Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre V. La genèse du Prix Goncourt

La critique des institutions académiques à la fin du XIXe siècle

Pierre-Jean Dufief

Texte intégral

  • 1 Voltaire se moque aussi des discours académiques dans les Lettres philosophiques : « Tout ce que j (...)
  • 2 Cité par Eugène Asse, L’Académie française, Firmin Didot, s.d., p. 161.
  • 3 Ibid., p. 163.

1Si l’Académie française est le cadre institutionnel de l’éloge avec le traditionnel discours de réception, elle est aussi, depuis sa fondation, la cible privilégiée des auteurs de satires, d’épigrammes et de pamphlets. C’est Saint-Evremond qui refuse que l’on légifère sur la langue et critique la rédaction d’un dictionnaire normatif dans la Comédie des Académiciens en 1653. C’est Chamfort qui se moque du discours académique1, le jugeant un exercice éminemment ridicule puisqu’on y voit « un homme loué en sa présence, par un autre homme qu’il vient de louer lui-même, en présence du public qui s’amuse de tous les deux […] »2. Les moralistes, et tout particulièrement Chamfort, considèrent l’Académie comme une institution pernicieuse car elle favorise « la lutte des petits intérêts, le combat des passions haineuses, le manège des rivalités mesquines, le jeu de toutes ces vanités disparates et désassorties entre lettrés, titrés, mitrés »3.

2La Révolution, qui affranchit l’individu du joug des corporations, veut libérer l’artiste-citoyen de toute allégeance aux institutions. L’Académie française est supprimée par un vote de la Convention le 8 août 1793 et elle disparaît ainsi que toutes les sociétés littéraires. Elle renaîtra en tant qu’Institut avec l’Empire et ne redeviendra Académie française avec des statuts bien définis qu’en 1816. Vieille institution restaurée, elle retrouve alors tout son prestige et les anciennes critiques peuvent reprendre.

3Pourtant, à partir des années 1850, il ne s’agit plus des vieux brocards et des plaisanteries usuelles ; c’est un fossé qui semble se creuser entre les exigences d’une Académie qui s’érige en gardienne de l’esthétique classique et des genres traditionnels d’un côté, et de l’autre une littérature en pleine mutation qui s’ouvre aux couches nouvelles et voit triompher auprès du public des formes neuves comme le roman, un genre que l’Académie veut ignorer. L’Académie semble un carcan de plus en plus pesant à des écrivains qui conquièrent leur autonomie, qui créent des œuvres dédaignées par les institutions traditionnelles et qui vont se retrouver dans des institutions nouvelles comme la Société des Gens de Lettres à partir de 1836 et plus tard à l’Académie Goncourt.

Les courants littéraires anti-académiques

4L’anti-académisme a été un cheval de bataille et un thème fédérateur pour les écrivains romantiques qui proclament les droits de l’artiste et du génie contre les conventions, mais ce rejet n’a duré qu’un temps car les ténors du mouvement finirent par être tous élus à l’Académie. Les antagonismes allaient ensuite se durcir. L’hostilité des artistes de la bohème, mais aussi celle des écrivains naturalistes et des avant-gardes de la fin de siècle devait être beaucoup plus irréductible ; l’Académie refusera de récupérer ces nouveaux adversaires qui se raidiront dans une opposition d’autant plus intransigeante qu’elle est souvent liée à l’amertume d’ambitions déçues.

  • 4 Les propos de Sainte-Beuve sont rapportés dans le Journal des Goncourt, le 8 novembre 1862.

5La bohème, aux contours indécis, regroupe des peintres et des écrivains, qui communient dans un même rejet de l’ordre social, moral et esthétique. Tous refusent les instances de consécration et notamment la toute puissante Académie des Beaux-Arts ; les peintres ouvrent des voies nouvelles et donnent l’exemple aux écrivains en créant avec le Salon des Indépendants ce que Pierre Bourdieu appelle une contre-institution. L’antagonisme est à la fois esthétique et social. Les artistes de la bohème choquent les notables bourgeois par leurs provocations et par leur mode de vie souvent misérable. Les échecs de Balzac à l’Académie s’expliquent autant par ses dettes que par son statut de romancier. L’Académie adopte face à la menace diffuse de ces marginaux une attitude de repli frileux que souligne un académicien, Sainte- Beuve : « l’Académie a une grande peur, c’est la bohème. Quand ils n’ont pas vu un homme dans leur salon, ils n’en veulent pas : ce n’est pas un homme de leur monde, ils en ont peur4 ». La bohème ne ménage pas l’Académie qui est, pour la petite presse, une cible privilégiée, presque emblématique. Le frontispice de L’Éclair, le journal de Villedeuil auquel collaborèrent les Goncourt à leurs débuts, représentait la coupole de l’Institut frappée par la foudre. Le Nain Jaune, qui rassemble autour d’Aurélien Scholl une équipe d’humoristes et de polémistes, publie en 1863 une série d’articles contre la Comédie française et contre l’Académie française. La polémique fleurit dans toute la diversité de ses formes. Tantôt, c’est le jeu des définitions paradoxales comme dans Charles Demailly des Goncourt :

  • 5 Edmond et Jules de Goncourt, Charles Demailly, Œuvres complètes, Slatkine reprints, t. IX, p. 59.

– Pourriez-vous me dire un peu ce qu’est l’Académie ?
– Bourgeois, c’est l’immortalité en première instance5.

  • 6 Les articles de Barbey parurent dans Le Nain Jaune à partir de mai 1863. Les Quarante Médaillons d (...)
  • 7 Op. cit., p. 32.
  • 8 Arsène Houssaye, Histoire du 41e fauteuil de l’Académie française, G. Charpentier, 1894.

6Tantôt, ce sont des portraits au vitriol qui se succèdent, comme les Quarante médaillons de l’Académie6, série de caricatures que Barbey d’Aurevilly a burinées avec violence et verdeur dans les colonnes du Nain Jaune. Citons ces propos qui dénoncent les ambitions académiques de Jules Janin, le fameux critique du Journal des Débats : « [un] latiniste goutteux… même d’esprit quelquefois. Tonneau d’albumine qui se viderait avec délices dans le vaste crachoir de l’Académie »7. La fantaisie déconstruit par les jeux verbaux l’image d’une institution respectable en s’attaquant notamment à ses symboles : c’est la prosopopée burlesque de la nouvelle de Daudet « Confidences d’un habit à palmes vertes », où l’habit prend la parole et révèle toutes les vilenies commises par celui qui va l’endosser. Dans l’Histoire du 41e fauteuil de l’Académie française8 d’Arsène Houssaye, l’énonciation est tout aussi fantaisiste et polémique ; les refusés, hôtes d’une Académie d’utopie, prononcent des discours où se dessinent les contours d’une contre-institution, d’une Académie idéale.

7Avec la bohème, c’était le petit monde périphérique des artistes maudits qui se dressait contre l’Académie. La menace est d’un autre ordre avec l’opposition des romanciers naturalistes qui constituent une contre-puissance redoutable car ils ont gagné une large audience populaire. Les académiciens saisissent toutes les occasions pour reprocher à ces adversaires leur matérialisme, leurs peintures des couches populaires, leur refus des tabous, des conventions. Les discours de réception sont une occasion privilégiée de critiques et parfois de reniements ; Pierre Loti, ami de Daudet et hôte du Grenier d’Auteuil, condamne, lorsqu’il est accueilli à l’Académie, les peintures des bas-fonds, de « cette lie du peuple où ses auteurs se complaisent ». L’Académie restera définitivement fermée aux naturalistes ; Zola ne sera jamais élu malgré ses innombrables candidatures et en dépit du succès de ses romans.

  • 9 Francisque Sarcey, Le Parti national, 13 juillet 1888.
  • 10 Gustave Flaubert, le Dictionnaire des idées reçues, Œuvres, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiad (...)
  • 11 Guy de Maupassant, « Sursum corda », Le Gaulois, 3 décembre 1883 ; Chroniques, II, p. 286.
  • 12 Alphonse Daudet, L’Immortel, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, p. 767.

8De leur côté, les naturalistes n’épargnent l’Académie ni dans leurs chroniques ni dans leurs romans. Alphonse Daudet lui consacre en 1888 un roman-pamphlet, L’Immortel, qui constitue un temps fort du combat antiacadémique, comme le souligne Francisque Sarcey dans son compte-rendu de l’œuvre : « la préoccupation visible de Daudet est de tuer l’Académie dans l’opinion publique, d’écarter d’elle les hommes qui pourraient lui faire honneur, et rendre son recrutement impossible ou misérable9. » L’Académie va donc être revue au miroir du naturalisme, passée au spectre d’un regard démystificateur. Flaubert note comme une idée reçue le curieux attrait exercé par l’institution : « La dénigrer, mais tâcher d’en faire partie10. » Les naturalistes reviennent sur cette paradoxale fascination qu’ils tentent de faire virer à la répulsion. Daudet, Maupassant peignent la vieille dame du quai Conti sous les traits d’une courtisane décatie qui racole les jeunes clients : « Jeune homme, jeune homme, écoutez-moi. Si vous voulez monter chez moi, nous nous amuserons beaucoup. C’est tout près, là, dans cette maison dont le toit a l’air d’un melon. Nous ferons un beau concours en vers français. Hein ! c’est amusant ça ? […] Je vous donnerai des prix. Des prix de dix mille francs, de cinq mille, de deux mille et quinze cents. Venez11 ! » Le naturaliste, héritier de Montaigne, découvre derrière l’illusoire grandeur toutes les bassesses du corps. Daudet met en scène des immortels séniles et libidineux, suggère un viol et fait du « petit endroit » un haut lieu de son roman. Ses académiciens, loin d’incarner l’humanisme, sont déshumanisés, transformés en bêtes ou en mécaniques ; ils apparaissent comme un cortège de pantins baudelairiens, comme un défilé de masques grimaçants à la Ensor, quand ils accompagnent les obsèques du secrétaire perpétuel : « Décrépits, cassés en deux, déjetés comme de vieux arbres à fruits, les pieds de plomb, les jambes molles, des yeux clignotants de bêtes de nuit, ceux qu’on ne soutenait pas s’en allaient, les mains tâtonnantes, et leurs noms murmurés par la foule évoquaient des œuvres mortes oubliées depuis longtemps12. » Le roman de Daudet reprend le thème réaliste de la confrontation du rêve et de la réalité. L’Académie est un mirage, un mensonge. Le romancier s’applique à dégonfler les illusions, à faire découvrir le vide universel d’un monde, placé sous le signe du factice et du faux : mensonge des discours, mensonge des beaux costumes, mensonge même des travaux académiques les plus sérieux. L’œuvre se termine sur le suicide spectaculaire d’un Immortel, totalement et brutalement désabusé. Pour Daudet, être académicien équivalait donc à un suicide, à un absolu reniement. L’Académie, univers du faux, ne pouvait accueillir les romanciers naturalistes, qui se voulaient peintres du vrai ; l’Académie Goncourt allait recruter tous ses membres parmi ces forces montantes dédaignées par une institution qui défendait des formes et des genres jugés désormais dépassés.

9Ces escarmouches, ces critiques amusantes ou acerbes, s’inscrivent dans le vécu d’écrivains parfois blessés dans leur amour-propre, déçus dans leurs ambitions ; pourtant, elles transcendent l’individuel et le biographique pour traduire des conceptions de la littérature profondément divergentes sur les plans de l’esthétique, de la poétique et de la rhétorique.

  • 13 Ibid.
  • 14 Henry Bauër, « Les Immortels », Gil Blas, mardi 10 juillet 1888.

10Avec Vallès, Bauër et même Daudet, tout un courant qui sympathise avec l’anarchisme va reprocher à l’Académie d’imposer aux vivants l’ordre des morts. On peut voir là se poursuivre un conflit de générations ; les jeunes romantiques s’étaient aussi insurgés contre une instance de consécration dispensatrice de règles et de normes, perçue comme un surmoi, une figure autoritaire et aliénante. On rabâche le thème de la vieillesse des académiciens, qui est à la fois une réalité, car ceux-ci sont élus de plus en plus tard, mais aussi le symbole d’une esthétique dépassée, celle des morts. Les immortels se métamorphosent en morts vivants. Alphonse Daudet évoque ces « permissionnaires du Père-Lachaise »13 et Henry Bauër parle de « nécropolitains », la Coupole est devenue « le sarcophage des quarante »14 ; Bauër ajoute : « ils sont sacrés immortels juste quand ils passent à la mort spirituelle ». Arsène Houssaye imagine que Béranger refuse de siéger à l’Académie parce qu’il aime trop la vie et il lui prête cette chanson :

  • 15 Arsène Houssaye, op. cit., p. 250-251.

Je veux mourir en respirant des roses
Et vos lauriers ressemblent trop aux cyprès15.

  • 16 Bauër, article cité.
  • 17 Zola, « Le Nouvel Immortel », L’Événement illustré, 18 mai 1868, Œuvres complètes, t. X, p. 748.
  • 18 Vallès a consacré deux chroniques très critiques à L’Académie française dans L’Événement des 17 fé (...)

11La mouvance libertaire associe le génie à l’instinct en liberté et elle dénonce toutes les institutions qu’elle juge oppressives : académies, écoles, universités, comparées à des cages, à des prisons, à des tombeaux. Bauër s’insurge contre « les pions terribles qui partout enferment l’oiseau aux ailes hardies entre les barreaux »16. Contre les forces funèbres et l’ordre des morts, on en appelle à la vie, à la nature. L’Immortel de Daudet est construit sur la structure antagonique du roman à thèse ; il confronte un académicien fantoche et le véritable artiste, personnage inspiré à la fois de Rodin et de Daudet, qui compose des œuvres puissantes, nourries de son constant contact avec la nature. Zola revient sur l’opposition entre l’art de la nature, le naturalisme, et les conventions académiques ; il reproche à son compatriote Autran, le nouvel immortel, d’ignorer les beautés naturelles : « La grande voix des vagues l’assourdit, et il n’entend que le petit turlututu classique17. » Hostile à la nature, l’Académie stériliserait la créativité et condamnerait l’art à l’éternelle reproduction ; selon Vallès : « Les palmes de l’habit académique ne sont le plus souvent que des plumes de perroquet, rarement des feuilles cueillies fraîches et vertes18. »

  • 19 Le Journal des Goncourt revient fréquemment sur cette querelle des genres : « Nous avons encore pa (...)
  • 20 François Coppée, « L’Académie Goncourt », Le Journal, 13 août 1896.

12Le conflit se cristallise sur la question du roman. L’Académie demeure réfractaire à ce genre nouveau qui conquiert le public des lecteurs depuis Balzac. Les académiciens sont des hommes politiques, des critiques, des auteurs de pièces à succès ; tous restent fidèles aux genres traditionnels, à l’éloquence, à l’histoire et à la poésie. Le roman déplaît parce que ce n’est pas un genre codifié ; si c’est un genre, il est peu recommandable ; il a mauvais genre ; il s’épanouit dans la liberté du feuilleton ; c’est une écriture où les femmes se sont illustrées (Mme de Staël, George Sand) ; il est apprécié du lectorat populaire ; l’Académie lui reproche enfin sa futilité et les romanciers réalistes ou naturalistes n’auront de cesse de le faire passer pour un genre sérieux en parlant d’études, en prenant la science comme modèle. Les romanciers ne sont admis sous la Coupole qu’en faisant oublier qu’ils sont romanciers et en donnant des gages de respectabilité ; Sandeau fut le premier à entrer à l’Académie en 1858 mais il était connu comme auteur de pièces de théâtre ; Feuillet fut reçu en 1862 ; l’arrivée de Bourget en 1894 ouvre la voie aux romanciers académiques : André Theuriet, René Bazin, Anatole France. Les Goncourt furent particulièrement sensibles à cet anathème jeté par l’Académie contre le roman car il est lié à leur expérience personnelle. Edmond évoque ses souvenirs dans une interview à L’Éclair le 12 décembre 1892 : « Déjà en 1860 ou 1862, je ne sais plus au juste, après l’apparition de notre Marie-Antoinette, Montalembert nous a dit que l’Académie ne tarderait pas à nous admettre si nous renoncions au roman. » Loin de renoncer, les Goncourt ont persévéré19 et l’on peut voir dans la fondation du prix une lointaine réponse posthume aux discrètes sollicitations de Montalembert : « Ce prix sera donné au meilleur roman, au meilleur recueil de nouvelles, au meilleur volume d’impressions, au meilleur volume d’imagination en prose, et exclusivement en prose, publié dans l’année. […] Le roman, dans des conditions d’égalité aura toujours la préférence ». La fondation de l’Académie Goncourt constitue la revanche d’un genre longtemps méprisé et permet la reconnaissance institutionnelle d’une forme qui domine le champ littéraire depuis Balzac. L’Académie française, par la plume de Coppée, reprochera à sa jeune rivale et à son fondateur cette prédilection pour le roman, ce repli narcissique, qui contraste avec le souci d’ouverture et d’éclectisme de la vieille institution : « On l’accuse d’abord de s’être montré très exclusif dans le choix des premiers académiciens, de n’avoir exercé ce choix que parmi des prosateurs, tous ou presque romanciers comme lui, et dont l’idéal d’art présente quelque analogie avec le sien20. »

13L’Académie française se trouve confrontée à la fois à des réserves qui peuvent trouver des échos dans le large public des lecteurs de romans et à des critiques qui n’éveillent de résonances que dans les petites élites de l’avant-garde. Les Goncourt vont jouer un rôle important dans la querelle du style, qui concerne le microcosme des artistes, et ils reprennent à leur façon le vieux combat contre une institution qui prétend fixer les normes en matière de langue. En créant l’écriture artiste, les deux frères rejettent l’idée d’une langue littéraire claire, universelle ; ils proclament contre l’Académie la diversité du beau et Edmond déclare dans la Préface de Chérie : « il n’existe pas un patron de style unique, ainsi que l’enseignent les professeurs de l’éternel beau ». L’écriture artiste devait susciter les foudres académiques ; Firmin-Didot, se targuant de son titre d’imprimeur de l’Académie, voulait que les Goncourt corrigent le style de leurs premiers ouvrages historiques et Sainte-Beuve accable les néologismes de Madame Gervaisais. L’anti-académisme répond à deux tentations apparemment contradictoires ; d’un côté, le souci de s’ouvrir à un large public, de l’autre le repli sur soi d’un groupe qui revendique ses spécificités mais ce ne sont là au fond que les deux aspects d’une volonté d’émancipation par rapport aux anciennes tutelles.

La conquête de l’autonomie

14Pierre Bourdieu a montré que les acteurs du champ littéraire ont accédé à l’autonomie sous le second Empire ; ils ont alors rejeté les instances de consécration traditionnelles, les jugeant désormais inaptes à gérer la République des lettres. L’Académie française, avec ses gens du monde, ses poètes, ses hommes politiques, est considérée comme trop composite ; c’est un creuset qui ne forge plus que de la médiocrité. L’idéal du savoir universel ou celui plus modeste de l’honnête homme, défendus par l’Académie française, semblent de fallacieux alibis au regard des exigences de la spécialisation. L’écrivain ne veut plus être sacré que par ses pairs. L’Académie Goncourt répond donc à une attente et à un rejet, celui d’une institution où les hommes politiques tentent d’exercer une autorité sur la langue et la littérature.

  • 21 Barbey d’Aurevilly, Les Quarante médaillons de l’Académie, op. cit., p. 55.
  • 22 Ibid., p. 70.

15De fondation, l’Académie française avait un lien ombilical avec le pouvoir. Restaurée avec la monarchie, elle se constitue sous le second Empire en foyer d’opposition. Barbey d’Aurevilly lui reproche de devenir une « Salpêtrière de ministres tombés et de parlementaires invalides dont l’orléanisme est incurable »21 et il déplore que « la Politique – c’est-à-dire ce qui devrait être interdit à l’Académie […] scandaleusement y règne22. » Le Journal des Goncourt s’insurge aussi contre toutes les formes d’ingérence extérieure dans le champ littéraire, qu’il s’agisse de celle de l’université, de celle du grand monde ou des hommes politiques. Pourtant, avec l’avènement de la République, les élections académiques ne couronnent plus d’hommes politiques et l’Académie redevient une assemblée plus littéraire, tout en refusant l’exclusive qui sera la règle de l’Académie Goncourt, où l’on ne peut être admis si l’on n’est pas écrivain.

  • 23 Baudelaire, « Les Drames et les Romans honnêtes », Œuvres complètes, Gallimard, « Bibliothèque de (...)
  • 24 Paul Léautaud, Journal littéraire, 6 mai 1903, t. I, p. 72.

16La quête de l’autonomie passe par le refus de voir l’Académie s’intéresser à autre chose qu’à la littérature. C’est ainsi que les prix de vertu sont l’objet de critiques répétées car ils apparaissent comme des signes d’hétéronomie, gestes d’allégeance à une autorité extérieure au champ littéraire. Baudelaire avait vivement critiqué les récompenses académiques : « Les prix portent malheur. Prix académiques, prix de vertu, décorations, toutes ces inventions du diable encouragent l’hypocrisie et glacent les élans spontanés d’un cœur libre23. » Flaubert va même jusqu’à considérer qu’ils ont sonné le glas de l’institution. Le prix Goncourt sera, à son tour, accusé de perpétuer des dépendances alors qu’il prétendait au contraire. Paul Léautaud ronchonne vigoureusement dans son Journal, comme à l’accoutumée : « Je trouve cela hideux. Un prix ! La littérature primée ! pauvres choses ! Des potaches quoi24 ! »

  • 25 Arsène Houssaye, op. cit., p. 319.
  • 26 Edmond de Goncourt, « L’Académie », Le Réveil, 12 décembre 1893.

17Le désir d’indépendance semble mal se concilier avec le maintien d’une institution, quelle qu’elle soit. À la fin du XIXe siècle, le rejet de l’Académie s’inscrit dans le courant anarchisant qui dénonce les méfaits des groupes et prolonge à l’âge de la psychologie des foules et de la sociologie les protestations individualistes des révolutionnaires et des romantiques. Arsène Houssaye cite Lamartine : « Si vous voulez rabaisser, étouffer, absorber, persécuter même un homme de génie, faites le membre d’un groupe littéraire ou politique25. » Daudet évoque le pouvoir dégradant des institutions et l’on connaît les critiques de L’Immortel ; il se réjouit dans des interviews d’avoir pu réaliser son œuvre grâce à une liberté que lui aurait ôtée une élection à l’Académie. Edmond de Goncourt oppose encore la créativité personnelle et la stérilité collective dans un article de 1893 : « je ne crois qu’à l’effort individuel, isolé, au travail solitaire. J’ai toujours eu horreur des corporations et des associations, les collectivités ne produisent rien ». Le vieil écrivain se défend d’avoir voulu créer une structure rigide qui enrégimenterait les prosateurs et, répondant aux critiques de Vallès, il revient sur les idées d’indépendance et de liberté, qui sont les pivots de son projet de fondation : « Je ne veux que leur permettre de pouvoir s’adonner en toute liberté à leurs travaux, sans avoir à se préoccuper des nécessités matérielles de tous les jours. C’est donc l’indépendance que je veux leur donner26. »

18La création de l’Académie Goncourt doit donc être resituée dans un contexte de forte contestation, qui voit se multiplier les projets de réforme de la vieille Académie et se constituer de nouveaux types et de nouveaux lieux de sociabilité littéraire.

  • 27 Jules Vallès, op. cit., p. 829.
  • 28 article cité.
  • 29 Le Journal d’Adèle Hugo, IV, 1855, Minard, 2002, p. 436.

19Les critiques de l’Académie adoptent des stratégies diverses, prônant tour à tour la destruction de l’ancienne institution, proposant des aménagements ou reconstruisant une Académie d’utopie, une contre-académie virtuelle. Les plus radicaux prennent le relais de Chamfort et des révolutionnaires pour exiger la suppression. Jules Vallès suggère la grève des candidatures : « Embaumons les académiciens, ne leur succédons point ! Organisons contre ces cérémonies et ces triomphes la conspiration de l’indifférence27 ! » Maxime Du Camp, qui sera pourtant académicien, avait demandé, dès 1855, dans la Préface des Chants modernes « la dissolution de cette fade compagnie de bavards » tandis que Henry Bauër28, en 1888, parlait du service que rendrait à la littérature un tyran ignorant qui chasserait « de leur siège ces sénateurs tremblants ». Les réformistes en appellent parfois à une Académie, qui deviendrait véritablement une institution démocratique et renouerait avec les masses. Hugo rêve d’une Académie toute puissante, composée de trois cents membres, qui serait élue au suffrage universel29. Sainte-Beuve évoque les mêmes modalités de recrutement en 1856. Renan reprendra dans une perspective antidémocratique après la défaite de 1870 l’idée d’un pouvoir absolu qui serait exercé par l’Institut. Sainte-Beuve oscille entre le désir d’ouverture et la volonté de spécialisation. En 1862, il imagine une Académie française divisée en sections : langue, histoire, poésie ; le roman, genre banni, y aurait sa place.

20À côté de ce désir de modifier l’existant, naturel de la part de membres de l’institution comme Sainte-Beuve, on relève aussi une volonté de renouvellement qui s’épanouit dans le rêve d’une Académie parallèle, l’Académie d’en face dont parle Daudet, l’Académie des vivants d’Arsène Houssaye, qui se constitue sur le modèle du Salon des refusés ou des Indépendants ; c’est l’Académie du fameux quarante et unième fauteuil, le fauteuil de tous les écrivains illustres qui n’ont pas été admis sous la Coupole, le fauteuil des femmes, le fauteuil des romanciers. Ce rêve se concrétisera avec la fondation des frères Goncourt.

  • 30 « L’Institut de M. de Goncourt est à l’Académie française ce que la décoration de l’ordre du roi d (...)
  • 31 Émile Faguet, « L’Académiette », Annales politiques et littéraires, 18 janvier 1903.

21Tout au long de ces années de gestation du projet, l’Académie Goncourt va entretenir, sur le plan de l’imaginaire, des rapports fluctuants avec son aînée. L’article d’Hervilly qui révèle au grand public le projet d’Edmond, dans Le Bien public en juin 1882, insiste sur la dimension polémique : « Surgie ardente et jeune d’idées, en face de l’autre, l’ancienne institution caduque et réactionnaire en art comme en toute autre chose, fatalement destinée à périr, mais dont il faut hâter la fin, elle sera, cette Académie nouvelle, le propulseur incessant, le soutien toujours renouvelé de l’œuvre d’émancipation littéraire ». Sardou ironisera sur cette création qu’il considère comme parodique30, tandis que Faguet, beaucoup plus diplomate, évoque la complémentarité des deux académies en 1903 : « À côté de l’Académie française, qui est une institution fort utile, et dont l’influence n’est pas pour peu dans les destinées des lettres françaises, il y a place pour une société littéraire d’avant-garde, curieuse, oseuse, sinon audacieuse, à l’affût des nouveautés, sachant distinguer celles qui sont véritables et qui ont des chances d’avenir, éclairant et guidant les “jeunes”, excitatrice, représentant la recherche et l’innovation, comme l’autre est naturellement gardienne de la tradition, et à laquelle s’adresseront ceux qui commencent, comme à l’autre s’adressent non pas ceux qui finissent, mais ceux qui prévoient qu’ils finiront, ce que les jeunes ont le bonheur de ne prévoir jamais31. » Après la phase polémique semblait venir la possibilité du consensus, même si à son tour la jeune Académie devait subir les critiques qui sont le revers apparemment nécessaire de la reconnaissance et de la gloire. On devait la traiter d’« Académiette », lui reprocher d’être une simple parodie de l’ancienne Académie. Le projet était pourtant profondément novateur comme le montrent les longues hésitations sur la désignation à adopter. Edmond a parlé de fondation, de société, Daudet suggérait « le déjeuner des Goncourt », car le terme académie connotait des idées d’institution, de tradition, contre lesquelles les Goncourt avaient conçu leur projet d’une fondation souple qui pratiquerait le très classique mécénat en faveur des œuvres les plus novatrices ; ainsi se conjuguaient leur goût de la tradition, leur sens de la modernité et leur désir d’immortalité littéraire.

Notes

1 Voltaire se moque aussi des discours académiques dans les Lettres philosophiques : « Tout ce que j’entrevois, me dit-il, dans ces beaux discours, c’est que le récipiendaire ayant assuré que son prédécesseur était un grand homme, que le cardinal de Richelieu était un très grand homme, le chancelier Séguier un assez grand homme ; le directeur lui répond la même chose, et ajoute que le récipiendaire pourrait bien aussi être une espèce de grand homme […] » ; il ajoute : « La nécessité de parler, l’embarras de n’avoir rien à dire, et l’envie d’avoir de l’esprit, sont trois choses capables de rendre ridicule même le plus grand homme. » Lettre XXIV, « Sur les académies », Œuvres complètes, Garnier, 1979, t. 22, p. 184-185.

2 Cité par Eugène Asse, L’Académie française, Firmin Didot, s.d., p. 161.

3 Ibid., p. 163.

4 Les propos de Sainte-Beuve sont rapportés dans le Journal des Goncourt, le 8 novembre 1862.

5 Edmond et Jules de Goncourt, Charles Demailly, Œuvres complètes, Slatkine reprints, t. IX, p. 59.

6 Les articles de Barbey parurent dans Le Nain Jaune à partir de mai 1863. Les Quarante Médaillons de l’Académie ont été réédités chez Armand Colin en 1993.

7 Op. cit., p. 32.

8 Arsène Houssaye, Histoire du 41e fauteuil de l’Académie française, G. Charpentier, 1894.

9 Francisque Sarcey, Le Parti national, 13 juillet 1888.

10 Gustave Flaubert, le Dictionnaire des idées reçues, Œuvres, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, p. 999.

11 Guy de Maupassant, « Sursum corda », Le Gaulois, 3 décembre 1883 ; Chroniques, II, p. 286.

12 Alphonse Daudet, L’Immortel, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, p. 767.

13 Ibid.

14 Henry Bauër, « Les Immortels », Gil Blas, mardi 10 juillet 1888.

15 Arsène Houssaye, op. cit., p. 250-251.

16 Bauër, article cité.

17 Zola, « Le Nouvel Immortel », L’Événement illustré, 18 mai 1868, Œuvres complètes, t. X, p. 748.

18 Vallès a consacré deux chroniques très critiques à L’Académie française dans L’Événement des 17 février et 24 mars 1866 ; elles ont été reprises dans La Rue (1866) dans un article intitulé « L’Académie » ; Jules Vallès, Œuvres, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 828.

19 Le Journal des Goncourt revient fréquemment sur cette querelle des genres : « Nous avons encore parlé de l’inutilité, à l’heure qu’il est, de faire des poèmes en douze chants, quand on a le roman, cette forme moderne, qui se prête à tout. Et de là, nous essayons d’entrevoir quel pourra être l’avenir des lettres françaises. Mais ni lui [Sainte-Beuve] ni moi n’y voyons rien qu’un immense épanouissement du roman d’observation. » 8 novembre 1862.

20 François Coppée, « L’Académie Goncourt », Le Journal, 13 août 1896.

21 Barbey d’Aurevilly, Les Quarante médaillons de l’Académie, op. cit., p. 55.

22 Ibid., p. 70.

23 Baudelaire, « Les Drames et les Romans honnêtes », Œuvres complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 622.

24 Paul Léautaud, Journal littéraire, 6 mai 1903, t. I, p. 72.

25 Arsène Houssaye, op. cit., p. 319.

26 Edmond de Goncourt, « L’Académie », Le Réveil, 12 décembre 1893.

27 Jules Vallès, op. cit., p. 829.

28 article cité.

29 Le Journal d’Adèle Hugo, IV, 1855, Minard, 2002, p. 436.

30 « L’Institut de M. de Goncourt est à l’Académie française ce que la décoration de l’ordre du roi d’Araucanie est à la légion d’honneur », Victorien Sardou, Le Gaulois, 2 août 1888.

31 Émile Faguet, « L’Académiette », Annales politiques et littéraires, 18 janvier 1903.

Auteur

Professeur à l’Université de Bretagne occidentale et dirige l’unité du CNRS : Correspondances des XIXe et XXe siècles. Il vient de publier, aux éditions Champion, le premier volume de la Correspondance générale des Goncourt (1843-1862).

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540