Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre II. Les Goncourt et leurs contemporains

Edmond de Goncourt et ses disciples. La leçon de cinq dédicaces

Jean de Palacio

Texte intégral

1À la fin du XIXe siècle, la dédicace apparaît de plus en plus comme un genre à part entière. Tour à tour éloge, arme ou manifeste, elle sert à des prises de position ou à des règlements de compte. Encomiastique ou polémique, elle est toujours chargée de sens. Que penser, par exemple, de la dédicace du roman de Hugues Rebell, La Nichina, « À Maurice Barrès, En reconnaissance de ses merveilleuses pages sur la Venise de Tiepolo, ces mémoires sur une Venise plus ancienne, mais également odieuse aux professeurs d’esthétique et de morale protestante » (avril 1896) ? Tout à la fois panégyrique de Barrès et éreintement de Ruskin…

  • 1 Pierre Dufief, « Edmond de Goncourt et son cercle de “petits” naturalistes », Relecture des « petit (...)
  • 2 La Vie Parisienne, 4 mai 1889.
  • 3 Léon Hennique, Un Caractère, Tresse et Stock, 1889, p. 125.
  • 4 Cinq romans des Goncourt adaptés pour le théâtre : Renée Mauperin (par Henry Céard, 1887), Germinie (...)
  • 5 Edmond de Goncourt, Préface de Germinie Lacerteux, Charpentier, 1888, p. III.
  • 6 Amour, drame en trois parties (1890), se passe « A Brescia, 1512, - puis en France, au château de L (...)
  • 7 En traduisant notamment Othello (version demeurée inédite).
  • 8 Pierrot sceptique, Le Songe d’une nuit d’hiver (encore un clin d’œil à Shakespeare), La Rédemption (...)

2Fombreuse, Génicourt, Gondrecourt, Congourt, Gonroure : les pseudonymes, en bonne ou mauvaise part, n’ont pas manqué à Edmond de Goncourt. Les dédicaces non plus. Si le nombre des dédicaces constitue une sorte de baromètre de la notoriété, Edmond y figure assurément en bonne place. « Nombre de ces romans naturalistes sont dédiés à Edmond de Goncourt par des auteurs soucieux de profiter d’un patronage illustre ou désireux d’afficher des convictions littéraires », note justement Pierre Dufief1. On pourrait ainsi retracer l’itinéraire de l’allégeance de Jean Lorrain à travers une bonne douzaine de dédicaces à Goncourt échelonnées de 1883 à 1898. Recueils de vers, nouvelles ou croquis donnent la mesure de cette influence : le Goncourt XVIIIe siècle dans Les Griseries (cinq poèmes dédicacés portant des titres aussi révélateurs que « Fêtes galantes », « Embarquement » ou « Rocailles ») ; le Goncourt collectionneur dans Âmes d’automne (« L’Amoureux d’étoffes ») ; le Goncourt amateur d’âmes dans Les Lépillier (« Dans un boudoir », repris dans Sonyeuse) ou dans Buveurs d’âmes (« Colloque sentimental », repris tardivement, mais sans dédicace ! dans L’École des vieilles femmes sous un titre modifié). Mais Lorrain se contentait de placer le nom de Goncourt en tête de ses propres textes, indiquant seulement des orientations. Paul Bonnetain, Léon Hennique font de même : le premier, dédiant à Edmond de Goncourt « Fille à soldat », le premier récit du recueil Marsouins et Mathurins (1881), assorti en épigraphe d’une citation de La Fille Elisa ; le second lui offrant, en « Hommage de respectueuse amitié », son roman Un Caractère (1889). Les raisons en apparaissent clairement si l’on se rappelle la façon dont La Vie Parisienne caractérisait le roman : « cette histoire singulière, où il y a de tout, du spiritisme, de la bibelotmanie, des éphémérides, et même beaucoup de talent »2. De fait, une page comme le portrait d’Agénor de Cluses3 est assez dans la manière de l’aîné des deux frères. Mais Hennique reprenait, ce faisant, une autre dédicace adressée trois ans plus tôt à un autre Goncourt, celui de La Patrie en danger. Elle figure en tête de sa pièce La Mort du duc d’Enghien (1886) : « À Edmond de Goncourt, en témoignage de très haute estime et de respectueuse amitié, j’offre ces quelques pages, où j’ai tâché de mettre un peu de la brutalité d’une époque ». L’attrait de la scène, commun à Goncourt et Hennique4, « cette fascination, disons-le, qui se dégage de l’existence théâtrale »5, explique suffisamment la dédicace. Mais c’est aussi autour de cette notion de « brutalité » que se rejoignent les deux écrivains : refus d’idéaliser une époque, fût‐elle révolue. Dédier à Edmond de Goncourt « la brutalité d’une époque », c’est en quelque sorte la partager avec le dédicataire, y être solidaire avec lui. La violence faite au duc d’Enghien dans les fossés de Vincennes n’est pas foncièrement différente de celle faite à Germinie, Coriolis ou Demailly. Nello ou la fille Elisa pourraient aussi en témoigner. L’époque de Napoléon III est tout aussi brutale que celle de Napoléon Ier. Brutalité non spécifiquement « naturaliste », mais inscrite dans l’Histoire, comme le montre pour d’autres époques le théâtre de Léon Hennique6. Celui-ci est encore allé chercher cette violence dans Shakespeare7. Et elle imprègne ses pantomimes8, genre pour lequel on connaît la prédilection des Goncourt et le sort qui lui est réservé dans Renée Mauperin.

  • 9 Paul Alexis, Émile Zola. Notes d’un ami, Charpentier, 1882, p. 179.

3Mais des hommages encore plus explicites n’ont pas manqué à celui que Paul Alexis tenait pour un des sommets du « quadrilatère du roman moderne »9. Ce sont cinq de ces dédicaces hyperboliques que je voudrais brièvement examiner ici, afin de vérifier le degré d’allégeance des disciples envers le maître et saisir peut-être par un biais l’apport d’Edmond de Goncourt.

  • 10 J’ai sciemment omis la dédicace, bien connue, et due à un ami autant qu’à un disciple, qu’Alphonse (...)

4Il s’agit respectivement de Francis Poictevin, Paul Alexis, Rodolphe Darzens, Frantz Jourdain et Léon Daudet, et de cinq œuvres de fiction, romans ou nouvelles : Ludine (1883), Le Besoin d’aimer (1885), Ukko Till (1891), L’Atelier Chantorel (1893) et Les Morticoles (1894)10. Voici le texte de ces dédicaces.

I À l’écrivain intime et rare
Edmond de Goncourt
Hommage d’une dilection unique.

II À Edmond de Goncourt
À la bravoure littéraire, qui n’a jamais reculé
devant la vérité. À l’honnêteté supérieure, dont
les œuvres sont exemptes des sensibleries, intro
duites par un bas calcul de faire passer les au
daces. À l’exemple le plus haut du dédain de la
foule et des compromis de la morale bourgeoise.

III À
Edmond de Goncourt,
Au
cérébral écrivain
de ce
chef-d’œuvre pur
Les Frères Zemganno
Hommage d’admiration.

IV Ce livre de révolte et de revendications cérébrales,
Je l’offre au Maître qui l’a inspiré,
À l’homme qui n’a jamais trahi,
À l’artiste qui n’a jamais failli,
Au Précurseur génial de l’Art moderne,
à Edmond de Goncourt
En témoignage de ma grande admiration
et de ma respectueuse affection.

V Au glorieux Patron des Lettres françaises,
à Edmond de Goncourt,
Je dédie ce livre,
en témoignage d’affectueuse admiration.

5Certaines de ces dédicaces tournent insidieusement, on le voit, au manifeste littéraire. J’organiserai ma réflexion en deux temps : a) une brève analyse de ces textes d’accompagnement pour eux-mêmes ; b) un examen un peu plus approfondi des œuvres qu’ils accompagnent, considérées comme champs clos de confrontation ou territoire de mise en pratique pour des déclarations théoriques.

6On peut tout d’abord tenter de dégager quelques constantes sémantiques :

  1. l’affirmation, majuscule à l’appui, de la position dominante d’Edmond dans la littérature de son temps : Maître (IV), Précurseur (IV), Patron (V).

  2. les métaphores militaires dans la littérature considérée comme une cause à défendre ou un combat : bravoure (II), jamais reculé (II), jamais trahi (IV), jamais failli (IV).

  3. la notion de « cérébralité » : cérébral écrivain (III), revendications cérébrales (IV).

  4. la notion essentielle d’« art » : écrivain […] rare (I), artiste (IV), Art moderne (IV), chef d’œuvre pur (III). Rareté et pureté convergent vers une sorte de quintessence.

  • 11 On possède une correspondance fragmentaire de Goncourt à Jourdain sur une série de cartes de visite (...)
  • 12 Frantz Jourdain, L’Atelier Chantorel, Charpentier et Fasquelle, 1893, p. 109-111.
  • 13 Ibid., p. 216, 227.
  • 14 Ibid., p. 211.
  • 15 La prise à contre-pied du « Tes père et mère honoreras » n’est pas sans rappeler Vallès, que Jourda (...)
  • 16 Ibid., p. 219.

7Le cas de loin le plus intéressant est la dédicace à Edmond de Goncourt par Frantz Jourdain de son roman L’Atelier Chantorel (1893), texte de qualité qui ne mérite pas l’oubli total dans lequel il est tombé. L’allégeance absolue de Jourdain à Goncourt11 (la dédicace est un véritable dithyrambe, composé comme une strophe d’ode ou de poème votif) n’empêche pas une originalité certaine. Certes, l’atelier Chantorel n’est pas sans rappeler l’atelier Langibout de Manette Salomon ; et les conversations du protagoniste avec ses camarades d’atelier évoquent celles d’Anatole ou, plus encore, de Demailly dans le cercle de Franchemont et Rémonville. Situé dans les milieux de l’architecture que Jourdain connaît bien (pour être architecte lui-même), conçu comme un roman d’apprentissage, celui de l’architecte hollandais naturalisé français (comme Jourdain, né à Anvers) Gaston Dorsner à l’École des Beaux-Arts, le livre est une mise en perspective de la modernité goncourtienne à partir d’une formation intellectuelle passant par Baudelaire12 et par les Goncourt eux-mêmes, cités « en abyme » dans le récit13. La « révolte » est le maître-mot du roman. Elle inclut celle de Brague, qui « possédait la virtuosité de la destruction, le génie de la négation, l’amour de la haine, l’éloquence de la décomposition, comme un Bossuet de la vidange »14, ce qui lui permet de donner « des crocs-en-jambe aux théories les plus vénérables », en particulier, à la famille15 ; et surtout, celle de Dorsner contre l’académisme néoclassique et la pesanteur du modèle gréco-latin : « […] lâcher Athènes et Rome dont le continuel remâchonnement amène l’écoeurement, vendre au ferrailleur le casque d’Agamemnon et la cuirasse de Jules César, tourner le dos à l’antiquité pour regarder le présent, et peindre nos contemporains qui, tout autant que les anciens, sont aptes à inspirer des chefs d’œuvre »16. Tel est « le catéchisme de l’art de demain », que Dorsner trouve illustré précisément dans les romans des frères Goncourt : Germinie Lacerteux et Manette Salomon. La dédicace est la traduction fidèle de ce credo.

  • 17 Edmond et Jules de Goncourt, Manette Salomon (1867) ; nouv. éd., Fasquelle, 1897, p. 333.
  • 18 Ibid., p. 162.
  • 19 Frantz Jourdain, L’Atelier Chantorel, op. cit., p. 235.
  • 20 Ibid., p. 236-237.

8La courbe des deux romans, L’Atelier Chantorel et Manette Salomon, est sensiblement la même. Elle confronte une défaite et une réussite dans une vue pessimiste des choses. Le vaincu, Coriolis (Goncourt) ou Dorsner (Jourdain), est le tenant de l’art moderne, face à « cet art élevé dont l’École de Rome est le sanctuaire, l’asile et le palladium »17. Goncourt parle de la métamorphose de Garnotelle à la Villa Médicis ; Jourdain dira qu’on y attrape une « syphilis morale ». Le vainqueur, précisément, Garnotelle (Goncourt) ou Tervier (Jourdain), est du côté de l’art officiel, reçu au Salon, prix de Rome, comblé de distinctions honorifiques, titulaire de commandes de l’État ou de « gros banquiers ». Mais il faut, pour cela, payer le prix de l’art, adopter « une certaine manière de peindre unie, sage, lisse, blaireautée, sans pâte, sans touche, une peinture impersonnelle et inanimée, terne et polie »18 ; ou une architecture dans laquelle « L’habileté du crayon et la virtuosité du pinceau masquaient l’absence de la personnalité, la vulgarité du concept, la niaiserie du raisonnement, la chétivité de la production19. » Un monument à la gloire de Jeanne d’Arc ne peut se faire qu’avec des formes, des motifs, des détails « pillés dans un temple antique », dans une chapelle votive reproduisant un temple de Vesta20 ! Mais ainsi, Garnotelle entre à l’Institut, Voland devient Architecte de la Ville, Tervier accumule les médailles, est Architecte du ministère de la Guerre. Inversement, Coriolis et Dorsner incarnent la défaite de l’artiste tué par les circonstances : le premier fait par contrat des tableaux de chevalet à la grosse, le second, de la bâtisse débitée par tranches. Ce que cache la dédicace de Jourdain à Goncourt, c’est le désir de refaire Manette Salomon dans son propre roman, en le transportant de la peinture dans l’architecture.

  • 21 Frantz Jourdain, De choses et d’autres, Simonis Empis, 1902, p. 4.

9On sait, par Frantz Jourdain lui-même, les circonstances qui entourèrent la gestation et l’écriture du roman : livre écrit à l’instigation et sous la pression constante du dernier Goncourt, qui en assura également la révision et que Jourdain considérait comme son « parrain ». Genèse difficile, pendant plus de deux ans, d’un roman enfanté dans la douleur et qui, dans tous les sens du terme, n’a dû qu’à Goncourt d’exister. La dédicace, dans ces conditions, porte un double sceau : celui de l’écrivain pour une allégeance littéraire, et celui de l’homme pour une reconnaissance quasi filiale. Ainsi s’explique que Jourdain, dix ans après (1892-1902) reprenne presque mot pour mot les termes de cette dédicace dans le chapitre de ses souvenirs consacré à Goncourt : « Cette intransigeance, qui n’était d’ailleurs qu’une preuve de conviction et de droiture, l’artiste ne l’a jamais abandonnée, et ses ennemis les plus implacables n’arriveraient pas à trouver, dans sa longue existence, une trahison (cf. « jamais trahi »), une défection (cf. « jamais failli »), une lâcheté ou une vilenie21. » À sentiment semblable, rhétorique identique.

10Si elle se prolonge jusqu’en 1902, et même en 1922, cette belle fidélité à l’homme et à l’œuvre se manifestait dès 1886 avec la dédicace « À Edmond de Goncourt » d’une nouvelle du recueil Beaumignon. Intitulée « Le Clown », elle met en scène un groupe d’acrobates nommés les Humpeckett, fortement inspirés des frères Hanlon Lees, et dont la parenté avec les frères Zemganno ne fait pas le moindre doute. Jourdain écrit avec un bonheur stylistique bien supérieur à la réalisation d’un Rodolphe Darzens quelques années plus tard dans une intention semblable :

  • 22 Frantz Jourdain, Beaumignon, Lévy, 1886, p. 108-109.

C’est qu’ils ont quelque chose d’étrange et de fantastique, ces clowns dont les vêtements rappellent les nôtres, mais les nôtres vus dans le cauchemar ou la fièvre, dont le mutisme semble mystérieux avec le mouvement épileptique qu’ils se donnent, dont la physionomie paraît d’autant plus macabre et affolante qu’elle reste impassible, tandis que le corps exécute des sauts prodigieux, des contorsions inimaginables, des pauses inattendues. Ces têtes glabres et mornes, fichées sur ces membres de possédés, atteignent l’idéal du fantastique22.

  • 23 Edmond de Goncourt, Les Frères Zemganno, Charpentier, 1879, p. 160-163.
  • 24 Frantz Jourdain, Beaumignon, op. cit., p. 110.

11Écho certain, et non totalement indigne du modèle, des pages sur la pantomime anglaise et le macabre britannique dans le roman d’Edmond23. Telle formule heureuse appliquée par Jourdain à son clown violoniste : « un personnage d’Hoffmann caricaturé par Daumier »24, pourrait être signée d’Edmond.

 

  • 25 « Il se sentait comme l’envie de se blaguer lui-même, à haute voix » (Ukko Till, p. 93). Il s’agit (...)
  • 26 Rodolphe Darzens, Ukko Till, Dentu, 1891, p. 27.

12Le dessein de Rodolphe Darzens dans sa dédicace, pour être moins complexe et explicitement avoué, est en tout point identique : c’est le désir de refaire Les Frères Zemganno dans son roman Ukko Till (1891). Mais ici, le pari apparaît manqué. Rien, à proprement parler, de « cérébral » dans ce roman médiocre, où la rivalité du tireur et du clown pour les faveurs de la belle Mercédès (de son vrai nom, Louise Pagot) n’a qu’un rapport lointain avec les affres artistiques de Gianni et Nello. L’ambitieuse préface de Darzens ne rétablit pas l’équilibre. Dans Ukko Till, ni les caractères ni le milieu ne sont fortement étudiés. Seule, peut-être, une interrogation sur le langage clownesque (celui de Little Tony) se fait jour au-delà des apparences. Témoignage sur l’anglomanie du monde du cirque, dont Les Frères Zemganno et leur apprentissage londonien, de même que l’écuyère américaine, offraient déjà un bon exemple. Témoignage, aussi, sur la blague, dont les Goncourt, on le sait, s’étaient fait les historiens25. « - It’s cold…, ça pince, texte et traduction », ou encore : « Le pif me brûle […] Pauvre nose à moi26 ! » Lointain écho, peut-être, du célèbre « aoh ! » de la Tompkins.

  • 27 Ibid., p. V.
  • 28 Ibid., p. VI-VII.

13La « pureté » que Darzens reconnaît à Goncourt n’est certainement pas celle de l’écriture artiste. Il récuse, en effet, « la manie de la Phrase » et « la préciosité maladive du Style »27. Mais, conformément à son modèle, l’intention de l’écrivain, bien que très partiellement accomplie, était de peindre dans Ukko Till « L’Époque ? De nos jours » et « Le milieu : celui de ces êtres qui toujours charmeront le poète parce qu’ils se drapent d’oripeaux variés et que leur âme, comme leur vêtement, est omnicolore et pailletée28. » Maillon d’une chaîne, donc, qui va de Banville à Champsaur, des Odes funambulesques (1857) à Lulu. Roman clownesque (1901), en passant évidemment par Les Frères Zemganno (1879).

 

  • 29 Léon Daudet, Les Morticoles, Charpentier et Fasquelle, 1894, p. 20.
  • 30 Ibid., p. 60.
  • 31 Edmond et Jules de Goncourt, Sœur Philomène, Bourdillat, 1861 ; nouv. éd., Fasquelle, 1897, p. 113.
  • 32 Les Morticoles, op. cit., p. 27.
  • 33 Sœur Philomène, op. cit., p. 113, 119-120.
  • 34 Les Morticoles, op. cit., p. 358.

14En dédiant à Goncourt son utopie des Morticoles (1894), Léon Daudet a-t-il considéré avec un intérêt particulier le roman Sœur Philomène ? Il est permis de le penser. Certes, l’hôpital de*** n’a qu’une lointaine ressemblance avec l’hôpital Typhus : même si « le fameux chirurgien Tabard », qui « tue tous ses malades par incurie »29, ou le docteur Maslavon, dont « sur quinze patients, sept ou huit mouraient »30, ne sont pas sans évoquer le docteur Harder, lequel « fait cinq opérations, les cinq opérés claquent »31 ; et si le discours de Misnard, faisant allusion aux « ancêtres » qui, en Morticolie, adoraient un crucifix et au temps desquels « Dans nos hôpitaux on voyait des religieuses, des femmes chastes en blanc costume qui soignaient les pauvres gratis32 », rappelle directement les sœurs hospitalières des Goncourt, Sœur Philomène ou Sœur Laurence. Mais les Goncourt, sans insister outre mesure, se contentaient de mentionner « la pourriture d’hôpital », où « la toilette de l’horreur » mettait comme « un idéal d’épouvante »33. L’utopie de Léon Daudet, forte des études médicales de l’écrivain pamphlétaire, incomparablement plus violente, ne craignait pas de s’aventurer dans le champ de ces pourritures – tant physiques que morales – et de les décrire longuement. Cependant, le « patron » des lettres françaises pourrait bien en effet avoir servi de modèle. La mort du petit Alfred (Daudet) n’est pas sans analogie avec la mort de Romaine (Goncourt) ; et l’apprentissage de Sœur Philomène à l’hôpital pourrait avoir inspiré celle du chrétien Félix Canelon, dont la profession de foi termine le livre : « Mon Dieu, vous êtes la source de toute bonté, de tout amour. Sans vous, la conscience n’est qu’un mot, l’homme qu’un amas de boue et de sang. […] Gloire à vous, seul glorieux34 ! » Sœur Philomène n’eût pas mieux prié.

 

15Les raisons de la dédicace à Edmond de Goncourt du recueil de nouvelles Le Besoin d’aimer demeurent incertaines. Le livre est composite, sans unité réelle, fait de pièces et de morceaux. Alexis incorpore la matière d’un précédent volume tiré à petit nombre par l’éditeur Kistemaeckers, Le Collage (1883). Ce volume contenait sept nouvelles : toutes figurent dans Le Besoin d’aimer (1885). Alexis en ajoute quinze autres, récupérées un peu partout. Les catégories qu’il dresse (les Vierges, les Filles, les Amants, les Cocus, les Mères) sont à l’évidence de fausses fenêtres. Pourquoi dédier à Goncourt ce livre mal bâti à cette date ?

  • 35 Chérie, Charpentier, 1884 ; cit. dans Lemerre, 1889, p. 277.
  • 36 Ibid., p. 276.
  • 37 Jean Lorrain, L’École des Vieilles Femmes, Ollendorff, 1905, dédicace.
  • 38 Chérie, op. cit., p. 310.
  • 39 Préface d’Henry Céard à Lettres de Jules de Goncourt, Charpentier, 1885, p. III.

16Peut-être la clef de la dédicace est-elle à chercher dans le titre. Le Besoin d’aimer définit en effet un double domaine, celui de la physiologie (besoin) et celui des affects (aimer), dont l’alliance semblait alors caractéristique de la manière des Goncourt. Ainsi, Chérie est-elle « amoureusement passionnée de corps et d’âme »35, « femme possédant à la fois un cœur aimant et des sens »36. Edmond parle d’ailleurs à son endroit de « besoin du mariage ». Jean Lorrain dira plus crûment : « le besoin d’être possédées »37. L’école des femmes et l’école des vieilles femmes se rejoignent en ceci. Ne voit-on pas un peu plus tard un illustre médecin déplorer le sort des « jeunes filles formées auxquelles on ne donne pas de mari », en déclarant à un confrère : « l’ovulation appelle la fécondation »38. Aussi bien, Henry Céard, préfaçant en 1885 les Lettres de Jules de Goncourt, faisait-il gloire au cadet d’avoir « introdui[t] la clinique médicale dans la littérature » et « fait de la physiologie l’instrument nouveau du roman contemporain »39.

  • 40 Paul Alexis, Le Besoin d’aimer, Charpentier, 1885, p. 206.
  • 41 Ibid., p. 68.

17C’est apparemment la visée d’Alexis dans Le Besoin d’aimer. Les récits y semblent à mi-chemin de Goncourt et de Zola. D’ailleurs, Valentine Torné trompe son ennui conjugal (et son mari) dans « Un roman à couverture jaune, tout luisant neuf, aux pages déjà cornées »40. On sait que, comme les Rougon-Macquart, et les œuvres d’Alexis lui-même, les quatre romans d’Edmond de Goncourt sortaient effectivement de l’officine de Charpentier. Pour être d’une extraction sociale différente, fille de concierge et non de maréchal grand-croix de la Légion d’Honneur, Victorine Fauqueur est, dans sa nubilité naissante, en proie aux mêmes troubles que Chérie Haudancourt. À la lecture de Goncourt s’ajoutant seulement le souvenir de Tissot et celui de Charlot s’amuse, Alexis note de surcroît une « pernicieuse habitude » à laquelle Victorine, âgée de quatorze ans, « se livrait en secret »41.

  • 42 Cahiers Naturalistes, no 61, 1987, « Un Dossier Paul Alexis », p. 148. Alexis était né en 1847 ; se (...)

18Des œuvres d’Alexis, La Fin de Lucie Pellegrin (1880) était dédiée à Zola ; Madame Meuriot (1891) le sera à Flaubert et La Comtesse (1896) à Daudet. Soucieux de se placer sous le quadruple patronage des écrivains du « quadrilatère du roman moderne », Alexis devait obligatoirement réserver une place à Goncourt. Si l’on ajoute que les deux autres livres d’Alexis, L’Éducation amoureuse (1890) et Trente romans (1895) sont respectivement dédiés à la mémoire de Duranty et de Maupassant, c’est toute la production romanesque de l’époque qui est « couverte » par le jeu des dédicaces. Alexis a-t-il pris prétexte de la publication de Chérie pour faire cet acte d’allégeance ? Plus tard, dans sa (vaine) candidature à la naissante Académie Goncourt, il se décrivait ainsi à Léon Hennique : « est-ce que, d’idées, de cœur, de race et d’éducation littéraire, et d’âge aussi, hélas ! je n’étais, et ne suis pas encore, PLUS PRES de notre Goncourt – […] que les trois que l’on m’oppose »42. Déclaration faite sans doute pour les besoins de la cause, mais qui peut aussi laisser deviner un réel sentiment de confraternité.

 

  • 43 Propos rapporté par Émile Bergerat dans Théophile Gautier. Entretiens, souvenirs et correspondance,(...)

19Il faut le reconnaître : les termes figurant dans les dédicaces dépassent la volonté de flagornerie ou le souci de promotion. La force des termes employés paraît refléter le sentiment des auteurs : par ordre de fréquence, admiration revient trois fois (III, IV, V), suivi d’affection (deux fois : IV et V), les deux termes parfois jumelés (affectueuse admiration, V). Mais peut-être convient-il de faire un sort tout particulier à la dédicace de Ludine, sans doute la plus frappante dans sa brièveté. Elle cerne au plus près l’art de Goncourt jusqu’à une sorte de mimétisme qui n’allait pas, plus tard, sans exaspérer Edmond. Intime et rare définit heureusement le fond et la forme, la matière et le langage, un naturalisme tourné vers l’intérieur, « ces façons de disséquer l’âme comme une charogne », disait Théophile Gautier43, et paré des prestiges de l’écriture artiste. S’y ajoute cette sorte de déclaration d’amour (dilection unique) qui est certainement le plus bel hommage qu’ait jamais reçu Edmond de Goncourt.

Notes

1 Pierre Dufief, « Edmond de Goncourt et son cercle de “petits” naturalistes », Relecture des « petits » naturalistes, RITM, Hors Série, Université de Paris X, 2000, p. 26.

2 La Vie Parisienne, 4 mai 1889.

3 Léon Hennique, Un Caractère, Tresse et Stock, 1889, p. 125.

4 Cinq romans des Goncourt adaptés pour le théâtre : Renée Mauperin (par Henry Céard, 1887), Germinie Lacerteux (par Edmond lui-même, 1888), Les Frères Zemganno (par Paul Alexis, 1890), Charles Demailly (par Paul Alexis, 1893), Manette Salomon (par Edmond lui-même, 1896) ; Hennique écrit une dizaine de pièces pour le théâtre, sans compter les pantomimes et les projets avortés.

5 Edmond de Goncourt, Préface de Germinie Lacerteux, Charpentier, 1888, p. III.

6 Amour, drame en trois parties (1890), se passe « A Brescia, 1512, - puis en France, au château de Ligny, les années suivantes » ; Reines de rois (1903, représ. 1909), se passe sous François Ier, « En France, 1546-1547 ». La brutalité ne manque ni à l’une, ni à l’autre.

7 En traduisant notamment Othello (version demeurée inédite).

8 Pierrot sceptique, Le Songe d’une nuit d’hiver (encore un clin d’œil à Shakespeare), La Rédemption de Pierrot, Pierrot à Stamboul. Voir Jean de Palacio, Pierrot fin-de-siècle, Séguier, 1990, p. 89.

9 Paul Alexis, Émile Zola. Notes d’un ami, Charpentier, 1882, p. 179.

10 J’ai sciemment omis la dédicace, bien connue, et due à un ami autant qu’à un disciple, qu’Alphonse Daudet a placée en tête de son roman Les Rois en exil (1879) : « À Edmond de Goncourt/À l’historien des reines et des favorites,/Au romancier de GERMINIE LACERTEUX/et des FRERES ZEMGANNO,/J’offre ce roman d’histoire moderne/Avec ma grande admiration. »

11 On possède une correspondance fragmentaire de Goncourt à Jourdain sur une série de cartes de visite, où il est question de petits services rendus, d’envoi de roses, d’une représentation de Manette Salomon et d’une lecture de L’Atelier Chantorel à Auteuil.

12 Frantz Jourdain, L’Atelier Chantorel, Charpentier et Fasquelle, 1893, p. 109-111.

13 Ibid., p. 216, 227.

14 Ibid., p. 211.

15 La prise à contre-pied du « Tes père et mère honoreras » n’est pas sans rappeler Vallès, que Jourdain cite et fait lire à son héros (p. 320).

16 Ibid., p. 219.

17 Edmond et Jules de Goncourt, Manette Salomon (1867) ; nouv. éd., Fasquelle, 1897, p. 333.

18 Ibid., p. 162.

19 Frantz Jourdain, L’Atelier Chantorel, op. cit., p. 235.

20 Ibid., p. 236-237.

21 Frantz Jourdain, De choses et d’autres, Simonis Empis, 1902, p. 4.

22 Frantz Jourdain, Beaumignon, Lévy, 1886, p. 108-109.

23 Edmond de Goncourt, Les Frères Zemganno, Charpentier, 1879, p. 160-163.

24 Frantz Jourdain, Beaumignon, op. cit., p. 110.

25 « Il se sentait comme l’envie de se blaguer lui-même, à haute voix » (Ukko Till, p. 93). Il s’agit du clown Little Tony.

26 Rodolphe Darzens, Ukko Till, Dentu, 1891, p. 27.

27 Ibid., p. V.

28 Ibid., p. VI-VII.

29 Léon Daudet, Les Morticoles, Charpentier et Fasquelle, 1894, p. 20.

30 Ibid., p. 60.

31 Edmond et Jules de Goncourt, Sœur Philomène, Bourdillat, 1861 ; nouv. éd., Fasquelle, 1897, p. 113.

32 Les Morticoles, op. cit., p. 27.

33 Sœur Philomène, op. cit., p. 113, 119-120.

34 Les Morticoles, op. cit., p. 358.

35 Chérie, Charpentier, 1884 ; cit. dans Lemerre, 1889, p. 277.

36 Ibid., p. 276.

37 Jean Lorrain, L’École des Vieilles Femmes, Ollendorff, 1905, dédicace.

38 Chérie, op. cit., p. 310.

39 Préface d’Henry Céard à Lettres de Jules de Goncourt, Charpentier, 1885, p. III.

40 Paul Alexis, Le Besoin d’aimer, Charpentier, 1885, p. 206.

41 Ibid., p. 68.

42 Cahiers Naturalistes, no 61, 1987, « Un Dossier Paul Alexis », p. 148. Alexis était né en 1847 ; ses trois concurrents étaient respectivement de 1855 (Rodenbach), 1861 (Descaves) et 1862 (Barrès).

43 Propos rapporté par Émile Bergerat dans Théophile Gautier. Entretiens, souvenirs et correspondance, Charpentier, 1879, p. 130. Le livre est préfacé par Edmond de Goncourt.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540