Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Michel Butor

 | 
Lucien Giraudo

II. Les collaborations artistiques, une exploration des gestes de la création

Introduction

Texte intégral

1Après avoir souligné l’importance de la collaboration des arts et ses implications formelles dans l’œuvre personnelle de Michel Butor, il convient maintenant d’aborder le principe de la collaboration artistique stricto sensu, c’est-à-dire lorsque l’œuvre va être le fruit de plusieurs créateurs qui agissent ensemble, et quand elle sera signée au moins par deux noms.

2A propos du livre d’artiste, mais ceci est valable pour toute œuvre réalisée en collaboration, Butor déclarait :

  • 1 Improvisations sur Michel Butor, op. cit., p. 223.

« Le livre illustré le plus réussi c’est celui dans lequel l’image est nécessaire au texte et réciproquement. Il y a un véritable mariage qui produit quelque chose de nouveau. Un artiste et un écrivain travaillant ensemble réalisent un enfant qui a une certaine indépendance par rapport à ses deux parents »1.

3À travers ces images des « deux parents » et de l’œuvre-enfant on mesure l’importance de l’œuvre en collaboration qui est susceptible de jeter une lumière nouvelle sur l’œuvre d’art en général, et de permettre d’en explorer les composantes profondes. Il semble, en effet, que l’œuvre en collaboration puisse faire apparaître des aspects qui sont souvent cachés, déplacés, ou passés sous silence dans le processus de la création lorsqu’il se limite à un seul créateur. La collaboration artistique éclaire en tout cas d’une façon nouvelle le statut de l’œuvre dans la création butorienne.

4Pour baliser cette pratique, qui est devenue au fil des années presque exclusive chez Butor, il a paru évident d’analyser tout d’abord en détail la première collaboration où le texte et l’image se sont vraiment rencontrés, où le texte réagit sur la gravure, l’entoure et la pénètre. Le scénario amoureux sur lequel s’appuie Butor pour parler de l’œuvre en collaboration sera ainsi illustré par le thème de la rencontre.

  • 2 « L’arche de la Visitation », in 13 artistes avec Michel Butor, catalogue de l’exposition, Thonon- (...)

5Au scénario amoureux succède, si l’on peut dire, l’histoire familiale, dans le sens où Butor a travaillé de manière fidèle avec un certain nombre d’artistes-amis ; dans ce cas : « Les œuvres s’enchaînent. Les relations deviennent quasi familiales »2 ; on s’est attaché alors à dégager les principes majeurs de cette collaboration régulière entre l’écrivain et ses artistes.

6A l’opposé de cette collaboration régulière, il y a la collaboration exceptionnelle, fruit de l’occasion et que Butor, par goût du défi, laisse rarement échapper : la revue L’Arc lui a ainsi proposé d’organiser un numéro à sa convenance ; Butor a donc imaginé de faire appel à de nombreux collaborateurs qui traiteraient de sujets auxquels il aurait pu s’intéresser lui-même ; la scène de la revue imposait en fait une multiplicité de sujets, qui nous offre ainsi une configuration de la collaboration en expansion avec ses caractéristiques propres.

7Enfin, à l’occasion d’une exposition réalisée en 1997 avec 13 artistes, Butor a écrit un texte qui se présente comme un regard rétrospectif sur la pratique de la collaboration ; il a paru alors intéressant d’interroger ce texte intitulé L’Arche de la Visitation et de l’étudier en relation avec le catalogue dans lequel il apparaît, ce support représentant la trace des expositions organisées très régulièrement en France et à l’étranger autour de Michel Butor.

Notes

1 Improvisations sur Michel Butor, op. cit., p. 223.

2 « L’arche de la Visitation », in 13 artistes avec Michel Butor, catalogue de l’exposition, Thonon-les-Bains, 1997, p. 3.

© Presses universitaires du Septentrion, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540