Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre I. Les Goncourt et l'histoire

Les frères Goncourt et leurs éditeurs : portrait de groupe

Jean-Yves Mollier

Texte intégral

1La première œuvre publiée par Jules et Edmond de Goncourt, En 18…, fut confiée en 1851 à l’imprimeur de la Revue des Deux Mondes, Gerdès, alors que la dernière, le tome IX du Journal, parut en mai 1896, quelques jours avant la mort d’Edmond, dans la « Bibliothèque » qu’avait reprise Noël- Eugène Fasquelle. Entre ces deux dates, 1851 et 1896, les frères Goncourt sont donc allés de l’auto-édition – le fait de passer commande d’un travail à un imprimeur rémunéré à cet effet – à l’édition proprement dite, après avoir connu, on le verra, le système du compte d’auteur ou compte à demi, chez Edmond Dentu notamment, pendant de longues années. De l’absence de notoriété, qui explique le recours à l’auto-édition à la reconnaissance exceptionnelle, qui conduit l’un des plus grands éditeurs de littérature générale de la fin du XIXe siècle à accepter de publier avec enthousiasme les Mémoires de la vie littéraire rédigés par les Goncourt, on mesure toute la distance qui sépare l’entrée et la sortie de la carrière des Lettres des deux écrivains.

  • 1 Jean-Yves Mollier, « Baudelaire et les frères Lévy : auteur et éditeur », Études baudelairiennes X (...)
  • 2 Henry Murger, Lettre à Michel Lévy, 8 octobre 1858, dans Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy (...)
  • 3 Ibid., p. 370-372 et Jean-Yves Mollier, « La littérature industrielle », Alexandre Dumas, une lect (...)
  • 4 Sur l’ensemble de ces problèmes, voir Travaux de littérature no XIV/2001 et XV/2002, L’Écrivain éd (...)
  • 5 Le portrait de Dauriat est en effet plutôt sombre dans cette œuvre.
  • 6 Emmanuel Kant, Qu’est-ce que les Lumières ? (1784), réédition Hatier, 1999 et Paul Bénichou, Le Sa (...)

2Observateurs cruels mais, en général, lucides des mœurs de leur temps, les frères Goncourt n’ont cessé de dénoncer la prétention des éditeurs à se substituer à l’auteur ou, mieux, à l’homme de lettres, ce qui transforme leur Journal en poste d’observation privilégié des évolutions du système ou du paysage éditorial analysées à partir du point de vue des écrivains. Véritables victimes de ces mutations, si l’on en croit tant les Goncourt que Charles Baudelaire1, Henry Murger, obligé de venir à pied de la forêt de Fontainebleau à Paris pour mendier le louis d’or qui lui permettrait « de traverser le pont d’un dimanche »2, ou les nègres de Dumas, et tout particulièrement la comtesse Dash, qui abandonnait par contrat jusqu’au droit de signer ses propres manuscrits3, les hommes de lettres avaient vécu comme un traumatisme la constitution d’entreprises ou d’empires éditoriaux au milieu du XIXe siècle. Habitués aux égards que Voltaire exigeait de ses libraires et que Camille Ladvocat accordait bien volontiers à ses auteurs4, quoi qu’en ait dit Balzac dans Illusions perdues5, les écrivains découvraient avec horreur que le champ littéraire était une arène plus impitoyable encore que celle de la politique et que les maîtres du jeu étaient, si ce n’est incultes, du moins tout sauf leurs égaux sur le plan littéraire. La République des Lettres avait cédé la place à un marigot et chacun faisait l’expérience amère que « le sacre de l’écrivain » était un leurre qui masquait mal la prise de pouvoir des éditeurs sur cet univers censé régi par ses propres lois6.

  • 7 Véronique Sarrazin, « L’auteur éditeur de ses œuvres à la fin du XVIIIe siècle », Travaux de litté (...)
  • 8 Denis Diderot, Lettre sur le commerce de la librairie (1763), réédition Mille et une nuits, 2003.
  • 9 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Fayard, 1999.
  • 10 Emmanuel Kant, op. cit.

3Le temps était loin désormais, s’il avait jamais existé ailleurs qu’à l’état d’exception ou de fantasme du paradis perdu7, comme en témoignent les multiples démêlés de Diderot avec les éditeurs de l’Encyclopédie8, où l’homme de lettres pouvait espérer dominer complètement ce théâtre d’ombres et protéger son texte contre toutes les manœuvres imaginées par ceux dont c’était le métier de le transformer en livre. Contemporains de ces phénomènes, comme de la naissance des directeurs de collection, des comités de lecture et du passage de la maison d’édition au stade de grosse entreprise capitaliste gérée rationnellement, taylorisée avant la lettre et conduite selon les mêmes principes de gestion qui prévalaient chez Schneider au Creusot ou au Bon Marché à Paris9, les frères Goncourt ne pouvaient manquer de réagir et d’exprimer leurs sentiments face à cette dépossession de leur pouvoir symbolique. Kant avait rêvé d’une République des lettres fondée sur l’autonomie du jugement critique et l’égalité des citoyens de ce royaume de la pensée au temps des Lumières européennes10. Les Révolutions qui balayaient le continent depuis 1789 semblaient favoriser le développement d’une économie barbare, libérale mais inhumaine, dans laquelle le registre de comptabilité en partie double, le « droit » et l’« avoir » étaient devenus l’étalon de la qualité de l’œuvre d’art.

Le compte d’auteur au début du second Empire

  • 11 Jean-Yves Mollier, L’Argent et les Lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Fayard, (...)
  • 12 Franck Chomeau et Alain Coello, Marcel Proust à la recherche d’un éditeur, Olivier Orban, 1988.
  • 13 Frédéric Chataignier, Un éditeur atypique, Alain Moreau, DEA d’histoire, université de Versailles- (...)
  • 14 Frédéric Chataignier, L’Autoédition en Ile de France, maîtrise d’histoire, UVSQ, 2001.

4Le système dit du compte d’auteur était encore en vigueur dans les années 1850 mais il apparaissait déjà comme obsolète puisque la spécificité de la profession d’éditeur qui consiste à trier parmi l’offre de manuscrits proposés, à faire des choix, à élaborer des politiques éditoriales, allait à l’encontre de ces pratiques ancestrales. Toutefois, si l’on veut éviter toute erreur d’interprétation, on doit conserver en mémoire le fait que Bernard Grasset débuta de cette manière, en 1907, en exploitant cyniquement la volonté de paraître de ses premiers clients11, que Marcel Proust lui suggéra d’en user ainsi avec lui, en 1913, sans avoir conscience d’être moins écrivain pour autant12, et que rien n’était donc véritablement fixé en 1914. Plus près de nous, la redécouverte par Alain Moreau, fondateur de La Pensée Universelle en 197013, de cette forme de participation financière de l’auteur à l’augmentation de la richesse de son éditeur devait amener certains écrivains à réagir et à définir, dès 1975, les principes d’une auto-édition, conçue comme l’antithèse du compte d’auteur14. De ce fait, ce système est considéré aujourd’hui comme immoral, indécent, et les libraires refusent, en général, de recevoir en dépôt ces livres frappés d’ostracisme dont la presse spécialisée se fera également un devoir de ne jamais parler.

  • 15 Jean-Yves Mollier, L’Argent des Lettres…, op. cit., p. 302-304.
  • 16 Ibid., p. 304.
  • 17 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Robert Laffont, « Bouquins », 1989, t. 1, p. 147.
  • 18 Ibid., p. 164.
  • 19 Jean-Yves Mollier, « Écrivain-éditeur : un face à face déroutant », Travaux de littérature, t. XV/ (...)

5À l’époque où Jules et Edmond de Goncourt pénètrent dans l’arène littéraire, rien n’est donc définitivement joué et, si l’on regarde de près la succession ouverte à la mort de l’éditeur Edouard Dentu, en 1884, on s’aperçoit que cet excellent professionnel, qui avait publié Les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly, Les Rois en exil de Daudet ou La Sorcière de Michelet, n’éditait réellement que 36 des écrivains mentionnés dans ses catalogues et qu’il accordait le compte à demi ou le dépôt aux 68 autres hommes de lettres qui figuraient aux côtés des précédents15. Aucune indication ne permettait d’ailleurs au lecteur de connaître ces particularités et la Société des Gens de Lettres – la SGDL – comme celle des Auteurs et compositeurs dramatiques – la SACD – avaient fait du personnage leur libraire officiel chargé de populariser une partie de leur répertoire et de leurs fonds dès 185916. On comprend donc pourquoi les frères Goncourt apportèrent à Dentu l’Histoire de la société française pendant la Révolution en 1854 et l’Histoire de la société française sous le Directoire l’année suivante. Cela ne les empêchait pas de penser et d’écrire que Dentu ressemblait à un basset17 et, lorsqu’ils lui confient Une voiture de masques, en 1856, d’exprimer leur mépris le plus total envers un homme qui « aspire, ô folie, à comprendre ce qu’il édite » et dont l’idéal paraît être « le distingué et l’attendrissant »18. On saisit ici l’implicite des deux frères en matière d’édition : le trafic d’argent avec le commerçant en boutique est une obligation matérielle et il n’y a rien d’inconvenant à se plier à ses règles, mais ce genre de tractation, ou d’échange, ne saurait hisser le marchand au niveau de l’homme de lettres et ce, malgré le transfert de sacralité qui était en train de s’opérer au début du second Empire19.

  • 20 Jean-Yves Mollier, L’Argent et les Lettres, op. cit., p. 314-317.
  • 21 Edmond et Jules de Goncourt, op. cit., t. I, p. 223 et 226.
  • 22 Ibid., p. 223.
  • 23 Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy…, op. cit., p. 341-344.

6Ignorant apparemment tout du parcours de cet éditeur légitimiste, ardent royaliste, collectionneur averti, propriétaire d’une collection extraordinaire de documents sur l’histoire de France et d’une autre, tout aussi éblouissante, de dessins et de tableaux, de meubles et d’objets rares qui prouvent un goût très sûr en matière artistique20, Jules et Edmond de Goncourt se refusaient à le traiter en véritable amateur d’art. Ils ne voulaient voir en lui que le rustre qui, en 1856, ose leur proposer 150 francs – moins de 700 euros actuels – pour l’achat à forfait des Portraits nouveaux et qui consentira, finalement, à lâcher le double pour ce qui deviendra le livre intitulé Portraits intimes du XVIIIe siècle, quelques semaines plus tard21. L’impudent libraire du Palais- Royal – le qualificatif figure au Journal le 11 décembre 185622 – leur avait pourtant reconnu un avantage ou une qualité littéraire évidente en les faisant passer de l’édition à compte d’auteur dans laquelle il n’engageait pas le moindre frais à l’édition rémunérée au forfait, la véritable, celle où le preneur paie la fabrication des volumes, le papier et toutes les dépenses, y compris de publicité, et pour laquelle il achète la propriété littéraire de ses auteurs. Certes la rémunération à forfait, donc définitive et au seul bénéfice du marchand, a été considérée, au XXe siècle, comme scandaleuse et, à ce titre, formellement interdite par la loi du 11 mars 1957, mais, cent ans auparavant, Gustave Flaubert avait été ravi de céder Madame Bovary à Michel Lévy pour 800 francs23, ce qui signifie que la perception des Goncourt était alors celle de Flaubert et qu’ils ne souffraient aucunement du sort qui était le leur. S’ils méprisaient cordialement Dentu, ce n’était pas à cause de l’achat à forfait de leurs manuscrits mais en raison de la rapacité du commerçant qui dénotait sa grossièreté foncière et de sa prétention à vouloir émettre des jugements littéraires.

  • 24 Jean-Yves Mollier, L’Argent et les Lettres…, op. cit., p. 98-101.
  • 25 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. 1, p. 332.
  • 26 Ibid., p. 341.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid, p. 342.

7Quand ils changent d’éditeur et s’adressent à Ambroise Firmin Didot, en 1858, les deux frères semblent de la même manière affectés de ne pas savoir à qui ils ont affaire. Alors que ce descendant d’une illustre famille d’imprimeurs et de fondeurs est un membre distingué de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, qu’il possède des collections d’œuvres d’art, de porcelaines, de tableaux et de livres qui en font un authentique lettré de son temps24, ils ne voient devant eux qu’« un vieux bonhomme à cheveux blancs, de ces vieillesses qui cachent un imbécile sous des cheveux blancs »25. À côté de cette description peu amène, ils ont cependant reconnu le « sérieux » du professionnel à qui l’Académie française avait d’ailleurs confié le soin d’éditer son Dictionnaire. Sensibles à la rareté de sa collection d’incunables, Edmond et Jules de Goncourt vont cependant se déchaîner contre Ambroise Firmin Didot quand il prétendra leur suggérer des corrections à apporter à leur manuscrit. « Libres de la tyrannie de l’éditeur »26, grâce à leur indépendance financière, eux qui poursuivent « un idéal » en littérature27, qui ne vivent que « pour poser des virgules » et sont demeurés, en plein XIXe siècle, des hommes de lettres à la façon du XVIIIe, refusent obstinément à l’éditeur le droit, a fortiori le devoir, de se montrer interventionniste en matière de style, de poésie ou de rythme de la phrase. Pas question, écriront-ils, « de laisser un niais, un bêta, un idiot toucher et tripoter dans ce que nous avons pondu, et recouver nos enfants et rhabiller nos idées avec les ciseaux de Prudhomme »28. Le « Non pas ! » qui ponctue leur propos claque comme un coup de fouet cinglé sur le visage de l’impudent éditeur de l’Institut qui se targuait de posséder Le Serment des Horace de David mais n’en avait pour autant pas le droit de leur en remontrer en matière de corrections jugées comme autant de mutilations de leur œuvre.

  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., t. II, p. 326.
  • 31 Jean-Yves Mollier, Noël Parfait (1813 – 1896). Biographie littéraire et historique, thèse de docto (...)

8Forts du sentiment de leur « conscience littéraire », acquise après d’innombrables lectures mais en partie innée selon leurs conceptions, les frères Goncourt affirmaient ainsi à la face de « l’idiot » qui possédait « un cou de vautour pelé, turgide et flanqué de petites plumes blanches »29, leur droit imprescriptible à célébrer le culte de la seule religion qui vaille, celle des lettres, et d’en demeurer, envers et contre tous, les grands prêtres gardiens du temple. Refusant l’évolution du système éditorial qui avait commencé à faire apparaître les directeurs littéraires – les editors – à côté des publishers, ils exprimeront le même mépris hautain à l’égard de Noël Parfait, directeur des éditions Michel Lévy frères, lorsqu’il refusera Blanche de la Rochedragon en 1870. « C’est prodigieux, comme l’amabilité d’un sot est toujours blessante » écriront-ils30, s’obstinant ainsi à dénier à un directeur de collection, pourtant correcteur recherché de Victor Hugo, de George Sand et d’Ernest Renan31, le droit de s’immiscer dans leur relation intime à la chose littéraire ou à ce que l’on dénomme aujourd’hui la littérarité d’une œuvre. S’inscrivant à contrecourant d’une évolution qui devait conduire à introniser le directeur de collection, Paul Lorain chez Hachette, Émile Aucante ou Noël Parfait chez Calmann Levy, Daniel Halévy chez Grasset ou Jean Paulhan chez Gallimard, comme le médiateur par excellence entre un texte et un public, donc comme un intermédiaire indispensable à la transformation du texte en livre, les Goncourt affirmaient le caractère définitif de leur opposition à la désacralisation de l’écrivain ou à sa descente du ciel sur la terre.

Le temps des « usuriers des lettres »

  • 32 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. 1, p. 169.
  • 33 Ibid.
  • 34 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette…, op. cit., p. 301-319.
  • 35 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. 1, p. 280.

9Les Mémoires de la vie littéraire dressent, en ces années 1852-1859 qui voient les maisons fondées par Louis Hachette, Michel Lévy ou les frères Garnier devenir de véritables empires éditoriaux, un réquisitoire implacable contre « Michel Lévy et Jaccottet – [le patron de la Librairie Nouvelle du Boulevard des Italiens] – devenus les Augustes de tous les mendiants qui salissent du papier pour vivre »32. « Plus de public, mais une certaine quantité de gens qui aiment à digérer en lisant une prose claire comme un journal, qui aiment à se faire raconter des histoires en chemin de fer par un livre qui en tient beaucoup ; qui lisent non pas un livre, mais pour vingt sous33 », poursuivaient-ils en cette année 1856 en fustigeant l’évolution du système éditorial qui avait conduit Jaccottet et Bourdillat, Pierre-Jules Hetzel et Michel Lévy à créer les collections de livres grand public à un franc en 1851- 1852 et Louis Hachette à lancer, début 1853, sa Bibliothèque des chemins de fer au même prix34. S’en prenant plus particulièrement à Michel Lévy, parce qu’il était juif, stigmatisant le « pacha de la librairie »35 qui règne sur le champ littéraire comme le roi dans sa cour et transforme les écrivains en amuseur du prince, ils le poursuivront de leur vindicte pendant toute leur vie.

  • 36 Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy…, op. cit.
  • 37 Edmond et Jules de Goncourt, op. cit., t. 2, p. 33.
  • 38 Ibid., p. 569.
  • 39 Ibid., p. 1005.
  • 40 Ibid., t. III, p. 665.
  • 41 Lettres inédites d'Ernest Renan à ses éditeurs Michel et Calmann Lévy, introduction, notes et comm (...)

10À la mort de l’éditeur qui avait constitué le plus beau catalogue d’écrivains que l’on puisse rêver pour le XIXe siècle – de Baudelaire à Stendhal, en incluant Dumas, Nerval, Sand, Tocqueville et Renan36 – Edmond se réjouira du décès de celui qu’il avait baptisé avec son frère à la fois « la sangsue des lettres » et « l’usurier des lettres »37. Un an avant la disparition de l’éditeur de la rue Auber, il avait déjà rapporté avec gourmandise les confidences que ce « parvenu » avait faites à Arsène Houssaye en lui montrant l’Hôtel particulier qu’il se faisait construire aux Champs-Elysées38. Quand, en 1883, Alphonse Daudet révèlera à Edmond de Goncourt que Calmann Lévy a échoué dans sa tentative de renflouer la trésorerie de Georges Charpentier pour s’emparer de sa « Bibliothèque », des naturalistes et de Zola qui manquaient à ses catalogues, le Journal enregistrera la joie du narrateur qui détestait « l’égorgeur » des lettres39. À la mort de Calmann Lévy, en 1891, Edmond de Goncourt laissera de nouveau éclater sa colère contre « ces Michel Lévy, les plus grands égorgeurs, les plus féroces usuriers de la littérature »40 et contre Ernest Renan, coupable, dans ses Feuillets détachés, en fait la reprise des Souvenirs denfance et de jeunesse, d’avoir dressé un portrait flatteur et même élogieux de celui qui avait contribué à assurer sa fortune tant matérielle que littéraire en transformant sa Vie de Jésus en best-seller des années 1863-186441.

  • 42 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. I, p. 460.
  • 43 Ibid, p. 1096.
  • 44 Ibid, p. 1100.

11Louis Hachette, catholique lui, apparaît dans le Journal en 1858 lorsque l’un de ses directeurs de collection, Gustave Vapereau, rédacteur du Dictionnaire des contemporains, prétend enlever la particule apposée devant le nom des Goncourt. Cette bassesse vaudra à l’adversaire une belle volée de bois vert et, sur les conseils de l’éditeur, une capitulation en rase campagne qui mettra un peu de baume au cœur des deux frères. Ayant toujours refusé de caresser la main de l’éditeur et encore davantage de briguer « la poignée de main de Lévy »42 ou de Hachette, ils devaient écrire à la mort du second qu’il était décédé d’un livre, Le Progrès d’Edmond About, « le coq de la rue d’Ulm » comme l’appelaient ses contemporains et que Louis Hachette s’en était allé « ivre de progrès matériel »43, ce qui n’était pas un compliment sous leur plume. Un peu plus loin dans le Journal en cette année 1864, ils dresseront un scandaleux portrait de l’éditeur du quartier des Écoles. « Cet homme, qui est mort de désespoir de la fortune des Péreire, écriront-ils, Hachette était le fils de la lingère de Louis Le Grand. Il eut une bourse. À dix ans, il était déjà marchand : il vendait des billes et des livres. Puis il se mit libraire pauvrement. Charpentier se rappelle avoir vu sa femme brocher des livres à côté de lui, tandis que lui-même se servait de commis »44.

  • 45 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette…, op. cit.
  • 46 Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy…, op. cit.
  • 47 Jean-Yves Mollier, l'Argent et les lettres…, op. cit.
  • 48 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. I, p. 867.

12On le voit, catholique de tempérament, plutôt janséniste, comme Louis Hachette45, israélite plutôt détaché de la foi de ses pères comme Michel Lévy46, légitimiste comme Édouard Dentu ou orléaniste comme Ambroise Firmin Didot47, l’éditeur moderne était aux yeux des frères Goncourt un imposteur des lettres, un voleur, un égorgeur, un usurier, un trafiquant parce qu’il était incapable, en raison de sa profession, mercantile, grossière, avilissante pour tout dire, de pénétrer la beauté et le mystère de l’écriture. Qu’il soit donc héritier d’une dynastie d’hommes du plomb comme Firmin Didot et Dentu ou self made man façon Hachette ou Lévy, ne changeait rien à l’affaire. Ni les origines sociales, ni les opinions politiques, ni l’éducation, ni la religion, ni la culture, ni le goût, ni même le sens artistique de l’intéressé n’étaient en cause. Seul l’état, comme on aurait dit sous l’Ancien Régime, ou le statut du personnage était visé et son appartenance au royaume de Mercure ou au règne de l’araignée, pour utiliser une métaphore chère à Fourier, était une tare apparemment indélébile. Plus grave même aux yeux des frères Goncourt, l’éditeur moderne pouvait, dans certains cas, parvenir à pervertir l’auteur et le ramener, le rabaisser à son niveau. Un tel malheur était survenu à Gustave Flaubert en 1862 lorsqu’il céda au « saltimbanquage » de Michel Lévy en laissant celui-ci dire partout qu’il lui avait payé 30 000 francs la propriété de Salammbô, acheté le tiers de cette somme, ce qui était déjà beaucoup, environ 45 000 euros actuels48, mais qui prouvait surtout que l’auteur avait besoin du renfort de la publicité pour lancer son œuvre, alors que la seule force interne de celle-ci aurait dû suffire.

  • 49 Jean-Yves Mollier, « Écrivain – éditeur, un face à face déroutant, op. cit.

13En dénonçant sans trêve le règne du Veau d’Or moderne, la domination de l’argent dans le monde et en montrant, preuves multiples à l’appui, les conséquences de ces changements dus à la Révolution Française et au triomphe de la bourgeoisie, les frères Goncourt accomplissaient un travail comparable à celui de Balzac dans La Comédie humaine. Persuadés comme lui que les éditeurs étaient incultes et incapables de sortir de leur sphère, ils refusaient le transfert de sacralité qui s’était opéré sous leurs yeux49 et qui aboutissait à transformer Louis Hachette et Michel Lévy en amateurs avertis de l’évolution de la littérature ou même en professionnels de l’écriture. Cette prétention à participer au travail de la création artistique, à contribuer, à côté de l’auteur, à la transmutation du texte en livre, leur était insupportable et ils ne comprenaient pas l’attitude de ceux des leurs qui semblaient accepter ces changements à l’intérieur de la République des lettres ou ces mutations du champ littéraire qui en altéraient profondément la nature.

L’éditeur au service de l’auteur ?

  • 50 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. II, p. 717.
  • 51 Ibid, p. 732.
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.
  • 54 Auguste Renoir, Madame Charpentier et ses enfants (1878), New York, The Metropolitan Museum of Art

14Pour être tout à fait complet quant à l’attitude des frères Goncourt, ou d’Edmond, le survivant, quant aux éditeurs de leur époque, il convient cependant d’accorder une importance particulière à la relation que ce dernier noua avec son ultime médiateur auprès du public, Georges Charpentier. À partir du moment où celui-ci accepta de rééditer La France au XVIIIe siècle, en 1876, et de publier La Fille Élisa, en 1877, Edmond de Goncourt ne se contenta pas de « sortir des caves de Didot »50, ce qui était déjà un heureux présage, mais il atteignit la notoriété, ce qui valait début de reconnaissance de leur talent. Le Journal du 21 mars 1877 le disait sans ambages : « cette reconnaissance éclatante de [son] talent »51 venait de lui procurer une immense joie et Georges Charpentier y avait été pour quelque chose. Grâce à la vente de 10 000 volumes – « dix mille exemplaires, nous à qui il fallait dix ans pour en vendre quinze cents » écrit Edmond52, il peut savourer chez Magny, avec « du bordeaux et de la viande rouge dans l’estomac »53 toute la satisfaction d’avoir enfin un éditeur digne ce de nom pour l’aider à rencontrer son public. Désormais intime de Georges et de Marguerite Charpentier, celle que Renoir a peinte dans son salon entourée de ses enfants54, les fréquentant et les recevant à dîner, Edmond de Goncourt pouvait abandonner une partie de ses préventions à l’égard des mercantis qui dominaient le paysage éditorial.

  • 55 Jean-Yves Mollier, L'Argent et les Lettres…, op. cit., p. 208-212.
  • 56 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. III, p. 492.
  • 57 Ibid., p. 932.
  • 58 Ibid.

15S’il appréciait la compagnie de « Zizi », comme Georges Charpentier avait été surnommé quant il était un jeune journaliste55, ou de « Caillou », comme on l’appelait désormais, et si les pages du Journal se font nettement moins acerbes envers lui qu’à l’encontre de ses confrères, Edmond de Goncourt supporta mal de voir les volumes de ses Mémoires de la vie littéraire stagner à 3 500 exemplaires quand les Souvenirs dun homme de lettres d’Alphonse Daudet dépassaient le cap des 30 00056. Il n’en voulut apparemment pas à son éditeur et lui demeura fidèle jusqu’à sa mort mais, lorsqu’en 1894, Charpentier et son associé Fasquelle publièrent un livre d’art, LItalie dhier, ils eurent droit aux sarcasmes de l’auteur pour s’être montrés incapables de faire correspondre les illustrations et le texte57. Les choses finiront par s’arranger et l’auteur et ses éditeurs n’auront pas « à se couper la gorge »58 mais, sur le fond, l’incident démontrait que, même à la fin de sa vie, Edmond de Goncourt tolérait toujours mal la tentation de l’éditeur de se faire le conseiller artistique ou le collaborateur de l’auteur. L’écrivain avait consenti à traiter avec cordialité l’homme qui l’avait installé au cœur du dispositif littéraire entourant la Bibliothèque Charpentier, mais il ne pouvait se décider à aller plus loin et à admettre l’idée que l’éditeur appartiendrait au même univers que l’homme de lettres.

  • 59 Gabriel Boillat, La Librairie Bernard Grasset et les lettres françaises. Troisième partie : la foi (...)

16Ainsi de 1851 à 1856, le Journal des frères Goncourt constitue-t-il un excellent baromètre des mutations subies par le système éditorial et des orages qui traversèrent le champ littéraire. Le refus épidermique de consentir au transfert de sacralité qui est le phénomène le plus marquant de leur époque, inscrit les Goncourt dans un univers, celui de la République des Lettres, qui s’était définitivement écroulé en 1789. Considérant que le rôle de l’éditeur relevait de l’art du commerce et non de la création littéraire, ils ne pouvaient supporter l’irruption du saltimbanque sur la scène littéraire. Bien avant que Bernard Grasset n’ait tenté de transformer l’édition en « foire sur la place »59 ou d’installer la grosse caisse de la réclame au centre de la vie littéraire, Michel Lévy et ses semblables avaient commencé à transformer en profondeur les relations auditeur-éditeur. Charles Baudelaire l’avait vivement ressenti en abandonnant finalement Poulet-Malassis au profit de Lévy mais il ne s’y était résigné que faute d’avoir trouvé l’éditeur ami et, surtout, esthète, dont il rêvait. Pour Jules et Edmond de Goncourt qui avaient consacré toute leur vie à la carrière des Lettres, qui s’étaient voulus uniquement écrivains et pour qui la création était une véritable religion, les mutations qui avaient altéré le monde des Lettres étaient inacceptables et, par ce trait comme par tant d’autres, ils s’avouaient hommes du XVIIIe siècle contraints par la destinée à vivre dans un univers dont tout les séparait et que seule l’écriture leur permettait de quitter et d’oublier.

Notes

1 Jean-Yves Mollier, « Baudelaire et les frères Lévy : auteur et éditeur », Études baudelairiennes XII, La Baconnière, 1987, p. 131-225.

2 Henry Murger, Lettre à Michel Lévy, 8 octobre 1858, dans Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy ou la naissance de l’édition moderne. 1836-1891, Calmann-Lévy, 1984, p. 187.

3 Ibid., p. 370-372 et Jean-Yves Mollier, « La littérature industrielle », Alexandre Dumas, une lecture de l’histoire, sous la dir. de Michel Arrous, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 135-152.

4 Sur l’ensemble de ces problèmes, voir Travaux de littérature no XIV/2001 et XV/2002, L’Écrivain éditeur, sous la direction de François Bessire.

5 Le portrait de Dauriat est en effet plutôt sombre dans cette œuvre.

6 Emmanuel Kant, Qu’est-ce que les Lumières ? (1784), réédition Hatier, 1999 et Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, José Corti, 1985 sur ce lieu commun.

7 Véronique Sarrazin, « L’auteur éditeur de ses œuvres à la fin du XVIIIe siècle », Travaux de littérature, t. XV/2002, p. 335-360.

8 Denis Diderot, Lettre sur le commerce de la librairie (1763), réédition Mille et une nuits, 2003.

9 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Fayard, 1999.

10 Emmanuel Kant, op. cit.

11 Jean-Yves Mollier, L’Argent et les Lettres. Histoire du capitalisme d’édition. 1880-1920, Fayard, 1988, p. 462-464.

12 Franck Chomeau et Alain Coello, Marcel Proust à la recherche d’un éditeur, Olivier Orban, 1988.

13 Frédéric Chataignier, Un éditeur atypique, Alain Moreau, DEA d’histoire, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), 2002.

14 Frédéric Chataignier, L’Autoédition en Ile de France, maîtrise d’histoire, UVSQ, 2001.

15 Jean-Yves Mollier, L’Argent des Lettres…, op. cit., p. 302-304.

16 Ibid., p. 304.

17 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Robert Laffont, « Bouquins », 1989, t. 1, p. 147.

18 Ibid., p. 164.

19 Jean-Yves Mollier, « Écrivain-éditeur : un face à face déroutant », Travaux de littérature, t. XV/2002, p. 17-39.

20 Jean-Yves Mollier, L’Argent et les Lettres, op. cit., p. 314-317.

21 Edmond et Jules de Goncourt, op. cit., t. I, p. 223 et 226.

22 Ibid., p. 223.

23 Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy…, op. cit., p. 341-344.

24 Jean-Yves Mollier, L’Argent et les Lettres…, op. cit., p. 98-101.

25 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. 1, p. 332.

26 Ibid., p. 341.

27 Ibid.

28 Ibid, p. 342.

29 Ibid.

30 Ibid., t. II, p. 326.

31 Jean-Yves Mollier, Noël Parfait (1813 – 1896). Biographie littéraire et historique, thèse de doctorat de 3e cycle de Lettres, Université Paris III, 1978, 2 vol., inédite.

32 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. 1, p. 169.

33 Ibid.

34 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette…, op. cit., p. 301-319.

35 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. 1, p. 280.

36 Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy…, op. cit.

37 Edmond et Jules de Goncourt, op. cit., t. 2, p. 33.

38 Ibid., p. 569.

39 Ibid., p. 1005.

40 Ibid., t. III, p. 665.

41 Lettres inédites d'Ernest Renan à ses éditeurs Michel et Calmann Lévy, introduction, notes et commentaires de Jean-Yves Mollier, Calmann-Lévy, 1986, p. 50-71.

42 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. I, p. 460.

43 Ibid, p. 1096.

44 Ibid, p. 1100.

45 Jean-Yves Mollier, Louis Hachette…, op. cit.

46 Jean-Yves Mollier, Michel et Calmann Lévy…, op. cit.

47 Jean-Yves Mollier, l'Argent et les lettres…, op. cit.

48 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. I, p. 867.

49 Jean-Yves Mollier, « Écrivain – éditeur, un face à face déroutant, op. cit.

50 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. II, p. 717.

51 Ibid, p. 732.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Auguste Renoir, Madame Charpentier et ses enfants (1878), New York, The Metropolitan Museum of Art.

55 Jean-Yves Mollier, L'Argent et les Lettres…, op. cit., p. 208-212.

56 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, op. cit., t. III, p. 492.

57 Ibid., p. 932.

58 Ibid.

59 Gabriel Boillat, La Librairie Bernard Grasset et les lettres françaises. Troisième partie : la foire sur la place (1913-1926), H. Champion, 1988.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine et directeur du centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Dernière publication : Le Camelot et la rue : essai sur l’apprentissage de la politique et de la démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles (Fayard, 2004).

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540