Version classiqueVersion mobile

Eternit et l’amiante 1922-2000

 | 
Odette Hardy-Hémery

Chapitre III. De l’indépendance au leadership industriel

Texte intégral

Introduction. L’expansion rapide des consommations

1Quand, à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 11 mai 1928, le conseil d’administration d’Eternit déclare que « les ventes de l’exercice 1928 égalent celles des trois affaires françaises concurrentes », on peut penser que ces dernières ont nom Ouralithe, Fibrociment et Éverite. La société Fibrociment est la firme d’amiante-ciment la plus ancienne en France : elle s’est installée en 1901 à Poissy et s’est créé dès l’avant-guerre de notables débouchés parmi les produits de couverture.

2La consommation annuelle d’amiante-ciment augmente rapidement dans les années suivant la première guerre mondiale. Même dans le monde, on compte, au début de 1930, 24 pays producteurs d’articles en amiante-ciment dont l’URSS. En 1932, la production mondiale, non comprise celle des usines soviétiques, atteint le chiffre de 500 000 000 de m2 mesurés en 5 mm d’épaisseur, ce qui représente un tonnage approximatif de 4 500 000 tonnes. Eternit va d’abord s’assurer la domination du secteur.

I. La prise de contrôle des concurrents, 1929-1930

1. Ouralithe

3Joseph Cuvelier rapporte ainsi les circonstances de l’absorption d’Ouralithe :

« Société Ouralithe
Capital 4 000 000
Siège social à Toulouse
Usine à Ginestous.
En 1928, à l’occasion d’une réunion SAIAC à Niederurnen (Suisse), M. Roviralta, administrateur de la société Uralite de Barcelone m’informe qu’il serait disposé à entrer en négociation pour la vente de sa filiale de Toulouse la société Ouralithe.
Les pourparlers engagés peu après aboutissent à l’achat de la totalité des actions au pair, payées :
1) par le moyen de 500 actions Eternit (augmentation de capital de 1929)
2) le solde en espèces
et à la nomination de M. Roviralta au Conseil Eternit.
M. Hugonnet, ancien agent commercial de la société Ouralithe est nommé Directeur, puis remplacé 2 ans plus tard par M. Chaillet ».

  • 1 Soit 500 actions de 1 000 francs courants.
  • 2 Eternit, titres appartenant à la société au 31 septembre 1939, valeur nominale et valeur d’achat de (...)
  • 3 « Les cours repris par les actions Ouralithe au début 1931 semblent élevés au conseil. Si les résul (...)

4Les actions d’Ouralithe sont achetées grâce à l’augmentation de capital de 19291 souscrite par la banque Nagelmackers de Bruxelles. Les 9 102 actions de la société française Ouralithe sont acquises à des conditions avantageuses : elles sont en effet très dépréciées alors que le capital est du même ordre que celui de la société Eternit. Cette dernière ne paie les actions d’Ouralithe au début 1929 qu’à 45,6 %2 de leur valeur nominale et en prend le contrôle total3.

5La société Ouralithe est réorganisée dès octobre 1929 :

  • 4 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 octobre 1929.

« le personnel technique et administratif est réduit au minimum. Le service commercial s’orientera principalement vers la vente au détail des ardoises PO-PP fabriquées à Prouvy et des pièces moulées fabriquées à Toulouse. La société Ouralithe ne pourra pas vendre à des prix inférieurs à ceux pratiqués par la société Eternit. Un contrat de contingentement réglementera les conditions de la concurrence »4.

2. La société du Fibrociment et des revêtements Élo

6Le rachat de Fibrociment se fait à peu près au même moment, mais dans des circonstances plus risquées que rapporte à nouveau Joseph Cuvelier :

  • 5 Journal de Joseph Cuvelier, doc. cit.

« Société du Fibrociment et des Revêtements Élo
Capital 4 000 000 (passé à 62 000 000 en 1940)
Siège social : 9 Rue Chaptal à Paris
Usine à Poissy (S & O).
Dans le courant de 1929, M. Lanhoffer, administrateur délégué de la Société du Fibrociment mon concurrent le plus dangereux nous demande un rendez-vous à J. Emsens et à moi.
À cette époque ns n’avions pas encore de bureau à Paris, et nous avions accepté de nous rendre au 9 de la rue Chaptal.
Nous sommes, nous dit-il, à la veille d’une “bataille dans laquelle il y aura des morts et des blessés”, et avant qu’elle ne s’engage, je viens vous “tendre la main” [sic].
Et il nous expliqua, qu’après une période d’études longues et secrètes il avait trouvé un procédé permettant “d’ouvrir l’amiante” et d’en augmenter le rendement de telle manière que ceux qui ne pourraient l’utiliser ne résisteraient pas à la concurrence des autres.
Ce procédé faisait l’objet d’un brevet valable dans tous les pays du monde, et il nous en offrait la cession pour la France et la Belgique pour une somme “cash” de 10 000 000 fcs plus une redevance de 3 % et une entente pour la France.
À l’appui de ses explications, il ns montrait des échantillons qui ne manquèrent pas de nous frapper.
Le coup était rude, et à première vue, nous allions être obligés de passer par ses exigences.
Heureusement une enquête rapide autant que précise, et des essais de laboratoire faits par M. Caron et Hammenelker, sur les données du brevet nous permirent de nous rendre compte
1) qu’on ne pouvait pas débarasser complètement l’amiante de l’acide chlorydrique nécessaire pour l’“ouvrir”
2) que ces quantités infinitésimales d’acide incorporées ds l’amiante détruisaient à la longue le produit.
3) que depuis peu de temps le fibrociment était assailli de réclamations pour les produits livrés en partant de ce brevet.
Et quelques jours plus tard nous avisions M. Lanhofer que nous n’achetions pas son brevet et que nous acceptions la bataille.
Les morts et les blessés ne furent pas de notre côté. Le Fibrociment de Poissy s’était lancé à corps perdu dans l’utilisation de son procédé nouveau, il eut à faire face bientôt à des réclamations si importantes que ses finances n’y purent suffire.
Et à quelques temps de là M. de Fréville, devenu dans l’intervalle Président du Fibrociment me demanda un rendez-vous. Après quelques semaines de pourparlers la totalité des actions de sa société fut achetée par nous moyennant payement.
a) de 1 200 actions de la société Eternit (augmentation de capital de 1930)
b) une soulte en espèces de : non indiqué
c) un poste d’administrateur de la société Eternit sera mis à la disposition de M. de Fréville.
Le nouveau conseil fut composé de MM. de Fréville, Brylinski, Lanhoffer, Dupont. M. Hugonnet, Directeur de la société Ouralithe à Toulouse y fut remplacé par M. Chaillet et désigné pour prendre la direction du Fibrociment »5.

  • 6 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 février 1928.
  • 7 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 mai 1928.
  • 8 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 mars 1930.
  • 9 Ibid., état du portefeuille au 31 août 1939, archives privées de la firme.

7Les procès-verbaux de réunions du conseil d’administration d’Eternit renseignent un peu plus sur le déroulement de cette affaire. En 1928, le Fibrociment demande une redevance égale à 50 % de l’économie réalisée avec son procédé, quel que soit l’amiante employé : « il subordonne l’octroi de la licence à une entente commerciale basée sur le contingentement »6. Eternit accepte d’étudier une entente commerciale : si, au bout d’un an, Eternit est d’accord, le brevet lui est concédé ; dans le cas contraire, chacun reprend sa liberté. Quelques mois plus tard, les administrateurs d’Eternit estiment préférable de maintenir le principe d’une entente morale, sans sanction ni contrôle7. L’affaire se résout en mars 19308 où la banque Nagelmackers, en négociation pour acquérir 15 860 actions de la société du Fibrociment de Poissy, les offre à l’Eternit française pour le prix de 5 210 000 francs courants. Ici, les actions sont négociées à une valeur supérieure à leur montant nominal. Le conseil accepte et décide de procéder à une augmentation de capital en 1930 de 1 200 000 francs courants. Au 31 août 1939, Eternit contrôle totalement la société du Fibrociment en y détenant une participation de 15 916 actions9.

  • 10 Ibid., situations mensuelles des livraisons et des ventes, 1930, archives privées de la firme.

8Les deux usines absorbées, Ouralithe et Fibrociment, vont immédiatement fonctionner comme des filiales et elles assurent la livraison d’une partie de la production d’Eternit Prouvy. Ainsi pour l’année 193010, l’usine de Prouvy livre à la clientèle 7 100 000 m2/5 mais 380 000 m2/5 à la société du Fibrociment et 797 000 m2/5 à la société Ouralithe. Il est vrai qu’en échange les sociétés du Fibrociment et Ouralithe livrent à Eternit Prouvy. Mais ces livraisons sont infiniment plus faibles : pour l’année 1930, les livraisons de Fibrociment à Eternit ne sont que de 5 100 m2/5. Si la société du Fibrociment va fonctionner au-delà de 1950, tel n’est pas le cas de la société Ouralithe qui cesse de produire en août 1931. Cette usine est d’un type très ancien et équipée de deux machines à un cylindre. Par contre, à la société du Fibrociment, précise Joseph Cuvelier,

  • 11 Journal de Joseph Cuvelier, doc. cit.

« L’usine fut remise en ordre et spécialisée dans la fabrication des revêtements décoratifs et du moulage. Peu à peu la situation de cette société qui était assez lourde à l’origine, s’est assainie pour devenir tout à fait normale en 1939 »11.

3. La liquidation d’Ouralithe et la création de Ferrettite

9Dès décembre 1931, la direction d’Eternit envisage la dissolution de la société Ouralithe pour mauvais résultats dûs

  • 12 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 4 avril 1931.

« à des manquants importants constatés dans les dépôts : 220 000 m2/5 en 1929 et 1930 ; aux défectuosités du système de vente ; à une trop faible production »12.

10Tout en rendant les agents d’Ouralithe responsables des manquants et en modifiant le système des ventes dans le sens de l’organisation Eternit, la direction entreprend une étude

  • 13 Ibid.

« pour provoquer l’absorption par les sociétés Eternit et Fibrociment de la clientèle Ouralithe afin de pouvoir aboutir à la disparition de cette société, aussitôt que la clientèle serait absorbée »13.

  • 14 Ibid., 7 novembre 1932.
  • 15 « Sur les bases suivantes : nombre de m2 vendus en 1931 : 350 668 ; prix de cession au m2 : 0,20 ; (...)

11Si Eternit perd sa créance sur Ouralithe lors de la dissolution de cette firme à la fin de 193214, elle récupère néanmoins une partie de son marché15.

  • 16 Ferrettite est fondée par Eternit, Marcel Wagner, Henri Desnos et Herman Gutlin. Ces autres fondate (...)
  • 17 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 2 août 1930.

12Enfin, Eternit participe dès 1929 à la création de la société anonyme Ferrettite, spécialisée à l’origine dans l’imprégnation de plaques d’amiante-ciment pour isolants électriques. Eternit fournit à la nouvelle entreprise à des prix spéciaux les matières premières nécessaires à la fabrication de la Ferrettite, s’engage à ne pas vendre de matière première à ses concurrents, à lui louer les terrains nécessaires à son exploitation, à lui apporter un concours technique, industriel et commercial. Eternit reçoit 70 actions d’apport et, avec celles souscrites, voit sa part portée à 90 actions sur 30016. Lorsqu’en 1930, Ferrettite augmente son capital de 300 000 francs courants à 1 000 000, Eternit prend dans la société une participation de 60 %17. Ferrettite exploite primitivement son usine à Ferrette près de Mulhouse en 1929 ; l’établissement est déplacé à Poissy en 1931 puis à Villers-Saint-Paul dans l’Oise en 1942. Cette entreprise se spécialise dans la fabrication d’isolants électriques à partir de panneaux en amiante-ciment imprégnés de bitume ; par la suite, Ferrettite développe des productions de tuyaux en cellulose imprégnés de bitume, puis des pièces moulées en epoxy et en polyester, en particulier des plaques profilées en polyester armé d’un matériau de verre pour l’éclairage des bâtiments.

  • 18 Ou Société d’Étude et d’exploitations industrielles.
  • 19 En 1970, le groupe Eternit contrôle 11,11 % du capital de Chokier et Étex 88,84 %, note d’informati (...)

13Eternit prend également en 1936 une participation dans les fonderies Chokier à Hautmont, avec pour but d’assurer son indépendance pour la livraison d’accessoires en fonte pour les canalisations avec pression et en général pour les tuyaux en amiante-ciment. Cette prise d’intérêt est en 1936 de 11,11 % du capital mais on s’aperçoit, à la sortie de la seconde guerre mondiale, que la société Étex18 ou société Financière du groupe Eternit France, créée en 1947 et actionnaire à 23,33 % d’Eternit, contrôle la quasi-totalité du reste du capital de Chokier : 88,84 %19.

14Mais le grand souci d’Eternit est de s’implanter durablement sur un nouveau marché en pleine expansion, celui des tubes.

II. L’implantation sur le marché des tubes et les accords avec Pont-à-Mousson, 1932-1938

1. Imposer le tuyau d’amiante-ciment

  • 20 Note d’Emile Henri à Marcel Paul du 11 décembre 1922, citée par A. Baudant, Pont-à-Mousson, 1918-19 (...)

15Ici, la concurrence est d’une autre ampleur que celle des ardoisiers et des tuiliers. Sur ce marché sont installés les géants de la sidérurgie qui vont, dans les premiers temps, considérer les nouveaux venus de l’amiante-ciment comme des « camelotards »20. La lutte pour imposer le tout nouveau tuyau d’amiante va être dure et, dans un premier temps, les services commerciaux d’Eternit ne tentent guère d’attaquer le marché de la distribution d’eau sous pression. Mais, peu à peu, ils parviennent à faire comprendre au public et surtout aux utilisateurs que leur « camelote » n’est pas de si mauvaise qualité qu’on le prétend. Toute une série d’accords et de discussions vont jalonner cette montée des ventes de tuyaux.

16La société approche de longue date et très prudemment Pont-à-Mousson, son principal partenaire. Déjà, en 1930, elle résume ainsi sa politique commerciale pour les tuyaux :

  • 21 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 octobre 1930.

« ne pas suivre celle des fonderies en ce qui concerne les prix de vente. Les prix seront tarifés et ne varieront qu’en fonction du tonnage. L’assemblée générale pourra, dans certains cas, faire jouer une remise exceptionnelle »21.

  • 22 « Que l’on étudie tout particulièrement la situation des créanciers de l’affaire », ibid., procès-v (...)

17Dès 1932, Eternit fait enquêter sur la situation de la société Éverite que Pont-à-Mousson songe à racheter22. Peu après,

  • 23 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 juin 1932.

« des documents fournis par l’expert de Pont-à-Mousson, il résulte que la situation de l’Éverite est mauvaise, que le capital est perdu et que les créances sont compromises jusqu’à 20 à 30 % de leur importance. D’une conversation avec le directeur de Pont-à-Mousson, il résulte que, si Éverite pouvait être rachetée, la Maison est disposée à prendre toute l’opération à sa charge afin d’avoir le contingent d’Éverite »23.

18Au même moment, le conseil d’administration d’Eternit

  • 24 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 27 août 1932.

« estime 1) qu’il faut pousser Pont-à-Mousson à réaliser le plus vite possible le rachat d’Everite, 2) qu’il faut faire évoluer les pourparlers vers l’abandon, par Pont-à-Mousson, du marché plaques et ardoises, quitte à rechercher une combinaison pour les tuyaux de canalisation »24.

19C’est exactement à ce résultat que va parvenir Eternit.

2. Les accords de 1932 et de 1933 : un duopole

  • 25 A Baudant, op. cit., p. 352.
  • 26 Filiale de Pont-à-Mousson spécialisée dans la fabrication des tuyaux en ciment armé selon le procéd (...)

20En effet, en prélude au premier de ces accords et, pour « faire pièce à l’amiante-ciment sur son propre terrain »25, Pont-à-Mousson lance à la fin de 1931 l’usine Économit annexée à l’usine de la Société Parisienne des produits Hume26 à Melun ; Économit est capable d’entreprendre la fabrication des plaques, des ardoises et des tuyaux après l’achat du brevet Dalmine. L’accord signé le 12 février 1932 organise le marché des produits d’amiante-ciment en France, aux colonies et dans les protectorats. Valable jusqu’au 30 juin 1933, il prévoit que la filiale de Pont-à-Mousson, la SPPH, limitera son écoulement à 6 % des ventes de plaques et ardoises, les ventes d’Eternit en tuyaux de conduite devant se faire avec l’accord de la SPPH.

21La prise de contrôle de la société Éverite conditionnait le renouvellement de l’accord. Elle est réalisée par Pont-à-Mousson le 9 février 1933 et à l’accord de 1932 qui expire le 30 juin 1933 succède la convention amiante-ciment signée le 20 juin 1933.

  • 27 Il s’agit d’une équivalence avec les tuyaux de fonte. Exprimée dans l’unité traditionnelle d’Eterni (...)
  • 28 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 mai 1931.

22En contrepartie de la stricte limitation de la part prise par Eternit dans les ventes de tuyaux de conduite, la SPPH accepte de signer un accord sur les produits plats : plaques, ardoises, faîtières. Sur ce marché, Eternit obtient des coefficients de 70,35 % en France et 65 % à l’exportation où les quantités vendues resteront toujours très faibles, la SPPH et sa filiale, la société de l’Éverite, se répartissant le reste du marché. En échange, Eternit limite ses ventes en tuyaux de conduite à 2 000 tonnes par an27 que lui attribuera Pont-à-Mousson. Ceci ne correspond qu’au sixième des ventes d’Eternit en tuyaux en 1933. Les tuyaux de bâtiment, qui constituent dès cette époque l’essentiel de la production dans ce domaine d’Eternit, restent hors accord. Cette stratégie a été arrêtée dès mai 1931 où le conseil d’administration donne comme objectif aux négociations avec Pont-à-Mousson « liberté pour les tuyaux de bâtiment, contingent à discuter pour assainissement et canalisation »28.

  • 29 L’usine de tuyaux attenante à celle de produits plats est montée en 1930 sur le territoire de la co (...)

23L’accord de 1933 est signé pour 10 ans. Il organise le monopole de fait en amiante-ciment : deux producteurs se partagent le marché. Les limitations qu’a dû accepter Joseph Cuvelier ne semblent pas très importantes. Les techniciens et les utilisateurs ne sont pas prêts à donner une part prépondérante aux tuyaux d’Eternit pour les canalisations d’eau sous hautes pressions. Par contre, le fait de laisser les tuyaux de bâtiment et d’assainissement en dehors de l’accord permet à Eternit de se développer et d’affirmer ses positions. L’usine de Thiant29 de tuyaux est entrée en production à la fin de l’année 1930. Jusqu’à la fin 1931, la fabrication dépasse sensiblement les ventes (de 35 %). Mais en prévision de l’accord de 1933, Eternit s’est empressée de prendre des positions sur le marché. Sans doute cet effort des services commerciaux est-il lié aux négociations en cours. Il est toujours bon de faire apparaître son dynamisme au cours de pourparlers. Si la signature de l’accord de 1933 provoque une pause dans la progression des ventes de tuyaux d’Eternit, celle-ci n’est que de courte durée. La montée des ventes de tuyaux est de 22 % en 1934 ; elle va être continue jusqu’en 1937.

24En fait, le signataire dynamique de l’accord, Eternit, a progressé aux frontières du traité signé. La fourniture de tuyaux en 1938 pour les barrages du Hamiz et de l’oued-Fodda (120 km) est à cet égard exemplaire. Ce marché va d’ailleurs permettre à Joseph Cuvelier de s’implanter très fortement sur le marché algérien avec des tuyaux de la série salubre (c’est-à-dire non prévus en principe pour les hautes pressions). Il est vrai que certains ingénieurs des Ponts et Chaussées développent à cette époque l’irrigation sans pression en Algérie. L’argument de la différence de prix est essentiel dans le succès d’Eternit.

3. Les négociations de 1938 : les quanta prorogés

  • 30 A. Baudant, op. cit., p. 350.

25Devant cette situation mouvante, la nécessité de faire intervenir un nouvel accord apparaît aux yeux des deux protagonistes. Dans tous les accords de division des marchés, le partage se fait selon les dynamismes précédemment enregistrés. Joseph Cuvelier est donc en position de force pour obtenir un accord encore plus favorable. Cependant, il doit prendre en compte la puissance financière de Pont-à-Mousson et la possibilité de l’apparition de nouveaux fabricants sur le marché de l’amiante-ciment. On parle à cette époque des ambitions dans ce domaine de Johns-Manville ou d’une Union de cimentiers. En effet, les expériences réalisés à l’étranger tendent à prouver à cette époque que l’amiante-ciment peut prendre une place importante dans les canalisations d’eau sous pression30. Tout marché potentiel non exploité peut intéresser un quelconque producteur.

26Les négociations entre Eternit et Pont-à-Mousson durent toute l’année 1938. La clé de voûte de l’édifice qui semble en train de se construire est la réalisation par Pont-à-Mousson et Eternit d’une usine spécialisée dans les tuyaux en amiante-ciment pour canalisation sous pression dont Pont-à-Mousson et Eternit abandonneraient la fabrication. Le projet d’accord rédigé en septembre 1938 prévoit la constitution d’une société anonyme au capital de 10 000 000 francs courants dont Eternit détiendrait 40 %. Les différends qui empêchent l’accord portent sur deux points essentiels : la part à laisser à cette usine dans la production de tuyaux et d’autre part le problème de la majorité dans la Société en constitution : si Pont-à-Mousson contrôle l’usine projetée, Joseph Cuvelier exige le premier rang pour la fabrication et la vente des produits plats c’est-à-dire le contrôle de l’Éverite. Cet accord prévoit des annexes qui, eux, tendent à pérenniser la situation antérieure : l’accord pour les produits plats serait prorogé jusqu’en avril 1953.

  • 31 Ibid., p. 353.

27En fait, la guerre vient interrompre les négociations et il semble bien que ce soit pour toujours. En réalité, le précédent accord tuyaux de 1933 est amendé, montre Alain Baudant, puisque des quanta « raisonnables »31 sont attribués à Eternit sur les marchés d’irrigation et d’assainissement. L’accord sur les plaques quant à lui est prolongé.

Conclusion. Une multinationale avant la lettre

  • 32 Eternit, procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 12 janvier et 11 mai 1929 et ra (...)
  • 33 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 24 mars et 8 décembre 1934.
  • 34 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 septembre 1936.
  • 35 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 4 juin 1938.
  • 36 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 juin 1937.
  • 37 Ibid., état des titres appartenant à la Société au 31 août 1939, archives privées d’Eternit.

28La recherche de l’indépendance se manifeste à Eternit dès l’entre-deux-guerres par des prises de participation dans de nombreuses affaires. Déjà, les sociétés Eternit, notamment de Belgique, Suisse, Italie, Autriche, Espagne, sont reliées entre elles dès leur origine par des prises de participation multiples. L’Eternit française est pénétrée par un fort capital belge. En 1929, elle participe à la création d’une nouvelle filiale en Allemagne patronnée par les sociétés Eternit de Belgique, de Suisse, d’Italie, d’Autriche et d’Espagne. Le projet étant soutenu par un groupe allemand et ayant abouti, l’Eternit française estime « ne pouvoir se tenir à l’écart de cette manifestation internationale » et souscrit dans le capital de cette affaire à la hauteur de 5 %32. La société possède également une participation de 250 000 francs courants dès les années 1930 dans l’entreprise Dolbeau dont le mouvement d’affaires en Eternit au Maroc est important et sur laquelle elle dispose d’une créance d’un demi million de francs courants33. Eternit s’engage en 1936 dans des prêts aux fonderies Chokier d’Hautmont34 qui lui fournissent les raccords en fonte pour tuyaux, le remboursement de l’avance se faisant par déduction sur les factures. En 1938, l’Eternit française rachète la majorité de l’affaire35 et y fabrique ses propres joints Gibault et ses raccords en fonte. Enfin, en 1937, elle s’entend avec la société financière belge de l’amiante-ciment36 pour prendre une participation dans la Compagnie Industrielle et Commerciale Eternit Argentine. En 1939, l’Eternit française détient en portefeuille plus de 3 000 000 francs courants du capital de cette filiale37. Toutes ces initiatives constituent une facette de l’essaimage mondial d’Eternit.

Notes

1 Soit 500 actions de 1 000 francs courants.

2 Eternit, titres appartenant à la société au 31 septembre 1939, valeur nominale et valeur d’achat des actions d’Ouralithe, archives privées de la firme.

3 « Les cours repris par les actions Ouralithe au début 1931 semblent élevés au conseil. Si les résultats de la firme ne sont pas meilleurs en 1931, il y aura lieu d’évaluer les actions sur des bases plus modérées », Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 17 février 1931.

4 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 19 octobre 1929.

5 Journal de Joseph Cuvelier, doc. cit.

6 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 février 1928.

7 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 mai 1928.

8 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 22 mars 1930.

9 Ibid., état du portefeuille au 31 août 1939, archives privées de la firme.

10 Ibid., situations mensuelles des livraisons et des ventes, 1930, archives privées de la firme.

11 Journal de Joseph Cuvelier, doc. cit.

12 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 4 avril 1931.

13 Ibid.

14 Ibid., 7 novembre 1932.

15 « Sur les bases suivantes : nombre de m2 vendus en 1931 : 350 668 ; prix de cession au m2 : 0,20 ; prix total : 70 000 francs courants », Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 20 mai 1933.

16 Ferrettite est fondée par Eternit, Marcel Wagner, Henri Desnos et Herman Gutlin. Ces autres fondateurs se partagent le reste du capital de 300 000 francs courants.

17 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 2 août 1930.

18 Ou Société d’Étude et d’exploitations industrielles.

19 En 1970, le groupe Eternit contrôle 11,11 % du capital de Chokier et Étex 88,84 %, note d’information à la disposition du public à l’occasion de l’emprunt obligataire de 1970, archives historiques du Crédit Lyonnais, dossier Eternit, DEEF 69 AH26.

20 Note d’Emile Henri à Marcel Paul du 11 décembre 1922, citée par A. Baudant, Pont-à-Mousson, 1918-1939. Stratégies industrielles d’une dynastie lorraine, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980, p. 348.

21 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 13 octobre 1930.

22 « Que l’on étudie tout particulièrement la situation des créanciers de l’affaire », ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 28 mai 1932.

23 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 25 juin 1932.

24 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 27 août 1932.

25 A Baudant, op. cit., p. 352.

26 Filiale de Pont-à-Mousson spécialisée dans la fabrication des tuyaux en ciment armé selon le procédé Hume. J’abrège cette société en SPPH.

27 Il s’agit d’une équivalence avec les tuyaux de fonte. Exprimée dans l’unité traditionnelle d’Eternit, elle correspond à un peu plus de 100 000 m2/5.

28 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 9 mai 1931.

29 L’usine de tuyaux attenante à celle de produits plats est montée en 1930 sur le territoire de la commune voisine de Prouvy : Thiant, voir supra.

30 A. Baudant, op. cit., p. 350.

31 Ibid., p. 353.

32 Eternit, procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 12 janvier et 11 mai 1929 et rapport du conseil d’administration à l’AGO du 11 mai 1929, archives privées de la firme.

33 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 24 mars et 8 décembre 1934.

34 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 septembre 1936.

35 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 4 juin 1938.

36 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 juin 1937.

37 Ibid., état des titres appartenant à la Société au 31 août 1939, archives privées d’Eternit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search