Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre VI. Sous-genres et courant littéraires

Proust et le prix Goncourt

Monique Gosselin-Noat

Texte intégral

  • 1 Correspondance Proust-J. Rivière, Correspondance, 3 novembre 1919, T XVIII,, p. 455.
  • 2 N.R.F. 1er juin 1919, p 71 à 120 : « Quelques paysages marins » et « Ma déception à Balbec ».
  • 3 Jean Giraudoux, Feuilles d’art, juin, 1919, p. 1-4.
  • 4 Le Crapouillot, 1er octobre 1919.
  • 5 Jean-Yves Tadié, Lectures de Proust, et Marcel Proust, Gallimard, 1996, p. 806-807
  • 6 Bulletin d’informations d’études proustiennes no 14, 1983, p. 63-71.

1Alors que nous fêtons ce centenaire du prix Goncourt, nous savons tous que l’attribution de celui-ci a rarement manqué de susciter des contestations et des rumeurs. Celui qui fut décerné à M. Proust pour À L’ombre des jeunes filles en fleurs, le 10 décembre 1919, ne fait pas exception à la règle et nous allons essayer de comprendre comment et pourquoi. Cette seconde partie d’À La Recherche du temps perdu a été achevée en 1918. La correspondance avec J. Rivière1 révèle que cette fois le dessein de l’écrivain est mieux compris que lors de la parution de Du Côté de chez Swan publié, rappelons-le, à compte d’auteur après avoir été refusé par Gallimard et Fasquelle. En effet, Le 23 juin 1919, la prestigieuse N.R.F2 accueille un chapitre de l’ouvrage. Cependant, un bref regard sur l’ensemble de la critique révèle que l’accueil demeure mitigé. Si Giraudoux en fait un éloge un peu indirect à la faveur de la réimpression de Du côté de chez Swann dans le numéro de juin de Feuillets d’art3, tout comme R. Dreyfus, dans Le Figaro, Le Crapouillot4 du mois d’Octobre se livre à un pastiche cruel et nous verrons que d’autres critiques sont pour le moins réservés. Pourtant, le 11 décembre 1919, l’ouvrage est couronné avec 6 voix sur 10 tandis que le roman de Roland Dorgelès, Les Croix de bois, roman dont beaucoup s’accordaient à prévoir le succès, n’obtenait que 4 voix. Que s’est-il passé ? Comment cette victoire a-t-elle été acquise ? L’événement a déjà suscité de nombreux commentaires dans la critique littéraire, ceux de Jean-Yves Tadié5 et, entre autres, l’article de Thierry Laget, dans le Bulletin d’informations d’études proustiennes6. Il me semble toutefois possible de poursuivre une réflexion sur les raisons à la fois conjoncturelles et profondes de ce couronnement, non sans avoir auparavant tenté de mettre au jour ce qui l’a rendu possible, les réactions qu’il a suscitées à l’époque dans le public ou dans la critique et pour finir, la perception que nous en avons aujourd’hui.

  • 7 Giraudoux, Feuillets d’art, 1er juin 1919 : « Ne sentez-vous pas qu’il nous délivre des petites ph (...)
  • 8 Giraudoux, article cité, p. 2.

2Je n’aurai pas la cruauté de citer les propos ironiques du lecteur (Jacques Madeleine) chargé chez Fasquelle, en 1912, de rendre compte de Du Côté de chez Swann. Ses remarques désobligeantes sur l’âge indéfinissable du héros-narrateur et sur ses réveils difficiles trahissent à nos yeux d’aujourd’hui une étrange naïveté, mais révèlent surtout à quel point le récit proustien bousculait les attentes des lecteurs cultivés d’avant-guerre. Qu’en sera-t-il en 1919 au moment où paraît la suite de l’œuvre immense entreprise par M. Proust ? J. Giraudoux7 est donc l’un des premiers à réagir positivement ; il souligne alors la nouveauté de l’analyse psychologique, l’importance stylistique de ce nouveau rythme de la phrase, et surtout il met en lumière le mouvement que l’œuvre imprime à la mémoire, ramenant le lecteur au premier souvenir. Il pressent d’emblée en quoi le roman peut séduire en 1919, dans un pays exsangue où renaît, plus forte que jamais, la soif de vivre et même de s’amuser dont témoignera le Paris des années vingt. L’écrivain retient d’abord une dimension peut-être un peu superficielle du roman de Proust, mais qu’il n’est pas impertinent de prendre en compte : « C’est la paix, c’est le printemps. Les éditeurs éditent, les boutiques des libraires vont mettre une toile pour protéger les livres du soleil […], les écrivains s’illustrent et font eux-mêmes leur vente […] ». Giraudoux s’amuse alors à imaginer un écrivain qui serait le portrait achevé de Proust, qui nous conduirait chez des femmes et des hommes riches, « qui ont des villas, qui sont amis du prince de Galles, qui pour penser ferment à demi les yeux qui errent le long des quais comme s’ils cherchaient un gué – et des femmes »8. À vrai dire, en quelques lignes gracieuses qui s’essaient à pasticher élégamment le style de La Recherche, il évoque surtout Du côté de chez Swann, mais certaines allusions semblent inclure la seconde partie de l’ouvrage. En effet, À l’ombre des jeunes filles en fleurs se déroule pour une grande part à Balbec, c’est-à-dire dans un lieu de séjour balnéaire. Les personnages appartiennent à des milieux riches : bourgeois, comme celui du héros-narrateur, et même aristocratique si l’on songe à madame de Villeparisis. Il n’est guère assuré que le bonheur soit véritablement présent dans l’ouvrage, sauf à des moments très fugitifs, mais les jeunes filles en fleurs semblent en être la promesse, tandis que les promenades au bord de mer, les paysages marins, tels que les découvre le héros à travers les tableaux d’Elstir, suscitent d’heureuses rêveries et font entrer la poésie dans le roman. Même si l’on peut trouver insuffisamment pénétrante cette approche du roman, elle est sans doute en partie conforme à la réalité. Le « grand public », comme on dit, commençait sans doute à être las des romans de guerre dont l’efflorescence était grande depuis 1916. Plusieurs d’entre eux avaient du reste été déjà récompensés par le prix Goncourt : Gaspard de René Benjamin en 1915, Le Feu de Henri Barbusse en 1916. L’ouvrage de Georges Duhamel, Civilisation, qui s’est vu décerner le prix Goncourt de 1918, évoque la guerre dans une perspective humaniste et pacifiste En 1924 encore, le prix va à l’ouvrage de Thierry Sandre, Le Purgatoire, qui n’appartient plus véritablement au genre du récit de guerre, mais dont le héros est un ancien combattant. Si donc les remarques de Giraudoux ont le mérite de souligner une nouvelle disposition d’esprit du grand public, elles ne peuvent à elles seules justifier le choix des écrivains qui constituaient alors le jury. Il nous semble nécessaire de revenir d’abord sur la campagne qui a précédé la remise du prix, et sur l’accueil de la critique entre juin et décembre 1919, avant d’examiner de plus près les votes et leurs raisons.

  • 9 Proust se montre avant tout soucieux d’obtenir des articles élogieux dans les revues ou la presse, (...)
  • 10 Th. Laget, article cité.
  • 11 « Si j’avais pu prévoir de pareilles lenteurs, j’eusse donné mon premier volume (À l’Ombre des jeu (...)
  • 12 Lettre à Robert de Flers, Correspondance, 16 juin 1919, t. XVIII, p. 265.
  • 13 Lettre à R. Dreyfus, no 143, Correspondance, 13 août 1918, t. XVII, p. 345. Proust y fait état du (...)
  • 14 Lettre à R. Dreyfus du 7 juillet 1919, Correspondance, t. XVIII.
  • 15 Nous renvoyons aussi à sa lettre à J. E. Blanche, 24 juillet 1919 où il exprime sa reconnaissance (...)
  • 16 Lettre à Louis de Robert, premiers jours de septembre 1919. Il y revient sur le prix Goncourt de 1 (...)
  • 17 Voir G. D. Painter, Marcel Proust, 1976, p. 254 -255. G. D. Painter souligne que Proust a alors ét (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Le Figaro, 27 novembre 1913.

3La « campagne » d’abord. Même si elle ne fut qu’indirectement orchestrée par Proust9, il est impossible d’affirmer que celui-ci s’en préoccupait peu10, lui qui, dès que l’ouvrage a été imprimé a cherché en vain à obtenir qu’un extrait de son livre soit publié en feuilleton dans Le Figaro11, en dépit de promesses ( ?) antérieures auxquelles il fait allusion, – mais l’obtient de la N.R.F, grâce à l’appui enthousiaste de J. Rivière. Il intervient personnellement auprès de Robert de Flers12 pour qu’un article en première page de ce quotidien lui soit consacré dans la semaine qui précède la parution de l’ouvrage. Il suggère à cet effet les noms de Gide, Léon Blum, L. de Robert, E. Jaloux ou F. De Miomandre (ces deux derniers feront en effet des articles élogieux après la remise du prix). En définitive, il doit s’adresser à R. Dreyfus, vieil ami de la famille, chargé des chroniques diplomatiques au Figaro, pour qu’il publie un compte rendu en première page13. Cet article, signé Bartholo, paraît en effet le 7 juillet 1919 en bonne place, alors qu’il avait été prévu pour la seconde page. Le journal fut refait en dernière minute à cette fin. Cet article était consistant, bien que R. Dreyfus avoue n’avoir pas eu le temps de lire l’ouvrage reçu jugé fort long, mais l’avoir seulement feuilleté. Les éloges qu’il en fait n’en sont pas moins pertinents. Proust se montra toutefois insatisfait, car son auteur avait eu l’imprudence de qualifier de « méticuleuses » ses analyses, et avait signé d’un nom comique qui risquait de disqualifier l’article14. On objectera qu’il ne s’agit pas ici directement du prix Goncourt, mais cela montre tout de même à quel point l’écrivain travaillait à la diffusion de son ouvrage15, et il était impensable qu’à ce titre il ne se préoccupât pas de tenter d’obtenir un prix auquel en février 1913, il avait déjà songé16. N’avait-il pas proposé de « présenter son livre à un prix Goncourt [sic] si cela pouvait faire plaisir à M. Grasset »17, et il fut alors recommandé par Louis de Robert non seulement à Rosny mais aussi à P. Margueritte (mort depuis). Une voix s’était portée sur son ouvrage, celle de Rosny aîné encore membre du jury en 1919, et avec lequel, depuis qu’il l’a rencontré à Cabourg en 1910, il entretient des relations urbaines18. Cette fois, dès le mois de septembre 1919, Proust annonce à Louis de Robert qu’il postule pour le prix Goncourt. Au même moment, il avait donné mission – c’est du moins ce qu’affirme Painter, et ce qui semble ressortir de la correspondance à Reynaldo Hahn qui était son ami et allait passer quelques jours dans la maison de campagne des Daudet – de sonder Léon Daudet, membre du jury, pour évaluer les chances qu’il avait d’obtenir le prix. Au retour, R. Hahn lui apprend qu’en effet Léon Daudet lui est acquis d’emblée, ce qui ne saurait vraiment surprendre. Certes, M. Proust a été dreyfusard lorsque Léon Daudet était du parti inverse, mais Proust est encore lié d’amitié avec Lucien, son frère, qui fut l’un des premiers à exprimer la grande admiration que lui inspirait la première partie d’À la Recherche du temps perdu dans un article intelligent et prophétique19, puisqu’il se concluait sur ces mots :

Beaucoup plus tard lorsqu’on parlera du livre de M. Proust il apparaîtra comme une extraordinaire manifestation de l’intelligence au XXe siècle.

  • 20 Correspondance, t. XVIII, lettre 129, 21 juin 1919. Il lui a envoyé son livre avec un « hommage de (...)
  • 21 Nous renvoyons à la belle préface pour À l’Ombre des jeunes filles en fleurs de P. L. Rey qui, sur (...)

4Dans sa dédicace pour À L’Ombre des jeunes filles en fleurs qu’il envoie à Léon dès juillet 1919, Proust suggère – à tort – ou feint de croire que celui-ci n’aime pas ses livres, alors que lui « idolâtre les siens »20. Cela donne le ton de leurs relations. De surcroît, tous deux fréquentent le même monde, et Proust est considéré comme un ami de la famille Daudet. Il semble donc difficile de louer particulièrement la prise de position de Léon dans le jury Goncourt21 ; mieux vaut admirer la justification qu’il donnera de sa campagne et de son vote. Les raisons qu’il invoque dans L’Action française au lendemain même de l’attribution du prix, ne sont – nous le verrons – ni conjoncturelles ni mondaines ; elles témoignent à l’évidence d’un goût littéraire sûr.

  • 22 Si nous en croyons C. Arnaud, Jean Cocteau, Gallimard, « biographies », 2003.
  • 23 A. Hermant, « La vie littéraire », Le Figaro du 3 et du 23 août 1919.
  • 24 A. Hermant, « La vie littéraire », Le Figaro, 23 août 1919 : « Il fait semblant de garder la chamb (...)
  • 25 René Vanderem, Revue de Paris, 15 juillet 1919.
  • 26 André Billy, L’Œuvre, 26 août 1919.
  • 27 Comœdia, 5 oct. 1919.
  • 28 Lettre de M. Proust à Binet-Valmer, 7 octobre 1919, Correspondance, t. XVIII.
  • 29 Lettre de M. Proust à Rosny aîné, premiers jours de novembre 1919 : « je ne sais pas si j’aurai le (...)
  • 30 Geffroy a en effet écrit à Rosny aîné pour lui assurer qu’il voterait pour l’ouvrage de Proust, le (...)
  • 31 Lettre de Proust à Rosny aîné 10 novembre 1919, Correspondance, t. XVIII, p 466-467. Voir aussi la (...)
  • 32 Correspondance, t. XVIII, p. 455 : « je ne sais pas un seul nom de candidat, ni ceux des académici (...)
  • 33 Lettre à R. De Flers, 4 juin 1920, Correspondance, t. XIX, p. 287.
  • 34 R de Montesquiou, Les Pas effacés, notes du vol. II, p. 286 : « […[un coup monté sur une pièce mon (...)

5Tel n’est pas l’apanage d’un bon nombre de critiques contemporains. L’étude de la réception de cette seconde partie de La Recherche, avant l’attribution du prix, révèle qu’elle est controversée. Il y a certes des admirateurs, comme J. Rivière qui loue surtout, comme on pouvait s’y attendre en vertu de ses propres romans, la qualité des analyses psychologiques, rejoignant sur ce point les éloges de Giraudoux. Il faut ajouter l’article d’Abel Hermant qui ne compte pas tout à fait parmi les amis de Proust mais avec lequel celui-ci correspond. Lui-même romancier (homosexuel, lui aussi22), peintre des milieux de l’armée, puis de l’aristocratie, il assure la chronique régulière intitulée « La vie littéraire » dans Le Figaro23. Rendant compte en août 1919 (les 3 et 24) d’À l’Ombre des jeunes filles en fleurs, il replace Proust dans sa génération par rapport à celle qui a précédé, ce qui a le mérite de préciser l’horizon d’attente des lecteurs de l’époque : « ils ont compris, écrit-il en parlant de cette nouvelle génération d’écrivains, que la conscience, loin de paralyser ou d’atrophier le sentiment, l’exalte. » Il relève, dans ce nouveau récit proustien, une sorte de dictature de la mémoire qui lui « interdit le choix, les sacrifices nécessaires, tout ordre, sauf l’ordre chronologique, à peine tempéré par les caprices, les revenez-y, les réticences, les plans, les valeurs, l’art en un mot ». Alors, est-ce un blâme ? Non, car il ajoute : « M. Proust est de ces artistes qui font trembler […], il semble tomber dans le panneau que sa mémoire lui tend. Le plaisant est qu’il nous y entraîne. Nous sommes pris, son charme opère et c’est nous qui regretterions qu’il eût choisi ou coupé ». De surcroît, A. Hermant situe le roman proustien au sein du débat sur le réalisme qui continue de dominer la création romanesque parce que, selon lui, « le réel n’a de réalité que dans le sujet sensible qui le reflète, le plus subjectif des livres est le plus objectif et réciproquement » : il en résulte que Proust « en nous contant ses petites histoires, nous conte celles de son temps et peint sa société ». Il conclut, non sans pertinence, qu’en voyageant autour de sa chambre, Proust « court le monde »24. Il reconnaît enfin à l’écrivain le mérite d’avoir analysé avec une rare et neuve perspicacité « les passions de l’amour à l’âge incertain et miroitant de l’adolescence ». C’était donc une belle critique très positive, en dépit de quelques pointes humoristiques sur la capacité enregistreuse de la mémoire proustienne. En revanche, dans La Revue de Paris, le 15 juillet de la même année, R. Vande rem25 se montrait plus caustique, même si ce qu’il nomme lui-même un « éreintement carabiné » se nuance, pour finir, de compliments qui ne sont pas minces : il commence par ironiser sur les proportions éléphantiformes du roman, sur une « minutie qui dépasse en raffinements les pires tortionnaires de la psychologie […] » qui, selon lui, est ici « en pellicules de cinéma où un pas, un geste se décomposent en vingt clichés ». Il raille les phrases si enchevêtrées que « les plus aguerris s’y reprennent à deux fois » pour les comprendre. Mais, dans la seconde partie, il opère un retournement complet, affirme que les deux volumes de M. Proust constituent « l’une des œuvres les plus intéressantes, les plus captivantes, pour ne pas dire les plus importantes qui aient vu le jour ces dernières années ». Et après avoir accusé l’œuvre d’être conduite en dépit de tout bon sens et de toutes règles, il constate qu’à l’arrivée on y trouve « quelqu’un, une âme, une sensibilité personnelle, une intelligence vive et libre et que, parmi ces 900 pages de texte serré, il n’y en a presque pas une seule de médiocre, pas une seule qui ne charme l’esprit, qui n’émeuve qui ne fasse sourire ». Enfin comme d’autres, on l’a vu, il souligne « la galerie » de « silhouettes mondaines et la grâce osée des amours puériles ». Il s’arrête sur cette pirouette paradoxale : « Vous comprendrez comment, en nous donnant tant de mal, M. Proust peut nous donner tant de plaisir ». On le voit, la réception de l’œuvre, même lorsqu’elle suscite de franches irritations, fait apparaître sa force et sa nouveauté, ce qui ne manque pas d’éclairer les raisons de l’attribution du prix. Certes, dans L’Œuvre26, André Billy en propose une analyse violemment négative puisqu’il juge – entre autres – l’ouvrage « intarissable en papillotants bavardages, incoercible en ses digressions, implacable en ses redites ». Le Crapouillot du 1er octobre titre un pastiche signé Louis Léon Martin : « À l’ombre d’un jeune homme en bouton ». Mais presque à la même date, Binet- Valmer27, lui aussi romancier et lui aussi homosexuel, analyse la nouveauté de ce roman dont l’inconscient est presque un personnage et loue le « grand poète douloureux qui transparaît dans ce texte ». On ne saurait dire que Proust se sentit compris, puisque après avoir remercié très mondainement Binet-Valmer des « choses aimables qu’il a écrites », il ajoute : « ce qui m’attriste, c’est que me sentant si près de vous par ma conception de la vie, je puisse vous apparaître comme un être de décadence de raffinement, comme un Byzantin d’avant-guerre28 », ce qui était un résumé fort tendancieux de l’article paru dans Comœdia. Proust semble donc rarement satisfait de la perception que l’on a de son œuvre, mais il veille jalousement sur ses destinées. Au moment où l’on se rapproche du vote, il correspond avec Rosny aîné29, mais reconnaît lui-même qu’il n’a fait état de cet échange avec personne, ce qui lui permet de proposer d’écrire à Geffroy, le nouveau président du jury, pour lui demander de rester inébranlable dans sa résolution de voter pour lui30, sans lui révéler qui lui a transmis cette information31. L’écrivain a donc fait discrètement campagne ; il s’intéresse vivement aux votes ; lorsqu’il se plaint à Rosny aîné qui détient ces informations de « ne connaître aucun nom des candidats au prix ni non plus ceux des académiciens hostiles ou prêts à flancher, ni même la date du scrutin », ajoutant : « tout cela si je le savais […] m’éclairerait évidemment », n’est-ce pas une manière de les solliciter ? Quand il écrit32 avoir refusé la recommandation proposée par P. Morand (par l’entremise de son père) et celle de madame la duchesse de Clermont-Tonnerre qui lui proposait de circonvenir Geffroy, parce qu’il préfère, dit-il, que les membres du jury jugent par eux-mêmes, faut-il le croire ? Lui-même, en 1920, exprimera sa gratitude à R. de Flers en ces termes : « Je ne sais pas si je t’ai jamais remercié de m’avoir recommandé pour le prix Goncourt. Le comique a été que nous avions, toi et moi, choisi d’un commun accord pour me recommander à eux les académiciens qui étaient résolus (mais nous n’en savions rien) à voter contre moi tandis que ceux à qui je ne me faisais pas recommander brûlèrent pour moi du plus beau feu33. » Même si la stratégie était maladroite (on sait qu’il y eut des dîners au Ritz, organisés pour infléchir les votes de Descaves ou d’Hennique), elle est ici avouée. Faut-il dès lors accepter l’insolent sommaire de Robert de Montesquiou qui tenait rigueur à Proust de son pastiche de Saint-Simon dont il était le héros malgré lui : « un coup monté sur une pièce montée ? »34

  • 35 Nous renvoyons sur ce point à l’article déjà cité de Th. Laget.
  • 36 Léon Hennique, lettre à M. Proust, Correspondance, p. 531 : « J’ai parlé et voté contre vous pour (...)

6Pour répondre de manière sereine à cette question, venons-en donc à la séance de vote. Il est acquis à Proust par six voix (celles de L. Daudet, des deux frères Rosny, de Geffroy, d’Elémir Bourges et de Céard). Après la dispersion coutumière de voix de « courtoisie » au premier tour, entre quelques-uns des trente candidats dont je vous épargnerai la mention, quatre voix se portèrent sur le roman de Roland Dorgelès, Les Croix de bois : celles de Lucien Descaves, de Léon Hennique, de Jean Ajalbert et de Bergerat. Il n’est pas toujours aisé de discerner les raisons des votes de chacun, il reste énigmatique dans le cas de Bergerat qui, d’après les informations recueillies par Th. Laget, malade et presque aveugle35, ne se déplace plus, mais vote par correspondance comme Lucien Descaves qui ne siège plus depuis 1900. Mais les raisons de ce dernier ne font guère de doute. Cet écrivain naturaliste, proche de Mirbeau, romancier de la commune et de l’armée des « sans-grades que peint son ouvrage intitulé Sous-off », ne pouvait que préférer le reportage dramatique et à peine romancé de la guerre que constituait Les Croix de bois, dont les chapitres concentrés, les phrases brèves, les images rares mais fortes imposaient peu à peu une vision sobre et saisissante de la guerre de 14. Son auteur, un jeune journaliste, engagé volontaire à 28 ans, n’en a encore que 33, ce qui est conforme aux termes du testament d’Edmond de Goncourt, auxquels se réfère Léon Hennique pour justifier son choix dans sa lette à M. Proust36. Il invoque sa responsabilité d’exécuteur testamentaire d’Edmond de Goncourt dont il cite partiellement les termes et dont nous croyons souhaitable de rappeler maintenant le testament :

  • 37 Testament d’Edmond de Goncourt, obtenu par l’aimable obligeance de Jean-Louis Cabanès que je remer (...)

Moi, Edmond Huot de Goncourt, sain d’esprit, réfléchissant à l’ébranlement de ma santé depuis la mort de mon frère, songeant à la servitude de la mort, à l’incertitude de son heure, et de peur d’être prévenu par elle ainsi que l’a dit mon maître le duc de Saint-Simon, j’écris et je signe de ma main ce présent testament37.

  • 38 L’Action française, 12 décembre 1919.
  • 39 Le Prix Goncourt, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? ».

7Après cette déclaration traditionnelle et même archaïque, il confie à Alphonse Daudet le soin de constituer une fondation dont l’objet sera de décerner un prix annuel de 5'000 livres de rente, destiné à « rémunérer une œuvre d’imagination » (l’expression est soulignée) et il précise : « Le prix sera donné au meilleur roman, au meilleur recueil de nouvelles, au meilleur volume d’impressions, au meilleur volume d’imaginations en prose, publié dans l’année. Mon vœu suprême (vœu que je prie les jeunes académiciens futurs d’avoir présent à la mémoire), c’est que ce prix soit donné à la jeunesse à l’originalité du talent, aux tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme. Le roman, dans des conditions d’égalité, aura toujours la préférence ». Cette réquisition d’E. de Goncourt en faveur de la jeunesse est invoquée par Léon Hennique pour justifier son vote en faveur de Dorgelès. Il explicite ses raisons à l’adresse de Proust qui, rappelons-le, est alors âgé de 48 ans : « E. de Goncourt destinait son prix non à un écrivain mûr, en complète possession de sa technique et de sa pensée, mais à la jeunesse afin de l’encourager, de l’aider si elle était pauvre ». On notera que ce dernier point n’apparaissait pas clairement dans le testament, et Proust rétorque peu après qu’il a lu d’autres motifs sous la plume de Léon Hennique. En effet, celui-ci avait fait l’éloge de Roland Dorgelès dans L’Éclair, ce qui ne saurait surprendre de la part d’un écrivain lui-même naturaliste. Il ne pouvait qu’apprécier le réalisme vigoureux des Croix de bois où était peinte la tragédie quotidienne des « poilus » issus du peuple, alors que le roman proustien pouvait apparaître comme la description et la chronique de milieux sociaux privilégiés d’avant-guerre. Ainsi s’explique aussi le tollé des journaux de gauche : Le Populaire et L’Humanité qui titre au lendemain du prix : « Place aux vieux ! », mais qui, en fait, s’élève contre un prix décerné à un écrivain classé tout de même à droite, même s’il fut incontestablement dreyfusard. Proust n’a-t-il pas écrit dans Le Figaro et dans le très mondain Gaulois ? Cela suffisait à l’étiqueter et à disqualifier – dans les journaux de gauche – la sélection faite par les jurés dont il serait bon pour finir d’examiner les motifs. On peut les éclairer en ce qui concerne Geffroy le président, romancier mais surtout critique d’art, ami de Rodin ; il a clamé son admiration pour les impressionnistes et en particulier Claude Monet auquel le peintre Elstir, le personnage de Proust, doit beaucoup, et qui inspire les merveilleuses marines, ou les soleils couchants dont les descriptions ponctuent À l’Ombre des jeunes filles en fleurs et rivalisent avec la peinture. Céard est certes un romancier naturaliste, mais ses derniers romans trahissent un goût pour la modernité, font entendre en particulier des résonances wagnériennes tout comme les romans idéalistes et symbolistes d’Elémir Bourges dont la croisade pour l’art et la culture, l’exaltation d’une dimension mystique de la beauté ne pouvaient que trouver des affinités dans le roman proustien. Rosny aîné, dès novembre 1919, écrivait à Proust son admiration pour la dimension novatrice de son roman. On comprend qu’il ait à juste titre cru exaucer les demandes d’E. de Goncourt en votant pour une œuvre d’imagination qui fait preuve d’innovation et même de hardiesse par la subtilité de la psychologie déployée, par exemple dans la relation du héros à Gilberte et la fin de son amour, ou encore dans celle des jeunes filles entre elles. En outre, un nouveau réalisme était mis en œuvre, fondé sur une sorte de vision stéréoscopique ou, comme le dit le héros-narrateur, sur le kaléidoscope social. Le jeune Rosny hésitait toujours, paraît-il, à voter comme son frère aîné. Il le fit pourtant, sans doute pour ces motifs mêmes. Je voudrais clore en m’arrêtant sur les raisons qu’invoque Léon Daudet au lendemain du prix car elles sont les plus explicites et les plus fortes ; elles résument vigoureusement les grandes lignes des critiques les plus positives et rejoignent pour l’essentiel celles mêmes que nous pourrions alléguer aujourd’hui pour légitimer ce prix Goncourt du XXe siècle. Sous le titre « Un nouveau et puissant romancier », Léon Daudet38 loue la sagacité de ce romancier qui a « voulu reproduire le travail entier de la vie intérieure, la succession des heures et des jours ». Il voit en Proust « un découvreur d’îles nouvelles et de domaines inconnus », et résume sa pensée en deux formules brillantes, qui font de Proust « un Saint-Simon de la vie intérieure, qui, en ayant l’air de se raconter, raconte les autres ». Et parmi bien d’autres notations particulièrement fines et justes, il le rapproche des grands moralistes classiques et caractérise ce début de La Recherche comme une « fresque composée de miniatures ». Pourrions-nous mieux dire ? Certes, son article ne fit pas taire la rumeur qui faisait du prix Goncourt la récompense d’un romancier mondain qui serait aller puiser ses voix, comme il se devait pour tous les prix toujours – disait-on alors – dans « le thé et le bénitier »39. Les tenants de R. Dorgelès, qui avaient du reste aussi mené une vigoureuse campagne, avaient beau jeu d’exploiter sa guerre courageuse dans cette année 1920 toute vouée aux commémorations et à la gloire des « poilus ».

  • 40 Cité par T. Laget.

8Il n’en reste pas moins, dirai-je pour conclure, que s’il y a eu « coup monté » – et certes Proust et ses amis firent campagne comme du reste ses adversaires –, ce fut pour exalter l’œuvre d’imagination hardie et forte d’un écrivain qui, sans être un jeune débutant, garde le prestige de la jeunesse. Barrès ne dit-il pas en l’accompagnant à sa tombe, non sans quelque ironie, bien sûr : « nous avons perdu notre jeune homme » ? Le prix allait donc à une œuvre conforme aux vœux d’Edmond de Goncourt. Quant au rapport à la guerre, on se remémorera le mot sarcastique de Proust sur madame Blumenthal40 à laquelle il s’est heurté lorsqu’en 1922, il a voulu faire attribuer le prix de ce nom à Jean Paulhan : « elle a eu un juste instinct des réalités, quand, la première année, elle a exigé, pour avoir le Prix, qu’on ait fait la guerre ». C’était en effet des raisons politiques ou idéologiques sans rapport avec l’art et la littérature qui inspiraient, après l’attribution du prix, les sarcasmes et les quolibets dont la postérité a fait justice en consacrant l’œuvre monumentale de Proust, de sorte que ce prix Goncourt qui lui fut donné avant que parût l’ensemble de l’œuvre avec son finale orchestral, Le Temps retrouvé, apparaît aujourd’hui comme le Goncourt du siècle.

Notes

1 Correspondance Proust-J. Rivière, Correspondance, 3 novembre 1919, T XVIII,, p. 455.

2 N.R.F. 1er juin 1919, p 71 à 120 : « Quelques paysages marins » et « Ma déception à Balbec ».

3 Jean Giraudoux, Feuilles d’art, juin, 1919, p. 1-4.

4 Le Crapouillot, 1er octobre 1919.

5 Jean-Yves Tadié, Lectures de Proust, et Marcel Proust, Gallimard, 1996, p. 806-807

6 Bulletin d’informations d’études proustiennes no 14, 1983, p. 63-71.

7 Giraudoux, Feuillets d’art, 1er juin 1919 : « Ne sentez-vous pas qu’il nous délivre des petites phrases, qu’à chacune il attache […] une queue de papier. […]. Il nous délivre parfois d’un geste que nous avons fait il y a vingt ans […], il plonge les hommes sans mémoire dans la mémoire même. »

8 Giraudoux, article cité, p. 2.

9 Proust se montre avant tout soucieux d’obtenir des articles élogieux dans les revues ou la presse, mais il semble bien qu’il considère ensuite l’obtention du prix Goncourt comme un détour utile pour être lu et reconnu. C’est ce qui ressort de ses nombreuses lettres pendant les six mois qui ont séparé la publication de la seconde partie de son œuvre de la remise du prix. Nous renvoyons à sa lettre à J. de Lacretelle (peu avant le 7 novembre 1918) où il évoque le refus du Figaro de prendre en feuilleton l’ouvrage qu’il avait annoncé en première page dans les termes les plus flatteurs. Correspondance, t. XVII, p. 439.

10 Th. Laget, article cité.

11 « Si j’avais pu prévoir de pareilles lenteurs, j’eusse donné mon premier volume (À l’Ombre des jeunes filles en fleurs) en feuilleton. Le Figaro, par suite d’un oubli de Bernstein, n’avait pas pu le publier au moment où je le voulais, bien qu’il l’eût autrefois annoncé et même commandé », Proust, Lettre à G. Gallimard, Correspondance, 7 novembre 1918, t. XVII, p. 443.

12 Lettre à Robert de Flers, Correspondance, 16 juin 1919, t. XVIII, p. 265.

13 Lettre à R. Dreyfus, no 143, Correspondance, 13 août 1918, t. XVII, p. 345. Proust y fait état du fait que R. Dreyfus écrit des notes diplomatiques dans ce quotidien. La chronique de R. Dreyfus paraît le 7 juillet 1919. Lettre citée par G. D. Painter, Marcel Proust, 1976, p. 254-255.

14 Lettre à R. Dreyfus du 7 juillet 1919, Correspondance, t. XVIII.

15 Nous renvoyons aussi à sa lettre à J. E. Blanche, 24 juillet 1919 où il exprime sa reconnaissance pour l’admiration dont celui-ci a fait état à propos d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs.

16 Lettre à Louis de Robert, premiers jours de septembre 1919. Il y revient sur le prix Goncourt de 1913 auquel il ne s’est pas présenté, mais rappelle qu’il a obtenu une voix (Correspondance, t. XVIII, p. 390), mais il lui écrivait déjà en 1913 : « Vous êtes trop gentil de prendre la peine de m’expliquer que vous n’êtes pas lié aux membres de l’Académie Goncourt. Je vous avais demandé cela à tout hasard, croyant que vous les connaissiez intimement. » (Correspondance, lettres 164 et 169, t. XII, p. 170-173).

17 Voir G. D. Painter, Marcel Proust, 1976, p. 254 -255. G. D. Painter souligne que Proust a alors été recommandé par Louis de Robert à 2 membres de l’Académie Goncourt : Paul Margueritte et Rosny aîné que Proust a rencontré à Cabourg en 1910 et avec lequel il entretient depuis quelques relations.

18 Ibid.

19 Le Figaro, 27 novembre 1913.

20 Correspondance, t. XVIII, lettre 129, 21 juin 1919. Il lui a envoyé son livre avec un « hommage de profonde admiration et affection » (lettre 131, peu après le 21 juin 1919).

21 Nous renvoyons à la belle préface pour À l’Ombre des jeunes filles en fleurs de P. L. Rey qui, sur ce point, semble vouloir écarter toute apparence de coterie dans l’attribution du prix, mais il est difficile de louer l’indépendance de jugement de Léon Daudet qui a eu en effet des différends politiques avec Proust dans le cadre de l’affaire Dreyfus, mais celui-ci n’en demeure pas moins un ami de toujours de la famille.

22 Si nous en croyons C. Arnaud, Jean Cocteau, Gallimard, « biographies », 2003.

23 A. Hermant, « La vie littéraire », Le Figaro du 3 et du 23 août 1919.

24 A. Hermant, « La vie littéraire », Le Figaro, 23 août 1919 : « Il fait semblant de garder la chambre et sa curiosité court le monde ».

25 René Vanderem, Revue de Paris, 15 juillet 1919.

26 André Billy, L’Œuvre, 26 août 1919.

27 Comœdia, 5 oct. 1919.

28 Lettre de M. Proust à Binet-Valmer, 7 octobre 1919, Correspondance, t. XVIII.

29 Lettre de M. Proust à Rosny aîné, premiers jours de novembre 1919 : « je ne sais pas si j’aurai le prix, je ne sais même pas quand on le décerne, mais je suis bien heureux de toutes façons qu’il existe. »

30 Geffroy a en effet écrit à Rosny aîné pour lui assurer qu’il voterait pour l’ouvrage de Proust, le 27 novembre 1919, Catalogue de l’exposition Roland Dorgelès, no 274, p. 93.

31 Lettre de Proust à Rosny aîné 10 novembre 1919, Correspondance, t. XVIII, p 466-467. Voir aussi la lettre révélatrice de Rosny aîné à M. Proust, 2 décembre 1919 : « Il me semble que vous êtes maintenant à l’abri des surprises. Pour mon compte, je crois être aussi ardent que vous-même à vouloir que cela réussisse ».

32 Correspondance, t. XVIII, p. 455 : « je ne sais pas un seul nom de candidat, ni ceux des académiciens hostiles ou prêts à flancher. Tout cela si je le savais […] m’éclairerait évidemment ».

33 Lettre à R. De Flers, 4 juin 1920, Correspondance, t. XIX, p. 287.

34 R de Montesquiou, Les Pas effacés, notes du vol. II, p. 286 : « […[un coup monté sur une pièce montée, mais avec un circuit si spécieux que je veux m’y appesantir. […] Ce coup monté […] portait sur une réelle valeur ». Et il conclut que Proust est « un arriviste digne de louange ». Voir aussi vol. IV, 1923, Notes, p 273. Montesquiou y parle du « roman mondain de Proust » qu’il oppose à celui de Dorgelès en ajoutant : « l’ombre des jeunes filles en fleurs l’emportait sur l’ombre des héros en sang ».

35 Nous renvoyons sur ce point à l’article déjà cité de Th. Laget.

36 Léon Hennique, lettre à M. Proust, Correspondance, p. 531 : « J’ai parlé et voté contre vous pour une question très simple, la question d’âge, la question de votre âge. Edmond de Goncourt destinait son prix non à un écrivain mûr, en complète possession de sa technique et de ses moyens, mais à la jeunesse afin de l’encourager, de l’aider si elle était pauvre ».

37 Testament d’Edmond de Goncourt, obtenu par l’aimable obligeance de Jean-Louis Cabanès que je remercie.

38 L’Action française, 12 décembre 1919.

39 Le Prix Goncourt, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? ».

40 Cité par T. Laget.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540