Version classiqueVersion mobile

Au risque de l’évaluation

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Emmanuelle Marchal

L'équité des évaluations

L’équité des évaluations

Texte intégral

1Le parcours suivi au long des deux parties précédentes, met à mal l’idée qu’une évaluation puisse être objectivement fondée en se contentant d’une approche purement cognitive. La qualité du jugement ne tient pas non plus à son équipement ou à sa « neutralité ». Le report du jugement sur des outils à qui est sous-traitée la charge de sélectionner des individus – comme c’est le cas lorsque sont administrés de façon répétée des tests à des intérimaires pour retravailler dans la même entreprise – ne fait que nourrir un sentiment d’arbitraire. Celui-ci est d’autant plus présent que ces pratiques discutables ne sont jamais discutées. Telle qu’elle est formulée dans le chapitre conclusif, la proposition de traiter ensemble la question de l’évaluation et celle de la justice sociale, en explorant l’apport des théories de la justice, fournit les premiers éléments d’une telle discussion. Elle prospecte divers moyens destinés à éveiller et entretenir le sens de la justice dans le cadre même de l’entreprise.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search