Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’or et de cendres

 | 
Murielle Gaude-Ferragu

Introduction générale

Texte intégral

  • 1 P. Ariès, L’homme devant la mort, Paris, 1977. L’ouvrage est largement contesté, A. Vauchez, « Int (...)
  • 2 Ouvrage publié en 1960. La traduction française date de 1987, R. Giesey, Le roi ne meurt jamais. L (...)
  • 3 E.-H. Kantorowicz, The King’s Two Bodies : A Study in Medieval Political Theology, Princeton, 1957

1Cette recherche se place à la confluence de l’histoire religieuse, anthropologique, sociale et politique. Elle s’inscrit dans un double courant historiographique, l’étude de la mort d’une part, dont Philippe Ariès se fit le précurseur français1, et l’analyse des rituels d’autre part, en l’occurrence celui des funérailles. La célèbre thèse de Ralph Giesey avait montré que le roi ne meurt jamais2, affirmation péremptoire qui entraîna une historiographie importante sur la trace des funérailles royales. Aux simples descriptions du rite réalisées par ses prédécesseurs, Giesey apporte une réflexion qui donne à la cérémonie une réelle efficacité politique, participant à la construction même du pouvoir. En réalité, il se sert des obsèques pour démontrer que le concept des « deux corps du roi », élaboré par Ernst Kantorowicz pour évoquer la royauté anglaise3, est applicable en France. À partir des funérailles de Charles VIII (1498), l’effigie (mannequin de cire conçu à l’image du défunt) incarnerait le corps politique du roi, éternel, séparé de son corps physique, mortel, qui repose dans un cercueil. Les cris poussés au moment de l’inhumation permettraient le transfert de cette dignité suprapersonnelle d’un souverain à l’autre.

  • 4 A. Boureau, « Ritualité politique et modernité monarchique. Les usages de l’héritage médiéval », d (...)
  • 5 A. Boureau, Le simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français XVe-XVIIIe sièc (...)
  • 6 E. Brown, « Royal Bodies, Effigies, Funeral Meals, and Office in sixteenth-Century France », dans (...)

2Diverses critiques furent formulées contre ces conclusions, les plus virulentes étant celles d’Alain Boureau qui s’attache à démontrer les périls de l’historiographie cérémonialiste et son « hyperfonctionnalisme » dans l’analyse du rituel. Dans cette théorie, les différents rites convergent vers l’absolutisme royal comme s’il était un aboutissement nécessaire et univoque de l’histoire, ce qui est pour lui critiquable4. Ralph Giesey ne prend par ailleurs en compte les phases du cérémonial que dans la mesure où elles éclairent sa démonstration. Enfin, certains aspects du rituel censés l’illustrer peuvent aussi s’expliquer par le contexte politique5. Elisabeth Brown a également montré dans deux articles récents la fragilité des conclusions de Giesey6. Aucun théoricien, même un spécialiste des funérailles royales comme Jean Du Tillet au XVIe siècle, n’a jamais comparé l’effigie au corps politique et immortel du roi. Face à ce débat historiographique, les funérailles princières offrent un terrain d’études privilégié, permettant d’utiles comparaisons avec d’autres détenteurs du pouvoir politique.

  • 7 C. Beaune, « Mourir noblement à la fin du Moyen Âge », dans La mort au Moyen Âge, Colloque de la S (...)
  • 8 P. Marot, « Le trépas et les funérailles de René II, duc de Lorraine », Revue historique de la Lor (...)
  • 9 P. Tucoo-Chala, « Les honneurs funèbres d’Archambaud de Foix-Béarn à Orthez en 1414 », Revue de Pa (...)
  • 10 B. Schnerb, « Les funérailles de Jean sans Peur », Annales de Bourgogne, t. 54, 1982, p. 122-134 e (...)
  • 11 N. Pollini, La mort du Prince. Rituels funéraires de la Maison de Savoie (1343-1451), Lausanne, 19 (...)

3L’analyse de ces cérémonies fut renouvelée par l’article de Colette Beaune, « Mourir noblement à la fin du Moyen Âge », paru en 19777. Elle ne se contente pas de décrire les diverses phases du rituel mais en montre l’évolution, tout en s’interrogeant sur ses significations sociales et politiques, notamment dans le rapport avec le pouvoir royal. Quelques articles avaient précédé cette recherche, mais ils ne portaient que sur des funérailles particulières8. Les études ponctuelles se sont ensuite multipliées : les funérailles des princes de Foix-Béarn furent décrites par Pierre Tucoo-Chala9, celles de Jean sans Peur par Bertrand Schnerb10 et celles des comtes et ducs de Savoie par Nadia Pollini11. Mais les cérémonies princières n’ont fait l’objet d’aucune synthèse permettant de comparer les rituels, d’en montrer les évolutions et le symbolisme.

  • 12 Cf. la définition de « princesse » fournie par Christine de Pizan dans Le livre des Trois Vertus, (...)

4Partant de cette réflexion, cette recherche s’attache à décrire et analyser les rites funéraires des princes du royaume au bas Moyen Âge. Mais les princes ne se laissent pas exhumer facilement tant il est difficile de trouver une définition institutionnelle à ce terme. Les chroniqueurs le réservent aux empereurs, aux rois et aux ducs, tout en convenant que quelques comtes méritent également une telle appellation, selon la dignité des terres12.

  • 13 B. Guenée, « Le roi, ses parents et son royaume en France au XIVe siècle », Bullettino dell’Instit (...)
  • 14 Le duché de Guyenne, reconquis sur les Anglais, fut attribué en 1469 par Louis XI à son frère Char (...)
  • 15 Le comté de Clermont-en-Beauvaisis fut donné par Saint Louis à son fils Robert qui épousa l’hériti (...)
  • 16 Bertrand Schnerb a récemment démontré que le duché de Bourgogne ne fut pas concédé en apanage à Ph (...)
  • 17 A. Leguai, « Les « Etats » princiers en France à la fin du Moyen Âge », Annali della Fondazione it (...)

5En réalité, à la fin du Moyen Âge, le prince se définit d’une part, par sa parenté avec le roi et, d’autre part, par sa puissance territoriale et politique, les deux allant souvent de pair. Les plus prochains parents du roi, les princes des fleurs de lys, sont en effet propulsés, à la fin du XIVe siècle, au sommet des dignités et du pouvoir13. Ils sont issus soit de la lignée directe des Capétiens (ducs de Bourbon et d’Alençon), soit de la branche des Valois (ducs d’Anjou, de Bourgogne, de Berry, d’Orléans et de Guyenne14). À l’exception des duchés de Bourbon15 et de Bourgogne16, leurs possessions territoriales sont des apanages, que les rois constituèrent en faveur de leurs fils puînés ou de leurs frères. Le terme de « prince » s’applique aussi à quelques familles qui, sans être de sang royal, dirigent des principautés patrimoniales puissantes, héritières de principautés féodales anciennes : les comtes de Flandre, les ducs de Bretagne, les ducs de Bar et, dans le Midi de la France, les comtes de Foix-Béarn. Tous disposent d’un vaste ensemble territorial d’un seul tenant (duché de Bretagne) ou regroupant des possessions dispersées (duché de Bourgogne ou comté de Foix-Béarn). Ils ont souvent adopté des institutions analogues à celles de la royauté (Conseil ducal, Chancellerie, Chambre des comptes), possèdent une armée et lèvent des impôts17. Ils disposent de presque tous les attributs de la souveraineté, mais restent soumis, au moins théoriquement, à celle du roi.

  • 18 Ch. Samaran, La maison d’Armagnac au XVe siècle, Paris, 1907, p. 26.
  • 19 F. Autrand, « Une stratégie familiale au féminin : le duc de Berry et le mariage de ses filles », (...)

6Si le qualificatif de « prince » s’applique sans hésitation aux familles susnommées, d’autres sont en revanche à la limite de cette appellation. L’emploi d’un tel terme pour les comtes d’Armagnac peut notamment sembler abusif, ceux-ci ne disposant pas d’institutions administratives et financières élaborées (Chancellerie ou Chambre des comptes). Pour autant, on ne peut les considérer comme de simples seigneurs. Ils possèdent un territoire certes dispersé, mais important (centré d’une part sur les comtés de Fezensac, d’Armagnac, les vicomtés de Lomagne et de Fezensaguet et, d’autre part, sur le comté de Rodez). Ils jouent un rôle politique prépondérant dans le Midi de la France (en concurrence avec les Foix-Béarn). Ils revendiquent au XVe siècle une véritable autonomie face au roi, s’intitulant à plusieurs reprises comte par la grâce de Dieu18. Surtout, le qualificatif de « prince » leur est attribué dans les documents administratifs contemporains19. On peut donc à juste titre les intégrer dans le corpus.

  • 20 A. Chevalier-de-Gottal, Les Fêtes et les Arts à la Cour de Brabant à l’aube du XVe siècle, Francfo (...)
  • 21 Sur les funérailles des comtes de Nevers, cf. leurs testaments publiés par le Comte de Soultrait, (...)
  • 22 AN, KK 348, Compte des funérailles de Philippe, comte de Vertus († 1420).
  • 23 Journal de l’enterrement de Jean d’Orléans, comte d’Angoulême, aïeul du roi François Ier, 1467, éd (...)
  • 24 L. Jarry, « Testaments, inventaire et compte des obsèques de Jean, bâtard d’Orléans », Mémoires de (...)
  • 25 Pollini, La Mort du Prince, op. cit.
  • 26 Marot, « Le trépas », p. 91-107 et « Recherches », p. 309-328.

7En revanche, les branches secondaires des familles princières ne sont pas systématiquement prises en compte. En effet, la plupart ne disposent pas d’un ensemble territorial assimilable à une principauté. Elles ne possèdent pas d’institutions administratives développées et leur puissance territoriale et politique est bien moindre. Certaines lignées offrent néanmoins des éléments intéressants de comparaison, tant la documentation sur le déroulement de leurs obsèques est abondante. Sont ainsi évoquées les funérailles des branches cadettes tant de la maison de Bourgogne (ducs de Brabant20 et comtes de Nevers21) que de la maison d’Orléans (comte de Vertus22, comtes d’Angoulême23 et comtes de Dunois-Longueville24). Enfin, le corpus n’intègre pas les princes dont les terres sont situées hors du royaume dans ses limites médiévales, mais leurs funérailles permettent d’utiles parallèles. Sont par exemple abordées les cérémonies des comtes de Savoie25 et des ducs de Lorraine26.

  • 27 J. Froissart, Chroniques, éd. G. Raynaud, S.H.F., t. XI, 1899, p. 158-164.
  • 28 Les princes ont toujours bénéficié d’un faste plus grand, cf. en 1219 les funérailles somptueuses (...)
  • 29 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, S.H.F., t. I, p. 342-4 (Jean I (...)

8Outre la délimitation d’un corpus sociologique cohérent, une césure chronologique s’impose. Or l’étude d’un rituel comme celui des funérailles n’offre aucune coupure automatique. Les sources permettent néanmoins de fixer la limite ante quo dans la mesure où la documentation est rare avant les années 1380. À partir de cette date, les chroniqueurs ne se contentent plus d’indiquer le lieu d’inhumation du prince, mais relatent l’ensemble des cérémonies funèbres. Jean Froissart fut l’un des premiers à décrire minutieusement des obsèques princières, consacrant plusieurs pages de ses Chroniques au récit de l’enterrement de Louis II de Male, comte de Flandre, en 138427. Les cérémonies flamandes représentent en fait un tournant dans le déroulement des funérailles princières. Le rituel n’est pas né brutalement en 138428, mais il atteint alors un faste et une ampleur inégalés. Après cette date, les chroniqueurs se font les témoins privilégiés de ce type de rituel. Si leur intérêt pour les obsèques royales est antérieur (1364, mort de Jean II), leurs descriptions ne s’étoffent vraiment qu’à partir des funérailles de Jeanne de Bourbon (†1378) et de Charles V (†1380)29.

  • 30 Compte publié par A. de La Borderie, La Cour du duc de Bretagne en 1305. Derniers jours et obsèque (...)
  • 31 AD du Pas-de-Calais, A 354, rouleau 1.
  • 32 La France des principautés. Les Chambres des comptes XIVe et XVe siècles, colloque tenu aux AD de (...)

9La conservation des sources comptables explique aussi cette césure chronologique. Seuls deux comptes précisant le coût d’obsèques princières subsistent avant le début du XVe siècle. L’un concerne Jean II, duc de Bretagne (†130530) et l’autre Robert, fils de Mahaut d’Artois (†131731). Ces opérations financières sont surtout conservées dans les principautés disposant d’une Chambre des comptes. Or celles-ci se multiplient dans les années 1360-80, les princes créant alors dans leurs duchés des institutions comparables à celles de la royauté32. Aussi, malgré tout l’arbitraire qu’une limite chronologique peut avoir dans l’étude d’un rituel, la multiplication des sources à partir des années 1380 permet la constitution d’un corpus abondant (même si l’origine de certains rites est à chercher dans les siècles précédents).

  • 33 Les obsèques des comtes de Flandre sont étudiées jusqu’à la mort de Marguerite de Flandre (en 1405 (...)
  • 34 Date de l’incorporation du duché dans l’héritage du roi René d’Anjou.
  • 35 Rappelons que la lignée des ducs d’Anjou s’éteint avec la disparition du roi René en 1480, Louis X (...)
  • 36 B. Leroy, La Navarre au Moyen Âge, Paris, 1984, p. 180. À la mort en 1479 de sa grand-mère, Eléono (...)

10La limite ad quem est aussi difficile à trouver. La coupure classique entre Moyen Âge et époque moderne (1492) est inopérante. Il semble en fait intéressant de suivre les familles princières sur plusieurs générations, jusqu’à leur extinction ou leur dilution dans d’autres lignées. Celle-ci est rapide pour quelques lignages (comtes de Flandre en 140533 et ducs de Bar en 141934), beaucoup plus tardive pour d’autres (ducs de Bourgogne en 1477 et ducs de Bourbon en 1527)35. D’autres familles ne sont plus prises en compte au moment où elles héritent d’une Couronne car les funérailles royales correspondent à une tout autre problématique et ne sont abordées qu’à titre de comparaison. Les cérémonies funèbres des ducs d’Orléans sont ainsi envisagées jusqu’à la mort de Charles en 1465 (son fils, Louis II devient roi en 1498 sous le nom de Louis XII), celles des comtes de Foix-Béarn sont suivies jusqu’au décès de Gaston IV en 1472 (son successeur et petit-fils, François Fébus, est proclamé roi de Navarre en 147936). Enfin, les obsèques des ducs de Bretagne sont abordées jusqu’à la mort de François II en 1488. L’héritière du duché est en effet sa fille aînée, Anne, qui épouse Charles VIII en 1491 puis Louis XII sept ans plus tard. Son enterrement (en 1514) est alors celui d’une reine. Cette étude s’attache donc à décrire et interpréter les funérailles des princes du royaume à partir des années 1380. Elle suit leur évolution pendant tout le XVe siècle et s’achève en 1527 (à la mort de Charles III, duc de Bourbon).

Axes de recherche

  • 37 Giesey, Le roi, op. cit. ; R. A. Jackson, Vivat rex. Histoire des sacres et des couronnements en F (...)
  • 38 Boureau, Le simple corps, op. cit. E. Brown, R. Famiglietti, The « lit de justice » : Semantics, C (...)
  • 39 A. Van Gennep, Les rites de passage, Paris, 1909.
  • 40 Ibid., p. 209 et p. 234-5.
  • 41 L.-V. Thomas, Rites de mort. Pour la paix des vivants, Paris, 1985, p. 35.

11L’analyse des rites funèbres suppose une interprétation des gestes accomplis et des paroles prononcées, interprétation qui se révèle malaisée. Les cérémonialistes américains qui ont travaillé sur les grands rituels de la France monarchique (sacres, funérailles, entrées royales et lits de justice) ont poussé à l’extrême leur fonctionnalisme politique37 et leurs théories sont aujourd’hui contestées38. On ne peut pour autant se contenter de décrire le cérémonial des funérailles : il faut aussi tenter d’en expliquer les principaux aspects, sans chercher à pousser trop loin les interprétations politiques, d’autant que la lecture des rituels est souvent polysémique. On ne peut négliger d’une part, le contexte historique dans lequel s’inscrit la cérémonie et, d’autre part, la liturgie chrétienne qui joue un rôle essentiel dans la mise en place de certains rites. Enfin, les réflexions des anthropologues apportent d’intéressantes comparaisons, en particulier les travaux anciens mais fondamentaux de Van Gennep sur les rites de passage dont les funérailles font partie, au même titre que la naissance et le mariage39. Ces rituels présentent une structure en trois phases : séparation (lavage du corps, mise dans le cercueil, inhumation), liminalité (réclusion des proches pendant le deuil) et réagrégation (comme le repas des funérailles qui permet de regrouper la communauté)40. Ces rites sont communs à de nombreuses sociétés car les hommes n’ont pas d’innombrables solutions pour faire face à la mort d’un de leurs proches41. Les travaux des anthropologues peuvent donc aider à une meilleure compréhension des obsèques aristocratiques du bas Moyen Âge.

  • 42 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres. Le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Âge (Dio (...)
  • 43 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge. XIIIe-XVIe siècle, Paris, 1998, p. 70-84.
  • 44 P.-M. Gy, « La liturgie de la mort en France méridionale (XIIe-XVe siècle) », dans La mort et l’au (...)

12L’autre difficulté du sujet réside dans la compréhension de la spécificité de la mort et des funérailles princières. Existe-t-il des rites aristocratiques ou le cérémonial suit-il dans l’ensemble la liturgie funèbre classique ? Rappelons-en les principaux éléments : depuis l’époque carolingienne, l’institution ecclésiale tenta de christianiser les pratiques funéraires laïques, jugées superstitieuses. Si elle resta longtemps tolérante, laissant les familles s’occuper de leurs morts, sa position se durcit au XIIIe siècle : le clergé devient un intermédiaire obligé pour toute célébration funèbre42. Il intervient dès l’heure du trépas : mourir sans les sacrements de l’Église constitue une angoisse majeure. Aussi les curés doivent-ils se rendre au chevet des agonisants. Le fidèle est tout d’abord incité à rédiger son testament (s’il ne l’a déjà fait). Le prêtre confesse ensuite le mourant, et lui octroie le viatique essentiel, la communion. En revanche, à la fin du Moyen Âge, le sacrement d’extrême-onction n’est pas encore systématiquement offert43. A Montaillou par exemple, au début du XIVe siècle, les prêtres font leur possible pour donner aux fidèles le viatique, mais il n’est pas question de l’onction des malades44.

  • 45 Alexandre-Bidon, La mort, p. 111.
  • 46 L. Stouff, « Les Provençaux et la mort dans les testaments (XIIIe-XVe siècle) », dans La mort et l (...)
  • 47 Ibid., p. 121.
  • 48 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort, Lyon, 1996, p. 89.
  • 49 Guillaume Durand, Rational ou manuel des divins offices, traduit par Charles Barthélemy, Paris, 18 (...)
  • 50 Alexandre-Bidon, La mort, p. 125-6.

13Après le trépas, la dépouille est lavée, puis ensevelie, nue, dans un linceul (tâche féminine par excellence), avant d’être déposée dans un cercueil en bois45. Le défunt est ensuite inhumé rapidement, dans la journée ou le lendemain même du décès. Un grand nombre de Provençaux sont ainsi ensevelis le jour même de leur mort46. Quand une veillée funèbre est organisée, elle se déroule de plus en plus fréquemment, à partir du XIIIe siècle, à l’église, sous la surveillance des clercs, et non plus à la maison, sous l’égide de la famille47. Le lendemain matin, parents et amis se réunissent dans l’église pour assister aux obsèques, c’est-à-dire à la célébration d’une messe de requiem. Dès le début du VIIe siècle, Isidore de Séville témoigne de la pratique d’une messe des morts en milieu monastique48, mais celle-ci se répand tardivement dans le monde laïc (son essor est lié au développement du culte eucharistique). À la fin du XIIIe siècle encore, tous les fidèles n’en bénéficient pas, comme en témoigne le liturgiste Guillaume Durand : on ne doit pas ensevelir un corps sans avoir dit la messe pour lui, quoique le contraire ait lieu dans la plupart des endroits49. Les enluminures insistent sur la solennité de la cérémonie religieuse. Des prêtres psalmodient autour du cercueil, recouvert d’un poêle funéraire et encadré de hauts chandeliers allumés. Le poêle est destiné à resservir pour d’autres défunts, car les textiles qui le constituent sont trop précieux pour être ensevelis50.

  • 51 Ibid., p. 131-2.

14Après le passage à l’église (quand il a lieu), une procession, composée de clercs et de familiers, accompagne le défunt jusqu’au cimetière. Il est alors déposé dans la fosse, et absous, aspergé d’eau bénite (comme il l’a été à son baptême). Enfin, un repas, souvent copieux, réunit tous les participants, permettant de ressouder la communauté après la disparition d’un de ses membres51.

15Le rituel princier est-il identique ou s’écarte-t-il des pratiques communes ? Certes, le faste déployé autour du défunt est à la mesure de son rang, mêlant draps d’or, décor héraldique, luminaire en profusion et chapelle ardente. D’autres rites distinguent-ils les deux cérémonies ?

  • 52 Schnerb, L’Etat, p. 207.

16Le sujet pose par ailleurs le problème de l’évolution des funérailles aristocratiques au XVe siècle, alors que la puissance territoriale et politique de quelques familles s’accroît considérablement. Sous le principat de Philippe le Bon (1419-1467), l’ensemble bourguignon connaît par exemple une expansion notable puisque le duc acquiert, entre autres, le Brabant, le Limbourg, la Hollande, la Zélande et le Hainaut, transformant sa principauté en un véritable État52. La magnificence du duc, l’importance de sa cour, les fêtes prodigieuses qu’il donne (comme le Banquet du Faisan organisé à Lille en 1454) et l’ordre de chevalerie qu’il fonde font l’admiration de tout l’Occident. Ses cérémonies funèbres (1467 à Bruges et 1474 à Champmol) illustrent-elles la nouvelle puissance des princes de Bourgogne ?

17Il faut en outre étudier le rôle joué par les funérailles comme instrument politique. Il est essentiel pour le prince de mettre sa puissance en image par différents cérémoniaux. La célébration d’obsèques est d’autant plus propice à une telle « propagande » que l’assistance est nombreuse. Si les cérémonies à l’église n’accueillent que les prélats, les nobles et l’élite urbaine de la région, toute la population assiste en effet au passage du convoi mortuaire.

  • 53 M. Jones, « « En son habit royal » : le duc de Bretagne et son image vers la fin du Moyen Âge », d (...)

18Les organisateurs du rituel en profitent pour manifester le pouvoir politique du prince. En 1473, Charles le Téméraire fait ainsi placer sur le cercueil de son père deux insignes de sa dignité, l’épée et le chapeau ducal couronné. Les ducs de Bretagne cherchent par ailleurs à obtenir une souveraineté complète pour leur duché, mettant de plus en plus l’accent sur le caractère royal de leur autorité53. Leurs funérailles illustrent-elles leur nouvelle dignité ?

19Cette question renvoie aux rapports entre rituels monarchique et princier. Les princes imitent-ils le cérémonial royal, marqué notamment par l’adoption de l’effigie en 1422 ou créent-ils un rituel qui leur est propre, dont les rois auraient éventuellement pu s’inspirer ?

  • 54 Ibid.
  • 55 La prestation de serment se fait à chacun des quatre membres (Gand, Ypres, Bruges, le Franc de Bru (...)
  • 56 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 345.

20Les funérailles entrent également dans la problématique de la passation des pouvoirs. Le cérémonial sert-il à montrer publiquement la succession, notamment en cas d’héritage contesté ? Les princes disposent en effet rarement d’un rituel unique d’inauguration, excepté les ducs de Bretagne qui, imitant la royauté, ont mis en place une cérémonie de couronnement54. Même les ducs de Bourgogne, dont la puissance est pourtant considérable au XVe siècle, ne disposent pas d’une cérémonie unique d’avènement puisqu’ils sont obligés, au début de leur principat, de prêter serment aux différentes assemblées des villes flamandes pour prendre le titre de comte de Flandre et de duc de Bourgogne55. Quant aux comtes de Foix-Béarn, ils doivent encore au XIVe et au début du XVe siècle visiter tous les villages de leur principauté pour y échanger les serments traditionnels avec les nobles ou les représentants des communautés56. Les funérailles, à travers un rituel particulier, jouent-elles le rôle d’une cérémonie d’inauguration en montrant publiquement la transmission du pouvoir et la continuité dynastique ?

21Enfin, diverses questions sont apparues au fil de l’enquête. La constitution de nécropoles dynastiques semble évidente, tant l’image de Champmol, Saint-Denis bourguignon, est présente dans tous les esprits. Mais les princes n’ont pas tous fondé de telles nécropoles : certains pratiquent l’itinérance « sépulcrale », et il faut alors s’interroger sur leurs motivations. De la même manière, les élections multiples de sépulture semblent bien attestées dans le monde aristocratique du bas Moyen Âge. Selon une opinion largement répandue, les rois et les princes auraient choisi de « découper » leurs dépouilles afin d’obtenir une double ou triple sépulture (de corps, de cœur et d’entrailles). Toutefois la question mérite d’être approfondie car l’étude précise des testaments ne confirme pas toujours une telle assertion. Le rapport entre les femmes et la mort semble également complexe. Les liens qui les unissent sont bien établis : les femmes accomplissent la toilette des corps et sont les spécialistes de l’expression publique du deuil (larmes, cris, lacérations). Pourtant, au XVe siècle, dans le monde aristocratique, les princesses sont écartées du cadavre de leur père ou de leurs époux. Elles demeurent recluses dans une chambre de leur château, et il faudra en expliquer les raisons.

22Pour évoquer ces diverses problématiques, l’ouvrage est divisé en cinq parties. La première est consacrée à l’étude des élections de sépulture des princes et à la constitution (ou non) de nécropoles dynastiques. La deuxième partie se concentre sur le rituel des funérailles proprement dit, mort publique du prince, traitement réservé à la dépouille, convoi funèbre et cérémonies liturgiques. La troisième partie s’attache à la signification politique du cérémonial. La quatrième partie aborde les « funérailles particulières », celles des princes qui refusent toute pompe mondaine ou celles de ceux qui, au contraire, exigent une double cérémonie. Les obsèques des femmes et des enfants sont aussi envisagées (leur spécificité nécessite de les distinguer). Enfin la cinquième partie s’intéresse au « cœur du prince », choix ou refus d’une sépulture multiple et funérailles célébrées autour de cet organe singulier.

Les sources

Les testaments

23Ils permettent de connaître les élections de sépulture, les fondations de messes et les donations pieuses des princes. Rares sont en revanche les testateurs qui organisent par avance leurs funérailles, la plupart s’en remettant à leurs exécuteurs testamentaires. Finalement, seuls ceux qui refusent le rituel princier classique donnent des prescriptions sur la couleur du poêle funèbre, le nombre de cierges à utiliser ou la présence de pauvres.

Les documents comptables

  • 57 Pour Philippe le Hardi, ADCO, B 310 et B 1538. Pour Jean sans Peur, ADN, B 1920 et ADCO, B 1598 et (...)
  • 58 fol. 218-232 v°, cf. en annexe.
  • 59 AD du Cher, 8° G 1455.
  • 60 J. Roman, « Compte des obsèques et du deuil de Charles, duc d’Orléans-Valois », Annuaire-bulletin (...)
  • 61 British Museum, Additionnal Charters 26044.

24Fiables et précis, ils mentionnent, entre autres, les épices et aromates utilisés pour l’embaumement, la matière des draps employés lors du convoi et à l’église, le nombre et le poids des cierges. On les trouve généralement conservés sous forme de rouleaux ou dans des registres de comptabilité dans la série B des Archives départementales. Les plus détaillés concernent les ducs de Bourgogne57. Le compte des funérailles de Philippe le Bon, conservé dans le registre de Barthélemy Trotin, receveur général des finances de Charles le Téméraire pour l’année 1467, couvre la cérémonie sur plus de trente pages58. Le compte des obsèques de Jean de Berry (†1416), bien qu’endommagé par un incendie qui ravagea les archives ducales à Bourges, offre également de multiples détails sur le cérémonial59. Subsiste aussi un compte des dépenses faites pour le convoi funèbre de Charles d’Orléans, mort à Amboise et enterré à Blois en 146560 ainsi que le compte de ses funérailles61.

Les chroniques

  • 62 Jean Froissart, Oeuvres complètes, éd. K. de Lettenhove, Bruxelles, 1867-1877, t. XI, p. 160-2.
  • 63 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët-D’arcq, Paris, S.H.F., 1857-1862, t. I, p. 87 à (...)
  • 64 Georges Chastellain, Chronique, éd. K. de Lettenhove dans son édition des Oeuvres du même auteur, (...)
  • 65 Philippe de Vigneulles, Chronique, éd. C. Bruneau, Metz, 1927-1937. Olivier de la Marche, Mémoires (...)

25Le premier, Jean Froissart s’intéressa aux funérailles princières, consacrant plusieurs pages de ses Chroniques au récit des obsèques de Louis II de Male (1384) et de Gaston Fébus, comte de Foix et vicomte de Béarn (†1391)62. Mais les récits les plus développés proviennent des chroniqueurs bourguignons. Enguerrand de Monstrelet donne de nombreux détails sur les cérémonies organisées en l’honneur de Philippe le Hardi en 1404 et sur le service célébré pour Jean sans Peur en 141963. Les obsèques de Philippe le Bon en 1467 sont évoquées par deux chroniqueurs, Georges Chastellain et Jacques du Clercq64, alors que le transfert de son corps de Bruges à Dijon en 1474 est décrit par Philippe de Vigneulles et Olivier de la Marche qui en fit même le sujet d’un poème65.

  • 66 Schnerb, L’Etat, p. 77.
  • 67 P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus, prince des Pyrénées (1331-1391), Pau, 1993, p. 333.

26En dépit de quelques tendances à l’exagération dans les données chiffrées, les relations des chroniqueurs paraissent assez fiables quand on les compare aux documents comptables. Certains furent des témoins directs de la cérémonie qu’ils relatent, comme Philippe de Vigneulles qui assista au passage du convoi funèbre de Philippe le Bon à Metz en 1474. D’autres réunirent des témoignages oraux ou consultèrent des documents. Jean Froissart s’inspira ainsi du compte-rendu des funérailles de Louis II de Male66. Pour relater les obsèques de Gaston Fébus, il recueillit probablement ses informations de la bouche d’un compagnon du prince, Espan du Lion67.

  • 68 Les funérailles de François de Bourbon, comte de Vendôme sont par exemple abordées par André de La (...)

27Si les cérémonies des ducs de Bourgogne sont bien connues, de nombreuses zones d’ombre subsistent pour d’autres familles. Rares sont en effet les princes qui disposent de chroniques particulières à leur lignage ou à leur règne. On ne connaît alors leurs funérailles que par quelques mentions éparses dans des chroniques générales68, et encore toutes n’y sont pas relatées.

  • 69 Jean d’Orville dit Cabaret, La chronique du bon duc Louis de Bourbon, éd. A.-M. Chazaud, Paris, 18 (...)
  • 70 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, connétable de France, duc de Bretagne, 1393-1458 (...)
  • 71 Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix. Chronique française inédite du XVe siècle,(...)
  • 72 O. Mattéoni, « Portrait du prince idéal et idéologie nobiliaire dans « La chronique du bon duc Loy (...)

28Un type de sources particulier, les biographies héroïques, peut aussi être utilisé car les auteurs achèvent fréquemment leurs ouvrages par la description des funérailles princières, tels Cabaret d’Orville pour Louis II de Bourbon (†1410)69, Guillaume Gruel pour Arthur II, duc de Bretagne et connétable de France (†1458)70 ou Guillaume Leseur pour Gaston IV, comte de Foix-Béarn (†1472)71. Il faut néanmoins considérer leurs relations avec circonspection car ces ouvrages de commande magnifient les vertus princières. La biographie consacrée à Louis II de Bourbon fut ainsi commandée par son petit-fils, Charles de Clermont, à Cabaret d’Orville. Il l’écrivit grâce aux souvenirs d’un proche serviteur du duc, Jean de Châteaumorand72.

Les récits de funérailles

  • 73 AD des Pyrénées-Atlantiques, E 426.

29Outre les chroniques, apparaissent à la fin du XIVe siècle un nouveau type de sources, des récits isolés de funérailles, commandés par la famille princière à des officiers de l’Hôtel. Le premier concerne Louis II de Male. L’original a disparu, mais il fut recopié dans plusieurs registres de cérémoniaux aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. Les princes de Foix-Béarn commandèrent par ailleurs au XVe siècle l’élaboration d’un registre relatant les honneurs funèbres célébrés en l’honneur d’Archambaud de Grailly (1414), de sa femme, Isabelle (1429), et de leur fils, Jean Ier (1437), registre conservé dans leurs archives73. La conception d’un tel ouvrage témoigne à elle seule de l’importance accordée par ces princes aux cérémonies funèbres.

  • 74 BnF, Fr. 5872, publié par J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, P (...)
  • 75 Il servit d’abord Jean II de Bourbon, puis fut successivement valet de chambre de Charles VIII et (...)
  • 76 BnF, Fr. 18537, édité sous le titre : Récit des funérailles d’Anne de Bretagne par Bretaigne, son (...)
  • 77 Trente-deux copies sont recensées à ce jour. Parmi les destinataires, on trouve, outre Claude de F (...)

30À partir du début du XVIe siècle, ces comptes-rendus officiels changent de support : ils font l’objet de livres manuscrits, précieusement gardés dans les bibliothèques princières. Les cérémonies organisées à la mort de Pierre II de Bourbon (en 1503) furent relatées dans un petit in-quarto74 par Jacques de Bigue, seigneur de Chézy (près de Moulins), valet de chambre du duc75 qui assista à sa mort et à ses funérailles et participa à leur élaboration. Il rédigea son ouvrage peu après les obsèques du prince, sans doute à la demande d’Anne de France, sa veuve, et le dédia à leur fille, Suzanne. Au même moment, Bretaigne, le héraut d’armes de la reine Anne de Bretagne (†1514) décrivait ses cérémonies funèbres dans de riches manuscrits enluminés76, qui furent envoyés sur l’ordre de Louis XII à toutes les princesses du royaume et des cours étrangères, ainsi qu’à quelques grands seigneurs77. Les récits d’obsèques devenaient un véritable genre littéraire. Les livres gardent en mémoire les importantes cérémonies organisées en l’honneur du prince, instruments au service de son pouvoir.

  • 78 ADCO, B 310, publié par E.-L. Lory, « Les obsèques de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, mort à Br (...)

31Quelques comptes-rendus d’obsèques contiennent aussi les prescriptions des organisateurs de la cérémonie. Le rédacteur des « Honneurs funèbres des Foix-Béarn » transcrit ainsi dans la première partie de son récit les exigences du successeur quant au déroulement du rituel. Cet ensemble est alors rédigé au futur puisqu’il s’agit d’ordres donnés aux serviteurs et vassaux du comte. Le récit des funérailles de Philippe le Bon à Bruges en 1467 est également précédé des dispositions prises par Charles le Téméraire78.

Les cérémoniaux

  • 79 BnF, Fr. 387, XVe siècle. Sur Jean Courtois, cf. Ph. Contamine, « Office d’armes et noblesse dans (...)
  • 80 BnF, Fr. 1280.
  • 81 BnF, Fr. 1280, fol. 131. L’auteur de ces lignes est le père du roi d’armes de Flandre, Gilles, qui (...)
  • 82 BnF, Fr. 1968 (XVe siècle), fol. 112 ou Fr. 23998 (XVe siècle), fol. 77.
  • 83 Un recueil composé au début du XVIe siècle contient par exemple cette relation, entre autres récit (...)

32À partir du XVe siècle, quelques rois et hérauts d’armes intègrent dans leurs traités des instructions sur la célébration des funérailles. Jean Courtois, successivement héraut Enghien, héraut Jérusalem, puis héraut Sicile, achève ainsi son ouvrage (qu’il écrit au terme de sa carrière et de sa vie, dans les années 1435) par une courte réflexion sur le rôle des cérémonies funèbres et décrit en quelques lignes les éléments caractéristiques des obsèques royales françaises79. La compilation exécutée en 1481 sous la direction du roi d’armes de Maximilien d’Autriche, Gilles, s’intéresse aux funérailles nobiliaires80. Il théorise les pratiques antérieures qui, selon lui, se perdent : Pour mettre fin et conclusion à ce present traittié intitulé de l’office d’armes et de noblesse, nous volons touchier et mettre par escript ce que doivent congnoistre les roys d’armes et heraulz touchant des obseques et funerailles des nobles hommes de toutes dignitez si comme ou temps passé l’en soloit user81. Il insiste particulièrement sur le déroulement de l’offrande chevaleresque car les officiers d’armes en sont chargés. Il n’innove pas, mais codifie le rituel existant, créant un modèle à suivre pour toute célébration nobiliaire. Ces lignes connurent un grand succès et furent recopiées tant dans les traités d’armes82 que dans les recueils de funérailles de hauts personnages83.

Les sources annexes

33Plusieurs sources annexes complètent cette étude. Les liturgistes ont été consultés, en particulier Guillaume Durand qui consacre plusieurs pages de son Rational à des réflexions sur l’ensevelissement des corps, les cimetières et l’Office des morts.

  • 84 Alexandre-Bidon, La mort, p. 19. Sur les enluminures illustrant l’office des morts, cf. aussi F. B (...)
  • 85 Pour les chroniques, cf. les Anciennes Croniques de Flandre ou les Grandes Chroniques de France. P (...)
  • 86 Cf. la miniature ornant le manuscrit des Anciennes Croniques de Flandre représentant les funéraill (...)
  • 87 Cf. les miniatures ornant l’exemplaire de Charles VIII (vélin, 1484) des Vigiles de Charles VII, é (...)

34Les représentations iconographiques, les tombeaux et les épitaphes apportent aussi des informations intéressantes. Les livres d’Heures, qui se diffusent au cours du XIIIe siècle, sont ornés de nombreuses enluminures figurant la mort et les funérailles chrétiennes (un tiers du volume est consacré à l’Office des morts)84. Rares sont en revanche les miniatures qui présentent les obsèques princières. Elles illustrent plutôt les chroniques, les cérémoniaux et les récits de funérailles85. Le peintre suit parfois scrupuleusement la relation funèbre86, mais d’autres représentent la scène de manière stéréotypée. Les cortèges figurent ainsi régulièrement un cercueil recouvert d’un poêle, précédé d’un porte-croix, et entouré de pleurants portant chacun un cierge87. Les enluminures ne fournissent donc pas toujours des renseignements fiables sur telles ou telles obsèques particulières, mais permettent néanmoins de visualiser les célébrations et d’imaginer le faste déployé autour du défunt.

  • 88 J. Adhémar et G. Dordor, « Les tombeaux de la collection Gaignières. Dessins d’archéologie du XVII(...)

35Les tombeaux maintiennent par ailleurs son souvenir. La qualité de la sculpture, le décor héraldique et la richesse de la pierre célèbrent sa puissance alors que les épitaphes rappellent ses titres et la date de son décès. Certains monuments sont conservés, véritables chefs-d’œuvre de la sculpture médiévale. Ils sont exposés dans des églises (tombeau de François II, duc de Bretagne, à la cathédrale de Nantes) ou dans des musées (tombeaux des ducs de Bourgogne, Philippe le Hardi et Jean sans Peur, au musée des Beaux-Arts de Dijon). D’autres furent détruits, notamment à la Révolution, mais il en subsiste de nombreuses représentations dans le recueil établi par Gaignières (1642-1715)88.

Notes

1 P. Ariès, L’homme devant la mort, Paris, 1977. L’ouvrage est largement contesté, A. Vauchez, « Introduction », dans Le Cadavre, Anthropologie, archéologie, imaginaire social, J. Chiffoleau et A. Paravicini-Bagliani dir., Micrologus, t. VII, 1999, p. 2.

2 Ouvrage publié en 1960. La traduction française date de 1987, R. Giesey, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, 1987.

3 E.-H. Kantorowicz, The King’s Two Bodies : A Study in Medieval Political Theology, Princeton, 1957.

4 A. Boureau, « Ritualité politique et modernité monarchique. Les usages de l’héritage médiéval », dans L’Etat ou le roi, les fondations de la modernité monarchique en France (XIVe-XVIIe siècles), éd. N. Bulst, R. Descimon, A. Guerreau, Paris, 1996, p 11.

5 A. Boureau, Le simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français XVe-XVIIIe siècle, Paris, 1988, p. 28-34.

6 E. Brown, « Royal Bodies, Effigies, Funeral Meals, and Office in sixteenth-Century France », dans Le cadavre, p. 502 ; et « Refreshment of the Dead : Post mortem Meals, Anne de Bretagne, Jean Lemaire de Belges, and the Influence of Antiquity on Royal Ceremonial », dans Les funérailles à la Renaissance, Genève, 2002, p. 113-130.

7 C. Beaune, « Mourir noblement à la fin du Moyen Âge », dans La mort au Moyen Âge, Colloque de la S.H.M.E.S.P., Strasbourg, 1977, p. 125-143.

8 P. Marot, « Le trépas et les funérailles de René II, duc de Lorraine », Revue historique de la Lorraine, t. 1, 1931, p. 91-107 et « Recherches sur les pompes funèbres des ducs de Lorraine », Annales de l’Est, t. 2, 1934, p. 309-328. F. Lehoux, « Mort et funérailles du duc de Berry (juin 1416) », B.E.C., t. 114, 1956, p. 76-96.

9 P. Tucoo-Chala, « Les honneurs funèbres d’Archambaud de Foix-Béarn à Orthez en 1414 », Revue de Pau et du Béarn, t. 5, 1977, p. 5-30 et « Les honneurs funèbres chez les Foix-Béarn au XVe siècle », Annales du Midi, t. 90, 1978, p. 331-351.

10 B. Schnerb, « Les funérailles de Jean sans Peur », Annales de Bourgogne, t. 54, 1982, p. 122-134 et « Un service funèbre célébré pour Jean sans Peur à Saint-Vaast d’Arras le 22 octobre 1419 », dans Fêtes et cérémonies aux XIVe-XVe siècles, PCEEB, t. 34, 1992, p. 105-122.

11 N. Pollini, La mort du Prince. Rituels funéraires de la Maison de Savoie (1343-1451), Lausanne, 1994. Cf. aussi B. Andenmatten, L. Ripart, « Ultimes itinérances. Les sépultures des princes de la maison de Savoie entre Moyen Âge et Renaissance », dans L’itinérance des seigneurs (XIVe-XVIe siècles), A. Paravicini Bagliani, E. Pibiri et D. Reynard dir., Lausanne, 2003, p. 193-248.

12 Cf. la définition de « princesse » fournie par Christine de Pizan dans Le livre des Trois Vertus, éd. C.C. Willard, Paris, 1989, p. 149.

13 B. Guenée, « Le roi, ses parents et son royaume en France au XIVe siècle », Bullettino dell’Instituto Storico Italiano per il Medio Evo e Archivio Muratoriano, t. 94, 1988, p. 461.

14 Le duché de Guyenne, reconquis sur les Anglais, fut attribué en 1469 par Louis XI à son frère Charles. Il avait auparavant reçu en apanage la Normandie, puis la Champagne.

15 Le comté de Clermont-en-Beauvaisis fut donné par Saint Louis à son fils Robert qui épousa l’héritière du comté de Bourbon, fief patrimonial depuis plusieurs siècles. Si les ducs de Bourbon sont donc issus d’une lignée royale, leur principauté n’est pas un apanage au XIVe siècle, A. Leguai, « Les ducs de Bourbon (de Louis II au connétable de Bourbon) : leurs pouvoirs et leur pouvoir », dans Les princes et le pouvoir au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 225.

16 Bertrand Schnerb a récemment démontré que le duché de Bourgogne ne fut pas concédé en apanage à Philippe le Hardi en 1363 (dans l’acte de concession, aucune clause de masculinité n’est introduite). Il s’agit d’un grand fief tenu de la Couronne, B. Schnerb, L’Etat bourguignon 1363-1477, Paris, 1999, p. 41-2.

17 A. Leguai, « Les « Etats » princiers en France à la fin du Moyen Âge », Annali della Fondazione italiana per la storia administrativa, t. 4, 1967, p. 133-157.

18 Ch. Samaran, La maison d’Armagnac au XVe siècle, Paris, 1907, p. 26.

19 F. Autrand, « Une stratégie familiale au féminin : le duc de Berry et le mariage de ses filles », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, t. 522, 1999, Paris, 2001, p. 11.

20 A. Chevalier-de-Gottal, Les Fêtes et les Arts à la Cour de Brabant à l’aube du XVe siècle, Francfort, 1996.

21 Sur les funérailles des comtes de Nevers, cf. leurs testaments publiés par le Comte de Soultrait, Inventaires des titres de Nevers de l’abbé Marolle, Société Nivernaise, 1873, col. 16-22 et col. 589.

22 AN, KK 348, Compte des funérailles de Philippe, comte de Vertus († 1420).

23 Journal de l’enterrement de Jean d’Orléans, comte d’Angoulême, aïeul du roi François Ier, 1467, éd. E. Sénemaud, Paris, 1863.

24 L. Jarry, « Testaments, inventaire et compte des obsèques de Jean, bâtard d’Orléans », Mémoires de la société archéologique et historique de l’Orléanais, t. 23, 1892.

25 Pollini, La Mort du Prince, op. cit.

26 Marot, « Le trépas », p. 91-107 et « Recherches », p. 309-328.

27 J. Froissart, Chroniques, éd. G. Raynaud, S.H.F., t. XI, 1899, p. 158-164.

28 Les princes ont toujours bénéficié d’un faste plus grand, cf. en 1219 les funérailles somptueuses de Guillaume le Maréchal inhumé à Londres dans l’église des Templiers, G. Duby, Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Paris, 1984, p. 30.

29 Chronique des règnes de Jean II et de Charles V, éd. R. Delachenal, S.H.F., t. I, p. 342-4 (Jean II) et t. II, p. 278-282 (Jeanne de Bourbon) et p. 382-3 (Charles V).

30 Compte publié par A. de La Borderie, La Cour du duc de Bretagne en 1305. Derniers jours et obsèques du duc Jean II d’après des documents inédits, Rennes, 1880.

31 AD du Pas-de-Calais, A 354, rouleau 1.

32 La France des principautés. Les Chambres des comptes XIVe et XVe siècles, colloque tenu aux AD de l’Allier en 1995, Paris, 1996, p. 270.

33 Les obsèques des comtes de Flandre sont étudiées jusqu’à la mort de Marguerite de Flandre (en 1405), puisque son héritage passe ensuite à son fils, Jean sans Peur, et à ses descendants.

34 Date de l’incorporation du duché dans l’héritage du roi René d’Anjou.

35 Rappelons que la lignée des ducs d’Anjou s’éteint avec la disparition du roi René en 1480, Louis XI conservant alors l’Anjou et la partie du Barrois « mouvant ». Le comté de Provence revient au neveu du duc, Charles III d’Anjou, comte du Maine, mais celui-ci meurt un an plus tard, sans successeur. Le lignage des comtes d’Armagnac s’achève avec la mort de Charles d’Armagnac, en 1497, celui des ducs d’Alençon avec le décès de Charles II en 1525. Enfin, si le duché de Berry revient à la Couronne en 1416 (à la mort du duc Jean), Louis XII en fait ensuite cadeau à Jeanne de France, son épouse lorsqu’il fait annuler leur mariage (17 décembre 1498). Celle-ci meurt sans héritier en février 1505.

36 B. Leroy, La Navarre au Moyen Âge, Paris, 1984, p. 180. À la mort en 1479 de sa grand-mère, Eléonore, reine de Navarre, il fut appelé à lui succéder. La couronne passa à son décès en 1483 à sa sœur Catherine. Il fut inhumé dans la cathédrale de Lescar, le petit Saint-Denis des rois de Navarre, Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 30.

37 Giesey, Le roi, op. cit. ; R. A. Jackson, Vivat rex. Histoire des sacres et des couronnements en France, 1364-1825, Strasbourg, 1984 ; S. Hanley, The Lit de Justice of the Kings of France : Constitutional Ideology in Legend, Ritual and Discourse, Princeton, 1983 ; L. Bryant, The King and the City in the Parisian Royal Entry Ceremony : Politics, Ritual, and Art in the Renaissance, Genève, 1986.

38 Boureau, Le simple corps, op. cit. E. Brown, R. Famiglietti, The « lit de justice » : Semantics, Ceremonial and the Parlement of Paris 1300-1600, Sigmaringen, 1994.

39 A. Van Gennep, Les rites de passage, Paris, 1909.

40 Ibid., p. 209 et p. 234-5.

41 L.-V. Thomas, Rites de mort. Pour la paix des vivants, Paris, 1985, p. 35.

42 M. Lauwers, La mémoire des ancêtres. Le souci des morts. Morts, rites et société au Moyen Âge (Diocèse de Liège, XIe-XIIIe s.), Paris, 1996, p. 95 et 345-7.

43 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge. XIIIe-XVIe siècle, Paris, 1998, p. 70-84.

44 P.-M. Gy, « La liturgie de la mort en France méridionale (XIIe-XVe siècle) », dans La mort et l’au-delà en France méridionale (XIIe-XVe siècle), J.L. Biget dir., Cahiers de Fanjeaux, no 33, 1998, p. 69.

45 Alexandre-Bidon, La mort, p. 111.

46 L. Stouff, « Les Provençaux et la mort dans les testaments (XIIIe-XVe siècle) », dans La mort et l’au-delà, p. 203.

47 Ibid., p. 121.

48 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort, Lyon, 1996, p. 89.

49 Guillaume Durand, Rational ou manuel des divins offices, traduit par Charles Barthélemy, Paris, 1854, t. V, p. 100. Pour l’édition latine, Guillelmi Duranti Rationale divinorum officiorum, éd. A. Davril et T.-M. Thibodeau, Paris, 1995.

50 Alexandre-Bidon, La mort, p. 125-6.

51 Ibid., p. 131-2.

52 Schnerb, L’Etat, p. 207.

53 M. Jones, « « En son habit royal » : le duc de Bretagne et son image vers la fin du Moyen Âge », dans Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Paris, 1995, p. 253.

54 Ibid.

55 La prestation de serment se fait à chacun des quatre membres (Gand, Ypres, Bruges, le Franc de Bruges). Dès l’annonce de la mort de son père, Philippe le Bon prête ainsi le premier de ces serments en l’église Saint-Jean de Gand (aujourd’hui Saint-Bavon). Même s’il doit poursuivre sa tournée, il peut dès lors prendre le titre de comte de Flandre et de duc de Bourgogne, P. Bonenfant, Philippe le Bon. Sa politique, son action, Belgique, 1996, p. 165.

56 Tucoo-Chala, « Les honneurs », p. 345.

57 Pour Philippe le Hardi, ADCO, B 310 et B 1538. Pour Jean sans Peur, ADN, B 1920 et ADCO, B 1598 et B 1606. Pour Philippe le Bon, ADN, B 2064.

58 fol. 218-232 v°, cf. en annexe.

59 AD du Cher, 8° G 1455.

60 J. Roman, « Compte des obsèques et du deuil de Charles, duc d’Orléans-Valois », Annuaire-bulletin de la société de l’histoire de France, Paris, t. 22, 1885.

61 British Museum, Additionnal Charters 26044.

62 Jean Froissart, Oeuvres complètes, éd. K. de Lettenhove, Bruxelles, 1867-1877, t. XI, p. 160-2.

63 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët-D’arcq, Paris, S.H.F., 1857-1862, t. I, p. 87 à 90 ; t. III, p. 361. Il s’intéresse aussi aux cérémonies qui suivent l’assassinat de Louis d’Orléans en 1407, Ibid., t. I, p. 159-160.

64 Georges Chastellain, Chronique, éd. K. de Lettenhove dans son édition des Oeuvres du même auteur, Bruxelles, 1863-1864 (réédition 1971), 3e partie, p. 234. Jacques du Clercq, Mémoires, éd. F. Baron de Reiffenberg, Bruxelles, 1823, p. 304.

65 Philippe de Vigneulles, Chronique, éd. C. Bruneau, Metz, 1927-1937. Olivier de la Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, 1883-84.

66 Schnerb, L’Etat, p. 77.

67 P. Tucoo-Chala, Gaston Fébus, prince des Pyrénées (1331-1391), Pau, 1993, p. 333.

68 Les funérailles de François de Bourbon, comte de Vendôme sont par exemple abordées par André de La Vigne, Le voyage de Naples, éd. critique par Anna Slerca, Milan, 1981, t. II, p. 309-318.

69 Jean d’Orville dit Cabaret, La chronique du bon duc Louis de Bourbon, éd. A.-M. Chazaud, Paris, 1876. Sur ce genre littéraire, cf. E. Gaucher, Les biographies héroïques, Typologie des sources du Moyen Âge occidental, Brepols, Turnhout, 1994.

70 Guillaume Gruel, Chronique d’Arthur de Richemont, connétable de France, duc de Bretagne, 1393-1458, éd. A. Le Vavasseur, Paris, 1890.

71 Guillaume Leseur, Histoire de Gaston IV, comte de Foix. Chronique française inédite du XVe siècle, éd. H. Courteault, Paris, 1893.

72 O. Mattéoni, « Portrait du prince idéal et idéologie nobiliaire dans « La chronique du bon duc Loys de Bourbon » (1429) », Studi Francesi, t. 115, 1995, p. 2.

73 AD des Pyrénées-Atlantiques, E 426.

74 BnF, Fr. 5872, publié par J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, Paris, 1868, t. III : Preuves fondamentales, p. 225. Le livre contient 31 feuillets.

75 Il servit d’abord Jean II de Bourbon, puis fut successivement valet de chambre de Charles VIII et de Louis XII. Au début du XVIe siècle, il se retira en Bourbonnais où il semble être mort avant 1530. Poète, il écrivit plusieurs pièces de circonstance, notamment des « Epitaphes » en l’honneur de différents princes, Dictionnaire de biographie française, dir. M. Prevost et Roman d’Amat, Paris, 1956, t. VI, p. 455.

76 BnF, Fr. 18537, édité sous le titre : Récit des funérailles d’Anne de Bretagne par Bretaigne, son héraut d’armes, publié par L. Merlet et M. de Gombert, Paris, 1858, p. 91.

77 Trente-deux copies sont recensées à ce jour. Parmi les destinataires, on trouve, outre Claude de France, fille de la défunte, Louise de Savoie, comtesse d’Angoulême, Catherine de Foix, reine de Navarre, Marie de Luxembourg, comtesse de Vendôme, Charles de Bourbon, le futur connétable, Renée de Bourbon, abbesse de Fontevrault, Françoise d’Albret, comtesse de Nevers, Philippine de Gueldre, duchesse douairière de Lorraine, Catherine d’Aragon, épouse d’Henri VIII d’Angleterre ou encore Margaret Tudor, reine d’Ecosse, sœur d’Henri VIII. Ces renseignements furent aimablement fournis par l’Institut de recherche historique des textes, section romane.

78 ADCO, B 310, publié par E.-L. Lory, « Les obsèques de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, mort à Bruges en 1467 », Mémoires de la commission des antiquités du département de la Côte-d’Or, Dijon, Paris, 1869, p. 215-246.

79 BnF, Fr. 387, XVe siècle. Sur Jean Courtois, cf. Ph. Contamine, « Office d’armes et noblesse dans la France de la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1994, p. 315.

80 BnF, Fr. 1280.

81 BnF, Fr. 1280, fol. 131. L’auteur de ces lignes est le père du roi d’armes de Flandre, Gilles, qui dirigea la compilation, ibid., fol. 133 v°.

82 BnF, Fr. 1968 (XVe siècle), fol. 112 ou Fr. 23998 (XVe siècle), fol. 77.

83 Un recueil composé au début du XVIe siècle contient par exemple cette relation, entre autres récits d’obsèques royales et princières, BnF, Fr. 5229, fol. 158-168.

84 Alexandre-Bidon, La mort, p. 19. Sur les enluminures illustrant l’office des morts, cf. aussi F. Boespflug et E. König, Les « Très Belles Heures » de Jean de France, duc de Berry. Un chef-d’œuvre au sortir du Moyen Âge, Paris, 1998, p. 33-5.

85 Pour les chroniques, cf. les Anciennes Croniques de Flandre ou les Grandes Chroniques de France. Pour les cérémoniaux, cf. BM de Lille, Ms. 478 (compilation de Guillaume de Rugher). Pour les relations de funérailles, cf. le récit de la mort et de l’enterrement de la reine Anne de Bretagne, BnF, Fr. 18537.

86 Cf. la miniature ornant le manuscrit des Anciennes Croniques de Flandre représentant les funérailles de Louis II de Male où le convoi figure les pièces d’honneur du défunt, BnF, Fr. 2799, fol. 290 v° ou les enluminures illustrant les funérailles de la reine Anne de Bretagne, BnF, Fr. 18534 ou 18537.

87 Cf. les miniatures ornant l’exemplaire de Charles VIII (vélin, 1484) des Vigiles de Charles VII, écrit par Martial d’Auvergne. L’une présente le convoi funèbre de Louis Ier d’Orléans : le cercueil est recouvert d’un drap noir alors que les chroniqueurs mentionnent un drap d’or, BnF, Fr. 5054, fol. 5 v°.

88 J. Adhémar et G. Dordor, « Les tombeaux de la collection Gaignières. Dessins d’archéologie du XVIIe siècle », Gazette des Beaux Arts, 1974, 1976, 1977.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540