Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’or et de cendres

 | 
Murielle Gaude-Ferragu

Deuxième partie. Les funérailles, reflet du rang et de la puissance des princes

Chapitre V. Les cérémonies liturgiques

Texte intégral

1Si de nombreux spectateurs sont témoins de la dernière entrée du prince dans sa ville, l’assistance est plus réduite dans l’église où se déroulent les funérailles. Elle comprend néanmoins tous les « grands » de la principauté (prélats, parents, vassaux et amis du défunt) ainsi que les représentants des communautés urbaines et les membres de l’Hôtel princier. En son sein se déploient les cérémonies liturgiques « classiques » (vigiles et trois messes hautes) mais aussi des rites spécifiquement nobiliaires comme l’offrande des pièces d’honneur.

I. La décoration de l’église

  • 1 Lehoux, Jean de France, t. III, p. 411.
  • 2 Schnerb, « Un service », p. 110.
  • 3 A. Chastel, L’art français, Temps modernes 1430-1620, Paris, 1994, p. 90.

2L’église où sont célébrées les funérailles devient, pour quelques heures, un espace de deuil. Elle se couvre de tentures noires, ornées du blason ducal, et s’illumine de multiples cierges. Le chœur est l’objet de tous les regards puisqu’il contient la pièce-maitresse du décor, la chapelle ardente sous laquelle repose le cercueil. Cette décoration exige une préparation minutieuse et la participation de nombreux ouvriers, habiles à des travaux de menuiserie et de charpenterie. Il faut huit jours pour préparer la Sainte-Chapelle de Bourges à recevoir le corps de Jean de Berry (1416). A elle seule, la construction de la chapelle ardente fait travailler pendant six jours le charpentier, Guillaume de Marcilly, et ses compagnons1. Pour accueillir le service funèbre de Jean sans Peur dans l’abbatiale Saint-Vaast d’Arras, les travaux débutent une semaine avant la date de la cérémonie et emploient plus de cinquante personnes (dont au moins vingt charpentiers, un huchier, un cloutier, un lanternier, un plombier, deux peintres et un couturier)2. On fait parfois appel à de grands artistes pour parer l’église : le flamand Hugo Van der Goes participa ainsi à la décoration de la collégiale Saint-Donatien de Bruges où l’on célébra en 1473 un service funèbre en l’honneur de Philippe le Bon (avant que la dépouille ne soit ramenée à Champmol)3.

Tentures, blasons et luminaire

La ceinture de deuil

  • 4 Le terme de « litre » apparaît pour la première fois dans une ordonnance sur les obsèques de George (...)
  • 5 Cf. aux obsèques de Jean sans Peur (1419), Schnerb, « Un service », p. 111 et 120.
  • 6 Froissart, Œuvres complètes, éd. K. de Lettenhove, t. XXI, p. 264.

3Premier aspect du décor, la nécropole est tendue d’une large ceinture d’étoffes noires ornée aux armes du défunt (ce qu’à partir de la fin du XVe siècle on dénomme « litre funéraire »4, mais que les sources désignent simplement comme la « ceinture »5). L’idée de couvrir de deuil le sanctuaire apparaît, semble-t-il, dans la seconde moitié du XIVe siècle (en 1305, lors de l’enterrement de Jean II à Ploërmel, on ne trouve pas encore mention de tentures de deuil. En revanche, en 1384, pour les funérailles de Louis II de Male, les piliers du chœur de la collégiale Saint-Pierre de Lille sont « teints » en noir)6. Cette décoration funèbre caractérise ensuite l’ensemble des funérailles princières.

  • 7 British Museum, Additionnal Charters 26044.
  • 8 Recueil de documents sur l’histoire de Lorraine, t. V, p. 309.
  • 9 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

4Les tentures recouvrent d’une part, les murs de la nef et du chœur, et d’autre part, les piliers et le maître-autel. Pour les funérailles de Charles d’Orléans en 1465, un couvreur et son valet œuvrent deux jours et demi à tendre puis à enlever les draps dans l’église Saint-Sauveur de Blois7. René II de Lorraine fait pareillement recouvrir les murs de la collégiale Saint-Georges de Nancy de draps noirs pour la célébration des funérailles de Charles le Téméraire en 14778. En 1481, pour l’inhumation de René Ier, les autels de la cathédrale d’Angers sont parés d’étoffes noires alors qu’une ceinture de fine toille noire orne les murs, passant tout à l’entour de ladite église9.

  • 10 ADN, B 2064, fol. 224-5.
  • 11 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.
  • 12 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 334.
  • 13 AN, KK 348, fol. 9.

5Si la décoration concerne l’ensemble du sanctuaire, le tissu est plus somptueux dans le chœur où se déroule l’essentiel du rituel. Pour les cérémonies funèbres de Philippe le Bon en 1467, la nef de la collégiale Saint-Donatien de Bruges est simplement tendue de draps de bougran noirs alors qu’on recouvre le chœur d’étoffes précieuses, velours et damas noirs10. Pour l’enterrement de Pierre II en 1503 dans l’église de Souvigny, la nef est ceinte de bougran noir. Du velours couvre le chœur, le maître-autel, les piliers alentour et les deux chapelles funéraires des ducs de Bourbon11. Exceptionnellement, les matériaux employés peuvent être plus modestes. En 1414, lors des cérémonies commémoratives organisées en l’honneur d’Archambaud de Grailly, son fils, Jean Ier, fait recouvrir les piliers de l’église des frères prêcheurs d’Orthez de longues bandes découpées dans du papier noir12. Lors de la célébration des obsèques de Philippe de Vertus en 1420, on décore la collégiale Saint-Sauveur de Blois, non de tentures, mais de litres peintes en noir sur les murs et les piliers13.

Le décor héraldique

  • 14 Lory, « Les obsèques », p. 238.
  • 15 ADN, B 2064, fol. 222 v°.
  • 16 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.
  • 17 Ibid.
  • 18 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.

6La ceinture de deuil sert de support au décor héraldique. Fixés à l’aide d’épingles et de clous, les blasons sont placés à intervalles réguliers. En 1467, pour les funérailles de Philippe le Bon, on attache ainsi deux mille écus sur les draps du chœur et de la nef à trois ou quatre piez l’un de l’autre (soit environ tous les mètres)14. On fixe également de grands blasons sur des tableaux de bois attachés aux piliers de la collégiale ainsi qu’à l’entrée de toutes les églises de Bruges15. La ceinture de deuil de René Ier d’Anjou est aussi parée d’écussons à ses armes près semées16. Tous les autels de la cathédrale sont ornés de la croix de Jérusalem, potencée à escussons des armes dudit sire, faicte à argent17. Enfin, en 1503, on décore l’église de Souvigny de grands blasons aux armes de Pierre II. On les place dans le chœur, sur le velours noir, et dans la nef, sur les piliers18.

Le luminaire

  • 19 Vincent, Fiat lux, p. 483.
  • 20 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.
  • 21 Froissart, Chroniques, t. XI, p. 164.
  • 22 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.
  • 23 Lory, « Les obsèques », p. 237. Ces torches étaient armoriées de petits blasons aux armes du duc, A (...)
  • 24 Schnerb, « Un service », p. 111.
  • 25 ADN, B 2064, fol. 223.

7Autre aspect du décor, l’église scintille de multiples cierges, image anticipatrice du royaume de lumière promis aux élus. La présence du signe lumineux est indispensable à toute célébration liturgique. Employé à profusion, il souligne aussi le rang du défunt19. Tel un « mur de lumière », les cierges sont disposés le long de la nef et autour du chœur, et illuminent la ceinture de deuil et son décor héraldique. Dans la cathédrale d’Angers, une grande torche éclaire ainsi chaque blason aux armes de René Ier20. Le nombre de cierges utilisés est considérable (bien davantage que pour une fête liturgique), oscillant entre mille deux cents et mille cinq cents, d’une livre de cire chacun (mille deux cents cierges pour Louis II de Male21, mille quatre cents pour Pierre II de Bourbon22 et mille cinq cents pour Philippe le Bon23). Un support de bois construit à cet effet permet de les maintenir. Pour le service funèbre de Jean sans Peur (1419) à Arras, un huchier est rémunéré pour XX pieces de bois mises et employees autour du cuer de ladite eglise Saint Vaast pour, sur ycelles, asseir plateaulx et broches pour mettre chandeilles de cire (ce support est masqué par des draps de brunette)24. Pour les funérailles de son fils, Philippe le Bon en 1467, on dispose les chandelles dans des écuelles de bois, préalablement noircies, fixées au mur25.

  • 26 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.
  • 27 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.
  • 28 Cf. 2e partie, chapitre II.

8Les autels et les chapelles latérales sont aussi illuminés. Lors des funérailles de René Ier, on place dix cierges (de cinq livres de cire chacun) sur le maître-autel de la cathédrale Saint-Maurice et deux cierges (d’une livre de cire) sur les vingt-huit autels secondaires26. Pour la célébration funèbre de Pierre II, on éclaire toutes les chapelles de l’église de Souvigny27. A cette profusion de lumière, il faut ajouter les torches portées par les serviteurs du prince, les pauvres ou la communauté urbaine, quatre cents pour Louis II de Male, cinq cents pour Pierre II de Bourbon et neuf cents pour Philippe le Bon28.

  • 29 AD du Cher, 8° G 1455, fol. E.
  • 30 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

9Dans l’église, l’abondance du luminaire est parfois telle qu’il faut ouvrir ou ôter les verrières. Cette mention, que l’on retrouve dans la plupart des comptes rendus d’obsèques princières, n’est pas un simple procédé rhétorique. La fumée produite par les cierges rend l’atmosphère irrespirable. Dans la Sainte-Chapelle de Bourges, lors de la célébration des funérailles de Jean de Berry (1416), les verriers déposent en toute hâte les vitraux pour aérer l’église29. En 1503, il faut ouvrir les voreries de l’église priorale de Souvigny pour evaporer les fumées30, d’autant plus qu’un dernier élément du décor amplifie le nombre de cierges, la chapelle ardente.

La chapelle ardente

  • 31 La Borderie, La cour en 1305, p. 36.
  • 32 Brown, « The Ceremonial of Royal Succession », p. 229.
  • 33 Les comptes sont rarement conservés.
  • 34 Vincent, Fiat lux, p. 501. (cf. planche 8).

10La chapelle ardente, érigée au milieu du chœur, devant le grand autel, est l’élément principal du décor. Elle caractérise, au moins depuis le début du XIVe siècle, les funérailles princières. Les comptes des obsèques de Jean II, duc de Bretagne, décédé en novembre 1305, en font déjà mention31. Son apparition semble plus tardive dans le monde royal puisqu’il faut attendre la célébration des funérailles de Louis X en 1316 pour en certifier l’existence32 (mais les sources sont plus lacunaires pour les cérémonies précédentes)33. La chapelle transforme, à la gloire du défunt, le rite liturgique d’exposition du corps dans l’église, toujours entouré de lumière34.

  • 35 Lecoy de La Marche, Le roi René, op. cit., p. 389.
  • 36 Cf. pour Jean II, duc de Bretagne (1305) et pour Robert d’Artois (1317).
  • 37 Cf. pour les funérailles de Catherine de France, comtesse de Charolais, ADN, B 1991, fol. 237.
  • 38 Cf. pour le service funèbre de Jean sans Peur (1419), Schnerb, « Un service », p. 112. Cf. les funé (...)
  • 39 Terme employé par Froissart pour décrire la chapelle ardente du comte de Flandre en 1384. Cf. aussi (...)
  • 40 Pollini, La mort du prince, p. 77. Philippe de Vigneulles, Chronique, p. 31.
  • 41 Pollini, La mort du prince, p. 77.

11Aux XIVe et XVe siècles, le terme de « chapelle ardente » n’est pas encore consacré : il apparaît pour la première fois en 1481 dans la relation des funérailles de René Ier d’Anjou (en laquelle grant eglise avoit, ou meilleu du cueur, une chapelle ardente moult belle et magnifique)35. L’édifice est longtemps désigné par plusieurs expressions, maison au luminaire36, maison de bois37, chapelle de bois38, ou traveil39. Deux fois, le terme de tabernacle apparaît, emprunté au vocabulaire de la Fête-Dieu, une première fois pour le comte de Savoie Amédée VI (1383) et une seconde fois, sous la plume de Philippe de Vigneulles, témoin du service funèbre de Philippe le Bon célébré à Metz en 1474 lors du passage du convoi (Et avoient apourté avec eulx ung tabernacle de bois (comme à présent il en y ait ung au Grant Moustier) qui fut mis tout plain de luminaire sus les corps devent dit)40. Ce terme fait allusion au corps du défunt caché dans le cercueil, comme le tabernacle abrite à l’intérieur la présence réelle du Christ sous la forme de l’hostie et à l’extérieur son image41.

  • 42 Cf. celle de Gaston IV, comte de Foix, Courteault, L’histoire de Gaston de Foix, t. II, p. 271.
  • 43 Cf. celle de Jean Ier de Foix-Béarn, Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 335.
  • 44 Vale, « A Burgundian », p. 932.
  • 45 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

12Construite en bois, la chapelle ardente a une forme carrée42 ou rectangulaire43. Elle comprend quatre piliers d’angles d’où partent de solides arcatures formant un toit à double ou quadruple pente. Au sommet s’élèvent cinq tourelles (quatre aux angles et une au centre), elles-mêmes surmontées de croix. Le nombre de croisées formées reflète le statut du défunt44. Pour de simples obsèques nobiliaires, la chapelle n’en comporte qu’une alors que celle du roi René est à quatre croésées45.

  • 46 Schnerb, « Un service », p. 112.
  • 47 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.
  • 48 Lehoux, Jean de France, t. III, p. 412.
  • 49 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 335.

13La structure de bois est peinte en noir, et garnie d’un ciel et de tentures en drap noir. La chapelle qui surmonte le cercueil vide de Jean sans Peur à Arras est ainsi peinte en noir et tendue d’un ciel et de courtines de draps noirs46. Celle de René Ier d’Anjou est entièrement garnie de fine toile noire47. Seule exception, du cendal azuré et non de couleur noire recouvre la partie extérieure de la chapelle de Jean de Berry à la Sainte-Chapelle de Bourges, cendal orné des armes du prince48. Les dimensions d’une telle construction sont impressionnantes. Lors de la célébration des honneurs funèbres de Jean Ier de Foix-Béarn (en 1437), la chapelle mesure 3 mètres 30 de long sur 2 mètres 40 de large49. Sa hauteur est importante puisque le cercueil qu’elle surmonte est toujours placé sur des tréteaux.

  • 50 Lory, « Les obsèques », p. 237.
  • 51 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.
  • 52 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.
  • 53 Selon Jacques du Clercq, la chapelle ardente de Philippe le Bon en 1467 comprendrait 1400 cierges a (...)
  • 54 Schnerb, « Un service », p. 111.

14L’existence de ce décor s’explique avant tout par la volonté de parer le défunt de lumière. La chapelle sert en effet de support à une multitude de cierges, tous ardents pendant le service. Charles le Téméraire ordonne en 1467 qu’on en fixe sur la chapelle de son père tant que l’on en y pourroit mettre, et y avoit environ deux cens50. Celles de René Ier d’Anjou et de Pierre II de Bourbon auraient supporté plus de mille cierges pour l’un51 et de huit à neuf cents cierges pour l’autre52. La comptabilité (disparue) ne permet pas de nuancer ces chiffres, sans doute surévalués par les chroniqueurs qui veulent montrer la profusion du luminaire53. Selon toute vraisemblance, les chapelles comprenaient plutôt deux cents à cinq cents cierges. Trois cent soixante-dix cierges illuminent ainsi la chapelle de Jean sans Peur (à Arras). La plupart pèsent une livre de cire mais des chandelles plus grosses sont fixées aux tourelles (seize livres) et au clocher (vingt-cinq livres)54.

  • 55 Lory, « Les obsèques », p. 237.
  • 56 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.
  • 57 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.

15On dispose aussi des cierges dans des chandeliers aux quatre coins de la chapelle ardente. Leurs poids sont élevés, huit livres pour Philippe le Bon (1467)55 et neuf livres pour René Ier (1481)56. Ceux placés aux coins de la chapelle de Pierre II sont remarquables. Blasonnés aux armes du duc, ils mesurent près de deux mètres de haut57.

  • 58 Cf. 2e partie, chapitre II.
  • 59 À l’occasion de l’entrée de Philippe le Bon à Lille en 1463, Jacques du Clercq compare le spectacle (...)
  • 60 Ibid., p. 37.
  • 61 Le cadavre est entouré symboliquement d’un triple cercle protecteur : la flamme des cierges, l’aspe (...)

16Le défunt est donc inondé de lumière, paré de multiples feux. L’éclat ainsi créé attire tous les regards, et rappelle l’éminence princière58. L’illumination de la chapelle (et celle de l’église tout entière) laisse aussi entrevoir la clarté du Paradis, alors que les prières des clercs aident conjointement à son accession59. « Dieu est lumière », et le prince, en se parant de son éclat, se rapproche un peu de l’univers divin60. La lumière l’enveloppe aussi de sa protection61, image renforcée par la forme même de la chapelle. Celle-ci évoque l’architecture d’une église, comme les reliquaires qui recueillent les corps saints. Elle sert d’écrin à la dépouille princière qu’elle honore également.

  • 62 Froissart, Œuvres complètes, éd. Kervyn de Lettenhove, t. XXI, p. 264.
  • 63 Schnerb, « Un service », p. 112.

17Ces chapelles portent aussi les blasons princiers. Les armoiries sont celles du défunt et (ou) de ses possessions. Les cinq tourelles qui surmontent la chapelle de Louis II de Male et de son épouse à la collégiale Saint-Pierre de Lille portent chacune une bannière aux armes des principales possessions princières, les comtés de Flandre, d’Artois, de Bourgogne, de Nevers et de Rethel. Par ailleurs, chapelle et tourelles sont semées des armes du comte d’un côté et des armes de son épouse, Marguerite de Brabant, de l’autre62. La chapelle de Jean sans Peur (1419) comporte le même dispositif héraldique63.

  • 64 Lory, « Les obsèques », p. 238.
  • 65 Douze blasons sont fixés sur la chapelle, La Mure, Histoire, t. III, p. 226.
  • 66 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.
  • 67 Vale, « A Burgundian », p. 932.

18D’autres funérailles insistent uniquement sur les armoiries familiales. Sur la chapelle ardente de Philippe le Bon à Bruges sont fixés huit grands blasons à ses armes64, héraldique que l’on retrouve pour les cérémonies de Pierre II de Bourbon65 et de René Ier d’Anjou (les armes de ce prince sont tenues par des anges, placés aux quatre croisées)66. En revanche, pour les obsèques nobiliaires, les blasons figurent (comme dans le convoi) non pas les armes du défunt mais celles de ses ascendants, démontrant l’ancienneté de sa noblesse67.

  • 68 BM de Lille, Ms. 478, fol. 55 v°.
  • 69 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 16.
  • 70 Cf. infra.
  • 71 Courteault, L’histoire de Gaston de Foix, t. II, p. 271.
  • 72 Cf. 2e partie, Chapitre II.
  • 73 Cinq longues bannières aux armes de Philippe le Bon sont ainsi posées sur le cercueil dans la collé (...)

19La chapelle ardente sert parfois de réceptacle aux pièces d’honneur, comme lors du service organisé à Bruges en 1473 pour Philippe le Bon (heaume, écu, bannières et pennon y sont accrochés)68. Lors de la célébration des honneurs d’Archambaud de Grailly en 1414, des crochets sont aussi fixés à la chapelle pour recevoir les armes du comte69. Plus souvent, l’armement du défunt est porté par des chevaliers et officiers d’armes qui l’entourent70. Distingué par ce décor théâtral (là est dressée la chapelle noire, carrée, aromatisée d’encens et chargée de luminaire en façon de théâtre)71, le prince repose dans son cercueil, recouvert d’un large drap d’or blasonné72, et parfois de bannières à ses armes73.

  • 74 ADCO, B 1538, fol. 239 v°-240.
  • 75 Schnerb, « Un service », p. 117.
  • 76 Vincent, Fiat Lux, p. 176. En 1467, pour les funérailles de Philippe le Bon, son fils racheta à la (...)
  • 77 Chabeuf, L’entrée de Charles le Téméraire, p. 231.

20L’église conserve ensuite une partie de l’apparat funéraire. Lors du transfert de Philippe le Hardi de Hal à Dijon en 1404, les douze églises où le corps repose chaque soir reçoivent chacune un drap d’or74. Après la célébration du service de Jean sans Peur à Arras, Philippe le Bon cède à l’abbatiale Saint-Vaast le poêle de drap d’or qui recouvrait le cercueil (vide), ainsi que les quatre bannières qui décoraient la chapelle ardente. Avec l’accord de l’abbé, il fait cependant reprendre les draps de brunette utilisés pour orner les murs75. Les torches reviennent aussi aux clercs76, même celles qui n’ont pas servi. Lors de l’enterrement de Philippe le Bon à Champmol en 1474, le luminaire est tel qu’on doit éteindre et laisser à l’extérieur de l’église les cierges offerts par les villes. Le prieur et les moines en réclament néanmoins la possession77.

  • 78 Giesey, Le roi, p. 61-2.
  • 79 BM de Lille, Ms. 478, fol. 86.
  • 80 Ibid., fol. 86 v°.

21On ne trouve pas mention pour les princes de disputes aussi violentes que celles qui opposent, lors des funérailles royales, les religieux de Saint-Denis aux officiers de l’Hôtel à propos des dépouilles funèbres78. Elles existent pourtant car le successeur des ducs de Bourgogne, Philippe le Beau, promulgue en 1500 une ordonnance dans laquelle il organise le partage à faire, pour ce que nous entendons plusieurs debatz et questions (…) tant par les gens d’eglise comme noz officiers pour aulcuns droits qu’ilz pretendent d’avoir sur les parrures et aultres ceremonies faictes aux eglises où se font les obsecques par nous et où nous sommes en personne79. Il décide alors que le luminaire, les blasons et l’offrande (d’or, d’argent et de cire) reviendront à l’église, mais que les tentures décorant la chapelle ardente seront données aux officiers d’armes. Quant au poêle de drap d’or, il sera distribué, écrit-il, a nostre plaisir80.

II. Une assistance choisie

  • 81 Froissart, Œuvres complètes, éd. Kervyn de Lettenhove, t. XXI, p. 265.
  • 82 La Mure, Histoire, op. cit., t. III, p. 227.

22De nombreux spectateurs assistent aux cérémonies. Les places dans l’église sont précisément ordonnées. Le successeur du défunt se tient dans l’oratoire ducal, généralement tendu de deuil. Pour assister aux cérémonies religieuses précédant l’inhumation de ses beaux-parents (Louis II de Male et Marguerite de Brabant) dans la collégiale de Lille, Philippe le Hardi prend ainsi place en son oratoire au senestre costé du coer81. Pour l’enterrement de Pierre II à Souvigny, Charles d’Alençon se met en une oratoire qui est faicte pour les ducz, en leur chappelle neufve, affirmant clairement sa position dans la succession82.

  • 83 Les frères de Jean d’Harcourt, évêque d’Amiens, Schnerb, « Un service », p. 114.
  • 84 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.

23Les autres parents du grand deuil disposent pareillement d’une place privilégiée, près de l’héritier ou dans le chœur de l’église, non loin de la chapelle ardente. Philippe le Bon assiste au service de son père (dans l’abbatiale Saint-Vaast d’Arras) depuis son oratoire. Près de lui se tiennent les trois autres deuillants (Jean de Luxembourg, Jacques et Christophe d’Harcourt83). Les trois parents de Pierre II de Bourbon (Charles de Montpensier, François Monsieur son frère et Monseigneur de Carency) participent aux cérémonies depuis le chœur de l’église84.

  • 85 Schnerb, « Un service », p. 114.
  • 86 Ibid.

24Cette partie du sanctuaire est aussi réservée, d’une part, aux prélats et autres clercs et d’autre part, aux grands seigneurs et gens notables de la principauté. Pour le service de Jean sans Peur, sont placés à droite du chœur de Saint-Vaast les évêques et les abbés invités par Philippe le Bon et à gauche les conseillers du prince et autres notables personnes de divers estas (en particulier les députés de l’assemblée des bonnes villes)85. Tout autour du chœur, on dispose des bancs pour asseoir chevaliers et escuiers et autres gens d’onneur qui là estoient en grant nombre86.

  • 87 Cf. le témoignage laissé par le secrétaire de l’évêque de Chartres, Miles d’Illiers, qui dirigea le (...)
  • 88 Ibid.
  • 89 Lehoux, « Funérailles du duc de Berri », p. 86.

25Le roi fait exceptionnellement l’honneur d’assister à de telles cérémonies. Louis XI se rend ainsi en décembre 1468 aux vigiles de son grand chambellan et proche compagnon, Dunois, comte de Longueville, inhumé dans la collégiale Notre-Dame de Cléry87, un sanctuaire dont le souverain avait financé, après le vœu de Dieppe, la reconstruction et où il souhaitait lui-même reposer88. Lors de la célébration des obsèques de Jean de Berry en 1416 aux Augustins de Paris, l’assistance est également prestigieuse. Les messes sont célébrées en présence de Louis, cardinal de Bar, de l’un des frères du roi de Chypre (probablement Hugues de Chypre), de Charles de Bourbon, de Bernard d’Armagnac, ses petits-fils, et du roi Louis II d’Anjou, son neveu89.

  • 90 Cf. au service funèbre de Jean sans Peur, vingt-six pauvres entourent la chapelle portant des torch (...)
  • 91 Lory, « Les obsèques », p. 243.
  • 92 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

26Au plus près du corps, devant la chapelle ardente, se tiennent parfois des pauvres90 ou, plus fréquemment, quand les pièces d’honneur font partie du rituel, les hérauts d’armes et les chevaliers chargés de les porter. Dans la collégiale Saint-Donatien de Bruges (1467), l’écuyer d’écurie de Philippe le Bon s’asseoit ainsi près de la dépouille tenant tousjours son espée droite, entouré des sergents et des officiers d’armes91. Pour la célébration des funérailles de Pierre II de Bourbon, on entoure le corps de l’ensemble des pièces d’armes du défunt92.

  • 93 AD du Cher, 8° G 1455, fol. AG.

27Le reste du public se répartit dans la nef, en particulier les officiers de l’Hôtel, les porteurs de torches et les communautés urbaines. Le sanctuaire, de dimension parfois réduite, n’est pas un espace ouvert, susceptible d’accueillir un grand nombre de personnes. Les habitants de la ville n’y pénètrent pas, à quelques exceptions près. En 1416, les Parisiens s’engouffrent en masse dans l’église des Augustins pour assister aux obsèques de Jean de Berry. La presse est telle que treize sergents à verge du Châtelet de Paris ont toutes les peines du monde à protéger les célébrants93. Les portes du sanctuaire sont plus souvent fermées pendant les cérémonies religieuses. Des gardes en surveillent l’entrée, empêchant la foule d’y pénétrer. Au total, le spectacle est surtout destiné aux « grands » de la principauté, prélats, parents du défunt et barons, installés dans le chœur. Dans la nef, la visibilité est plus réduite, surtout quand l’église est dotée d’un jubé. Tous peuvent néanmoins apercevoir et surtout entendre la célébration liturgique.

III. La liturgie funèbre

Vigiles et hautes messes

  • 94 Gy, « La liturgie de la mort », p. 69.
  • 95 Chiffoleau, La comptabilité, p. 126-30.
  • 96 Stouff, « Les Provençaux et la mort », p. 205.

28Selon les prescriptions ecclésiastiques, la liturgie de la mort est la même pour l’ensemble des fidèles, avec célébration de vigiles et d’une messe de funérailles. Toutefois, tous les chrétiens n’en bénéficient pas94. Souvent le cortège se rend directement au cimetière où est prononcée l’absoute (prière pour que le défunt soit libéré de ses péchés)95. Parfois aussi, seul l’office des morts est chanté, sans célébration eucharistique. Une messe peut aussi être dite sans que le corps ne soit présent. Au bas Moyen Âge, la célébration de messes de funérailles pour les fidèles n’est donc pas systématique96. En revanche, pour les princes, la liturgie funèbre s’étoffe de trois messes. Les chroniqueurs s’attardent peu sur cet aspect du rituel, précisant juste le nom des célébrants dont l’importance participe au prestige du prince. La cérémonie, coutumière, est entièrement laissée entre les mains de l’Église.

  • 97 Gy, « La liturgie de la mort », p. 72.
  • 98 Cf. l’article fondamental de Philippeau, « Introduction à l’étude des rites funéraires », p. 37-63.(...)
  • 99 E. Palazzo, Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge. Des origines au XIIIe siècle, Paris, 199 (...)
  • 100 Cf. par exemple la collecte Deus cui omnia vivunt. Cf. aussi H. Leclercq, « Mort », Dictionnaire d’ (...)
  • 101 Gy, « La liturgie de la mort », p. 73. Peu à peu le Libera me remplace le Subvenite, Leclercq, « Mo (...)
  • 102 Sicard, La liturgie de la mort, p. 48 et Treffort, L’Église, p. 89.
  • 103 Lespy, « Les honneurs d’Archambaud comte de Foix », p. 363.

29Le contenu de l’euchologie des funérailles a bien peu changé entre l’époque pré-carolingienne et Vatican II97. Il ne s’agit pas ici de retracer l’ensemble des paroles prononcées par l’officiant mais de comprendre la spécificité de la liturgie de la mort98. Longtemps inséré dans les sacramentaires, l’ordo des funérailles fut repris, à partir du XIIIe siècle, dans d’autres ouvrages liturgiques, les Rituels99. La célébration est tournée d’une part, vers l’appel à la miséricorde divine, et d’autre part, vers l’espoir en la Résurrection100. Chants de psaumes et lectures s’entremêlent, accordant une importance toute particulière aux sept psaumes de la pénitence, notamment au De profundis (Des profondeurs je crie vers toi mon Dieu) et au Miserere (Pitié pour moi mon Dieu en ton courroux). Le Libera me (Délivre-moi, Seigneur, de la mort éternelle) et le Subvenite connaissent également un vif succès à la fin du Moyen Âge101, tout comme l’antienne In paradisum (Au paradis de Dieu que les anges te conduisent). La liturgie de la parole est composée en grande partie de la lecture de la Passion du Christ. La célébration de l’eucharistie montre une nouvelle fois combien la mort du chrétien est intimement liée à celle du Seigneur102. La musique et les chants doivent être de bonne qualité, garants de la beauté et de la solennité des célébrations. L’ordonnance des obsèques d’Archambaud de Foix-Béarn (1414) prescrit d’employer des chantres de talent103.

  • 104 Schnerb, « Les funérailles », p. 133.
  • 105 Chabeuf, L’entrée de Charles le Téméraire, p. 231.
  • 106 Cf. pour Pierre II de Bourbon, La Mure, Histoire, t. III, p. 227.
  • 107 Après la célébration des vigiles de Philippe le Bon à Bruges, chacun reprend l’ordre strict dans le (...)

30Pour les princes, tout débute par la célébration des vigiles, la soirée précédant l’enterrement proprement dit. L’archevêque de Besançon (qui a le grade le plus élevé dans la principauté bourguignonne) officie pour les vigiles de Jean sans Peur à la Chartreuse de Champmol le 11 juillet 1420104. Pour les funérailles de Philippe le Bon (1474), les Chartreux (le prieur et les moines) sont chargés des célébrations, aidés par les chantres de la chapelle privée du duc105. Puis les participants raccompagnent le successeur jusqu’à l’hôtel ducal où un repas leur est parfois servi106. Le cercueil est absent mais l’ordre de la procession reste identique107. Pendant ce temps, les religieux multiplient les prières pour l’âme du défunt.

  • 108 Cf. pour Philippe le Bon, Lory, « Les obsèques », p. 243.
  • 109 Cf. pour Pierre II de Bourbon, La Mure, Histoire, t. III, p. 227.
  • 110 Ibid.
  • 111 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 388.
  • 112 J. Pérez, Charles Quint, Empereur des deux Mondes, Paris, 1994, p. 31.

31Les clercs et les officiers veillent constamment sur la dépouille princière. Le corps de Philippe le Bon est gardé toute la nuit dans la collégiale Saint-Donatien par ses hérauts et officiers d’armes108. Pour les funérailles de Pierre II à Souvigny, cette charge est dévolue à ses archers109. Dans une église richement ornée, il fallait veiller à ce qu’aucun vol ne soit commis. La peur d’une disparition ou d’un échange possible de la dépouille hante aussi les organisateurs. Un rite particulier traduit cette angoisse : lors de l’arrivée du convoi à Souvigny, le prieur interroge les familiers du prince pour s’assurer que le cercueil contient bien son corps110. Ce problème d’authentification va parfois jusqu’à l’ouverture de la bière. Lorsque le cadavre du roi René arrive à Saint-Laud d’Angers après son long voyage depuis Aix, le doyen et les chanoines de la collégiale font ouvrir le cercueil pour identifier le défunt111. Cette crainte atteint son paroxysme dans la légende de la reine Jeanne la Folle : elle accompagna le corps de son époux, Philippe Ier le Beau, décédé en 1506, de Burgos à Grenade. De temps en temps elle faisait ouvrir le cercueil pour vérifier que le cadavre n’avait pas été enlevé112.

  • 113 Ordonnance pour le transfert de Philippe le Bon (1473), BM de Lille, Ms. 478, fol. 55.
  • 114 Schnerb, « Un service », p. 115. Pierre d’Ailly (1351-1420), maître en théologie, fut d’abord évêqu (...)
  • 115 Schnerb, « Les funérailles », p. 133.
  • 116 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

32Le corps est gardé toute la nuit puis, le lendemain, on célèbre trois hautes messes, de Notre-Dame, du Saint-Esprit et de Requiem. Les cérémonies débutent à l’aube (le service divin sera faict en l’eglise de Saint Donast quy sera le plus matin que l’on polra)113. Les prélats officiants sont choisis en fonction de leur grade, de leur origine géographique et de leurs liens avec la famille ducale. Le service de Jean sans Peur à Saint-Vaast d’Arras est ainsi célébré par l’abbé du monastère (Jean de Méricourt) et par les évêques de la région (Pierre d’Ailly, évêque de Cambrai et Jean d’Harcourt, évêque d’Amiens)114. Un an plus tard, lors de son enterrement à Champmol, l’origine géographique des prélats a changé : l’évêque de Chalonsur-Saône célèbre la messe du Saint-Esprit et l’archevêque de Besançon la messe de requiem115. Des abbés de la région peuvent officier. Le prieur de Souvigny, l’abbé de Bellefonds et l’abbé de Cluny célèbrent ainsi les funérailles de Pierre II de Bourbon116.

  • 117 Schnerb, « Les funérailles », p. 133.
  • 118 Il fut le principal artisan de l’alliance anglo-bourguignonne, Schnerb, Armagnacs, p. 211.
  • 119 Chabeuf, L’entrée de Charles le Téméraire, p. 232.

33Les liens avec la famille du défunt peuvent aussi intervenir. En 1420, l’évêque de Tournai, Jean de Thoisy, célèbre la première messe de Jean sans Peur à Champmol117. Il est alors le chancelier et l’un des plus proches conseillers de Philippe le Bon118. En 1474, le cardinal Rolin, fils aîné du chancelier Nicolas Rolin, dit la messe de requiem lors de l’enterrement du duc à Champmol119.

  • 120 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 14 et 17.

34D’autres princes choisissent de regrouper l’ensemble des prélats de la principauté. Les comtes de Foix-Béarn prennent ainsi bien soin de faire participer les évêques de chacun de leurs comtés. Lors de la célébration en 1414 des honneurs d’Archambaud de Grailly, l’évêque d’Aire-sur-l’Adour est chargé de dire la messe (le défunt était vicomte de Marsan). Il est assisté des évêques de Pamiers et de Rieux (ils représentent le comté de Foix) et des évêques de Lescar et d’Oloron (ils figurent le Béarn)120.

L’offrande

  • 121 J.-A. Jungmann, Missarum sollemnia. Explication génétique de la messe romaine, Paris, 1952, t. II, (...)
  • 122 Vincent, Fiat lux, p. 490 (règlement paroissial d’Ennordres, en Berry, milieu du XVe siècle).

35L’offrande est un acte liturgique qui se déroule avant l’Eucharistie121. Elle comprend habituellement le don de pièces de monnaie, de pain, de vin et de cire, qui représentent la participation des fidèles à la célébration122. Mais les funérailles princières ont détourné ce rite de son sens canonique, le transformant en une complexe cérémonie chevaleresque au cours de laquelle les pièces d’honneur du défunt sont successivement offertes à l’autel. Comme pour une offrande classique, le principal seigneur du deuil (le successeur du prince) se rend le premier à l’autel, suivi de ses parents et des autres grands nobles de la principauté. La participation à l’offrande représente pour tous un honneur, largement convoité.

  • 123 Froissart, Œuvres complètes, éd. Kervyn de Lettenhove, t. XXI, p. 265.
  • 124 Lors de la célébration des obsèques de Gérard de Mortaigne en 1391, on dissocie également les armes (...)

36La description des funérailles de Louis II de Male (en 1384) donne une idée de l’ampleur et de la complexité du rituel. Philippe le Hardi et de grands seigneurs français, flamands et bourguignons jouent le premier rôle, remettant à la collégiale Saint-Pierre de Lille les armes, chevaux et bannières du défunt qu’ils font amener devant eux jusqu’à l’autel. Le duc de Bourgogne, comme successeur du comte, offre le premier l’écu de guerre, qu’il présente avec treize chandelles et treize pièces d’or, restes de l’offrande liturgique rituelle. Passant devant les dépouilles du prince et de sa femme, il s’agenouille en signe d’hommage puis retourne dans son oratoire123. On remet ensuite, dans un ordre hiérarchique qui distingue les armes de guerre des armes de tournoi, toutes les pièces d’armes du défunt (sept écus, huit épées, huit destriers, huit heaumes et huit bannières)124.

  • 125 Froissart, Chroniques, t. XI, p. 160-2.
  • 126 Schnerb, L’État, p. 77-8.
  • 127 Ibid.

37Le dédoublement guerre-tournoi rend encore plus impressionnant ce grand déploiement militaire et sa place au sein de la cérémonie liturgique (on présente au total quarante pièces). Il permet la participation d’un nombre considérable de personnes, tant de grands seigneurs français, proches compagnons de Philippe le Hardi et parfois membres de son lignage (Jean d’Artois, comte d’Eu, son fils Philippe, futur connétable de France, Philippe de Bar, fils du duc Robert de Bar, Jean de Bourbon, comte de la Marche, Robert, comte de Namur) que de nobles issus de son double héritage, le duché de Bourgogne d’une part (Jean de Vienne, Guy de La Trémoïlle, seigneur de Sully, le seigneur de Châtillon, le maréchal de Bourgogne, le seigneur de Ray et Anceau de Salins), les comtés de Flandre et d’Artois d’autre part (le seigneur de Ghistelle, Waleran de Raineval, le châtelain de Dixmude, le seigneur d’Antoing et le châtelain de Furnes)125. L’association des différents seigneurs de cet État devenu bipolaire montre de manière éclatante sur quels piliers doit reposer le pouvoir du prince126. Elle manifeste « l’union, sinon la fusion de l’ensemble de cette noblesse d’armes qui allait servir et soutenir la politique du duc » (Bertrand Schnerb)127.

  • 128 Parmi ces chevaliers, on trouve Menaud de Navailles et Espan du Lion, proches du défunt, Tucoo-Chal (...)
  • 129 Ibid.

38Une telle offrande est aussi pratiquée lors des cérémonies des Foix-Béarn, en particulier pour l’enterrement de Gaston Fébus en octobre 1391. L’église des frères prêcheurs d’Orthez sert de cadre au rituel. Pendant la célébration de la messe, quatre chevaliers se placent devant l’autel, portant chacun une bannière armoriée de Foix et de Béarn128. D’autres tiennent l’épée, l’écu armorié et le heaume qui sont ensuite successivement offerts sur l’autel. Enfin, le coursier est amené par le baron de Coarraze, accompagné par Arnautou d’Espagne et Arnaud de Caupène129.

  • 130 Pour une interprétation politique de cette cérémonie, cf. 4e partie, chapitre II.
  • 131 Chronique du Religieux de Saint-Denys, t. I, p. 601. Michel Pintoin (†1421). Il devint moine à l’ab (...)
  • 132 Ibid., t. I, p. 603.
  • 133 Lors des cérémonies commémoratives d’Archambaud de Foix-Béarn (1414), un écu est également présenté (...)
  • 134 Louis est le frère de Charles VI, le futur Louis d’Orléans ; Jean, comte de Nevers, est le fils de (...)
  • 135 Chronique du Religieux de Saint-Denys, t. I, p. 603.
  • 136 Ibid.

39La relation de l’offrande pratiquée en 1389 à l’abbaye de Saint-Denis en l’honneur de Bertrand du Guesclin permet de préciser les gestes effectués130. Michel Pintoin s’y attarde longuement, d’autant qu’il assistait pour la première fois à un tel rituel131. Quatre chevaliers entièrement armés (ils portent l’armure du connétable) pénètrent tout d’abord dans le chœur du sanctuaire. Ils sont suivis de quatre cavaliers (montés sur des chevaux du roi) qui tiennent les bannières du défunt. Puis huit seigneurs offrent chacun un bouclier qu’ils portent de travers, en signe de la perte immense faite par la noblesse à la mort de du Guesclin132 (l’écu ainsi tenu est un signe de deuil : il est porté horizontalement mais n’est pas renversé, geste qui accompagne plutôt les rituels de dégradation)133. Quatre princes du sang (Louis, duc de Touraine, Jean comte de Nevers, Pierre de Navarre134 et Henri de Bar) avancent ensuite tête baissée. Ils portent chacun une épée qu’ils tiennent par la pointe (en signe de mort, une épée ainsi tenue ne peut être utilisée) pour les offrir à Notre Seigneur en reconnaissance de toutes les victoires qu’il avait accordées au connétable135. Quatre seigneurs armés, accompagnés de huit écuyers portant chacun un heaume, les suivent. Enfin, paraissent quatre seigneurs vêtus de deuil tenant des bannières déployées aux armes du défunt. Ils s’avançaient tous ainsi tour à tour à pas lents, venaient en s’agenouillant déposer humblement et dévotement leurs offrandes sur l’autel, et se retiraient après avoir baisé les mains de l’officiant (l’évêque d’Auxerre)136.

  • 137 Giesey, Le roi, p. 63. Les armes et drapeaux du défunt sont accrochés dans la chapelle funéraire ou (...)
  • 138 Flori, La chevalerie, p. 26 et 29.
  • 139 Ibid

40On peut dès lors imaginer le vaste défilé militaire qui se déroule dans l’église, jusqu’au chœur même du sanctuaire. L’entrée des chevaux, avec toutes les nuisances olfactives et sonores qu’elle peut occasionner, reste l’un des éléments les plus surprenants. Pour autant, l’autorité ecclésiale n’interdit jamais de tel déploiement, source de revenus confortables (les pièces d’honneur du défunt lui revenaient au même titre que d’autres ornements funéraires137). Comme l’a montré Jean Flori, on ne peut sans cesse opposer Église et chevalerie qui souvent se mit à son service (croisades, ordres militaires…)138. Le cérémonial funèbre n’est d’ailleurs pas le seul qui mêle ainsi liturgie et rite profane. Lors de l’adoubement, les armes du futur chevalier, en particulier son épée, sa lance, son bouclier et ses éperons, pénètrent aussi dans le sanctuaire. Elles sont déposées sur l’autel puis offertes à l’impétrant. Des prières et des formules de bénédiction précèdent la remise des objets, riches en éléments idéologiques : Cette épée, c’est en effet celle de l’Esprit Saint, qui est la Parole de Dieu. Conformément à cette image, soutiens donc la Vérité, défends l’Église, les orphelins, les veuves139. Élément constitutif de l’entrée en chevalerie, la présentation des armes du défunt sur l’autel accompagne logiquement son dernier voyage. Par l’acceptation de l’offrande, l’Église reconnaît que la tâche du chevalier est le combat, mais un combat au service de Dieu et du bien.

  • 140 Cf. 2e partie, chapitre II.
  • 141 Schnerb, « Un service », p. 115.
  • 142 Lory, « Les obsèques », p. 244.
  • 143 Cf. 3e partie, chapitre II.
  • 144 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.
  • 145 Cf. 3e partie, chapitre II.

41A la fin du XIVe et au XVe siècle, l’offrande chevaleresque n’est plus à la mode parmi les princes des fleurs de lis140. L’offertoire redevient un rite liturgique classique : les parents du grand deuil viennent offrir à l’autel cierges et pièces de monnaie. Lors de la célébration du service de Jean sans Peur à Arras, Philippe le Bon offre à chaque messe une pièce d’or et ses parents une pièce d’argent141. Le rituel est le même cinquante ans plus tard pour les funérailles du prince (1467) dans la collégiale de Bruges142. Même quand l’armement militaire du défunt fait sa réapparition dans le convoi funèbre, il n’est pas toujours offert sur l’autel. Ainsi à Souvigny (1503), les pièces d’armes de Pierre II ne sont pas présentées à l’offrande et ne jouent un rôle dans le cérémonial qu’après l’inhumation143. Celle-ci demeure un acte exclusivement canonique : les cinq parents du grand deuil offrent chacun une pièce d’or, suivis par les seigneurs et gentilshommes présents144. Dans le rituel royal (à partir de 1498), la place des armes est identique. Elles ne servent qu’au moment de la mise en terre145.

  • 146 Cf. supra.
  • 147 BM de Lille, Ms. 478, fol. 56.
  • 148 Popoff, « « Ainsi que faire », loc. cit. p. 30-1.

42En revanche, dans le monde burgondo-flamand, l’offrande princière redevient dès 1473 une vaste cérémonie chevaleresque. Lors du service célébré à Bruges avant le départ de Philippe le Bon pour Champmol, on accroche ses pièces d’honneur à la chapelle ardente146. Quatre rois d’armes couronnés entourent le cercueil. L’ordonnance du transfert précise qu’ils tiendront le premier ordre quand ils iront à l’offrande147. Cette phrase semble faire allusion à une offrande militaire qui octroie le premier rôle aux rois d’armes. Ceux-ci sont en effet chargés de délivrer chaque pièce d’armes aux seigneurs qui vont « offrir »148.

  • 149 BnF, Fr. 1280, fol. 132 v°. Le terme de chevalier banneret était appliqué aux seigneurs qui, dans l (...)
  • 150 BnF, Fr. 1280, fol. 132 v°-133.

43Le héraut Gilles (ou plutôt son père, auteur du passage sur les obsèques des nobles) codifie dans son traité l’ordre de l’offrande. L’écu est tout d’abord présenté par le fils aîné du défunt. Suivent son heaume timbré, offert par les deux plus grands seigneurs assistant aux obsèques, et son épée, donnée par les deux plus vaillants hommes. Un cheval, caparaçonné des armes du trépassé, apparaît ensuite, monté par un gentilhomme portant sa bannière, s’il est baron ou banneret, ou son pennon, s’il est bachelier149. Il est suivi d’un cheval couvert de la devise du mort, qui doit être mené par les deux plus gracieux et les plus mondains (élus par) les dames et damoiselles sans reproche de toute l’obseque150.

  • 151 Ibid.
  • 152 Vale, « A Burgundian », p. 936.
  • 153 Fautre : couverture, tapis, feutre.
  • 154 Popoff, « Ainsi que faire », p. 31.

44Le héraut s’inquiète de la raréfaction du rituel chevaleresque qu’il explique d’une part, par son coût élevé et d’autre part, par l’impossibilité de certains nobles d’exposer leurs quatre quartiers151. Les descriptions de funérailles de quelques grands seigneurs des Pays-Bas bourguignons montrent qu’on pratiquait toujours l’offrande militaire dans le monde de la haute noblesse. Les cérémonies d’Adolphe de Clèves (1492) lui accordent une place essentielle, avec présentation des écus de guerre et de tournoi, du heaume, du pennon, de la cotte d’armes, du cheval de guerre et de l’épée du défunt152. En 1508, pour les obsèques de Jean de Luxembourg, seigneur de Ville, le constat est le même : le guidon, le cheval, l’épée, le heaume, l’écu et la cotte d’armes du trépassé sont successivement offerts à l’autel. Détail amusant, pour éviter, dans une atmosphère recueillie, le bruit provoqué par l’entrée du cheval dans l’église, on prit soin de faultrez153 par les pieds deseure les fers154.

  • 155 Cf. les funérailles d’un chevalier, Jean d’Estouteville, Ph. Contamine, « Une longue vie de chevali (...)
  • 156 On apporta l’un après l’autre le guidon, l’enseigne, le heaume, la bannière, le cheval de parement, (...)
  • 157 B.I., Ms. 385, fol. 60-60 v°.

45En dehors même du monde burgondo-flamand, l’offrande militaire reste constitutive des funérailles princières (et nobiliaires)155. En 1513, l’église Notre-Dame de Cléry sert ainsi de cadre à l’offrande des armes de François II d’Orléans, duc de Longueville. Après la lecture de l’Évangile, le prélat qui officie (l’archevêque d’Aix-en-Provence), assis sur une chaise couverte de velours et entouré de deux évêques, reçoit l’une après l’autre les pièces d’armes du défunt156. À chaque remise d’objet, le porteur lui fait une révérence puis asperge le corps d’eau bénite. Les seigneurs du grand deuil offrent ensuite chacun un cierge où des écus d’or sont fixés157. Si cette cérémonie célèbre symboliquement la valeur chevaleresque du trépassé, le sermon funèbre vient également rappeler ses vertus chrétiennes et morales.

Le sermon funèbre

  • 158 L’évêque de Tournai prononça l’oraison funèbre de Philippe le Bon en 1467, Lory, « Les obsèques », (...)
  • 159 Pierre Flour, dominicain, fit le sermon funèbre de Jean sans Peur à l’abbatiale Saint-Vaast d’Arras (...)
  • 160 Un Carme, Jean Copie, confesseur et aumônier de Pierre II de Bourbon prononça l’oraison funèbre du (...)
  • 161 J. B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350, (...)
  • 162 D.L. d’Avray, Death and the Prince. Memorial Preaching before 1350, Oxford, 1994.
  • 163 La consultation du répertoire de sermons prononcés par des Dominicains (T. Kaeppeli, Scriptores Ord (...)
  • 164 Pour ce type de sermons, V.L. Saulnier, « L’oraison funèbre au XVIe siècle », Bibliothèque d’humani (...)
  • 165 J.-P. Boyer, « Les Baux et le modèle royal. Une oraison funèbre de Jean Regina de Naples (1334) », (...)

46Après l’offrande, un religieux célèbre les vertus du défunt et appelle les assistants à prier Dieu pour son âme. Pour le bas Moyen Âge, la teneur des sermons est difficile à cerner. Les chroniqueurs n’y consacrent que quelques lignes, et s’intéressent surtout au nom du prédicateur (évêques158, dominicains159 ou carmes160). Il n’existe en outre aucun répertoire de sermons comparable à celui élaboré par Schneyer pour les XIIe, XIIIe et XIVe siècles161, qui servit de base à la belle étude de d’Avray sur les éloges funèbres royaux et princiers162. Les recherches menées pour retrouver le contenu d’oraisons prononcées à l’occasion de la mort de princes français du XVe siècle se sont donc révélées infructueuses163. Il semble cependant possible d’utiliser les conclusions de d’Avray tant le genre évolue peu jusqu’au développement de l’humanisme en France au XVIe siècle164. Les articles de Jean-Paul Boyer, autre spécialiste de la question pour le royaume de Naples (au début du XIVe siècle), peuvent apporter d’utiles compléments165.

  • 166 D’Avray, Death and the Prince, p. 30, 38-39, 44, 47.
  • 167 Ibid., p. 47.
  • 168 Boyer, « Les Baux et le modèle royal », p. 429.
  • 169 D’Avray, Death and the Prince, p. 57.

47Les auteurs des sermons conservés sont de grands prédicateurs du XIIIe et du début du XIVe siècle (principalement des dominicains), tels Jacques de Vitry, Eudes de Châteauroux, Jacques de Viterbe, Bertrand de la Tour et Jean Regina de Naples166. Ils célèbrent les principaux souverains du temps, Edouard Ier d’Angleterre, Philippe IV le Bel, Louis X le Hutin, et les membres de la famille royale de Naples (de la première maison d’Anjou). Jean Regina, orateur quasi officiel de la cour angevine, rédigea un éloge funèbre en mémoire du roi Charles II (†1309) et de deux de ses fils, Philippe, prince de Tarente (†1332) et Jean, prince de Durazzo (†1335)167. Il prononça également un sermon en l’honneur d’un des plus grands nobles du royaume, Hugues de Baux (de Berre), chambellan de Charles II, décédé en 1334168. Les sermons sont prêchés devant le corps (à l’occasion des funérailles), lors de cérémonies commémoratives (souvent un an après le décès), ou même à l’étranger, lors de la célébration d’un obsèque pour le défunt. Remigio de Girolami prononça ainsi l’éloge de Philippe IV et de Louis X en Italie169.

  • 170 Krynen, L’empire du roi, p. 168.
  • 171 D’Avray, Death and the Prince, p. 112.

48Leur teneur est pour l’essentiel identique. Les prédicateurs célèbrent le passé vertueux du défunt, sa bonne mort et incitent à prier Dieu pour le salut de son âme. Il s’agit d’offrir aux assistants un modèle du prince idéal, à l’instar des « Miroirs » qui se multiplient alors170. Les détails biographiques ne sont fournis que dans la mesure où ils étayent telle ou telle qualité. Aussi si les sermons sont dans l’ensemble stéréotypés, ils contiennent parfois un portrait plus individualisé171.

  • 172 Ibid., p. 147.
  • 173 Boyer, « Les Baux et le modèle royal », p. 442.

49Les orateurs insistent tout d’abord sur les vertus chrétiennes du prince, et mettent en avant sa dévotion, son humilité et sa générosité à l’égard des églises et des pauvres172. Jean Regina souligne la piété de Philippe, prince de Tarente, en rappelant qu’il fréquentait les offices divins, qu’il se confessait et communiait souvent, aussi bien en bonne santé que malade, et qu’infailliblement il entendait chaque jour la messe. Et il fut l’ami de tous les amis de l’Église de Dieu, et l’ennemi de ses ennemis, et il ne participa jamais à une guerre sauf contre ces derniers173. L’intense dévotion personnelle et l’incessant service de l’Église, telle est l’image que donnent les prédicateurs du prince idéal.

  • 174 D’Avray, Death and the Prince, p. 71.
  • 175 Ibid., p. 131.
  • 176 Il meurt le 8 juin, à Londres. Il est enterré le 5 octobre dans la cathédrale de Canterbury, Barber (...)
  • 177 Ibid.

50Ils présentent aussi ses qualités morales et politiques174. Le bon prince gouverne avec sagesse et prudence, et lutte contre la tyrannie, l’injustice et l’iniquité. Il défend son royaume, repousse ses ennemis et maintient la paix175. L’essentiel du sermon prononcé par Thomas Brinton, évêque de Rochester, lors du décès du Prince noir en 1376, repose sur ce thème176. Il insiste d’une part, sur sa puissance militaire, démontrée par ses nombreuses victoires, en particulier à la bataille de Poitiers où le roi de France fut fait prisonnier. Il insiste d’autre part sur sa sagesse et sa bonté à l’égard de ses sujets et de ses serviteurs177.

  • 178 D’Avray, Death and the Prince, p. 121.
  • 179 Boyer, « Les Baux et le modèle royal », p. 439.
  • 180 Évangile selon saint Luc, XIX-12.
  • 181 Boyer, « Les Baux et le modèle royal », p. 431.
  • 182 Ibid.
  • 183 Ibid., p. 440.
  • 184 Beaune, « Mourir noblement », p. 140.

51Les prédicateurs louent également l’origine illustre du défunt, avec l’idée qu’une naissance éminente prédispose à de hautes vertus178. Jean Regina célèbre ainsi l’ascendance prestigieuse de Philippe de Tarente, issu de la noble Maison de France, qui engendra deux saints (Saint Louis de France et saint Louis de Marseille) : La maison de France peut être dite un bon arbre. Elle est bonne eu égard à Dieu, parce que zélatrice et défenseur de l’Église, elle de qui deux saints Louis ont été nouvellement canonisés, à savoir le roi de France et l’évêque de Toulouse179. Les orateurs se font parfois les témoins des origines fabuleuses de certains lignages. Après une citation biblique (Un noble s’en est allé dans un pays lointain180), Jean Regina débute son sermon en l’honneur de Hugues de Baux par un rappel de l’origine mythique de la famille provençale : Notre seigneur et tous ceux de sa race tirent leur origine, comme je l’ai appris d’une personne digne de foi, des saints mages, soit des rois qui vinrent auprès du Christ, à sa naissance, sous la conduite d’une étoile181. Cette ascendance légendaire, formulée vers 1300, n’offre rien de singulier, d’autant qu’elle explique l’emblème héraldique de la famille (une étoile)182. Les Lusignan revendiquent alors pour ancêtre la fée Mélusine. En 1402, l’augustin Pietro da Castelleto, dans son oraison funèbre de Gian Galeazzo Visconti, remonte la généalogie de ce dernier jusqu’à Vénus et Jupiter, par l’intermédiaire d’Anchise et d’Énée183. Le sermon prononcé à Saint-Denis en 1514 à la mort de la reine Anne de Bretagne offre aussi une splendide histoire mythique de la Bretagne qui part d’Inoge, femme de Brutus, seigneur de Troie et fille de l’empereur de Grèce, relate la découverte de l’hermine, les règnes de tous les rois bretons (dont Arthur) et les mérites des saints de la principauté184.

  • 185 D’Avray, Death and the Prince, p. 162.
  • 186 Ibid., p. 176. Cf. aussi Powell, Fletcher, « In die sepulture seu trigintali », p. 200-4.

52Les prédicateurs reprennent enfin dans leurs sermons tous les poncifs sur l’inéluctabilité de la mort et l’incertitude de son heure185. Ils célèbrent les derniers instants du défunt, l’efficacité des sacrements de l’Église et offrent une réflexion sur l’au-delà, plaçant fréquemment l’âme du prince au Purgatoire et exhortant les fidèles à la prière186.

53Si les chroniqueurs français se contentent souvent de deux malheureuses lignes pour évoquer le discours du prédicateur, les sermons « polémiques », prononcés dans le contexte de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, font exception. Le 5 janvier 1415, Charles VI fait célébrer un service commémoratif à la mémoire de son frère, Louis d’Orléans, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, auquel il assiste en compagnie des fils du défunt, Charles d’Orléans et Philippe de Vertus, et de nombreux princes du parti armagnac, tels Jean de Berry, Jean de Bourbon, Jean d’Alençon, Louis de Bavière, Arthur de Richemont et Charles d’Eu.

  • 187 Guenée, Un meurtre, une société, p. 215.
  • 188 Il est aussi possible que son changement de position soit plutôt le fruit d’une évolution lentement (...)
  • 189 Monstrelet, Chronique, t. III, p. 55.
  • 190 Ibid., t. III, p. 56. Il reprend alors son « discours contre Jean Petit » prononcé devant le roi en (...)
  • 191 Guenée, Un meurtre. Une société, p. 249.
  • 192 Il y est envoyé avec Louis de Bavière et Philippe de Vertus, mais échoue à faire condamner les erre (...)

54Jean Gerson prononce le sermon funèbre. Docteur en théologie, chancelier de l’Université de Paris, fameux par sa science et son éloquence, il était un homme de grande autorité187. Longtemps partisan de la paix et du pardon du meurtrier de Louis d’Orléans, il revint sur sa position après les violences cabochiennes de 1413 dont il fut l’une des victimes188. Ses propos, rapportés par Enguerrand de Monstrelet, louent tout d’abord la mémoire et le gouvernement du duc d’Orléans189. Gerson réclame ensuite un juste châtiment pour Jean sans Peur qui doit se repentir pour le meurtre commis s’il veut sauver son âme. Il affiche enfin sa volonté d’aller plus loin dans la condamnation de la doctrine du tyrannicide formulée par Jean Petit en 1408 pour justifier l’assassinat du duc190. Il avait déjà obtenu, non sans peine, une telle condamnation le 23 février 1414 par les docteurs et maîtres de l’Université de Paris (le « concile de la foi »)191. Il souhaitait poursuivre la bataille au concile de Constance réuni pour mettre fin au schisme192.

  • 193 Monstrelet, Chronique, t. III, p. 361. Sur cet épisode, cf. P. Bonenfant, Du meurtre de Montereau a (...)

55L’oraison prononcée par Pierre Flour (dominicain, inquisiteur de la province de Reims) lors du service organisé en octobre 1419 à Arras en l’honneur de Jean sans Peur, assassiné un mois auparavant par des conseillers du dauphin, fait aussi partie de ces sermons « polémiques ». Elle marqua les esprits car le dominicain mécontenta les assistants en conseillant au duc (Philippe le Bon) que point ne print vengence de la mort de son pere193. Chastellain développe dans ses Œuvres les arguments de l’orateur :

  • 194 Chastellain, Œuvres, t. I, p. 79-80.

L’offrande passee, un frere prescheur, maistre en theologie, nommé maistre Pierre Flore, inquisiteur de la foy en la province de Rains, fit un sermon notable devant toute la seigneurie, princes, prelats, nobles et autres, par lequel en toute ardeur d’esprit sembloit contendre à vouloir desenhorter un et chacun de prendre aucune vengeance du mort, ains persuadoit et conseilloit que on la remist à Dieu tout puissant qui scet rendre et venger toutes offenses où et quand luy plaist, non pas à l’appetit des hommes, mais plus amerement beaucoup que à leur appetit. Sy remonstroit aussi que voye de justice est la plus rigoureuse et la plus espovantable attente des meffaiteurs, et que nulle vengeance n’est si honnorable et de si grand los que celle qui y est quise194.

  • 195 Schnerb, Les Armagnacs, p. 209.
  • 196 Ibid., p. 211.
  • 197 Guenée, Un meurtre, une société, p. 284. Schnerb, Les Armagnacs, p. 214. Il finance en outre la cél (...)

56D’inspiration évangélique (il prêche sur le thème non occides), le sermon est mal perçu par le public, prélats, princes, nobles et députés des bonnes villes de la région. Au lendemain du meurtre, l’heure est en effet à la vengeance. La duchesse douairière, Marguerite de Bavière, semble bien en être l’âme (elle prend aussitôt toute une série de mesures militaires)195. Philippe le Bon est plus modéré. Il ne prend d’ailleurs la décision de conclure une alliance avec les Anglais qu’après mûre réflexion196. Il n’aspire pas, semble-t-il, à de nouveaux meurtres, mais stigmatise celui de son père, entretenant sans cesse son souvenir (il porta tout au long de son principat des vêtements de deuil)197. Ainsi, si les chroniqueurs accordent peu d’importance aux sermons de mortuis classiques, les oraisons plus politiques retiennent leur attention.

  • 198 BnF, Fr. 4683, Anonyme, Sermon pour une princesse d’Albret, s.d., fol. 248.
  • 199 D’Avray, Death and the Prince, p. 226.
  • 200 Saulnier, « L’oraison funèbre », p. 130 et 154.

57Le contenu de ces discours connaît ensuite, avec le développement de l’humanisme, une double évolution. D’une part, les rappels généalogiques s’allongent. Un prédicateur anonyme du XVIe siècle consacra ainsi plus de dix pages de son éloge funèbre d’une princesse d’Albret à sa généalogie (avec citations d’actes authentiques, de chroniques remontant au règne de Charles V et rappel de tous les morts au champ d’honneur de la famille)198. D’autre part, les sermons deviennent moins stéréotypés et accordent davantage d’importance à la personnalité du défunt199. S’inspirant des discours antiques, ils célèbrent sa gloire et sa renommée200.

La mise en terre

  • 201 AD du Cher, 8° G 1455, fol. N v° et fol. E v°.

58Le dernier acte de la pièce funéraire se joue ensuite, consacré à l’inhumation du défunt. Après une absoute, avec recommandation de l’âme (dont la fonction est double, à la fois propitiatoire et purificatrice), on dépose le cercueil dans la fosse. Celle-ci est généralement maçonnée, ce qui exige une longue préparation. Des ouvriers travaillèrent ainsi plusieurs jours sous le maître-autel de la Sainte-Chapelle de Bourges pour recevoir le cercueil de Jean de Berry. Après avoir visité les voûtes de la crypte et s’être assurés de leur résistance, ils maçonnèrent une fosse rectangulaire, au fond de laquelle ils fixèrent quatre barres de fer destinées à recueillir la bière201. Le corps reçoit ainsi une double protection, le cercueil d’une part et la fosse maçonnée d’autre part. Il ne repose jamais directement en pleine terre. Les barres, mentionnées dans tous les récits de funérailles et les comptes rendus d’exhumation, permettent de le surélever, comme si le contact avec le sol pouvait le souiller.

  • 202 British Museum, Additionnal Charters 26044.
  • 203 Chronique de Mathieu d’Escouchy, t. II, p. 443.

59La comptabilité funèbre du duc Charles d’Orléans fournit de nombreux détails sur l’inhumation princière. Un maçon et trois manœuvres passent trois jours à creuser la fosse et à la maçonner (ils utilisent des pierres et de la chaux). Deux charpentiers, aidés d’ouvriers, installent ensuite un engin sur les voûtes de l’église (Saint-Sauveur de Blois) pour dessendre ledit corps en la fosse202. Il s’agit probablement d’une sorte de treuil qui permet plus facilement de porter et de déposer un cercueil particulièrement lourd dans le caveau. Un tel objet fut aussi utilisé aux funérailles de Charles VII à Saint-Denis en 1461203.

  • 204 Lory, « Les obsèques », p. 244.
  • 205 Cf. pour Charles d’Orléans, British Museum, Additionnal Charters 26044, et pour Philippe le Bon, Lo (...)

60La mise en terre marque la séparation définitive avec les vivants, dans une progression dramatique qui a débuté avec la fermeture du cercueil (qui occultait déjà l’image du mort et interdisait tout contact avec lui). C’est le moment déchirant par excellence, ponctué par divers pleurs et lamentations. La fosse est ensuite recouverte de planches204 et surmontée d’un monument provisoire (le tombeau était rarement terminé à la mort du prince). Il s’agit généralement d’un coffre en bois, appelé sepulture dans les sources205.

  • 206 Roman, « Compte des obsèques », p. 228.
  • 207 La Borderie, « Le complot breton de 1492 », p. 80.

61On recouvre enfin la tombe d’ornements funèbres qui reflètent « pour l’éternité » le rang du défunt. Un drap d’or est tout d’abord apposé, souvent orné des armoiries ducales. Un tel drap est mentionné dans la comptabilité de Charles d’Orléans. Bordé de velours noir, portant une croix de boucassin blanc et sept blasons aux armes du prince, il ornait sa sépulture à la collégiale de Blois206. Aux Carmes de Nantes, la tombe de François II était couverte pour les grandes cérémonies d’un immense drap d’or, bordé de velours noir, paré de quatre grands blasons aux armes ducales. Une autre couverture, de simple velours noir, servait au quotidien207.

  • 208 Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, p. 271.
  • 209 British Museum, Additionnal Charters 26044.
  • 210 La Borderie, « Le complot breton de 1492 », p. 81. M. Jones, « Les signes du pouvoir : l’Ordre de l (...)
  • 211 Morice, Mémoires, t. III, p. 604.
  • 212 La Mure, Histoire, t. III, p. 228.
  • 213 C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, 2004, p. 219.

62Outre le drap d’or, la tombe reçoit les armes et les drapeaux du défunt. Selon Olivier de la Marche, seuls les nobles morts au champ de bataille ont le droit d’arborer leur bannière, leur étendard et leur pennon sur leur sépulture208. Pour les princes, ce précepte n’est pas appliqué. De tels ornements parent leurs tombes qu’ils soient morts au combat ou de maladie. Une bannière, un étendard et un pennon aux armes de Charles d’Orléans surmontent ainsi sa sépulture (ils étaient accrochés à trois piliers de la collégiale)209. On réalise en 1488 pour François II de Bretagne un étendard, un guidon, une cornette, une bannière et une cotte d’armes qui servent pour le parement de sa sépulture (ils portent l’hermine bretonne)210. Ils sont fixés sur cinq lances peintes211. D’autres, comme les ducs de Bourbon, choisissent de présenter l’ensemble de l’armement du défunt. La relation des funérailles de Pierre II révèle ainsi qu’après l’inhumation du duc, l’espée, et les timbre, escu, cotte d’armes, enseigne, guidon, pannon et banieres furent mises et laissées pendues en la chapelle, auprès de celles de feu Monseigneur le duc Jehan (Jean II de Bourbon)212. Cette coutume funéraire pourrait expliquer l’épisode célèbre de l’épée découverte par Jeanne d’Arc dans l’église Sainte-Catherine de Fierbois213.

Le banquet funèbre

  • 214 On ne trouve pas mention d’un tel repas pour Jean de Berry et pour Philippe le Bon.
  • 215 Schnerb, « Un service », p. 117.
  • 216 Chiffoleau, La comptabilité, p. 143-4.
  • 217 Thomas, Le cadavre, p. 67.

63Un repas commun clôture rituellement la cérémonie religieuse. Toutes les relations de funérailles n’en font cependant pas mention214, et certains banquets ne regroupent que quelques invités. Après la célébration du service de Jean sans Peur, seuls les prélats sont conviés, aux frais de l’abbatiale Saint-Vaast, à un repas en la sale et chambre de l’abbé215. D’autres banquets rassemblent l’ensemble des participants aux cérémonies. Ils permettent de regrouper, après la disparition du prince, les vivants autour de son successeur216. C’est en outre un dernier témoignage, si l’on considère l’abondance des provisions réunies, de la prodigalité du défunt. Ce repas existe dans toutes les civilisations, moyen d’apaiser le chagrin en renforçant les liens qui unissent les participants en l’absence du mort217.

  • 218 Contamine, La noblesse, p. 292.
  • 219 Vale, « A Burgundian », p. 936-7.

64Il se déroule dans une salle attenante à l’église ou plus souvent dans le palais ducal. Comme lors des banquets, les convives sont répartis dans plusieurs pièces. Le repas qui suit la célébration des obsèques de Pierre II de Luxembourg, comte de Saint-Pol (1482) se déroule dans le château comtal d’Enghien (en Hainaut). La place des convives est strictement ordonnée : le grand deuil (composé entre autres du demi-frère du défunt, Louis de Luxembourg, fils du connétable de Saint-Pol, et de Henri de Bergis) et l’évêque de Cambrai sont servis dans la chambre de parement (la salle de réception). Les prélats et les nobles dînent séparément dans deux salles attenantes218. Le service est identique pour Adolphe de Clèves dix ans plus tard. Le repas se déroule au château : le grand deuil, le prélat de la Toison d’or (le chancelier de l’ordre) et le moine qui fit le sermon sont servis avec le fils du défunt, Philippe de Clèves. Leur salle est faiblement éclairée (d’une torche seulement) en signe de deuil. Dans une autre pièce se tiennent les nobles et les hérauts, chacun s’asseyant selon son rang219.

  • 220 Schnerb, « Les funérailles », p. 134.
  • 221 Cf. tableau ci-contre des dépenses funèbres.

65Le coût du repas est souvent impressionnant, cinq cents francs par exemple lors de la célébration des funérailles de Jean sans Peur à Champmol220. Il représente parfois, dans le budget funèbre, l’un des plus gros postes de dépenses. Le banquet qui suit l’obsèque de Philippe de Vertus, célébré dans la collégiale Saint-Sauveur de Blois en 1420, coûte ainsi plus de 360 livres tournois, alors que la somme consacrée aux messes et distributions charitables s’élève à 135 livres221.

  • 222 AD du Loiret, 6 J 9, pièce no 10.
  • 223 Le carême débuta cette année-là le 14 février.
  • 224 A. Digot, « Pièces relatives à l’histoire du Barrois », Journal de la Société d’archéologie et du c (...)
  • 225 V. Servais, Annales historiques du Barrois de 1352 à 1411 ou Histoire politique, civile, militaire (...)
  • 226 Lespy, « Les honneurs d’Archambaud comte de Foix », p. 421. L’expression « gens du petit monde » dé (...)
  • 227 Ibid., p. 371.

66Selon le calendrier liturgique, poissons variés ou viandes, fruits, légumes, pains et vins sont offerts en abondance. Quelques comptes permettent de connaître la quantité et la nature des vivres rassemblées. Le repas de Philippe de Vertus compte, outre du pain et du vin (blanc et rouge) à profusion, un bœuf, trois porcs, trois veaux, dix-huit moutons, trois faisans, trois hérons, huit lièvres, quarante-trois chapons, six cochons, trente oiseaux de rivière, trente-quatre perdrix, quatre-vingt-dix-neuf volailles, cent trente-deux poulets, quatre cents œufs, auxquels il faut ajouter fromages et pâtisseries222. Les repas donnés lors des obsèques de Marie de France, duchesse de Bar (les cérémonies se prolongent du 9 au 15 mars 1404) ne comprennent, suivant le calendrier liturgique, que du poisson223. Signe de leur importance, le duc de Bar fixe en conseil le nombre et la qualité des vivres224. On décide qu’il y aurait, entre autres, trois mille carpes, mille brochets, trois mille grenouilles, deux cents livres de harengs blancs et saurs, mille lamproies, ainsi que des perches et des saumons225. Les repas qui se déroulent lors des honneurs funèbres d’Archambaud de Foix-Béarn en 1414 sont également impressionnants. Le prince tient table ouverte dans son château d’Orthez pendant quatre jours : il y avait en quantité suffisante des vivres de toute sorte ; là, ils mangèrent et burent amplement, à leur guise. Ceux qui ne voulurent point manger dans les salles furent servis dehors, et cela trois fois par jour, le matin, après la messe, et le soir. Mais le soir beaucoup de gens du petit monde étaient partis226. On fait venir des quantités énormes de victuailles : pour la seule journée du 7 mai, on prépare environ deux mille cinq cents kilogrammes de pain, on sacrifie trente bœufs, cent moutons, cinquante chevreaux. Il n’y eut en revanche que deux cents poulets car en ce jour on ne sert pas beaucoup de volaille227.

  • 228 Cf. les honneurs funèbres d’Isabelle de Grailly, où sont proposées des sucreries variées (sucre, mi (...)
  • 229 Lespy, « Les honneurs d’Archambaud comte de Foix », p. 371.

67Cette phrase peut surprendre car la plupart des comptes mentionnent au contraire l’achat de gallinacés. En réalité, il n’existe, semble-t-il, ni interdits, ni nourriture spécifiquement funéraire. On consomme tous les types de viandes et de poissons. Les « douceurs » ne sont pas non plus proscrites228 et le vin est servi à profusion. Le deuil interdit en revanche, en signe de recueillement et d’humilité, l’utilisation de vaisselle précieuse (en ce jour, on ne doit point se servir de vaisselle d’argent) au profit de l’étain229.

  • 230 Dans la région lyonnaise, ils participaient parfois au repas, M.-T. Lorcin, « Ripailles de funérail (...)
  • 231 Cf. 2e partie, Chapitre II.
  • 232 Schnerb, « Les funérailles », p. 134.
  • 233 Lory, « Les obsèques », p. 246.

68Les pauvres ne sont pas conviés à ces repas d’enterrement230. Ils bénéficient toutefois, on l’a dit, de vastes distributions charitables, organisées aux portes de l’église ou du palais ducal231. De nombreuses messes sont aussi célébrées le jour même et les jours suivant l’enterrement. Elles sont dites dans la nécropole même et dans les églises situées aux alentours. Le jour des funérailles de Jean sans Peur à la Chartreuse de Champmol (1420), cinq cents prêtres, venus des villes et des villages environnants (certains se sont déplacés de Besançon) célèbrent des messes pour son salut, dans le monastère et dans les églises de Dijon232. Après l’enterrement de son fils, Philippe le Bon en 1467 à Bruges, on multiplie pendant six jours les messes de requiem dites en son honneur, dans la collégiale Saint-Donatien mais aussi dans la chapelle castrale et dans d’autres églises de la ville233.

Conclusion : le coût des « pompes funèbres »

  • 234 3 040 francs, 6 s., 9 d. t., ADCO, B 1538, fol. 243.
  • 235 Sur cette somme, seules 30 l. t. ne sont pas consacrées aux livrées (17 l. pour un poêle de drap d’ (...)
  • 236 British Museum, Additional Charters 26004. La somme totale dépensée pour ces travaux monte à 9 l. 1 (...)

69Il faut maintenant conclure cette partie en s’interrogeant sur le coût des cérémonies funèbres. La comptabilité donne quelques éléments de réponse, mais elle est souvent incomplète, ne détaillant qu’une partie des dépenses. Pour les funérailles de Philippe le Hardi en 1404, le compte de Jean Chousat, receveur général de toutes les finances, ne fournit ainsi que les frais engagés pour mener le corps de Hal à Champmol (détaillant en particulier le coût des livrées de deuil, poste de dépenses le plus élevé), l’ensemble s’élevant à plus de 3000 francs234. On ne sait rien en revanche sur les frais occasionnés par les cérémonies qui se déroulèrent à la Chartreuse. Le compte conservé pour Charles d’Orléans a le même inconvénient : il ne concerne que l’achat et la confection des vêtements de deuil, l’ensemble coûtant plus de 3550 livres tournois235. S’il peut être complété par une charte conservée au British Museum, quelques éléments continuent à manquer. Celle-ci mentionne en effet le salaire d’ouvriers ayant travaillé au maçonnement de la fosse ou à la construction de la chapelle ardente, mais ne donne pas le coût des tissus et matériaux utilisés (tentures, luminaire…)236.

  • 237 Schnerb, « Un service », p. 117.
  • 238 AN, KK 348, fol. 9-11. Dans les livrées de deuil, seules sont comptabilisées celles offertes à trei (...)

70D’autres comptes détaillent les services funèbres organisés pour les princes. Celui de Jean sans Peur, à l’abbatiale Saint-Vaast d’Arras (en 1419) coûta 1567 livres tournois. Les frais liés à l’aménagement et à la décoration du sanctuaire représentent 65 % du total, le reste, soit 35 %, est constitué d’aumônes et de dons charitables237. Un an plus tard, lors de la célébration des obsèques de Philippe de Vertus à la collégiale Saint-Sauveur de Blois, l’importance du decorum est encore plus évident : 914 livres tournois sont dépensées dont 15 % consacrés aux messes et distributions charitables et 85 % au décor funèbre (luminaire, décoration de l’église, poêle, livrées de deuil et repas)238.

  • 239 ADN, B 2064, fol. 232 v°.
  • 240 Morice, Mémoires, t. III, p. 607.
  • 241 Jones, « En son habit royal », p. 257. A titre comparatif, dans les années 1480, le montant moyen d (...)
  • 242 Cf. 2e partie, Chapitre II.

71Quand il s’agit d’organiser, non plus un simple service, mais l’ensemble des funérailles d’un prince (avec messes, aumônes, convoi, livrées de deuil, luminaire, décoration funèbre et repas), le coût est bien plus élevé : plus de 13 000 livres tournois sont dépensées pour Philippe le Bon à Bruges en 1467239, et près de 25 000 livres pour François II de Bretagne en 1488240. Ce coût considérable s’explique par le nombre et la qualité des vêtements de deuil fournis aux membres de l’Hôtel breton, qui comprenait plus de 660 personnes241. On donna aussi des robes à 80 pauvres et le drap d’or posé sur la sépulture du duc valait près de 800 livres tournois242. Le trésorier indique la somme globale dépensée pour les funérailles ducales, mais ne détaille pas l’ensemble des achats, en particulier ceux occasionnés par les cérémonies liturgiques.

  • 243 Ceux de Jean de Berry ne permettent pas une telle étude car ils furent endommagés lors d’un incendi (...)

72Finalement, seuls les comptes de Philippe le Bon qui sont complets, permettent d’étudier la répartition des dépenses liées aux funérailles princières243.

  • 244 Dont 87 l. 7 s. pour l’embaumement et 27 l. 2 s. pour le cercueil.
  • 245 Dont 8982 l. 14 s. 6 d. pour les livrées de deuil données aux serviteurs de l’Hôtel du duc (et de s (...)
  • 246 On peut y ajouter 72 s. octroyés à des tapissiers pour coudre le dais placé au-dessus du cercueil.
  • 247 Dont 1411 l. 5 s. pour la décoration de l’église et 24 l. 11 s. 6 d. pour la construction de la fos (...)
  • 248 Le total (13 083 l. 14 s. t.) est légèrement supérieur à celui indiqué par le trésorier car on y in (...)

Note244244
Note245245
Note246246
Note247247
Note248248

73On peut regrouper ces catégories :

Messes

Embaumement/cercueil

Vêtements de deuil

Décorations funèbres

215 l. 12 s.

114 l. 9 s

9823 l. 1 s.

2930 l. 12 s.

1, 7 %

0, 9 %

75 %

22, 4 %

74Le poids représenté par les livrées de deuil dans le budget funèbre est considérable. Il faut vêtir les membres de l’Hôtel (1 200 personnes) dont la présence aux funérailles souligne, mieux que tout autre décor, la puissance du défunt. Outre le service du prince, la cour a pour fonction d’impressionner les spectateurs par son importance numérique et sa qualité.

Cérémonies chrétiennes et rituel princier

75Ainsi, le cérémonial princier se différencie des funérailles classiques par de nombreux éléments. A l’instant même du trépas, si tous les fidèles se confessent et reçoivent le viatique, seuls les « grands » bénéficient de l’onction des malades. En outre, alors que le commun des mortels repose dans le cimetière, souvent de manière anonyme, le prince est inhumé dans une église, dans le chœur ou dans une chapelle latérale. Le traitement que subit sa dépouille le distingue également : les simples chrétiens sont inhumés rapidement. Leur cadavre ne fait l’objet d’aucun traitement, il est simplement enveloppé dans un suaire et déposé dans un cercueil de bois. En revanche, le corps princier est incisé et embaumé afin de le conserver le plus longtemps possible dans son intégrité. Il doit exhaler une odeur agréable, semblable à celle qui émane de la dépouille des saints.

76La mort du prince concerne tous les sujets de la principauté. Aussi lui accorde-t-on une large publicité. Le corps est exposé à deux reprises, une première fois le visage à découvert et une seconde fois dans un cercueil. Ce rituel permet d’authentifier le défunt et d’éviter tout risque de contestation. Le convoi distingue également le « grand » du commun des mortels. Si dans les deux cas, les clercs mènent la procession au chant des psaumes, le cortège princier s’étoffe d’un nombre considérable de personnes : pauvres, serviteurs de l’Hôtel, parents, nobles et communautés urbaines. Toute la principauté se regroupe autour du défunt et de son héritier pour lui rendre un dernier hommage et prendre acte de la succession. Le poêle de drap d’or, le luminaire employé à profusion, le décor héraldique et les pièces d’honneur renforcent la splendeur de la cérémonie. La liturgie funèbre elle-même n’est pas identique. Certes, les psaumes chantés et les prières prononcées sont semblables. Cependant, tous les chrétiens ne bénéficient pas à la fin du Moyen Âge d’une messe de funérailles dite devant le corps. En revanche, trois messes hautes sont célébrées devant la dépouille princière. La dernière est marquée par le rite chevaleresque de l’offrande des pièces d’honneur. Un sermon détaille aussi les qualités religieuses et morales du défunt et insiste sur son origine illustre. Enfin, aucune femme n’assiste aux funérailles royales et aristocratiques : les princesses restent cloîtrées dans leur palais, dans une chambre tapissée de noir et faiblement éclairée, accompagnant symboliquement leur mari dans la mort. Au contraire, les veuves sont, semble-t-il, toujours présentes dans les convois des simples fidèles.

Notes

1 Lehoux, Jean de France, t. III, p. 411.

2 Schnerb, « Un service », p. 110.

3 A. Chastel, L’art français, Temps modernes 1430-1620, Paris, 1994, p. 90.

4 Le terme de « litre » apparaît pour la première fois dans une ordonnance sur les obsèques de Georges de la Trémoille, seigneur de Craon, en 1481, Louis de la Trémoille, Archives, p. 136. On le retrouve ensuite dans le testament de la veuve de René Ier d’Anjou, Jeanne de Laval (1498), Calmet, Histoire ecclésiastique, t. III, p. 319.

5 Cf. aux obsèques de Jean sans Peur (1419), Schnerb, « Un service », p. 111 et 120.

6 Froissart, Œuvres complètes, éd. K. de Lettenhove, t. XXI, p. 264.

7 British Museum, Additionnal Charters 26044.

8 Recueil de documents sur l’histoire de Lorraine, t. V, p. 309.

9 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

10 ADN, B 2064, fol. 224-5.

11 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.

12 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 334.

13 AN, KK 348, fol. 9.

14 Lory, « Les obsèques », p. 238.

15 ADN, B 2064, fol. 222 v°.

16 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

17 Ibid.

18 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.

19 Vincent, Fiat lux, p. 483.

20 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

21 Froissart, Chroniques, t. XI, p. 164.

22 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

23 Lory, « Les obsèques », p. 237. Ces torches étaient armoriées de petits blasons aux armes du duc, ADN, B 2064, fol. 222 v°.

24 Schnerb, « Un service », p. 111.

25 ADN, B 2064, fol. 223.

26 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

27 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

28 Cf. 2e partie, chapitre II.

29 AD du Cher, 8° G 1455, fol. E.

30 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

31 La Borderie, La cour en 1305, p. 36.

32 Brown, « The Ceremonial of Royal Succession », p. 229.

33 Les comptes sont rarement conservés.

34 Vincent, Fiat lux, p. 501. (cf. planche 8).

35 Lecoy de La Marche, Le roi René, op. cit., p. 389.

36 Cf. pour Jean II, duc de Bretagne (1305) et pour Robert d’Artois (1317).

37 Cf. pour les funérailles de Catherine de France, comtesse de Charolais, ADN, B 1991, fol. 237.

38 Cf. pour le service funèbre de Jean sans Peur (1419), Schnerb, « Un service », p. 112. Cf. les funérailles de Philippe le Bon (1467), Lory, « Les obsèques », p. 235.

39 Terme employé par Froissart pour décrire la chapelle ardente du comte de Flandre en 1384. Cf. aussi les cérémonies organisées en l’honneur de Jean sans Peur, Schnerb, « Un service », p. 110.

40 Pollini, La mort du prince, p. 77. Philippe de Vigneulles, Chronique, p. 31.

41 Pollini, La mort du prince, p. 77.

42 Cf. celle de Gaston IV, comte de Foix, Courteault, L’histoire de Gaston de Foix, t. II, p. 271.

43 Cf. celle de Jean Ier de Foix-Béarn, Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 335.

44 Vale, « A Burgundian », p. 932.

45 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

46 Schnerb, « Un service », p. 112.

47 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

48 Lehoux, Jean de France, t. III, p. 412.

49 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 335.

50 Lory, « Les obsèques », p. 237.

51 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

52 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.

53 Selon Jacques du Clercq, la chapelle ardente de Philippe le Bon en 1467 comprendrait 1400 cierges alors que la relation de ses funérailles fait mention de deux cents chandelles seulement, Du Clercq, Mémoires, p. 305.

54 Schnerb, « Un service », p. 111.

55 Lory, « Les obsèques », p. 237.

56 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

57 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.

58 Cf. 2e partie, chapitre II.

59 À l’occasion de l’entrée de Philippe le Bon à Lille en 1463, Jacques du Clercq compare le spectacle lumineux créé à la clarté du paradis, Lecuppre-Desjardin, « Les lumières de la ville », p. 28.

60 Ibid., p. 37.

61 Le cadavre est entouré symboliquement d’un triple cercle protecteur : la flamme des cierges, l’aspersion de l’eau bénite et la fumée de l’encens, Philippeau, « Introduction à l’étude des rites », p. 39. Vincent, Fiat lux, p. 503.

62 Froissart, Œuvres complètes, éd. Kervyn de Lettenhove, t. XXI, p. 264.

63 Schnerb, « Un service », p. 112.

64 Lory, « Les obsèques », p. 238.

65 Douze blasons sont fixés sur la chapelle, La Mure, Histoire, t. III, p. 226.

66 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 389.

67 Vale, « A Burgundian », p. 932.

68 BM de Lille, Ms. 478, fol. 55 v°.

69 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 16.

70 Cf. infra.

71 Courteault, L’histoire de Gaston de Foix, t. II, p. 271.

72 Cf. 2e partie, Chapitre II.

73 Cinq longues bannières aux armes de Philippe le Bon sont ainsi posées sur le cercueil dans la collégiale de Bruges (1467). Elles sont faites de drap de damas bleu et sont parées de franges d’or et de soie, ADN, B 2064, fol. 223-223 v°.

74 ADCO, B 1538, fol. 239 v°-240.

75 Schnerb, « Un service », p. 117.

76 Vincent, Fiat Lux, p. 176. En 1467, pour les funérailles de Philippe le Bon, son fils racheta à la collégiale Saint-Donatien, par convention faite avec les chanoines, le luminaire demouré en estat et les draps qui servirent à la décoration (le tout lui coûta 100 livres tournois), ADN, B 2064, fol. 218.

77 Chabeuf, L’entrée de Charles le Téméraire, p. 231.

78 Giesey, Le roi, p. 61-2.

79 BM de Lille, Ms. 478, fol. 86.

80 Ibid., fol. 86 v°.

81 Froissart, Œuvres complètes, éd. Kervyn de Lettenhove, t. XXI, p. 265.

82 La Mure, Histoire, op. cit., t. III, p. 227.

83 Les frères de Jean d’Harcourt, évêque d’Amiens, Schnerb, « Un service », p. 114.

84 La Mure, Histoire, t. III, p. 226.

85 Schnerb, « Un service », p. 114.

86 Ibid.

87 Cf. le témoignage laissé par le secrétaire de l’évêque de Chartres, Miles d’Illiers, qui dirigea le convoi du Puiset jusqu’à Cléry. Son compte-rendu fut publié par E. de Lépinois, « Mémoires de Guillaume Laisné, prieur de Mondonville », Mémoires de la Société archéologique d’Eure-et-Loire, t. I, 1858, p. 268.

88 Ibid.

89 Lehoux, « Funérailles du duc de Berri », p. 86.

90 Cf. au service funèbre de Jean sans Peur, vingt-six pauvres entourent la chapelle portant des torches de huit livres blasonnées aux armes du prince, Schnerb, « Un service », p. 114.

91 Lory, « Les obsèques », p. 243.

92 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

93 AD du Cher, 8° G 1455, fol. AG.

94 Gy, « La liturgie de la mort », p. 69.

95 Chiffoleau, La comptabilité, p. 126-30.

96 Stouff, « Les Provençaux et la mort », p. 205.

97 Gy, « La liturgie de la mort », p. 72.

98 Cf. l’article fondamental de Philippeau, « Introduction à l’étude des rites funéraires », p. 37-63. Cf. aussi A.-G. Martimort, « Les ordines », les ordinaires et les cérémoniaux, Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 56, Turnhout, 1991. Pour le Haut Moyen Âge, cf. Sicard, La liturgie de la mort, op. cit. et F. S. Paxton, Christianizing Death. The Creation of a Ritual Process in Early Medieval Europe, Londres, 1990.

99 E. Palazzo, Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge. Des origines au XIIIe siècle, Paris, 1993, p. 47.

100 Cf. par exemple la collecte Deus cui omnia vivunt. Cf. aussi H. Leclercq, « Mort », Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie, éd. dom F. Cabrol et dom H. Leclercq, Paris, 1935, t. XII, p. 31-4. Dans cet article, Henri Leclercq fournit une liste des chants et des paroles prononcés le jour de l’enterrement.

101 Gy, « La liturgie de la mort », p. 73. Peu à peu le Libera me remplace le Subvenite, Leclercq, « Mort », p. 34.

102 Sicard, La liturgie de la mort, p. 48 et Treffort, L’Église, p. 89.

103 Lespy, « Les honneurs d’Archambaud comte de Foix », p. 363.

104 Schnerb, « Les funérailles », p. 133.

105 Chabeuf, L’entrée de Charles le Téméraire, p. 231.

106 Cf. pour Pierre II de Bourbon, La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

107 Après la célébration des vigiles de Philippe le Bon à Bruges, chacun reprend l’ordre strict dans lequel il était venu pour raccompagner Charles le Téméraire à son palais.

108 Cf. pour Philippe le Bon, Lory, « Les obsèques », p. 243.

109 Cf. pour Pierre II de Bourbon, La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

110 Ibid.

111 Lecoy de La Marche, Le roi René, pièces justificatives, p. 388.

112 J. Pérez, Charles Quint, Empereur des deux Mondes, Paris, 1994, p. 31.

113 Ordonnance pour le transfert de Philippe le Bon (1473), BM de Lille, Ms. 478, fol. 55.

114 Schnerb, « Un service », p. 115. Pierre d’Ailly (1351-1420), maître en théologie, fut d’abord évêque du Puy, puis de Noyon avant d’être élu à Cambrai. Il fut nommé cardinal en 1411, B. Guenée, Entre l’Église et l’État : quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), Paris, 1987, p. 125-299.

115 Schnerb, « Les funérailles », p. 133.

116 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

117 Schnerb, « Les funérailles », p. 133.

118 Il fut le principal artisan de l’alliance anglo-bourguignonne, Schnerb, Armagnacs, p. 211.

119 Chabeuf, L’entrée de Charles le Téméraire, p. 232.

120 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 14 et 17.

121 J.-A. Jungmann, Missarum sollemnia. Explication génétique de la messe romaine, Paris, 1952, t. II, p. 271-382.

122 Vincent, Fiat lux, p. 490 (règlement paroissial d’Ennordres, en Berry, milieu du XVe siècle).

123 Froissart, Œuvres complètes, éd. Kervyn de Lettenhove, t. XXI, p. 265.

124 Lors de la célébration des obsèques de Gérard de Mortaigne en 1391, on dissocie également les armes de guerre des armes de tournoi, B.I., Godefroy, Ms. 385, fol. 7-7 v°. Les offrandes organisées en l’honneur des comtes de Savoie, Amédée VI et Amédée VII (en 1383 et en 1392) font de même, Pollini, La mort du prince, p. 95-6.

125 Froissart, Chroniques, t. XI, p. 160-2.

126 Schnerb, L’État, p. 77-8.

127 Ibid.

128 Parmi ces chevaliers, on trouve Menaud de Navailles et Espan du Lion, proches du défunt, Tucoo-Chala, Gaston Fébus, p. 373.

129 Ibid.

130 Pour une interprétation politique de cette cérémonie, cf. 4e partie, chapitre II.

131 Chronique du Religieux de Saint-Denys, t. I, p. 601. Michel Pintoin (†1421). Il devint moine à l’abbaye de Saint-Denis en 1368, chantre vers 1400. Il composa sa Chronique à partir des années 1390.

132 Ibid., t. I, p. 603.

133 Lors des cérémonies commémoratives d’Archambaud de Foix-Béarn (1414), un écu est également présenté de travers à l’offrande, en signe de mort, Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 19.

134 Louis est le frère de Charles VI, le futur Louis d’Orléans ; Jean, comte de Nevers, est le fils de Philippe le Hardi ; Pierre de Navarre est le fils du roi de Navarre, Charles le Mauvais.

135 Chronique du Religieux de Saint-Denys, t. I, p. 603.

136 Ibid.

137 Giesey, Le roi, p. 63. Les armes et drapeaux du défunt sont accrochés dans la chapelle funéraire ou posés sur la tombe après l’inhumation. Ils demeurent donc en la possession de l’église. Les chevaux lui reviennent également, comme le souligne la relation des funérailles de François II de Longueville (1513), B.I., Ms. 385, fol. 56. Les chevaux étaient parfois rendus à l’héritier en échange d’une compensation financière, Pollini, La mort du Prince, p. 97.

138 Flori, La chevalerie, p. 26 et 29.

139 Ibid

140 Cf. 2e partie, chapitre II.

141 Schnerb, « Un service », p. 115.

142 Lory, « Les obsèques », p. 244.

143 Cf. 3e partie, chapitre II.

144 La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

145 Cf. 3e partie, chapitre II.

146 Cf. supra.

147 BM de Lille, Ms. 478, fol. 56.

148 Popoff, « « Ainsi que faire », loc. cit. p. 30-1.

149 BnF, Fr. 1280, fol. 132 v°. Le terme de chevalier banneret était appliqué aux seigneurs qui, dans les armées, avaient le droit d’avoir un drapeau à leurs armes, la bannière. Ils disposaient de quelques dizaines de combattants servant sous leurs ordres. En dessous venaient les chevaliers bacheliers ou chevaliers sans bannière, Contamine, Guerre, État et société, p. 14.

150 BnF, Fr. 1280, fol. 132 v°-133.

151 Ibid.

152 Vale, « A Burgundian », p. 936.

153 Fautre : couverture, tapis, feutre.

154 Popoff, « Ainsi que faire », p. 31.

155 Cf. les funérailles d’un chevalier, Jean d’Estouteville, Ph. Contamine, « Une longue vie de chevalier. Jean d’Estouteville, sire de Torcy et de Blainville, grand maître des arbalétriers de France (vers 1410-1494), dans De Jeanne d’Arc aux guerres d’Italie, p. 225.

156 On apporta l’un après l’autre le guidon, l’enseigne, le heaume, la bannière, le cheval de parement, la cotte d’armes et l’épée du défunt.

157 B.I., Ms. 385, fol. 60-60 v°.

158 L’évêque de Tournai prononça l’oraison funèbre de Philippe le Bon en 1467, Lory, « Les obsèques », p. 244.

159 Pierre Flour, dominicain, fit le sermon funèbre de Jean sans Peur à l’abbatiale Saint-Vaast d’Arras, Schnerb, « Un service », p. 115.

160 Un Carme, Jean Copie, confesseur et aumônier de Pierre II de Bourbon prononça l’oraison funèbre du prince, La Mure, Histoire, t. III, p. 227.

161 J. B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 1150-1350, Münster, 1969.

162 D.L. d’Avray, Death and the Prince. Memorial Preaching before 1350, Oxford, 1994.

163 La consultation du répertoire de sermons prononcés par des Dominicains (T. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum Medii Aevi, Roma, 1970, 4 vol.) n’a par exemple rien donné. Pour le XVe siècle, la bibliographie, principalement anglo-saxonne, est mince, S. Powell, A.-J. Fletcher, « « In die sepulture seu trigintali » : The Late Medieval Funeral and Memorial Sermon », Leeds Studies in English, t. 12, 1981, p. 195-228. P.-J. Horner, « John Paunteley’s Sermon at the Funeral of Walter Froucester, Abbot of Gloucester (1412) », American Benedictine Review, t. 28, 1977, p. 147-166. Du même auteur, « A Sermon on the Anniversary of the Death of Thomas Beauchamp, Earl of Warwick », Traditio, t. 34, 1978, p. 381-401.

164 Pour ce type de sermons, V.L. Saulnier, « L’oraison funèbre au XVIe siècle », Bibliothèque d’humanisme et renaissance, t. 10, 1948, p. 124-157. J.-M. McManamon a étudié les oraisons en Italie lors du développement de l’Humanisme (XVe-début XVIe siècle), Funeral Oratory and the Cultural Ideals of Italian Humanism, Londres, 1989.

165 J.-P. Boyer, « Les Baux et le modèle royal. Une oraison funèbre de Jean Regina de Naples (1334) », Provence historique, fasc. 181, 1995, p. 427-452. Du même auteur, « La noblesse dans les sermons des Dominicains de Naples (première moitié du XIVe siècle) », dans La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, dir. N. Coulet, J.-M. Matz, Rome, 2000, p. 567-583.

166 D’Avray, Death and the Prince, p. 30, 38-39, 44, 47.

167 Ibid., p. 47.

168 Boyer, « Les Baux et le modèle royal », p. 429.

169 D’Avray, Death and the Prince, p. 57.

170 Krynen, L’empire du roi, p. 168.

171 D’Avray, Death and the Prince, p. 112.

172 Ibid., p. 147.

173 Boyer, « Les Baux et le modèle royal », p. 442.

174 D’Avray, Death and the Prince, p. 71.

175 Ibid., p. 131.

176 Il meurt le 8 juin, à Londres. Il est enterré le 5 octobre dans la cathédrale de Canterbury, Barber, Edward, Prince of Wales, p. 235.

177 Ibid.

178 D’Avray, Death and the Prince, p. 121.

179 Boyer, « Les Baux et le modèle royal », p. 439.

180 Évangile selon saint Luc, XIX-12.

181 Boyer, « Les Baux et le modèle royal », p. 431.

182 Ibid.

183 Ibid., p. 440.

184 Beaune, « Mourir noblement », p. 140.

185 D’Avray, Death and the Prince, p. 162.

186 Ibid., p. 176. Cf. aussi Powell, Fletcher, « In die sepulture seu trigintali », p. 200-4.

187 Guenée, Un meurtre, une société, p. 215.

188 Il est aussi possible que son changement de position soit plutôt le fruit d’une évolution lentement mûrie, ibid., p. 232.

189 Monstrelet, Chronique, t. III, p. 55.

190 Ibid., t. III, p. 56. Il reprend alors son « discours contre Jean Petit » prononcé devant le roi en septembre 1413, discours publié par Mgr. Glorieux, Jean Gerson, Œuvres complètes, Paris, 1968, vol. VII, p. 1005-30.

191 Guenée, Un meurtre. Une société, p. 249.

192 Il y est envoyé avec Louis de Bavière et Philippe de Vertus, mais échoue à faire condamner les erreurs de Jean Petit, ibid., p. 251.

193 Monstrelet, Chronique, t. III, p. 361. Sur cet épisode, cf. P. Bonenfant, Du meurtre de Montereau au traité de Troyes, Bruxelles, 1958, p. 77-8.

194 Chastellain, Œuvres, t. I, p. 79-80.

195 Schnerb, Les Armagnacs, p. 209.

196 Ibid., p. 211.

197 Guenée, Un meurtre, une société, p. 284. Schnerb, Les Armagnacs, p. 214. Il finance en outre la célébration annuelle d’un service funèbre en son honneur, ADN, B 2012, fol. 332.

198 BnF, Fr. 4683, Anonyme, Sermon pour une princesse d’Albret, s.d., fol. 248.

199 D’Avray, Death and the Prince, p. 226.

200 Saulnier, « L’oraison funèbre », p. 130 et 154.

201 AD du Cher, 8° G 1455, fol. N v° et fol. E v°.

202 British Museum, Additionnal Charters 26044.

203 Chronique de Mathieu d’Escouchy, t. II, p. 443.

204 Lory, « Les obsèques », p. 244.

205 Cf. pour Charles d’Orléans, British Museum, Additionnal Charters 26044, et pour Philippe le Bon, Lory, « Les obsèques », p. 244.

206 Roman, « Compte des obsèques », p. 228.

207 La Borderie, « Le complot breton de 1492 », p. 80.

208 Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, p. 271.

209 British Museum, Additionnal Charters 26044.

210 La Borderie, « Le complot breton de 1492 », p. 81. M. Jones, « Les signes du pouvoir : l’Ordre de l’Hermine, les devises et les hérauts des ducs de Bretagne au XVe siècle », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 68, 1991, p. 140-173.

211 Morice, Mémoires, t. III, p. 604.

212 La Mure, Histoire, t. III, p. 228.

213 C. Beaune, Jeanne d’Arc, Paris, 2004, p. 219.

214 On ne trouve pas mention d’un tel repas pour Jean de Berry et pour Philippe le Bon.

215 Schnerb, « Un service », p. 117.

216 Chiffoleau, La comptabilité, p. 143-4.

217 Thomas, Le cadavre, p. 67.

218 Contamine, La noblesse, p. 292.

219 Vale, « A Burgundian », p. 936-7.

220 Schnerb, « Les funérailles », p. 134.

221 Cf. tableau ci-contre des dépenses funèbres.

222 AD du Loiret, 6 J 9, pièce no 10.

223 Le carême débuta cette année-là le 14 février.

224 A. Digot, « Pièces relatives à l’histoire du Barrois », Journal de la Société d’archéologie et du comité du Musée Lorrain, 1857, p. 77.

225 V. Servais, Annales historiques du Barrois de 1352 à 1411 ou Histoire politique, civile, militaire et ecclésiastique du duché de Bar sous le règne de Robert, duc de Bar, Bar-le-Duc, 1865-1867, t. I, p. 363.

226 Lespy, « Les honneurs d’Archambaud comte de Foix », p. 421. L’expression « gens du petit monde » désigne les représentants des communautés urbaines.

227 Ibid., p. 371.

228 Cf. les honneurs funèbres d’Isabelle de Grailly, où sont proposées des sucreries variées (sucre, miel et fruits confits), Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 334.

229 Lespy, « Les honneurs d’Archambaud comte de Foix », p. 371.

230 Dans la région lyonnaise, ils participaient parfois au repas, M.-T. Lorcin, « Ripailles de funérailles aux XIVe et XVe siècles ou les pauvres seront-ils invités au repas d’enterrement ? », dans Mélanges en l’honneur d’Etienne Fournial, Saint-Etienne, 1978, p. 239-251.

231 Cf. 2e partie, Chapitre II.

232 Schnerb, « Les funérailles », p. 134.

233 Lory, « Les obsèques », p. 246.

234 3 040 francs, 6 s., 9 d. t., ADCO, B 1538, fol. 243.

235 Sur cette somme, seules 30 l. t. ne sont pas consacrées aux livrées (17 l. pour un poêle de drap d’or et 12 l. pour des drapeaux à mettre sur la sépulture), Roman, « Compte des obsèques », p. 228.

236 British Museum, Additional Charters 26004. La somme totale dépensée pour ces travaux monte à 9 l. 17 s. 3 d. t.

237 Schnerb, « Un service », p. 117.

238 AN, KK 348, fol. 9-11. Dans les livrées de deuil, seules sont comptabilisées celles offertes à treize pauvres qui portent les torches.

239 ADN, B 2064, fol. 232 v°.

240 Morice, Mémoires, t. III, p. 607.

241 Jones, « En son habit royal », p. 257. A titre comparatif, dans les années 1480, le montant moyen du budget breton est de 487 000 l. t., Kerhervé, L’État breton, p. 162.

242 Cf. 2e partie, Chapitre II.

243 Ceux de Jean de Berry ne permettent pas une telle étude car ils furent endommagés lors d’un incendie et certaines parties sont illisibles.

244 Dont 87 l. 7 s. pour l’embaumement et 27 l. 2 s. pour le cercueil.

245 Dont 8982 l. 14 s. 6 d. pour les livrées de deuil données aux serviteurs de l’Hôtel du duc (et de son successeur), 794 l. 17 s. 6 d. à Marie de Bourgogne et à son Hôtel et 45 l. 9 s. pour certains habits de deuil fournis à Charles le Téméraire.

246 On peut y ajouter 72 s. octroyés à des tapissiers pour coudre le dais placé au-dessus du cercueil.

247 Dont 1411 l. 5 s. pour la décoration de l’église et 24 l. 11 s. 6 d. pour la construction de la fosse.

248 Le total (13 083 l. 14 s. t.) est légèrement supérieur à celui indiqué par le trésorier car on y inclut l’achat de vêtements de deuil pour Charles le Téméraire, achat mentionné quelques folios auparavant dans la comptabilité.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Note244244 Note245245 Note246246 Note247247 Note248248
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540