Version classiqueVersion mobile

D’or et de cendres

 | 
Murielle Gaude-Ferragu

Préface

Colette Beaune

Texte intégral

1Le livre de Murielle Gaude-Ferragu se situe à la croisée de multiples préoccupations. Dès les années 1970, Philippe Ariès montrait comment au grand endormissement collectif du haut Moyen Age avait succédé une mort de soi redoutée mais de mieux en mieux encadrée par l’Église. Les médiévistes se soucièrent alors de fixer plus finement cette évolution. Villes et campagnes n’évoluent en effet pas au même rythme. On ne meurt pas à Avignon ou à Paris comme dans le bocage normand, on ne meurt pas chez les nobles comme chez les simples gens. La comptabilité de l’au-delà (l’achat du paradis par l’accumulation des messes) fut à la mode puis contestée. Des travaux particuliers par région ou par famille montrèrent l’infinie variété du sentiment de la mort. Parallèlement, les cérémonialistes américains insistèrent à la suite de R. Giesey sur les aspects politiques des funérailles royales. Le mannequin funéraire utilisé pour Charles VI en 1422 pour la première fois manifesta l’existence d’un double corps du roi ; son corps mortel et son double corps immuable, l’État qui lui ne meurt jamais. Mais en est-on si sûr ? Toutes obsèques sont aussi le fruit des circonstances qui pèsent sur les organisateurs. Et que comprend le Parisien de base qui pleure au passage du cortège de l’abstraction juridique du double corps du prince ?

2C’est pourquoi il était temps de reprendre le problème dans une autre optique. Murielle Gaude s’intéresse à un milieu spécifique (les princes). Pour la plupart parents du roi, ils gouvernent des États patrimoniaux ou féodaux. Le roi est leur référence en toute matière comme le principal obstacle à leur autonomie. L’étude commence à la fin du xive siècle quand la documentation jusque-là étique s’étoffe et se termine au début du xvie siècle quand les familles princières s’éteignent l’une après l’autre et quand leurs États sont progressivement rattachés au royaume. Le cadre géographique s’arrête en effet aux quatre fleuves (l’Escaut, la Meuse, la Saône, le Rhône) qui en sont les limites immémoriales. Un milieu homogène pour une durée longue et un vaste espace.

3Les sources sont abondantes mais dispersées et de tous ordres ; des testaments, des comptes de funérailles, des cérémoniaux écrits par des hérauts d’armes, des récits de chroniqueurs. Ainsi Froissart insère-t-il dans son œuvre “l’ordonnancement” des funérailles du comte Louis de Mâle en 1384 et les biographes qui témoignent des vies de preux chevaliers consacrent-ils toujours leur dernier chapitre à la mort exemplaire de leur héros. Par sa mort, chacun dit une dernière fois ce qu’il a été.

4L’objectif de ce livre est d’abord d’étudier les rituels nobiliaires qui se multiplient autour d’une liturgie des funérailles commune à tous et qui évolue peu. Les différentes étapes en sont décrites avec attention et nuances ; mort publique, exposition du corps dont la durée varie avec l’époque et le rang social comme avec les compétences des médecins ; convoi funèbre qui regroupe le clergé, les douze pauvres porteurs de torches, les gens de l’hôtel et la parenté autour du cercueil surmonté d’un dais, cérémonies à l’église autour d’une chapelle ardente de bois illuminée de dizaines de cierges, offrande des armes, cris et bâtons brisés quand le corps disparaît en terre. L’histoire des objets et celle des hommes se mêlent. Chaque élément est à son tour décrit, remis en perspective et expliqué ; flambeaux, effigie comme armoiries ou livrées de deuil.

5C’est aussi de l’histoire religieuse. L’élection de sépulture, les fondations ou les legs montrent l’évolution des dévotions personnelles ou dynastiques. Certains princes ont à l’image du roi dès le xive siècle, et parfois plus tôt, des nécropoles familiales bien établies et ne choisissent qu’à la marge pour leur cœur ou leurs entrailles, d’autres ne s’ancrent définitivement dans une église qu’à la fin du xve siècle. Les dons couvrent de leur maillage le territoire qu’ils contrôlent de fait, voire même celui qu’ils revendiquent. Ils reflètent les réseaux de parenté comme les étapes d’une vie. Enfin ce livre se soucie de ce qui est si difficile à saisir, le non dit d’une société. Pourquoi choisit-on de reposer aux côtés de ses parents plus qu’aux côtés de son époux ? Pourquoi les femmes ne participent-elles presque jamais aux funérailles publiques, elles qui ont le soin de la toilette du mort, de sa déploration domestique et même souvent du maintien de la mémoire du lignage ?

6Les funérailles princières hésitent en fait entre deux pôles. De son vivant, le prince s’était déjà défini par son rapport au roi, dans un mélange d’admiration fascinée et de concurrence quotidienne. Comme le roi, il était “princeps” et se devait de faire une mort publique qui fût exemple à ses sujets. Comme lui, il transmettait en ses dernières heures des terres et un pouvoir qui s’incarnait en objets symboliques ; le cercle ducal renvoyait à la couronne, l’épée des ducs de Bourgogne à celle de Charlemagne. Le mort faisait alors son dernier triomphe. Mais cet enterrement en gloire servait aussi à investir l’héritier qui les porterait à son tour. Les obsèques des princes sont à la fois la dernière occasion pour la société politique qui l’a entouré, ses parents comme les gens de son hôtel, de faire corps autour du cadavre et en même temps d’investir le vivant. Comme le roi mais plus tard que lui, les plus ambitieux des princes recoururent à l’effigie de bois et de cire. Celle-ci permet d’allonger l’exposition du corps, elle donne le temps nécessaire aux organisateurs, elle manifeste la temporalité à laquelle le mort vient d’accéder, mais elle n’a pas forcément à voir avec la croyance en un double corps des princes. Les rites funéraires dans une société qui se pense comme hiérarchique et immuable se diffusent prioritairement de haut en bas, mais l’inverse est possible.

7Le prince est aussi un chevalier ; le jour de son adoubement, il a promis de défendre l’Église et secourir les pauvres. Son épée est le signe de sa capacité militaire comme de son devoir de rendre la justice. Tous les chevaliers sont égaux et frères entre eux. En temps qu’adoubé, le roi lui-même n’est que l’un d’eux, le “primus inter pares” mais pas plus. Au modèle de royauté arthurienne, où tous sont assis à la même table ronde et où le roi se doit d’être le meilleur chevalier du monde, puisqu’il a réussi à retirer l’épée du rocher, s’oppose sur le continent un modèle royal carolingien où le pouvoir royal venu de Dieu domine l’ensemble de la société politique. A sa mort, tout chevalier offrait son armement à l’église où il choisissait d’être enterré, qui était parfois celle de son adoubement ; il servirait ensuite aux obits qui entretiendraient sa mémoire. Depuis les années 1330, l’offrande chevaleresque apparue en Angleterre puis en Flandre s’insinue sur le continent. Pratiquée d’abord pour les morts au combat, elle s’impose partout après 1450. Extraordinaire rituel qui fait pénétrer dans l’église, lieu de paix et d’asile, jusqu’à une quarantaine de chevaux, boucliers, bannières, épées tenus par les cavaliers du deuil qui vont les offrir à l’autel dans un ordre de préséance strict. Longtemps les funérailles royales ignorèrent le rite de l’offrande chevaleresque qui ne s’imposa qu’en 1498 pour les funérailles de Charles VIII. Le grand maître de l’hôtel en fut le principal organisateur puisque le roi ne laissait pas de fils. Par cette innovation spectaculaire, il donnait au roi défunt un profil de guerrier croisé. Que resterait-il en effet de Charles VIII sauf la gloire des expéditions italiennes conduites par le chevalier à l’épée flamboyante ?

8Par ailleurs, le prince pouvait bien mourir au milieu d’une paraliturgie aberrante, il pouvait bien faire multiplier les cierges au point qu’on dût démonter les vitraux, il pouvait l’année de son décès faire célébrer des centaines de messes, élever de somptueux et multiples tombeaux, il mourait fondamentalement comme tous les hommes. Entouré de sa famille et de ses clercs, il testait, se confessait et recevait le viatique. Sur son corps étaient dits des offices dont la liturgie était identique pour tous les chrétiens. Il aurait besoin comme tout un chacun des prières de la communauté pour accéder à un au-delà commun et entretenir sa mémoire. L’Église était partagée vis-à-vis des funérailles princières. Toute mort seigneuriale s’accompagnait de dons, d’offices et de nombreuses distributions aux pauvres. A sa mort, le Christ lui aussi était devenu nourriture. Pour la dernière fois, le seigneur remplissait son devoir de donner du pain à ses sujets. Et de cette paraliturgie exubérante, les clercs étaient les principaux bénéficiaires. Mais l’Église affirmait aussi paradoxalement qu’il était meilleur pour entrer dans la gloire céleste de renoncer aux pompes de ce monde. Elle conseillait aux princes les plus dévots une mort pénitentielle suivie d’humbles funérailles, sans chapelle ardente, sans tombes élevées, sans distribution de dizaines de livrées de deuil. L’or devait aller aux pauvres et non se gaspiller en ornements périssables. En France, ce souci d’humilité est inextricablement mêlé au souvenir de Saint Louis mort sur un lit de cendres devant Tunis et enterré pour des raisons de circonstances en trois lieux ; les entrailles à Monreale, le cœur à Paris (?) et le corps à Saint-Denis. Une partition qui rappelait celle des reliques pour un futur saint ! A la fin du xiiie siècle, tripartition et humbles funérailles sont donc souvent liées chez les descendants du Capétien comme Robert de Clermont, Pierre d’Alençon ou Jeanne de Blois Châtillon. Mais en 1299, la bulle pontificale Detestandae feritatis condamne l’inhumation triple comme contraire au respect du au cadavre. Celle-ci tend donc à disparaître ou plutôt à devenir une marque d’exception ; seuls, le roi et les princes peuvent désormais en bénéficier puisqu’ils ont accès facilement aux dispenses pontificales. La tripartition se dissocie alors des humbles obsèques ; au xive siècle, qui veut mourir en bon chrétien humble devant Dieu garde son corps entier, même si celui-ci peut être humilié une dernière fois ; ainsi Louis d’Orléans à la suite de Philippe de Mézières souhaite-t-il que son cadavre repose sur une claie dans l’église des Célestins. Sont-ils des orgueilleux tous ceux qui la choisissent ? Certes, elle marque le rang, mais elle permet aussi d’habiter les deux ou trois capitales d’une principauté dispersée comme chez les Angevins, elle permet aux épouses et mères de se partager entre leurs aïeux, époux et enfants. Quant à l’humilité des autres, elle est parfois relative ; les rares cierges sont armoriés, les tombes austères peuplent des nécropoles élitistes et peu nombreux sont ceux qui ont les moyens des énormes distributions qu’elles supposent. Humble ou non, le prince devient par ses funérailles un ancêtre là où la mémoire du paysan se perd.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search