Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une bioéthique pour un monde habitable ?

 | 
Armelle de Bouvet
, 
Jean-Philippe Cobbaut

Postface

La bioéthique comme enjeu pour l’université aujourd’hui

Thérèse Lebrun

Texte intégral

1Il m’a été demandé d’assurer la postface de cet ouvrage du point de vue de la pertinence pour une université de la question suivante : « que signifie pour une Université la question bioéthique posée en articulation avec les trois lieux que sont la médecine, la société et le monde ? ». Cette question s’inscrit ici dans le cadre plus large de la problématique de l’agir humain : quelle créativité de l’agir humain pour un monde habitable ? Au fond, quel agir humain, tout simplement, pour un monde habitable ? Pour répondre à cette question, n’étant pas spécialiste de l’éthique mais bien économiste, je vais redescendre sur le terrain bien ordinaire de la vie courante, fût-elle universitaire. Et c’est de ce point de vue, celui de responsable d’une université, et d’une université catholique, dont je voudrais parler.

2Un certain nombre d’éléments des débats ici ouverts renvoient à l’importance de la démarche éthique portée en Université dans ses dimensions d’analyse et de pratique de recherche, de formation et de soins, puisque nous avons choisi que l’activité de soins soit partie intégrante des missions de notre Université en lien avec les activités de formation et de recherche et les questions que nous pose le monde.

3Il est tout d’abord possible de se demander comment ces éléments interpellent un responsable d’université et renvoient aux rôles et missions d’une université en général et d’une université catholique, et donc confessionnelle, en particulier. Si je regarde les principes édictés par le processus de Bologne orientant vers une construction européenne de l’enseignement supérieur (processus engagé en 1998 et devant aboutir en 2010 — au sein d’une Europe large de quarante signataires aujourd’hui dont la Russie, la Norvège ou la Turquie), je ne retrouve rien des éléments ici évoqués.

4Si j’observe les éléments de la stratégie définie à Lisbonne (2000-2010) et conduite par l’Union Européenne, je lis qu’au-delà des interdépendances et convergences à créer entre les systèmes d’enseignement supérieur en Europe et dans le monde, il est demandé aux universités de contribuer à créer l’économie basée sur la connaissance, l’économie la plus compétitive et la plus dynamique au monde, capable de soutenir la croissance économique avec davantage d’emplois et de meilleurs emplois et – on ne peut que s’en réjouir – une cohésion sociale plus grande.

5Face aux objectifs ainsi définis, l’Association Européenne des Universités préconise que ces universités soient fortes dans le processus de la construction européenne et, à ce titre, s’impliquent dans la transmission des valeurs, répondent à la demande, prennent ou reprennent la parole. Nous voici plus près de notre propos.

6Dans ce contexte et dans le respect, il va de soi, des options et convictions de chacun, je ne peux m’empêcher de retourner à la Constitution apostolique Ex Corde Ecclesiae sur les Universités Catholiques qui, certes, fut édictée par le Pape Jean-Paul II en août 1990, mais s’inspira fortement d’un dialogue avec les Universités Catholiques mondiales et leur Fédération Internationale sous la houlette, à cette époque, de l’un de mes prédécesseurs, Michel Falise, qui, au-delà de 1990, s’impliqua en notre Université dans la création d’un Centre d’Éthique Contemporaine dont le Centre d’Éthique Médicale fut bien une pièce maîtresse.

7Que nous dit, dans certains de ses articles, cette constitution qui me ramène à certains des propos ici développés ? Le Pape Jean-Paul II y précise ce que devront inclure les activités de recherche (article 32) et quelle priorité spécifique sera donnée (article 33) dans nos Universités Catholiques.

8« Les activités de recherche de nos Universités incluront l’étude des graves problèmes contemporains tels que la dignité humaine, la promotion de la justice pour tous, la qualité de la vie personnelle et familiale, la protection de la nature, la recherche de la paix et de la stabilité politique, le partage plus équitable des ressources du monde et un nouvel ordre économique et politique, qui serve mieux la communauté humaine aux niveaux national et international. La recherche universitaire sera orientée vers l’étude en profondeur des racines et des causes des graves problèmes de notre temps, en accordant une attention particulière à leurs dimensions éthiques et religieuses » (Jean-Paul II, OP. C no 32).

9Certains propos tenus, à l’occasion du centenaire des Semaines Sociales de France, par Bernard Ibal, vice-président, docteur en philosophie, actuellement professeur d’éthique et de culture sociale à l’Ecole Supérieure de Commerce de Clermont-Ferrand et auteur aux éditions Bayard d’un ouvrage intitulé « Le XXIe siècle en panne d’humanisme », éclairent certains aspects de la pensée sociale de l’Église. Il rappelle les valeurs et structures particulièrement actuelles. Je trouve dans cette intervention des orientations pour nos Universités Catholiques :

  • au plan des valeurs, il convient de promouvoir la dignité de la personne humaine, le bien commun (que l’on différenciera de l’intérêt général et que la doctrine sociale de l’Église définit comme l’effort collectif à produire pour que chaque personne puisse s’épanouir et s’accomplir) et la destination universelle des biens, cette dernière valeur s’inscrivant tout à fait aujourd’hui dans les notions de développement durable et d’écologie et nous ramenant aux orientations de protection de la nature et de partage plus équitable des ressources du monde, mentionnées précédemment (cf. supra, Jean-Paul II, OP. C. no 33) ;
  • parmi les structures touchant à l’organisation de la société et qui ouvrent des débats très actuels, l’auteur retient une attention particulière à la famille ; la subsidiarité qui organise les rapports entre les divers échelons de la vie économique, sociale et politique et implique que les décisions soient prises au plus bas de l’échelle, reconnaissant ainsi, au-delà de ces échelles humaines, l’égalité de chaque être humain dans sa capacité personnelle à contribuer à la construction de l’avenir du monde ; enfin, la participation.

10Il est une autre problématique ici retenue qui peut interpeller une université, celle d’un processus méthodologique, plutôt inhabituel dans le monde de l’enseignement, développé par le Département d’Éthique en général et le Centre d’Éthique Médicale en particulier. Il s’agit en effet de questionner les pratiques, de prendre du recul par rapport aux questions posées par les professionnels, de développer, par rapport à ces questions, à la fois distanciation et proximité pour aller vers un exercice réflexif accompagnant ces pratiques. En d’autres termes, il s’agit d’élaborer une réflexion théorique à propos des questions émergentes.

11C’est une révolution dont nous pouvons reprendre conscience : aller des pratiques à la réflexion théorique, alors qu’il est attendu d’une université de former à des concepts, puis à des méthodes, pour une action que l’on aura tôt fait d’appeler professionnelle, la fameuse professionnalisation qu’interpelle fortement le professeur Albert Jacquard.

12Mais cette démarche, ce processus, qui part des questions de terrain avec les praticiens, qui part des pratiques, cette analyse casuistique, comme le souligne Marie-Charlotte Bouësseau, consistant à immerger l’éthique dans le foisonnement mélangé du réel et à permettre aux acteurs de se réapproprier leurs pratiques de manière créative aux plans à la fois individuel et collectif, débouche ensuite sur une réflexion théorique et une activité de recherche pour nourrir, in fine, des formations. Il s’agit de la construction progressive d’une méthodologie de recherche d’éthique clinique débouchant sur l’exigence d’aller jusqu’à l’expérience d’une responsabilité sociale.

13Cette responsabilité sociale est entendue comme l’exigence de se confronter à la complexité de la réalité et de mettre au jour les enjeux existentiels et sociaux des technosciences et de leurs conséquences. J’entendrai volontiers technosciences au sens large du terme, débordant le seul champ de la médecine et de la santé et allant vers une compréhension contextualisée de ces enjeux, consistant à les comprendre dans leur contexte. Ces enjeux sont économiques, culturels, sociaux, politiques, environnementaux. Nous avons donc la responsabilité de cette compréhension.

14Nous nous trouvons en effet, comme le met en évidence Armelle de Bouvet, dans une situation chaotique, instable, bouleversée, où les individus apparaissent isolés, fragmentés, séparés, écartelés sur la scène du monde et de leur propre vie. Face à cela, les objectifs finaux sont très exigeants. Il s’agit de résister, d’élever un rempart, une protection comme le propose le professeur Schramm, d’exercer en quelque sorte une fonction de transcendance de l’homme et de l’agir humain par rapport aux technosciences, aux structures, au contexte dans lesquelles elles se développent et s’ancrent. Dans ce contexte, on aura une attention particulière à résister à la fragilisation des plus vulnérables.

15Ceci nous conduit à un certain nombre d’exigences que j’applique à notre mission et à notre rôle d’Université Catholique ouverte au monde. Voici comment je définirais ces exigences :

  • Être au cœur du monde et de ses questions les plus fondamentales et les plus vitales, saisir le contexte économique, social, politique, institutionnel dans lequel nous nous mouvons : être Université ouverte au monde.
  • Chez nos directeurs et responsables, chez nos enseignants-chercheurs, nos soignants, amener le goût, le désir, l’exigence d’inclure ces réflexions de nature éthique dans les enseignements et les recherches, dans les soins. Ce n’est pas acquis d’avance. Ou bien on pense faire de l’éthique en permanence – cette sorte de moralité interne qu’évoque le professeur Roberto Dell’Oro –, ou bien on estime que l’éthique est ce que l’on ajoute lorsque le reste est fait, enseigné, cherché, cerise sur le gâteau qu’une Université, a fortiori si elle se targue d’être catholique, aimerait ajouter in fine. Or, l’éthique n’est pas une réflexion externe survenant de surcroît, ou a priori, ou a posteriori.
  • Être ouvert et donc en capacité de créativité et d’innovation ; le développement de ces capacités est un devoir d’universitaire. Créer les connaissances, la capacité de réflexion, de recul, d’agir pour les jeunes qui nous sont confiés et que nous-mêmes allons confier à un marché du travail de plus en plus chaotique, instable, bouleversé, comme l’a souligné Armelle de Bouvet, j’ai envie de dire déstructuré. La créativité comme orientation fondatrice et comme orientation vers le développement des capacités, voilà ce qui est attendu comme élément explicite de la formation que nous donnons aux jeunes d’aujourd’hui et de demain.
  • Ceci suppose que soient acceptées explicitement et introduites dans les enseignements, dans les recherches, dans les prises en charge des patients, les notions de choix, de prise de décision, de discernement, de détermination de priorités, de recherche permanente de la vérité, celle qui est en partie insaisissable et jamais atteinte, évolutive, dirait Albert Jacquard, dans un monde particulièrement incertain et changeant.

16Le monde de l’éducation se confronte peu à cette situation d’incertitude, de perplexité, comme le suggère Marie-Charlotte Bouësseau, et de nécessité d’apprendre à décider, c’est-à-dire à choisir, dans cette situation d’incertitude. Le monde de l’éducation est parfois trop préoccupé, dans sa composante universitaire, par des théories, des outils, des méthodes, parfois même des recettes, alors que c’est de cette capacité à agir en humain dans un monde chaotique et incertain dont il devrait être question dans nos formations.

17Rechercher le sens, le revitaliser, identifier nos repères. Non que ces repères n’existent plus, mais ils sont moins apparents dans ce monde complexe, chaotique et parfois fou.

18Ces repères, ces valeurs qui nous gouvernent ou devraient nous gouverner vont, il faut bien le dire, à contre-courant des valeurs appréciées aujourd’hui par le monde économique et financier : ceci crée un véritable écartèlement permanent, entre ce que nous voudrions être et enseigner et ce qu’il est attendu de nous que nous formions et enseignions ; entre ce qu’attendent les hommes et les femmes d’aujourd’hui et ce à quoi ils sont conduits dans ou par l’engrenage infernal d’un ensemble d’éléments qu’on appellera, dans leurs composantes négatives : concurrence mondiale, marchandisation (de la médecine, de l’être humain, de l’éducation), laïcité mal comprise, libéralisme, voire ultralibéralisme à tout crin.

19Certaines contributions ont abordé ces problématiques. Les professeurs Dell’Oro et Schotmans mettent l’accent sur une première série de valeurs : le professeur Dell’Oro cite la créativité, la responsabilité, l’autonomie, la liberté et le professeur Schotmans met en évidence la personne, la relation, la solidarité, la dignité. Ce qu’il importe de mon point de vue, lorsque l’on regarde cet ensemble de termes et de valeurs qui les sous-tendent, c’est de pouvoir développer à la fois ce qui constitue l’être humain dans son désir de créativité, d’autonomie et de liberté et, en même temps, ce qui le fonde dans ses dimensions plus collectives et de responsabilité de l’autre et de la société. Nous avons été appelés à la nécessité d’un monde interactif, interdisciplinaire, interculturel ; interpellés aussi sur l’importance de la relation, de la rencontre, de l’interaction, y compris dans les méthodes, sur l’importance du dialogue (celui entre foi et raison, celui entre science et conscience, celui entre les cultures, entre les disciplines), ce dialogue sur lequel on a tant insisté au point qu’on a parlé du statut du bavardage, de la discursivité, du rapport au langage, des capacités à se raconter des histoires entre êtres humains.

20Les auteurs rappellent le plus souvent, pour terminer, la nécessité de la promotion de l’Homme et de tout l’Homme, cette fameuse formation intégrale à laquelle les Universités Catholiques sont particulièrement attachées.

21Face à ces diverses exigences, je voudrais relever les défis d’une Université Catholique face aux questions que vous avez posées.

22Dans un récent document de l’Episcopat français, portant sur l’identité chrétienne en question au regard d’une réflexion éthique et théologique, trois grands enjeux éducatifs sont repérés pour les institutions catholiques :

  • apprendre à rassembler sa vie dans l’unité d’un récit à reprendre ;
  • vivre une nécessaire relation personnelle avec le Christ ;
  • accompagner le chemin original de chacun.

23On sent bien, à l’énoncé de ces enjeux, à quel point la formation de l’Homme et de tout l’Homme, dans son unité, sa personnalité et son caractère unique et original, constitue ce à quoi est appelée l’Université Catholique. Un congrès de la Fédération Internationale des Universités Catholiques (FIUC, Australie, Eté 2000) portait sur ce thème de la formation intégrale, défi pour nos universités. Nous écrivions à l’époque : « l’accent sera mis sur la préparation des jeunes à une maturité humaine qui transcende les disciplines et passe par de nouveaux moyens pédagogiques, par l’élaboration du projet de vie (pas seulement professionnelle), par l’ouverture à la créativité. Pour l’enseignant, c’est le passage de la magistralité des enseignements à l’autonomisation des étudiants. La qualité humaine et intellectuelle des enseignants et de l’enseignement qu’ils délivrent, l’évaluation du processus éducatif et de son contenu, l’intégration de disciplines telles que l’éthique, l’épistémologie, la philosophie à ce processus éducatif sont, sans aucun doute, des conditions de la formation intégrale ».

24En conclusion, je reprendrais volontiers certains propos d’Albert Jacquard : « C’est la rencontre qui construit. Lorsque nos métiers sont faits de rencontres, ils constituent finalement à peine un travail » et « il importe de créer des groupes humains interactifs ». Voilà qui nous ramène à la notion d’interactivité souvent évoquée dans cet ouvrage ; ou encore : « c’est un leurre de préparer les gens à ce que sera la société dans 20 ans ». Il est manifeste que je serais violemment contestée si, dans certains milieux, je prononçais une telle phrase, au moment où l’on nous dit qu’il faut développer des stratégies pour les dix ans qui viennent, qu’il faut préparer les jeunes pour la société de demain. Tout cela est parfaitement vrai. Mais je comprends aussi par là l’importance de produire de l’apprentissage plutôt que de l’enseignement, l’« importance aussi de souligner le travail de la science et de l’élaboration de la connaissance qui constitue le rôle d’une Université et se définit comme cette capacité de savoir se créer des points fixes (des repères), mais comme une vérité provisoire, en cours de construction d’elle-même et de ceux qui cherchent, qui nécessite de revoir les fondations (quelle exigence ! quelle exigence permanente !), sachant que le toit n’est jamais vraiment posé. Position inconfortable, non finie, non aboutie qui est finalement celle de l’Homme en marche qui ne peut jamais vraiment se poser au cours de son voyage terrestre jusqu’à sa fin et qui ne peut se construire qu’avec l’autre ».

25Position inconfortable aussi, pour nos Universités, dont il est attendu, par les milieux, ou une partie des milieux qui nous entourent, que nous formions les jeunes à la performance, à l’adaptabilité permanente, à la course à la rentabilité et à l’efficacité, tous éléments qui, poussés un peu loin, font fi de l’Homme, de ses aspirations les plus profondes, de sa dignité, de son respect, de ce qui en fait en permanence un être en construction, en rencontre et en devenir.

26Écartèlement, paradoxe, schizophrénie parfois, dans lesquels est ainsi emporté le monde de l’éducation. Importance alors que l’éthique, la philosophie et la théologie nous aident, en formant les jeunes à mieux façonner le monde de demain.

27Poursuivant ma conclusion, je souhaite reprendre quelques pistes importantes ici soulevées. Parmi ces pistes, je relève la nécessité de consolider le sens de l’humain dans le monde d’aujourd’hui, en médecine, mais aussi dans tous les autres domaines enseignés en cette Université.

28Je retiens une autre question : comment faire face à la perte de repères et aux fondements qui semblent ébranlés ? En développant des capacités de résistance à l’encontre des stratégies aliénantes menaçant l’autonomie, la dignité et le respect des êtres humains, ainsi que le respect de leurs aspirations les plus profondes.

29Je pointe encore, parmi les pistes qui nous ont été proposées, notamment par Maurizio Salvi, qu’il importe d’assurer que les dimensions éthiques, et j’ajouterais environnementales, soient également incluses et traitées, ceci afin de rendre la science et ses conséquences acceptables pour une population ou pour des jeunes qui rejoignent l’Université.

30Il convient de réfléchir aussi à la question suivante : en quoi les acquis d’une bioéthique aident-ils à une éthique du développement du monde ?

31Au total, il faut que les questions posées par le corps social reçoivent réponse à la hauteur de leur caractère crucial et de leur importance ; c’est notre ami franco-helvéto-brésilien Roland Schramm qui le souligne.

32En finale, face à ce monde et au regard des diverses contributions ici présentées, je ne résiste pas à reprendre une très belle citation d’Hannah Arendt : « L’éducation est le point où se décide si nous aimons assez le monde pour en assurer la responsabilité. C’est également avec l’éducation que nous décidons si nous aimons assez nos enfants pour ne pas les rejeter de notre monde, ni les abandonner à eux-mêmes, mais les préparer d’avance à la tâche de renouveler un monde commun ».

33Dans cette tâche, l’exigence éthique, celle de la recherche, du dialogue, de la réflexion, mais aussi la nécessité d’en innerver nos enseignements, la mise en conformité de nos actes d’enseigner, de soigner, avec cette réflexion éthique, prennent, devraient prendre toute leur dimension. Il y a loin de cette conception de la place de l’éthique dans nos formations à celle qui est souvent appliquée, lui assignant une place marginale, davantage plaquée qu’intégrée, cerise sur le gâteau qui, de plus, doit être peu coûteuse…

34C’est au prix de l’exigence éthique ainsi rappelée que nous pouvons garder une espérance quant à l’avenir d’une véritable humanité ; nos institutions universitaires, particulièrement si elles sont de tradition chrétienne, ont une lourde responsabilité en ce domaine.

Auteur

Président-Recteur, Université Catholique de Lille, France

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540