Version classiqueVersion mobile

Les discours du Nouveau Roman

 | 
Galia Yanoshevsky

Annexes

Texte intégral

Annexe 1

1Question à débattre : Croyez-vous que le rôle du romancier est de porter un témoignage sur son époque, d’aider à la transformation de la société ou de créer un monde romanesque indépendant ?

2Maurice Coindreau : Le roman pourrait avoir une influence sur la transformation de la société ? Je ne le crois pas du tout […]

3Juan Goytisolo (éditeur) : […] C’est dans les périodes difficiles que l’écrivain doit dévoiler le vrai visage de la société et refléter ses contradictions.

4Lopez Pacheco : Pour certains pays, la transformation de la société n’est pas une chose abstraite, elle se pose en termes d’urgence. Alors, il est naturel que le romancier choisisse dans la réalité ce qui peut aider à modifier, à corriger.
[…]

5Italo Calvino : L’état d’esprit des romanciers espagnols rappelle celui qui régnait en Italie au moment de l’armistice. Leur besoin de réalisme me paraît dû aux circonstances, mais je crois qu’il caractérise le roman de notre époque.

6Alain Robbe-Grillet : Pour moi, il est dangereux pour la littérature de parler de sa fonction révolutionnaire dans le domaine social. Si vous pensez, Goytisolo, que la littérature peut ou doit servir à la transformation de la société, je me demande si vous n’allez pas être amené automatiquement à juger de l’importance d’un livre non plus en fonction de sa valeur littéraire, mais en fonction de son pouvoir révolutionnaire.

7Goytisolo : Je n’ai jamais parlé de pamphlet politique mais de roman…

8Alain Robbe-Grillet : Mais vous croyez que le roman doit avoir un rôle dans la transformation de la société ?

9Goytisolo : Il a un rôle.

10Robbe-Grillet : Penser qu’il a un rôle va vous mener à un problème moral vis-à-vis de la littérature. Comme la transformation de la société est une chose qui vous intéresse, qui nous intéresse, nous allons avoir à nous demander : « Est-ce que ma littérature va dans le sens de l’évolution de la société que je souhaite » et rien que cela me paraît très dangereux.

11Goytisolo : Mais écrire est un acte moral !

12Robbe-Grillet : Nous avons très peu d’exemples de l’influence directe de la littérature. Quelqu’un a dit : Rousseau… André Breton se vante aussi d’avoir fait un jour une conférence littéraire et poétique en Haïti et le lendemain il y avait la révolution. Cela me paraît chimérique. Mais, en revanche, nous avons tous les jours des exemples d’écrivains qui, dans une certaine mesure, abandonnent la fonction littéraire pour une fonction de caractère social. Si vous voulez, un écrivain comme Sartre… Quoi qu’on puisse penser de l’œuvre de J.-P. Sartre, il est certain que La nausée est un livre plus important dans le domaine romanesque que Les chemins de la liberté. Entre les deux, il y a eu la décision prise par Sartre de servir une idéologie. C’est quand même un exemple qui doit être pour nous une mise en garde, vous ne croyez pas ? Je crois même qu’on pourrait aller plus loin. Pourquoi parle-t-on de ces problèmes beaucoup plus volontiers pour le roman que pour les autres arts ? Insister sur l’importance sociale de la littérature n’est-il pas déjà un certain mépris de l’art ?

13Goytisolo : Le domaine littéraire est tout à fait différent des autres arts. Le roman est forcément en contact avec la réalité.

14Robbe-Grillet : Est-ce que vous ne croyez pas, par exemple, que la meilleure façon pour le romancier de s’intégrer dans la marche de l’histoire est de ne pas s’en occuper, de s’occuper seulement de la marche du roman ? cette progression du roman, c’est elle qui, après, s’intégrerait dans la progression de l’histoire. En France, nous avons trop d’exemples de l’introduction… disons de « l’échelle sociale » pour juger de la littérature. […] Je crois qu’on ne peut juger le roman que dans le roman. Vous dites que le romancier a une influence… Peut-être… Mais je voudrais poser une question : « Est-ce que le romancier doit se demander si son influence est bonne ou mauvaise ? »

15Les Espagnols : Oui.

16Italo Calvino : Il doit dire la vérité.

17Robbe-Grillet : Mais il dit toujours la vérité ; la vérité, c’est l’art. Il dit toujours sa vérité.

  • 1 « Entretien : le rôle de l’écrivain : Michel Butor et Alain Robbe-Grillet ne sont pas d’accord », (...)

18Michel Butor : En ce qui me concerne, je tiens à déclarer que je me sens beaucoup plus proche des écrivains espagnols qui sont ici que de mon compatriote Alain Robbe-Grillet. Dans ce qu’il nous a dit, Alain Robbe-Grillet me semble être un des seuls survivants d’une école morale et littéraire du XIXe siècle fort connue en France, l’école de l’art pour l’art, qui est une école de personnes très, très inquiètes, qui ont une peur affreuse à l’idée que si elles s’occupaient un peu d’autre chose que de leur art, eh bien ! leur œuvre s’écroulerait.
J’ai été très, très amusé de voir Robbe-Grillet employer dans chacune de ses phrases le mot « danger », le mot « péril ». Soyons un peu courageux et osons avoir des opinions. Le roman évidemment n’est pas quelque chose qui arrive du ciel comme ça, c’est quelque chose qui se produit dans une certaine réalité dont nous faisons partie. C’est même un objet qui a une propriété fort curieuse : c’est qu’il est fait par un écrivain, que cet écrivain est un homme et que cet homme a certains problèmes. Mais il me semble tout à fait bizarre que cet homme puisse faire de la littérature et que cette activité soit sans aucun rapport avec ce qu’il pense par ailleurs.
On a parlé jusqu’ici de la transformation de la société comme si on pouvait parler d’un état A de la société, puis intervention du roman, de tel roman, et ensuite état B. Il vaut mieux parler de la fonction du roman parce que c’est un terme plus général. […] Cette action et cette fiction que nous écrivons, elle peut être, soit d’empêcher la transformation de la société, soit d’y collaborer par son renouvellement.
L’aspect de ce travail est selon les époques, selon les situations, tout à fait différent. Il y a des pays où le roman n’aura pas de conséquence politique, mais des conséquences, disons mentales. Et bien ! le romancier qui lance ainsi une œuvre dans la société doit se demander si cette œuvre contribue à l’abêtissement de cette société, à son propre abrutissement ou à son éclaircissement1.

Annexe 2

19Roger Priouret : Avons-nous une nouvelle école de romanciers ? c’est la question que se pose aujourd’hui le public amateur de romans. Il a entendu parler d’une nouvelle école littéraire, du chef qui s’appelle Alain Robbe-Grillet. On lui a dit aussi que le jury du prix Renaudot, […] avait couronné un ouvrage et un auteur qui se rattachaient à cette école [Butor, La Modification]. Le public n’est pas pour autant informé des tendances de cette nouvelle école, c’est pourquoi je demande en commençant à Alain Robbe-Grillet de nous les exposer.

20Alain Robbe-Grillet : […] il ne s’agit pas exactement d’une nouvelle école, mais plutôt de tendances nouvelles qui se développent dans le roman. Ces tendances nouvelles comportent des éléments négatifs et des éléments positifs. Les éléments positifs sont en général personnels à chacun d’entre nous. Et si un certain nombre de romanciers peuvent être considérés comme formant un groupe, c’est beaucoup plus par les éléments négatifs, ou si vous voulez par les refus qu’ils ont en commun, en face du roman traditionnel. […]
[…]
Donc nous sommes assez nombreux à penser que la littérature en général, le roman en particulier, est comme tous les autres arts quelque chose qui évolue. Il est normal par conséquent qu’une forme nouvelle succède à celle qui a été établie au dix-neuvième siècle. D’ailleurs cette évolution, qui s’accentue aujourd’hui, a déjà été amorcée, au cours des cinquante dernières années, par quelques francs-tireurs. […] Et la plus grande partie des lecteurs et des écrivains continue à croire que l’on ne peut pas écrire d’autres romans que ceux du type dix-neuvième siècle.
[…]

21Robbe-Grillet : [exprime l’opinion des critiques : ils pensent qu’on ne peut pas aller au delà des romans de Balzac et de Zola] Mes amis et moi nous pensons au contraire que le roman existe à tout moment, que sans cesse il doit se transformer et trouver chaque jour une nouvelle formule.

22Priouret : Donc vous croyez à une existence du roman et non pas à une essence.

23Robbe-Grillet : [se sert de l’observation de Priouret] Oui. C’est précisément cette essence du roman que nous opposent beaucoup de critiques. Ils nous disent : « Ce que vous faites est contraire à la nature même du roman ». Mais nous ne croyons pas à cette nature, fixée une fois pout toutes, dont ils seraient les dépositaires. Alors ces mêmes critiques nous reprochent de nous engager dans la théorie romanesque. Mais admettre une nature fixe pour le roman, une essence, si vous voulez, c’est aussi avoir une théorie du roman, et la pire de toutes, celle qui se refuse à toute progression.
Mes amis et moi, nous avons seulement l’ambition de continuer une évolution amorcée depuis longtemps. Non pas pour faire mieux, seulement pour aller plus loin. Le roman tel que nous l’avons connu au 19e siècle était lié à une société, la bourgeoisie triomphante. Cette société se transforme, certains pensent même qu’elle meurt. Il faut que le roman se transforme avec elle s’il ne veut pas mourir aussi. […]

24Priouret : […] Dans vos romanciers du 19e siècle vous avez éliminé Proust. Je pense que vous éliminez aussi James Joyce et Henry James. Ne croyez-vous pas que ces écrivains constituaient déjà, par rapport à la conception dominante du 19e siècle, une évolution même si par la date de leur existence ils se rattachaient au 19e siècle ?

  • 2 Par la suite, Robbe-Grillet objecte à la tentative de Priouret de dire que le Nouveau Roman suppri (...)

25Robbe-Grillet : Joyce appartient au 20e siècle […] et puis pour Henry James vous avez sans doute raison. Il y aurait d’ailleurs d’autres noms à ajouter parmi les précurseurs, ne serait-ce que celui de Flaubert lui-même […] Du reste il n’est question de rejeter aucun des grands noms du passé. Ce que nous ne voulons pas, c’est écrire éternellement comme eux. […]2.

Annexe 3 – « Mystères de la création »

26Michel de Saint-Pierre : Le romancier se délivre par une fiction ; il libère des créatures dont il ne peut pas se porter garant. Nos personnages requièrent la vie, donc la liberté, liberté qui est à l’image de celle des créatures de Dieu. C’est pour cela que nous ne pouvons pas livrer notre vision du monde dans le roman. Nous la livrons dans un essai. Le roman, c’est la vision du monde des autres.

27André Bourin : Nathalie Sarraute ne nous donne-t-elle pas sa propre vision du monde ?…

28Nathalie Sarraute : Il me paraît que la morale comme la beauté, comme la poésie c’est une chose qui vient par surcroît. Il me semble que les romanciers ne cherchent pas à l’atteindre en écrivant. Si l’on arrive à percer les apparences, on doit forcément atteindre quelque chose de pur, de libre, mais il n’y a pas au départ d’intention morale.

29Bourin : Au départ, qu’y a-t-il ?

30Sarraute : Une recherche, un effort pour percer les apparences et découvrir quelque chose d’inconnu… En tout cas, avoir cette illusion…

31Jean-René Huguenin : Je suis d’accord.

32Claude Simon : Les points de départ… Pour moi, c’est copier la vision subjective du monde que j’ai pu avoir. Seulement, il s’avère très curieusement qu’alors qu’on part en disant : « Je veux essayer d’exprimer ceci ou cela », « traduire » telle ou telle chose, du langage même, du matériau, naît quelque chose qui vous surprend, qu’on n’avait pas pensé faire. Il me semble que le livre se fait au niveau de l’écriture, du langage. Celui-ci n’est pas seulement un moyen, mais un moteur. Il est créateur, lui aussi.

33Saint-Pierre : J’ai une conception diamétralement opposée. Pour moi, le roman, c’est la création de la vie. Je suis en complet désaccord avec M. Bourget, qui se mettait à table et qui disait : « Voilà ce que moi, Bourget, je pense du Disciple, du sens de la mort, etc. »

34Simon : Pour moi, il ne s’agit pas de concepts, mais de sensations.

35Saint-Pierre : Bourget aussi aurait pu prétendre qu’il s’agissait à la fois de ses propres conceptions et de ses propres sensations. Mais, à mes yeux, tout au contraire, un romancier, c’est un monsieur qui lâche dans l’espace et dans le temps des personnages doués d’une liberté totale envers leur propre créateur. C’est seulement ainsi qu’ils existent, de même que le genre humain n’existe que parce qu’il est libre par rapport à Dieu.

36Hougron : Vous lâchez vos personnages, mais d’où viennent-ils ?

37Saint-Pierre : Écoutez, je crois au mystère. Personne n’a jamais pu me donner l’explication [...]

38Huguenin : Ce qu’on appelle laisser parler ses personnages librement, c’est arriver à un certain état où l’on libère des choses encore inconnues de soi, mais qui sont tout de même de soi.

39Saint-Pierre : Conception freudienne du roman ! Je ne suis pas d’accord.

40Hougron : Je me rallie à la conception de Huguenin. Nous découvrons en écrivant des parties de nous-mêmes qui, au départ, sont plus ou moins masquées. Je ne crois pas à l’imagination, ni à cette irruption qui a un côté divin, et qui me gêne un peu, à cause de cela.

41Simon : Je n’approuve pas cette distinction que font à la fois Huguenin, Hougron et Michel de Saint-Pierre, entre le fond et la forme, entre le contenu et le contenant… Il semble que les deux sont une même chose, tout au moins qu’il n’y a pas de contenu sans contenant et vice versa. L’un sort de l’autre. Ils sont intimement liés.
Pour moi, il ne s’agit pas du tout de mettre dans une sorte de moule plus ou moins élégant des pensées ou des sensations que j’aurais eues et pour lesquelles je vais chercher une sorte de contenant, de bouteille, si vous voulez… Non, ce contenant sécrète son contenu ou inversement et ils ne sont finalement qu’une seule et même chose.

  • 3 André Bourin, « Le roman jugé par… » Les Nouvelles littéraires, 22, 29.06.1961 ; je souligne.

42Nathalie Sarraute : Je ne peux dire qu’une chose, c’est que je suis d’accord avec Claude Simon. Il me semble que la forme c’est le mouvement même par lequel le fond prend vie. Ce mouvement est donc un acte créateur3.

Annexe 4

43Jean-René Huguenin : Comparez une pièce de Sophocle et les romans de Proust, Michel de Saint-Pierre, tout ce qui les sépare et vous vous apercevrez que c’est une évolution constante dans la littérature, je ne dis pas d’aller de plus en plus dans le détail, mais de cerner de plus en plus les objets qu’on analyse. Sophocle pouvait se contenter d’une page sur l’amour, la jalousie ou le sacrifice. Maintenant un roman décrit non plus un sentiment, mais une qualité, une certaine variété de sentiment…

44Michel de Saint-Pierre : Platon décrit tous les problèmes, nous n’avons rien à y ajouter. Simplement, autrefois, c’étaient les philosophes qui se penchaient sur ces problèmes, les moralistes aussi, et non les romanciers […]

45Huguenin : On a détaillé l’objet… C’est comme en science, on a découvert la molécule, puis l’atome, et l’atome est dissecable à son tour…

46Saint-Pierre : Là, il y a un problème scientifique absolument hétérogène à ce qui nous occupe…
[…]

47Bourin : À mesure que le monde semble s’agrandir et devenir de plus en plus complexe, le romancier semble tenté de restreindre son champ d’activité, sa vision. Pourquoi ?

48Simon : Nathalie Sarraute répondrait par ce que vous venez d’entendre en parlant de la jalousie. Je crois que, pour nous, si vous voulez, il nous faut un microscope.

49Hougron : Mais c’est effrayant ! Je suis effrayé par cela !

  • 4 Idem.

50Saint-Pierre : Moi, je choisirais plutôt le téléscope4.

Notes

1 « Entretien : le rôle de l’écrivain : Michel Butor et Alain Robbe-Grillet ne sont pas d’accord », L’Express, 23.07.1959, pp. 25-27 ; je souligne.

2 Par la suite, Robbe-Grillet objecte à la tentative de Priouret de dire que le Nouveau Roman supprime le personnage et l’histoire, et explique qu’il voit une évolution chez les écrivains, de Proust, Joyce, Kafka, Faulkner, etc. dans les concepts de personnage et d’histoire (Roger Priouret, Le Figaro Littéraire, 29.03.1958 ; je souligne).

3 André Bourin, « Le roman jugé par… » Les Nouvelles littéraires, 22, 29.06.1961 ; je souligne.

4 Idem.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search