Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre VII. L'institution Goncourt

Le Goncourt des lycéens entre prix littéraire et outil pédagogique

Françoise Hache-Bissette

Texte intégral

  • 1 Depuis 1991, France 3 est partenaire de ce prix et la chaîne publique aurait dû diffuser en direct (...)

1Mercredi 12 novembre 2003, 12h45, au jour dit et à l’heure dite, France 3 n’était pas au rendez-vous du direct1, à la brasserie La Chope, à Rennes, mais les treize délégués du jury du Goncourt des lycéens l’étaient. Ils n’ont pas élu Frédéric Beigbeder, laissant ce choix à l’Interallié, qui leur a ce jour-là, fort injustement, volé la vedette. Ils lui ont préféré un autre auteur de l’écurie Grasset : Yann Apperry. Comme les jurés du Renaudot, les quelque deux mille lycéens, engagés dans l’aventure, ont aimé Les Âmes grises de Philippe Claudel ; ils ont aussi apprécié Le Garçon d’Italie, de Philippe Besson, mais c’est finalement sur Farrago, un roman résolument optimiste que s’est porté leur choix.

  • 2 Farrago est aussi le nom d’une maison d’éditions littéraires françaises, dirigée par Jean- Pierre (...)

2Farrago, village perdu de Californie du Nord, inventé par l’auteur, mot-valise, inspiré des expressions « far away » et « long ago », Farrago, village si loin, dans l’espace et dans le temps. L’auteur ignorait que ce mot existait déjà en anglais et qu’il désignait une situation confuse, inextricable2.

3À Farrago, en 1973, vit un vagabond, Homer Idlewilde, fils d’une prostituée qui l’a abandonné à la naissance sur un tas d’ordures, ses pittoresques compagnons de route se nomment Elijah, le forgeron sans forge, Duke, le Saint borgne de la décharge publique, Fausto l’épicier philosophe, Ophélia, la rouquine de la maison de passe ou encore Poach, le révérend. Homer va peu à peu, à l’instar du chef Sioux, Sitting Bull, son héros d’enfance, se construire un destin, s’inscrire dans le temps et à travers de multiples aventures, devenir le héros de sa propre vie.

  • 3 Cécile, lycéenne en terminale L à Boulogne (92) dans « Les Lycéens priment un Goncourt ‘optimiste’ (...)

4Certains chroniqueurs ont, à propos de ce livre, évoqué Steinbeck, l’une des références littéraires de l’auteur, d’autres Faulkner, d’autres encore Mark Twain et Les Aventures d’Huckleberry Finn. Les lycéens n’avaient peut-être pas ces références littéraires mais ils ont vu en Farrago une histoire forte et belle, un livre plein de vie et d’espoir. Comme l’exprime un des jeunes jurés « Farrago est un livre qui évoque avec tendresse la vie des marginaux qui n’ont rien et qui, pourtant, finissent par réussir leur vie. C’est encourageant pour les gens de notre âge de savoir qu’on peut, nous aussi, avoir une destinée, alors qu’on a encore tout à prouver dans cette société3. »

5Les lycéens ont couronné un auteur de trente et un ans, jeune donc mais pas inconnu, puisque déjà lauréat en 2000 du prix Médicis pour son troisième roman Diabolus in Musica. Yann Apperry écrit aussi pour le théâtre : l’une de ses pièces, Les Hommes sans aveu, a été publiée chez Actes Sud ; il travaille également avec le compositeur italien Massimo Nunzi.

6Les jurés de l’Académie Goncourt, qui ont retenu Farrago dans la première sélection, soumise aux lycéens, auraient pu choisir pour lauréat Yann Apperry, puisqu’il figurait toujours dans la deuxième sélection de six titres, le 7 octobre 2003. Ils lui ont préféré Jacques-Pierre Amette et La Maîtresse de Brecht, un critique littéraire, écrivain confirmé de soixante ans, auteur de dix-huit romans, de deux essais et de plusieurs pièces de théâtre.

7Cela fait huit ans que les Goncourt « junior » se différencient systématiquement, par leurs choix, des Goncourt « senior ». Sur les seize prix décernés à ce jour, seuls quatre l’ont été au même lauréat que le « vrai » Goncourt : ce fut L’Exposition coloniale d’Erik Orsenna en 1988, Un grand pas vers le bon Dieu, de Jean Vautrin en 1989, Les Filles du calvaire, de Pierre Combescot en 1991 et enfin Le Testament français de Andreï Makine, en 1995.

De « l’opération Goncourt » au Goncourt des lycéens

8Si le Goncourt des lycéens est l’une des déclinaisons du célèbre prix imaginé par Edmond de Goncourt, ce n’est pourtant pas l’Académie qui est à l’origine de l’initiative, mais une enseignante de lettres d’un lycée de Quimper qui a, en 1986, fait lire à sa classe des romans de la sélection Goncourt. L’idée a ensuite été reprise par un autre professeur de lettres, Bernard Le Doze, avec l’accord de l’Académie Goncourt, l’aide de l’Action culturelle du rectorat de l’Académie de Rennes et celle de la Fnac de Rennes qui apporte un soutien logistique à cette « opération Goncourt », en fournissant une vingtaine de volumes par classe. Dix classes de Rennes ont alors, avec leur professeur de lettres, participé à ce premier prix. Le premier Goncourt des lycéens a été décerné, en 1988, à Erik Orsenna, pour L’Exposition coloniale, quelques minutes avant le Goncourt de l’Académie.

  • 4 Bernard Le Doze, « Présentation, enjeux et avenir du Goncourt des Lycéens », dans Bernard Le Doze (...)
  • 5 Site Fnac du Prix Goncourt des lycéens 2002.

9Cette convergence de vue entre l’Académie et les lycéens fit grand bruit mais comme le dit très justement Bernard Le Doze : « Il fallait cependant moins y voir une manifestation du goût impeccable des délégués-élèves qu’un effet de la perméabilité de leur jugement face aux avis écrasants d’une presse littéraire bien informée qui donnait Orsenna favori4 ! » Erik Orsenna, au moins aussi ému du choix des jeunes que de celui… des moins jeunes, a tenu à venir à Rennes rencontrer ces lycéens qui l’avaient lu et apprécié, alors qu’il craignait « que le volume de [son] roman rebute cette génération habituée aux raccourcis, au zapping audiovisuel »5. La FNAC a largement médiatisé l’événement : le Goncourt des lycéens était lancé.

  • 6 Bernard Le Doze, « Le Goncourt des lycéens » dans Véronique Vanier, La Lecture plaisir, de festiva (...)

10En 1989, le prix devient régional et rassemble des établissements des cinq départements bretons et en 1990 national, avec toujours dix lycées participants ; en 1991, le nombre de lycées passe à treize malgré les réticences de la FNAC qui tenait à conserver une homologie avec le Goncourt de l’Académie et ses dix jurés6. En 1997, la FNAC accepte de faire participer ses quarante-cinq magasins français : à ces quarante-cinq lycées viennent s’ajouter sept lycées bretons, soit un total de cinquante-deux établissements. En 2003, cinquante-neuf lycées ont participé à l’événement, dont quatre lycées algériens (Lycée Ibn Nass d’Alger, Lycée de Tigzirt de Tizi-Ouzou, lycée Belkaid Bir El Djir d’Oran et lycée Youghouta de Constantine), dans le cadre de Djazair 2003, l’année officielle de l’Algérie en France. Ce n’est pas la première fois que des établissements étrangers, francophones ou francophiles, participent au prix : en 1991 déjà, le lycée français de Bruxelles s’était associé à l’opération ; en 1998, le lycée Anna de Noailles de Bucarest ; en 1999, c’était le tour de Monaco et du Portugal et aussi la participation des membres de l’académie Mimosas, l’école de football créée à Abidjan par Jean-Marc Guillou, un ancien capitaine des Bleus ; en 2000, des lycéens québécois d’un collège de Sherbrooke participent au prix et en 2002, le lycée Gustave Flaubert de La Marsa, en Tunisie.

11Selon la volonté des organisateurs, l’opération ne doit pas se cantonner à un public privilégié mais s’ouvrir aux lycées classés en ZEP et aux non-littéraires. C’est ainsi qu’en 2003, les classes sélectionnées allaient de la seconde à la première année de BTS, avec notamment, un lycée horticole, et plusieurs lycées professionnels ou techniques.

12La rentrée littéraire coïncidant avec la rentrée scolaire, les lycéens des classes participantes ont, dès le 15 septembre 2003, reçu de la FNAC huit exemplaires de chacun des douze titres sélectionnés par l’Académie. Ils ont eu sept semaines pour les lire, en sus de leurs programmes scolaires habituels. Au terme de ces sept semaines, chaque classe a effectué une sélection des trois titres que leurs deux délégués ont défendus le 7 novembre 2003, dans le cadre de l’une des six délégations régionales. Chaque région, sous la houlette de l’enseignant coordonnateur régional, a à son tour choisi trois auteurs et désigné deux délégués pour la représenter aux délibérations finales. C’est parmi ces trois auteurs que s’est effectué, à huis clos, en présence du coordonnateur de l’Éducation nationale, mais sans que celui-ci participe aux débats, le choix ultime à Rennes, le 12 novembre dernier.

13L’opération ne s’arrête pas à la proclamation du prix : les rencontres Goncourt, organisées par l’association « Bruit de lire », avec l’aide du Ministère de l’Éducation nationale, du Ministère de la culture, de la direction régionale des affaires culturelles de Bretagne, de la ville de Rennes et de la région Bretagne, permettent, depuis 1990, aux classes de la région Bretagne et des régions voisines de prolonger l’activité en rencontrant à Rennes, en décembre, durant deux jours et demi, les auteurs des livres lus, mais aussi des académiciens Goncourt, des éditeurs et des critiques littéraires. En 2003, les rencontres vont aussi essaimer à Montpellier et ce seront en tout vingt-cinq classes qui y participeront. L’objectif de ces rencontres est de faire découvrir la chaîne du livre et l’institution littéraire française.

  • 7 Plaquette « Prix Goncourt des lycéens 2000 » du rectorat de Rennes, p. 33, http://www.acrennes.fr/ (...)

14Selon les organisateurs : ces rencontres sont une surmotivation de lecture, elles permettent son enracinement et aboutissent à un rééquilibrage de la réception des romans avec notamment une importante relecture : on relit pour vérifier, parce qu’on avait interprété différemment, ou parce que la rencontre avec l’écrivain a été une véritable révolution7.

Un partenariat original entre l’Académie Goncourt, l’Éducation nationale et la FNAC

15Le Goncourt des lycéens est le résultat d’un partenariat original entre l’Académie Goncourt, l’Éducation nationale et la FNAC, ex-« agitateur culturel », aujourd’hui premier distributeur français de biens culturels et de loisirs et filiale du groupe de distribution Pinault-Printemps-Redoute.

16L’Académie Goncourt autorise les organisateurs à utiliser son nom prestigieux et soutient l’initiative en mandatant certains de ses membres pour rencontrer les lycéens à l’issue du prix mais elle n’intervient pas directement dans l’organisation de l’événement. C’est la FNAC qui se charge de la partie logistique, investissant chaque année 150'000 euros dans l’opération : fourniture des quelque cinq mille livres nécessaires, prise en charge des frais de déplacement des délégués lycéens et de leurs enseignants lors des délibérations et financement de toute la campagne de communication. Pour accompagner l’opération, elle organise aussi régulièrement, dans ses différents magasins, des rencontres entre les écrivains sélectionnés et les lycéens.

17L’Éducation nationale, c’est logique, se réserve l’encadrement pédagogique de l’opération. Le Ministère n’intervient pas directement, pas plus que l’Inspection générale : tout est piloté depuis les rectorats et notamment celui de l’Académie de Rennes, siège historique de l’initiative et où sont toujours basés les coordinateurs nationaux.

Une opération d’incitation à la lecture et à l’écriture

  • 8 Bernard Le Doze, Lecture, écriture et expression critique dans le Goncourt des Lycéens, dans Lectu (...)
  • 9 Yasmina, élève de seconde au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers en 1995, témoigne : « Je me suis d (...)
  • 10 Voir Martine Burgos et Jean-Marie Privat, « Le Goncourt des lycéens : vers une sociabilité littéra (...)
  • 11 Ouest France a été le premier média à soutenir l’initiative, en ouvrant largement ses colonnes aux (...)

18Le Goncourt des lycéens a été voulu par ses organisateurs comme « une opération d’incitation à la lecture et à l’écriture »8. Cette expérience de lecture à la fois extensive (douze ouvrages en 2003) et intensive (en sept semaines) est un véritable défi pour un grand nombre de jeunes à la pratique de lecture quasi inexistante9. Il s’appuie sur la production littéraire actuelle, non encore récupérée par l’institution scolaire, sur des livres écrits par des auteurs vivants, délibérément hors programme, ce qui fait tout son attrait, aux yeux des élèves. La remise d’un prix permet de donner un enjeu à la lecture des lycéens, de légitimer leur travail : on prend en compte leur lecture et leurs avis. L’éventail des compétences à mettre en œuvre dans l’exercice est immense : au-delà de l’effort de déchiffrage et de compréhension des textes, les lycéens doivent apprendre à se distancier, à dépasser le premier jugement moral sur les personnages et à se forger un jugement réfléchi et motivé sur chaque ouvrage. Pour défendre, lors des débats avec la classe, le livre qu’il a aimé, l’élève doit traduire en mots les émotions ressenties à la lecture, s’intéresser au fond, mais aussi à la forme, au style de l’auteur, expliquer, argumenter pour emporter l’adhésion du groupe, confronter, réfuter, s’obliger à écouter l’autre et parfois relativiser sa propre opinion10. Il doit aussi utiliser toutes les ressources de l’expression orale : soigner sa prononciation, réguler son débit, jouer sur l’intonation s’il choisit de lire un extrait, découvrir l’importance de la gestuelle et du regard pour capter et maintenir l’attention de son public. Le professeur de lettres, qui a volontairement choisi de s’engager dans l’aventure avec sa classe, a un rôle essentiel : il a découvert la sélection en même temps que ses élèves et doit, sans recul aucun, tout à la fois mettre en place les apprentissages et accompagner les lycéens dans leur lecture, les guider sans les influencer et modérer les débats. L’opération, initialement dédiée uniquement à la lecture, prévoit aussi désormais un passage à l’écriture : l’élève rédige ses propres fiches de lecture, des textes libres pour le Journal de bord de la classe, qui répertorie toutes les activités menées autour du Goncourt des lycéens. Il a aussi la possibilité de publier de petites critiques dans l’un des numéros du Journal du Goncourt, le bulletin national de liaison et d’échange entre les élèves participants, entièrement réalisé par les élèves – sauf la fabrication confiée à un professionnel – et envoyé à toutes les classes concernées, dans le journal ou le site Web de son établissement, ou encore sortir du cadre scolaire en publiant dans la presse locale11, sous la houlette d’un journaliste volontaire qui a accepté d’initier la classe à l’écriture journalistique. Chaque lycéen peut aussi, s’il le désire, participer au concours de critique littéraire, mis en place par le conseil régional de Bretagne. Pour prolonger le Goncourt des lycéens dans le temps, le Ministère de l’Education nationale aide au financement d’ateliers de lecture sur la littérature contemporaine dans les établissements ayant participé au prix.

Le Goncourt des lycéens et « l’affaire Houellebecq »

19Le Ministère ne contrôle ni la valeur littéraire des œuvres données à lire aux jeunes, ni leur « moralité » et chacun a en mémoire l’affaire Houellebecq qui, en 1998, mit un instant le prix en péril. L’Académie Goncourt a, en 1997, imposé aux organisateurs de donner à lire aux jeunes « la sélection Goncourt, toute la sélection Goncourt, rien que la sélection Goncourt » sous peine de retrait du précieux label. Ce qui signifiait qu’il n’était plus possible de mixer les deux premières sélections Goncourt afin d’obtenir une sélection « spéciale jeunesse » adaptée aux centres d’intérêt présumés des lycéens.

  • 12 Catherine Cayrol, « Professeur de lettres et journaliste : oser collaborer » dans : Bernard Le Doz (...)

20C’est ainsi que le livre de Michel Houellebecq, Les Particules élémentaires, fut donné en pâture aux lycéens. Après de multiples péripéties, sur cinquante-quatre classes participantes, seules deux se virent retirer l’ouvrage de la sélection, les enseignants ayant choisi de se conformer à la circulaire du syndicat des chefs d’établissements scolaires. Dans les cinquante-deux autres, les enseignants ont refusé la censure et inventé des solutions d’accompagnement pour permettre aux lycéens d’accéder quand-même au contenu de ce livre et d’en débattre sereinement. Une journaliste de Ouest France raconte la rencontre entre Michel Houellebecq et quatre lycéennes rennaises, à la FNAC de Rennes : « Elles n’avaient pas aimé le roman. Mais à la différence de nous adultes, ce livre ne les touchait pas. Elles l’avaient lu autrement et elles ont pu poser à Michel Houellebecq d’autres questions que celles qui étaient posées à longueur d’antenne par des journalistes parisiens. […] Michel Houellebecq [était] comme épanoui par cet échange juvénile. Il était à l’aise, presque disert. Le soir même, au cours du débat public avec les adultes, il se refermait, redevenait l’auteur des très controversées Particules élémentaires et rendossait la peau du personnage un peu sulfureux qu’on lui avait collée12. »

  • 13 Joël Lesueur, « Une expérience anticipatrice (les nouveaux programmes) » dans : Bernard Le Doze et (...)

21En surmontant cette épreuve, le Goncourt des lycéens a réellement fait son entrée dans la cour des grands et la nouvelle polémique née en 2000 autour du livre de Marie Nimier, La nouvelle pornographie, n’a finalement eu qu’une portée assez limitée, même si le livre a été retiré de la sélection dans dix établissements. Le prix a aujourd’hui gagné une reconnaissance institutionnelle : le ministre de la jeunesse, de l’Éducation nationale et de la recherche, Luc Ferry, s’est déplacé à Rennes, en 2002, pour la proclamation du lauréat et des documents d’accompagnement du nouveau programme de français de seconde font référence aux Goncourt des lycéens13.

  • 14 Ce prix, baptisé « Liste Goncourt : le choix polonais », a été créé en 1998, à l’instigation de l’ (...)
  • 15 Le « prix littéraire des Cégépiens », inspiré du Goncourt des lycéens, a été créé en novembre 2002 (...)
  • 16 Le Renaudot des lycéens, créé à Loudun en 1992, sur l’initiative de l’association des amis de Théo (...)
  • 17 Il faudrait aussi évoquer le festival du premier roman de Chambery, créé lui aussi en 1988, à l’in (...)

22Le Goncourt des lycéens a essaimé à l’étranger : en Pologne14 ou au Québec15, notamment. Il a aussi fait des émules en France : d’autres prix ou concours littéraires se sont créés dans les lycées, comme le « Renaudot junior » des lycéens de Loudun16, mais aussi dans les collèges, citons, par exemple, le prix des collégiens de la fête du livre du Var17. Le Goncourt des lycéens s’est bel et bien installé dans le paysage littéraire, aux côtés des autres grands prix, Renaudot, Femina ou Médicis. « L’autre Goncourt » commencerait même, si l’on en croit certains, à faire de l’ombre au Goncourt de l’Académie.

  • 18 Au sein de l’Académie, certains jurés sont hostiles au Goncourt des lycéens et la décision de parr (...)

23L’on peut ainsi s’interroger : est-ce parce que ce jury lycéen est devenu un tantinet encombrant que la proclamation du Goncourt des lycéens est désormais découplée de celle du Goncourt de l’Académie18 ?

24En 2002, les dix jurés du Goncourt ont couronné Pascal Quignard pour Les Ombres errantes, paru chez Grasset ; les lycéens lui ont préféré Laurent Gaudé et La Mort du roi Tsongor, un récit inspiré à la fois des tragédies grecques et des épopées africaines, paru chez Actes Sud. Un écrivain confirmé de cinquante-quatre ans et une maison d’édition coutumière du Goncourt, pour les premiers, un jeune auteur de vingt-huit ans et une maison plus modeste, souvent nominée, jamais nommée, pour les seconds… Signalons d’ailleurs que si, pour des raisons plus économiques que littéraires, Actes Sud n’a guère de chance avec le Goncourt, François Nyssen ne peut que se féliciter de l’existence du Goncourt des lycéens qui, par quatre fois récompensa des auteurs de sa maison d’édition avec Françoise Lefèvre pour Le Petit Prince cannibale, en 1990, Claude Pujade-Renaud pour Belle-mère en 1994, Nancy Huston, pour Instruments des ténèbres en 1996 et donc Laurent Gaudé, pour La Mort du roi Tsongor, en 2002.

  • 19 Chiffres donnés par Olivier Le Naire dans « L’autre Goncourt » dans L’Express, 30 octobre 2003, p. (...)

25D’un tirage de neuf mille exemplaires avant le prix, La Mort du roi Tsongor, deuxième roman d’un jeune dramaturge, quasi-inconnu du grand public, est passé à soixante-dix-neuf mille exemplaires en décembre 2002 puis à cent mille exemplaires durant l’été 2003, après avoir obtenu en sus le prix des libraires (décerné par quatre cents libraires français, canadiens, belges et suisses). Il a très largement dépassé les ventes du Médicis et de l’Interallié et presque atteint les cent six mille exemplaires du « vrai » Goncourt, de Pascal Quignard (Grasset), ouvrage difficile, il est vrai. Shan Sa, jeune auteur chinoise couronnée en 2001, à vingt-neuf ans, a vu son troisième roman La Joueuse de go passer d’un tirage de vingt-cinq mille en septembre 2001 à un tirage de cent quatre mille exemplaires en juin 200219.

26L’effet Goncourt des lycéens est perceptible pour chacun des titres récompensés et ce n’est pas nouveau puisqu’en 1994 déjà, Claude Pujade-Renaud avait décuplé ses ventes pour Belle-mère. La Fnac investit beaucoup dans le Goncourt des lycéens mais l’opération est rentable : en terme d’image essentiellement mais aussi parce qu’il génère beaucoup de « trafic » dans ses librairies et sur son site marchand où le visiteur peut trouver des informations sur le Goncourt des lycéens mais aussi, par un simple clic, acquérir tous les ouvrages primés à ce jour.

Un prix apprécié des lecteurs, des auteurs… et des éditeurs

  • 20 Avant d’être couronné par le prix Goncourt des lycéens, Farrago était absent du palmarès Livres He (...)
  • 21 http://www.fnac.net/le_goncourt_des_lyceens_2000/magazine/historique.asp

27Le Goncourt des lycéens fait aussi vendre des livres et ce n’est pas le moindre de ses mérites : comme les autres prix littéraires, il fait aujourd’hui partie de l’arsenal promotionnel du livre, dans un univers fortement concurrentiel et les éditeurs en sont bien conscients, eux qui s’empressent de ceindre le livre primé du fameux bandeau rouge « Goncourt des lycéens ». Ce prix permet, à l’éditeur récompensé, de dégager de substantielles parts de marché20. Si tous les professionnels du livre reconnaissent la valeur de ce prix, les auteurs, quant à eux, apprécient la fraîcheur de cette approche lycéenne du roman, la spontanéité des réactions lors des rencontres, le caractère inattendu de certaines questions, parfois franchement iconoclastes. Le regard critique que ces jeunes portent sur leur œuvre a peu de choses en commun avec la lecture de leur public adulte habituel : ils entretiennent souvent un lien affectif avec le roman, s’interrogeant aussi sur le rapport réalité-fiction ou le métier d’écrivain. Citons Jean-Marie Laclavetine, lauréat 1999 pour Première Ligne : « Ce qui fait la valeur du prix des lycéens, c’est leur franchise parfois brutale. Ils ne se soucient que du contenu, et argumentent leurs choix. L’important, en dehors de la distinction finale, aura été d’observer l’enthousiasme éprouvé par tous ces gens qui, pendant deux mois, ont parlé littérature. C’est extrêmement réconfortant21 ! »

28Laurent Gaudé a aussi remercié les lycéens dans une longue lettre qu’il leur a adressée : « Le bonheur d’avoir reçu ce prix est profond et précieux. Vous ne pouvez pas imaginer tout ce qu’il va m’apporter. Tout d’abord (et ce n’est pas négligeable, puisque l’écriture est ma seule activité), un confort matériel qui me permettra de travailler de façon sereine pendant quelque temps. Mais il y a bien plus. J’ai grâce à vous la certitude maintenant que ce que j’écris peut trouver un écho chez des lecteurs, que mon écriture peut se partager. Tout ce qui m’arrive depuis le 12 novembre, je vous le dois. […] ce cadeau que vous m’avez fait est une invitation à écrire. Je le reçois comme tel. La façon la plus juste de vous dire merci est encore de me plonger dans mon prochain roman. »

  • 22 Allah n’est pas obligé a également reçu la même année le prix Renaudot.

29Le lecteur, surtout le petit lecteur, celui qui ne lit qu’un ou deux livres par an, a besoin d’une aide pour effectuer son choix dans la masse de titres qui lui est proposée à chaque rentrée : il est à la recherche du bon livre, labellisé par un prix, de préférence décerné par d’autres lecteurs lambda, plus à l’écoute de l’air du temps, supposés avoir, sinon les mêmes goûts, du moins la même grille de lecture que lui. Aux yeux du lecteur, le jury tournant du Goncourt des lycéens, s’il est moins prestigieux dans sa composition, n’a pas les défauts de ces jurys de professionnels du livre, inamovibles et fonctionnant en vase clos. Lassé du tapage médiatique qui entoure chaque année la remise des prix littéraires d’automne, il apprécie la transparence du Goncourt des lycéens, le souci d’objectivité de ces jeunes, peu sensibles aux pressions des éditeurs et des critiques littéraires. On compare souvent ce prix à un autre prix de lecteurs qui a lui aussi le vent en poupe : le prix du livre Inter, créé voici vingt ans par la station de radio France-Inter et qui a su, lui aussi, promouvoir des inconnus. Dans son testament, Edmond de Goncourt écrivait : « Mon vœu suprême, vœu que je prie les jeunes académiciens futurs d’avoir présent à la mémoire, c’est que le prix soit donné à la jeunesse, à l’originalité du talent, aux tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme. » Si l’on compare les deux palmarès, celui du Goncourt des lycéens et celui de l’Académie, depuis quinze ans, même si la moyenne d’âge des lauréats est sensiblement la même, l’on constate que ce sont les lycéens qui détiennent les deux extrêmes, avec Laurent Gaudé, élu à vingt-huit ans, mais aussi Ahmadou Kourouma, grand écrivain Ivoirien, couronné à soixante-douze ans pour Allah n’est pas obligé, l’histoire de Birahima, l’enfant-soldat22. Les lycéens ont aussi élu à cinq reprises une femme : Françoise Lefevre, en 1990, pour Le Petit Prince cannibale, Anne Wiazemsky, en 1993 pour Canines, Claude Pujade-Renaud, en 1994, pour Belle-mère, Nancy Huston, en 1996, pour Instruments des ténèbres et Shan Sa, en 2001 pour La Joueuse de Go. Dans le même temps, les Académiciens n’en ont retenu que deux : Pascale Roze, en 1996, pour Le Chasseur zéro et Paule Constant, en 1998, pour Confidence pour Confidence.

  • 23 Olivier Le Naire, « Les prix », dans L’Express, 19 décembre 2002..

30Faut-il pour autant pousser la provocation jusqu’à proposer d’installer les lycéens chez Drouant et d’envoyer les académiciens redécouvrir les charmes des cantines scolaires, comme le suggérait Olivier le Naire dans un article de l’Express de décembre 200223 ? Certes non, mais l’expérience réussie du Goncourt des lycéens invite à s’interroger sur la finalité des prix littéraires : à quoi doivent servir les prix littéraires ? À aider de jeunes talents prometteurs, jeunes par l’âge ou par l’entrée en écriture, ou à récompenser l’œuvre de toute une vie, un peu à l’instar de ce qu’est devenu le Prix Nobel de littérature ?

Annexes

Annexe : Goncourt et Goncourt des lycéens, le palmarès 1988-2003

GONCOURT DES LYCEENS

Âge lauréat

ACADEMIE GONCOURT

Âge lauréat

2003

Farrago de Yann APPERRY (Grasset)

31 ans (1972)

La Maîtresse de Brecht de Jacques-Pierre AMETTE (Seuil)

60 ans (1943)

2002

La Mort du Roi Tsongor de Laurent GAUDÉ (Actes Sud)

28 ans (1974)

Les Ombres errantes de Pascal QUIGNARD (Grasset)

54 ans (1948)

2001

La Joueuse de Go, Shan SA (Grasset)

29 ans (1972)

Rouge Brésil de Jean-Christophe RUFIN (Gallimard)

49 ans (1952)

2000

Allah n’est pas obligé d’Ahmadou KOUROUMA (Seuil)

72 ans (1927)

Ingrid Caven de Jean-Jacques SCHUHL (Gallimard)

59 ans (1941)

1999

Première ligne de Jean-Marie LACLAVETINE (Gallimard)

45 ans (1954)

Je m’en vais de Jean ECHENOZ (Éditions de Minuit)

52 ans (1947)

1998

Mille six cents ventres de Luc LANG (Fayard)

42 ans (1956)

Confidence pour confidence de Paule CONSTANT (Gallimard)

54 ans (1944)

1997

Le Maître des paons de Jean-Pierre MILOVANOFF (Julliard)

57 ans (1940)

La Bataille de Patrick RAMBAUD (Grasset)

51 ans (1946)

1996

Instruments des ténèbres de Nancy HUSTON (Actes Sud)

43 ans (1953)

Le Chasseur zéro de Pascale ROZE (Albin Michel)

39 ans (1957)

1995

Le Testament français d’Andréï MAKINE (Mercure de France)

38 ans (1957)

Le Testament français d’Andréï MAKINE (Mercure de France)

38 ans (1957)

1994

Belle-mère de Claude PUJADE-RENAUD (Actes Sud)

62 ans (1932)

Un aller simple de Didier van CAUWELAERT (Albin-Michel)

34 ans (1960)

1993

Canines d’Anne WIAZEMSKY (Gallimard)

45 ans (1948)

Le Rocher de Tanios de Amin MAALOUF (Grasset)

44 ans (1949)

1992

L’Île du lézard vert d’Eduardo MANET (Flammarion)

62 ans (vers 1930)

Texaco de Patrick CHAMOISEAU (Gallimard)

39 ans (1953)

1991

Les Filles du calvaire de Pierre COMBESCOT (Grasset)

51 ans (1940)

Les Filles du calvaire de Pierre COMBESCOT (Grasset)

51 ans (1940)

1990

Le Petit Prince cannibale de Françoise LEFEVRE (Actes Sud)

48 ans (1942)

Les Champs d’honneur de Jean ROUAUD (Éditions de Minuit)

38 ans (1952)

1989

Un grand pas vers le Bon Dieu de Jean VAUTRIN (Grasset)

56 ans (1933)

Un grand pas vers le Bon Dieu de Jean VAUTRIN (Grasset)

56 ans (1933)

1988

L’Exposition coloniale d’Erik ORSENNA (Seuil)

41 ans (1947)

L’Exposition coloniale d’Erik ORSENNA (Seuil)

41 ans (1947)

Notes

1 Depuis 1991, France 3 est partenaire de ce prix et la chaîne publique aurait dû diffuser en direct la proclamation du prix pendant son journal de la mi-journée.

2 Farrago est aussi le nom d’une maison d’éditions littéraires françaises, dirigée par Jean- Pierre Boyer, en association avec Léo Scheer.

3 Cécile, lycéenne en terminale L à Boulogne (92) dans « Les Lycéens priment un Goncourt ‘optimiste’ », 20 minutes, 13.11.2003, p. 22.

4 Bernard Le Doze, « Présentation, enjeux et avenir du Goncourt des Lycéens », dans Bernard Le Doze et Yvon Logeat (dir.), Lire et écrire avec le Goncourt des lycéens, collection lettres ouvertes, CRDP de Bretagne, 2000, p. 6.

5 Site Fnac du Prix Goncourt des lycéens 2002.

6 Bernard Le Doze, « Le Goncourt des lycéens » dans Véronique Vanier, La Lecture plaisir, de festivals en concours littéraires, Adapt Éditions, 1998.

7 Plaquette « Prix Goncourt des lycéens 2000 » du rectorat de Rennes, p. 33, http://www.acrennes.fr/culturel/ftp/pgl2000.pdf.

8 Bernard Le Doze, Lecture, écriture et expression critique dans le Goncourt des Lycéens, dans Lecture jeune, revue de réflexion, d’information et de choix de livres pour les 13-19 ans, no 97, « Les prix lycéens », mars 2001, p. 24-31.

9 Yasmina, élève de seconde au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers en 1995, témoigne : « Je me suis dit 10 livres en 2 mois, c’est impossible ! Pour moi, je lirais même pas 10 livres en 10 ans. La lecture, je n’en avais qu’une vision négative, moche, c’était pas intéressant. Et puis, j’avais peur d’aimer la lecture parce que je crois… que j’avais peur de changer. Mais quand j’ai vu les autres qui lisaient, je me suis dit, il faut que je lise aussi. Je voulais essayer quand même. Parce que je me suis dit aussi, sinon je vais être prise pour qui. Si tout le monde lit dans la classe et pas moi, particulièrement, c’était la honte. Alors, j’ai commencé pour faire comme les autres… et puis, j’ai aimé » dans Marie Bonnemaison « accompagner la parole des élèves », dans Bernard Le Doze et Yvon Logeat (dir.), Lire et écrire avec le Goncourt des lycéens, collection lettres ouvertes, CRDP de Bretagne, 2000, p. 52. Voir aussi Marie Bonnemaison, « Le Goncourt des lycéens, une expérience pédagogique hors du commun », dans Le Français aujourd’hui, no 120, décembre 1997.

10 Voir Martine Burgos et Jean-Marie Privat, « Le Goncourt des lycéens : vers une sociabilité littéraire ? » dans M. Poulain, Lire en France aujourd’hui, Éditions du Cercle de la librairie, 1993.

11 Ouest France a été le premier média à soutenir l’initiative, en ouvrant largement ses colonnes aux lycéens mais de très nombreux médias régionaux et même nationaux, journaux, radios et télévisions, lui ont ensuite emboîté le pas.

12 Catherine Cayrol, « Professeur de lettres et journaliste : oser collaborer » dans : Bernard Le Doze et Yvon Logeat (dir.), Lire et écrire avec le Goncourt des lycéens, collection lettres ouvertes, op. cit., p. 85.

13 Joël Lesueur, « Une expérience anticipatrice (les nouveaux programmes) » dans : Bernard Le Doze et Yvon Logeat (dir.), Lire et écrire avec le Goncourt des lycéens, collection lettres ouvertes, op. cit., p. 103-108.

14 Ce prix, baptisé « Liste Goncourt : le choix polonais », a été créé en 1998, à l’instigation de l’Institut français de Cracovie, avec l’accord de l’Académie Goncourt ; ce jury d’étudiants polonais en littérature et civilisation française a choisi en 2003 Windows on the world de Frédéric Beigbeder.

15 Le « prix littéraire des Cégépiens », inspiré du Goncourt des lycéens, a été créé en novembre 2002, à l’instigation de la Fondation Marc Bourgie. En avril 2003, un jury, composé d’étudiants de 14 institutions collégiales du Québec a remis ce prix, doté d’une bourse de 10’000 $ à Jacques Poulin pour Les Yeux bleus de Mistassini.

16 Le Renaudot des lycéens, créé à Loudun en 1992, sur l’initiative de l’association des amis de Théophraste Renaudot, a été décerné cette année à Gilles Martin-Chauffier, pour son roman Silence, on ment, paru chez Grasset, alors que le Renaudot 2003 est allé à Philippe Claudel, pour Les Âmes grises.

17 Il faudrait aussi évoquer le festival du premier roman de Chambery, créé lui aussi en 1988, à l’instigation d’un enseignant, Jacques Charmatz, qui lança les bases de ce projet avec ses élèves en 1986.

18 Au sein de l’Académie, certains jurés sont hostiles au Goncourt des lycéens et la décision de parrainer ce prix ne fut acceptée qu’après une discussion assez serrée, ainsi que le relate François Nourrissier, dans l’historique du prix, sur le site Fnac du Prix Goncourt des lycéens 2002.

19 Chiffres donnés par Olivier Le Naire dans « L’autre Goncourt » dans L’Express, 30 octobre 2003, p. 78.

20 Avant d’être couronné par le prix Goncourt des lycéens, Farrago était absent du palmarès Livres Hebdo des cinquante meilleures ventes de fiction, dans la semaine du 17 au 23 novembre 2003, il y sera classé 14e.

21 http://www.fnac.net/le_goncourt_des_lyceens_2000/magazine/historique.asp

22 Allah n’est pas obligé a également reçu la même année le prix Renaudot.

23 Olivier Le Naire, « Les prix », dans L’Express, 19 décembre 2002..

Auteur

Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540