Version classiqueVersion mobile

L’Archipel des forçats

 | 
Louis-José Barbançon

Première partie. Les transportés de l'Iphigénie face à la répression

Chapitre II. « La Nouvelle » : terre de bagne

Texte intégral

I. Une implacable répression

Les textes en vigueur au début de la Transportation

1En principe, la loi du 30 mai 1854 a prévu dans son article 14 l’élaboration d’un règlement d’administration publique devant définir le « régime disciplinaire des établissements aux travaux forcés ». Ce règlement avait déclaré le rapporteur du Miral :

  • 1 Rapport du Miral, op. cit. p. 97.

« … sera la loi vivante, (il) en sera aussi, par sa perfection, l’utile et digne couronnement. »1

2Dans les faits, dix ans plus tard, cette « loi vivante », cette « perfection » n’a toujours pas été mise en place et elle ne le sera pas avant le décret du 18 juin 1880 relatif au régime disciplinaire des établissements de travaux forcés.

  • 2 Le Gouverneur de Guyane avait arrêté à la date du 11 mai 1855 un règlement complet sur le service i (...)
  • 3 Arrêté du 10 juin et ordre du Gouverneur du 1er août 1864.
  • 4 Arrêté du 17 juin 1864.

3En 1864, au moment de l’arrivée de l’Iphigénie, Guillain dispose pour régler les problèmes disciplinaires du Code de justice de la Marine du 4 juin 1858 et des règlements et pratiques des bagnes portuaires et de Guyane2. Pour organiser le service pénitentiaire, Guillain prend, dès 1864, deux arrêtés, le premier relatif au service intérieur du pénitencier de l’île Nou et le second pour faire appliquer en Nouvelle-Calédonie les dispositions disciplinaires du règlement du 10 mai 1855, de la Guyane3. Puis, pour compléter ce premier dispositif, il promulgue le décret du 5 mars 1864 sur l’organisation des juridictions militaires qui attribue deux conseils de guerre permanents à la Nouvelle-Calédonie4. Un décret du 21 juin 1858 a en effet placé sous le ressort des conseils de guerre les transportés de toutes catégories aux colonies (article 12) et étendu aux forçats des colonies pénitentiaires les dispositions pénales du Code de justice maritime (article 21), lequel ne s’appliquait pas jusque-là aux forçats détenus dans les bagnes métropolitains. Ce Code et ces règlements seront donc appliqués en Nouvelle-Calédonie de 1864 à 1880.

4En dehors des infractions à la discipline, pour tout ce qui concerne les crimes et délits commis par les condamnés ainsi que les évasions et les tentatives d’évasions, l’article 10 de la loi du 30 mai 1854 précise qu’ils « seront jugés par un tribunal maritime spécial établi dans la colonie » et que :

« Jusqu’à l’établissement de ce tribunal, le jugement appartiendra au premier conseil de guerre de la colonie, auquel seront adjoints deux officiers du commissariat de la marine. »

5En fait, le premier Tribunal Maritime Spécial ne sera constitué que le 4 octobre 1889.

  • 5 Titre I : « Répartition en quatre classes du personnel ouvrier », décision du 25 janvier 1865.

6En ce qui concerne l’organisation disciplinaire, Guillain, contraint de réglementer, publie, le 25 janvier 1865, une décision répartissant en quatre classes les « ouvriers de la transportation »5. Les articles 2 et suivants définissent la composition de ces classes : « La première classe comprend les hommes les mieux notés au point de vue de la conduite, de l’assiduité au travail et des antécédents… » parmi eux devront être choisis les chefs de chantier, et les individus susceptibles d’obtenir une commutation de peine ou une grâce ; la deuxième classe comprend les individus qui ne donnent pas encore satisfaction ou qui ont encouru « plus de six punitions l’année précédente » ; la troisième regroupe les hommes dont les antécédents sont mauvais, dont la conduite laisse à désirer, qui sont paresseux, qui tiennent des « propos malveillants » ou qui ont eu de « graves punitions disciplinaires » ; enfin, la quatrième comprend « les individus frappés par une condamnation par le conseil de guerre », « ceux qui par la fréquence de leurs punitions au pénitencier se montrent incorrigibles. » Ces derniers devront être affectés aux travaux les plus pénibles, « tenus à la chaîne, soit isolément soit avec accouplement », ils seront « enfermés dans une chambrée particulière aussitôt le travail terminé », et ils seront privés de café et de tabac.

7Le titre II de cet arrêté règle les différents salaires attribués aux condamnés selon leur classe. Dans les années suivantes, ces arrêtés définissant le classement en contremaîtres, ouvriers d’art, manœuvres, ainsi que leurs salaires seront souvent réactualisés. Les principes mis en place par Guillain resteront près de vingt ans en application avant d’être remis en cause une première fois par l’arrêté du 20 octobre 1888 qui prévoira que les salaires seront versés intégralement à la Caisse d’épargne pénitentiaire au pécule du condamné, et mettra fin à la notion de pécule réservé et pécule disponible. Puis, la révision du régime disciplinaire en 1891 supprimera la notion de salaire, le concept cher, à Guillain, « d’ouvriers de la transportation » aura vécu. En effet, la commission permanente du régime pénitentiaire aux colonies, mise en place en 1889, considérera alors que :

  • 6 Rapport sur les travaux de la commission permanente du régime pénitentiaire aux colonies, N.T. 1886 (...)

« le principe qui domine l’exécution de la peine des travaux forcés, c’est l’obligation de travail, et que, par suite, il était contraire à la loi de payer aux transportés le prix d’un travail qui constitue sa peine. »6

Un premier camp disciplinaire

  • 7 Rapport du 1er février 1865, A.O.M. carton H 24.
  • 8 Rapport du 10 avril 1865, A.O.M. carton H 24. Arrêté du 15 décembre 1865.
  • 9 Ordre du Gouverneur du 6 mars 1866 et rapport du 11 mai 1866, A.O.M. carton H 24. Les gardes-chiour (...)
  • 10 Rapport du 6 juin 1866, A.O.M. carton H 24. Le peloton disciplinaire restera affecté à Canala (Napo (...)

8Dans les toutes premières années du pénitencier de l’île Nou, alors que l’effectif des transportés ne comprend que des forçats de l’Iphigénie, les « incorrigibles » ne constituent, selon Guillain, qu’une « minorité qui compte 30 ou 40 individus… exigeant une grande surveillance et dont quelques uns peuvent être même considérés comme capables de tout. »7 À leur encontre, Guillain prend la décision de créer un « dépôt de correction » à Napoléonville où sont placés les individus de la quatrième classe « assujettis à la chaîne. »8 Le 11 mars 1866, 23 hommes considérés comme « incorrigibles » sont embarqués sur le Fulton et dirigés vers Napoléonville pour y former un nouveau pénitencier.9 Sur place, le blockhaus qui appartenait au Génie et qui était devenu inutile, au vu « du dévouement sérieux des chefs et de la population indigène », a été désapproprié et transformé en prison. De plus, des annexes comprenant un poste de police et un logement pour les gardes ont été construits10.

9Mais l’ouverture de ce pénitencier à Canala a également été rendue nécessaire par la détérioration de la discipline au pénitencier de l’île Nou.

  • 11 Rapport du 3 novembre 1865, 3e trimestre A.O.M. carton H 24.

10En octobre 1865, l’examen des réserves du magasin de subsistances de l’Île Nou permet de constater un « déficit de 900 litres de vin et de 98 litres d’eau de vie, 1000 kilogrammes de riz et 100 kilogrammes de sucre. »11

11L’enquête menée conduit à l’arrestation de quatre transportés dont trois seront reconnus coupables. Guillaume Steff, Antoine Lemaître et Adolphe Desplanques sont condamnés le 31 octobre 1865, à 20 ans de travaux forcés par le 1er conseil de guerre pour, « soustraction d’une certaine quantité de tafia, recel de tafia, soustraction à l’aide de fausses clés. »

12Mais une telle quantité ne pouvant avoir disparu sans la complicité du personnel administratif, les soupçons se portent sur le commis aux vivres Amédée Barbe et le distributeur Gandeau qui sont suspendus de leurs fonctions, le 2 décembre 1865, et embarqués pour la France sur la Néréïde, du 10 janvier suivant. Steff, Lemaître et Desplanques sont envoyés à Napoléonville où Desplanques décédera en 1868.

Des gardes-chiourmes aux surveillants militaires

13Dans son rapport du 3 novembre 1865, Guillain note :

« L’effectif actuel des gardes est essentiellement vicieux et comprend des surveillants qui ne valent pas mieux que les surveillés ; dès lors, ils sont plus nuisibles qu’utiles à la moralisation des condamnés. »

14Dans tous ses rapports ultérieurs, Guillain n’aura de cesse de dénoncer « l’ivrognerie » manifestée par les gardes, d’autant plus que l’arrivée du second convoi de la Sibylle en 1866, a emmené dans la colonie de « nouveaux gardes » qui, selon les propres termes du Gouverneur, sont :

  • 12 Rapport du 12 octobre 1866, A.O.M. carton H 24.

« plus gangrenés moralement que la majorité de ceux qu’ils sont chargés de surveiller. »12

  • 13 Rapport du 4 février 1867, ibid.
  • 14 Rapport du 5 octobre 1867, ibid.
  • 15 Rapport du 5 avril 1867, ibid. Fournier, capitaine d’artillerie à la retraite a été nommé commandan (...)

15Plusieurs fois, Guillain renouvellera ses demandes en faveur de la création d’un « corps de surveillants, du personnel supplémentaire pour la gendarmerie et une compagnie supplémentaire d’infanterie de marine »13, n’hésitant pas même à dénoncer « l’incapacité notoire de M. Dugat comme chef d’administration »14, ou le « choix malheureux » de Fournier en tant que commandant de pénitencier15.

  • 16 Par un arrêté du 25 août 1867, Guillain organise leur service en Nouvelle-Calédonie.
  • 17 A.O.M. registre H 782. Le 5 septembre précédent, Guillain a pris une décision qui remplace le titre (...)

16Sur tous ces points Guillain obtient satisfaction. En 1867, tous les anciens gardes-chiourmes sont rentrés en France, onze nouveaux surveillants sont arrivés par la Sibylle et 2 par l’Isis16. Dugat embarque, le 10 septembre 1868 sur l’Alceste, officiellement en congé de convalescence. Il est remplacé par Aristide Jules Charrière qui débarque à Nouméa, le 13 décembre 1868, du Marceau, et prend le titre de directeur de l’Administration pénitentiaire17.

17Mais surtout, le 20 novembre 1867, un décret portant réorganisation du corps militaire des surveillants est adopté. Les dispositions nouvelles de ce texte portent surtout sur les améliorations de rémunération, d’avancement et de carrière des surveillants. En effet, et selon les termes du rapport de présentation à l’Empereur, le précédent décret du 22 avril 1854 n’offrait « plus assez d’avantages aux sous-officiers de l’armée », ce qui avait compromis le recrutement. Désormais, aux termes des articles 2 et 3 :

« les surveillants sont choisis parmi les sous-officiers des armées de terre et de mer en activité de service, appartenant à la réserve ou libérés définitivement, et, à défaut parmi les militaires ou marins ayant au moins trois années de service de l’État » ; ils devront, « savoir lire et écrire correctement » et « justifier par des attestations légales d’une bonne conduite soutenue. »

18Leur effectif est fixé à 4 % de celui des condamnés, femmes, concessionnaires, libérés et engagés exclus (article 14).

19Suite à l’application de ce décret, dans ses rapports ultérieurs, Guillain exprimera sa satisfaction quant aux nouveaux effectifs :

  • 18 Rapports des 26 juillet et 17 novembre 1869, A.O.M. carton H 24.

« Le corps des surveillants militaires est généralement bien recruté. L’antagonisme entre les anciens surveillants de Cayenne et ceux qui viennent directement de l’Armée disparaît. »18

Les tentatives d’évasion et leurs conséquences

  • 19 Minute de la dépêche du 9 mai 1865, adressée à Guillain, A.O.M. carton H 24.

20Dès les premiers mois de l’arrivée de l’Iphigénie, la surveillance et en particulier la prévention et la répression des tentatives d’évasion ont constitué un des soucis majeurs de l’Administration pénitentiaire. Guillain multiplie les mesures et les initiatives pour faire face à la recrudescence des évasions. Un arrêté du 5 octobre 1864, fixe les primes de captures à payer aux surveillants, aux civils mais aussi aux « Kanaques » qui capturent un évadé : 10 f. sur l’île Nou, 15 f. à Port-de-France et 25 f. ailleurs. Des procédures de déclaration d’évasion comme des mesures pratiques sont prévues, un coup de canon doit être tiré en cas d’évasion et deux s’il s’agit d’une évasion collective, une chaloupe doit être mise à la mer, des feux doivent être allumés. Une escouade de policiers indigènes est formée avec l’approbation du ministre19.

21Mais, du point de vue de l’administration locale, ce sont surtout les moyens réglementaires et légaux de répression qui font défaut. L’article 7 de la loi du 30 mai 1854 prévoit une peine de 2 à 5 ans de travaux forcés en cas d’évasion. Dans le cas d’évasion d’un condamné à perpétuité, le 3e alinéa prévoit que la peine « sera l’application à la double chaîne pendant deux ans au moins et cinq ans au plus », enfin les dispositions de l’article 7 entraînent que la peine des travaux forcés doit être appliquée au condamné autant de fois qu’il se sera évadé ou même qu’il aura tenté de s’évader. Cependant, la mise en pratique de ces dispositions est loin de satisfaire Guillain qui constate que les peines prévues par la loi semblent bien inefficaces pour enlever aux transportés l’idée d’évasion.

22Bien que toutes les tentatives se soient soldées jusque-là par des échecs, Guillain développe cette opinion dans son rapport du 1er février 1865 :

  • 20 Rapport du 1er février 1865, A.O.M. carton H 24.

« … d’un autre côté la pénalité encourue par les évadés dont le maximum n’a d’autres effets que de prolonger une condamnation déjà fort longue si elle est à perpétuité est encore de nature à stimuler de nouvelles tentatives puisqu’elle augmente leur désespérance. Ainsi viens-je de décider la formation sous la dénomination d’insoumis d’une catégorie qui comprend tous les transportés pour évasion et qui les assujettie à un régime aussi préventif que possible de toute récidive. »20

23Une dépêche ministérielle, datée du 9 mai suivant, apporte une réponse à ses préoccupations, en lui rappelant qu’en ce qui concerne les peines à appliquer aux transportés évadés, l’Administration pénitentiaire, « indépendamment des jugements prononcés par le tribunal maritime spécial et édictés par la loi… a conservé le droit d’user des mesures disciplinaires qu’autorise la législation des bagnes » ; et le Département de conclure :

  • 21 Minute de la dépêche du 9 mai 1865, A.O.M. carton H 24.

« Vous êtes autorisé à en faire usage mais je dois ajouter que ça n’est qu’avec une extrême modération. »21

24La minute de cette dépêche préparée par la direction des colonies contenait une version qui n’a pas été retenue mais qui est révélatrice de la pratique administrative qui consiste à différencier les consignes orales des instructions écrites. Ce passage supprimé énumérait les punitions prévues, « les châtiments corporels, la mise au cachot et la double chaîne », en précisant :

« À la Guyane, on a dû renoncer à la double chaîne parce qu’elle occasionnait aux hommes qui y étaient soumis, des plaies d’une guérison longue et difficile ; mais les mêmes dangers ne doivent pas exister à la Nouvelle-Calédonie, et on pourrait en faire usage tout à la fois, pour punir les tentatives et pour en prévenir le retour. »

Le règlement disciplinaire de 1868

  • 22 Décision du gouverneur du 27 janvier 1868, modifiée par une décision du 28 mars 1868.

25L’application du régime disciplinaire réglementaire et conforme à la loi pendant les trois premières années qui ont suivi l’arrivée de l’Iphigénie n’a pas permis de réduire le nombre des tentatives d’évasion. Au contraire, celles-ci se sont accrues avec l’arrivée de deux autres convois, Guillain décide de mettre en place un règlement d’une extrême sévérité pour réprimer les coupables22.

26La décision du 27 janvier 1868 prévoit que :

« Tout transporté qui s’évadera recevra dès la réintégration vingt coups de martinet et fera quinze jours de prison de jour et de nuit à la ration du prisonnier ne travaillant pas…. » […] « Pour une deuxième évasion, la peine sera doublée, le martinet infligé en deux séances et la peine comprendra quinze jours de cachot. » […] « Une troisième sera punie de cinquante coups de martinet en trois séances et de deux mois de détention compris quinze jours de cachot au pain sec et à l’eau. »

27Enfin, il est aussi précisé que :

« la mise à la quatrième classe et le port de la chaîne ou de la double chaîne ou l’accouplement continueront comme par le passé d’être une conséquence générale de l’évasion. »

28La mise en pratique de ces règles coercitives fait de 1868 l’année de toutes les répressions comme le montrent le graphique suivant.

Coups de martinet distribués aux transportés de l’Iphigénie (établi à partir des feuilles matriculaires, des dossiers individuels ainsi que des registres de punitions H 783 et H785 pour les années 1864 à 1875)

Coups de martinet distribués aux transportés de l’Iphigénie (établi à partir des feuilles matriculaires, des dossiers individuels ainsi que des registres de punitions H 783 et H785 pour les années 1864 à 1875)

29La multiplication des châtiments corporels après le nouveau règlement mis en place par Guillain est telle que le Département est obligé de rappeler à l’ordre le Gouverneur. Dans une dépêche du 4 novembre 1868, il renouvelle ses « recommandations… sur la réserve à observer dans l’emploi des châtiments corporels », en constatant qu’elles « ne sont pas toujours suivies par l’administration pénitentiaire. » En examinant les relevés de punitions, le ministère a relevé que des condamnés se sont vus appliquer jusqu’à « 60 coups de corde… alors qu’à la Guyane le maximum de coups de corde avait été fixé à 50 », une mesure dont le ministère avait pris soin d’informer Guillain dans sa dépêche du 21 avril 1865. De plus, cette même dépêche avait précisé que les peines corporelles ne devaient être appliquées :

« qu’aux individus déjà mis au peloton de correction pour une faute antérieure (sauf 2 cas : l’évasion et la pédérastie) ».

30Là encore, à travers les relevés de punitions, le service des Colonies constate d’une part, que des coups de martinet sont appliqués « pour un certain nombre de fautes » qui ne devraient entraîner cette punition « qu’en cas de récidive » et d’autre part que « la peine du fouet est appliquée à des individus qui ne sont pas au peloton de correction, ou hors des cas déterminés par le dernier règlement. »

31Et le ministre de conclure :

  • 23 Le Département fait également remarquer qu’il lui est très difficile d’exercer un contrôle étant do (...)

« Je vous prie de donner des ordres pour qu’on n’aille pas au-delà des prescriptions qui sont déjà sévères… »23

32La lecture des registres de punitions permet de vérifier que ses accusations étaient fondées. En juillet 1865, Jacques Delaigne est puni de 20 coups de corde pour « refus de travail et menaces à un surveillant », c’était sa première punition dans la colonie ; de même, en mars 1866, Charles Belliard, pour sa première punition, reçoit 20 coups de corde pour « désertion de son poste à la ferme-modèle » ; et Jules Paris est frappé de 25 coups de corde, en juin 1866, pour « très mauvaise volonté au travail et propos injurieux contre l’Administration », alors qu’il n’avait pas été puni depuis 1864, année où l’on ne relève contre lui que 2 punitions pour avoir « manqué de laver son linge » et pour « absence à la corvée de baignade ».

33Les deux causes exceptées par la dépêche ministérielle (l’évasion et la pédérastie) sont et seront par la suite également sanctionnées par des coups de corde. Bien que souvent évoquée dans une certaine littérature avide de sensations, ce que les documents administratifs désignent sous le nom de pédérastie, cette « plaie du bagne » n’a que rarement donné lieu à des punitions du moins chez les transportés du premier convoi. Peuvent être signalés, les 8 jours de retranchement donnés à François Benoît en novembre 1865 pour « proposition immorale à l’un de ses camarades », une formule que l’on retrouve pour Louis Lautier (proposition honteuse), en février 1869, qui lui vaut 8 jours aux fers, suivis quelques semaines plus tard de 25 coups de martinet pour récidive de pédérastie.

34On pourrait aussi citer les 15 nuits aux fers infligées à Jean-Claude Raffin, en juillet 1869, pour, « s’être caché dans la cale d’un navire dans un but honteux », et les 30 jours de prison donnés à Paul Aurousset pour tentative de pédérastie en juillet 1870. Enfin pour clore ce paragraphe au caractère scabreux, il faut noter que Nicolas, un ancien forçat condamné au bagne une première fois pour tentative de viol puis transporté en Nouvelle-Calédonie pour inceste, et qui avait été puni, en janvier 1868, de 30 coups de corde pour « acte public d’immoralité », reçoit de nouveau, en août 1873, 50 coups de martinet, auxquels s’ajoutent deux mois de cachot et une affectation au peloton de correction pour, « acte de bestialité sur une chienne (récidive). »

35Le sujet des transportés punis disciplinairement pour évasion sera développé plus loin et il ne sera retenu ici qu’un seul cas, celui de Joseph Ligoussa décédé à l’île Nou le 29 mars 1874, alors qu’il venait de recevoir 50 coups de martinet pour évasion (4e récidive). Ligoussa avait déjà subi ce châtiment par trois fois, en janvier 1868 pour évasion (40 coups), en mars 1868 (50 coups), pour refus de travail et injures envers un supérieur et en mai 1871 (25 coups), pour insultes et désobéissance à un chef. Il n’existe pas de rapport officiel traitant de ce décès, mais le simple rapprochement des dates et le fait que curieusement le dossier individuel de Joseph Ligoussa semble avoir disparu des archives (pour le moment, il a été impossible de le retrouver) laisse planer un doute sérieux. Avec 165 coups de martinet reçus, Ligoussa détient pour ce premier convoi un bien sinistre record.

L’opinion française et la fin des châtiments corporels

36Les comptes rendus qui paraissent dans les rapports officiels ou les Notices sur la Transportation minimisent systématiquement l’emploi des coups de martinet, ces derniers termes étant d’ailleurs très peu utilisés, l’Administration leur préférant ceux de « punitions corporelles », à la charge émotionnelle moins forte. Le texte suivant extrait de la Notice pour les années 1871-1875, illustre bien ce propos :

  • 24 N.T. 1871-1875, p. 19.

« Les punitions corporelles, qui ne sont appliquées que dans des circonstances exceptionnelles et pour des faits d’une extrême gravité, sont moins nombreuses en 1873 (57) et 1875 (59) avec des effectifs de 4221 et 6235 hommes, qu’elles n’avaient été en 1870 avec 2300 condamnés. »24

  • 25 Plusieurs dépêches ministérielles sont consacrées à ce sujet. Elles insistent sur l’aspect exceptio (...)
  • 26 Archives de la Préfecture de police de Paris, dossier B a 1550. Le Prévost publie aussi des article (...)

37Mais l’Administration a beau insister sur l’emploi exceptionnel de ces châtiments, la réalité commence à être connue en France et ce dès 1875, c’est-à-dire bien avant le retour des déportés de la Commune à la suite des amnisties de 1879 et de 188025. Il existe en effet d’autres sources d’information que les sources officielles. On pourrait ainsi citer le mémoire du docteur Le Prévost, daté de Paris, le 2 février 1875. Ce médecin en poste à l’île Nou a été rappelé en France où il rédige un rapport sur les traitements infligés aux condamnés aux travaux forcés et aux déportés politiques envoyés au bagne. L’ensemble de ses observations est intercepté par un informateur de police qui en fait parvenir une copie en plusieurs envois à la Préfecture de police de Paris où le dossier est conservé en archives26.

38En plus de réflexions concernant l’application arbitraire des punitions, Le Prévost dénonce l’existence de supplices tels que « la crapaudine » ou les « poucettes » :

  • 27 L’usage des poucettes et de la crapaudine sera souvent dénoncé par la suite par de nombreux témoins (...)

« Cet instrument dont le dernier modèle remonte en 1868 est en fer forgé, assez peu volumineux et assez léger pour se mettre dans la poche du gilet. Sa forme est celle d’un U sur les branches duquel se meut dans une rainure une branche transversale soudée à une tige parallèle aux branches de l’U traversant le centre de leur courbure et terminée par un pas de vis muni d’un écrou. On introduit les pouces du patient un de chaque côté de la tige médiane dans l’espace entre les branches de l’U la courbure et la barre mobile. Le bourreau n’a plus qu’à tourner l’écrou et l’instrument donne avec précision, au degré voulu, la torture qui lui est demandée. » […] « Les poucettes ont au pénitencier l’usage qu’ont eu de tout temps les instruments de torture. Elles servent à la question. Tout condamné soupçonné d’un délit constaté ou simplement d’un délit imaginaire est soumis à la question. »27

  • 28 Jean Allemane, Mémoires d’un déporté de la Commune, 1906, réédité par la S.E.H.N.C. no 15, Nouméa 1 (...)

39Le Prévost donne également une description saisissante du supplice de la correction, une scène qui sera par la suite reprise par de nombreux auteurs, dont les déportés politiques, Jean Allemane, Louis Redon, Paschal Grousset et Francis Jourde28.

  • 29 Le Prévost, Archives de la Préfecture de police de Paris, dossier B a 1550.

« La correction », constate Le Prévost, « est à peu prés le seul supplice du bagne qui se montre au grand jour. » […] « … un forçat solidement bâti, cette brute est armée d’une corde d’un centimètre et demi de diamètre, c’est le correcteur ou le bourreau, derrière lui le patient du jour. Le correcteur relève ses manches et assure sa corde pendant que le tambour roule un ban, il saisit le premier patient rabat son pantalon et relève sa chemise jusqu’aux reins puis il le couche à plat ventre sur le banc l’y attache par une corde et frappe lentement pour qu’on puisse compter les coups, chaque coup arrache un cri et fait jaillir le sang et le fouet en se relevant emporte une languette de chair. Après 25 coups, l’homme est délié et jeté à côté du banc, un autre prend sa place et l’œuvre continue. »29

40La révélation de ces exactions justifie en particulier le dépôt au Sénat, par Victor Schœlcher, d’une proposition de loi visant à la suppression des peines corporelles lesquelles s’appuyaient sur l’article 303 du règlement disciplinaire de la Guyane :

  • 30 Cf. Nelly Schmidt, Victor Schœlcher et l’abolition de l’esclavage, Fayard 1994, p. 195.

« Les fautes contre la discipline d’une certaine gravité qui exigeront une punition sévère et immédiate pourront être punies de peines corporelles. »30

41Au cours du débat du 11 février 1878, Victor Schœlcher défend vigoureusement sa proposition :

  • 31 Débat au Sénat du lundi 11 février 1878, sur la proposition de loi de M. Schoelcher relative à l’in (...)

« Rien n’est plus contraire que la bastonnade à l’amendement possible des coupables ; elle déprave à la fois le patient et le bourreau. Elle inspire au supplicié des pensées de désespoir et de vengeance… Elle ne peut avoir qu’une très mauvaise influence sur les témoins de l’exécution… et combien cette influence n’est-elle pas plus pernicieuse encore quand les témoins sont des hommes qui ont déjà perdu en partie le sens de la dignité humaine. »31

42Malgré ce vibrant plaidoyer, la proposition de Schœlcher est repoussée et ce dernier s’écrie :

« C’est le triomphe de la barbarie. »

  • 32 Les députés examinaient alors un projet de loi visant à obliger les détenus des centrales qui comme (...)

43La majorité du Sénat a suivi les objections du sénateur Bérenger, qui estime que la transportation est devenue trop douce et qu’il ne faut pas désarmer l’Administration pénitentiaire32. Néanmoins, le mouvement de réformes est lancé. Dix jours à peine après le débat au Sénat et l’intervention de Victor Schœlcher, une dépêche ministérielle est rédigée à l’attention des Gouverneurs de Guyane et de Nouvelle-Calédonie. Le ministre de la Marine y précise que :

  • 33 Dépêche du 21 février 1878.

« Le Sénat a reconnu que les peines corporelles sont nécessaires au maintien de la discipline », et rappelle que « même dans la pensée de la majorité, l’application de ces peines devait être l’objet de toutes les restrictions possibles. »33

  • 34 Composition des commissions (décision du 9 mai 1878) : les commandants des établissements pénitenci (...)

44Cette dépêche prévoit que les peines corporelles ne pourront être décidées que sur l’autorisation du Gouverneur prise au vu d’un rapport spécial du directeur de l’Administration pénitentiaire et après avis d’une commission à constituer dans les différents établissements pénitenciers34. De plus, elles ne doivent être appliquées qu’aux « seuls condamnés à perpétuité déjà en peloton de correction » et uniquement dans les cas « d’attentats aux mœurs » ou dans ceux de « projets ou de tentatives d’évasions les plus graves. » Enfin, la dépêche renouvelle aux Gouverneurs, les instructions antérieures en matière de répression du crime d’évasion :

  • 35 Une autre dépêche du 4 mars 1878, à propos des punitions et des peines à infliger, insiste sur le f (...)

« Vous ne devez sous aucun prétexte, lorsqu’il est caractérisé autoriser les châtiments corporels à l’égard des individus qui s’en seraient rendus coupables. Ils doivent être déférés en justice. »35

45Les écrits des déportés et leurs déclarations vont se multiplier après les différentes amnisties qui mettent fin à la déportation en Nouvelle-Calédonie. Parmi ces écrits, il faut citer en particulier le feuilleton de Simon Mayer, Souvenirs d’un déporté, publié dans le Petit National. Le numéro du 4 novembre 1879 qui annonce cette publication promet :

  • 36 Les faits relatés par Simon Mayer sont confirmés par un article du journal La France, du 11 novembr (...)

« d’atroces détails sur le supplice des poucettes et sur le supplice de la crapaudine, dont l’existence comme celle du supplice du martinet… a été révoquée en doute par l’amiral Jaureguyberry, ministre de la Marine. »36

  • 37 La déposition d’Humbert au commissaire de police Clément est confirmée par Trinquet et Da Costa. Dé (...)

46De même, la déposition faite à Paris par le déporté Humbert, le 3 novembre 1879, conduit à l’ouverture d’une information judiciaire dirigée par Paul Cordeil procureur de la République à Nouméa et visant à établir la vérité au sujet du décès du condamné Hervieux tué d’un coup de revolver par le surveillant Lambert37. À Nouméa, les témoignages sont contradictoires. Ainsi la plupart des notables interrogés (Dezarnaulds, avocat et maire de Nouméa, Pelletier président de la Chambre de commerce, Simon adjoint au maire, Rolland négociant) :

  • 38 Analyse des déclarations faites à Nouméa, p. 4, A. N. Documents parlementaires C 3277.

« … estiment que les surveillants se montrent au contraire trop bienveillants, trop faibles pour les condamnés, que la discipline s’est singulièrement relâchée ces dernières années. »38

  • 39 Sur ce sujet, consulter Laetitia Charreyre, Transportés, déportés et surveillants dans le cadre pén (...)

47Leurs déclarations sont contredites par celles d’anciens déportés restés en Nouvelle-Calédonie, Mourot ancien secrétaire de Rochefort, Armand, négociant devenu conseiller municipal de Nouméa, mais aussi par le pasteur Charbonniaud ou encore par le capitaine d’infanterie Delaplane ancien commandant du pénitencier de l’île Nou39. Enfin, le témoignage du père Montrouzier, donne aux accusations toute leur crédibilité. L’aumônier confirme avoir été informé de l’utilisation de la crapaudine et de l’usage des poucettes et avoue :

  • 40 Déposition du père Montrouzier, le 25 février 1880, A.O.M. registre H 840.

« pour des questions de discipline et d’ordre intérieur au bagne, j’étais obligé de me taire la plupart du temps », ajoutant : « Les condamnés ne se plaignaient jamais de la sévérité du règlement mais toujours de l’arbitraire qui régnait au bagne. »40

48Au cours de cette enquête, trois transportés de l’Iphigénie sont entendus. Si la déposition de Lagesse n’apporte que peu d’éléments, celles de Lemaître et surtout de Carrier sont plus instructives.

49Lemaître, serrurier ayant exercé l’emploi de contremaître forgeron, dépose le 19 mars 1880, et confirme l’existence et l’usage des poucettes :

  • 41 Ibid. Voir plus loin, la déclaration de Lemaître à propos de l’usage du martinet. L’allusion au fer (...)

« Je n’ai jamais vu construire des poucettes dans les ateliers de l’île Nou. J’ai souvent reçu des poucettes de certains surveillants pour les arranger. Je n’ai jamais vu passer le fer rouge sur les plaies. »41

50Quant à Carrier, il déclare :

« Quand je suis arrivé à la baie de Prony, on pendait encore les condamnés et j’en ai souvent entendu crier. Parmi ceux qui ont été pendus je pourrais citer Lanoz qui est estropié à l’île Nou, David, Fournaise, Madoc, Déoge il y en a d’autres encore. »

51Carrier témoigne avoir été mis au court-barril (la barre de justice), pour avoir protesté contre le fait de travailler le dimanche. « J’y restais », dit-il, « saisi par les deux pieds pendant un jour et une nuit » ; puis, ayant renouvelé ses protestations, il subit à nouveau le court-barril pendant 8 jours et 8 nuits :

  • 42 Déposition de Carrier le 13 mars 1880, ibid.

« J’ai souffert beaucoup et je pouvais faire le moindre mouvement. J’ai été obligé de faire dans mes pantalons et quelquefois dans ma main, j’urinais aussi sur le lit de camp ne pouvant pas me relever. On venait quelques fois enlever les saletés qui se trouvaient sous moi. Les jambes m’ont fait mal pendant au moins deux mois. »42

52À la suite de cette enquête et des témoignages recueillis, plusieurs surveillants sont compromis, mais les ordonnances rendues par le juge Artaud concluent au non-lieu, soit pour incompétence pour les infractions ayant caractère de crime, les surveillants n’étant pas justiciables des tribunaux ordinaires, soit pour prescription de l’action publique pour les faits ayant un caractère de délit, le laps de temps légal de trois ans étant dépassé. Néanmoins, les ordonnances du 14 août 1880 constatent que, « sans motifs légitimes, ensemble, de concert, ou séparément comme complices, auteurs ou co-auteurs », les surveillants Morisson, Saout, Peraldi, Ferry, Gaillard, ont « usé ou fait user de violences » envers des condamnés alors en cours de peine :

  • 43 A.O.M. registre H 840.

« … en fixant ces derniers par les pieds et les bras au moyen de cordes à deux piquets en terre de manière à leur tendre le corps, en leur liant les poignets derrière le dos avec des menottes en attachant une corde aux poignets en tirant sur la corde après l’avoir fait passer dans une branche d’arbre comme sur une poulie de façon à forcer sur les bras et à leur faire supporter tout le poids du corps retenu par les deux extrémités. »43

  • 44 A.N., Documents parlementaires, C 3277.

53Il est donc établi que les poucettes ont servi de « moyen de torture pour arracher des aveux », jusqu’en 1873 et que « trois faits de pendaison par les pieds ont eu lieu en 1868 à l’île Nou » et d’autres à Prony en 1874, 1875 et 187644.

54Le rapport met aussi en évidence la responsabilité de Charrière :

« Il est difficile de ne pas admettre que le chef du service pénitentiaire a connu les faits et s’il ne les encourageait pas, il les a du moins tolérés. »

55Mais ce dernier nie tous les faits affirmant même que :

  • 45 Mémoire de Charrière et dossier Humbert, A.O.M. carton H 2078. Sibut, supplicié sur ordre du lieute (...)

« le dénommé Sibut n’a jamais reçu de châtiment corporel, c’est-à-dire de martinet. »45

  • 46 Les P. V. manuscrits des interrogatoires (1114 pages) menés à Paris, A. N. Documents parlementaires (...)

56Parallèlement à cette enquête judiciaire, une commission parlementaire de onze membres est constituée le 18 décembre 1879, la présidence en est assurée par Georges Périn et le rapport confié à un républicain franc-maçon, René Goblet. Cette commission est chargée de faire la lumière sur les accusations portées sur le régime pénitentiaire en Nouvelle-Calédonie et d’éclairer le Parlement sur les mesures à prendre et les réformes à envisager. Entre le 14 février 1880 et le 11 février 1881, plus de 136 témoins sont interrogés tant à Paris qu’à Nouméa où l’information est menée par le juge d’instruction Artaud46. Parmi les témoins interrogés à Paris, on retrouve les principales figures de la déportation, Allemane, Amouroux, Ballière, Brissac, Humbert, Lisbonne, Rochefort, Roques de Fillol, Trinquet, Urbain, mais également des fonctionnaires, des médecins, des militaires.

  • 47 Ce texte sera publié sous le titre, Rapport fait au nom de la commission d’enquête du régime discip (...)

57René Goblet dépose à la Chambre, le 30 juin 1881, un rapport dont les conclusions sont accablantes47. Même si ce texte n’a pas de suite parlementaire concrète, il contribue à renforcer le courant d’opinion décidé à faire évoluer le régime disciplinaire appliqué aux forçats.

Les décrets disciplinaires et leur application

Le décret disciplinaire de 1880

  • 48 Décret du 18 juin 1880 sur le régime disciplinaire des établissements de travaux forcés, promulgué (...)

58Tandis que Goblet rédige ses conclusions, un projet de décret visant à mettre en place le règlement d’administration publique prévu à l’article 14 de la loi du 30 mai 1854 et à définir le régime disciplinaire des établissements aux travaux forcés est préparé en consultation avec les administrations locales de Guyane et de Nouvelle-Calédonie. Le texte définitif adopté en séance du Conseil d’État le 18 juin 1880, consacre la suppression absolue des châtiments corporels, alors qu’ils avaient été maintenus dans le projet initial conformément aux recommandations exprimées par la majorité du Sénat et suite aux avis formulés par les commissions consultatives mises en place en Guyane et en Nouvelle-Calédonie48. Le nombre de classes passe à cinq, et les rapports entre les infractions et les punitions disciplinaires qui doivent les sanctionner sont clairement définis.

59Désormais, seuls les condamnés admis à la 1re classe pourront « obtenir une concession de terrain », être employés chez des habitants ou par des services publics ; ceux de la 2e classe seront employés aux travaux agricoles du service pénitencier ou aux travaux publics de l’État ou de la colonie qui peuvent aussi se voir affectés des condamnés de la 3e classe ; les travaux les plus pénibles seront réservés aux forçats de la 4e classe qui ne recevront pas de salaire, qui seront astreints au silence et isolés la nuit si les locaux le permettent ; ce régime sera également celui de la 5e classe des incorrigibles qui, en outre, ne pourront en aucun cas recevoir des rations de vin, de tafia, de tabac.

60Les punitions sont le retranchement de vin ou de tafia, appliqué en cas de fautes légères : « l’inconvenance », « l’ivresse », « le jeu d’argent », « les infractions aux règlements », « la paresse » ou « la mauvaise volonté au travail » ; la prison de nuit (remplacée par la boucle simple ou double dans les camps) pour les fautes plus graves : « l’insolence envers un agent ou un fonctionnaire », « l’insubordination », « l’ivresse avec tapage », « le refus d’obéir ou de travail », « les rixes » ; la cellule pour les fautes très graves (durée maximale 2 mois) : « les actes d’immoralité », « les coups et violences envers un transporté », « les insultes ou menaces envers un agent », « les tentatives d’évasion », « la rébellion ou mutinerie » et « les vols ou larcins » ; la mise au peloton de correction qui correspond au régime des condamnés de la 5e classe qui doivent en outre être enfermés dans leurs cases en dehors des heures de travail lequel devra comprendre les corvées les plus pénibles ; le peloton de correction peut être aggravé par l’adjonction de la chaîne simple ou double ; le cachot (durée maximale 1 mois) qui inclut le retranchement et la mise au pain sec et à l’eau 2 jours sur 3 ; la double chaîne ou double boucle est prescrite aux condamnés ayant été punis plus de 5 fois à la cellule ou qui ont subi cette punition plus de 60 jours, ainsi qu’aux condamnés du peloton de correction qui se sont rendus coupables des fautes les plus graves.

61À propos de ce décret, la Notice sur la transportation peut écrire :

  • 49 N.T. (1880-1881), p. 6.

« … bien que les coups de martinet ne fussent plus infligés qu’en de rares circonstances et après des décisions spéciales de l’autorité supérieure, ce dernier vestige d’un régime pénal disparu ne devait pas subsister dans notre société moderne. »49

  • 50 N.T. (1884), p. 45. En 1884, 5557 punitions disciplinaires de moindre gravité ont aussi été prononc (...)

62Un commentaire bien optimiste car, sur place, à la « Nouvelle », l’évolution des esprits et des mœurs ne va pas de soi et des résistances apparaissent. Les résultats de l’application du décret ne satisfont pas les responsables de la Pénitentiaire qui jugent les nouvelles punitions inefficaces contre les condamnés de la 4e et 5e classe, considérés comme « les éléments les plus pervertis », encouragés qu’ils sont par le procès en cours sur la conduite des surveillants. Plus de 8000 punitions disciplinaires graves (prison, cellule, cachot) sont prononcées entre 1883 et 1884, pour un effectif moyen de 7100 condamnés. De leur côté, les conseils de guerre prononcent 722 condamnations aux travaux forcés dans la seule année 1884, dont 230 pour évasions50.

  • 51 Dossier d’enquête, dans A.O.M. carton H 1857.

63L’Administration pénitentiaire confrontée aux problèmes de discipline à imposer aux incorrigibles et aux insoumis les avait jusque-là toujours réglés au moyen des peines corporelles, mais d’une part le nouveau décret a supprimé ces pratiques et d’autre part, les conséquences de la réaction des parlementaires et du procès dit « procès de Bourail » mettant en cause des brutalités infligées à des transportés par des surveillants, excluaient que l’on puisse de nouveau les pratiquer. Ce procès qui concerne les surveillants, Bascans, Peigné, Matteï et Meyer constitue la suite judiciaire de l’enquête déclenchée en novembre 1882, par le gouverneur Pallu de la Barrière51.

64La commission chargée d’enquêter, après avoir conduit des interrogatoires à Bourail en décembre 1882, avait conclu au renvoi devant la justice, au vu des irrégularités constatées et des « présomptions de culpabilité. » Le procès s’étant achevé sur un verdict d’innocence en faveur des surveillants mis en cause, Pallu, dépité écrit :

  • 52 Lettre de Pallu de la Barrière au ministre datée du 25 août 1883, ibid.

« Le courant que suit le sentiment public sont cause que la justice n’est pas assurée ici pour les misérables et les Indigènes. Envers les Indigènes, les souvenirs de l’insurrection ont laissé chez les Européens des idées de représailles qui ne sont pas éteintes. Envers les transportés, en cours de peine et les libérés, leur indignité, les inconvénients de leur présence, la part que la loi leur accorde dans le partage de la terre, font perdre à ceux qui les jugent toute idée de charité et ne laissent plus de place qu’aux procédés usités dans la société antique contre les insoumis. »52

  • 53 Selon la dépêche du 15 mai 1882, le quartier de correction de l’Île Nou recèle des condamnés qui en (...)
  • 54 Cf. dépêche ministérielle du 18 février 1881, N.T. 1880-1881, p. 313.

65Sous la pression des opinions locales et de l’Administration pénitentiaire le département de la Marine imagine alors des formes de répression nouvelles susceptibles de contourner ou d’infléchir les prescriptions du décret. Dès 1881, il propose d’interrompre la peine des travaux forcés des transportés les plus dangereux et de les faire condamner par les conseils de guerre à des peines de réclusion ou d’emprisonnement prévues par le Code pénal et inférieures dans la hiérarchie des peines à celles des travaux forcés. Cette mesure aurait permis d’incarcérer les « incorrigibles » au-delà du temps maximum prévu par le décret de 1880 (2 mois en cellule ou 1 mois au cachot) qui n’était pas, selon l’Administration, assez dissuasif53. Le Garde des Sceaux ayant émis des doutes quant à la légalité de cette disposition, le ministre de la Marine interroge en séance le conseil des ministres sur le fait d’imposer l’incarcération aux récidivistes les plus dangereux, et il est alors reconnu qu’il est possible : « de revenir à l’application du principe de l’incarcération du moment que la sûreté publique en faisait nécessité. » Des instructions sont données en ce sens54 :

« Il y a donc lieu de construire sans retard sur un point d’accès très difficile, autour duquel le silence puisse se faire, un pénitencier fermé où seront internés en principal les condamnés de la cinquième classe, ceux de la quatrième dont les dispositions seraient suspectes et enfin ceux des autres classes qui paraissent devoir être dégradés. »

66Il est alors envisagé de construire à Kuto sur l’île des Pins une prison cellulaire sur les plans de la prison de Melun qui sont envoyés à Nouméa. Mais le projet est repoussé en raison de l’estimation de la dépense (200000 F) et du remplacement de Cloué par Rouvier au ministère, ce dernier s’y opposant en considérant que :

  • 55 Cf. Dépêches du 10 août 1881, et du 16 janvier 1882, N.T. (1882-1883), p. 322 & p. 328.

« L’internement permanent des condamnés aux travaux forcés est en opposition avec l’esprit et la lettre de la loi du 30 mai 1854. »55

  • 56 Décision du 26 juin 1883. Le premier camp de Tomo datait du 31 décembre 1872.

67Ces instructions ne sont donc mises en application, procès de Bourail oblige, qu’en 1883, avec la création d’un chantier disciplinaire à Tomo près de Bouloupari. Le chantier est entouré d’un fossé de 1,50 m et d’une palissade de 2 m ; il est composé de 100 hommes pris parmi les transportés du camp Est et de l’île Nou qui ont été punis pour « paresse au travail, tentative d’évasion, fautes graves contre la discipline » et il est confié à la garde de surveillants non mariés choisis « parmi les plus énergiques et les plus fermes du corps. »56

  • 57 Création de ce camp disciplinaire autorisée par la dépêche du 27 juin 1887. Un premier règlement n’ (...)
  • 58 N.T. 1886-1895, p. 226.

68À partir du 6 avril 1887, ce chantier est transféré au Camp Brun à 19 km au nord de Bouloupari57. Un premier contingent de 50 hommes et 3 surveillants y sont envoyés pour préparer les installations destinées à recevoir plus de 200 « incorrigibles » dans un camp qui « devait constituer une sorte de forteresse d’où il serait impossible de s’évader. »58

  • 59 Rapport d’inspection daté du 1er janvier 1888, extraits pp. 6, 15 & 53, A.O.M. carton H 1214.

69En 1888, le rapport d’inspection du général Borgnis-Desbordes ne fait pourtant aucune mention du chantier disciplinaire de Tomo ou du camp Brun. L’inspecteur y reprend les critiques habituelles contre le décret de 188059 :

« C’est que la vie du forçat est singulièrement douce à la Nouvelle-Calédonie » ; « On est plus sévère pour les braves gens qui sont à l’armée » ; « Vouloir mener le bagne avec une discipline moins sévère non seulement que celle des bataillons d’Afrique ou de la légion étrangère, mais même que celle de l’armée proprement dite, c’est une erreur qui ne peut conduire qu’à de graves désordres… »

Les décrets disciplinaires de 1889 et de 1891

  • 60 La commission permanente est issue de la commission chargée d’étudier diverses questions relatives (...)

70Les dispositions du décret de 1880 restent en vigueur jusqu’au 9 avril 1892, date de la promulgation du décret disciplinaire du 4 septembre 1891, définissant un nouveau régime disciplinaire beaucoup plus rigoureux. Ce texte fait partie du train de mesures prises par la commission permanente du régime pénitentiaire dont la présidence a été confiée à Paul Dislère60.

  • 61 Rapport et décret du 16 novembre 1889, N.T. 1886-1895, pp. 610 & 612. Sur 1275 dossiers « d’Europée (...)

71À la suite des premiers travaux de cette commission est modifiée la décision du 15 avril 1887 qui avait prescrit de n’envoyer en Nouvelle-Calédonie que les condamnés à moins de 8 ans. Désormais la commission permanente se charge d’étudier les dossiers des condamnés et de sélectionner les transportés les plus dangereux destinés à la Guyane et les autres dirigés vers « la Nouvelle61 ».

72En matière de discipline, la commission propose une refonte complète sur le fond comme sur la forme, du décret de 1880. Ses recommandations sont introduites dans le décret sur le régime disciplinaire. En premier lieu, le nombre de classes passe de cinq à trois : les individus de la première classe peuvent seuls obtenir une concession urbaine ou rurale, être engagés chez des habitants et être proposés pour des remises ou des commutations de peine ; ceux de la 2e classe sont employés aux travaux de colonisation ou d’utilité publique ; enfin ceux de la dernière classe sont affectés aux travaux les plus pénibles, ils sont isolés la nuit, dorment sur un lit de camp et sont astreints au silence de jour et de nuit, au travail comme au repos. Un condamné de la 3e classe doit attendre au moins 2 ans avant d’être admis dans la classe supérieure. Pour passer de la 2e à la 1re classe, il faut avoir accompli au moins la moitié de sa peine et au moins 10 ans pour les condamnés à perpétuité ou à plus de 20 ans.

  • 62 À l’exception des assignés et des concessionnaires, les condamnés ne peuvent détenir aucune somme d (...)

73Les salaires sont supprimés62, la ration d’un condamné étant en principe le pain sec et l’eau, seuls les condamnés qui auront accompli la tâche qui leur est assignée quotidiennement recevront des bons de cantine pour une ration normale et ce sans distinction de classe ; les gratifications supplémentaires sont autorisées mais uniquement à titre de récompense.

74Le passage de cinq à trois classes est représenté dans les graphiques ci-après.

75Par rapport au décret de 1880, le principal changement vient du fait que les punitions disciplinaires ne sont plus liées à des infractions précises, la nomenclature infractions/punitions a donc disparu et désormais la gravité de la faute est laissée à l’appréciation de commissions disciplinaires qui tiendront compte dans leurs sanctions des circonstances atténuantes ou aggravantes.

  • 63 Le régime de la cellule sera modifié par le décret du 31 juillet 1903.

76Ces sanctions sont la prison de nuit, la cellule, le cachot. Dans le cas de la prison, le condamné couche sur un lit de camp, il est mis à la boucle simple et enfermé après le repas du soir ; la cellule diffère par un isolement plus grand qui n’est interrompu que par une marche d’une heure sous un préau, à la file et en silence ; le cachot reprend les dispositions précitées en les aggravant par le port de la double boucle la nuit, la mise au pain sec deux jours sur trois et le fait que le cachot doit être un local obscur. La cellule ne peut être prescrite que pour 2 mois maximum et le cachot pour 1 mois63. Enfin, il est prévu la création de quartiers et de camps disciplinaires pour l’internement des condamnés reconnus incorrigibles. Le régime des incorrigibles aggrave les punitions précédentes dans le sens où la cellule peut être donnée pour quatre mois et le cachot pour deux. De plus, il est prévu une salle de discipline qui consiste pour les incorrigibles qui y sont envoyés à « être réunis sous la garde permanente d’un ou plusieurs surveillants, dans un local où ils sont tenus de marcher au pas et à la file depuis le lever jusqu’au coucher du soleil. » La marche est interrompue toutes les demi-heures « par un repos d’un quart d’heure pendant lequel les condamnés sont assis. » La durée maximale de l’envoi en salle de discipline est d’un mois.

Répartition des condamnés par classe

Répartition des condamnés par classe
  • 64 Décret du 4 octobre 1889, mis en place par les arrêtés des 24 et 30 janvier 1890.
  • 65 Rapport du gouverneur Pardon publié in, R.P. 1891, pp. 899 à 931.

77À côté de ces punitions administratives, le Tribunal Maritime Spécial, enfin créé par le décret du 4 octobre 1889, peut juger les transportés déférés devant lui. La principale innovation provient du fait que, depuis le décret du 5 octobre 1889, les lois pénales en vigueur dans les colonies pénitentiaires sont applicables aux condamnés aux travaux forcés qui s’y trouvent64. Ces dispositions permettent de prononcer des peines de réclusion cellulaire et de prison (6 mois au moins et 5 ans au plus) et surtout de les appliquer immédiatement sans attendre la fin de la période des travaux forcés. Désormais, les forçats peuvent subir l’incarcération de deux sources différentes : par mesure disciplinaire ou par décision judiciaire. Dès l’application de ce décret, le nombre des peines de cachot et de cellules « administratives » diminue notablement, le relais est pris par les tribunaux. Ainsi en 1889, 107 peines de cachot et 1302 de cellule, étaient prononcées administrativement, dès 1890, ces chiffres passent à 36 de cachot et 716 de cellule. Dans le même temps, le T.M.S. prononçait 148 peines de réclusion cellulaire et 35 de prison65.

  • 66 La peine de travaux forcés à perpétuité jugée inefficace n’est plus prononcée alors qu’elle l’avait (...)

78Entre 1892 et 1895 les peines prononcées par le Tribunal maritime se répartissent ainsi pour un effectif moyen de 10000 condamnés66 :

Peines

Mort

Travaux forcés à temps

Réclusion cellulaire

Prison

Nombre

9

290

111

128

  • 67 Rapport Pardon, R.P. 1891, p. 910.

79La combinaison des punitions administratives et des condamnations pénales constitue un arsenal qui aurait dû être efficace mais selon le gouverneur Pardon, les condamnés à moins de 6 mois de réclusion cellulaire : « paraissent préférer cette peine à l’envoi au camp Brun, tandis que les condamnés à de plus longues durées sont comme écrasés par ce nouveau châtiment. La réclusion cellulaire telle qu’elle est appliquée à l’île Nou est certainement la plus terrible des peines. »67

Le camp Brun

  • 68 Pardon ajoute : « il fallait un régime spécial et ce sont les raisons qui ont amené la création du (...)

80Malgré la réclusion cellulaire appliquée à l’île Nou, le Gouverneur Pardon justifie « la nécessité d’un camp disciplinaire fermé, à la fois inaccessible et infranchissable… pour les incorrigibles, pour les paresseux…, pour les récidivistes de l’évasion », afin « d’isoler le plus possible des individus aussi dangereux » et de leur appliquer « des règlements spéciaux. »68

  • 69 Désignation rendue effective par l’arrêté du 10 août 1892 : Organisation du camp disciplinaire, B.O (...)
  • 70 Cette disposition est modifiée par un arrêté du 21 janvier 1893 : le temps de travail passe à 10 he (...)

81Le Camp Brun, créé depuis 1887, est donc tout désigné pour servir de camp disciplinaire conformément au décret 4 septembre 189169. Cette fois-ci, son règlement interne a été approuvé ; il prévoit que les détenus du camp disciplinaire « porteront une chaîne aux deux jambes pour les empêcher de courir » (article 12), que « l’accouplement à deux sur les chantiers sera appliqué toutes les fois que la nature du travail le permettra » (article 11) et qu’ils travailleront 8 heures par jour aux travaux les plus pénibles70.

  • 71 N.T. 1886-1895, p. 226.
  • 72 Cf. dépêche ministérielle du 6 mars 1889, N.T. 1886-1895, p. 470.

82Au plus fort de son activité vers 1894, l’effectif du camp Brun compte « 631 incorrigibles, 13 surveillants et 10 policiers indigènes »71, mais déjà, son existence est fortement contestée. Édifié sur un terrain qui n’appartient pas au domaine pénitentiaire72, éloigné de Nouméa, à l’abri des regards, le Camp Brun est le théâtre d’événements scandaleux qui provoquent sa fermeture après trois années d’exercice officiel. Dès 1893, la discipline et les mauvais traitements sont tels que l’administration crée une section de mutilés :

  • 73 Arrêté du 8 décembre 1893, création d’une section de mutilés au Camp Brun, approuvé par la dépêche (...)

« attendu qu’un certain nombre de condamnés internés au camp Brun se mutilent pour échapper au travail pénible qui leur est imposé dans le but de rentrer à l’hôpital de l’île Nou. »73

  • 74 Les maladies simulées sont particulièrement surveillées ; voir à ce sujet la thèse de doctorat de A (...)

83Cependant l’Administration pénitentiaire refuse de mettre en cause les agissements de son personnel et considère au contraire qu’il s’agit des « plus mauvais sujets du bagne » et qu’ils doivent donc être soumis aux 10 heures de travail par jour et être envoyés en salle de discipline les jours de pluie74.

  • 75 Procès-verbal du Conseil privé du 18 février 1895, A.O.M. carton N.C. 140.

84Au cours du Conseil privé du 18 février 1895, le directeur de la Pénitentiaire, Vérignon, justifie les mesures prises en déclarant qu’elles « ont produit des résultats efficaces, inespérés même », et qu’il serait donc « fâcheux de les atténuer aujourd’hui. »75 Puis il ajoute :

  • 76 Le 12 mars suivant, Vérignon déclarera : « Qu’on ne l’oublie pas, le bagnard ne craint vraiment qu’ (...)

« … le condamné ne craint qu’une seule chose : l’envoi au Camp Brun. Modifier d’une manière sensible le régime de ce camp serait enlever à l’Administration pénitentiaire la seule arme vraiment utile qu’elle possède contre les incorrigibles et les irréductibles. »76

  • 77 L’ouverture d’une enquête proposée par le directeur de l’Intérieur, Gauharou, a été approuvée à l’u (...)

85Pourtant, à la suite de l’intervention de plusieurs membres du Conseil privé qui s’étaient émus de crimes successifs survenus au Camp Brun, une enquête avait été ordonnée77 Menée par Tomasini, chef de bureau de l’Administration, elle avait fait l’objet d’un volumineux rapport. Mais s’obstinant à nier la réalité, Vérignon s’en tient aux définitions administratives, et il affirme sans pudeur que :

  • 78 P.V. du Conseil privé du 18 février 1895, A.O.M. carton N.C. 140.

« l’envoi au Camp Brun ne constitue pas à proprement parler une punition, une mesure disciplinaire », mais qu’il « résulte d’une situation particulière du condamné lorsqu’il a mérité la double chaîne, c’est une conséquence du classement de ce condamné. »78

  • 79 Au cours du Conseil privé du 12 mars 1895 est également entendu le témoignage de l’interprète Husse (...)
  • 80 Rapport du 8 janvier 1895, lu au cours du Conseil privé du 12 mars suivant, ibid.

86Il faut la lecture de deux rapports rédigés par des médecins ayant exercé au Camp pour faire éclater la vérité. Leurs témoignages sont accablants.79 Le docteur Brun-Bourget dénonce la « misère physiologique épouvantable » dans laquelle se trouvent les disciplinaires du camp Brun, et il écrit80 :

« Il est vrai que de décembre 1893 à décembre 1894 l’effectif du quartier disciplinaire a presque doublé, il est monté de 68 à 127 mais cela n’est pas suffisant pour expliquer l’état de maigreur, d’épuisement dans lequel se trouvent les hommes…. »

87Seul le régime imposé aux condamnés peut selon Brun-Bourget expliquer ce terrible état de fait. Après avoir constaté, qu’entre « le repas du soir et celui du matin », il s’écoule un « intervalle de 16 heures pendant lequel a lieu une séance de travail », le docteur Brun-Bourget s’indigne :

« Personne ne peut admettre qu’un homme en 16 heures consomme 300 g. de pain et un verre d’eau et donne 5 heures de travail. » […] « L’homme épuisé incapable de fournir sa tâche se fera punir de cachot pour n’avoir pas à aller au chantier ou se provoquera une maladie telle qu’il faille forcément l’exempter de service ou encore n’hésitera pas à commettre un crime pour sortir ne fût-ce que momentanément du Camp Brun au risque même de courir la mort. »

88Le docteur Condé, médecin de poste à Bouloupari confirme les allégations de son collègue. Introduit en séance du Conseil privé, il déclare avoir constaté dix décès, « en février 1895, pour un total de 120 hommes », et il dénonce avec vigueur le fait que les « disciplinaires n’hésitent pas à ingérer des substances de nature à provoquer une dysenterie souvent fatale (herbe à gendarme, savon…) » Puis il poursuit :

« poussés par le désir de se soustraire au travail, parfois même dans l’espoir peut-être presque inconscient d’en finir avec leur réellement misérable existence, beaucoup de disciplinaires ont recours à quelqu’une de ces nombreuses maladies dites provoquées : « conjonctivite », hératite, piqûre de la cornée avec une aiguille infectée… et surtout phlegmons introduction sous les téguments de fils de sacs tressés avec des cheveux et imprégnés de tartre dentaire de saint-bois etc. » […] « Dans le mois qui vient de s’écouler sur sept cas de ce dernier genre deux ont entraîné la mort Les malades d’ailleurs très affaiblis ont succombé à une septicémie gangrenée. »

89Et Condé de s’interroger à propos des « incorrigibles » : l’administration pénitentiaire « a le droit d’en faire des disciplinaires, a-t-elle celui, auquel elle atteint à coup sûr bien involontairement, d’en faire des malades ? »

90Malgré ces deux témoignages, le directeur de l’Administration pénitentiaire, Vérignon, plaide en faveur du maintien du camp disciplinaire « au bagne », et déclare :

« il est indispensable de soumettre à un régime spécial les fortes têtes, ceux qui ne veulent à aucun prix se plier à la loi commune, qui préfèrent tout, la souffrance, la maladie, la mort même à la loi générale du travail. »

91Finalement, la position du Directeur de l’Intérieur, Gauharou est adoptée. Ce dernier intervient en faveur du maintien d’un camp disciplinaire, « mais à condition que ce camp soit transporté ailleurs et que certains adoucissements du moins certaines modifications soient introduites dans son régime intérieur. »

92Gauharou ajoute même dans son intervention devant le Conseil privé :

« L’emplacement actuel du camp est le plus mauvais le plus barbare qu’on pût choisir. La chaleur y est intolérable en certaines saisons et son éloignement du chef-lieu permet peut-être des abus qui seraient impossibles dans un endroit plus voisin de Nouméa où pourrait s’exercer plus souvent le contrôle et la surveillance de l’administration supérieure. »

  • 81 Arrêté approuvé par la dépêche du 17 juillet suivant, N.T. 1886-1895, pp. 1186 & 1416.
  • 82 Idem. Pour encourager les efforts de ceux qui donneraient « des marques sérieuses de repentir », un (...)

93Il est donc décidé, par un arrêté du 14 mars 1895, de la fermeture et du déplacement du camp Brun vers le quartier disciplinaire du Camp Est81. Le Département approuve cet arrêté qui est, selon lui, « la seule solution qui s’impose » ; il approuve également le fait que ce texte ne modifie pas le régime rigoureux qui peut seul « permettre de réduire les natures indomptables », tout en reconnaissant qu’un tel établissement doit être placé « sous la surveillance directe de l’autorité supérieure, de manière à prévenir tout abus. »82

  • 83 N.T. 1886-1895, p. 118.

94À la suite de ce transfert, à travers les lignes de son organe officiel, la Notice sur la Transportation, l’Administration pénitentiaire persiste et signe : certes, « les punitions ont diminué » et « les plaies provoquées ainsi que les mutilations volontaires n’ont plus eu lieu » mais c’est uniquement parce que « les incorrigibles sont mieux surveillés… » et qu’il leur est impossible « de se procurer les herbes et les ingrédients avec lesquels ils envenimaient leurs plaies. »83

  • 84 Arrêté du 21 juillet 1899, B.O.A.P. (1889), p. 253. Le Camp Est comprend 5 cases distinctes et sépa (...)
  • 85 Décret du 19 décembre 1900 portant sur la modification de l’article 17 du décret du 4 septembre 189 (...)

95À la date du 21 juillet 1899, un arrêté désigne le Camp Est de l’île Nou comme quartier disciplinaire et organise son fonctionnement84. L’article 6 prévoit que, « La chaîne d’accouplement ne peut être appliquée aux incorrigibles que dans des cas exceptionnels… », cette disposition qui aurait dû être abrogée après le décret du 19 décembre 1900 supprimant la double boucle en tant que punition disciplinaire, continuera d’être appliquée85.

  • 86 Décret du 20 mars 1895 et instructions du 4 avril N.T. 1886-1895, p. 1315 & p. 1362.

96Cependant, depuis le décret du 20 mars 1895, les établissements pénitentiaires de la Nouvelle-Calédonie sont placés sous la surveillance du Procureur général86. Pour la première fois, l’exécution des travaux forcés n’est donc plus sous le contrôle des inspecteurs de l’Administration pénitentiaire mais sous celui du pouvoir judiciaire. C’est à ce titre que le Procureur général de la Nouvelle-Calédonie dénonce dans un rapport, l’utilisation de l’accouplement des condamnés coutumiers d’évasion au quartier disciplinaire du Camp Est :

  • 87 Inspection des établissements pénitentiaires de la colonie, cf. dépêche du 23 mars 1901, N.T. 1886- (...)

« Les condamnés envoyés au quartier disciplinaire continuaient à être maintenus à la chaîne d’accouplement. »87

97Le Département réagit vivement contre cette « infraction aux ordres », au moment où « Le Parlement et l’opinion publique se montrent vivement préoccupés par les sévices exercés sur des condamnés… » et il rappelle que :

  • 88 Idem. La double boucle ou double chaîne était prévue à l’article 3 de la loi du 30 mai 1854, pour r (...)

« tous les gouvernements se sont successivement attachés, en France, à faire disparaître la peine corporelle barbare édictée par le Code pénal de 1810. »88

  • 89 Circulaire de Vérignon datée de Nouméa le 22 février 1901 : 1re La double-boucle est absolument sup (...)

98Vérignon, directeur de la Pénitentiaire, tout en donnant les instructions nécessaires à la suppression de la double boucle, s’était félicité de ce que la mise aux fers ne fût plus une aggravation mais « un mode de répression, un moyen de sûreté », et il avait conclu avec emphase89 :

« Ainsi a disparu des règlements disciplinaires, le dernier vestige des châtiments corporels devenus incompatibles avec nos mœurs. »

  • 90 L’article 6 de l’arrêté du 21 juillet 1899 sera abrogé par l’arrêté du 29 mai 1901.
  • 91 Le 25 avril 1907 un arrêté promulguera le décret du 26 février 1907, modifiant le décret du 4 septe (...)
  • 92 Arrêté du 11 juin 1906, B.O.T. (1906), p. 174.

99Le rapport du Procureur général montre qu’une fois de plus, l’application des réformes rencontre bien des résistances90. La peine de la double chaîne ne sera définitivement supprimée, y compris pour les évadés, et remplacée par la réclusion cellulaire de 2 à 5 ans, qu’avec le décret du 13 octobre 190691. Entre temps, le quartier disciplinaire du Camp Est a été transféré au Camp central de l’île Nou où il restera jusqu’à la liquidation de l’Administration pénitentiaire92.

100L’exemple des camps et des quartiers disciplinaires, celui du Camp Brun montrent que le traitement réservé aux incorrigibles et aux récidivistes a toujours constitué une préoccupation majeure de l’Administration pénitentiaire. Étudier l’importance de la récidive, l’évolution du nombre des récidivistes ainsi que celui de leurs nouvelles condamnations demeure d’ailleurs l’un des meilleurs moyens d’évaluer les effets et les conséquences de la répression et de l’amendement prévus par la loi du 30 mai 1854, et de tirer ainsi un bilan de l’application de cette loi dans ces deux domaines, aux transportés de l’Iphigénie, d’une part et, d’autre part, si possible, à l’ensemble des transportés de « la Nouvelle ».

De la récidive en Nouvelle-Calédonie

101Dans le domaine de la récidive, une étude quantitative ne suffit pas, encore faut-il se demander de quelle récidive s’agit-il ? Il faut bien comprendre que, pour l’Administration pénitentiaire chargée de gérer une telle masse de condamnés, les pires fautes sont l’insoumission et surtout l’évasion. Même l’opinion publique calédonienne pourtant peu favorable aux condamnés exprime en la matière un jugement plus nuancé que l’on retrouve formulé par le conseiller Revercé au cours d’une séance du Conseil privé :

  • 93 Cette déclaration soulève les protestations de Vérignon, le directeur de l’Administration pénitenti (...)

« Pourquoi lorsqu’il (le condamné à perpétuité) cherche à s’évader – ce qui est un crime selon la loi, mais un crime en définitive bien excusable selon la nature, est-il plus sévèrement puni que beaucoup d’autres condamnés à temps qui souvent valent beaucoup moins que lui ? »93

102Pour ne pas désarmer l’Administration pénitentiaire, l’évasion est considérée comme un crime puisqu’elle emporte la condamnation aux travaux forcés pourtant, la jurisprudence précise que, bien que sanctionnée par une peine appliquée à un crime :

« l’évasion du forçat ne constitue pas un état de récidive de crime à crime, et ne met pas dès lors obstacle à sa réhabilitation. »

103En se fondant sur cette jurisprudence confortée par le fait que la convention d’extradition de 1876, signée avec une autre grande nation démocratique, la Grande-Bretagne, ne reconnaissait pas le crime d’évasion, il est possible d’évaluer la récidive sans tenir compte des condamnations pour évasions. Bien entendu, ce choix exclut également dans l’analyse les infractions commises pour servir l’évasion ; ainsi, il n’a pas été tenu compte des 10 ans de travaux forcés infligés à Rouman et Dubois, en 1865, par le conseil de guerre de Nouméa celui-ci ayant retenu, en plus de l’évasion, la soustraction frauduleuse d’une embarcation, de maïs, de cocos et de canne à sucre, de même ont été exclus les 40 ans supplémentaires infligés à Claude Niquet en 1871, pour évasion et vol.

  • 94 Chiffres établis selon nos pointages avec les registres matriculaires et les dossiers individuels. (...)

104En excluant donc les condamnations pour évasion, l’ensemble des condamnations prononcées d’une part, par les conseils de guerre puis à partir de 1891 par le Tribunal maritime spécial et d’autre part, par les tribunaux civils de la colonie pour les libérés à partir de 1889, on relève 118 condamnations concernant 52 transportés de l’Iphigénie94. Ces condamnations se répartissent en 39 amendes, 64 peines de prison et 15 peines de travaux forcés, auxquelles on pourrait ajouter les 4 condamnations à mort traitées à la fin de ce chapitre. Le détail des infractions qui ont donné lieu à ces condamnations permet de mieux appréhender la réalité de la récidive.

105Les 39 amendes ont été distribuées pour ivresse (25), outrages à surveillant (1), coups et blessures (1) défaut d’appel ou défaut de visa (4) divers (délit de chasse, pêche à la dynamite, abandon de voiture, dépôt d’immondices etc. 8).

106Les 64 peines de prison ont été données pour ivresse (4) outrages à un surveillant (9), coups et blessures (2) défaut d’appel ou défaut de visa (5), rupture de ban (13), violation de l’interdiction de séjour (15), vagabondage (4) divers (port d’arme, usage de faux papiers, 2), outrage public à la pudeur (1), escroquerie et abus de confiance (3), vol (6).

107Les 15 peines de travaux forcés ont été prononcées pour vol (11), attentat à la pudeur (2), tentative de viol (1), tentative de meurtre (1).

  • 95 Le « vagabondage spécial » recouvre un nouveau délit, créé par la loi sur la relégation et destiné (...)

108L’ivresse et les infractions au régime spécifique des colonies pénitentiaires (défaut de visa, défaut d’appel, rupture de ban, violation de l’interdiction de séjour) représentent 68 condamnations soit 57,6 %. Si l’on tient compte, d’une part des infractions contre l’ordre public (délit de chasse, pêche à la dynamite, abandon de voiture, dépôt d’immondices, port d’arme, coupe illicite de bois), et de celles ayant entraîné de faibles peines : 15 jours de prison pour vagabondage (Dotton en 1893), 8 jours de prison pour outrage à un agent de la force publique (Belliard en 1889 et Buseyne en février 1894), 50 F. d’amende pour outrage à un agent de la force publique (Buseyne en septembre 1894), et d’autre part, des délits mineurs, 3 mois de prison pour vagabondage spécial (Arrousteguy en 1896), un mois de prison pour abus de confiance, (Vautrin en 1889), 8 jours de prison pour vol (Vautrin en 1890), 16 F. d’amende pour coups et blessures (Castel en 1893), le pourcentage de la récidive de faible gravité passe à 78,8 % des condamnations prononcées et 33 transportés de l’Iphigénie, sur 248 au départ sont concernés par cette récidive mineure95.

  • 96 23 transportés car Vautrin, Cazeaux, Georgeault, Lagesse, Capitaine, se retrouvent dans les 2 catég (...)
  • 97 Hecquet, condamné initialement à 2 peines non confondues pour un total de 15 ans, sera libéré, le 2 (...)

109Restent les infractions plus graves concernant des délits ou des crimes contre les personnes ou contre les propriétés, lesquels ont donné lieu à 25 condamnations pour 23 transportés96. Mais là encore, des distinctions peuvent être faites, entre les infractions contre les propriétés ou contre les personnes mais aussi à l’intérieur de ces deux catégories. D’abord parce que de nombreuses condamnations ont été prononcées contre des individus en cours de peine (12 au total), ensuite parce que dans les premières années de la transportation les conseils de guerre sanctionnaient par des peines très longues, des faits qui, dans les dernières années n’auraient valu à leurs auteurs que quelques mois de prison ; rappelons ainsi que le trafic d’alcool et de provisions découvert en 1865 avait valu à Steff, Desplanques et Lemaître 20 ans de travaux forcés, et que la même année Marx pour un vol d’effets appartenant à Dubergé, et Hecquet pour un vol d’argent appartenant à un transporté ont tous deux été condamnés à 10 ans de travaux forcés97. Il faudrait également citer dans ce cas, Valentin Lenepven condamné lui aussi à 20 ans de travaux forcés pour vol qualifié, le 17 mai 1878, par le premier conseil de guerre de Nouméa.

  • 98 Entre 1864 et 1875, Marx a subi 28 punitions représentant 111 jours de retranchement, 72 jours et 1 (...)
  • 99 Evrard sera libéré, le 5 septembre 1888, après avoir obtenu une remise de peine de 4 ans, le 25 jui (...)

110Tous ces exemples concernent des condamnés en cours de peine, mais à côté d’un Lenepven ou d’un Marx qui ont souvent été punis disciplinairement et qui sont considérés par l’Administration comme des « incorrigibles », ne pouvant attendre l’indulgence d’un conseil de guerre98, un Philippe Evrard, qui n’a subi aucune punition, est pourtant condamné à 10 ans de travaux forcés, le 17 août 1875, pour vol de liquides appartenant à son maître99.

111En fait, n’ont été recensés que cinq cas de récidive grave ayant entraîné des condamnations prononcées entre et 1869 et 1883. Deux d’entre elles concernent des condamnés en cours de peine.

  • 100 Taverne décède au pénitencier de l’île Nou, le 29 janvier 1908, à l’âge de 67 ans.

112Fortuné Taverne, condamné initialement à 8 ans pour vols qualifiés, est de nouveau condamné par le conseil de guerre de Nouméa, le 30 juin 1869, à perpétuité, pour viol suivi de tentative d’homicide sur la femme de son engagiste. Taverne atteindra la première classe en 1881 et obtiendra, 5 ans plus tard, une commutation de sa perpétuité en 20 ans, puis une remise du reste de sa peine en 1904, année où il sera libéré, après une requête adressée à la Ligue des Droits de l’Homme. Concessionnaire de lots de village à Bourail depuis 1884, il y a épousé la veuve Rongaldier100. Devenu trop âgé (sa femme a alors 76 ans), il renoncera volontairement à sa concession en 1901 et demandera à être réintégré au pénitencier de l’île Nou.

  • 101 Louis Vacheresse sera libéré à la 1re section, le 9 août 1887, après avoir obtenu 2 remises de pein (...)
  • 102 Georges Vacheresse sera libéré par erreur à la 1re section, le 30 juin 1887. Il sera repris à l’eff (...)

113Georges Vacheresse a été condamné à perpétuité à Montbrison, avec son frère Louis pour homicide avec préméditation ; ils obtiennent tous deux, en 1875, une commutation de leur peine en 15 ans de travaux forcés101. Mais Georges est de nouveau condamné à Nouméa, une première fois en novembre 1875, à 5 ans de travaux forcés pour vol qualifié et une seconde fois en octobre 1878, à 10 ans de la même peine pour attentat à la pudeur102.

114Trois autres cas de récidive grave intéressent des libérés.

  • 103 Pierre Ducos est l’auteur du « Chant d’encouragement » et du « Chant de reconnaissance », parus dan (...)

115Pierre Ducos, professeur avant sa condamnation à 20 ans de travaux forcés pour vol, avait vu sa peine diminuée de moitié dès 1863. Ayant obtenu une remise de peine de 2 ans en 1868, il est libéré en 1871, puis de nouveau condamné 10 ans pour vol, le 24 septembre 1872, peine qui est augmentée de 2 ans pour évasion et vol en 1874. Sept ans plus tard, Ducos sollicite une grâce qui ne lui est accordée qu’en 1883, année où il est libéré pour la seconde fois à la 1re section. Quelques semaines après cette libération, Ducos est à nouveau condamné, le 14 octobre 1884, par le conseil de guerre de Nouméa à 40 ans de travaux forcés pour vol qualifié. En 1886, le Gouverneur de la Nouvelle-Calédonie transmet au ministère le dossier de Ducos, « qui se prétend innocent du crime de vol pour lequel il a été condamné en 1884. » À la suite de cette démarche, Ducos sollicite une nouvelle grâce et la possibilité de quitter temporairement la colonie à destination de la Nouvelle-Orléans, conformément aux dispositions de l’article 6 de la loi du 30 mai 1854. Cette autorisation lui est refusée, mais son recours en grâce est accepté et Ducos est libéré pour la troisième fois à la 1re section, une libération dont il ne profitera pas puisqu’il décède, ironie du sort, à la presqu’île Ducos, le 22 avril 1887 à 54 ans103.

  • 104 Delval : remise du reste de sa peine le 6 juillet 1880, libéré le 4 septembre suivant ; après sa 2e(...)

116Louis Delval, deux ans après sa libération, est condamné le 8 décembre 1882, à 30 ans de travaux forcés pour soustraction frauduleuse ; placé en maison de correction dès l’âge de 11 ans, condamné deux fois à la prison avant d’être transporté en Nouvelle-Calédonie, Delval devait décéder à Païta, le 28 décembre 1886 à l’âge de 50 ans, après avoir passé plus de 35 ans de sa vie dans des lieux voués à la répression104.

117François Quillac, condamné à Mont-de-Marsan, à 20 ans de travaux forcés, pour une tentative de viol sur une jeune fille de moins de 15 ans, avait obtenu, dès 1862, une commutation de sa peine en 10 ans. Il obtient de nouveau une remise de peine de 2 ans, en 1867, et il est libéré, le 11 avril 1870. Placé en concession à Bourail sur le lot 109, il obtient son titre définitif, le 25 juillet 1880. Convaincu d’attentats à la pudeur perpétrés à plusieurs reprises à l’encontre de Marceline Leneutre, âgée de moins de 13 ans, il est condamné à 20 ans de travaux forcés, le 28 juillet 1883.

  • 105 Sauf Jules Vautrin et Braham ben Mohamed, condamnés, par des tribunaux correctionnels, respectiveme (...)

118Les condamnations à la prison pour vol concernant les transportés de l’Iphigénie libérés à la 1re section ont en majorité été prononcées par des conseils de guerre, c’est-à-dire avant 1889, année d’application du décret qui soumet les libérés aux tribunaux ordinaires105.

119Les peines sont souvent lourdes. Pour avoir commis des vols, Guillaume Lafon, Gilbert Graisset et Victor Georgeault sont condamnés respectivement en 1874, 1876 et 1879 à 2 ans, 5 ans et 2 ans de prison. Leur admission à la 1re section des libérés avait été acquise dès les premières années de la transportation et ils avaient tous trois bénéficié d’une réduction de peine l’occasion de la fête du 15 août (2 ans pour Graisset et Lafon, 3 ans pour Georgeault).

  • 106 Quennehem avait été libéré le 20 mars 1873, concessionnaire à La Foa le 28 avril 1884, sur le lot 1 (...)
  • 107 Lagesse, condamné à 8 ans pour vols qualifiés, a obtenu une remise de peine de 18 mois le 11 août 1 (...)
  • 108 Jourdey a été libéré le 30 avril 1873 sous le no 535.
  • 109 Vautrin, après avoir obtenu une remise de peine de 2 ans, le 11 août 1867, avait été libéré le 14 j (...)

120Les vols ne constituent pas les seuls causes de récidive ayant entraîné l’emprisonnement. Jules Quennehem, 9 mois après sa libération, est condamné, le 12 décembre 1873, à 2 ans de prison pour outrage public à la pudeur106. Jean-Baptiste Lagesse et Arnaud Cazeaux sont condamnés respectivement, le 13 novembre 1877 et le 23 juillet 1887, à 3 et à 4 ans de prison pour coups et blessures volontaires (au cours de l’accomplissement de cette peine de prison Lagesse dépose devant la commission d’enquête du régime pénitentiaire)107. Aimable Jourdey est condamné à 10 ans de prison pour escroquerie et rupture de ban, après sa libération survenue en 1873108. Enfin, Jules Vautrin est condamné, le 11 août 1876, à 10 ans de prison pour rupture de ban, résistance et rébellion avec violence, coups et blessures à un agent et à un particulier, escroquerie envers son engagiste. On relève également sept autres condamnations en correctionnelle prononcées après 1888, en majorité pour violation de l’interdiction de séjour, sauf celle du 16 août 1890, à 8 jours de prison pour vol, déjà signalée plus haut109.

Bilan de la récidive

121Même si une nuance doit être apportée par le fait que les transportés de l’Iphigénie étant condamnés à de longues peines, leurs libérations sont souvent tardives et donc leurs possibilités de récidiver plus réduites, on peut constater que le nombre et la nature de leurs condamnations en récidive ne diffèrent guère de la moyenne générale de l’ensemble des transportés en Nouvelle-Calédonie. Ainsi et si l’on se réfère aux jugements rendus en 1884 contre les condamnés par les conseils de guerre, parmi les 609 condamnations prononcées on trouve 39 peines de mort, 454 peines de travaux forcés. Six cent neuf condamnations contre des condamnés en cours de peine, le chiffre apparaît comme important même si l’année 1884 suit les grands travaux de routes entrepris par Pallu pendant lesquels la surveillance a été très difficile. Ce chiffre signifie que tous les deux jours plus de trois condamnations sont prononcées et il peut être utilisé pour démontrer l’importance de l’insécurité et de la récidive. Cependant, si l’on rapporte ces 609 condamnations à l’effectif moyen de 9800 condamnés en cours de peine en 1884, on obtient une récidive inférieure à 6 %, encore faut-il nuancer ce chiffre en baisse car de nombreux vols qualifiés ou simples sont commis par les mêmes individus au cours de leurs évasions.

122Pendant la décennie 1886-1895, dans le détail des délits et des crimes retenus contre des condamnés, les évasions représentent 40 %, les refus de travail ou autres faits contre la discipline 28 %, les crimes ou délits contre les personnes 6 % et ceux contre les propriétés 26 %, proportions en nette diminution par rapport à 1884. Pour leur part, les libérés sont condamnés dans les proportions suivantes : infractions contre l’ordre public (dont l’ivresse) ou au régime spécial d’une colonie pénitentiaire : 76 % ; crimes ou délits contre les personnes 10 % et crimes ou délits contre les propriétés 14 % ; tandis que le nombre de condamnations contre les libérés s’élève 6879 (3731 prononcées en simple police, 3138 devant des tribunaux correctionnels et criminels).

123Réparti sur 10 ans et par rapport à un effectif moyen de 4000 à 4500 libérés, le pourcentage de récidive ne s’élève qu’à 17 %, un chiffre particulièrement faible quand on pense qu’il s’agit d’une population de « criminels » condamnés à l’une des peines les plus lourdes du Code pénal.

  • 110 Ce chiffre de 490 est encore plus faible si l’on compte les libérés 2 fois récidivistes des travaux (...)

124Les chiffres des libérés condamnés aux travaux forcés et enregistrés sous de nouveaux matricules à la Transportation donnent des conclusions identiques. En se référant au total des condamnés immatriculés entre 1864 et 1917, du matricule no 1 au no 21910, le nombre des récidivistes de travaux forcés à travaux forcés n’est que de 490, à peine plus de 2 %110.

125Comme le montre le graphique suivant, il n’y a pas de libérés condamnés de nouveau aux travaux forcés avant 1872. De 1911 à 1917, on en dénombre encore 10, le dernier étant le Belge Julien Barbieux en 1917, avec le matricule 21909 (ex-matricule de condamné no 18041). À cette date, il ne reste qu’un seul transporté de l’Iphigénie en cours de peine : l’Italien Angelo Bedesio qui a donc connu tous les régimes disciplinaires successifs et qui a été libéré en 1908.

Récidivistes des travaux forcés immatriculés Récidivistes des travaux forcés immatriculés de nouveau aux travaux forcés après une libération : 1872 – 1917

Récidivistes des travaux forcés immatriculés Récidivistes des travaux forcés immatriculés de nouveau aux travaux forcés après une libération : 1872 – 1917

Graphique réalisé à partir des registres de matricules H 2443 à H 2497 (ne sont pas pris en compte les 45 déportés politiques et les 26 relégués condamnés aux travaux forcés dans la colonie entre 1872 et 1930).

II. Etude de cas

Les punitions des transportés de l’Iphigénie (1864-1875)

126Les registres H 783 et H 785 des Archives d’outre-mer récapitulent les punitions disciplinaires infligées aux transportés entre 1864 et 1875 – au-delà de cette période il n’existe pas, à notre connaissance, de registres archivés. Leur étude systématique et exhaustive a permis de recenser toutes les punitions reçues par les transportés de l’Iphigénie pendant cette période. Ces punitions ne concernent que les condamnés en cours de peine. Des chapitres séparés traitent des sanctions données aux libérés. Les châtiments corporels n’étant supprimés qu’à partir de 1881, tout au long de la période (1864-1875), la nature de punitions n’évolue guère, seul le vocabulaire est modifié.

127Dans les premières années, on retrouve les dénominations employées dans les bagnes portuaires et en Guyane : « coups de corde », « fers », jusqu’à « nouvel ordre aux fers », jusqu’à « nouvel ordre en prison », « retranchement », « cachot ». Puis à partir de 1868, « coups de martinet », « double chaîne » ou « chaîne simple », « peloton de correction ». En Guyane, le règlement de 1855 prévoyait le « retranchement de vin, les fers sans chaîne, les fers avec chaîne, les fers avec accouplement et la cellule » (article 301) et pour les fautes d’une plus grande gravité de peines corporelles (article 303). La peine des fers ou « barre de justice » consiste à « maintenir le détenu assis, chaque jambe passée dans un anneau enfilé dans une barre de fer » ; la cellule est « la prison dans laquelle le condamné est isolé », et le cachot, « une cellule obscure. »

128Au total, pendant ces douze premières années de transportation, 1340 punitions ont été prononcées contre les forçats du premier convoi. Sur 248 transportés, 41 seulement n’ont subi aucune punition disciplinaire pendant ces 12 ans. Cependant, il ne faut pas croire que ce nombre ne représente que des transportés ayant eu une bonne conduite. Ainsi, Lonjarret, Manipoud et Marion qui disparaissent pendant une évasion n’avaient jamais été punis avant cet acte. De même, Bourrifé et Chevrel qui devaient être exécutés n’avaient pas subi de punitions avant leur condamnation à mort. Enfin, il faut aussi tenir compte de ceux qui sont décédés dès les premières années comme Barthélémy Dumas (en 1864) et Maurice Fabre (en 1865), qui n’ont pas eu le temps d’être punis disciplinairement et de tous ceux qui ont été libérés très tôt et qui disparaissent rapidement de ce classement comme Carlier, Marjotte, Dubois et Cassaët libérés dès 1866, ou encore Guymarho et Bonnardot en 1867.

129Parmi les transportés les plus souvent punis, François Beaux et Auguste Valiorgue atteignent 35 et 31 punitions pendant ces 12 premières années. Ils avaient été tous deux été condamnés à perpétuité, en tant que complices à Privas, pour plusieurs vols qualifiés. Leurs annotations étaient très défavorables, Valiorgue était considéré comme « un incorrigible » qui « depuis son enfance » se livrait « au vol et au vagabondage » ; Beaux était présenté comme « un individu de la pire espèce. » En Nouvelle-Calédonie, Beaux essaie de s’évader dès les premiers mois de son arrivée, puis il est puni pratiquement chaque année, atteignant 8 punitions dans la seule année 1871. Beaux est avant tout un joueur de cartes invétéré, une activité qui lui vaut 16 punitions en douze ans, les autres motifs étant les suivants : « s’être battu », « propos inconvenants », « absence illégale », « paresse » (2 fois), « ivresse » (3 fois), « négligence en service » (2 fois), « escroquerie envers un camarade », représentant un total cumulé de 277 jours de retranchement, 24 jours de prison et 39 nuits aux fers. François Beaux atteindra la première classe en 1884, mais n’aura pas le temps de bénéficier d’une commutation de peine puisqu’il décédera en décembre 1885, à l’âge de 45 ans.

Répartition des punitions et des punis par année

Répartition des punitions et des punis par année

130Valiorgue, l’un des plus jeunes condamnés du convoi (19 ans), est sanctionné trois fois, dès 1864 – dont 10 coups de corde administrés le 18 octobre 1864, pour avoir volé un pantalon de toile -. Mais la majorité de ses punitions se situent entre 1873 et 1875, pour des motifs très divers : « paresse au travail », « absence du chantier », « ivresse » (4 fois), « rixe », « soustraction de denrées », « jeux de cartes », « incongruités », « brutalité contre deux camarades », « absences aux appels », au total 16 sanctions qui représentent cumulées plus de 200 jours de retranchement et 192 jours ou nuits aux fers. Malgré ces débuts difficiles, Valiorgue sera admis à la première classe en 1880, verra sa peine commuée en 20 ans, en 1886 et décédera à La Foa, le 10 novembre 1903.

131Parmi les transportés n’ayant subi aucune punition, on retrouve des individus qui sont rapidement admis à la 1re classe et qui sont souvent placés en concession. On pourrait citer en exemple Jean-Baptiste Sester qui avait pourtant été placé en maison de correction dès l’âge de 14 ans, ou plusieurs condamnés à perpétuité comme Jean-Pierre Peyrier, Guillaume Peytoureau, ou encore les deux anciens complices Pierre Pottiez et Charles Hoez.

132Néanmoins, l’ampleur des chiffres montre qu’il est difficile de traverser une si longue période sans être sanctionné. Il faut en effet prendre en compte plusieurs éléments et en particulier la variété des lieux où s’exerce la discipline, la croissance des établissements pénitentiaires, la multiplication des activités, autant de facteurs qui augmentent les possibilités de sanctions. Ainsi certains condamnés qui n’étaient pas punis tant qu’ils étaient encadrés au sein du pénitencier connaissent leurs premières punitions quand ils sont placés chez des engagistes, soit qu’ils profitent de leur nouvel état plus favorable et de l’absence des gardes-chiourmes pour commettre un certain nombre de méfaits ou pour montrer « une paresse soutenue » au travail, soit au contraire, que leurs employeurs les exploitant particulièrement, ils décident de se rebeller ou de ne plus travailler, leurs conditions de vie étant devenues plus dures qu’à l’Île Nou.

133On retrouve ces possibilités en examinant l’exemple de Sylvain Guérin qui, en mars 1867, quitte sans motif sérieux, selon l’Administration, le colon chez lequel il était employé pour rentrer au pénitencier, une décision qui lui fera passer 30 nuits en prison ; ou encore, celui de François Quillac qui se retrouvera 15 nuits en prison, en juillet 1867, pour réponses grossières à son maître et qui sera de nouveau puni de 8 jours de retranchement pour insultes à des employés de son engagiste ; ou enfin, celui de Pierre Robert qui en mars 1868 est puni de 30 jours de prison, de la chaîne simple et envoyé au peloton de correction, pour propos injurieux envers son engagiste. Or Quillac n’avait jamais été sanctionné jusque-là, Robert était sans punition depuis 3 ans et Guérin n’avait commis qu’une seule infraction en 1864, en n’assistant pas à la messe.

134De même, on constate que l’attribution de concessions ou le fait de vivre dans des centres pénitentiaires peuvent également amener de nouveaux motifs de sanctions. Ainsi, en 1873, Hardy est puni à deux reprises, la première fois en janvier, de 15 jours de retranchement et de 4 jours de prison pour s’être rendu au village de Bourail sans permission et d’y avoir « détourné une femme condamnée de ses devoirs » ; la seconde fois en mars, de 30 jours de retranchement, pour n’avoir pas pu payer le prix d’une concession dont il s’était rendu acquéreur.

Les sept péchés capitaux du bagne

135Les motifs de punition étant très différents, il est nécessaire de les regrouper par thème. Ce classement par thème ne correspond pas à la hiérarchie administrative qui distinguait les fautes par rapport à leur gravité. Ainsi étaient considérés comme des fautes légères, « l’inconvenance », « l’ivresse », « le jeu d’argent », « les infractions aux règlements », « la paresse » ou « la mauvaise volonté au travail » ; puis venaient dans un ordre croissant, « l’insolence envers un agent ou un fonctionnaire », « l’insubordination », « l’ivresse avec tapage », « le refus d’obéir ou de travail », « les rixes » et enfin « les actes d’immoralité », « les coups et violences envers un transporté », « les insultes ou menaces envers un agent », « les tentatives d’évasion », « la rébellion ou mutinerie » et « les vols ou larcins. »

  • 111 Cf. rapport Charrière 19 novembre 1873, A.O.M. carton H 1859.

136Selon cette classification, et en dehors de la pédérastie déjà évoquée, ont été déterminées sept grandes catégories qui recouvrent plus de 82 % des punitions, les 18 % restants regroupent divers autres motifs de punition dont le nombre n’est pas significatif sur une période 12 ans. Certains parmi ces derniers motifs apparaissent de nos jours bien bénins par rapport aux sanctions encourues : 4 nuits aux fers à Antoine Storti en 1870, pour s’être approprié un morceau de savon laissé au bord de la rivière qui arrose la ferme-modèle de Yahoué ; ou encore, 8 jours de retranchement à Jules Marchal et à Edouard Laforge, en 1869, pour avoir manqué les vêpres au pénitencier-dépôt, 2 nuits aux fers à Pierre Collobie pour avoir manqué la messe à Bourail, mais il est vrai que cet acte se déroule en 1872, au moment où la colonie est dirigée par Gaultier de la Richerie, un gouverneur qui s’étonne que les Arabes n’assistent pas à l’office111.

  • 112 L’arrêté du 25 avril 1867, prescrit aux engagés chez les colons « la coupe de cheveux » et leur int (...)
  • 113 Le règlement d’application de l’arrêté du 2 avril 1878, sur le régime des libérés, prévoira que ces (...)
  • 114 En particulier la collection de photographies d’Allan Hughan, de la Mitchell Library de Sydney, ou (...)

137D’autres mobiles se fondent sur des nécessités de discipline. Ainsi, Charles Cucco et Claude Niquet sont punis, le premier de 15 jours de retranchement en 1869, pour avoir laissé croître sa barbe alors qu’il était engagé chez un colon112, le second de 4 nuits de prison en 1872, pour ne s’être pas fait couper les cheveux. Le souci hygiénique n’est pas le seul pour expliquer cette punition. Il faut aussi pouvoir reconnaître un condamné évadé qui se serait caché parmi la population libre. À cette époque en Nouvelle-Calédonie, aucun homme libre n’a les cheveux rasés, tous portent ou la barbe ou la moustache, véritables symboles de liberté113. Les déportés de la Commune ont d’ailleurs la même attitude, ils arborent barbe et moustache pour bien marquer leur différence et affirmer leur condition de « politiques », il suffit pour s’en convaincre d’examiner les nombreuses photographies prises pendant les années de déportation114.

138D’autres motifs prêtent à sourire : Denis Pergay est puni de 8 jours de retranchement en 1872, sous le prétexte qu’il a traversé le village de Bourail coiffé de la casquette d’un surveillant ; c’était sa première punition depuis son arrivée. Mais ces punitions révèlent également mieux que tous les rapports administratifs les conflits de la vie quotidienne qui pouvaient opposer condamnés et surveillants.

  • 115 Rapport du 29 août 1870, 1er semestre, A.O.M. carton H 24.

139Comment ne pas déchiffrer à travers la punition collective infligée en août 1870 à treize transportés de Canala, les difficiles conditions de vie auxquelles sont soumis les condamnés de la quatrième classe. Huit jours de retranchement leur sont imposés pour avoir refusé le pain sous prétexte qu’il était de mauvaise qualité. Pourtant Guillain, dans son rapport du même mois, admet que le pain fabriqué à l’île Nou à partir « du mélange de deux farines de froment et de maïs n’est pas assez substantiel » et qu’il provoque des diarrhées115. Six mois plus tard, toujours à Canala, Marx est puni de 8 nuits de prison pour avoir aidé à prendre un chat et à le manger. Au-delà de la mauvaise qualité de la ration réglementaire, cette punition collective permet de reconstituer en partie le groupe des transportés de l’Iphigénie qui appartenaient à la 4e classe et au peloton de correction de Canala. Il n’existe pas en effet de registres qui récapitulent les différents passages de classes des condamnés et leurs dossiers individuels donnent rarement d’indications précises à ce sujet. Parmi eux, on peut donc citer : Robert, Quennehem, Steff, Lenepven, Lemaître, Champion, Ulrich, Béraud, Piot, Valiorgue, Arrousteguy, Marx, Cazeaux, Sauch, des noms déjà cités ou qui reviendront souvent dans ce chapitre consacré à la répression.

140Enfin, à travers la lecture des causes de punitions, on peut également entrevoir un aspect qui est rarement abordé dans tous les autres documents, celui des relations avec les tribus indigènes. Les rapports ne sont pas uniquement conflictuels et l’image de la police indigène lancée à la poursuite d’évadés et les ramenant au camp n’est pas la seule manifestation des relations qui existent. En mars 1868, Rabouan et Leru sont mis 8 jours aux fers pour avoir quitté le chantier et s’être rendus au camp canaque sans permission. Pour avoir communiqué avec des « Indiens », en mars 1870, Paolo Luzzi passe 30 nuits aux fers ; pour la même cause, en mai suivant à Pouebo, Jules Paris se voit infliger 8 jours de retranchement ; une peine de 30 jours de retranchement frappe Claude Niquet en septembre 1873, pour avoir passé la nuit dans une tribu d’Ourail à 2 kilomètres du camp.

141Il faut chercher dans la présence de femmes l’une des raisons de ces infractions : Valentin Lenepven qui a attiré une femme indigène dans l’atelier de menuiserie de Canala en 1870, est mis 8 jours en retranchement ; Étienne Hardy est sanctionné lourdement de 30 nuits de prison et de 60 jours de retranchement pour avoir cherché à pénétrer dans la case d’une femme indigène à Bourail en mars 1872. Mais la principale cause de ces relations reste le plus souvent la possibilité de se procurer de l’alcool. Ainsi, en mai 1870, à Canala, Guillaume Steff doit faire 8 jours de prison pour s’être « procuré de l’absinthe par l’intermédiaire d’un indigène » ; de même et toujours à Canala, en mai 1874, Jules Lefebvre sera enfermé 60 nuits en prison après qu’il eut été trouvé en possession d’une « bouteille de tafia qu’il s’était procurée par l’intermédiaire d’un indigène. »

L’alcool

142L’ivresse et le fait de se procurer de l’alcool arrivent en tête des motifs de punitions : 302 punitions soit 22,4 %. Ce motif ne diminue pas avec les années. On pourrait croire qu’au fur et à mesure que les condamnés sont libérés, et ne sont donc plus pris en compte par les deux registres cités en référence, les punitions pour ivresse diminueraient d’autant. Ce n’est pas le cas, il semblerait que l’âge venant, les forçats en cours de peine qui étaient déjà coutumiers de ces faits le soient de plus en plus. Ainsi, 96 punitions distribuées entre 1865 et 1868 concernent 61 condamnés et le même nombre de punitions ne concernent plus que 49 condamnés entre 1873-1875, dont 34 qui n’avaient jamais été punis pour de tels faits entre 1865 et 1868. Malgré la diminution des effectifs, les punitions relatives à l’alcool sous des motifs comme, « vente illicite de ration de vin », « trafic d’absinthe » avoir « cherché à conserver sa ration », touchent proportionnellement plus de condamnés et parmi eux de nouveaux condamnés apparaissent et ils sont plus souvent punis.

  • 116 Rapport du 25 juillet 1869, 1er trimestre, A.O.M. carton H 24

143Des trésors d’imagination sont déployés pour parvenir à obtenir, du vin, du tafia, de l’eau-de-vie ou de l’absinthe. En septembre 1865, Laurenzo Garcino écope de 15 jours de prison pour « demande non autorisée d’un litre d’eau de vie pour le compte de l’aumônier dont il était le servant ». En octobre 1866, Guillaume Subert est puni de 30 jours de prison pour « soustraction de deux litres de vin à un garde qui lui-même se l’était procuré frauduleusement ». En juin 1867, à Napoléonville, Guillaume Steff, envoie « un enfant de l’école chercher de l’eau de vie sous le faux prétexte de le remettre au surveillant Hugues » : 15 jours de retranchement. En octobre 1870, un mois de prison est donné à François Cantina pour avoir « acheté une bouteille d’absinthe avec son argent en utilisant le nom de son engagiste. » En septembre 1872, Edmond Moriceau est rétrogradé à la 3e classe et mis au cachot pendant un mois pour avoir « écrit un billet signé du nom d’un surveillant pour obtenir du vin du cantinier. » Les trafics sont parfois facilités par le personnel de l’Administration pénitentiaire. Dans un rapport du 25 juillet 1869, Guillain annonce la suspension du commandant du pénitencier, Leroux, et son remplacement par Parisot, le premier nommé ayant laissé se multiplier les abus quant à la consommation d’alcool, abus qui résulteraient de son « intimité avec le cantinier. »116 L’examen des registres pour 1869 montre une certaine amélioration dans ce domaine au pénitencier-dépôt mais pas sur les chantiers extérieurs, ni à la ferme-modèle ou à Bourail.

144Ce sont généralement des peines de retranchement ou de prison qui sont appliquées dans les cas d’ivresse ou d’infractions ayant l’alcool pour origine, mais certaines peines infligées sont bien plus sévères : pour avoir refusé de dire la provenance de trois bouteilles de tafia en janvier 1873, Delon est mis aux fers pour 30 nuits ; Salomon reçoit, en août 1866, 30 coups de corde pour avoir tenté d’arracher des mains d’un surveillant une bouteille de vin que celui-ci venait de lui saisir ; et en novembre 1870, Lemaître reçoit 25 coups de martinet et fait 30 jours de cachot, pour « soustraction d’une bouteille de spiritueux et refus de dire ce qu’il en avait fait. » Au cours de la commission d’enquête ouverte en 1880, Lemaître déclarera :

  • 117 Déposition de Lemaître dans A.O.M. registre H 840.

« J’ai reçu la correction du martinet dans le courant de novembre 1870, pour soupçon de vol. On avait trempé le martinet dans du vinaigre avant la correction. C’était l’habitude à Canala de procéder ainsi pendant que le surveillant Charpiat a été chef de camp. Après cette correction j’ai été envoyé à l’île Nou où je suis entré à l’ambulance à cause des blessures que j’avais. J’avais fait avant un mois de cellule. Je porte encore aujourd’hui les traces des coups que j’avais reçus. »117

145Il est vrai que l’ivresse ou l’abus d’alcool provoquent souvent des actes d’insubordination qui sont également sévèrement sanctionnés quand les deux motifs se cumulent. En mars 1871, Sauret reçoit 50 coups de martinet, pour ivresse, injures à un surveillant et blessure à un condamné ; la punition est complétée par 3 nuits de cachot.

L’insolence

146Les actes insubordination apparaissent en second dans les motifs de punitions 242 sanctions (soit 18 %) pour : « réponses inconvenantes », « insolence », « incongruités », « inexécution d’un ordre », « infraction à une défense », « refus d’obéir. » Là encore le retranchement est la peine la plus souvent prononcée sauf dans les cas d’insubordination très graves où les « fortes têtes » sont vouées aux coups de martinet. Thibaut en reçoit 20, en juillet 1866, pour, « insubordination, voies de fait contre un transporté, injures graves contre deux supérieurs » et pour avoir résisté avec « violence à l’autorité ». Pour ces faits, Thibaut, qui en est à sa quatrième punition en 1866, est envoyé au peloton de correction de Canala où il décédera le 4 janvier 1869. Trois mois de cachot sont donnés à François Bossut et 30 coups de martinet lui sont administrés, pour avoir, en juin 1871, insulté et menacé un surveillant.

147Pour un acte de rébellion révélateur des conditions de discipline, Jules Rosty est condamné à recevoir 20 coups de martinet et à être mis aux fers pendant un mois. Il avait déclaré, en avril 1872, que les condamnés du chantier auquel il était affecté « étaient maltraités par le surveillant Dany », ce qui lui avait valu, 15 nuits aux fers, puis à la suite de l’application de cette sanction et alors qu’il était « aux fers dans un gourbi, au vent et à la pluie, il avait brisé le cadenas de la barre de justice pour chercher un abri ailleurs. »

148L’insubordination est souvent combinée avec des refus de travail qui donnent lieu à l’administration du martinet. Jacques Delaigne en reçoit 25 coups, en juillet 1865, pour « refus de travail et menaces envers un surveillant » ; Jules Paris, 20 coups, en juin 1866, pour « très mauvaise attitude au travail et propos injurieux envers l’Administration », de plus il est placé en prison à la double chaîne pendant un mois.

L’absence

149Il s’agit là d’absences ou de retards qui ne sont pas considérés comme des évasions et qui sont souvent justifiés par des motifs très divers. On pourrait pour illustrer ce propos citer l’exemple de Just Gibert qui, en mai 1874, est puni de 15 nuits de prison « pour avoir été à la pêche à la ligne à 2 heures du matin » ; ou encore celui de Moriceau sanctionné à trois reprises « pour avoir manqué la baignade. » Les « absences illégales », « les retards à l’appel », ou le fait d’avoir « quitté le travail avant l’heure » sont comptabilisés pour 183 punitions (13,6 %).

La paresse

150La « paresse », la « paresse soutenue », la « mauvaise volonté au travail », ou le fait d’être « trouvé oisif », constitue en pourcentage le quatrième groupe de punitions retenu avec 9,7 % (131 punitions). Les transportés voués « aux travaux les plus pénibles de la colonisation » sont sévèrement punis lorsqu’ils sont, selon la formule administrative, « trouvés oisifs ». C’est le cas de Pierre Brugier et d’Armand Houpin trouvés oisifs en février 1870, à la ferme-modèle. Ils sont tous deux sanctionnés par un mois de retranchement et un mois de privation de solde Houpin était plutôt coutumier du fait et sera plusieurs fois accusé de négligence dans le travail ; déjà en 1869, il avait été puni à quatre reprises pour avoir « laissé échapper du bétail » et pour « négligence dans la garde des bestiaux », des motifs qui lui vaudront 35 nuits aux fers. Le refus de travail est plus lourdement châtié, pour cette dernière cause Edmond Moriceau reçoit, en octobre 1868, 25 coups de martinet et 15 jours de prison.

Le jeu

151Autre cause de sanctions disciplinaires : la pratique de jeux de cartes et de jeux d’argent déjà rencontrée avec l’évocation du dossier de François Beaux. Des sommes importantes peuvent être engagées. Ainsi en mars 1869, Edouard Joly, un récidiviste en la matière, réussit à prendre à Jean-Baptiste Blaise une somme de 120 f. Blaise est puni de 30 jours de prison pour avoir refusé d’indiquer la provenance de cet argent, et Joly s’entend prononcer la même peine à laquelle s’ajoutent 15 jours de retranchement pour avoir refusé de dire où il avait caché les 40 f. qui n’ont pas été retrouvés.

152Malgré les punitions, la pratique des jeux prohibés et clandestins se maintient tout au long de la période (110 punitions, 8,2 %). Il faut constater que ce n’est pas tant le jeu lui-même qui était réprimandé mais plutôt le fait qu’il entraînait souvent des rixes ou qu’il poussait des transportés à commettre des vols pour se procurer de l’argent.

Le vol

153Il s’agit des petits trafics et autres larcins et non pas des vols qualifiés qui donnent lieu à des condamnations plus importantes prononcées par le conseil de guerre. Dans cette catégorie pourraient figurer des larcins de caractère alimentaire comme la tentative de soustraction de 200 g d’huile perpétrée par Cantina en septembre 1867 (8 jours de prison), ou le vol de haricots verts dans le jardin de la transportation commis par Leguével en juillet 1868 (15 jours de retranchement), ou encore le vol de 2 kg de tomates réalisé par Cazeaux en septembre 1871 (30 jours de prison), ou le recel d’oignons dont Delmotte est accusé en mars 1869 (30 jours de retranchement). On y recense aussi les peines relatives à la fabrication illicite d’objets d’industrie qui était une pratique courante au vu du nombre réduit d’artisans de profession exerçant à Nouméa ou dans les villages de l’Intérieur. Ce type de pénalité n’a cessé d’augmenter au fur et à mesure des années, suivant en cela le rythme de développement des ateliers de tailleurs, de cordonnerie, de menuiserie ou de mécanique des pénitenciers. Il faut dire que la clientèle existe dans la population civile et parmi les militaires. Parfois tolérées par nécessité, ces activités parallèles sont le plus souvent sanctionnées. Ainsi, Bridon doit passer 15 nuits en prison, en janvier 1866, pour « vente illicite d’un objet de son industrie à un militaire », et Wendling, en septembre 1872 est puni de 30 nuits de prison pour avoir « introduit en fraude du tissu pour confectionner quatre chemises à un militaire. »

154En novembre 1868, César Dellamore et Louis Moncéré reçoivent 25 coups de martinet pour, « confection d’objet d’ébénisterie avec du bois appartenant à l’État. » Les coups de martinet sont également infligés aux coupables de vol à l’encontre d’autres condamnés : en mars 1865, Jean-Baptiste Eve reçoit 12 coups de corde pour avoir dérobé 5 f à un transporté ; et en mars 1872, Bedesio est envoyé au peloton de correction, après avoir reçu 25 coups de martinet pour s’être emparé de 40,50 f. appartenant à un transporté.

155Au total ces petits vols et autres larcins représentent 81 punitions (6 %).

La violence

  • 118 Marx a été puni de 10 coups de corde, le 18 octobre 1864, pour soustraction de savon à 3 de ses cam (...)

156Dans cet univers pénitentiaire où la violence est presque toujours le lot quotidien des condamnés comme des surveillants, il n’a été recensé que 61 punitions (4,5 %) pour violence. Les rixes se passent le plus souvent à mains nues, mais il arrive que des forçats réussissent à se procurer des armes comme Joseph Orsini qui, en février 1872, prend part à l’île Nou à une querelle au cours de laquelle il porte un coup de couteau, acte qui le mène au cachot pendant un mois ; ou encore comme Louis Mauféron qui, en février 1867, frappe un transporté « avec malice » à coups de râteau, ce qui lui vaut 8 jours de prison. D’autres sont connus pour leur caractère violent. Frédéric Marx en fait partie ; après avoir subi plus de 20 punitions qui l’ont conduit pendant plusieurs années à Canala, il est renvoyé à l’île Nou où il est de nouveau puni de 30 nuits de prison, en décembre 1872, pour avoir « frappé un camarade et l’avoir menacé de son couteau s’il ne sortait pas de sa case. » Quelques semaines plus tard, en janvier 1873, Marx se présente à l’appel « avec une canne et frappe brutalement un camarade », puis il répond avec insolence au surveillant qui lui demandait d’arrêter ; il est mis au cachot pour un mois et envoyé au peloton de correction, avec la mention « très mauvais sujet. »118

157Certains, sans être classés comme de mauvais sujets, abusent de leur force vis-à-vis de plus faibles. Victor Georgeault, en février 1867, est envoyé 15 jours de prison, « pour dispute et coups à un transporté âgé. » Les plus jeunes sont aussi la cible de violences que les mobiles des punitions dévoilent : pour avoir abusé de sa force, « sur un jeune condamné à des fins immorales », un mois de prison est appliqué à Alfred Salomon, en septembre 1866.

Récapitulation

158À partir de l’état des sources disponibles, il n’a pas été possible de mener une étude semblable pour les années où les transportés ont été successivement soumis à des régimes disciplinaires très différents, ceux définis par les décrets de 1880 et de 1891. Il aurait fallu pour ce faire, collecter les quelques informations très éparses et souvent lacunaires qui se trouvent dans les dossiers individuels.

  • 119 Bedesio décède à Nouméa chez les Petites Sœurs des Pauvres, le 16 décembre 1910, à l’âge de 76 ans.

159Néanmoins, il faut signaler qu’Angelo Bedesio, le dernier libéré de l’Iphigénie, aura vécu toutes ces modifications et qu’en 1899, son dossier indiquait qu’il avait subi en 35 ans de travaux forcés : « 65 jours de retranchement », « 230 nuits de prison », « 34 jours de cellule », « 2 jours au pain sec », « 65 coups de martinet » et « 4 mois de quartier de correction ». Il dut attendre 9 années supplémentaires, sans être puni, avant d’être libéré, en 1908, et ce, à la suite d’une intervention de l’ambassade d’Italie en 1900 et de la Ligue pour la défense des droits de l’Homme et du citoyen en 1903119.

 

160Le graphique suivant récapitule les causes de punitions des transportés de l’Iphigénie entre 1864 et 1875, selon le classement arrêté.

Causes de punitions des transportés de l’Iphigénie (1864-1875)

Causes de punitions des transportés de l’Iphigénie (1864-1875)

Des évadés et des évasions

Les années d’illusions : 1864-1868

  • 120 Rapport du 1er octobre 1864, no 610, A.O.M. carton H 24.
  • 121 Brion, p. 31, op. cit. Ce décès est donc bien indépendant « du régime du pénitencier. »

161La première tentative d’évasion se déroule moins d’un mois après l’arrivée de l’Iphigénie. Le 4 juin 1864, Giacomo Aondi et Just Gibert quittent leur travail vers 3 heures de l’après-midi. Ils se cachent dans les broussailles et sont repris dès le lendemain, vers 6 heures du matin. Ils sont mis au cachot et condamnés à 5 ans de travaux forcés supplémentaires. Giacomo Aondi se voit aussi infliger 8 jours de retranchement pour s’être battu avec un camarade et deux semaines plus tard, le 17 août 1864, il décède à Port-de-France. Dans son rapport, du 1er Octobre 1864, Guillain note qu’Aondi est mort des suites « d’une méningite compliquée d’empoisonnement par ingestion de fruits vénéneux. »120 Curieusement, dans sa thèse, Brion, qui détaille pourtant scrupuleusement les maladies et les causes de décès des transportés de l’Iphigénie pendant cette période, ne fait état que d’un condamné mort « de fièvre typhoïde. »121

162Entre temps, profitant de ce que le travail soit arrêté par la pluie qui rend la surveillance plus difficile, Pierre Jacquot et Jean-Claude Piot se sont éloignés du chantier où ils travaillaient. Ils sont repris le 24 juin à 6 heures, leur escapade n’a pas duré 24 heures, mais elle leur vaut néanmoins d’être punis de 5 ans de double chaîne, tous deux étant des condamnés à perpétuité. Ces deux transportés étaient très mal notés à Toulon : Jacquot était considéré comme « voleur, paresseux, violent et sournois » ; et Piot était présenté comme ayant « laissé de tristes souvenirs dans toutes les localités où il a habité. » Cependant, après cette première expérience malheureuse, ils ne tenteront plus jamais de s’évader. Piot, qui avait 57 ans au moment de son évasion, meurt en 1872, à l’hôpital de l’île Nou ; Jacquot étant admis à la 1re classe en 1881, verra sa peine commuée en 15 ans l’année suivante et bénéficiera d’une remise de peine de 3 ans dont il ne profitera pas puisqu’il décède à l’île Nou en 1893, à l’âge de 64 ans.

163En août 1864, trois nouvelles évasions sont enregistrées. Jean Dubois et Henri Sauret s’échappent pendant 5 jours et Thomas Glatigny réussit à se cacher pendant 10 jours sur l’île Nou avant de rentrer volontairement au pénitencier épuisé par la faim. Dubois et Glatigny sont sanctionnés de 5 ans de travaux forcés qui s’ajoutent à leurs peines respectives de 15 et 10 ans, et Sauret est puni de 5 années de double-chaîne. Malgré ces mesures, tous trois récidiveront.

164Le caractère commun de ces premières évasions est que leurs auteurs n’arrivent pas à quitter l’île Nou. Ce fait autorise le directeur du pénitencier à prédire que les évasions « seront rares et deviendront impossibles lorsque le casernement sera définitivement établi », car selon lui, les premières tentatives :

  • 122 Rapport Dugat, A.O.M. registre H 783.

« ont eu toutes pour modèle un entraînement irréfléchi vers la maraude ou le vagabondage. Il n’y a aucun plan tracé, ni aucune espèce de préméditation… »122

  • 123 Rapport Guillain du 1er octobre 1864, op. cit.
  • 124 Ibid.

165Un mois à peine après ce rapport optimiste, le 18 septembre suivant, Just Gibert récidive en compagnie de deux Espagnols, Félix Castel et Paul Rouman. Ils rejoignent la Grande-Terre en se servant, comme le rapporte Guillain, « d’un simple madrier pour radeau et de quelques bouts de planche pour pagaies », et en osant, « s’abandonner au courant. »123 Ils sont repris par les « Indiens » au bout de trois semaines, et comme l’écrit Dugat « rudement ramenés à Port-de-France. »124

166Gibert a été arrêté sur la propriété du colon Joubert à Koé et Rouman a été capturé par les indigènes du chef Watton à Païta. Castel est rattrapé le 1er octobre. Cinq ans de travaux forcés s’ajoutent à leur peine et Dugat, toujours optimiste, souligne que, par leur coopération, les tribus :

« viennent de détruire les espérances des rêveurs d’évasions qui pensaient qu’une fois dehors de l’île Nou, les plus grands obstacles étaient vaincus et les succès des évasions étaient alors assurés. »

  • 125 Rapport Guillain du 1er octobre 1864, op. cit.

167Guillain ne partage pas cette analyse et il réclame au ministre de lui faire parvenir, « sans retard la chaloupe à vapeur demandée. »125 Les faits lui donnent raison car sur l’île Nou les projets d’évasion se multiplient. En novembre, Sauret et Dubois sont surpris « en course dans l’île avec dessein présumé de s’évader », leur attitude leur vaut 15 jours de prison. Quelques jours plus tard, des radeaux sont découverts. Puis, le 13 novembre Lager tente sa première évasion ; il n’est repris que le 25 suivant, et Dugat note :

  • 126 Extraits du relevé des punitions novembre 1864, registre H 783.

« Il paraît avoir cédé à des chagrins de famille, à des préoccupations sombres lui donnant des idées de suicide. »126

168En fait Lager récidivera sept fois.

  • 127 Beaux a été repris le 16 décembre suivant.

169Le 13 décembre 1864, le jour même de la tentative d’évasion signalée plus haut de François Beaux127, Pierre Arrousteguy, Joseph Béraud, Arnaud Cazeaux s’enfuient du pénitencier, et se font reprendre dès le lendemain, au moment leur arrivée sur la Grande-Terre. Dugat note : « Deux de ces hommes appartiennent à la catégorie des tarés et des incorrigibles. » Quelques semaines auparavant, Béraud avait en effet reçu 20 coups de corde pour « mauvais propos envers ses chefs et refus de travail », un châtiment complété par 30 jours de cachot. Arrousteguy, qui avant même sa condamnation actuelle à 12 ans présentait 6 antécédents et 12 années de travaux forcés, avait déjà subi 4 punitions disciplinaires pour « avoir hué un garde », « s’être battu », « insubordination », « mauvaise volonté au travail. » Tous deux sont condamnés à 5 ans de travaux forcés supplémentaires, mais ni l’un ni l’autre ne renouvelleront leur tentative. Quant au troisième compère, Cazeaux, Dugat estime qu’il « a cédé à des influences de camaraderie et de nostalgie », car il était bien noté et n’avait plus à subir que la moitié de sa peine de 8 ans pour vol laquelle passe donc à 13 ans.

170Enfin, le 30 décembre 1864, Braham ben Mohamed s’évade de Fort Constantine où il était en prévention après avoir perpétré une tentative de vol contre un particulier. Comme il avait été condamné à perpétuité à Alger, il est envoyé à la double-chaîne et il reçoit également 20 coups de corde.

  • 128 Minute de la dépêche du 9 mai 1865, op. cit.

171L’année 1864 se solde par 16 tentatives d’évasions qui ont toutes échoué. Malgré ces échecs, Guillain, dans un rapport du 1er février 1865, réitère ses demandes auprès du ministère. Il obtient en partie satisfaction, la dépêche du 9 mai 1865, lui annonçant l’embarquement de la chaloupe à vapeur sur le navire Ida, qui a quitté Bordeaux le 15 avril128. Pour le Gouverneur, il est plus que temps car 3 transportés ont essayé de s’évader depuis le début de l’année. Le jour de l’an, Rouman, Dubois et Tranchant réussissent à quitter l’île Nou. Ils s’emparent d’un bateau sur la propriété d’un colon établi à Païta et ils ne seront arrêtés que le 13 janvier sur l’île Ducos à l’entrée de la baie de Saint-Vincent. Jamais des évadés n’avaient été aussi loin. Rouman et Dubois sont condamnés à 10 ans de travaux forcés, le conseil de guerre ayant retenu, en plus de l’évasion, la soustraction frauduleuse d’une embarcation, de maïs, de cocos et de canne à sucre. Louis Tranchant qui en est à sa première tentative, et qui, selon Dugat, « s’est laissé entraîné », écope de 5 ans en supplément des 20 ans auxquels il avait été initialement condamné pour vol qualifié. Tranchant ne tentera plus jamais de s’évader et il sera tué dans son hamac, à Canala le 8 mai 1868, à l’âge de 48 ans.

172Le reste de l’année est relativement calme mais en septembre, des préparatifs d’évasion sont découverts et leurs auteurs, deux récidivistes, Dubois et Béraud, sont punis de 30 jours de prison. Enfin, entre le 13 et le 15 septembre, un autre récidiviste, Lager s’échappe pour la seconde fois, avant de se rendre volontairement aux gardes. Dugat persiste à constater que « son évasion d’aujourd’hui a le même caractère que la précédente » et il estime qu’elle doit être sanctionnée de 2 ans de travaux forcés « au minimum ». Le conseil de guerre du 26 octobre 1865 se prononcera pour 10 ans en raison du caractère de récidive.

173Les premiers mois de 1866 sont marqués par la découverte de nouveaux préparatifs d’évasion dont les auteurs sont sévèrement châtiés. Pour avoir construit un radeau, Lorenzo Garcino, Venant Champion et Valentin Lenepven sont mis 30 jours en prison, en outre, Lenepven reçoit 20 coups de corde et Champion est rétrogradé à la 4e classe ; enfin, tous trois font partie du premier contingent du peloton de correction envoyé à Canala.

  • 129 Rapport Guillain du 11 mai 1866, A.O.M. carton H 24.

174Malgré ces mesures, quelques jours plus tard, le 11 février 1866, se déroule la première tentative d’évasion collective. Huit transportés y participent. Ils sont tous repris à quelques jours d’intervalle, seul Rouman n’est pas retrouvé et Guillain suppose « qu’il s’est noyé ou qu’il est mort de faim dans les montagnes. »129 Tous les autres sont condamnés selon les dispositions de la loi et envoyés à Canala. Si Ligoussa, Dubois et Champion tentent de nouveau l’aventure Steff, Sauch, Quennehem et Cazeaux n’essaieront plus de s’évader. Steff déjà condamné dans l’affaire du détournement d’alcool et de denrées alimentaires en 1865 n’effectuera qu’une partie de ses 40 ans de travaux forcés, sa peine sera commuée en 20 ans en 1887.

175Les trois autres seront libérés, Jules Quennehem en 1873, Gabriel Sauch en 1875, et Arnaud Cazeaux l’année suivante. Quennehem et Sauch faisaient partie de ces « vagabonds multirécidivistes » avec respectivement 8 et 15 condamnations antérieures.

176Les autres tentatives sont beaucoup plus improvisées. Le 29 juillet Théodule Aubry s’enfuit de l’île Nou à la nage et rejoint la ferme-modèle de Yahoué où il est arrêté le lendemain à l’atelier des forgerons. Bien que Dugat précise que cet acte a été « conçu et exécuté subitement… dans un moment d’ivresse », Aubry est puni de 25 coups de corde, mais on lui reconnaît des circonstances atténuantes. Les punitions vont d’ailleurs aller en se renforçant. Pour une absence d’une journée considérée comme une évasion, Angelo Bedesio reçoit jusqu’à 40 coups de corde en novembre 1866.

177Certes, la chaloupe à vapeur tant réclamée par Guillain est arrivée dans la colonie, mais le gouverneur exige maintenant un équipage pour la faire naviguer, arguant qu’il serait trop dangereux d’y affecter des forçats. Cependant, plus que le renforcement des moyens de surveillance ce sont les issues dramatiques de nombreuses évasions qui vont au fur et à mesure des années modérer les ardeurs des esprits les plus rebelles. L’année 1867 est en ce sens exemplaire puisqu’elle enregistrera pas moins de cinq décès parmi des évadés.

  • 130 Extrait du registre H 783, op. cit.
  • 131 Rapport du 5 avril 1867, A.O.M. carton H 24.

178Le 27 février 1867, 4 forçats affectés à Napoléonville s’enfuient « en tordant un barreau mitoyen de la chaîne du blockauss (sic). »130 On retrouvera le cadavre de Jean Dubois, « tué à coups de hache près du cadavre d’un canaque tué d’un coup de couteau. »131 Les 3 autres sont arrêtés. Parmi eux, un transporté du premier convoi, Frédéric Marx déjà condamné à 10 ans supplémentaires pour évasion en 1865, et qui se voit rajouter 5 ans par jugement du 20 avril 1867.

179Deux autres tentatives infructueuses doivent encore être signalées au début de 1867, celles de Jean Bentejac et de Jean Treins qui s’échappent de l’Île Nou pendant 11 jours du 5 au 16 mars ; cinq ans viennent s’ajouter à leur peine initiale, et Treins reçoit en plus 40 coups de corde. Aucun de ces deux transportés ne tentera de nouveau de s’évader. Ce n’est pas le cas d’Andéol Lager qui récidive pour la troisième fois du 9 au 15 mars en quittant l’île Nou sur un radeau. Il est puni de 50 coups de corde administrés en deux séances.

  • 132 Extraits de la N.T. 1868-70, p. 21.
  • 133 Un arrêté du 9 mars 1867 prévoira que tout engagé chez un colon qui aura quitté son lieu d’engageme (...)

180Jusque-là les évasions avaient été perpétrées par des insoumis, des « incorrigibles », mais le placement chez des engagistes de sujets présentant les meilleurs dossiers suscite de nouvelles vocations. Des transportés ne présentant aucune punition, ayant souvent exercé auparavant comme laboureur ou cultivateur, sont sélectionnés pour être engagés chez des colons. Choisis « parmi les meilleurs sujets », parmi « ceux dont la bonne conduite offre des garanties supérieures »132, certains d’entre eux profitent pourtant de leur situation nouvelle et de leur plus grande liberté, pour essayer de quitter la colonie133.

181Dans la nuit du 12 mai 1867, quatre condamnés engagés chez le colon d’origine irlandaise O’Beirne installé à Boulari, Gence, Manipoud, Lonjarret et Marion s’emparent d’un canot appartenant à la station. Ils dérobent également de la farine, des biscuits, un pistolet, un fusil, puis ils tentent de faire voile vers Sydney. Mais la nuit est très orageuse et l’embarcation chavire dans le lagon. Les recherches effectuées dans la baie du Mont-Dore ne permettent de retrouver qu’un seul corps celui de François Marion ainsi que le canot submergé avec les effets et les provisions. Les trois autres sont portés disparus.

  • 134 La traduction d’un passage de cette lettre, dans une lettre du maire de Villers, commune d’origine (...)

182Un an plus tard, le colon O’Beirne adressera une lettre en anglais à la veuve Marion, se disant très surpris que celle-ci n’ait pas été informée du décès de son mari134. Marion avait 29 ans, il avait été condamné à perpétuité pour avoir tenté d’empoisonner sa mère. Étienne Lonjarret n’était pas à son coup d’essai. Le 12 janvier 1863, il s’était déjà évadé du Mont-Saint-Michel où il subissait une peine de 5 ans de réclusion. François Manipoud était condamné à perpétuité pour homicide sur son frère. En 1899, sa sœur, Rose Manipoud, adressera une lettre au ministère de l’Intérieur « pour savoir si son frère est vivant ou mort ». La réponse, l’informant que l’administration n’a pas de « nouvelles depuis son évasion », sera envoyée à Presles en Seine et Oise, elle reviendra avec la mention « inconnu ». La famille Manipoud résidait à Presles en Savoie, dans l’arrondissement de Chambéry.

  • 135 A.O.M. registre H 783.

183Si ces trois hommes étaient condamnés à vie ou à une très longue peine (20 ans pour Lonjarret), le quatrième, Auguste Gence pouvait espérer terminer à 36 ans et même moins avec des remises de peine, ses 10 années de travaux forcés. Il avait même eu l’espoir de faire venir sa femme Jennifer, mais celle-ci avait répondu au maire de Trévoux, le 21 novembre 1866, « je refuse dabite avaique monanry », signé « Jeny ferr » (sic). En 1875, elle adressera une demande de renseignements en précisant en post-scriptum « mon marie n’est pas déporté politique ». On lui répondra qu’il s’est évadé. L’Administration bien que tout à fait consciente de leurs disparitions comme l’atteste l’annotation suivante : « s’ils eussent échappé au naufrage, ils n’auraient pas abandonné les effets et les matières diverses », classera ces transportés comme évadés135.

184Si du point de vue de la classification administrative seul Marion est considéré comme décédé, les trois autres étant classés parmi les « évadés » ou les « disparus », au sein du pénitencier, ce naufrage aurait dû suffisamment marquer les esprits et tempérer les ardeurs des plus audacieux. Mais la disparition cinq jours plus tard, le 17 juillet 1867, d’un jeune condamné, Joseph Patras qui s’enfuit de la propriété d’un colon chez lequel il était assigné permet d’entretenir l’espoir d’une réussite. Âgé de 21 ans ce cultivateur, qui avant son forfait vivait du produit de son travail, était considéré comme ayant un « caractère doux », une seule punition a pu être relevée contre lui en 3 ans (4 jours de retranchement en avril 1865, pour « mauvaise attitude »). Nul ne sait ce qu’il est devenu.

  • 136 Le 10 décembre 1867, Guillain a fait doubler les primes de captures des évadés.

185L’année 1867 s’achève donc sur un lourd bilan : 5 décès ou disparus, auxquels il faudrait ajouter l’exécution de Chevrel condamné à mort après avoir blessé un sergent au cours d’une évasion136.

186Pourtant, dès le jour de l’an 1868, Georges Refflet s’évade de Bourail ; il est réintégré le lendemain, mis au cachot et affecté au peloton de correction. De l’autre côté de la Chaîne, à Canala, profitant eux aussi du jour de l’an, Braham ben Mohamed, Venant Champion, Frédéric Marx, Joseph Ligoussa et trois autres forçats brisent les barreaux de leur blockhaus et s’enfuient en s’emparant de la chaloupe de l’établissement. Après avoir erré toute la nuit dans la baie de Canala, ils sont arrêtés le lendemain matin par les soldats du poste. Braham ben Mohamed et Champion reçoivent chacun 20 coups de corde qui correspondent à la sanction prévue par la décision du Gouverneur publiée le 27 janvier suivant. Pour tous les deux, il s’agit de leur dernière tentative d’évasion. Quant à Marx et Ligoussa, ils sont punis de 40 coups de corde chacun. Quarante coups, c’est également le châtiment que reçoit Théodule Aubry, trois semaines plus tard, après son évasion de l’île Nou qu’il avait quitté à la nage, le 22 janvier. En outre, 15 jours de cachot lui sont ajoutés pour sanctionner ses trois jours d’escapade.

187Les jours de fête, la surveillance se relâchant, sont souvent utilisés pour tenter une évasion. Ce constat se vérifie une fois de plus en décembre 1868 avec Edmond Moriceau et Edouard Laforge qui s’enfuient de la ferme-modèle pendant la nuit de Noël, mais sont repris dès le lendemain. Moriceau est condamné à 2 années supplémentaires de travaux forcés et Laforge est puni de 15 jours de prison d’une mise à la chaîne simple et de 20 coups de martinet. Aucune indication n’a pu être retrouvée quant à une condamnation de Laforge par le conseil de guerre à 2 ou 5 années supplémentaires, alors qu’il était initialement condamné à 20 ans. Il accomplira effectivement cette période et sera libéré le 30 septembre 1883, sans avoir bénéficié d’une remise de peine, son dossier de grâce daté du 2 avril 1874, faisant état de 17 punitions disciplinaires.

188Il semblerait que l’Administration pénitentiaire et le gouvernement local n’appliquent pas systématiquement les peines prévues et légales mais jugées inefficaces, préférant administrer des châtiments corporels ou de lourdes punitions disciplinaires aux transportés les plus rétifs. Ce constat peut être attesté depuis le début de l’année 1868 avec les cas de Refflet, Braham, Champion, Marx, Ligoussa et Aubry dont les jugements en conseil de guerre n’ont pu être retrouvés. Cette observation se vérifie avec Joseph Revert qui reçoit 40 coups de martinet pour une tentative d’évasion perpétrée en août 1868, mais également avec Andéol Lager qui en est pourtant à sa quatrième récidive ; échappé du 15 au 24 novembre avec trois autres forçats, il est puni de 40 coups de martinet, 45 jours de prison et 15 jours de cachot à la double chaîne. En revanche, Thomas Glatigny échappe à cette pratique bien qu’il effectue deux tentatives d’évasion de la ferme de Yahoué, en juin et en décembre 1868. Déjà condamné à 5 ans supplémentaires en 1864, il voit 2 années de plus se rajouter à sa peine initiale de 10 ans. Réintégré à l’île Nou, Glatigny fait une 4e tentative qui lui est fatale : porté disparu le 15 février 1869, il est retrouvé noyé le 21.

189Dans les années suivantes, trois autres transportés de l’Iphigénie se noient au cours d’une évasion. Le 25 janvier 1870, Jean-Baptiste Cassaët, se jette à l’eau alors qu’il était à bord de la Bonite. Il était pourtant libéré depuis plus de 3 ans ayant bénéficié d’une remise du reste de sa peine à l’occasion de la fête du 15 août 1866. Cassaët, avait subi cinq punitions au bagne, dont deux pour avoir « emporté sa ration de vin » et « pour ivresse ». La même mésaventure survient à Georges Refflet qui se jette à la mer le 12 décembre 1870 et ne reparaît pas. Depuis sa tentative de 1868, Refflet n’avait cessé d’accumuler les punitions (8 en 2 ans) partout où il était affecté, à la ferme-modèle, sur les chantiers de la ville de Nouméa, et ce pour toutes sortes de motifs : « vol de café », « soustraction de vin », « ivresse » (2 fois), « possession d’un litre de vin », « jeux de cartes », « désobéissance », et « communication avec un habitant de Nouméa. » Enfin, François Urvoy, un transporté sans histoire, qui n’avait subi aucune punition depuis son arrivée à Toulon, disparaît du camp de Nondoué le 20 mars 1872. On retrouve son corps au bord de la rivière de Dumbéa, le 27 juillet suivant.

Beaucoup d’appelés peu d’élus

190Après 1868, comme le montrent la courbe et le tableau ci-après, les tentatives d’évasion des transportés de l’Iphigénie diminuent considérablement passant à 28 en 18 ans, y compris celles effectuées par des libérés.

191Les totaux cumulés montrent qu’après 1868, seuls onze nouveaux transportés de l’Iphigénie (sur 21 transportés concernés), tentent de s’évader. Le 24 janvier 1869, Garcino et Gibert s’enfuient du peloton de correction de Canala, mais leur escapade ne dure que 24 heures. Lorenzo Garcino un condamné à perpétuité, déjà compromis dans des préparatifs d’évasion en 1866, est puni de 5 ans de double chaîne. Quant à Just Gibert, qui avait déjà 10 ans supplémentaires à accomplir, il devra effectuer 5 années de plus de travaux forcés après avoir reçu 50 coups de martinet. Si l’on tient compte du fait que Gibert avait été condamné pour la première fois à l’âge de 20 ans, qu’il avait, entre 1846 et 1861, déjà passé plus de 12 années en prison avant d’être condamné à 20 ans de travaux forcés pour homicide avec préméditation contre l’aumônier de la prison d’Aniane où il purgeait une peine de 10 ans de réclusion, ces nouvelles années supplémentaires l’auraient conduit à n’être libérable qu’en 1906. En fait, il bénéficiera d’une remise de sa peine de réclusion en 1899 et sera libéré la même année. Au total, Just Gibert aura passé 50 ans dans l’univers pénitentiaire.

192Ces deux exemples montrent que l’on est revenu pour sanctionner les évasions constatées à l’application des peines prévues par la loi ce qui n’interdit pas les punitions disciplinaires et les châtiments corporels. Les projets d’évasion sont en revanche uniquement punis disciplinairement, la définition exacte de l’évasion est donc importante et elle est précisée dans un arrêté du 3 août 1869 :

« l’évasion est le fait par lequel le transporté sort de limites, soit du pénitencier, soit d’un chantier extérieur, sur lequel il doit être présent, soit de la propriété de l’engagiste sur laquelle il est interné. »

  • 137 Arrêté du 3 août 1869 qui reprend les instructions du 8 juillet 1843 conjointes aux ministères de l (...)

193Cet arrêté prévoit aussi que l’évasion devra être consignée sur un registre spécial et que « le transporté sera réputé évadé », dès que le registre sera clos (une absence d’un engagé chez un colon de plus de 12 heures est considérée comme une évasion). Enfin un transporté qui sera rentré de sa propre volonté le jour même ne sera puni que disciplinairement137.

194Ainsi, Jean Mattei, transporté affecté à Canala, est mis au cachot et à la double chaîne pendant 15 jours, en mai 1870, pour avoir « formé le projet d’enlever un bateau à des colons et à s’évader avec la complicité d’un transporté. » Tandis que Claude Niquet, évadé de la ferme de Yahoué le 31 mai 1871 et repris le 27 septembre, est condamné à 40 ans de travaux forcés pour évasion et vol, peine qui s’ajoute à ses 20 années de peine initiale. Niquet, classé parmi les « indociles » à Toulon, décédera à Teremba, le 10 avril 1881, à 49 ans.

195Cette ligne de conduite semble avoir perduré par la suite, mais il faudrait une étude plus systématique des punitions infligées aux autres transportés présents en Nouvelle-Calédonie pour pouvoir apporter une réponse qui ne serait pas définitive, car il peut arriver que des punitions ou des condamnations n’aient été portées ni sur les registres ni dans les dossiers individuels. On pourrait citer en exemple le cas de Firmin Grognier absent une journée de l’île Nou en octobre 1871, et dont on ne retrouve pas de trace de sanction. Son dossier précise simplement que Grognier décède à l’île Nou, le 25 avril 1874, à l’âge de 55 ans.

196En revanche, Louis Leguével, un ancien évadé de la maison de justice de Quimper en 1863, mais qui n’avait jamais rien tenté en Calédonie, est très sévèrement puni de 50 coups de martinet en juillet 1874. Il s’était évadé de Prony en utilisant l’embarcation de l’établissement. Leguével est à notre connaissance le dernier transporté de l’Iphigénie à avoir subi le martinet suite à une tentative d’évasion. Il était grand temps, quatre mois plus tôt, le 29 mars 1874, Joseph Ligoussa dont le dossier a été largement évoqué décédait à l’île Nou.

  • 138 Ducos sera condamné à 2 ans de travaux forcés supplémentaires.

197Cette même année 1874, le seul condamné possédant une instruction supérieure, Pierre Ducos, qui est également l’un des rares transportés de l’Iphigénie, condamné de nouveau aux travaux forcés après avoir été libéré, tentera de s’évader pendant le cours de sa nouvelle peine138.

198Un second récidiviste, Angelo Derouen, dont la peine de mort en 1865 a été commuée en travaux forcés à perpétuité, s’enfuit de Canala, le 7 juillet 1875 ; il est repris le 9 juillet suivant et condamné à 5 années de double chaîne.

199Dans ces années, il faudrait aussi signaler pour mémoire les tentatives malheureuses de Louis Hubert en 1876 qui disparaît une journée de chez son engagiste à l’Anse-Vata et qui est puni disciplinairement, et en 1883, celles de deux condamnés à perpétuité Albert Bassières et Ennemond Escoffier ce dernier étant simplement rétrogradé à la deuxième classe après sa tentative infructueuse.

  • 139 Bedesio, avait vu sa peine initiale de perpétuité commuée en 15 ans en 1883.
  • 140 Théodule Aubry, le plus jeune transporté de l’Iphigénie est libéré le 14 juillet 1899 et il décède (...)

200Ces dernières mesures permettent de constater l’évolution des sanctions prononcées à l’encontre des forçats depuis la suppression des châtiments corporels et la publication du décret du 18 juin 1880. On peut encore le vérifier avec l’exemple d’Angelo Bedesio, qui avait subi en 1866 40 coups de corde pour une tentative d’évasion, et qui est puni de 4 mois de prison pour une absence du camp de Bouloupari en 1880, et de 4 mois de cachot au quartier disciplinaire pour une évasion de 32 jours en 1887, laquelle évasion, s’étant doublée d’une tentative de soustraction frauduleuse, lui vaut également d’être condamné à 20 années supplémentaires139. Pour être complet, la tentative d’évasion de Théodule Aubry le 2 janvier 1896, peut également être signalée, car il est le seul exemple parmi les transportés de l’Iphigénie, à avoir été sanctionné après la parution du décret disciplinaire de 1891. Aubry qui avait atteint la 1re classe depuis 1886 et avait bénéficié d’une remise de peine de 4 ans en 1889, est réintégré le jour même de sa tentative et redescendu en 2e classe le 23 janvier suivant140.

  • 141 En 1913, sera établi un « État nominatif des condamnés évadés ou disparus », 578 noms et matricules (...)
  • 142 Le classement de 1913 ne cite ni Moriceau, ni Jourdey.

201Au total 48 transportés de l’Iphigénie, c’est-à-dire moins de 20 %, sont impliqués dans des évasions ou des tentatives d’évasion que l’on peut chiffrer à 82 entre 1864 et 1887. Douze évadés périssent ou peuvent être considérés comme décédés, au cours de leur tentative ou des suites de celles-ci, ce qui représente un évadé sur quatre. Quelles sont donc les évasions que l’on peut considérer comme réussies ? Si l’on se fie au classement administratif141, il faudrait prendre en compte les disparitions en 1866 de Rouman, en 1867 celles de Manipoud, Lonjarret, Gence, en 1870 celle de Refflet, ou même Boufflet en 1908, dont les dossiers individuels sont en général regroupés aux Archives d’outre-mer dans les cartons classés sous l’intitulé « évadés ou disparus ». Mais, dans tous ces cas, la disparition dans la Chaîne centrale ou dans le lagon est suffisamment attestée pour qu’ils ne soient pas répertoriés dans les évasions réussies. Resteraient donc plusieurs cas ou le doute existe mais à un moindre degré. Il faut rappeler l’exemple de Joseph Patras « évadé de chez un colon » le 17 mai 1867, mais il faut aussi évoquer ceux de Moriceau en 1874, de Jourdey en 1876, de Sauret en 1879 et de Lenepven en 1880142.

202Edmond Moriceau – l’un des deux transportés classé chez les « indociles » au bagne de Toulon, après avoir subi 5 condamnations disciplinaires en 6 mois – fait également partie de ceux qui sont les plus punis en Nouvelle-Calédonie avec 22 punitions. Ces punitions sont distribuées pour des motifs relevant surtout de l’insubordination ; ainsi en juillet 1864, Moriceau brandit une hache face au garde-chiourme en lui disant : « avec cette hache je me moque d’un revolver ». Mais Moriceau reçoit également 25 coups de martinet en octobre 1868, pour « refus de travail et menaces à un supérieur de la ferme-modèle. » L’ensemble de ces sanctions représente 142 jours de retranchement, 83 jours de prison et plus de 4 mois de cachot. Moriceau n’a tenté qu’une seule fois de s’évader de la ferme-modèle le jour de Noël 1868, ce qui lui a valu 2 ans supplémentaires qu’il effectue jusqu’en mai 1873, date où il est libéré sous le matricule 536. Le 3 janvier 1874, l’Administration pénitentiaire constate son absence de la colonie et le suppose « parti pour Sydney ».

203Deux autres condamnés classés dans les évadés font également partie des multirécidivistes de la punition disciplinaire, Henri Sauret et Valentin Lenepven ayant été respectivement sanctionnés 32 et 30 fois entre 1864 et 1875. Tous deux étaient condamnés à perpétuité et leurs punitions représentent un total impressionnant : 1 mois de cachot, 1 mois aux fers, 155 jours de prison et 146 de retranchement pour Sauret, 1 mois de cachot, 113 nuits ou jours aux fers, 98 jours de prison et 241 jours de retranchement pour Lenepven. Les motifs de ces punitions se recoupent. Tous deux sont accusés de confection d’objets d’industrie, Sauret est également puni pour jeu d’argent aux cartes (5 fois), pour ivresse (5 fois), pour absence illégale (3 fois), Lenepven est sanctionné aussi pour absence illégale (3 fois) et surtout pour ivresse (11 fois). Cette tendance avait déjà été signalée dans son dossier de Toulon : « il paraît être adonné à l’ivrognerie. »

204En mars 1867, Lenepven avait cherché à faire venir sa femme qui exerçait la profession de cuisinière et ses trois enfants, deux garçons et une fille âgés respectivement de 11 ans, 9 ans et 5 ans. Guillain avait même fortement appuyé cette demande en écrivant au maire de Cherbourg :

« Le repentir de ce transporté parait sincère, son travail intelligent et assidu satisfait le colon chez qui il s’est engagé et qui veut bien se charger de recevoir et de s’occuper de sa famille à son arrivée. »

205Le 21 juin 1867, le maire de Cherbourg transmet la réponse suivante :

« Cette femme m’a déclaré qu’elle trouve à Cherbourg au moyen de son travail la possibilité d’élever ses trois enfants, que sa famille veut bien en outre lui venir en aide et que dans ces circonstances elle n’est pas décidée, du moins quant à présent, à se rendre à la Nouvelle-Calédonie. »

206C’est à partir de 1869 que Lenepven est très souvent puni pour ivresse. Auparavant, il n’avait subi qu’une sanction grave, en 1865, quand il avait été inculpé dans la construction d’un radeau (il était charpentier de marine), ce qui lui avait valu 20 coups de corde. Sauret avait également subi le châtiment du martinet et ce à deux reprises, 25 coups en octobre 1869 pour « pédérastie » et 50 coups en mars 1871, pour « ivresse, injures à un surveillant et blessure à un condamné. »

207Enfin, dernier évadé recensé, Aimable Jourdey, qui avait été condamné à 10 ans de travaux forcés après avoir connu plusieurs condamnations en Suisse. Jourdey effectue ses 10 ans et il est libéré le 30 avril 1873. Mais ne se présentant pas aux appels réservés aux libérés entre septembre et novembre 1876, il est considéré comme évadé et condamné à 10 ans de prison pour rupture de ban. C’est au cours de l’accomplissement de cette peine qu’il s’évade le 14 mai 1877.

208Il est remarquable de constater que les cinq évasions, supposées réussies, n’ont pas été accomplies par des multirécidivistes de l’évasion. En fait le seul transporté de l’Iphigénie qui peut figurer dans cette catégorie est Andéol Lager avec pas moins de 8 tentatives, toutes infructueuses. Lager sera très lourdement châtié avec un total de 115 coups de martinet administrés pour cause d’évasion, en 1867 (50 coups en 2 séances), en 1868 (40 coups) et en novembre 1871 (25 coups), un autre sinistre record partagé avec Joseph Ligoussa dans ce premier convoi. Après 1871, Lager tente à nouveau de s’échapper, en 1873 par deux fois, en 1875 et en 1876. Il décédera à l’île Nou, le 1er octobre 1880, à l’âge de 58 ans.

  • 143 N.T. 1878-1879, p. 14.
  • 144 La correspondance avec l’Australie à propos de leur extradition, A.O.M. carton N.C. 158.

209La Notice sur la transportation révèle que « les évasions à l’extérieur sont les seules qui présentent quelques chances de succès. »143 En fait, tous ceux qui n’arrivaient pas à quitter la colonie sont tôt ou tard repris. Cette constante qui se vérifie avec les transportés de l’Iphigénie se retrouve pendant tout le siècle. Entre 1874 et 1875, malgré la dispersion des centres pénitentiaires sur l’ensemble de la colonie et sur un effectif de plus de 6000 condamnés, il n’y a guère plus que 10 évasions consommées ; en 1876 sur 157 condamnés qui tentent une évasion, 141 sont repris ; entre 1878 et 1879, sur 690 tentatives, 67 sont considérées comme réussies. Onze transportés réussissent tout de même à rejoindre Brisbane sur une embarcation volée, en novembre 1875144.

  • 145 Estimation de 1885 : 381 évadés dont 292 condamnés et 89 libérés, N.T. 1885, p. 47.
  • 146 N.T. 1882-1883, p. 27.
  • 147 Entre 1886 et 1895, sur 5128 évasions 4926 ont donné lieu à une réintégration, N.T. 1886-1895, p. 1 (...)
  • 148 « État nominatif des condamnés évadés ou disparus », A.O.M. carton H 1862.

210En 1885 et depuis le début de la Transportation, l’Administration admet 381 évadés ou disparus, soit une moyenne de 18 évasions consommées par an, mais cette moyenne varie selon les années et les politiques suivies ; ainsi, le nombre des tentatives d’évasion augmente fortement en 1883 (886 tentatives) et 1884 (949), pour retomber en 1885 à 409145. Cette diminution est due à la fin de la politique de grands travaux de routes menée par Pallu de la Barrière. Cette politique avait l’inconvénient de disperser les chantiers et les camps le long des routes, multipliant les possibilités d’évasion en raison des difficultés de surveillance. Cependant, l’Administration ne recense que 60 évadés avérés en 1883, dont la plus part sont repris en 1884146. Après le départ de Pallu, la réintégration dans les pénitenciers contribue à diminuer les évasions et à ralentir pendant longtemps la progression des routes coloniales et des sentiers muletiers. En 1885, selon les sources officielles, « depuis l’origine de la Transportation 5557 individus sont parvenus à s’évader et 5195 ont été repris. » Dans la décennie suivante, la moyenne passe à 500 tentatives d’évasions par an sur des effectifs évalués en moyenne à plus de 10000 condamnés147. Au 31 décembre 1899 et depuis le début de la Transportation, selon les critères administratifs, le nombre des évadés ou disparus atteint 613 (dont 116 libérés), soit moins de 3 % par rapport à un effectif global d’environ 21000 transportés au moment de l’arrêt des convois en 1897, un pourcentage qui correspond à celui de l’Iphigénie. Enfin, en 1913, l’Administration recense 574 évadés depuis 1866148.

  • 149 Sur ce sujet, cf. l’article de Jim Hollyman, « Mecs, blindés, anges, gaffes et libés », le lexique (...)
  • 150 Voir Georges Baudoux, « L’Évadé de la Nouvelle », pp. 103 à 150, in, Souvenirs du bagne, op. cit. o (...)

211Les évadés ou ceux qu’on appelait dans l’argot spécifique de « la Nouvelle », les « évincés » ou les « escapés »149 ont inspiré, écrivains et peintres150, mais, comme l’exemple des transportés de l’Iphigénie le montre, la réalité est surtout faite d’échecs et de châtiments. La majorité des évadés ne réussissant pas à quitter la colonie, les exactions qu’ils sont amenés à commettre pour se nourrir, ou se cacher vont constituer une réalité quotidienne de la vie calédonienne particulièrement en Brousse. Les colonnes des journaux de l’époque, le Calédonien, La Calédonie, la France Australe, sont occupées par les « exploits » ou les méfaits des transportés qui « s’escapent ». Pourtant, comme d’autres thèmes liés au pénitencier calédonien, celui de l’évasion est surtout connu et célébré à travers la déportation politique des insurgés de la Commune : évasion réussie d’Henri Rochefort, Achille Ballière, Francis Jourde, Olivier Pain, Paschal Grousset et Bastien Grandthille qui disposaient des fonds nécessaires et de la solidarité maçonnique ou évasion manquée du docteur Rastoul qui échappé de l’Île des Pins disparaît en mer avec 19 de ses camarades en 1875.

212Le rôle des déportés dans la connaissance en France des châtiments corporels subis par les transportés en Nouvelle-Calédonie, a été prépondérant, cette constatation s’applique donc également aux évadés et aux évasions.

Quatre condamnés à mort de l’Iphigénie

213Quatre transportés du premier convoi sont condamnés à mort et trois d’entre eux sont exécutés : Bourrifé, Chevrel et Salmé. Ces condamnations comme ces exécutions ont pour cadre les toutes premières années de la colonie pénitentiaire, entre 1865 et 1867. L’application de la peine capitale, dans les trois cas où elle est exercée, est toujours présentée comme devant servir d’exemple.

Alexandre Bourrifé

  • 151 Extraits des P.V. de la session extraordinaire du Conseil d’administration, juin 1865, dossier indi (...)

214Le 12 mai 1865, Alexandre Bourrifé frappe mortellement, de deux coups de couteau, son camarade Emile Roger. Le procès-verbal du Conseil d’administration au cours duquel ce crime est à l’ordre du jour laisse entendre que les causes du meurtre proviendraient de « l’ignoble passion » de Bourrifé, « qui l’a poussé à commettre le meurtre. »151 Bourrifé possédait l’un des dossiers les plus chargés parmi les transportés condamnés pour tentative d’homicide volontaire. Ancien forçat de Toulon entre 1849 et 1859, il avait été condamné à perpétuité par la cour d’assises de la Seine. Quant à Emile Roger, de douze ans son cadet, la cour d’assises de la Manche l’avait condamné à 12 ans de travaux forcés, le 9 juin 1863, pour divers cambriolages. Il avait déjà subi, malgré son jeune âge (26 ans), trois condamnations pour vol, représentant plus de 6 années de prison. De plus, les assises de la Seine l’avaient aussi condamné en 1862 à 7 ans de réclusion pour vol domestique. Sa profession d’ébéniste avait sûrement dû être prise en compte pour faire partie du premier convoi et ce malgré ses antécédents et une annotation très défavorable : « Sa conduite antérieure était très mauvaise. C’est un voleur très dangereux. »

215Si la condamnation à mort de Bourrifé ne pose pas de problème au conseil de guerre qui la prononce, il n’en est pas de même pour les membres du conseil d’administration réunis autour de Guillain, en session extraordinaire pour statuer sur les moyens à employer pour exécuter la sentence. En effet, il n’existe pas de guillotine dans la colonie et l’article 12 du Code pénal, « Tout condamné à mort aura la tête tranchée », ne peut donc matériellement pas s’appliquer. Les cas précédents concernent des chefs kanaks condamnés puis fusillés, comme Felipo Boueone en 1858, Candio et Jack Rétié en 1859, ou encore des fusiliers de la compagnie disciplinaire affectés à la Nouvelle-Calédonie, comme Albert et Sevin, condamnés par le conseil de guerre, le 1er octobre 1862, puis exécutés.

  • 152 Le Code de justice de la Marine (art. 239) prévoit que les individus condamnés à mort par un tribun (...)

216Mais l’acte de fusiller, accompli par des militaires sous le commandement d’un officier, est revêtu d’une certaine noblesse ; il pouvait être accordé à des soldats ou à des adversaires vaincus mais certainement pas à des condamnés de droit commun152. Le débat s’engage donc sur ce point sous la conduite de Guillain qui réussit à imposer son opinion en constatant qu’en :

« l’absence d’appareil spécial et eu égard à l’impossibilité absolue d’en construire dans la colonie, il sera donc indispensable de fusiller le condamné quoique ce genre d’exécution soit plus spécialement réservé aux militaires, » et en déclarant que, « les douze gardes-chiourmes seraient chargés de l’exécution. »

217Cette disposition entraîne l’adhésion du capitaine du Génie Lesdos, qui pense que Bourrifé peut être exécuté par les gardes-chiourmes, « sans que les convenances militaires en soient atteintes » et qui argumente en déclarant :

  • 153 Extraits des P.V. du conseil d’administration, juin 1865, op. cit.

« En France, même pendant les émeutes il est arrivé fréquemment que ce genre d’exécution dont il s’agit soit appliqué. »153

218Mais les membres du conseil d’administration doivent aussi statuer sur l’application immédiate de la sentence ou le renvoi de celle-ci dans l’attente d’une éventuelle clémence impériale. Là encore, la détermination du Gouverneur l’emporte et Bourrifé est fusillé le 17 juin 1865. Son exécution donne lieu :

  • 154 Procès-verbal du Conseil d’administration du 6 novembre 1865, A.T.N.C. 44 W3.

« à une horrible scène… par suite de l’inexpérience et la maladresse des gardes-chiourmes. »154

Angelo Derouen

  • 155 Procès-verbal du Conseil d’administration du 6 novembre 1865, op. cit.
  • 156 Admis à la première classe le 1er avril 1882, puis placé en concession à Pouembout le 16 mars 1883, (...)

219Les réticences de Guillain qui tient à faire des exemples se confirment quelques mois plus tard avec la condamnation d’Angelo Derouen. Ce dernier, un charpentier originaire de l’arrondissement de Louviers, condamné à Evreux le 18 juin 1863, à 15 ans de travaux forcés pour incendie, échappe à la peine capitale à laquelle il avait été condamné, le 3 novembre 1865, pour vol qualifié suivi d’une tentative de meurtre sur l’un de ses camarades. Arguant qu’à la suite de l’exécution de Bourrifé, « encore présente dans la mémoire des transportés », « une exécution capitale ne lui semble pas nécessaire dans le moment actuel au pénitencier », Guillain décide de recommander Derouen à la clémence de l’Empereur et de surseoir à l’exécution du jugement155. Son jeune âge (22 ans), ayant dû plaider en sa faveur, la peine de mort est commuée en travaux forcés à perpétuité par une décision impériale du 7 mars 1866156.

René Chevrel

  • 157 Chevrel avait déjà subi 2 condamnations pour vol, en 1844, (il aurait alors été âgé 11 ans selon so (...)
  • 158 Il s’était évadé à pied de la ferme-modèle le 19 mars 1867 et avait été repris à Nakéty. Dans son r (...)
  • 159 Lettre de Guillain du 1er mai 1867, dossier de Chevrel, A.O.M. carton H 282.

220En revanche, Guillain décide de ne pas transmettre de demande de clémence en faveur du condamné à mort suivant, René Chevrel, dont le pourvoi en révision est rejeté à l’unanimité en avril 1867. Il est vrai que les accusations portées contre Chevrel sont bien plus graves. Âgé de 34 ans, ce manœuvre, domicilié à Fontenay en Vendée, avait été transporté à la suite d’une condamnation à 20 ans prononcée à Nantes le 2 juin 1862, pour cambriolage157. Il est jugé par le conseil de guerre pour une « tentative d’assassinat commis contre le sergent Bergerot préposé à la surveillance des condamnés… », alors qu’il était, « détaché à la ferme-modèle de Yahoué. » Repris après une évasion de quelques jours, Chevrel est condamné à la peine capitale à l’unanimité du conseil de guerre, le 16 avril 1867158. Guillain informera le ministère que « le 23 avril, à six heures du matin, Chevrel avait expié son crime. »159

Pierre Salmé

221Trois mois plus tard, le 8 juin 1867, un nouveau transporté est fusillé. Pierre Salmé avait été accusé de divers cambriolages avec son complice Anthony Guirand, faits qui leur avaient valu d’être condamnés à 20 ans par les assises du Var, le 6 mai 1863. Mais Salmé avait des antécédents beaucoup plus graves à son actif. Présenté comme un « homme très dangereux », il avait connu quatre condamnations antérieures dont deux sous d’autres noms, celui Jean Charles Capmann en 1851, et celui d’Auguste Delajand en 1857. Ces deux jugements prononcés à Aix-en-Provence l’avaient amené à passer 5 années en prison pour vol, auxquelles il faut ajouter une peine de 4 ans émanant du consulat de Constantinople en 1856. L’Administration pénitentiaire avait tenu à mettre en garde à son sujet celle du bagne de Toulon :

« La conduite en prison de Salmé est très mauvaise. Son caractère insolent et emporté le font redouter de ses compagnons. Chef d’émeute dans les prisons, est parvenu à plusieurs reprises à s’évader et d’autres tentatives par lui ont été faites. »

222Le 1er février 1866, Salmé s’évade de l’île Nou, où il rentre le 5. En juillet 1865, il avait déjà été puni de 15 jours d’emprisonnement pour ivresse et propos injurieux envers un geôlier. Puis le 4 décembre 1866, le Conseil de guerre, lui inflige 3 mois de prison pour menaces de mort contre le lieutenant Mazurier commandant en second de l’île Nou. Toutes ces punitions lui valent d’être envoyé au dépôt de correction de Napoléonville, où il est accusé d’une tentative d’assassinat avec une bouteille, sur le sergent Desgeorge. Le 2e conseil de guerre le condamne alors à mort, à l’unanimité de ses membres, le 1er juin 1867.

  • 160 Dossier individuel de Salmé, A.O.M. carton H 341.

223Le 17 mars 1868, une lettre provenant du tribunal de première instance de la Seine parvient au ministère de la Marine. Une demande de renseignements est formulée au sujet d’un dénommé Salmé qui proteste contre deux condamnations portées sur son bulletin ; ce dernier aurait déclaré à l’appui de ses dires avoir perdu ses papiers, « il y a huit ans environ ». Les autorités judiciaires s’inquiètent donc de savoir ce qu’est devenu, « le nommé Salmé condamné à 20 ans à Draguignan » et elles interrogent le département de la Marine à son sujet, « est-il à Toulon ou dans l’un de nos établissements d’outre-mer ? », tout en soulignant : « si cet homme existe, il est à présumer qu’il s’est fait condamner sous un autre nom que le sien. » La réponse du ministère est laconique : « il a été fusillé le 8 juin 1867. »160 Mais qui donc a été fusillé ce matin-là ?

  • 161 Le décret du 22 novembre 1866 op. cit. qui organise la justice en Nouvelle-Calédonie, précise en so (...)

224À l’occasion des trois exécutions perpétrées entre 1865 et 1867, Guillain a convaincu son Conseil d’administration de se passer de la procédure du recours en grâce161. Chaque fois, il a voulu justifier sa décision auprès de ses supérieurs en évoquant l’exemplarité de la sanction pour châtier, non seulement la faute commise mais surtout le comportement de ces trois condamnés depuis leur arrivée dans la colonie. À propos du premier condamné, il déclare :

  • 162 Extraits des P.V. du conseil d’administration, juin 1865, op. cit.

« … les antécédents du nommé Bourrifé, l’ignoble passion qui l’a poussée à commettre le meurtre dont il vient de se rendre coupable, la froide détermination avec laquelle il l’a perpétré enfin le révoltant cynisme qu’il n’a cessé d’afficher depuis l’événement, dénote une nature viciée et incorrigible ; l’opinion que va émettre le Conseil importe à la sauvegarde du personnel libre, à la sécurité des détenus eux mêmes, en même temps qu’au succès de la transportation. »162

225Au sujet de Salmé, les termes de la lettre qu’il adresse au ministère, le 30 juin 1867, sont encore plus révélateurs des véritables motifs de son exécution immédiate. Salmé y est décrit comme ayant, « les plus déplorables antécédents. Son extrait matriculaire le présentait comme un meneur dangereux. » Son influence parmi les transportés du pénitencier de l’île Nou ou du dépôt de correction de Canala est dénoncée avec force :

  • 163 Extrait de la lettre de Guillain, du 30 juin 1867, dossier Salmé, op. cit.

« Ici, son nom avait eu un grand retentissement lors de l’assassinat commis en 1865 par son codétenu Bourrifé… Violent et emporté cet homme était d’autant plus à craindre qu’il s’était créé une influence trop réelle sur ses compagnons, influence indéniable, devenue de notoriété publique et qui lui valait même le surnom de roi du bagne. »163

226En blessant deux militaires chargés de la surveillance, Chevrel et Salmé avaient franchi un degré supplémentaire ; il ne s’agissait plus seulement d’un crime contre un codétenu mais d’une agression contre des soldats, c’est-à-dire contre l’autorité militaire et contre l’institution pénitentiaire. Dans cette logique, l’exécution immédiate appliquée à Bourrifé devait, a fortiori, être également appliquée à Chevrel et Salmé. À propos de Chevrel, Guillain dans son rapport au ministère reprend cette argumentation en constatant que :

  • 164 Extrait de la lettre de Guillain, du 1er mai 1867, dossier Chevrel, op. cit.

« Le crime avait été commis dans des circonstances nécessitant un exemple qui enlevât aux autres transportés toute idée de le renouveler. »164

227D’autres arguments plus généraux sont également avancés, la protection des colons libres qui ont engagé des condamnés par exemple :

« il a paru important de rassurer les colons isolés en témoignant aux ouvriers de la transportation placés dans les campagnes ou à la ferme que les agressions de leur part sont d’autant plus graves que cet isolement est une marque de confiance de la part de l’Administration et un adoucissement de leur peine obligeant par suite envers ceux qui en abusent à une sévérité plus grande » ;

228ou encore, la lutte contre la récidive à propos de laquelle, Guillain rappelle que :

  • 165 Extraits des P.V. du conseil d’administration, juin 1865, op. cit.

« … s’il est disposé à tout mettre en œuvre pour ramener dans la bonne foi des hommes qui ont transgressé les lois de la Société, pour faciliter la réhabilitation aux condamnés qui s’en montreraient dignes pendant leur période d’expiation, il n’hésitera en aucune circonstance à sévir contre ceux des condamnés que leurs instincts pervers conduiront à de nouveaux crimes. »165

Condamnations à mort et exécutions de transportés

229Après 1867, plus aucun transporté de l’Iphigénie n’est condamné à la peine de mort. Quant au problème du mode d’exécution des condamnés, il ne se pose plus depuis cette même année et l’arrivée de la première guillotine. En fait, la guillotine est arrivée depuis le 21 avril 1867, elle était donc dans la colonie au moment de l’exécution de Chevrel et de Salmé, mais personne ne savait encore la faire fonctionner. Au cours du Conseil d’administration chargé de statuer sur le cas de Chevrel, Guillain déclare que la guillotine :

  • 166 Procès-verbal du Conseil d’Administration du 22 avril 1867, A.T.N.C. 44W 5.

« a été montée et essayée hier : la lenteur avec laquelle le couteau tombe et la manière irrégulière dont il glisse donne des craintes sur le résultat de l’opération ; d’autre part il a été impossible de se procurer un bourreau… »166

  • 167 En France, la moyenne est de 39 %, entre 1871 et 1880 (107 exécutions pour 272 condamnations) contr (...)

230Entre 1868 et 1874, 16 transportés sont condamnés à la peine capitale et 15 sont exécutés soit 94 %167. Depuis le décret organique du 12 décembre 1874, la procédure d’exécution par le Gouverneur en Conseil privé, d’une condamnation à la peine de mort prévoit que :

« dans le cas de condamnation à mort, le sursis est de droit lorsque dans le conseil deux voix au moins se seront prononcées pour que l’appel à la clémence du Chef de l’État suive son cours. »

  • 168 90 d’entre eux ont vu leur peine commuée en travaux forcés à perpétuité, N.T. 1885, p. 45.

231Pendant la période qui couvre les années de 1875 à 1885, 154 transportés sont condamnés à mort et 25 seulement sont exécutés168. Cette différence importante s’explique par le fait que, depuis le 1er avril 1880, une dépêche ministérielle a donné l’ordre de surseoir à l’exécution de toute sentence capitale prononcée par un conseil de guerre. Arguant que, « la rapidité et la fréquence des communications permettent aujourd’hui de placer à cet égard les colonies sur le même pied que la métropole… », le Département supprime le vote préalable en Conseil privé et ordonne au Gouverneur, dans le cas où une sentence capitale viendrait à être prononcée, de lui :

  • 169 Dépêche du 1er avril 1880, N.T. 1880-1881, p. 170. Les 5 exécutions de 1880 se déroulent avant l’ap (...)

« transmettre immédiatement le dossier complet de la procédure avec l’expression de votre avis sur les circonstances qui pourraient conduire, soit à laisser la justice suivre son libre cours, soit à appeler la clémence du Chef de l’État. »169

  • 170 Selon nos pointages, 141 peines de mort ont été prononcées entre 1880 et 1886 contre des transporté (...)

232Même lorsque le Conseil privé conclut, « qu’il n’y a pas lieu de recommander le condamné à la clémence du Chef de l’État », cette procédure se termine le plus souvent par une commutation de peine170.

  • 171 Parmi les exécutions du septennat Grévy (du 30 janvier 1879 au 2 décembre 1887), le transporté Thie (...)

233Entre mai 1880 et décembre 1887, il n’y a que 6 exécutions capitales, mais cette période correspond à la présidence de Jules Grévy que les condamnés surnommaient le « Père la grâce »171.

  • 172 Dépêche ministérielle du 19 octobre 1889, B.O.A.P. (1889), pp. 379 et suiv.
  • 173 Rapport de la commission permanente du régime pénitentiaire, N.T. 1886-1895, p. 801.

234Après la démission de Grévy, trois condamnés à mort sont exécutés dans les derniers jours de 1887 et si aucune exécution n’a eu lieu en 1888, en revanche quatre transportés sont guillotinés en 1889. Mais l’application du décret du 4 octobre 1889 relatif au Tribunal maritime spécial, va modifier les données. Ce décret est en effet accompagné d’une décision présidentielle qui abroge la circulaire du 1er avril 1880 et donne au gouverneur l’instruction de saisir le Conseil privé dans tous les cas où un transporté aura été condamné à la peine de mort. En ce cas, si en Conseil deux voix au moins se prononcent contre l’exécution immédiate, le gouverneur devra surseoir obligatoirement à cette exécution. « Dans le cas contraire », précise la décision, le gouverneur pourra sous sa responsabilité, « laisser un libre cours à la justice. »172 Cette décision reprend le vœu de la commission permanente du régime pénitentiaire aux colonies qui avait obtenu un retour à la procédure antérieure, restituant ainsi aux Gouverneurs « à l’égard des condamnés aux travaux forcés en cours de peine, l’exercice des pouvoirs qui leur appartenaient en matière d’exécution capitale. »173

235L’année 1890, qui voit l’application de la nouvelle procédure, est marquée par sept exécutions capitales. La Revue pénitentiaire de 1891 rend compte avec satisfaction de cette évolution :

  • 174 R.P. 1891, p. 73.

« Les exécutions capitales sont devenues aussi fréquentes qu’elles étaient rares, avant que le gouverneur, en conseil privé, ne fût autorisé à laisser la justice suivre son cours… »174

  • 175 Sur le sujet des condamnations à mort, cf. Paul Griscelli, « L’infernale odyssée des bois de justic (...)

236Cependant, cette période répressive prend bientôt fin avec l’installation du Tribunal Maritime spécial qui sera beaucoup moins enclin à prononcer la peine de mort. Les sept exécutions précitées de l’année 1890 résultaient d’affaires criminelles inscrites au rôle de 1889 et constituaient donc les dernières affaires jugées par les conseils de guerre. Dans ces sept cas, le gouverneur Pardon qui quittera la Nouvelle-Calédonie, en avril 1891, a laissé la justice « suivre son cours ». Il fait de même, en septembre 1890, dans le cas du transporté Hortion, premier transporté condamné à mort par le Tribunal maritime et dont la sentence est exécutée. Dès la mise en place de la nouvelle juridiction, les condamnations à mort de transportés se font plus rares : 10 entre 1891 et 1895 dont 5 exécutions (13 condamnations de septembre 1890 à 1895, dont 6 exécutées : 46,1 %). Ainsi conformément aux directives du Département, le nombre des condamnations à mort diminue sensiblement, mais la proportion des exécutions est plus élevée175.

De la répression : conclusions

237Les développements qui précèdent ont mis en évidence la constance, l’ampleur et la violence de la répression montrant, s’il en était besoin, que « la Nouvelle » a été pour beaucoup de forçats de l’Iphigénie le prolongement ultra marin du bagne de Toulon. Comme au temps des bagnes maritimes métropolitains où se pratiquaient la grande et la petite fatigue et malgré les théories pénales nouvelles, punitions, retranchements, châtiments corporels, condamnations, incarcération, double-chaîne, exécutions continuent de sévir. Pourtant, au regard des contemporains, surtout ceux issus de la colonisation libre, « la Nouvelle » se définit plus comme « un éden des forçats » que comme une terre de bagne. Il s’agit là d’un véritable constat de divorce. D’où provient-il ?

238L’étroitesse de l’île, le nombre relativement faible de la population libre laquelle ne représente que 4000 personnes vers 1885 c’est-à-dire l’équivalent du total des libérés, les condamnés en cours de peine représentant à eux seuls plus de 10000 individus, sont des éléments à prendre en compte. Dans une société aussi réduite, où tout le monde ou presque se connaît, toute exaction subie par un des membres de la société est aussitôt connue, relatée, commentée. La presse, que la même société contrôle en fait rapidement état. Dans ce contexte colonial et insulaire, la mise en place d’une hiérarchie sociale est facilitée par la présence d’éléments naturellement classés comme inférieurs : les descendants de condamnés, les libérés, les condamnés, les condamnés d’origine arabe, les métis, les travailleurs importés, les « indigènes ». Malgré ou en raison de son petit nombre, la classe des colons libres et de leurs descendants a le sentiment d’incarner l’élément sain et moteur de la colonie, un élément brimé envers lequel l’Administration ne prodigue pas toutes les faveurs et les sollicitations méritées.

239Ce sentiment de constituer une classe supérieure mais « assiégée » culmine dans les années 1880, avec les écrits de Léon Moncelon, délégué au Conseil supérieur des Colonies qui dénonce :

  • 176 Léon Moncelon, Le Bagne et la colonisation pénale à la Nouvelle-Calédonie par un témoin oculaire, C (...)

« C’est en Nouvelle-Calédonie qu’on finira par entasser toute la population pénale, c’est là que l’on déversera 30000 récidivistes entre 12000 forçats et 25000 sauvages Canaques ; et je le demande s’il faudra une dose de philosophie aux trois mille colons libres qui se trouveront condamnés à élever leurs enfants au milieu de ces 67000 brigands. »176

  • 177 Le Conseil supérieur des colonies institué par décret du 19 octobre 1883 comprend 4 délégués élus p (...)
  • 178 Parmi ces 78 électeurs de Bourail : 37 concessionnaires ou fils de concessionnaires, 17 fonctionnai (...)

240La création d’un Conseil général dont les premières élections se déroulent en 1885 fournit la structure politique qui délimite les contours de cette classe177. Le « pays légal » ne correspond alors en rien au « pays réel ». En 1887, il n’y a que 1265 électeurs recensés sur une population d’origine européenne évaluée à 15000 individus, dont environ 6000 libres y compris les « Officiers, militaires des corps de troupes et famille ». Dans un centre pénitentiaire comme celui de Bourail, le nombre d’électeurs n’atteint même pas 78 inscrits soit à peine 8 % de la seule population installée en concessions. Les femmes bien sûr mais aussi les militaires, les surveillants militaires ne votent pas, quant aux « Indigènes », leur entrée dans la Cité appartient à un autre siècle178. Le regard porté par les membres de la « société libre » sur le monde pénitentiaire, sur ce monde « à côté », traduit toute la distance qui les sépare. Alors que l’enquête parlementaire de 1880 a prouvé la réalité des sévices corporels, alors que le « procès de Bourail » met en cause la conduite de certains surveillants-militaires, Moncelon n’hésite pas à écrire en exergue de son livre :

« Aujourd’hui « aller à la Nouvelle » est une partie de plaisir enviée par tous les criminels. »

241Puis au cours de son ouvrage, il poursuit :

  • 179 Léon Moncelon, op. cit. p. 129.

« L’administration de la transportation a fait des bagnes une sinécure pour les malfaiteurs. »179

De la récidive des condamnés et des libérés

  • 180 Sur 679 condamnations : 471 en simple police et 208 en correctionnelle en 1886 et respectivement 69 (...)

242Replacée dans ce contexte socioculturel, la récidive des transportés apparaît dans sa vraie dimension : par rapport au nombre de condamnés et au nombre de libérés, la récidive officielle, celle qui donne lieu à une sanction pénale peut être considérée comme faible, mais par rapport à la population totale de la colonie, au sous-peuplement d’origine européenne, le nombre des affaires jugées par les tribunaux de la colonie est relativement important. La criminalité a presque doublé pendant les quatre dernières années de la décennie 1886-1895, passant de 679 condamnations contre des libérés en 1886, à 1146 en 1893. Il faut cependant affiner l’analyse en soulignant que les causes des condamnations des libérés concernent surtout des infractions contre l’ordre public, ivresse ou infractions au régime spécial des colonies pénitentiaires (76 %) et peu d’attentats contre les personnes (10 %) ou les propriétés (14 %)180.

  • 181 Chiffres du J.O.N.C. du 11 avril 1896. Les minutes pénales de Bourail et de Canala pour 1893 avance (...)

243De plus, l’apparition de nouvelles infractions liées au contrôle des libérés (défaut de visa, changement de résidence), et sanctionnées à partir de 1893, contribue largement à cette augmentation des chiffres. Ainsi en 1893, les délits liés au contrôle du livret des libérés représentent 90 % des affaires correctionnelles traitées par les justices de paix de Bourail et de Canala (124 condamnations pour défaut de visa sur 141 affaires correctionnelles à Bourail et 168 à Canala sur 183 affaires)181. Ce délit n’étant imputable qu’aux seuls libérés, ces derniers peuvent être considérés comme les principaux responsables de la récidive en matière correctionnelle dans les centres de l’Intérieur. Les proportions sont en effet plus faibles à Nouméa où ce même délit ne représente que 21 % des jugements correctionnels (182 sur 866 affaires), mais il est vrai que l’errance des libérés est un phénomène qui concerne surtout la Brousse.

  • 182 Un arrêté du 8 mai 1873 a promulgué la loi du 5 février 1873 sur l’ivresse.

244L’étude des jugements rendus de 1889 à 1898, par la justice de paix siégeant à Bourail est à cet égard riche d’enseignements. Le juge de paix de Bourail possède en effet une compétence qui s’étend bien au-delà de cette localité puisque sont également concernés, pendant cette période, les centres de Pouembout, Koné, Voh et même Ouegoa à partir de 1895. L’intérêt provient du fait que si certaines de ces localités sont des centres pénitentiaires, comme Bourail, Pouembout, Koniambo et le Diahot à Ouegoa, d’autres sont destinés à la colonisation libre comme Koné et Voh. De plus, certains possèdent des exploitations minières sur leur territoire : la mine Kataviti à Koné, les mines de la Pilou et de la Balade, à Ouégoa. Ces précisions sont importantes pour aborder le problème de l’existence de l’éthylisme chez les libérés et dans les centres de Brousse en général. L’ivresse, principale cause de punition pour les condamnés en cours de peine, l’est également pour les libérés182.

245Mais ce qui apparaît comme un véritable fléau doit être replacé dans le contexte socio-économique. Les libérés employés sur les mines en particulier évoluent dans un contexte dominé par la sur-masculinité, un contexte que l’on retrouve, à la même époque dans le Bush et les centres miniers australiens pour prendre un exemple proche, ou encore dans les mines du Klondyke mythifiées par Jack London. Les scènes de beuverie et les rixes qui suivent les soirs de paie font alors partie d’un vécu quotidien et ce n’est pas la seule condition de libérés du bagne qui explique l’importance de l’éthylisme ; dans un univers identique, sous d’autres cieux, d’autres hommes n’ayant pas d’origine pénale vivaient la même condition que la mythologie du Western a rendue familière.

246Les deux graphiques suivants présentent l’évolution sur 10 ans, entre 1889 et 1898, du nombre de condamnés, par la justice de paix de Bourail, tant en simple police qu’en correctionnelle. Seules ont été prises en compte les trois principales causes d’infractions : l’ivresse et le tapage, le défaut de visa (plus les délits de vagabondage avant 1893), les divagations d’animaux qui représentent plus de 60 % des infractions sanctionnées. Les pourcentages exprimés dans le premier graphique ont été calculés par rapport au total des individus condamnés l’année en question, quelles que soient les causes de ces condamnations.

  • 183 Voir : « Annexes » graphique no 1, les courbes de condamnés pour ivresse et tapage à Bourail et Kon (...)

247Rappelons que l’ivresse comme le tapage injurieux ou nocturne font partie des infractions de simple police et non pas des délits jugés en correctionnelle. N’ont pas été retenues dans ces chiffres, les condamnations pour « violences légères », pour « injures simples » (contraventions de simple police), pour « outrages à agent de la force publique dans l’exercice de ses fonctions », ou « diffamations » (délits correctionnels), lesquelles sont souvent mais pas systématiquement liées à l’ivresse. Il apparaît que les condamnations pour ivresse et tapage sont stabilisées autour de 30 % des infractions sanctionnées183.

  • 184 En 1884, les surveillants ont établi 14 procès-verbaux relatifs aux dégâts causés par le bétail de (...)

248Pour leur part, les « défauts de visa » en représentent environ 25 %. Enfin, le troisième chef d’inculpation en importance (12 %), la divagation d’animaux (bétail, chevaux, chiens et même volaille) relève des infractions relatives à la police rurale et de la vie quotidienne d’un village de Brousse telle qu’elle existe encore de nos jours. Ces infractions ont aussi le mérite de révéler l’existence d’un tissu socio-économique fondé sur l’activité agropastorale. Il est d’ailleurs à noter que le bétail incriminé appartient indifféremment à des concessionnaires d’origine pénale ou à des colons libres. Pour certains concessionnaires libérés ou leurs descendants, le nombre d’infractions sanctionnées traduit même une réelle réussite sociale. C’est le cas entre autres, des enfants de Jean-Marie Tessier, premier concessionnaire rural de Bourail – il a été installé dès 1869, sur le lot 56 de la Gendarmerie où sa femme et ses enfants sont venus de France le rejoindre – ou encore du libéré Eugène Prud’homme et de ses fils Auguste et Célestin dont le bétail cause à de nombreuses reprises des dommages parmi les plantations des concessionnaires184.

  • 185 En 1895, 10 personnes avaient contrevenu à la police du roulage sur Bourail et Koné ; en 1897 et 18 (...)

249Le second graphique donne le nombre d’individus condamnés par la même juridiction. On constate une plus grande variabilité des courbes des chiffres bruts par rapport à celles des pourcentages, mais ces variations tiennent plus souvent de la conjoncture que d’une véritable évolution. Par exemple, il ne faut pas interpréter le passage de 60 condamnés pour ivresse en 1897, à 104 en 1898 comme une augmentation progressive car en 1898, viennent s’ajouter 18 condamnations prononcées à Ouegoa contre aucune en 1897. Autre remarque, en 1896, l’augmentation du nombre de condamnés « pour défaut de visa » (90 contre 56 en 1895, puis 42 en 1897), ne se retrouve pas en pourcentage, car cette année 37 individus (11 %) sont sanctionnés par une amende, pour une nouvelle infraction, « défaut d’immatriculation de véhicule »185.

Condamnations judiciaires ou sanctions disciplinaires ?

  • 186 En 1893, sur 1339 condamnés par les tribunaux correctionnels de Nouvelle-Calédonie, 855 (64 %) ont (...)
  • 187 N. T. 1886-1895, pp. 123 et suiv.

250Malgré les chiffres qui précèdent, pourtant éloquents, l’Administration pénitentiaire juge le pouvoir judiciaire trop indulgent, rejoignant dans cette approche l’opinion exprimée par les colons libres. Rappelons que la mesure qui vise depuis 1888, à soumettre les libérés aux tribunaux civils pour leurs crimes ou délits, devait, dans sa conception première, les rendre passibles de relégation en cas de récidive, les tribunaux militaires n’étant pas autorisés à prononcer la relégation. Cette administration en vient à « regretter les tribunaux militaires », les juges civils, montrant, à son avis, trop d’indulgence dans l’application de l’article 463 du Code pénal sur les circonstances atténuantes186. De plus, ces mêmes juges évitent de prononcer une peine de plus de 3 mois de prison pour les délits mineurs, peine qui rendrait possible la réunion des qualifications exigées par la loi pour entraîner la relégation. Ainsi, au grand dam de l’Administration pénitentiaire, entre 1890 et 1895, « les tribunaux de droit commun n’ont prononcé que 347 peines de relégation. »187

Part (en %) des 3 principaux chefs d’inculpation par rapport à l’ensemble des condamnations de la justice de paix de Bourail (1889-1898)

Part (en %) des 3 principaux chefs d’inculpation par rapport à l’ensemble des condamnations de la justice de paix de Bourail (1889-1898)

Évolution du nombre de condamnés au titre des 3 principaux chefs d’inculpation par la justice de paix de Bourail (1889-1898)

Évolution du nombre de condamnés au titre des 3 principaux chefs d’inculpation par la justice de paix de Bourail (1889-1898)

En 1889, seuls les 2 derniers mois sont pris en compte, la justice de paix n’existant pas avant cette date. À partir de 1894, la justice de paix de Ouégoa est supprimée et transférée à Bourail, minutes de la justice de paix de Bourail, A.T.N.C. 23 W C 1, 2 & 3.

251Cet exemple illustre par ailleurs la volonté de puissance et le désir d’autonomie du Département de la Marine, puis des Colonies, vis-à-vis en particulier du pouvoir judiciaire, comme si, une fois la peine de travaux forcés prononcée, le contrôle de son exécution ne dépendait plus que des agents de la Pénitentiaire et devenait en quelque sorte sa « chose ». Le fait que cette exécution se déroule dans une colonie très éloignée de la France et sur laquelle les autres ministères parisiens ne possèdent que peu de moyens d’action, sinon, par l’intermédiaire de la Marine, ne peut que renforcer ce sentiment. En effet, ce chapitre relatif à l’étude de la répression a permis de montrer que les autorités chargées d’appliquer la transportation, tant au niveau du Département qu’au niveau local, ont toujours hésité, pendant toute la période, sur la priorité à donner, soit aux peines prononcées judiciairement par des tribunaux militaires puis civils pour les libérés, soit aux punitions disciplinaires distribuées à la discrétion des agents de l’Administration pénitentiaire. Dans les faits, les abus ont souvent servi d’éléments de régulation. Ce fut le cas dans les années 1880, quand le retour des déportés de la Commune et leurs révélations à propos des châtiments corporels, ont entraîné leur suppression et la mise en place d’un règlement disciplinaire détaillant dans une nomenclature précise les infractions et les punitions encourues. Cependant, il serait abusif de faire porter la responsabilité des excès sur les seules administrations locales, agissant sous la pression de leur opinion publique, et de présenter un tableau simplifié où le Département de la Marine aurait seul joué le rôle du modérateur, plus proche qu’il était des autres ministères concernés (Justice, Affaires Étrangères, Guerre, Intérieur). Le ministère de la Marine a souvent « suggéré » ou même encouragé ce qu’il faut bien considérer comme des « abus ». Une affirmation qu’atteste la minute de la dépêche sur les châtiments corporels, adressée à Guillain, le 9 mai 1865 et que démontre le processus qui a conduit à la création du Camp Brun.

252D’autres exemples peuvent être donnés. En 1889, Eugène Étienne, sous-secrétaire d’État aux Colonies adresse les instructions suivantes :

« … il est constant que la plus part du temps, les forçats redoutent beaucoup plus que l’accumulation successive de condamnations qui ne modifie pas seulement la situation présente, que les peines disciplinaires rigoureuses dont l’exécution est immédiate », et il poursuit, « Il y a donc intérêt… à procéder administrativement à l’égard des condamnés coupables, toutes les fois que le fait incriminé n’est pas nécessairement du ressort de la juridiction criminelle. »

253Il est difficile d’être plus clair, d’autant ces instructions sont justifiées par l’argumentation qui suit :

  • 188 Dépêche ministérielle du 9 mai 1889, N.T. 1886-1895, p. 510. Le fait que les établissements péniten (...)

« très souvent ces fautes ont bien plus le caractère d’infractions disciplinaires que de délits voire même de crimes, et il est préférable, par suite, de laisser leur répression à l’autorité administrative plutôt que d’avoir recours au pouvoir judiciaire. »188

254Mais le fait de préférer les punitions disciplinaires aux condamnations judiciaires n’intéresse pas uniquement les condamnés. L’Administration a longtemps appliqué la même logique aux surveillants militaires. Ainsi jusqu’à la dépêche ministérielle du 30 juillet 1880, quand des surveillants tiraient des coups de revolver sur des condamnés, l’autorité administrative appréciait les faits et décidait s’il y avait ou non légitime défense. Il faut attendre 1880 et la grande vague réformatrice pour estimer que le fait de « savoir si c’est de la légitime défense » n’est pas de la compétence de l’Administration. Les surveillants faisant usage de leurs armes sont désormais déférés devant un conseil de guerre. Il est vrai que les enquêtes judiciaires qui se déroulent pendant la même période contribuent à l’évolution des mœurs. Le ministre le rappelle d’ailleurs dans la dépêche précitée :

« les récentes attaques auxquelles celle-ci a été en but me font insister pour que la justice soit seule appelée à se prononcer en la matière. »

  • 189 Cf. dépêche du 21 septembre 1889 qui abroge celle du 30 juillet 1880. Également dépêche du 28 janvi (...)

255Cette manière de procéder n’échappera pas non plus à la vague de rigueur des années 1890. Dès le 21 septembre 1889, après les vives critiques contre cette mesure formulées par la commission permanente du régime pénitentiaire, il est décidé que le gouverneur, au vu des pièces d’instruction, décidera s’il faut déférer l’agent devant un conseil de guerre ou le punir disciplinairement189.

  • 190 Joseph Toussaint, condamné à perpétuité pour une tentative de viol sur la fille naturelle de sa fem (...)

256Un seul transporté de l’Iphigénie, Joseph Toussaint, a été tué par un surveillant-militaire, le 17 septembre 1866190. Cet acte ne fait l’objet d’aucune annotation particulière dans son dossier. Dans le rapport du 12 octobre 1866, Guillain signale simplement :

  • 191 Rapport Guillain du 12 octobre 1866, A.O.M. carton H 24, op. cit.

« un transporté Toussaint, no 225, a été tué par un fonctionnaire. »191

257Le 17 décembre 1866, la Préfecture de police de Paris faisait parvenir à Nouméa une réponse à Joseph Toussaint qui avait demandé des « renseignements sur sa femme et sur sa fille qu’il désirerait voir se rendre prés de lui » ; la réponse qui précisait : « elles demeurent actuellement à Paris », était arrivée trop tard ; Toussaint avait été tué à l’âge de 43 ans.

Déportation ou incarcération ?

258Enfin cette étude a également permis de mettre en évidence la permanence d’un autre débat, celui qui prévalait d’ailleurs à l’origine du vote de la loi sur l’exécution des travaux forcés, celui du choix entre deux options, la déportation et l’incarcération. Plusieurs fois au cours de ces années le ministère a dû intervenir pour rappeler l’esprit de la loi. Rappelons la dépêche ministérielle du 16 janvier 1882, à propos de la construction à Kuto à l’île des Pins d’une prison cellulaire et dans laquelle le ministre des Colonies, Rouvier s’oppose à ce projet en considérant que :

« l’internement permanent des condamnés aux travaux forcés est en opposition avec l’esprit et la lettre de la loi du 30 mai 1854. »

259Il n’empêche que, confrontée au problème des « incorrigibles », l’Administration pénitentiaire leur applique un régime d’incarcération de plus en plus sévère, celui-là même que les théoriciens de la déportation pensaient pouvoir combattre. Mais depuis les grands débats de la période 1840-1850, l’emprisonnement carcéral, l’encellulement sont devenues choses courantes et ils ne provoquent plus les mêmes sentiments de rejet qui pouvaient exister dans la première moitié du xixe siècle. Quoique ! Il existe encore à la fin du même siècle des praticiens éminents de la chose pénale qui continuent à dénoncer l’encellulement comme un avilissement de l’homme et qui ose écrire, comme Armand de la Loyère, directeur de l’Administration pénitentiaire, pourtant connu pour ses engagements en faveur de la colonisation pénale :

  • 192 Armand de Beuverand, vicomte de La Loyère, nommé directeur de l’Administration pénitentiaire en Nou (...)

« Je vais dire une énormité. Je trouve qu’on a eu tort de supprimer les punitions corporelles, plus brutales en apparence, mais combien moins barbares en réalité, plus efficaces certainement ! »
« Un forçat s’évadait, refusait le travail, se révoltait : on le condamnait à dix, à vingt, à trente coups de fouet.… Cinq minutes de vives souffrance, quelques jours de vive cuisson, n’étaient-ils pas préférables à cinq années d’oubliettes. »192

260Une opinion que l’on retrouve exprimée, en Conseil privé, par le gouverneur Feillet qui, devant les pratiques du Camp Brun, en vient lui aussi à regretter les châtiments corporels :

  • 193 Procès-verbal du Conseil privé du 12 mars 1895, A.O.M. carton N.C. 140.

« on serait tenté de regretter les procédés anciens de la schlague qui avait au moins pour elle le mérite de la franchise. »193

261Le recours à l’incarcération dans une colonie pénitentiaire montre également les limites du système de la déportation, lequel ne peut résoudre par une nouvelle déportation dans une autre colonie, le problème posé par les insoumis. On en vient alors à imaginer l’édification d’un lieu clos, éloigné de la ville, soumis à un régime disciplinaire spécial, où de hautes palissades cacheront aux regards sévices et brimades, les châtiments corporels ayant été officiellement abolis. Mais on ne se contente pas de l’imaginer, on l’édifie, au Camp Brun, cette autre « île » à l’intérieur de la grande île que les condamnés rejoignent par la route, à pied, comme au temps de la « chaîne ». Là encore, seule la connaissance des abus commis entraînera sa fermeture et son remplacement par des quartiers disciplinaires situés d’abord au Camp Est puis près du Camp central de l’île Nou, quartiers qui sont aussi des prisons cellulaires.

262Il faut noter que la suppression d’un abus, en l’espèce le Camp Brun, ne se fait pas toujours dans le cadre d’un progrès des esprits tant en métropole que dans les colonies pénitentiaires. La présentation du récit de voyage de Verschuur à la Société des prisons par un de ses membres les plus éminents, Armand Mettetal, illustre bien ce propos. Selon ce compte rendu, Verschuur, observateur avisé du monde pénitentiaire, « a pénétré dans bien des camps », mais :

  • 194 Compte rendu de l’ouvrage de Verschuur, Aux Antipodes. Voyage en Australie, à la Nouvelle-Zélande, (...)

« un seul lui a paru répondre à l’idée qu’il s’était faite d’un pénitencier : c’est le Camp Brun affecté en Nouvelle-Calédonie à l’internement des incorrigibles. Tous les forçats y portent la chaîne ; ils sont occupés à la construction de routes et ils vivent sans vin ni tafia, sous une discipline exacte. »194

263Il est vrai qu’au cours de la séance du Conseil privé du 12 mars 1895, le chef du service administratif, Le Fol, déclare qu’il ne fallait pas « s’apitoyer outre mesure sur le sort des clients du Camp Brun », ajoutant :

  • 195 Procès-verbal du Conseil privé du 12 mars 1895, A.O.M. carton N.C. 140.

« S’ils ont l’estomac creux c’est qu’ils refusent le travail. Combien de paysans en France s’épuisent à un dur labeur, et n’ont pas tous les jours de quoi se nourrir, eux et leur famille. Voilà souvent les véritables condamnés aux travaux forcés ! »195

264Dans le même ordre d’idée, on pourrait citer de nouveau le vicomte de la Loyère qui tout en reconnaissant que,

  • 196 Criminopolis, op. cit. p. 76 & p. 78.

« les camps disciplinaires… ne sont point faits pour rendre le visiteur fier de sa qualité d’homme », professe néanmoins que, « ces camps disciplinaires, qui constituent un châtiment à la fois physique et moral, sont une excellente institution. »196

265Devant de telles dispositions d’esprit manifestées par des responsables de premier plan, il n’est pas étonnant que ces derniers soient obligés de prendre des mesures pour éviter les dérives inévitables de leur système.

266Ainsi, le même La Loyère doit rédiger, le 6 septembre 1889, la circulaire suivante à l’adresse surveillants :

  • 197 Circulaire du 6 septembre 1889, B.O. AP. (1889), p. 364. En 1888, alors que le Camp Brun venait d’o (...)

« Je leur rappelle en conséquence et pour la dernière fois qu’il est interdit : de frapper les condamnés ; de les injurier ou de leur parler grossièrement ; de les traiter avec familiarité ; de les tutoyer ; de faire usage du revolver en dehors des cas prévus par les règlements. »197

267Une circulaire qui est reprise presque mot pour mot, en 1895, par son successeur Vérignon, pourtant peu enclin à l’indulgence, qui rappelle aux surveillants qu’il leur est :

  • 198 Circulaire du 15 mai 1895, N.T. 1886-1895, p. 1377. Vérignon, nommé le 22 décembre 1891 a pris ses (...)

« absolument défendu de brutaliser les condamnés », « interdit également de les injurier, de leur parler grossièrement, de les traiter avec familiarité, de les tutoyer » et qui leur recommande « de ne faire usage du revolver que dans les cas prévus par les règlements. »198

268On retrouve dans le récit du criminaliste russe Dimitri Drill qui a séjourné 12 jours en Nouvelle-Calédonie en 1896, des appréciations similaires :

  • 199 Compte rendu de l’exposé de Dimitri Drill, « La transportation en Nouvelle-Calédonie », in, R.P. 18 (...)

« Les surveillants pêchent particulièrement par leur manière de traiter les détenus ; à ce qu’il semble non seulement, ils sont sévères mais encore trop durs et grossiers. »199

269Quand on sait que depuis l’institution d’une commission chargée de séparer les condamnés aux travaux forcés destinés à la Guyane et ceux dirigés sur la Nouvelle-Calédonie, ces derniers ne devant comprendre que les meilleurs sujets, on peut imaginer le pire quant au traitement infligé aux forçats dans la colonie pénitentiaire guyanaise. Même si l’histoire de la colonisation pénale en Nouvelle-Calédonie ne se termine pas avec l’arrêt des convois en 1897, il est évident que dans sa forme répressive, l’aventure pénitentiaire calédonienne ne connaît plus de développements remarquables. Le vieillissement des condamnés, leurs libérations, leurs mises en concessions ou leurs prises en charge puis leurs agonies dans les hôpitaux ou les asiles de la Pénitentiaire changent les données du problème calédonien désormais dominé par d’autres contraintes. C’est vers la Guyane que se tourneront bientôt les regards de ceux qui voudront étudier ou dénoncer les effets de l’application de la répression au Bagne.

Notes

1 Rapport du Miral, op. cit. p. 97.

2 Le Gouverneur de Guyane avait arrêté à la date du 11 mai 1855 un règlement complet sur le service intérieur des établissements pénitentiaires.

3 Arrêté du 10 juin et ordre du Gouverneur du 1er août 1864.

4 Arrêté du 17 juin 1864.

5 Titre I : « Répartition en quatre classes du personnel ouvrier », décision du 25 janvier 1865.

6 Rapport sur les travaux de la commission permanente du régime pénitentiaire aux colonies, N.T. 1886-1895, p. 781.

7 Rapport du 1er février 1865, A.O.M. carton H 24.

8 Rapport du 10 avril 1865, A.O.M. carton H 24. Arrêté du 15 décembre 1865.

9 Ordre du Gouverneur du 6 mars 1866 et rapport du 11 mai 1866, A.O.M. carton H 24. Les gardes-chiourmes, Angéli et Laurent y sont affectés, A.O.M. registre H 782.

10 Rapport du 6 juin 1866, A.O.M. carton H 24. Le peloton disciplinaire restera affecté à Canala (Napoléonville) jusqu’en 1870 ; en 1869, dans un rapport du 17 novembre, Guillain annonce qu’il est possible de réintégrer les disciplinaires de Canala à l’Île Nou, maintenant que les « locaux disciplinaires offrent un moyen puissant de répression. » L’évacuation sera arrêtée par le gouverneur de la Richerie, le 20 décembre 1870, rapport du 7 mai 1871, A.O.M., carton H 24.

11 Rapport du 3 novembre 1865, 3e trimestre A.O.M. carton H 24.

12 Rapport du 12 octobre 1866, A.O.M. carton H 24.

13 Rapport du 4 février 1867, ibid.

14 Rapport du 5 octobre 1867, ibid.

15 Rapport du 5 avril 1867, ibid. Fournier, capitaine d’artillerie à la retraite a été nommé commandant du pénitencier de l’île Nou le 25 novembre 1865. Dans un rapport ultérieur du 4 février 1868, (mêmes références), Guillain le décrira comme ayant « un esprit détraqué incapable d’un raisonnement quelconque. »

16 Par un arrêté du 25 août 1867, Guillain organise leur service en Nouvelle-Calédonie.

17 A.O.M. registre H 782. Le 5 septembre précédent, Guillain a pris une décision qui remplace le titre de chef de l’Administration pénitentiaire par celui de Directeur.

18 Rapports des 26 juillet et 17 novembre 1869, A.O.M. carton H 24.

19 Minute de la dépêche du 9 mai 1865, adressée à Guillain, A.O.M. carton H 24.

20 Rapport du 1er février 1865, A.O.M. carton H 24.

21 Minute de la dépêche du 9 mai 1865, A.O.M. carton H 24.

22 Décision du gouverneur du 27 janvier 1868, modifiée par une décision du 28 mars 1868.

23 Le Département fait également remarquer qu’il lui est très difficile d’exercer un contrôle étant donné qu’aucune indication ne précise où se trouve le condamné puni et en particulier s’il est déjà en peloton de correction. Le relevé de punitions de 1869 corrigera cette lacune.

24 N.T. 1871-1875, p. 19.

25 Plusieurs dépêches ministérielles sont consacrées à ce sujet. Elles insistent sur l’aspect exceptionnel de l’application des châtiments corporels : dépêches des 21 avril 1865, 4 novembre 1868, 19 janvier 1872 et 4 avril 1876.

26 Archives de la Préfecture de police de Paris, dossier B a 1550. Le Prévost publie aussi des articles sur le même sujet, dans un journal républicain, Le Rappel, cf. le numéro du 19 mai 1876.

27 L’usage des poucettes et de la crapaudine sera souvent dénoncé par la suite par de nombreux témoins. La crapaudine consiste à pendre les condamnés par les poignets.

28 Jean Allemane, Mémoires d’un déporté de la Commune, 1906, réédité par la S.E.H.N.C. no 15, Nouméa 1977. Le témoignage de Louis Redon est publié dans Les Galères de la République, Sylvie Clair, Presses du C.N.R.S., 1990, ceux de Paschal Grousset et Francis Jourde dans, Les Condamnés politiques en Nouvelle-Calédonie, Genève 1876.

29 Le Prévost, Archives de la Préfecture de police de Paris, dossier B a 1550.

30 Cf. Nelly Schmidt, Victor Schœlcher et l’abolition de l’esclavage, Fayard 1994, p. 195.

31 Débat au Sénat du lundi 11 février 1878, sur la proposition de loi de M. Schoelcher relative à l’interdiction de la bastonnade dans les bagnes, Journal Officiel, du 12 février, pp. 1436 & suiv. Au cours de ce débat, Schoelcher déclare : « je produirai un certificat de médecin, témoin oculaire, attestant que dans l’espace de deux années de 1873 à 1874, il a vu mourir trois forçats de blessures de martinet ou de leurs complications… », comment ne pas penser à Le Prévost ?

32 Les députés examinaient alors un projet de loi visant à obliger les détenus des centrales qui commettaient des crimes, meurtres ou incendies dans le but d’être condamnés aux travaux forcés puis transportés, à subir leurs peines dans ces mêmes centrales (loi du 25 décembre 1880).

33 Dépêche du 21 février 1878.

34 Composition des commissions (décision du 9 mai 1878) : les commandants des établissements pénitenciers, un officier d’administration, le surveillant chef ou principal.

35 Une autre dépêche du 4 mars 1878, à propos des punitions et des peines à infliger, insiste sur le fait que l’application « du Code maritime joint au Code pénal ordinaire, auquel il permet de recourir contient des pénalités suffisamment rigoureuses… »

36 Les faits relatés par Simon Mayer sont confirmés par un article du journal La France, du 11 novembre 1879, intitulé « Le supplice du martinet », dont l’auteur, A. Deschiens, ex-sergentmajor de l’infanterie de marine a servi en Calédonie, A.O.M. carton H 2078.

37 La déposition d’Humbert au commissaire de police Clément est confirmée par Trinquet et Da Costa. Dépêche du 11 novembre 1879 prescrivant l’instruction ; rapports Cordeil du 3 septembre 1880 et du juge d’instruction Robert Poymiro du 23 décembre 1880, A.O.M. carton H 1859.

38 Analyse des déclarations faites à Nouméa, p. 4, A. N. Documents parlementaires C 3277.

39 Sur ce sujet, consulter Laetitia Charreyre, Transportés, déportés et surveillants dans le cadre pénitentiaire en Nouvelle-Calédonie, 1867-1881, mémoire de maîtrise, Université de Provence, Aix-Marseille I, 1991, la seconde partie intitulée : « Les déportés politiques : les révélateurs de failles et d’abus au sein du bagne calédonien », p. 67 et suiv.

40 Déposition du père Montrouzier, le 25 février 1880, A.O.M. registre H 840.

41 Ibid. Voir plus loin, la déclaration de Lemaître à propos de l’usage du martinet. L’allusion au fer rouge fait référence au condamné Sibut, matricule 761.

42 Déposition de Carrier le 13 mars 1880, ibid.

43 A.O.M. registre H 840.

44 A.N., Documents parlementaires, C 3277.

45 Mémoire de Charrière et dossier Humbert, A.O.M. carton H 2078. Sibut, supplicié sur ordre du lieutenant Parisot, est le sujet de la nouvelle de Georges Baudoux, « L’Expiation », in, Il fut un temps. Souvenirs du Bagne, S. E. H. N. C. Nouméa 1974, pp. 151 à 174.

46 Les P. V. manuscrits des interrogatoires (1114 pages) menés à Paris, A. N. Documents parlementaires C. 3277. Les interrogatoires menés à Nouméa A.O.M. registre H 840.

47 Ce texte sera publié sous le titre, Rapport fait au nom de la commission d’enquête du régime disciplinaire des établissements pénitentiaires de Nouvelle-Calédonie, par Quantin, Paris, 1881.

48 Décret du 18 juin 1880 sur le régime disciplinaire des établissements de travaux forcés, promulgué par un arrêté du 24 août suivant.

49 N.T. (1880-1881), p. 6.

50 N.T. (1884), p. 45. En 1884, 5557 punitions disciplinaires de moindre gravité ont aussi été prononcées sur un total de 10454 punitions, pour un effectif moyen de 7122 condamnés, ce qui représente donc un rapport de punitions/condamnés de 146 %.

51 Dossier d’enquête, dans A.O.M. carton H 1857.

52 Lettre de Pallu de la Barrière au ministre datée du 25 août 1883, ibid.

53 Selon la dépêche du 15 mai 1882, le quartier de correction de l’Île Nou recèle des condamnés qui en sont à leur 40e récidive et ont plus de 600 jours de cellule, N.T. 1882-1883, p. 339.

54 Cf. dépêche ministérielle du 18 février 1881, N.T. 1880-1881, p. 313.

55 Cf. Dépêches du 10 août 1881, et du 16 janvier 1882, N.T. (1882-1883), p. 322 & p. 328.

56 Décision du 26 juin 1883. Le premier camp de Tomo datait du 31 décembre 1872.

57 Création de ce camp disciplinaire autorisée par la dépêche du 27 juin 1887. Un premier règlement n’est pas approuvé par le Département et il est modifié par un arrêté du 4 avril 1889, qui ne reçoit pas non plus l’approbation. Le ministre écrit cependant au Gouverneur, à propos de ces dispositions : « Je ne vois aucun inconvénient à ce que vous les appliquiez à titre provisoire… » (dépêche du 17 juin 1889), N. T. 1886-1895, p. 528.

58 N.T. 1886-1895, p. 226.

59 Rapport d’inspection daté du 1er janvier 1888, extraits pp. 6, 15 & 53, A.O.M. carton H 1214.

60 La commission permanente est issue de la commission chargée d’étudier diverses questions relatives au régime pénitentiaire aux colonies, nommée par arrêté ministériel du 20 janvier 1887.

61 Rapport et décret du 16 novembre 1889, N.T. 1886-1895, pp. 610 & 612. Sur 1275 dossiers « d’Européens » 958 sont proposés pour la Guyane et 317 pour la Calédonie dont 138 condamnés à moins de 8 ans. Les condamnés d’origine arabe sont tous orientés vers la Nouvelle-Calédonie.

62 À l’exception des assignés et des concessionnaires, les condamnés ne peuvent détenir aucune somme d’argent et leur pécule ne peut être employé que pour des menus achats ou des envois de fonds aux familles.

63 Le régime de la cellule sera modifié par le décret du 31 juillet 1903.

64 Décret du 4 octobre 1889, mis en place par les arrêtés des 24 et 30 janvier 1890.

65 Rapport du gouverneur Pardon publié in, R.P. 1891, pp. 899 à 931.

66 La peine de travaux forcés à perpétuité jugée inefficace n’est plus prononcée alors qu’elle l’avait été à 23 reprises entre 1886 et 1890, N.T. 1886-1895, p. 122.

67 Rapport Pardon, R.P. 1891, p. 910.

68 Pardon ajoute : « il fallait un régime spécial et ce sont les raisons qui ont amené la création du centre disciplinaire dit Camp Brun », ibid. p. 906.

69 Désignation rendue effective par l’arrêté du 10 août 1892 : Organisation du camp disciplinaire, B.O.A.P. (1892), pp. 206 à 211.

70 Cette disposition est modifiée par un arrêté du 21 janvier 1893 : le temps de travail passe à 10 heures par jour, approuvé par la dépêche du 24 avril 1893.

71 N.T. 1886-1895, p. 226.

72 Cf. dépêche ministérielle du 6 mars 1889, N.T. 1886-1895, p. 470.

73 Arrêté du 8 décembre 1893, création d’une section de mutilés au Camp Brun, approuvé par la dépêche du 21 avril 1894.

74 Les maladies simulées sont particulièrement surveillées ; voir à ce sujet la thèse de doctorat de A. Hutre, docteur en médecine, Les Maladies provoquées au pénitencier de la Nouvelle-Calédonie, soutenue à Montpellier, en 1888.

75 Procès-verbal du Conseil privé du 18 février 1895, A.O.M. carton N.C. 140.

76 Le 12 mars suivant, Vérignon déclarera : « Qu’on ne l’oublie pas, le bagnard ne craint vraiment qu’une seule chose : la mort… » Ibid.

77 L’ouverture d’une enquête proposée par le directeur de l’Intérieur, Gauharou, a été approuvée à l’unanimité, au cours de la séance du Conseil privé du 17 janvier 1895, ibid.

78 P.V. du Conseil privé du 18 février 1895, A.O.M. carton N.C. 140.

79 Au cours du Conseil privé du 12 mars 1895 est également entendu le témoignage de l’interprète Hussein qui déclare : « A mon arrivée sur cet établissement, j’ai été saisi d’une profonde pitié pour ces malheureux qui ressemblent plutôt à des squelettes qu’à des êtres animés… », ibid.

80 Rapport du 8 janvier 1895, lu au cours du Conseil privé du 12 mars suivant, ibid.

81 Arrêté approuvé par la dépêche du 17 juillet suivant, N.T. 1886-1895, pp. 1186 & 1416.

82 Idem. Pour encourager les efforts de ceux qui donneraient « des marques sérieuses de repentir », un arrêté du 3 octobre 1895 organisera une section spéciale du Camp Est pour les individus condamnés à la double chaîne et qui ne doivent pas être considérés comme des incorrigibles (approuvé par la dépêche du 9 décembre 1895).

83 N.T. 1886-1895, p. 118.

84 Arrêté du 21 juillet 1899, B.O.A.P. (1889), p. 253. Le Camp Est comprend 5 cases distinctes et séparées, plus 2 cases de 70 hommes et une salle de discipline où sont détenues 2 sections : les « habitués », et les condamnés à la double-chaîne, les horaires de travail sont de 10 h par jour.

85 Décret du 19 décembre 1900 portant sur la modification de l’article 17 du décret du 4 septembre 1891 contre les transportés punis au cachot.

86 Décret du 20 mars 1895 et instructions du 4 avril N.T. 1886-1895, p. 1315 & p. 1362.

87 Inspection des établissements pénitentiaires de la colonie, cf. dépêche du 23 mars 1901, N.T. 1886-1895, p. 137.

88 Idem. La double boucle ou double chaîne était prévue à l’article 3 de la loi du 30 mai 1854, pour réprimer les évadés récidivistes.

89 Circulaire de Vérignon datée de Nouméa le 22 février 1901 : 1re La double-boucle est absolument supprimée, elle peut être remplacée par la boucle simple dans certains cas ; 2e l’usage de la boucle simple dépend de l’état des locaux disciplinaires ; 3e elle est obligatoire aux évadés incorrigibles ; 4e pas systématique aux 3e classe mais à ceux qui sont signalés comme dangereux, B.O.A.P. (1901), p. 45.

90 L’article 6 de l’arrêté du 21 juillet 1899 sera abrogé par l’arrêté du 29 mai 1901.

91 Le 25 avril 1907 un arrêté promulguera le décret du 26 février 1907, modifiant le décret du 4 septembre 1891, sur le passage à la 1re classe (art. 9). Le régime disciplinaire ne sera plus modifié avant le décret du 18 septembre 1925.

92 Arrêté du 11 juin 1906, B.O.T. (1906), p. 174.

93 Cette déclaration soulève les protestations de Vérignon, le directeur de l’Administration pénitentiaire, procès-verbal du Conseil privé du 12 mars 1895, A.O.M. carton N.C. 140.

94 Chiffres établis selon nos pointages avec les registres matriculaires et les dossiers individuels. En tenant compte des transportés condamnés pour évasion et/ou pour vol commis à cette occasion, les chiffres seraient de 142 condamnations pour 64 transportés, non compris les condamnations à la double chaîne contre les condamnés à perpétuité pour tentative d’évasion.

95 Le « vagabondage spécial » recouvre un nouveau délit, créé par la loi sur la relégation et destiné à condamner les « bonneteurs », qui vivent de jeux illicites pratiqués sur la voie publique.

96 23 transportés car Vautrin, Cazeaux, Georgeault, Lagesse, Capitaine, se retrouvent dans les 2 catégories celle des infractions mineures et celle des infractions graves.

97 Hecquet, condamné initialement à 2 peines non confondues pour un total de 15 ans, sera libéré, le 28 octobre 1885, sous le no 5037, il décédera à Ducos le 11 avril 1906, à l’âge de 68 ans, après avoir obtenu une concession à Pouembout.

98 Entre 1864 et 1875, Marx a subi 28 punitions représentant 111 jours de retranchement, 72 jours et 120 nuits de prison et plus d’un mois de cachot.

99 Evrard sera libéré, le 5 septembre 1888, après avoir obtenu une remise de peine de 4 ans, le 25 juin 1875 ; il devait décéder à Ducos, le 24 septembre 1894, à l’âge de 73 ans.

100 Taverne décède au pénitencier de l’île Nou, le 29 janvier 1908, à l’âge de 67 ans.

101 Louis Vacheresse sera libéré à la 1re section, le 9 août 1887, après avoir obtenu 2 remises de peine, 1 an en 1880 et 2 ans en 1886 ; il décède à Ducos, le 5 septembre 1894, à l’âge de 65 ans.

102 Georges Vacheresse sera libéré par erreur à la 1re section, le 30 juin 1887. Il sera repris à l’effectif de la transportation sous le matricule 17597 ; concessionnaire le 24 janvier 1888, il est déchu de sa concession le 29 mars 1893 et décède à l’île Nou, le 22 juillet 1899, à l’âge de 69 ans.

103 Pierre Ducos est l’auteur du « Chant d’encouragement » et du « Chant de reconnaissance », parus dans le Moniteur de la Nouvelle-Calédonie, du 5 juin 1864. Ducos, 1re libération à la 1re section, le 11 mai 1871, réintégré à la matricule de la transportation, le 30 septembre 1872, sous le no 3636. Recours en grâce accepté le 11 juin 1883. Nouveau matricule de condamné après la condamnation de 1884 : no 15403. Lettre du Gouverneur datée du 12 mars 1886, recours en grâce, le 19 octobre 1886, refus d’autorisation d’absence, le 31 décembre 1886.

104 Delval : remise du reste de sa peine le 6 juillet 1880, libéré le 4 septembre suivant ; après sa 2e condamnation, il est réintégré à la matricule de la transportation sous le no 13714.

105 Sauf Jules Vautrin et Braham ben Mohamed, condamnés, par des tribunaux correctionnels, respectivement, le 16 août 1890 et le 27 janvier 1899, à 8 jours et à un mois de prison pour vol.

106 Quennehem avait été libéré le 20 mars 1873, concessionnaire à La Foa le 28 avril 1884, sur le lot 116 du village, il est dépossédé le 11 juillet 1885 ; il décède le 29 mars 1892 à l’âge de 52 ans.

107 Lagesse, condamné à 8 ans pour vols qualifiés, a obtenu une remise de peine de 18 mois le 11 août 1867 et a été libéré le 25 mars 1869. Il est décédé à Ducos le 5 mai 1903, à l’âge de 61 ans.

108 Jourdey a été libéré le 30 avril 1873 sous le no 535.

109 Vautrin, après avoir obtenu une remise de peine de 2 ans, le 11 août 1867, avait été libéré le 14 janvier 1869, il devait décéder à Dumbéa, le 31 octobre 1892, à l’age de 67 ans.

110 Ce chiffre de 490 est encore plus faible si l’on compte les libérés 2 fois récidivistes des travaux forcés et ayant donc reçus 2 matricules distincts.

111 Cf. rapport Charrière 19 novembre 1873, A.O.M. carton H 1859.

112 L’arrêté du 25 avril 1867, prescrit aux engagés chez les colons « la coupe de cheveux » et leur interdit de porter la moustache, des favoris, un collier ou une barbe de plus de 8 jours. Un arrêté du 27 octobre 1870 précisera que « le condamné engagé devra porter la tenue générale des autres condamnés et se conformer pour la coupe des cheveux et de la barbe, aux règles pénitentiaires ».

113 Le règlement d’application de l’arrêté du 2 avril 1878, sur le régime des libérés, prévoira que ces derniers ont le droit « de revêtir le costume civil et laisser croître les cheveux et la barbe ».

114 En particulier la collection de photographies d’Allan Hughan, de la Mitchell Library de Sydney, ou les albums du photographe Robin consultables aux A.T.N.C.

115 Rapport du 29 août 1870, 1er semestre, A.O.M. carton H 24.

116 Rapport du 25 juillet 1869, 1er trimestre, A.O.M. carton H 24

117 Déposition de Lemaître dans A.O.M. registre H 840.

118 Marx a été puni de 10 coups de corde, le 18 octobre 1864, pour soustraction de savon à 3 de ses camarades.

119 Bedesio décède à Nouméa chez les Petites Sœurs des Pauvres, le 16 décembre 1910, à l’âge de 76 ans.

120 Rapport du 1er octobre 1864, no 610, A.O.M. carton H 24.

121 Brion, p. 31, op. cit. Ce décès est donc bien indépendant « du régime du pénitencier. »

122 Rapport Dugat, A.O.M. registre H 783.

123 Rapport Guillain du 1er octobre 1864, op. cit.

124 Ibid.

125 Rapport Guillain du 1er octobre 1864, op. cit.

126 Extraits du relevé des punitions novembre 1864, registre H 783.

127 Beaux a été repris le 16 décembre suivant.

128 Minute de la dépêche du 9 mai 1865, op. cit.

129 Rapport Guillain du 11 mai 1866, A.O.M. carton H 24.

130 Extrait du registre H 783, op. cit.

131 Rapport du 5 avril 1867, A.O.M. carton H 24.

132 Extraits de la N.T. 1868-70, p. 21.

133 Un arrêté du 9 mars 1867 prévoira que tout engagé chez un colon qui aura quitté son lieu d’engagement sera puni de 25 coups de corde, B.O.N.C. (1868), p. 76.

134 La traduction d’un passage de cette lettre, dans une lettre du maire de Villers, commune d’origine de Marion se trouve dans son dossier individuel, A.O.M. carton H 322.

135 A.O.M. registre H 783.

136 Le 10 décembre 1867, Guillain a fait doubler les primes de captures des évadés.

137 Arrêté du 3 août 1869 qui reprend les instructions du 8 juillet 1843 conjointes aux ministères de la Justice, l’Intérieur, et la Marine, citées dans la dépêche du 21 avril 1876, N.T. 1876, p. 89.

138 Ducos sera condamné à 2 ans de travaux forcés supplémentaires.

139 Bedesio, avait vu sa peine initiale de perpétuité commuée en 15 ans en 1883.

140 Théodule Aubry, le plus jeune transporté de l’Iphigénie est libéré le 14 juillet 1899 et il décède l’année suivante, le 24 juillet, d’une bronchite chronique à l’âge de 53 ans.

141 En 1913, sera établi un « État nominatif des condamnés évadés ou disparus », 578 noms et matricules y sont recensés par année de 1866 à 1913, 8 transportés de l’Iphigénie y apparaissent, A.O.M. carton H 1862.

142 Le classement de 1913 ne cite ni Moriceau, ni Jourdey.

143 N.T. 1878-1879, p. 14.

144 La correspondance avec l’Australie à propos de leur extradition, A.O.M. carton N.C. 158.

145 Estimation de 1885 : 381 évadés dont 292 condamnés et 89 libérés, N.T. 1885, p. 47.

146 N.T. 1882-1883, p. 27.

147 Entre 1886 et 1895, sur 5128 évasions 4926 ont donné lieu à une réintégration, N.T. 1886-1895, p. 120.

148 « État nominatif des condamnés évadés ou disparus », A.O.M. carton H 1862.

149 Sur ce sujet, cf. l’article de Jim Hollyman, « Mecs, blindés, anges, gaffes et libés », le lexique du bagne à la Nouvelle », pp. 125 à 132, in, Le Peuplement du Pacifique et de la Nouvelle-Calédonie au XIXe siècle, Actes du colloque universitaire international, publiés sous la direction de Paul de Deckker, L’Harmattan, 1994 ; et « Le lexique du bagne à la Nouvelle », de K.J. Hollyman et A.S.G. Butler, in, Observatoire du français dans le Pacifique, no 8, pp. 63 à 168, Didier 1994.

150 Voir Georges Baudoux, « L’Évadé de la Nouvelle », pp. 103 à 150, in, Souvenirs du bagne, op. cit. ou les célèbres tableaux de Manet intitulés : « L’Évasion de Rochefort. »

151 Extraits des P.V. de la session extraordinaire du Conseil d’administration, juin 1865, dossier individuel de Bourrifé, A.O.M. carton H 277.

152 Le Code de justice de la Marine (art. 239) prévoit que les individus condamnés à mort par un tribunal de la Marine seront fusillés à l’exception des forçats et des pirates qui seront guillotinés.

153 Extraits des P.V. du conseil d’administration, juin 1865, op. cit.

154 Procès-verbal du Conseil d’administration du 6 novembre 1865, A.T.N.C. 44 W3.

155 Procès-verbal du Conseil d’administration du 6 novembre 1865, op. cit.

156 Admis à la première classe le 1er avril 1882, puis placé en concession à Pouembout le 16 mars 1883, Derouen se signale quelques jours plus tard par un acte de dévouement. Il décède à Bourail, le 25 mai 1907, à l’âge de 64 ans.

157 Chevrel avait déjà subi 2 condamnations pour vol, en 1844, (il aurait alors été âgé 11 ans selon son dossier), et en 1856, 6 ans de réclusion à Rennes.

158 Il s’était évadé à pied de la ferme-modèle le 19 mars 1867 et avait été repris à Nakéty. Dans son rapport du 5 avril 1867, Guillain relate la tentative de meurtre de Chevrel contre le sergent Bergeret, A.O.M. carton H 24.

159 Lettre de Guillain du 1er mai 1867, dossier de Chevrel, A.O.M. carton H 282.

160 Dossier individuel de Salmé, A.O.M. carton H 341.

161 Le décret du 22 novembre 1866 op. cit. qui organise la justice en Nouvelle-Calédonie, précise en son article 20 : « Tout jugement portant condamnation à la peine de mort ne pourra être exécuté sans l’autorisation formelle et écrite du Gouverneur. »

162 Extraits des P.V. du conseil d’administration, juin 1865, op. cit.

163 Extrait de la lettre de Guillain, du 30 juin 1867, dossier Salmé, op. cit.

164 Extrait de la lettre de Guillain, du 1er mai 1867, dossier Chevrel, op. cit.

165 Extraits des P.V. du conseil d’administration, juin 1865, op. cit.

166 Procès-verbal du Conseil d’Administration du 22 avril 1867, A.T.N.C. 44W 5.

167 En France, la moyenne est de 39 %, entre 1871 et 1880 (107 exécutions pour 272 condamnations) contre 54 % sous le Second Empire (321 exécutions pour 589 condamnations).

168 90 d’entre eux ont vu leur peine commuée en travaux forcés à perpétuité, N.T. 1885, p. 45.

169 Dépêche du 1er avril 1880, N.T. 1880-1881, p. 170. Les 5 exécutions de 1880 se déroulent avant l’application de cette circulaire, 2 le 27 février et 3 le 29 avril.

170 Selon nos pointages, 141 peines de mort ont été prononcées entre 1880 et 1886 contre des transportés pour la seule Nouvelle-Calédonie dont 11 exécutées, soit une proportion de 8 %.

171 Parmi les exécutions du septennat Grévy (du 30 janvier 1879 au 2 décembre 1887), le transporté Thieux exécuté le 22 juin 1881, après l’assassinat du surveillant Gerbe.

172 Dépêche ministérielle du 19 octobre 1889, B.O.A.P. (1889), pp. 379 et suiv.

173 Rapport de la commission permanente du régime pénitentiaire, N.T. 1886-1895, p. 801.

174 R.P. 1891, p. 73.

175 Sur le sujet des condamnations à mort, cf. Paul Griscelli, « L’infernale odyssée des bois de justice de Louis XVI », in, Bulletin de la S.E.H.N.C. 4e trimestre 1977, et Michelle Dubois-de Greslan, Justice est faite. Les 139 exécutions capitales de Nouvelle-Calédonie et des Nouvelles-Hébrides, Nouméa 1998.

176 Léon Moncelon, Le Bagne et la colonisation pénale à la Nouvelle-Calédonie par un témoin oculaire, Charles Bayle, Paris 1886.

177 Le Conseil supérieur des colonies institué par décret du 19 octobre 1883 comprend 4 délégués élus pour 3 ans et donne son avis sur toutes les questions coloniales que le ministre lui soumet. Léon Moncelon y siège comme délégué de 1884 à 1887. Le Conseil général créé par décret du 2 avril 1885 a été élu la première fois en juillet 1885 (première séance le 17 août 1885).

178 Parmi ces 78 électeurs de Bourail : 37 concessionnaires ou fils de concessionnaires, 17 fonctionnaires, 15 colons, 7 frères et 2 prêtres, A.O.M. carton N.C. 210.

179 Léon Moncelon, op. cit. p. 129.

180 Sur 679 condamnations : 471 en simple police et 208 en correctionnelle en 1886 et respectivement 693 et 493 en 1893, selon N.T. 1886-1895, pp. 123 et suiv. Les statistiques judiciaires de 1893, publiées dans le J.O.N.C. du 11 avril 1896, donnent des résultats différents : selon cette source, sur les 1200 affaires traitées par les tribunaux correctionnels de la colonie, 800 (les 2/3) concernent des libérés des travaux forcés. Il semble que la Notice sur la Transportation ne prenne en compte que le seul tribunal correctionnel de Nouméa.

181 Chiffres du J.O.N.C. du 11 avril 1896. Les minutes pénales de Bourail et de Canala pour 1893 avancent des résultats quasi identiques, A.T.N.C. 23 W C 2 et 23 W K 5.

182 Un arrêté du 8 mai 1873 a promulgué la loi du 5 février 1873 sur l’ivresse.

183 Voir : « Annexes » graphique no 1, les courbes de condamnés pour ivresse et tapage à Bourail et Koné entre 1889 et 1898.

184 En 1884, les surveillants ont établi 14 procès-verbaux relatifs aux dégâts causés par le bétail de Pierre Tessier ou de ses sœurs, Virginie veuve Blum et Marie épouse Coulson, A.T.N.C. 23 W C 2. Eugène Prud’homme et ses fils sont sanctionnés à 12 reprises pour des faits identiques entre 1890 et 1895, ibid. et 23 W C 1,2 & 3. Prudhomme concessionnaire à Bourail, depuis le 1er janvier 1871, (lot 33 rive droite de la Poueo) ; sa femme et ses 3 enfants sont venus le rejoindre.

185 En 1895, 10 personnes avaient contrevenu à la police du roulage sur Bourail et Koné ; en 1897 et 1898, les chiffres retombent respectivement à 8 et 9.

186 En 1893, sur 1339 condamnés par les tribunaux correctionnels de Nouvelle-Calédonie, 855 (64 %) ont bénéficié de l’article 463, J.O.N.C. du 11 avril 1896.

187 N. T. 1886-1895, pp. 123 et suiv.

188 Dépêche ministérielle du 9 mai 1889, N.T. 1886-1895, p. 510. Le fait que les établissements pénitentiaires soient soumis à partir de 1895 à l’inspection du Procureur général modifie les données en introduisant le contrôle du pouvoir judiciaire.

189 Cf. dépêche du 21 septembre 1889 qui abroge celle du 30 juillet 1880. Également dépêche du 28 janvier 1888, du ministre Félix Faure au gouverneur : « il est de mon devoir de vous prier de rappeler aux surveillants militaires qu’ils doivent apporter constamment le plus grand sang-froid dans l’exercice de leurs fonctions et qu’il ne leur est permis de recourir à leurs armes contre les condamnés qu’à la dernière extrémité et dans le cas bien constaté de légitime défense. »

190 Joseph Toussaint, condamné à perpétuité pour une tentative de viol sur la fille naturelle de sa femme, avait été 6 fois condamné à des amendes pour coups, rébellion, chasse illicite et était alors en récidive de 5 ans de réclusion pour coups portés à son père. Depuis son arrivée, il avait été puni de 15 jours de prison pour ivresse et trouble dans la chambrée et de 30 jours de retranchement pour achat de vin à l’un de ses camarades avec lequel il s’était enivré.

191 Rapport Guillain du 12 octobre 1866, A.O.M. carton H 24, op. cit.

192 Armand de Beuverand, vicomte de La Loyère, nommé directeur de l’Administration pénitentiaire en Nouvelle-Calédonie le 15 avril 1887 (prise ses fonctions le 20 juin suivant) exerce à ce poste jusqu’au 13 décembre 1891. En 1897, il publie sous le pseudonyme de Paul Mimande, Criminopolis, C Lévy, Paris 1897, extraits cités : p. 66.

193 Procès-verbal du Conseil privé du 12 mars 1895, A.O.M. carton N.C. 140.

194 Compte rendu de l’ouvrage de Verschuur, Aux Antipodes. Voyage en Australie, à la Nouvelle-Zélande, aux Fidji, à la Nouvelle-Calédonie, aux Nouvelles-Hébrides et dans l’Amérique du sud, 1888-1889, Paris, Hachette, 1891, analysé par Armand Mettetal, dans « De la Transportation à la Guyane et à la Nouvelle-Calédonie », R.P. 1894, pp. 912 à 924.

195 Procès-verbal du Conseil privé du 12 mars 1895, A.O.M. carton N.C. 140.

196 Criminopolis, op. cit. p. 76 & p. 78.

197 Circulaire du 6 septembre 1889, B.O. AP. (1889), p. 364. En 1888, alors que le Camp Brun venait d’ouvrir, Félix Faure écrivait déjà : « … il est expressément défendu aux surveillants militaires de porter la main, pour quelque motif que ce soit, sur les transportés et de les brutaliser », dépêche du 28 janvier 1888, op. cit.

198 Circulaire du 15 mai 1895, N.T. 1886-1895, p. 1377. Vérignon, nommé le 22 décembre 1891 a pris ses fonctions le 18 juillet 1892, Cabanel ayant assuré l’intérim de La Loyère.

199 Compte rendu de l’exposé de Dimitri Drill, « La transportation en Nouvelle-Calédonie », in, R.P. 1897, pp. 942 à 947.

Table des illustrations

Titre Coups de martinet distribués aux transportés de l’Iphigénie (établi à partir des feuilles matriculaires, des dossiers individuels ainsi que des registres de punitions H 783 et H785 pour les années 1864 à 1875)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Répartition des condamnés par classe
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Récidivistes des travaux forcés immatriculés Récidivistes des travaux forcés immatriculés de nouveau aux travaux forcés après une libération : 1872 – 1917
Légende Graphique réalisé à partir des registres de matricules H 2443 à H 2497 (ne sont pas pris en compte les 45 déportés politiques et les 26 relégués condamnés aux travaux forcés dans la colonie entre 1872 et 1930).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Répartition des punitions et des punis par année
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Causes de punitions des transportés de l’Iphigénie (1864-1875)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Part (en %) des 3 principaux chefs d’inculpation par rapport à l’ensemble des condamnations de la justice de paix de Bourail (1889-1898)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Évolution du nombre de condamnés au titre des 3 principaux chefs d’inculpation par la justice de paix de Bourail (1889-1898)
Légende En 1889, seuls les 2 derniers mois sont pris en compte, la justice de paix n’existant pas avant cette date. À partir de 1894, la justice de paix de Ouégoa est supprimée et transférée à Bourail, minutes de la justice de paix de Bourail, A.T.N.C. 23 W C 1, 2 & 3.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54814/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search