Version classiqueVersion mobile

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre VII. L'institution Goncourt

Profil des producteurs de goût : le recrutement social des membres de l’Académie Goncourt

Gisèle Sapiro

Texte intégral

  • 1 Cette communication livre les premiers résultats d’une recherche en cours sur les membres de l’Aca (...)

1De 1903 à 2003, 51 écrivains se sont succédés aux dix couverts de l’Académie Goncourt. Pendant un siècle, ces écrivains, souvent restés dans l’ombre alors que les projecteurs se braquaient sur les lauréats du prix, ont fabriqué de nombreuses gloires littéraires et orienté le goût du grand public. Qui sont‐ils ? Qu’ont‐ils en commun ? Leur profil social permet‐il de comprendre leurs choix ? A‐t‐il changé au cours du siècle ? Cette évolution, s’il y a lieu, reflète‐t‐elle celle du monde des lettres ou celle de la société dans son ensemble ? Telles sont les questions qui ont guidé cette première tentative de brosser un portrait de groupe des académiciens1. On présentera d’abord leurs caractéristiques sociales, puis leurs propriétés littéraires, en prenant comme date de coupure l’année 1953 qui divise le siècle d’existence de l’Académie Goncourt de moitié. Malgré le déséquilibre des effectifs – on compte 34 membres élus jusque là, contre 17 depuis –, cette date se justifie historiquement, comme année charnière dans l’histoire intellectuelle et dans l’histoire de l’édition, avec d’un côté les lois d’amnistie qui mettent un terme aux débats autour de l’épuration, de l’autre les transformations que connaît le mode de production du livre (notamment le lancement du livre de poche).

Le recrutement social des jurés Goncourt

  • 2 Testament d’Edmond de Goncourt, reproduit dans Jacques Robichon, Le Défi des Goncourt, Denoël, 197 (...)

2Dans son testament, Edmond de Goncourt avait précisé que pour faire partie de la société, « il sera nécessaire d’être homme de lettres, rien qu’homme de lettres, on n’y recevra ni grands seigneurs, ni hommes politiques »2. Cette indication exprimait la volonté de se démarquer de l’Académie française, où les questions de langue et de littérature étaient régies par l’amateurisme éclairé des élites sociales. Si elle se traduit avant tout par la relative homogénéité professionnelle des membres de l’Académie Goncourt à l’opposé de son aînée du quai de Conti (j’y reviendrai), elle a aussi des conséquences sur son recrutement social, qui est d’emblée plus proche de celui du monde des lettres dont elle reflète les évolutions.

  • 3 André Stil, Une vie à écrire. Entretiens avec Jean‐Claude Lebrun, Grasset, 1993 ; « Le Livre de Po (...)

3Du point de vue des origines sociales, les membres de l’Académie Goncourt se recrutent dans presque tous les milieux : on trouve parmi eux aussi bien des fils de cordonnier ou de fromager que des enfants de diplomates (mais aucun véritable fils d’ouvrier : même André Stil, issu d’une famille d’ouvriers miniers, est fils de tailleur3).

4Bien qu’elle compte la même proportion d’écrivains issus des fractions supérieures qu’à l’Académie française (environ un quart), le rapprochement avec son aînée doit être relativisé si l’on y regarde de plus près. Ainsi sur les 8 enfants d’hommes politiques et hauts fonctionnaires parmi les jurés Goncourt, les deux fils de généraux, Léon Hennique et Paul Margueritte (dont le père est sorti du rang) sont orphelins ; Francis Carco, fils de haut fonctionnaire, est en rupture avec sa famille ; Aragon est, quant à lui, le fils illégitime d’un préfet ; la famille de Jorge Semprun a connu le déclin pour des raisons politiques. Restent trois femmes : Françoise Mallet-Joris, Edmonde Charles‐ Roux, Françoise Chandernagor, dont les origines élevées – elles sont filles d’hommes politique ou de diplomate – témoignent de la sursélection que doivent subir les femmes pour accéder à de telles positions encore rares. On mesure, sous ce rapport, l’écart avec l’Académie française qui n’a coopté sa première membre, Marguerite Yourcenar, qu’en 1981, alors que Judith Gautier – la fille de Théophile ‐ quitta le jury Femina dès 1910 pour s’attabler avec ses pairs masculins, suivie de Colette en 1945.

  • 4 Entretien de Françoise Chandernagor avec l’auteur, le 5 décembre 2003 ; Françoise Chandernagor, «  (...)
  • 5 Entretien d’Edmonde Charles‐Roux avec l’auteur, le 14 janvier 2004.

5Cependant, même du côté des femmes, ces données doivent être relativisées. Mis à part Colette, qui se démarque par ses origines plus modestes (elle est la fille d’un capitaine devenu percepteur), on peut évoquer à deux titres différents les exemples d’Edmonde Charle-Roux et de Françoise Chandernagor. L’actuelle présidente de l’Académie Goncourt est issue, par sa mère, d’un milieu de la bourgeoisie provençale alliée avec l’aristocratie locale, et par son père, d’une famille de marchands des quatre‐saisons qui a connu une ascension sociale après la Révolution française. Diplomate, fils d’un puissant armateur, son père démissionne de ses fonctions sous le Régime de Vichy tandis qu’Emonde Charle-Roux s’engage dans la Croix-rouge, puis prend la tête du service social de la4e Division Blindée5. L’expérience de la guerre infléchit le parcours de la jeune femme qui s’éloigne de la bonne société pour gagner sa vie comme journaliste à Elle puis à Vogue. Françoise Chandernagor, elle, est issue, par sa mère, d’un milieu de maçons de la Creuse, et par son père, d’une famille d’artisans (son grand‐père était un ouvrier‐coutelier devenu artisan‐coutelier), descendants d’un esclave affranchi5. Son père a effectué une ascension sociale fulgurante : repéré par ses professeurs dès l’école primaire, il obtient une bourse pour faire des études secondaires qu’il achève au lycée Henri IV avant d’entrer à l’École nationale de la France d’outre-mer ; administrateur de la France d’Outre-Mer au moment de la décolonisation, il reprend des études pour entrer à l’ENA dont il sort conseiller d’État. Élevée à Palaiseau, dans une banlieue « rouge », par sa famille maternelle en l’absence de son père engagé dans la carrière politique, Françoise Chandernagor, qui suit sa voie, se rappelle avoir souffert, à Sciences-Po, du décalage avec ses condisciples venant des milieux bourgeois.

  • 6 Si l’on compare les origines sociales des académiciens aux professeurs de la faculté de lettres de (...)

6L’Académie Goncourt se distingue par ailleurs de l’Académie française par un recrutement beaucoup plus « démocratique », peut‐on dire, avec un tiers de membres provenant de la petite bourgeoisie et des classes populaires, soit deux fois plus que leurs confrères écrivains du quai de Conti. Cette tendance s’est accentuée avec le temps : d’un quart d’académiciens issus de milieux modestes avant 1953, on passe à la moitié des jurés recrutés après cette date, ce qui traduit probablement l’évolution du recrutement du champ littéraire en conséquence de la démocratisation scolaire entreprise sous la IIIe République (notamment la réforme de 1902 diversifiant les filières d’accès au baccalauréat, dont les effets se font sentir après la Première Guerre mondiale)6.

  • 7 Elle dépasse la proportion de 1 sur 5 qui ne renvoie qu’à la catégorie sociale du père. Par exempl (...)
  • 8 Si le taux de professeurs de lettres issus des fractions intellectuelles semble avoir également ba (...)

7Le reste des académiciens provient des classes moyennes, en particulier des fractions intellectuelles (1 sur 5), ce qui traduit le poids des ressources culturelles et relationnelles héritées dans les conditions d’accès au monde des lettres et à ses instances de consécration. La liste des jurés ayant des liens familiaux au sein des milieux intellectuels et artistiques est éloquente7 : Léon Daudet, fils d’Alphonse, Judith Gautier, fille de Théophile, Émile Bergerat, son gendre, Courteline, fils du chroniqueur humoriste Jules Moineaux, Gérard Bauër, fils du journaliste Henry Bauër, Sacha Guitry, fils de Lucien, acteur et directeur de théâtre, Didier Decoin, fils de cinéaste. Le poids de l’héritage culturel semble cependant s’être atténué dans la deuxième moitié du siècle, au profit du capital culturel acquis au cours de la scolarité, signe supplémentaire de cette relative « démocratisation » du recrutement de l’Académie Goncourt8.

  • 9 Cette proportion est équivalente à celle des professeurs de lettres parisiens, qui passe de 1 sur (...)

8Cet atout culturel hérité va de pair avec un autre atout pour l’accès au monde des lettres, et a fortiori à la position de juge, qui est la proximité à la Capitale. Les membres de l’Académie Goncourt se caractérisent en effet par leur parisianisme très marqué. Deux jurés sur 5 sont nés à Paris, contre moins de la moitié en province et moins d’1 sur 6 dans les colonies ou à l’étranger. Conformément aux progrès de l’urbanisation, ce parisianisme d’origine s’est accentué dans la deuxième moitié du siècle : alors que c’était le cas d’un tiers des jurés jusqu’en 1953 (comme dans le champ littéraire de cette époque, contre 1 écrivain membre de l’Académie française sur 5), cela concerne la moitié d’entre eux depuis cette date9. À l’âge d’entrée dans la vie adulte, deux tiers des futurs jurés résident dans la Capitale. La francophonie a presque toujours été représentée à la table des Goncourt avec deux natifs de l’ancienne colonie d’Algérie (Paul Margueritte et Emmanuel Roblès) et trois écrivains nés en Belgique (aux frères Rosny a succédé Françoise Mallet-Joris).

9Fidèle à l’opposition entre « créateurs » et « professeurs » qui caractérise le champ littéraire français, l’Académie Goncourt ne recrute ni normaliens ni agrégés (seul Roblès fut élève d’une école normale d’instituteurs mais devint vite journaliste). Elle se démarque en cela de l’Académie française, qui a toujours accordé une place importante aux critiques universitaires, et plus généralement aux candidats bien dotés en titres scolaires. Ceci explique l’écart entre les deux instances de consécration du point de vue du capital scolaire globalement détenu par leurs membres. À une exception près, celle de Françoise Chandernagor, l’Académie Goncourt n’est pas un débouché pour ce que Pierre Bourdieu a appelé la « noblesse d’État », laquelle vise plutôt le quai de Conti, mais elle accueille, comme le métier d’écrivain lui-même, des parcours scolaire souvent assez poussés sans avoir obtenu de sanction, soit en raison d’un échec scolaire pour les mieux dotés comme Sacha Guitry qui n’a pas eu son baccalauréat, soit pour des raisons financières pour les moins dotés comme Giono, ou encore en raison d’un accident biographique (maladie, guerre, etc.).

  • 10 Il s’agit des lycées Louis‐le‐Grand (4), Charlemagne (3), Henri IV (1), Condorcet (1), Carnot (1), (...)
  • 11 Les effectifs étudiants en France se sont multipliés par cinq entre 1875 et 1924. Voir Antoine Pro (...)

10Malgré des données encore incomplètes concernant la formation secondaire, on peut avancer des résultats provisoires sur le parcours scolaire de nos jurés. Plus de la moitié d’entre eux ont achevé leur scolarité secondaire dans un établissement public, dont onze dans un grand lycée parisien10, contre un quart dans l’enseignement privé catholique. Cette proportion est la même pour la deuxième moitié du siècle (sous réserve de compléter les données concernant la première). Si les chances de faire des études secondaires sont étroitement liées au milieu d’origine, le secondaire (encore payant jusque dans les années 1930) ne s’ouvrant progressivement aux classes moyennes qu’à partir de la réforme de 1902, les 17 jurés Goncourt issus de la petite bourgeoisie sont sur-sélectionnés scolairement et apparaissent comme le produit de la méritocratie républicaine : en effet, tandis que quatre d’entre eux n’ont pas fait d’études secondaires et quatre autres ont fréquenté un établissement privé, la moitié a suivi une scolarité de deuxième cycle dans un collège public ou un lycée (mais un seul, François Nourissier, dans un grand lycée parisien). De même, si sur l’ensemble des 51 membres de l’Académie, 1 juré sur 5 n’a pas le baccalauréat, près de la moitié ont entrepris des études supérieures, et au moins 1 sur 5 ont vu ces études sanctionnées par un diplôme égal ou supérieur à la licence. Suivant la croissance des effectifs de l’enseignement supérieur sous la IIIe République11, cette proportion s’est élevée pour les jurés nés à partir des années 1920 à 1 sur 2 ayant entrepris des études supérieures et au moins 1 sur 4 les ayant achevées. Mis à part une énarque, un chartiste, un séminariste, une infirmière et deux élèves d’une école d’art, les jurés ayant une formation supérieure ont dans leur grande majorité (19) suivi des cours à la faculté de lettres (12 dont 5 couplés avec le droit), de droit (10 dont 5 couplés avec les lettres ou la philosophie) ou de médecine (3). Les lettres constituent le cursus le plus fréquent (7), mais la philosophie est aussi présente (4 dont 1 couplé avec les lettres), les langues (1) et l’histoire (1).

Situation des jurés Goncourt dans le champ littéraire

11Munis d’un important bagage intellectuel mais de relativement peu de diplômes, nos futurs jurés, en particulier ceux issus des milieux intellectuels, ont pu faire valoir leurs atouts dans le monde journalistique et celui de l’édition afin de gagner leur vie tout en entamant une carrière d’écrivain. Le recrutement des jurés est ainsi resté fidèle au testament d’Edmond de Goncourt qui avait banni les « hommes du monde » et les « amateurs » au profit des hommes de lettres professionnels, vivant de leur plume. Plus de la moitié ont travaillé ou travaillent comme journalistes, 8 ont eu une activité appointée dans l’édition (lecteur, directeur de collection, etc.), 1 a été traducteur professionnel (Jorge Semprun), 2 ont été acteurs (Sacha Guitry et Philippe Hériat). Quatre fois plus élevée que sous la Coupole, cette surreprésentation des écrivains qui recourent au journalisme pour subvenir à leurs besoins est l’indice de la précarité relative qu’ont connue les membres de l’académie au début de leur carrière par rapport à leurs confrères du quai de Conti qui ont mis à profit leurs titres solaires pour parer aux aléas du métier d’écrivain. En témoigne aussi le fait qu’un quart des jurés ont entrepris un métier non intellectuel ou effectué des besognes alimentaires au début de leur parcours : apprenti pâtissier (Bernard Clavel), employé ou autres, avant de devenir journaliste ou de trouver un travail appointé dans l’édition. Un jurés sur 10 seulement – contre près de la moitié des écrivains de l’Académie française – a occupé un emploi dans la fonction publique, comme haut fonctionnaire (Françoise Chandernagor, Pol Neveux), conservateur (Jean Ajalbert et Henry Céard), bibliothécaire (Jean Cayrol) ou enseignant (André Stil). Mais alors qu’Edmond de Goncourt espérait libérer les membres de l’Académie des servitudes du journalisme en leur octroyant cette fonction de jurés, la dévaluation de la rente viagère a rapidement rendu son vœu désuet. Qui plus est, cette forte dépendance au milieu journalistique a été, dans la première moitié du siècle, une source d’entorse à la règle de l’autonomie du jugement esthétique. Le poids de cette dépendance semble, cependant, s’être atténué au profit des maisons d’édition avec la professionnalisation précoce, qui a permis aux nouveaux jurés de vivre plus tôt de leur métier d’écrivain.

12En effet, l’âge moyen de recrutement des membres de l’Académie Goncourt est 54 ans et demi. Le plus jeune juré fut Léon Daudet, membre de la première Académie à 37 ans, le plus âgé Raoul Ponchon, élu à 76 ans. Cette moyenne n’a guère changé tout au long du siècle (elle était de 54 ans pour la période allant de 1903 à 1953, et de 55 ans pour la suivante). Mais les carrières littéraires étant plus rapides, les jurés Goncourt de la deuxième moitié du siècle disposent généralement d’un plus grand capital de notoriété lors de leur élection (on y reviendra).

13À la diversité des spécialités intellectuelles représentées sous la Coupole, l’Académie Goncourt oppose donc une relative homogénéité professionnelle : elle donne la priorité aux hommes de lettres de métier, romanciers de préférence, à une époque où le roman, genre « féminin » et « vulgaire », commence à peine à être admis sous la Coupole en la personne de ses plus nobles représentants : Pierre Loti, Paul Bourget, André Theuriet, Anatole France, René Bazin et Maurice Barrès, élus à partir de la fin du XIXe siècle. La prédilection de la jeune académie pour le roman et pour la veine réaliste et naturaliste, qui la distingue sur ce point aussi de son aînée, plus éclectique, accentue cette homogénéité sur le plan proprement littéraire. Cette situation qui, de nécessité, deviendra une vocation, comme on va le voir, a eu une incidence directe sur les choix des jurés, marqués par cette prédilection pour le naturalisme. C’est, comme le rappelait François Nourissier il y a quelques années,

  • 12 Entretien de François Nourissier avec Pierre Assouline, « Les dessous du Goncourt », Lire, no 194, (...)

Une loi non écrite : cette tradition naturaliste qui fait qu’apparaît bien rarement dans nos sélections la littérature fantastique ou d’anticipation, ou de science‐fiction par exemple. […] s’il n’y a pas de « style Goncourt », le goût qui domine parmi nous est francophone, naturaliste et même populiste, plutôt que pointu, avant‐gardiste et mondain12.

  • 13 Cité par Antoine Compagnon, Connaissez‐vous Brunetière ? Enquête sur un antidreyfusard et ses amis (...)
  • 14 Maurice Barrès, Discours de réception (Séance de l’Académie du 17 janvier 1907), Librairie Félix J (...)

14Sous le couvert d’opposer aux « seigneurs » et « amateurs » de bonne compagnie de vrais professionnels de la plume, l’Académie Goncourt consacrait tous les survivants de l’école naturaliste – ceux‐là même que l’Académie française avait spectaculairement bannis du quai de Conti en la personne de l’éternel candidat malheureux que fut Émile Zola. Aux tenants du « bon goût » la « vulgarité » naturaliste, celle de Zola surtout, malgré le talent qu’ils s’accordaient à lui reconnaître, n’inspirait en effet que dégoût et mépris : le critique académique Ferdinand Brunetière qualifiait d’« ignoble » son projet créateur13, tandis que Maurice Barrès le dépeignait en parvenu des lettres : « […] une irrésistible vulgarité [le] condamnait aux rangs subalternes, [et il] faisait rage pour transformer en gloire des lettres des succès de librairie »14.

  • 15 Voir Jacques Robichon, Le Défi des Goncourt, op. cit., p. 22-23.
  • 16 Voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme. Roman. Théâtre. Politique, (...)

15Ce qui apparaît comme une éclatante revanche des refusés de l’Académie française n’était nullement le fruit de la préméditation. Les listes successives établies par Edmond de Goncourt l’attestent, qui comptent entre autres Flaubert, Barbey d’Aurevilly, Vallès, Loti, Bourget. Mais outre les nombreux décès (ce fut le cas des trois premiers) et les disgrâces pour motifs personnels, il y avait ceux qui, comme Loti et Bourget, avaient été élus à l’académie rivale. Zola lui‐même fut rayé de la liste pour y avoir posé sa candidature15. À l’exception d’Alphonse Daudet, l’ami fidèle qui refusa de se présenter chez les quarante mais qui devait mourir avant la création de la compagnie, et que remplacera son fils Léon, restaient donc, parmi les familiers du Grenier d’Auteuil, les naturalistes dissidents qu’Edmond de Goncourt, souffrant de n’avoir pas de disciples alors que Zola faisait figure de chef d’école, avait attirés à lui : Huysmans, Mirbeau, les frères Rosny, Descaves, Hennique, Céard16

  • 17 Ibid., p. 83 sq.

16La large représentation du naturalisme dans la nouvelle académie s’explique donc avant tout par la configuration du champ littéraire à cette époque : l’école naturaliste, identifiée avec le secteur de grande production, y occupe une position intermédiaire entre le pôle dominant, incarné par l’Académie française, et le pôle des avant‐gardes symbolistes17. La composition sociale du groupe et le public qu’il vise ainsi que les thèmes abordés le placent dans une position dominée par rapport aux écoles romanesque qui s’en sont distinguées, comme le roman psychologique, écartant toute chance de consécration sous la Coupole.

17La plupart des jurés recrutés jusqu’à la fin des années 1920 avaient des affinités avec le groupe naturaliste. Avec Roland Dorgelès, élu en 1929, c’est la bohême montmartroise du Lapin Agile qui fait son entrée à la table des Goncourt. Il est suivi en 1937 par son ami de jeunesse, le romancier‐poète Francis Carco. Pierre Mac Orlan ne les rejoindra qu’en 1950. La guerre, le milieu de la pègre parisienne, autant de thèmes qui, comme l’expérience personnelle où ils puisent leur matériau, les rattachent au modèle naturaliste.

18La veine réaliste et satirique continue à prédominer parmi les jurés dans la deuxième période sous ses formes les plus variées : peinture de la vie urbaine (après Francis Carco et Pierre Mac Orlan, Raymond Queneau) ou rurale (après Gaston Chérau, Colette, Jean Giono, Bernard Clavel), critique du monde moderne matérialiste (Edmonde Charles‐Roux, Bernard Clavel), modes de résistance à l’exploitation capitaliste (Didier Decoin, Emmanuel Roblès), description sans complaisance des milieux sociaux les plus divers, des classes populaires (Raymond Queneau, André Stil, Emmanuel Roblès, Daniel Boulanger) à la petite bourgeoisie et son désir d’ascension sociale (François Nourissier, Robert Sabatier, Françoise Chandernagor) et à la grande bourgeoisie (Aragon, Hervé Bazin). La dimension historique est également présente sous des formes très différentes, du témoignage direct sur la grande tragédie du siècle (Jorge Semprun) au genre du roman historique (Françoise Chandernagor), en passant par la biographie (Edmonde Charles‐Roux, Armand Lanoux), ou encore par son incorporation à l’univers romanesque (Armand Lanoux, Jean Cayrol, Michel Tournier). Si la tendance réaliste s’est maintenue, c’est au gré des transformations littéraires qu’elle a subies. Ainsi, suivant l’évolution du champ littéraire, la dimension autobiographique, qui a connu une vogue depuis les années 1960, est beaucoup plus prégnante dans l’œuvre des jurés de la deuxième période, de l’autobiographie romancée (Jean Cayrol, Hervé Bazin, Emmanuel Roblès, François Nourissier) au journal intime, à la chronique (François Nourissier) et à la confession (Françoise Mallet-Joris).

19Alors que la poésie a été peu représentée à la table des Goncourt (elle l’est aujourd’hui par Robert Sabatier), le théâtre était, dans la tradition naturaliste, le deuxième genre de prédilection des jurés. Cette tradition s’est maintenue au cours de la deuxième période, avec Armand Salacrou et Emmanuel Roblès notamment, mais de manière atténuée, conformément à la marginalisation de ce genre qui, de moyen d’atteindre le public au XIXe siècle, a été progressivement évincé du marché du livre et concurrencé par l’émergence de nouveaux médias audio‐visuels, le cinéma et la télévision, qui eux sont bien représentés chez les Goncourt à travers les adaptations (Edmonde Charles‐Roux) ou les activités secondaires en tant que scénariste ou producteur (Jorge Semprun, Didier Decoin).

  • 18 Voir Jacques Robichon, Le Défi des Goncourt, op. cit., p. 85.
  • 19 Voir Jean Bothorel, Bernard Grasset. Vie et passions d’un éditeur, Grasset, 1989, p. 169 sq.

20La représentation des maisons d’édition au sein de l’Académie Goncourt a également évolué avec le paysage éditorial. En additionnant le nombre de jurés ayant eu telle ou telle maison comme premier ou second éditeur principal, on peut dresser un tableau assez précis. Pour la première génération des académiciens Goncourt, nés en 1840 et 1880, prédominent Charpentier, l’éditeur des naturalistes, et Stock, l’éditeur des dreyfusards, avec 5 auteurs chacun, suivis d’Ollendorf (3), Lemerre (2), Ferenczi (2) et Calmann‐Lévy (1). Bien qu’ils aient un ou deux auteurs appartenant à la génération suivante, il faut rattacher à ce premier ensemble d’éditeurs Flammarion qui a publié 10 jurés Goncourt, Fasquelle qui en a édité 8, et Plon qui en a publié 7. Cette répartition, qui traduit à la fois l’attachement des jurés au roman et à la veine naturaliste, ainsi que leur position au pôle de grande production du marché du livre, ne semble pas avoir d’incidence sur les choix des jurés du point de vue éditorial. Les prix décernés durant les deux premières décennies se distribuent entre diverses maisons, et à part Plon (3 prix) ce ne sont pas les mieux représentées qui sont les mieux loties : ainsi le Mercure de France, qui n’a aucun auteur parmi les jurés, obtient deux prix, contre un seul à Ollendorf, Fasquelle et Flammarion. Il faut préciser que le prix n’est pas encore devenu un enjeu commercial : ce n’est qu’à partir de 1928 qu’il entraîne une hausse de tirage de l’ouvrage distingué, jusqu’à cent mille exemplaires18. Trois éditeurs commencent à s’imposer avant et après la Grande Guerre : Grasset, Albin Michel, et Gallimard. Mais Grasset ayant dérogé aux règles du jeu en tentant de créer son propre prix (le prix Balzac19), c’est ce dernier, Gallimard, qui rafle la mise à partir de 1919 avec 14 prix jusqu’en 1953, soit 40 %, tendance qui ira croissant dans la période suivante (11 prix de 1954 à 1974, soit 55 %).

21La maison Gallimard est d’ailleurs surreprésentée dans les deux générations suivantes des jurés Goncourt (6 pour ceux nés entre 1880 et 1920, 5 entre 1920 et 1945, soit 11 au total), comme Grasset (11 également). Mais Grasset compte 4 auteurs à l’Académie Goncourt avant la Libération, quand Gallimard n’en a aucun jusqu’à cette date, alors même qu’il a obtenu 12 prix en 25 ans, soit la moitié. C’est le signe que, jusqu’à l’après‐guerre, il n’y a pas encore véritablement de relation entre la représentation des maisons d’édition au sein du jury et la distribution des prix. D’abord marquée par le nombre de prix qui lui sont décernés, la consécration de la fulgurante ascension de la maison Gallimard qui s’est imposée comme le premier éditeur littéraire, va se traduire à partir de la Libération par la surreprésentation de la rue Sébastien Bottin à la table des Goncourt : 4 sur 10 élus entre 1944 et 1951, à un moment de renouvellement du jury, en sont des auteurs : Armand Salacrou, Pierre Mac Orlan, Philippe Hériat, lauréat du prix 1939, et Raymond Queneau. L’élection de ce dernier au couvert de Léo Larguier est contestée : il est non seulement le quatrième auteur de la maison Gallimard à s’asseoir chez Drouant, mais il est également son secrétaire général et un membre influent de son comité de lecture. Cette fois, l’incidence de cette surreprésentation sur les choix des jurés est immédiate : Gallimard obtient 10 prix sur 13 de 1949 à 1962.

  • 20 Pierre Assouline, « Les dessous du Goncourt », Lire, no 194, novembre 1991, p. 42. Voir aussi Herv (...)

22Si l’on ne considère à présent que les 17 jurés élus depuis 1953, on compte 6 auteurs Gallimard, 6 autres ont été ou sont publiés par Grasset, 4 par le Seuil, 3 ont eu Julliard comme premier éditeur principal. Ainsi, la mainmise de ce qu’on a appelé le trio « Galligraseuil » sur le prix Goncourt semble bien passer par la surreprésentation de ces maisons dans le jury20. C’est à partir de 1966 que Grasset redevient un des éditeurs littéraires les plus primés par le Goncourt (11 prix jusqu’en 2003, soit un tiers) et à partir de 1976 que le Seuil commence à s’imposer comme un des grands éditeurs littéraires avec 4 prix jusqu’en 2003 (pendant la même période, Gallimard en obtient 6). Cette répartition doit être réévaluée à la hausse si l’on tient compte du fait que Minuit, lauréat de 3 prix depuis L’Amant de Marguerite Duras en 1984, est distribué par le Seuil, et que le Mercure de France appartient désormais à Gallimard.

23Mais cette surreprésentation des grandes maisons d’édition littéraires doit aussi être interprétée comme le résultat de l’accumulation de capital symbolique qu’elles ont réalisé, notamment en récoltant les prix. En effet, le mode de recrutement des jurés s’est transformé dans la deuxième moitié du siècle sous un autre rapport : les jurés cooptés à partir de 1953 sont beaucoup mieux dotés en capital de reconnaissance littéraire que leurs prédécesseurs. En premier lieu, le jury coopte beaucoup plus qu’auparavant ses propres lauréats. Alors que dans la première moitié du siècle, seuls 2 lauréats du prix Goncourt sont venus s’attabler auprès de leurs anciens électeurs (René Benjamin et Philippe Hériat) – l’Académie française en recrutait à la même époque deux fois plus –, ils sont 5 sur les 17 élus à partir de 1953 (Armand Lanoux, Edmonde Charle-Roux, Bernard Clavel, Michel Tournier, Didier Decoin). Il en va de même du Renaudot (encore Philippe Hériat pour la première période, Aragon et Jean Cayrol pour la deuxième) et du Femina (Roland Dorgelès pour la première période, Emmanuel Roblès, François Nourissier, Jorge Semprun pour la deuxième). Plus surprenant est le nombre élevé de lauréats d’un des deux grands prix de l’Académie française, 7 au total (Courteline La Varende, André Billy, Philippe Hériat pour la première période, Michel Tournier, François Nourissier, Daniel Boulanger pour la deuxième). Ainsi, l’Académie Goncourt semble se rapprocher de son aînée dont elle avait pour vocation de se démarquer. Cette institutionnalisation est confirmée par la présence de 3 lauréats du Prix national des lettres (André Billy, Alexandre Arnoux et Jean Cayrol) et par les nombreux autres prix obtenus par les jurés, notamment le prix Prince de Monaco (5), prix de la Ville de Paris (2), prix de la SGDL (2), prix des libraires (3) et autres prix plus spécifiques. On notera que l’Académie compte aussi un lauréat du prix Lénine (Hervé Bazin), deux du prix Staline (Aragon et André Stil) et quatre lauréats du prix populiste, qui démarquent mieux les jurés Goncourt de leurs homologues de la Coupole en renvoyant à leurs préférence littéraires et politiques (Emmanuel Roblès, Armand Lanoux, André Stil, Bernard Clavel).

  • 21 Sur l’affaire Céline, voir Jean Ajalbert, Mémoires à rebours, t. I, Règlements de compte, Denoël (...)

24Sous le rapport de la politique, enfin, l’Académie Goncourt a toujours eu une « droite » et une « gauche », comme son aînée, bien qu’elle se situe dès sa fondation plus à gauche. La droite fut représentée par une lignée allant de Léon Daudet à François Nourissier, en passant par Elémir Bourges, René Benjamin et Jean de La Varende, la gauche de Lucien Descaves à Aragon et André Stil, en passant par Armand Lanoux, Emmanuel Roblès, Armand Salacrou et Edmonde Charles-Roux. Si, suivant l’évolution globale du champ littéraire, la balance semble avoir encore un peu plus penché à gauche dans la deuxième moitié du siècle, l’incidence des préférences politiques des jurés sur leurs choix littéraires demeure médiatisée par des enjeux littéraires, comme l’ont illustré l’affaire Céline (qui était soutenu tant par Descaves que par Daudet) ou encore l’affaire Félicien Marceau (dans laquelle l’affinité éditoriale des auteurs Gallimard a primé sur les enjeux politiques)21.

  • 22 Gisèle Sapiro, ibid.

25En conclusion, on peut dire que par son recrutement social, mises à part des périodes exceptionnelles comme la guerre, dont j’ai parlé ailleurs22, l’Académie Goncourt est restée fidèle au testament d’Edmond de Goncourt. Issus des milieux sociaux les plus divers et notamment les plus modestes, dotés d’importantes ressources culturelles et relationnelles sans appartenir à la « noblesse d’État » ni au corps enseignant, les jurés sont des écrivains professionnels vivant de leur plume, romanciers pour la plupart, continuateurs de la veine réaliste qu’ils ont contribué à renouveler. Mais si elle leur a permis de perpétuer la tradition réaliste et de lui assurer une véritable hégémonie dans le paysage littéraire, leur condition n’a pas été toujours garante de l’autonomie du jugement esthétique. La forte dépendance à la presse qui prévalait dans la première moitié du siècle s’est atténuée, à la faveur du capital de notoriété plus important dont disposent les nouveaux jurés, mais aussi à la suite des stratégies de captation mises en place par les éditeurs. L’évolution du recrutement des jurés Goncourt reflète enfin la transformation des modalités de consécration dans le champ littéraire à laquelle l’Académie Goncourt a elle‐même largement contribué.

Notes

1 Cette communication livre les premiers résultats d’une recherche en cours sur les membres de l’Académie Goncourt, qui prolonge celle que j’ai réalisée pour la première moitié du siècle dans le cadre d’une enquête statistique plus large sur le recrutement social du champ littéraire et de ses institutions, notamment les deux académies (Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains, 1940-1953, Fayard, 1999). Les premières données quantitatives que je présente ici se fondent sur des documents biographiques recueillis, pour la deuxième période, avec l’aide de Christine Michel, et qu’il serait fastidieux d’énumérer ici. Elles seront complétées et affinées par une analyse plus qualitative, fondée notamment sur des entretiens avec les membres de l’Académie. Edmonde Charles-Roux et Françoise Chandernagor m’ont d’ores et déjà accordé un entretien biographique approfondi, dont il n’est pas possible de restituer toute la richesse dans le cadre restreint de ce premier essai. Qu’elles en soient ici vivement remerciées.

2 Testament d’Edmond de Goncourt, reproduit dans Jacques Robichon, Le Défi des Goncourt, Denoël, 1975, p. 332 (c’est Edmond de Goncourt qui souligne).

3 André Stil, Une vie à écrire. Entretiens avec Jean‐Claude Lebrun, Grasset, 1993 ; « Le Livre de Poche », 1995.

4 Entretien de Françoise Chandernagor avec l’auteur, le 5 décembre 2003 ; Françoise Chandernagor, « Mon ancêtre esclave », propos recueillis par François Dufay, L’Histoire, no 280, octobre 2003.

5 Entretien d’Edmonde Charles‐Roux avec l’auteur, le 14 janvier 2004.

6 Si l’on compare les origines sociales des académiciens aux professeurs de la faculté de lettres de Paris à deux périodes, le début du siècle et les années 1960, on constate que l’Académie Goncourt a toujours été plus ouverte aux enfants des catégories modestes que cette dernière, qui ne comptait en 1901 que 16 % de professeurs issus de la petite bourgeoisie et des classes populaires, alors que l’Académie en comptait à ses débuts environ 25 %. Ce taux a spectaculairement augmenté, atteignant 40 % pour les professeurs de lettres parisiens dans les années 1960, période de forte ouverture des sciences humaines avec la démocratisation scolaire, mais il a également doublé, s’établissant à la moitié, pour les jurés Goncourt recrutés depuis 1953, qui sont leurs contemporains. Notons aussi que parmi les professeurs de lettres issus de ces milieux, les fils d’instituteurs doivent être nombreux, à la différence des académiciens qui n’en comptent pas. Voir Christophe Charle, Les Élites de la République 1880-1900, Fayard, 1987, p. 74 ; Pierre Bourdieu, Homo academicus, Minuit, 1984, p. 66 (voir aussi p. 58, n. 5).

7 Elle dépasse la proportion de 1 sur 5 qui ne renvoie qu’à la catégorie sociale du père. Par exemple, étant donné l’importante fortune familiale, le père de Sacha Guitry a été classé dans les fractions possédantes.

8 Si le taux de professeurs de lettres issus des fractions intellectuelles semble avoir également baissé, de 44 % en 1901 à 23,3 % dans les années 1960, il reste à chaque période nettement supérieur à celui des jurés (et à celui des professeurs des autres disciplines), témoignant de l’importance du capital culturel hérité, probablement plus certifié par l’institution scolaire. Il est en effet probable qu’il s’agisse plus souvent de fils d’enseignants, alors qu’à l’Académie Goncourt, seul un membre en est issu (Alexandre Arnoux), les autres provenant plutôt des catégories intellectuelles indépendantes (voir Christophe Charle, op. cit., p. 74 ; Pierre Bourdieu, op. cit, p. 66).

9 Cette proportion est équivalente à celle des professeurs de lettres parisiens, qui passe de 1 sur 3 en 1901, à 2 sur 5 en dans les années 1960, et supérieure aux autres facultés, à l’exception de la médecine, discipline qui s’est fermée et est devenue très élitiste, passant de moins d’1 sur 4 en 1901 à 1 sur 2 dans les années 1960 (voir Christophe Charle, op. cit., p. 74 ; Pierre Bourdieu, op. cit., p. 85).

10 Il s’agit des lycées Louis‐le‐Grand (4), Charlemagne (3), Henri IV (1), Condorcet (1), Carnot (1), Marie Curie (1).

11 Les effectifs étudiants en France se sont multipliés par cinq entre 1875 et 1924. Voir Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France 1800-1967, Armand Colin, 1968, p. 243.

12 Entretien de François Nourissier avec Pierre Assouline, « Les dessous du Goncourt », Lire, no 194, novembre 1991, p. 36.

13 Cité par Antoine Compagnon, Connaissez‐vous Brunetière ? Enquête sur un antidreyfusard et ses amis, Seuil, 1997, p. 113.

14 Maurice Barrès, Discours de réception (Séance de l’Académie du 17 janvier 1907), Librairie Félix Juven, 1907, p. 21.

15 Voir Jacques Robichon, Le Défi des Goncourt, op. cit., p. 22-23.

16 Voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme. Roman. Théâtre. Politique, PENS, 1979, p. 99.

17 Ibid., p. 83 sq.

18 Voir Jacques Robichon, Le Défi des Goncourt, op. cit., p. 85.

19 Voir Jean Bothorel, Bernard Grasset. Vie et passions d’un éditeur, Grasset, 1989, p. 169 sq.

20 Pierre Assouline, « Les dessous du Goncourt », Lire, no 194, novembre 1991, p. 42. Voir aussi Hervé Hamon et Patrick Rotman, Les Intellocrates. Expédition en haute intelligentsia, Ramsay, 1981.

21 Sur l’affaire Céline, voir Jean Ajalbert, Mémoires à rebours, t. I, Règlements de compte, Denoël & Steele, 1936, p. 203 sq ; Lucien Descaves, Souvenirs d’un ours, op. cit., p. 267-269 ; Jacques Robichon, Le Défi des Goncourt, op. cit., p. 95-101 ; sur l’affaire Marceau, voir Michel Caffier, L’Académie Goncourt, PUF, coll. « Que sais‐je ? », 1994, p. 72-75. J’ai analysé ces effets de médiation pour la première période dans mon livre La Guerre des écrivains, 1940‐1953, op. cit., chap. 5.

22 Gisèle Sapiro, ibid.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search