Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre V. La genèse du Prix Goncourt

Du Journal à l’Académie

Robert Kopp

Texte intégral

1Le chemin qui mène du Journal à l’Académie des Goncourt passe obligatoirement par le testament d’Edmond, plus exactement par les différentes moutures de ce testament et leurs codicilles, ainsi que par les contestations dont il a été l’objet.

  • 1 Claude Duchet, « Le Journal des Goncourt ou la terreur dans les lettres », dans Les Frères Goncour (...)
  • 2 Stéphanie Champeau, La Notion d’artiste chez les Goncourt (1852-1870), Champion, 2000 ; Dominique (...)

2Ce parcours permettra de mettre en lumière, du moins je l’espère, certaines réalités matérielles qu’il me paraît important de rappeler à la suite des articles d’Alain Barbier Sainte-Marie, parus dans les numéros 3 et 4 de 1994 et de 1997 des Cahiers Edmond et Jules de Goncourt. Elles ont leur importance si l’on veut comprendre la conception que se faisaient les Goncourt de « l’homme de lettres », cette espèce nouvelle et propre au XIXe siècle, dont ils se sont proposés de faire la promotion, comme l’a montré Claude Duchet dans sa contribution fort suggestive lors du congrès de Bordeaux en 19961 et qui a été complétée sur plus d’un point par Jean-Louis Cabanès et par Pierre- Jean Dufief dans leurs contributions à l’important numéro spécial consacré aux Goncourt par la Revue des Sciences humaines (3/2000). J’essaierai de ne pas oublier non plus les remarques très pertinentes que contiennent les thèses de Stéphanie Champeau et Dominique Pety consacrées respectivement à la figure de l’artiste et à la notion de collection2. C’est dire que le champ de ma recherche est parfaitement bien balisé.

  • 3 Laffont, 1944, p. 246.
  • 4 Journal, 14 juin 1862, Edmond et Jules de Goncourt, édition R. Laffont, collection « Bouquins », 1 (...)
  • 5 Journal, 10 juillet 1862, op. cit., t. I, p. 831.
  • 6 Journal, 13 décembre 1862, op. cit., t. I, p. 901.

3J’ai beau eu feuilleter une nouvelle fois le Journal et d’autres documents : je n’ai pas trouvé, du moins à ce jour, de document nouveau permettant de préciser le moment où les Goncourt ont décidé de fonder une « société littéraire » ou une « académie » portant et pérennisant leur nom. Pierre Descaves, dans Mes Goncourt3 fait remonter l’idée à 1862, sans apporter de preuve tangible. Le Journal de cette année-là – qui vit le triomphe des Misérables de Victor Hugo – fourmille de remarques sur la place de l’artiste dans la société. Les Goncourt, plus que jamais, sont en quête de reconnaissance et littéraire et mondaine. Après avoir envoyé leur habit dîner chez la princesse Mathilde sur le dos de Gavarni4, ils sont enfin conviés en personne. Ils attendaient ce jour avec impatience. « Point d’invitation, dans le monde, qui ne soit demandée » avouent-ils5. Ce grand moment – on le sait – coïncide avec celui de la mort de Rose. Malgré les commentaires ironiques que leur inspire le cercle de la princesse, ils sont flattés, presque heureux de pouvoir le rejoindre de temps en temps, surtout quand il s’agit d’un dîner en petit comité. S’ils ne retrouvent pas l’esprit des salons du XVIIIe siècle, ils sont sensibles à l’atmosphère bon enfant et à la liberté de ton qui règne entre les convives6. 1862, c’est aussi le début des dîners Magny, autre lieu de sociabilité dont on connaît l’importance et pour les Goncourt et pour l’histoire des lettres.

  • 7 Journal, 13 juillet 1862, op. cit., t. I, p. 836. Sont visés Mme du Parquet ayant reçu le prix d’é (...)
  • 8 Journal, op. cit., t. I, p. 883.

4Toutefois, malgré le besoin évident d’une société choisie dont ils feraient partie intégrante, pas de trace explicite, à cette époque, d’une future académie ou d’une contre-académie qui porterait leur nom. Tout au plus, quelques remarques acerbes sur le disfonctionnement de l’Académie française. Ainsi le 12 juillet 1862 : « L’Académie, la seule institution qui survit au passé, cherchant le suicide, se retirant de tout ce qui est vie et jeunesse, couronnant les anonymes, les livres qu’on ne lit pas, les poètes inconnus – l’apothéose des fruits secs ; couronnant une étude de femme sur le roman : toujours des Louise Colet ! Ça devient la succursale des Jeux floraux7 ! » Bien que leurs ouvrages soient loin de passer inaperçus et que plus d’un ait été réimprimé dans l’année de sa parution ou l’année suivante, les Goncourt sont obsédés par la reconnaissance en littérature. Ils reviennent sans cesse au sujet traité dans Les Hommes de lettres : la fabrication d’un nom, d’une réputation : « Nous voici avec les meilleures relations littéraires du monde : nous n’aurions pas de talent, nous n’aurions ni marque, ni originalité, ni signature, nous ferions ce que tout le monde fait – tout nous serait ouvert, journaux, revues. Il n’y a plus que cela, jusqu’à notre talent qui nous retarde. Fortunes d’eunuques, ce sont les plus rapides8. »

  • 9 Journal, 10 novembre 1862, op. cit., t. I, p. 882-883.

5Le talent et l’originalité sont donc des obstacles à la reconnaissance et à la réussite. Il ne s’agit ici pas seulement de ce qu’on pourrait appeler « complexe de Chatterton », mais aussi de la conviction que le goût du public date fatalement, vu son manque d’éducation littéraire et qu’il est vulgaire vu son manque de sensibilité aux vraies valeurs artistiques. En même temps, les Goncourt, sont convaincus qu’aucune œuvre ne dure, que les temps changent de plus en plus vite, que le goût évolue et se modifie comme le reste. Le problème de la survie se pose ainsi de façon singulière : comment miser sur la durée, pour ne pas dire la pérennité, si l’on est persuadé de la relativité de toutes les valeurs, y compris des valeurs esthétiques. 10 novembre 1862 : « Après y avoir mûrement réfléchi, je reste intimement convaincu qu’il n’y a pas de beautés éternelles en littérature – en d’autres termes, qu’il n’y a pas de chefs-d’œuvre absolus. Qu’un homme fasse aujourd’hui l’Iliade, trouverait-il un lecteur ? Molière présentant Le Misanthrope, Corneille les Horaces aux Français, ne seraient pas lus, et cela justement. Les professeurs et les Académiciens ont persuadé qu’il y avait des œuvres et des hommes échappant à l’action du temps, aux révolutions du goût, au renouvellement d’esprit, d’âme, d’intellect des temps et des peuples : c’est qu’il faut bien qu’ils gardent quelque chose et qu’ils sauvent un Capitole. Certaines conceptions de Balzac, pas mal de vers d’Hugo, des pages surtout de Henri Heine sont, à mon sens, en ce temps, le sublime ; et peut-être cela, un jour, dans des siècles, ne le sera-t-il plus9. » Chaque époque aura donc son « sublime » ; il durera ce que dureront non pas les roses, mais peut-être à peine plus… Découle de ce passage – et de bien d’autres qui le corroborent – une conception de la modernité très proche de celle de Baudelaire et qui prend en compte le changement sous sa forme la plus radicale qui est la mode, dont l’essence est de se démoder par l’éternel retour, non pas du même, mais du nouveau. Retenons, pour notre propos, à la fois une obsession de la survie, de la durée, omniprésente dans le Journal, et une obsession de la reconnaissance immédiate. Une obsession aussi de la « paternité » en littérature, dans un double sens du terme : la revendication d’avoir créé quelque chose de nouveau et le regret de ne pas avoir de successeurs. Ce ne sont là, pas encore, des raisons suffisantes pour fonder une académie. Mais, sans doute, l’académie pouvait-elle être une réponse aux problèmes soulevés par le Journal en 1862.

6Ce n’est qu’après la mort de Jules que, semble-t-il, l’idée commune aux deux frères, si l’on en croit Edmond, de constituer une « société littéraire » a pris corps. Un premier projet de testament date du 14 juillet 1874 et institue Eugène Labille légataire universel ; les premiers titulaires de l’Académie sont : Flaubert, Paul de Saint-Victor, Louis Veuillot, Théodore de Banville, Barbey d’Aurevilly, Fromentin, Chennevières, Zola, Alphonse Daudet, Léon Cladel. Ce premier testament fut suivi d’un deuxième et d’un troisième, datés du 16 novembre 1884 ; c’est ce dernier qu’Edmond recopia en 1892 et déposa chez son notaire. Il est assorti de quatre codicilles qui sont importants dans la mesure où Daudet et Hennique deviennent « légataires universels » chargés d’établir l’Académie (il n’eut pas été possible de léguer ses biens à une institution à naître).

  • 10 Chérie vient d’être réédité avec d’excellents commentaires par Jean-Louis Cabanès et Philippe Hamo (...)

7Mais dès avant le premier projet de testament du 14 juillet 1874, Edmond a ébauché ce qu’il appelle lui-même un « testament littéraire ». Il s’agit du texte qui deviendra la préface du premier volume d’extraits du Journal (mars 1887), mais qui a d’abord été inséré dans la préface de Chérie (1884)10. Ce texte est daté « Schliersee, août 1872 ». En effet, du 3 août au 9 septembre 1872, Edmond entreprit un voyage en Bavière, avec Édouard de Béhaine, sa femme, son fils et le précepteur de celui-ci. Les différentes étapes de ce périple, ainsi qu’un certain nombre d’impressions et de réflexions sont consignées dans le Journal. Il y est question du « décor rococo jésuite » de l’église de Schliersee, auquel Edmond est sensible ; il est question aussi du roi « fou » Louis II de Bavière, plus poète que fou d’ailleurs, pour Edmond, puisque sa folie consiste à se retire dans un monde purement artificiel, créé par son imagination, préférant les décors peint aux décors de la nature. Le château de Hohenschwanstein est à sa manière la maison d’un artiste.

  • 11 Journal, 23 août 1872, op. cit., t. II, p. 527.
  • 12 Chérie, op. cit., p. 47.

8Le Journal consigne enfin une conversation sur le roman en général et sur les romans tels que les Goncourt voulaient en faire : « des romans de science humaine, sans plus de gros drame qu’il n’y a dans la vie », mais pour lesquels « il faut des années et des années de vie commune avec les gens qu’on veut peindre, pour que rien ne soit imaginé qui ne corresponde à leur originalité propre », « tandis qu’un de ces romans qu’on fait avec le récit d’une aventure amplifiée, augmentée, chargée, dramatisée, on peut le faire en deux ou trois mois, comme le fait Feuillet11. » On devine, à travers ce passage qui, lui aussi, est corroboré par d’autres, qu’Edmond se lasse de la littérature d’imagination. Non pas définitivement, puisqu’il publie encore La Fille Élisa (1877) et Les Frères Zemganno (1879). Mais c’est cette lassitude qu’il exprime aussi dans la préface de Chérie avant d’ajouter : « Enfin, j’ai besoin de relire nos confessions, notre livre préféré entre tous, un journal de notre double vie, commencé le jour de l’entrée en littérature des deux frères et ayant pour titre : Journal de la vie littéraire (1851-188.), journal qui ne doit paraître que vingt ans après ma mort12. » Or si le manuscrit de ce journal, vue l’incertitude des temps, devait être détruit, Edmond donne, en guise de « testament littéraire », la préface testamentaire, datée de « Schliersee, août 1872 ». Ainsi, même si Edmond ne le fait pas explicitement, nous pouvons, par le rapprochement des dates, établir un lien entre la publication posthume du Journal et la création de l’Académie, et ceci au début des années 1870. Toutefois, il manque un élément essentiel : il n’est pas encore question de verser une rente aux académiciens, ni de décerner un prix. Deux éléments importants qui apparaissent dans le testament de 1884, qu’il faut maintenant regarder d’un peu plus près.

9Le testament stipule la fondation d’une académie dont les dix membres seraient rémunérés à hauteur de 6ʹ000 francs or par an, et la remise d’un prix de 5ʹ000 francs or. Total des dépenses : 65ʹ000 francs. Faut-il rappeler qu’il s’agit du « franc germinal », en usage de 1803 à 1928, fixant un franc à 0,29 g d’or fin. La loi monétaire du 25 juin 1928 fixera la valeur à 0,0655 g, ce qui correspond à une dévaluation des quatre cinquièmes. Le « franc Poincaré », dit « franc à quatre sous » et non plus à « vingt sous », signifiera la ruine de centaines de milliers d’épargnants. Il signifie aussi la ruine matérielle de l’Académie Goncourt.

  • 13 Le facteur de multiplication entre le « franc germinal » et l’euro est un peu plus de 3. Je me con (...)
  • 14 Voir dans ce même volume la contribution de Dominique Pety.
  • 15 Chiffre confirmé dans la correspondance.

10On sait que les rentes des académiciens et le prix devaient être financés par la vente des collections laissées dans la Maison d’Auteuil, ainsi que par les droits d’auteurs présents et à venir. Parmi ces derniers sont explicitement mentionnés dans le testament les droits que produira le Journal. Il y eut toute une série de vacations, entre février et juin 1897, produisant 1ʹ369ʹ249,85 francs germinal, autrement dit un peu plus de 4 millions de nos euros en 200313. Si le produit de ces ventes avait pu être placé à 5 %, il aurait rapporté les 65ʹ000 francs nécessaires au fonctionnement de l’Académie. Le calcul d’Edmond de Goncourt n’était donc pas trop irréaliste. Il avait une idée assez précise de la valeur globale de sa collection, même si les différentes ventes n’ont pas toujours produit ce qu’il semblait en attendre14. 6ʹ000 francs de rente pour un académicien correspondait donc à quelques 20ʹ000 euros. Ce n’est pas l’aisance, certes, mais ce n’est pas l’indigence non plus. C’est le salaire d’un chef de bureau dans un ministère ; c’est un peu plus de la moitié du traitement d’un sénateur sous l’Empire. C’est à peu près ce dont les Goncourt disposaient pendant toute leur vie. On sait que leur revenu était de 10ʹ000 francs or par an15. Seul Flaubert, parmi leurs amis, était plus riche (20ʹ000 francs de rente), mais Baudelaire, par exemple, qui avait hérité de 100ʹ000 francs or en 1842 et dépensé la moitié en deux ans, dut après la dation du conseil judiciaire, se contenter de 2ʹ400 francs par an, auxquels s’ajoutaient les avances de sa mère (disposant de 11ʹ000 francs de revenus après la mort d’Aupick) et quelques maigres droits d’auteur.

  • 16 Journal, 28 juillet 1868, op. cit., t. II, p. 527.

11Un des buts de l’Académie – je n’irai pas jusqu’à dire, comme cela a été fait de façon provocante, « la vraie raison de la création de l’Académie » – était donc de permettre à de jeunes auteurs sans fortune de vivre comme ils avaient vécu eux-mêmes, de se consacrer exclusivement à la littérature et aux arts, sans autre préoccupation matérielle. Ce but est clairement formulé dans une interview qu’Edmond a donnée au Gaulois, le 6 novembre 1889 : « On a cru voir dans notre académie une rivale de l’autre, la grande, celle qui tient ses assises à l’extrémité du Pont des Arts. » Cette rivalité, on le sait, existe : l’impossibilité de cumuler les deux appartenances, le prix donné exclusivement à la prose (alors que l’Académie française couronne volontiers des vers), le prouvent. Mais voici la suite : « L’Académie des Goncourt, à part trois ou quatre noms célèbres, sera accessible aux jeunes littérateurs que le hasard de la fortune, les nécessités de la vie, mettent dans une situation inférieure et obligent d’accepter pour vivre un emploi quelconque, décroché au hasard des découvertes. » Il faut rapprocher ce passage de la lettre de Jules à Louis Passy au lendemain de son baccalauréat : « Je ne ferai rien, pour me servir d’une expression fausse mais usitée ». Il ne voulait pas être casé dans « un de ces parcs à additions ou à copies de lettres » comme tous les jeunes gens de sa condition. Et la fin de l’interview : « Notre idée a été d’aider à l’éclosion des talents, de les tirer des difficultés matérielles de la vie, de les mettre en mesure de travailler efficacement, en un mot de leur faciliter la tâche de produire une œuvre littéraire. » Il s’agit donc bien d’assurer la liberté de création à de jeunes auteurs. Ce qu’avait bien vu Clemenceau : « Affranchir dix pensées, c’est une œuvre, dans un pays comme le nôtre. » Autrement dit, il fallait éviter aux jeunes auteurs ce bagne qu’était le journalisme, tel que l’a connu Zola, tel que l’a connu Gautier, qui leur avoue qu’il court après « la pâtée » et que cette course perpétuelle l’aura empêché d’être un des trois ou quatre grands noms du siècle ; qu’il est obligé de faire vivre son père, ses sœurs, les femmes, les enfants, que s’il tombait malade 15 jours, ce serait déjà le déménagement et au bout de 6 semaines « l’hospice Dubois comme les autres »16. Travailler en toute indépendance, c’est une situation qu’aucun écrivain n’a peut-être jamais connu, ni sous l’Ancien Régime, ni dans les temps modernes. La liberté matérielle est une chose, mais l’indépendance dont rêvent les Goncourt va plus loin : il faut être indépendant de toute famille, de toute compagnie, de toute société. Sauf que cet « homme de lettres » indépendant de tout et de tous, ne peut pas se passer de reconnaissance. C’est la faute de leur tempérament : « Notre plaie à nous, c’est l’ambition littéraire – insatiable et altérée ; au fond, de quoi nous plaindre ? Point de chagrin. De quoi vivre ! – Des malaises qui ne compromettent pas encore la vie ! Une espèce de réputation littéraire. Pourquoi être désolés ? Ah ! Pourquoi ? Parce que nous avons des sens trop fins pour être heureux et des aptitudes merveilleuses pour nous empoisonner le bonheur sitôt qu’il y en a un semblant en nous ! » Contrairement à Baudelaire, les Goncourt ne font jamais l’éloge de la solitude. Ils parlent souvent de leur solitude, mais non pas comme d’un état à conquérir. Ils n’ont pas non plus la conviction intime que, malgré le manque de reconnaissance, leur œuvre restera (bien qu’il leur arrive de faire allusion à Stendhal disant qu’il serait lu en 1880). Sans doute sont-ils trop sensibles au changement, à l’évanescent, à l’éphémère, pour avoir un sentiment intime de la durée. La durée, il faut la construire ; c’est un acte de volonté, mais qui va à l’encontre des lois de l’histoire. D’où la nécessité d’institutions littéraires comme outils d’immortalisation : leurs collections, le Journal, l’académie.

  • 17 Journal, 22 mars 1884, op. cit., t. II, p. 1055.

12Claude Duchet a bien mis en lumière la situation inconfortable de « l’homme de lettres » (cette figure emblématique pour les Goncourt) entre l’art et l’argent, entre intégration et marginalité. Situation inconfortable parce que contradictoire ; contradiction mise en évidence par le Journal. On a tout dit ou presque du mépris qu’affichaient les Goncourt pour le public, son ignorance, sa vulgarité, sa bassesse. Ce sont, en partie, des traits d’époque. Mais ce public, il n’est pas seulement indifférent au talent des Goncourt, il est souvent agressif. Il y aurait une petite étude à faire sur l’emploi des mots « complot », « cabale », « coup monté » dans le Journal. Les Goncourt se plaignent du « dénigrement constant » dont ils seraient les victimes. Mais ce public dont ils se sentent incompris, mal aimés, agressés, ils l’agressent à leur tour : au mépris dont fait constamment état le Journal se joint l’apostrophe, voire l’insulte affichée par exemple dans la préface de Germinie Lacerteux. Ce qui complique la situation, c’est que les Goncourt ne cessent de quémander l’approbation de ce public tant vilipendé. À chaque publication, ils notent qu’ils sont inquiets de l’accueil réservé à leur livre ; ainsi au moment de Chérie, le 22 mars 1884 : « Que ce soit une vie solitaire ou tout autre chose, je crois que depuis qu’il y a une littérature, il n’est pas un littérateur qui, au moment de la publication d’une de ses œuvres, ait souffert d’une inscience plus complète de l’effet produit sur le public17. » Les Goncourt utilisent toujours le mot au singulier : le public (comme le bourgeois). Il y a opposition entre le public et les artistes. Les Goncourt écrivent pour les artistes, mais ils voudraient que le public applaudisse. Dans Idées et sensations (1866), ils consignent une phrase de d’Alembert : « Malheurs aux productions de l’art dont toute la beauté n’est que pour les artistes ! » Et ils commentent : « Voilà une des plus grandes sottises qu’on ait pu dire. » Dans le compte rendu que Sainte-Beuve fit de ce recueil pour le Constitutionnel (14 mai 1866), il cite ce passage pour instruire immédiatement le procès de la conception limitative de l’art qu’il recèle :

Eh bien ! l’art, parce qu’il doit surtout satisfaire les artistes, c’est-à-dire les connaisseurs, doit-il donc se condamner ainsi à ne plaire qu’à eux, à eux seuls, à déplaire nécessairement aux bourgeois (ce mot va loin), à la moyenne du public, à l’ensemble d’une société, à nos semblables.

13Et Sainte-Beuve ajoute que l’écrivain appartient toujours à son temps, mais qu’il devrait écrire pour le plus grand nombre d’amateurs possibles :

Pourquoi limiter à l’avance ce nombre ? Pourquoi repousser, de propos délibéré, des natures mêmes incomplètes, qui ne demandent qu’à être attirées et à venir à vous pour de certaines qualités qui sont en vous et qui sont absentes en elles ?

14Ce que dénonce Sainte-Beuve, c’est évidemment une littérature qui ne s’adresserait qu’aux littérateurs. C’est pourtant bien le genre de littérature que cultivent les Goncourt (tout en donnant leurs textes à des journaux). Elle correspond au genre de vie qu’ils se sont choisi : leurs fréquentations sont presque exclusivement littéraires et artistiques ; les cercles auxquels ils participent ou qu’ils fondent, sont des cercles littéraires : les dîners Magny, le grenier. Ils se font de leur mission et de leur métier une idée toute sacerdotale (comme l’a montré Pierre-Jean Dufief). Mais ils sont les desservants d’une église dont la place dans la cité n’est pas très bien définie. Zola vivait son engagement, Mallarmé sacrifiait (et se sacrifiait) entièrement à son culte. Les Goncourt ont eu recours à des institutions (j’appelle institutions les dîners Magny, le grenier, leur collection) ; ils ont fini par en fonder une afin de pérenniser leur conception de la littérature. Le défi que celle-ci a parfois relevé avec succès, c’est de résoudre le conflit qui existe entre quantité et qualité et de permettre à « l’art des artistes » d’atteindre le plus grand nom

Notes

1 Claude Duchet, « Le Journal des Goncourt ou la terreur dans les lettres », dans Les Frères Goncourt : art et écriture, Presses universitaires de Bordeaux, 1997, p. 115-135.

2 Stéphanie Champeau, La Notion d’artiste chez les Goncourt (1852-1870), Champion, 2000 ; Dominique Pety, Les Goncourt et la collection. de l’objet d’art à l’art d’écrire, Droz, 2003.

3 Laffont, 1944, p. 246.

4 Journal, 14 juin 1862, Edmond et Jules de Goncourt, édition R. Laffont, collection « Bouquins », 1989, t. I, p. 826-827.

5 Journal, 10 juillet 1862, op. cit., t. I, p. 831.

6 Journal, 13 décembre 1862, op. cit., t. I, p. 901.

7 Journal, 13 juillet 1862, op. cit., t. I, p. 836. Sont visés Mme du Parquet ayant reçu le prix d’éloquence 1862 pour son « Étude sur le roman en France depuis L’Astrée jusqu’à René » ainsi que le prix de poésie 1839, 1843, 1852, 1855, décerné à Louise Colet.

8 Journal, op. cit., t. I, p. 883.

9 Journal, 10 novembre 1862, op. cit., t. I, p. 882-883.

10 Chérie vient d’être réédité avec d’excellents commentaires par Jean-Louis Cabanès et Philippe Hamon, La Chasse au snark, 2002.

11 Journal, 23 août 1872, op. cit., t. II, p. 527.

12 Chérie, op. cit., p. 47.

13 Le facteur de multiplication entre le « franc germinal » et l’euro est un peu plus de 3. Je me contente volontairement de cette approximation, car une conversion en pouvoir d’achat reste problématique (les prix de l’immobilier, pour ne prendre que cet exemple, étant à l’époque beaucoup moins élevés qu’aujourd’hui).

14 Voir dans ce même volume la contribution de Dominique Pety.

15 Chiffre confirmé dans la correspondance.

16 Journal, 28 juillet 1868, op. cit., t. II, p. 527.

17 Journal, 22 mars 1884, op. cit., t. II, p. 1055.

Auteur

Professeur à l’Université de Bâle. Dernière publication : Baudelaire : le soleil noir de la modernité, (Gallimard, 2004). Il est éditeur de la collection « Bouquins » (Robert Laffont) où il a publié Le journal des Goncourt (1989) et Les sMaîtresses de Louis XV (2003).

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540