Version classiqueVersion mobile

Eternit et l’amiante 1922-2000

 | 
Odette Hardy-Hémery

Chapitre I. Au départ, une affaire familiale

Texte intégral

Introduction. Le terreau d’une croissance

1Les créations d’entreprises dans l’époque instable que constitue l’entre-deux-guerres sont rares dans la région du Nord. La grande expansion des charbonnages qui a marqué le xixe et le début du xxe siècle s’essouffle ; la sidérurgie vit sur son acquis. Une seule branche, le textile artificiel ou rayonne, connaît un développement conséquent mais fragile.

2Par contre, quelques rares entrepreneurs vont saisir une double opportunité exceptionnelle dans les années 1920 : les énormes besoins de la région du Nord, totalement sinistrée, pour sa reconstruction et la possibilité de rachat de dommages de guerre qu’autorise la loi du 17 avril 1919, pour se lancer dans une nouvelle activité industrielle. Tel est le cas de Joseph Cuvelier-d’Haussy.

I. Les Cuvelier : une famille de vieille bourgeoisie

1. Des origines lointaines

  • 1 Grâce aux recherches d’Albert Cuvelier-Verley, oncle paternel de Joseph Cuvelier, Généalogie de la (...)

3Les origines connues1 de la famille remontent au xve siècle : les Cuvelier sont alors en relations constantes avec la ville de Lille ; ils ont le titre de Bourgeois de cette ville dans laquelle ils ont de nombreuses parentés. Guillaume Cuvelier, juge au Parlement en 1430, serait un de leurs ancêtres. Le grand-père de Joseph Cuvelier, Henri Ignace, d’Haubourdin, descend d’Anselme Anselot Cuvelier d’Oresmieux, homme d’armes de la compagnie du comte de Ligne. Ces Cuvelier d’Oresmieux ne sont qu’une branche d’une famille extrêmement nombreuse dont les rameaux s’étendent, au xvie siècle, dans tout l’Artois, la Flandre et une partie du Hainaut.

  • 2 Date du premier acte passé en commun par Anselot Cuvelier et son beau-père.
  • 3 Lui-même grand-père du fondateur d’Eternit.

4La famille Cuvelier entre à la cense d’Oresmieux, appartenant à l’abbaye des bénédictins de Saint-Vaast d’Arras et s’étendant sur Wicres et Herlies près de Fournes en Weppes dans le Nord, par le mariage d’Anselot le Cuvelier avec la fille du censier avant 15482. Les Cuvelier occupent la ferme et exercent les fonctions de bailli de ce fief d’Oresmieux de père en fils jusqu’en 1765. Le père d’Henri Ignace Cuvelier3, Guillaume III Alexandre, aide de camp du général Ducellier, vient, après la période révolutionnaire vécue comme une tourmente par cette famille très pratiquante, prendre pied en 1804 à Haubourdin : il y achète une pannerie et quelques terres.

2. Vers le négoce des vins

5Henri Ignace, profitant des relations de son père dans le Pas-de-Calais, développe un commerce de vins. Dès 1840, il part pour Bordeaux et utilise les transports par mer entre cette ville et Dunkerque, puis par canaux de Dunkerque à Haubourdin. Il importe également dans le Nord les meilleurs vins de Bourgogne. Pendant la maladie du vignoble français de 1854 à 1860, il fait de très grosses provisions de vins dont il tire un bon parti pendant les années de disette.

  • 4 Cette société exploite notamment le Château-Léville-Poyferré, deuxième grand cru classé, A. Cuvelie (...)

6Henri Ignace Cuvelier, qui a épousé une demoiselle Parent, fille de fabricants de tissus de Roubaix, associe dans la société H. Cuvelier fils, fondée en 1875, ses trois fils : Henri Cuvelier-Charvet, Paul Cuvelier-Piérard, père de Joseph et Albert Cuvelier-Verley. Au début du xxe siècle, la Maison Cuvelier prend pied définitivement dans les vignobles du Bordelais en achetant en 1903 le Château Le Crock (50 hectares) dans le Haut-Médoc puis en 1911 un autre domaine, le Château Camensac à Saint-Laurent. Peu après est constituée la Société des Domaines de Saint-Julien exploitant une centaine d’hectares4.

3. De nouvelles activités : cimenteries et sucreries

7Les fils d’Henri Ignace Cuvelier-Parent diversifient les activités. Dès 1881, l’aîné, Henri Cuvelier-Charvet, fonde la société anonyme des Ciments de Dannes (Pas-de-Calais), ayant découvert dans cette commune située sur la grande ligne de chemin de fer Calais-Boulogne-Paris des carrières très riches en calcaire et des gisements de marne très grasse. Le Boulonnais dispose auparavant de deux usines à ciment mais la consommation est croissante.

  • 5 Le Monde illustré, 24 juin 1922.

8En 1883, l’usine est créée et douze fours anglais assurent la fabrication5. La qualité des produits est appréciée de la clientèle et, moins de deux ans après l’entrée en production, la marque « Portland Couronne » est admise sur les chantiers municipaux de Paris par de nombreuses administrations et par les compagnies de chemins de fer. Il est nécessaire d’agrandir à plusieurs reprises l’installation primitive pour satisfaire la demande toujours en hausse.

  • 6 Père de Joseph Cuvelier.
  • 7 Où elles sont placées sous la direction d’Étienne Cuvelier, fils d’Henri Cuvelier-Charvet et neveu (...)

9Henri Cuvelier-Charvet étant mort en 1893, c’est son frère Paul6 qui devient président du conseil d’administration des Ciments de Dannes. Il décide en 1906 l’installation de deux fours rotatifs de 35 mètres qui permettent de porter la fabrication à 40 000 tonnes. Six ans plus tard, les avantages des fours rotatifs étant établis, la Société décide l’exécution d’un programme comportant la création d’une nouvelle usine avec deux fours rotatifs de 60 mètres de long. L’un d’entre eux est construit et mis en service aussitôt. Les deux usines à la veille de la première guerre mondiale7 produisent 80 000 tonnes de ciment.

  • 8 Celle-ci est par sa mère alliée aux Dupont, de la banque du même nom.

10Paul Cuvelier, père du fondateur d’Eternit, est déjà un industriel d’envergure non négligeable. Né en 1849, il épouse en 1874 Alix Marie Piérard, fille du banquier valenciennois Louis Piérard8. Paul Cuvelier-Piérard est à la fois négociant en vins à Haubourdin, président de la Société des Ciments de Dannes, fabricant de sucre à Sin-Le-Noble et conseiller municipal d’Haubourdin. De son mariage avec Alix Marie Piérard naissent dix enfants dont sept fils. Joseph Cuvelier, né le 19 avril 1879, est le troisième de cette lignée. Dès l’avant-guerre, il gère avec son frère, André Cuvelier-de Quandale, la fabrique de sucre de Sin-le-Noble près de Douai que leur père a modernisée.

4. L’alliance avec les d’Haussy

  • 9 L’indicateur valenciennois, almanach historique et administratif, judiciaire et commercial de l’arr (...)
  • 10 L’arrondissement de Valenciennes vient largement en tête du Nord pour la quantité d’hectares planté (...)
  • 11 Ibid., État statistique des fabriques de sucre de betterave et évaluation de leur produit pour 1835
  • 12 ADN, M581/63.

11Le 9 août 1904, Joseph Henri Marie Cuvelier épouse Thérèse Jeanne Marie Joseph d’Haussy, fille d’un fabricant de sucre d’Artres et d’une Fiévet. Arrêtons-nous sur la sucrerie d’Artres dont Joseph Cuvelier va devenir pour de longues années administrateur. Il s’agit d’un très vieil établissement. Artres, dont un d’Haussy est maire en 18289, est au xixe siècle une localisation importante de la sucrerie10. En 185311, trois établissements y fonctionnent : Grar et Voog, produisant 176 000 kg de sucre en 1834 et 180 000 en 1835, Leduc et Locqueneux avec 204 910 kg en 1834 et 210 000 en 1835, enfin d’Haussy avec 99 000 kg en 1834 et 100 000 en 1835. D’Haussy, apparu dans ces années 1834-1835, est d’importance moyenne avec 2 % de la production sucrière du Nord en 1835. Les plus grosses sucreries du département sont celles de Blanquet et Harpignies à Famars avec 278 000 kg produits en 1834 et de Hamoir à Saultain avec 296 000 kg. Néanmoins, d’Haussy est l’un des 46 établissements sucriers du Nord. En 1838 et 183912, la sucrerie d’Haussy est toujours présente à Artres, accompagnée seulement de celle de Leduc frères. D’Haussy a ensemencé 94 hectares en 1838 et 63 en 1839. Il est qualifié par l’enquêteur de « riche propriétaire et cultivateur ».

  • 13 Ibid.

« Cette fabrique continuera, poursuit l’enquêteur, mais sans résultat heureux, la cause en étant la mauvaise administration, le manque de connaissances suffisantes »13.

  • 14 Annuaire administratif, commercial et industriel de Valenciennes et de son arrondissement, Valencie (...)

12Une appréciation de même ordre est portée sur la sucrerie Leduc : « mauvaises conditions, mauvaise administration ». Et pourtant, en 186414 ne subsistent à Artres que les sucreries de J.-B. d’Haussy et de L. Leduc, le premier ayant adjoint à sa sucrerie une distillerie. En 1904 seule reste en activité la sucrerie d’Haussy. En cette année du mariage de Joseph Cuvelier et de Thérèse d’Haussy, le père de la mariée, Albert d’Haussy, est maire d’Artres.

  • 15 ADN, Enregistrement, 3Q 545/675 à 1050 et acte passé le 9 août 1904 devant maître Lemaire, notaire (...)
  • 16 Les donateurs attribuent à leur fille treize actions de la Compagnie des mines de Courrières d’une (...)

13Lors du contrat de mariage conclu sous le régime de la communauté réduite aux acquets15, aucun apport n’est déclaré. Par contre, une donation de 150 000 francs est faite par les parents Cuvelier à leur fils par imputation sur ses droits dans la succession ; de même, les d’Haussy font à leur fille une donation de 100 000 francs16 avec imputation également sur la succession. Ces donations sont faibles et permettent de réduire les droits de succession.

  • 17 Guillaume Paul Albert né le 2 septembre 1905, Françoise Alix Marie Joseph née le 10 avril 1907 qui (...)
  • 18 À savoir Paul Léon Dupont.
  • 19 Parmi les six frères de Joseph Cuvelier, l’un décède en bas âge, un autre est tué à la guerre en oc (...)

14De l’union naissent trois enfants de 1905 à 191417. Joseph Cuvelier et sa femme résident alors à Sin-le-Noble. Son frère aîné, Paul Louis Marie, a épousé à Valenciennes en 1907 Elvire Julie Marie Dupont, fille du banquier de cette ville18, président de la chambre de commerce de Valenciennes, un de ses frères cadets, André, une De Quandalle, fille du maire d’Auchy et conseiller général du Pas-de-Calais, son autre frère cadet, Louis Gonzague, une Coisne, fille d’un fabricant de toiles d’Armentières19.

15La première guerre mondiale interrompt le cours des choses. La fabrique de sucre de Sin-le-Noble est complètement détruite comme celle d’Artres. Ainsi que l’autorise la loi de 1919, les dommages de guerre afférant à l’établissement de Sin-le-Noble vont être reportés à la fois sur la sucrerie d’Artres et sur l’usine Eternit de Prouvy.

II. Première tentative avortée : le carton bitumé

1. À la recherche d’une « industrie florissante »

  • 20 J.-C. Guillaume, « L’innovation dans l’industrie mécanique d’une région rurale : l’exemple de l’Aux (...)

16Jean-Charles Guillaume a mis en évidence que les gains de productivité de l’agriculture locale promeuvent un milieu de « bricoleurs géniaux », fondateurs de PME compétitives20 :

  • 21 Ibid., p. 751.

« les patrons sont intelligents, sérieux, travailleurs, mais n’ont qu’une formation générale assez limitée… Tous… paient de leur personne, passionnés par leur aventure et croyant en leurs produits. Ils cherchent d’abord à perfectionner des inventions faites par d’autres, puis mettent un point d’honneur à inventer quelque chose. Ils se contentent souvent d’un simple transfert d’un secteur à un autre… Tous veulent être des “bricoleurs géniaux” à la recherche d’astuces »21.

17Cette remarque, appliquée par Jean-Charles Guillaume aux années 1850-1885 et à l’industrie mécanique de l’Auxerrois, vaut parfaitement après 1920 pour l’agro-alimentaire et la fondation de l’Eternit française.

18Un événement apparemment de peu d’importance et qui n’a pas dû faire grand bruit le « landernau » capitaliste du Valenciennois est la création en 1920 par Joseph Cuvelier de la Société des Matériaux Spéciaux de Construction qui précède la fondation d’Eternit. Joseph Cuvelier fait figure de bricoleur avisé. Sans formation technique particulière mais autodidacte de talent à l’écoute de son époque, il se livre à plusieurs tentatives industrielles.

  • 22 Rapport du commissaire à la première assemblée générale constitutive d’Eternit le 24 août 1922 et s (...)

19Dès l’immédiate sortie de la guerre, il se lance dans un ersatz bien connu, le carton bitumé, évidemment utilisé pour les couvertures de baraquements. Il adjoint à ses modestes activités des essais de fabrication d’amiante-ciment qu’il a dénommé Elith et Fibrodurith. Ces marques ont été déposées à Paris pour la France et à Berne pour les autres pays. L’industriel a également déposé la marque Eternolith pour les parquets sans joints22. Dans cette quête, l’entrepreneur n’est pas seul : il s’appuie sur des réseaux sociaux, ceux de ses amis et de ses parents ; ces derniers sont en relations matrimoniales avec les banques régionales qui vont soutenir l’entreprise lors de ses premières extensions

2. De contacts en voyages : un réseau d’influence

  • 23 Citation empruntée aux extraits du journal de Joseph Cuvelier présentés à l’exposition « Eternit-In (...)

20Joseph Cuvelier évoque dans son journal les nombreux contacts, les relais et les voyages à l’étranger qui lui permettent de s’informer efficacement sur l’industrie du carton bitumé et du fibrociment. Cette quête de renseignements sur les produits nouveaux est essentielle, elle est acharnée. Le créateur d’une industrie nouvelle n’a pas droit à l’erreur. Joseph Cuvelier le sait et se garde de tout isolement qui pourrait l’engager durablement dans une impasse23 :

« en 1919, mon frère Paul m’informe qu’un de ses parents, M. Chalard, ingénieur des mines réformé pour blessures de guerre, a installé à Grenoble une industrie très florissante pour la fabrication du carton bitumé et des parquets sans joint et qu’il désire trouver un associé, déplacer son industrie et la réinstaller dans le Nord.
La même année, Marcel Cuvelier me donne un dossier dont il n’avait plus besoin sur l’industrie du fibrociment ; ce dossier retient mon attention et quelques temps après dans une conversation avec M. Chalard nous jetons les bases d’une affaire qui aura pour objet la fabrication de certaines spécialités dont le carton bitumé, le parquet sans joint, le fibrociment.
Le principe étant décidé nous partons, M. Chalard, André Cuvelier et moi en voyage d’étude en Autriche, Tchécoslovaquie, Allemagne, Belgique, Hollande.
Au retour nous avons une documentation complète sur l’industrie du fibrociment, et nous décidons de passer à l’action.
Au début de 1920 après avoir visité toute la région de Valenciennes et de Douai, et après avoir hésité entre plusieurs terrains, dont un situé à Bouchain, et qui remplissait également les conditions requises, je jette mon dévolu sur ceux de Prouvy qui totalisaient environ 7 ha 1/2 répartis entre 10 propriétaires différents.
C’était une prairie marécageuse plantée de quelques bouleaux au carrefour du canal de l’Escaut et du chemin de fer de Valenciennes à Cambrai au lieu dit “Les Prieux” sur le territoire de Prouvy (Nord) ».

21Ce très modeste démarrage dans le carton bitumé est étoffé par l’adjonction de l’unité de Grenoble.

3. Le transfert de l’usine de Grenoble dans le Nord, à Prouvy

22Joseph Cuvelier poursuit dans son journal :

« Au cours de l’année 1921, M. Chalard dont la santé avait été très ébranlée par la guerre contracta une pleurésie qui l’emporta. Cet événement faillit tout remettre en question ; heureusement les notes recueillies dans ses papiers permirent l’achèvement des plans.
Un ingénieur, M. Caron, fut engagé pour le remplacer et les terminer. L’usine de carton bitumé démontée de Grenoble et remontée à Prouvy fut mise en route au début 1922 mais je dus vite me rendre à l’évidence : le carton bitumé n’était pas un produit de paix ; et je pris la décision de l’arrêter.
Par contre la construction de l’usine de fribrociment fut accélérée ».

23Pour cette première société, Joseph Cuvelier et son frère aîné, Paul Cuvelier-Dupont, apportent les dommages de guerre de la sucrerie de Sin-le-Noble qui n’est pas reconstruite. Ce mode de financement va être largement utilisé par la suite.

III. Le choix de l’amiante-ciment

1. L’association avec l’Eternit belge

24En 1922, Joseph Cuvelier s’associe avec un détenteur de brevets belges d’amiante-ciment, Jean Emsens, lequel apporte la marque Eternit. Là encore, le journal de Joseph Cuvelier est éclairant :

  • 24 Père de Joseph Cuvelier.
  • 25 Frère aîné de Joseph Cuvelier.
  • 26 Haren est le lieu d’implantation de l’Eternit belge.

« en avril 1922, j’appris en Bourse de Lille qu’une société belge, la société Eternit, voulait monter en France une usine de fibrociment et avait pris option dans ce but sur un terrain situé sur le canal de Saint-Quentin.
Je pris contact avec ce groupe et après des pourparlers engagés avec les représentants, MM. Emsens et Panquin, le compromis annexé fut signé.
C’est ainsi que la Société des Matériaux Spéciaux de Construction fut liquidée et remplacée par la société anonyme française Eternit, au capital de 4 000 000 francs créée le 22 septembre 1922.
Le premier Conseil était constitué par MM. :
Paul Cuvelier Piérard : Président24.
Paul Cuvelier Dupont : Administrateur25.
Joseph Cuvelier d’Haussy : Administrateur délégué.
Liekens : Administrateur.
Panquin : Administrateur.
J. Emsens : Administrateur.
Alfred Emsens : Administrateur.
L’usine de Prouvy entrait en fonctionnement en fin 1922 avec des cadres venus de Haren26.
La 1re machine en octobre 1922.
La 2e machine en janvier 1923 ».

2. Un matériau simple dans un environnement porteur

  • 27 K. Hünerberg, Tuyaux en amiante-ciment pour canalisations sous pression, Springer-Verlag Berlin Hei (...)

25On résumera les caractéristiques et les avantages du matériau nouveau. Le procédé de fabrication de l’amiante-ciment est mis au point, à la fin du xixe siècle, par un ingénieur brasseur autrichien, Ludwig Hatschek, qui dispose, près de Voëcklabruck, d’un tissage d’amiante. Né à Olmütz le 8 octobre 1856, Hatschek se rend acquéreur en 1890 des vieilles machines d’une filature d’amiante dont la vente a été annoncée dans la presse. À l’époque, le minéral amiante n’est guère connu en Europe. En 1893, il installe ses machines dans un moulin à papier de Schöndorf près de Voëcklabruck et crée la « Erste Oesterreichisch-ungarische Asbestwaren-Fabrik Ludwig Hatschek »27.

26Au début, Hatschek se limite à la fabrication d’articles variés en amiante : tissus, mais aussi papier et carton d’amiante,

  • 28 Les origines et la fabrication de l’amiante-ciment, archives privées d’Eternit.

« à l’aide d’une machine à formes cylindriques filtrantes tournant en continu dans des bacs recueillant le mélange d’eau et d’amiante ; le film constitué, fixé par un feutre continu, s’enroule autour d’un cylindre de format »28.

27Hatschek se rend compte très tôt que les propriétés caractéristiques des fibres d’asbeste peuvent être mises à profit pour l’élaboration d’un matériau artificiel de couverture. Après avoir essayé tour à tour les liants les plus divers, il a un jour l’idée

  • 29 Ibid.

« d’ajouter au mélange du ciment et il constate que cet ajout ne perturbe pas, outre mesure, la marche de la machine et donne naissance, après découpe et déroulement du cylindre de format, à un produit qui, durci, présente une très grande résistance. L’ardoise d’amiante-ciment vient de naître. Hatschek brevette son invention en 1900, après que la commission viennoise d’examen du brevet ait levé le doute qui plane sur l’aptitude d’un liant hydraulique à faire prise avec une telle quantité d’eau, celle-ci servant même de transporteur au mélange »29.

  • 30 Brevet no 299011.

28Hatschek dépose le brevet de ce produit nouveau en France sous le nom d’Eternit30.

29Le nouveau matériau connaît un développement très rapide : dès 1906, Ludwig Hatschek est en mesure de construire sa propre cimenterie. L’entrepreneur voit loin, il est audacieux. On en découvre un témoignage dans l’accord qu’il conclut en 1910 avec les exploitants russes des mines d’amiante. Pour s’assurer un approvisionnement en fibres de qualité constante, Hatschek s’engage à acheter la production totale de ces fibres, mais en contrepartie les exploitants s’interdisent de vendre à d’autres clients des amiantes de la qualité choisie par Hatschek.

  • 31 K. Hünerberg, op. cit., p. 2.

30Ludwig Hatschek meurt le 15 juillet 1914. Si, à cette époque, son invention est déjà connue dans de nombreux pays, l’extension que va prendre l’industrie de l’amiante-ciment n’en est cependant encore qu’à ses débuts. À l’origine, le nouveau matériau est considéré comme un produit de remplacement susceptible tout au plus d’améliorer quelque peu les techniques de constructions traditionnelles. Mais, très tôt, l’amiante-ciment affirme des qualités propres qui en permettent l’emploi dans de nombreuses applications et sous des formes très diversifiées. Déjà en 1906, dans une usine située près de Milan, à Casale-Monferrato, on fabrique à la main, à partir de plaques en amiante-ciment, des tuyaux comportant une soudure longitudinale31. Ces tuyaux sont employés pour les descentes d’eau fluviale, pour les conduites de ventilation… etc. et ils peuvent supporter de faibles pressions.

31Peu avant sa mort, Hatschek a amorcé, sur sa machine à plaques, des essais de fabrication de tuyaux sans soudure. Il est cependant réservé à l’Italien Mazza et à son collaborateur Mattei d’orienter ces recherches dans la direction décisive. Ils ont l’idée de substituer au cylindre format de la machine plaques sur lequel se forme l’enveloppe en amiante-ciment, un cylindre noyau ou mandrin qu’on peut retirer de la machine. On dégage ensuite l’enveloppe d’amiante-ciment portée par ce mandrin, tandis que l’enroulement continue sur un second mandrin introduit à son tour dans la machine. Un brevet pour la machine tuyaux « système Mazza » est octroyé à la SA Eternit Pietra Artificiale qui commence en 1913 dans son usine de Casale la première production massive de tuyaux sans soudure. Et, dès cette année, un premier réseau de distribution d’eau en tuyaux d’amiante-ciment est posé.

  • 32 Dans de nombreux pays, des industriels s’organisent pour fabriquer ces tuyaux sous licence de la SA (...)
  • 33 La même année, la première conduite de distribution d’eau en tuyaux pour canalisations sous pressio (...)

32Au fil des années, la machine tuyaux reçoit de nombreux perfectionnements : en même temps, l’emploi des tuyaux sous pression en amiante-ciment se développe dans une large mesure. En 1935, l’Italie compte déjà 10 000 km de conduites principales de distribution d’eau construites en tuyau d’amiante-ciment32. En Allemagne, l’ancienne Deutsche Azbestzement AG devenue ensuite Eternit AG commence la fabrication des tuyaux pour canalisations sous pression à Berlin-Rudow en 193033. À la même époque, les premières conduites expérimentales en tuyaux pour canalisations sous pression en amiante-ciment sont installées dans d’autres pays, essais qui débouchent sur une utilisation de plus en plus large.

33Les raisons du succès de ce matériau sont liées aux avantages suivants de l’amiante : imputrescibilité, ininflammabilité, souplesse qui permet des dilatations assez importantes. Ce produit simple, l’amiante-ciment, correspond à un besoin de la région du Nord pour sa reconstitution. La réussite va être induite ici par la taille de la clientèle. Cette rencontre entre la production et la consommation est sans doute en partie due au hasard. Il n’en reste pas moins qu’un petit capitalisme familial utilise une fortune bâtie sur l’agro-alimentaire de la région et montre un grand dynamisme à promouvoir, par le marketing notamment, un matériau nouveau. Ce capitalisme sait en particulier passer de l’ersatz de fin de guerre, le carton bitumé, à un produit de qualité. Cette percée vient à point à une époque de reconstruction.

IV. Des machines aux capitaux

1. La construction de l’usine de Prouvy

Une extension continue

  • 34 Société Eternit, procès-verbal de réunion des promoteurs de la Société anonyme française Eternit le (...)

34À l’origine, l’usine doit se mettre en route le 29 août 1922. La société Eternit belge envoie dans ce but son chef de fabrication et deux chefs d’équipe34.

  • 35 Avec un traitement d’administrateur délégué de 30 000 francs, de directeur de 20 000 francs et une (...)

35Joseph Cuvelier accepte la place d’administrateur délégué et de directeur d’Eternit35 en se partageant entre les affaires d’Artres et de Prouvy pendant trois ou quatre mois,

  • 36 Ibid, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 23 septembre 1922.

« délai nécessaire pour passer la main à Artres. Ensuite, il se consacrerait entièrement à l’affaire de Prouvy, étant fait observer qu’étant administrateur de plusieurs sociétés il continuerait à en remplir les fonctions »36.

36L’usine de Prouvy entre en fonctionnement en octobre 1922 avec une première machine à plaques suivie d’une seconde dès janvier 1923. À cette époque, la direction décide d’étendre l’établissement avec

  • 37 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 février 1923.

« un bâtiment en élévation (hollander, ciment et broyeurs) pour deux machines, un bâtiment de magasin pour une machine et demi et le matériel complet d’une machine. Le programme d’extension prévoit la construction de maisons ouvrières »37.

37La question fondamentale du profil à adopter pour les plaques ondulées est débattue au conseil d’administration du 26 mai 1923 qui hésite entre le modèle 2,50 x 1,05 lequel donne des mécomptes et le format 2,50 x 0,70 ; une enquête auprès de la clientèle est diligentée. Enfin, les travaux de la nouvelle installation complétée se présentent ainsi à la fin de 1923 :

Document 1. — Usine de Prouvy-Valenciennes. Vue aérienne vers 1960.

Document 1. — Usine de Prouvy-Valenciennes. Vue aérienne vers 1960.

L’usine à plaques sur Prouvy et celle à tuyaux sur Thiant sont l’une en face de l’autre, séparées par l’Escaut. Au fond, on aperçoit Trith-Saint-Léger.

Coll. particulière.

  • 38 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 20 décembre 1923.

« le magasin à matières premières sera prévu pour trois machines dont une de 1 m 90 et muni de moyens de manutention mécaniques appropriés. Le bâtiment et l’outillage de manutention de ce magasin seront étudiés en vue de l’extension future de l’affaire. Le matériel de la nouvelle usine sera prévu pour une machine double de 1 m 90, les manutentions de l’ancienne usine seront perfectionnées. Le bâtiment des produits fabriqués sera prévu pour trois machines dont une double. Il sera muni de tous les moyens de manutention modernes permettant l’application des procédés à l’acide carbonique. Il sera étudié en vue de l’extension future de l’affaire. Bien que ce programme ainsi complété entraîne une dépense d’environ 2 200 000 francs courants au lieu de 1 300 000 francs, le conseil estime qu’elle est nécessaire et décide de passer à l’exécution »38.

  • 39 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 14 septembre 1925. En novembre 1925, (...)

38En mars 1924, une quatrième machine de 1 m 20 avec son matériel annexe est montée, ce qui porte la puissance de l’usine à trois machines de 1 m 20 et une de 1 m 80. Les travaux sont à nouveau étendus en 1925-1926 par l’addition d’une cinquième machine et l’agrandissement du magasin de produits finis39. Les ardoises en amiante-ciment et les plaques ondulées sont les premiers matériaux fabriqués et utilisés en couverture et en bardages verticaux. À la fin de 1923, 213 personnes ont produit et vendu 9 000 tonnes de ces matériaux. Le succès est assuré.

L’investissement et l’amortissement : un turn over record des machines

  • 40 Voir infra, chapitre IV.
  • 41 J’utilise cette conversion, l’étude se prolongeant jusqu’en 2000.

39La hausse des immobilisations aux bilans réévalués par mes soins40 donne une idée des travaux neufs. Pour la période 1924-1927, ils s’élèvent à 5 560 000 francs courants ou 6 170 000 nouveaux francs constants 198041 (voir graphique XV). D’après l’intervention de Joseph Cuvelier à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires de mai 1926, le matériel est assez vite déclassé dans cette usine et passé immédiatement au compte amortissement sans que l’opération apparaisse au bilan. C’est donc un total plutôt minorant que j’ai reconstitué.

  • 42 Eternit, rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 2 (...)
  • 43 Il s’agit de m2 de 5 mm d’épaisseur.
  • 44 Eternit, rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale des actionnaires de mai 1926 su (...)

40En 1923, la direction a un programme de travaux neufs de 2 000 000 francs courants qui doit permettre de doubler la production et que la Société compte couvrir par les capitaux de l’émission nouvelle et par les dommages de guerre acquis42. Ces importants travaux s’expliquent par une demande croissante. Au cours de l’exercice 1925, un nouveau groupe de machines est ajouté aux quatre déjà existantes, ce qui porte la puissance de production pour 1926 à plus de 4 000 000 m 2/543, soit quatre fois celle de 192344.

41L’extension de l’entreprise exige un financement assuré. Deux sources vont y contribuer : le rassemblement de capitaux et leur augmentation et l’acquisition de dommages de guerre réemployables à Prouvy qui se poursuit jusqu’en 1924.

2. Rassembler des disponibilités

Le capital, ses sources et ses augmentations

  • 45 Liste des souscripteurs des 2 110 actions de numéraire et état des versements effectués par chacun (...)
  • 46 Par ailleurs mandataire de la Société Eternit de Bruxelles pour souscrire en son nom.

42Le capital initial de la société Eternit est de 4 000 000 francs courants en 4 000 actions de 1 000 francs. Sur ce total, 1 890 sont des actions d’apport. En fait, c’est un capital de 2 110 000 francs courants qui permet réellement à la Société de se développer. J’ai découvert la liste des souscripteurs des 2 110 actions de numéraire45. 1 175 actions, soit 84 % du total, sont souscrites par les Belges dont 250 par la société anonyme Eternit à Bruxelles, 150 par un banquier de Bruxelles, Victor Panquin46 et 1 250 par la famille Emsens. Relevons encore la présence parmi les souscripteurs de la Société anonyme des Ciments de Dannes Portland Couronne, dont le siège est à Dannes dans le Pas-de-Calais, détenant 130 actions. Cette société est représentée par Paul Louis Cuvelier, négociant en vins à Haubourdin, frère aîné de Joseph Cuvelier.

  • 47 Joseph Cuvelier apporte un terrain de 5 ha au lieu dit « Les Prieux » à Prouvy ; un bâtiment sans é (...)
  • 48 Procès-verbal de réunion de la 1re assemblée générale constitutive d’Eternit du 24 août 1922, liste (...)

43Il apparaît par ailleurs que, pour le moins, les actifs apportés sont largement estimés et qu’ils sont constitués pour une part conséquente de brevets. 1 460 000 francs courants sont attribués à Joseph Cuvelier pour ses apports en terrains, bâtiments, matériel pour la fabrication des produits en amiante-ciment et celle de cartons imprégnés47, les contrats et les trois marques déposées à Paris pour la France et à Berne pour les autres pays : Elith et Fibrodurith pour les produits en amiante-ciment, Eternolith pour les parquets sans joints. À Jean Emsens sont attribués 350 000 francs courants pour sa clientèle en France et aux colonies, ses procédés et secrets de fabrication, ses méthodes, la formation technique du personnel industriel et commercial, le bénéfice des connaissances acquises dans la fabrication des procédés Eternit. Le reste des actions d’apport, 80 soit 80 000 francs courants, est attribué à Auguste Paul Poulain, industriel à Denain, qui apporte conjointement avec Joseph Cuvelier un matériel mobile et un autre de bureau de maison et de magasin48. Si l’on tient compte de la rémunération des apports, le groupe belge détient 2 125 actions sur 4 000, soit 53 % du capital d’Eternit.

  • 49 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 décembre 1922.
  • 50 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 avril 1924.

44Le capital d’origine est à 50 % belge. Sa modestie va se révéler dès la première année de fonctionnement eu égard aux objectifs de la firme. Par ailleurs, la Société a besoin d’accroître son domaine foncier pour agrandir l’usine. Dès décembre 1922, en raison de la possibilité d’un découvert en février-mars 1923, le conseil d’administration demande que « les banquiers soient questionnés pour savoir s’ils accepteront ce découvert et à quelles conditions »49. Ces banques sont les établissements régionaux Piérard et Dupont avant qu’en janvier 1927 la Société n’entre en relation avec le Crédit lyonnais. Fin 1923, un terrain est acheté à Lyon pour y constituer un dépôt ; des devises étrangères nécessaires au paiement des amiantes doivent être négociées50. L’autorisation d’acquérir de nouveaux terrains et l’ancien bras de l’Escaut à Haulchin est délivrée par le conseil à Joseph Cuvelier en juin 1924.

  • 51 Abréviation d’Assemblée générale extraordinaire. De même, nous abrégeons Assemblée générale ordinai (...)
  • 52 D’un nominal de 1 000 francs courants.
  • 53 Consistant en immeubles à Prouvy dont sept habitations comprenant quatre maisons d’ouvriers et troi (...)
  • 54 Eternit, procès-verbal de la deuxième AGE en date du 24 novembre 1923, Compagnie des agents de chan (...)
  • 55 Eternit, procès-verbal de réunion de conseil d’administration du 4 août 1923.

45Le capital est rapidement augmenté. L’AGE51 du 25 août 1923 décide l’émission de 1 000 actions nouvelles52 dont 95 à remettre en rémunération d’un nouvel apport53 à Joseph Cuvelier et 905 à émettre contre du numéraire54. Ces 905 actions sont souscrites par 24 personnes. Le groupe belge (où l’on retrouve la société Eternit de Bruxelles, les Emsens, la banque Panquin) en acquiert 53155 : à l’issue de l’opération, il détient toujours 53 % du capital d’Eternit. En 1924 sont encore émises 5 000 actions portant le capital à 5 000 000 francs courants. Il faut ensuite attendre 1929 et 1930 pour de nouvelles émissions : elles ne changent pas l’importante participation prise par l’Eternit belge.

Le rachat de dommages de guerre

46Eternit qui est fournisseur de la reconstruction a pu dégager des superprofits. Très rapidement, la Société nouvellement constituée va produire : dès 1923, elle fournit 1 000 000 m2/5 d’amiante-ciment (voir graphique III). La firme peut racheter des dommages de guerre dont elle garde les annuités trentenaires en portefeuille, réalisant ainsi à terme une fructueuse opération, d’autant que les prix de cession des dommages de guerre ont souvent été hors de proportion avec les indemnités touchées ensuite. Ainsi, l’entreprise Béghin rachète avant 1924 un ensemble de dommages afférant à quatre sucreries pour 13 719 000 francs courants et la commission cantonale accorde pour le même dommage une indemnité de 31 130 000 francs. Dans le cas qui nous occupe

  • 56 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 décembre 1923.

« suite à l’offre de M. Poulain, le conseil d’administration d’Eternit accepte de lui racheter ses dommages de guerre, 146 000 francs courants, à 55 % de leur valeur maximum payable en argent »56.

  • 57 L’État autorise le rachat ou l’échange de dommages de guerre. L’industriel peut réemployer son domm (...)
  • 58 La première est achetée à un notaire pour dommages à deux immeubles, la seconde à un propriétaire d (...)

47Les indemnités de remploi57 acquises par Eternit concernent les industries les plus diverses ou de simples particuliers mais la firme a utilisé judicieusement les possibilités de la loi du 17 avril 1919 sur les dommages de guerre. Ainsi, dès janvier 1923, le conseil d’administration autorise Joseph Cuvelier à acheter 1 000 000 francs actuels de dommages de guerre. En décembre, l’autorisation est renouvelée au même d’acquérir quatre créances d’indemnités pour dommages de guerre immobiliers de 379 000 francs courants, 551 000, 165 000 et 4 50058. Toutes ces créances sont mises en vente en adjudication publique.

  • 59 Même en 1927, la Société achète encore une indemnité de dommages de guerre à Joseph Cuvelier et une (...)
  • 60 ADN, 10 R 5229, dossier de dommages de guerre de la Société Eternit.
  • 61 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 7 novembre 1925.

48À partir de juillet 1925, Eternit cherche à récupérer les dommages de guerre par le moyen des prestations en nature livrées par l’Allemagne ; à la fin de l’année, la Société a obtenu, sur 1 844 000 francs courants d’indemnité lui restant dûs, 1 217 000 francs de prestations en nature. L’apport en dommages de guerre est très important59, notamment celui du père de Joseph Cuvelier, Paul Charles Cuvelier-Piérard qui détenait avant 1914 une sucrerie à Sin-Le-Noble. Sur le programme de construction pour 1926 s’élevant à 1 500 000 francs courants, la Société prévoit qu’1 100 000 sera couvert par les dommages de guerre, le reste par ses disponibilités. Le total de l’indemnité touchée par Eternit s’élève à 6 827 000 francs courants60. Cette somme sera toutefois assez longue à percevoir. En 1926, Eternit doit encore recevoir de l’État 1 844 000 francs courants, ainsi que 1 217 000 de prestations en nature61.

3. Un dernier développement avant la grande crise : la construction de l’usine tuyaux

Des brevets à l’entrée en fabrication

49Fabriquée autour d’un mandrin cylindrique, la plaque d’amiante-ciment se présente d’abord sous forme d’un tuyau. Pourquoi ne pas la laisser ainsi ? Les difficultés de démandrinage, les risques d’ovalisation d’une feuille de quelques millimètres après enlèvement du berceau ont été des obstacles paraissant infranchissables au pionnier qu’était Ludwig Hatschek. Il faut attendre 1913 pour que l’ingénieur italien Adolfo Mazza trouve les astuces nécessaires pour y parvenir et créer ainsi le tuyau d’amiante-ciment sans soudure.

50Le brevet Mazza est complété par deux autres brevets. Le premier, en 1920, vise à permettre l’essorage suffisant de la pellicule d’amiante-ciment s’enroulant autour du mandrin métallique et sa compression par un équipage mû par vérins. Le second porte sur la nécessité de faire décroître la pression au fur et à mesure de l’épaississement du tuyau et est déposé en 1923.

  • 62 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 28 mai 1927 et 11 février 1928.
  • 63 Un tiers des actions sera attribué à M. Gutlin pour l’apport des brevets, un tiers à M. Wagner pour (...)

51Dès 1927, Eternit commence à acheter les brevets tuyaux. En mai, le conseil d’administration approuve l’achat du brevet suisse Herzog sur la fabrication des tuyaux en Eternit sur la base d’abord de 40 000 francs suisses payables à la livraison. Cette somme est finalement ramenée en février 1928 à 20 000 francs suisses, y compris une redevance de 2 % sur le net des factures pendant dix ans62. L’achat du brevet Herzog est amorti en deux ans. En juin 1928, le conseil engage des conversations avec l’agent général en France de l’Eternit de Gênes en raison du désir de l’inventeur Mazza de céder son brevet tuyau pour la France. Le 1er août, un contrat est passé avec Mazza en vue de l’achat de son brevet pour la fabrication de tuyaux Ferrettite. Le conseil engage sa participation de 1/3 dans une société au capital de 150 000 francs pour son apport en espèces63.

  • 64 Les points I et II de ce programme comprennent l’installation de deux machines à carton, le prolong (...)
  • 65 Déjà, au début de 1927, les banques Piérard et Dupont ont consenti un découvert de 5 000 000 francs (...)

52L’usine tuyaux est commencée en 1928. La majeure partie du programme de ses travaux cumulé s’élève pour l’exercice 1929-1930 à 5 800 000 francs courants64. Mais les besoins financiers sont évalués au début 1929 à 8 800 000 francs courants pour lesquels l’administrateur délégué Joseph Cuvelier négocie avec les banquiers les conditions d’un découvert de 10 000 000 francs. En fait, les trois banques de la Société vont accepter de garantir65 des découverts importants :

1929 :

8 250 000 francs courants

1930 :

10 250 000 francs courants

1931 :

7 050 000 francs courants

1932 :

5 100 000 francs courants

1933 :

2 550 000 francs courants

  • 66 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 mai 1929.
  • 67 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 25 avril et 2 août 1930. Ces proc (...)

53L’usine tuyaux de Thiant, dont le coût global atteint 11 359 000 francs courants, est donc installée en 1928 de l’autre côté du canal de l’Escaut. Son achèvement va se poursuivre en 1929 et en 1930. La mise en route a lieu en octobre 1928 et les ventes commencent en décembre de la même année « L’accueil fait par la clientèle à ce nouveau matériau permet d’espérer les meilleurs résultats »66. En 1928, la Société acquiert un brevet suisse pour la fabrication de tuyaux, un second, italien, pour les conduites à haute pression, et un troisième pour la fabrication de hourdis en Eternit ; la vente de ce dernier article commence en 1929. La politique d’achat de brevets se poursuit pendant ces années tournantes. En 1930, Eternit achète pour 250 000 francs belges un procédé de fabrication pour les plaques ondulées appartenant aux usines réunies Scheerders Van Kherkove, société anonyme dont le siège est à Saint-Nicolas-Waes (arrondissement de Termonde, Flandre orientale)67. Les machines correspondant à cette technique sont importées.

  • 68 Joints Gibault en fonte et simplex en amiante-ciment.

54La nouvelle activité s’intéresse d’abord aux tuyaux pour le bâtiment puis se consacre très vite au marché considéré comme beaucoup plus noble de l’adduction d’eau ; après une machine pour tuyaux de 3 ms de long installée fin 1930, il faut en monter une autre de 4 ms (17 février 1931) et mettre au point des joints adaptés à cette application68.

L’autofinancement relayé par les appels d’argent frais

  • 69 Successivement de 500 000 et 1 200 000 francs courants.
  • 70 Soit une action nouvelle pour deux anciennes possédées et un droit réductible proportionnel aux act (...)
  • 71 Portant le capital de 6 700 000 à 10 050 000 francs courants.

55L’intervention des banquiers et l’autofinancement ne vont pas être tout à fait à la mesure des besoins de trésorerie de la firme. L’autofinancement à Eternit débute brillamment : 967 900 francs courants en 1923 pour une société qui se lance la même année est absolument remarquable (voir graphique VII). Il va véritablement devenir exceptionnel à partir de 1925 où il dépasse 2 000 000 francs courants et il reste approximativement à ce niveau jusqu’en 1927. Le financement des investissements exécutés lors des exercices 1925, 1926 et 1927 est, pour une large part, couvert par les ressources dégagées de l’exploitation. Cet autofinancement a très largement dépassé le capital versé et les différents apports (brevets, terrains, bâtiments, marques) faits à la société en ces cinq années d’existence : 7 621 000 francs courants contre 5 000 000. Néanmoins, Eternit doit recourir à deux nouvelles augmentations de capital en 1929 et en 193069. La première est entièrement souscrite par la Banque Nagelmackers de Bruxelles, le droit de préférence réservé aux actionnaires étant supprimé. Ces derniers retrouvent leur droit irréductible70 à l’émission de 193171 ; la même année est lancée une émission obligataire de 12 000 000 francs courants.

Conclusion. Mesure d’une réussite

56En quatre ans, la production à Eternit connaît un essor remarquable, passant d’un peu plus de 1 000 000 m 2/5 en 1923 à presque 5 000 000 en 1926 (voir graphique III). Certes, en 1924, les ventes dépassent la production de 113 000 m 2/5 tandis qu’en 1926 et 1927 la production est supérieure aux ventes de 665 000 et 378 000 m 2/5, malgré, lors de ces deux exercices, une très importante prise de position à l’exportation. La régression de l’entreprise en 1927 sur le marché intérieur est beaucoup plus importante encore que sa régression totale. Cet accroissement du stock n’a pas été sans créer des difficultés de trésorerie. Pourtant, en 1927, la Société a réduit très sensiblement sa production (voir graphique II).

  • 72 Les chiffres livrés par le conseil d’administration diffèrent légèrement de ceux relevés dans le jo (...)

57Ces difficultés passagères ne sont qu’un souvenir en 1928 où les ventes s’élèvent à 5 389 000 m 2/5 contre 4 113 000 l’année précédente72

  • 73 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 mai 1929.

« représentant, note le conseil d’administration, plus de 50 % de la consommation française en amiante-ciment et égalant ainsi la vente des trois affaires concurrentes »73.

58En trois ans, de 1923 à 1926, la Société a dû créer l’outil indispensable pour réaliser un chiffre d’affaires de plus de 31 000 000 francs courants, soit 29 897 000 nouveaux francs constants en 1980, soit plus de six fois le capital de 1926 (voir graphique V). En 1929, le chiffre d’affaires atteint 41 700 000 francs courants, soit 7,5 fois le capital augmenté la même année. Le tonnage vendu quant à lui en 1929 a doublé par rapport à 1925 et quadruplé par rapport à 1923. À Eternit, le chiffre d’affaires est devenu rapidement cinq à six fois supérieur aux investissements primitifs.

Notes

1 Grâce aux recherches d’Albert Cuvelier-Verley, oncle paternel de Joseph Cuvelier, Généalogie de la famille Cuvelier D’Oresmieux, 1535-1927, Lille, 1927, 90 p., archives départementales du Nord abrégées en ADN, Bibliothèque 19 169.

2 Date du premier acte passé en commun par Anselot Cuvelier et son beau-père.

3 Lui-même grand-père du fondateur d’Eternit.

4 Cette société exploite notamment le Château-Léville-Poyferré, deuxième grand cru classé, A. Cuvelier-Verley, op. cit., p. 25.

5 Le Monde illustré, 24 juin 1922.

6 Père de Joseph Cuvelier.

7 Où elles sont placées sous la direction d’Étienne Cuvelier, fils d’Henri Cuvelier-Charvet et neveu de Paul Cuvelier-Piérard.

8 Celle-ci est par sa mère alliée aux Dupont, de la banque du même nom.

9 L’indicateur valenciennois, almanach historique et administratif, judiciaire et commercial de l’arrondissement de Valenciennes, Lemaitre, libraire, 1828.

10 L’arrondissement de Valenciennes vient largement en tête du Nord pour la quantité d’hectares plantés en betteraves dans ces années : 415 hectares contre 285 pour l’arrondissement de Douai, 208 pour celui de Lille et 1 203 pour le département en 1830 ; l’arrondissement de Valenciennes produit en 1829 5 000 000 kg de sucre, ADN, M 581/53.

11 Ibid., État statistique des fabriques de sucre de betterave et évaluation de leur produit pour 1835.

12 ADN, M581/63.

13 Ibid.

14 Annuaire administratif, commercial et industriel de Valenciennes et de son arrondissement, Valenciennes, J. Giard, Libraire-éditeur, 1864.

15 ADN, Enregistrement, 3Q 545/675 à 1050 et acte passé le 9 août 1904 devant maître Lemaire, notaire à Valenciennes.

16 Les donateurs attribuent à leur fille treize actions de la Compagnie des mines de Courrières d’une valeur de 37 115 francs et 62 885 francs en espèces.

17 Guillaume Paul Albert né le 2 septembre 1905, Françoise Alix Marie Joseph née le 10 avril 1907 qui épouse le 24 mai 1927 Roger Delame-Lelièvre, fils de Maurice et de Valentine Dupont, enfin Marie Josèphe Pauline Louise née le 20 avril 1914 qui épouse un Piérard.

18 À savoir Paul Léon Dupont.

19 Parmi les six frères de Joseph Cuvelier, l’un décède en bas âge, un autre est tué à la guerre en octobre 1914.

20 J.-C. Guillaume, « L’innovation dans l’industrie mécanique d’une région rurale : l’exemple de l’Auxerrois, 1850-1914 », in Les entreprises et leurs réseaux : hommes, capitaux, techniques et pouvoirs xixe-xxe siècles, Mélanges en l’honneur de François Caron, sous la direction de M. Merger et D. Barjot avec la collaboration de M. N. Polino, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 1998, 838 p., p. 45 et 749-758.

21 Ibid., p. 751.

22 Rapport du commissaire à la première assemblée générale constitutive d’Eternit le 24 août 1922 et statuts du 16 août 1922, Compagnie des agents de change de Paris, Service des Études financières, dossier de la Société Eternit, carton no 3637.

23 Citation empruntée aux extraits du journal de Joseph Cuvelier présentés à l’exposition « Eternit-Industries. Évolution économique, technique et sociale » organisée au Musée Théophile Jouglet d’Anzin du 1er avril au 15 mai 1995.

24 Père de Joseph Cuvelier.

25 Frère aîné de Joseph Cuvelier.

26 Haren est le lieu d’implantation de l’Eternit belge.

27 K. Hünerberg, Tuyaux en amiante-ciment pour canalisations sous pression, Springer-Verlag Berlin Heidelberg New York, 1971, 311 p., p. 1-2.

28 Les origines et la fabrication de l’amiante-ciment, archives privées d’Eternit.

29 Ibid.

30 Brevet no 299011.

31 K. Hünerberg, op. cit., p. 2.

32 Dans de nombreux pays, des industriels s’organisent pour fabriquer ces tuyaux sous licence de la SA Eternit de Gênes.

33 La même année, la première conduite de distribution d’eau en tuyaux pour canalisations sous pression en amiante-ciment est posée dans le Wurtenberg, avec 1 800 m de longueur. Citons encore quelques exemples : une conduite de 4 200 m de longueur en tuyaux de 125 mm de diamètre pour le Syndicat des conduites d’eau de la ville de Kayna dans l’arrondissement de Zeitz, une autre de 1 100 m pour le service des travaux de la ville de Brême.

34 Société Eternit, procès-verbal de réunion des promoteurs de la Société anonyme française Eternit le 24 août 1922, archives privées de la firme.

35 Avec un traitement d’administrateur délégué de 30 000 francs, de directeur de 20 000 francs et une participation de 1 1/2 % sur les bénéfices nets, ibid, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 23 septembre 1922. Ses appointements comme directeur sont fixés au conseil suivant du 20 octobre 1922 à 15 000 francs par an.

36 Ibid, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 23 septembre 1922.

37 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 24 février 1923.

38 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 20 décembre 1923.

39 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 14 septembre 1925. En novembre 1925, un programme de constructions dont des maisons et du matériel pour les ateliers atteint 1 500 000 francs courants. En août 1926, un nouveau crédit de 2 191 000 francs courants est affecté à des travaux dans l’usine de Prouvy.

40 Voir infra, chapitre IV.

41 J’utilise cette conversion, l’étude se prolongeant jusqu’en 2000.

42 Eternit, rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires du 21 juin 1924 sur l’exercice 1923, archives privées de la firme.

43 Il s’agit de m2 de 5 mm d’épaisseur.

44 Eternit, rapport du conseil d’administration à l’assemblée générale des actionnaires de mai 1926 sur l’exercice 1925.

45 Liste des souscripteurs des 2 110 actions de numéraire et état des versements effectués par chacun d’eux, Compagnie des agents de change de Paris, dossier Eternit, carton no 3637.

46 Par ailleurs mandataire de la Société Eternit de Bruxelles pour souscrire en son nom.

47 Joseph Cuvelier apporte un terrain de 5 ha au lieu dit « Les Prieux » à Prouvy ; un bâtiment sans étage… surface couverte : 3 600 m2 ; un bâtiment… avec château d’eau… surface couverte : 330 m2 ; un bâtiment… : surface couverte : 50 m2 ; un bâtiment à usage d’usine… surface couverte : 650 m2 ; un bâtiment… pour la préparation des mélanges pour parquets sans joints, surface couverte : 315 m2 ; un matériel complet et neuf pour la fabrication des produits en amiante-ciment… l’outillage nécessaire pour la fabrication et l’entretien du matériel suivant, inventaire annexe… les contrats avec la compagnie du chemin de fer du Nord pour la soudure de l’embranchement… Le résultat des études et recherches… l’organisation commerciale, etc. Notice sur la société anonyme française Eternit, archives historiques du Crédit lyonnais, dossier Eternit, DEEF 69 AH26.

48 Procès-verbal de réunion de la 1re assemblée générale constitutive d’Eternit du 24 août 1922, liste des souscripteurs et attributaires des 4 000 actions composant le capital, compagnie des agents de change de Paris, doc. cit.

49 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 décembre 1922.

50 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 5 avril 1924.

51 Abréviation d’Assemblée générale extraordinaire. De même, nous abrégeons Assemblée générale ordinaire en AGO.

52 D’un nominal de 1 000 francs courants.

53 Consistant en immeubles à Prouvy dont sept habitations comprenant quatre maisons d’ouvriers et trois d’employés construites sur 58 ares, archives historiques du Crédit lyonnais, dossier Eternit, doc. cit.

54 Eternit, procès-verbal de la deuxième AGE en date du 24 novembre 1923, Compagnie des agents de change de Paris, doc. cit.

55 Eternit, procès-verbal de réunion de conseil d’administration du 4 août 1923.

56 Ibid., procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 16 décembre 1923.

57 L’État autorise le rachat ou l’échange de dommages de guerre. L’industriel peut réemployer son dommage dans une autre industrie que celle d’origine, sauf dans le cas des houillères. L’État suggère très fortement la nécessité de reconstruire dans les régions sinistrées : en effet est instaurée l’obligation de réemploi dans un rayon de 50 km par rapport au sinistre pour toucher les frais supplémentaires. Précisons ces termes. En cas de réemploi, c’est-à-dire de reconstruction, les sinistrés touchent, outre la « perte subie », c’est-à-dire la valeur 1914 non amortie de l’installation, les « frais supplémentaires » ou prime de remploi, soit la différence entre le coût de la reconstruction en 1919 et le prix de la construction en 1914 ; ils obtiennent encore de l’État « l’allocation de vétusté » résultant d’une limitation de l’abattement pour vétusté : l’État verse aux entreprises une partie de la dépréciation pour vétusté.

58 La première est achetée à un notaire pour dommages à deux immeubles, la seconde à un propriétaire de Cambrai pour dommages à deux maisons et à un matériel de fabrication de tissus, les deux dernières pour dommages à des maisons à Cambrai.

59 Même en 1927, la Société achète encore une indemnité de dommages de guerre à Joseph Cuvelier et une autre à Paul Cuvelier-Piérard, Eternit, procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 12 janvier et 13 octobre 1927. Ce dernier dommage, de 235 000 francs courants, est acheté à 50 % de sa valeur.

60 ADN, 10 R 5229, dossier de dommages de guerre de la Société Eternit.

61 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 7 novembre 1925.

62 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 28 mai 1927 et 11 février 1928.

63 Un tiers des actions sera attribué à M. Gutlin pour l’apport des brevets, un tiers à M. Wagner pour l’apport de matériel et marchandises, un tiers à l’Eternit française pour son apport en espèces.

64 Les points I et II de ce programme comprennent l’installation de deux machines à carton, le prolongement des halls 5, 6, 7 mais surtout la construction de 3 000 m2 de shids à l’emplacement des bassins de décantation pour la fabrication des hourdis, accessoires de tuyaux… et l’installation d’une machine Mazza, Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 10 novembre 1928.

65 Déjà, au début de 1927, les banques Piérard et Dupont ont consenti un découvert de 5 000 000 francs courants dont 3 000 000 garantis par les membres du conseil. Le Crédit lyonnais est alors disposé à consentir un découvert de 2 000 000 francs courants également contre garantie.

66 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 mai 1929.

67 Ibid., procès-verbaux de réunions du conseil d’administration des 25 avril et 2 août 1930. Ces procédés ont fait l’objet des brevets belges 364 870, 364 871 et 364 872.

68 Joints Gibault en fonte et simplex en amiante-ciment.

69 Successivement de 500 000 et 1 200 000 francs courants.

70 Soit une action nouvelle pour deux anciennes possédées et un droit réductible proportionnel aux actions anciennes possédées sur les actions non souscrites, Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 12 février 1931.

71 Portant le capital de 6 700 000 à 10 050 000 francs courants.

72 Les chiffres livrés par le conseil d’administration diffèrent légèrement de ceux relevés dans le journal de Joseph Cuvelier, soit 4 150 859 m 2/5 vendus pour 1927 selon cette dernière source.

73 Eternit, procès-verbal de réunion du conseil d’administration du 11 mai 1929.

Table des illustrations

Titre Document 1. — Usine de Prouvy-Valenciennes. Vue aérienne vers 1960.
Légende L’usine à plaques sur Prouvy et celle à tuyaux sur Thiant sont l’une en face de l’autre, séparées par l’Escaut. Au fond, on aperçoit Trith-Saint-Léger.
Crédits Coll. particulière.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/55493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search