Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre IV. Modernité et décadence

L’antisémitisme des Goncourt

Michel Winock

Texte intégral

1Parler de l’antisémitisme des Goncourt n’est pas la tâche la plus agréable qui soit dans un colloque qui est aussi une commémoration et un hommage. Mais la mission de l’historien est de savoir traiter aussi de l’épineux, du ténébreux, de l’obscur, en toute chose. Cela dit, et avant de commencer mon exposé, je voudrais faire deux remarques :

2En premier lieu il convient de ne pas tomber dans l’anachronisme. Nous ne pouvons pas juger de l’antisémitisme des Goncourt avec nos yeux d’aujourd’hui. L’antisémitisme a toujours été une passion vile, mais une chose est d’exprimer de l’antisémitisme avant, autre chose est de faire preuve d’antisémitisme après Auschwitz.

3La deuxième remarque, qui va de soi, mais je préfère le dire tout de même, c’est que les Goncourt ne sont évidemment pas réductibles à l’antisémitisme, pas plus que Céline ou Drieu La Rochelle. Simplement, c’est aujourd’hui mon sujet.

4L’œuvre des Goncourt, notamment leur si précieux Journal, s’inscrit dans la seconde partie du XIXe siècle, qui a vu se développer l’expression la plus violente de l’antisémitisme en France. Pour être exact, la passion antijuive a pris toute sa dimension à partir des années 1880. Phénomène européen, et non spécialement français. L’épicentre du raz-de-marée est en Russie, où des pogroms se produisent après l’assassinat du tsar Alexandre II, suivis d’une émigration juive vers les pays européens et l’Amérique. L’Autriche-Hongrie et l’Allemagne connaissent alors une vague d’antisémitisme, dont la France est le théâtre à son tour. Sa diffusion est d’abord le fait des journaux catholiques, La Croix et Le Pèlerin, édités par les Assomptionnistes. En 1886, le gros pamphlet d’Édouard Drumont, La France juive, devient un best-seller inattendu. S’ensuivent la fondation de la Ligue antisémitique, puis le lancement, en 1892, de La Libre Parole, quotidien antisémite de Drumont. C’est le temps du scandale de Panama, dont la responsabilité est attribuée à des hommes d’affaires juifs. Henri Rochefort, ancien communard, se fait alors l’un des plus virulents éditorialistes contre les Juifs dans son quotidien L’Intransigeant. Lorsque Edmond de Goncourt s’éteint, en 1896, nous en sommes aux premiers actes de l’affaire Dreyfus, dont le principal protagoniste a été condamné en décembre 1894. Mort trop tôt pour participer au conflit idéologique et politique de l’Affaire, le dernier des Goncourt, Edmond, a tout de même eu l’occasion de commenter l’arrestation du prétendu « traître ».

5Cette chronologie m’a amené à partir d’une hypothèse simple : les Goncourt ont été représentatifs de la montée en puissance de l’antisémitisme en France. Discrets sur la question dans les années du Second Empire et dans la première décennie de la Troisième République, ils font montre d’antisémitisme au diapason de l’opinion, à partir des années 1880, au cours desquelles, précisément, Edmond de Goncourt se lie d’amitié avec Édouard Drumont, par l’intermédiaire d’Alphonse Daudet. L’influence de Drumont, obsédé par la question juive, aura probablement exercé un rôle majeur dans l’antisémitisme des Goncourt, ou plus exactement d’Edmond, puisque son frère Jules est mort en 1870.

  • 1 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, 3 vol., Robert Laffont, colle (...)

6Vérification faite, notre hypothèse n’est pas totalement confirmée. Si nous nous en tenons au Journal, le nombre des occurrences ayant trait aux Juifs est de fait nettement plus élevé dans le troisième tome de la collection « Bouquins » (1886-1896) que dans le premier (1851-1865) ou dans la première partie du deuxième (1866-1885)1. Mais la première période n’est pas exempte de notations antisémites. Idées reçues et ragots ne manquent pas. Les Juifs dont on parle sont nécessairement « petits » et maîtres autant qu’esclaves de l’Argent (Rothschild, Péreire, Mirès, voilà leurs noms…). Historiette de 1858 : « À propos de la mort de Rachel, comme on demandait à Bischoffsheim, le petit juif frotté de littérature et ami de Janin […] ce qu’on faisait aux morts : « C’est bien simple, on leur met le dernier cours de la Bourse sur le ventre et quand ils se réveillent au Jugement dernier, ils crieront : « Cinq cents autrichiens ! »

7« Les préjugés sont, écrivent-ils, malgré tout ce qu’on en a dit, l’expérience des nations ; ils sont les axiomes de leur bon sens. Voyez le préjugé contre les acteurs et contre les Juifs ; je n’ai jamais connu un Juif qui ne fût pas juif. »

8Mais qu’est-ce qu’être juif ? C’est d’abord appartenir à une race : « Il y a des races dans la société comme il y a des races dans l’humanité ». La race juive est celle de la spéculation : « Les Juifs ne produisent rien, pas un épi de blé. Toujours commissionnaires, intermédiaires, entremetteurs. En Alsace, pas une vache n’est vendue, sans qu’entre la vache et le paysan, ne se lève du pavé un Juif, qui tire de l’argent du marché. » L’argent est « sémitique » : « Mirès disait à Saint-Victor que dans l’école de Juifs où il fut élevé à Bordeaux, on ne donnait pas de prix de calcul, parce que tous le méritaient. » Ou encore ce mot prêté à un Rothschild : « À la Bourse, il y a un moment où pour gagner, il faut savoir parler hébreu. »

  • 2 Journal, op. cit., t. I, p. 371.

9Enrichis, les Juifs tentent de s’approprier la beauté, se font construire de riches demeures, où les œuvres d’art doivent présider. Hélas ! ils souffrent d’une sorte d’incapacité à saisir le Beau. Visite chez les Rothschild : « Nous revenons de Ferrières. Des arbres et de l’eau créés à coups de millions, autour d’un château de dix-huit millions, extravagant de bêtise et de ridicule, un pudding de tous les styles, la stupide ambition d’avoir tous les monuments en un ! Rien de superlatif, rien d’excessif dans cette terre, où la fantaisie d’un homme a semé les billets de banque. – Dans un coin de la faisanderie, je vois une voiture, où il y a : Baron James de Rothschild, propriétaire-cultivateur. C’est la voiture de chasse qui mène à la Vallée les faisans à vendre de ce pauvre marquis de Carabas2. »

10En 1858, éclate l’affaire Mortara. Il s’agit de l’enlèvement, dans les États du pape, d’un jeune Juif, qui a été baptisé par une servante de sa famille, alors que l’enfant se trouvait en danger de mort. Le Saint-Office l’arrache à sa famille pour l’éduquer chrétiennement. Le fait, bientôt révélé, fait scandale dans toute la presse libérale d’Europe. En France comme ailleurs. Un journaliste, un polémiste, Louis Veuillot, défend alors le Souverain Pontife et sa décision dans L’Univers. Cette plaidoirie devient un feuilleton intitulé « les Juifs », par lequel Veuillot explique la légitimité de l’antijudaïsme, à travers une exégèse à sa manière du Talmud. De l’antijudaïsme, le pamphlétaire passe à un véritable antisémitisme, de type moderne, en fustigeant la place prise par les Juifs émancipés, tout particulièrement dans la presse. Grands admirateurs de Veuillot, les Goncourt reprennent ses dénonciations approximatives pour conclure : « Tous les journaux [sont] pris par les Juifs. »

11Cette race juive conquérante a un but : asservir les chrétiens. « Saint- Victor, écrivent les Goncourt en 1866, me contait ce mot d’un très illustre juif. C’est Alphonse Rothschild qui, dans l’expression d’un dessert de bon dîner, a répondu à un ami qui lui demandait pourquoi étant riche, il travaillait comme un nègre à le devenir plus : “Ah ! vous ne savez pas la jouissance de sentir sous ses bottes des tas de chrétiens !” »

  • 3 Journal, op. cit., t. II, p. 695.

12Parvenus, imperméables à la beauté, enivrés du désir de s’enrichir, antichrétiens, les Juifs manifestent le défaut sans égal de lâcheté. La preuve en est fournie par Edmond en 1876 : « Les statisticiens militaires ont plusieurs fois appelé l’attention sur le petit nombre de grades supérieurs que les Juifs occupent dans l’armée. Mais ce qu’on ne sait pas – et le fait était aujourd’hui affirmé dans le fumoir de la Princesse par un général –, c’est que les Juifs, les Juifs seuls, sont capables d’une lâcheté inqualifiable et comme aucun chrétien n’est susceptible d’en commettre. Ce général citait beaucoup d’actes de cette nature, étouffés, ensevelis dans le silence3. »

13Toutes ces variations, ces coups de griffe, ces épithètes désobligeantes, n’ont pas le caractère de l’obsession. Leur fréquence est limitée. On les voit rapporter une anecdote flatteuse sur les Rothschild, qui ont sauvé le poète Heine de la ruine. On les voit même, en 1862, exprimer de la sympathie pour la religion juive. 1865 : « Entré dans une synagogue, rue Lamartine : l’effet d’entrer dans une religion à Amsterdam. Une odeur de Rembrandt et d’Orient. Effet d’une religion heureuse. Une sorte de familiarité avec Dieu. La prière dans la religion catholique a toujours l’air de demander pardon à Dieu d’un crime ; ici, on cause, on se repose, on est comme dans un café de la foi. »

  • 4 Journal, op. cit., t. II, p. 990.
  • 5 Journal, op. cit., t. II, p. 994.

14À partir des années 1880, les moqueries et les fulminations antijuives d’Edmond de Goncourt, se multiplient. Il charge contre la « bassesse » et le « lécheculisme » des écrivains juifs, dont Ludovic Halévy lui semble un parangon. Il note la laideur des vieux Juifs : « En regardant autour de moi vieillir les Juifs que je connais, je suis quelquefois étonné de l’enlaidissement particulier que leur apportent les années. Ce n’est pas notre décrépitude, c’est de la laideur morale. À quoi attribuer cela ? Je crois, à des appétits et à des désirs absolument matériels, à une vie n’ayant pour objectif que l’argent4. » Il les accuse de manquer d’éducation : « Le Juif le mieux élevé et vivant dans la plus haute société, comme le petit Ephrussi, qu’il soit Russe ou Français ou de toute autre nationalité, ne peut jamais arriver à la complète bonne éducation sans trou, sans solution de continuité. Il repercera toujours en ce sémitique déguisé en parfait gentilhomme le manque de tact. Je n’en citerai qu’un exemple. Dreyfus, le frotté d’art, je le connais très peu ; l’autre jour, chez la princesse Mathilde, il vient s’asseoir à côté de moi sur un canapé et me raconte longuement une opération faite, ces jours-ci, dans l’ovaire de sa fille. J’en étais tout gêné5.

  • 6 La première mention de Drumont dans le Journal date du 3 janvier 1884, mais la Correspondance entr (...)

15En avril 1886 paraît La France juive de Drumont. Publié à compte d’auteur chez un imprimeur de province, le premier tirage épuisé, c’est Flammarion et Marpon qui le rééditent ; ils en vendront 65’000 exemplaires, la première année, alors que seuls des romans populaires pouvaient jusque-là prétendre à un tel succès. Edmond de Goncourt a rencontré Drumont par l’intermédiaire de Daudet au début des années 18806. Il dîne avec Drumont, défend sa cause dans le salon de la princesse Mathilde, se lie d’une amitié avec le pamphlétaire antisémite qui ne se relâchera plus – sauf un court instant, quand Daudet et Drumont seront fâchés. Il va souvent lui rendre visite dans sa maison de campagne de Soisy, près de la maison des Daudet à Champrosay, parle de lui avec attendrissement, mais non sans lucidité toujours : « La société, écrit-il en juin 1888, la société se perd en conjectures sur cet être bizarre, qui a été toujours légèrement maboul et chez lequel le germe de folie a dû être développé par la fortune de La France juive. »

  • 7 Journal, op. cit., t. II, p. 1247.

16Peu après la publication de La France juive, Drumont affronte Arthur Meyer, directeur du Gaulois, dans un duel resté célèbre et qui fut une des meilleures publicités pour le livre. Il est notable qu’Alphonse Daudet a été un des deux témoins du pamphlétaire antisémite. C’est Daudet qui fait à Edmond le récit et ce commentaire : « Eh bien oui, cet homme sans tenue [Drumont], ce voyou se livrant à ce débordement canaille, était superbe, tandis que Meyer, ce Sémite correct, avait l’air d’un chemisier7. » Goncourt rend visite à Drumont blessé et affiche sa solidarité.

17Quand Drumont lit à ses amis le manuscrit de La Fin d’un monde, Goncourt nous dit y voir « une hauteur philosophique qui ne se trouvait pas dans La France juive. La documentation concernant les personnes mises en scène me semble plus sévèrement contrôlée ; et vraiment, l’on éprouve une satisfaction à voir imprimées avec cette bravoure, en ce temps de lâcheté littéraire, des choses que tout le monde pense et que lui seul a le courage d’écrire. »

  • 8 Journal, op. cit., t. III, p. 329.

18La fréquentation de Drumont inspire les fantasmes d’Edmond. Il y a une invasion juive. « Songe-t-on qu’au jour d’aujourd’hui, nous avons soixante-huit préfets juifs [sic] et que cette prépotence de la race dans l’administration française n’est rien auprès de l’influence occulte des petits conseils sémitiques, en permanence dans chaque cabinet de chacun de nos ministres ? Et dire que nous devons le bienfait de cette domination judaïque au grand Français Gambetta, que, sur le souvenir de son physique, je continue à croire Juif8 ? » L’invasion occulte des Juifs n’a plus pour seuls terrains le monde des finances et la littérature ; les voici partout dans l’administration ! Mais ils commencent à trembler, qu’on se rassure. Lors d’un dîner des Spartiates, alors que Drumont demande : « Ont-ils peur ? Enfin… ont-ils peur ? » Borelli répond : « Oui, oui… très peur… Il y a eu, justement, à ce sujet une réunion des gros bonnets, la semaine dernière. »

19Le complot existe, Drumont du reste en est victime. Il se croit empoisonné par les Juifs, nous conte Goncourt le 27 avril 1890 : « Depuis trois jours, où il a bu un verre d’eau dans une réunion électorale, il a été pris de vomissements et […] le marquis de Morès est dans le même cas que lui. Drumont a semblé tout à fait abattu et il a dit à Léon qu’après le 1er mai il serait jeté en prison, parce qu’il avait pris l’engagement d’honneur, avec une bande d’une douzaine de mille d’antisémitiques, d’aller protester devant les hôtels des Rothschild et qu’il sait qu’il y a des mandats d’arrêt signés d’avance contre lui… »

  • 9 Journal, op. cit., 7 mai 1893.

20Un moment en froid avec Drumont, à cause de la brouille de celui-ci avec Daudet en 1891, Edmond de Goncourt continue de lui rendre hommage : à ses yeux, il est « le seul journaliste qui ait le courage de dire la vérité »9. Cependant, en 1894, en pleine crise anarchiste, Drumont prend la défense de Jean Grave, condamné à deux ans de prison pour provocation au meurtre. Dans un article de La Libre parole, il fustige les écrivains qui refusent leur soutien à Jean Grave, et particulièrement Goncourt dont les ouvrages corrupteurs sont bien autrement coupables que les écrits de l’ancien cordonnier Jean Grave. Goncourt ne s’en froisse guère : « le bon Drumont, écrit-il, n’a d’autre grief contre moi que d’être resté l’ami de Daudet ».

21Lorsque, fin 1894, le capitaine Dreyfus est arrêté, jugé et condamné, Goncourt écrit qu’il n’est pas « convaincu de la trahison », professant ainsi un anticonformisme rare. En même temps, ses récriminations contre les Juifs se poursuivent. Il note, en janvier 1896, que les Juifs, après avoir conquis le théâtre, voir Dennery et Halévy, ont découvert la toute-puissance de la critique : « La Revue blanche… est un vrai nid de jeunes youtres, et l’on peut penser qu’avec le concours de leurs aînés, qui font les fonds de presque tous les journaux, ils seront les maîtres de la littérature française avant vingt-cinq ans. »

  • 10 « Les Juifs et Manette Salomon », La Libre Parole, 7 mars 1896. Signalé par G. Kauffmann, biograph (...)

22Le point d’orgue du combat antisémite d’Edmond de Goncourt est l’adaptation du roman Manette Salomon, écrit avec son frère en 1867. La première de la pièce est donnée le 29 février 1896. En raison de la teneur antisémite de la pièce, Goncourt a écrit la veille qu’il aurait un casse-tête dans la poche pour parer à toute agression. Pourtant les bravos fusent, le succès est réel. La presse du lendemain et des jours suivants est sévère, mais La Libre Parole de Drumont est élogieuse. Le chef de l’antisémitisme français a pris lui-même le soin de féliciter chaleureusement Goncourt, qui donne une interview à Gaston Méry pour le journal antisémite10. « Non, déclare-t-il, je n’ai pas la haine des individus, mais j’ai peur de la race qui a, incontestablement, des aptitudes très supérieures aux races aryennes pour gagner de l’argent, pour conquérir le capital… » Or l’argent est devenu « le facteur du gouvernement, du mode social, de la paix, de la guerre, de tout ; il est le pouvoir tout puissant. »

23Le 16 mai suivant, Émile Zola publie dans Le Figaro un article retentissant, « Pour les Juifs », dans lequel il s’alarme contre la montée de l’antisémitisme. Goncourt s’en indigne et ne voit dans la démarche de Zola qu’une tentative pour obtenir la voix d’Halévy à l’Académie. La ligne de partage qui va se dessiner entre les écrivains lors de l’affaire Dreyfus, à partir de 1898, commence à se préciser.

24Tout compte fait, on aura pu vérifier approximativement la périodisation indiquée tout à l’heure. Jusqu’aux années 1880, antisémitisme des Goncourt, certes, mais non pas obsessionnel : on pourrait le taxer d’ordinaire, de banal, sans outrances. Et puis, à partir des années 1880, du krach de la banque catholique l’Union générale, imputé à la banque Rothschild, le Journal d’Edmond de Goncourt montre un antisémitisme plus soutenu, plus fréquent, que l’amitié d’Edmond pour Drumont ne fait qu’aviver. La présentation de sa Manette Salomon au Vaudeville, quelques semaines avant sa mort, apparaît en phase avec le mouvement antisémite dont l’affaire Dreyfus se nourrira.

25Pourtant, si nous quittons le Journal, nous devons rectifier ce jugement global. Il suffit de relire le roman d’où est tirée la pièce, Manette Salomon, pour nous rendre compte que, bien avant l’émergence du mouvement antisémite en France, les Goncourt manifestaient une répulsion antijuive évidente.

26La pièce en neuf tableaux, donnée en février 1896, oppose les sentiments de l’artiste désintéressé, Coriolis, à ceux de Manette, ancien modèle, devenue sa maîtresse. Par amour, pour satisfaire les exigences de celle qu’il aime, le peintre accepte d’abandonner sa manière exigeante au profit d’une peinture qui se vend. Jusqu’au jour où il se révolte, découvrant toute la vilenie, toute l’avidité juive de Manette Salomon :

  • 11 Edmond de Goncourt, Manette Salomon, Pièce en neuf tableaux, Charpentier et Fasquelle, 1896, p. 12 (...)

« Qu’avez-vous fait de moi ?… un homme de métier, un faiseur de peinture au jour le jour, un domestique des marchands, un industriel, quoi ! […] c’est vous qui, avec tout ce que vous m’avez dit et redit, pour me détourner de l’art qui ne se vend pas, et me pousser à des tableaux de vente…, c’est vous qui, à force de m’étourdir, de m’humilier avec les gros prix de celui-ci, de celui-là […] m’avez fait renoncer au grand rêve de peindre mon temps… […] Vous m’avez passé de votre sang, Dieu me pardonne… Ah ! vous avez bien tué l’artiste… Je vous hais11… »

27De rage, Coriolis brûle ses toiles, en s’écriant : « Tiens, la Juive, voilà un lingot de trente mille francs ! » La colère lui inspire des mots à la Drumont : « Ah ! ce qui vient dans une figure de Juive avec l’âge…, ce nez qui devient crochu, et ses yeux dévorateurs… » Le neuvième et dernier tableau, celui d’un dîner offert par Coriolis à son ami Anatole, auquel Manette ne participe pas, est nouvelle occasion de charge antisémite. Le peintre se plaint que sa maîtresse se fasse « de jour en jour plus Juive » ; il perçoit chez elle « la haine de notre race… et sa satisfaction de tenir un chrétien sous son talon de bottine ».

  • 12 Edmond et Jules Goncourt, Manette Salomon, roman, Flammarion et Fasquelle, sd., p. 437.

28Mon hypothèse était qu’Edmond avait sensiblement forcé le trait antisémite dans sa pièce de 1896 par rapport au roman de 1867. Or il n’en est rien. On y retrouve la conquête du foyer domestique par « la juiverie [qui] se glissait, montait à la dérobée dans la maison ». La misogynie et l’antisémitisme y font bon ménage : « Car Manette, comme une femme et comme une juive, ne jugeait la valeur et le talent d’un homme qu’à cette basse mesure matérielle : l’échalandage et le prix vénal de ses œuvres. Pour elle, l’argent, en art, était tout, pouvait tout12. »

  • 13 Ibid., p. 449.

29On retrouve parfois mot à mot, ou presque, les mêmes phrases : « Il y avait au fond d’elle, à l’état latent, naturel, presque animal, un peu de ces sentiments échappés à un roi juif de l’Argent, lorsque dans un moment d’expansion, dans une de ces ivresses où l’on s’ouvre, il répondait à des amis qui lui demandaient le plaisir qu’il pouvait avoir à toujours travailler à être riche : “Ah ! vous ne savez pas ce que c’est que de sentir sous ses bottes un tas de chrétiens !” » C’est le mot, on l’a vu, prêté à Alphonse de Rothschild par Saint-Victor, en 1866. C’est l’expression d’une revanche : « La juive, lit-on dans Manette Salomon, jouissait d’une revanche, de la servitude de cet homme d’une autre foi, d’un autre baptême, d’un autre Dieu… » Pour les frères romanciers, ce qui s’était passé là, en plein Paris, dans un atelier de la rue Notre-Dame-des-Champs, c’était un épisode de l’antique conflit de religion et de race entre la race indo-germanique et la race sémitique13.

  • 14 Pour Drumont, Goncourt fait partie, au même titre que Toussenel et Capefigue, des auteurs qui pour (...)
  • 15 A. Billy, Les Frères Goncourt, Flammarion, 1954, p. 197.

30S’il nous faut renoncer à l’idée de progression dans l’antisémitisme des Goncourt, s’il nous faut admettre l’ancrage de leurs convictions antijuives avant la tempête des années 1880-1890, il nous faut rejeter l’influence de Drumont (et de Daudet) comme déterminante. On pourrait presque supposer l’inverse, que Drumont s’est inspiré des Goncourt ! Du reste, ne cite-t-il pas Manette Salomon, le roman des deux frères, dans La France juive14 ? Dans l’impossibilité où je suis de préciser des influences ou des sources – il est notable qu’André Billy, biographe des Goncourt, s’interroge sur les sources de la misogynie et l’antisémitisme des Goncourt, mais, sans s’y attarder : « l’intérêt de l’œuvre est ailleurs »15 – je voudrais m’essayer, pour conclure, à une interprétation.

  • 16 Journal, op. cit., t. I, p. 624.

31Manette Salomon, roman et pièce, nous donne une clé importante. Le peintre Coriolis, jusqu’à sa perversion accomplie, défend l’idéal des Goncourt, celui de l’art pour l’art. « Nous n’avons qu’une religion, lit-on dans le Journal, celle de l’Art ! » ou encore : « Oui, l’art pour l’art, l’art qui ne prouve rien, la musique des idées, l’harmonie de la phrase, c’est notre foi, notre conscience, c’est à cela que nous portons témoignage ». Or cet idéal est chaque jour remis en cause par la société moderne : « Tous les sentiments généreux, écrivent-ils en 1860, chevaleresques, idéaux, en dehors du bon sens et de l’intérêt, disparaissant de ce monde par la spéculation et la monomanie de l’enrichissement, il ne restera plus pour levier aux volontés que des sentiments matériels de bon sens et de positivisme. Cela est impossible. C’est une rupture d’équilibre entre le physique et le moral d’une société, qui doit la mener à une culbute16. »

  • 17 Journal, op. cit., t. I, p. 208.

32Or dans la mythologie antisémite, celle des Goncourt, le Juif incarne ce monde moderne, industriel, capitaliste, démocratique, cette ère des masses dans laquelle ils prospèrent. Émancipés par la Révolution, sortis de leurs ghettos, les Juifs tiennent désormais le haut du pavé en raison de leur complicité avec le monde moderne : « L’égalité de 89, écrivent les Goncourt en 1856, est un mensonge ; la non-égalité avant 89 était une injustice, mais une injustice faite au profit, très généralement, des gens bien élevés. Aujourd’hui, c’est l’aristocratie des gens qui ne le sont pas, l’aristocratie des banquiers, des agents de change, des marchands17. »

33L’opposition entre les artistes et les banquiers juifs est au centre de leur représentation : « Au café du Helder, notent-ils en 1858, quelques Juifs et boursiers se faufilent, petits Plutus fort flattés de se frotter à des hommes de lettres et d’en recevoir quelques rebuffades. » Et quand ces Juifs se mêlent de faire de l’art ou de la décoration, ils ne font que de l’art industriel. « Au fond, écrit Edmond en 1874 après une soirée chez Edmond Rothschild, ces gens ne peuvent conquérir le beau que dans les choses d’art industriel. » C’est une expression, aux yeux des adeptes de l’art pour l’art, évidemment contradictoire dans les termes. On se souvient que l’Art industriel est le titre du journal de Monsieur Arnoux, imaginé de façon dérisoire par Flaubert, dans L’Éducation sentimentale. Mais Jacques Arnoux n’est pas juif. Si les Goncourt avaient créé un tel personnage, il est probable qu’il se serait appelé Samuel Cohen ou quelque chose d’équivalent. Chez les Goncourt, tous les Juifs qui font profession d’artistes ne sont que des marchands. Tout se passe comme si l’artiste, le vrai, l’artiste désintéressé, l’artiste Goncourt, conjuguait, focalisait, concentrait tout ce qu’il abhorre : le peuple (la « haine du peuple » est explicite dans le Journal), le suffrage universel (ils se flattent de ne jamais voter), la « platitude de la vie » dans une société démocratique, les débuts d’une société de masse due à l’urbanisation industrielle, la standardisation, le règne de l’Argent, tout ce qui est antithétique à l’art désintéressé, dans la figure mythique du Juif.

34Les Goncourt ne savent rien des Juifs de France, environ 75 000, dont la plupart sont des artisans ou des commerçants de modeste condition, dont certains sont vraiment pauvres ; ils n’en jugent qu’à travers quelques noms : Rothschild, Péreire, Mirès, Crémieux, Catulle Mendès, Halévy… Cela leur suffit pour faire des généralités essentialistes, au nom de la race.

35En face, celui qui fut d’abord leur ami, Émile Zola, est peu à peu accablé d’invectives. Ses succès de librairie le condamnent. Lui aussi s’est abaissé à un art industriel. « Ma Rome, écrit Edmond, a fait un four atroce, et celle de Zola remplit le monde de ses cent mille exemplaires. » Que Zola défende désormais les Juifs dans Le Figaro, n’est-ce pas logique ?

36Respectueux, selon leur dire, de la royauté, de la papauté, de la noblesse, de l’Ancien Régime, ennemis de l’égalité et de la « religion républicaine », méprisant le Bourgeois, les Goncourt ont fait du Juif le symbole de leur détestation aristocratique. Le Juif n’est pas un être humain, mais un « juif », c’est-à-dire la personnification de leur dégoût d’esthète. Les catholiques avaient déjà de longue date fait des Juifs un peuple « déicide ». Des socialistes comme Fourier, Toussenel ou Proudhon, avaient déjà confondu le Juif et la Banque, au cours de la première moitié du XIXe siècle. Les Goncourt ont ajouté à cette construction la note de l’art pour l’art : après le chrétien et l’ouvrier, un autre acteur social est érigé en victime de l’ordre imaginaire antisémite, l’artiste.

Notes

1 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, 3 vol., Robert Laffont, collection « Bouquins », 1989.

2 Journal, op. cit., t. I, p. 371.

3 Journal, op. cit., t. II, p. 695.

4 Journal, op. cit., t. II, p. 990.

5 Journal, op. cit., t. II, p. 994.

6 La première mention de Drumont dans le Journal date du 3 janvier 1884, mais la Correspondance entre E. de Goncourt et A. Daudet (Droz, 1996, p. 83), situerait plutôt leur rencontre au début de 1881.

7 Journal, op. cit., t. II, p. 1247.

8 Journal, op. cit., t. III, p. 329.

9 Journal, op. cit., 7 mai 1893.

10 « Les Juifs et Manette Salomon », La Libre Parole, 7 mars 1896. Signalé par G. Kauffmann, biographie de Drumont inédite à ce jour.

11 Edmond de Goncourt, Manette Salomon, Pièce en neuf tableaux, Charpentier et Fasquelle, 1896, p. 120.

12 Edmond et Jules Goncourt, Manette Salomon, roman, Flammarion et Fasquelle, sd., p. 437.

13 Ibid., p. 449.

14 Pour Drumont, Goncourt fait partie, au même titre que Toussenel et Capefigue, des auteurs qui pour avoir « attaqué les juifs » ont été « tenus en dehors du succès : sur un mot d’ordre, la presse juive a fait silence autour de lui », E. Drumont, La France juive, Victor Palmé, édition populaire, 1890, p. 36.

15 A. Billy, Les Frères Goncourt, Flammarion, 1954, p. 197.

16 Journal, op. cit., t. I, p. 624.

17 Journal, op. cit., t. I, p. 208.

Auteur

Professeur émérite à l’Institut d’Études politiques de Paris

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540