Version classiqueVersion mobile

Au risque de l’évaluation

 | 
Marie-Christine Bureau
, 
Emmanuelle Marchal

Avant-propos

François Eymard-Duvernay

Texte intégral

1Ce livre trouve son origine dans un séminaire organisé au Centre d’études de l’emploi (CEE) en 2003 afin de rassembler différentes équipes autour de la question de l’évaluation du travail. Cette question est souvent abordée sous un angle gestionnaire, et elle est de fait au centre de l’activité de nombreux professionnels. Mais elle a aussi des résonances profondes, qui lui donnent une plus grande portée et en font un objet de recherche privilégié. Chacun sent bien que les moments d’évaluation mettent en jeu des rapports sociaux fondamentaux, mobilisés souvent de façon implicite, mais qui peuvent induire des troubles chez la personne évaluée comme chez l’évaluateur. D’où l’importance de tenter une clarification de ces opérations. Les sciences sociales sont travaillées par cette question, mais elle est rarement abordée dans toute son ampleur. Elle a en effet une dimension « macro », par les valeurs collectives, les normes et principes de justice qui la sous-tendent ; mais aussi « micro » par les opérations cognitives et les appréciations subjectives qu’elle comporte. Elle relève de la sociologie, par les rapports sociaux qu’elle établit, mais aussi de l’économie, puisqu’elle participe à la formation des prix.

2Toute approche monodisciplinaire risque ainsi de maltraiter cette question. Sans compter les difficultés d’observation, sur un sujet particulièrement sensible. Il n’est pas besoin de faire de longs développements pour montrer qu’elle a des implications politiques importantes. Nul doute que la situation de chômage, et en particulier de chômage de longue durée, trouve ses racines dans des problèmes d’évaluation. Mais ils risquent d’être mal perçus, du fait de la prégnance des approches macroéconomiques peu attentives à la qualité du travail, ou par une surestimation de la rationalité censée clore la question de l’évaluation. L’ouvrage coordonné par Marie-Christine Bureau et Emmanuelle Marchal est l’un des rares qui aborde de front cette question, en mobilisant une pluralité de disciplines et une grande variété de terrains.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search