Version classiqueVersion mobile

Au risque de l’évaluation

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Emmanuelle Marchal

Deuxième partie. Les cadres de l'évaluation. Des mises à l'épreuve aux mises en valeur

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1Dans la deuxième partie, sont interrogées la qualité et la pertinence des épreuves de jugement. Doit-on prendre appui sur des critères de personnalité ou sur des situations concrètes de travail, favoriser des évaluations orales ou écrites, standardisées ou singulières ? Si ces questions se posent avec acuité, c’est bien parce que toute modification du cadre de l’évaluation a des incidences sur la valorisation et la sélection des personnes. Ce constat incite à observer de près comment sont construites les épreuves d’évaluation. Les deux premières contributions soulignent les risques propres aux jugements portés en toute généralité, à distance des situations de travail. C’est le cas du jugement graphologique qui est centré sur la personnalité des individus et accrédite l’idée que les compétences peuvent être évaluées indépendamment du contenu des emplois à pourvoir. Dans le texte portant sur l’évaluation des jeunes en situation d’insertion, on observe que certaines épreuves ont un caractère « artificiel » et sont construites pour évaluer des capacités à occuper toutes sortes d’emploi, tandis que d’autres visent à juger les jeunes « sur pièce », en situation de travail. Ces derniers ont une chance que n’ont pas les premiers, celle de montrer et faire valoir ce dont ils sont capables. Les deux contributions suivantes soulignent un nouveau risque, propre au formatage des évaluations. Les efforts d’écriture et de description des compétences en lien avec le déploiement des normes de qualité et des « démarches compétences » dans les organisations, de même que l’activité de codification observée sur les sites emploi de l’Internet, permettent de mettre en valeur certaines caractéristiques du travail et des personnes. Mais en standardisant l’évaluation, ils rejettent encore plus dans l’ombre ce qu’ils échouent à prendre en compte. Ce que nous montrent tous ces exemples, c’est que la valorisation des savoirs les plus formels et des critères institutionnels risque de se faire au détriment de celle des qualités singulières et de l’histoire des personnes. Elle maltraite tout particulièrement l’expérience et les parcours les plus complexes, qui réclament un travail d’interprétation et une réflexivité qui ne peuvent être ni anticipés ni codifiés.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search