Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matériaux pour une sociologie de l’individu

 | 
Vincent Caradec
, 
Danilo Martuccelli

Troisième Partie. La sociologie à l'épreuve de l'individu

Sentiments, moralité et relation d’enquête. Un regard sur les femmes domestiques à Rio de Janeiro

Dominique Vidal

Texte intégral

1Ce texte se propose de contribuer à l’étude des sentiments et de la moralité en sociologie à partir d’une enquête en cours sur la domesticité féminine à Rio de Janeiro. Il entend aussi, chemin faisant, participer au débat sur l’analyse sociologique de l’individu.

2Dans cette recherche, je rencontre en effet le thème de l’individu sous au moins deux angles différents. Pour comprendre les conduites ou le sens donné à une situation par une femme domestique, il faut toujours, en premier lieu, considérer l’individu dans la singularité de son expérience et de son parcours biographique avant de voir la domestique. Ou, autrement dit, toujours voir la femme avant la bonne, et non pas, comme le font généralement les employeurs, la bonne avant la femme. Car le discours qui est ordinairement tenu sur ces femmes tend à nier leur individualité pour les représenter sous les traits du personnage social de « la bonne » dont on peut déduire le comportement ou expliquer les réactions de manière très prévisible. Celles qui, au Brésil, travaillent comme domestiques savent d’ailleurs bien qu’il leur faut se comporter conformément aux attentes de rôle attachées à ce personnage social sous peine de déplaire et d’être renvoyées. Beaucoup des conflits qui les opposent à ceux qu’elles servent naissent précisément d’un refus de voir l’expression de leur individualité contrainte par l’assignation au personnage social de la bonne. L’individu est, en second lieu, au centre des explications que ces femmes donnent de leurs fortunes et de leurs infortunes. Elles expliquent notamment bien moins leurs trajectoires par des causes structurelles (la pauvreté, le racisme, la domination masculine ou les inégalités sociales) que par le hasard des rencontres, la dynamique des interactions interpersonnelles ou des traits de caractère.

3Le vocabulaire des sentiments et la référence à la moralité occupent ainsi une place centrale dans le discours des femmes domestiques. On cherchera à montrer comment la sociologie peut en rendre compte sans tomber dans les travers du psychologisme ou se laisser guider par une philosophie morale. On suggèrera également la nécessité pour le sociologue d’accepter l’existence d’un espace entre les faits qu’il établit et l’interprétation qu’il en donne. On insistera, enfin, sur l’intérêt à nouer des relations personnelles avec ceux que l’on étudie pour mieux saisir les dimensions sociologiques de l’individu.

1. Le sociologue face aux sentiments

1.1. Éviter la descente en intériorité

  • 1 Cela n’a bien sûr rien de spécifiquement brésilien. Comme le montre Liliane Bernardo (2003) dans un (...)

4Le vocabulaire des sentiments traverse les discours des domestiques et de ceux qui les emploient quand ils évoquent les relations qui les lient1. Il est ainsi fréquemment question de l’« amitié » qui existe entre une bonne et sa patronne ou de l’affection qui marque les relations entre une domestique et les enfants qu’elle a élevés. Ce vocabulaire des sentiments est aussi utilisé pour caractériser les affects ressentis dans le déroulement de la relation. Un employeur parlera du « chagrin » causé par le départ d’une bonne qui travaillait de longue date à son domicile. Une domestique pourra évoquer la « peine » éprouvée lors de son renvoi pour un motif jugé futile ou l’« humiliation » qu’a représentée une accusation injustifiée de vol.

  • 2 Il n’y a pas lieu non plus d’établir, dans ce texte, de différence entre les affects, les émotions (...)
  • 3 Claudia Barcellos Rezende a bien mis en évidence la diversité des significations du mot amizade («  (...)

5Il n’y a pas lieu de mettre en doute l’existence d’affects et de sentiments dans les relations entre les domestiques et leurs employeurs2. La force de ces thèmes dans les propos qu’ils tiennent les uns sur les autres tout comme les rires ou les pleurs qui accompagnent les récits nous paraissent suffire à en attester la présence dans leurs relations. Il est en revanche bien difficile pour un sociologue d’être assuré de la nature et de l’intensité du sentiment éprouvé. L’amitié qu’une bonne et une patronne disent éprouver l’une pour l’autre a-t-elle le même sens pour chacune d’elles3 ? L’amour des enfants dont parlent celles qui gagnent leur vie en gardant ceux des autres a-t-il grand-chose à voir avec celui qu’elles ressentent pour leur progéniture ? La honte que beaucoup de domestiques disent ressentir est-elle toujours la même selon les contextes où le mot « honte » (vergonha) est prononcé, et à quelles conceptions de la honte peut-on la référer ? Qu’est-ce qui, encore, est vraiment humiliant dans les humiliations que certaines d’entre elles disent avoir connues ? Le problème est à la fois théorique et méthodologique. Théorique car il est délicat de définir conceptuellement les sentiments et de décider si les sentiments nommés correspondent à ces définitions. Méthodologique parce que le sociologue ne travaille pas sur des matériaux recueillis dans des conditions similaires à celles dont dispose le psychologue, le psychiatre ou le psychanalyste qui, dans une démarche de clinicien, peuvent suivre un même individu sur une longue durée.

6Dans les pages qui suivent, je suggèrerai des éléments de réponses à ce problème. Je commencerai pour cela par me démarquer de trois des grandes réponses que la sociologie empirique a données à la question du statut des sentiments dans le traitement du matériau d’enquête.

7La première, la plus fréquente, est une non-réponse. Elle consiste tout simplement à ne pas voir le problème. L’on parlera alors comme si cela allait de soi du sentiment de honte ressenti à l’école par les enfants de milieux populaires, de l’humiliation vécue par les ouvriers réduits à la condition de chômeurs ou du sentiment de culpabilité éprouvé par les parents de jeunes délinquants. On expliquera, de même, une conduite par un affect (par exemple, la « colère » ou la « peine » provoquée par une insulte ou un propos jugé déplacé), comme si les psychologues et les psychiatres n’avaient pas produit une importante littérature sur le passage à l’acte ou l’estime de soi. Cette façon de se rapporter aux sentiments sans autre forme de procès n’invalide bien sûr pas les recherches où ils sont constitués, ici et là, en principes d’explication. Car celles-ci comportent fréquemment fort heureusement d’autres dimensions qui en font l’intérêt. Force est cependant de constater que la présence incontrôlée du vocabulaire des sentiments en sociologie conduit souvent à des explications psychologisantes que leurs auteurs ne perçoivent pas comme telles.

8La deuxième réponse consiste à rejeter radicalement tout ce qui a trait à l’intériorité ou aux souffrances des individus, au nom de l’injonction durkheimienne enjoignant le sociologue d’expliquer le social seulement par le social. Il s’agit là, d’une part, d’une lecture réductrice de la sociologie de Durkheim qui, on le sait, n’ignorait pas ce qui dans la « conscience individuelle » dépend de causes sociales, mais cherchait à éviter la réduction de l’analyse sociologique à l’analyse psychologique. Ce type de posture n’empêche généralement pas, d’autre part, le retour en catimini des explications psychologisantes chassées en fanfare. Rares sont en effet les travaux de cette veine qui ne font pas appel, à un moment ou un autre, au vocabulaire des sentiments pour rendre compte de comportements ou de processus.

9La troisième de ces réponses cherche à articuler le social et le psychique, en affirmant la détermination du fonctionnement psychique par des facteurs sociaux, contextuels ou structurels. La sociologie clinique constitue, dans la sociologie française contemporaine, la tentative la plus élaborée d’une démarche qui cherche à rendre compte des conduites humaines en identifiant le poids des déterminants sociaux et la singularité du travail psychique de chaque individu (de Gaulejac, 1992). Dans les récits de vie de femmes domestiques, j’ai souvent identifié certains des thèmes centraux de la sociologie clinique. Les situations auxquelles renvoie le thème de la honte faisaient notamment écho aux analyses de Vincent de Gauléjac sur ce sentiment (de Gaulejac, 1996). La souffrance éprouvée par bien des domestiques faisait écho, comme dans le cas français, à l’infériorité sociale ou au stigmate attaché à la condition de domestique. L’absence, la disparition ou l’affaiblissement de la figure paternelle que beaucoup de ces femmes ont connus semblait également permettre d’étayer une interprétation du vécu à partir de notions comme le paternalisme ou le maternalisme.

10Il m’a néanmoins paru préférable de ne pas m’engager dans cette direction et d’éviter, ce faisant, de plonger dans ce que je nommerai la descente en intériorité. Aussi séduisants que soient les développements de la sociologie clinique, il ne me semble en effet pas possible de placer sur un même plan les matériaux que recueille un sociologue (même dans une enquête où il peut avoir, sur une longue durée, des échanges très poussés avec un même individu) et ceux auxquels accède un thérapeute dans une démarche clinique. Renoncer à une grille de lecture inspirée de la sociologie clinique permet d’éviter le risque de produire ce que les psychanalystes appellent des « interprétations sauvages », c’est-à-dire des interprétations qui se veulent analytiques mais qui, faute de rigueur méthodologique et de connaissance suffisante des théories psychanalytiques, se situent hors d’un cadre analytique et relèvent davantage d’une psychologie de sens commun.

  • 4 Conséquence sans doute de la prégnance qu’y a toujours le durkheimisme, on observera que, dans la s (...)
  • 5 Sur la dureté des punitions infligées aux enfants en milieu populaire et leurs justifications par l (...)

11Une question ne peut ici manquer d’être posée : comment éviter la descente en intériorité dans une recherche qui s’intéresse au sens subjectif que les individus donnent à leurs conduites, quand ces individus font largement appel au vocabulaire des sentiments et à des explications psychologisantes pour expliquer leurs conduites ? Le problème posé est alors celui de l’usage en sociologie de références empruntées à la psychologie et à la psychanalyse. Je voudrais par conséquent préciser ma position sur le sujet. Ce qui fait problème tient, à mon sens, moins à l’utilisation occasionnelle d’un terme tiré des lexiques de ces disciplines que des glissements vers une analyse psychologique des comportements qu’elle autorise souvent. Ou, pour dire les choses autrement, on verrait difficilement comment, dans un monde baigné par ces catégories, un sociologue ne pourrait pas à bon droit faire état du sentiment de honte ou de culpabilité qu’il a perçu parmi les membres de la population qu’il étudie. Et ce d’autant plus que ces derniers évoquent ces sentiments de manière explicite. Un sociologue doit également pouvoir évoquer le « coût psychologique » qu’un événement a représenté pour un individu sans se voir immédiatement opposer qu’il n’a pas en sa possession les instruments qui lui permettent de l’établir et d’en mesurer l’intensité4. L’on peut même considérer que l’utilisation contrôlée d’acquis de la psychologie permet d’étayer l’analyse sociologique. J’en donnerai un exemple en m’appuyant sur les conflits qui opposent les domestiques aux enfants dont elles ont la garde. Beaucoup m’ont expliqué avoir décidé de quitter un emploi après qu’un enfant de la famille où elle travaillait s’était mis à leur rendre la vie impossible. Elle me parlait d’un « ange » soudainement devenu « impossible », « rebelle », voire « méchant », et que leur position de domestique leur interdisait de canaliser par la contrainte physique comme elles le faisaient avec leurs rejetons5. Quand je leur demandais l’âge de l’enfant, elles me répondaient invariablement que cela avait commencé aux alentours de sa quatrième année pour aller en empirant. Si le conflit qui résulte des tensions entre un jeune enfant et celle qui le garde a pour conséquence sociale d’entraîner la démission ou le renvoi de cette dernière, il n’en a pas moins une origine psychologique qui m’a permis de mieux saisir cette dimension du travail des domestiques. La lecture de manuels de psychologie de l’enfant m’a en effet confirmé ce que la régularité du phénomène constaté suggérait, à savoir que c’est autour de cet âge-là que commence ce que les psychologues nomment la « crise d’opposition », une étape essentielle au développement de la personnalité mais qui, dans le cas présent, se traduisait fréquemment par une dégradation des conditions de travail des bonnes d’enfants.

1.2. Une catégorie indigène : l’« humiliation »

12A travers l’évocation du thème de l’humiliation dans le discours des femmes domestiques, je voudrais maintenant fournir une illustration de l’intérêt pour la sociologie de prendre au sérieux le vocabulaire des sentiments. Plutôt, en effet, que de s’aventurer dans les méandres psychologisants de la descente en intériorité, l’analyse de la référence à un sentiment permet de proposer, sur une base empirique, une interprétation de l’univers de sens dans lequel se déroule l’action sociale.

13Le thème de l’humiliation est un thème récurrent du discours des domestiques sur leurs conditions de travail. Le substantif humilhação (« humiliation ») et le verbe humilhar (« humilier ») sont utilisés, d’une part, pour dire la pénibilité d’un affect ressenti lors d’une interaction avec une personne pour laquelle elles travaillent et, d’autre part, pour justifier la raison qui les a conduites à cesser de servir un employeur et à le poursuivre devant la Justice du travail. Les domestiques peuvent considérer humiliant des comportements très divers : une accusation de vol ou la mise à l’épreuve de leur honnêteté quand l’employeur laisse traîner ostentatoirement de l’argent liquide sur un meuble ou dans la poche d’une chemise à repasser ; le fait d’être envoyée faire une course en tenue de travail, alors que, désireuses de ne pas voir révélée leur condition de domestique, elles cherchent justement à ne se rendre dans les espaces publics qu’après s’être changées ; les retards de paiement qui les obligent à rappeler à leur patronne qu’elle leur doit de l’argent ; ou, encore, l’interdiction de manger certains aliments réservés à la consommation de la famille.

14Il n’existe pas cependant d’accord systématique sur ce qui est humiliant, et le fait de considérer qu’un comportement a provoqué une humiliation varie selon le contexte. Si les jeunes domestiques vivent par exemple très mal le fait d’être obligées de sortir dans la rue en tenue de travail, les plus âgées disent souvent que, ayant passé l’âge de séduire, elles n’y attachent plus d’importance. De même, si certaines bonnes vivent comme une humiliation le fait d’être envoyées promener le chien, d’autres y voient au contraire une occasion de sortir et de pouvoir discuter avec d’autres domestiques affectées à la même activité.

  • 6 Celle du philosophe israélien Avishai Margalit (1999) en fait indubitablement partie. Dans un ouvra (...)

15La catégorie « humiliation » apparaît par conséquent comme une catégorie indigène utilisée par les domestiques pour désigner à la fois un affect psychologique et une situation sociale. La question qui se pose alors est de savoir comment analyser sociologiquement l’humiliation. Il est en effet hors de notre compétence de décrire la structure de l’affect et ses caractéristiques neurophysiologiques et, pour les raisons exposées plus haut, on ne saurait non plus comprendre ce sentiment en s’appuyant principalement sur les travaux de psychanalystes ou de psychologues. Ces derniers ne sont cependant pas sans intérêt et insistent même, pour certains d’entre eux, sur l’importance du contexte social dans la compréhension de l’humiliation. Dans une recherche comparative sur l’effet aggravant du sentiment d’humiliation dans des expériences traumatiques, Evlin Gerda Lindner a ainsi mis en évidence le peu d’attention porté par les psychologues aux facteurs historiques, sociaux et culturels qui suscitaient l’humiliation et jouaient sur l’ampleur du traumatisme psychologique (Lindner, 2001). L’interprétation sociologique de ce que les domestiques disent ressentir comme une humiliation réside de même dans la prise en considération du contexte dans lequel cet affect est éprouvé. On s’éloignera par conséquent des approches, psychologiques ou philosophiques, qui reposent sur une définition préalable de l’humiliation, aussi stimulantes celles-ci peuvent-elles être6.

  • 7 Pour une démarche dans ce sens, cf. Pharo, 2001.

16Je voudrais plutôt suggérer que, au Brésil, la sensibilité à ce que les femmes domestiques définissent comme humiliant procède de la prégnance de plus en plus forte, en milieu populaire urbain, de l’imaginaire égalitaire de la démocratie moderne, un imaginaire qui, pour les subalternes, rend de plus en plus difficiles à supporter les situations où l’infériorité est abruptement signifiée. Dans une précédente recherche, j’avais, dans cette perspective, montré comment, chez les habitants d’une favela urbanisée de Recife, la catégorie indigène de respect (respeito) pouvait, entre autres usages, exprimer la revendication de la reconnaissance de l’identité absolue des individus et le refus d’une société hiérarchisée où les places sont originairement assignées (Vidal, 1998). Cette analyse de la notion de respect ne repose pas non plus sur un concept du respect issu d’une tradition philosophique, pas plus qu’elle ne cherche à proposer une définition du respect fixe et précise7. Dans le cadre d’une sociologie empirique, il s’est différemment agi d’en comprendre la signification selon les contextes et les nécessités de l’énonciation. Cela même s’il est possible de soutenir que, de manière générale, l’exigence de respect exprime la nécessité de tout individu de voir reconnu la place qu’il estime mériter dans un ordre social déterminé, ainsi que les prérogatives qui lui paraissent associés au rôle à partir duquel il revendique le respect. Le souci de voir sa présentation de soi confirmée par autrui se manifeste ainsi peu ou prou dans toutes les demandes de respect exprimées par les membres des milieux populaires brésiliens.

  • 8 On lira également avec profit la lecture que Danilo Martuccelli donne de ces pages dans Grammaires (...)

17Néanmoins, la dénonciation de l’humiliation exprimée par les domestiques se fait plus précisément au nom d’une idée du respect qui témoigne d’une demande d’égalité au sens moderne du terme. La dénonciation de l’humiliation par les domestiques s’inscrit en effet, de mon point de vue, dans un mouvement d’adhésion à un idéal de relations égalitaires qui caractérise aujourd’hui la société brésilienne, société où les statuts attachés à des hiérarchies sociales ont été considérablement ébranlés par la modernisation socioculturelle. On retrouve aussi ici le thème central de l’analyse tocquevillienne du changement des rapports du maître et du serviteur avec le passage de la société aristocratique à un état social démocratique (Tocquevile, 1981, p. 221-230)8. Tocqueville n’aborde certes guère les questions relatives à la gestion pratique de l’inégalité de positions dans ce type de relations, mais il perçoit de manière formidablement juste le sens différent que le domestique donne à son rapport au maître dans les sociétés où les hiérarchies sont tenues comme allant de soi et celles où l’égalisation des conditions est à l’œuvre. « Durant le passage d’une condition sociale à une autre, écrit-il, il survient presque toujours un moment où l’esprit des hommes vacille entre la notion aristocratique de la sujétion et la notion démocratique de l’obéissance. (...) Dans ce moment, l’image confuse et incomplète de l’égalité se présente à l’esprit des serviteurs ; ils ne discernent point d’abord si c’est l’état même de domesticité ou en dehors que cette égalité à laquelle ils ont droit se retrouve, et ils se révoltent au fond de leur cœur contre une infériorité à laquelle ils se sont soumis eux-mêmes et dont ils profitent » (ibid., p. 229). Or ce que les domestiques brésiliennes jugent humiliant renvoie justement à des comportements qui nient l’idée d’une égalité fondamentale entre les individus, en dépit de l’inégalité de positions qui existe dans la relation de travail entre celles qui servent et ceux qui sont servis. Ce lien entre l’exigence de respect et la dénonciation de l’humiliation est du reste un trait central des sociétés modernes qui n’a pas encore suffisamment retenu l’attention dans les recherches sur les difficultés du fonctionnement démocratique. À la différence des sociétés traditionnelles où des hiérarchies rigides déterminaient le statut de chacun dans des groupes sociaux distincts les uns des autres, le sentiment d’infériorité est insupportable dans les sociétés modernes où l’individu revendique le droit d’être traité en égal ou, à tout le moins, de ne pas être brutalement désigné ou classé comme un inférieur. C’est en effet bien souvent le rappel d’une position d’infériorité, de façon directe ou suggérée, qui provoque un sentiment d’humiliation dans une interaction. Pour William Ian Miller (1993), les situations d’humiliation se sont ainsi accrues dans les sociétés traversées par un idéal égalitaire, alors que l’honneur des sociétés hiérarchiques, sans jamais totalement disparaître, n’a fait que décliner. L’humiliation devient alors un risque normal d’une interaction, dans la mesure où elle survient quand un individu se perçoit ou se trouve désigné comme n’étant pas à sa place. Ce sentiment d’humiliation qui naît de la perception d’un décalage entre la place revendiquée au nom de la qualité d’égal et la place à laquelle l’on est rabaissée correspond à ce que les domestiques éprouvent quand elle se retrouvent infériorisées par une parole ou une injonction.

2. La référence à la moralité comme ressource de la construction identitaire

  • 9 Sur les rapports entre narration et identité de l’individu, cf. Ricœur, 1990 ; Dubar, 2000 ; Martuc (...)

18La référence à la moralité constitue une autre dimension de l’utilisation du vocabulaire des sentiments par les femmes domestiques. Elle organise un discours sur soi qui donne une cohérence narrative à une identité personnelle marquée par des ruptures biographiques et les stigmates sociaux dont pâtissent les milieux populaires9. Ce discours sur soi a pour particularité de souligner inlassablement des qualités morales comme l’honnêteté, la droiture et la discrétion qui, tout au long de leur trajectoire, leur auraient valu la confiance de nombreux employeurs. Il dénonce, à l’inverse, tous ceux qui n’agissent pas conformément à des normes de comportement définies par rapport à des critères moraux : les délinquants de toutes sortes, les prostituées, les parents qui ne savent pas élever leurs enfants, les gens qui n’ont pas l’esprit charitable ou, encore, les bonnes qui ont volé une famille qu’elles servaient ou ont accepté une proposition vénale d’un employeur. La référence à la moralité permet en outre aux domestiques de dénoncer l’injustice dont elles se disent l’objet : certaines disent ainsi avoir été renvoyées alors que leur dévouement était allé bien au-delà de ce qu’exigeait leur rôle ; d’autres, de même, soutiennent avoir été injustement accusées de vol et n’avoir jamais cédé aux mille tentations qui se présentaient.

19Ces discours sur soi doivent, bien entendu, être pris avant tout pour ce qu’ils sont : des discours. Comme dans la plupart des recherches qui ne prennent pas pour argent comptant les propos tenus par la population étudiée, l’enquête a constaté l’écart important qui existe entre le discours et les pratiques, à savoir, en l’occurrence, l’écart entre le discours des domestiques sur la moralité de leurs conduites et la réalité de ces conduites. Cet écart apparaît parfois lors d’un même entretien où sont évoqués des faits qui renvoient à des comportements allant à l’encontre des normes morales censées régler les conduites. Il se manifeste néanmoins plus souvent dans les conversations qu’elles ont entre elles, dans les réponses que l’assistante sociale du syndicat des travailleurs domestiques les amène à faire pour évaluer la possibilité d’un recours au droit, quand sont confrontés des propos recueillis à l’occasion de rencontres espacées dans le temps ou, encore, dans le face-à-face avec d’anciens employeurs lors de tentatives de conciliation conduites par un avocat ou un magistrat. On apprend alors que certaines domestiques ont été congédiées parce qu’elles avaient volé de la nourriture dans le garde-manger, oublié de rendre la monnaie des courses ou emprunté à son insu des vêtements de la patronne. En aparté, d’autres reconnaissent avoir volontairement mal fait le ménage ou multiplié les absences dans la seule perspective d’être renvoyées et de pouvoir toucher le mois de préavis que leur accorde le droit du travail. Les domestiques sont du reste loin d’être toujours les meilleures gardiennes de l’intimité familiale : beaucoup se plaisent à divulguer certains éléments de la vie privée de leurs employeurs aux autres bonnes de l’immeuble qui, à leur tour, les colportent à leurs propres patrons, ce qui aboutit à ce que, par l’intermédiaire de la domesticité, les voisins finissent par en savoir beaucoup sur ce qui se passe dans les autres familles. Il n’est pas non plus rare d’entendre une domestique se vanter d’avoir pris plaisir à susciter le désir d’un patron et la jalousie de sa femme (Vidal, 2002). L’histoire familiale et conjugale des domestiques comporte de même des épisodes qui contredisent bien souvent la moralité dont elles aiment tant se prévaloir : nombreuses sont celles qui ont abandonné un enfant ou laissé seuls des parents dans l’âge.

  • 10 Ce thème est au cœur de l’ouvrage de Mitchell Duneier (1999) sur un groupe d’Afro-américains new-yo (...)
  • 11 Dans son ethnographie du ghetto noir de Philadelphie, Elijah Anderson (1999) montre par exemple com (...)

20Cet écart entre discours et pratiques n’interdit cependant pas de considérer la référence à la moralité comme une ressource majeure de la construction identitaire. L’écart entre le discours d’un acteur et la réalité de ses pratiques n’est tout d’abord pas nécessairement un mensonge, mais, le plus souvent, pour reprendre l’expression de Jean-Marc Weller, « le résultat fragile mais réel d’une construction d’une cohérence » dans la relation à autrui où il existe une forte contrainte de faire la preuve de sa conformité à des normes, à des valeurs ou à des croyances (Weller, 1994, p. 41). La fréquence des comportements déviants dans une population n’invalide pas par ailleurs la prétention de ses membres à vivre conformément à des normes morales, que celles-ci soient celles communément revendiquées par une société donnée ou celles d’une sous-culture10. Et c’est pourquoi nous ne nous demanderons pas, dans une perspective inspirée de la sociologie de la déviance, quel processus provoque cet écart entre ce qui est tenu comme moral et les pratiques qui dévient de cet idéal, ou, pour formuler le problème différemment, si ce sont des contraintes structurelles ou contextuelles qui poussent des individus à commettre un acte déviant qui va à l’encontre des valeurs et des normes morales dont ils se réclament11.

  • 12 Pour des analyses dans ce sens, cf. les travaux de Michèle Lamont, 1995, 2002. Numa Murard (2003) s (...)

21Mon intention est en effet, rappelons-le, de comprendre sociologiquement le besoin des individus de se sentir agir conformément à un sens moral. Il convient pour cela de prendre au sérieux cette référence à la moralité fréquemment observée chez les dominés et lors de l’établissement de frontières entre individus ou entre groupes sociaux12. La référence à la moralité au cœur des discours des femmes domestiques (et, de manière plus générale, de celui des milieux populaires brésiliens) ne reflète ni une fausse conscience, pas plus qu’elle n’est la conséquence de la violence symbolique exercée par les dominants sur les dominés. On peut certes repérer aisément l’intériorisation de certains pans du système de valeurs des couches supérieures dans le langage de ces individus en situation d’infériorité. Mais la référence à la moralité est bien davantage une réponse pratique à la domination sociale que l’imposition d’un arbitraire culturel. Elle permet aux dominés de trouver le sens de leur propre valeur et de disposer de critères d’évaluation des conduites qui organisent le rapport à autrui.

  • 13 Comme le souligne très bien Michèle Lamont, « Le marquage des frontières est cm élément intrinsèque (...)

22Peu importe même au fond que les comportements des individus qui font référence à la moralité pour expliquer leurs conduites ne correspondent pas toujours aux critères moraux qu’ils mettent en avant dans leurs discours. Sauf à considérer que le travail du sociologue se limite à mettre en évidence, pour s’en réjouir ou pour le dénoncer, le fait que les individus ne font pas ce qu’ils prétendent faire et ne disent pas tout ce qu’ils font, il convient de s’interroger sur le sens donné à la référence à la moralité en dépit des manquements observés. Ce qui retient alors l’attention dans cette perspective est le marquage de frontières entre ceux qui agissent conformément à ces critères moraux et ceux qui ne les observent pas13. Affirmer le caractère moral de son comportement ou faire référence à la moralité pour condamner une conduite permet de revendiquer et de maintenir le sens de sa propre valeur en dépit d’un statut social peu élevé. L’invocation de règles morales sous-tend ainsi les demandes de reconnaissance des domestiques. C’est parce qu’elles estiment se comporter conformément à ce type d’obligations par leur honnêteté, leur discrétion ou en s’occupant avec affection d’enfants et de personnes âgées, qu’elles considèrent que, en contrepartie, leurs employeurs doivent les traiter correctement, c’est-à-dire, de leur point de vue, ne pas donner d’ordres de façon cassante et réprimander à tort, valoriser le travail accompli par des éloges et payer correctement tout en acquittant les cotisations sociales.

  • 14 La notion de respect qui sous-tend la référence à la moralité des femmes domestiques doit être ici (...)

23La notion de « respect » et son corollaire, la dénonciation du « manque de respect » (falta de respeito), dont on a vu l’importance, organisent les discours en la matière. « Ma patronne me respecte, elle m’a toujours parlé poliment, elle ne m’a jamais insulté. » « J’ai décider de quitter cette famille parce qu’il n’y avait plus de respect. » « La domestique doit respecter la patronne, mais la patronne doit aussi respecter la domestique. » Le sens du juste des bonnes suppose ce respect, c’est-à-dire la reconnaissance de leur dignité individuelle. Et le sentiment d’injustice, à l’origine des nombreux conflits avec les employeurs, procède très souvent d’atteintes à cette dignité provoquées par des attitudes et des comportements jugés méprisants ou humiliants. Il s’agit bien souvent de gestes ou de paroles insignifiants à première vue, mais qui sont vécus comme des offenses morales : un regard ironique, un sourire moqueur (« Tu es plus riche que moi. Chez toi, il y a un micro-ondes. »), une allusion au faible niveau d’instruction (« Tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas fait d’études. »), ou, encore, le rappel brutal des positions (« N’oublie pas que c’est moi qui commande ici, c’est moi la patronne, c’est toi la bonne, tu dois m’obéir. »). Dans bien des cas, cela a suffi pour entamer un processus irréversible de détérioration de la relation de travail, tant celle à qui ces mots avaient été adressés ne parvenait plus à se sentir « respectée » dans son travail et dans sa personne. L’on retrouve là, empiriquement, le thème central de la théorie de la justice formulée par le philosophe Axel Honneth (2000) quand celui-ci montre comment la formation de l’identité individuelle dépend de différentes formes de reconnaissance intersubjective liées à des principes normatifs. À l’opposé des approches utilitaristes de la conflictualité, il souligne combien beaucoup de conflits ne résultent pas uniquement de la recherche de la satisfaction d’intérêts matériels, mais, bien plus fondamentalement, du désir des individus et des groupes de se voir socialement reconnus14. Loin de n’être que l’expression de l’intériorisation passive du système normatif des dominants, la référence à la moralité chez les femmes domestiques apparaît, dans le prolongement de la perspective dessinée par Honneth, comme un des moyens par lesquels les dominés peuvent établir un rapport positif à soi essentiel dans la construction identitaire.

3. Interroger sociologiquement l’individu

  • 15 Dans la sociologie française contemporaine, on lira, parmi quelques-uns des ouvrages les plus signi (...)
  • 16 J’adhère pleinement en ce sens à la position défendue par Danilo Martuccelli en conclusion de son o (...)

24L’interrogation sur l’individu connaît aujourd’hui un intérêt sans précédent en sciences sociales15. Nombre de recherches ont montré le caractère pluriel de l’individu dans les sociétés contemporaines, insisté sur la diversité des rôles qu’il était amené à jouer dans la vie sociale et souligné la singularité croissante des parcours et des expériences biographiques. Menés dans des perspectives sensiblement différentes, ces travaux ont néanmoins pour point commun la volonté de dépasser les conceptions hypersocialisées de l’acteur. L’intention est en soi louable et ouvre indubitablement de nouveaux horizons à l’analyse sociologique. Faut-il pour autant en appeler à une « sociologie de l’individu » ? Je ne le crois pas, bien que je rejoigne par ailleurs sur bien des points ceux qui se reconnaissent dans cette dénomination. Il me semble en effet que l’expression prête à confusions. Car de deux choses l’une. Soit l’on s’intéresse à l’« individu social », et non à ses dimensions non sociales, et l’on retrouve là, que l’on le veuille ou non, le projet originel de la sociologie. Soit l’on réfléchit sur les dimensions non sociales de l’individu et aux rapports qu’elles entretiennent avec sa part sociale, et l’on aboutit, tôt ou tard, à une sorte de psychosociologie qui nous fait sortir du cadre disciplinaire de la sociologie16. La première de ces deux logiques ne fait pas problème. Elle n’est que la continuation d’une interrogation qui a déjà une longue histoire et ne vaut pas, pour cette seule raison, d’être renommée. La seconde, en revanche, contient en elle le risque de la descente en intériorité évoqué plus haut. Or celle-ci dérape trop souvent dans le psychologisme au détriment de la recherche des facteurs sociaux des comportements humains, le principal postulat à partir duquel la sociologie s’est historiquement constituée dans le champ des sciences sociales. Et c’est fondamentalement pour cette raison qu’il me paraît préférable de mener l’interrogation sur les dimensions sociologiques de l’individu dans le cadre général de la discipline plutôt que sous la dénomination thématique « sociologie de l’individu ».

25Si les problèmes de désignation ont une importance indéniable, elles ne sont pas pour autant les seuls enjeux d’une approche sociologique du thème de l’individu. Au lieu, par conséquent, de clore le débat par la position que je viens de soutenir, je souhaiterais le prolonger en évoquant deux questions que soulèvent les discussions en cours. Le premier concerne la montée en généralité, ce processus par lequel le sociologue entend s’arracher à la singularité de son matériau pour proposer des énoncés de portée plus générale. Le second est d’ordre méthodologique et porte sur le recueil et l’interprétation des matériaux d’enquête.

3.1. L’espace de l’interprétation

26Dans l’introduction de l’ouvrage où il expose son projet de sociologie de l’individu, Jean-Claude Kaufmann consacre de belles pages à ce qui constitue, à son sens, la principale difficulté dans l’interprétation du matériau empirique : la distance qui, dans le cours de l’élaboration théorique, s’établit inévitablement entre les faits et les idées qui les éclairent (Kaufmann, 2001). À la différence des partisans de la Grounded Theory pour lesquels la théorie s’élabore progressivement en restant ancrée dans les faits, Kaufmann constate que son travail de théorisation n’a pas connu cette progression régulière, mais a dû, au contraire, passer par la brutalité d’un « saut conceptualisateur ». La rédaction de ce livre qui se veut explicitement théorique n’a, explique-t-il, pu se faire sans le renoncement à une écriture qui s’emploie à susciter le plaisir du lecteur en mettant en relief les aspects vivants du matériau, comme il l’avait fait dans ses précédents ouvrages. Et il suggère, entre autres solutions à cette difficulté, « de différencier les niveaux de traitement et de rédaction en utilisant les mêmes enquêtes », une solution assurément pleine de bon sens (ibid., p. 14). L’on ne peut de plus que suivre Kaufmann quand il souligne cette dimension de la théorisation en sociologie. Sans véritablement réfléchir sur leurs pratiques d’écriture, trop de sociologues séparent sans le justifier la présentation des données de leur interprétation, en faisant suivre des tableaux statistiques, des extraits d’entretien ou des descriptions ethnographiques d’un commentaire destiné à en expliquer l’intérêt sociologique. Le problème que Kaufmann soulève aussi ce faisant est celui de l’inévitable disjonction entre le fait et l’idée dans la montée en généralité. Plus encore sans doute que les autres questionnements de la sociologie, l’analyse des dimensions sociologiques de l’individu n’échappe pas à cette difficulté. S’il est nécessaire de mettre en relief la particularité des trajectoires ou les caractéristiques de l’identité personnelle, le sociologue ne saurait non plus se limiter à une galerie de portraits ou livrer brut de décoffrage de très longs entretiens. C’est du reste pourquoi l’élaboration théorique se paie immanquablement d’une distanciation avec les matériaux d’enquête quand une recherche entend produire un propos théorique et ne pas se limiter à l’addition de discours ou à une ethnographie pour l’ethnographie.

27Un des problèmes posés par la sociologie de la domesticité féminine à Rio de Janeiro est, par exemple, qu’elle présente de nombreux traits du phénomène de la domesticité tel qu’il a été étudié en Europe entre le seizième et le début du vingtième siècle (importance des migrantes rurales, des aînées, des mères d’enfants illégitimes et des femmes sans attaches en ville) et qu’elle possède, en même temps, des caractéristiques tout à fait originales (un statut juridique des travailleurs domestiques sans équivalent dans le monde, un sens du soi féminin étayé par des représentations nouvelles de l’amour, l’exposition des femmes domestiques au style de vie d’une métropole moderne). Dire cela est déjà avancer un élément d’interprétation certes fondé sur des faits, mais qui a requis un effort d’abstraction par comparaisons. Et il n’est pas sûr qu’un texte littéraire fût parvenu à faire passer comme telle l’idée que la vie de ces femmes pouvait, à maints égards, être décrite dans des termes similaires à ceux qu’ont utilisés un Dickens ou un Zola, même si, indissociablement, leur vécu est pourtant différent de celui des femmes des milieux populaires du Londres et du Paris du second dix-neuvième siècle. Car, comme le note justement Kaufmann, « alors que le chercheur voit prioritairement leur composante théorique immergée dans les faits, le lecteur n’enregistre comme théorique que ce qui se présente explicitement comme tel » (ibid., p. 14).

  • 17 Dans cette perspective, il convient bien évidemment de reconnaître également aux autres disciplines (...)

28Le propos de Kaufmann rappelle, enfin, que l’élaboration théorique n’est possible en sociologie que si est reconnue l’inévitabilité de ce que l’on peut appeler un espace de l’interprétation entre les données empiriques et la théorisation qui en est proposée. Cet espace de l’interprétation résulte de l’existence d’un écart incommensurable entre les faits et l’interprétation qui en est donnée. Sous peine de limiter son travail à l’établissement de faits (ce qui ne se fait déjà pas sans cet effort minimal de sélection de données dans l’immensité du réel), le sociologue doit en effet accepter l’existence de cet écart irréductible entre les faits qu’il établit et l’interprétation qu’il en propose, que ce soit au moment de la transposition empirique quand il se sert de théories formulées dans d’autres contextes ou à propos d’autres objets, ou, lors de l’élaboration théorique à proprement parler, quand il s’engage dans la montée en généralité qui lui permet d’aller au-delà d’un cas particulier. C’est aussi pourquoi il est particulièrement mal venu de s’offusquer de voir un sociologue recourir, dans l’interprétation, aux travaux de philosophes ou à ceux de psychologues et de psychanalystes, à la théorie littéraire, aux analyses d’économistes ou à la recherche historique. Cela ne le transforme pas pour autant, comme le soutiennent les tenants d’une conception passablement étriquée de la sociologie, en un philosophe empêché, un sociologue psychologisant, un sémioticien manqué, un économiste littéraire ou un adepte de l’anachronisme. Bien sûr, les usages des travaux issus d’autres disciplines doivent venir au renfort de l’analyse sociologique, et non s’y substituer. De même, il ne s’agit pas de céder aux mirages d’une prétendue inter-ou trans-disciplinarité, qui n’est bien souvent que le signe de l’incapacité à s’inscrire dans un raisonnement disciplinaire. Car l’espace de l’interprétation est justement ce lieu de la théorisation, où les matériaux trouvent un sens dans la confrontation avec d’autres recherches qui permettent d’en apprécier la portée, l’originalité, mais aussi les limites17.

3.2. La relation d’enquête dans l’interrogation sociologique sur l’individu

  • 18 Le recours à des assistants de recherche dans la sociologie qualitative française fait à bien des é (...)
  • 19 La transcription d’entretiens par des vacataires ne va pas non plus sans problème. Les transcripteu (...)
  • 20 Aaron Cicourel a, par exemple, montré combien les notes de terrain n’étaient que des comptes rendus (...)

29À la lecture des travaux récents qui mettent la question de l’individu au centre de leur questionnement, il est frappant de constater combien beaucoup reposent sur des matériaux recueillis par des assistants de recherche (généralement, des étudiants plus ou moins avancés, rémunérés ou collectant des données dans le cadre d’un travail dirigé noté)18. Il ne s’agit pas de remettre en cause ces recherches faites en équipe (nous en connaissons quantité d’excellente facture et bien des programmes n’auraient pu être menés autrement), ni non plus de jeter l’anathème sur les analyses étayées par des matériaux produits par des étudiants ou des vacataires. Ce qui me paraît en revanche faire question est la possibilité de mener une interrogation sur les dimensions sociologiques de l’individu, la subjectivité ou l’identité personnelle à partir du seul travail de tiers, généralement considérablement moins impliqués dans le processus d’interprétation que le chercheur à l’origine de la recherche. Car ce n’est pas tant le nombre de chercheurs qui fait problème dans ce type de recherches, mais le différentiel de positions et d’implication dans lequel se trouve le chercheur qui a conçu l’enquête et ceux qui travaillent sous sa direction. En effet, aussi rigoureusement formés et étroitement encadrés qu’aient été ces assistants de recherche, les données qu’ils produisent ne sont jamais autre chose que des sources secondaires, pour reprendre le vocabulaire des historiens19. Et se posent alors tous les problèmes que l’interprétation des sources secondaires pose en histoire. À quelles conditions peut-on donc travailler sur des données recueillies dans le cadre de relations d’enquête très diverses ? Comment contrôler tous les biais quand on sait déjà la difficulté à maîtriser ceux liés à la façon dont nous sommes perçus pendant un entretien ? Dans quelle mesure, encore, peut-on même se réclamer de l’induction analytique quand les matériaux d’enquête n’ont pas été recueillis dans une relation personnelle dans laquelle le chercheur est personnellement engagé20 ?

  • 21 La question de l’intuition ou de la formation de l’idée en sociologie constitue encore un autre ord (...)

30Mon propos n’a pas pour ambition de répondre à l’ensemble des problèmes soulevés par ces questions. Il entend seulement susciter une réflexion plus poussée sur les rapports entre production d’une connaissance sociologique sur l’individu et relation d’enquête. Je m’appuierai à nouveau pour cela sur ma recherche sur les femmes domestiques. Pour réunir des matériaux, j’ai fait des entretiens avec des employeurs, des magistrats, des avocats, des patrons d’agences de placement. J’ai également recueilli de longues histoires de vie avec une cinquantaine de femmes qui travaillaient ou avaient travaillé comme domestiques. Longuement ou pendant quelques minutes seulement, j’ai aussi discuté avec un nombre incalculable d’entre elles (entre deux et trois cents approximativement) dans la salle d’attente du syndicat des travailleurs domestiques, les espaces publics où elles surveillent des enfants et les lieux où elles résident et se divertissent. J’ai encore écouté, en révélant ma situation d’enquêteur ou sans me présenter comme tel, leurs conversations dans les endroits où elles se regroupaient (au syndicat ou dans les jardins publics en particulier). Les interprétations auxquelles je suis parvenu résultent de la triangulation de ces différents matériaux. Mais il me semble que ce travail d’interprétation n’aurait pas été possible sans les relations de longue durée tissées avec six femmes qui étaient ou avaient été domestiques. À l’occasion de nos nombreuses rencontres sur une période de plusieurs années, après qu’elles ont codé notre relation comme relevant de l’« amitié », j’ai réuni des informations et des commentaires qui me permettaient d’éclairer l’ensemble de mes matériaux. Je pouvais tout d’abord recouper et compléter ce qu’elles m’avaient déjà dit de leurs parcours. Lors de ces rencontres, je sollicitais également leur avis sur les interprétations provisoires auxquelles j’avais abouti, avis qui m’ont souvent permis de nuancer ces interprétations provisoires. Ce sont ces relations personnelles fortes, entretenues par des coups de téléphone réguliers depuis la France et d’échanges croisés de cartes à l’occasion des fêtes de fin d’année et des anniversaires, qui m’ont fourni un complément essentiel à l’interprétation. Et pourtant, il me faut reconnaître que mes interprétations reposent aussi, et non moins fondamentalement, sur les matériaux recueillis dans des conditions beaucoup plus restrictives. Car il est en effet difficile d’affirmer catégoriquement qu’une idée ou une intuition se forme plutôt dans le cadre d’une relation personnelle qu’à l’écoute de paroles prononcées par un inconnu ou à l’observation d’une scène que l’on ne reverra jamais21.

  • 22 Trop de recherches fondent leur scientificité sur le seul critère du nombre d’entretiens. Faute d’a (...)
  • 23 L’idéal, difficilement réalisable dans des recherches où l’élaboration théorique suppose une durée (...)

31L’importance pour l’interprétation des matériaux recueillis dans le cadre d’une relation privilégiée semble néanmoins attestée dans de nombreux travaux, à défaut d’être reconnue et explicitée. Quand on lit attentivement les recherches sur l’individu ou la subjectivité qui reposent sur des centaines d’entretien et ont nécessité l’emploi de plusieurs assistants de recherche22, on constate fréquemment que le modèle d’interprétation repose de fait sur quelques individus en particulier (généralement ceux avec lesquels ce chercheur commanditaire a été directement en relation) et que le reste du matériau tend davantage à être utilisé au titre de complément. Alors pourquoi ne pas admettre et ériger en principe méthodologique la nécessité pour le chercheur de savoir tisser quelques relations personnelles pour pouvoir aller plus avant dans l’interprétation du matériau ? C’est à cette seule condition, à mon sens, que le travail produit par des assistants de recherche peut être utilisé profitablement et considéré autrement qu’un expédient destiné à récolter du matériau rapidement et sans trop d’effort23.

  • 24 Stephen Steinberg a ainsi mis en garde contre les risques de « l’illusion ethnographique » (ethnogr (...)
  • 25 C’est ce que parvient à faire Vincent Caradec en montrant comment les relations entre une aide ména (...)
  • 26 Pour des recommandations en ce sens, on lira les articles de Jean Peneff, 1988, 1994.
  • 27 En contrepartie, il va de soi, sans quoi la relation basculerait vite dans un déséquilibre qui lui (...)

32En appeler à l’établissement de relations personnelles dans une recherche qui se donne pour objectif d’interroger les dimensions sociologiques de l’individu permet en outre de dépasser la fausse opposition entre recherche par entretiens et recherche par observation directe. Si l’on ne peut que se réjouir de l’acceptation croissante de la méthode ethnographique dans la sociologie française, l’on doit en effet refuser de se laisser entraîner dans l’intégrisme méthodologique prêché par certains nouveaux convertis24. Au nom de la supériorité de l’observation, cette posture radicale dévalorise les discours produits en situation d’entretien. Ceux-ci n’ayant pas été recueillis dans un contexte naturel où la parole n’est pas induite par le chercheur, ils seraient entachés d’un vice de forme qui les rendraient sujets à caution et, donc, inutilisables. Or, quels que soient les biais inhérents à toute parole sollicitée par un enquêteur, certaines dimensions de la vie sociale ne peuvent être connues autrement, quand bien même on convient sans peine qu’il est toujours préférable de pouvoir confronter les discours sur l’action à l’observation directe de cette action. Jean-Claude Kaufmann (1996) a raison de rappeler qu’un bon entretien ne produit pas seulement des discours, mais donne aussi accès aux pratiques quand il est judicieusement préparé et conduit. Dans le cas des domestiques, la majeure partie de leur travail et des relations qu’elles entretiennent avec ceux qu’elles servent échappe à l’observation directe. L’on peut néanmoins en avoir une idée relativement précise en faisant décrire très précisément certains moments et certaines tâches ou en n’hésitant pas à revenir sur un événement déjà évoqué pour le faire à nouveau raconter. Le fait de rencontrer à plusieurs reprises le même acteur favorise ce type de demandes. Bien que j’ai choisi de ne pas interroger des employeurs et des domestiques en relation directe, croiser les discours des uns et des autres permet, de plus, de comprendre les logiques qui organisent leurs rapports et d’examiner la plausibilité des affirmations respectives25. Cela suppose bien évidemment que le sociologue se montre actif dans l’entretien, c’est-à-dire qu’il ne se contente pas d’enregistrer sans mot dire « l’histoire que se raconte » celui dont il sollicite le témoignage, mais qu’il n’hésite pas, au besoin, à demander des précisions, voire à le contredire26. Il est bien évident qu’il ne s’agit en aucun cas de confondre un interviewé. L’entretien n’est pas un interrogatoire de police, et la déontologie de l’enquête requiert un minimum de bon sens psychologique qui interdit notamment de faire perdre la face à ceux qui acceptent de répondre à nos questions. Néanmoins, quand une relation personnelle s’est établie et que les conversations prennent la forme d’échanges libres dégagés du cadre formel de l’entretien, il est plus facile de revenir sur des épisodes passés sans risque d’entraîner une situation traumatisante et de mettre brutalement un terme à une relation d’enquête, une gaffe pouvant plus facilement être rattrapée27.

Conclusion

  • 28 Jean-Pierre Le Goff a par exemple récemment bien montré comment le succès récent, en France, de la (...)

33La sociologie, on l’oublie trop vite, reste une discipline jeune. Cela explique pour beaucoup pourquoi les sociologues consacrent encore une part importante de leur réflexion épistémologique à se disputer sur son objet. Serpents de mer des débats des sociologues sur la sociologie, les mises en garde régulières contre les dérives psychologisantes ou la tentation philosophante résultent de cette absence d’accord sur la nature du projet sociologique. Il n’y a pour cette raison pas lieu de les juger systématiquement mal venues28. Certaines de leurs formulations procèdent assurément de conceptions passablement restrictives de la discipline, mais il faut reconnaître que ces rappels du projet originel de la sociologie ont souvent leur bien-fondé.

  • 29 Concernant l’écriture et, en particulier, le problème posé par l’administration de la preuve, il es (...)
  • 30 Robert Emerson montre bien comment les discours que les individus tiennent sur leurs conduites sont (...)

34Il se peut pourtant que les sociologues ne parviennent jamais à se mettre complètement à l’abri de ces écueils. Car l’écriture de la sociologie en général, et a fortiori celle des dimensions sociologiques de l’individu, ne peut jamais vraiment totalement s’affranchir d’un vocabulaire qui fasse écho, de près ou de loin, à l’intériorité psychologique ou à des valeurs morales. J’en ai donné quelques exemples à propos de la domesticité féminine à Rio de Janeiro, mais on pourrait en trouver de nombreux autres dans les domaines les plus divers. Que faire alors ? Danilo Martuccelli a justement souligné que « La sociologie semble ne pas encore avoir trouvé véritablement son dispositif d’écriture, à la différence des monographies chères à l’anthropologie, des fresques ou des récits historiques, de la force des traités d’argumentation philosophique, ou encore du degré de technicité de la linguistique, voire du recours à la formalisation mathématique » (Martuccelli, 1999, p. 542). Une des raisons de l’incapacité des sociologues à inventer un dispositif d’écriture propre tient sans doute en grande partie à ce qu’ils se sont jusqu’à présent considérablement moins intéressés à cette question que les anthropologues, les philosophes et les historiens29. Une autre raison, bien vue par Martuccelli, découle de ce que « jamais la sociologie ne décrit ce qu’éprouvent les individus comme ils l’éprouvent eux-mêmes » (ibid., p. 541). Je pense ainsi être parvenu à comprendre sociologiquement ce que les femmes domestiques disent avoir ressenties comme une marque de respect ou une humiliation. Jamais, en revanche, je ne parviendrai à l’exprimer comme elles l’ont elles-mêmes éprouvé. Cette difficulté tient non seulement à l’impossibilité en sociologie d’utiliser une écriture littéraire pour restituer un vécu, mais aussi, tout bonnement, aux limites intrinsèques au projet de saisie de ce que ressent subjectivement un individu30.

35L’évocation de ces limites de la sociologie ne doit pourtant pas nous amener à désespérer de sa capacité à rendre compte de la réalité sociale. Elle nous invite plutôt à explorer collectivement les réponses qui peuvent être données à ces écueils sur lesquels il lui arrive de buter. S’attaquer aux défis que pose l’analyse des dimensions sociologiques de l’individu est à n’en point douter un bon moyen d’en prendre le chemin.

Bibliographie

ANDERSON E., Code of the Street : Decency, Violence, and the Moral Life of the Inner City, New York, W.W. Norton, 1999.

BERNARDO L., « La place des sentiments dans l’aide professionnelle de gré à gré », dans WEBER F., GOJARD S. et GRAMAIN A. (sous la direction de), Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2003, p. 362-389.

CARADEC V., « L’aide ménagère, entre technique et relationnel, entre logique personnelle et logique professionnelle. », Cahiers de l’Unassad, no 1, 1999, p. 5-23.

CHAUMONT J. M., POURTOIS H. (eds.), dossier « Souffrance sociale et attentes de reconnaissance. Autour du travail d’Axel Honneth », Recherches sociologiques, Louvain, vol. XXX, no 2, 1999.

CICOUREL A. C., « Contre un empirisme naïf Une théorie plus forte et un contrôle plus ferme sur les données », dans CÉFAÏD. (textes réunis, présentés et commentés par), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte/MAUSS, 2003, p. 380-397.

DUBAR C., La crise des identités, PUF, 2000.

DUNEIER M., Sidewalk, New York, Farrar, Straus and Giroux, 1999.

EHRENBERG A., L’individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

EMERSON R., « Le travail de terrain comme activité d’observation. Perspectives ethnométhodologiques et interactionnistes », dans CÉFAÏ D. (textes réunis, présentés et commentés par), L’enquête de terrain, Paris, La Découverte/MAUSS, 2003, p. 398-424.

GAULÉJAC V. de, « La sociologie et le vécu », Revue internationale d’action communautaire, 27/67, 1992, p. 15-20.

GAULEJAC V. de, Les sources de la honte, Paris, Desclée de Brouwer, 1996.

GINZBURG C., « L’historien et l’avocat du diable. Entretien avec Charles Illouz et Laurent Vidal », Genèses, 53, décembre 2003, p. 113-138.

GOLDSTEIN D. M., Laughter Out of Place. Race, Class, Violence, and Sexuality in a Rio Shantytown, Berkeley, University of California, 2003.

HONNETH A., La lutte pour la reconnaissance, Paris, Les Éditions du Cerf, 2000 (1992).

KAUFMANN J.C., L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996.

KAUFMANN J.C., Ego. Pour une sociologie de l’individu, Paris, Nathan, 2001.

LAHIRE B., L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.

LAMONT M., La morale et l’argent. Les valeurs des cadres en France et aux États-Unis, Paris, Métailié, 1995.

LAMONT M., La dignité des travailleurs, Paris, Presses de Sciences-Po, 2002.

LE GOFF J. P., « Que veut dire le harcèlement moral. Genèse d’un syndrome », Le débat, no 123, 2003a, p. 147-161.

LE GOFF J. P., « Que veut dire le harcèlement moral ? Vers un nouvel imaginaire des rapports sociaux », Le débat, no 124, 2003b, p. 99-116.

LINDNER E. G., « Humiliation. Trauma that has been overlooked : an analysis based on fieldwork in Germany, Rwanda/Burundi, and Somalia », Traumatology, vol. 7, no 1, March 2001, p. 1-32.

LUTZ C.A. et ABU-LUGHOD L. (eds.), Language and the Politics of Emotion, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

MARGALIT A., La société décente, Paris, Climats, 1999 (1996).

MARTUCCELLI D., Sociologies de la modernité. L’itinéraire du vingtième siècle, Paris, Gallimard, 1999.

MARTUCCELLI D., Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard, 2002.

MILLER W. I., Humiliation, and Other Essays on Honor, Social Discomfort, and Violence, Ithaca and London, Cornell University Press, 1993.

MURARD N., La morale de la question sociale, Paris, La Dispute, 2003.

PENEFF J., « Le mythe dans l’histoire de vie », Sociétés, no 18, 1988, p. 8-14.

PENEFF J., « Les grandes tendances de l’usage des biographies dans la sociologie française », Politix, no 27, 1994, p. 25-31.

PHARO P., La logique du respect, Paris, Les Éditions du Cerf, 2001.

REZENDE C. B., « Entre mundos : sobre amizade, igualdade e diferença », dans VELHO G. et KUSHNIR K. (organizaçâo), Mediação, cultura e política, Rio de Janeiro, Aeroplano Editora, 2001, p. 237-264.

RICOEUR P., Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

Social Science Information, dossier « The future of emotion », vol.40, 2001.

TOCQUEVILLE A. de, De la Démocratie en Amérique, Paris, Garnier-Flammarion, 1981 (1840).

VIDAL D., La politique au quartier. Rapports sociaux et citoyenneté à Recife, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998.

VIDAL D., « Le bel avenir de la mulata. La bonne, sa patronne et son patron », Cahiers du Brésil contemporain, no 49/50, 2002, p. 153-166.

WELLER J.-M., « Le mensonge d’Ernest Cigare. Problèmes épistémologiques et méthodologiques à propos de l’identité », Sociologie du travail, no 1, 1994, p. 25-42.

Notes

1 Cela n’a bien sûr rien de spécifiquement brésilien. Comme le montre Liliane Bernardo (2003) dans une recherche menée en région parisienne, les sentiments peuvent aussi organiser, en France, les relations entre une employée domestique et ses employeurs.

2 Il n’y a pas lieu non plus d’établir, dans ce texte, de différence entre les affects, les émotions et les sentiments, ni d’examiner les liens qui peuvent exister entre émotions et sentiments. Le sociologue peut écrire sur ces dimensions de la subjectivité sans prendre parti dans le débat entre ceux qui, pensant l’émotion comme universelle et invariante, la réduisent à son substrat neurophysiologique et ceux qui y voient l’expression d’une culture. Ce débat est du reste aujourd’hui largement dépassé comme le montrent les contributions réunies dans le dossier « The future of emotion », Social Science Information, vol. 40, 2001. Pour une approche des émotions qui insistent sur les facteurs contextuels et socioculturels sans méconnaître leur arrière-fond neurophysiologique, on lira l’ouvrage collectif dirigé par Catherine A. Lutz et Lila Abu-Lughod (1990).

3 Claudia Barcellos Rezende a bien mis en évidence la diversité des significations du mot amizade (« amitié ») dans les relations entre les employées domestiques et leurs patronnes (Rezende, 2001).

4 Conséquence sans doute de la prégnance qu’y a toujours le durkheimisme, on observera que, dans la sociologie française contemporaine, le mot « symbolique » n’est souvent autre chose qu’un simple substitut du mot « psychologique ». On parlera alors de « rétributions symboliques », de « violence symbolique » ou de « ressources symboliques » moins par référence à une théorie du symbole ou de la symbolisation que par souci de ne pas être taxé de dérive psychologisante. Or, pourtant, dans la plupart des cas où le mot « symbolique » est utilisé, ce sont des faits ou des effets psychologiques qui sont évoqués.

5 Sur la dureté des punitions infligées aux enfants en milieu populaire et leurs justifications par les mères, on lira le chapitre « No time for chilhood » du beau livre de Donna Goldstein sur les femmes d’un bidonville de Rio de Janeiro (Goldstein, 2003).

6 Celle du philosophe israélien Avishai Margalit (1999) en fait indubitablement partie. Dans un ouvrage qui a contribué au renouvellement des débats sur les théories de la justice, il soutient qu’il ne s’agit pas seulement de construire une société juste, mais aussi une « société décente », c’est-à-dire une société dont les institutions n’humilient pas les membres et n’abritent pas des organisations sociales qui privent les individus de la possibilité d’exprimer et de voir reconnue leur humanité. L’ouvrage de Margalit, de l’aveu même de son auteur, s’intéresse cependant principalement à l’humiliation produite par les institutions et n’accorde guère de place à celle qui résulte d’interactions au travail ou dans la vie quotidienne. C’est principalement pour cette raison que nous ne nous y réfèrerons pas dans ce texte.

7 Pour une démarche dans ce sens, cf. Pharo, 2001.

8 On lira également avec profit la lecture que Danilo Martuccelli donne de ces pages dans Grammaires de l’individu (2002, p. 273-280).

9 Sur les rapports entre narration et identité de l’individu, cf. Ricœur, 1990 ; Dubar, 2000 ; Martuccelli, 2002.

10 Ce thème est au cœur de l’ouvrage de Mitchell Duneier (1999) sur un groupe d’Afro-américains new-yorkais qui mendient ou vendent des objets de récupération sur les trottoirs de Greenwich Village.

11 Dans son ethnographie du ghetto noir de Philadelphie, Elijah Anderson (1999) montre par exemple comment coexistent deux codes de comportement (un « code de civilité » et le « code de la rue ») et comment, pour ne pas être dominés dans les espaces publics et certaines occasions de la vie sociale, ses habitants qui se considèrent et sont considérés comme « décents » parce qu’ils règlent habituellement leurs conduites selon le premier doivent cependant parfois être aussi capables d’agir conformément aux prescriptions du second.

12 Pour des analyses dans ce sens, cf. les travaux de Michèle Lamont, 1995, 2002. Numa Murard (2003) s’intéresse à l’expérience morale ordinaire dans une perspective sensiblement différente qui insiste sur la dimension subjective de la question sociale.

13 Comme le souligne très bien Michèle Lamont, « Le marquage des frontières est cm élément intrinsèque du processus de constitution du soi. Ces frontières émergent, autrement dit, dès lors que nous essayons de définir qui nous sommes. Nous inférons constamment nos similarités et nos différences avec les autres, reproduisant ainsi indirectement des systèmes de typification. Par là même, nous définissons notre propre intériorité et celles des autres et le caractère des autres, l’identité étant toujours produite relationnellement » (Lamont, 1995, p. 34).

14 La notion de respect qui sous-tend la référence à la moralité des femmes domestiques doit être ici bien comprise. Si elle fait écho à la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth, elle n’est néanmoins en aucun cas l’équivalent dans le langage ordinaire de ce que ce dernier nomme le « respect de soi », que nous permet d’acquérir, selon lui, le fait d’être protégé par le droit. Sur les usages possibles de la philosophie de Honneth en sociologie et les problèmes posés par la transposition empirique de ses travaux, cf. les articles réunis par Chaumont, Pourtois, 1999.

15 Dans la sociologie française contemporaine, on lira, parmi quelques-uns des ouvrages les plus significatifs sur le sujet : Ehrenberg, 1995 ; Lahire, 1998 ; Kaufmann, 2001 ; Martuccelli, 2002.

16 J’adhère pleinement en ce sens à la position défendue par Danilo Martuccelli en conclusion de son ouvrage Grammaires de l’individu (2002).

17 Dans cette perspective, il convient bien évidemment de reconnaître également aux autres disciplines la possibilité de faire bon usage des acquis de la sociologie plutôt que de défendre doctrinairement des frontières disciplinaires à la manière de gardiens du temple.

18 Le recours à des assistants de recherche dans la sociologie qualitative française fait à bien des égards figure de boîte noire dans la réflexion sur la méthodologie. Alors que de très nombreux articles et ouvrages ont été écrits sur la démarche de recherche et les techniques d’enquête, la collecte de matériaux par des tiers n’a pas, à ma connaissance, suscité de débats notables. Tout semble suggérer que creuser plus avant cette question ferait apparaître la part cachée de la cuisine de l’enquête, notamment celle de certains de nos grands maîtres ès méthodologie qui ont largement recours à ce petit personnel dont les noms ne figurent pas toujours dans les remerciements.

19 La transcription d’entretiens par des vacataires ne va pas non plus sans problème. Les transcripteurs ne travaillent généralement que pour des raisons alimentaires, sans connaissance précise de la population étudiée et, encore moins, de l’état du chercheur commanditaire au moment où l’entretien a eu lieu. Il est de plus fort probable que beaucoup d’entre eux sont loin d’entendre et, donc, de retranscrire l’échange enregistré avec la même sensibilité que ce chercheur ne l’aurait fait. Les consignes de retranscription paraissent par ailleurs rarement explicitées. Il serait à ce titre intéressant de comparer les scripts d’un même entretien fait par plusieurs personnes pour mesurer d’éventuels biais de retranscription.

20 Aaron Cicourel a, par exemple, montré combien les notes de terrain n’étaient que des comptes rendus situés (situated accounts) qui reflétaient un moment particulier du processus d’interprétation et dépendaient très largement des expériences et des lectures antérieures de celui qui les produisait (Cicourel, 2003).

21 La question de l’intuition ou de la formation de l’idée en sociologie constitue encore un autre ordre de questionnement. En exergue de son annexe méthodologique qui constitue pourtant un plaidoyer pour la rigueur du travail d’ethnographe, Mitchell Duneier cite judicieusement, et malicieusement il faut bien le dire, ces propos de William Foote Whyte et de Erving Goffman. Dans Street Corner Society, le premier écrit « I am convinced that the actual evolution of research ideas does not take place in accord with the formal statements we read on research methods. The ideas grow up in part out of our immersion in the data and out of the whole process of living. » Dans son texte « On Fieldwork », le second reconnaît modestement : « I am going to report on what I conclude from studies of this kind that I’ve done. And I can only begin by repeating (...) that what you get in all of this [attempt to articulate techniques] is rationalizations, and we’re in the precarious position of providing them » (Duneier, 1999, p. 333).

22 Trop de recherches fondent leur scientificité sur le seul critère du nombre d’entretiens. Faute d’avoir bien compris la longueur et la difficulté du travail d’artisan que suppose la sociologie qualitative, c’est la référence à l’imaginaire quantitatif du travail industriel qui tient lieu d’argument d’autorité.

23 L’idéal, difficilement réalisable dans des recherches où l’élaboration théorique suppose une durée de plusieurs armées, serait bien entendu de travailler en équipe de chercheurs en position d’égaux, de sorte que les apports des différentes relations d’enquête personnalisées puissent être mutualisés.

24 Stephen Steinberg a ainsi mis en garde contre les risques de « l’illusion ethnographique » (ethnographic fallacy) à propos de la croyance en la capacité de l’observation à véritablement donner accès à la réalité sociale. Il écrit notamment : l’illusion ethnographique « commence quand l’observation est prise à sa valeur faciale. Trop souvent - pas toujours - l’ethnographie fait preuve de myopie qui ne voit un comportement que de près mais ignore les structures et les processus moins visibles qui engendrent et soutiennent ce comportement. » Cité par Mitchell Duneier, 1999, p. 343.

25 C’est ce que parvient à faire Vincent Caradec en montrant comment les relations entre une aide ménagère et une personne âgée dépend de la façon dont chaque partie code la relation (Caradec, 1999).

26 Pour des recommandations en ce sens, on lira les articles de Jean Peneff, 1988, 1994.

27 En contrepartie, il va de soi, sans quoi la relation basculerait vite dans un déséquilibre qui lui serait vite fatale, que le chercheur doit accepter un principe de réciprocité dans l’échange, en admettant de se laisser interroger sur sa trajectoire et en acceptant d’entendre des commentaires sur sa vie personnelle qui ne lui agréent pas nécessairement.

28 Jean-Pierre Le Goff a par exemple récemment bien montré comment le succès récent, en France, de la notion de « harcèlement moral » a pour origine l’affaiblissement de la référence à l’exploitation et aux modes d’organisation du travail et conduit, de ce fait, à expliquer la souffrance individuelle en termes psychologiques et moraux plutôt que d’en rechercher les causes économiques et sociales (Le Goff, 2003a, 2003b).

29 Concernant l’écriture et, en particulier, le problème posé par l’administration de la preuve, il est également toujours surprenant de constater combien les sociologues se posent des questions qui occupent depuis longtemps d’autres disciplines. Que l’on songe par exemple au caractère informe que donne souvent la juxtaposition de matériaux d’enquête et des analyses qui en sont tirées. Dans une interview récente, l’historien Carlo Ginzburg déclare ainsi : « L’idée de citer n’est pas évidente. On peut citer pour fournir des preuves, mais se pose aussi la question de l’histoire comme genre littéraire. De quelle manière peut-on citer ? Peut-on accepter un texte bigarré, avec par exemple de brusques interférences entre la voix des paysans et ma propre voix ? Il pourrait s’agir, pour nous, d’une simple question rhétorique. On pourrait le penser, mais je dois dire que j’aime beaucoup de tels passages brusques. Il s’agit alors d’une poétique réelle, qui favorise les incompatibilités stylistiques. Accepter ces transitions brutales se révèle d’une grande richesse » (Ginzburg, 2003). Qui sait si, au fond, le problème de l’écriture en sociologie ne réside pas principalement dans sa plus grande difficulté à inscrire ces incompatibilités stylistiques dans une poétique ? À moins, mais c’est une autre hypothèse, que ce soient les doutes récurrents des sociologues sur leur discipline qui les empêchent de voir la poétique de leurs incompatibilités stylistiques.

30 Robert Emerson montre bien comment les discours que les individus tiennent sur leurs conduites sont souvent si confus et contradictoires que la compréhension du « sens subjectif » qui les sous-tend a en réalité tout d’une gageure (Emerson, 2003).

© Presses universitaires du Septentrion, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540