Version classiqueVersion mobile

D’or et de cendres

 | 
Murielle Gaude-Ferragu

Remerciements

À Juliette et Chloé

Texte intégral

1Cet ouvrage est une version remaniée et allégée d’une thèse de doctorat soutenue le 3 décembre 2001 à Paris X-Nanterre devant un jury composé de Mme Colette Beaune, Mme Françoise Autrand, Mme Catherine Vincent, Mr. André Vauchez et Mr. Bertrand Schnerb. Un chapitre en a été retiré, il a fait l’objet d’un article paru en janvier 2004 dans la Revue de l’Histoire de l’Eglise de France sous le titre « Les testaments princiers à la fin du Moyen Âge, miroirs de la spiritualité et des dévotions aristocratiques ».

 

2Je tiens à remercier vivement les nombreuses personnes et institutions qui ont soutenu ce projet. L’université de Paris X-Nanterre m’a tout d’abord permis de me consacrer à ce travail en m’offrant pour quatre années un poste d’Attaché temporaire à l’enseignement et à la recherche. Elle a ensuite largement participé à cette publication. Je remercie particulièrement les professeurs et les maîtres de conférence de cette Faculté pour leur bienveillance et leur sollicitude constante. Mon directeur de thèse, madame Colette Beaune mérite toute ma gratitude pour sa gentillesse, son soutien sans faille et le temps consacré à la correction de mes recherches.

 

3Les professeurs Monique Chatenet, Philippe Contamine, Agostino Paravicini-Bagliani et Nadine Bertelier, conservateur au Musée Anne de Beaujeu à Moulins, m’ont accordé une confiance stimulante en me permettant de participer aux colloques qu’ils organisaient. Ils m’ont en outre apporté une aide scientifique précieuse dont je leur sais gré. Qu’il me soit aussi permis de remercier les professeurs Elisabeth Brown, Bertrand Schnerb, André Vauchez pour leurs conseils et leur soutien. Nicole Bériou, Alain Boureau, Benoît Grévin, Didier Lett, Olivier Mattéoni, Laurence Moulinier, Nicolas Offenstadt, Jacques Paviot et Catherine Vincent ont également contribué à cette recherche par des réflexions, des précisions et des appuis techniques.

4Mon époux Gilles a bien voulu relire avec attention ce travail. Ses critiques et suggestions me furent d’un grand secours. Sa confiance et son soutien m’ont permis de mener à bien une telle étude. Enfin, je remercie mes filles, Juliette et Chloé, mes parents et ma sœur pour leur affection constante et leur compréhension à l’égard d’une recherche qui occupa souvent une bonne partie de mes pensées et de mon temps.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search