarifs en cas de nécessité. Ainsi, lors de la mévente de 1927,

  • 14 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 octobre 1927.

« le conseil estime qu’il est préférable, plutôt que d’arrêter une machine, de pousser la vente, quitte à diminuer le prix. Il autorise une baisse de 2 % et conseille, pour les affaires importantes, de faire le sacrifice nécessaire pour les enlever »14.

17De même, lors de l’entrée en production de l’usine tuyaux en 1929,

  • 15 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 6 juillet 1929.

« le conseil demande que l’on développe par tous les moyens la vente de cet article afin d’ouvrir le marché. Les prix de vente devront être réduits au maximum »15.

  • 16 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 juin 1932.

18En 1931, le même conseil décide une baisse des prix de vente de 5 % sur les plaques ondulées et, six mois plus tard, applique une nouvelle réduction moyenne de 7 % sur les prix de vente. La diminution du tarif des tuyaux est portée de 10 à 15 % en juin 193216.

19Les efforts doivent être constants pour commercialiser le nouveau matériau qu’est l’Eternit car il se place en concurrence avec les produits traditionnels tels que l’ardoise ou les tuiles. En 1934,

  • 17 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 mars 1934.

« le conseil d’administration propose une série de mesures pour réagir contre la concurrence de la tuile, de l’ardoise, du galvanisé et du grès… Le conseil est d’accord pour l’application de conditions spéciales en bordure de frontières, aux charpentiers métalliques et également pour le lancement des ardoises N.C. »17.

20Pour le tarif de 1936, une remise d’environ 4 à 5 % est consentie :

  • 18 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 7 septembre 1935.

« l’administrateur-délégué Joseph Cuvelier considère que, dans les circonstances actuelles, un effort de prix est nécessaire si nous voulons maintenir notre tonnage en 1936 »18.

21Les baisses antérieures de prix se récapitulent ainsi :

Tableau 2. — Baisses de prix consenties sur les différents produits Eternit en francs courants, 1931-1935.

Tableau 2. — Baisses de prix consenties sur les différents produits Eternit en francs courants, 1931-1935.
  • 19 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 septembre 1936.
  • 20 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 décembre 1936.

22Si, une baisse de 3,5 à 4 % en moyenne est initialement prévue pour 1936 à répartir principalement sur les articles de grandes séries, la société inverse cette politique à la suite des événements de cet exercice. L’incidence des hausses de salaires est de 35,50 francs courants sur le prix de revient de la division plaques, de 36,5 sur la division tuyaux et de 38,75 sur la division moulages19. Ces hausses sont répercutées sur les prix de vente dès la fin de 1936 : les relèvements à la vente sont de 14 % pour la division ardoises, de 11 % pour la division tuyaux et de 15 % pour la division moulages20. Une action prudente et progressive est prévue à partir de 1938 pour le redressement des prix de vente et l’abaissement des prix de revient.

23Les archives privées de l’entreprise livrent le prix moyen au m2 /5 de tous les produits vendus par l’Eternit française de 1928 à 1947. Ramenés en nouveaux francs constants 1980, ils restent pratiquement toujours compris entre 6 et 13 francs (voir graphique XIV). Les prix ont été un élément assez artificiel de la prospérité de la firme. En 1928-1929, la société prend le contrôle de deux de ses trois principaux concurrents : la société Ouralithe dont l’usine se localise dans la région de Toulouse et la société Fibrociment avec son usine de la région parisienne. Il ne reste plus alors qu’un seul rival français, la société Éverite. L’existence de ce dernier producteur indépendant explique sans doute qu’en 1932, le prix de vente du m2/5 à Eternit baisse sensiblement (voir graphique XIV).

  • 21 Ces deux usines sont dans la mouvance de Pont-à-Mousson.

24L’indépendance de l’Éverite ne dure que jusqu’au 9 février 1933 où cette société est contrôlée par Pont-à-Mousson. L’accord tuyaux de 1933 avec l’ensemble Éverite-Économit21 a comme corollaire une définition des quanta remplaçant le duopole Pont-à-Mousson-Eternit par un authentique monopole. Cet événement a un effet bénéfique au niveau des prix puisque, en nouveaux francs constants 1980, le prix de vente passe de 9,50 francs à 12,34 au m2/5 entre 1932 et 1935 où il culmine (voir graphique XIV). Ce monopole tire moins fortement parti de l’inflation qui suit les événements de 1936 et le prix de vente du m2/5 en nouveaux francs constants 1980 à Eternit retrouve en 1939 des niveaux comparables à ceux obtenus avant le début de la formation du monopole, c’est-à-dire en 1928. La réglementation limitant les prix de vente a eu ici un effet certain. La politique d’entente avec Pont-à-Mousson qu’a finalement choisie Eternit a été fructueuse dans ce domaine, entraînant par la même occasion l’apparition d’importants profits qui vont servir d’arme pour l’avenir.

Nouvelles spécialités, nouvelles applications : la diversification jointe à l’ingéniosité

25Les ventes se développant, la production suit. La société Eternit crée dans les années 1960 un service des applications de matériau mais la démarche existe dès l’origine de l’entreprise : trouver de nouveaux produits pour de nouveaux marchés. L’ardoise Eternit est la première forme du matériau créé par Hatschek. C’est également la première production de Prouvy. Le modèle losange remporte un succès rapide du fait de son esthétique particulière et de son économie. En effet, les ardoises sont normalement rectangulaires mais celles en losange sont plus économiques. Avec les premières, il se produit une perte au niveau surface couverte : on a un double recouvrement tandis que les losanges donnent lieu à un recouvrement simple, plus faible, qui permet de réaliser un toit moins coûteux.

  • 22 Eternit, procès-verbal de réunion de conseil d’administration du 31 mai 1935.
  • 23 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 8 décembre 1934.
  • 24 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 février 1935.

26Très rapidement naît le besoin de coloration, la teinte naturelle grise ne s’adaptant pas à tous les sites. À la coloration dans la masse (le rose masse remporte un succès durable dans le sud-ouest) succède en 1934 celle N.C. uniforme ou flammée La revue Amiante-ciment de 1934 assure le lancement de cette teinte N.C. Les ardoises losange gris-clair sont posées en montagne et en bordure de mer. En 1935, la vente des ardoises N.C. se développant, l’installation les produisant est triplée, un crédit de 700 000 francs courants étant affecté à ce travail22. De même, les plaques planes standard lancées à l’origine se prêtent à des idées très diverses d’application : en 1931 est créé un produit nouveau, la menuiserite, renforcée de 12 % de cellulose, puis apparaît la super menuiserite comprimée. Ces produits, plus faciles à découper, sont surtout utilisés en cloisons ou en plafonds. La société songe dès la fin de 1934 à créer une filiale réservée à la fourniture de certaines spécialités pour la décoration intérieure des immeubles, toujours en vue de « développer les débouchés des usines par ces emplois nouveaux »23. Le projet est reporté mais l’idée des nouveaux débouchés est loin d’être abandonnée. Toujours en 1935, le conseil d’administration décide de s’engager dans deux nouvelles spécialités : les éléments de cloison et les plaquettes de revêtement avec le minimum de frais et pour une livraison annuelle de 30 000 à 50 000 m2/5. Cette fabrication semi-industrielle se fera dans l’usine de Poissy, « le secret de l’émulsif étant acheté sur la base de 50 000 francs »24. On invente des systèmes de fixation dont on expose le principe dans les brochures publicitaires : schémas de pose de plaques avec les accessoires nécessaires, plaques pour agencement de magasin, panneaux en plafonds.

  • 25 Voir les photos parues dans la revue Amiante-ciment de juillet 1933, janvier 1934 et octobre 1936.
  • 26 Eternit, procès-verbal de réunion du 24 décembre 1932. Lorsqu’en 1937 la caoutchouterie de Thiant c (...)
  • 27 Ibid., rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires sur l’ (...)

27La recherche sur les produits nouveaux est incessante. De même que les plaques planes, les plaques ondulées sont diversifiées : leurs versions « petites ondes » et « grandes ondes » sont destinées à la couverture de bâtiments industriels et agricoles et même de maisons individuelles dès 193325. En 1932, Eternit s’est lancée, par un accord avec la Compagnie Française du caoutchouc dont l’usine est installée à Thiant, dans la fabrication et la vente de carreaux en Eternit caoutchouc26. Déjà, la construction de l’usine tuyaux achevée en 1930 montre que la firme entend ne pas laisser stagner ses ventes. Les principales applications des tuyaux sont les canalisations sanitaires, les descentes d’eaux pluviales, les conduites de fumées et de ventilation, les vide-ordures et par la suite les balises routières. La société a de plus en cette même année 1930 accru ses possibilités de production d’ardoises de 30 %27. La crise va cependant faire reculer sensiblement sa production et ses effectifs au moins jusqu’en 1932 (voir graphiques II et XVI).

3. La production et l’emploi : une prime de moindre atteinte pour les mieux organisés

  • 28 F. Simiand, Les fluctuations économiques à longue période et la crise mondiale, Librairie F. Alcan, (...)

28De 1927 à 1939, l’appareil productif n’est pas employé à sa pleine capacité. L’événement fondamental de la période est la grande dépression, même si, pour reprendre une expression de François Simiand, en phase B, il existe « une prime de moindre atteinte ou de meilleure et plus proche échappée pour les plus actifs, les plus organisés, les mieux outillés, les plus rénovés, les plus rationalisés »28. Eternit semble bien appartenir à ce monde.

  • 29 Tous les produits, quelles que soient leurs formes et leurs dimensions, sont ramenés en m2 et 5 mm (...)

29La toute nouvelle production de tuyaux démarrée en 1928 ne prend de l’importance qu’en 1931 avec 7,14 % de la production totale (voir graphique IV). La production est fournie par la firme en m2/529. Cette façon de faire, qui permet de totaliser des productions différentes, ne représente sans doute pas entièrement la réalité. En effet, les tuyaux sont vendus au m2/5 beaucoup plus chers que les plaques. Certains pourraient rétorquer qu’il se forme là une plus-value extra sur un nouveau produit. Sans vouloir faire la part des choses, il est certain qu’intervient aussi un produit technologiquement plus évolué.

30La production totale atteint son maximum en 1930 (voir graphique III).

  • 30 Eternit, fascicules des situations mensuelles de productions, expéditions, consommations, jours ouv (...)
  • 31 À Eternit, le nombre de jours ouvrés passe de 26 en septembre-octobre 1930 à 22 à partir de novembr (...)

31L’année 1932 marque pour Eternit le fond de la crise. Celle-ci avait d’ailleurs commencé en novembre 193030, ne se traduisant par un débauchage de 180 ouvriers qu’entre octobre 1931 et février 1932. Mais toute l’année 1931 est marquée par du chômage partiel à Eternit, l’horaire ayant été réduit aux alentours de 40 heures par semaine depuis octobre 193031. Toute l’année 1932, le nombre de jours ouvrés baisse encore, n’étant plus en moyenne par mois que de 20,75. Mais, dans ces années 1931-1932, la production de tuyaux augmente très sensiblement (voir graphique IV). Le premier grand chantier de tuyaux pression est traité avec la société des Eaux du Nord pour la ville de Saint-Amand-les-Eaux (30 km). Dès l’année 1933, le nombre de jours ouvrés se relève légèrement à une moyenne de 21,3 par mois. Mais le redressement de la production est beaucoup plus net : celle-ci a augmenté de 10 % entre 1932 et 1933 (voir graphique III). En 1934, deux mouvements contradictoires se font jour : l’effectif régresse mais le nombre de jours ouvrés augmente à 22 jours. La production reste à peu près la même qu’en 1933 en m2/5, mais les tuyaux et moulages prennent de plus en plus d’importance avec 15,13 % de la production totale d’Eternit (voir graphique IV).

  • 32 Eternit, situations mensuelles des productions, expéditions et consommations de 1930, archives priv (...)

32Dès 1935, la société semble retrouver ses rythmes de croissance d’avant la crise : son personnel augmente, gagnant 100 ouvriers-employés sur 1934, et le nombre de jours travaillés se maintient. Aussitôt après les événements de juin 1936, le mouvement de reprise s’accentue et, dès le mois de décembre 1936, tous les records de production antérieurs sont battus avec 961 000 m2/5 (voir graphiques III et IV), le record antérieur de production étant en effet de 915 000 m2/5 en octobre 193032. De plus, on tiendra compte du fait que les produits à haute valeur ajoutée que sont les tuyaux et moulages fabriqués en ce même mois de décembre dépassent, en surface équivalente, la quantité produite pendant toute l’année 1930. Corrélativement, la société embauche : l’effectif qui était de 800 ouvriers et employés en 1930 atteint 1 234 au 31 janvier 1937 à Prouvy.

33En 1937, l’activité va se maintenir à un très haut niveau (voir graphique III). Cependant, dès le mois de juin 1938, des signes d’essoufflement apparaissent. Les produits les plus anciennement créés, à savoir ardoises et plaques, reculent alors sensiblement. Ce recul est beaucoup plus important dans les produits plats (plaques planes et ardoises) que dans les produits ondulés (ondulés petit format et grand format). Par contre, la production de tuyaux notamment se maintient en 1938 très proche des maxima précédemment enregistrés (voir graphique IV). La préparation de la guerre ne touche que très modérément cette société. Néanmoins, les produits ondulés ont pu servir dans certains cas pour des surfaces couvertes pour les hangars militaires. L’effectif se réduit quelque peu en 1938 et 1939, même si pour cette année 1939 la firme retrouve à très peu de chose près la production record de 1937 (voir graphique III).

4. Les ventes : la primauté du marché intérieur

  • 33 Ibid., productions, expéditions et consommations mensuelles, 1928-1938, archives privées de la firm (...)

34C’est essentiellement vers l’intérieur que, dans l’entre-deux-guerres, la vente s’organise, ceci pour deux raisons : l’amiante-ciment est un produit bon marché qui supporte donc difficilement les frais de transport. D’autre part, la société Eternit est une multinationale avant la lettre. Avec sa technique d’origine autrichienne, elle a essaimé partout dans le monde. En témoigne l’existence des sociétés Eternit de Belgique, de Suisse, d’Italie, d’Espagne et d’Autriche. L’Eternit française possède dès avant la deuxième guerre mondiale une importante participation dans la Compagnie industrielle et commerciale Eternit Argentine. La constitution de ces sociétés à l’étranger, par un effet de choc en retour, leur laisse souvent un rayon d’action qui restreint d’autant les possibilités d’exportations des sociétés-mères. La vente dans l’hexagone est en outre soutenue par un puissant réseau d’agents. Il est significatif que le ratio production exportée / livraisons totales baisse assez régulièrement. Il passe de 23,4 % en 1926 à 5,6 % en 1935. Il remonte un peu cependant en 1937-1938. Je connais la direction exacte des exportations d’Eternit de 1928 à 193133. En fait, Eternit regroupe ses livraisons hors de France en trois grandes catégories : colonies et protectorats, Angleterre, étranger. Même avant la crise, la part de l’étranger proprement dit, c’est-à-dire Angleterre-étranger, tend à se réduire et, en 1931, les livraisons à l’étranger ne représentent plus que 510 000 m2/5 sur 6 135 000 m2/5 vendus au total en clientèle ; 368 000 m2/5 vont aux colonies lors de cette année, le seul client important à l’étranger étant l’Angleterre avec 60 000 m2/5. Mais, en général, la société ne distingue pas dans ses statistiques entre étranger et colonies. Lors de l’année 1937, des marchés importants s’amorcent avec l’Algérie.

35Eternit a pu traverser la crise des années 1930 sans trop de problème. Le matériau vendu n’avait pas encore atteint la totalité de son marché potentiel. Petit à petit, les produits en Eternit ont remplacé ceux plus traditionnels pour la couverture : la tuile et l’ardoise. Autre exemple dans le domaine du tuyau : la concurrence de l’Eternit s’exerce aussi bien au détriment du tuyau de fonte que d’acier.

36Comment à travers les documents comptables rechercher les grandes pulsations de l’activité d’une entreprise et les comparer dans la longue durée ?

II. Pour une approche du réel au travers d’une comptabilité d’entreprise

  • 34 J. Bouvier, F. Furet, M. Gillet, Le mouvement du profit en France au xixe siècle, Matériaux et Étud (...)

37Bien des historiens économistes, notamment Jean Bouvier, François Furet et Marcel Gillet34, ont montré les difficultés d’une quête historique à partir des documents comptables établis par les entreprises et qui sont parfois les seuls accessibles : les bilans, les comptes de profits et pertes. Il n’existe pas de source pure : tout ce dont dispose l’historien a été rédigé dans un but de justification. Le bilan n’échappe pas à cette règle : écrit pour se justifier parfois aux yeux des actionnaires ou parfois envers l’administration des finances, il ne reflète qu’imparfaitement la réalité et doit être interprété compte tenu de ces restrictions. Le décryptage de sa constitution, toujours incertain, toujours difficile, peut être tenté à l’aide des pièces annexes, des comptes d’exploitation, des livres de comptabilité, des documents de l’Enregistrement, des dossiers de l’entreprise aux bourses de Paris et de Lille selon le lieu de sa cotation. L’étude critique des bilans s’impose pour toute période et spécialement pour l’entre-deux-guerres, temps d’inflation.

38J’ai disposé à Eternit des pièces de la comptabilité générale : bilans, comptes de profits et pertes, comptes d’exploitation, dossiers de l’Enregistrement et des bourses parisienne et lilloise.

39À Eternit, le compte de profits et pertes dégage au crédit le report à nouveau de l’exercice précédent, le bénéfice brut de l’exercice, les intérêts sur titres. Au débit, il mentionne les frais de publicité, d’amortissement, d’augmentation de capital quand il y a lieu, les dépenses en recherche d’amiante, la redevance à la SAIAC, les provisions diverses (pour mauvaises créances ou pour garantie décennale). Le solde bénéficiaire dégagé par différence du crédit et du débit est soumis à répartition. Mais un grand intérêt s’attache au compte d’exploitation qui fournit, pour chaque exercice, le compte Eternit comportant le montant des ventes net de l’exercice, le prix de revient de l’Eternit vendu et, par différence de ces deux données, le bénéfice brut auquel viennent s’ajouter le bénéfice brut sur ventes de matériaux accessoires et celui sur emballage. C’est la totalisation de ces trois volets du bénéfice qui est reportée au crédit du compte de profits et pertes.

40Les approximations auxquelles on se heurte dans l’étude des bilans d’Eternit comme autres entreprises sont à la fois question de structure et de conjoncture.

1. Les imprécisions structurelles

41À Eternit, grâce au compte d’exploitation disponible sur la longue durée, j’ai pu approcher le bénéfice brut. Mais l’absence de normalisation comptable, cette dernière étant seulement généralisée en France en 1944, entraîne une grande irrégularité dans la politique d’amortissement : une même société n’amortit pas à un rythme égal d’un exercice à l’autre. Concluons sur un trait assez fréquent : la pratique d’amortissements importants en cas de bénéfice élevé, et, au contraire, leur suppression pour ne pas avouer une perte.

  • 35 Des travaux neufs prélevés sur le bénéfice sont passés en frais d’entretien et en frais généraux et (...)
  • 36 Dossier Eternit, CAMT, 184AQ165.

42Autre difficulté de taille : l’inexactitude de certains postes du bilan, volontairement ou non faussés. L’exemple le plus classique est la sous-évaluation des immobilisations, renforcée par l’exagération des amortissements. On peut aussi supposer une part d’inconnu du type camouflage des investissements par la technique comptable35. L’investissement augmente le capital fixe mais s’accompagne de la perte de valeur du reste de l’outillage par obsolescence. On pourrait prolonger cet examen critique des postes du bilan. « L’opinion économique et financière » du 13 février 196436 estime que l’évaluation des participations reprise au bilan d’Eternit de 1963 est très modique par rapport à leur valeur réelle.

43Après 1922 joue sur la comptabilité d’Eternit le double impact de l’inflation et de la réévaluation des bilans par l’ordonnance du 15 août 1945 et les décrets de février 1946.

2. Les modifications conjoncturelles

44Le mouvement des prix dans la période s’écoulant de 1919 aux années 1960 se caractérise par une énorme variation de l’inflation. L’indice des prix de gros base 100 = 1914 passe par un premier maximum en 1920, retombe en 1922, remonte à 688 en 1926. Son mouvement est négligeable de 1926 à 1929. L’indice baisse de nouveau pour atteindre 333 en 1935, s’élève après 1936 et s’accélère brutalement dans l’après-guerre pour culminer à 12 282 en 1950. Jamais la France industrielle n’a eu à subir de telles fluctuations et rien n’est prêt dans l’arsenal juridique pour traduire ces variations dans l’établissement des bilans. En 1945, les bilans non réévalués n’ont plus aucun sens car la dévaluation a atteint le coefficient 10. Le capital mêle des unités monétaires de valeur différente. Cette remarque est valable pour l’actif net et les réserves. L’analyse financière des bilans devient impossible en période d’inflation sans réévaluation de leurs postes. Eternit inscrit logiquement à l’actif de ses bilans de 1924 à 1926 ses achats de dommages de guerre dans les valeurs réalisables. Le compte de dommages de guerre n’est inscrit qu’à l’actif et n’a pas à avoir de contrepartie au passif.

  • 37 La révision des bilans, ordonnance du 15 août 1945, décrets des 5 et 28 février 1946, Association n (...)
  • 38 Les textes de 1945 et de 1946 laissent aux établissements la liberté d’apprécier dans quelle mesure (...)
  • 39 Le portefeuille doit être réévalué titre par titre. Le stock sera estimé au prix de revient ou au c (...)

45L’ordonnance du 15 août 194537 sur la révision des bilans exonère de l’impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux la plus-value ainsi dégagée. Selon cette ordonnance, les firmes ont la liberté de procéder ou non à la révision de leurs bilans et peuvent limiter ce redressement à certains éléments de leur actif et de leur passif. Il est essentiel de retenir que les entreprises, dont Eternit, peuvent fixer comme bon leur semble, entre la valeur comptable et la valeur maximum, la valeur réévaluée servant à établir le bilan révisé38. Ainsi, en ce qui concerne les immobilisations, la valeur à réévaluer est le prix d’achat ou de revient. La réévaluation maximum est obtenue en multipliant le prix de base par le coefficient correspondant à l’année d’achat de l’élément en question39. Les réévaluations d’après 1945 constituent des points d’ancrage par rapport aux bilans intermédiaires pour atteindre une image qualitativement voisine de la réalité.

3. La solution : l’interpolation

  • 40 Cités dans J. Aubert-Krier, La comptabilité privée, PUF, Thémis, 1962, 196 p., p. 37.
  • 41 Pour ce faire, jusqu’en 1959, je convertis les francs courants en nouveaux francs constants 1980 en (...)

46J’ai tout d’abord corrigé (voir infra) les postes des bilans d’Eternit en utilisant les coefficients de réévaluation fixés par le décret du 19 mars 196040 en les convertissant en base 100 = 1914, le recours à ces coefficients employés par la firme pour sa réévaluation permettant d’homogénéiser les différents calculs et postes et de les comparer. Mon étude se poursuivant jusqu’à nos jours, il est logique de travailler en nouveaux francs constants 198041 (voir tableau 3). Le capital a été réévalué par mes soins lors des appels d’argent à l’extérieur par des émissions d’actions en utilisant le prix d’émission ; quand la société augmente son capital par prélèvement sur les réserves, il n’en est pas tenu compte car n’intervient aucun apport d’argent frais.

Tableau 3. — Coefficients de réduction des francs courants puis des nouveaux francs en nouveaux francs constants 1980.

Exercices = Années

Prix de gros 1980 en nouveaux francs

Indice de prix de gros de l’année

Coefficient multiplicateur pour nouveaux francs constants 1980

1923

105,76

67

1,579

1924

105,76

78

1,356

1925

105,76

88

1,202

1926

105,76

112

0,944

1927

105,76

98

1,079

1928

105,76

99

1,068

1929

105,76

97

1,090

1930

105,76

85

1,244

1931

105,76

72

1,469

1932

105,76

64

1,653

1933

105,76

61

1,734

1934

105,76

57

1,855

1935

105,76

54

1,959

1936

105,76

63

1,679

1937

105,76

88

1,202

1938

105,76

100

1,058

1939

105,76

105

1,007

1940

105,76

138

0,766

1941

105,76

169

0,626

1942

105,76

198

0,534

1943

105,76

230

0,460

1944

105,76

259

0,408

1945

105,76

366

0,289

1946

105,76

631

0,168

1947

105,76

960

0,110

1948

105,76

1655

0,064

1949

105,76

1847

0,057

1950

105,76

2000

0,053

1951

105,76

2555

0,041

1952

105,76

2676

0,039

1953

105,76

2555

0,041

1954

105,76

2510

0,042

1955

105,76

2507

0,041

1956

105,76

2615

0,040

1957

105,76

2765

0,038

1958

105,76

3083

0,034

1959

105,76

32,30

3,274

1960

105,76

33,14

3,191

1961

105,76

33,82

3,127

1962

105,76

34,74

3,044

1963

105,76

36,02

2,936

1964

105,76

36,59

2,890

1965

105,76

37,14

2,847

1966

105,76

37,97

2,785

1967

105,76

37,66

2,808

1968

105,76

38,21

2,767

1969

105,76

41,48

2,549

1970

105,76

45,21

2,339

1971

105,76

46,18

2,290

1972

105,76

48,86

2,164

1973

105,76

55,05

1,921

1974

105,76

68,08

1,553

1975

105,76

68,75

1,538

1976

105,76

75,82

1,395

1977

105,76

80,93

1,307

1978

105,76

84,68

1,247

1979

105,76

94,64

1,117

1980

105,76

105,76

1

47Le nominal de l’action en nouveaux francs constants 1980 est obtenu en divisant le capital réévalué par le nombre d’actions. La réévaluation par strates a été également employée pour les réserves. Par contre, pour l’exigible à long et moyen terme et l’endettement total, c’est leur montant global que j’ai converti en nouveaux francs constants 1980.

L’éternel problème : comment réévaluer les immobilisations

48Je prends en considération la réévaluation la plus tardive, ici celle de 1949, car linéariser un redressement sur un trop court laps de temps donne un résultat douteux. J’établis d’abord ma propre réévaluation en francs constants en ajoutant aux immobilisations de 1923 réduites en francs constants les travaux neufs convertis dans les mêmes francs. Je compare ma réévaluation à celle de la société, je dégage la différence et je la répartis sur les exercices antérieurs. Le surplus de réévaluation peut être positif ou négatif, c’est ce second cas qui se présente à Eternit : ma réévaluation est supérieure à celle de la firme et je déduis le solde obtenu des immobilisations cumulées antérieures (voir graphique I).

49Ce procédé s’apparente, à la méthode chronologique préconisée par Jacques Mairesse :

  • 42 J. Mairesse a évalué le capital fixe productif, c’est-à-dire les bâtiments et matériels d’équipemen (...)

« d’une certaine façon, note cet auteur, elle cherche à reconstituer un bilan des immobilisations correct et agrégé… Nous évaluerons par exemple le volume de la formation brute de capital fixe dans l’industrie pour deux années aux prix constants et en francs d’une même année de référence »42.

50Mais mon ajustement participe également de la méthode comptable que Jacques Mairesse n’a mise en œuvre que pour l’estimation du capital brut par secteur à la fin de l’année 1962. Dans cette méthode,

  • 43 Ibid., p. 98.

« la correction relative aux plus-values de réévaluation prend une signification nouvelle. Il s’agit d’obtenir une évaluation du capital où les investissements ne sont pas comptabilisés aux prix courants, mais à des prix constants d’une même année »43.

51Ma méthode reste à base comptable, mais elle tente de rejoindre l’évaluation chronologique.

Substituer un amortissement économique à l’amortissement fiscal

  • 44 Dans son livre cité La comptabilité privée.

52J’entends par amortissement estimé l’amortissement à sens économique que j’ai déduit des immobilisations brutes linéarisées, soit 2,5 % de leur montant cumulé tous les ans (voir graphique VIII). Ce taux peut paraître léger car Jane Aubert-Krier44 cite pour l’amortissement fiscal 5 % pour les immeubles amortis en 20 ans, 10 % pour l’équipement amorti en 10 ans, 20 % pour l’outillage et le matériel roulant amortis en 5 ans. Le taux retenu, pour l’amortissement estimé, de 2,5 %, correspond non à une norme fiscale, mais à une usure moyenne en 40 ans à la fois sur les bâtiments, l’outillage et le matériel roulant. Pour utiliser un autre taux, il faudrait connaître quand le matériel a cessé toute activité et, pour l’outillage subsistant, non seulement combien de temps il va durer, mais la période au bout de laquelle il sera démodé, « ce qui est impossible, note Jane Aubert-Krier, sauf pour une voyante extra-lucide ». Ce choix rejoint celui de Jacques Mairesse écrivant :

  • 45 M. Bénard et J. Mairesse, L’évaluation du capital fixe…, op. cit.

« nous devons au total distinguer l’amortissement économique qui doit caractériser au mieux la notion d’utilisation du capital fixe pendant une période et fait abstraction de nombreuses exigences financières, comptables ou fiscales, et d’autres conceptions telles que l’amortissement fiscal. Nous privilégions ici le seul point de vue de l’amortissement économique bien qu’évidemment les autres notions gardent leur intérêt »45.

  • 46 Voir infra.

53On tirera de la comparaison en nouveaux francs constants 1980 dotation au compte d’ordre amortissement du bilan et amortissement estimé un bénéfice supplémentaire si le compte d’ordre est supérieur à l’amortissement estimé, une perte dissimulée en cas contraire. De même, j’ai établi les ratios financiers et de trésorerie après correction des actifs et des passifs46.

Taux de dividende nominal et réel

54Pour corriger l’inflation et la hausse des prix, j’ai converti le dividende distribué par action en nouveaux francs constants 1980 en le multipliant par l’indice de conversion de l’année suivante où il est effectivement touché. Le taux de rémunération nominal ou apparent peut alors être comparé au taux réel, le premier étant exprimé par le rapport dividende en francs courants / nominal en francs courants, le second étant le quotient dividende en nouveaux francs constants 1980 / nominal en nouveaux francs constants 1980.

II. Une gestion dynamique et une rentabilité élevée

1. L’investissement

55Eternit est une société de création récente et fait appel dans les débuts à l’autofinancement pour ses travaux neufs. L’entreprise peut les maintenir grâce à un taux de profit inégalé dans les autres secteurs industriels géographiquement proches de l’usine de Prouvy, même pendant la crise des années 1930. Durant cette dernière période, on note un ralentissement des travaux neufs, surtout pendant les trois exercices 1932, 1934 et 1936 (voir graphique XV). Mais la société doit digérer le plus important investissement réalisé depuis sa création.

56L’investissement de 1929 à 1931 porte principalement sur la construction et l’équipement d’une deuxième usine destinée à la fabrication des tuyaux sur la rive droite de l’Escaut : 26 000 000 nouveaux francs constants 1980 lui sont consacrés de 1928 à 1931. L’achat de brevets concernant cette fabrication a été effectué en 1928 en même temps que ceux propres à d’autres produits. L’investissement industriel reprend très fortement en 1937 jusqu’en 1942 : la construction d’une nouvelle usine à Paray-Le-Monial en absorbe une partie non négligeable.

  • 47 125 francs courants par action de 500 francs.

57La société dégage un profit brut important : elle aurait donc pu vraisemblablement pratiquer un autofinancement intégral mais sa distribution aux actions est aussi très élevée. Il lui faut donc faire appel au capital extérieur. Elle lance tout d’abord en 1929 puis en 1930 deux souscriptions réservées à un seul actionnaire qui amènent 1 700 000 francs courants d’argent frais. Ensuite l’émission de 1931 procure deux fois plus de liquidités. En 1935, une partie du capital est remboursée47, ce qui annule plus des deux-tiers de l’émission de 1931.

  • 48 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 3 juillet 1939.

58Mais la source privilégiée du financement est bien plus constituée par les émissions d’obligations : 12 000 000 francs courants en 1931, et autant en 1939 en raison de la situation de trésorerie précaire et des besoins financiers de ce dernier exercice. Même avec cet emprunt, le conseil d’administration juge que « la trésorerie restera précaire jusqu’après l’hiver 1939-1940. D’ici là, nous serons obligés de réduire au maximum nos dépenses »48. Si les taux de dividende nominal comme réel baissent en 1938, ils retrouvent dès l’exercice suivant un niveau acceptable : 61 % en taux de dividende nominal et 12,70 % en taux réel. La rémunération des actions a été faramineuse, atteignant 66 et 86 % en taux nominal de 1935 à 1937.

2. Un amortissement à la mesure du cash-flow

  • 49 J’ai été amenée, en examinant la réévaluation de la firme en 1949, à considérer qu’une partie du ma (...)

59À Eternit, la différence entre amortissement réel et estimé est massive. En moyenne, elle est, de 1923 à 1927, de 484 000 nouveaux francs constants 1980 par exercice (voir graphique VIII). La dotation au compte d’ordre amortissements du bilan est quasiment toujours supérieure à l’amortissement estimé de 2,5 % des immobilisations linéarisées. Ce suramortissement est le signe d’un bénéfice supplémentaire car renouveler rapidement les machines constitue pour l’entreprise un enrichissement. L’amortissement pratiqué par Eternit est plus à la mesure du cash-flow réalisé qu’à celle de l’usure du matériel49. Dans cette entreprise, les amortissements inscrits au bilan sont pratiquement suffisants.

3. Des fonds de roulement importants mais inférieurs aux besoins de trésorerie de la firme

  • 50 L’actif circulant ou fonds de roulement total est obtenu en ajoutant aux valeurs d’exploitation de (...)

60Le rapide développement de l’entreprise ne pouvait se faire sans une augmentation conséquente de l’actif circulant50. Celui-ci passe de 3 500 000 francs courants en 1923 à près de 12 000 000 en 1927 (voir graphique VII). Les stocks deviennent élevés et contribuent à accroître très largement le fonds de roulement total. La société ne parvient guère à financer ses stocks par ses capitaux propres ou même permanents. À peu de chose près, on remarque une évolution parallèle entre le stock et l’exigible. L’augmentation à un rythme soutenu de l’actif circulant jusqu’en 1936 est permise par l’autofinancement (voir graphique VII). En effet, Eternit ne lance un premier emprunt obligataire de 12 000 000 francs courants qu’en 1931. Cette opération lui permet de blanchir la perte d’actif circulant consécutive au rachat en 1928 et à l’arrêt en 1931 de la société Ouralithe.

61Très vite, la firme va se libérer de l’essentiel de son emprunt obligataire. En 1936, il ne lui reste plus à rembourser que 5 000 000 francs courants. La période d’inflation qui commence va voir une diminution de l’actif circulant, du moins en nouveaux francs constants 1980 (voir graphique VII). Le ralentissement d’affaires noté en 1938 provoque une réduction du poste débiteurs divers de 8 000 000 francs courants. Le recul de l’actif circulant constaté dans les années 1936-1938 est donc bien une réalité liée à un léger affaiblissement de la firme.

4. La montée du portefeuille

62Le portefeuille, dans les années de création, reste insignifiant et constitué pour une large part d’annuités trentenaires (voir graphique I). La prise de participation dans Ouralithe et dans Fibrociment le fait monter à des valeurs respectables pour cette modeste entreprise. En 1931, l’évolution de ce poste montre qu’Eternit a pris en compte l’essentiel des moins-values que la crise commence à faire apparaître. En effet, une importante dépréciation de 3 185 000 nouveaux francs constants 1980 est opérée cette année-là sur le portefeuille à l’actif et une autre suit en 1932 de 1 881 000 nouveaux francs constants 1980. Malgré la dépréciation de la participation Ouralithe en 1931, le portefeuille garde une valeur moyenne de 6 650 000 nouveaux francs constants 1980 de 1931 à 1940 pour un chiffre d’affaires en moyenne onze fois plus élevé.

63On connaît, par les bilans et leurs pièces annexes, la composition du portefeuille au 31 août 1939. Si l’on suit les estimations de la firme, la principale participation est celle prise dans la Compagnie industrielle et commerciale Eternit-Argentine sur laquelle, étant donné le caractère récent de l’achat, aucune dévaluation n’est effectuée. Par contre, tous les autres titres sont dépréciés par la direction : avec la reprise des affaires, ces minorations importantes ne sont plus justifiées.

5. Les tests du dynamisme : ratios financiers et de trésorerie

  • 51 Ce ratio met en parallèle d’une part les capitaux permanents c’est-à-dire le capital, réévalué par (...)
  • 52 Voir supra.

64Le ratio de structure financière51 exprime l’équilibre financier de la firme : les capitaux permanents doivent couvrir les immobilisations nettes pour que la gestion soit saine. Ce rapport illustre le degré de recours au crédit pour financer les immobilisations. Sa valeur est excellente jusqu’en 1928 pour une jeune société surtout à cause de la minoration des immobilisations nettes et de leur amortissement rapide qui se caractérise, dans ma linéarisation, par une soustraction de 1 233 600 nouveaux francs constants 1980 par exercice52. Le déclassement très rapide par la firme d’un certain nombre d’outillages est sans doute à l’origine de cette particularité. Sans cette minimisation des immobilisations, le ratio n’aurait été que de 1,66 en 1927 au lieu de 3,49.

  • 53 Qui compare les capitaux propres, c’est-à-dire le capital augmenté des réserves, à l’endettement to (...)
  • 54 Le ratio de trésorerie correspond au quotient du réalisable et du disponible, c’est-à-dire des post (...)

65Le ratio d’autonomie financière53 diminue de manière importante et régulière jusqu’en 1927 où l’endettement total tend à rattraper les capitaux propres. Cet exercice 1927 est médiocre pour la firme qui a réduit sa production mais malgré tout augmenté ses stocks. Cet accroissement des stocks que la société ne peut financer par un endettement étant donné son faible capital est avant tout la cause de la faiblesse de ce ratio. Les ratios de trésorerie et de liquidité54 portent aussi la trace de cet important stock. L’ensemble réalisable-disponible est faible par rapport aux dettes à court terme après 1925. Le coefficient de trésorerie pose d’ailleurs le problème de savoir comment cette entreprise a pu réussir sans ennui à le maintenir aussi bas. À partir de l’exercice 1926 apparaît au passif un compte banquiers : de 2 066 000 nouveaux francs constants 1980 au 31 décembre 1925, il passe à 2 849 000 des mêmes francs au 31 décembre 1926 puis à 4 822 000 francs au 31 décembre 1927. Comment des banquiers ont-ils pu laisser aussi longtemps un tel compte à découvert sans le consolider par une prise de participation ou exiger de la firme qu’elle procède à une émission d’obligations ?

66De 1928 à 1931, Eternit investit très fortement, ce qui a pour effet de réduire les ratios de structure et d’autonomie financières par augmentation du dénominateur. Au contraire, pendant toute la crise, le taux d’investissement s’affaiblit et les deux ratios prennent des valeurs très élevées.

67La constitution d’importantes réserves à l’époque de la crise vient gonfler les numérateurs. Certes joue la technique comptable : la firme compte ses amortissements au passif mais, incontestablement, les provisions sont considérables et pourtant, je n’ai pas incorporé les réserves de réévaluation que l’entreprise fait apparaître en 1938-1939. Ces dernières réserves, bien naturelles, auraient, si elles avaient été retenues, maintenu les ratios au niveau assez normal de 1936.

68Les ratios de trésorerie et de liquidité décrivent très nettement deux mouvements : une montée extraordinairement puissante jusqu’en 1935, une baisse importante à partir de 1936. Les profits moins élevés réalisés par la société et la hausse des dettes à court terme expliquent ce recul.

6. Des taux de profit élevés, des actionnaires comblés

  • 55 Pour le ciment, la société jouit, par rapport à ses filiales notamment, d’une rente de situation no (...)

69Il existe plusieurs niveaux d’analyse du profit : unitaire, global, relatif. Le bénéfice au m2/5 subit à Eternit des fluctuations très importantes (voir graphique XIV). La part essentielle dans le prix de revient unitaire de l’Eternit est celle de l’amiante, part qui varie entre un minimum de 45,8 % en 1936 à un maximum de 60,9 % en 192955. L’amiante, produit international, voit son cours fluctuer au gré des taux de change. La dévaluation de la livre le 21 septembre 1931 provoque une baisse du prix du minéral sensible en 1932 (voir graphique XI). La stratégie commerciale de la firme a consisté à vendre peu mais cher. Eternit a vu par contre son bénéfice se réduire pendant les périodes d’inflation, cette inflation se traduisant très rapidement.

70Le bénéfice brut en nouveaux francs constants 1980 augmente très fortement à partir de 1930-1931 pour culminer en 1935 et 1936 (voir graphique IX). Le chiffre d’affaires quant à lui connaît un premier palier en francs courants en 1930-1931 mais, en nouveaux francs constants 1980, dès l’exercice 1935, tous les records antérieurs sont battus (voir graphique V). La progression du chiffre d’affaires se poursuit jusqu’en 1937.

  • 56 Il s’agit des taux de bénéfice par rapport au chiffre d’affaires.

71Dans les premières années, si le taux de bénéfice par rapport au chiffre d’affaires n’est pas exagéré, le maximum étant de 20,7 % en 1925, la comparaison du bénéfice au capital réévalué donne des taux très élevés : de 37 à 41 % de 1925 à 1928, de 51 à 122 % de 1929 à 1936 (voir graphique IX). Même si l’on considère qu’une partie du capital était en fait due aux banquiers (importance du poste banquiers débiteurs après 1925), ce rendement reste exceptionnel. Un administrateur d’une société voisine, la Boulonnerie et Ferronnerie de Thiant, a considéré à l’époque qu’un rendement économique de 3 % par rapport à la valeur de l’usine était satisfaisant, compte tenu de la crise. Dans ces conditions, l’administrateur d’Eternit avec un rendement de 29,6 % en 1932 et de 23,8 % en 193456, peut très largement se féliciter de la marche de son établissement.

  • 57 Terme désignant le bénéfice gonflé des amortissements et des travaux neufs.

72Les taux de bénéfice par rapport au chiffre d’affaires vont en s’élevant jusqu’en 1932 (voir graphique IX). Alors que la crise est durable dans les houillères, la sidérurgie, mais surtout dans la métallurgie ferreuse, la boulonnerie, les constructions mécaniques et le matériel roulant, tous secteurs dont les entreprises avoisinent l’usine de Prouvy, à Eternit, les difficultés se traduisent par un ralentissement en 1933 dans la croissance du taux de bénéfice par rapport au chiffre d’affaires. La progression reprend lors des prospères exercices 1934-1936 avec des taux de 22 à 25,8 % dépassant les niveaux atteints de 1923 à 1930 (voir graphique IX). Si le bénéfice enregistre une rechute loin de l’annuler en 1938 et 1939, la droite de régression linéaire de ce paramètre, établie en nouveaux francs constants 1980, présente de 1923 à 1950 une croissance significative (voir graphique IV). Si l’on trace l’ajustement exponentiel des résultantes57, notion proche au maximum du cash-flow, pour les différents secteurs industriels du Valenciennois de 1923 à 1942, c’est incontestablement dans les matières premières du bâtiment, branche représentée par la seule société Eternit, que l’accélération est la plus forte. L’exceptionnelle rentabilité de l’entreprise dans le long terme s’inscrit dans les faits.

73La distribution, inconnue en 1924 où elle a cependant dû exister et atteindre probablement 60 francs courants par action de 1 000 francs courants, monte à 100 francs courants en 1925 et retombe en 1926 et en 1927 au minimum légal, 6 %, pour qu’il y ait une attribution au conseil d’administration (voir graphiques V et VI). Les sommes mises en réserve sont parfois plus importantes que les statuts ne le prévoient. Ainsi, en 1926, le conseil d’administration qui aurait dû s’attribuer 176 060 francs courants, ne s’en alloue que 128 000. Les besoins de trésorerie sont suffisamment ressentis pour que la direction limite ses appétits. Mais cette restriction a toutefois des limites puisqu’en 1927, alors que la trésorerie est encore plus tendue, le conseil engrange cette fois pratiquement la somme à laquelle il a droit.

74Malgré les précautions qui semblent prises, le rendement financier, comparé à celui d’autres affaires géographiquement voisines, est plus qu’acceptable. C’est de 1932 à 1937 que le taux de dividende réel bat ses records, passant de 9 % à près de 30 % (voir graphique VI). Ce taux a triplé et quintuplé par rapport aux exercices de mise en route 1925-1927. La rémunération des actions en nouveaux francs constants 1980 retrouve après 1937 des niveaux élevés mais plus irréguliers que lors de ces véritables années de vaches grasses 1933-1937.

Conclusion. Comment se faire respecter

75Avec Eternit, nous avons affaire à une firme qui promeut une stratégie commerciale très offensive. C’est l’industrialisation elle-même, l’urbanisation, le développement des travaux publics et de l’immobilier qui ont permis au nouveau matériau de construction de s’inventer un marché. À l’abri d’une forte trésorerie et ayant l’appui de banques régionales, la société a pu porter la lutte concurrentielle dans toutes les directions : concurrence interproduits qui a été analysée pour les tuyaux. Mais il est vraisemblable que, pour les produits plats, la même rivalité a existé avec d’autres fabricants. Concurrence dans le produit : Eternit a su garder son rôle de leader, renforçant même ses positions relatives.

76La société a sans doute bénéficié de son antériorité sur le marché de l’amiante-ciment et des hauts profits obtenus régionalement dans les débuts de son existence, hauts profits qui ne se démentent pas lors de la crise des années 1930. À partir de ces positions, les « camelotards » sont devenus des concurrents dangereux donc respectés.

Notes

1 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 7 août 1926.

2 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 octobre 1930.

3 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 juin 1932.

4 Avec celui de la société du Fibrociment, il atteint 1 700 000 francs courants.

5 Eternit, procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 7 novembre et 24 décembre 1932.

6 Exposition « Eternit-Industries. Évolution économique, technique et sociale » présentée au Musée Théophile Jouglet d’Anzin en 1995, doc. cit.

7 Brochures sur les toitures Eternit, Centre des Archives du Monde du Travail abrégé en CAMT, 65AQ S 441.

8 Notice sur les tuyaux et gaines Eternit en ciment armé d’amiante pour canalisations sous pression, édition d’octobre 1947 annulant les précédentes, ibid., 65 AQ 535.

9 Ainsi, lorsqu’Eternit met au point les maisons en préfabriqué, les montants sont en bois mais la société fournit les panneaux ; elle apporte aux fabricants le matériau et la manière de l’utiliser : le collage.

10 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 28 juin 1927.

11 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 8 décembre 1934.

12 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 janvier 1925.

13 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 23 mars 1935.

14 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 octobre 1927.

15 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 6 juillet 1929.

16 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 juin 1932.

17 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 mars 1934.

18 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 7 septembre 1935.

19 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 septembre 1936.

20 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 décembre 1936.

21 Ces deux usines sont dans la mouvance de Pont-à-Mousson.

22 Eternit, procès-verbal de réunion de conseil d’administration du 31 mai 1935.

23 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 8 décembre 1934.

24 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 février 1935.

25 Voir les photos parues dans la revue Amiante-ciment de juillet 1933, janvier 1934 et octobre 1936.

26 Eternit, procès-verbal de réunion du 24 décembre 1932. Lorsqu’en 1937 la caoutchouterie de Thiant cesse ses activités, Eternit projette de reprendre le personnel et le matériel nécessaire pour fabriquer les rondelles Gibault et autres. Le projet, destiné à alimenter la consommation de l’entreprise, ne semble pas avoir eu de suite.

27 Ibid., rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires sur l’exercice 1930, archives privées de la firme.

28 F. Simiand, Les fluctuations économiques à longue période et la crise mondiale, Librairie F. Alcan, 1932, 142 p., p. 133.

29 Tous les produits, quelles que soient leurs formes et leurs dimensions, sont ramenés en m2 et 5 mm d’épaisseur. Ainsi un tuyau qui atteint 12 mm d’épaisseur et dont la surface déroulée est de 3 m2 est compté pour 3 m2 x 12/5 soit 7,20 m2/5.

30 Eternit, fascicules des situations mensuelles de productions, expéditions, consommations, jours ouvrés, archives privées de la firme.

31 À Eternit, le nombre de jours ouvrés passe de 26 en septembre-octobre 1930 à 22 à partir de novembre 1930. Je préfère le terme ouvré à ouvrable pour marquer l’opposition avec les jours chômés.

32 Eternit, situations mensuelles des productions, expéditions et consommations de 1930, archives privées de la firme.

33 Ibid., productions, expéditions et consommations mensuelles, 1928-1938, archives privées de la firme.

34 J. Bouvier, F. Furet, M. Gillet, Le mouvement du profit en France au xixe siècle, Matériaux et Études, Paris, Mouton, 1965, 465 p., pp. 9-21.

35 Des travaux neufs prélevés sur le bénéfice sont passés en frais d’entretien et en frais généraux et non comptabilisés aux immobilisations.

36 Dossier Eternit, CAMT, 184AQ165.

37 La révision des bilans, ordonnance du 15 août 1945, décrets des 5 et 28 février 1946, Association nationale des sociétés par action, no 67, mai 1946, Union des Industries Métallurgiques et Minières. Ce document contient une analyse des textes.

38 Les textes de 1945 et de 1946 laissent aux établissements la liberté d’apprécier dans quelle mesure les éléments d’actif et de passif doivent être réévalués. Le décret de 1946 énonce à l’article 11 les coefficients caractérisant la variation annuelle des prix entre 1914 et 1945.

39 Le portefeuille doit être réévalué titre par titre. Le stock sera estimé au prix de revient ou au cours du jour de la clôture de l’exercice.

40 Cités dans J. Aubert-Krier, La comptabilité privée, PUF, Thémis, 1962, 196 p., p. 37.

41 Pour ce faire, jusqu’en 1959, je convertis les francs courants en nouveaux francs constants 1980 en divisant les données par l’indice des prix base 100 = 1938 de l’année correspondant à la valeur à convertir (soit 78 en 1924 dans le tableau 3), puis en les multipliant par l’indice des prix de gros de 1980, lui-même converti en nouveaux francs (soit 105,76 dans le tableau 3). À partir de 1959, année de passage aux nouveaux francs, il suffit de rapporter les nouveaux francs courants à l’indice des prix de gros de l’année considérée et de les multiplier par l’indice des prix de gros de 1980. Ainsi pour l’exercice 1974, 635 000 000 nouveaux francs courants deviennent 635 000 000 x 10 576 / 6 808 = 987 000 000 nouveaux francs constants 1980. Voir pour les indices utilisés Annuaire statistique de la France, INSEE, 1981, résultats de 1980, 816 p., tableau 3.08-1, principaux indices économiques, pp. 290-291.

42 J. Mairesse a évalué le capital fixe productif, c’est-à-dire les bâtiments et matériels d’équipement servant dans les entreprises regroupées en 20 branches de 1950 à 1970, voir M. Bénard et J. Mairesse, L’évaluation du capital fixe productif, la ventilation des séries en 29 branches, document d’information, juillet 1973 complétant le no 18-19 des collections de l’INSEE, série C, novembre 1972, p. 27.

43 Ibid., p. 98.

44 Dans son livre cité La comptabilité privée.

45 M. Bénard et J. Mairesse, L’évaluation du capital fixe…, op. cit.

46 Voir infra.

47 125 francs courants par action de 500 francs.

48 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 3 juillet 1939.

49 J’ai été amenée, en examinant la réévaluation de la firme en 1949, à considérer qu’une partie du matériel avait été sortie de l’actif sans qu’il en soit tenu compte. Ceci m’a conduite à pratiquer une linéarisation consistant à diminuer de 1 233 600 nouveaux francs constants 1980 l’actif industriel exprimé dans les mêmes francs (voir graphique I). Ainsi, pour une différence amortissement réel-amortissement estimé s’élevant en moyenne à 484 000 nouveaux francs constants 1980 de 1923 à 1927, j’enlève 1 233 600 nouveaux francs constants 1980 aux immobilisations de chaque exercice pour tenir compte de la réévaluation de 1949. Mais cette opération est sans doute exagérée dans les premières années ; c’est pourquoi je n’ai pas considéré cette somme (1 233 000 nouveaux francs constants 1980) comme un amortissement.

50 L’actif circulant ou fonds de roulement total est obtenu en ajoutant aux valeurs d’exploitation de l’actif les valeurs réalisables et disponibles comportant le portefeuille. Le fonds de roulement propre équivaut à la différence entre fonds de roulement total et dettes totales. Le fond de roulement permanent s’obtient en ajoutant au précédent l’exigible à long et moyen terme.

51 Ce ratio met en parallèle d’une part les capitaux permanents c’est-à-dire le capital, réévalué par strates en nouveaux francs 1980, les réserves y compris les amortissements, l’endettement à long et moyen terme, et d’autre part les immobilisations nettes. Toutes les données ont été réévaluées et exprimées en nouveaux francs constants 1980.

52 Voir supra.

53 Qui compare les capitaux propres, c’est-à-dire le capital augmenté des réserves, à l’endettement total. Plus le ratio est élevé, plus grande est l’indépendance financière de l’entreprise envers les prêteurs.

54 Le ratio de trésorerie correspond au quotient du réalisable et du disponible, c’est-à-dire des postes débiteurs divers, valeurs disponibles, portefeuille, par les dettes à court terme. Il montre la capacité de la firme à faire face à ses échéances sans vendre les éléments nécessaires au cycle de production. L’affaiblissement du ratio signifie un fort endettement, une trésorerie à peine suffisante. Le ratio de liquidité rapporte l’actif circulant ou fonds de roulement total à savoir les valeurs d’exploitation (stocks etc.) gonflées du réalisable et du disponible aux dettes à court terme. Un ratio élevé indique que l’actif circulant couvre largement les dettes à court terme. Ces deux ratios ont une bonne crédibilité car tant au numérateur qu’au dénominateur, ils recouvrent des valeurs que l’on peut chiffrer avec une relative exactitude.

55 Pour le ciment, la société jouit, par rapport à ses filiales notamment, d’une rente de situation non négligeable : la région du Nord est traditionnellement grande productrice de ce matériau. Cet avantage est d’autant plus appréciable que les poids de ciment utilisés sont importants : 58 700 tonnes par exemple sont consommées par l’entreprise en 1937, chiffre que l’on comparera utilement aux 80 000 tonnes produites les bonnes années par la société des ciments de Neuville-sur-Escaut, l’un des fournisseurs d’Eternit.

56 Il s’agit des taux de bénéfice par rapport au chiffre d’affaires.

57 Terme désignant le bénéfice gonflé des amortissements et des travaux neufs.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. — Baisses de prix consenties sur les différents produits Eternit en francs courants, 1931-1935.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search