Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre V. La genèse du Prix Goncourt

Du Grenier à l’Académie des Goncourt : la terreur douce

Jean-Louis Cabanès

Texte intégral

  • 1 René Doumic, Revue des Deux Mondes, 15 août 1896, p. 935.
  • 2 Voir Léon Daudet, Souvenirs des milieux littéraires dans Souvenirs et Polémiques, Éditions Robert L (...)

1En août 1896, dans la Revue des Deux Mondes, René Doumic donnait la mesure médiatique de la mort d’Edmond : « Depuis un mois, les journaux ne sont pleins que du nom des frères Goncourt. Sans doute cela tient aux questions soulevées par le “Testament” et à ce coup de génie de la fondation de l’académie d’Auteuil1 ! » Coup de génie, en effet, si l’on veut bien voir ce qui s’engage dans cette fondation et dont le testament lui-même nous instruit. « Pour avoir l’honneur de faire partie de la Société, il sera nécessaire d’être homme de lettres, rien qu’homme de lettres, on n’y recevra ni grands seigneurs, ni hommes politiques ». Cette clause testamentaire, qu’Edmond avait déjà fait connaître au grand public, dans une interview parue dans Le Gaulois, le 6 novembre 1889, opposait implicitement l’Académie française, qui serait « monde », pour emprunter une expression à Léon Daudet, à la future académie des Goncourt, qui serait, elle, entièrement littéraire2. Mais, en sous-main, autre chose se joue. Peut-être la fin de l’âge de l’éloquence. Point de ducs certes, mais aussi pas d’avocats dans la future Académie et pas de prélats. Point d’éloquence de la chaire, point d’éloquence du barreau, des hommes de lettres exclusivement et la légitimation d’un genre que l’Académie française avait tardé à reconnaître, puisqu’il fallut attendre 1859 pour qu’un romancier, et quel romancier ! – Jules Sandeau – fût académisé. La préférence donnée par le testament au roman signait la ruine, déjà réalisée dans les faits, mais non dans les institutions littéraires, de la hiérarchie des genres.

  • 3 Revue Blanche, 1er août 1896.

2Autre donnée. L’initiative de créer une Académie ne revient plus à un homme d’État, mais à une personne privée et cette académie d’un type nouveau n’a pas pour mission, comme la Société des gens de lettres, de défendre des droits d’auteur, mais de devenir une instance légitimante hors de toute pression journalistique. Bref, Edmond de Goncourt postulait qu’il appartenait aux auteurs de se reconnaître eux-mêmes, et ce faisant il décrétait l’autonomie du champ littéraire, mieux, il tentait de la fonder dans une sorte de geste sacral. La création de l’Académie est gagée, en effet, sur la mort d’Edmond, sur la vente et la dispersion des collections. Elle a pour socle un tombeau. Elle tient d’un mémorial destiné à célébrer la Passion d’un écrivain qui avait fait de la littérature sa religion, qui prétendait avoir souffert par elle, en attendant de revivre ou de survivre en l’Académie des Goncourt. Comme le disait, non sans malignité, Lucien Muhlfeld dans La Revue blanche : « Chéops s’était voué à l’immortalité en édifiant sa pyramide. M. de Goncourt a procédé de même en léguant ses fonds à une Académie dont il sera le patron3. »

3Parmi les sacrifices consentis pour devenir parfait littérateur, il avait fallu rester célibataire. Edmond ne cachait pas cependant qu’il avait subi, comme l’eût dit Huysmans, des « crises juponnières », et qu’il avait nourri la légitime espérance d’épouser des jeunes filles en fleurs. Cependant, Pauline Zeller qui avait pour lui tendresse d’âme ne vint pas hanter la bichonnière d’Auteuil, ni même Mademoiselle Abbatucci, dont il avait pourtant songé qu’elle veillerait agréablement ses derniers jours. Dès 1882, Edmond avait fait connaître, par le truchement d’Ernest d’Hervilly, qu’il renonçait à l’exercice d’une heureuse conjugalité : célibataire de l’art, il resterait :

  • 4 Le Bien Public, 23 juin 1882.

Ô gens de lettres, ô gens de lettres que l’Académie Goncourt a pour mission de chercher, d’arracher à leur ombre, de soutenir d’un honorable viatique, de lancer dans la lumière, sachez ceci – et je ne crains pas de le révéler, car le trait est touchant et tout à l’honneur de ces illustres écrivains – Edmond de Goncourt, brisé, resté seul dans sa maison attristée, a été parfois empoigné au cœur par le désir d’y constituer un foyer, de l’égayer par un sourire de femme, par des rires d’enfants ; mais chaque fois, il a repoussé héroïquement cette idée douce dans la crainte d’avoir à diminuer le trésor amassé pour assurer l’avenir des lettres, pour arriver à la fondation de cette académie vengeresse et consolatrice, qui soucieuse réellement de la moderne littérature française et jalouse de lui maintenir sa prépondérance dans le monde qui ne lit pas seulement M. de Mazade, ne bornerait pas ses efforts et ses travaux à de risibles confrontations de discours de réception écrits pas des gens dont le métier est de faire autre chose et très fréquemment de ne rien faire du tout4.

  • 5 Le choix de ce titre est pour nous une manière de rendre hommage à Claude Duchet dont l’article « L (...)

4C’était donc sur le saint sacrifice d’une épouse virtuelle que l’Académie se voyait gagée, cependant que la libido, dans ses habituels détours, trouvait à s’investir encore et toujours dans la passion de la collection, « bouche-trou de la femme » (l’expression se rencontre sous la plume d’Edmond dans la préface à l’édition Rapilly de L’Art du XVIIIe siècle), et avoir destiné à garantir la rente des futurs académiciens. Ces circuits, ces changes, ces trocs participent à créer, parce qu’ils sont journalistiquement exhibés, l’aura sacrée d’un nom. On retiendra surtout qu’Edmond ne pouvait, en effet, en aucune façon se passer de cette exhibition. Il n’est de capital symbolique qu’à ce prix. Ce contempteur des journaux a besoin des journaux pour révéler ses sacrifices, ce détestateur des médias se voit contraint de devenir médiatique. En d’autres termes, il lui est nécessaire de se mettre en scène et d’exercer sur les lettres et sur les journaux ce qu’on appellera, en se souvenant d’un article de Claude Duchet, la « terreur douce »5.

  • 6 Voir Alidor Delzant, Charpentier, 1889, p. 279 : « Le Grenier est surtout une réunion d’espérances (...)

5Edmond se doit, en effet, de devenir le Maître d’Auteuil pour que soient pérennisés un nom et un renom. La création du grenier, le 1er février 1885, prélude à la future Académie6, s’inscrit dans cette perspective. Si cette réunion d’hommes de lettres prend le contre-pied des salons féminins – ceux d’une Juliette Adam par exemple, ou d’une Mme Aubernon – qui sont des antichambres académiques, si elle illustre le désir de compenser par l’agencement d’un lieu réservé à la conversation des lettrés le fait qu’au XIXe siècle les gens du monde méprisent les littérateurs, elle tend surtout à constituer une sorte de cénacle dont Edmond deviendrait le centre. L’ouverture du Grenier résulte d’une stratégie exercée avec une rare intelligence et tendant à imposer l’aîné des Goncourt – la « veuve » ainsi que l’appelait méchamment Henri de Régnier – comme un chef de file, c’est-à-dire à lui octroyer le pouvoir de décider qui sont, parmi ses contemporains, les hérauts désintéressés de la sainte littérature.

  • 7 C’est ainsi, en tout cas, qu’Alidor Delzant présente le Grenier, op. cit., p. 277.

6Or, pour jouer ce rôle, il fallait qu’une condition fût réalisée, la mort de Flaubert. Si le romancier de Madame Bovary – « le vieux », comme on l’appelait avec affection – figurait une sorte d’intouchable, il restait après son décès une place à prendre, celle du grand écrivain, tout à la fois mentor et sachem. Alidor Delzant, voix autorisée d’Edmond, remarquait, en 1889, que les dimanches littéraires d’Auteuil étaient le substitut des dimanches flaubertiens, Boulevard du Temple7. Comment s’imposer dans le champ littéraire dans l’intervalle qui va de la mort de Flaubert à l’ouverture du Grenier ? Edmond, devenu l’aîné des écrivains réalistes, publie en 1881, La Maison d’un artiste, il donne en 1882 quelques aperçus de son testament, et, toujours la même année, lit quelques bonnes pages du Journal. Tous ces faits sont liés, participent de la même stratégie : peser sur le monde des lettres et des arts en soulignant que l’on a plus que tout autre « habité » artistiquement le monde, que l’on s’est tenu au centre de la vie littéraire dont on pourrait livrer les secrets et les mœurs, que l’on songe enfin à fonder par testament une Académie. Le présent, en 1882, est tourné vers le posthume et les discours sur le posthume sont tout entiers voués à agir sur un présent en partie académisé, puisque l’auteur de Germinie Lacerteux a déjà établi une liste d’élus et l’a fait savoir. Parallèlement, les préfaces des romans – préface des Frères Zemganno, préface de Chérie – sont autant de manifestes, autant de jalons d’une auto-célébration. Inventeurs de l’écriture artiste, de la mode du rococo, tout au moins Edmond l’affirme, les deux frères auraient été les précurseurs du naturalisme et du japonisme.

  • 8 « Hier, j’ai passé l’après-midi chez Edmond de Goncourt, qui a repris les dimanches de Flaubert », (...)

7Mais il ne suffit pas de s’auto-célébrer, il faut trouver un chœur susceptible d’entonner un chant de reconnaissance, et il est non moins nécessaire de susciter l’intérêt des médias. Ce sera l’enjeu de l’ouverture du Grenier. Le Figaro, sous la plume de Joseph Gayda, lui consacre, le 2 février, un article de bonne volonté, mondain et nul. Les habitués évoquent les dimanches d’Auteuil dans leurs chroniques, comme Maupassant dans le Gil Blas, le 24 novembre 18858, ou bien encore dans leurs romans, comme Rosny, en 1890, dans Le Termite. La littérature pure, qui n’est pas du monde, doit cependant en être un tant soit peu pour que la consécration d’Edmond parmi ses pairs soit connue d’un plus grand public que celui des gens de lettres. Sur un autre plan, il nous semble que le Grenier, considéré en ses habitués, entretient avec l’art vivant les relations comparables à celles que la maison d’Auteuil, considérée dans ses collections, entretient avec le passé. Si les objets de valeur qui y sont réunis attestent la qualité de celui qui les a choisis et achetés, parallèlement les invités qui hantent le Grenier sont aussi d’une certaine manière des élus qui reflètent le bon goût, ou la valeur, de celui qui les a accueillis. Tout se passe comme si le vieil écrivain célibataire voulait imposer sa marque à ses invités comme il l’imposait aux objets de sa collection. Il faut qu’ils soient, d’une certaine manière, goncourtisés, et ils le sont, nolentes volentes, à peine ont-ils pénétrés dans le Grenier. Le Journal, en consignant la liste des présents, offre, en effet, à ses lecteurs futurs le catalogue d’une collection humaine, avec ses invariants, ses acquisitions nouvelles, ses pertes. Et ce sont les « invariants », le petit noyau des plus purs fidèles, qui mériteront d’être académisés sous l’estampille des Goncourt.

  • 9 Mario Fenouil, « L’Académie des Goncourt », Le Gaulois, 6 novembre 1889.
  • 10 Le Figaro, lundi 20 juillet, Georges Béhenne, « La mort d’Edmond ».
  • 11 Voir Émile Zola, « L’argent dans la littérature » (1880), repris dans Le Roman expérimental. Le pre (...)

8On pourrait alléguer, toutefois, qu’Edmond, loin de vouloir instituer un cénacle, a d’abord eu le souci de l’universel. Son amour de la littérature « pure » abolirait tous les clivages d’école, toutes les oppositions idéologiques, tout souci d’afficher un ego prédominant. C’est tout au moins ce qu’il cherchait à accréditer dans la presse. En 1889, à Mario Fenouil qui l’interviewait, Edmond déclarait que la future Académie ne serait pas « exclusivement réaliste » : « Toutes les écoles littéraires peuvent être représentées ; la meilleure preuve, c’est que Théodore Banville, l’incomparable sertisseur de joyaux littéraires, y a déjà sa place marquée. Flaubert devait en être ; aussi Veuillot, le farouche et âpre polémiste, à qui l’on peut trouver du talent jusque sur les verrues, aussi Barbey d’Aurevilly9. » Ajoutons Vallès à cette liste. En dépit d’un violent article publié dans Le Réveil et dirigé contre la future Académie des Goncourt, il fit partie, jusqu’à sa mort, de la liste des « académisables ». On imagine quel concert admirablement polyphonique eût donné la conversation d’écrivains que tout opposait. Edmond croyait-il possible cette réunion de talents ? L’évoquait-il précisément, en 1889, parce que la mort de Barbey, de Veuillot, de Flaubert en faisait un pur objet de discours ? On créditera l’aîné des deux frères d’une réelle probité qui souvent prenait la forme d’une réelle naïveté. Quoi qu’il en soit, tous les courants littéraires se sont rencontrés dans La Maison d’Auteuil. L’Enquête sur l’évolution littéraire de Jules Huret, en 1891, rassemblant les écrivains en camps adversaires, distinguait les psychologues, les mages, les symbolistes et décadents, les naturalistes, les néo-réalistes, les parnassiens, les indépendants, les théoriciens et les philosophes. Ils ont presque tous leurs représentants dans le grenier d’Auteuil, à l’exception des mages. Il y vint, en effet des psychologues, dont le plus célèbre d’entre eux, Bourget, mais aussi des symbolistes, parmi lesquels Henri de Régnier ou Georges Rodenbach, des décadents, dont Lorrain, des Parnassiens, dont Coppée et Heredia, et bien évidemment l’ensemble des écrivains réalistes, néo-réalistes ou naturalistes. Or, si l’on considère le choix définitif d’Edmond, force est de constater que cet éclectisme ne se traduit pas dans le Testament. Les huit premiers couverts sont attribués à des greniéristes, tous proches du courant réaliste et naturaliste. Mais on n’y rencontre ni Zola, ni deux de ses proches, Paul Alexis, Henry Céard. Rodenbach et Lorrain, que les journaux donnaient parmi les favoris, n’apparaissent pas davantage, mais bien Daudet, Huysmans, Mirbeau, Geffroy, Hennique, les frères Rosny, Paul Margueritte. Comment expliquer que l’empan se soit ainsi réduit au point de réunir des écrivains certes estimables, mais dont aucun, à l’exception de Huysmans et d’Alphonse Daudet, ne sont de premier ordre ? On trouvait un poète, Banville, dans la liste en partie révélée par Mario Fenouil en 1889. Il ne subsiste plus que des romanciers dans le Testament de 1896. Le 20 juillet, un futur académicien, qui avait voulu rester anonyme, rapportait, dans Le Figaro, des propos qu’il aurait entendus de la bouche même d’Edmond de Goncourt : « Ah ! mon Académie ne sera pas ce que j’aurais souhaité ! Je mourrai trop tard. J’aurais dû partir quand Flaubert, Barbey d’Aurevilly, Veuillot vivaient encore, avant que Zola s’acharnât à cogner la porte de l’autre. Et quel beau cénacle on aurait eu10 ! » On ne sait si ce regret fut réel, s’il s’agit de paroles apocryphes. Oublions les nécrologies et les propos journalistiques de cimetière pour rappeler ce que chacun sait : l’évolution littéraire, pour parler comme Jules Huret, n’a pas favorisé Edmond. À partir des années 1885, le roman fait plutôt « mauvais genre », on écrit des proses poétiques, des récits, et l’on entre à nouveau en littérature en prenant la voie de la poésie. Cette crise de prose se traduisit par l’absence de personnalités dominantes, tout au moins pour la création romanesque, jusqu’à la publication des premiers volumes d’À la recherche du temps perdu. Pourquoi, cependant, écarter Zola ? En fait, l’auteur des Rougon-Macquart resta en bonne place sur le testament jusqu’en 1890. Ensuite, il fut rayé, pour un crime impardonnable : il présenta, en effet, sa candidature à l’Académie française. Loti, Bourget se verront exclus pour la même raison. D’une part, Goncourt, comme le bon monsieur Seguin avec ses chèvres, n’avait pas de chance avec les écrivains « psychologues » qui fréquentaient les salons mondains et qui voyaient dans l’Académie française la sanction ultime de leur reconnaissance sociale ; d’autre part, Zola concevait tout autrement qu’Edmond les relations de la littérature et de la société. Ce lutteur affrontait qui le refusait, et probablement rêvait-il d’entrer sous la coupole pour rejoindre les grands écrivains du passé. Il fallait que le naturalisme devînt classique. En aucune façon Zola n’aurait opposé, comme les Goncourt, la production restreinte, esthétisante, qui récuse « la prose omnibus des faits divers » (Préface de Chérie), à la grande production de masse comprenant les écrits journalistiques. Zola, comme le montrent ses réflexions sur l’argent libérateur11, n’a jamais cru à l’autonomie de la littérature. En ce sens, si la lutte sourde d’Edmond contre celui qu’il avait accueilli en 1868 comme un disciple tient d’une rivalité littéraire entre deux prétendants au rang de chef d’école, elle oppose surtout deux manières de vivre sa condition d’hommes de lettres, deux esthétiques, deux relations radicalement différentes aux institutions littéraires. Goncourt contre Zola, ce n’est pas, en termes marxistes, une affaire de classe ou, en termes physiologiques, une question de tempérament, c’est une vision totalement opposée de ce que doit être la moralité des gens de lettres. Choisir d’être de l’Académie Goncourt, c’eût été pour Zola, d’une certaine manière, s’inféoder, accepter une forme de mécénat, non plus extérieur au champ littéraire, mais émanant d’un écrivain qui voulait se faire reconnaître comme un chef d’école. C’était souscrire à une hiérarchie ou reconnaître Goncourt comme un devancier. La candidature de Zola à l’Académie française était donc une offense consciente à la future Académie des Goncourt. Et cette injure ne pouvait être punie que d’une exclusion. Inutile d’épiloguer sur l’absence de Céard. Il faisait partie en 1881 des futurs académisés, il fut ensuite remplacé par Rosny. Son crime ? Goncourt ne lui avait pas pardonné d’avoir maladroitement adapté Renée Mauperin au théâtre.

  • 12 J-H. Rosny, Le Termite, Albert Savine, 1890, chapitre VI, p. 99.
  • 13 J.-H. Rosny, L’Académie Goncourt, Crès, 1927, p. 3.

9Comment furent sélectionnés les 8 noms qui figurent sur le testament ? On connaît l’amitié très profonde qui unissait Alphonse Daudet et Edmond. Mais les sept autres ? Mettons-nous d’abord, dans un mouvement empathique, à la place des jeunes greniéristes. Quels pouvaient être leurs sentiments lorsqu’ils lisaient, en 1889, l’interview d’Edmond par Mario Fenouil, dans Le Gaulois ? Ils y apprenaient que le maître d’Auteuil, outre Banville, Zola, Daudet, avait choisi sept autres académisables dont il préférait taire les noms : « un talent que M. de Goncourt croyait supérieur pouvait prendre la place d’un talent moindre ». De là, concluait le journaliste, « des appréhensions, des transes continuelles » chez les jeunes gens du Grenier. Cette anxiété, Rosny, dans le chapitre VI de son roman à clé, Le Termite, la décrit lui aussi avec talent. Elle n’est pas subordonnée à l’ambition académique du héros de roman, mais au désir d’être reconnu, apprécié, légitimé comme véritable écrivain par le maître d’Auteuil. « Chez Fombreuse (alias Goncourt) un dimanche, le maître dit à Servaise : – Beaucoup de talent votre bouquin, une analyse fouillée. Le petit paria est très chic… Au ton, Servaise perçut le froid, l’estime cristallisée et neutre, l’humiliante bienveillance pour les œuvres qui n’ont pas franchi de clôtures12. » Rencoigné dans le silence, Servaise sent en lui monter tout un flux d’envie et de ressentiment lorsqu’un nouveau venu, Myron, fait son entrée dans le Salon, accaparant l’attention de Fombreuse. Tout un dispositif de conversations dialoguées, de sous-conversations, fait apparaître dans ce roman le Grenier d’Auteuil comme un champ de forces où s’exerce la terreur douce. Celle-ci peut prendre des formes souriantes. Il n’en reste pas moins qu’elle est éprouvante pour les nerfs et la vanité. Edmond ne cesse, en effet, de jouer au chat et à la souris : je donne quelques noms à la presse, j’en occulte d’autres. Je m’adresse en privé à quelques greniéristes, je me confie à eux sans m’abandonner tout à fait : « Qui sait Rosny, vous y être peut-être dans le Testament13 ? » Cette citation se rencontre dans le livre de Rosny aîné, L’Académie Goncourt. Bien que le texte du mémorialiste précise qu’Edmond prononce ces quelques mots en riant, bien que Rosny trouve à se rassurer sur ce rire, on rêve cependant à un acteur qui, à l’instar d’un Stanislavski pourrait moduler toutes les incertitudes du mot « peut-être ». Ainsi exercée, la terreur douce tient d’un grand art. Edmond, en son grenier, et en cette fin de siècle, est le comédien le plus sérieux, le plus sincère, mais aussi le plus retors du champ littéraire.

10Pour être pleinement reconnu, il fallait aussi donner quelques gages d’amitié bien chevaleresque. Le champ littéraire aime les combats. Edmond appréciait que l’on courre sus les félons et les faux amis. Le manifeste des cinq, en 1887, si grossièrement hostile à Zola, n’avait certes pas été écrit à la demande du maître d’Auteuil. Il correspondait cependant à son attente. Rosny, Margueritte, Descaves, greniéristes fervents et futurs académiciens, furent parmi les signataires. Mirbeau, qui s’éleva violemment contre Zola et ses espérances académiques dans un article publié dans Le Figaro, le 18 juin 1888, article significativement intitulé « La fin d’un homme », trouva sa récompense en 1890. Edmond biffa, en effet, le nom de Zola pour le remplacer par celui de ce nouveau preux à qui il ne déplaisait pas de flatter le maître d’Auteuil en lui racontant des anecdotes controuvées. Ainsi faisait d’ailleurs Jean Lorrain, vilainement dénoncé par Daudet comme faussaire.

  • 14 Voir une lettre du 27 janvier 1885, citée par Pierre Dufief dans « Gustave Geffroy, le huitième cou (...)

11L’amitié exigeait surtout, entre autres rituels, un permanent exercice d’admiration. Edmond signale dans le Journal qui, parmi les jeunes greniéristes, le défend, qui écrit dans la presse des comptes rendus sur ses œuvres, et gémit si on l’oublie : « Sauf l’ami Geffroy, personne au monde dans la presse n’a parlé de la nouvelle édition de Germinie Lacerteux et de la préface tirée de mon Journal qui me semble vraiment avoir un intérêt au point de vue du livre, au point de vue des procédés régnant à l’heure présente » (Journal, 13 juin 1888). Ce vieil écrivain ressassant, soupçonneux, en dépit de ses rugosités, de sa susceptibilité, est en fait en attente d’amitié. Sa relation aux autres s’apparente parfois à un colloque sentimental. Geffroy, qui se promène volontiers avec lui, qui l’accompagne lors de sortie en ville, mérite ainsi qu’Edmond, l’appelle incidemment « mon petit »14, terme d’affection qu’il ne réserve donc pas au seul Daudet.

12C’est ainsi que dans le grenier, sous le signe certes de la vanité, mais aussi de l’affection, s’opère une sélection. L’on y voit le futur donateur exiger sans cesse des contre-dons. Il choisit ses fils pour peu qu’ils veuillent bien le reconnaître comme père. C’est peut-être ce qui explique ce repliement du Testament sur les plus proches, parmi les greniéristes, peut-être aussi sur ceux dont la poétique semble à Edmond consonante de la sienne : « À rebours de Huysmans, ça a l’air d’un livre de mon fils bien-aîmé et de la silhouette du futur de Chérie » (Journal, 16 mai 1884). Et peut-être découvrira-t-on dans l’incomplétude de la liste testamentaire, huit noms au lieu des dix attendus, un ultime trait, mais non le moindre, de la petite terreur goncourtienne.

  • 15 Émile Faguet, Annales politiques et littéraires, 18 janvier 1903.
  • 16 Arthur Meyer, « L’Académie des Goncourt », Le Gaulois, 24 juillet 1896.

13Le pari d’Edmond n’était pas sans risque. Son projet académique émanait d’une véritable passion d’homme de lettres pour la littérature. Mais faute de grands noms, la future Académie des Goncourt risquait de figurer, selon le méchant mot de Faguet, une « académiette »15 ou un cénacle sans envergure, comme le clamait Arthur Meyer : « L’institution est d’ordre intime, gâchée par je ne sais quel sentiment d’égoïsme orgueilleux d’un homme de haute valeur, mais dont le champ demeure étroit. Les fauteuils sont attribués à ceux qui avaient des tabourets à la cour d’Auteuil, […] cour où ne furent inconnues, ni la flatterie, ni l’intrigue, ni la susceptibilité exaspérée16. » Il ne restait plus aux futurs académiciens qu’à sortir par le haut, c’est-à-dire en décernant le prix à un grand écrivain. Proust, dont l’œuvre est si souvent marquée par l’écriture artiste, est l’assomption des Goncourt.

14Le projet d’Edmond risquait encore d’être entaché d’une autre manière. Loin d’illustrer l’autonomie de la littérature, le testament semblait la faire entrer involontairement dans le domaine des faits divers. Le Figaro se plaisait ainsi, en ce mois de juillet 1896, à publier, sous la plume de George Béhenne, un feuilleton testamentaire. On y étalait les dissensions du Grenier lors des obsèques d’Edmond, on y formulait des hypothèses sur le nom des académiciens. On y dévoilait les huit noms, tout en écrivant de petites fables amusantes. Bref, le tintamarre habituel à la tourbe médiatique. Certains, malignement comme Lucien Muhlfeld, estimaient dans La Revue blanche que le solennel mémorial qu’Edmond avait voulu élever à son nom n’enfermait que le cadavre d’un petit-maître. Un trop magnifique tombeau faisait disparaître l’œuvre. Cette volatilisation est en partie consubstantielle, en effet, à la fondation de l’Académie et au tintamarre médiatique qui en résulte. En se rêvant parfait littérateur au point de faire en sorte que le nom Goncourt devienne celui d’une institution destinée à la consécration des gens de lettres par eux-mêmes, Edmond prenait le risque que la postérité référât son nom à un prix, et non plus à une œuvre. Le renom académique, si l’on peut dire, effaçait le nom ou plutôt la signature, la griffe littéraire des Goncourt, leur style. Ils devenaient une entité. Symptomatiquement, on ne parle plus d’« Académie des Goncourt », mais d’Académie « Goncourt ». Il importe donc aujourd’hui d’instaurer un va-et-vient entre l’analyse du projet académique qui, d’une certaine manière, explique l’œuvre, et la lecture de l’œuvre, qui donne les clés, notamment le Journal, de la fondation de l’Académie. On apercevra alors, dans cette terreur douce, qui appelle un certain sourire, un amour fou de la littérature, une passion jalouse d’homme seul en quête de paternité littéraire.

Notes

1 René Doumic, Revue des Deux Mondes, 15 août 1896, p. 935.

2 Voir Léon Daudet, Souvenirs des milieux littéraires dans Souvenirs et Polémiques, Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1992, p. 707.

3 Revue Blanche, 1er août 1896.

4 Le Bien Public, 23 juin 1882.

5 Le choix de ce titre est pour nous une manière de rendre hommage à Claude Duchet dont l’article « Le Journal des Goncourt ou la terreur dans les lettres » dans Les Frères Goncourt : art et écriture, Bordeaux, 1986, reste pour nous véritablement fondateur.

6 Voir Alidor Delzant, Charpentier, 1889, p. 279 : « Le Grenier est surtout une réunion d’espérances où il est vraisemblable que se recrutera plus tard l’Académie des Goncourt. »

7 C’est ainsi, en tout cas, qu’Alidor Delzant présente le Grenier, op. cit., p. 277.

8 « Hier, j’ai passé l’après-midi chez Edmond de Goncourt, qui a repris les dimanches de Flaubert », Guy de Maupassant, « Lettre à un provincial. Un dimanche au Grenier d’Edmond de Goncourt », Chroniques, UGE, 10/18, 1980, t. III, p. 220.

9 Mario Fenouil, « L’Académie des Goncourt », Le Gaulois, 6 novembre 1889.

10 Le Figaro, lundi 20 juillet, Georges Béhenne, « La mort d’Edmond ».

11 Voir Émile Zola, « L’argent dans la littérature » (1880), repris dans Le Roman expérimental. Le premier paragraphe de cet article s’en prend avec vigueur à ce qui lui semble un lamento convenu et qui fait souvenir de la voix gémissante d’Edmond : « Souvent, j’entends pousser autour de moi cette plainte : “l’esprit littéraire s’en va, les lettres sont débordées par le mercantilisme, l’argent tue l’esprit”. Et ce sont d’autres accusations éplorées contre notre démocratie qui envahit les salons et les Académies, qui détraque le beau langage, qui fait de l’écrivain un marchand comme un autre […] »

12 J-H. Rosny, Le Termite, Albert Savine, 1890, chapitre VI, p. 99.

13 J.-H. Rosny, L’Académie Goncourt, Crès, 1927, p. 3.

14 Voir une lettre du 27 janvier 1885, citée par Pierre Dufief dans « Gustave Geffroy, le huitième couvert », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, no 10, novembre 2003, p. 96.

15 Émile Faguet, Annales politiques et littéraires, 18 janvier 1903.

16 Arthur Meyer, « L’Académie des Goncourt », Le Gaulois, 24 juillet 1896.

Auteur

Professeur de littérature française à l’Université de Paris X-Nanterre. Sa recherche porte sur les rapports entre littérature et médecine (Le Corps et la maladie dans les récits réalistes (1856-1893), Klincksieck, 1991). Il prépare une édition critique du Journal des Goncourt.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540