Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre VI. Sous-genres et courant littéraires

Au temps de « la plus grande France », le Goncourt aux colonies : Les Civilisés ; Dingley, l’illustre écrivain ; Batouala

Michel Leymarie

Texte intégral

  • 1 Paul Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes, 1re édition, Guillaumin, 1874, (...)
  • 2 Carl Siger [Charles Régismanget], Essai sur la colonisation, Mercure de France, 1907, p. 60 et Mer (...)

1En 1874, dans la première édition de sa monumentale étude, De la colonisation chez les peuples modernes, Paul Leroy-Beaulieu écrivait : « La colonisation est la force expansive d’un peuple, c’est sa puissance de reproduction, c’est sa dilatation à travers les espaces. […] Le peuple qui colonise le plus est le premier peuple ; s’il ne l’est pas aujourd’hui, il le sera demain. » En 1908, la préface de la sixième édition remaniée et augmentée de l’ouvrage tempère cet optimisme : « Ce n’est pas sans quelque perplexité que nous scrutons l’avenir de la colonisation des peuples européens », écrit alors Leroy- Beaulieu, qui ajoute : « Le XIXe siècle aura été l’âge héroïque de la nouvelle colonisation européenne ; il se pourrait que le XXe siècle en fût l’âge critique1. » Charles Régismanget, pour qui la colonisation « est une des manifestations de la Force », parle en 1912 d’« une véritable crise de domination »2.

  • 3 Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, (Alain Rey dir.), Le Robert, vol. 1, 19 (...)
  • 4 C’est dans la revue dont Péguy est le « gérant » que sont publiés Le Congo léopoldien de Pierre Mi (...)

2C’est au tournant des XIXe et XXe siècles qu’apparaissent deux termes dérivés de colonial : colonialisme, d’abord assez neutre, et colonialiste, attesté chez Péguy en 19033. En 1905, Paul Louis, du Mouvement Socialiste, publie Le Colonialisme, qui n’est certes pas la première critique de l’expansion coloniale, mais qui paraît inaugurer une connotation péjorative du terme. Cet ouvrage, qui suit de peu le pamphlet La Gloire du sabre de Paul Vigné d’Octon, est contemporain des reportages ou des études d’Élie Halévy et d’André Chevrillon, contemporains aussi d’enquêtes menées par Pierre Mille ou Félicien Challaye dans les Cahiers de la Quinzaine4.

  • 5 Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, PUF, 1978.
  • 6 Pierre Citti, Contre la décadence. Histoire de l’imagination française dans le roman, PUF, 1987, p (...)
  • 7 Marius et Ary Leblond, Anthologie coloniale. Morceaux choisis d’Ecrivains français, Peyronnet et C (...)
  • 8 Raoul Girardet, LʹIdée coloniale en France de 1871 à 1962, La Table Ronde, 1972 ; Le Livre de Poch (...)
  • 9 Robert Randau, Les Explorateurs, Sansot, 1909, préface, p. 10-11.
  • 10 Roland Lebel, Histoire de la littérature coloniale en France, Librairie Larose, 1931, p. 88 et 213 (...)

3Alors que perdure la vogue des récits de voyages lointains ou des poèmes exotiques a lieu une percée des romans coloniaux. Le parti colonial5, dirigé à la Chambre par Eugène Etienne, surnommé « Notre Dame des colonies », trouve son expression littéraire et idéologique dans l’œuvre d’hommes qui exaltent l’achèvement de l’empire ou célèbrent l’apport de la France à son nouveau domaine. En premier lieu, chez Marius et Ary Leblond, qui créent en 1900 une revue : La Grande France, puis publient une Anthologie coloniale, œuvre de propagation de la « foi coloniste »6 afin de « faire aimer nos colonies »7. En 1909, les Leblond, jusqu’alors candidats malchanceux, obtiennent le prix Goncourt pour leur roman En France. Plusieurs auteurs, souvent membres de l’administration coloniale, s’inscrivent peu ou prou dans cette veine8. En 1909, dans Les Explorateurs, Robert Randau voit dans l’expansion coloniale française non pas « une affaire de trafiquants, mais de civilisation » : « notre expansion chez les peuples attardés fut une sainte et noble chose »9. Pour Roland Lebel, la littérature coloniale – qu’il distingue de la littérature exotique – doit être le « ferment actif de l’idée coloniale » : elle chante non seulement « la gloire de l’Empire, mais elle participe aux tâches impériales »10.

  • 11 Lucien Romier, Explication de notre temps, Grasset, 1925, p. 155-156.
  • 12 Claude Farrère, Les Civilisés, Ollendorf, 1905 ; rééd. Kailash Éditions, postface d’Alain Quella-V (...)

4Dans la période qui court de la création du prix Goncourt au début des années vingt, avant donc le Voyage au Congo de Gide et La Condition humaine de Malraux, avant que Lucien Romier ne note le délitement du « préjugé de civilisation »11, trois Prix Goncourt, retenus ici, traitent de la question coloniale en des termes sensiblement différents : Les Civilisés de Claude Farrère en 1905 ; Dingley, l’illustre écrivain de Jérôme et Jean Tharaud en 1906 ; enfin, en 1921, Batouala de René Maran, sous-titré « véritable roman nègre »12. Trois prix Goncourt, qui, de fait, interrogent le rapport entre colonisation et civilisation, loin des termes qu’employait Jules Ferry lors du débat sur le Tonkin, le 29 juillet 1885, quand il affirmait le droit – et le devoir – qu’auraient les races dites supérieures de « civiliser les races inférieures ».

Trois romans

  • 13 Les Civilisés, op. cit., p. 254, 230, 65 et 58.
  • 14 Voir Martine Astier-Loufti, Littérature et colonialisme. L’expansion coloniale vue dans la littéra (...)
  • 15 Les Civilisés, op. cit., p. 125.

5Les Civilisés se déroule en Indochine au début du XXe siècle et présente l’histoire de quelques coloniaux, des militaires, mais aussi des personnages qui vivent dans le sillage de la colonisation et se considèrent comme des exilés ; leur mot d’ordre est le minimum d’efforts pour le maximum de jouissance. Trois figures se détachent d’une société qui vit beaucoup sur elle-même : d’abord un médecin, cocaïnomane décadent qui drogue ses patientes pour obtenir leurs faveurs et qui est décrit comme « un Civilisé, c’est-à-dire une plante de serre, modifiée, déformée, atrophiée par une culture maniaque » ; ensuite un ingénieur opiomane et homosexuel, – il s’adonne au « vice répugnant de Saigon » – ; enfin, un jeune officier de marine dépravé et sceptique, « irrémédiablement pourri par sa vie antérieure », pour qui les trois couleurs du drapeau sont « bleu de choléra, blanc de famine, rouge de sang frais »13. Ce marin de la Royale entrevoit une issue quand il rencontre une vraie jeune fille, héritière de valeurs jugées surannées à Saigon. De cette « plèbe coloniale » où s’agitent militaires et fonctionnaires animés d’un même individualisme mesquin14 émerge un riche banquier à qui sont affermés les impôts de la colonie ; jadis soldat et marin, cet homme énergique mène une vie qu’il dit « réglée comme du papier à musique : je gagne de l’argent et je couche avec ma femme »15.

  • 16 Jérôme Tharaud à Louis Gillet, Budapest, 23 novembre 1899, archives privées Gillet.
  • 17 Jean Tharaud, « les Reporters de guerre », Éclair, décembre 1905, archives Tharaud, Versailles
  • 18 Dingley, op. cit., p. 141et 123.

6Dingley, l’illustre écrivain des frères Tharaud, qui obtient le prix Goncourt en 1906, n’est pas une œuvre absolument nouvelle et, en cela, elle ne répond pas exactement au vœu formé par les créateurs : une première version en a été publiée en 1902 dans les Cahiers de la Quinzaine. La mémoire de l’incident de Fachoda, exemple typique des rivalités entre impérialismes au tournant du siècle, est encore vive ; quand, en octobre 1899, éclate en Afrique australe la guerre entre la Grande-Bretagne et les deux républiques boers, le Transvaal et l’Orange, Jérôme Tharaud se dit « obsédé par l’impérialisme anglais : c’est une grande, une très grande idée. Et je comprends qu’elle enthousiasme Rudyard Kipling »16. Son frère Jean voit en Kipling « un professeur d'énergie » et « sent dans toute son œuvre les instincts de violence et de lutte que la vie civilisée endort »17. Le personnage principal de Dingley est précisément Kipling, un Kipling à peine masqué, qui exalte avec orgueil sa patrie, celle de « coureurs des mers » qui, par la colonisation, se font « aménageurs de la terre ». Le romancier anglais, chantre de la puissance victorienne, devient selon les termes de sa femme « l’apôtre d’un impérialisme égoïste et dur ». Pour rendre compte de la guerre qui oppose en Afrique australe les Boers, descendants des colons hollandais, aux Anglais, nouveaux conquérants, il décide de suivre un pauvre hère qui vient d’être recruté et qui part combattre en Afrique. Ce voyou londonien va être « régénéré par la guerre ». Dans le roman, Dingley apparaît inhumain, insensible à tout ce qui n’est pas la grandeur de l’Empire ou la pérennité de son œuvre18. Sur cet archétype de l’Anglais porte l’essentiel du pamphlet ; les Tharaud stigmatisent l'impérialisme britannique, ses prétentions, son injustice et sa force.

  • 19 Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Laurent Gervereau (dir.), Images et colonies. Iconographie et (...)
  • 20 Émile Henriot établit un parallèle entre Dingley et Batouala et précise que Samba Diouf a été conç (...)
  • 21 André Demaison, Diato, Roman de lʹhomme noir qui eut trois femmes et en mourut, préface de Jérôme (...)

7Après la Grande Guerre, « les nègres ont la vogue », écrit Paul Souday dans Le Temps. « C’est d’Afrique aujourd’hui que nous vient la lumière ». De fait, de nombreux artistes se tournent vers l’Afrique et popularisent ce qu’on appelle alors « l’art nègre ». Dans les années vingt qui semblent marquer l’apogée du roman colonial français, plusieurs œuvres paraissent coup sur coup et font d’un noir le personnage central de leur récit19 : Batouala de René Maran, qui paraît quelques mois avant la publication de La Randonnée de Samba Diouf des Tharaud20. En 1923, André Demaison publie Diato, Roman de l’homme noir qui eut trois femmes et en mourut, avec une préface des deux frères21.

  • 22 Batouala, op. cit., préface, 23 novembre 1937, p. 11-13.

8Le héros de La Randonnée de Samba Diouf est enrôlé malgré lui dans un régiment de tirailleurs sénégalais pour venir combattre en France ; il se conduit en héros mais perd un bras. Quand, décoré de la Croix de Guerre, il rentre enfin chez lui, il se trouve délaissé par ses parents et sa fiancée et il se voit condamné à vivre de la pension que lui versera le gouvernement français. Victime d’une histoire qui n’est pas la sienne, Samba Diouf est, à sa manière, un déraciné. Tel n’est pas le cas de Batouala, le héros éponyme du roman de René Maran couronné en 1921, où est contée l’histoire d’un chef de village, chasseur vaillant mais vieillissant. Batouala se déroule en Oubangui- Chari, l’une des quatre colonies de l’Afrique Équatoriale Française, une région naguère prospère – elle était riche en caoutchouc et en plantations –, qui a été ruinée par la colonisation et littéralement décimée par la famine. Les malheurs de Batouala ne vont pas venir de la guerre mais d’une femme, la favorite de ses neuf épouses, objet des assiduités d’un jeune et vigoureux chasseur ; ce dernier finit par l’emporter sur le chef du village. Batouala, roman en partie exotique où la nature tient une grande place, est de fait une banale histoire d’adultère ; malgré sa préface et quelques passages du récit, il se donne non pour un ouvrage polémique, mais pour un constat objectif, un « roman d’observation impersonnelle », qui entend montrer de « quelle bassesse quotidienne » est faite la vie coloniale. Il est aussi un appel au secours lancé aux « écrivains de tous les partis » et une invitation « à redresser tout ce que l’administration désigne sous l’euphémisme ‘ d’errements’ » et qui sont autant d’abus, de malversations et d’atrocités22.

Des Goncourt disputés et discutés

  • 23 Registre destiné à recevoir les procès-verbaux de toutes les réunions des Membres de la Société, S (...)
  • 24 Suarès et Chéreau obtiennent deux voix, ibid., p. 37.
  • 25 Ont voté pour Maran : Rosny jeune, Henry Céard, Jean Ajalbert, Descaves, Geffroy, ibid., p. 85.
  • 26 Gustave Geffroy, interrogé par André Lang, « Voyages en zigzags », Annales, 29 janvier 1922. La re (...)

9Le 6 décembre 1905, l’Académie Goncourt décerne son prix à Claude Farrère pour Les Civilisés publié chez Ollendorf. Il devance au troisième tour Marius et Ary Leblond, coauteurs des Sortilèges, et Jules Huret, qui présentait De San Francisco au Canada23. Un an plus tard, le 14 décembre 1906, c’est également au troisième tour que sont couronnés Jérôme et Jean Tharaud pour Dingley, l’illustre écrivain, édité par Édouard Pelletan. Ils obtiennent six voix contre Voici l’homme d’André Suarès et Croquignole de Charles-Louis Philippe24. Le 14 décembre 1921, René Maran est élu au cinquième tour avec Batouala publié chez Albin Michel. Il triomphe de Pierre Mac Orlan et sa Cavalière Elsa, ainsi que de Jacques Chardonne, auteur de L’Épithalame25. L’accent est souvent mis, par exemple dans le Petit Journal ou Le Journal du 15 décembre 1921, sur le fait que c’est un écrivain noir qui reçoit pour la première fois le prix Goncourt. Le président Geffroy, persuadé que « l’incontestable originalité de l’œuvre de René Maran eût vraisemblablement séduit Goncourt », fait état du tollé provoqué par l’attribution du prix à Maran et affirme que les « éditeurs, auteurs et critiques sont seuls responsables de cette bruyante publicité » faite à Batouala26.

  • 27 Léon Daudet juge ainsi que Batouala est « un livre remarquable, d’une langue puissante et hardie » (...)

10Une analyse des votes excéderait les limites de cette étude ; appuyée sur les archives de l’Académie Goncourt, elle montrerait qu’il faut nuancer des appréciations parfois hâtives portées sur la manière dont se constituent les majorités ; si Hennique, Daudet, Bourges paraissent conservateurs face aux modernes Geffroy et Mirbeau, Rosny aîné et Rosny jeune ne votent pas toujours de la même manière. Les votes de Léon Daudet mériteraient à eux seuls une analyse27. Le déplacement d’une voix peut être décisif ; ainsi celle de Mirbeau qui, en 1906, voulait voir couronné Croquignole de Philippe, en faveur duquel il vote avec Justin Rosny lors des deux premiers tours de scrutin. En votant au troisième tour pour Dingley, il assure le succès des Tharaud. Le Président a une voix prépondérante à un moment où les suffrages se partagent de manière égale ; Gustave Geffroy peut ainsi faire pencher la balance en faveur de Batouala.

  • 28 Alain Quella-Villéger, Le Cas Farrère. Du Goncourt à la disgrâce, Presses de la Renaissance, 1989, (...)
  • 29 Le Petit Parisien, 15 décembre 1921.

11Ces divers romanciers n’ont pas encore de nom en littérature lorsqu’ils reçoivent le Prix Goncourt : Claude Farrère, – pseudonyme de Charles Bargone –, est enseigne de vaisseau. Jérôme Tharaud, qui écrit avec son frère Jean, n’est connu que des lecteurs des Cahiers de la Quinzaine. Quant à René Maran, il est fonctionnaire dans l’administration coloniale à Fort Archambault. Deux ont des parrains ou des soutiens, introduits dans le milieu littéraire. Comme le montre Alain Quella-Villéger, biographe de Farrère, Pierre Louÿs est la cheville ouvrière du succès des Civilisés28. René Maran, qui vit à trois journées de caravane du lac Tchad, présente Jacques Boulenger et Henri de Régnier comme les tuteurs parisiens de Batouala. « Depuis l’année 1903, souligne Le Petit Parisien, c’est la première fois qu’un écrivain est candidat au prix Goncourt sans le savoir, et l’obtient sans l’avoir sollicité29. » Quant à Jérôme Tharaud, il est alors secrétaire littéraire de Barrès, – de l’Académie française –, ce qui ne le prédispose pas nécessairement à l’obtention du Goncourt.

  • 30 Charles-Louis Philippe et Eugène Montfort, Gil Blas, 16 décembre 1906.
  • 31 Paul Léautaud, lundi 24 décembre 1906, Journal littéraire, Mercure de France, 1986, t. I, p. 361.

12Ces trois Goncourt sont disputés ; ils sont également discutés, tantôt dans les milieux littéraires, tantôt dans les milieux politiques. La polémique concernant Dingley est purement littéraire : Philippe et Montfort donnent un article au vitriol au journal Gil Blas, dès le surlendemain du vote qui couronne les Tharaud : les auteurs malheureux, laissant entendre que le premier prix Goncourt en 1903 avait déjà été attribué par brigue, crient au scandale et prétendent que la faveur et l’intrigue n’ont pas été étrangères à la décision des jurés30. La décision de donner le prix à Dingley aurait été prise selon eux une quinzaine de jours avant la délibération finale ; de la sorte, l’éditeur Pelletan a fait photographier un portrait d’Edmond de Goncourt « destiné à figurer sur le volume devant obtenir le prix ». Dès le matin suivant la proclamation du prix, le volume a effectivement fait son apparition chez les libraires, orné du fameux portrait et de la mention : Prix Goncourt 1906. Paul Léautaud consigne la rumeur dans son journal : impossible, en effet, de faire ce dessin et tirer cette affiche en une demi nuit, note-t-il. « Donc Pelletan était très bien au courant31. » Suit dans Gil Blas une furieuse polémique ; les gens de lettres prennent position dans une chronique intitulée « Les petits dessous de la vie littéraire : l’Académie Goncourt ».

  • 32 Rachilde, Mercure de France, 15 novembre 1905 ; Louis Vauxcelles, Gil Blas, 29 novembre 1905 ; Mau (...)

13Les réactions les plus vives suscitées par Les Civilisés, viennent surtout d’Indochine. Rachilde voit dans ce roman une étude de mœurs « très fouillées, très poussées, osées même », Louis Vauxcelles vante « un des livres les plus magnifiquement hardis que la littérature contemporaine ait produits », Maurice Kahn parle de « pourriture somptueuse » et d’une « atmosphère de corruption aimable ». Pour le Courrier saïgonnais, il s’agit là d’un abominable roman, et le nietzschéisme des personnages « ne monte pas plus haut que la ceinture ». Un certain Ernest Rabut publie même une brochure intitulée Un livre de diffamation : « Les Civilisés », qui assimile Saigon à une « nouvelle Sodome »32.

  • 33 Voir Marc Michel, « L’affaire Batouala : René Maran, écrivain anticolonialiste ou écrivain de l’am (...)
  • 34 Comparant les œuvres des Tharaud et de Maran, Émile Henriot juge que La Randonnée de Samba Diouf e (...)

14C’est contre Batouala que la levée de boucliers est la plus visible. Quand les critiques littéraires de La NRF, de la Revue des Deux Mondes ou de La Grande Revue demeurent perplexes, les coloniaux d’Afrique protestent et se mobilisent, même si Charles Régismanget, dans La Dépêche coloniale, juge d’abord que Maran « a su voir, écouter et comprendre »33. La plume du Temps n’est pas toujours des plus bienveillantes : Paul Souday trouve ainsi que les Tharaud, « modérés et juste milieu », s’écartent de l’auteur de Batouala, « cet apologiste dangereux qui, sous couleur de défendre ses frères et clients contre la prétendue barbarie française, les a peints avec une truculence un peu repoussante et n’est parvenu, si on ose s’exprimer ainsi, qu’à les noircir »34. Nombre de périodiques, conservés aux Archives de l’Académie Goncourt à Nancy, sont parfois encore moins subtils : ainsi, Les Potins de Paris titrent « Haro sur le négro » le 6 janvier 1922 ; Scénario parle en février 1922 de « propagande pro-nègre chez les Goncourt ». Le Radical affirme d’emblée, le 9 janvier 1922, que « de plus en plus, le prix Goncourt s’affirme comme un coup de tam-tam. Ce qui est pleinement justifié quand il s’agit d’un roman de mœurs nègres… ». La Libre Parole du 20 décembre 1921, parodiant Boileau, associe dans le même opprobre Néne de Pérochon et Batouala : « Après Nène/ quelle peine !/Mais à ce Batouala,/Crions holà ! holà ! holà ! ».

  • 35 Marc Michel, op. cit., p. 91. Jean-Yves Le Naour, La Honte noire. L’Allemagne et les troupes colon (...)
  • 36 Henri Simoni, L’Œuvre, 19 février 1922. Docteur Vève, Le Poilu, février 1922.

15En outre, alors que les troupes françaises d’occupation sur le Rhin comportent des divisions de soldats noirs, la hiérarchie militaire et quelques nationalistes craignent que Batouala n’apportent de nouveaux éléments à la campagne internationale de dénigrement menée contre la « force noire » et constitue un coup de poignard dans le dos du colonialisme français. L’Écho du Rhin redoute que Batouala alimente le débat que les Allemands qualifient de « honte noire »35. Pour L’Œuvre, le roman est une mauvaise action qui risque d’alimenter une campagne de calomnies venues d’outre-Rhin. Le mensuel Le Poilu, qui suppose que Geffroy « doit adorer le jazz-band et la langue nègre », affirme que les sentiments de Batouala pour les Français sont si généreux « que les Boches ont adopté ce roman comme propagande antifrançaise et qu’ils en répandent la vente dans tout le Reich »36.

  • 37 M. de Lastours, 14 février 1922 et René Boisneuf, 23 février 1922.

16L’affaire va plus loin : deux parlementaires posent une question écrite au ministre des Colonies en lui demandant quelles mesures il envisage contre le fonctionnaire de son administration qui « attaque notre politique coloniale, les mœurs de nos officiers et des femmes blanches »37. Mais il apparaît finalement que René Maran ne peut être passible de sanctions disciplinaires car il n’a nommé personne avec précision et n’a fait allusion qu’à des brutalités anonymes.

La présence de l’histoire. La violence coloniale

17L’histoire est très présente dans chacun de ces trois romans, l’histoire coloniale, bien sûr, mais aussi l’histoire diplomatique et militaire. Parfois sur le mode de la fiction mais toujours sur un fond de réalité, les trois œuvres se font l’écho des tensions internationales, de conflits régionaux et même de la Grande Guerre.

  • 38 Dingley, op. cit., p. 43 et 116.
  • 39 Ibid., p. 113.

18Dingley, on l’a vu, a pour trame la guerre des Boers. Les soldats anglais tirent des obus à la lyddite sur les campements des fermiers qui tentent de leur échapper. Lord Kitchener détruit les fermes et regroupe femmes et enfants dans des camps de concentration où sévit le typhus38. Dingley, qui pense que « l’Angleterre doit tenir le premier rang dans le monde »39, se rend sur un bateau symboliquement appelé Le Vautour.

  • 40 Les Civilisés, op. cit., p. 66 et 213.

19Les Civilisés est publié un an après la conclusion de l’Entente cordiale avec l’Angleterre en avril 1904, l’année même où la flotte russe est anéantie à Tsushima par la marine japonaise ; l’œuvre porte aussi, partiellement, la marque de l’histoire ; en arrière-plan de l’intrigue romanesque sont évoquées les causes de conflits entre puissances également intéressés par la conquête coloniale. La situation politique et maritime paraît grave, la tension diplomatique exacerbée, la guerre vraisemblable puis fatale ; les escadres anglaise, française, américaine, russe rivalisent et se rassemblent au large de Hong Kong40. Enfin – et là nous sommes totalement dans la fiction –, l’escadre anglaise, beaucoup plus puissante que la française, bloque Saigon. Pour tenter de briser le blocus et ne plus mener une vie misérable, Fierce, l’officier de la Royale, meurt en précipitant la canonnière qu’il commande contre un cuirassé britannique.

  • 41 Batouala, op. cit., p. 89-91.

20Batouala évoque la mobilisation des tirailleurs sénégalais au moment de la Grande Guerre ainsi que la longue durée du conflit : « il y aura bientôt trois saisons de pluie que franjès et zalémans palabrent pacifiquement à coups de fusil », dit le héros ; celui-ci note cependant que les hommes du village ne veulent pas se rebeller contre les Français à la faveur de la guerre car ils préfèrent leurs colonisateurs « comme on garde ses poux »41.

  • 42 Les Civilisés, op. cit., p. 245.
  • 43 Ibid., p. 97 et 93.

21La violence est aussi celle de la domination coloniale ordinaire qui s’exerce sur les hommes comme sur les femmes. Dans Les Civilisés, une « révolte indigène » est matée dans le sang : hommes, femmes et enfants sont également considérés comme des pirates et massacrés. Loin de sa pure fiancée blanche, le « héros » viole une villageoise annamite. « On tuait et on mourait sans gloire, avec lassitude et ennui », écrit le narrateur42. Farrère expose aussi certains mécanismes de l’exploitation des indigènes et de la collecte de l’impôt. Maran montre comment le fardeau de l’homme blanc est en fait supporté par les colonisés à la merci d’une administration qui ne brille guère par ses qualités ; les noirs, encadrés par des miliciens, contraints de porter de lourds colis sur de longues distances, sont requis pour ouvrir des routes, construire des ponts. En outre, certains de ces malheureux seraient obligés de vendre leurs femmes pour payer leur impôt. « Les ‘boundjous’ [Français] ne valent rien. Ils ne nous aiment pas. Ils ne sont venus chez nous que pour nous faire crever », affirme le chef noir, qui leur reproche leur cruauté, leur duplicité, leur rapacité. Leur indifférence est manifeste : quand le chef du village est blessé mortellement au cours d’une chasse, le commandant de poste lui refuse le secours d’un médecin qui aurait pu le sauver. « Notre soumission, résume Batouala, ne nous a pas mérité leur bienveillance43. »

  • 44 Ibid., p. 163.
  • 45 Batouala, op. cit., p. 87.

22Le racisme paraît constant chez ces colonisateurs convaincus de leur supériorité. Ils ne font pas d’effort pour apprendre la langue du pays qu’ils administrent et veulent supprimer coutumes et traditions. Ils n’ont avec les indigènes d’autres rapports que de domination militaire, économique ou sexuelle. En Indochine, la congaï de quatorze ans, « fillette annamite moitié servante, moitié épouse, complète indispensablement le mobilier d’un Européen d’Indo-Chine »44. Pour les Boers comme pour les Anglais de Dingley, les Cafres ne comptent pas et sont pendus sans état d’âme. « Le dernier des blancs sera toujours supérieur au premier des nègres », affirme Batouala45, précédant André Gide qui écrit en 1927 : « Moins le Blanc est intelligent, plus le Noir lui paraît bête ».

  • 46 Les Civilisés, op. cit., p. 32-33 et 195.
  • 47 Ibid., p. 96-97, 100-111, 197-198.

23Les coloniaux sont décrits sous les traits de médiocres. Aucun ne croît en la mission civilisatrice de la métropole. Le soldat que suit Dingley en Afrique est une canaille. Dans Les Civilisés, le gouverneur général de l’Indochine, « ancien parlementaire très radical [qui] excellait aux représentations pompeuses », est présenté comme « un citoyen quelconque dans la métropole, mais ici proconsul de la République et vice-roi »46. Quand il constate l’état moral des citoyens français en Indochine, le gouverneur n’incrimine pas les colonies – Chinois, Japonais et Annamites « ont des vertus que l’Europe ne connaît pas, et des civilisations plus avancées que nos civilisations occidentales » – mais les coloniaux : « aux yeux unanimes de la nation française, les colonies ont la réputation d’être la dernière ressource et le suprême asile des déclassés de toutes les classes et des repris de toutes les justices », la métropole « n’exporte que le rebut de son contingent » ; « ceux qui défrichent en Indochine n’ont pas su labourer en France ; ceux qui commandent aux mandarins lettrés sont fruits secs de collège ; et ceux qui jugent et qui condamnent ont été quelquefois jugés et condamnés ». La plupart des coloniaux, « pourris et ignares », forment, selon le gouverneur, « un fumier humain » ou une « aristocratie des flibustiers ». La même métaphore est filée plus avant : « les colonies françaises sont proprement un champ d’épandage pour tout ce que la métropole crache et expulse d’excréments et de pourritures47. »

  • 48 Ibid., p. 29.
  • 49 Ibid., p. 101 et 198.
  • 50 Batouala, op. cit., p. 99. Ce roman alimente certains stéréotypes tels que celui de la fainéantise (...)

24Les femmes n’échappent pas à la stigmatisation du romancier. À Saigon, ville de débauche, toutes les « femmes jaunes, bleues, noires, vertes et même blanches, […] toutes sont à vendre »48 et les hommes fréquentent assidûment leur cercle et les maisons closes. Dans l’humidité indochinoise, « tout fond au soleil et se dissout, – les énergies, les croyances et le sens du bien et du mal », « les tares coloniales n’ont pas peur du soleil »49. En Oubangui-Chari, les femmes blanches sont réputées « aussi faciles que les femmes noires, mais plus hypocrites et plus vénales »50.

  • 51 Ibid., p. 44 et 100.

25Quand ils ne se droguent pas, beaucoup de ces coloniaux boivent. « Nous boirons comme des trous », dit lors d’une fête un des protagonistes de Batouala. « C’est-à-dire comme des blancs », ajoute un autre. Un vieux sage confirme : « le lit excepté, le pernod est la seule importante invention des ‘boundjous’51. »

  • 52 Léon Bloy, Gil Blas, 20 décembre 1906. Léon Daudet, L’Action française, 16 décembre 1921.

26Que retenir de ces trois romans et des commentaires que suscite leur publication ? En premier lieu, l’estimation qui, avant d’être reprise à l’envi, est faite par Marius et Ary Leblond dans Gil Blas le 2 janvier 1907 : lors du débat provoqué par Dingley, ils évoquent « la clientèle des 15’000 acheteurs environ qui aujourd’hui vont d’un bloc au Prix Goncourt ». Ensuite, deux appréciations portées respectivement par Léon Bloy et Léon Daudet. Bloy juge en 1906 dans Gil Blas, qu’« une Académie Goncourt, c’est une verrue sur le nez de l’Académie française ». Daudet estime quant à lui, dans L’Action française en 1921, que le prix Goncourt est « le seul prix littéraire qui compte vraiment aujourd’hui »52.

  • 53 Estienne, Gil Blas, 15 décembre 1906.
  • 54 Anatole France, Trente ans de vie sociale, commentés par Claude Aveline, Émile-Paul frères, t. II, (...)

27Parmi les trois romans retenus, celui des Tharaud constitue un cas particulier par sa facture et sa nature. D’abord, comme le souligne l’initiateur de la polémique qui suit l’attribution du prix, en couronnant l’œuvre – classique – des deux frères, « l’Académie Goncourt a fait ce qu’aurait fait tout simplement l’Académie française53. » Ensuite, parce que dès Dingley, les Tharaud aspirent à un impérialisme français qui pourrait rivaliser avec l’impérialisme anglais. Comme l’écrivait Anatole France dans sa préface refusée par les jeunes auteurs : « Ce qu’il y a de tout à fait curieux, dans la manière des frères Tharaud, c’est que, lorsqu’ils font du Kipling, c’est du Kipling retourné. Ils sont Kipling contre Kipling54. » Leur œuvre ultérieure le prouve : en 1912, dans La Fête arabe, ils assignent à la colonisation l’objectif de « civiliser sans trop détruire ». Grand Prix de l’Académie française en 1919, ils deviennent alors les chantres de la colonisation au Maroc.

  • 55 Il n’en reste que « des veuves et des orphelines, pompeusement étiquetées : familles de héros, – e (...)
  • 56 Les Civilisés, op. cit., p. 303.

28Ces romans sont aussi éloignés de l’idylle exotique à la Pierre Loti que de l’idéal que propose Hubert Lyautey au Maroc. Présentant en quelque sorte l’envers du décor, ils ne s’inscrivent nullement dans une veine de justification ou de glorification d’une entreprise jugée inutile55 et vont, non sans courage, à contre-courant d’une opinion désormais majoritairement colonialiste. Dans ces trois Goncourt est dénoncé le postulat même de la colonisation selon lequel la civilisation est celle des Occidentaux. Les romans mettent au contraire en évidence la violence et la barbarie qui en forment le cortège. Le soldat brutal que suit Dingley s’appelle Barr et le héros s’amuse à répéter ce monosyllabe qui lui plaît par sa sonorité brève et dure : Barr ! Barr ! « La civilisation ! quelle faillite ! », lit-on chez Claude Farrère56. Et la préface de Batouala est encore plus explicite : « Civilisation, civilisation, orgueil des Européens, […] tu bâtis ton royaume sur des cadavres. […] Tu es la force qui prime le droit. Tu n’es pas un flambeau, mais un incendie. »

  • 57 Anatole France, Œuvres, édition établie par Marie-Claire Bancquart, Gallimard, « Bibliothèque de l (...)

29Sur les rapports entre colonisation et civilisation, le dernier mot revient ici à Anatole France, de l’Académie française, qui, pourtant, est proche à certains égards de nos trois Goncourt. En 1904, il fait dire à l’un des personnages de Sur la pierre blanche : « La politique coloniale est la forme la plus récente de la barbarie ou, si vous aimez mieux, le terme de la civilisation57. »

Notes

1 Paul Leroy-Beaulieu, De la colonisation chez les peuples modernes, 1re édition, Guillaumin, 1874, p. 605 ; préface de la 6e édition, Félix Alcan, 1908, p. 4.

2 Carl Siger [Charles Régismanget], Essai sur la colonisation, Mercure de France, 1907, p. 60 et Mercure de France, 16 octobre 1912.

3 Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, (Alain Rey dir.), Le Robert, vol. 1, 1992.

4 C’est dans la revue dont Péguy est le « gérant » que sont publiés Le Congo léopoldien de Pierre Mille en novembre 1903, Le Congo français de Félicien Challaye en février 1906, et de Mille et Challaye Les Deux Congo devant la Belgique et la France en avril de la même année.

5 Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, PUF, 1978.

6 Pierre Citti, Contre la décadence. Histoire de l’imagination française dans le roman, PUF, 1987, p. 261.

7 Marius et Ary Leblond, Anthologie coloniale. Morceaux choisis d’Ecrivains français, Peyronnet et Cie, coll. « Pour faire aimer nos colonies », 1929.

8 Raoul Girardet, LʹIdée coloniale en France de 1871 à 1962, La Table Ronde, 1972 ; Le Livre de Poche, coll. Pluriel, 1979.

9 Robert Randau, Les Explorateurs, Sansot, 1909, préface, p. 10-11.

10 Roland Lebel, Histoire de la littérature coloniale en France, Librairie Larose, 1931, p. 88 et 213. Voir aussi, du même Lebel, Études de littérature coloniale, J. Peyronnet et Cie, 1928.

11 Lucien Romier, Explication de notre temps, Grasset, 1925, p. 155-156.

12 Claude Farrère, Les Civilisés, Ollendorf, 1905 ; rééd. Kailash Éditions, postface d’Alain Quella-Villéger, 1997. Jérôme et Jean Tharaud, Dingley, lʹillustre écrivain, Édouard Pelletan, 1906 ; Émile Paul, 1911. René Maran, Batouala, roman. Véritable roman nègre, Albin Michel, 1921 ; rééd. 1938 avec une préface du 23 novembre 1937. Le roman des Leblond couronné en 1909, En France, fait l’objet d’une étude spécifique de Norbert Dodille in Prix Goncourt, 1903-2003, Bern, Peter Lang, 2004.

13 Les Civilisés, op. cit., p. 254, 230, 65 et 58.

14 Voir Martine Astier-Loufti, Littérature et colonialisme. L’expansion coloniale vue dans la littérature romanesque française 1871-1914, Paris, La Haye, Mouton, 1971, p. 27.

15 Les Civilisés, op. cit., p. 125.

16 Jérôme Tharaud à Louis Gillet, Budapest, 23 novembre 1899, archives privées Gillet.

17 Jean Tharaud, « les Reporters de guerre », Éclair, décembre 1905, archives Tharaud, Versailles

18 Dingley, op. cit., p. 141et 123.

19 Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Laurent Gervereau (dir.), Images et colonies. Iconographie et propagande coloniale sur lʹAfrique française de 1880 à 1962, BDIC-ACHAC, 1993.

20 Émile Henriot établit un parallèle entre Dingley et Batouala et précise que Samba Diouf a été conçu et écrit deux ans avant le roman de Maran, Le Temps, 21 mars 1922.

21 André Demaison, Diato, Roman de lʹhomme noir qui eut trois femmes et en mourut, préface de Jérôme et Jean Tharaud, Albin Michel, 1923.

22 Batouala, op. cit., préface, 23 novembre 1937, p. 11-13.

23 Registre destiné à recevoir les procès-verbaux de toutes les réunions des Membres de la Société, Société littéraire des Goncourt, Archives départementales de Nancy, p. 34. Ont voté pour Farrère : Huysmans, voix prépondérante, Descaves, Daudet, Geffroy et Hennique ; Chevrillon obtient une voix au premier tour, les Leblond quatre voix aux trois tours, celles de Margueritte, Bourges et Rosny frères.

24 Suarès et Chéreau obtiennent deux voix, ibid., p. 37.

25 Ont voté pour Maran : Rosny jeune, Henry Céard, Jean Ajalbert, Descaves, Geffroy, ibid., p. 85.

26 Gustave Geffroy, interrogé par André Lang, « Voyages en zigzags », Annales, 29 janvier 1922. La remarque de Geffroy est fondée : Le Temps fait paraître le 17 décembre, sous la publicité de Batouala, deux autres : l’une « scrutin final du prix Goncourt/L’Épithalame par Jacques Chardonne/5 voix contre 5/au public de juger » ; l’autre : « Pierre Mac Orlan/La Cavalière Elsa/cinq voix sur dix à l’un des scrutins pour le prix Goncourt/le livre couronné n’en a pas eu plus ».

27 Léon Daudet juge ainsi que Batouala est « un livre remarquable, d’une langue puissante et hardie » et que son auteur confirme que « la prétendue infériorité de la race noire […] est un mythe », L’Action française, 16 décembre 1921.

28 Alain Quella-Villéger, Le Cas Farrère. Du Goncourt à la disgrâce, Presses de la Renaissance, 1989, p. 30-31.

29 Le Petit Parisien, 15 décembre 1921.

30 Charles-Louis Philippe et Eugène Montfort, Gil Blas, 16 décembre 1906.

31 Paul Léautaud, lundi 24 décembre 1906, Journal littéraire, Mercure de France, 1986, t. I, p. 361.

32 Rachilde, Mercure de France, 15 novembre 1905 ; Louis Vauxcelles, Gil Blas, 29 novembre 1905 ; Maurice Kahn, Pages libres, 23 février 1906 ; Jean Ajalbert, Courrier saïgonnais, 6 janvier 1906 ; Jean Norel, Courrier saïgonnais, 3 février 1906, dans Alain Quella-Villéger, op. cit., p. 24-27.

33 Voir Marc Michel, « L’affaire Batouala : René Maran, écrivain anticolonialiste ou écrivain de l’ambiguïté », dans Identités caraïbes, Pierre Guillaume (dir.), Éditions du CTHS, 2001, p. 77- 94. Entre autres se mobilisent Les Annales coloniales du 15 décembre 1921, La Dépêche coloniale, 27 décembre 1921 ; L’Effort colonial, 23 février 1922. Charles Régismanget, « Batouala, roman nègre », La Dépêche coloniale, 20 décembre 1921.

34 Comparant les œuvres des Tharaud et de Maran, Émile Henriot juge que La Randonnée de Samba Diouf est « la face inverse et le pendant de Batouala », Le Temps, 21 mars. Paul Souday, Ibid., 4 mai 1922.

35 Marc Michel, op. cit., p. 91. Jean-Yves Le Naour, La Honte noire. L’Allemagne et les troupes coloniales françaises, 1914-1945, Hachette Littérature, 2003, p. 108-109.

36 Henri Simoni, L’Œuvre, 19 février 1922. Docteur Vève, Le Poilu, février 1922.

37 M. de Lastours, 14 février 1922 et René Boisneuf, 23 février 1922.

38 Dingley, op. cit., p. 43 et 116.

39 Ibid., p. 113.

40 Les Civilisés, op. cit., p. 66 et 213.

41 Batouala, op. cit., p. 89-91.

42 Les Civilisés, op. cit., p. 245.

43 Ibid., p. 97 et 93.

44 Ibid., p. 163.

45 Batouala, op. cit., p. 87.

46 Les Civilisés, op. cit., p. 32-33 et 195.

47 Ibid., p. 96-97, 100-111, 197-198.

48 Ibid., p. 29.

49 Ibid., p. 101 et 198.

50 Batouala, op. cit., p. 99. Ce roman alimente certains stéréotypes tels que celui de la fainéantise des Noirs ou bien cet autre concernant les blancs ou boundjous, dont « le nerf viril était d’ordinaire de moindre volume que celui des hommes noirs de peau », Ibidem, p. 60.

51 Ibid., p. 44 et 100.

52 Léon Bloy, Gil Blas, 20 décembre 1906. Léon Daudet, L’Action française, 16 décembre 1921.

53 Estienne, Gil Blas, 15 décembre 1906.

54 Anatole France, Trente ans de vie sociale, commentés par Claude Aveline, Émile-Paul frères, t. II, p. 157.

55 Il n’en reste que « des veuves et des orphelines, pompeusement étiquetées : familles de héros, – et libres d’ailleurs de crever de faim parmi l’admiration universelle », Les Civilisés, op. cit., p. 84-85.

56 Les Civilisés, op. cit., p. 303.

57 Anatole France, Œuvres, édition établie par Marie-Claire Bancquart, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, t. III, p. 1091.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540