Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Goncourt dans leur siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès
, 
Pierre-Jean Dufief
, 
Robert Kopp
, 
et al.

Ni feu ni lieu

Edmonde Charles-Roux

Texte intégral

1Au cours du mois de décembre 2003, les cent ans du prix Goncourt ont été célébrés par une exposition à la Bibliothèque nationale de France, organisée sous la direction du président Jean-Noël Jeanneney et avec le concours de l’Académie Goncourt. Elle offrait, entre autres surprises, celle d’une forêt de bannières écarlates, toutes de même forme et de mêmes dimensions, aux noms et aux effigies des cent lauréats du prix Goncourt. Une mise en scène, somme toute, assez japonisante, assez ludique aussi et qui aurait sans doute séduit les frères inséparables.

2Au programme des célébrations, il y eut deux colloques, l’un organisé par Robert Kopp, sur le site François Mitterrand, l’autre au Palais du Luxembourg, organisé par Jean-Yves Mollier, Sylvie Ducas-Späes (Centre d’histoire culturelle de l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines), Jean-Louis Cabanès (Centre des Sciences de la littérature de l’Université de Paris X – Nanterre), Pierre-Jean Dufief (Centre des Correspondances de l’Université de Brest), sous le haut patronage du Sénat et de son Président, Monsieur Christian Poncelet. Belle revanche offerte à Edmond et à Jules de Goncourt, bel hommage rendu aux deux écrivains qui, leur vie durant, ne cessèrent de se plaindre de n’être pas reconnus, de répéter qu’ils n’avaient « jamais pu obtenir une vraie victoire » et de se dire « maudits ». Juste retour des choses enfin et plus particulièrement en ce qui concerne Edmond, puisqu’il fut, après la mort de Jules, le seul continuateur du Journal, le seul créateur de l’Académie et de son prix, face à la marée montante des propos désobligeants suscités par la publication du Journal, des sarcasmes aussi de certains commentateurs de la vie parisienne et des faiseurs de cancans qui n’allaient jamais cesser de sévir.

  • 1 Olivier Boura, Un siècle de Goncourt, Arléa, 2003, p. 19.
  • 2 Edition Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1989, 3 vol., nelle éd. 2003.

3Edmond de Goncourt – on ne le dit pas assez – charriait au fond de lui-même toutes sortes de doutes sur le bien-fondé de ses ultimes décisions. Depuis la mort de son frère, il n’était plus que gémellité brisée1. Il vivait bourrelé, taraudé de contradictions, d’hésitations dont Robert Kopp, dans sa préface au Journal2, nous fait sentir le poids.

  • 3 Journal, 9 octobre 1863.
  • 4 Journal, 22 février 1891.

4Une question occupait l’esprit d’Edmond de Goncourt : devait-il ou ne devait-il pas la fonder cette Académie ? Il souhaitait qu’elle perpétue son nom et celui de son frère mais à quoi bon ! Pourquoi « lutter pour faire passer son nom à la postérité » ? se demandait-il. « Pourquoi tant d’efforts, de sacrifices, de sueur, de sang, pour une immortalité qui n’est pas3 ? » Et plus amère encore, cette remarque qui témoigne d’un profond désenchantement : « Zola et Daudet n’ont fait que grandir par leurs œuvres tandis que je n’ai pu qu’inventer une académie que Vallès a trouvée ridicule4. »

5Venons-en aux colloques et à leurs titres bien distincts. Pas de confusion possible et l’on évita aussi l’écueil majeur qui eût été d’accorder plus d’attention aux personnages complexes et si contradictoires, parfois, que furent les frères Goncourt, plus d’attention donc aux hommes qu’à leur œuvre de romanciers, d’historiens et de critiques d’art.

6À la Bibliothèque nationale, ce fut Les Goncourt dans leur siècle – c’est-à-dire face à l’Histoire, face à leurs contemporains, face aux inventions, aux écrits, aux arts et aux spectacles de leur époque – tandis qu’au Sénat, ce fut Un siècle de « Goncourt », ce qui sous-entend l’analyse et le fonctionnement d’un prix, le plus prestigieux, sa genèse, l’Académie telle qu’elle fut créée et telle qu’elle est devenue.

  • 5 Olivier Boura, op. cit., p. 107.

7Une étrange institution, cette Académie. Intéressante parce que sans fortune, sans patrimoine ni adresse en dehors de celle du restaurant qui l’héberge et cela depuis près d’un siècle. Pour entretenir « l’esprit Goncourt », « le tempo Goncourt », le goût de la convivialité et de la diversité politique – Edmond de Goncourt, réactionnaire notoire, n’en dînait-il pas moins avec Octave Mirbeau qui, lui, venait de l’extrême gauche et de l’anarchie –, pour garder la curiosité et le plaisir de lire, l’Académie n’a d’autre toit ni d’autre table que chez Drouant. Un long compagnonnage dans lequel protecteurs et protégés trouvent leur compte : « Pour les uns la notoriété, la publicité (presque gratuite), internationale et récurrente, pour les autres les petits plats5

8Osons cette comparaison : le restaurant de la place Gaillon est le Ragueneau des Goncourt. Comme le poète-patissier qui recevait dans sa cuisine les comédiens de l’Illustre Théâtre, Drouant invite et nourrit une fois par mois dix écrivains devenus les amis de la maison. Ils trouvent table mise dans leur salle à manger où leur fauteuil et leurs couverts sont marqués à leur nom, leurs livres sont en vitrine et l’on voit aux murs les portraits de ces observateurs acharnés, ces « témoins de vie » que furent Edmond et Jules de Goncourt. « L’Académie est un camp volant. Elle n’a ni feu ni lieu », constate Olivier Boura qui pourtant avait commencé par s’étonner de ce qu’il avait appelé « des préciosités de riches » dans les usages et le style du lieu de rencontre des académiciens. Mais il eut vite fait de se reprendre : l’apprêt n’était que de façade : un faux semblant masquant le goût irrépressible des académiciens pour le naturel, les repas à la bonne franquette et des rencontres où amitié et littérature ont partie liée. « N’y a-t-il pas là au fond quelque chose qui sent un peu la pension de famille, le casier et le rond de serviettes ? »

9Une vingtaine de lignes, c’est tout ce que Kléber Haedens accordait aux frères Goncourt dans un livre délectable, son Histoire de la Littérature française, parue en 1943. Il assassine l’écriture artiste, ce style Goncourt qu’il exècre, il met à mal l’œuvre romanesque des deux écrivains champions de la gémellité tout en reconnaissant que « leur œuvre d’historiens et leurs études sur le XVIIIe siècle méritent l’estime que leur accordait Sainte-Beuve » et que leur Journal, à peine mieux écrit que leurs romans, est néanmoins « un document précieux sur la vie littéraire d’une époque ». Enfin dans les dernières lignes de ce bref paragraphe, on lit ceci : « Les Goncourt ont fait dans “leur grenier” d’Auteuil une brillante carrière qui se poursuit grâce à l’étonnante académie qui porte leur nom. » Kléber Haedens en dirait-il autant s’il était encore des nôtres ? Étonnante donc, l’Académie Goncourt a été considérée étonnante par un homme qui se moquait des modes et n’était d’aucun clan. L’appréciation qui pourrait, aujourd’hui encore, être sienne, prend sous sa plume une saveur neuve. Car dans le tumulte qui nous menace, alors que la niaiserie télévisuelle et un jargon étouffant, contraignant, porteur de mots barbares tels que globalisation, mondialisation, uniformisation, s’imposent chaque jour davantage, réussir malgré cela à être étonnant aux yeux de nos contemporains, quelle fête et quel luxe par les temps qui courent.

Notes

1 Olivier Boura, Un siècle de Goncourt, Arléa, 2003, p. 19.

2 Edition Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1989, 3 vol., nelle éd. 2003.

3 Journal, 9 octobre 1863.

4 Journal, 22 février 1891.

5 Olivier Boura, op. cit., p. 107.

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540