Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Chapitre I. Les Goncourt et l'histoire

Le « siècle » des Goncourt ou le XVIIIe siècle réhabilité

Marc Fumaroli

Texte intégral

1« Siècle » dans l’ancienne langue, moins comptable que la nôtre, ne désignait pas une période de cent années, mais un règne exceptionnel et exemplaire, peu importait sa longueur, et au cours duquel, patronné et encouragé par un prince éclairé, le génie humain avait brillé de tous ses feux. Le « siècle de Louis XIV », cette légende dont les éloges dithyrambiques de Charles Perrault en 1687, et ceux de Voltaire en 1751, ont flatté jusqu’à nos jours la vanité française, a duré cinquante années, dont la plupart ont été endeuillées de guerres d’agression, de persécution contre les protestants et de famines ; beaucoup plus brefs ont été les trois « grands siècles » antérieurs, ceux de Périclès, d’Auguste et de Léon X, qui ont servi de points de repères aux thuriféraires de Louis XIV pour établir l’absolue supériorité du « Grand siècle » et pour en attribuer les mérites au seul dirigisme de Louis XIV et de Colbert. Pourtant, le XVIIIe siècle n’oublia pas de sitôt l’universel soupir de soulagement qui avait suivi la mort du vieux roi en 1715, l’ébrouement joyeux de la Régence du duc d’Orléans, l’abandon de Versailles comme siège du gouvernement, et l’adoption générale à Paris et en Europe d’un nouveau style gracieux, le « rocaille », rompant résolument avec le « grand goût » officiel qui avait prévalu sous le monarque défunt. Mais l’un des malheurs de Louis XV, sitôt que commença son règne personnel en 1723, à la mort du régent, après que le roi, le gouvernement et la cour eurent l’année précédente regagné Versailles, ce fut de voir proposer comme modèle indépassable, puis comme reproche écrasant pour son propre règne, celui de son arrière-grand-père et la perfection de son « Grand siècle ».

2Au dessus d’une France qui n’avait jamais été si continûment prospère, brillante, enviée et respectée, le spectre de Louis XIV et de Colbert furent invoqués pour déplorer cruellement la « décadence » et la « corruption » des arts, des lettres, des sciences et des mœurs françaises que le « Grand roi » avait laissées, selon la légende, dans un état incomparable. Louis XV eut beau bénéficier, avec le titre de « Bien aimé », d’un beau délai de grâce : une incessante et croissante critique s’employa vite à décourager le zèle de la France pour son jeune roi en invoquant la « grandeur » dont le règne en cours était accusé de manquer. Maîtresses royales, alliance en 1756 avec les Habsbourg au rebours d’une tradition qui en faisait les ennemis héréditaires, défaites de la guerre de Sept ans conclues par le « honteux » traité de 1763, persistante faveur d’un style « rocaille » (Fig. 1) qui aurait dû rester une mode passagère, tout devint prétexte à déconsidérer un règne incapable de ressembler au « Grand siècle ». L’aigreur apocalyptique du jansénisme, la paranoïa du gallicanisme, la fronde parlementaire, se conjuguèrent avec l’ironie des « philosophes » et « un patriotisme vertueux » pour opposer le « papillotage » efféminé et éphémère qui corrompait le goût contemporain à l’architectonique mémorable du « siècle de Louis-le-Grand ». Le parallèle entre le présent de Louis XV et le passé de Louis XIV devint le sujet de nombreuses brochures, le plus souvent sévères pour le présent et dénonçant un « déclin ».

Fig. 1 : Elément de décoration rocaille : Juste-Aurèle Meissonnier, Projet de surtout de table et deux terrines pour le duc de Kingston, gravé par Huquier, 1735.

Fig. 1 : Elément de décoration rocaille : Juste-Aurèle Meissonnier, Projet de surtout de table et deux terrines pour le duc de Kingston, gravé par Huquier, 1735.

Seules les terrines furent réalisées, l’une est conservée au musée de Cleveland et la seconde dans les collections Thyssen-Bornemisza à Lugano.

3Dès les années 1750, un néo-classicisme antirocaille commence à prendre forme sous le règne de Louis XV, en même temps que s’introduisent dans le vocabulaire français des néologismes tels que « citoyen », « patriote », « nation » et « national ». Se laissent déjà présager de loin la Rome mâle de David et la Sparte républicaine de Robespierre, qui vont être l’aboutissement logique de la longue guérilla pamphlétaire dirigée contre la « corruption » politique, morale et artistique françaises attribuée au XVIIIe siècle de Louis XV et de Marie-Antoinette. Bien évidemment, ni la Convention spartiate, ni le Consulat néo-romain, ni l’Empire néo-byzantin et pharaonique, ni la Restauration néo-gothique et troubadour, ne revinrent sur la damnatio memoriae qui frappait le règne de Louis XV et le prolongement de ses erreurs imputé à « l’Autrichienne » Marie-Antoinette. Si le « siècle de Voltaire, de Diderot et de Rousseau », le « siècle des Lumières » a trouvé des continuateurs et des admirateurs chez les Idéologues du Directoire et de l’Empire, puis chez les Libéraux et les Doctrinaires de la Restauration et de la monarchie de Juillet, c’était dans la conviction que ces « philosophes » avaient combattu la corruption générale du siècle et préparé sa régénération révolutionnaire.

4A-t-elle jamais été vraiment rompue en France, cette condamnation des arts et des mœurs du XVIIIe siècle, proférée d’abord par les nostalgies louis-quatorziennes de beaucoup de contemporains, puis par la farouche vertu de la France révolutionnaire, puis la pruderie de la France contrerévolutionnaire qui a confondu dans la même exécration rétrospective les sophismes des « philosophes » et la perversité de l’époque qui les avait fêtés ?

Fig. 2 : François Boucher, Académie de femme nue, couchée, vue de dos

Fig. 2 : François Boucher, Académie de femme nue, couchée, vue de dos

Paris, musée du Louvre, autrefois collection de Goncourt (actuellement à l’expo Boucher hier et aujourd’hui – Louvre).

5Il n’est que d’observer les difficultés que rencontrent aujourd’hui encore les historiens de l’art pour faire reconnaître le génie de François Boucher (Fig. 2) dessinateur et peintre : un tabou très ancien et très puissant, autorisé par les Salons de Diderot, s’interpose entre le public français et un peintre qui serait adoré s’il avait été Italien ou Espagnol, et si l’on ne l’associait pas à Madame de Pompadour. Edmond de Goncourt s’est flatté d’avoir, avec son frère Jules, rompu le tabou en publiant sous le Second Empire une série d’études éblouissantes sur les Maîtresses de Louis XV, sur Marie-Antoinette, sur « La Femme au XVIIIe siècle », sur les maîtres de l’art « rocaille » apparu sous la Régence du duc d’Orléans et le règne personnel du « Bien Aimé ». C’est incontestablement de leur érudition historique, de leur compétence de connaisseurs d’art et d’objets d’art, et de leur merveilleux talent d’écrivain à quatre mains que date la reconnaissance universelle, quoique combattue en France, du « style rocaille » comme de l’une des deux inventions les plus originales de la France, avec le « style gothique », dans l’ordre des arts visuels. C’est de leur campagne en faveur de cette époque calomniée et de l’alliance de noblesse et de grâce qu’elle a réussie que date l’adoption, partout dans le monde, de son mobilier, de ses tableaux, de ses statues et de sa vaisselle comme du seul décor qui affranchit la grande fortune de la vulgarité et le pouvoir de l’arrogance. Edmond de Goncourt a su l’un des premiers les affinités qui rapprochent l’improbable liberté élégante du rocaille français de celle qui rend irrésistible les arts japonais contemporains de l’époque Edo.

6Mais il est bien vrai, comme l’a montré Robert Kopp, que le terrain pour cette réhabilitation au moins esthétique du « siècle de Louis XV » avait été largement préparé sous la monarchie de Juillet. Le règne du roi bourgeois avait vu se multiplier les publications de « Mémoires » authentiques ou apocryphes de contemporains de Louis XV et d’ouvrages historiques consacrés à cette période mal famée.

7De surcroît les frères Goncourt portaient une admiration éperdue et justifiée pour la Comédie humaine de Balzac, publiée sous Louis-Philippe. Or les chefs d’œuvre romanesques de Balzac ont contribué plus qu’aucune de ces productions historiques à lever l’espèce d’interdit qui pesait jusqu’alors sur les arts et les mœurs du XVIIIe siècle. Un des grands mérites que Balzac, lui-même collectionneur acharné et averti, attribue à son « Cousin Pons » est d’avoir su, dès l’Empire, collectionner judicieusement tableaux, dessins, gravures, meubles et bibelots de style « rocaille », à un moment où ils étaient méprisés et offerts à vil prix par les brocanteurs. L’objet d’art, caractéristique du goût rocaille, qui joue un rôle majeur dans l’action de cette « scène de mœurs parisiennes », est le merveilleux éventail peint par Watteau et ayant appartenu à la marquise de Pompadour que Pons offre à la Présidente Camusot, et que celle-ci, ignorant jusqu’au nom de Watteau, n’accepte qu’avec dédain. D’autant que Pons a la naïveté de lui raconter qu’il l’a autrefois acheté à vil prix chez un brocanteur. Il faut que des dames du grand monde s’étonnent de voir un si fragile et exquis chef d’œuvre manié distraitement par cette bourgeoise et lui en fasse entrevoir la valeur pour qu’elle commence à soupçonner qu’une fortune dort peut-être chez ce cousin collectionneur qu’elle a toujours traité en pique-assiette un peu demeuré.

8De fait, Pons a réussi, grâce à son flair en avance de deux générations sur l’évolution du goût, et en dépit de ses moyens financiers modestes, à réunir chez lui des dessins et des tableaux de Watteau, de François Boucher et de Quentin La Tour (Fig. 3), des porcelaines royales de Sèvres, des tabatières et autres objets de vertu, des boiseries et des meubles signés des plus grands noms du Faubourg Saint-Antoine sous Louis XV et Louis XVI, un véritable musée du XVIIIe qui, mêlé à des chefs d’œuvre de la Haute Renaissance convoités par le grand antiquaire Magnus, rendra fort riches ses héritiers et bourreaux Camusot lorsqu’il passera en vente publique après la mort de Pons. Le fictif « Cousin Pons » de Balzac a été le véritable initiateur des frères Goncourt à la recherche passionnée et éclairée de tout ce que le Paris du XVIIIe siècle a produit de délicats chefs d’œuvre de tous ordres, du bibelot à la gravure et au dessin, du meuble aux livres et aux manuscrits et archives inédites. Il les a convaincus que cette époque dédaignée des arts avait un grand avenir, et qu’il fallait se hâter de prendre rang dans la redécouverte dont ce célibataire de génie avait été le précurseur.

Fig. 3 : Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Manelli

Fig. 3 : Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Manelli

Saint-Quentin, musée Antoine Lécuyer.

9Dans la Duchesse de Langeais, Balzac avait été jusqu’à réhabiliter les mœurs du XVIIIe siècle, aussi exécrées et dédaignées que ses arts. Il faisait dire à Antoinette de Langeais par la princesse de Blamont-Chauvry :

  • 1 Honoré de Balzac, La Duchesse de Langeais, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1re éd., p. 2 (...)

Je ne sais rien de plus calomnié dans ce bas monde que Dieu et le dix-huitième siècle… Les romanciers et les écrivailleurs ont déshonoré le siècle de Louis XV, ne les croyez pas. La Du Barry, ma chère, valait bien la veuve Scarron, et elle était meilleure personne. Dans ce temps là, les hommes et les femmes ont été tout aussi remarquables qu’aux autres époques de la monarchie… D’ailleurs, je ne sais pas ce que la Révolution et l’Empire peuvent nous reprocher : ces temps là ont été licencieux, sans esprit, grossiers. Ce sont les mauvais lieux de notre histoire1.

10L’imprégnation des deux frères par le prodigieux tableau que la Comédie humaine avait fait vivre du Paris de la Restauration et de la monarchie de Juillet a fait d’eux les grands historiens du Paris et du Versailles du XVIIIe siècle. Robert Kopp, dont j’ai toujours plaisir à louer les préfaces qu’il a écrites pour les rééditions des Goncourt dans Bouquins, a montré qu’ils ont été, en amont, les précurseurs de l’« histoire totale » qui a rendu célèbre l’École des Annales, et rendu caduque une certaine « histoire événementielle ». Il faut toutefois préciser qu’en aval, c’est de Balzac qu’ils tiennent l’ambition de faire revivre une société sous toutes ses facettes et à tous ses étages, dans ses réalités les plus matérielles comme dans ses passions, ses idées, ses goûts, ses mœurs et ses modes. C’est aussi de Balzac qu’ils tiennent l’attention privilégiée et pour ainsi dire centrale accordée aux femmes de tous rangs et de tous âges, dans leur intimité et leur toilette comme dans leur roue sociale, dans leur puissance passionnelle comme dans les ruses savantes de leur coquetterie sublime ou sordidement intéressée. Ils ont reporté d’un demi siècle en arrière l’art de Balzac portraitiste, peintre de genre, et moraliste pour faire revivre le Paris et le Versailles du XVIIIe siècle, leurs décors intérieurs et les cercles concentriques de leurs intrigues, les princesses, les maîtresses, les sorcières, les maritornes, qui de haut en bas de la société mènent le bal, la fête et la danse macabre. Ils détestaient le passé exemplaire exalté par l’éducation scolaire et cléricale, cette Antiquité biblique, grecque et romaine, louis-quatorzienne et pontificale, qui avait aveuglé les Français sur leur propre identité moderne et qui les avaient entraînés au contresens imbécile d’une République néo-spartiate et d’un Empire néoromain, contraires à leur véritable et originale vocation aux élégances et à la joie. Aussi tenaient-ils Balzac pour le suprême maître de vérité qui avait enfin arraché les voiles à une « grandeur » à l’antique dissimulant aux Français et même leur faisant haïr leur essentielle et originale modernité. La mémoire de la France de Balzac, remontant au-delà des défroques néoclassiques de la Révolution et de l’Empire, leur avait fait entrevoir, comme le Musée de Naples le faisait de Pompéi et d’Herculanum, le Paris de Gabriel de Saint-Aubin (Fig. 4 et 5) et de Boucher, celui de la Pompadour, de la Du Barry et de Sophie Arnould, plus vrai et vivant dans sa vie quotidienne que les idées de ses « philosophes » et les fictions de ses romanciers. Le Faubourg Saint-Germain de Balzac était la reviviscence du Versailles de Louis XV, les journalistes de Balzac étaient les avatars des Encyclopédistes, ses duchesses et ses lorettes des versions nouvelles des princesses et des grisettes du siècle précédent.

Fig 4 : Gabriel de Saint-Aubin, Sophie Arnould aux Grands-Augustins

Fig 4 : Gabriel de Saint-Aubin, Sophie Arnould aux Grands-Augustins

Dessin pierre noire, estompe, plume et lavis gris, rehauts de blanc.

Paris, musée du Louvre.

11La famille des frères Goncourt avait été anoblie sous Louis XV : le « siècle de Louis XV » et celui de Marie-Antoinette était leur antiquité à eux, le premier état XVIIIe, le plus brillamment improvisé, de la planche de cuivre XIXe, noircie, surchargée, modernisée que Balzac avait mis sous presse dans la Comédie humaine. Il leur revenait de reconstituer cet état antérieur et supérieur oublié, en réemployant l’instrument et en retrouvant le métier qui avait rendu si vivantes et modernes les gravures de Balzac et celles de leur ami le caricaturiste Gavarni, qui avait connu Balzac. Il était inévitable qu’ils en vinssent un jour à se faire à leur tour, après avoir été les archéologues du Paris pré-révolutionnaire et pré-balzacien, par le « Journal » et le roman, les portraitistes balzaciens du Paris post-balzacien, celui dont ils étaient bien malgré eux contemporains.

Fig 5 : Gabriel de Saint-Aubin, Études d’amours pour un plafond

Fig 5 : Gabriel de Saint-Aubin, Études d’amours pour un plafond

Paris, dessin, musée du Louvre (autrefois collection de Goncourt).

12Et de fait, dans Illusions perdues, Splendeurs et misères des courtisanes ou La Cousine Bette, la peinture au vitriol de la société parisienne de la Restauration et de la monarchie de Juillet laisse sans cesse transparaître en filigrane la persistance déformée de types et de mœurs dont les originaux remontent au Paris du XVIIIe. C’est Balzac lui-même qui a suggéré aux Goncourt l’idée d’une première modernité française, une modernité « rocaille », dont la modernité post-révolutionnaire n’est qu’une reviviscence blessée, assombrie et anxieuse. Cette surimpression, qui est l’essence visionnaire et mélancolique du romantisme et qui chez Balzac s’approfondit à des couches plus anciennes, médiévales et Renaissance, de la modernité française, prête une vie extraordinaire à ses représentations de la société et des mœurs contemporaines. Les Goncourt ont été capables d’emprunter à Balzac sa méthode foisonnante d’évocation visuelle et de description exhaustive d’une société mais il leur a manqué cruellement cette poésie romantique du palimpseste temporel et de la palingénésie sociale, commune à Balzac, à Chateaubriand, à Nerval, à Michelet, et que Proust retrouvera pour la porter à une désespérante perfection. Leur XVIIIe siècle d’historiens est privé d’antériorité, comme le XIXe siècle qu’ils décriront dans leurs romans. Leur tableau du XVIIIe, à la différence de celui du XIXe tracé par Balzac, manque de dessous.

13Il n’en demeure pas moins que leur œuvre historique d’archéologues du « siècle de Louis XV » reste aujourd’hui la plus solide et éclatante introduction à une époque d’apogée de la monarchie française mais aussi la plus ardente réfutation des « lieux communs » nationaux qui en ont fait une époque de corruption et de déclin.

14Le plus difficile à combattre de ces poncifs, c’est l’universelle indignation vertueuse qui a accablé les maîtresses de Louis XV et qui a persécuté, jusqu’au martyre, la reine Marie-Antoinette. Les Goncourt ont été les premiers à comprendre que le tort principal de « l’Autrichienne » est d’avoir eu un époux fidèle, ce qui l’a contrainte à exercer à la fois deux emplois contradictoires et traditionnellement distincts sur le théâtre royal, celui d’épouse et de mère, et celui de maîtresse en titre. Cette confusion, outre sa naissance Habsbourg, a perdu la reine. L’ensemble des biographies féminines publiées par les Goncourt réhabilite l’alliance du charme, de l’esprit et de la volupté dont les maîtresses royales ont donné l’exemple à Versailles, à Choisy, à Louveciennes, et dont les actrices, les cantatrices et les artistes féminines de Paris, ces geishas françaises, ont multiplié à Paris le type et en ont rendu envieuse toute l’Europe. Lorsqu’il s’agit des maîtresses de Louis XV, comme de Marie-Antoinette, les biographies des Goncourt touchent souvent à la grande histoire politique. C’est notamment le cas pour le rôle déterminant joué par Mme de Pompadour dans l’arrivée de Choiseul au ministère, et dans l’alliance impopulaire en France, de Paris et de Vienne, souhaitée par Choiseul et symbolisée par le mariage du petit-fils de Louis XV avec une archiduchesse Habsbourg.

15Mais le grand mérite des Goncourt est d’avoir découvert, structuralistes avant l’heure, que les maîtresses de Louis XV et la reine Marie-Antoinette qui hérita auprès de Louis XVI de leur « magistère » public, n’étaient pas de simples faiblesses ruineuses subies par des rois fainéants. Ils ont compris la fonction quasi mythologique que Louis XV, infiniment plus civilisé qu’Henri IV et Louis XIV, avait attribué à Versailles à des femmes supérieurement séduisantes et douées, les sœurs Nesle, Jeanne Poisson, Jeanne Bécu, capables d’être dans son royaume les arbitres des élégances et des grâces de l’art de vivre. La France était une grande puissance économique et militaire, elle était le foyer le plus brillant des idées des sciences et des techniques de l’Europe. Elle devint aussi – et c’est ce que manifeste aux yeux de l’Europe les « Vénus » raffinées qui, à Versailles, partagent officiellement la couche du roi –, la corne d’abondance de délices, de beauté et de luxe qui peuvent rendre douce, et faute de pouvoir être moralement parfaite, souriante, la société humaine. C’est la première, et la dernière fois, dans l’histoire des États redoutables, que l’exercice de la puissance s’est associé publiquement avec autant d’élégance et de style au principe de plaisir et aux lois du goût.

16Historiens du dernier siècle de la monarchie, les Goncourt ont été aussi les premiers historiens de l’art rocaille, de ses peintres, sculpteurs, dessinateurs, décorateurs, graveurs, ébénistes, orfèvres. Presque tous les chapitres des deux volumes de leur chef d'œuvre, L’Art du dix-huitième siècle, commencent par une vive attaque contre l’extraordinaire mélange français d’ignorance et de vanité.

  • 2 Edmond et Jules de Goncourt, L’Art du dix-huitième siècle, troisième édition revue et augmentée et (...)

Lorsqu’on entreprend, écrivent-ils en exorde de leur chapitre « Chardin », de parler de l’art du XVIIIe siècle, de toucher à la mémoire de ses artistes, il vous prend, au seuil de cette étude, un grand sentiment de tristesse, une sorte de mélancolique colère. Devant ce prodigieux exemple d’oubli, devant l’excès d’ingratitude et l’insolence de mépris d’une première postérité pour le grand siècle d’art de Louis XV, on se prend à douter des justices de la France. On se demande si la mode est tout notre goût, et si notre orgueil national lui-même ne relève pas de la mode avec la conscience de nos jugements. Quoi ! se dit-on, c’est la France, la France si jalouse de ses autres gloires, qui a négligé celles-là, sorties pourtant toutes vives de son tempérament, de son caractère, de ses entrailles, frappée à l’image de tous ses traits ! C’est la France qui, pendant tout un demi-siècle, a refusé de reconnaître les artistes vraiment nés d’elle, ses Maîtres français, les vrais fils de son esprit et de son génie2 !

17Voici comment ils commencent la monographie qu’ils consacrent au très vilipendé Boucher :

Boucher est un de ces hommes qui signifient le goût d’un siècle, qui l’expriment, le personnifient et l’incarnent. Le goût français du XVIIIe siècle s’est manifesté en lui dans toute la particularité de son caractère : Boucher en demeurera non seulement le peintre, mais le témoin, le représentant, le type. Ni le grand siècle, ni le grand Roi n’avaient aimé la vérité dans l’art. Les encouragements de Versailles, les applaudissements de l’opinion avaient poussé l’effort de la littérature, de la peinture, de la sculpture, de l’architecture, l’ardeur des esprits et des talents, vers une grandeur menteuse et une noblesse convenue qui enfermaient le Beau dans la solennité et la règle d'une étiquette. Un sublime fait d’emphase, de pompe, de dignité, avait ébloui l’esprit de la France ; et fermant les oreilles aux accents de Shakespeare, les yeux aux tableaux de Teniers, la société française avait cru trouver dans une majesté fictive une loi suprême d’esthétique, un idéal absolu.

  • 3 Ibid., p. 136.

Lorsqu’au siècle de Louis XIV succède le siècle de Louis XV, […] de la majesté cet idéal descend à l’agrément. Partout se répand un raffinement d’élégance, une délicatesse de volupté, ce que le temps appelle « la quintessence de l’aimable, le coloris des charmes et des grâces, l’embellissement des fêtes et des amours »… L’âme du temps, c’est le génie de Boucher3.

18Une autre pointe impitoyable introduit au chapitre sur les Saint-Aubin :

  • 4 Ibid., p. 363.

En France, rien ne réussit comme l’ennui. Charmez la France, amusez-la, avec la légèreté, la grâce, la gaieté, l’esprit, avec le sourire d’une Œuvre qui soit le sourire de la vie contemporaine : vous, peintre, tracez d’un crayon qui se joue, la comédie de votre temps ; dites, Chardin ou Watteau, l’idéal familier ou poétique de votre siècle, vous n’entrerez pas dans cette gloire solennelle : la considération de la postérité. Singulière patrie que la nôtre ! Ingrate seulement pour les enfants de son génie ! Et voilà, sans plus de phrases, pourquoi les Saint-Aubin sont si bien morts et enterrés4.

19Pour obtenir la sympathie de leurs « hypocrites » lecteurs envers les femmes de talent, de goût et de mœurs légères dont ils font le portrait, ou envers la manière improvisée et infaillible des artistes qu’ils veulent arracher au dédain et à l’oubli, les Goncourt ont inventé un style qui tient à la fois de la gravure au burin par sa précision technique et de la touche impressionniste par son pouvoir de suggestion sensorielle. J’en donnerai deux exemples en guise de conclusion. D’abord cette page sur les talents de geisha sublime déployés par Mme de Pompadour pour vaporiser l’ennui pascalien qui rongeait l’intelligence de Louis XV :

  • 5 Ibid., p. 254.

Elle eut le génie, la patience et l’esprit, sinon de distraire absolument, au moins de caresser, d’adoucir et d’amuser le mal du roi. Elle l’enleva à ses souffrances avec une charité plus savante, avec des mains plus légères qu’aucune autre maîtresse. Une intuition plus complète du tempérament moral du roi, un tact plus exercé et plus délicat de sa sensibilité nerveuse, une plus grande connaissance de tous les accords de son caractère ; la qualité rare de donner à tout ce qu’elle était, à tout ce qu’elle touchait, à la beauté comme au plaisir, un charme de renouvellement, une séduction de surprise ; une imagination vive, un esprit changeant et souple, une causerie animée et voltigeante, cette science et ces dons de Mme de Pompadour la plus admirable et la plus excellente berceuse de l’ennui de Louis XV. Et ce fut elle qui, par la succession, la distraction et la continuité du mouvement, la variété qui ôte l’insipidité à l’habitude, la nouveauté, l’agitation, l’entraînement, apporta le plus d’oubli et le plus de soulagement à l’âme du roi, lui procura les moins passagères délivrances, les plus longues activités, et lui rendit le plus le goût de la vie5.

20Enfin cette prodigieuse analyse de l’art du dessin de Watteau :

  • 6 Ibid., p. 43.

Voyez, sur toutes ces têtes d’hommes et de femmes (Fig. 6), l’espèce de piétinement qu’y fait ce crayon, revenant sur l’estompage, avec des sabrures, des petits traits géminés, des accentuations épointées, des tailles rondissantes dans le sens d’un muscle, des riens et des bonheurs d’art qui sont tout, – un tas enfin de petits travaux de verve et d’inspiration trouvés devant le modèle, animant le dessin de mille détails de nature, vivifiant presque la teinte plate du plat papier, du relief et de l’épaisseur d’une touche. Et ces coiffures de femme charbonnées à plat, avec le gros bout d’une pierre noire, dont le large égrenage rend le laineux et le frisotant d’une chevelure. Et ces robes galantes, ces négligés aux plis cassés, à la rocaille tantôt précieusement détaillée avec la pointe de la plus aiguë mine de plomb, tantôt superbement indiquée dans la carrure d’un trait large, comme un trait fusiné. Et toujours ce beau contour sinueux, courant, serpentant, ondulant, où s’écrase, aux ressauts de la forme, une grasse sanguine6.

Fig 6 : Antoine Watteau, Étude de têtes

Fig 6 : Antoine Watteau, Étude de têtes

Sanguine, pierre noire et rehauts de blanc.

Paris, musée du Louvre.

21Avec les Goncourt, c’est bel et bien tout un splendide XVIIIe siècle qui était rendu à la mémoire française, avec un éclat et une intelligence que lui-même n’avait pas jugé bon de s’attribuer.

Notes

1 Honoré de Balzac, La Duchesse de Langeais, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1re éd., p. 238-239.

2 Edmond et Jules de Goncourt, L’Art du dix-huitième siècle, troisième édition revue et augmentée et illustrée de planches hors texte, 1880, premier volume, « Chardin », p. 63-131, citat. p. 63.

3 Ibid., p. 136.

4 Ibid., p. 363.

5 Ibid., p. 254.

6 Ibid., p. 43.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Elément de décoration rocaille : Juste-Aurèle Meissonnier, Projet de surtout de table et deux terrines pour le duc de Kingston, gravé par Huquier, 1735.
Légende Seules les terrines furent réalisées, l’une est conservée au musée de Cleveland et la seconde dans les collections Thyssen-Bornemisza à Lugano.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 2 : François Boucher, Académie de femme nue, couchée, vue de dos
Crédits Paris, musée du Louvre, autrefois collection de Goncourt (actuellement à l’expo Boucher hier et aujourd’hui – Louvre).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54334/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 3 : Maurice Quentin de La Tour, Portrait de Manelli
Crédits Saint-Quentin, musée Antoine Lécuyer.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54334/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig 4 : Gabriel de Saint-Aubin, Sophie Arnould aux Grands-Augustins
Légende Dessin pierre noire, estompe, plume et lavis gris, rehauts de blanc.
Crédits Paris, musée du Louvre.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54334/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig 5 : Gabriel de Saint-Aubin, Études d’amours pour un plafond
Crédits Paris, dessin, musée du Louvre (autrefois collection de Goncourt).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54334/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig 6 : Antoine Watteau, Étude de têtes
Légende Sanguine, pierre noire et rehauts de blanc.
Crédits Paris, musée du Louvre.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/54334/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 365k

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540