Version classiqueVersion mobile

Eternit et l’amiante 1922-2000

 | 
Odette Hardy-Hémery

Introduction. Une firme pionnière de l’amiante-ciment

Texte intégral

  • 1 Voir F. Malye, Le dossier de l’air contaminé, Paris, Les éditions Le Pré aux clercs, 1996, 322 p. (...)
  • 2 Sciences et Avenir, juin 1995, « mortel amiante. Une épidémie qui nous concerne tous ».

1On a beaucoup écrit, surtout depuis 19951 sur les ravages que provoquent la transformation et l’utilisation de l’amiante et de ses dérivés, voire sa simple proximité environnementale. En 1995 encore, 40 % des malades du mésothéliome, une tumeur de la plèvre qui représente le tiers des victimes, n’ont même pas été en contact avec cette fibre dans le cadre de leur travail : « il s’agit de pollutions de voisinage que les victimes, n’en ayant pas eu connaissance, ne peuvent dater et dont les origines sont multiples »2. De 1971 à 1995, l’amiante a fait l’objet de 4 222 études dans le monde dont 225 françaises…

  • 3 Directeur de recherches au CNRS, attaché au Laboratoire de Réactivité de surface à l’Université pa (...)
  • 4 Le mésothéliome se déclare 30 à 50 ans après une première exposition.

2Cette abondance de recherches et de publications à notre époque se conçoit : la France est en passe de connaître une épidémie de cancers par l’amiante. Henri Pézerat, toxicologue3, et ses amis ont avancé pour 1995 le chiffre de 3 000 morts annuels en France, trois fois plus qu’en 1960. La particularité de cette maladie réside dans un temps de latence assez long4. Comme l’usage du minéral s’est répandu surtout après 1950, c’est à partir de 1995 jusqu’à un maximum atteint vers 2015 que les cancers vont se déclarer. L’amiante déclenche non seulement des mésothéliomes (902 décès en France en 1992) mais aussi des cancers du poumon.

  • 5 Selon les calculs de l’Alert.
  • 6 Le Monde, 31 mai 1995.

« On parvient ainsi en 1995 en France à un total de l’ordre de 3 000 cancers mortels5, chiffre qu’aucune statistique officielle ne confirme : seuls 60 mésothéliomes ont été reconnus cette année-là comme maladie professionnelle »6

3et Le Monde conclut :

  • 7 Fin 2002, rien que dans le Dunkerquois, 5 000 personnes seraient atteintes d’un cancer de l’amiant (...)

« on aboutit à une courbe de développement qui, compte tenu des délais de latence, s’orienterait vers un nouveau triplement et culminerait, avant 2020, à un chiffre frisant les 10 000 décès annuels en France »7.

  • 8 FR3 Nord/Pas-de-Calais, 23 janvier 2003.

4Une estimation plus récente8 annonce qu’en 2023 200 000 personnes en France succomberont des suites des maladies de l’amiante.

  • 9 Grâce notamment aux recherches de Julian Peto, de l’Institut de recherche sur le cancer de Sutton. (...)
  • 10 En 1995, sept pays européens ont procédé à l’interdiction totale de l’amiante : l’Allemagne, les P (...)

5La campagne d’opinion publique s’explique par le fait scandaleux que, la dangerosité de la fibre étant établie, mesurée9, les décès augmentant, l’amiante n’a pas été interdit en France jusqu’à une date très récente, à la différence de plusieurs pays d’Europe10. Il faudra attendre juillet 1996 pour qu’une décision gouvernementale prononce le bannissement de la fibre sur le territoire national à compter du 1er janvier 1997. En 1991, le pays est le premier importateur d’amiante en Europe et le cinquième dans le monde. Vingt et un sites dans l’hexagone transforment chaque année 35 000 tonnes d’amiante.

6Ce minéral a longtemps fasciné les industriels et les bâtisseurs : incombustible, très résistant, non conducteur de chaleur et surtout trois fois moins cher que les autres fibres de roche ou de verre, il commence à être extrait des mines d’Australie, du Canada et du Brésil vers 1860. Ce que l’on va bien vite appeler le « magic minéral » envahit d’abord l’industrie : l’amiante rend les textiles résistants et incombustibles. Puis il donne naissance à l’industrie du fibrociment où il sert de liant pour la fabrication de tuiles, de tuyaux et de bardages. Dans les années trente, il gagne les chantiers navals où on l’utilise pour calorifuger les salles de machines et isoler les navires.

  • 11 En 2002, la carte de France des cancers liés à l’amiante coïncide exactement avec celle des usines (...)

7L’usage de l’amiante comme isolant thermique se répand largement à partir des années 1950 : c’est le produit – phare des Trente glorieuses. EDF s’en sert pour ignifuger ses centrales thermiques, la SNCF jusqu’en 1977 afin d’isoler ses wagons ; la sous-traitance automobile l’emploie pour fabriquer ses garnitures de freins et d’embrayages. De même, la construction navale pour isoler les appareils et canalisations et floquer contre la chaleur les toits et parois des cabines. En 2002, la Normandie est la région de France concentrant le plus de maladies de l’amiante reconnues : elle représente 20 % des cas français pour une population de 5 %. Il a existé en effet dans ce bassin de nombreux fournisseurs de l’automobile sans compter les chantiers navals11. Ensuite, les entreprises du bâtiment utilisent l’amiante dans les constructions pour l’isolation phonique, puis pour la protection contre le feu :

  • 12 Témoignage de Paul Röder, chargé de dresser des diagnostics de bâtiments floqués avant leur dépoll (...)

« dans les années 1960, on a construit des tours et des milliers d’édifices dont la structure était métallique. L’amiante, projeté en flocage sur les armatures, permettait d’éviter leur affaissement en cas d’incendie »12.

  • 13 Le fibrociment contient 10 % d’amiante.
  • 14 Le second leader est Saint-Gobain avec sa filiale Everite à l’usine Descartes (Indre-et-Loire) et (...)
  • 15 R. Lenglet, op. cit., p. 9.

890 % de l’amiante importé en France dans les années 1990 est utilisé dans la production du fibrociment13 dont Eternit est l’un des deux leaders mondiaux14. Or, à ce jour, aucune étude d’ensemble n’a été menée sur cette entreprise à forte spécificité. Quelle est son origine, sa trajectoire dans le temps ? Sa localisation et plus généralement sa stratégie ont-elles été inspirées par la disponibilité de facteurs de production ou par un système de relations sociales favorisant l’efficacité ? D’autres angles d’approche s’imposent. Comment cette firme a-t-elle pu susciter un engouement pour un produit dont la fiabilité était, de prime abord, douteuse et qui a dû créer son marché ? Comment est-elle parvenue à conquérir le territoire, à s’assurer pour longtemps une exclusivité ? Comment ont évolué son activité, son savoir-faire, sa rentabilité ? Comment s’est formée et s’est comportée sa main-d’œuvre ? Quelles sont les phases et les conditions du travail ? Bien que les asbestes soient connues « depuis la nuit des temps »15, c’est au milieu du xixe siècle qu’un énorme gisement d’amiante est découvert au Québec. Les ingénieurs savent alors que ces roches, exploitables à grande échelle, auront des applications innombrables. L’amiante en effet, montre Roger Lenglet, « sera associé à la domestication du feu ».

9En France, quelques entreprises utilisant et transformant l’amiante existent à la fin du xixe siècle ; elles sont marginales. Il faut attendre le lendemain de la première guerre mondiale pour que se forme, très modestement au départ, la Société Eternit au sein d’une région industrieuse et forcément grande utilisatrice : le Nord ; ceci à une époque qui, somme toute, connaît peu de créations d’entreprises. Comment cette jeune société, jugée peu crédible à ses débuts, résiste-t-elle à la crise des années 1930 bien proche de sa fondation, puis traverse-t-elle la seconde guerre mondiale ? Repérer les marchés, les opportunités, les époques d’équipement généralisé, les anticiper, s’adapter sans cesse aux nouveaux besoins, et surtout les susciter, telles sont les priorités de dirigeants au flair très sûr.

10L’histoire n’est pas une perpétuelle répétition. Le temps de s’avouer vaincu viendra et du renoncement forcé à l’amiante comme liant du fibrociment. L’industrie de l’amiante-ciment n’aura pas survécu à la troisième génération de ses fondateurs.

Notes

1 Voir F. Malye, Le dossier de l’air contaminé, Paris, Les éditions Le Pré aux clercs, 1996, 322 p. et R. Lenglet, L’affaire de l’amiante, Paris, La Découverte, 1996, 256 p. À ceci, il faut ajouter, antérieur, Danger amiante par le collectif Jussieu, Maspero, Presses Universitaires de Grenoble, 1978.

2 Sciences et Avenir, juin 1995, « mortel amiante. Une épidémie qui nous concerne tous ».

3 Directeur de recherches au CNRS, attaché au Laboratoire de Réactivité de surface à l’Université parisienne de Jussieu. Ce chercheur traque l’amiante sous toutes ses formes avec l’Association pour l’étude des risques du travail ou Alert et le soutien d’associations comme la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés ou Fnath.

4 Le mésothéliome se déclare 30 à 50 ans après une première exposition.

5 Selon les calculs de l’Alert.

6 Le Monde, 31 mai 1995.

7 Fin 2002, rien que dans le Dunkerquois, 5 000 personnes seraient atteintes d’un cancer de l’amiante, FR3 Nord/Pas-de-Calais, 18 décembre 2002.

8 FR3 Nord/Pas-de-Calais, 23 janvier 2003.

9 Grâce notamment aux recherches de Julian Peto, de l’Institut de recherche sur le cancer de Sutton. Il annonce en 1995 qu’une épidémie due à l’amiante est inévitable. Son estimation est identique à celle d’une équipe d’experts indépendants regroupés dans Alert, comprenant des toxicologues, des épidémiologistes, des cancérologues et des médecins du travail qui, depuis l’affaire de Jussieu et l’occupation de l’usine Amisol à Clermont-Ferrand au milieu des années 1970, enquêtent sur l’amiante.

10 En 1995, sept pays européens ont procédé à l’interdiction totale de l’amiante : l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suisse, le Danemark, la Suède, la Norvège et l’Italie, cette dernière en 1992 où elle abandonne à la France sa première place de producteur d’amiante-ciment. Les usines Eternit de ces pays ont remplacé l’amiante par de la cellulose. La France a simplement interdit le 26 juillet 1994 les amphiboles (amosite et crocidolite ou amiante bleu, 5 % de la consommation industrielle) en raison de leur pouvoir délétère marqué, le chrysotile ou amiante blanc (95 % des variétés utilisées) restant autorisé. La France a été précédée par l’Europe dans cette interdiction en 1993, les Pays-Bas ayant exclu l’usage et la commercialisation de la crocidolite depuis avril 1977, Sciences et Avenir, doc. cit.

11 En 2002, la carte de France des cancers liés à l’amiante coïncide exactement avec celle des usines ayant traité ce minéral et des chantiers navals gros consommateurs de ce produit : Nord, Seine-Maritime, Isère, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-Maritimes, Moselle, Aisne, Calvados et Gironde. « Voilà » dans l’actualité sur le Web, dépêche santé, 15 décembre 2002.

12 Témoignage de Paul Röder, chargé de dresser des diagnostics de bâtiments floqués avant leur dépollution, recueilli et cité par Sciences et Avenir, doc. cit.

13 Le fibrociment contient 10 % d’amiante.

14 Le second leader est Saint-Gobain avec sa filiale Everite à l’usine Descartes (Indre-et-Loire) et Pont-à-Mousson avec son établissement d’Andancette dans la Drôme. Saint-Gobain possède surtout deux usines de fribrociment dans le monde : Brasilit-Eterbras au Brésil et Mexalit au Mexique. Saint-Gobain a également des participations dans la mine de Canan Brava au Brésil qui produit en 1995 500 000 tonnes d’amiante par an dont 150 000 utilisées dans le pays, Sciences et Avenir, doc. cit., dossier amiante, la saga du fibrociment.

15 R. Lenglet, op. cit., p. 9.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search