Version classiqueVersion mobile

Le choc des cultures

 | 
Michel Rouche

Avant-propos

Jean Heuclin

Texte intégral

1Les études rassemblées sous le titre générique « Le choc des civilisations » sont une esquisse infidèle des questionnements scientifiques de Michel Rouche qui, durant près de vingt ans, enseigna à l’Université de Lille III, l’histoire du haut Moyen Âge avant de rejoindre la Sorbonne. En 1969, ce champ disciplinaire était une nouveauté qui intéressait peu jusque-là, si ce n’était pour se délasser. C’est dire assez que Michel Rouche fut un pionnier en la matière. Avec en train, il attira nombre d’étudiants sur les chemins des Sciences auxiliaires de l’Histoire qui, par l’association stimulante des textes et de l’archéologie, permettaient d’aller de l’avant, de renouveler la vision des « Temps Barbares », de bouleverser les idées reçues pour dégager des synthèses et proposer de nouvelles hypothèses. Une histoire vivante, animée par un véritable chef d’équipe, à la curiosité continuellement en éveil qui invitait à examiner pas à pas chaque terme d’un texte, chaque céramique ou pièce de monnaie. Une véritable enquête historienne au sens où Thucydide le disait pour tendre vers le vrai et donc bien éloignée des modélisations qui en apprennent plus sur les cénacles que sur l’Histoire.

2L’Aquitain venu dans le Nord fut un homme d’action dont l’optimisme de pensée encourageait l’étudiant et guidait le chercheur, grâce à sa mémoire incomparable de la bibliographie qui donnait toujours la référence exacte à un problème ou à une question. Parfois même, c’était l’ouvrage « capital », ramené de Paris à bout de bras, qui était proposé au quémandeur penaud. L’homme toujours en mouvement, infatigable, séduisait, galvanisait et emmenait vers de nouveaux projets, intégrant dans l’équipe les collaborations et les échanges nécessaires à la réalisation, mais toujours en évitant d’employer le futur, surtout les jours de concours. Son rayonnement hors des frontières se marqua par la participation à de nombreux colloques ou comme professeur invité dans les universités de la Pologne à l’Espagne, de l’Italie aux Iles britanniques et au-delà. Michel Rouche arpente inlassablement l’Europe dont il veut tout savoir, tout connaître de l'époque médiévale. Alors, ce qui était glané, s’intégrait immédiatement dans un grand tout : la formation de la civilisation occidentale issue de la rencontre titanesque de la Romanité et de la Germanité.

3Avoir ses racines à Albapetra, c’était plonger dans la continuité latine, plus encore en suivant à Clermont-Ferrand, la rue Grégoire de Tours dont la traduction se révéla initiatique. Du Gaulois, réducteur de têtes au Romain assiégeant le plateau de Gergovie, c’était côtoyer la vie et la mort, les ressorts de l’histoire des mentalités, vaste champ d’investigation. L’Antiquité s’inscrivait aussi dans le paysage quotidien avec des noms de Cités qui changeaient ou une voirie suivie par l’impénitent voyageur qui ne se déplaçait jamais sans sa carte Michelin. Cette continuité, cette permanence était découverte dans trois cartulaires du IXe siècle. La petite patrie se dessine et s’élargit jusqu’aux frontières d’une région avec ses velléités d’indépendance. L’orgueil du paysan est là, fier de ses cultures, de son huile et de son vin. Cet attachement à la terre se traduit par le continuel besoin de cartographier, de délimiter les possessions de Corbie ou les biens de Saint-Rémi. Rome est partout, la centuriation le prouve mais le milieu change, la toponymie diffère. Les Francs sont là, monde étranger et inconnu.

4Michel Rouche investi de l’universalité romaine, s’ouvre à l’Autre et se préoccupe de connaître sa manière de vivre. Les rations de froment, de graisse et de bière sont calculées les jours de fêtes mais aussi journellement. La boulimie des mets bouleverse les comportements, faisant passer les individus de l’exubérance extrême à la violence et à la pénitence la plus dure. Il en découle naturellement une étude des maladies à travers les recueils de miracles. Cette première approche du quotidien s’étend aux moyens de transports et de navigation à travers le détroit du Pas-de-calais où les Saxons alimentent les échanges de Quentovic et se répandent dans un peuplement diffus le long de la côte. Le monde des « Barbares » confond l’acte privé et public, les structures de l’État se délitent à travers l’émergence des régionalismes et la montée des aristocraties. Dans un dernier sursaut, le roi Dagobert confisque les biens des églises et inaugure une série de mesures qui instaurent un système contractuel de liens d’homme à homme. Crise ou continuité du VIIe siècle, Michel Rouche s’attèle à traquer les comportements individuels dans un temps de transition et d’incertitudes.

5Les valeurs et les imaginaires des deux civilisations se confrontent et plongent les individus dans les angoisses et les désordres. Le christianisme apparaît alors en contrepoint pour fixer des repères et rétablir une structuration normative des personnalités. Le contexte eschatologique pousse à la conversion de force des Juifs et des païens, à l’ordre et à l’unité du peuple chrétien. L’échec est patent. La Parole doit se substituer à l’acte, soutenue par la rumination méditative et mystique de l’Écriture. La retraite de l’ermite l’aide à le débarrasser de son rôle social et des enjeux de pouvoir pour lui permettre de recouvrer une identité qui se fond dans l’Un et lui donne la force de l’action à travers une société dont il n’attend rien en retour. Terrible démenti du pacte social fondé sur le don et le contre don. La femme n’est plus alors objet d’échanges et seul ventre offert à la procréation et à la survie du lignage. La question du mariage devient le problème essentiel autour duquel Michel Rouche scrute la sexualité, le plaisir et l’affection conjugale. Radegonde est le prototype des changements de comportement en cours : du mariage au célibat consacré, autour d’un concept d’Amour reformulé, qui trouve son accomplissement dans la mort espérée et programmée, prélude aux noces éternelles avec l’époux divin dans la Fidélité.

6L’historien reste homme de son temps, du passé, il en tire des informations pour la compréhension des violences à travers les structures matri-focales et les rencontres avec l’Islam. L’enseignant passionné est aussi homme de communication et s’investit par ses films et documentaires dans l’activité télévisuelle pour faire partager au grand public son savoir et les découvertes universitaires. Le colloque « Clovis » dépasse ainsi la simple commémoration et la polémique pour s’imposer à travers les 2000 pages des actes comme un monument dédié à la recherche scientifique internationale et au renouvellement complet d’une certaine vision du passé. Quitter des charges d’enseignement et des responsabilités académiques, ce n’est pour Michel Rouche que délaisser une part de son activité mais en aucun cas la conclusion d’une œuvre. L’esprit reste en mouvement dans une quête éternelle et gage que la liberté d’un temps retrouvé le conduira à apporter de nouvelles contributions aux thèmes qu’il a déjà si bien défrichés.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search