Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre IV. Modernité et décadence

Les Goncourt, les femmes et l’hystérie

Nicole Edelman

Texte intégral

  • 1 Voir Nicole Edelman, Les métamorphoses de l’hystérique, du début du XIXe siècle à la Grande Guerre (...)
  • 2 « dont Zola prend alors connaissance directement ou indirectement par des comptes rendus, mais don (...)

1Au XIXe siècle, nombreux étaient ceux qui pensaient que les femmes étaient toutes des hystériques, réelles ou potentielles. L’élaboration de ce lieu commun a une très longue histoire, tortueuse et discontinue1 à laquelle les Goncourt ont participé. Germinie Lacerteux, la première hystérique, dont les deux frères dessinent clairement le portrait en 1865, donne force à une interprétation violente et crue de cette figure pathologique. Ce roman paraît en même temps qu’une autre œuvre importante : l’Introduction à la médecine expérimentale de Claude Bernard et avant que Zola ne définisse le « roman expérimental ». Les Goncourt font en effet précéder Germinie Lacerteux d’une préface retentissante où ils y affirment la nécessité d’utiliser dans l’écriture du roman les découvertes et les méthodes de la médecine2. Or je voudrais montrer dans ces quelques pages qu’ils sont loin de mettre au jour avec exactitude ces recherches médicales. Leurs écrits sont des fictions qui les interprètent, les transforment et qui créent à leur tour des études de cas. S’ils copient souvent avec une grande exactitude des nosologies, ils inventent en revanche des étiologies. Ils choisissent et sélectionnent certains éléments pour dresser des portraits de femmes hystériques ou dites telles, qui gauchissent et transforment les théorisations soigneusement élaborées dans des ouvrages reconnus de médecins. C’est ce décalage et cette création que j’analyserai ici.

  • 3 Voir R. Ricatte, La Création romanesque chez les Goncourt, 1852-1870, Colin, 1953, ch. 6, Germinie (...)
  • 4 J. L. Brachet, Traité de l’hystérie, Paris-Lyon, Baillière et Savy, 1847.
  • 5 Flaubert a lu le traité d’Hector Landouzy.

2Commençons par le roman exemplaire à ce titre : Germinie Lacerteux. Dans ce livre, publié en janvier 1865, les frères Edmond et Jules de Goncourt racontent l’histoire dure et tragique d’une femme du peuple qui devient hystérique. Germinie Lacerteux est domestique et appartient au monde des petites paysannes pauvres. Placée à Paris à l’âge de quatorze ans, battue et violée, elle connaît des souffrances morales et physiques, violentes et incessantes. Son hystérie détériore son corps et finalement l’alcoolisme et la phtisie la conduisent à l’agonie. Les frères Goncourt suivent étape par étape sa déchéance physiologique et morale jusqu’à sa mort dans une salle commune d’hôpital. Documentés et renseignés médicalement3 : ils ont en effet annoté le Traité de l’hystérie de Jean-Louis Brachet (1789-1858)4 qui a fait date vingt ans auparavant, en 1845, moment où l’Académie royale de médecine de Paris lui avait décerné une médaille d’or pour un mémoire sur l’hystérie. Ce médecin lyonnais s’est intéressé au fonctionnement neurologique du corps : il a travaillé tout particulièrement sur le système nerveux ganglionnaire (neurovégétatif), dont il estimait l’action distincte du système nerveux cérébral. Il considérait ainsi l’hystérie comme un phénomène nerveux, non pas lié à l’utérus mais au cerveau, ce qui tranchait assez nettement sur l’opinion dominante du moment. La plupart des médecins affirmaient en effet que l’hystérie était liée à un manque sexuel et ressortissait de l’utérus comme son étymologie l’indique d’ailleurs. Un mal de mère, un mal du sexe. En 1830, J. L. Brachet avait déjà proposé à l’Académie royale de Bordeaux un mémoire en ce sens, Recherches sur la nature et le siège de l’hystérie et de l’hypocondrie et sur l’analogie et les différences de ces deux maladies. Il faisait déjà de ces deux maladies des affections du système nerveux cérébral. Il n’avait alors reçu que la première mention honorable. En 1845, il présente à nouveau un mémoire sur l’hystérie seule pour concourir cette fois au prix de l’Académie royale de médecine. Avec les mêmes hypothèses, il reçoit la médaille d’or ex æquo avec Hector Landouzy (1812-1864)5. Ce dernier défend lui aussi une origine nerveuse de l’hystérie, non pas neuro-cérébrale mais neuro-génitale. Dans son Traité complet de l’hystérie publié en 1846, H. Landouzy estime que l’appareil génital peut induire des effets pathologiques sur l’encéphale transmis par l’appareil nerveux ganglionnaire. Ni H. Landouzy, ni J. L. Brachet n’excluent ainsi l’hystérie masculine. L’ouvrage de Jean-Louis Brachet eut un grand retentissement dans le monde médical, sa médaille d’or lui conférant une visibilité nationale.

  • 6 Névrose est entendue au sens de maladie nerveuse, purement organique.

3Cette interprétation neuro-cérébrale de l’hystérie est ensuite confirmée par l’ouvrage de Pierre Briquet (1796-1881). Les Goncourt n’ont apparemment pas lu son Traité clinique et thérapeutique de l’hystérie pourtant publié en 1859. Cet ouvrage n’a en effet été connu que dans l’après coup grâce à Jean- Martin Charcot qui, à son tour, a défendu après 1870, la thèse d’une étiologie neuro-cérébrale. L’hystérie est alors interprétée comme une « névrose de l’encéphale »6 selon la formule de P. Briquet.

  • 7 R. Ricatte, op. cit., p. 256. Dans J. L. Brachet : « constitution lymphatique nerveuse ; c’est cel (...)
  • 8 Chapitre 23 du roman Germinie Lacerteux.

4Germinie Lacerteux se donne donc comme un cas clinique exemplaire qui synthétise des symptômes glanés chez le vainqueur du concours de 1845. Son caractère nerveux, son tempérament lymphatique et son anémie aiguë correspondent au terrain le plus favorable à l’hystérie selon J. L. Brachet7. Son manque d’appétit et son goût dépravé pour les crudités, voire pour le charbon, appartiennent aussi aux signes donnés comme fréquents chez les hystériques. De même, la célèbre crise de convulsion8 provoquée par la nouvelle de la mort en nourrice de sa petite fille, qui ébranle tout le corps de G. Lacerteux, suit quasiment à la lettre les descriptions proposées par le médecin dans son traité.

  • 9 J. L. Brachet, Traité de l’hystérie, op. cit., p. 206.
  • 10 Ibid., Introduction aux prolégomènes.

5J. L. Brachet souligne aussi que l’hystérie se déclenche toujours en raison d’une trop grande sensibilité du système nerveux, ce qui est fréquent chez les femmes (rare chez les hommes : cent fois moins hystériques que les femmes selon ce médecin). L’hystérie « est liée à la constitution nerveuse de la femme »9. Les dix-huit observations que J. L. Brachet présente dans son traité tendent à privilégier des causes morales de l’hystérie : deuil, chagrin, déception amoureuse, humiliation, imagination (liée à la lecture des romans) même s’il n’exclut pas absolument des souffrances physiologiques retentissant sur le système nerveux cérébral et pouvant provoquer la maladie. Le Traité de l’hystérie, contient aussi des prolégomènes, une centaine de pages, on l’oublie trop souvent, qui concernent « l’organisation physique et morale » de la femme qui est ainsi présentée comme « un être d’amour et de douleur »10. Traité à l’intérieur du traité, exemplaire d’une manière de penser la femme en cette mi-temps du XIXe siècle : J. L. Brachet en fait un être physiologiquement et intellectuellement totalement différent de l’homme. Chez elle, tout est sentiment, rien n’est logique. Elle est faite pour aimer et se faire aimer. En cela, Germinie Lacerteux est conforme au profil de J. L. Brachet.

6Elle diffère pourtant des observations proposées dans le Traité de l’hystérie. Les hystériques de J. L. Brachet sont majoritairement des femmes de la bourgeoisie, petite ou grande, voire de l’aristocratie. Trois observations sur dix-huit concernent des femmes du peuple. Trois de ces cas sont des hommes, dont l’un est tailleur. À ce titre, l’héroïne des Goncourt serait a- typique pour J. L. Brachet. Les Goncourt sont en effet beaucoup plus proches des hystériques sombres, tragiques et populaires dont Pierre Briquet rend compte dans son traité et qu’ils ont d’ailleurs peut-être observées. La salle des hystériques de P. Briquet est en effet située dans l’hôpital de La Charité. Or les Goncourt s’y sont rendus à plusieurs reprises, on le sait, lors de leurs visites dans le service de Velpeau pour la préparation du roman Sœur Philomène (1861).

  • 11 Voir C. Becker, « le personnage de Germinie Lacerteux ou comment tuer le romanesque » dans Les Frè (...)

7Germinie Lacerteux est une domestique. Elle a connu une enfance pauvre. Un mauvais père, malade et brutal, la mort de sa mère quand elle avait cinq ans, celle de son frère, bon ouvrier qui la protégeait puis le viol par un vieux garçon de l’établissement où elle travaille, une grossesse, la mort de sa petite fille, bouleversent profondément l’ensemble de son économie nerveuse11.

  • 12 P. Briquet, Traité clinique et thérapeutique de l’hystérie, Baillière, 1859, p. 167.
  • 13 Voir G. Vigarello, Histoire du viol, Seuil, 1998.
  • 14 Henri Colin, Essai sur l’état mental des hystériques, Rueff, 1890, p. 208.

8Ce viol est cependant une invention propre aux romanciers. Ni J. L. Brachet, ni H. Landouzy n’en parlent dans leurs ouvrages comme cause de la maladie. Dans son traité, Pierre Briquet l’évoque en douzième position des causes rares de l’hystérie derrière l’accouchement (chez 7 hystériques), la grossesse (chez 6), la première menstruation (chez 5), les hémorragies et la saignée (chez 6), le viol (chez 2) au même titre que l’abus du coït ou la magnétisation12… Et pourtant les centaines de cas dont il traite, à l’encontre de J. L. Brachet, concernent majoritairement des femmes hospitalisées, donc pauvres voire indigentes. Cependant, d’une part, jusqu’aux années 1860, pour la majorité des médecins, l’hystérie ne concerne que les femmes des classes aisées. P. Briquet fait exception. Chez ces femmes privilégiées, le viol, quand il a lieu, n’est donc qu’exceptionnellement divulgué. D’autre part, le viol des filles et des femmes des classes pauvres ne semble pas remarquable comme étiologie possible de l’hystérie. Il faut attendre L’Iconographie photographique de La Salpêtrière dont le premier tome est publié en 1876 pour voir poindre une attention au mot et à l’acte. Un des auteurs de l’ouvrage, l’aliéniste Désiré Magloire Bourneville (1840-1909) n’évoque cependant le viol que dans le cadre de compte-rendus cliniques, bien souvent de délires, de malades soignées à l’hôpital. Ce n’est pas pour autant que les médecins y attachent de l’importance. Le viol n’est pour eux qu’un choc organique, une frayeur nerveuse, cité au même titre que d’autres. Les violences sexuelles13 sont pourtant très probablement fréquentes parmi ces malades hospitalisées, appartenant toutes au peuple pauvre des villes. En 1890, Henri Colin, un proche de Charcot, examinant l’une de ses patientes âgée de vingt-trois ans, note : « Nous trouvons qu’à neuf ans, elle a été violée par un homme de trente-six ans, ami de son grand-père maternel. Jusqu’ici rien que d’assez ordinaire (c’est moi qui souligne) mais ce qui ne l’est plus, c’est qu’elle ait conservé des relations presque quotidiennes avec cet homme jusqu’à l’apparition des règles, c’est-à-dire vers onze ans14. »

9Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les médecins pensent ainsi majoritairement les conséquences d’une telle violence en terme physiologique ou éventuellement en terme de moralité. L’hystérie est, pour eux purement neurologique, c’est à dire organique. L’approche psychologique est à peine balbutiante.

  • 15 Ibid., p. 98.
  • 16 C. Becker, « Le personnage de Germinie Lacerteux… », art. cité, dans Les Frères Goncourt : art et (...)
  • 17 Edmond et Jules de Goncourt, Germinie Lacerteux, op. cit., p. 88.
  • 18 Ibid., p. 91.
  • 19 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Robert Laffont, « Bouquins », 1989, 21 août 1862, p. 850.

10Les Goncourt, en revanche, entendent cette approche psychologique. Ils proposent ainsi une étiologie double à l’hystérie de Germinie Lacerteux : une origine liée à un manque sexuel. « L’irrégularité d’humeur […], les dégoûts de sa vie, les langueurs, le vide et le mécontentement de son être, venaient de cette maladie que la médecine appelle la mélancolie des vierges15. » Pourtant l’hystérie de l’héroïne n’est pas seulement d’origine sexuelle. Certes, Germinie Lacerteux n’est à la fin de sa vie que passion, pulsion, sensation animale. Bête furieuse ou « caressante qui cède à ses instincts », elle est tantôt apeurée, tantôt féroce. Ce qui parle en elle, c’est son corps, sa parole lui est confisquée16. Mais, si grossière soit elle, elle demeure femme et « il est de la nature de son sexe de vouloir se répandre et s’appuyer »17. Toute domestique qu’elle est, Germinie Lacerteux a des « idées capables de la faire triste et songeuse »18. Elle a besoin d’un idéal car le destin des femmes est de se dévouer et d’aimer. Écartelée, elle finit par avoir une double vie, domestique modèle le jour, aimante, dévouée, attentive à sa vieille maîtresse, dévoyée et déchaînée sexuellement la nuit, comme un dédoublement de personnalité. Si le terme est absent de l’œuvre des Goncourt, il semble pourtant adéquat pour qualifier cette dissociation du moi. L’hystérique se trouve déplacée vers l’instinct, l’automatisme, l’involontaire et même la folie. Les recherches de Pierre Janet (1859-1947) mettront clairement au jour ces symptômes au début des années 1890 mais déjà les aliénistes Jules Baillarger (1809-1890) et Jean Pierre Falret (1794-1870) ont évoqué au début des années 1850 ces alternances de personnalité. Par ailleurs, on sait que les Goncourt ont, d’une certaine façon, vécu cette expérience puisque le modèle de Germinie Lacerteux fut leur bonne Rose Malingre, morte en août 1862. Dans leur Journal, ils retrouvent à son propos les clichés savants qui définissent l’hystérie : l’excès, l’impressionnabilité, la sensibilité et notent : « Nous causons de Rose, de cette malheureuse organisation pulmonaire et d’hystérique, qui ne pouvait placer son bonheur, son amour, son amitié, son dévouement dans les conditions raisonnables de la vie, qui ne pouvait fatalement vivre que dans l’excès, presque la folie furieuse des sentiments humains19. »

11Germinie Lacerteux est donc invention romanesque (et comment pourrait-il en être autrement). Les Goncourt créent une nouvelle figure hystérique, ancrée dans une triade du sang, des nerfs et du sexe mais aussi une figure emportée par l’excès de son malheur.

  • 20 Emile Zola, « Germinie Lacerteux » dans Le Salut public de Lyon, 23 janvier 1865. Cité dans Germin (...)
  • 21 Cité par Nadine Satiat, introduction de Germinie Lacerteux, op. cit., p. 29.

12Le roman peut être ainsi lu de manière contradictoire. L’héroïne devient une représentation sociale à part entière dont la réalité est discutée. « Mettez Germinie dans une autre position, et elle ne succombera pas ; donnez lui un mari, des enfants à aimer, et elle sera une excellente mère, excellente épouse20 », écrit E. Zola. Cette femme du petit peuple reste une femme honorable, marquée par son impressionnabilité et sa sensibilité exacerbée. Engluée dans son hérédité biologique et morale, condamnée par la pauvreté de son milieu social, elle est irresponsable. Cette interprétation de Zola n’est cependant guère partagée par ses contemporains. De nombreux critiques résument le roman en des formules qui donnent de Germinie Lacerteux l’image d’un pur « roman pathologique » (Duchesne), préoccupé exclusivement de physiologie et de sexualité. « Sales amours d’une margoton hystérique », « débauche crapuleuse » d’une « Cléopâtre de ruisseau » (Duchesne), « débauche de bas étage » (Lagenevais), « d’une Messaline plébéienne (Merlet) »21. L’hystérique Germinie Lacerteux est alors une femme de mauvaise vie, une malade de son sexe, capable de tous les déchaînements, Vénus tout entière à sa proie attachée.

  • 22 Leur Traité de thérapeutique et matière médicale, publié en 1836 est réédité neuf fois jusqu’en 18 (...)
  • 23 J. L. Brachet, Traité de l’hystérie, op. cit, p. 174.
  • 24 Art. « Hystérie » dans Dictionnaire des Sciences médicales édité par Panckoucke, p. 226.
  • 25 Art. « hystérie » dans Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratique, publié chez Méquignon-Ma (...)

13Si l’interprétation de l’hystérie de Germinie Lacerteux a une ambivalence certaine, la représentation des Goncourt conforte celle de bon nombre de médecins encore fidèles à la thèse neuro-génitale voire utérine, thèse développée dans certains traités de pathologie, de clinique ou de thérapeutique qui sont réédités régulièrement comme celui d’Armand Trousseau (1801- 1867) et de son élève H. Pidoux22. Certaines des prescriptions proposées dans ces manuels rappellent clairement l’origine génitale ou sexuelle de la maladie. Il s’agit ainsi de traiter les désordres du système nerveux de l’utérus par des poses de sangsues aux cuisses ou à la vulve, des vésicatoires, des injections de lotions calmantes dans le vagin, des poses de ventouses sur le ventre, des frictions voire… en faisant « coïter la femme dans le moment de la crise »23. Conseil indécent ! Pratique immorale ! s’indignent pourtant tous les médecins, jusqu’à J. L. Brachet qui en fait tout de même état dans son traité. Ces manuels de « matières médicales » demeurent cependant des ouvrages de référence pour les étudiants ou pour les médecins « généralistes » tout comme le Dictionnaire des Sciences médicales édité par Panckoucke dans les premières décennies du XIXe siècle, où se trouve l’article de Jean Baptiste de Louyer-Villermay (1175-1837). L’hystérie y est présentée comme une « affection utérine, une suffocation de la matrice, un mal de mère… »24. C’est une maladie nerveuse dont le siège est l’utérus, elle est spécifique au « sexe », c’est-à-dire à la femme. Dans le Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratique publié en 1833, le médecin Achille Foville (1799-1878) rédige un article de la même teneur. Ce médecin « n’hésite pas à considérer l’utérus comme le point de départ véritable du phénomène dont l’ensemble constitue l’hystérie »25. La représentation d’une hystérie neuro-cérébrale n’est donc pas acquise, même dans le monde savant des hôpitaux.

  • 26 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit. t. 2, 1866, p. 155.
  • 27 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit. t. 1, 9 avril 1861.

14Dans leur Journal, les Goncourt rabattent ainsi très franchement l’hystérie vers le sexe. Ainsi, à propos de leur cousine de Gourmont écrivent-ils : « Tous les symptômes de l’hystérie insatisfaite par un mari gastralgique, dans une femme véritable, à gros sens, au bassin large comme l’appétit26. » En avril 1861, ils rapportent ces propos de Flaubert : « Il nous raconte cette horrible tentation dont une femme est sortie victorieuse. Une femme honnête, mariée, mère de famille qui pendant vingt ans, atteinte d’hystérie à son foyer, auprès de son mari et de ses enfants, voyait des phallus partout, dans les flambeaux, dans les pieds des meubles, dans tout ce qui l’entourait et enivrée, suffocant, accablée de ces images disait en regardant la pendule : dans un quart d’heure, dans dix minutes, je vais descendre dans la rue pour me prostituer27. »

15Leur conception de la femme demeure hantée par la sexualité féminine. Ils sont, comme tous les écrivains naturalistes (et beaucoup d’hommes de ce siècle), inquiets des débordements et des excès de cette nature féminine si dissemblable de celle de l’homme. Ils partagent l’idée dominante en ce XIXe siècle qu’il existe une différence radicale entre le système nerveux des femmes et celui des hommes. La femme est ainsi plus sensible, plus douce, plus fragile nerveusement donc potentiellement plus hystérique.

  • 28 André Léo, La Femme et les mœurs. Monarchie ou liberté, Tusson, Du Lérot, 1990, rééd., p. 70-71. A (...)

16Certes, des féministes mettent en question ce diagnostic mais avec bien peu d’effets. En 1868, André Léo le fait avec humour : « Quoi ! Vous imposeriez d’abstraits calculs à ce frêle cerveau ? Sans pitié, vous soumettriez aux luttes de la vie un système nerveux d’une telle sensitivité que tout y vibre au moindre contact et que bientôt d’affreux désordres… Suit la peinture obligée de l’hystérie. L’hystérie a fait depuis quelques années dans les livres, dans les journaux, dans les discours, des ravages affreux. On a prouvé de même que la femme, différente de l’homme en toute chose, par le sentiment, par le cerveau, ne demandait qu’à être guidée, soutenue, maîtrisée, rudoyée même ; que son bonheur, son orgueil à elle, était de se suspendre au bras de l’homme comme un lierre à son appui. Tout le monde connaît à présent cette création, mobile, capricieuse, tour à tour sublime et fantasque, éthérée et rampante, douce et horrible, animalement tendre, digne de tous les adjectifs, et qu’aucun substantif ne réalise, pétrie de toutes les abjections, fille de l’antithèse, et sœur de la périphrase28. »

  • 29 Cité dans Edmond de Goncourt, Chérie, présentée par J. L. Cabanès et Philippe Hamon, Édition La Ch (...)
  • 30 Edmond et Jules de Goncourt, Renée Mauperin, GF-Flammarion, 1990, p. 79.
  • 31 Paul de Saint Victor, Le Moniteur universel, article à propos de la réédition du livre, cité dans (...)
  • 32 Edmond et Jules de Goncourt, Renée Mauperin, op. cit., p. 158.
  • 33 Edmond et Jules de Goncourt, Manette Salomon, Gallimard, Folio-Classique, 2001, p. 284.

17Les Goncourt participent pleinement à la diffusion d’un modèle de femme nerveuse, fragile et sensible. « Nous avons été les premiers écrivains des nerfs » déclarent les frères Goncourt dans leur Journal à la fin de 186829. Les femmes des romans des Goncourt sont ainsi toutes marquées par ce signe incontesté de la « féminilité » : l’excès de sensibilité. La plus masculine, qui a « des qualités d’homme »30, Renée Mauperin redevient, au moment de sa mort une vraie jeune fille, « une vierge timide. Comme une guerrière blessée qui redemanderait des vêtements de femme. Renée reprend pour mourir la douceur et la faiblesse de son sexe31. » La plupart des figures féminines des Goncourt oscille entre deux extrêmes : folie ou hystérie d’un côté, dépérissement, étiolement, chlorose, de l’autre. Endroit et envers d’une même nature. L’équilibre est rare, il est réservé aux femmes sans envergure. Mme Davarande, la sœur de René Mauperin, épouse, femme du monde, « était de ces natures heureuses et étroites qui n’ont pas en elle l’étoffe d’une faute. Elle avait cette sagesse inattaquable de quelques femmes de Paris que la tentation traverse et ne touche pas ; elle était honnête comme le marbre est froid. Physiquement même, le monde comme il arrive quelquefois pour les natures lymphatiques et délicates, la détachait du désir en usant ses forces, toute son activité nerveuse, le mouvement du peu qu’elle avait de sang, dans l’agitation des visites et des courses, le travail de l’amabilité, l’accablement des soirées, la lassitude des nuits, l’énervement des lendemains32. » Manette Salomon, héroïne du roman éponyme publié en 1867, est, elle aussi loin de l’hystérique, d’une nature calme et apathique, au moins jusqu’à sa maternité. « Vivre sur place, sans remuer dans une sérénité de bien-être physique, dans l’harmonieux équilibre d’une pose à demi sommeillante, avec du linge fin et blanc sur la peau, c’était toute sa félicité33. »

  • 34 Edmond et Jules de Goncourt, Sœur Philomène, Tusson, éd. du Lérot, 1996, édition préfacée et annot (...)
  • 35 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, Gallimard, Folio, 1982, p. 94-95.
  • 36 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, op. cit., jugement d’Émile Zola, cité p. 299.

18Peu nombreuses sont les femmes capables chez les Goncourt de ce béat bien-être. Les deux frères les préfèrent dans l’excès. Deux romans Sœur Philomène (1861) et Madame Gervaisais (1869) présentent ainsi deux femmes immergées dans les détraquements nerveux du mysticisme. La jeune religieuse, Sœur Philomène, cache et réfrène son amour de la vie et d’un homme mais sa trop vive sensibilité déborde périodiquement. De ravissement mystique en évanouissement, d’attaque de nerf en ophtalmie puis en céphalée, elle exprime ses névroses. Et peut être son hystérie. Cette « thèse de la religion comme phénomène est reprise de façon spectaculaire par les Goncourt dans Madame Gervaisais et par Zola dans La Faute de l’abbé Mouret, où les mystiques sont des détraquées en proie à de multiples perversions […] »34. Quant à Madame Gervaisais, elle est au début de sa vie, jeune fille et jeune épouse, toute entière tournée vers la réflexion philosophique et la méditation intérieure, une libre-penseuse. « Une curiosité supérieure et dominante s’emparait d’elle et la poussait à chercher le mécanisme secret des facultés, à essayer d’entr’ouvrir le sanctuaire voilé et caché des pensées et des sensations, à étudier sur sa propre intelligence l’esprit humain tout entier. Différente de la plupart des hommes et des femmes dont l’attention s’échappe au dehors et gravite autour des objets extérieurs, elle apportait à cette analyse, un don personnel, la perception d’un sens intime, infiniment délicat, exercé à suivre en elle l’action pensante, la série des impressions, des opérations intellectuelles, des déterminations volontaires, de toutes ces modifications qui sont le fait de la conscience35. » Puis, elle est blessée par un mariage raté et par la naissance d’un fils marqué par une débilité intellectuelle, enfant qu’elle aime profondément. Devenue veuve et tuberculeuse, le souci de sa santé la conduit à Rome. Elle s’y repose d’abord, « baigne dans ce parfum catholique, dans cette odeur de Rome qui souffle une sorte d’épidémie religieuse. Peu à peu, elle est pénétrée. Il y a en elle une femme qu’elle ne connaissait pas, la femme nerveuse que le mariage n’a pas satisfaite. Elle glisse à l’extase et à la mysticité36 », écrit Emile Zola à son propos.

  • 37 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, op. cit., p. 241
  • 38 Ibid., les Goncourt s’appuient sur un ouvrage d’Alexis Favrot, De la catalepsie, de l’extase et de (...)

19Publié en 1869, Madame Gervaisais, dernier roman écrit par les deux frères, décrit et analyse cette marche de l’héroïne vers la mort dans un double processus morbide, celui de la phtisie et celui de l’arrachement mystique à la vie terrestre. « L’amaigrissement de l’étisie, la diminution et la consomption du muscle, la mort commençante et graduelle de la chair sous le ravage caverneux du mal, la dématérialisation croissante de l’être physique l’enlevaient toujours un peu plus vers ces folies saintes et les délices hallucinés de l’amour religieux37 » écrivent les Goncourt, ajoutant que la phtisie produit des effets particuliers sur le cerveau à la fois par le manque d’oxygénation et par des transformations nerveuses. Madame Gervaisais entre alors dans des états modifiés de conscience bien connus des hystériques, une forme d’hypnose extatique, une catalepsie que Charcot nommera « attitude passionnelle » dix ans plus tard. Son visage se renverse, elle entre « dans un néant ravi, pénétrée d’un sentiment de soulèvement physique de toute sa personne, ayant l’illusion et l’impression d’une force qui l’enlevait du canapé où elle était assise […]. Le globe de ses yeux fixes, leurs paupières n’avaient plus de mouvement, ni de battement : un aveuglement radieux remplissait son regard. Une beauté indicible descendait sur la maigreur et l’immobilité de cette figure tout au bord du ciel… À ces moments ces pâles mains de malades élevées vers sa vision, apparaissaient, dans le jour, des mains transparentes38. »

  • 39 L’anticléricalisme des Goncourt diffère de celui qu’au même moment, à la fin de ces années 1860, J (...)

20À travers cette lente et inéluctable déchéance morale et intellectuelle, les Goncourt formulent à la fois une violente accusation contre l’Église39 et contre la femme. Leur héroïne ne résiste ni à ses confesseurs, ni au chemin morbide qu’ils lui tracent, bien au contraire. Elle renie son intelligence et la réflexion philosophique qui l’avait élevée à une certaine virilité. Elle renie même sa maternité puisqu’elle abandonne et martyrise son fils pourtant si démuni. Si la maladie est prétexte à ces reniements, en même temps elle les facilite. Venue à Rome pour soigner sa phtisie, Madame Gervaisais ne s’en soucie rapidement plus. Elle devient responsable et coupable de son état.

  • 40 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, op. cit., p. 242.
  • 41 Ibid., préface de Marc Fumaroli, p. 57.

21Les Goncourt transforment d’une manière perverse les effets pathologiques de la terrible maladie qu’est la phtisie. L’asphyxie devient prétexte à hallucination et extase. L’évolution nerveuse cérébrale ramène « la pureté des pensées d’une petite fille de douze ans, d’un cerveau de première communion »40. Les Goncourt ne laissent aucune échappatoire à Madame Gervaisais, sa condamnation est totale : ni épouse, ni mère, ni amante, ni philosophe. Les Goncourt font de leur héroïne une femme corrompue, « un corps tétanisé mort avant même de mourir, une seconde Germinie plus déchue encore puisque capable de torturer par le silence et le refus de tendresse son enfant innocent. Le corps n’est plus le tombeau de l’âme, mais son horrible vérité médicale » écrit Marc Fumaroli41.

  • 42 Ibid., p. 57.

22Chez les médecins hospitaliers de Jean Louis Brachet à Jean Martin Charcot en passant par Pierre Briquet, la crainte de la sexualité des femmes prend un autre détour puisque le corps hystérique est au contraire désexualisé. Ses expressions voluptueuses sont neutralisées par une interprétation de la maladie purement et seulement nerveuse. Pour ces médecins, la maladie ne présente plus aucun lien avec l’utérus, ni à un quelconque désir sexuel. Elle n’est liée qu’à une lésion de l’encéphale encore à découvrir. Elle est donc partagée par les hommes et par les femmes ce que jamais n’ont écrit ni raconté les Goncourt. Ces êtres malades doivent donc faire l’objet de compassion. Rien de tel chez les deux frères. Au contraire, face au corps de la femme, la terreur et l’horreur les submergent. Selon Marc Fumaroli, « tout se passe comme si les Goncourt se délivraient sur (le corps féminin) des implications de leur nihilisme esthétique, le poussant au désert tel le bouc émissaire biblique pour protéger leur oasis gémellaire et y récolter douillettement les fruits du ‘bonheur dans le crime’ »42.

  • 43 Edmond et Jules de Goncourt, Renée Mauperin, GF-Flammarion, 1990, p. 253. La mère de Chérie dans l (...)

23Ainsi, dans Renée Mauperin, Mme Bourjot est furieusement passionnée dans sa chair, dans son corps et dans son adultère : sa fin est « affreuse… on parle de désordre, d’excès… de folie… Il est question maintenant de l’enfermer dans une maison de santé… »43.

  • 44 Edmond de Goncourt, Chérie, op. cit., p. 160.
  • 45 Ibid., p. 129.
  • 46 Ibid., p. 287.
  • 47 Ibid., p. 288.
  • 48 Comme l’écrivent Jean-Louis Cabanès et Philippe Hamon dans leur édition de Chérie, op. cit., note (...)

24Après la mort de son frère, Edmond de Goncourt non seulement n’abandonne pas cette thématique mais l’hystérie revient à la charge dans quelques romans. Chérie, héroïne de son dernier roman, sorte de quintessence de sensibilité, d’impressionnabilité, de « féminilité », semble accomplir tout ce qu’il faut pour devenir hystérique. Tous les traités sur l’hystérie, pendant tout le siècle, recommandent en effet d’éviter aux jeunes filles la lecture des romans, l’écoute et la pratique intensive de la musique, le bal et le concert. Chérie lit quelques livres, un roman-feuilleton en cachette, Paul et Virginie et d’autres romans « honnêtement amoureux »44. La musique, « haschisch des femmes », lui donne « un bien être exalté, une plénitude de la vie, un fouettement des facultés imaginatives, une augmentation de son être sensitif […] »45. Chérie, quand elle en a l’âge, se rend à presque tous les bals, aux soirées mondaines, aux concerts. Ne trouvant pourtant pas de mari, son goût se déprave, elle mange des tartines de moutarde puis du fromage grouillant de vers. Symptôme hystérique. Elle ne touche pas aux mets du grand dîner qu’elle offre à la fin de sa vie. Ses syncopes deviennent fréquentes mais alternent avec des moments d’extrêmes agitations. Elle peut marcher cinq ou six heures dans Paris. Edmond de Goncourt ne parle pas pour autant d’anorexie, le mot est inventé pourtant depuis les années 1860 par Charles Lasègue et Charcot soigne cette forme d’hystérie par un strict isolement en maison de santé. Elle a « mal aux nerfs », écrit le romancier46. De quoi meurt-elle ? « Dans un grand dîner, sur l’interrogation d’un convive, demandant d’un bout de la table à l’autre si Mlle Haudencourt était vraiment malade […], un illustre médecin, le spécialiste des maladies nerveuses, répondait : ‘elle est un peu souffrante, mais très légèrement, et sans rien de sérieux’. Il disait cela tout haut mais se penchant à l’oreille d’un de ses voisins, un homme de science, tout bas il disait : ‘l’ovulation appelle la fécondation, n’est-ce pas ?… Donc les jeunes filles formées auxquelles on ne donne pas de maris… Les parents sont étonnants, parole d’honneur… Ils trouvent extraordinaire qu’elles meurent quelquefois de cela… Mais c’est très commun dans un milieu aussi excitant que Paris’47. » N’est-ce pas là le « mal de mère » fortement repensé par Edmond de Goncourt qui brouille à plaisir les références médicales ? Le spécialiste des maladies nerveuses des années 1880 est bien sûr Jean-Martin Charcot. Pourtant, le neurologiste s’acharne à prouver que l’hystérie n’a rien à voir avec l’utérus mais provient exclusivement d’une lésion dynamique de l’encéphale. En revanche, le médecin Raciborski48, spécialiste des maladies de femmes et de l’ovulation, s’interroge sur une possible exigence de grossesse chez certaines femmes sous peine de mort mais écarte pourtant cette hypothèse.

  • 49 Edmond de Goncourt, La Fille Élisa, coll. 10/18, 1979, p. 35.
  • 50 Ibid., p. 63.
  • 51 Ibid., p. 101-102.
  • 52 Ibid., p. 103.
  • 53 Toutes trois n’ont pas (ou peu de temps pour Germinie) reçu l’amour d’une mère. De même, Renée Mau (...)

25Élisa, dans La Fille Élisa (1876), est, quant à elle, franchement hystérique. Elle a eu deux fois la typhoïde, ce qui en fait une bernoque, selon sa mère. Lorsqu’elle partage avec elle son lit, cette sage-femme avorteuse terrifie sa petite fille en racontant dans son sommeil cauchemardesque des agonies de jeunes mourantes. Élisa en conserve des séquelles nerveuses et psychologiques : « Tous les mouvements passionnés de son âme prirent une opiniâtreté violente, une irraison emportée, un affolement […]49. » Elle a sa première crise de convulsions, « une violente attaque de nerf »50 dans le premier bordel de province où elle s’est installée. Elle n’en devient point pour autant vraiment malade, nous affirme cependant Edmond de Goncourt, « mais son corps à l’improviste appartenait tout à coup à des sensations instantanées et fugaces, dont elle n’était pas la maîtresse. Subitement, des frémissements se mettaient à s’émouvoir en elle, la renversant, avec des doigts qui se crispaient, quelques secondes, sur le dossier de sa chaise, la laissant après leur passage et leur fourmillement long à mourir dans une langueur brisée, dans l’énervement d’une fatigue qui ne pouvait se tenir tranquille. […] Elle était prise d’envie de pleurer qui n’avait de motifs, elle se surprenait à pousser subitement de longs soupirs qui se terminaient parfois par un petit cri ; parfois même, elle éprouvait un resserrement douloureux du gosier, qui lui faisait, une minute, l’effet de se durcir dans son cou. Elle avait enfin des répulsions singulières […] » envers la nourriture51. Bientôt, son métier de prostituée la révulse aussi. Son hystérie prend alors une forme bizarre : Élisa, prostituée de son métier, « était devenue un sujet, en lequel avait lieu une série de phénomènes hystériques, appartenant à cet état maladif de la femme qui n’a pas encore nom, mais qu’on pourrait appeler : ‘l’horreur physique de l’homme’ »52. Phrase énigmatique. Edmond de Goncourt transforme son héroïne en sujet d’expérience, en un cas singulier et inédit. L’écrivain adopte là une interprétation originale. Loin du naturalisme et du document médical, la fiction invente une fois encore. L’excès de rapports sexuels et la violence physique qu’ils engendrent provoquent certes la maladie nerveuse, avec son chapelet de symptômes mais Elisa est malade d’autre chose. Comme Germinie Lacerteux, comme Chérie, elle est en manque d’amour, celui d’un homme ou plutôt d’un idéal auquel se dévouer corps et âme53. Les trois héroïnes sont aspirées par la solitude et le vide. La mort est inéluctable. Tragédie du destin. Écartèlement des femmes. À travers l’hystérique, Les Goncourt, Edmond en particulier, participent au façonnement d’un autre type de dédoublement de la figure de la femme : ménagère ou courtisane. La maman ou la putain. Plus putain que maman.

  • 54 Edmond de Goncourt, La Fille Elisa, op. cit. p. 141-142.

26Élisa a tué son amant parce qu’il voulait la violer. « Elle ! la dernière des dernières, elle ! une inscrite à la police et dans tant de maisons de la province et de Paris, il lui aurait fallu avouer qu’il lui était, tout à coup comme ça, poussé l’envie d’aimer comme une jeune fille qui n’aurait pas fauté, comme une toute jeune honnête fille54… »

  • 55 Edmond de Goncourt, La Faustin, Actes sud, Babel, 1995, p. 99.
  • 56 Roland Barthes, Sur Racine, Seuil, cité dans la brochure de la présentation de Phèdre, Odéon, 2003
  • 57 Edmond de Goncourt, La Faustin, op. cit., p. 96.
  • 58 Ibid., p. 100.
  • 59 Ibid., p. 161.
  • 60 Ibid., p. 173.

27Sur un autre registre, ce balancement se retrouve dans La Faustin (1882), Juliette est Phèdre et Phèdre est « la grande hystérique légendaire »55. L’hystérisation de cette figure s’effectue dans ces années 1880, en même temps que celle de Salomé et ce malgré les théorisations de Jean Louis Brachet, de Pierre Briquet et de Jean Martin Charcot qui détachent au contraire l’hystérique de son sexe… Phèdre est double, on le sait, fille de Minos et de Pasiphaé, de l’ombre et du soleil. « Sans cesse, elle atteste l’ambiguïté de sa nature : elle craint la lumière et l’appelle ; elle a soif du jour et elle le souille ; en un mot son principe est le paradoxe même d’une lumière noire, c’est-à-dire d’une contradiction d’essences56. » Dans La Faustin, E. de Goncourt reprend l’ensemble des paroles de Phèdre dans la scène de l’aveu de son amour à Hippolyte. L’auteur y souligne, à travers les conseils du directeur du théâtre, la dimension de la souffrance morale de Phèdre. « Qu’on ne sente pas dans cette scène, explique ce directeur, la folie physique… point d’hystérie… […] Jouons en victime de la fatalité, en femme succombant sous la vengeance des Dieux57. » Fatalité, destin… et pourtant « au moment de jouer, la Faustin se trouvait enfin dans l’état d’une femme qui, après une lecture voluptueuse, couchée sur un banc de parc, le long d’une grande route, parmi les chaudes haleines d’un vent d’orage, et au milieu des pigeons roucoulants et de plantes pâmées, appelle tout bas de ses vœux un passant téméraire »58. La Faustin ressent cet écartèlement. « Il y a positivement deux femmes qui ne se tiennent pas dans ce rôle »59, réplique-t-elle au vieux marquis de Fontebise qui lui explique Phèdre. Ainsi est-elle capable de la jouer « un peu sauvagement sensuelle » ou « langoureuse au roucoulement de colombe »60 lorsqu’elle veut séduire Lord Annandale. Phèdre dominée par son sexe ou Phèdre jouant de sa féminité, de sa « féminilité » ? Femme entre folie, hystérie et dévouement.

28Au bilan, les frères Goncourt créent toutes sortes de maladies des nerfs, bien plus que les médecins n’en ont diagnostiqué dans la réalité des corps et des esprits de leurs patientes. Ils peaufinent des profils nosologiques et inventent d’étranges étiologies. Ils tracent de nouveaux enchevêtrements nerveux dans lesquels les femmes se trouvent enserrées et que peut-être à leur tour elles prennent pour modèle. Sous leur plume, la femme est toujours menacée par la folie, par le détraquement de son corps et de son sexe, toujours une possible hystérique. Sans issue. Par nature.

Notes

1 Voir Nicole Edelman, Les métamorphoses de l’hystérique, du début du XIXe siècle à la Grande Guerre, La Découverte, 2003.

2 « dont Zola prend alors connaissance directement ou indirectement par des comptes rendus, mais dont il ne se servira qu’en 1878 pour définir le ‘roman expérimental’ » dans C. Becker, Lire le réalisme et le naturalisme, Paris, Dunod, 1992, p. 55.

3 Voir R. Ricatte, La Création romanesque chez les Goncourt, 1852-1870, Colin, 1953, ch. 6, Germinie Lacerteux, p. 256 et suivantes.

4 J. L. Brachet, Traité de l’hystérie, Paris-Lyon, Baillière et Savy, 1847.

5 Flaubert a lu le traité d’Hector Landouzy.

6 Névrose est entendue au sens de maladie nerveuse, purement organique.

7 R. Ricatte, op. cit., p. 256. Dans J. L. Brachet : « constitution lymphatique nerveuse ; c’est celle qui est reconnue la plus favorable aux affections nerveuses, et surtout à l’hystérie. » dans Traité de l’hystérie, op. cit, p. 193.

8 Chapitre 23 du roman Germinie Lacerteux.

9 J. L. Brachet, Traité de l’hystérie, op. cit., p. 206.

10 Ibid., Introduction aux prolégomènes.

11 Voir C. Becker, « le personnage de Germinie Lacerteux ou comment tuer le romanesque » dans Les Frères Goncourt : art et écriture, édition préparée par J. L. Cabanès, Presse Universitaire de Bordeaux, 1997, p. 180.

12 P. Briquet, Traité clinique et thérapeutique de l’hystérie, Baillière, 1859, p. 167.

13 Voir G. Vigarello, Histoire du viol, Seuil, 1998.

14 Henri Colin, Essai sur l’état mental des hystériques, Rueff, 1890, p. 208.

15 Ibid., p. 98.

16 C. Becker, « Le personnage de Germinie Lacerteux… », art. cité, dans Les Frères Goncourt : art et écriture, op. cit., p. 187.

17 Edmond et Jules de Goncourt, Germinie Lacerteux, op. cit., p. 88.

18 Ibid., p. 91.

19 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Robert Laffont, « Bouquins », 1989, 21 août 1862, p. 850.

20 Emile Zola, « Germinie Lacerteux » dans Le Salut public de Lyon, 23 janvier 1865. Cité dans Germinie Lacerteux, G.F. Flammarion, p. 279.

21 Cité par Nadine Satiat, introduction de Germinie Lacerteux, op. cit., p. 29.

22 Leur Traité de thérapeutique et matière médicale, publié en 1836 est réédité neuf fois jusqu’en 1877.

23 J. L. Brachet, Traité de l’hystérie, op. cit, p. 174.

24 Art. « Hystérie » dans Dictionnaire des Sciences médicales édité par Panckoucke, p. 226.

25 Art. « hystérie » dans Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratique, publié chez Méquignon-Marvis-Baillière en 1833, p. 288.

26 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit. t. 2, 1866, p. 155.

27 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit. t. 1, 9 avril 1861.

28 André Léo, La Femme et les mœurs. Monarchie ou liberté, Tusson, Du Lérot, 1990, rééd., p. 70-71. André Léo est le pseudonyme de Léodile Béra-Champseix. Elle est romancière sous le Second Empire, puis journaliste engagée pendant la Commune.

29 Cité dans Edmond de Goncourt, Chérie, présentée par J. L. Cabanès et Philippe Hamon, Édition La Chasse au Snark, 2002, note 2, p. 49, 15 décembre 1868.

30 Edmond et Jules de Goncourt, Renée Mauperin, GF-Flammarion, 1990, p. 79.

31 Paul de Saint Victor, Le Moniteur universel, article à propos de la réédition du livre, cité dans Edmond et Jules de Goncourt, Renée Mauperin, op. cit., p. 270.

32 Edmond et Jules de Goncourt, Renée Mauperin, op. cit., p. 158.

33 Edmond et Jules de Goncourt, Manette Salomon, Gallimard, Folio-Classique, 2001, p. 284.

34 Edmond et Jules de Goncourt, Sœur Philomène, Tusson, éd. du Lérot, 1996, édition préfacée et annotée par Pierre Dufief, p. 15.

35 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, Gallimard, Folio, 1982, p. 94-95.

36 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, op. cit., jugement d’Émile Zola, cité p. 299.

37 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, op. cit., p. 241

38 Ibid., les Goncourt s’appuient sur un ouvrage d’Alexis Favrot, De la catalepsie, de l’extase et de l’hystérie, Paris, 1844, qui renvoie aux Annales médico-psychologiques de sept. 1844 (note de l’éd. préfacée par Marc Fumaroli, citée, p. 242, note 76). Je comparerai aussi a posteriori aux photos d’Augustine, en particulier dans ses attitudes passionnelles (t. 2, pl. 22 et 23) de L’Iconographie photographiques de La Salpêtrière, de Bourneville et Régnard, Progrès Médical, 1876.

39 L’anticléricalisme des Goncourt diffère de celui qu’au même moment, à la fin de ces années 1860, J. M. Charcot et D. M. Bourneville élaborent à La Salpêtrière dans le service des hystériques et des épileptiques non aliénées. D. M. Bourneville, en particulier, a pour ambition de stigmatiser l’Église qui est accusée d’avoir brûlé et torturé des milliers de femmes. Traitées de sorcières, de possédées du diable, elles n’étaient que de pauvres malades hystériques. D. M. Bourneville défend cette thèse dans L’Iconographie photographique de la Salpêtrière, ouvrage qu’il commence à publier avec Régnard en 1876 et qu’il dédie à Charcot.

40 Edmond et Jules de Goncourt, Madame Gervaisais, op. cit., p. 242.

41 Ibid., préface de Marc Fumaroli, p. 57.

42 Ibid., p. 57.

43 Edmond et Jules de Goncourt, Renée Mauperin, GF-Flammarion, 1990, p. 253. La mère de Chérie dans le roman éponyme est devenue « folle de chagrin, folle des heures d’épouvante passées à l’ambulance », Edmond de Goncourt, Chérie, op. cit., p. 78.

44 Edmond de Goncourt, Chérie, op. cit., p. 160.

45 Ibid., p. 129.

46 Ibid., p. 287.

47 Ibid., p. 288.

48 Comme l’écrivent Jean-Louis Cabanès et Philippe Hamon dans leur édition de Chérie, op. cit., note 1, p. 288.

49 Edmond de Goncourt, La Fille Élisa, coll. 10/18, 1979, p. 35.

50 Ibid., p. 63.

51 Ibid., p. 101-102.

52 Ibid., p. 103.

53 Toutes trois n’ont pas (ou peu de temps pour Germinie) reçu l’amour d’une mère. De même, Renée Mauperin dont la mère n’aime vraiment que son fils. Maternité (et paternité) chez les Goncourt sont problématiques.

54 Edmond de Goncourt, La Fille Elisa, op. cit. p. 141-142.

55 Edmond de Goncourt, La Faustin, Actes sud, Babel, 1995, p. 99.

56 Roland Barthes, Sur Racine, Seuil, cité dans la brochure de la présentation de Phèdre, Odéon, 2003.

57 Edmond de Goncourt, La Faustin, op. cit., p. 96.

58 Ibid., p. 100.

59 Ibid., p. 161.

60 Ibid., p. 173.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540